Vous êtes sur la page 1sur 257

Edition 2017 Dr.

Laïd MESSAOUDI

MECANIQUE DES FLUIDES


INCOMPRESSIBLES
Cours et exer i es pour Li en es et Masters

a b c
+h

O
X

−h U0
U0 U0 U0

∆P < 0 ∆P = 0 ∆P > 0
Université Batna 2
Maître de Conféren es A.

Département de Génie Mé anique.

Fa ulté de Te hnologies.

Université Batna 2.
Table des matières

Chapitre 1 :
Statique des uides 1
1.1 Dénition d'un uide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

1.2 Propriétés physiques des uides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

1.2.1 Vis osité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

1.2.2 Compressibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

1.2.3 Tension super ielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

1.2.4 Fluides Newtoniens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

1.3 Pression en un point du uide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

1.4 Loi fondamentale de la statique des uides . . . . . . . . . . . . . . . . 5

1.4.1 1er as : Cylindre verti al . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

1.4.2 2ème as : Cylindre in liné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

1.4.2.1 Exemple 1 : Tube barométrique . . . . . . . . . . . . 7

1.4.2.2 Exemple 2 : Tube manométrique . . . . . . . . . . . . 8

1.5 Surfa es de niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

1.5.1 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

1.5.2 Surfa e libre d'un liquide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

1.5.3 Pression ee tive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

1.6 Théorème de Pas al . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

1.7 Théorème d'Ar himède . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

1.8 Cal ul des for es de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

1.8.1 Résultante des for es de pression sur une paroi plane . . . . . . 13

1.8.2 Centre de poussée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

1.9 Notion d'équilibre relatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

i
TABLE DES MATIÈRES

1.9.1 Généralisation des équations fondamentales de la statique des

uides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

1.9.2 Equilibre d'un liquide soumis à une a élération onstante . . . 20

1.9.3 Equilibre d'un liquide soumis à une rotation uniforme . . . . . . 23

1.10 Exer i es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Chapter 2:
É oulements idéaux 35
2.1 Méthodes de des ription d'un é oulement . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

2.1.1 Des ription Lagrangienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

2.1.2 Des ription Eulérienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

2.2 E oulement permanent et non permanent . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

2.3 Ligne de ourant -Tube de ourant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

2.4 Fon tion de ourant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

2.5 E oulement axisymétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

2.6 Dérivée parti ulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

2.7 Volume de ontrle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

2.8 Equation de onservation de la masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

2.8.1 Forme diérentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

2.8.2 Forme intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

2.9 Equations de quantité de mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

2.9.1 Forme diérentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

2.9.2 Forme intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

2.10 Equation de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

2.11 Interprétation de l'équation de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

2.12 Appli ations pratiques de l'équation de Bernoulli . . . . . . . . . . . . 51

2.12.1 Mesure de la pression statique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

2.12.2 Mesure de la pression dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

2.12.3 Mesure de la vitesse dans un é oulement in ompressible . . . . . 53

2.12.4 Mesure du débit-masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

2.13 Exer i es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Chapter 3:
É oulements irrotationnels 73
3.1 Introdu tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

3.2 Cir ulation du ve teur vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

3.3 Potentiel des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

3.4 Fon tion de ourant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

3.5 Propriétés importantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

- ii -
TABLE DES MATIÈRES

3.6 Exemples d'é oulements simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

3.6.1 E oulement re tiligne plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

3.6.2 E oulement autour d'une sour e de débit qv par unité de profondeur 79

3.7 Utilisation de la variable omplexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

3.7.1 Fon tion analytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

3.7.2 Propriétés de la fon tion potentiel omplexe . . . . . . . . . . . 81

3.7.3 Exemples d'appli ation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

3.7.3.1 E oulement uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

3.7.3.2 E oulement de type sour e ou puits . . . . . . . . . . . 83

3.7.3.3 E oulement tourbillonnaire . . . . . . . . . . . . . . . 84

3.8 Appli ation de la superposition d'é oulements élémentaires . . . . . . . 86

3.8.1 Superposition d'un é oulement uniforme et d'une sour e . . . . 87

3.8.2 Superposition d'une sour e et d'un puits de mêmes débits . . . . 88

3.8.3 Superposition d'une sour e et d'un vortex entrés à l'origine . . 90

3.9 Ondes de surfa e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

3.9.1 Problème général de l'onde de surfa e . . . . . . . . . . . . . . . 91

3.9.2 Onde plane de faible amplitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

3.9.3 Propagation des ondes de surfa e . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

3.10 Exer i es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

Chapitre 4 :
Dynamique des é oulements visqueux 103
4.1 Propriétés du uide réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

4.2 Des ription du frottement visqueux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

4.3 Taux de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

4.4 Généralisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

4.5 Tenseur des ontraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108

4.6 Liaison entre ontraintes et déformations . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

4.7 Equations de Navier-Stokes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

4.8 Cas limites de la vis osité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

4.9 Cara téristiques de l'é oulement visqueux . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

4.9.1 Régimes d'é oulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

4.9.2 Proprietés des é oulements laminaires . . . . . . . . . . . . . . . 115

4.10 Appli ations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

4.10.1 E oulement de Poiseuille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

4.10.2 E oulement de Couette généralisé . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

4.11 E oulements à faible nombre de Reynolds . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

4.11.1 Lubri ation Hydrodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

4.11.1.1 Formule de Reynolds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

- iii -
TABLE DES MATIÈRES

4.11.1.2 Répartition de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

4.11.1.3 Cal ul de la harge portante . . . . . . . . . . . . . . . 126

4.11.1.4 Cal ul de la for e de frottement . . . . . . . . . . . . 127

4.11.1.5 Paramètres ara térisant le fon tionnement . . . . . . 127

4.11.2 Mouvement long d'une sphère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

4.11.3 Mouvement long d'un ylindre ir ulaire . . . . . . . . . . . . . 130

4.12 Exer i es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132

Chapitre 5 :
Cou hes limites 143
5.1 Introdu tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

5.2 Cou hes limites laminaires (CLL) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144

5.2.1 Equations régissant la ou he limite laminaire . . . . . . . . . . 144

5.2.2 Paramètres ara téristiques de la ou he limite . . . . . . . . . . 147

5.2.2.1 Epaisseur de dépla ement . . . . . . . . . . . . . . . . 147

5.2.2.2 Epaisseur de quantité de mouvement . . . . . . . . . . 148

5.2.2.3 Fa teur de forme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

5.2.3 Solution exa te des équations de la CLL . . . . . . . . . . . . . 149

5.2.3.1 Cas de la plaque plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

5.2.3.2 Cas général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154

5.2.3.3 Evolution de la CLL à la surfa e d'une forme quel onque156

5.2.4 Equation intégrale de Von-Karman . . . . . . . . . . . . . . . . 156

5.2.5 Analyse de la CLL par la méthode de Karman-Pohlhausen . . . 158

5.2.6 Stabilité de la ou he limite laminaire . . . . . . . . . . . . . . . 160

5.3 Cou he limite turbulente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

5.4 Exer i es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164

Chapitre 6 :
É oulements dans les onduites 167
6.1 Introdu tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

6.2 Etude de l'é oulement laminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168

6.3 Notions de harge et de perte de harge . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

6.4 Détermination du oe ient de perte de harge linéaire . . . . . . . . . 176

6.4.1 Loi générale de perte de harge . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

6.5 Pertes de harge singulières ou lo ales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178

6.6 Pertes de harge singulière à l'entrée d'une onduite . . . . . . . . . . . 179

6.6.1 Cas du régime laminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

6.6.2 Cas du régime turbulent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

6.7 Généralisation de l'équation de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

- iv -
TABLE DES MATIÈRES

6.8 Pente hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

Chapitre 7 :
Cal ul des onduites 189
7.1 Introdu tion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

7.2 Conduites simples et onduites multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

7.2.1 Conduites simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

7.2.1.1 Cas du régime laminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

7.2.1.2 Cas du régime turbulent . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

7.2.1.3 Cara téristique d'une onduite . . . . . . . . . . . . . 192

7.2.1.4 Problèmes posés pour le al ul d'une onduite simple . 192

7.2.2 Conduites mixtes et onduites multiples . . . . . . . . . . . . . 193

7.2.2.1 Conduite mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

7.2.2.2 Conduite multiple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

7.2.2.3 Longueur équivalente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197

7.2.3 Conduites ramiées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201

7.2.4 Conduites omplexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203

7.3 Problèmes é onomiques relatifs aux onduites . . . . . . . . . . . . . . 204

7.4 Cal ul de l'épaisseur d'une onduite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205

7.5 Exer i es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206

Chapitre 8 :
Analyse dimensionnelle et lois de similitude 215
8.1 Géométrie des maquettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

8.2 Conditions de similitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216

8.3 Re her he des produits sans dimension . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217

8.4 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218

8.4.1 Chute de pression dans une onduite re tiligne . . . . . . . . . . 218

8.4.2 Portan e d'un prol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220

8.4.3 Débit dans un tube apillaire horizontal . . . . . . . . . . . . . 221

Chapitre 9 :
E oulements turbulents 225
9.1 Proprietés des é oulements turbulents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225

Annexe A :
Notions de al ul ve toriel 231
A.1 Produit s alaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

- v -
TABLE DES MATIÈRES

A.2 Produit ve toriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

A.3 Produit mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232

A.4 Divergen e d'un ve teur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232

A.5 Ve teur gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232

A.6 Rotationnel d'un ve teur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233

A.7 Lapla ien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233

A.8 Cir ulation d'un ve teur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

A.9 Théorème de Gauss-Ostrogradski . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

A.10 Diérentielle totale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

A.11 Potentiel des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

Annexe B :
Pertes de harge 237
B.1 Pertes de harge en a essoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237

B.2 Convergent et divergent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238

B.3 Divers a essoirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238

B.4 Pertes de harge linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239

B.5 Rugosité des onduites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239

B.6 Pertes de harge à l'entrée d'une onduite . . . . . . . . . . . . . . . . 240

B.6.1 E oulement laminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240

Annexe C :
Conversion d'unités 243
Bibliographie 247

- vi -
Chapitre 1
Statique des uides

1.1 Dénition d'un uide


Le mot uide englobe le liquide et le gaz.

Un liquide orrespond à un état de la matière dans lequel les molé ules sont rela-

tivement libres de hanger leurs positions l'une par rapport à l'autre, mais les for es

ohésives les obligent à garder relativement un volume xe.

Un gaz orrespond à un état de la matière dans lequel les for es ohésives n'exer ent

au une ontrainte sur la liberté du mouvement des molé ules.

Dans la Mé anique Des Fluides (MDF) les phénomènes d'é oulements des liquides

et des gaz sont en général traités du point de vue ma ros opique en utilisant les lois

de la mé anique de Newton. Dans e ontexte, le milieu d'é oulement est onsidéré

omme ontinu.

Plusieurs problèmes de uides n'invoquent pas le mouvement. Ils on ernent surtout

la distribution de pression dans un uide au repos ainsi que son eet sur les parois

solides des objets ottants ou immergés. Quand la vitesse du uide est nulle, onnue

sous le nom de  ondition hydrostatique , la variation de pression est due uniquement

au poids du uide. Si le uide est onnu dans un hamp de gravité donné, la pression

peut être fa ilement al ulée par intégration.

1.2 Propriétés physiques des uides


1.2.1 Vis osité
On peut dénir la vis osité d'un uide omme étant le frottement interne entre

les ou hes durant l'é oulement. La onséquen e importante de ette propriété est

l'adhéren e du uide à la surfa e du solide en onta t ave lui. Aussi, à ause de

1
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

ette propriété visqueuse des uides, il existe des ontraintes de isaillement (for e de

glissement tangentielle exprimée par unité de surfa e). L'expérien e suivante montre

e type de for e.

Expérien e de Couette : Soient deux ylindres verti aux, oaxiaux, de rayons

peu diérents, dont l'espa e intermédiaire est rempli de uide (Fig.1.1). Si on

entraîne le ylindre extérieur ave un moteur M de vitesse angulaire onstante

ω , on onstate que le ylindre intérieur a tendan e à tourner dans le même sens.

Pour le maintenir immobile il faut don lui appliquer un ouple C dans le sens

ontraire.

r
h

Fig. 1.1: Expérien e de Couette.

La distan e e entre les deux ylindres étant petite devant leur rayon moyen r, on

peut alors s hématiser l'expérien e en onsidérant un plan mobile P se déplaçant

parallèlement à un plan xe P de surfa e S = 2 π r h, à la distan e e et ave la vitesse

q = rω (Fig.1.2).



Sur la plaque xe P s'applique une for e F parallèle à P, 'est la for e de frottement

due à la présen e du uide entraîné par la plaque mobile P ′.

Tant que ω reste inférieure à une valeur ritique ωc l'expérien e montre que F varie
Sq
omme don :
e

- 2 -
Ÿ1.2. Propriétés physiques des uides.

Sq
F = µ (1.1)
e

q
P’
1111111111111111111111
0000000000000000000000
0000000000000000000000
1111111111111111111111 plaque mobile
0000000000000000000000
1111111111111111111111
y
u(y)
e
x

F
1111111111111111111111
0000000000000000000000
0000000000000000000000 plaque fixe
1111111111111111111111
P

Fig. 1.2: S hématisation de l'expérien e de Couette.

Le fa teur de proportionnalité µ est la vis osité absolue ou vis osité dynamique du

uide.

Pour un même uide et à une même température µ reste onstante : µ = f (T, f luide).
Sous l'a tion de e frottement, il s'établit dans le uide un état de mouvement tel que

les ou hes qui se trouvent en onta t dire t ave les plaques ont la même vitesse

qu'elles (adhéren e aux plaques), tandis que les ou hes intermédiaires glissent les unes

sur les autres ave la vitesse




u proportionnelle à leur distan e y à la plaque xe.

Si on la rapporte à l'unité de surfa e, ette for e de frottement dite ontrainte de

isaillement a pour valeur :

F q
τ0 = = µ (1.2)
S e
et

du
τ = µ (1.3)
dy
L'expérien e de Couette fournie le prin ipe d'un appareil de mesure absolue de µ
appelé vis osimètre de Couette. En eet, le moment du ouple de frottement est :

C = r S τ0 = r 2 π r h µeq

d'où l'on tire la vis osité dynamique :

- 3 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

Ce
µ = (1.4)
2 π r3 h ω

2
µ se mesure en [N.s/m ℄ ou en [Kg/m.s℄ ou en Poiseuille (S.I) (Tab. C.1, Annexe C).

2
On déni aussi la vis osité inématique qui se mesure en [m /s℄ par :

µ
ν = (1.5)
ρ

1.2.2 Compressibilité
La ompressibilité d'un uide peut être assimilée à sa résistan e au hangement de

volume pour une masse onstante. Les liquides ont une très faible ompressibilité. A

l'opposé, la ompressibilité des gaz est très élevée.

1.2.3 Tension super ielle


A l'interfa e qui sépare un liquide et un gaz ou deux liquides immissibles (qui ne

se mélangent pas), une ou he spé iale min e se forme sur le liquide ou à l'interfa e

des deux liquides. La formation de ette ou he peut être due à la for e d'attra tion

exer ée par les molé ules du liquide en dessous de la surfa e. Cette ou he se omporte

omme une membrane et l'expérien e montre qu'elle peut supporter le poids d'une

petite aiguille.

1.2.4 Fluides Newtoniens


Selon la loi de Newton, si un uide vérie la relation (1.3) on dit que e uide est

newtonien (exemples : air, eau).

1.3 Pression en un point du uide


Soit un uide au repos et en équilibre (Fig.1.3). En un point de e milieu ontinu

nous isolons un tétraèdre inniment petit (poids négligeable).

- 4 -
Ÿ1.4. Loi fondamentale de la statique des uides.

B
Fy

∆z F
Vue de dessus:

Fx C
∆x x o x
o
C α
α
∆y
Fx

A F=P.S
A Fz
y
y

Fig. 1.3: Equilibre d'un tétraèdre élémentaire.

Suivant l'axe ox on a :

Px Sx = P S sin α or Sx = S sin α ⇒ Px = P

de même : Py = P et Pz = P .

Don :

Px = Py = Pz = P

Nous n'avons fait qu'une hypothèse sur les dimensions très petites ∆x, ∆y et ∆z ,
don sur l'orientation de la fa ette ABC par rapport au point O très pro he. Il n'a

même pas été né essaire d'imposer une dire tion OZ verti ale ; nous l'avons représenté

ainsi pour fa iliter le s héma et sa le ture. Nous pouvons don on lure que quelle que

soit l'orientation de la fa ette ABC autour du point O, la pression du uide sur ette

fa ette reste la même.

1.4 Loi fondamentale de la statique des uides


Dans un liquide au repos, imaginons un ylindre de liquide de se tion droite très

petite et de hauteur h. Isolons-le an d'en étudier l'équilibre (Fig.1.4 et 1.5).

1.4.1 1er as : Cylindre verti al


- 5 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

z
F1

z1

cylindre de liquide

1111
0000 ∆S
h 0000
1111
0000
1111

mg

liquide
z2 au repos

F2
o x

Fig. 1.4: Equilibre d'un ylindre de liquide verti al.

La proje tion suivant l'axe verti al Z (Fig.1.4) nous donne :

P2 ∆S − m g − P1 ∆S = 0

m
Or V = ∆S h et ρ= V
d'où m = ρ ∆S h.

En remplaçant dans la première équation :

P2 ∆S − ρ ∆S h g − P1 ∆S = 0 d'où :

P2 = P1 + ρ g h = P1 + ρ g (z1 − z2 ) (1.6)

ρgh représente le poids d'une olonne verti ale de liquide de se tion unité et de
3
hauteur h. On utilise souvent ̟ = ρg qui représente le poids volumique en [N/m ℄.

1.4.2 2ème as : Cylindre in liné

La proje tion suivant l'axe du ylindre (Fig.1.5) nous donne :

−P1 ∆S1 cos α1 − m g cos β + P2 ∆S2 cos α2 = 0

z1 −z2
le volume du ylindre vaut : V = ∆Sd cos β

en remplaçant dans la première équation et en simpliant, nous aurons :

P2 = P1 + ρ g (z1 − z2 ) (1.7)

- 6 -
Ÿ1.4. Loi fondamentale de la statique des uides.

α 1 F1
z

z1 cylindre de liquide

∆ Sd
11
00
00
11
00
11
00
11
00
11
00
11
00
11
00
11
β

mg

z2 F2
α 2

liquide au repos
o x

Fig. 1.5: Equilibre d'un ylindre de liquide in liné.

La diéren e de pression entre deux points d'un uide pesant en équilibre est égale

au poids d'un ylindre de e uide, de base égale à l'unité de surfa e et de hauteur égale

à la diéren e de niveau des deux points.

L'expression (1.7) peut aussi se mettre sous la forme :

P1 P2
+ z1 = + z2 = hz (1.8)
ρg ρg
hz étant la hauteur piézométrique.

Comme il est possible de re ommen er la même démonstration pour tous les points,

nous pouvons é rire :

P
+ z = C te (1.9)
ρg

P
, homogène à une hauteur, représente la hauteur du liquide onsidéré mesurant la
ρg
pression P.

La relation (1.9) est valable dans tous les as, quelle que soit la forme donnée au

liquide, à ondition qu'il s'agisse d'un liquide homogène et au repos.

1.4.2.1 Exemple 1 : Tube barométrique


Appliquons la loi fondamentale de la statique au tube de la gure (Fig.1.6) :

- 7 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

z
vide

mercure
h

Pa
2

Fig. 1.6: Tube barométrique.

P2 = P1 + ρ g (z1 − z2 ) or z2 = 0 et P1 = 0 (vide)

d'où : P2 = ρ g h = Pa

ρ = 13600 Kg/m3, g = 9, 8 m/s2. Si h = 760 mm alors nous obtenons :

P2 = 13, 6.103 . 9, 8 . 0, 76 don P2 = 10, 13.104 N/m2 = Pa = 1 atm.


Il est alors don possible d'exprimer une pression, i i pression atmosphérique, non

pas en N/m2 , mais par la hauteur d'une olonne de mer ure : pression atmosphérique

normale 10, 13 N/cm2, 1, 013.105 N/m2 , 1013 mbar , ou en ore 760 mm de mer ure (Hg).

1.4.2.2 Exemple 2 : Tube manométrique

Prenons un plan de référen e passant par la surfa e de séparation du tube mano-

métrique ou en ore appellé tube en U (Fig.1.7) et appliquons la loi fondamentale de la

statique :

- 8 -
Ÿ1.5. Surfa es de niveau.

Pa

Pa
ρ1
h1

h2
A B Plan de
référence

ρ2

Fig. 1.7: Tube manométrique.

PA = Pa + ρ1 g h1 et PB = Pa + ρ2 g h2
⇒ PA − PB = g (ρ1 h1 − ρ2 h2 )

Or PA = PB puisque les points A et B appartiennent au même uide et sont situés

dans un même plan horizontal. Don :

ρ1 h1 = ρ2 h2

Cette relation pratique permet, par exemple, de déterminer la masse volumique

in onnue ρ2 onnaissant elle de l'autre liquide ρ1 ainsi que les hauteurs h1 et h2 qui

peuvent être fa ilement mesurées.

1.5 Surfa es de niveau


1.5.1 Dénition
On appelle surfa e de niveau le lieu des points du uide soumis à la même pression.

On a :

P
ρg
+ z = C te

Si P = C te alors l'équation de la surfa e de niveau est z = C te .

Les surfa es de niveau sont don des plans horizontaux.

1.5.2 Surfa e libre d'un liquide


A la surfa e de séparation du liquide et de l'air ambiant, la pression est Pa . Cette

surfa e est don horizontale. Elle est dite surfa e libre du liquide.

- 9 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

1.5.3 Pression ee tive


Soit Pa la pression atmosphérique. Choisissons, omme référen e des otes, la surfa e
du liquide. On a alors :

P Pa
ρg
+z = ρg

e qui permet de al uler en haque point la pression du liquide onnaissant la

pression atmosphérique. D'où :

P − Pa = −ρ g z = Pef f (1.10)

- Exemple d'appli ation :

Soit une vanne de retenue d'eau s hématisée i-dessous (Fig.1.8). Déterminer

les pressions ee tives exer ées sur ette vanne.

On donne : g = 10 m/s2 , Pa = 105 N/m2 .

11
00
00
11
00
11 Pa
00
11 1 1
00
11
1’ 5m
00
11
P1’ 00
11 P1
00
11
00
11
Aval 00
11 Amont
00
11
00
11
00
11
00
11
00
11
Pa 00
11
00
11 P2
P 2’ 00
11
2’ 2 2 1,5 m
00
11
00
11
00
11
00
11
00
11
00
11
00
11
P 3’ 00
11
00
11
3’ 3 P3
00
11

Figure 1.8: Pressions ee tives exer ées sur une vanne de retenue d'eau.

- Coté amont :

Point 1 : P1 = Pa = 105 N/m2 .


Point 2 : P2 = P1 + ρ g (z1 − z2 ) = 105 + 103 . 10 . 3, 5 = 1, 35.105 N/m2 .
Point 3 : P3 = P1 + ρ g (z1 − z3 ) = 105 + 103 . 10 . 5 = 1, 5.105 N/m2 .

- Coté aval :

Point 1' : P1′ = Pa = 105 N/m2 .


Point 2' : P2′ = Pa = 105 N/m2 .
Point 3' : P3′ = P2′ + ρ g (z2′ − z3′ ) = 105 + 103 . 10 . 1, 5 = 1, 15.105 N/m2 .

- 10 -
Ÿ1.6. Théorème de Pas al.

- Pressions ee tives sur la vanne :

En 11' : Pef f = P1 − P1′ = 0.


En 22' : Pef f = P2 − P2′ = 0, 35.105 N/m2 .
En 33' : Pef f = P3 − P3′ = 0, 35.105 N/m2 .
De la ote 1, 5 à la ote 0, l'eau exer e sa pression de part et d'autre de la vanne ;

P et P roissent de la même quantité lorsque la ote du point de la paroi diminue de

1, 5 à 0.

1.6 Théorème de Pas al


Soit deux points M et M0 d'un uide in ompressible. Nous avons vu la relation :

P0 − P = ρ g (z − z0 )

Si, au point M0 , on produit une augmentation de pression ∆P0 , il en résulte en M

une variation ∆P , telle que la loi pré édente reste vériée :

(P0 + ∆P0 ) − (P + ∆P ) = ρ g (z − z0 )

don , d'après es deux équations, on déduit que : ∆P = ∆P0 .

d'où l'énon é :

* Dans un uide in ompressible en équilibre, toute augmentation de pression pro-

duite en un point se transmet intégralement à tous les points du uide.

- Exemple :

Soit le vérin hydraulique i-dessous (Fig.1.9). Le système étant en équilibre et

les pistons sont sur la même horizontale. Si on applique un eort F1 de 100 N


sur le piston de la pompe, al uler la harge qu'il est possible de soulever ave

le vérin. On donne : D/d = 10.

- 11 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

F2
z
Pa
F1
Pa
S
s

pompe

z1 z2
2 1
P1
P2

vérin

Figure 1.9: Vérin hydraulique. Théorème de Pas al.

- Equilibre du vérin : F2 + Pa S − P2 S = 0
- Equilibre de la pompe : F1 + Pa s − P1 s = 0
F2 F1
z1 = z2 et P1 = P2 d'où
S
= s


D 2
don F2 = F1 d
= 100 . 102 = 10 KN .

1.7 Théorème d'Ar himède


Tout orps immergé dans un liquide au repos reçoit de e liquide une poussée égale

et opposée au poids de liquide dépla é.

Si le solide est homogène alors son entre de gravité est onfondu ave son entre

de poussée ou entre de gravité du volume de liquide.

- Exemple :

Soit à déterminer la tension T du l très n qui supporte une masse d'a ier

de 20 Kg plongée dans l'eau (Fig.1.10). On donne :

ρ = 7800 Kg/m3, g = 10 m/s2, ρeau = 1000 Kg/m3.

- Condition d'équilibre : T +F =P ⇒ T =P −F

- 12 -
Ÿ1.8. Cal ul des for es de pression.

Eau T

111
000 F
000
111
000
111
000
111
000
111
P

Figure 1.10: Théorème d'Ar himède.

P = m g = 20 . 10 = 200 N
F = ρeau g V

V étant le volume d'eau dépla é = volume de la masse d'a ier.

m 20 2
V = ρ
= 7800
⇒ F = 103 . 10 . 780 = 25, 6N .

don : T = 200 − 25, 6 = 174, 4 N .

1.8 Cal ul des for es de pression


1.8.1 Résultante des for es de pression sur une paroi plane
Soit une paroi de surfa e S, faisant un angle α ave l'horizontale (Fig.1.11). Nous

avons :

Au point 1 : P1 = Pa ⇒ Pef f = 0.
Au point G : PG = Pa + ρ g h ⇒ PGef f = ρ g h.
Au point 2 : Pz = Pa + ρ g (z1 − z) ⇒ Pzef f = ρ g (z1 − z).

- 13 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

z
Pa
Pa
z1 A

1
Pa
h

PG
G
P
z Pa
ds
2

Pa
α
o x
B

Figure 1.11: Résultante des for es de pression.

La for e élémentaire exer ée sur l'élément de surfa e ds est :

dF = Pzef f ds = ρ g (z1 − z) ds
R R
⇒F = ρ g (z1 − z) ds = ρ g (z1 − z) ds
s s

D'après la dénition du entre de gravité, le moment statique :

R
(z1 − z) ds = h S d'où la résultante :
s

F = ρ g h S = PGef f S (1.11)

* La résultante des for es (poussée ee tive) exer ée par un liquide sur une paroi

plane est égale au poids d'une olonne ylindrique de e liquide ayant pour base la

surfa e pressée et pour hauteur la distan e du entre de gravité de la paroi à la surfa e

libre du liquide.

1.8.2 Centre de poussée


On appelle ainsi le point d'appli ation de la résultante des for es de pression sur la

paroi. En général, il n'est pas onfondu ave le entre de gravité. On obtient sa position

par une équation de moments (Fig.1.12).

An de fa iliter la résolution, prenons omme référen e la surfa e libre du uide

et omme sens positif, l'axe verti al dirigé vers le bas. Nous aurons alors, d'après la

gure : z = h + x sin α

- 14 -
Ÿ1.8. Cal ul des for es de pression.

Faisons maintenant un hangement de repère et prenons (G, Gx Gy ) lié à la paroi.

Pa
Pa
z1
A
z

d’
PG
G
F
x
zC
d C dF
z Gy

α
o
B

Gx

Figure 1.12: Centre de poussée.

Le moment élémentaire d M d'une for e dF est : d M /Gy = dF x

M F/Gy = F.d =
P
d M R
x dF = ρ g z x ds
/Gy =
R
R Rs R
F . d = ρ g (h + x sin α) x ds = ρ g h x ds + ρ g sin α x2 ds
s s s
R
x ds = 0 par dénition du entre de gravité G (xG = 0).
s
R
x2 ds = IGy est, par dénition, le moment d'inertie (ou moment quadratique ) de la
s
surfa e S par rapport à l'axe Gy . Don :

F . d = ρ g sin α IGy = ρ g h S d

d'où, d'après la relation (1.11) :

IGy sin α
d = (1.12)
hS
Le point d'appli ation de la for e F se trouve don à la distan e d du point G et à
 
′ IGy
(d + d) 'est-à-dire xG + du point A.
S xG

- 15 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

- Exer i e d'appli ation :

La porte re tangulaire AB est arti ulée en A (Fig.1.13). Sa longueur est AB =


L = 1, 5 m et sa largeur est W = 2 m.
1. Cal uler la résultante des for es FR exer ées par l'eau sur la porte AB .
2. Cal uler la for e FB à appliquer au point B pour maintenir la porte

fermée.

On donne : ρ = 999 kg/m3 , g = 9, 81 m/s2 , H = 3 m et θ = 25◦ .

Pa

Pa
A
FR

FB
θ
B

Figure 1.13: Exer i e d'appli ation : Résultante des for es.

Solution :

Dans le but de fa iliter la résolution de et exer i e, faisons un hangement de

repère lié à la porte AB (Fig.1.14).

- 16 -
Ÿ1.8. Cal ul des for es de pression.

x
H

d
A

dS FR
z y

dFR FB
θ
B

Figure 1.14: Exer i e d'appli ation : Changement de repère.

1- Chaque élément de surfa e dS est soumis à une for e élémentaire dFR due à la

pression du uide :

dFR = Pz ef f .dS = ρ g z dS = ρ g z W dy

or haque point de la porte est soumis à la hauteur de pression au dessus du point A


don : z = H + y sin θ

d'où l'expression globale de la for e élémentaire en haque point de la porte :

dFR = ρ g W (H + y sin θ) dy

La résultante des for es est obtenue par intégration des for es élémentaires le long de

la porte :

RL  
L2
FR = ρ g W (H + y sin θ) dy = ρ g W H L+ 2
sin θ
0

d'où nalement :  
L
FR = ρ g W L H + sin θ
2

A.N : FR = 999 . 9, 81 .2 .1, 5 . 3 + 1,5
2
sin 25 = 97, 52 kN .

* Nous pouvons aussi travailler par rapport à l'axe z omme suit :

Z sin θ
H+L
dz W
dFR = ρ g z W dy = ρ g z W ⇒ FR = ρ g z dz
sin θ sin θ
H

- 17 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

Nous retrouvons bien sûr le même résultat mais on rique de faire des erreurs au

nivrau de l'intégration.

2- Pour al uler la for e à appliquer sur la porte pour qu'elle reste fermée, il faut

onsidérer l'équilibre de ette porte dans la position indiquée sur la gure. Nous pou-

vons alors annuler le moment de la porte AB par rapport à A :

P
M F/A = 0 ⇒ FR d = FB L ⇒ FB = d
L
FR (∗)

La résultante des for es FR étant onnue, il faut alors déterminer son point d'ap-

pli ation (distan e d). Pour ela, appliquons toujours une équation de moment par

rapport à A des for es élémentaires :

P
dM dFR /A = M FR /A ⇐⇒
P
dFR y = FR d

1
RL ρgW
RL
⇒ d= FR
ρ g W (H + y sin θ) y dy = FR
(H y + y 2 sin θ) dy
0 0

ρ g W L2 H L

⇒ d= FR 2
+ 3
sin θ

ou en ore, en remplaçant FR par son expression :

HL L2
2
+ 3
sin θ
d = L
H + 2
sin θ

3 . 1,5 1,52
+ sin 25
A.N : d= 2
3+ 1,5
3
sin 25
= 0, 774 m.
2

et en remplaçant dans la relation (∗), nous auron nalement :

   
L H L
FB = ρ g W d H + sin θ = ρ g W L + sin θ
2 2 3

3 1,5

A.N : FB = 999 . 9, 81 .2 .1, 5 . 2
+ 3
sin 25 = 50, 32 kN .

1.9 Notion d'équilibre relatif


On peut soumettre un uide à une translation ou à une rotation à a élération

onstante sans o asionner de mouvement relatif entre les parti ules du uide. Dans

es onditions, il y a équilibre relatif et absen e de tensions internes. Il n'existe, en

général, pas de mouvement relatif entre le uide et le ré ipient qui le ontient. Les

lois de la statique des uides ontinuent à s'appliquer, ave des modi ations tenant

ompte des eets de l'a élération.

- 18 -
Ÿ1.9. Notion d'équilibre relatif.

1.9.1 Généralisation des équations fondamentales de la statique


des uides
Soit un liquide au repos par rapport au système d'axes (ox, oy, oz ). Considérons

l'équilibre d'un parallélépipède élémentaire de otés dx, dy et dz (Fig.1.15).

Les for es agissant sur e parallélépipède sont :

 For es surfa iques : for e de pression.




 For es volumiques par unité de masse F (Fx , Fy , Fz ) : inertie, pesanteur (ou

gravité), magnétique, éle trique et ...

Soient Fx , Fy et Fz les omposantes de la for e résultante, et dm la masse du parallé-

lépipède.

F
z
dx

P P+dP
o x

dz
dy

Figure 1.15: Equilibre d'un parallélépipède élémentaire.

Nous avons alors : dm = ρ dx dy dz

E rivons la ondition d'équilibre de e parallélépipède selon l'axe ox :

∂P

P dy dz − P + ∂x
dx dy dz + ρ Fx dx dy dz = 0

∂P
ar au premier ordre : dP ≃ ∂x
dx

1 ∂P
Après simpli ation nous aurons : Fx = ρ ∂x
.

1 ∂P 1 ∂P
Et de même pour les autres axes : Fy = ρ ∂y
et Fz = ρ ∂z
.

- 19 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

Ces trois équations onstituent les équations d'Euler de la statique des uides. Elles

s'é rivent sous forme ve torielle :


→ 1 −−→
F = grad P (1.13)
ρ
- Dans le hamps de pesanteur, on a : Fx = 0, Fy = 0, et Fz = −g et l'équation

générale se simplie à :
dP
−ρ g = dz
⇒ dP + ρ g dz = 0 d'où en intégrant :

P + ρ g z = C te = Pg (1.14)

Pg est appelée "Pression motri e ".

1.9.2 Equilibre d'un liquide soumis à une a élération onstante


Considérons un réservoir de liquide pesant, homogène, soumis à une a élération

onstante γ dans le sens de ox (Fig.1.16).

θ γ

ργ M

ρF ρg

o x

Figure 1.16: Equilibre d'un liquide soumis à une a élération onstante.

D'après l'équation (1.13) on a :


→ −−→
ρ F − grad P = 0

∂P
suivant ox : −ρ γ − ∂x
=0

- 20 -
Ÿ1.9. Notion d'équilibre relatif.

∂P
suivant oy :
∂y
=0
∂P
suivant oz : −ρ g − ∂z
=0

La diérentielle totale de P est :


∂P ∂P ∂P
dP = ∂x
dx + ∂y
dy + ∂z
dz = −ρ γ dx − ρ g dz .

Les surfa es isobares (de même pression) sont obtenues pour dP = 0 et en intégrant
on aura :

−ρ γ x − ρ g z = C te d'où l'équation :

γ
z = − x + C te (1.15)
g
En parti ulier la surfa e libre est une droite et les surfa es isobares sont don des

droites de pente (-γ/g ) parallèles à ette surfa e.

La pression en un point quel onque du uide est donnée par :

P (x, z) = − ρ (γ x + g z) + C te (1.16)

Si γ=0 alors P = P (z) et P + ρ g z = C te (équation de la statique des uides (1.9)).

- Exer i e d'appli ation :

Soit un réservoir re tangulaire ouvert de largeur 1, 5 m ontenant 1, 2 m d'eau


2
(Fig.1.17). Ce réservoir est a éléré horizontalement de 3, 5 m/s . Quelle est la

quantité d'eau renversée pendant son mouvement et quelles sont les pressions

ee tives maximale et minimale qui reigneront au fond du réservoir ?

On donne : H = 1, 8 m ; h = 1, 2 m ; L = 3 m et g = 10 m/s2 .

z
γ max

o
θmax x
h1
H
h

Figure 1.17: Exer i e d'appli ation : Translation uniforme max.

- 21 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

Solution :
- Cal ulons d'abord l'a élération maxiamle pour laquelle il n'y aura pas de renver-

sement de l'eau :

Equation des surfa es isobars : z = − γg x + C

Conditions aux limites : l'origine O (x = 0, z = 0) appartient à la surfa e isobare

(surfa e libre) don C=0 et alors : z = − γg x.

Si x = − L2 et z =H −h ⇒ γ = γmax

ar on est à la limite du renversement, don :

 2 g(H−h) 2 10(1,8−1,2)
H − h = − γmax
g
− L2 ⇒ γmax = L
= 3
= 4 m/s2 .

2
Cette valeur étant supérieure à la valeur donnée (3, 5 m/s ) don il n'y aura pas d'eau

qui se déverse !.

- Déterminons maintenant les pressions maximale et minimale au fond du réservoir

pour γ = 3, 5 m/s2 (Fig.1.18) :

z
γ
Pa
o
θ x
h2

H
h

Figure 1.18: Exer i e d'appli ation : Translation uniforme.

La pression qui reigne au sein du uide est donnée par :

P (x, z) = −ρ γ x − ρ g z + C

pour (x = 0, z = 0) on a P = C te = Pa ⇒ Pef f (x, z) = −ρ (γ x + g z)

- 22 -
Ÿ1.9. Notion d'équilibre relatif.

d'où les valeurs mini et maxi :

L
 L

Pef f min = Pef f 2
, −h = −ρ γ 2
−gh

⇒ Pef f min = −103 (3, 5 . 1, 5 − 10 . 1, 2) = 6, 75.103N/m2 .

 
Pef f max = Pef f − L2 , −h = ρ γ L
2
+gh

⇒ Pef f max = 103 (3, 5 . 1, 5 + 10 . 1, 2) = 17, 25.103N/m2 .

* Cet exer i e peut en ore se résoudre plus simplement de la manière suivante :


γmax h1 2g
tan θmax = g
⇒ γmax = g tan θmax = g L/2
= L
(H − h).

   
L L γ γL
Pef f min = ρ g (h − h2 ) = ρ g h − 2
tan θ = ρ g h − 2 g
= ρ gh− 2
.

   
L L γ γL
Pef f max = ρ g (h + h2 ) = ρ g h + 2
tan θ = ρ g h + 2 g
= ρ gh+ 2
.

1.9.3 Equilibre d'un liquide soumis à une rotation uniforme


Considérons un réservoir de liquide pesant, homogène, tournant ave un mouvement

uniforme autour d'un axe verti al ave la vitesse angulaire ω onstante (Fig.1.19).

r
o r

2
M ρrω
h

ρg ρF

111
000
000
111
000
111
000
111
ω

000
111
Figure 1.19: Equilibre d'un liquide soumis à une rotation uniforme.

- 23 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

En projetant l'équation (1.13) sur les deux axes, nous aurons :

∂P
suivant or : ρ r ω 2 − ∂r
=0

∂P
suivant oz : −ρ g − ∂z
=0

La diérentielle totale de P est :

∂P ∂P
dP = ∂r
dr + ∂z
dz = ρ r ω 2 dr − ρ g dz

1
Surfa es isobares ⇒ dP = 0 ⇒ 2
ρ r 2 ω 2 − ρ g z = C te don

ω2 2
z = r + C te (1.17)
2g

Ce sont des paraboloïdes de révolution.

La pression en un point quel onque du uide est donnée par :

1
P (r, z) = ρ ω 2 r 2 − ρ g z + C te (1.18)
2

Si ω=0 alors P = P (z) et P + ρ g z = C te (équation de la statique des uides

(1.9)).

- Exer i e d'appli ation :

Un réservoir ouvert de 120 cm de 180 cm de


diamètre et profondeur est rempli

d'eau et tourne autour de son axe à 60 tr/mn.


1. Quelle est la quantité d'eau déversée ?

2. Cal uler la profondeur de l'eau au niveau de l'axe.

Solution :
1- Le réservoir étant rempli d'eau, une quantité d'eau est déversée dès qu'il om-

men e à tourner (Fig.1.20). Cette quantité Veau est égale au volume de la parabole,

don :

- 24 -
Ÿ1.9. Notion d'équilibre relatif.

z
ω
A

o r
H

h’

Figure 1.20: Exer i e d'appli ation : Réservoir soumis à une rotation.

Veau = Vparabole = 21 Vcylindre = 1


2
π R2 h = π
8
D2 h

Déterminons maintenant l'in onnue h. Pour elà, é rivons l'équation de la surfa e

libre de l'eau :

ω2
z = 2g
r2 + C

Conditions aux limites : pour le point de oordonnées (r = 0, z = 0), on a C = 0; et

omme le point A appartient à la surfa e libre, alors :

 2
ω2 D ω 2 D2
h = =
2g 2 8g

et enn en remplaçant ette valeur dans l'expression du volume on aura :

π ω 2 D2
Veau =
64 g

π (2π)2 1,22
A.N : Veau = 64 9,81
≃ 0, 41 m3 .

2- La profondeur de l'eau au niveau de l'axe est :

ω 2 D2
h′ = H − h = H −
8g

(2π)2 1,22
A.N : h′ = 1, 8 − 8 . 9,81
= 1, 075 m.

- 25 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

1.10 Exer i es Z

0,8 m
Pa

z1

S1 : Soit le solide ( ne de révolution) non


homogène i-dessous. La paroi de la partie
reuse, ontenant de l'air, est de poids négli-
geable. La masse volumique du métal étant
8 fois elle de l'eau, étudier le omportement
de e solide immergé dans l'eau. Le volume de
métal est déni par la ote z variable. (volume
du ne = 13 volume du ylindre).
111
000 000
111
Examiner le as ou z = H3 et déterminer la 000
111 000
111
1111111111111111
0000000000000000
hauteur h de la surfa e libre de l'eau.
Figure 1.22: S2.

Rép : 251, 2 N .
Z
D
F
S3 : Déterminer la tension T du l très n
Air
qui supporte une masse d'a ier de 20 kg plon-
gée dans l'eau (voir gure). On donne :
C

d ρ = 7800 kg/m3 , g = 10 m/s2 ,


111111111111
000000000000 ρeau = 1000 kg/m3 .
000000000000
111111111111
Métal H

3
4
H 000000000000
111111111111
000000000000
111111111111 G

000000000000
111111111111
000000000000
111111111111 z
3 z
000000000000
111111111111
4
000000000000
111111111111
000000000000
111111111111
P

000000000000
111111111111
000000000000
111111111111
Eau
T

Figure 1.21: S1. 111


000 F

000
111
000
111
000
111
000
111
P

π
Rép : F = 12 ρg

D 2
h3 ;
Figure 1.23: S3.
H

2 ).
2 H
h= 3 H (OC =
Rép : 174, 4 N .

S2 : Déterminer la poussée sur le fond ir u-


S4 : Dans deux ré ipients remplis d'un
laire (D = 200 mm) du réservoir de la gure
même liquide règnent des pressions dié-
i-dessous :
rentes. Les ré ipients sont reliés par deux ma-
nomètres diérentiels.

- 26 -
Ÿ1.10. Exer i es .

Quelle sera la diéren e de niveau h1 dans le B R O

manomètre du bas ?.
R
On donne : ρ1 , ρ2 , ρ3 , h2 et a.
A

ρ2 11111111111111111
00000000000000000
Figure 1.25: S6.
h2

q
Rép : F = 1
2 ρ g R2 b 1+ π2
4 ; ϕ = 57, 5◦ .
a

S7 : Soit le vérin hydraulique i-dessous. Le


h1
ρ1
système étant en équilibre et les pistons sont
sur la même horizontale. Si on applique un
ρ3 eort F1 de 100 N sur le piston de la pompe,
al uler la harge qu'il est possible de soulever
Figure 1.24: S4. ave le vérin. On donne : D/d = 10.

F2
z
Pa
Rép : h1 = ρ2 −ρ1 h2 .
ρ −ρ F1
3 1
Pa
S
s
S5 : Cal uler la pression de l'eau au point
bas d'une onduite de distribution d'eau. pompe

L'altitude de la surfa e libre dans le hâteau z 1


2 z 2 1
d'eau est z1 = 195 m ; l'altitude du point bas P2
P1

est z2 = 82 m.
A quelle pression ee tive est soumise la paroi
de la onduite ?
vérin
On donne : g = 10 m/s2 , pression atmosphé-
rique Pa = 10 N/cm2 . Figure 1.26: S7.

Rép : 12, 3.105 N/m2 ; 11, 3.105 N/m2 .


Rép : F2 = 10 kN .

S6 : Déterminer le module et la dire tion de S8 : Déterminer la masse volumique ρ de


la for e résultante F ex er ée par l'eau sur une l'objet ylindrique qui otte à l'interfa e
paroi ylindrique AB de rayon R et de largeur huile/eau de la gure i-dessous :
b. On donne : h = 50 cm ; R = 15 cm ; densité
de l'huile : d = 0, 87.

- 27 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

Huile
R
Eau
R O
h

1111111111111111
0000000000000000
Figure 1.27: S8. Figure 1.28: S11.

Rép : F = 1, 27.104 N .

Rép : ρ = 978, 33 kg/m3 .


S12 : Un réservoir ouvert de 120 cm de dia-
mètre et 180 cm de profondeur est rempli
S9 : Un ube de oté a et de masse volu- d'eau et tourne autour de son axe à 60 tr/mn.
mique ρc est plongé dans un ré ipient onte- 1- Quelle est la quantité d'eau déversée ?
nant deux uides immis ibles de masses vo- 2- Cal uler la profondeur de l'eau au niveau
lumiques ρ1 et ρ2 tel que ρ2 < ρ1 . Trouver la de l'axe.
hauteur du ube immergée dans le liquide de
masse volumique ρ1 . Rép : 1) 0, 41 m3 ; 2) 1, 075 m.

Rép : h = ρc −ρ2 a. : Un ylindre en bois de diamètre D =


ρ −ρ
1 2
S13
1 m et de hauteur h = 2 m est xé au fond

S10 : Soit un ube d'aluminium de 15 cm de


d'un réservoir d'eau par une orde. Cal u-
té est suspendu par une orde. Le ube est ler la tension de la orde sa hant que ρe =
immergé moitié dans de l'huile de densité 0, 8 10 kg/m , ρb = 819 kg/m et g = 10 m/s .
3 3 3 2

et moitié dans de l'eau. Trouver la tension de A un instant donné on oupe la orde pour
la orde si la masse volumique de l'aluminium libérer le ylindre. A l'état d'équilibre, déter-
est ρa = 2640 kg/m3 . miner le volume du ylindre qui sort de l'eau
(volume émergé).
Rép : T = 57, 61 N .

S11 : Cal uler la résultante des for es F


exer ées par l'eau sur la paroi ylindrique de
rayon R = 0, 5 m et de largeur (perpendi-
ulaire au papier) b = 2 m. On prendra : D

g = 10 m/s2 . Expliquez omment déterminer 111


000
000
111
000
111
h
les entres de poussées des omposantes hori-
zontales et verti ale.
Figure 1.29: S13.

- 28 -
Ÿ1.10. Exer i es .

Rép : T = 2843, 14 N ; 0, 284 m3 . : Déterminer la pression à l'intérieure de


S16
la onduite où ir ule un uide de masse volu-
S14 : Un ompartiment re tangulaire ou- mique ρ. Le manomètre est rempli de mer ure
vert, de 10 m par 4 m de base et 5 m de pro- de masse volumique ρ0 .
fondeur, pèse 54 tonnes et otte dans l'eau A.N : ρ = 103 kg/m3 ; g = 9, 805 m/s2 ;
dou e (ρe = 103 kg/m3 ). ρ0 = 13590 kg/m3 ; Pa = 1 bar ;
1- De ombien s'enfon e-t-il ?
h = 0, 3245 m ; h2 = 0, 1925 m.
2- Si l'eau a 5 m de profondeur, quel poids 1
de pierres faut-il pla er dans le ompartiment
pour le faire reposer sur le fond ?
Pa

Rép : 1) 1, 35 m ; 2) 1460 kN .

h1
S15 : Un bassin ontenant de l'eau sur une ρ

profondeur h = 9 m est fermé par une porte


P
verti ale onstituée par 3 panneaux plans su-
h2
perposés.
1-Quelle doit être la hauteur de haque pan-
neau pour que ha un supporte le même eort ρ0

total.
2-Chaque panneau doit être renfor é au entre Figure 1.31: S16.
de poussée. Cal uler la position des es ren-
forts.
3- Quelle est la for e par unité de largeur agis-
sant sur haque panneau ? Rép : 1, 67 bar .

S17 : Un réservoir ylindrique ouvert, de 2 m


de hauteur et de 1 m de diamètre ontient
1, 5 m d'eau. Si le réservoir tourne autour de
A

son axe :
z1 B
1- Déterminer ωmax . qu'on peut atteindre sans
renverser d'eau ?
z2 C 2- Quelle sera la pression ee tive en C et D
au fond du réservoir si ω = 6 rd/s.
111111111111111
000000000000000 3- On ferme le réservoir et on soumet l'es-
Figure 1.30: S15.
pa e d'air à une pression de = 1, 09 kgf /cm2 .
Déterminer PC et PD en kgf /cm2 pour ω =
12 rd/s.
Rép : 1) 5, 20 m ; 2, 15 m ; 1, 66 m.
2) 3, 46 m ; 6, 32 m ; 8, 20 m ; 4- Le réservoir restant fermé, quelle sera la va-
3) 1, 35.105 N . leur de ω pour qu'il y ait une hauteur d'eau
nulle au point C .

- 29 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

ω
male qui règneront au fond du réservoir pour
ω = ωmax .

Rép :

A.1) 10 m/s2 ; 0, 4.104 N/m2 ; 104 N/m2 .


H
h A.2) 30◦ ; 0, 527 N/m2 ; 0, 873 N/m2 .
B.1) 11, 547 rd/s.
B.2) 0, 4.104 N/m2 ; 104 N/m2 .
D C

D S19 : Soit un réservoir d'eau fermé soumis


Figure 1.32: S17. à la pression P0 = 14 kP a. En négligeant la
pression à droite de la vanne AB , déterminer
la résultante des for es exer ée sur la vanne
de heuteur H et de largeur b (perpendi ulaire
Rép : 1) 8, 94 rd/s.
au papier) ainsi que son entre de poussée.
2) 1, 275.104 N/m2 ; 1, 725.104 N/m2 .
3) 1, 156 kg/cm2 ; 1, 336 kg/cm2 . On donne : H = 1 m, h = 2 m, b = 1 m et
4) 17, 88 rd/s. g = 10 m/s2 .

S18 : Un réservoir ylindrique ouvert, de 1 m


de hauteur et 0, 6 m de diamètre est rempli P0
Air

d'eau à une hauteur de 0, 7 m à partir de son


fond.
A- S'il est mis en translation uniformément h

a élérée parallèlement à son fond, en négli-


geant tout frottement, déterminer :
1
0
A

1- L'a élération maximale qui permet d'évi- 0


1
ter le déversement de l'eau ainsi que les pres- Eau
0
1
0
1
B
sions ee tives minimale et maximale qui rè-
gneront au fond du réservoir. Figure 1.33: S19.
2- L'in linaison de la surfa e libre pour une
a élération de 5, 77 m/s2 ainsi que les pres-
sions ee tives maximale et minimale orres-
Rép : 39 kN ; 0, 521 m.
pondantes qui règneront au fond du réservoir.
On prendra g = 10 m/s2 .
S20 : Cal uler le moment s'exerçant sur la
B- Le même réservoir est mis en rotation uni-
trappe (de largeur b = 1 m) et pré iser la po-
forme autour de son axe de révolution. Déter-
sition des entres de poussées.
miner :
1- ωmax qui permet d'éviter le déversement de On donne:
l'eau. Z1 = 1 m, Z2 = 0, 8 m, l = 0, 3 m,
2- Les pressions ee tives minimale et maxi- ρ1 = 1000 kg/m3 et ρ2 = 900 kg/m3 .

- 30 -
Ÿ1.10. Exer i es .

Eau que ρ1 < ρ2 < ρ3 . Dans le as de la disposi-


tion i-dessous, déterminer la ondition sur ρ2
pour que le système soit en équilibre.

z1 Huile

1
0
Trappe
A z2
0
1
0
1
0
1
l x

Figure 1.34: S20. ρ1

Rép : 121, 5 N.m ; 0, 1588 m ; 0, 1615 m. a

ρ2
S21 : Cal uler la for e résultante due à
l'a tion de l'eau sur la surfa e triangulaire CD ρ3
(b × h) représentée sur la gure i-dessous et
déterminer son entre de poussée. Le sommet
du triangle étant en C . On donne : Figure 1.36: S22.
H = 1 m ; α = 45◦ ; g = 10 m/s2 ; b = 1, 2 m ;
h = 1, 8 m.

Rép : 13 (2 ρ1 + ρ3 ) < ρ2 < 13 (2 ρ3 + ρ1 ).


α

H S23 : Soit un réservoir d'eau ACDB sur le-


quel on xe un onduit de se tion s dont le
C niveau est au point E (gure i-dessous) :
En négligeant le poids du onduit et elui du
h

réservoir déterminer :
D
1- la résultante des for es FCD exer ée sur la
surfa e CD ainsi que sont point d'appli ation ;
Figure 1.35: S21.
2- la for e totale FBD s'exerçant sur le fond
du réservoir ;
Rép : 20 kN ; 1, 268 m à partir de C ou 3- le poids total de l'eau.
2, 682 m à partir de A. 4- En omparant les résultats trouvés en (2)
et (3) expliquer la diéren e ?
S22 : Un tube très n de se tion uniforme
On donne : s = 0, 1 m2 ; H = 3, 6 m ;
est ourbé en forme de arré de oté a et rem-
pli ave un même volume de trois liquides pe- h = 1, 8 m ; L = 6 m ; g = 10 m/s
2

sants, immissibles, de densités ρ1 , ρ2 et ρ3 tels et b = 2, 4 m (largeur du réservoir).

- 31 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

Pa
Pa
E γ

H
H
h

A C

Figure 1.38: S25.


D
B
L

Figure 1.37: S23.


Rép : 0m3 ; 6, 75.103 N/m2 ; 17, 25.103 N/m2 .

S26 : La porte re tangulaire AB est arti u-


Rép : 1) 194, 4 kN ; 0, 96 m à partir de C . lée en A. Sa longueur est AB = L = 1, 5 m et
2) 777, 6 kN . 3) 262, 8 kN . sa largeur est W = 2 m.
1- Cal uler la résultante des for es FR exer-
S24 : Un i eberg de masse volumique ées par l'eau sur la porte AB .
912 kg/m3 otte dans l'o éan de masse vo- 2- Cal uler la for e FB à appliquer au point
lumique 1025 kg/m3 . La partie émergée de B pour maintenir la porte fermée.
l'i eberg (qui sort de l'eau) a un volume de On donne : ρ = 999 kg/m3 ,
600 m3 . g = 9, 81 m/s2 , H = 3 m et θ = 25◦ .

1- Quelle est le volume total de l'i eberg ?


2- Un ourse polaire de masse m kg monte sur Pa

et i eberg et le fait des endre d'un volume


H
de 0, 2 m3 dans l'eau. Quel est la masse de et
ourse ? A
Pa

Rép : 1) 5442, 47 m. 2) 204, 11 kg .

θ
B
S25 : Soit un réservoir re tangulaire ou-
vert de largeur 1, 5 m ontenant 1, 2 m d'eau.
Ce réservoir est a éléré horizontalement de Figure 1.39: S26.
3, 5 m/s2 . Quelle est la quantité d'eau renver-
sée pendant son mouvement et quelles sont les
pressions ee tives maximale et minimale qui Rép : 1) 97, 52 kN . 2) 50, 32 N .
reigneront au fond du réservoir ?
On donne : H = 1, 8 m ; h = 1, 2 m ; L = 3 m S27 : Soit une porte trapézoïdale ABDE
et g = 10 m/s2 . se trouvant omme une paroi d'un réservoir

- 32 -
Ÿ1.10. Exer i es .

fermé et omplètement rempli d'eau. Pa


Huile
Sous l'a tion de la for e Q appliquée au point d

K , ette porte peut pivoter autour de DE .


Eau
En supposant que le poids de la porte est né- h
gligeable et que l'on lit sur le manomètre à
mer ure une dénivellation de 90 cm de mer-
ure :
1- Cal uler la valeur de la for e de pression
exer ée par l'eau sur la porte ainsi que son Figure 1.41: S28.
point d'appli ation.
2- Déterminer la valeur de la for e Q à appli-
Rép : 1, 29.105 P a.
quer pour maintenir la porte fermée.
On donne : : Les ré ipients A et B ontiennent
S29
Pa = P a ; h1 = 90 cm ; h2 = 60 cm ; de l'eau aux pression respe tives de 2, 8 et
105
l1 = 8 m ; l2 = 7 m ; ED = b1 = 12 m ; 1, 4 bar . Déterminer la dénivellation h du mer-
AB = b2 = 4 m ; α = 45◦ ; ρ = 103 kg/m3 ; ure dans le manomètre diérentiel.
ρm = 13600 kg/m3 .

Pa

5m

h1

α x
h2 Q ρe
2
l

K
z
11111111111111
00000000000000
A
mercure
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
F 00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
K
00000000000000
11111111111111 y
00000000000000
11111111111111
1
l

B B
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
Eau O 00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
x h
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
3m
00000000000000
11111111111111
E 11111111111111
00000000000000
y
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
O
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111 ρm
00000000000000
11111111111111
00000000000000
11111111111111
D

Figure 1.40: S27.


Figure 1.42: S29.

Rép : 1, 269 m.
Rép : 1) 12, 73.106 N ; 3, 817 à partir de K .
2) 6, 65.106 N .
: Pour maintenir un objet ayant un vo-
S30
lume de 170 dm3 immergé dans l'eau, il nous
S28 : Déterminer la pression exer ée sur le
faut exer er une for e F1 = 265 N . Nous
fond du réservoir de la gure i-dessous. n'avons besoin que de F2 = 157 N pour main-
On donne : ρe = 10 kg/m , ρh = 900 kg/m , tenir e même objet immergé dans un autre
3 3 3

g = 9, 81 m/s2 , h = 3, 05 m et d = 0, 9 m. liquide.

- 33 -
Ch1 : STATIQUE DES FLUIDES.

y
1- Quelle est la masse volumique de e li-
quide ?
2- Que e passe-t-il si on supprime la for e
F2 ? justier votre réponse. Déterminer alors
le volume émergé de l'objet en dm3 . h

Rép : 1) 936, 47 kg/m3 . 2) 16, 76 dm3 .


111111111
000000000
000000000
111111111
o x
S31 : Soit un réservoir de 6, 096 m de pro-
fondeur et 2, 133 m de largeur dans lequel re-
Figure 1.43: S32.
pose trois uides immissibles. L'épaisseur de
la ou he d'eau (ρe = 999, 65 kg/m3 ) est de
1, 829 m, elle de la ou he de mer ure (ρm = Rép : 1) xxx kN . 2) 23000 N.m.
13552, 92 kg/m3 ) est de 1, 219 m et enn elle
de la ou he d'huile (ρh = 881, 10 kg/m3 ) est S33 : Déterminer les pressions ee tives
de 2, 438 m. En prenant la surfa e libre omme exer ées sur la vanne de retenue d'eau s hé-
référen e et g = 10 m/s2 : matisée i-dessous.
1- Cal uler la résultante des for es F exer ées
On donne : g = 10 m/s2 , Pa = 105 N/m2 .
sur la paroi du réservoir.
2- Déterminer le entre de poussée de ette
résultante. 0
1
0
1 1
0 Pa
0
1 1
1’ 0
11 5m
0
1
P 0
1 P
. 2) 4, 175 m. 0
1
1’ 1
Rép : 1) 493, 5 kN 0
1
Aval 0
1 Amont
0
1
0
1
0
1
0
1
S32 : La vanne- lapet représentée i-dessous 0
1
Pa 0
1
0
1 P2
P 2’ 2’ 0
1 2 2 1,5 m
est arti ulée en O. Sa forme est donnée par 0
1
0
1
0
1
0
1
l'équation : x = y4 .
2
0
1
0
1
0
1
0
1
1- Cal uler la résultante des for es horizontale P
3’ 3’ 0
1
0
1
3 P3

Fx et verti ale Fy exer ées par l'eau sur ette


Figure 1.44: S33.
vanne ainsi que leurs entres de poussées.
2- Cal uler le moment né essaire pour la
maintenir dans la position représentée.
On donne : g = 10 m/s2 ; h = 2 m ; b = 1, 5 m Rép : 0 ; 0, 35.105 N/m2 ; 0, 35.105 N/m2 .
(largeur de la vanne).

- 34 -
Chapter 2
É oulements idéaux

2.1 Méthodes de des ription d'un é oulement


Pour la des ription mathématique d'un é oulement on dispose de deux méthodes

diérentes:

2.1.1 Des ription Lagrangienne


Le mouvement d'une parti ule de uide étiquetée est étudié (Fig.2.1). Le ve teur

lieu


r de la parti ule à un temps initial t0 est don utilisé omme étiquette. L'image

de l'é oulement est omplète quand on onnaît le ve teur lieu




r de la parti ule et qui

est une fon tion de




r0 et du temps t: →

r =−

r ( t, →

r0 ) .

trajectoire
r = r (t, r 0 ) de la particule

o x

r = r (t0 ) = r0
y

Figure 2.1: Des ription Lagrangienne.

35
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

2.1.2 Des ription Eulérienne


Par ette méthode, toutes les grandeurs d'é oulement (vitesse q, pression P, et ...)

sont données omme fon tions du ve teur lieu




r et du temps t. Au lieu de suivre une

parti ule le long de sa traje toire, l'étude est on entrée sur un point donné de l'espa e.

A haque instant, les diérentes parti ules passent par le point onsidéré et on étudie

en e point les variations temporelles des grandeurs physiques (P, q, ...).


Don dans la des ription lagrangienne les oordonnes x, y, z des parti ules sont

fon tions du temps mais elles sont indépendantes dans la des ription eulérienne.

2.2 E oulement permanent et non permanent


Dans la des ription eulérienne nous avons les variables indépendantes x, y, z et t. Si

en haque point de l'espa e l'é oulement est indépendant du temps, il est alors appelé

permanent (ou stationnaire ). S'il varie ave le temps en un point, l'é oulement est dit

non permanent (ou instationnaire ).

2.3 Ligne de ourant -Tube de ourant


A l'instant t, on peut dénir en haque point de l'espa e le ve teur


q qui est elui

de la vitesse de la parti ule uide qui y passe à e moment. L'ensemble de es ve teurs

onstitue un hamp de vitesses.

On appelle ligne de ourant, une ourbe tangente en ha un de ses points au ve teur

vitesse


q (u,v,w ) en e point.

Les lignes de ourant sont don dénies par les équations suivantes:

dx dy dz
= = (2.1)
u v w
* Toutes les lignes de ourant qui s'appuient sur une ourbe fermée onstituent un

tube de ourant (Fig.2.2). Si le tube est de se tion inniment petite, il est alors appelé

let de ourant.

- 36 -
Ÿ2.4. Fon tion de ourant.

ligne de courant tube de courant

Figure 2.2: Ligne de ourant - Tube de ourant.

Deux lignes de ourant ne peuvent pas avoir un point d'interse tion sauf au point

d'arrêt (q = 0). Autrement, on aura pour une même parti ule une vitesse ave deux

dire tions diérentes!.

2.4 Fon tion de ourant


Elle fournit une mesure du débit-masse dans l'é oulement. Elle représente les lignes

de ourant sous la forme: ψ (x, y) = C te pour un é oulement plan (bidimensionnel)

dans le plan x y. Elle est dénie telle que:

∂ψ ∂ψ
u = et v = − (2.2)
∂y ∂x
∂ψ ∂ψ
On a: dψ = ∂x
dx + ∂y
d y = −v d x + u d y

Or sur une ligne de ourant nous avons d'après (2.1): vdx = udy

alors: d ψ = −u d y + u d y = 0 et de e fait nous pouvons on lure que:

La fon tion de ourant ψ = C te le long d'une ligne de ourant.

2.5 E oulement axisymétrique


Un é oulement est dit axisymétrique si les omposantes du ve teur vitesse référées

à des oordonnées ylindriques r, z et θ sont toutes indépendantes de l'angle θ.

2.6 Dérivée parti ulaire


Pour onnaître le taux de variation de la quantité de mouvement d'une parti ule,

on doit la suivre dans son dépla ement (des ription Lagrangienne) pour tenir ompte

de toute variation spatiale et temporelle. D'où la notion de dérivée parti ulaire:

D ∂ →
− ∂ ∂ ∂ ∂
= + →

q .∇ = + u +v + w (2.3)
Dt ∂t ∂t ∂x ∂y ∂z

- 37 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

Elle est traitée omme un opérateur diérentiel appli able sur une fon tion s alaire

ou ve toriel.

D
: représente le taux de variation par rapport au temps en suivant la parti ule dans
Dt
son mouvement;


: représente le taux de variation lo al;
∂t


→ →

q .∇ : représente le taux de variation onve tif.

2.7 Volume de ontrle


C'est un volume arbitraire (région dans l'é oulement) perméable (le uide passe

librement à travers sa surfa e) mais xe dans l'é oulement.

2.8 Equation de onservation de la masse


2.8.1 Forme diérentielle
Cette équation exprime la onservation de la masse ontenue dans un volume élé-

mentaire dV (des ription Lagrangienne) ou en ore pour un élément xe (des ription

Eulérienne): la diminution de masse ontenue dans le volume dV est égale à la masse

ayant traversée la surfa e extérieure de l'élément (débit sortant).

En utilisant ette se onde des ription, nous aurons (Fig.2.3):

Qmz + dQmz
z Qm y
dx

Qmx Qmx + dQm x


o x

dz
dy

y Qmy + dQmy
Qm z

Figure 2.3: Flux à travers la surfa e de l'élément de uide.

- 38 -
Ÿ2.8. Equation de onservation de la masse.

La diminution de la masse à travers le volume de ontrle est donnée par:

Qm = dm
dt
= − ∂∂ ρt dx dy dz (*)

et d'autre part, d'après la gure (2.3) on a:

dm
dt
= Qm |x+dx − Qm |x + Qm |y+dy − Qm |y + Qm |z+dz − Qm |z (**)

Le ve teur vitesse étant déni par ses omposantes




q (u, v, w) on a alors les débits

massiques qui passent à travers haque fa ette du ube:

Qm |x = ρ u dy dz ; Qm |y = ρ v dx dz et Qm |z = ρ w dx dy

∂ Q m |x ∂ (ρ u)
Qm |x+dx = Qm |x + ∂x
dx = Qm |x + ∂x
dx dy dz

∂ Q m |y ∂ (ρ v)
Qm |y+dy = Qm |y + ∂y
dy = Qm |y + ∂y
dx dy dz

∂ Q m |z ∂ (ρ w)
Qm |z+dz = Qm |z + ∂z
dz = Qm |z + ∂z
dx dy dz

en ombinant les équations (*) et (**) nous aurons:

h i
∂ (ρ u) ∂ (ρ v) ∂ (ρ w)
− ∂∂ ρt dx dy dz = ∂x
+ ∂y
+ ∂z
dx dy dz

d'où l'équation de onservation de la masse ou en ore l'équation de ontinuité :

∂ρ ∂ (ρ u) ∂ (ρ v) ∂ (ρ w)
+ + + = 0 (2.4)
∂t ∂x ∂y ∂z


En oordonnées ylindriques q (u , v , w ) l'équation (2.4) devient, en posant: x =
r θ z

r cos θ et y = r sin θ:

∂ρ 1 ∂ (ρ r ur ) 1 ∂ (ρ vθ ) ∂ (ρ wz )
+ + + = 0 (2.5)
∂t r ∂r r ∂θ ∂z

L'équation ( 2.4) s'é rit en ore sous forme plus ompa te:

∂ρ → →

+ ∇.(ρ −
q) = 0 (2.6)
∂t

et puisque:

- 39 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.


− −
→ →→
− →


Dt
= ∂ρ
∂t
+→

q .∇ ρ et ∇.(ρ −

q ) = ρ ∇.−
q +→

q .∇ ρ

nous aurons alors:


Dρ →→

+ ρ ∇.−
q = 0 (2.7)
Dt

Cette équation générale peut s'utiliser selon les formes parti ulières suivantes:

* Cas d'un é oulement permanent:

La masse volumique en un point est onstante même si sa valeur peut varier d'un

point à un autre.

∂ρ
C'est-à-dire:
∂t
= 0 d'où:

∂ (ρ u) ∂ (ρ v) ∂ (ρ w)
+ + = 0 (2.8)
∂x ∂y ∂z

* Cas d'un é oulement in ompressible:

La masse volumique reste onstante quelque soit les valeurs de la pression et de la

température au sein du uide.


C'est-à-dire:
Dt
= 0 d'où:

∂u ∂v ∂w
+ + = 0 (2.9)
∂x ∂y ∂z

2.8.2 Forme intégrale


* Cas parti ulier:
Considérons en premier lieu un é oulement stationnaire d'un uide ompressible

dans une onduite de se tion S variable le long de sa bre moyenne (Fig.2.4).

- 40 -
Ÿ2.8. Equation de onservation de la masse.
11
00
00
11 q2
00
11
00
11
fibre moyenne 00
11
00
11 n2
00
11

q1 S2

111
000
000
111
000
111
000
111
000
111
000
111
000
111
000
111
000
111
000
111
n1 S1

Figure 2.4: Equation de ontinuité. Forme intégrale.

Si la vitesse


q et la densité ρ sont onstantes (ou uniformes) dans les se tions S1 et

S2 , l'é oulement est unidimensionnel et nous pouvons é rire que la variation du débit

massique est onstante: Qm2 − Qm1 = 0 d'où:

ρ1 q1 S1 = ρ2 q2 S2 (2.10)

- Si le uide est in ompressible alors: ρ = C te et don :

q1 S1 = q2 S2 ⇔ Qv1 = Qv2 (2.11)

Qv étant le débit volumique (ou volumétrique ).

Qv
Don q = S
est la vitesse moyenne si le prol de vitesse n'est pas uniforme dans la

se tion de passage.

- Exemple:

Un piston de pompe à eau de diamètre D = 60 cm se dépla e à la vitesse

q1 = 1.5 m/s. Quelle est la vitesse de l'eau dans la onduite de refoulement

de la pompe dont le diamètre est d = 40 cm ?.

Le débit dépla é par le piston étant égal à elui qui passe dans la onduite de

refoulement, on a alors :

S1

D 2
Qv1 = Qv2 ⇔ q1 S1 = q2 S2 ⇒ q2 = q1 S2
= q1 d

- 41 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

6 2
q2 = 1, 5 4
d'où : q2 = 3, 375 m/s.

* Cas général :
L'équation (2.6) peut s'é rire de la manière suivante :

R → →

[ ∂∂ ρt + ∇.(ρ −
q )] dv = 0
v

ar le volume de ontrle ne dépend pas de t. En utilisant le théorème de Gauss-

Ostrogradski (Annexe A.9), nous aurons :

R R
∂ρ
∂t
dv + ρ (−

q .−

n ) dS = 0
v s

et par suite, nous pouvons é rire :

Z Z
∂ Dm
ρ dv + ρ (−

q .−→
n ) dS = = 0 (2.12)
∂t Dt
| v{z } |s {z }
(1) (2)

La première partie (1) de l'équation (2.12) représente le taux de variation lo ale de

m à travers le volume de ontrle v; la se onde partie (2) représente quant-à-elle, le

débit masse (ou ux ) à travers la surfa e de ontrle S.

- Remarques :
1. L'équation (2.12) représente la ontinuité de masse dans l'é oulement sous forme

intégrale. Pour avoir la onservation de la masse dans un volume de ontrle (v. )

la somme des taux de hangement lo al de m et du débit masse net Qm doit

être nulle.

2. Si les variables ρ et


q sont uniformes alors :

Qm = ρ q S (2.13)


3. Puisque (v. ) est indépendant du temps, la dérivée dans (2.12) s'applique
∂t
uniquement à l'intégrant ρ dv .


4. Si l'é oulement est permanent
∂t
= 0 , l'équation (2.12) devient :

Z
ρ (−

q .−

n ) dS = 0 (2.14)

- 42 -
Ÿ2.8. Equation de onservation de la masse.

5. Le (v. ) peut prendre une forme quel onque dans l'analyse de l'é oulement. Son

hoix est important pour obtenir une solution simple du problème.

- Exemple d'appli ation :

Un jet d'eau de diamètre d sort d'un réservoir de diamètre D . Si on suppose



que la vitesse d'é oulement dans le jet est donnée par q = 2 g h. Trouver le
temps né essaire pour que la surfa e du réservoir s'abaisse de la hauteur h1
à h2 (Fig.2.5). La masse volumique et la vitesse sont supposées uniformes à

travers la se tion de sortie.

D
n1

(v.c)
q1

h
h1

h2

d q2
n2
y

Figure 2.5: Vidange d'un réservoir.

Le débit masse net à travers la se tion de ontrle est :

R R
Qm = ρ (−
q→ →

1r . n1 ) dS + ρ (−

q2 . −

n2 ) dS
s1 s2


Qm = −ρ q1r S1 + ρ q2 S2 = −ρ q1r S1 + ρ 2 g h S2

Puisque la surfa e S1 se dépla e ave le (v. ) alors sa vitesse relative q1r est nulle. En

d'autre termes, il n'y pas de parti ules de uides qui passent à travers la se tion S1 .

- 43 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.
R d
R dh
ρ dv = ρ v = ρ (y + h) S1 ⇒ dt
ρ dv = ρ S1 dt
v v

en remplaçant dans l'équation de ontinuité :

√ Rt Rh2
ρ S1 dd ht + ρ S2 2gh = 0 ⇒ dt = − S2S√12 g dh

h
0 h1

et en intégrant le temps entre 0 et t et la hauteur entre h1 et h2 on aura :

r
2 S1  p p  2 D 2 p p 
t = √ h1 − h2 = h1 − h2
S2 2 g g d2

* Dans le as où le réservoir est per é en bas alors y = 0 et la hauteur varie de h


à 0 (vidange). Le temps de vidange sera don :

2 S1 √ 2 S1 h 2 V0
tv = √ h = √ =
S2 2 g S2 2 g h Qv0

où :

V0 : volume initial ;

Qv0 : débit volumétrique initial.

Appli ation numérique :


Soit une boîte de hauteur 115 mm et de diamètre 100 mm qui se vidange par un

petit ori e de 1, 5 mm de diamètre. Sa hant que g = 10 m/s2, le temps de vidange de

la boîte est :

q √
tv = 2 1002
10 1,52
0, 115 = 674 s ⇒ tv = 11 mn 14 s.

2.9 Equations de quantité de mouvement


Avant d'établir les équations du mouvement d'un é oulement idéal, donnons en

premier lieu la dénition des for es massiques et surfa iques :

- Une for e massique est une for e dont la valeur est proportionnelle à la masse de

l'élément de uide sur lequel elle agit (for e de gravité, magnétique, ...et .).

- Une for e de surfa e est une for e qui agit sur la surfa e de l'élément de uide et

elle est exer ée soit par les autres éléments adja ents soit par un solide en onta t ave

le uide (for e de pression, ontrainte de isaillement, ...et .).

* Dans un é oulement idéal, on néglige les frottements entre les éléments de uide

(µ → 0). Don les ontraintes de isaillement ne se produisent pas et on trouve, omme

- 44 -
Ÿ2.9. Equations de quantité de mouvement.

en hydrostatique, que la pression ne dépend pas de la dire tion.

Les équations de quantité de mouvement sont obtenues par appli ation de la se onde

loi de Newton : Le taux de variation de la quantité de mouvement par rapport au temps

d'une parti ule de uide est égale à la résultante de toutes les for es qui exer ent une

inuen e ou une a tion sur ette parti ule.

2.9.1 Forme diérentielle


Soit une parti ule de uide de dimensions dx, dy, dz (Fig.2.6 ).

z ∂P
P+ ∂z
dz

∂P
dz P P+ dx
ρ ∂x

PSfrag repla ements

P
x
dx

Figure 2.6: S héma d'une parti ule de uide soumise aux diverses for es.

La deuxième loi de Newton s'é rit :

X −→
Fex = m −

γ (2.15)

La proje tion de l'équation (2.15) selon l'axe OX nous donne :

P  
Du ∂u
Fx = m γx = ρ dx dy dz Dt
= ρ dx dy dz ∂t
+ u ∂∂ ux + v ∂∂ uy + w ∂∂ uz

d'autre part, d'après la gure (2.6) on a :

P ∂p

Fx = P dy dz − P + ∂x
dx dy dz + ρ dx dy dz fx

- 45 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

fx étant la omposante suivant X de toutes les for es volumiques par unité de masse.

Dans e ours, nous onsidérons seulement les for es de pesanteur (ou de gravité).

En simpliant l'équation i-dessus et en faisant la même démar he suivant les autres

axes, nous obtenons les équations d'Euler (2.16).

 ∂u

 ∂t
+ u ∂∂ ux + v ∂∂ uy + w ∂∂ uz = fx − 1 ∂P
ρ ∂x





∂v
∂t
+ u ∂∂ xv + v ∂v
∂y
+ w ∂∂ zv = fy + − ρ1 ∂P
∂y
(2.16)






 ∂w
∂t
+ u ∂∂ wx + v ∂w
∂y
+ w ∂∂ wz = fz − 1 ∂P
ρ ∂z

Le premier membre du système (2.16) représente les for es d'inertie, le se ond

membre représente respe tivement les for es de pression ainsi que les for es de pe-

santeur.

Dans un référentiel artésien, les omposantes fx et fy sont nulles : fx = fy = 0 et

fz = −g , mais dans d'autres repères, il est possible d'avoir toutes les omposantes non

nulles.

Les équations (2.16) peuvent s'é rire sous la forme ve torielle suivante :

D−

q −
→ 1−→
= f − ∇P (2.17)
Dt ρ

Comme nous avons la propriété suivante :

D−

q ∂−

q →→
− ∂−

q 1−→ −→ → −
= +→

q .∇ −
q = + ∇ q 2 + rot −
q ∧→
q
Dt ∂t ∂t 2


et en désignant par Ω le ve teur tourbillon du hamp de vitesse (ou taux de rotation

de la parti ule ) déni par :



→ 1 −→ →
Ω = rot −
q (2.18)
2

nous aurons l'équation ve torielle suivante :

∂−

q 1−→ 1−→ −
→ →

+ ∇ q2 + ∇ P = f − 2 Ω ∧ −

q (2.19)
∂t 2 ρ


→ →

Si Ω = 0 on aura alors un é oulement irrotationnel.

- 46 -
Ÿ2.9. Equations de quantité de mouvement.

2.9.2 Forme intégrale


La quantité de mouvement d'un élément de uide ompris dans un volume arbitraire

(v ) est dénie par :


Z
Iv = ρ→

q dv (2.20)

D'après la loi de Newton, nous avons :

D Iv X
= Fex (2.21)
Dt
d'où en appliquant le théorème de Gauss-Ostrogradski (Annexe A.9) :

Z Z Z Z
∂ −
→ →

ρ→

q dv + ρ→

q (−

q .→

n ) dS = ρ fv dv − P .→

n dS + R (2.22)
∂t
v s v s



R représente, dans l'équation (2.22), la for e de réa tion exer ée par la paroi solide

sur le uide.

- Exemple d'appli ation :

Considérons l'é oulement stationnaire d'un uide in ompressible dans une

onduite oudée d'un angle α (Fig.2.7). On her he la for e exer ée par le

uide sur la onduite entre les se tions S1 et S2 . La masse volumique du uide

est ρ et on suppose que les variables d'é oulement sont uniformes dans les deux
se tions et on peut négliger l'eet de la pesanteur.

S2

y n2 q2

x P2

S1
(v.c) Ry
R

Rx
n1
q1
P1
α

Figure 2.7: Exemple d'appli ation. For e exer ée sur un oude.

- 47 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.


E oulement permanent ⇒ ∂t
= 0 et l'équation (2.22) devient :

R P −→ R →

ρ→

q (−

q .−

n ) dS = Fex = − P . →

n dS + R
s s

* Dé omposition selon l'axe X :

R R − R R −

ρ−
q→ → −
− →
1x ( q1 . n1 ) dS + ρ q→ → −
− →
2x ( q2 . n2 ) dS = − P1 . −
n→
1x dS − P2 . −
n→
2x dS + Rx
s1 s2 s1 s2

* Proje tion suivant l'axe X :

R R R R
ρ u 1 (−
→ n1 ) dS + ρ u2 (−
q1 . −
→ →
q2 . −

n2 ) dS = P1 dS − P2 . cos α dS − Rx
s1 s2 s1 s2

−ρ q12 S1 + ρ q22 cos α S2 = P1 S1 − P2 cos α S2 + Fx


ar Fx = −Rx d'où :

 
Fx = S2 cos α P2 + ρ q22 − S1 P1 + ρ q12

* Dé omposition selon l'axe Y :

R R − R R −

ρ−
q→ → −
− →
1y ( q1 . n1 ) dS + ρ q→ → −
− →
2y ( q2 . n2 ) dS = − P1 . −
n→
1y dS − P2 . −
n→
2y dS + Ry
s1 s2 s1 s2

* Proje tion suivant l'axe Y :

R R R R
ρ v1 (−
→ n1 ) dS + ρ v2 (−
q1 .−
→ →
q2 .−

n2 ) dS = − P1 .0 dS − P2 . sin α dS + Ry
s1 s2 s1 s2

ρ q22 sin α S2 = −P2 sin α S2 − Fy ar Fy = −Ry et v1 = 0


d'où :

Fy = −S2 sin α P2 + ρ q22

et enn la résultante des for es exer ées par le uide sur la onduite :

p
F = Fx2 + Fy2 .

2.10 Equation de Bernoulli


Considérons une parti ule de uide qui o upe un volume innitésimal et xe à

l'instant t dans un é oulement stationnaire et idéal. Cette parti ule suit une ligne de

ourant durant son mouvement (Fig.2.8).

- 48 -
Ÿ2.10. Equation de Bernoulli.

∂P
(P + ∂l
dl) dS
q

dz
θ
ligne de
P dS p courant

PSfrag repla ements


n
dl
l dS

Figure 2.8: Etablissement de l'équation de Bernoulli.

En appliquant la deuxième loi de Newton dans la dire tion de la ligne de ourant

nous obtenons :
P Dq
F = mγ ave p = m g = ρ g dl ds et γ = Dt


⇒ ρ dl ds D
Dt
q
= P ds − P + ∂P
∂l
dl ds − ρ g dl ds cosθ

⇒ ρD
Dt
q
= − ∂∂Pl − ρ g cosθ = − ∂∂Pl − ρ g ∂z
∂l
ar dz = dl cosθ = ∂z
∂l
dl

d'autre part :

Dq ∂q −
→ →
− → ∂ q −
− → ∂q −


∂q
Dt
= ∂t
+ q .∇ q = q l . ∂ l l + ∂n
n = q ∂l

et en remplaçant dans l'équation prin ipale on aura :

 
ρ q ∂∂ ql = − ∂∂Pl − ρ g ∂z
∂l
⇒ ρ ∂∂l 1
2
q2 + P
ρ
+ gz = 0

Suivant la même ligne de ourant, nous aurons don :

P 1
+ q2 + g z = C te (2.23)
ρ 2

L'équation (2.23) est l'équation de Bernoulli ; elle est valable seulement pour un

é oulement idéal, permanent, in ompressible et suivant la même ligne de ourant (l'é ou-

lement n'est pas for ément homogène).

- 49 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

2.11 Interprétation de l'équation de Bernoulli


Soit une masse de 1 Kg de liquide parfait passant de l'état (1) à l'état (2). Nous

pouvons don é rire :

P2 − P1 1 2 
+ q2 − q12 + g (z2 − z1 ) = 0 [J/kg] (2.24)
ρ
| {z } |
2 {z } | {z
(3)
}
(1) (2)

où :

(1) : variation de l'énergie potentielle due à la variation de pression ;

(2) : variation de l'énergie inétique due à la variation de vitesse ;

(3) : variation de l'énergie potentielle due à la variation d'altitude.

L'équation de Bernoulli nous indique don que l'énergie mé anique totale d'une

parti ule de uide est onservée le long d'une ligne de ourant (bien que l'une des

formes d'énergie peut se transformer en une autre) (Fig.2.9).

gz1
Energie potentielle gz2

Energie de pression

P1 P2
ρ ρ

Energie cinétique

q22
q12
2
2

Figure 2.9: Diérentes formes d'énergie dans un é oulement idéal.

- 50 -
Ÿ2.12. Appli ations pratiques de l'équation de Bernoulli.

Remarques :
1. Entre les états (1) et (2), l'équation de Bernoulli ne fait pas état de la forme de

la onduite ou du tube de ourant.

2. Suivant les as d'utilisation, l'équation de Bernoulli peut s'é rire de diérentes

manières :

ρ 2 
(P2 − P1 ) + q2 − q12 + ρ g (z2 − z1 ) = 0 [N/m2 ] (2.25)
2

(P2 − P1 ) 1 
+ q22 − q12 + (z2 − z1 ) = 0 [m] (2.26)
ρg 2g

- Exemple :

Soit à transporter de l'eau dans une onduite d'un point (1) à un point (2)

ave les données suivantes :


P1 = 15 N/cm2 q1 = 8 m/s z1 = 12 m
P2 = 10 N/cm2 q2 = ? z2 = 2 m
3
On donne : ρ = 1000 Kg/m et g = 10 m/s2
 Quelle est la vitesse au point (2) ?

 Si le débit transporté est de 6 dm3/s ; al uler les diamètres de la

onduite aux points (1) et (2).

Appliquons l'équation (2.24) entre les points (1) et (2) :


P2 − P1 1
ρ
+ 2
(q22 − q12 ) + g (z2 − z1 ) = 0
1
⇒ −50 + 2
(q22 − 64) − 100 = 0 ⇒ q2 = 19 m/s.

D'après l'équation (2.11), le débit volumique est donné par :

π D12 π D22
Qv = S1 q1 = S2 q2 ave S1 = 4
et S2 = 4
d'où :

q q
4 Qv 4 . 0,006
D1 = π q1
= 3,1415 . 8
= 31 mm
et
q q
4 Qv 4 . 0,006
D2 = π q2
= 3,1415 . 19
= 20 mm.

2.12 Appli ations pratiques de l'équation de Bernoulli


2.12.1 Mesure de la pression statique
La pression statique (ou lo ale) au voisinage d'une paroi peut être mesurée au

moyen d'un trou n per é sans bavures et perpendi ulairement à la surfa e de la paroi.

- 51 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

Cette dernière peut être onsidérée omme une ligne de ourant qui n'est pas modiée

par la présen e de la avité qui se remplit de uide mort (Fig.2.10).

lignes de
courant

11111111111111111111111
00000000000000000000000
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
M

00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111 Fluide mort

00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
Figure 2.10: Mesure de la pression statique.

Le uide mort et le uide en mouvement sont en onta t au point M et on peut

é rire d'après l'équation de Bernoulli :

PM 1 2
+ qM + g zM = C te ⇒ PM = C te
ρ 2

La pression dans la avité est don onstante et on peut la mesurer ave un mano-

mètre. Elle sera égale à elle du uide en mouvement.

2.12.2 Mesure de la pression dynamique


La pression dynamique (ou totale ou en ore pression d'arrêt) est la pression qu'on

obtiendrait si l'é oulement était dé éléré sans pertes (frottements) jusqu'à la vitesse

nulle. Elle peut être mesurée au moyen d'un tube de Pitot.

Cet instrument est onstitué d'un tube min e inséré dans l'é oulement de telle ma-

nière que l'ouverture du tube soit orientée dans le sens opposé à l'é oulement (Fig.2.11).

E rivons l'équation de Bernoulli entre l'amont et le point d'arrêt :

1 2 1
P∞ + 2
ρ q∞ + ρ g z∞ = P0 + 2
ρ q02 + ρ g z0
d'où :

1
P0 = P∞ + ρq2 (2.27)
2 ∞
- 52 -
Ÿ2.12. Appli ations pratiques de l'équation de Bernoulli.

Poo

q oo
P0 q 0= 0

Pa
Conduite

P0 ∆h

ρm

Figure 2.11: Mesure de la pression totale.

C'est don la pression statique augmentée de la pression dynamique.

Par la onnexion du tube de Pitot à un manomètre, on peut mesurer la pression P0


relativement par rapport à la pression atmosphérique Pa :

P0 − Pa = ρm g ∆h (2.28)

2.12.3 Mesure de la vitesse dans un é oulement in ompressible


Il existe une variante du tube de Pitot (Fig.2.12) permettant de mesurer simulta-

nément les pressions lo ale et totale. Un tel instrument est dénommé tube de Prandtl.

Nous pouvons é rire :


1 1
P0 + 2
ρ q02 + ρ g z0 = P + 2
ρq2 + ρg z

Le tube étant assez min e pour ne pas perturber l'é oulement, alors : z = z0 .

Le tube de Prandtl sert don à mesurer la vitesse en un point quel onque de

l'é oulement par la formule suivante :

s
2 (P0 − P )
q = (2.29)
ρ

- 53 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

P q

P0 q =0
0

P
Conduite

P0 ∆h

ρm

Figure 2.12: Mesure de la vitesse.

Si on met du mer ure dans le manomètre, à l'équilibre nous aurons :

P0 − P = ρm g ∆h (2.30)

2.12.4 Mesure du débit-masse


Pour déterminer le débit-masse dans une onduite, on utilise souvent un tube de

Venturi omme il est indiqué sur la gure (Fig.2.13). Il est formé d'un onvergent, d'un

ol et d'un divergent. Il est muni de deux prises de pression statique : une à l'entrée de

l'appareil et une au ol.

Dans les se tions S1 et S2 , le tube est muni de trous apables de mesurer les pressions
lo ales P1 et P2 . Au moyen d'une mesure de la diéren e de pression (P1 − P2 ), le débit-
masse d'un é oulement in ompressible est donné par la relation suivante :

v
u 2 ρ (P − P )
= S2 u
1 2
Qm t  2 (2.31)
1 − SS12

Cette relation est obtenue en ombinant l'équation de ontinuité et elle de Ber-

noulli ; la diéren e de pression est dire tement proportionnelle à la dénivellation ∆h.


En eet :

- 54 -
Ÿ2.12. Appli ations pratiques de l'équation de Bernoulli.

S1 S2

1 2

∆h

ρm

Figure 2.13: Mesure du débit-masse.

q1 S2
Qm = ρ S1 q1 = ρ S2 q2 ⇒ q2
= S1

1 1
P1 + 2
ρ q12 + ρ g z1 = P2 + 2
ρ q22 + ρ g z2

et puisque z1 = z2 alors :

  2    2 
P1 − P2 = 1
2
ρ (q22 − q12 ) = 1
2
ρ q22 1 − qq12 = 1
2
ρ q22 1 − SS12

 2   2   2   2 
Qm S2 Qm
P1 − P2 = 1
2
ρ ρ S2
1− S1
= 1
2ρ S2
1 − SS12

e qui permet de retrouver la relation (2.31).

Nous pouvons utiliser le même raisonnement en utilisant d'une façon générale la

pression motri e Pg qui est onstante le long d'une se tion droite de la onduite et

dénie par :

Pg = P + ρ g h (2.32)

On retrouve alors la relation suivante :

v
u 2 ρ (P − P )
= S2 u
g1 g2
Qm t  2 (2.33)
1 − SS12

- 55 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

- Exemple d'appli ation :

Un ir uit hydraulique horizontal a les dimensions indiquées (Fig.2.14). Il om-

porte un venturi, une prise de pression statique et une prise de pression double.

Ces divers appareils sont reliés à des manomètres à mer ure. Les tubes de liai-

son aux manomètres sont remplis d'eau. On donne :

- Masse volumique du mer ure : ρm = 13600 Kg/m3.


- Pression absolue au point 0 : P0 = 1, 5 bar.
- Pression atmosphérique : Pa = 1 bar.
- Hauteur z : z = 1 m.
1. Sa hant que la dénivellation hv = 40 mm, al uler le débit volumique

dans la onduite.

2. Cal uler la dénivellation hs .


3. Cal uler la dénivellation hd dans la prise de pression double.

D1 = 175 D2 = 100 D3 = 125

0 1 2 3 4 5

h2

Pa z
h1 h4
hv h5
h3

hs
hd
ρm

ρm

Figure 2.14: Exemple d'appli ation. Cir uit hydraulique horizontal.

Solution détaillée :
1- Pour al uler le débit volumique, nous é rivons la onservation du débit entre les

points 1 et 2 dans le Venturi.


 2
q2 S1 D1
Qv = S1 q1 = S2 q2 ⇒ q1
= S2
= D2

d'autre part, l'équation de Bernoulli entre es deux points nous donne :

- 56 -
Ÿ2.12. Appli ations pratiques de l'équation de Bernoulli.

P2 − P1 1
ρ
+ 2
(q22 − q12 ) + g (z2 − z1 ) = 0

et puisque z1 = z2 alors :

  2   4 
P1 − P2 q2 D1
ρ
= − 12 q12 1− q1
= 1
2
q12 D2
−1
s
⇒ q1 = 2(P1 −

P2 ) 
D1 4
ρ D
−1
2

Comme la pression motri e Pg est onstante dans haque se tion de la onduite,

alors :

D1 D2
Pg1 = P1 + ρ g 2
et Pg2 = P2 + ρ g 2

Au niveau du Venturi nous pouvons é rire :

Pg1 + ρ g h1 = Pg2 + ρ g h2 + ρm g hv

et en remplaçant les pressions motri es :

D1
 D2

P1 + ρ g h1 + 2
= P2 + ρ g h2 + 2
+ ρm g hv

d'où, en simpliant :

P1 − P2 = g hv (ρm − ρ)

En remplaçant ette diéren e de pression dans l'équation donnant q1 , puis dans elle

de la onservation du débit, nous aurons nalement :

s q
π D12 2 g hv (ρm − ρ) π (0,175)2 2 . 9,81 . 0,04 (13,6 − 1)
Qv = 4  
D1 4
= 4 (1,75)4 − 1
= 0, 02613 m3/s
ρ D
−1
2

2- L'équation de Bernoulli entre les points 2 et 3 nous donne (sa hant que z2 = z3 ) :

P3 − P2 1 ρ
ρ
+ 2
(q32 − q22 ) = 0 ⇒ P3 = P2 + 2
(q22 − q32 )

l'équilibre du manomètre nous donne :

- 57 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

Pa + ρ g hs = Pg3 + ρ g h3 = P3 + ρ g D23 + ρ g z − D3
2
= P3 + ρ g z

P3 − Pa + ρ g z
d'où : hs = ρm g

Il faut don al uler la pression P3 pour pouvoir évaluer la dénivellation hs . Pour

ela, al ulons d'abords les vitesses dans les diérentes se tions de la onduite :
4 Qv 4 . 0,02613
q1 = π D12
= 3,1415 (0,175)2
⇒ q1 = 1, 086 m/s

4 Qv 4 . 0,02613
q2 = π D22
= 3,1415 (0,1)2
⇒ q2 = 3, 327 m/s

4 Qv 4 . 0,02613
q3 = π D32
= 3,1415 (0,125)2
⇒ q3 = 2, 129 m/s

P1 − P0 1
ρ
+ 2
(q12 − q02 ) = 0

et Qv = S0 q0 = S1 q1 ⇒ q0 = q1 d'où : P0 = P1

P2 − P0 1 ρ
ρ
+ 2
(q22 − q02 ) = 0 ⇒ P2 = P0 − 2
(q22 − q02 )

103
P2 = 1, 5.105 − 2
(3, 3272 − 1, 0862) ⇒ P2 = 1, 450 bar

ρ 103
P3 = P2 − 2
(q32 − q22 ) = 1, 45.105 − 2
(3, 3272 − 2, 1292) = 1, 482 bar

En remplaçant es valeurs dans l'expression de hs , nous aurons :

1,482.105 − 105 + 103 . 9,81 1


hs = 13,6.103 . 9,81
= 0, 4348 m.

3- Appliquons l'équation de Bernoulli entre les points 3 et 4 :

P4 − P3 1
ρ
+ 2
(q42 − q32 ) = 0 et Qv = S4 q4 = S3 q3 ⇒ q4 = q3

d'où : P4 = P3

La ondition d'équilibre dans la prise de pression double nous donne :

Pg4 + ρ g h4 + ρm g hd = P5 + ρ g h5

et en remplaçant les pressions motri es :

- 58 -
Ÿ2.12. Appli ations pratiques de l'équation de Bernoulli.

D3
 D3

P4 + ρ g 2
+ ρ g h4 + ρm g hd = P5 + ρ g hd + h4 + 2

⇒ P3 + ρm g hd = P5 + ρ g hd

Pour al uler hd , il sut maintenant de al uler la pression P5 .

P5 − P4 1
ρ
+ 2
(q25 − q24 ) = 0

mais q5 = 0 ar 'est un point d'arrêt, d'où :

1 1
P5 = P4 + 2
ρ q42 = P3 + 2
ρ q32

et en remplaçant dans la relation pré édente :

1
P3 + ρm g hd = ρ g hd + P3 + 2
ρ q32

ρ q32 103 . 2,1292


⇒ hd = 2 g (ρm − ρ)
= 2 . 9,81 (13600 − 1000)
= 18, 3 mm.

- 59 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

2.13 Exer i es 2- Si le hariot se dépla e horizontalement


dans le sens du jets à une vitesse de 5 m/s,
C1 : Quelle doit être la pression P de l'eau al uler la poussée horizontale exer ée par le
que l'on doit mesurer dans une lan e à in en- jet sur le hariot.
die de se tion S pour que la vitesse à la sortie 3- Quel sera le rendement de e mode de pro-
du tuyau de se tion s soit égale à q0 . pulsion (rapport de la puissan e utile à la
On donne : q0 = 40 m/s ; S = 5 cm2 ; et puissan e fournie).
s = 0, 5 cm2 .
Rép : 1) 1530, 4 N . 2) 1309, 5 N . 3) 0, 247 .
Rép : 8, 92.105 N/m2 .
C4 : Le hamp de vitesse d'un é oulement
C2 : Un réservoir de se tion Sr = 0, 5 m2 in ompressible est donné par :
et de hauteur H = 1, 5 m est muni de deux u = V0 Lx , v = 0 , w = −V0 Lz
entrées latérales 1 et 2 de diamètres respe - V0 étant une onstante ayant la dimension
tifs D1 = 25 mm et D2 = 70 mm. Les vi- d'une vitesse et L une longueur donnée.
tesses du uide, supposées uniformes au ni-
En utilisant le volume de ontrle d'épaisseur
veau des deux entrées, sont respe tivement
b délimité par O (0, 0), A (0, L) et B (L, L),
q1 = 0, 91 m/s et q2 = 0, 60 m/s.
déterminer les débits volumiques à travers les
Cal uler le temps de remplissage du réservoir.
fa ettes 1, 2 et 3. Con lure.

Sr

z
1

A B

2
H
3

2 x
O

Figure 2.16: C4.


1

Figure 2.15: C2.


Rép : −V0 L b ; 0 ; V0 L b .
Rép : 4 mn 32 s.
C5 : Un turboréa teur d'avion est s héma-
C3 : Un jet, in liné de par rapport à
30◦ tisé par la gure i-dessous :
l'horizontale, de diamètre 50 mm et de vitesse Df étant le débit de fuel (kérosène) inje té
30 m/s, frappe la surfa e libre d'un réservoir dans la hambre de ombustion et qa la vi-
monté sur un hariot. tesse de l'avion. On suppose que e dernier
1- Cal uler la for e horizontale qu'il faut ap- est xe et que 'est l'air qui se dépla e à la
pliquer au hariot pour l'immobiliser. vitesse qa suivant X .

- 60 -
Ÿ2.13. Exer i es .

En supposant l'é oulement stationnaire et in- zontal, la vitesse varie linéairement en fon -
ompressible, et en négligeant les for es de pe- tion de l'abs isse de 5 m/s à 1 m/s sur une
santeur déterminer, en utilisant le (v.c) donné, distan e AB de 0, 5 m. Dans le as d'un uide
l'expression de la poussée F du turboréa teur de masse volumique ρ = 800 kg/m3 :
en fon tion de Pa ,Pe ,Sa ,S,Da ,qa ,qe et f . 1- Déterminer la variation de pression orres-
f étant le rapport de mélange = débit de fuel pondant à ette diminution de vitesse.
(Df ) / débit d'air (Da .
2- Cal uler le gradient de pression aux points
qa
A et B .
(v.c)

Df

Pa

qa qe
Sa F Pe
X
Se

Da

PA PB
Figure 2.17: C5. A
qA
B
qB

Rép : F = Pe Se −Pa S+Da [(1 + f ) qe − qa ].


L = 0,5 m

C6 : Un réservoir de forme parallélipipé- Figure 2.18: C8.


dique de 10 m de longueur, 5 m de largeur
et 2 m de profondeur se vide par un ori e
per é dans le fond horizontal débou hant à
l'air libre, et dont la se tion vaut 0, 5 dm2 .
Quel est le temps ( heure/ minute/ se onde Rép : 1) 9600 P a. 2) 32000 P a/m ;
) né essaire à sa vidange totale ? g = 10 m/s2 . 6400 P a/m.

Rép : 1 h 45 mn 24 s. C9 : On veut mesurer et enregistrer le débit


d'une onduite de diamètre nominal 600 mm
C7 : Une onduite for ée va d'un barrage- à l'aide d'un débitmètre éle tromagnétique D.
réservoir d'altitude 845 m à la turbine L'appareil adopté a un diamètre de passage de
d'altitude 625 m. Le débit maximal est de 300 mm. On installe don un onvergent 1 − 2
0, 4 m3 /s et la vitesse de l'eau dans la onduite à 45◦ , le débitmètre D et un divergent 3 − 4 à
doit être ≤ 6 m/s. Déterminer le diamètre de 7◦ .
la onduite et la pression ee tive maximale
On mesure sur le manomètre M une pres-
à laquelle est soumise sa paroi. On prendra
sion de 6 bar et sur le débitmètre un débit de
g = 10 m/s2 .
438 l/s.

Rép : 300 mm ; 2, 184.106 N/m2 . En supposant que l'é oulement est station-
naire et idéal et on négligeant les for es de gra-
C8 : Une onduite divergente est dessinée de vité déterminer les eorts auxquels sera sou-
telle sorte que le long de l'axe, supposé hori- mis le débitmètre ?

- 61 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

: De l'huile de masse volumique ρ =


M
C11
860 kg/m3 s'é oule à travers deux petits ori-
1 4
2 3

 es A et B de largeur unité (L = 1 m). En


Eau
D supposant l'é oulement stationnaire et par-
fait, al uler les débits volumiques sortant par
Figure 2.19: C9. les deux ori es.
On donne : g = 9, 81 m/s2 ; H = 3 m et
h = 70 m.
Rép : 126, 47 kN ; −126, 47 kN .

C10 : On onsidère l'é oulement permanent


entre deux onduites ylindriques oaxiales C1
et C2 de diamètres D1 et D2 . Le uide arrive
par C1 et repart par l'espa e annulaire entre H

C1 et C2 ainsi que par le haut. La distribution


des vitesses est uniforme dans les onduites et
A B
linéaire entre A et C . h

1- Trouver la hauteur de débordement h ainsi 111


000
que le diamètre D du noyau entral en fon -
tion de D1 et D2 . Figure 2.21: C11.
2- Trouver le rapport D1 /D2 pour lequel il n'y
aura pas de débordement.
Rép : 5, 675 m3 /s ; 5, 370 m3 /s.

C q C12 : On onsidère un é oulement d'un


uide de densité ρ à travers un ori e dans
A
le fond d'un réservoir. La se tion basse du ré-
servoir est désignée par Sr et elle de l'ori e
par S0 . On suppose que le débit de uide à
D travers l'ori e est grand de telle sorte que
la vitesse des parti ules à la surfa e n'est pas
nulle. Aussi, on désigne par h la hauteur du
q uide dans le réservoir à l'instant t et par l la
distan e entre l'ori e et une plaque pla ée en
D1
D2
bas. Finalement Pr est la pression maintenue
dans le réservoir et Pa la pression atmosphé-
Figure 2.20: C10. rique à travers le jet.
1- Déterminer l'expression de la vitesse q en
fon tion de ρ, h, Pr , Pa , S0 et Sr sa hant que
p
Rép : 1) h =
2 D12 −D22
2 D2 ; D = 2 D12 − D22 . l'é oulement est stationnaire, idéal et in om-
D1
2) D 2
= √12 . pressible.
2- Déterminer la for e exer ée par le jet sur

- 62 -
Ÿ2.13. Exer i es .

la plaque horizontale qui l'inter epte à la dis- Ua (v.c)


Qm

tan e l. 2
3

y
111111111
000000000
000000000
111111111
h1 1 Ua

h2
000000000
111111111
000000000
111111111
Sr O

Pr

Figure 2.23: C13.


h
 Ua

 h2 y si 0 ≤ y < h2
S0
Rép : 1) q = ;


Ua si y ≥ h2
ρa Ua h2 . 3) |F | = 61 ρa Ua2 h2 .
Pa
1
Plaque
q
l
2) ma = 2

1111111111111111
0000000000000000
0000000000000000
1111111111111111
0000000000000000
1111111111111111 : Cal uler le module et la dire tion de
C14
Figure 2.22: C12. la résultante des for es dues à l'a tion de l'eau
sur le Té de ra ordement i- ontre. On sup-
pose que l'é oulement est stationnaire, que les
s variables d'é oulement sont uniformes et que
Rép : 1) q =
2 (Pr −Pa +ρ g h)
 2
S
. les for es de pesanteur sont négligeables. On
ρ 1− S0
r
donne :

2) |F | = S0 Pa + ρ q + ρ g l .
2
D1 = 4 dm ; P1 = 65 m d'eau ; Qv1 = 201 l/s ;
D2 = 25 cm ; P2 = 65 m d'eau ; Qv2 = 81 l/s ;
C13 : Pour étudier les for es exer ées par les D3 = 4 dm ; P3 = 64 m d'eau ; g = 9, 81 m/s
2

uides sur les orps et vi e versa, on introduit et α = 30◦ .


un petit parallélépipède de profondeur unité
dans un réservoir. 1

Le orps étant au repos sur la surfa e libre


du liquide, un ourant d'air de masse ρa
onstante est produit horizontalement. En α
2 3
supposant l'é oulement d'air stationnaire et
en négligeant les for es volumiques ainsi que
les for es de pression, déterminer : Figure 2.24: C14.
1- L'expression du prol de vitesse dans la se -
tion 2 en fon tion de y , h2 et Ua .
Rép : 32, 24 kN ; 29, 17◦ .
2- L'expression du débit masse ma qui sort à
travers la se tion 3 en fon tion de ρa , h2 et C15 : Un tube ir ulaire de rayon R est
B
Ua .
onne té à un large tube ir ulaire de rayon
3- L'expression de la for e exer ée par l'air sur RA . Le prol de vitesse dans la se tion A est
le orps en fon tion de ρa , h2 et Ua . donné par :

- 63 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

S1
 
r2
qA = 2 β 1 − 2
RA

ρ
où β est une onstante.
q1
S2

En onsidérant que l'é oulement est station-


naire et in ompressible, trouver l'expression q2

de la vitesse qB en fon tion de RA , RB et β .


h

ρm

Figure 2.26: C16.


SA SB

RB
RA qB

qA
Rép : 30, 64 l/s.

Figure 2.25: C15. C17 : Un ir uit hydraulique horizontal a les


dimensions indiquées sur la gure i-dessous.
Il omporte un venturi, une prise de pression
statique et une prise de pression double. Ces
divers appareils sont reliés à des manomètres à
mer ure. Les tubes de liaison aux manomètres
 2 sont remplis d'eau. On donne :
Rép : qB = β RA
RB .
- Masse volumique du mer ure :
C16 : Un venturi est disposé sur une
ρ = 13600 kg/m3 .
onduite d'eau in linée. Les tubes des liaisons m
du manomètre à mer ure sont remplis d'eau.
Cal uler la dénivellation h au manomètre en - Pression absolue au point 0 : P0 = 1, 5 bar.
fon tion de q1 , D1 , D2 , ρ, ρm et g. Ex-
pliquer pourquoi l'in linaison de la onduite - Pression atmosphérique : Pa = 1 bar.
n'intervient pas dans les al uls.
- Hauteur z : z = 1 m.
On donne : D1 = 25 cm ; D2 = 10 cm ;
1- Sa hant que la dénivellation hv = 40 mm,
g = 10 m/s2 ; ρ = 1000 kg/m3 ;
al uler le débit volumique dans la onduite.
ρm = 13600 kg/m3 ; h = 8 cm. 2- Cal uler la dénivellation hs .
3- Cal uler la dénivellation hd dans la prise de
- Cal uler le débit volumique en l/s. pression double.

- 64 -
Ÿ2.13. Exer i es .

Rép : 1) 1, 714 m/s. 2) 0, 285 m/s.


D1 = 175 D2 = 100 D3 = 125

3 4 5
0 1 2

h2
C19 : Soit un réservoir ave un tube d'entré
h1
hv
Pa z
h4
h5
et un tube de sortie. Les se tions de es tubes
h3

hs
hd
sont ir ulaires. Le uide s'é oule à travers
le 1er tube ave une vitesse de prol parabo-
ρ
m

ρ
m

lique :
Figure 2.27: C17.
 
r2
qe = qmax 1− 2
Re

2) 434, 8 mm. où Re est le rayon du 1 tube et qmax une


er
Rép : 1) 0, 02613 m3 /s.
3) 18, 3 mm. onstante.
Le uide sort à travers le se ond tube ave
C18 : Un é oulement permanent d'eau entre une vitesse qm dans la se tion de sortie.
dans un tube perforé (D1 = 0, 2 m) ave une Trouver l'expression de qm en fon tion de Re
vitesse q1 = 6 m/s. Le prol de la vitesse et Rs sa hant que l'é oulement est station-
d'é oulement à travers la paroi perforée du naire et in ompressible.
tube est supposée linéaire sur une longueur
L = 0, 5 m.
1- Trouver la vitesse de dé harge q2 . S
S
1

2- L'eau qui sort ontinue son é oulement Re


Rs

le long du tronçon du tube non perforé et q q


e s

s'é happe radialement entre deux disques ir-


ulaires distants de h = 0, 1 m.
Figure 2.29: C19.
En supposant que les variables d'é oulement
sont uniformes dans les se tions d'entrée et
de sortie (située à R2 = 0, 3 m), déterminer la  2
vitesse q3 . Rép : qm = 21 qmax Re
Rs .

C20 : Le prol de vitesse d'un é oulement


(v.c) 2 R2
d'huile entre deux plaques onvergentes de lar-
h q3 q3 geurs 45 cm (permendi ulaires au papier) est
q2
donné par l'expression suivante :
(v.c) 1 q2 /2
  
00
11
11
00
00
11 u 2y y
00
11 00
11 = 1−
00
11 00
11 Umax y0 y0
11
00 11
00
00
11 00
11
11
00
11
00
11
00
D1 11
00
11
00 q
Ave :
00
11 11
00
L 00
11
X
11
00
00
11 00
11
00
11 y0 = 5 m et Umax = 0, 3 m/s.
00
11 11
00
00
11 00
11
1- Cal uler le débit volumique total ainsi que
la vitesse débitante.
q1

Figure 2.28: C18. 2- Evaluer la vitesse débitante pour y = 2 m.

- 65 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

y0 Umax y Pa
A B

Figure 2.30: C20.


Z Pa

Plaque 00000000000000
11111111111111
11111111111111
00000000000000
00000000000000
11111111111111

Figure 2.31: C21.

Rép : 1) 0, 225 m3 /s ; 0, 1 m/s. 2) 0, 25 m/s.

C21 : Un siphon de se tion uniforme est uti-


lisé pour drainer l'eau du réservoir. h étant la
hauteur entre la surfa e libre du liquide dans Rép : 1) q = √2 g h . 2) P = P − ρ g h.
B B a
le réservoir et le bout du tube. 4) |F | = SC (Pa + 2 ρ g h + ρ g H).

1- Déterminer la vitesse moyenne du uide à


travers le tube ?
C22 : Une barrière re tangulaire inter epte
l'é oulement stationnaire d'un uide idéal et
2- Déterminer la pression qui règne dans le in ompressible dans un anal. En utilisant le
tube au point B ? volume de ontrle indiqué sur la gure et
en supposant que les vitesses sont uniformes
3- Montrer que si le bout du tube est au dessus au travers des se tions (1) et (2), trouver
de la surfa e libre du liquide dans le réservoir l'expression de la for e F exer ée par le uide
alors le liquide ne s'é oule pas à travers le si- sur la barrière en fon tion de q1 , q2 , h1 , h2 ,
phon ? ρ, g et L (Largeur de la barrière dans le sens
perpendi ulaire à l'é oulement).
4- L'eau sortant du tube au point C tombe sur
une plaque horizontale située à la distan e H On suppose que la distribution de pression est
du bout du tube. Déterminer l'expression de hydraustatique et on néglige les for es de gra-
la for e exer ée par le jet sur la plaque ? vité.

- 66 -
Ÿ2.13. Exer i es .

Barrière
1
0
0
1 (v.c) 11111111111
00000000000
Plaque
4
11
00
00
11
00
11
0
1 00000000000
11111111111
00000000000
11111111111 00
11
00
11
0
1
0
1 S’
Qv
00000000000
11111111111
00000000000
11111111111
00
11
00
11
00
11
00
11
0
1 00000000000
11111111111
S1
F 00
11
00
11
0
1
0
1
0 1 2 3 5

h1 q1
0
1 Figure 2.33: C23.
0
1
0
1
0
1 S2

h2 q2 Rép : 1) 5, 267.106 P a ; 4, 963.106 P a.


2) 146, 2 kN .
Figure 2.32: C22. 3) Fx =
π D32 
Pa + ρ q32 ;
4
π D32 
Fy = 8 ρ q42 − q52 .
4) 20, 57 kN .
 
Rép : F = ρ L q22 h2 − q12 h1 − 12 g h21 − h22 C24 : Une onduite de diamètre D2 munie
d'un divergent est ra ordée à une onduite
C23 : Soit un é oulement permanent dans la de diamètre D1 . L'assemblage est réalisé par
onduite ylindrique s hématisée i-dessous : des boulons. Lorsque de l'eau ir ule dans le
L'eau passe à travers un venturi puis dans une ir uit de 1 vers 2, le manomètre à mer ure
tuyère onvergente de diamètre initial D2 et - relié aux prises de pression statique indique
nal D3 . Cette tuyère est vissée sur la onduite une dénivellation h = 30 cm. Déterminer la
et le jet qui s'é happe frappe une plaque xe. for e supportée par l'assemblage (ensemble
En supposant le uide non visqueux et en né- des boulons) si la pression statique qui règne
gligeant les for es de pesanteur : dans la partie du ir uit de diamètre D2 est
approximativement égale à la pression atmo-
1- Cal uler les pressions à l'entrée P0 et au ol
sphérique.
P1 du venturi ;
2- Cal uler la omposante horizontale Ft de la
for e exer ée sur la tuyère par le uide.
D1 = 10 cm11
00
00
11
3- Déterminer les expressions des for es ho- 11
00
00
11
00
11
00
11
rizontale Fx et verti ale Fy exer ées sur la D2 = 5 cm

plaque. Prendre : S4 = S5 = S3 /2. 1 2


4- Cal uler la résultante des for es F appli-
quées sur la plaque en supposant que l'é ou-
lement est symétrique de part et d'autre de 11
00
00
11
00
11
00
11
l'axe du jet prin ipal. h Hg

5- Si les for es de pesanteur n'étaient pas né-


gligeables, quelle serait alors le sens de ette
résultante ? Justier votre réponse.
Figure 2.34: C24.
On donne : Qv = 0, 2 m3 /s ; D0 = D2 =
0, 2 m ; D1 = 0, 1 m ; D3 = 0, 05 m et P3 = Rép : 767, 177 N .
105 N/m2 .

- 67 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

C25 : Un jet horizontal de diamètre D1 et de Rép : 19 h 38 mn 30 s.


vitesse q1 , frlant une plaque montée sur un
hariot en mouvement, est dévié vers le haut C27 : Pour mesurer le débit volumique, on
de θ = 60◦ par rapport à l'horizontale. utilise le tube de Venturi représenté sur la -
Si D2 = D1 et q2 = q1 , établir l'expression de gure i-dessous :
la for e horizontale à laquelle doit être sou- La dénivellation indiquée par le manomètre
mis le hariot pour qu'il reste en mouvement est ∆h = 35, 8 cm. En supposant que l'é ou-
uniforme ave une vitesse horizontale dans le lement est stationnaire et que les variables
sens du jet qch = q1 /3. d'é oulements sont uniformes dans les se tions
Négliger tout frottement ainsi que l'eet de la orrespondantes, al uler le débit d'eau pas-
pesanteur. sant à travers le Venturi.
On donne : DA = 300 mm ; DB = 150 mm ;
H = 750 mm ; g = 10 m/s2 ;
S2 q2
ρm = 13600 kg/m3 .

S1

q
θ
11
00
1

000000
111111
ρe

00
11
qch

000000
111111
000000
111111
000000
111111
Figure 2.35: C25. DB

π D12 
Rép : 3) Fx = 4 P2 − P1 − 1
2 ρ q12 . H
π D12  1

Fx = 4
ρ g (z2 − z1 ) − 2
ρ q12 .

A
C26 : Un réservoir plein d'eau, ouvert à DA
h

l'atmosphère et de forme ubique de 10 m de ∆h

oté se vide par deux ori es per és dans le ρm


fond horizontal débou hant à l'air libre et
dont les se tions valent 0, 1 dm2 ha une. Quel Figure 2.36: C27.
est le temps (heure/ minute/ se onde) né es-
saire à sa vidange totale ?
On suppose que les vitesses de sorties (dont Rép : 0, 172 m3 /s.
on donnera les expressions) ne dépendent que
de la hauteur h du liquide dans le réservoir. C28 : Le ir uit de la gure est onstitué
Justier toutes vos simpli ations. Prendre : d'un réservoir rempli d'eau, d'une onduite de
g = 10 m/s2 . diamètre D2 = 125 mm et d'un onvergent
débitant à l'air libre de diamètre de sortie

- 68 -
Ÿ2.13. Exer i es .

D3 = 75 mm. La diéren e de niveau entre On donne : Sj = 3 cm2 , qj = 20 m/s .


la surfa e libre et l'axe de la onduite est
h = 3 m. 3- Si les for es de pesanteur n'étaient pas né-
Si on néglige toutes les pertes et on suppose gligeables, quelle serait alors le sens de ette
que le débit réel est égal au débit al ulé, dé- résultante ? Justier votre réponse.
terminer :
N.B : Les variables d'é oulement sont uni-
1- Le débit volumique du ir uit et la pression
formes dans tout le problème.
ee tive dans la onduite (qu'on exprime en
hauteur d'eau).
2- Le temps né essaire pour que le niveau de
la surfa e libre des end de 1 m ainsi que le
temps de vidange omplet du réservoir si sa
se tion est s = 5 m2 .
111
000
1

000
111
000
111
000000
111111
000
111
000000
111111
000
111
000000
111111
000
111
000000
111111
q
0

000
111
000
111
000
111
h 000
111
2

Figure 2.38: C29.


D2
D3

Figure 2.37: C28.

 
Rép : 1) 33, 9 l/s ; 2, 61 m. 2) 14 mn 46 s. Rép : . 1) Fx = Sj Pa + ρ qj2 ;

C29 : Un jet d'eau, sortant d'une lan e et Fy = 1
2 ρ Sj q22 − q12 .
ayant une se tion Sj et une vitesse qj horizon-
2) 1550 N.
tale, frappe une plaque xée sur un support
(voir gure i- ontre). En négligeant les for es
de pesanteur et en supposant l'é oulement C30 : Deux réservoirs A et B sont réunis
permanent : par un ori e noyé de se tion s = 1 cm2 . La
1- Déterminer les expressions des for es ho- se tion du réservoir A est SA = 1 m2 , elle
rizontale Fx et verti ale Fy exer ées sur la du réservoir B est SB = 0.5 m2 . A l'instant
plaque. Prendre : S1 = S2 = Sj /2. t = 0, la diéren e de niveau entre A et B est
2- Cal uler la résultante des for es F appli- h = 0, 5 m. Cal uler le temps T pour que le
quées sur la plaque en supposant que l'é ou- liquide soit au même niveau en A et B .
lement est symétrique de part et d'autre de
l'axe du jet prin ipal.

- 69 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

A B h = 30 cm. Cal uler le temps né essaire pour


remplir e réservoir.
On donne : q1 = 2, 5 m/s et q2 = 1, 9 m/s.
h

s H

Figure 2.39: C30. q


q1 2

Figure 2.41: C32.


Rép : 17 mn 44 s.

C31 : L'embout d'une lan e d'in endie a un Rép : 46 s.


diamètre intérieur D2 , il est vissé à un tube
ylindrique de diamètre intérieur D1 Quand C33: On onsidère l'é oulement permanent
l'embout est ouvert, la lan e débite Qv m3 de l'eau dans une onduite de diamètre D. Le
d'eau par se onde. uide la traverse ente les se tions S1 et S2 et
Déterminer la résultante des for es à laquelle sort aussi par la partie perforée de longueur
doit résister le pas de vis. 5 D . La distribution de vitesses étant uniforme
On suppose que l'é oulement est stationnaire, dans les se tions S1 et S2 , trouver la vitesse
es variables sont uniformes et que la pression q2 dans la se tion S2 .
P2 = 0 sur l'axe du tube (la vitesse étant très
élevée).
S1 S2
1111111111
0000000000
0000000000
1111111111
q max
q

0000000000
1111111111
D1
0000000000
1111111111 D2
P2 = 0

5D

0000000000
1111111111
D
q q2 q1 q2
0000000000
1111111111
1

0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
Figure 2.40: C31.
Figure 2.42: C33.
h  i
D12
Rép : F = π4 ρ Q2v 1
D22
− 1
D12
− 2
1
D24
− 1
D14
.
Rép : q2 = q1 − 10 qmax
C32 : L'é oulement ir ulant dans une
onduite horizontale de diamètre d = 12 cm C34 : Soient deux disques parallèles entre
rempli un réservoir ylindrique de diamètre lesquels se trouve de l'huile. A l'instant t = 0,
D = 75 cm et de hauteur H = 1 m. Au temps le disque supérieur situé à la hauteur h0 om-
t = 0, la hauteur de l'eau dans le réservoir est men e à se dépla er uniformément vers le bas

- 70 -
Ÿ2.13. Exer i es .

ave une vitesse onstante q0 . L'huile se dé- Rép : M = 4, 48 kg.


pla e alors ave une vitesse q uniforme dans la
dire tion horizontale. Déterminer l'expression C36 : Un piston de pompe à eau de dia-
du prol des vitesses q . mètre D = 60 cm se dépla e à la vitesse
q1 = 1.5 m/s. Quelle est la vitesse de l'eau
dans la onduite de refoulement de la pompe
dont le diamètre est d = 40 cm ?

h(t)
Rép : 3, 375 m/s.
q0
(v.c) q

C37 : Un jet d'eau de diamètre d sort d'un


r
réservoir de diamètre D. Si on suppose que
la vitesse d'é oulement dans le jet est donnée
Figure 2.43: C34. √
par q = 2 g h. Trouver le temps né essaire
pour que la surfa e du réservoir s'abaisse de
la hauteur h1 à h2 . La masse volumique et la
Rép : q (r, t) = 2 (h 0−q t) .
q r
0 0 vitesse sont supposées uniformes à travers la
se tion de sortie.
C35 : Soit un jet d'eau de diamètre D1 sup- Appli ation Numérique Cal uler le
:
portant un objet de révolution onique. On temps de vidange d'une boîte de hauteur
suppose que l'é oulement est idéal, station- 115 mm, de diamètre 100 mm qui se vide par
naire et que les variables d'é oulement sont un petit ori e de 1, 5 mm de diamètre (g =
uniformes dans haque se tion. En négligeant 10 m/s2 ).
les for es de pression, al uler la masse M de
l'eau et du ne ensembles.
D
n1
θ

q
11111111111
00000000000
00000000000
11111111111 q1
(v.c)

00000000000
11111111111
2

00000000000
11111111111
00000000000
11111111111 h

00000000000
11111111111
00000000000
11111111111
h1

00000000000
11111111111
00000000000
11111111111 h
2

H q2
d n2
(v.c)
y

Z
Figure 2.45: C37.

q
1

Rép : 11 mn 14 s.
Figure 2.44: C35.

- 71 -
Ch2: ÉCOULEMENTS IDÉAUX.

: Considérons l'é oulement stationnaire


C38 Rép :
 
d'un uide in ompressible dans une onduite Fx = S2 cos α P2 + ρq22 − S1 P1 + ρq12 ;

oudée d'un angle α. On her he la for e F Fy =q−S2 sin α P2 + ρq22 .
exer ée par le uide sur la onduite entre les F = Fx2 + Fy2
se tions S1 et S2 . La masse volumique du
uide est ρ et on suppose que les variables C39 : Soit à transporter de l'eau dans une
d'é oulement sont uniformes dans les deux onduite d'un point (1) à un point (2) ave les
se tions et on peut négliger l'eet de la pe- données suivantes :
santeur.

P1 = 15 N/cm2 , q1 = 8 m/s, z1 = 12 m,
P2 = 10 N/cm2 , q2 =?, z2 = 2 m,
S2
ρ = 1000 Kg/m3 , g = 10 m/s2 .
y n2 q

1- Quelle est la vitesse au point (2) ?


2

x P2
2- Si le débit transporté est de 6 dm3 /s ; al-
uler les diamètres de la onduite aux points
S1
(v.c) Ry
R

Rx (1) et (2).
n
1
q
1
P
1 α

Rép : 1) 19 m/s. 2) 31 mm ; 20 mm.


Figure 2.46: C38.

- 72 -
Chapter 3
É oulements irrotationnels

3.1 Introdu tion


Malgré que nous avons négligé les eets visqueux dans l'é oulement idéal, les équa-

tions du mouvement (Euler) obtenues demeurent di iles à résoudre à ause des termes
Dq
non linéaires . Dans e hapitre, nous allons traiter ertains types d'é oulements
Dt
dans lesquels les éléments de uide ne subissent pas de rotation pendant leurs mou-

vements. Un tel é oulement est dit irrotationnel ou potentiel. Ave ette restri tion,

nous obtiendrons des équations linéaires qui sont fa iles à résoudre. On peut avoir e

type d'é oulement dans les régions où l'eet de vis osité est négligeable 'est-à-dire loin

des ou hes limites adja entes aux frontières des orps. En plus, nous onsidérons un

uide barotrope ( ρ = ρ ( P )).


Toujours en uide parfait, nous allons introduire i i les propriétés de l'é oulement

plan bidimensionnel parti ulièrement intéressantes dans le adre de l'étude des prob-

lèmes  dire t  et  inverse  :

- Problème dire t: Il onsiste à dénir le hamp de vitesse orrespondant à une

géométrie donnée (analyse).

- Problème inverse: Il onsiste à dénir la géométrie des enveloppes orrespondant

à un hamp de vitesse xé à priori ( on eption).

3.2 Cir ulation du ve teur vitesse


On appelle ir ulation Γ du ve teur vitesse


q le long d'une ourbe g,
AB dont


l'abs isse urviligne (ou élément d'ar ) ds (Fig.3.1), l'intégrale urviligne:

Z

→ →

ΓAB = q . ds (3.1)

g
AB

ave :

73
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.


→ →
− →
− →
− −
→ →
− →
− →

q = u i + v j + w k et ds = dx i + dy j + dz k

Dans le as général, ΓAB dépend des points A et B et de la forme du trajet g.


AB

q
B
ds

Ligne de courant

Figure 3.1: Cir ulation du ve teur vitesse.

3.3 Potentiel des vitesses


Si le hamp des vitesses est tel que ΓAB ne dépend que de la position des points A
et B et non du hemin suivi, on dit que le hamp dérive d'un potentiel. On peut alors

é rire :

Z
ΓAB = ΦB − ΦA = dΦ (3.2)

g
AB
ave


→ −
→ −−→
q = ∇ Φ = grad Φ

En eet,

→ −−→ →
− →
− →
− ∂Φ −
→ ∂Φ −
→ ∂Φ −

q = ∇Φ ⇔ u i + v j + w k = ∂x
i + ∂y
j + ∂z
k don :

∂Φ ∂Φ ∂Φ
u = ; v = ; w = (3.3)
∂x ∂y ∂z

R R
ΓAB = (u dx + v dy + w dz) = ( ∂∂ Φx dx + ∂Φ
∂y
dy + ∂Φ
∂z
dz).
g
AB g
AB
R
ΓAB = d Φ = ΦB − ΦA
g
AB

- 74 -
Ÿ3.4. Fon tion de ourant.

Remarques:
1. Dans un é oulement ave potentiel des vitesses et à un instant donné, le ve teur

vitesse est en tout point perpendi ulaire à la surfa e équipotentielle Φ ( x, y, z ) =


C te qui passe par e point. Par suite, les lignes de ourant sont orthogonales aux

surfa es équipotentielles. Le sens des lignes de ourant est elui des Φ roissants.
2. En oordonnées ylindriques, les omposantes du ve teur vitesse sont ur , vθ et

wz . Leurs expressions en fon tion du potentiel s'é rit :

∂Φ 1 ∂Φ ∂Φ
ur = ; vθ = ; wz = (3.4)
∂r r ∂θ ∂z

3. La ir ulation ΓAB est onstante de A à B si l'é oulement est irrotationnel (ou

à potentiel de vitesses).

3.4 Fon tion de ourant




Soit une tran he d'épaisseur unité et deux lignes de ourant ψA et ψB . Soit ds
l'abs isse urviligne de la ourbe reliant les points A et B et passant par le point M.


Soit q la vitesse du uide en M (Fig.3.2). Le débit volumétrique à l'intérieur du tube

de ourant est donné par:

B ψB

q
ds
ψA
M

Lignes de
courant
A

Figure 3.2: Fon tion de ourant.

qv = ψA − ψB (3.5)

2
qv : débit par unité de profondeur [m /s℄.

Les omposantes du ve teur vitesse en fon tion de ψ en oordonnées artésiennes sont:

- 75 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

∂ψ ∂ψ
u = ; v = − ; (3.6)
∂y ∂x

et en oordonnées ylindriques:

1 ∂ψ ∂ψ
ur = ; vθ = − ; (3.7)
r ∂θ ∂r

3.5 Propriétés importantes


1. L'é oulement irrotationnel est dé rit par la fon tion φ et les lignes de ourant

par la fon tion ψ.


2. Les fon tions φ et ψ sont des fon tions des oordonnées du point onsidéré et

sont en tout point orthogonales.

3. Les fon tions φ et ψ sont des fon tions harmoniques, 'est-à-dire:

∂2φ ∂2φ
+ = 0 (3.8)
∂ x2 ∂ y2

et

∂2ψ ∂2ψ
+ = 0 (3.9)
∂ x2 ∂ y2
Il s'ensuit que toute solution de l'équation de Lapla e peut être soit un équipotentiel

de vitesses, soit une fon tion de ourant; en fait, ha une des fon tions est dénie à un

instant t par des onditions aux limites.

4. On démontre que le module de la vitesse




q est égale en tout point à la variation
transversale de la fon tion ψ. Il est aussi donné en tout point par le taux de variation

de la fon tion φ en fon tion de l'abs isse urviligne s.

∆ψ ∆φ
q = = (3.10)
∆n ∆s

5. Certaines lignes de ourant (ψ1 et ψ5 ) forment la frontière de l'é oulement

(Fig.3.3). Pour es lignes de ourant parti ulières d'équation S (x, y) = 0; la ondition


de glissement sera observée lorsque le produit s alaire entre


la vitesse q et la normale

à la paroi est nul:

∂S ∂S
u + v = 0 (3.11)
∂x ∂y

- 76 -
Ÿ3.5. Propriétés importantes.
111111111111111111111
000000000000000000000
000000000000000000000
111111111111111111111
000000000000000000000
111111111111111111111 Ψ5

000000000000000000000
111111111111111111111 Ψ4
000000000000000000000
111111111111111111111
000000000000000000000
111111111111111111111 ∆s Ψ3

000000000000000000000
111111111111111111111
ds
000000000000000000000
111111111111111111111 ∆n
q
Ψ2

000000000000000000000
111111111111111111111
000000000000000000000
111111111111111111111
Ψ1

000000000000000000000
111111111111111111111
000000000000000000000
111111111111111111111 Φ4 Φ5

000000000000000000000
111111111111111111111
Φ3
Φ2
000000000000000000000
111111111111111111111
Φ1

Figure 3.3: Condition de glissement.

6- L'é oulement irrotationnel n'est le siège d'au un ve teur tourbillon. Il ne peut

don être utilisé que pour la des ription des é oulements en uide parfait ou, par exten-

sion, des é oulements en uide réel exempts de dé ollements. Cette propriété n'est pas

appli able aux é oulements réels présentant soit une forte in iden e sur des obsta les

min es (désadaptation) soit de grandes variations de dire tion ou de se tion de passage.



Pour un é oulement irrotationel, le ve teur tourbillon Ω du hamp de vitesse (ou

taux de rotation de la parti ule ) doit être nul:

→ → → −
−i − j k

− 1 −→ − 1→−


Ω = rot →
q = ∇ ∧ −

q = ∂∂x ∂∂y ∂∂z = 0 (3.12)
2 2
u v w

et en développant e produit ve toriel, nous aurons:

     

→ 1 ∂w ∂v − 1
→ ∂u ∂w − 1
→ ∂v ∂u → − 1 −
→ 1 −→ 1 −

Ω = − i+ − j+ − k = η i+ ζj+ ξk
2 ∂y ∂z 2 ∂z ∂x 2 ∂x ∂y 2 2 2

Pour un é oulement bidimensionnel, il sut alors de vérier que la  vorti ité  ξ soit

nulle pour qu'il soit irrotationnel ( ondition susante). 'est-à-dire:

∂v ∂u
ξ = − = 0 (3.13)
∂x ∂y

- 77 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

3.6 Exemples d'é oulements simples


3.6.1 E oulement re tiligne plan
Soit un é oulement re tiligne plan de vitesse


q0 que nous supposerons uniforme et

dirigée selon les x positifs.

∂ψ
On a : u = ∂y
= q0 ⇒ ψ (x, y) = q0 y + f (x)

v = − ∂∂ ψx = 0 ⇒ f ′ (x) = 0 ⇒ f (x) = C te = C1

d'où: ψ (x, y) = ψ (y) = q0 y + C1

∂φ
De même: u = ∂x
= q0 ⇒ φ (x, y) = q0 x + g (y)

∂φ
v = ∂y
= 0 ⇒ g ′ (y) = 0 ⇒ g (y) = C te = C2

d'où: φ (x, y) = φ (x) = q0 x + C2

Le réseau des lignes équipotentielles et des lignes de ourant forme don un damier

(Fig.3.4).

te
y Φ= C

te
Ψ= C

q0

Figure 3.4: E oulement uniforme.

- 78 -
Ÿ3.6. Exemples d'é oulements simples.

3.6.2 E oulement autour d'une sour e de débit qv par unité de


profondeur
Une ligne sour e est une ligne droite innie le long de laquelle on suppose qu'un

uide in ompressible est envoyé radialement à l'extérieur .

qv est appelée intensité de la ligne sour e et l'é oulement est distribué uniformément

à une distan e r, sur une surfa e ylindrique dont la ir onféren e est 2πr (Fig.3.5).

ur

x
r

Figure 3.5: Dénition d'une sour e.

Le débit de la sour e est donné par:

qv
qv = 2 π r h . ur où h = 1 ⇒ ur = 2πr

∂φ qv qv
ur = ∂r
= 2πr
⇒ φ (r, θ) = 2π
ln r + f (θ)

1 ∂φ
vθ = r ∂θ
= 0 ⇒ f ′ (θ) = 0 ⇒ f (θ) = C te = C1

qv qv
p
d'où: φ (r, θ) = 2π
ln r + C1 ⇔ φ (x, y) = 2π
ln x 2 + y 2 + C1 .

1 ∂ψ qv qv
ur = r ∂θ
= 2πr
⇒ ψ (r, θ) = 2π
θ + g (r)

- 79 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

vθ = − ∂∂ ψr = 0 ⇒ g (r) = C te = C2

qv qv y
d'où: ψ (r, θ) = 2π
θ + C2 ⇔ ψ (x, y) = 2π
arctan x
+ C2 .

Les lignes de ourant sont don des rayons issus de la sour e et les équipotentielles

des tubes on entriques (Fig.3.6).

ur te
Ψ= C

te
Φ= C

Figure 3.6: E oulement autour d'une sour e.

Les omposantes du ve teur vitesse en oordonnées artésiennes s'expriment par:


 ∂φ qv x
 u =
 ∂x
= 2 π (x 2 + y 2 )



 v = ∂φ
= qv y
∂y 2 π (x 2 + y 2 )

3.7 Utilisation de la variable omplexe


3.7.1 Fon tion analytique
L'étude des é oulements plans à potentiel des vitesses est fa ilité par l'introdu tion

des fon tions omplexes. A un point M (x, y) on fait orrespondre un axe omplexe

(Fig.3.7) tel que:

- 80 -
Ÿ3.7. Utilisation de la variable omplexe.

q
M α Ψ = C te
y

r Φ = C te

θ
x
x

Figure 3.7: Coordonnées omplexes.

z = x + i y = r (cos θ + i sin θ) = r ei θ

p
r = x2 + y2 (module de z) et θ = arctan xy (argument de z)

De même, la vitesse


q au point M de omposantes (u, v) peut être é rite sous

forme ve torielle omplexe:

q = u + i v = q (cos α + i sin α) = q ei α (3.14)

Nous avons vue que ψ et φ peuvent être introduites à partir des omposantes

de la vitesse


q, l'une satisfaisant l'équation de ontinuité, l'autre l'irrotationalité de

l'é oulement:

∂φ ∂ψ ∂φ ∂ψ
= et = − (3.15)
∂x ∂y ∂y ∂x
Les relations de l'équation (3.15) sont dites: onditions de Cau hy-Riemann.

Dans le adre de l'étude analytique, on introduit ψ et φ par l'intermédiaire de la

fon tion potentiel omplexe F (z):

F (z) = φ + i ψ (3.16)

La fon tion F (z) pour laquelle ψ et φ satisfont aux relations (3.15) est une fon tion

analytique dont les parties réelle et imaginaire satisfont l'équation de Lapla e.

3.7.2 Propriétés de la fon tion potentiel omplexe


Nous avons d'une part:

- 81 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

∂φ
dF
dz
= ∂F
∂x
= ∂x
+ i ∂∂ ψx = u − i v

et d'autre part:

 
dF ∂F 1 ∂φ ∂ψ
dz
= i∂ y
= i ∂y
+i ∂y
= −i v + u

F (z) possède don une dérivée unique en un point M quel onque. On retiendra don :

dF
= u − iv (3.17)
dz
−′
→ −

qui est une vitesse omplexe q appelée vitesse onjuguée de q et dénie par:

q ′ = q e−i α (3.18)

3.7.3 Exemples d'appli ation


3.7.3.1 E oulement uniforme
Il est déni par la fon tion potentiel omplexe suivante:

F (z) = q0 z (3.19)


 φ = q0 x

F (z) = q0 (x + i y) = q0 x + i q0 y = φ + i ψ ⇒


ψ = q0 y

La vitesse lo ale est al ulable à partir de:


u = ∂φ
= ∂ψ
= q0
∂x ∂y


q

v = ∂φ
= − ∂∂ ψx = 0
∂y

La vitesse d'é oulement est don uniforme en valeur et en dire tion en tout point du

plan.

* Dans le as où l'é oulement n'est pas parallèle à l'axe OX mais forme un angle

α ave elui- i, les équations seront les suivantes:

F (z) = q0 z e−i α (3.20)

L'opérateur e−i α orrespondant à une rotation d'angle α dans le sens trigonométrique

(anti-horaire).

- 82 -
Ÿ3.7. Utilisation de la variable omplexe.

F (z) = q0 z e−i α = q0 r ei θ e−i α = q0 r ei (θ−α) = q0 r [cos(θ − α) + i sin(θ − α)]

F (z) = q0 r [(cos θ cos α + sin θ sin α) + i (sin θ cos α − sin α cos θ)]

F (z) = q0 [(x cos α + y sin α) + i (y cos α − x sin α)] = φ + i ψ

Don l'é oulement sera déni par:


 u = ∂φ
= q0 cos α
 φ = q0 (x cos α + y sin α) ∂x


et q


ψ = q0 (y cos α − x sin α) v = ∂φ
= q0 sin α
∂y

3.7.3.2 E oulement de type sour e ou puits


Il est déni par la fon tion potentiel omplexe suivante:

F (z) = ± C0 ln z (3.21)

Dans le as d'une sour e:

F (z) = C0 ln z = C0 ln(r ei θ ) = C0 ln r + i C0 θ = φ + i ψ
 p

 φ = C 0 ln r = C 0 ln x2 + y 2



ψ = C0 θ = C0 arctan xy

Les équipotentielles sont don des er les entrés sur la sour e (r = C te ) et les lignes
y te

de ourant des droites passant par l'origine
x
= C omme il est indiqué sur la gure

(Fig.3.6 ).

Déterminons maintenant la valeur de la onstante C0 :

Nous avons par dénition du débit volumique:

qv
qv = 2 π r . ur = C0 2 π ⇒ C0 = 2π

La vitesse lo ale est donnée par:


ur = ∂ φ = 1 ∂ ψ = C0 = qv
∂r r ∂θ r 2πr


q

vθ = 1 ∂ φ = − ∂ ψ = 0
r ∂θ ∂r

- 83 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

- Remarque:
Dans le as d'un puits, le raisonnement est le même que i-dessus et la vitesse

d'é oulement est de sens opposé (Fig.3.8).

te
Ψ= C
ur
θ
x

te
Φ= C

Figure 3.8: E oulement de type puits.

* Si la sour e ou le puits sont dé entrés de l'axe z0 , il seront dénis par la relation


générale suivante:
qv
F (z) = ± ln (z − z0 ) (3.22)

3.7.3.3 E oulement tourbillonnaire


Il est dénit par la fon tion potentiel omplexe suivante:

F (z) = ± i C0 ln z (3.23)

Traitons le as positif:

F (z) = i C0 ln z = i C0 ln(r ei θ ) = −C0 θ + i C0 ln r = φ + i ψ




 φ = −C0 θ = −C0 arctan xy


 p
ψ = C0 ln r = C0 ln x2 + y 2

Les lignes de ourant sont ette fois- i des er les on entriques tandis que les équipo-

tentielles forment un fais eau de droites entrées sur l'origine (Fig. 3.9).

- 84 -
Ÿ3.7. Utilisation de la variable omplexe.

y

te
Φ= C

θ
x

te
Ψ= C

Figure 3.9: E oulement tourbillonnaire.

La vitesse lo ale est donnée par:


ur = ∂φ
= 0
∂r


q

vθ = 1 ∂φ
= − Cr0
r ∂θ

La vitesse radiale est don nulle et la vitesse ir onférentielle est inversement propor-

tionnelle au rayon r. Il s'agit de l'é oulement tourbillonnaire entré sur l'origine des

axes et désigné par Vortex libre.

* L'é oulement tourbillonnaire est ara térisé par la ir ulation du ve teur vitesse

dénie pré édemment par les relations (3.1) et (3.2):

R →
− →
− R2π R2π
Γ = q . ds = − Cr0 (−r dθ) = C0 dθ = 2 π C0
(ψ) 0 0

⇒ Γ = 2 π C0 = C te quelque soit le er le retenu.

La vitesse lo ale est don :

q = vθ = − Cr0 d'où le vitesse induite par le tourbillon:

Γ
q = − (3.24)
2πr

Don , en hoisissant omme sens positif le sens trigonométrique, l'é oulement tourbil-

- 85 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

lonnaire sera ara térisé par les relations:

F (z) = − i 2Γπ ln z

Γ
φ = 2π
θ
(3.25)

ψ = − 2Γπ ln r

Γ
q = 2πr

* Dans le as d'un tourbillon dé entré, par rapport au entre du repère, de l'axe

z0 , on é rira:
Γ
F (z) = − i ln (z − z0 ) (3.26)

3.8 Appli ation de la superposition d'é oulements élé-


mentaires
Soient deux é oulements distin ts:

F1 (z) = φ1 + i ψ1 et F2 (z) = φ2 + i ψ2

La superposition de es deux é oulements aura omme potentiel omplexe:

F (z) = F1 (z) + F2 (z) = φ + i ψ

φ = φ1 + φ2 (3.27)

ψ = ψ1 + ψ2

Don la vitesse obtenue pour φ en un point est obtenue par l'addition des ve teurs

vitesses orrespondant à φ1 et φ2 :



q = →

q1 + −

q2 (3.28)

On démontre i-dessous que les omposantes exprimées dans le même repère

possèdent la propriété d'additivité:

∂φ ∂ (φ1 +φ2 ) ∂ φ1 ∂ φ2
u = ∂x
= ∂x
= ∂x
+ ∂x
= u1 + u2

∂φ ∂ (φ1 +φ2 ) ∂ φ1 ∂ φ2
v = ∂y
= ∂y
= ∂y
+ ∂y
= v1 + v2

Nous allons étudier quelques unes des superpositions les plus signi atives et des

plus utiles en mé anique des uides.

- 86 -
Ÿ3.8. Appli ation de la superposition d'é oulements élémentaires.

3.8.1 Superposition d'un é oulement uniforme et d'une sour e


Rappelons les ara téristiques de es fon tions omplexes, ave q0 la vitesse axiale

de l'é oulement uniforme et qv le débit par unité de profondeur de la sour e.

F1 (z) = q0 z ave φ1 = q0 x et ψ1 = q0 y

qv qv qv
F2 (z) = 2π
ln z ave φ2 = 2π
ln r et ψ2 = 2π
θ

La superposition de es deux é oulements donnera:

qv
F (z) = q0 z + 2π
ln z = φ + i ψ d'où l'on tire, en omparant les parties réelle

et imaginaire:

qv
p qv
φ = q0 x + 2π
ln x2 + y 2 et ψ = q0 y + 2π
arctan xy

La ligne de ourant ψ=0 est obtenue pour y=0 et y0 = − 2 πqvq0 θ orrespondant à


qv
la ourbe en trait fort. C'est une ourbe à deux asymptotes distantes de et obtenue
q0
pour θ = −π et θ = +π (Fig.3.10).

Ψ =6
Ψ =4
Ψ =2 A
Ψ =0
Ψ = −2 x
Ψ = −4
Ψ = −6

Figure 3.10: Superposition d'un é oulement uniforme et d'une sour e.

Les omposantes de la vitesse lo ale sont données par:

- 87 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

u = ∂ψ
= q0 + qv x
∂y 2 π x 2 +y 2


q

v = ∂φ
= qv y
∂y 2 π x 2 +y 2

Le point A est le point d'arrêt de l'é oulement orrespondant à u=0 et v = 0. Ses

oordonnées sont don :


xA = − qv
2 π q0

A

yA = 0

Ce prin ipe de superposition permet don de représenter l'é oulement potentiel

autour d'un obsta le ( orrespondant notamment à ψ = 0) en matérialisant la ourbe


qv y

d'équation y= 2π
π − arctan x
par une paroi solide innie. En eet, rien ne hange

dans la répartition de vitesse et des lignes de ourant autour de e solide et tout le

débit de la sour e reste à l'intérieur de ette paroi.

On peut en prin ipe obtenir n'importe quelle forme d'obsta le (problème inverse)

en disposant dans le plan un nombre susant de sour es et de puits.

3.8.2 Superposition d'une sour e et d'un puits de mêmes débits


La sour e entrée à l'axe zs (0, a) est ara térisée par la fon tion suivante:

 qv

 ψ1 = 2π
arctan y−a
x
qv
F1 (z) = 2π
ln (z − zs ) ave

 qv
p
φ1 = 2π
ln x 2 + (y − a) 2

Le puits entré à l'axe zp (0, −a) est ara térisé par la fon tion:

 qv y+a
 ψ2 = − 2 π arctan x

F2 (z) = − 2qvπ ln (z − zp ) ave

 p
φ2 = − 2qvπ ln x 2 + (y + a) 2

L'é oulement orrespondant à la superposition des deux é oulements sera ara térisé

par:

qv (z−zs )
F (z) = F1 (z) + F2 (z) = 2π
ln (z−z p)
= φ + iψ

qv 2ax

 ψ = ψ1 + ψ2 = arctan −x 2 −(y
 2π 2 +a 2 ))

ave :
 q

 φ = φ1 + φ2 = qv x 2 +(y−a) 2

ln x 2 +(y+a) 2

- 88 -
Ÿ3.8. Appli ation de la superposition d'é oulements élémentaires.

* La ligne de ourant prin ipale ψ=0 obtenue pour x=0 est onstituée de l'axe

y. Les autres lignes de ourant sont onstituées de la famille des er les entrés sur

l'axe x et passant par les points S et P (Fig.3.11).

Y
N

Rn

S
y1

n
Rm
Ψ5
a
Ψ4
Ψ3
Ψ1 Ψ2
Ψ0
M x
x1 x2 x3 x4 x5 Φ0
m1

Φ1

Φ2
P
Φ3
Φ4

Figure 3.11: Superposition d'une sour e et d'un puits.

Leur rayon Rm est obtenu par:


a 2 +x12
Rm = 2 x1

où x1 représente l'abs isse d'interse tion du er le ave l'axe OX. L'abs isse m1 du

entre du er le est donnée par: m1 = −(Rm − x1 ) . Cette ligne de ourant est

asso iée à la fon tion ψ1 ayant pour valeur:

qv
ψ = ψ1 = 2π
arctan a22 −x
a x1
2
1

Les équipotentielles sont onstituées de la famille des er les onjugués entrés sur

l'axe OY.

Si y1 représente l'ordonnée de l'interse tion ave l'axe OY, on observera les relations
géométriques suivantes:

rayon: Rn = n 2 − a 2; Ordonnée au entre: n = Rn + y1

- 89 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

a 2 −y12
soit nalement: Rn = 2y1
et: n = Rn + y1
Comme pré édemment, l'équipotentielle est ara térisée par son interse tion ave

l'axe OY et prend sur e er le la valeur:


qv y1 −a
φ−1 = 2π
ln y1 +a

pour y1 ∈ {0, a}, φ est négative d'où la présen e de l'indi e (-1).

3.8.3 Superposition d'une sour e et d'un vortex entrés à l'origine


D'après les relations (3.22) et (3.26), le potentiel omplexe résultant de la superpo-

sition est donné par:


qv qv
F (z) = 2π
ln z − i 2Γπ ln z = 2π
(ln r + i θ) − i 2Γπ (ln r + i θ)

 qv Γ

 ψ = 2π
θ − 2π
ln r
don :

 qv Γ
φ = 2π
ln r + 2π
θ

ur = ∂φ
= qv
∂r 2πr


et le hamp des vitesses est déni par: q

vθ = 1 ∂φ
= Γ
r ∂θ 2πr

L'angle β entre la dire tion radiale et la tangente à ψ est donné par:

vθ Γ
tan β = ur
= qv

don l'angle β est onstant quelque soit la valeur du rayon r. Les lignes de ourant

sont des spirales logarithmiques (Fig.3.12) d'équation:

   
2πψ θ
r = exp − . exp
Γ tan β

∂ ur ∂ vθ
L'é oulement est axisymétrique ar:
∂θ
= ∂θ
= 0.

- 90 -
Ÿ3.9. Ondes de surfa e.

te
Ψ= C
q

ur θ

Figure 3.12: Superposition d'une sour e et d'un vortex.

Il s'agit de l'é oulement relatif simplié produit par une roue entrifuge équipée

d'aubages en forme de spirales logarithmiques. On démontre que l'é oulement n'est

véritablement axisymétrique que dans le as d'un nombre inni d'aubages (hypothèse

d'Euler).

3.9 Ondes de surfa e


Dans e paragraphe, on traite l'eet de de la gravité sur les surfa es liquides.

L'é oulement asso ié ave les ondes de surfa e peut être onsidéré omme potentiel.

Ce i onstitue une approximation valable pour beau oups de phénomènes en surfa e li-

bre. Dans e type d'é oulement, la nature du problème ainsi que les appro hes utilisées

pour les résoudre sont diérents des autres é oulements potentiels bidimensionnels.

3.9.1 Problème général de l'onde de surfa e


Quand un orps liquide au repos est soumis à des ondes dues à la gravité au niveau

de sa surfa e libre, le mouvement induit par es ondes peut être onsidéré omme

irrotationnel dans la plupart des as. Dans e as, le ve teur vitesse peut être exprimé

en tant que gradient du potentiel des vitesses qui, bien entendu, doit satifaire l'équation

de Lapla e.

- 91 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

Considérons un orps liquide sur une surfa e plane dans lequel existe des ondes au

niveau de sa surfa e libre dont la profondeur moyenne est h (Fig.3.13).

y = η (x,z,t)

111111111111111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000000000000000
000000000000000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111111111111111
Figure 3.13: Fluide soumis à une onde de surfa e. Problème général.

L'équation de la surfa e libre est dénie par y = η (x, z, t). Deux onditions aux
limites doivent être imposées à la surfa e libre sur y = η : une ondition dite inématique

et une autre dite dynamique.

Condition Cinématique: Elle stipule qu'une parti ule de uide qui, à un instant

donné, o upe une position à la surfa e libre doit toujours rester à la surfa e libre.

Don , puisque y−η =0 alors:


D
(y − η) = 0
Dt
En utilisant la des ription Eulerienne (Ch2. Ÿ2.1.2), ette ondition au limite devient:

∂ →

(y − η) + →

q . ∇ (y − η) = 0
∂t

et puisque les variables x, y, z et t sont indépendantes et η = f (x, z, t) alors:

∂η ∂η ∂η
− − u + v − w =0
∂t ∂x ∂z
Finalement, en exprimant les omposantes du ve teurs vitesse


q en fon tion du

potentiel des vitesses φ, la ondition inématique devient:

∂η ∂φ ∂η ∂φ ∂η ∂φ
+ + = (3.29)
∂t ∂x ∂x ∂z ∂z ∂y

- 92 -
Ÿ3.9. Ondes de surfa e.

Condition Dynamique: Typiquement, la valeur qui doit être imposée en surfa e

libre est une pression onstante mais généralement on impose p = P (x, z, t) sur y = η .
Cette ondition est implémentée à partir de l'équation de Bernoulli é rite sous sa forme

la plus générale. Puisque les for es de gravité sont importantes en surfa e libre, la

gravité doit être in luse dans le terme des for es et alors ette ondition devient:

∂φ p 1 −→
+ + φ. ∇ φ + g η = F (t) (3.30)
∂t ρ 2

Finalement, en plus des deux (C.L) pré édentes, la onditions limite au fond doit

être imposée. Dans le as d'un uide idéal, la omposante de la vitesse normale à la


∂φ
surfa e plane doit être nulle:
∂y
=0 sur y = −h.
En résumé, en fon tion du potentiel des vitesses, l'équation à résoudre et les (C.L)

à satisfaire pour l'onde de surfa e sont:



 ∆φ = 0







 ∂η ∂φ ∂η ∂φ ∂η ∂φ

 ∂t
+ ∂x ∂x
+ ∂z ∂z
= ∂y
sur y=η
(3.31)

 −


 ∂φ
+ p 1
+ φ. ∇φ + g η = F (t) sur y=η

 ∂t ρ 2





 ∂φ
∂y
= 0 sur y = −h

D'après le système (3.31), il est laire que la di ulté à résoudre un problème d'onde

de surfa e est lo alisée au niveau des (C.L) et non pas à l'EDP. En eet, la ondition

dynamique est non linéaire et ette ondition suivie de la ondition inématique doivent

être imposées sur la surfa e y = η. Dans beau oups de situations réelles, ette surfa e

n'est pas onnue à priori et doit être l'une des quantités qui évolue à partir de la solution

elle même. Cependant, beau oups de situations intéressantes des é oulements d'ondes

de surfa e ne dépendent pas du tout des ara tères omplexes de es problèmes. En

linéarisant le problème, es di ultés peuvent être évitées tant que l'é oulement garde

son ara tère de base.

3.9.2 Onde plane de faible amplitude


Pour simplier, nous onsidérons les ondes planes qui présentent un hamp d'é oulement

bidimensionnel ave des ondes à la surfa e. Dans e as et sans au une approximation,

l'EDP à satisfaire pour le potentiel des vitesses dans le plan xy est:

∂2φ ∂2φ
+ = 0 (3.32)
∂ x2 ∂ y2

- 93 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

An de rendre la (C.L) plus fa ile à traiter, nous onsidérons des ondes de faible

amplitude. Dans e as, seules les ondes pour lesquelles l'amplitude est faible omparée

aux autres é helles des longueurs ara téristiques (profondeur du liquide h et longueur

d'onde λ) seront onsidérées. Mais si η est faible omparée à la longueur d'onde, la


∂η
quantité , qui est la pente de la surfa e libre, va être faible. De plus, la quantité
∂x
∂φ
qui est la omposante de la vitesse va être faible du fait que les ondes de surfa e
∂x
n'entraînent pas les hautes fréquen es puisque l'amplitude du mouvement a été sup-
∂φ ∂η
posée faible. Don le produit par va être quadratiquement faible et don peut
∂x ∂x
être négligé au premier ordre. La (C.L) inématique sur la surfa e libre devient alors:

∂η ∂φ
(x, t) = (x, η, t)
∂t ∂y

Malgré que ette équation ne ontient pas de termes quadratiques, il persiste en ore

la di ulté d'être imposée sur y = η. Cependant, dans notre approximation, η est faible
∂φ
don le développement en séries de Taylor peut être é rit pour la quantité
∂y
sur y=η
au voisinage de y = 0, alors:
∂φ ∂φ ∂2 φ
∂y
(x, η, t) ≃ ∂y
(x, 0, t) + η ∂ y2
(x, 0, t) + O(η 2)
Le se ond terme étant quadratiquement faible, il peut être alors négligé au permier

ordre. De e fait la (C.L) inématique s'é rira nalement:

∂φ ∂η
(x, 0, t) = (x, t) (3.33)
∂y ∂t

La (C.L) dynamique sur la surfa e libre peut être traîtée de la même manière.

Puisque le uide est au repos et n'importe quel mouvement de e dernier est induit

par les ondes, le terme non linéaire peut être négligé du fait qu'il est quadratiquement

faible. Don , la (C.L) dynamique devient:

∂φ p(x, t)
(x, η, t) + + g η(x, t) = F (t)
∂t ρ

∂φ
La quantité peut être développée en séries de Taylor au voisinage de la ligne
∂t
y=0 et on ne retient que le premier terme:

∂φ p(x, t)
(x, 0, t) + + g η(x, t) = F (t)
∂t ρ
La quantité F (t) peut être absorbée dans le potentiel des vitesses φ(x, y, t) en
R
onsidérant qu'il est rempla é par: φ(x, y, t) + F (t) dt.
Don la forme linéarisée de la (C.L) dynamique peut être é rite sous la forme:

∂φ p(x, t)
(x, 0, t) + + g η(x, t) = 0
∂t ρ

- 94 -
Ÿ3.9. Ondes de surfa e.

∂η
Si on dérive ette équation par rapport au temps, le terme peut être négligé par
∂t
∂φ
rapport à , don le forme nale de la (C.L) dynamique est:
∂y

∂2 φ 1 ∂ p(x, t) ∂φ
(x, 0, t) + + g (x, 0, t) = 0 (3.34)
∂ t2 ρ ∂t ∂y

La (C.L) sur le fond n'est pas ae tée par la linéarisation et don ne hange pas:

∂φ
(x, −h, t) = 0 (3.35)
∂y

Nous obtenons nalement un système linéaire onstitué d'une EDP (3.32) munie

de 3 onditions aux limites (3.33), (3.34) et (3.35) plus fa ile à résoudre que le système

de départ (3.31).

3.9.3 Propagation des ondes de surfa e


Considérons une masse uide au repos à une profondeur h (Fig.3.14 ). Une onde

plane de faible amplitude se propage le long de la surfa e du liquide ave une vitesse

c. La forme de l'onde est sinusoïdale ave une amplitude ε et une longueur d'onde λ.

y
ε

11111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111
Figure 3.14: Propagation d'une onde de surfa e.

L'équation de la surfa e libre sera y = η(x, t) où:


η(x, t) = ε sin (x − c t)
λ

Ce i orrespond à une onde qui se propage dans le sens des x positifs ave une

- 95 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

vitesse c. Le problème est de déterminer ette vitesse sa hant que ε, λ et h sont don-

nées et que la tension de surfa e est négligeable. La pression à la surfa e est prise

onstante et égale à la pression atmosphérique Pa .


On résoud alors le problème d'é oulement pour φ dé rit par :

 ∂2φ ∂2φ

 ∂ x2
+ ∂ y2
= 0







 ∂φ

 ∂y
(x, 0, t) = −ε cos 2π
λ
(x − c t)
(3.36)



 ∂2 φ
(x, 0, t) + g ∂φ
(x, 0, t) = 0

 ∂ t2 ∂y





 ∂φ
∂y
(x, −h, t) = 0

Dans e système, l'équation de η(x, t) a été utillisée dans la (C.L) inématique à la

surfa e libre.

La solution de e problème par la méthode de séparation des variables nous donne:

c2 λ 2πh
= tanh( ) (3.37)
gh 2πh λ

Cette solution est valable dans le as d'une approximation à faible amplitude 'est-

à-dire: ε << λ et ε << h.

- Pour le as d'un liquide profond (h >> λ) la relation (3.37) devient:

c2 λ
= (ε << λ << h) (3.38)
gh 2πh

- Pour le as d'un liquide peu profond (h << λ) la relation (3.37) devient:

c2
=1 (ε << h << λ) (3.39)
gh

Les résultats pré édents sont représentés sous forme de ourbe dans la gure (3.15) où la

solution général est représentée par la ligne solide et les deux solutions assymptotiques

limites par des lignes en pointillés.

- 96 -
Ÿ3.9. Ondes de surfa e.

c2
gh Equation (3.38)

1 Equation (3.39)

Equation (3.37)

Liquide profond Liquide peu profond

0
λ
2 πh

Figure 3.15: Vitesse de propagation d'une onde de surfa e sinusoïdale à faible amplitude.

- 97 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

3.10 Exer i es Γ. Cal uler la vitesse au rayon r = 0, 25 m.

P1 : 1- Soit un é oulement permanent et in- Rép : 1) F (z) =


(qv −i Γ)
ln z ;

ompressible dont le hamps de vitesse est dé- φ = 21π (qv ln r + Γ θ) ;
ni par : u = 2 x2 + y 2 et v =? ψ = 21π (qv θ − Γ ln r) ;
Quelle forme doit avoir la omposante v du ur = 2 πqvr h ; vθ = 2 Γπ r .
ve teur vitesse ? 2) 1, 54 m2 /s ; 1, 03 m/s.
2- Déterminer le potentiel des vitesses de
l'é oulement déni par : P4 : En superposant, sur le même axe ori-
u = 4 x y + y 2 et v = 6 x y + 3x gine, une sour e linéaire de débit qv par unité
3- Montrer que pour un é oulement potentiel de longueur et un let tourbillon (vortex libre)
la fon tion de ourant et le potentiel des vi- de ir ulation Γ, on obtient un é oulement
tesses sont des fon tions harmoniques. bidimensionnel ren ontré dans les turboma-
hines.
Rép : 1)v (x, y) = −4 x y + g(x).
1- Déterminer les équations du potentiel om-
2) P as de potentiel.
plexe, du potentiel des vitesses et de la fon -
tion de ourant de et é oulement.
P2 : Trouver l'équation de la ligne de ou-
2- Déterminer les omposantes radiale et tan-
rant passant par le point (1, 2, 3) si :
gentielle de la vitesse.
u = 3 a x, v = 4 a y et w = −7 a z
3- Montrer que la vitesse q satisfait à une rela-
(a étant une onstante).
tion de la forme q . r = C te où r est la distan e
4 7 à l'origine.
Rép : y = 2 x 3 et z = 3 x− 3 .
4- Montrer que les lignes de ourant de et
é oulement sont des spirales logarithmiques.
P3 : On veut représenter l'é oulement dans
5- Dans le as où qv = 0, 4 m3 /s par mètre et
la volute d'une pompe entrifuge en superpo-
Γ = 0, 2 m2 /s, al uler la vitesse au point M
sant une sour e de débit qv et un vortex de
de oordonnées x = 3 m et y = 4 m ainsi que
ir ulation Γ ayant omme origine l'axe de la
l'angle qu'elle fait ave le rayon ve teur OM .
pompe. On onsidérera une profondeur unité
omptée selon et axe.
Rép : 1) F (z) =
(qv −i Γ)
ln z ;
1- Déterminer le potentiel omplexe F (z), le 2π
φ = 21π (qv ln r + Γ θ) ;
potentiel des vitesses Φ et la fon tion de ou-
ψ = 21π (qv θ − Γ ln r) ;
rant ψ de et é oulement. En déduire les om-
2) ur = 2 πqvr h ; vθ = 2 Γπ r ;
posantes radiale et i onférentielle de la vi- √2 2
q +Γ
tesse. Montrer que la vitesse satisfait à une 3) q . r = 2vπ = C te ;
→→ →  

relation V . r = Cte et que l'angle entre r et V 4) r = exp qΓv θ . exp − 2Γπ ψ0 ;
est onstant. 5) xxx m/s ; xx◦ .
2- La volute est de hauteur onstante et égale
à 0, 10 m, le débit volumique de la pompe P5 : On superpose l'é oulement d'un dou-
est qv = 50 l/s. L'angle formé par les lignes blet F (z) = q0 az et un é oulement uniforme
2

de ourant et la vitesse ir onférentielle est de vitesse q0 parallèle à l'axe X ; a étant une


α = 18◦ . En déduire la valeur de la ir ulation onstante positive.

- 98 -
Ÿ3.10. Exer i es .

1- Cal uler la fon tion de ourant ainsi que le Rép : φ(x, y) = −2 x y + C .


potentiel des vitesses puis montrer que l'é ou-
lement obtenu (ψ = 0) est l'é oulement au- P8 : La omposante suivant x d'un é oule-
tour d'un ylindre de rayon a. ment in ompressible est donnée par :
2- Cal uler le potentiel omplexe et la vitesse
u = a x2 + b y
omplexe. En déduire la vitesse à l'inni et la
vitesse au point d'arrêt. Si la omposante suivant z est nulle trouver :
3- Cal uler les omposantes de la vitesse en 1- la omposante v parallèle à y sa hant que
oordonnées polaires. En déduire la vitesse pour y = 0, v = 0 ;
super ielle sur le ylindre, la position des 2- la fon tion de ourant ψ sa hant que pour
points de vitesse maximale et la valeur de y = 0, v = 0.
ette vitesse maximale.
Rép :

 2

Rép :1) ψ = q0 x 1 + x2a+y2 ; P9 : La fon tion potentiel des vitesses d'un
é oulement plan est donnée par :
 
a2
φ = q0 y 1 − x2 +y 2
.
φ(x, y) = a x y
 
a2
2) F (z) = q0 z + z ; 1- Vérier l'équation de ontinuité.
2- Cal uler la fon tion de ourant ψ. En
 
a2 (y 2 −x2 ) déduire que ette fon tion peut représenter
q = q0 1 + 2 2 2 ; q∞ = q0 ; qA = 0.
(x +y ) l'é oulement dans un oude.
  3- Trouver le potentiel omplexe de l'é oule-
a2 (1−2 cos θ)
3) ur = q0 1 − r2
; ment.
4- Montrer que, en multipliant le potentiel
vθ = −q0 2 sinrθ2 cos θ ; −2 q0 sin θ ; ±2 q0 à ± π2 . omplexe pré édent par i, on obtient un autre
potentiel omplexe qui représente l'é oule-
P6 : Un é oulement est déni par :
ment au voisinage d'un point d'arrêt sur une
u = 2 x et v = −2 y plaque plane.
Trouver la fon tion de ourant et le potentiel 5- Pour e dernier é oulement on admet que
des vitesses de et é oulement. a = 20 s−1 . Cal uler les omposantes de la
vitesse au point M de oordonnées x = 8 cm
Rép :
et y = 2 cm.
ψ(x, y) = 2xy + C ;
φ(x, y) = x2 − y 2 + C. 
Rép : 2) ψ(x, y) = a2 y 2 − x2 .
a 2
P7 : La fon tion de ourant d'un é oulement 3) F (z) = −i 2 z .
parti ulier est donnée par : 5) u = 1, 6 m/s ; v = −0, 4 m/s.
Ψ(x, y) = x2 − y 2
L'é oulement est-il irrotationnel ? Si oui, al- P10 : Soit un é oulement in ompressible
uler le potentiel des vitesses. plan dont le ve teur vitesse a pour ompo-
santes :

- 99 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

u = x − 4 y et v = −y − 4 x y0 et de longueur d'onde λ.
En supposant que 2λπ y ≪ 1, trouver l'am-
Montrer que l'é oulement satisfait l'équation plitude orrespondant à la ligne de ourant
de ontinuité et obtenir l'expression de la ψ = 0 et déterminer le hamp des vitesses de
fon tion de ourant. Si l'é oulement est po- et é oulement.
tentiel trouver alors l'expression du potentiel
des vitesses. 
Rép : y = −y sin 2 π x ; 0 λ
 2π 2π

 u ≃ q0 1 − λ y0 . sin λ x ;
Rép : ψ(x, y) = 2 x2 − y 2 + xy + C ; 
 v≃ − 2λπ y0 . cos 2π
λ x .
1
φ(x, y) = 2 x2 − y 2 − 4 x y + C ′ .

P13 : Un é oulement est déni par les om-


P11 : Soit l'é oulement à potentiel omplexe
posantes du ve teur vitesse :
dénie par :
2
u = q0 cos α et v = q0 sin α
z
F (z) = −a
2 où q0 et α sont des onstantes.
1- Déterminer le potentiel des vitesses et la 1- Trouver la fon tion de ourant et le poten-
fon tion de ourant. tiel des vitesses de et é oulement.
2- Etudier la forme des lignes de ourant et 2- Que représente et é oulement ? Justier
des équipotentielles. votre réponse en traçant quelques ψ et φ pour
α = 45◦ .
3- Cal uler les omposantes u et v de la vi-
tesse. 3- Trouver le potentiel omplexe de l'é oule-
4- Appli ation numérique : la vitesse au point ment.
M (−10 cm, 0) est de 8 cm/s.
4- On superpose et é oulement ave une
a- Tra er le réseau des lignes de ourant et sour e de potentiel omplexe C0 ln(z).
des équipotentielles dans le demi-plan x < 0 Déterminer la fon tion de ourant ψ′ et le po-
(y = 0 est une paroi plane). tentiel des vitesses φ′ de l'é oulement résul-
b- Cal uler la vitesse aux points suivant : tant et en déduire les omposantes u′ et v′ du
(0, 0) et (−2 cm, 4 cm).
ve teur vitesse.
N.B : Prendre toutes les onstantes d'inté-

Rép : 1) ψ(x, y) = −a x y ; gration égales à zéro.



φ(x, y) = − a2 x2 − y 2 .
3) u = −a x ; v = a y ; 4.b) 0 ; 3, 58 cm/s. Rép : 1) ψ(x, y) = −q0 sin α x + q0 cos α y ;

P12 : Soit le potentiel omplexe F (z) déni φ(x, y) = q0 cos α x + q0 sin α y .


par :
3) F (z) = q0 e−iα z.
h 2πi
i
z
F (z) = q0 z + y0 e λ
4)ψ ′ (x, y) =
où z et i sont des nombres omplexes ; q0 , λ q0 (− sin α x + cos α y) + C0 arctan y
x
et y0 des onstantes.
Ce potentiel représente l'é oulement autour
p
d'une paroi ondulée sinusoïdale d'amplitude φ(x, y) = q0 (cos α x+sin α y)+C0 ln x2 + y 2

- 100 -
Ÿ3.10. Exer i es .

u′ = q0 cos α + C0 x
x2 +y 2
; 3- Pour le as b), en divisant F (z) par i, on
obtient un autre é oulement de potentiel om-
v = q0 sin α + C0 x2 +y2 .
′ y
plexe F ′ (z). Déterminer alors F ′ (z) ainsi que
P14 : S oit un é oulement déni par le po-
les fon tions de ourant ψ′ (x, y) et potentiel
tentiel omplexe suivant : φ′ (x, y).
a π
F (z) = n zn avec n= α
Rép :
n 
où a et α sont des onstantes. 1) ψ(x, y) = a
n
(x2 + y 2 ) 2 sin n arctan xy ;

(x2 + y 2 ) 2 cos n arctan xy .
n
a
φ(x, y) =
1- Déterminer les fon tions de ourant ψ(x, y) n
3) F ′ (z) = − a2 i z 2 ;
et potentiel φ(x, y).
a
2- Que peut représenter et é oulement dans ψ ′ (x, y) = 2
(y 2 − x2 ) ;
les as suivants : a) α = π ; b) α = π2 φ′ (x, y) = a x y.
(tra er : lignes de ourant, équipotentiels, ve -
teur vitesse).

- 101 -
Ch3: ÉCOULEMENTS IRROTATIONNELS.

- 102 -
Chapitre 4
Dynamique des é oulements visqueux

4.1 Propriétés du uide réel


Le uide réel se ara térise, en opposition au uide parfait, par deux propriétés

importantes :

* La vis osité qui est une ara téristique physique du uide se manifestant par une

résistan e de elui- i aux déformations et plus parti ulièrement aux vitesses de défor-

mation. Elle est due à la ombinaison des eorts de ohésion et d'agitation molé ulaire

s'opposant au dépla ement relatif des ou hes liquides les unes par rapport aux autres.

La vis osité dépend de la nature du uide et varie onsidérablement d'un uide à un

autre. Pour un même uide, elle dépend de la pression et de la température ; pour les

liquides in ompressibles, elle est pratiquement invariante ave la pression.

L'expérien e de Couette (Ÿ1.2.1) est souvent utilisée pour mettre en éviden e

l'existen e de la vis osité.

* L'adhéren e du uide aux parois solides : Contrairement au uide parfait pour

lequel la vitesse d'é oulement possède une valeur non nulle à la paroi (glissement), le

uide réel adhère parfaitement à elle- i et sa vitesse est nulle à et endroit. Dans ette

zone de fort gradient désignée par ou he limite, les eets de frottement interne sont

importants. Nous verrons que l'épaisseur de ette ou he limite dépend à la fois de

la vis osité du uide et du régime d'é oulement. A l'extérieur de la ou he limite, la

inématique du uide est pratiquement identique à elle dé rite en uide parfait.

Ainsi, dans ertains modèles d'é oulements, les onditions de glissement ne s'é rivent

pas à la parois elle même, mais à la frontière de la ou he limite.

4.2 Des ription du frottement visqueux


Examinons dans le plan (x, y) la déformation du parallélépipède re tangle élémen-

taire représentant une parti ule uide en mouvement (Fig.4.1). Les gradients de vitesse

103
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

seront supposés positifs.

Y
D
∂u
(u + ∂y
dy) dt

C dε
dy) dt


∂y
∂v

PSfrag repla ements


(v +

dx) dt
dx d
11111111111
00000000000
c

00000000000
11111111111
00000000000
11111111111 dα

∂x
∂v
v 11111111111
00000000000
00000000000
11111111111

(v +
A
v dt

dy

a00000000000
11111111111
u b X
∂u
u dt (u + ∂x
dx) dt

Figure 4.1: Déformation d'une parti ule de uide en mouvement.

A l'instant t = t0 , la fa e onsidérée est supposée re tangulaire de otés dx et d y.

A l'instant t = t0 + d t, le point a s'est dépla é jusqu'au point A de omposantes :


u dt


A u et v étant les omposantes du ve teur vitesse au point a.

v dt

Pendant le même instant, le point b s'est dépla é en B . Le théorème des a roissements


nis au premier ordre indique pour le point b une vitesse ayant pour omposantes :


u+ ∂u
dx dx + u + ∂ u dx dt
∂x ∂x

B d'où les oordonnées du point B :

v+ ∂v
dx v + ∂∂ xv dx dt
∂x

 
∂u
u + ∂ y dy dt


De même, les oordonnées du point C sont :
 

dy + v + ∂∂ yv dy dt

- 104 -
Ÿ4.3. Taux de déformation.

Les segments ab et ac ont subi à la fois une translation, un allongement et une rotation

qui sont tous trois al ulables.

Puisqu'il s'agit de faibles déformations, alors les angles dα et dβ sont assimilables à

leurs tangentes :

(v+ ∂∂ xv dx) dt−v dt (u+ ∂∂ uy dy) dt−u dt


dα = dx+(u+ ∂∂ u dx) dt−u dt
et dβ = dy+(v+ ∂∂ yv dy ) dt−v dt
x

Après simpli ation on aura :

∂v ∂u
dα = dt ; dβ = dt (4.1)
∂x ∂y

La rotation de la diagonale AD dε
notée sera déduite de la relation (4.1) :

 
dα−dβ 1 ∂v ∂u
dε = 2
= 2 ∂x
dt − ∂y
dt

d'où l'on peut al uler la vitesse angulaire de la parti ule :

 
dε 1 ∂v ∂u
Ωz = lim = − (4.2)
dt→0 dt 2 ∂x ∂y

Le dernier membre de ette équation représente la omposante suivant Z du ve teur



→ 1 −→→
tourbillon : Ω = 2
rot −
q.

Dans le as d'un é oulement irrotationnel, la parti ule se déformera sans han-

gement de dire tion de sa diagonale et subira don une déformation sans rotation

(dε = 0).

4.3 Taux de déformation


Suivant la dire tion X, l'élongation du segment AB s'é rit :

 ∂u
  ∂u
dX = dx + u + ∂x
dx dt − u dt − dx = ∂x
dx dt

La vitesse d'élongation sera quant à elle dénie par :

dX ∂u
q = lim = dx
dt→0 dt ∂x
q ∂u
et le taux de déformation par :
dx
= ∂x

- 105 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

∂u
Suivant la dire tion Y, le taux de déformation du même segment est égal à
∂y
.

Con ernant le segment AC , les taux de déformation suivant X et Y sont respe tive-

ment :

∂v ∂v
et
∂x ∂y

On peut ainsi onstruire le tenseur des taux de déformation dans le plan (x, y) :

 ∂u ∂u

∂x ∂y
 
T =   (4.3)
∂v ∂v
∂x ∂y

Ce tenseur peut être dé omposé en deux tenseurs : un tenseur d'élongation symé-

trique et un tenseur de rotation antisymétrique :

T =D+Ω

       
∂u 1 ∂u ∂v 1 ∂u ∂v
∂x 2 ∂y
+ ∂x
0 2 ∂y
− ∂x
   
T =

+
 

 (4.4)
   
1 ∂v ∂u ∂v
2 ∂x
+ ∂y ∂y
− 12 ∂u
∂y
− ∂v
∂x
0

Con ernant le tenseur D, les termes diagonaux représentent les taux d'élongation

des otés de la parti ule dans les dire tions X et Y tandis que les autres termes non

diagonaux représentent la déformation par isaillement. Les deux parties de la parti ule

aboutissant au point A subissent des rotations respe tives dα et dβ de sens inverses.

Le taux de isaillement dans le plan (x, y) est don égal à :

 
dα + dβ
lim
dt→0 dt

soit d'après la relation (4.1) :

 
∂v ∂u
τc = + (4.5)
∂x ∂y

Cette valeur est proportionnelle à l'allongement et au ra our issement des deux

diagonales du parallélépipède.

- 106 -
Ÿ4.4. Généralisation.

4.4 Généralisation
Si l'on onsidère une parti ule parallélépipédique ayant pour dimensions respe tives

dx, dy , dz , le prin ipe développé pré édemment peut être aisément généralisé. Dans

un hamps de vitesse quel onque, le tenseur des taux de déformation s'é rira omme

la superposition d'un tenseur d'élongation symétrique et d'un tenseur de rotation an-

tisymétrique :
 ∂u ∂u ∂u

∂x ∂y ∂z
 ∂v ∂v ∂v 
T =  ∂x ∂y ∂z  = D+Ω (4.6)
∂w ∂w ∂w
∂x ∂y ∂z

qui peut aussi s'é rire de la manière suivante :

    
∂u 1 ∂u ∂v 1 ∂w ∂u
∂x 2 ∂y
+ ∂x 2 ∂x
+ ∂z
     
 1 ∂u ∂v ∂v 1 ∂v 
T =  2 ∂y
+ ∂x ∂y 2 ∂z
+ ∂∂ wy 
    
1 ∂w ∂u 1 ∂v ∂w ∂w
2 ∂x
+ ∂z 2 ∂z
+ ∂y ∂z

    
1 ∂u ∂v
0 − 2 ∂y ∂x
− 12 ∂w
∂x
− ∂u
∂z
     
 1 ∂u ∂v 1 ∂v ∂w 
+ − 2 ∂ y − ∂ x 0 2 ∂z
− ∂y 
    
1 ∂w
2 ∂x
− ∂∂ uz − 12 ∂∂ vz − ∂w
∂y
0

- Remarque :
A l'instant t = t0 +dt les dimensions prin ipales de la parti ule deviennent (Fig.4.1) :

   
∂u ∂v ∂w
dx 1 + ∂x
dt dy 1 + ∂y
dt dz 1 + ∂z
dt

Le volume de elle- i devient au premier ordre :

h   i
dx dy dz 1 + ∂∂ ux + ∂v
∂y
+ ∂w
∂z
dt

soit en ore :

dx dy dz [1 + div −

q dt]

Pour un uide in ompressible, le terme de divergen e est nul, satisfaisant l'équation

de ontinuité.

Au premier ordre, la parti ule tourne don et se déforme sans hanger de volume.

- 107 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

4.5 Tenseur des ontraintes


Le tenseur C des ontraintes appliquées à la surfa e d'une parti ule de forme pa-

rallélépipédique de dimensions élémentaires dx, dy , dz est omposé des ontraintes

normales et des ontraintes tangentielles.

Examinons sur l'une des fa es supposée ontenue dans le plan Y OZ les ontraintes

en présen e (Fig.4.2) :

τ xz
Z τx

τ xy

F
O
Y

X σxx

Figure 4.2: Contraintes normales et tangentielles.



L'eort F exer é par le uide environnant donne lieu à deux ontraintes :

σxx : ontrainte normale

τxy , τxz : omposantes de la ontrainte de isaillement τx .

Le double indi e asso ié à es ontraintes doit être interprété de la manière suivante :

Le premier (x) orrespond à la fa e orientée par l'axe orrespondant, le se ond (x, y


ou z) orrespond à la dire tion de proje tion.

Pour une fa e orientée de manière quel onque dans l'espa e, le tenseur des ontraintes

s'é rira :  
σxx τxy τxz
 
C =  τyx σyy τyz  (4.7)

τzx τzy σzz

- 108 -
Ÿ4.6. Liaison entre ontraintes et déformations.

On démontre que les termes symétriques sont égaux entre eux :

τxy = τyx ; τxz = τzx ; τyz = τzy

Pour un uide au repos ou un uide de vis osité nulle, les ontraintes tangentielles

sont nulles, les ontraintes normales sont alors égales et opposées à la pression hy-

drostatique p. On utilisera ette propriété pour é rire le tenseur sous la forme de la

superposition de deux états :

   
−p 0 0 σxx + p τxy τxz
   
C =  0 −p 0  +  τyx σyy + p τyz  (4.8)

0 0 −p τzx τzy σzz + p

soit :

C = −p I + τ (4.9)

 
1 0 0
 
ave : I =  0 1 0  qui est le tenseur unitaire et

0 0 1
 
σxx + p τxy τxz
 
τ =  τyx σyy + p τyz  (4.10)

τzx τzy σzz + p

appelé tenseur déviateur représentant uniquement les eets de frottement.

4.6 Liaison entre ontraintes et déformations


An d'établir la liaison entre les ontraintes et les déformations, trois hypothèses

fondamentales sont utilisées :

 La rotation sans déformation de la parti ule uide n'engendre au une ontrainte

de isaillement.

 Les ontraintes sont proportionnelles aux taux de déformation (généralisation

de l'équation de Newton).

 Le uide est isotrope.

On observera don entre les tenseurs la relation générale suivante :

τ = ε div −

q I + 2µD (4.11)

ave

ε : vis osité de dilatation,

- 109 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

µ : vis osité dynamique.

Cette relation permet d'a éder aux diérentes omposantes des ontraintes :

- Contraintes normales :

σxx = ε div −

q + 2 µ ∂∂ ux − p




σyy = ε div −

q + 2 µ ∂∂ yv − p (4.12)




σzz = ε div −

q + 2 µ ∂∂ wz − p

- Contraintes tangentielles :
 
τ = τ = µ ∂u + ∂v
xy yx ∂y ∂x




τxz = τzx = µ ∂∂ wx + ∂∂ uz (4.13)


 

τyz = τzy = µ ∂∂ vz + ∂∂ wy

Pour un uide ompressible ou non, l'addition des trois ontraintes normales onduit

à :

σxx + σyy + σzz = (3 ε + 2 µ) div −



q − 3p

permettant d'exprimer la pression hydrostatique lo ale :

 
1 2
p = − (σxx + σyy + σzz ) + ε + µ div −

q (4.14)
3 3

En uide in ompressible, l'équation de ontinuité montre que la pression est égale

et opposée à la moyenne des ontraintes normales.

En uide ompressible, on admet qu'il en va de même, e qui implique que le se ond

terme est nul :


2
ε+ µ = 0
3

C'est une hypothèse que l'on adopte ouramment sous forme de l'équation de Stokes :

2
ε = − µ (4.15)
3
- 110 -
Ÿ4.7. Equations de Navier-Stokes.

Dans l'é oulement plan pour lequel v = w = 0, les relations (4.13) se ramènent à :


τxy = µ ∂ u
∂y



τxz = 0 (4.16)




τyz = 0

orrespondant au as de l'expérien e de Couette dé rite au Ÿ1.2.1.

4.7 Equations de Navier-Stokes


Ce sont les équations (2.16) de la dynamique des uides (Euler) établies en uide

réel pour lequel la vis osité engendre des ontraintes de isaillement.

Examinons les eorts exer és sur une parti ule de uide suivant la dire tion OX
seulement. On observe alors pour un uide réel, en plus des ontraintes normales,

les ontraintes tangentielles (Fig.4.3).

∂ τzx
τzx + ∂z
dz
Z σxx
dy

∂ τyx
τyx + ∂y
dy

o
Y
τ yx
dz
dx
PSfrag repla ements τ zx

X
∂ σxx
σxx + ∂x
dx

Figure 4.3: Etablissement des équations de Navier-Stokes.

P −→
Appliquons maintenant la loi de Newton : Fex = m −

γ

- 111 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.
P Du
Suivant OX on a : Fx = m γx = ρ dx dy dz Dt

Du ∂u
ave
Dt
= ∂t
+ u ∂∂ xu + v ∂∂ uy + w ∂∂ uz

P   
∂ σxx ∂ τyx
Fx = σxx + ∂x
dx dy dz − σxx dy dz + τyx + ∂y
dy dx dz

∂ τzx

− τyx dx dz + τzx + ∂z
dz dx dy − τzx dx dy + ρ dx dy dz fx

fx étant la omposante de toutes les for es volumiques par unité de masse suivant

l'axe X.

En simpliant par dx dy dz on aura :

Du ∂ σxx ∂ τyx ∂ τzx


ρ = + + + ρ fx
Dt ∂x ∂y ∂z

d'où :

 
∂u ∂u ∂u ∂u 1 ∂ σxx ∂ τyx ∂ τzx
+u +v +w = + + + fx (4.17)
∂t ∂x ∂y ∂z ρ ∂x ∂y ∂z

En introduisant les relations (4.12) et (4.13) on aura alors :

     
∂ −
→ ∂u ∂ ∂u ∂v ∂ ∂w ∂u
ρ γx = ε div q + 2 µ −p + µ +µ + µ +µ +ρ fx
∂x ∂x ∂y ∂y ∂x ∂z ∂x ∂z

et pour une vis osité dynamique µ onstante :

Du ∂p ∂
ρ = ρ fx − + [(ε + µ) div −

q ] + µ∆u (4.18)
Dt ∂x ∂x

où ∆ u ≡ ∇2 u

Pour le as d'un uide in ompressible l'équation de Navier-Stokes suivant l'axe OX


se réduit à :
Du 1 ∂p
= fx − + ν ∆u (4.19)
Dt ρ ∂x

µ
ave : ν = ρ

Les équations de Navier-Stokes (N-S) s'é rivent don sous forme ve torielle ompa te :

D−

q → 1 −−→

= f − grad p + ν ∆ −

q (4.20)
Dt ρ

- 112 -
Ÿ4.7. Equations de Navier-Stokes.

En oordonnées artésiennes, les proje tions sur les axes X, Y et Z donnent res-

pe tivement :

  

 ∂u
+u ∂u
+v ∂u
+w ∂u
= fx − 1 ∂P
+ν ∂2 u
+ ∂2 u
+ ∂2 u

 ∂t ∂x ∂y ∂z ρ ∂x ∂ x2 ∂ y2 ∂ z2




  
∂v ∂v ∂v ∂v 1 ∂P ∂2 v ∂2 v ∂2 v
∂t
+u ∂x
+v ∂y
+w ∂z
= fy − ρ ∂y
+ν ∂ x2
+ ∂ y2
+ ∂ z2
(4.21)





  


 ∂w
+ u ∂∂ wx + v ∂∂ wy + w ∂∂ wz = fz − 1 ∂P
+ν ∂2 w
+ ∂2 w
+ ∂2 w
∂t ρ ∂z ∂ x2 ∂ y2 ∂ z2

Ces équations expriment l'équilibre entre les for es d'inertie d'une part et, d'autre

part, les for es de gravité (ou pesanteur) par unité de masse, elles de pression ainsi

que elles de vis osité.

Equations de Navier-Stokes en oordonnes ylindriques :


- Suivant la dire tion radiale (r ) :

 
D ur vθ2 1 ∂P 2 ur 2 ∂ vθ
− = fr − +ν ∇ ur − 2 − 2 (4.22)
Dt r ρ ∂r r r ∂θ
- Suivant la dire tion tangentielle (θ ) :

 
D vθ ur vθ 1 ∂P 2 vθ 2 ∂ 2 ur
+ = fθ − +ν ∇ vθ − 2 + 2 (4.23)
Dt r ρr ∂ θ r r ∂ θ2
- Suivant la dire tion verti ale (z ) :

D wz 1 ∂P
= fz − + ν ∇2 w z (4.24)
Dt ρ ∂z

Ave :

- Composantes du ve teur vitesse :




q =−

q (ur , vθ , wz )
- Dérivée parti ulaire d'une fon tion h quel onque :

Dh ∂h ∂h vθ ∂ h ∂h
= + ur + + wz (4.25)
Dt ∂t ∂r r ∂θ ∂z

- Lapla ien d'une fon tion h quel onque :

∂2 h 1 ∂h 1 ∂2 h ∂2 h
∇2 h ≡ ∆ h = + + + (4.26)
∂ r2 r ∂r r2 ∂ θ2 ∂ z2

- Equation de ontinuité :
∂ρ 1 ∂ (ρ r ur ) 1 ∂ (ρ vθ ) ∂ (ρ wz )
+ + + =0 (4.27)
∂t r ∂r r ∂θ ∂z
- 113 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

4.8 Cas limites de la vis osité


Les équations de N-S peuvent être simpliées et on obtient des formes appli ables

pour ertains types d'é oulements. Lorsque la vis osité du uide est nulle, on retrouve

les équations d'Euler (2.16). Ce type d'é oulement est appelé é oulements à grand

nombre de Reynolds .

Lorsque la vis osité du uide est très élevée, les for es d'inertie sont négligables

devant les for es visqueuses et volumiques et on aura les équations relatifs aux  é oule-

ments à faible nombre de Reynolds , appelés en ore  é oulements de Stokes  ou  é ou-

lements rampants  dé rits par les équations :

  

 1 ∂P
= fx + ν ∂2 u
+ ∂2 u
+ ∂2 u

 ρ ∂x ∂ x2 ∂ y2 ∂ z2




  
1 ∂P ∂2 v ∂2 v ∂2 v
ρ ∂y
= fy + ν ∂ x2
+ ∂ y2
+ ∂ z2
(4.28)





  


 1 ∂P
= fz + ν ∂2 w
+ ∂2 w
+ ∂2 w
ρ ∂z ∂ x2 ∂ y2 ∂ z2

Ces équations onstituent la base de la théorie de la lubri ation hydrodynamique 

(Ÿ4.11.1).

4.9 Cara téristiques de l'é oulement visqueux


L'observation de l'é oulement des uides est aujourd'hui fa ilité par des moyens de

mesures de plus en plus performants. La onnaissan e de la stru ture ne des é oule-

ments et en parti ulier, des phénomènes turbulents, des ou hes limites, des sillages a

permis de mettre en pla e des modélisations de plus en plus performantes.

Sur la base des expérien es de Reynolds, un pas important a été fran hi à la n

du dernier siè le on ernant la stru turation des régimes d'é oulement. Prandtl et Von

Karman ont présenté au début du vingtième siè le les premiers développements théo-

riques on ernant la ou he limite. Celle- i fait en ore l'objet de nombreuses études,

tant théoriques qu'exprimentales, portant essentiellement sur la transition et le dé olle-

ment en présen e de gradients de pression positifs ou négatifs et du taux de turbulen e.

4.9.1 Régimes d'é oulement


L'expérien e de Reynolds onsiste à observer l'é oulement de l'eau dans un tube

transparent, é oulement au entre duquel est introduit un n let de liquide oloré.

On observe prin ipalement deux régimes distin ts :

- 114 -
Ÿ4.10. Appli ations.

 un régime laminaire montrant un let oloré parfaitement re tiligne ne se mé-


langeant pas à l'é oulement prin ipal. Ce régime est observé aux faibles vitesses,

il est parfaitement stable et pratiquement imperturbable.

 un régime turbulent se manifestant à partir d'une ertaine distan e de l'en-


trée par une os illation du let oloré puis à un mélange intime ave le uide

prin ipal.

En utilisant plusieurs diamètres de tube et diérentes vis osités de uide (en faisant

varier par exemple la température), Reynolds a montré que le régime laminaire était
qD
toujours observé lorsque le produit
ν
était inférieur à 2300. Ce produit adimensionnel,
appelé nombre de Reynolds, quantie l'ensemble des ara téristiques de l'é oulement :

la vitesse moyenne du uide, le diamètre de la onduite, la vis osité inématique du

uide.

Au-delà de ette valeur, suivant la qualité de l'entrée du tube, la régularité de la

surfa e intérieure, la présen e de vibrations, et ., l'é oulement laminaire peut ou non se

transformer en régime turbulent. Dans des onditions idéales, l'é oulement laminaire

peut se maintenir jusqu'à un nombre de Reynolds de 4.104 . Au-delà, l'é oulement

organisé se dégrade systématiquement en é oulement turbulent.

4.9.2 Proprietés des é oulements laminaires


L'é oulement laminaire se rappro he de l'idée que l'on se fait de l'é oulement d'un

uide parfait pour lequel on imagine un glissement des diverses ou hes de uide les

unes sur les autres sans é hange de parti ules entre les diérentes ou hes. Dans e

régime d'é oulement, les eets visqueux sont pourtant prépondérants et on est loin de

l'é oulement potentiel, en parti ulier au voisinage des parois. Cependant, par opposition

à l'é oulement turbulent, 'est l'organisation et la stabilité qui dominent parmi les

propriétés prin ipales de l'é oulement laminaire.

Les appli ations industrielles les plus importantes orrespondent aux paliers et pa-

tins hydrodynamiques et à tous les domaines de la lubri ation. Ils orrespondent

également à l'é oulement en milieu poreux ; ltrations, appli ations pétrolières, et .

L'é oulement laminaire unidimensionnel voire bidimensionnel fournit quelques unes

des solutions exa tes des équations de Navier-Stokes.

4.10 Appli ations


4.10.1 E oulement de Poiseuille
Soit un é oulement d'un uide in ompressible entre deux plaques planes parallèles

de largeur L très importante par rapport à leur longueur l (Fig.4.4). L'é oulement

s'ee tue sous l'a tion du gradient de pression.

- 115 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

Y
l

111111111111111111111
000000000000000000000
Plaques

2h O
X

111111111111111111111
000000000000000000000

Figure 4.4: E oulement de Poiseuille.

Hypothèses simpli atri es :

 Les omposantes v et w du ve teur vitesse dans l'é oulement suivant Y et Z


sont nulles.

 L'é oulement est permanent.

 Les for es de pesanteur sont négligeables (é oulement horizontal).

Ave es hypothèses simpli atri es nous aurons :


∂u
* Equation de ontinuité :
∂x
= 0 ⇒ u = u (y, z)

∂u
or L >> l ⇒ ∂z
= 0 (pas de variation de la vitesse selon l'axe Z, don : u = u (y)

* Equations de Navier-Stokes :

2
0 = − 1ρ ∂P
∂x
+ ν ∂∂ yu2
1 ∂P

0 = −ρ ∂ y 

⇒ p = p (x)


0 = − 1ρ ∂P
∂z

1 dp d2 u 1 dp
ρ dx
= ν dy2
⇒ u (y) = 2 µ dx
y2 + C1 y + C2

dp
Le gradient de pression est le paramètre responsable du mouvement du uide
dx
dp
entre les plaques, on peut le rempla er par :
dx
= − ∆p
l
ave : ∆p = p (x = 0) − p (x = l)

* Conditions aux limites : Le uide étant visqueux, nous é rivons don les deux

onditions d'adhéren e du uide aux parois inférieure et supérieure :

- 116 -
Ÿ4.10. Appli ations.
 ∆p

 u (y = −h) = 0
 ⇒ − 21µ l
h2 − C1 h + C2 = 0  C1 =
 0


 
 h2 ∆p
u (y = +h) = 0 ⇒ − 21µ ∆p
l
2
h + C1 h + C2 = 0 C2 = 2µ l

Don le prol des vitesses est :

  y 2 
h2 ∆p
u (y) = 1− (4.29)
2µ l h

Ce prol est ainsi de forme parabolique symétrique par rapport à l'axe X (Fig.4.5).

h2 ∆p
Par la suite et an de fa iliter les al uls, on pose : A = 2µ l

* Position de la vitesse maximale :


du(y)
dy
= 0 =⇒ − 2A
h2
d = 0 =⇒ d = 0
y=d

La position de la vitesse maximale est don lo alisée au entre du anal.

* Vitesse maximale : elle est donnée par : umax = u (y = d) d'où :

h2 ∆p
umax = (4.30)
2µ l

* Vitesse moyenne spatiale : notée u ou um et appelée aussi "vitesse débitante ", elle

est obtenue à partir du al ul du débit sur la largeur L :

R R
+h Rh y2
Qv = u(y) ds = u(y) L dy = 2 A L (1 − h2
) dy = 2 A L (h − h3 ) = 43 A h L
S −h 0

2 L h3 ∆p
Qv = (4.31)
3µ l

et d'après la dénition du débit, nous avons : Qv = S u = 2 h L u d'où :

Qv 4AhL 2
u = 2hL
= 3.2hL
= 3
A et en remplaçant :

h2 ∆p 2
um ≡ u = = umax (4.32)
3µ l 3

En ombinant es expressions, le prol des vitesses peut aussi s'é rire :

  y 2 
u (y) 3
= 1− (4.33)
u 2 h

- 117 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

111111111111111111111
000000000000000000000
u
+h 000000000000000000000
111111111111111111111
u(y)

O u max X

− h 000000000000000000000
111111111111111111111

Figure 4.5: E oulement de Poiseuille. Prol des vitesses.

* Le nombre de Reynolds de l'é oulement est al ulable à partir du diamètre

hydraulique :
4S
DH = (4.34)
P

où :

S : se tion de passage (ou se tion d'é oulement) ;

P : périmètre mouillé ;

RH : rayon hydraulique (DH = 4 RH ).

En appliquant ette relation à l'é oulement entre les deux plaques nous aurons :

4.2hL 4hL
DH = 4h+2L
= 2h+L
et si h ≪ L alors DH ≃ 4 h d'où :

u DH 4hu 4 h3 ∆p
ℜe = ≃ = (4.35)
ν ν 3 ρ ν2 l

L'é oulement reste laminaire et l'on observe une distribution de vitesse parabolique

tant que ℜe < ℜec ≃ 2300 à 40000 suivant les onditions d'établissement.

- Contraintes au sein du uide : L'état de ontrainte au sein du uide est donné


par l'équation de Newton qui exprime que les ontraintes sont proportionelles au taux

de déformation (4.13).
du(y) ∆p
τ (y) = µ = − y (4.36)
dy l
Cette ontrainte est nulle au entre de l'é oulement (umax ) et maximale à la paroi :


du(y) ∆p du(y) ∆p
τp1 = µ = − h ; τp2 = µ = h
dy y=+h l dy y=−h l

- 118 -
Ÿ4.10. Appli ations.

La distribution des ontraintes est indiquée sur la gure (Fig.4.6) :

Y
τ p1
0000000000000000000000
1111111111111111111111
+1111111111111111111111
0000000000000000000000
h

O
X

−0000000000000000000000
1111111111111111111111
h
τ p2

Figure 4.6: E oulement de Poiseuille. Etat de ontrainte au sein du uide.

- Coe ient de pertes de harge : On introduit le oe ient de pertes de harge


λ déni par :
∆p 24 l
λ = 1 ≃ . (4.37)
2
ρ u2 ℜe h
La pression motri e est égale à la perte de harge par frottement sur les parois et

se al ul par l'intermédiaire de la ontrainte à la paroi τp .

- Coe ient de frottement à la paroi : Il est donné par la relation :


τp 24 h
Cf = 1 2
≃ ≃ λ. (4.38)
2
ρu ℜe l

- For e de traînée sur la plaque : Cette for e est due au frottement sur la plaque
et se al ule par :
∆p
Ft = S . τp = 2 h2 L (4.39)
l

4.10.2 E oulement de Couette généralisé


C'est l'é oulement de Poiseuil dans lequel la paroi inférieure se dépla e parallèlement

à elle même ave la vitesse onstante U0 . L'é oulement est dé rit par le prol des vitesses
suivant :   y 2 
U0 h yi h2 ∆ p
u (y) = 1− + 1− (4.40)
2 h 2µ l h

- 119 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

Suivant la valeur de ∆p, on observe les allures suivantes pour la distribution de

vitesse (Fig.4.7) :

a b c
+h

O
X

−h U0
U0 U0 U0

∆P < 0 ∆P = 0 ∆P > 0

Figure 4.7: E oulement de Couette généralisé. Prols des vitesses.

dp
 Si ∆p > 0 ou
dx
<0 , on dira que l'é oulement s'ee tue ave un gradient de

pression favorable.
dp
 Si ∆p < 0 ou
dx
>0 , on dira que l'é oulement s'ee tue ave un gradient de

pression défavorable.

- Exer i e d'appli ation :

Un dispositif onvoyeur- ourroie monté sur un bateau est utilisé pour ré upé-

rer de l'huile de pétrole de vis osité inématique ν qui ontamine la surfa e de

la mer (Fig.4.8). On suppose que l'é oulement est permanent, in ompressible,

visqueux et que le dispositif fon tionne en ontinu -à-d que le lm d'huile

d'épaisseur a n'est pas dis ontinu. En suppose, de plus, que la ourroie, fon -

tionnant à une vitesse U0 onstante, a une largeur L (perpendi ulaire au papier)


très grande.

1. Déterminer l'expression du débit volumique d'huile qui peut être porté

vers le haut (sur le bateau).

2. En maintenant l'angle d'in linaison θ onstant, quel est le débit maximal

qu'on peut ré upérer sur le bateau ?.

- 120 -
Ÿ4.10. Appli ations.

a Bateau

Pa

Courroie

U0
Y

θ
O
Huile de
pétrole

Figure 4.8: Exer i e d'appli ation. Convoyeur- ourroie.

Solution :
1- Le problème étant en oordonnées artésiennes, nous utilisons alors les équa-

tions de N-S (4.28). Utilisons les hypothèses simpli atri es an de pouvoir résoudre

le problème plus fa ilement (sans programmation) :

 E oulement stationnaire ⇒ ∂∂t = 0.


 Fluide in ompressible ⇒ ρ = C te .
 Fluide visqueux ⇒ adhéren e du uide à la ourroie ( ette hypothèse sera

utilisée dans les C.L.).

 E oulement plan (o, x, z) ⇒ v = 0.


∂q
 Courroie de largeur très grande selon l'axe z ⇒ w = 0 et ∂z
= 0.
 For es volumiques non négligeables à ause de la position in linée de la our-

roie : l'huile résiste au mouvement as endant don nous avons les omposantes

suivantes :

fx = −g sin θ ; fy = −g cos θ ; fz = 0

On asso ie l'équation de ontinuité à elles de N-S :

∂ρ ∂ (ρ u) ∂ (ρ v) ∂ (ρ w)
+ + + =0
∂t ∂x ∂y ∂z

∂u
en la simpliant, on aura :
∂x
= 0 ⇒ u = u(y, z).

- 121 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

∂u
Or
∂z
= 0 ⇒ u = u(y), le prol de vitesse est don uniquement fon tion de la

variable y.

La dernière équation de N-S nous montre que le prol de pression ne dépend que de x
et y :

∂P
∂z
= 0 ⇒ P = P (x, y).

Après toutes es simpli ation, les équations prin ipales se réduisent à :

 1 ∂P ∂2 u
 0 = −g sin θ −
 ρ ∂x
+ν ∂ y2


 1 ∂P
0 = −g cos θ − ρ ∂y

Pour pouvoir intégrer et déterminer le prol des vitesses, il faut d'abord trouver le

hamp de pression. La deuxième équation de e système nous donne :

∂P
∂y
= −ρ g cos θ ⇒ P (x, y) = −ρ g cos θ y + f (x)

Or, nous avons toujours omme ondition à la surfa e du uide :

P (x, a) = Pa ⇒ f (x) = Pa + ρ g a cos θ = C te

d'où le hamp de pression au sein du uide :

P (x, y) = P (y) = Pa + ρ g cos θ. (a − y)

∂P
Ce i nous fa ilite don l'intégration de la première équation du système ar :
∂x
= 0.

Une double intégration par rapport à y nous donne tout de suite :

g sin θ 2
u (y) = y + C1 y + C2

* Conditions aux limites (C.L.) :

 Adhéren e du uide à la ourroie ⇒ u(y = 0) = U0 ⇒ C2 = U0 .


du
(vitesse minimale) ⇒ =0
dy
 Contrainte nulle à la surfa e
y=a
g a sin θ
⇒ C1 = − ν
d'où le prol des vitesses :

g sin θ
u (y) = U0 − (2 a − y) y

- 122 -
Ÿ4.11. E oulements à faible nombre de Reynolds.

C'est maintenant que nous pouvons répondre à la question et déterminer le débit

qui peut être porté sur le bâteau. Nous avons, par dénition du débit :

Z Za
L g sin θ 3
Qv = u(y) dS = u(y) L dy = U0 L a − a

S 0

2- Déterminons le débit maximal qu'on peut ré upérer si θ = C te :

θ = C te ⇒ Qv = Qv (a) et alors le débit max est donné par la valeur de a qui

annule sa dérivée par rapport à a :

q
d Qv ν U0
da
=0 ⇒ a= g sin θ

q 
ν U0
et le débit maximal est : Qv max = Qv g sin θ

soit nalement :

s
2 ν U0
Qv max = L U0
3 g sin θ

4.11 E oulements à faible nombre de Reynolds


Les équations de N-S (4.21) qui dé oulent de la 2ème loi de Newton stipulent que

le taux de variation de la quantité de mouvement d'une parti ule de uide doit être

équilibré par les for es volumiques (gravité) appliquées sur la parti ule ainsi que les

for es surfa iques (pression et frottement) ex er ées sur les fa ettes de ette parti ule.

La résolution de es EDP non linéaires étant di ile en l'absen e de solution exa te,

on her he généralement à obtenir des solutions approximatives en faisant re ours aux

méthodes numériques. Sous ertaines onditions, le taux de variation de la quantité

de mouvement est faible omparé aux for es volumiques et surfa iques et peut don

être négligé sans trop d'erreurs dans la solution. L'é oulement est alors gouverné par

l'équilibre entre les for es volumiques et surfa iques. Physiquement, e i arrive quand

la vis osité du uide est élevée, quand la masse volumique est faible, quand la vitesse

hange rapidement à travers une faible distan e produisant un brûsque gradient spatial

ou bien quand la vitesse onve tive est susamment faible. Ce i revient globalement

à e que le nombre de Reynolds soit susamment faible en fon tion du problème

onsidéré (é oulements de sirops, de miels et de diverses huiles en lubri artion).

Dans e paragraphe, nous allons onsidérer les é oulements  à faible nombre de

Reynolds  (ℜe ≪ 1), appelés aussi  é oulements de Stokes  qui sont régis par les

- 123 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

EDP linéaires (4.28). Ces équations peuvent avoir une solution exa te pour ertains

problèmes simples sinon, pour les problèmes plus ompliqués, le passage aux solutions

approximatives est né essaire.

4.11.1 Lubri ation Hydrodynamique


Un é oulement laminaire d'une grande importan e pratique est elui de la lubri-

 ation hydrodynamique. Nous allons développer ette théorie dite  théorie du oin

d'huile  à travers un exemple très simple utilisé en industrie qui est elui du  patin

hydrodynamique . Nous allons déterminer l'équation de la harge portante maximale

que peut supporter le système ainsi que la for e de traînée requise pour mettre en

mouvement la plaque supérieure à la vitesse U0 .

4.11.1.1 Formule de Reynolds


Soit un patin in liné, xe, de longueur L, de largeur unité et un plan mobile animé

d'une vitesse U0 entraînant par son mouvement une min e ou he d'huile entre les deux

surfa es (Fig.4.9).

U0

1111111111111111111111111111111111111111111
0000000000000000000000000000000000000000000 α
h2
111111111111111111111111
000000000000000000000000
000000000000000000000000
111111111111111111111111
h1 h(x)

000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
000000000000000000000000
111111111111111111111111
Patin fixe

000000000000000000000000
111111111111111111111111
x

Figure 4.9: Patin hydrodynamique.

Nous supposons que la pente est très faible de telle sorte que les al uls ee tués en

(Ÿ4.10.1) restent valables. Nous avons alors après simpli ation des équations de N-S :

dp d2 u
= µ 2
dx dy

Puisque la pression ne varie pas en fon tion de y à ause de la très faible épaisseur

du lm d'huile, l'intégration de ette équation nous donne :

- 124 -
Ÿ4.11. E oulements à faible nombre de Reynolds.

1 dp 2
u (y) = 2 µ dx
y + C1 y + C2

Les onstantes sont déterminées par les deux onditions d'adhéren e du uide aux

parois :

u (y = 0) = 0 et u (y = h) = U0 .

Le prol des vitesses est don :

1 dp U0
u (y) = y (y − h) + y (4.41)
2 µ dx h

Le débit volumique passant entre les plans est :

Zh
U0 h h3 dp
Qv = u(y) dy = − (4.42)
2 12 µ dx
0

D'où la formule dite de Reynolds liant le gradient de pression dire tement au débit :

 
dp 1 2 Qv
= 6 µ U0 2
− 3 (4.43)
dx h h U0

4.11.1.2 Répartition de pression


La formule de Reynolds nous permet de déterminer la répartition de la pression

onnaissant la loi h(x) du plan supérieur :

h(x) = (L − x) tan α ≃ α (L − x) (4.44)

d'où :

 
dp 6 µ U0 1 2 Qv
= 2 −
dx α2 (L − x) α (L − x)3 U0
et en intégrant :
Rx h i
dp 6 µ U0 x Qv x (2L−x)
p(x) = p(x = 0) + dx
dx = Pa + α2 L (L−x)
− α U0 L2 (L−x)2
0
la deuxième ondition aux limites p(x = l) = Pa nous donne le débit :

α U0 L (L − l) h1 h2
Qv = = U0 (4.45)
2L − l h1 + h2

d'où nalement :

6 µ U0 x (l − x)
p(x) = Pa + (4.46)
α2 (2L − l) (L − x)2

- 125 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

dp
La position de la pression maximale est obtenue pour
dx x=xm
= 0 , e qui nous donne :

Ll
xm = (4.47)
2L − l

et en remplaçant α issu de la relation : h2 = α (L − l), on aura l'expression de la

pression maximale : pmax = p(x = xm ), d'où :

3 µ U0 l2 (L − l)
pmax = Pa + (4.48)
2 h22 L (2L − l)

La variation de la pression le long du lm d'huile est représentée plus loins (Fig.4.11).

Ce dispositif onstitue le prin ipe de la buté Mi hell qui est utilisée dans la onstru -

tion des pivoteries des groupes turbo alternateurs à axe verti al. L'arbre du groupe

porte une ouronne dont la fa e inférieure repose sur une ouronne de patins in linés

supportée par les fondations du groupe. L'ensemble est ontenu dans un bain d'huile

dont le refroidissement est assuré par une ir ulation ontinue à travers un réfrigérant.

On peut ainsi supporter les harges de plusieurs entaines de tonnes que représente le

poids des masses tournantes auquel s'ajoute la poussée hydraulique.

4.11.1.3 Cal ul de la harge portante

La harge portante est obtenue par intégration des for es de pression ee tives sur

le plan supérieur :
Zl
µ U0 l2
F = (p − Pa ) dx = Cp (4.49)
h22
0

où Cp est un oe ient sans dimensions qui s'exprime par :

 
6 h22 h1 h1 − h2
Cp = ln −2 (4.50)
(h1 − h2 )2 h2 h1 + h2

Le point d'appli ation xc de la harge portante sur le patin est né essaire pour la

onstru tion de e dernier. Il est obtenu par une équation de moments par rapport à

l'origine :
Zl
F . xc = (p − Pa ) x dx (4.51)

Dans ette formule, nous avons négligé l'in linaison α (très faible), e qui revient à

admettre que l'abs isse xc du point d'appli ation est le même pour le patin et le plan

supérieur.

- 126 -
Ÿ4.11. E oulements à faible nombre de Reynolds.

4.11.1.4 Cal ul de la for e de frottement

La ontrainte au sein du lm d'huile dûe au frottement est donnée par l'équation

de Newton :  
du U0 1 dp
τ = µ = µ − (h − 2 y) (4.52)
dy h 2 µ dx

et les ontraintes sur le patin et sur le plan supérieur sont :

µ U0 h dp
τ0 = − (4.53)
h 2 dx

µ U0 h dp
τh = + (4.54)
h 2 dx

La for e de frottement sur le plan mobile est donnée par :

Zl
µ U0 l
Ff = τh dx = Cf (4.55)
h2
0

où Cf est un oe ient sans dimensions qui s'exprime par :

 
2 h2 h1 h1 − h2
Cf = 2 ln −3 (4.56)
h1 − h2 h2 h1 + h2

On déni le oe ient de frottement équivalent par :

Ff h2 Cf
f = = . (4.57)
F l Cp

4.11.1.5 Paramètres ara térisant le fon tionnement

Pour ara tériser le fon tionnement du système hydrodynamique on dénis les pa-

ramètres suivants : s
p F h2
Kp = Cp = . (4.58)
µ U0 l

s
Cf F h2
Kf = . (4.59)
Cp µ U0 l

h2
Traçons ensuite les variations de es oe ients en fon tion de (Fig.4.10).
l

- 127 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

Figure 4.10: Paramètres ara térisant le fon tionnement du  oin d'huile [1℄.

Le fon tionnement optimal peut être envisagé de deux point de vue :

1. Pour une épaisseur donnée h2 du lm d'huile à la sortie, on veut obtenir une

harge portante maximale. Dans e as, on hoisira Kp maximal, e qui orres-

pond à :
h1 xc
= 2, 25 ; = 0, 58
h2 l
2. On veut obtenir un oe ient de frottement minimal (puissan e perdue mini-

male), e qui orrespond à :

h1 xc
= 3, 00 ; = 0, 61
h2 l
Pratiquement, on hoisit une valeur moyenne entre les deux valeurs optimales pré-

édentes :

xc h1
= 0, 60 ; = 2, 75 ; Kf = 1, 82 ; Kp = 0, 39
l h2
La solution te hnologique usuelle permettant d'assurer automatiquement e fon -

tionnement optimal, onsiste à arti uler les patins (Fig.4.11). Pour que le patin soit

en équilibre, il faut que la résultante des for es de pression F.b (b étant la largeur du

patin) passe par l'axe d'arti ulation. Si on pla e et axe à une distan e xc = 0, 6 l,
on est ertain d'obtenir automatiquement le fon tionnement hydrodynamique optimal.
xc h
L'équilibre obtenu est stable ; les ourbes (Fig.4.10) montrent en eet que et 1
l h2
h1
varient dans le même sens. Si par exemple diminue, la résultante se dépla e don
h2
h h
vers la gau he et tend à faire bas uler le patin dans le sens qui augmente 2 . Si 2
h1 h1
augmente, la résultante se dépla e don vers la droite et tend à faire bas uler le patin
h1
dans le sens qui augmente . L'équilibre est don bien stable.
h2

- 128 -
Ÿ4.11. E oulements à faible nombre de Reynolds.

U0 U0 U0

0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
h2
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
h1
h0

00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
00000000000000000000000
11111111111111111111111
000000
111111
000000
111111
p 000000
111111 xc = 0,6 l

dp F.b dp
>0 <0
dx dx

x
0 Ll l
2L−l

Figure 4.11: Patin de butée Mi hell.

Remarque :
Si l'on tient ompte des fuites latérales, la pression devient à la fois fon tion de x
et de z. L'équation de Reynolds s'é rira alors :

∂ 3 ∂p ∂ 3 ∂p dh
(h )+ (h ) = 6 µ U0 (4.60)
∂x ∂x ∂z ∂z dt

Cette équation n'admet pas de solution exa te. Le re ours aux méthodes numériques

est obligatoire pour la résoudre.

- Exemple d'appli ation :

Un patin arré de 200 mm de té, in liné de telle sorte que h1 = 0, 06 mm et

h2 = 0, 02 mm, est translaté à une vitesse de 10 m/s sur un plan. L'ensemble

baigne dans de l'huile de vis osité dynamique 80 cP o. Cal uler la pression

maximale et sa position, la harge supportée par le patin, la position de la

résultante, la for e de frottement sur le patin ainsi que le oe ient de

frottement équivalent. Tra er la répartition de la pression le long du lm

d'huile.

- 129 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

Données : l = 0, 2 m ; h1 = 6.10−5 m ; h2 = 2.10−5 m ; U0 = 10 m/s ; pa = 101325 N/m2 ;


µ = 0, 08 Kg/m.s

4.11.2 Mouvement long d'une sphère


Le mouvement d'une petite sphère qui tombe dans un liquide visqueux a été résolu

par Stokes. La for e de traînée de la sphère est :

Fx = 3 π µ U D (4.61)

où U représente la vitesse et D le diamètre de la sphère.

Le oe ient de traînée est donné par :

|Fx | /S 24
Cx = 1 = (4.62)
2
ρ U2 ℜe

π D2
où S= 4
est la surfa e frontale de la sphère.

La on ordan e ave les résultats expérimentaux est ex ellente pour ℜe < 1 . Ce i

a fortement ontribué dans une appli ation élèbre dans la vis osimétrie. En eet, on

peut al uler la for e de traînée agissant sur une sphère des endant sous l'eet de

la pesanteur dans un ré ipient ylindrique rempli d'un uide de vis osité µ. Il faut

souligner que pour ℜe ≪ 1 , la perturbation provoquée par la sphère sur le hamp de

vitesse homogène et parallèle est sensible à grande distan e. Ainsi, en utilisant (4.61)

pour déterminer µ, le diamètre du ré ipient ylindrique ontenant le uide doit ex éder


de plus de 100 fois elui de la sphère, an de réduire l'erreur de al ul à moins de 2 %.

4.11.3 Mouvement long d'un ylindre ir ulaire


Il s'agit de trouver une solution à e problème bidimensionnel gouverné par l'équa-

tion biharmonique (4.63) obtenue à partir des équations (4.28).

∇4 ψ = 0 (4.63)

Les onditions aux limites à la surfa e du ylindre ur = vθ = 0 fournissent un

é oulement plan et parallèle à l'inni. Il s'avère, toutefois, impossible de trouver une

solution qui vérie à la fois les onditions à la surfa e du ylindre et à l'inni (pa-

radox de Stokes). Dans le adre de et é oulement lent, ette di ulté provient de

l'inuen e du ylindre sur le hamp de vitesse à grande distan e. Il existe ainsi une

région où les termes non linéaires représentant les eets d'inertie sont aussi importants

que eux représentant les eets visqueux. Plus la valeur du ℜe est petite, plus ette

région d'inuen e du ylindre est éloignée.

- 130 -
Ÿ4.11. E oulements à faible nombre de Reynolds.

- 131 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

4.12 Exer i es y

d
o
D1 : Un blo de poids P et de sur- Fluide visqueux

fa e S glisse sur un plan in liné ave une


vitesse onstante q . Entre le blo et le
plan se trouve une ou he min e d'huile Plaque

d'épaisseur e. L'in linaison du plan par rap- α


port à l'horizontale est α. Trouver la vis osité x
du lm lubriant. Figure 4.13: D2.
A.N : P = 45359 N ; S = 21, 53 m2 ;
q = 19, 68 m/s ; e = 0, 254 mm ; α = 30◦ . Rép : u(y) =
g sin α
2ν . y (2 d − y) .

D3 : Un vis osimètre est onstitué d'un y-


lindre de rayon R1 tournant à l'intérieur d'un
e Film lubrifiant
autre ylindre de rayon R2 ave une vitesse de
rotation ω . On suppose que :
00000
11111
00000
11111
00000
11111 1- L'é oulement est stationnaire, in ompres-
00000
11111
00000
11111 sible et visqueux.
00000
11111
00000
11111 2- L'é oulement entre les ylindres est lami-
00000 q
11111 naire tant que le ylindre intérieur tourne.
α 3- Les omposantes radiale et verti ale de la
vitesse son nulles.
Figure 4.12: D1.
4- L'é oulement ne varie pas dans la dire tion
axiale z .
Trouver le prol de vitesse orrespondant à
Rép : 0, 0136 N.s/m2 .
et é oulement en fon tion de R1 , R2 , ω et r.
Négliger l'inuen e de la base du vis osimètre
et onsidérer uniquement les parois verti ales
D2 : On onsidère un é oulement station-
des ylindres.
naire, in ompressible et visqueux d'un uide
"  2  2 #
sur une plaque plane in linée d'un angle α par R21 ω
R2
R1
− Rr
Rép : vθ (r) = r  1 .
rapport à l'horizontale. Si et é oulement est 
R2 2
R1
−1
parallèle à ette plaque de grande largeur dans
le plan (xoz), trouver le prol de vitesse u en D4 : Un dispositif onvoyeur- ourroie monté
fon tion de ν , α, g et d (épaisseur du uide sur un bateau est utilisé pour ré upérer de
au dessus de la plaque) en utilisant : l'huile de pétrole de vis osité inématique ν
qui ontamine la surfa e de la mer. On sup-
1- Dire tement les équations de Navier-Stokes
pose que l'é oulement est permanent, in om-
en oordonnées artésiennes.
pressible, visqueux et que le dispositif fon -
2- En appliquant la 2ème loi de Newton sur un tionne en ontinu -à-d que le lm d'huile
(v. ) onvenablement hoisi. d'épaisseur a n'est pas dis ontinu. On sup-
pose, de plus, que la ourroie, fon tionnant

- 132 -
Ÿ4.12. Exer i es .

à une vitesse U0 onstante, a une largeur L for es de pesanteurs :


(perpendi ulaire au papier) très grande à l'air 1- E rire les équations de Navier-Stokes pour
libre. un é oulement in ompressible et visqueux en
1- E rire les équations de Navier-Stokes pour oordonnées artésiennes et dénir ha un des
un é oulement in ompressible et visqueux en termes présents dans es équations.
oordonnées artésiennes et dénir ha un des 2- Simplier es équations pour l'é oulement
termes présents dans es équations. étudié i-dessus. Justier toutes vos simpli-
2- Simplier es équations pour l'é oulement ations.
étudié i-dessus. Justier toutes vos simpli- 3- Trouver le prol des vitesses de l'é oule-
ations. ment entre les plaques en fon tion de µ, U0 , l,
3- Trouver le prol des vitesses de l'é oule- d et ∆P (perte de harge).
ment. 4- Tra er l'allure de distribution de vitesse sui-
4- Déterminer l'expression du débit volumique vant les valeurs de ∆P .
d'huile qui peut être porté vers le haut (sur le Pour la suite du problème on onsidère que
bateau). ∆P est positive.
5- En maintenant l'angle d'in linaison θ 5- Déterminer la vitesse maximale dans l'é ou-
onstant, quel est le débit maximal qu'on peut lement.
ré upérer sur le bateau ? 6- Déterminer les ontraintes tangentielles aux
parois inférieure et supérieure et tra er l'état
de ontrainte au sein du uide.
a Bateau
7- Déterminer le débit volumique passant
entre les plaques (la largeur des plaques sui-
vant la dire tion z est égale à l'unité).
Pa

Courroie 8- Déterminer la vitesse débitante de l'é oule-


Y
U0
ment entre les plaques et en déduire le nombre
X de Reynolds. Que représente physiquement e
nombre ?
θ
O
Huile de
pétrole

Figure 4.14: D4. y Plaques

g sin θ
Rép : 3) u (y) = U0 − 2ν (2 a − y) y .
x
4) Qv = U0 L a − L g3sin θ 3
a . 2d o

5) Qv max = 23 L U0 gνsin U0
θ.
U0
l
D5 : On onsidère un é oulement station-
naire, in ompressible et visqueux d'un uide Figure 4.15: D5.
newtonien entre deux plaques horizontales
de longueurs l. La plaque inférieure est ani- Rép : 3) u(y) = d2 ∆p 1 − ( y )2  + U0 (1− y ).
2µ l d 2  d
mée d'une vitesse onstante U0 . L'é oulement   2 2 
U0 µ l U0 d ∆p µ l U0
étant parallèle aux plaques de grandes éten- 5)umax = 2 1 + 2 d2 ∆p + 2 µ l 1 − 2 d2 ∆p .

dues dans le plan (xoz) et en négligeant les 6) τp1 = ∆p µ U0 ∆p


l d − 2 d ; τp2 = − l d − 2 d .
µ U0

- 133 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

2 d3 ∆p y Plaques
7) Qv = U0 d + 3µ l .
l
U0 d2 ∆p
8) u = 2 + 3µ l .
 
4du 2d 2 d2 ∆p
Re = ν = ν U0 + 3µ l . x
2d o

D6 : 1- É rire les équations de Navier-Stokes U0


pour un é oulement in ompressible et vis-
Figure 4.16: D6.
queux en oordonnées artésiennes.
2- Dénir ha un des termes présents dans es
y
équations. ∆p
Rép : 4)u(y) = 21µ l (d2 −y 2 )+ U20 1− d .
U0
 y
5) u(y) = 1− .
On onsidère un é oulement stationnaire, in- 2 d
6) umax = U0 . 7) τ = − µ2Ud0 . 8) Qv = d U0 .
ompressible et visqueux d'un uide newto-
U0 2 d U0
9) u = ; Re = ν (2 d+1) .
nien entre deux plaques horizontales de lon- 2

gueurs l. La plaque inférieure est animée d'une


vitesse onstante U0 . L'é oulement dû au gra- D7 : Dans une onduite de rayon R en é ou-
dient de pression selon l'axe x étant parallèle lement turbulent lisse, le prol de vitesse u est
aux plaques de grandes étendues dans le plan donnée par la loi de puissan e suivante:
(xoz) (plan perpendi ulaire à la feuille) ; en 
u r  n1
négligeant les for es de pesanteurs : U
= 1−
R
3- Simplier es équations en justiant toutes où n est un entier naturel et U une onstante.
vos simpli ations. Cal uler le rapport de la vitesse moyenne à la
vitesse sur l'axe de la onduite.
4- Trouver le prol des vitesses entre les
plaques en fon tion de ρ, U0 , l, d et ∆P . u 2 n2
Rép : U = (n+1) (2 n+1)
Pour la suite du problème on suppose que le
uide était initialement au repos. D8 : On onsidère l'é oulement permanent
5- Donner la nouvelle expression du prol des d'un uide in ompressible homogène et vis-
vitesses et tra er son allure. queux dans une ouronne omprise entre deux
ylindres de révolution immobiles, innis et
6- Déterminer la vitesse maximale dans l'é ou- oaxiaux de rayons respe tifs R1 pour le y-
lement. lindre intérieur et R2 pour le ylindre exté-
7- Déterminer l'état de ontrainte au sein du rieur. On supposant que l'é oulement est sta-
uide. tionnaire et axi-symétrique :
1- Simplier les équations de Navier-Stokes
8- Déterminer le débit volumique passant
dans e as d'é oulement en justiant toutes
entre les plaques (la largeur des plaques sui-
vos réponses et é rire les onditions aux li-
vant la dire tion z est égale à l'unité).
mites orrespondantes.
9- Déterminer la vitesse débitante de l'é oule- 2- La omposante axiale du gradient de pres-
ment entre les plaques et en déduire le nombre sion est maintenue onstante et est notée Pz ,
de Reynolds. trouver l'expression du prol des vitesses ainsi

- 134 -
Ÿ4.12. Exer i es .

que le hamp de pression (on prendra P0 4- Déterminer le débit volumique passant


omme pression de référen e). entre les plaques (la largeur des plaques sui-
3- Déterminer la vitesse maximale de l'é ou- vant la dire tion z est égale à l'unité).
lement et tra er le prol des vitesses. 5- Déterminer la vitesse débitante de l'é oule-
4- Déterminer la vitesse débitante de l'é oule- ment entre les plaques et en déduire le nombre
ment. de Reynolds.

ρ+ρ
Rép : 1)u(y) = Ua0 y+ 2 µp g sin α . y (a − y) .
 
U0 µ U0
2) umax = 2 1 + a2 (ρ+ρ p ) g sin α
+
a2 (ρ+ρp )

g sin α.
R2 R1 a (ρ+ρ p)
3) τp1 = µ Ua0 + 2 g sin α;
z U0 a (ρ+ρp )
τp 2 = µ a − g sin α.
Figure 4.17: D8. U0 a
2
a3 (ρ+ρp )
4) Qv = 2 + 12 µ g sin α.
a2 (ρ+ρ )
5) u = U20 + 12 µ p g sin α.
 2

Rép : aρ
ℜe = µ (a+1) U0 + a (ρ+ρ p)
g sin α .
  12 µ
Pz
 ln r
2) wz (r) = 4µ r 2 − R12 − R22 − R12 R1
R2
ln R1
P (z) = Pz z + P0 . D10 : Considérons une onduite ylindrique
3)wzmax = Pz
4µ . horizontale de rayon R et de longueur l
  s R2 −R2 
 siège d'un é oulement permanent, in ompres-
 2 2ln R21  
 (R22 −R21 )
 2 ln R2 − R 2
1 −
(R22 −R21 )
R2 ln R1
R1 
 sible, visqueux et symétrique par rapport à
ln  
R1 R1   l'axe x de la onduite. L'é oulement d'ee tue
 
Pz 2
4) wz = 8 µ R1 + R2 + 2 (R22 −R21 )
.
par ou hes ylindriques oaxiales grâ e à
R2
ln R1 une diéren e de pression ∆P . Les quantités
d'a élération sont nulles.
D9 : On onsidère un é oulement station- 1- En utilisant la 2ème loi de Newton sur
naire, in ompressible et visqueux d'un uide un volume de ontrle onvenablement hoisi,
newtonien sur une plaque plane in linée montrer que la solution se ramène à la résolu-
d'un angle α par rapport à l'horizontale. tion d'une équation diérentielle de la forme :
Une plaque de masse volumique ρp glisse
 
sur le uide ave une vitesse onstante U0 . dp
=
µ d
r
du
L'é oulement étant parallèle aux plaques de dx r dr dr
grandes étendues dans le plan (xoz) : 2- Résoudre ette équation en utilisant les
1- Trouver le prol des vitesses de l'é oule- onditions aux limites adéquates et détermi-
ment entre les plaques en fon tion de ρ, µ, α, ner l'expression du prol des vitesses.
g, ρp , U0 et a (épaisseur du uide entre les 3- Déterminer le débit volumique véhi ulé
plaques). dans la onduite et interpréter le résultat.
2- Déterminer la vitesse maximale dans l'é ou- 4- Déterminer la vitesse maximale dans l'é ou-
lement. lement ainsi que la vitesse débitante et tra er
3- Déterminer les ontraintes tangentielles aux les prols des vitesses (lo ale et moyenne).
parois inférieure et supérieure et tra er l'état 5- Déterminer l'état de ontrainte au sein du
de ontrainte au sein du uide. uide et interpréter le résultat.

- 135 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

1- Trouver le prol des vitesses de l'é oule-



∆p
Rép : 2) u(r) = 41µ l R2 − r 2 . ment en fon tion de ν , g, U0 et h (épaisseur
3) Qv = 128π ∆p
µ l D .
4 du uide supposée onstante).
4) umax = 161 µ ∆p 2 1
l D ; u = 2 umax .
2- Déterminer la vitesse maximale dans l'é ou-
5) τ = − 21 ∆p lement.
l r.
3- Déterminer la ontrainte pariétale.
D11 : Soit un é oulement stationnaire, in- 4- Déterminer le débit volumique (plaque de
ompressible et visqueux entre deux plaques largeur b suivant z ).
planes de largeur (perpendi ulaire au papier) 5- Déterminer la vitesse débitante de l'é oule-
égale à l'unité. Pour le prol de vitesse i- ment.
dessous on demande de :
U0
1- Trouver l'expression mathématique de la h
vitesse de l'é oulement en tenant ompte de
la ondition d'adhéren e du uide aux parois.
11
00
00
11
2- Déterminer la vitesse débitante de l'é oule-
Plaque
00
11
00
11
ment.
00
11 Pa
N.B : Prendre toutes les onstantes d'intégra- 00
11
00
11
tion égales à zéro.
00
11
00
11
y=L 00
11
x
o y
y=L/2 Umax Plaques

Figure 4.19: D12.


y=0

Figure 4.18: D11.


g
Rép : 1) u(y) = 2 ν y (y − 2 h) + U0 .

Rép : 2) umax = U0 − g h2
 2ν . 3) τp = −ρgh.
2 umax L

 L y si 0≤y≤ 2
1)u(y) = b g h3 g h2

 y 4) Qv = U0 b h − 3ν . 5) u = U0 − 3ν .
L
2 umax 1 − L si 2 ≤y≤L
1
2) u = umax .
2 : Soit un é oulement in ompressible et
D13
stationnaire d'un uide visqueux entre deux
D12 : On onsidère un é oulement sta-
plaques planes parallèles distantes de h (l'axe
tionnaire, in ompressible et visqueux d'un
X étant au milieu). Le prol des vitesses étant
uide newtonien qui s'é oule librement sur
de la forme :
une plaque plane verti ale. Cette plaque, de

grande étendue selon l'axe z , se dépla e ave u(y) = umax A y 2 + B y + C
une vitesse U0 onstante, l'é oulement étant
parallèle la plaque. En utilisant les équations On demande de trouver :
de Naviers-Stokes : 1- Les onstantes A, B et C.

- 136 -
Ÿ4.12. Exer i es .

2- Le débit volumique par unité de profondeur : On onsidère un é oulement station-


D15
qui passe entre es plaques. naire, in ompressible et visqueux (ν ) d'un
3- Le rapport entre la vitesse débitante et la uide newtonien sur une plaque plane in li-
vitesse maximale. née d'un angle α par rapport à l'horizontale.
Que deviennent es valeurs si l'axe est prix L'é oulement étant parallèle aux plaques de
sur la plaque inférieure ? grandes étendues dans le plan (xoz), trou-
ver la relation entre le débit volumique et

Rép : 1) A = − h2 ; B = 0; C = 1. l'épaisseur h du uide supposée onstante.
2

2) Qv = 32 umax h. 3) umaxu
= 32 . La largeur de la plaque suivant la dire tion z
est égale à L.
D14 : On onsidère un é oulement station-
naire, in ompressible et visqueux (µ) d'un Rép : Qv = L g3sin ν h .
α 3

uide newtonien entre deux plaques horizon-


tales espa ées d'une distan e d et de longueur D16 : On onsidère un é oulement station-
l. L'é oulement dû au gradient de pression naire d'un uide newtonien, in ompressible et
selon l'axe X étant parallèle aux plaques de visqueux (µ = C te ) entre deux plaques planes
grande étendue selon Z . horizontales de grande largeur L dans le plan
1- Choisir un volume de ontrle adéquat et (xoz) et animées d'une vitesse onstante U0 .
s hématiser toutes les for es appliquées sur e Une plaque très ne est pla ée au milieu
volume de ontrle. de e anal et l'é oulement est parallèle aux
2- E rire lairement les hypothèses né essaires plaques. Les deux parties du uide séparés par
pour résoudre e problème. la plaque ne se rejoignent à l'extrémité de
3- En appliquant la se onde loi de Newton ette dernière à la se tion (1). L'é oulement
et en utilisant les hypothèses simpli atri es, est dû à un gradient de pression que l'on dé-
trouver le prol des vitesses entre les deux terminera à postériori.
plaques en fon tion de µ, l, d et ∆p. On demande de déterminer omplètement le
4- Déterminer le débit volumique passant prol de vitesse supposé établi à partir de la
entre les plaques de largeur b selon Z . se tion (2).

y Plaques
y

U0

d o x h
Plaques
Plaque mobiles
fixe
x
h
l
U0
Figure 4.20: D14. 1 2

Figure 4.21: D16.


h  i
∆p d 2
Rép : 3) u (y) = 21µ l 2 − y2 .
h i
y 2
4) Qv = b d3
12 µ ∆p. Rép : dP 3 U0 3 U0
dx = 2 µ h2 , u2 (y) = 4 h + 1
3 .

- 137 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

D17 : Dans une onduite de rayon R en lement.


é oulement turbulent, le prol de vitesse u est

donnée par la loi de puissan e suivante: Rép : P (x, y) = − 23 ρ y 3 − 12 ρ x2 + y 2 −

 ρ(x + 2 y) + 2 µ x + C.
u r  17
= 1−
U R
D20 : Le hamp de vitesses d'un é oulement
où U est une onstante.
réel, stationnaire et in ompressible est donné
1- Cal uler le rapport de la vitesse moyenne à par :
la vitesse sur l'axe de la onduite.

2- Déterminer le rayon pour lequel la vitesse u = −y 2 + 2 y + 1 ; v = 0 ; w = 0


a tuelle sera égale à la vitesse moyenne.
u
Rép : 1) U = 49
60 ; 2) r = 0.758 R En négligeant les for es de gravité, déterminer
la distribution de pression au sein de l'é ou-
D18 : Le hamp de vitesses d'un é oulement
lement.
stationnaire et in ompressible est donné par :
Rép : P (x) = −2 µ x + C.

u = a x2 − y 2 ; v = −2 a x y ; w = 0
D21 : On onsidère un é oulement sta-
tionnaire, in ompressible et visqueux de
où a est une onstante.
deux uides newtoniens et immis ibles entre
1- En utilisant les équations de Navier-Stokes,
deux plaques horizontales. La plaque supé-
déterminer la distribution de pression résul-
rieure est animée d'une vitesse onstante
tante si l'axe Z est orienté vers le haut (gx =
U0 . L'é oulement s'ee tuant sans gradient
0 ; gy = 0 ; gz = −g ).
de pression étant parallèle aux plaques de
2- Montrer qu'on peut obtenir le même résul-
grandes étendues dans le plan (xoz). En
tat en montrant que l'é oulement est irrota-
négligeant les for es de pesanteur et en
tionel.
onsidérant la ontinuité des vitesses et des
2 ontraintes à l'interfa e, déterminer la vitesse
Rép : P (x, y, z) = − 12 ρa2 x2 + y 2 − ρgz +
Ui à l'interfa e des deux uides en fon tion de
C.
µ1 , µ2 et U0 .

D19 : Le hamp de vitesses d'un é oulement


réel, stationnaire et in ompressible est donné U0
par :
h ρ , µ1

y h ρ , µ2
u = x + y 2 + 1 ; v = −2 x − y ; w = 0
x

Figure 4.22: D21.


En négligeant les for es de gravité, déterminer
la distribution de pression au sein de l'é ou- Rép : Ui = µ +µ
1
1 µ
2
U0 .

- 138 -
Ÿ4.12. Exer i es .

rant que les deux plauqes sont xes.


D22 : Le hamp de vitesses d'un é oulement
réel bidimensionnel, stationnaire, in ompres- .
2
Rép : Ui = − µ h+µ dP
1 2 dx

sible et newtonien est donné par :


D26 : On onsidère un é oulement station-
→ → naire d'un uide in ompressible, visqueux

→ − −
q = 12 xy 2 − 6 x3 i + 18 x2 y − 4 y 3 j et newtonien entre deux plaques planes
xes in linées d'un angle α par rapport à
l'horizontale et espa ées d'une distan e h (se-
Cal uler les ontraintes σxx , σyy et τxy au lon Y ). L'é oulement dû au poids du uide est
point A de oordonnées (0, 5 ; 1, 0) si la pres- parallèle aux plaques de grande largeur L se-
sion en e point est de 6 KP a. Le uide étant lon Z . L'axe X est pris sur la plaque inférieure
de la gly érine à 20°C (µ = 1, 49 P a.s). dans le sens de l'é oulement. En utilisant les
équations de Naviers-Stokes :
Rép : σxx = −5, 977 KP a ; 1- Trouver le prol des vitesses entre les
σyy = −6, 022 KP a ; τxy = 44, 7 P a. plaques.
2- Déterminer la vitesse maximale dans l'é ou-
D23 : La omposante axiale de la vitesse lement.
d'une parti ule de uide qui se dépla e sur 3- Déterminer le rapport de la vitesse débi-

une ligne de ourant horizontale qui oin- tante à la vitesse maximale.


ide ave l'axe X est donnée par u = x2 . 4- Déterminer les ontraintes pariétales.
L'é oulement est stationnaire, bidimension- On donne : h = 3 mm ; L = 1 m ;
nel, le uide est newtonien, in ompressible et α = 30° ;µ = 0.9 N.s/m2 ;ρ = 800 Kg/m3.
visqueux. Le long de ette ligne de ourant 5- Cal uler le débit volumique passant entre
déterminer les expressions : les plaques.
a)- du taux de variation de la omposante 6- Cal uler le nombre de Reynolds de l'é ou-
transversale de la vitesse ; lement.
b)- de l'a élération de la parti ule ;
g sin α
Rép : 1) u(y) = . y (h − y) .
)- du gradient longitudinal de pression. 2ν
g h2 sin α
2) umax = 8ν .
u 2
Rép : a) − 2 x ; b) 2x3 ; c) 2µ − 2 ρ x3 . 3) umax
= 3
.
1
4) τp1 = 2
ρ g h sin α ; τp2 = − 21 ρ g h sin α.
g L h3 sin α
D24 : Même problème que D21 en onsi- 4) Qv = 12 ν
= 10−5 m3 /s.
dérant que l'é oulement s'ee tue ave un 5) ℜe = u Dh
ν
= 17, 7.10−3.
gradient de pression. Déterminer la vitesse Ui
à l'interfa e des deux uides en fon tion de D27 : On onsidère un é oulement station-
µ1 , µ2 , h , U0 et du gradient de pression. naire d'un uide in ompressible et visqueux
entre deux plaques planes horizontales se dé-
Rép : Ui = µ +µ U0 − µ +µ dx .h2
plaçant dans des dire tions opposées à des vi-
µ1 dP
1 2 1 2

tesses onstantes U1 et U2 . L'é oulement, ini-


D25 : Même problème que D24 en onsidé- tialement au repos, est parallèle aux plaques

- 139 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

de grandes étendues dans le plan (x0z). En deux plaques planes horizontales. Le prol des
utilisant les équations de Naviers-Stokes, dé- vitesses est donné par :
terminer l'expression de la distribution de vi- h yy  y i
tesse entre les plaques. u(y) = U 0 −3
h h
− 1 −
h
+ 1

A quelle position la vitesse atteint-elle sa va-


U1 leur maximale ? Tra er e prol en onsidérant
les valeurs adimensionnelles Uu0 et hy .
Plaques
d
Rép : y = h3 .
y
o x U2 D30 : Un uide in ompressible s'é oule à
Figure 4.23: D27. travers une onduite de se tion re tangulaire
de dimensions 2 m selon Y et 1 m selon Z . La
vitesse selon X est donnée par l'équation :
Rép : u(y) = U1 +U
d
2
y − U2 .
u = 3 y2 + 5 z
D28 : On onsidère un é oulement station-
naire d'un uide in ompressible et visqueux Déterminer la vitesse moyenne de et é ou-
entre deux plaques planes horizontales. La lement.
plaque inférieure se déplaçe ave une vitesse
onstante U0 . L'é oulement, dû à un gra- Rép : u = 6, 5 m/s.
dient de pression, est parallèle aux plaques de
grandes étendues dans le plan (x0z). A quelle D31 : Considérons l'é oulement d'un uide
position la vitesse atteint-elle sa valeur maxi- in ompressible et visqueux entre deux plaques
male si K = 3. K étant la onstante de pres- planes horizontales. Déterminer le rapport de
sion dénie par : la vitesse débitante à la vitesse maximale dans
d2 dP ha un des as i-dessous où le prol des vi-
K=− tesses est donné par :
2 µ U0 dx
1) u(y) = k1 y.
2) u(y) = k2 y 2 .
3) u(y) = k3 (h y − y 2) .
Plaques k1 , k2 , k3 étant des onstantes et h la dis-
d
tan e entre les deux plaques.
y
U0
o x
Rép : 1) 12 . 2) 13 . 3) 23 .
Figure 4.24: D28.
: On onsidère un é oulement station-
D32
Rép : y = d3 . naire d'un uide in ompressible et visqueux
entre deux plaques planes horizontales xes.
D29 : Considérons l'é oulement de Couette L'é oulement, dû à un gradient de pression
d'un uide in ompressible et visqueux entre dP
dx , est parallèle aux plaques de grandes éten-

- 140 -
Ÿ4.12. Exer i es .

dues dans le plan (x0z). Le même uide est tube.


inje té à travers la plaque inférieure ave une
vitesse uniforme v0 perpendi ulairement à la Rép : ∂P = − 4 µ 12 + 12  Qv .
∂z πab a b
plaque. Le uide est soutiré le long de la
plaque supérieure ave la même vitesse uni- D34 : Le hamp de vitesses d'un é oulement
forme v0 perpendi ulairement à ette der- stationnaire et in ompressible est donné par :
nière. On suppose que la omposante trans-
versale v0 de la vitesse est uniforme dans

tout l'é oulement. Le prol des vitesses de et u = −4 x y ; v = 2 y 2 − x2 ; w = 0
é oulement est donné par la relation :
 
1 − exp(m y)
u(y) = A B y − 1- En utilisant les équations de Navier-Stokes,
1 − exp(m h)
déterminer la distribution de pression résul-
On demande de déterminer les onstantes
tante si l'axe Z est orienté vers le haut (gx =
A, B et m. 0 ; gy = 0 ; gz = −g ).
2- Montrer qu'on peut obtenir le même résul-
tat en montrant que l'é oulement est irrota-
v0
tionel.

h
2
Rép : P (x, y, z) = −2ρ x2 + y 2 − ρgz + C.
y
o x v0 D35 : On onsidère l'é oulement permanent
Figure 4.25: D32. d'un liquide in ompressible homogène et vis-
queux dans une ouronne omprise entre deux
ylindres de révolution immobiles, innis et
v0
Rép : A = − hv ν µ1 dP . B = 1
. m = .
0 dx h ν oaxiaux de rayons respe tifs R1 pour le y-
lindre intérieur et R2 pour le ylindre exté-
D33 : Considérons un é oulement station- rieur. Les deux ylindres étant disposés hori-
naire à travers un tube horizontal de se tion zontalement et en supposant que l'é oulement
elliptique donnée par : est stationnaire et axi-symétrique :
x2 y 2 1- Simplier les équations i-dessus dans e
+ 2 =1
a 2 b as d'é oulement en justiant toutes vos ré-
ponses et é rire les onditions aux limites or-
Les lignes de ourant sont parallèles à l'axe
respondantes.
du tube. La omposante axiale de la vitesse

est de la forme :
2- La omposante axiale du gradient de pres-
  sion est maintenue onstante et est notée Pz ,
x2 y 2
wz = A 1 − 2 − 2 trouver l'expression du prol des vitesses ainsi
a b
que le hamp de pression (on prendra P0
Donner la relation entre le gradient de omme pression de référen e).

pression le long du tube et le débit volu- 3- Déterminer la vitesse maximale dans

mique passant à travers la se tion de e l'é oulement et tra er le prol des vitesses.

- 141 -
Ch4 : DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS VISQUEUX.

4- Déterminer la vitesse débitante dans sur une longueur L de la onduite.

l'é oulement. 7- Cal uler le nombre de Reynolds et don-

ner son interprétation physique.


5- Déterminer la ontrainte pariétale.

6- Déterminer la perte de harge linéaire Rép : 1).

- 142 -
Chapitre 5
Cou hes limites

5.1 Introdu tion

Avant 1860, l'intérêt te hnique de la mé anique des uides était pratiquement limité

à l'é oulement de l'eau. Le développement de l'industrie himique pendant la dernière

partie du XIXe siè le a porté l'attention sur d'autres liquides et sur les gaz. L'intérêt

pour l'aérodynamique débuta ave les études de l'ingénieur en aéronautique allemand

Otto Lilienthal à la n du XIXe siè le ; on assista alors à des avan es majeures après le

su ès du premier vol motorisé, ee tué par les inventeurs améri ains Orville et Wilbur

Wright en 1903.

La omplexité des é oulements visqueux, en parti ulier des é oulements turbulents,

a longtemps limité les progrès en dynamique des uides. En 1904, l'ingénieur allemand

Ludwig Prandtl indiqua que l'é oulement des uides visqueux présente deux zones

prin ipales. Une, pro he de la surfa e, est onstituée d'une ne ou he et on entre les

eets de la vis osité. Son traitement par un modèle mathématique peut être simplié

ompte tenu de sa faible épaisseur. En dehors de ette ou he frontière, les eets de la

vis osité peuvent être négligés et des équations mathématiques plus simples, adaptées

à l'absen e de frottement, peuvent alors s'appliquer. La théorie des ou hes limites

a permis de développer les ailes d'avions modernes, la on eption des turbines à gaz

et des ompresseurs,...et . Ce modèle des ou hes limites a non seulement permis de

formuler plus simplement les équations de Navier-Stokes dans une zone pro he de la

surfa e du uide, mais a également permis de développer la théorie de l'é oulement

des uides sans frottements. Les progrès ré ents de la mé anique des uides doivent

beau oup à e on ept de ou he limite.

143
Ch5 : COUCHES LIMITES.

5.2 Cou hes limites laminaires (CLL)


Les équations de la ou he limite se déduisent des équations générales en é oulement

laminaire (Navier-Stokes) é rites au hapitre pré édent en négligeant ertains termes

devant d'autres par onsidération de leur ordre de grandeur.

L'une des propriétés des uides visqueux Newtoniens ou non est d'imposer une

ondition d'adhéren e à la surfa e d'une paroi solide. Ce ralentissement important

n'o upe en réalité qu'une épaisseur réduite par rapport aux dimensions du orps en

onta t ave le uide et, très rapidement, en s'éloignant de la paroi, on atteint des

valeurs des vitesses égales ou omparables à elles obtenues en uide parfait. Cette

zone de fort gradient de vitesse est qualiée de ou he limite. Son épaisseur δ varie

ontinûment depuis le point d'arrêt A (Fig.5.1) et son régime d'é oulement passe du

laminaire au turbulent par un régime dit de transition. La ou he limite se sépare

ensuite du orps solide vers le bord de fuite en formant, en aval de elui- i, un sillage

généralement très turbulent qui se dissipe dans l'é oulement prin ipal.

111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000 δ
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
Couche limite

000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
Objet

000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
A

Figure 5.1: Dénition de la ou he limite.

En dehors de la ou he limite, l'é oulement est pratiquement non visqueux puisque

les gradients de vitesse sont relativement faibles.

5.2.1 Equations régissant la ou he limite laminaire


En s'imposant un repère lo al dont l'axe OX est tangent à la paroi et l'axe OY
est normal et dirigé vers l'extérieur, les équations bidimensionnelles d'un é oulement

in ompressible et stationnaire s'é rivent en négligeant les for es de volume et en sup-

posant un grand rayon de ourbure :

- 144 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).

 ∂u ∂v

 ∂x
+ ∂y
= 0





  
∂2 u ∂2 u
u ∂∂ ux + v ∂∂ uy = − ρ1 ∂P
∂x
+ν ∂ x2
+ ∂ y2 (5.1)





  

 u ∂v + v ∂v ∂2 v ∂2 v
∂x ∂y
= − ρ1 ∂∂ Py +ν ∂ x2
+ ∂ y2

Nous allons dénir un ertain nombre de référen es permettant d'adimensionnaliser

les variables.

 Ue : vitesse de référen e (par exemple la vitesse à l'extérieur de la ou he limite

suivant X) ;
 L : longueur ara téristique dans la dire tion X;
 δ : longueur ara téristique dans la dire tion Y ( δ/L << 1)
 Ue δ/L : vitesse de référen e dans la dire tion Y ;
 ρ Ue2 : pression de référen e.
Il est alors possible de déterminer l'ordre de grandeur de ha un des termes des équa-

tions (5.1).

∂u ∂v
∂x
+ ∂y
= 0

Ue Ue δ Ue
L Lδ
= L

don les deux termes subsisteront puisqu'ils ont le même ordre de grandeur.

∂ ✟ 2 ∂2 u
u ∂∂ xu + v ∂∂ uy = − ρ1 ∂P
∂x
ν✟
+ ✟ u
∂ x2
+ ν ∂ y2

Ue Ue2 Ue δ Ue Ue2 Ue2 Ue


Ue L
= L L δ
= L L
ν L2
≪ ν Uδ2e

∂✚
v ∂✚
v ∂✟ ∂✚
2 2
u✚
∂x
+ v✚
∂y
= − 1ρ ∂P
∂y
ν✟
+ ✟ v
∂ x2
+ ν✚ v
∂ y2
✚ ✚ ✚

Ue δ Ue2 δ Ue2 Ue δ Ue δ Ue2 δ Ue2 Ue2 Ue δ


Ue L2
= L2
≪ δ L Lδ
= L2
≪ δ δ
ν L3
≪ ν LUeδ

Cette première simpli aton nous donne :

 ∂u ∂v

 ∂x
+ ∂y
= 0





∂2 u
u ∂∂ ux + v ∂∂ uy = − 1ρ ∂P
∂x
+ν ∂ y2






 ∂2 v
0 = − 1ρ ∂P
∂y
+ν ∂ y2

Ee tuons maintenant le rapport entre les termes de pression et les termes visqueux

su essivement pour les deux dernières équations :

- 145 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

Ue2 δ2 Ue L

δ 2

δ 2
L ν Ue
= ν L
= Re L
→ 1 ⇒ même ordre de grandeur.

Ue2 L δ Ue L
δ ν Ue
= ν
= Re ≫ 1 ⇒ le terme visqueux est négligeable devant le terme

de pression.

Compte tenu de es simpli ations, on obtient les équations de Prandtl de la CLL

bidimensionnelle :

 ∂u ∂v

 ∂x
+ ∂y
= 0





∂2 u
u ∂∂ ux + v ∂u
∂y
= − ρ1 ∂P
∂x
+ ν ∂ y2
(5.2)






 ∂P
∂y
= 0

La dernière équation de (5.2) indique que la ou he limite transmet intégralement

à la paroi la pression existant à la périphérie de la ou he à la même abs isse.

p (y = 0) = p (y = δ)

- Remarque :

En présen e d'une forte ourbure de rayon Rc , on utilisera pour ette dernière

équation la relation :
1 ∂P U2
= e (5.3)
ρ ∂y Rc

- Autre expression :

A la périphérie de la ou he limite l'é oulement est pratiquement non visqueux et

peut se al uler selon la théorie potentielle. Selon le théorème de Bernoulli, la vitesse

à la limite Ue (x) est liée à la pression pe (x) par la relation :

1
pe (x) + ρ Ue2 (x) = C te (5.4)
2

Sa hant que pe ne dépend pas de y, on peut é rire :

1 d pe (x) d Ue (x)
− = Ue (5.5)
ρ dx dx

- 146 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).

d'où l'expression nale :

 ∂u ∂v

 ∂x
+ ∂y
= 0
(5.6)

 ∂2
u ∂∂ ux + v ∂∂ uy = Ue d Ue
dx
+ ν u
∂ y2

où Ue est une fon tion de x dé rite par la théorie potentielle (Ch.3).

- Conditions aux limites :


 A la paroi : y = 0, u = v = 0.
 A la surfa e de la ou he limite : y = δ (x), u = Ue (x).

5.2.2 Paramètres ara téristiques de la ou he limite


Pour étudier et modéliser la ou he limite on utilise, en plus de l'épaisseur δ de la

ou he limite, les épaisseurs δ1 de dépla ement et δ2 de quantité de mouvement.

5.2.2.1 Epaisseur de dépla ement


Elle orrespond au dé it de débit lié à la présen e de la ou he limite (Fig.5.2).

y y

Ue Ue

R∞
(Ue − u) dy
0

11111111111
00000000000
00000000000
11111111111
00000000000
11111111111
δ 00000000000
11111111111
00000000000
11111111111 1111111111
0000000000
PSfrag repla ements
00000000000
11111111111
00000000000
11111111111 u
δ1
0000000000
1111111111 u
0.99 U e

Figure 5.2: Perte de débit liée à la présen e de la ou he limite.

On é rit, par dénition :


Z∞
δ1 Ue = (Ue − u) dy (5.7)

- 147 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

Comme u ne varie pratiquement plus à partir de δ , l'équation (5.7) permet de

al uler δ1 :
Zδ  
u
δ1 = 1− dy (5.8)
Ue
0

δ1 est aussi appelée : épaisseur de perte de débit.

Une autre interprétation plus réelle stipule que l'épaisseur de dépla ement est la

distan e ave laquelle s'est dépla ée une ligne de ourant de l'é oulement extérieur à

ause de la présen e de la ou he limite qui fait obstru tion partielle à l'é oulement

libre (Fig.5.3).

y ligne de courant y

δ1

Ue
(vc)
y0 Ue y0
(vc)
u δ
x x
(a) (b)

Figure 5.3: Déviation de la ligne de ourant liée à la présen e de la ou he limite.

En uide parfait (Fig.5.3(a)), la onservation du débit volumique par unité de profon-

deur nous donne :


Ry0
Qv = Ue dy = Ue y0
0
En uide réel (Fig.5.3(b)), ette onservation nous donne :
Rδ y0R+δ1 Rδ
Qv = u dy + Ue dy = u dy + Ue (y0 + δ1 − δ)
0 δ 0
Rδ Rδ
⇔ Ue y0 = u dy + Ue y0 + Ue δ1 − Ue δ = (u − Ue ) dy + Ue y0 + Ue δ1
0 0

et en éliminant Ue y0 puis en divisant par Ue nous aurons l'épaisseur de dépla ement

δ1 exa tement omme établie en (5.8).

5.2.2.2 Epaisseur de quantité de mouvement


On dénit de la même façon l'épaisseur δ2 orrespondant au dé it de quantité de

mouvement (Fig.5.4).

- 148 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).

(vc)

Ue
u δ

Figure 5.4: Quantité de mouvement liée à la présen e de la ou he limite.

La diéren e de quantité de mouvement entre l'entrée et la sortie est :


Rδ Rδ Rδ
∆Iv = ρ Ue u dy − ρ u2 dy = ρ u (Ue − u) dy = ρ Ue2 δ2
0 0 0

d'où la valeur de l'épaisseur de quantité de mouvement δ2 :

Zδ  
u u
δ2 = 1− dy (5.9)
Ue Ue
0

On observe toujours l'inégalité :

δ > δ1 > δ2 (5.10)

5.2.2.3 Fa teur de forme


On dénit aussi le paramètre ou fa teur de forme H par :

δ1
H = (5.11)
δ2

Ce paramètre ara térise la forme du prol de vitesse dans la ou he limite. Il prend

des valeurs diérentes selon la nature laminaire ou turbulente de l'é oulement dans la

ou he limite. Pour une CLL sur une plaque plane, il passe pratiquement du double

au simple : d'environ 2, 6 pour la CLL à 1, 3 pour la CLT. Le fa teur de forme est

également inuen é par le gradient longitudinal de pression. En présen e d'un gradient


dp
adverse (
dx
> 0), il permet de ara tériser l'apparition du dé ollement qui orrespond

à une valeur de H d'environ 3, 5 à 4 ( ritère de dé ollement fondé sur H ).

5.2.3 Solution exa te des équations de la CLL


5.2.3.1 Cas de la plaque plane
Soit un é oulement horizontal de vitesse onstante Ue sur une plaque plane très

min e (Fig.5.5) ave un gradient de pression nul :

- 149 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

Y
Ue

Couche limite
δ (x) u(y)

111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000 x
X

Figure 5.5: Cou he limite sur une plaque plane.

Ce problème est régit par les équations et les (C.L) suivantes :

 ∂u ∂v


 ∂x
+ ∂y
= 0  u(x, 0) = 0

avec (C.L) v(x, 0) = 0 (5.12)

 

∂u ∂u ∂2 u
u ∂x
+ v ∂y
= ν ∂ y2
u(x, ∞) = Ue

Il est ommode d'introduire la fon tion de ourant ψ telle que :

∂ψ ∂ψ
u= ; v=−
∂y ∂x

L'équation de ontinuité est automatiquement satisfaite et le système (5.12) se tran-

forme en (5.13) :

 ∂ψ
2 2 3

 ∂y
(x, 0) = 0
∂ψ ∂ ψ ∂ψ ∂ ψ ∂ ψ ∂ψ
· − · 2
=ν avec (C.L) (x, 0) = 0 ⇔ ψ(x, 0) = 0
∂ y ∂ x∂ y ∂x ∂y ∂ y3 

∂x
∂ψ
∂y
(x, ∞) = Ue
(5.13)

ème
Rx ∂ψ
la 2 (C.L) s'é rit :
∂x
(x, 0) dx = ψ(x, 0) − ψ(0, 0) et on hoisi ψ(0, 0) = 0 ar ψ
0
est dénie à une onstante près.

Re her he de solutions auto-semblables pour les prols de vitesse : -à-d,


on se demande si les prols de vitesse ne deviennent pas identiques lorsqu'on rapporte

l'ordonnée à l'épaisseur de la ou he limite. On her he don s'il est possible d'é rire :

u y
= Φ( ) = Φ(η) (5.14)
Ue δ

où Φ sera la même fon tion universelle pour tout x ( -à-d indépendante de x).

- 150 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).
pν x
L'analyse dimensionnelle nous donne : δ ∼ Ue
et on peut don utiliser omme

variable de similitude : r
Ue
η = .y (5.15)
νx

∂ψ
R ′
u = Ue Φ(η) =⇒ ∂y
= Ue Φ(η) =⇒ ψ = Ue Φ(η) dy = Ue δ f (η) où (f (η) = Φ(η)).

En dénitive, la re her he de prols de similitude revient don à her her ψ sous la

forme : r
p Ue
ψ(x, y) = Ue ν x . f (η) avec η = .y (5.16)
νx

En remplaçant (5.16) dans (5.13) et en ee tuant toutes les dérivées partielles, on
ème
aura une équation diérentielle ordinaire non-linéaire du 3 degré (5.17) appelée :

équation de Blasius.

 ′

 f (0) = 0
′′′ ′′
2 f (η) + f (η) f (η) = 0 avec (C.L) f (0) = 0 (5.17)

 ′
f (∞) = 1

La variable x a totalement disparue de ette équation onrmant ainsi l'existan e

de solutions auto-semblables de type (5.16). La similitude des prols de vitesse est

une propriété remarquable puisqu'une fon tion unique détermine la forme de tous les

prols.

Le hamp de vitesse est donné par :

 ′

 u(x, y) =
 Ue f (η)
(5.18)
 q 

 v(x, y) = 1 ν Ue ′
2 x
. η f (η) − f (η)

La résolution de l'équation de Blasius peut être obtenue par la  méthode de tir 

ou  shooting method  utilisant la méthode de Runge-Kutta. La distribution de vitesse

dans la CLL est ainsi représentée (Fig.5.6).

- 151 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

u
Ue


v Rex
Ue

PSfrag repla ements

Figure 5.6: Distribution de vitesse dans la CLL sur une plaque plane [11℄.

D'après ette gure, on remarque que la omposante v de la vitesse n'atteint pas

la valeur nulle à l'extérieur de la ou he limite mais une valeur donnée par :

r
v ν 0, 865
= 0, 865 = √ (5.19)
Ue Ue x ℜex

où :
Ue x
ℜex = (5.20)
ν
est le nombre de Reynolds lo al basé sur la distan e à la paroi à partir du bord d'attaque

de la plaque.

Ce i est dû à l'eet du dépla ement de la ou he limite, l'é oulement extérieur dévie

de la surfa e autant que ette dernière devient plus épaisse. Les mesures de la distri-

bution de vitesse à l'intérieur de la ou he limite sans gradient de pression montrent

un ex ellent a ord ave les prédi tions de l'équation de Blasius.

- Epaisseur de la ou he limite : Cette dernière ne peut être dénie uniquement à


ause de l'inuen e de la vis osité qui dé rois asymptotiquement ave la distan e à la
u
surfa e de la plaque. Elle est dénie par la valeur de y pour laquelle
Ue
= 0, 99. Ce i

orrespond don d'après (Fig.5.6) à η ≃ 5, d'où :

5x
δ (x) = √ (5.21)
ℜex

Les épaisseurs de dépla ement et de quantité de mouvement sont données su essi-

- 152 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).

vement par les relations (5.22) et (5.23) i-dessous :

1, 721 x
δ1 (x) = √ (5.22)
ℜex

0, 664 x
δ2 (x) = √ (5.23)
ℜex

- Coe ient de frottement à la paroi : La ontrainte de isaillement lo ale à la

surfa e de la plaque dépend seulement de x, elle est donnée par :

r r
∂ u Ue ′′ Ue
τp = µ = µ Ue f (0) = 0, 332 µ Ue (5.24)
∂ y y=0 νx νx

Le oe ient de frottement à la paroi est donnée par :

τp 0, 664 1, 328
Cf = 1 2
= √ = √ (5.25)
2
ρ Ue ℜex ℜeL

où ℜeL est le nombre de Reynolds basé sur la longueur de la plaque.

- Remarque :

Si la distan e x augmente alors l'épaisseur δ de la ou he limite augmente aussi

mais à partir d'un ertain ℜex , l'é oulement dans la ou he limite devient transitoire

puis turbulent et les relations proposées i-dessus ne seront plus appli ables.

Le tableau (Tab.5.1) i-dessous nous donne une idée sur les épaisseurs de la ou he

limite dans les as de l'eau et de l'air :

δ (mm) Ue = 1 m/s Ue = 3 m/s Ue = 10 m/s


Air 19 / 6
Eau 5 2,9 /

Table 5.1: Epaisseurs de la ou he limite laminaire sur une plaque plane.

- 153 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

- Exemple d'appli ation :

Cal uler les épaisseurs de la ou he limite, de dépla ement et de quantité de

mouvement en bout d'une plaque de longueur 2m pla ée dans un é oulement

de vitesse uniforme de 20 m/s d'un uide de vis osité inématique


−5 2
1, 4.10 m /s.

Cal ulons d'abord le nombre de Reynolds lo al en bout de plaque :

Ue L
ℜeL = ν
= 2857143.

Passons maintenant au al ul des épaisseurs :

Epaisseur de la ou he limite : δ (L) = √5 L = 0, 0059 soit 5, 9 mm.


ℜeL

1,721
√ L
Epaisseur de dépla ement : δ1 (L) = ℜeL
= 0.00203 soit environ 2, 0 mm.
0,664
√ L
Epaisseur de quantité de mouvement : δ2 (L) = ℜeL
= 0.00078 soit environ

0, 8 mm.

5.2.3.2 Cas général


La méthode dé rite pré édemment né essite la onnaissan e de l'é oulement poten-
dUe
tiel Ue (x) au voisinage d'une paroi pour donner un ordre de grandeur au terme Ue dx
qui gure dans les équations de Prandtl.

Falkner et Skan ont étendu la méthode pré édente au as général :

Ue (x) = q0 xm (5.26)

La relation (5.26) orrespond à l'é oulement potentiel sur un dièdre pour lequel l'axe

ox est onfondu ave la fa e étudiée (Fig.5.7).

δ (x)
y

β π
2
q0 O

Figure 5.7: E oulement autour d'un dièdre.

- 154 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).

La fon tion potentielle omplexe orrespondant à et é oulement est donnée par :

z m+1
F (z) = q0 (5.27)
m+1

Comme F (z) = φ + i ψ alors on en déduit la fon tion ψ :

q0
ψ = r m+1 sin (m + 1) θ (5.28)
m+1

La forme du solide orrespondant à ψ=0 est donnée pour θ0 = m+1
. En remarquant
π
que θ0 est identique à β 2
, on en déduit :
2m
β = (5.29)
m+1

1. m=0 et β=0 : e i orrespond à la plaque dans la dire tion de l'é oulement

(Fig.(a)).

2. m=1 et β=1 : e i orrespond à la plaque dans la dire tion perpendi ulaire

à l'é oulement (Fig.(b)).

3. m>0 et β>0 : e i orrespond à une a élération de l'é oulement en fon tion

de x et à un gradient de pression négatif.

4. m < 0 et β < 0 : e i orrespond à une dé élération de l'é oulement en fon tion

de x et à un gradient de pression positif. Lorsque e dernier atteint une valeur

susante, la ou he limite dé olle de la paroi.

L'équation de Falkner et Skan s'é rit de la manière suivante :


  
 f (0) = 0
′′′ m+1 ′ ′ ′
f + f f + m 1 − f = 0 avec (C.L) f (0) = 0 (5.30)
2 
 ′
f (∞) = 1

Si m=0 dans l'équation (5.30), on obtient alors l'équation de Blasius (5.17).

- Remarque :

Il existe d'autres méthodes donnant la solution approximative des équations de la

CLL telles que la méthode des équations intégrales de Karman-Pohlhausen ainsi que

elle des développement asymptotiques.

- 155 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

5.2.3.3 Evolution de la CLL à la surfa e d'une forme quel onque


Si l'é oulement potentiel n'est pas de la forme (5.26), on qualie la CLL de non-

autosimilaire. C'est le as par exemple des prols aérodynamiques. La méthode la plus

sommaire onsiste à rempla er les résultats obtenus aux diérents abs isses urvilignes

par eux obtenus pour la plaque plane aux mêmes abs isses linéaires pour la même

valeur de m.

5.2.4 Equation intégrale de Von-Karman


Dans le as où l'on désire appliquer les équations de la CLL pour le al ul de

l'é oulement, les di ultés ren ontrées en essayant de trouver la solution exa te sont

plus grandes que la solution omplète est souvent non évaluée. Les solutions exa tes ont

été obtenues pour un ertain nombre de as pour lesquels la distribution de pression

peut être exprimée par une forme algebrique simple, tel que pour un é oulement autour
dp
d'un ylindre ir ulaire. La solution exa te des équations de CLL pour le as où
dx
6= 0
est dis uté dans la référen e [30℄. D'une façon générale, un al ul approximatif peut

être entrepris en utilisant les formes intégrales des équations de la CLL.

 ∂u ∂v


 ∂x
+ ∂y
= 0 
 u(x, 0) = 0
avec (C.L) v(x, 0) = 0

 

∂u ∂u ∂2 u
u ∂x
+ v ∂y
= Ue ddUxe + ν ∂ y2
u(x, δ(x)) = Ue (x)
(5.31)

Commençons par intégrer la première équation :

Rδ ∂u
Rδ ∂v
Rδ ∂u
Rδ ∂u
∂x
dy + ∂y
dy = 0 ⇒ ∂x
dy + [v(x, δ) − v(x, 0)] = ∂x
dy + [ve − 0] = 0
0 0 0 0

Rδ ∂u
=⇒ ve = − ∂x
dy
0
Intégrons maintenant la deuxième équation :
Rδ ∂ u Rδ Rδ Rδ
u ∂ x dy + v ∂∂ uy dy = Ue ddUxe dy + ν ∂∂y ( ∂∂ uy ) dy
0 0 0 0
Rδ ∂ u R δ Rδ δ

⇒ u ∂ x dy + u v|δ0 − u ∂∂ vy dy = Ue ddUxe dy + ν ∂∂ uy
0 0 0 0
R ∂v
δ Rδ
en multipliant la 1
ère
équation par u on aura : u ∂ y dy = − u ∂∂ ux dy et en remplaçant :
0 0
Rδ ∂ u Rδ ∂ u Rδ ∂ u Rδ
d Ue ∂ u
⇒ u ∂ x dy − Ue ∂ x dy + u ∂ x dy = Ue d x dy − ν ∂ y
0 0 0 0 y=0
Rδ ∂ u Rδ ∂ u Rδ
⇒ Ue ∂ x dy − 2 u ∂ x dy + Ue ddUxe dy = τρp
0 0 0
Rδ ∂ (u Ue ) Rδ d Ue Rδ ∂ u2 Rδ
⇒ ∂x
dy − u dx
dy − ∂x
dy + Ue ddUxe dy = τρp
0 0 0 0

- 156 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).

Rδ d
Rδ τp
⇒ dx
[u (Ue − u)] dy + (Ue − u) ddUxe dy = ρ
0 0

d
Rδ d Ue
Rδ τp
⇒ dx
u (Ue − u) dy + dx
(Ue − u) dy = ρ
0 0

En introduisant les relations (5.8) et (5.9), nous aurons :

d
dx
(Ue2 δ2 ) + Ue d Ue
dx 1
δ = τρp
d δ2 τp
⇒ Ue2 dx
+ 2 Ue ddUxe δ2 + Ue ddUxe δ1 = ρ

soit nalement en divisant par Ue2 :

dδ2 1 dUe τp
+ (δ1 + 2 δ2 ) = (5.32)
dx Ue dx ρ Ue2
et en introduisant le oe ient de frottement à la paroi Cf ainsi que le fa teur de forme

H, l'équation (5.32) devient :

dδ2 δ2 dUe Cf
+ (H + 2) = (5.33)
dx Ue dx 2

L'équation de Von-Karman (5.33) relie les épaisseurs de dépla ement et de quantité

de mouvement à la vitesse extérieure et au oe ient de frottement lo al. Elle est appli-

able à des ou hes limites in ompressibles soumises ou non à un gradient de pression.

L'é oulement dans la ou he limite peut être laminaire ou turbulent. L'augmentation

de δ2 résulte d'une part de la ontrainte de isaillement à la paroi. D'autre part, si


dUe
l'é oulement à l'extérieur de la ou he limite est a éléré, -à-d
dx
> 0, l'augmenta-
dUe
tion de δ2 est défavorisée ; par ontre, si < 0, l'augmentation de δ2 est favorisée. Si la
dx
∂u
dé élération est susament forte, la ou he limite se déta he de la paroi (
∂y
= 0).
y=0

- Cas d'un gradient de pression nul :


dp
L'équation de Von-Karman (5.32) se réduit dans le as où
dx
=0 à l'expression :

dδ2 τp
= (5.34)
dx ρ Ue2

- Remarque :

La vitesse de l'é oulement extérieur doit être déterminée au préalable avant de pou-

voir appliquer la relation (5.33). Et puisqu'elle est reliée au gradient de pression par la

relation (5.5), sa détermination revient don à onnaître le gradient de pression.

- 157 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

5.2.5 Analyse de la CLL par la méthode de Karman-Pohlhausen


Une appro he alternative à la résolution des équations de la CLL est l'utilisation de

solutions appro hées. La méthode approximative de Karman-Pohlhausen donne d'une

manière plus simple des résultats très pro hes des solutions exa tes. De ette manière,

la plupart des propriétés importantes de l'é oulement dans la ou he limite seront

dénies. Nous allons don appliquer ette méthode dans le as d'une CLL sur une

plaque plane en l'absen e de gradient de pression et nous utiliserons alors l'équation

(5.34). Considérons par exemple une distribution polynomiale du prol de vitesse telle

que :
u y   y 2  y 3
= a0 + a1 + a2 + a3 (5.35)
Ue δ δ δ
Les quatre oe ients a0 · · · a3 doivent satisfaire les onditions aux limites suivantes :

 vitesse nulle à la paroi ;

 vitesse à la périphérie de la ou he limite égale à elle de l'é oulement potentiel ;

 ontrainte nulle à la périphérie de la ou he limite.

La ondition sur la vitesse transversale v(x, 0) = 0 ne peut être exploitée dire tement

et il faudra une quatrième ondition pour déterminer es oe ients. Cette ondition

est obtenue par appli ation de l'équation de quantité de mouvement au niveau de la

parois (y = 0) :

0 ∂ u(x, 0) ✿ 0 ∂ u(x, 0) ∂ 2 u(x, 0) ∂ 2 u(x, 0)


✘✘✘
u(x, 0)✘

+✘✘✘
v(x, 0)✘ =ν =⇒ =0
∂x ∂y ∂ y2 ∂ y2

d'où les quatre onditions :



 ∂u
 u(x, 0) = 0 ∂y
= 0
 y=δ

(C.L) (5.36)


u(x, δ(x)) = Ue (x) ∂2u
∂y 2
= 0
y=0

La résolution de e système d'équations nous donne : a0 = 0 ; a1 = 23 ; a2 = 0 ; a3 = − 12 .


Le prol approximatif de la vitesse est don :

u 3  y  1  y 3
= − (5.37)
Ue 2 δ 2 δ

Cal ulons maintenant les propriétés de la ou he limite :

Rδ  u
 Rδ h 3 y
 1

y 3
i
3
δ1 = 1− Ue
dy = 1− 2 δ
− 2 δ
dy = 8
δ.
0 0

Rδ   Rδ h 3   ih   i
u u y 1 y 3 3 y 1 y 3 39
δ2 = Ue
1− Ue
dy = 2 δ
− 2 δ
1− 2 δ
− 2 δ
dy = 280
δ.
0 0

- 158 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).

∂u 3 µ Ue
τp = µ ∂y
= 2 δ
y=0

dδ2 τp d 39
 3 ν dδ 140 ν
dx
= ρ Ue2
⇐⇒ dx 280
δ = 2 Ue δ
⇒ dx
= 13 Ue δ

280 ν x
En séparant les variables et en intégrant, on aura : δ2 = 13 Ue
+ C.

Comme l'épaiseur de la ou he limite est nulle au bord d'attaque (δ(x = 0) = 0) alors

la solution devient :

280 ν x
pν x
δ2 = 13 Ue
=⇒ δ = 4, 641 Ue

et en introduisant le nombre de Reynolds lo al (5.20) :

4, 641 x
δ= √ (5.38)
ℜex

En remplaçant dans les équations obtenues i-dessus, on aura nalement :

1, 740 x
δ1 = √ (5.39)
ℜex

0, 646 x
δ2 = √ (5.40)
ℜex
0, 646
Cf = √ (5.41)
ℜex
τp 0, 323
2
= √ (5.42)
ρ Ue ℜex

Ces résultats, bien que appro hés, sont omparables à eux de la solution exa te de

l'équation de Blasius (5.21 à 5.25).

A l'aide de ette méthode, nous pouvons don obtenir une bonne approximation des

ara téristiques de l'é oulement dans la ou he limite sans avoir à déterminer d'une

façon exa te la forme du prol de vitesse.

Le tableau i-dessous donne les solutions appro hées de quelques prols en les om-

parant ave la solution exa te.

- 159 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

δ
√ δ1
√ δ2
√ τp √
Prol de vitesse
x
ℜex x
ℜex x
ℜex ρUe2
ℜex H
Blasisus (exa te) 5 1, 721 0, 664 0, 332 2, 59
y
δ
3, 464 1, 732 0, 577 0, 228 3, 00
 2
y
2 δ − yδ 5, 48 1, 83 0, 73 0, 36 2, 50
3 y
 1 y 3
2 δ
−2 δ 4, 641 1, 740 0, 646 0, 323 2, 69
y
3 4
2 δ
− 2 yδ + yδ 5, 840 1, 752 0, 686 0, 343 2, 55
sin π2 yδ 4, 789 1, 741 0, 654 0, 327 2, 66

Table 5.2: Solutions appro hées de quelques prols de vitesse [1℄.

5.2.6 Stabilité de la ou he limite laminaire


La dégénérésen e éventuelle de l'é oulement laminaire initial dans la ou he limite

pour former la ou he turbulente qui est observée à des nombres de Reynolds élevés est

asso iée aux stabilités qui apparaissent dans la ou he laminaire originale. La stabilité
dp
de la CLL ave
dx
=0 a été étudiée par Tollmien en utilisant la méthode des petites

perturbations et e travail a été étendu et amélioré par S hli hting. La stabilité de la

CLL a été évaluée en faisant référen e à de petites perturbations y liques telles que

elle représentées sur la gure (Fig.5.8).

Figure 5.8: Perturbations y liques dans une ou he limite laminaire.

La frontière de la ligne neutre de stabilité en fon tion de la longueur d'onde λ de la

perturbation et du nombre de Reynolds basé sur l'épaisseur de dépla ement est tra ée

- 160 -
Ÿ5.2. Cou hes limites laminaires (CLL).

sur la gure (Fig.5.9).

Pour les é oulements sans gradient de pression, il a été trouvé que la CLL est
Ue δ1
omplètement stable en e qui on erne les petites perturbations aux valeurs
ν
<
pν x
575. A partir de δ1 = 1, 73 Ue
, il s'ensuit que l'é oulement laminaire est stable pour
Ue x
les valeurs de Reynolds
ν
< 1, 1.105. Par onséquent, aux nombres de Reynolds
5
inférieurs à 1, 1.10 , les perturbations sont atténuées et l'é oulement garde sa forme

laminaire. Cependant, aux nombres de Reynolds élevés, les perturbations peuvent être

ampliées et le pro essus de transition s'amor e. On peut aussi voir, d'après la gure,

que pour un Reynolds donnée, la stabilité de la CLL est seulement mise en ause par les

perturbations dans une bande de longueur d'onde relativement étroite. Du fait que le

pro éssus de transition est seulement dé len hé par l'ampli ation des perturbations,
Ue x
il s'ensuit que la transition doit se produire en aval du point où
ν
= 1, 1.105 .

Figure 5.9: Limites de stabilité pour la ou he limite laminaire.

Dans ette gure, Λ est appelé fa teur de forme de Pohlhausen , il est déni par

la relation (5.43) et il varie dans la plage −12 ≤ Λ ≤ 12. Pour Λ = −12, la séparation

de la CLL est atteinte et pour Λ > 12, les résultats n'ont au un sens physique en

é oulement stationnaire.
δ 2 dp
Λ = − (5.43)
µ Ue dx
La stabilité de la CLL est grandement ae tée par la présen e du gradient de pres-

- 161 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

dp
sion. S'il est favorable (
dx
< 0), il ause une augmentation notable de la stabilité mais,
dp
s'il est défavorable (
dx
> 0), la transition vers l'é oulement turbulent est provoquée

beau oup plus fa ilement.

5.3 Cou he limite turbulente


La ou he limite laminaire est ara térisée par un é oulement sans u tuations

de vitesse lo ale. Lorsque le nombre de Reynolds ℜex prend une valeur susante,

on observe l'apparition de bouées turbulentes de faible durée et de faible amplitude

longitudinale.

En introduisant un fa teur d'intermitten e γ qui est la fra tion du temps orrespon-

dant au régime turbulent, on peut dénir la zone de transition par le ritère suivant :

elle débute lorsque γ = 2% et se termine lorsque γ vaut 90 %. La ou he limite est alors

onsidérée omme turbulente. Le début et la n de ette zone de transition dépendent

beau oup de la rugosité de la paroi (Fig.5.10). Dans de nombreux as, on néglige la

longueur de la zone de transition en supposant que la ou he limite hange brutalement

de régime en passant du laminaire au turbulent.

Laminiare Transition Turbulent

Ue
Y
Ue

Ue

11111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111 X

δ1
H=
δ2

Figure 5.10: Cou he limite turbulente.

Les équations de la ou he limite turbulente bidimensionnelle in ompressible se ré-

duisent à des expressions omparables à (5.2) dans lesquelles apparaissent les tensions

- 162 -
Ÿ5.3. Cou he limite turbulente.

turbulentes jusqu'i i absentes. Elles s'é rivent à partir des moyennes temporelles des

omposantes de la vitesse :

 ∂u ∂v

 ∂x
+ ∂y
= 0
(5.44)

 ∂ (u′ v′ )
∂2
u ∂∂ ux + v ∂∂ uy = − 1ρ ∂P
∂x
+ ν u
∂ y2
− ∂y

Les tensions turbulentes di ilement modélisables sont maintenant prépondérantes

sauf au voisinage immédiat de la paroi.

- 163 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

5.4 Exer i es où η= y
δ(x)
.

Donner les expressions de


δ(x)
et du o-
L1 : 1- E rire les équations de Navier-Stokes x
e ient de frottement à la paroi Cf en
régissant un é oulement, in ompressible et
fon tion du seul nombre de Reynolds lo al
visqueux en oordonnées artésiennes.
2- Dénir ha un des termes présents dans es ℜex .
équations.
3- Simplier es équations pour un é oule- L3 : Considérons l'é oulement horizontal et
ment plan (xoz ), stationnaire, et pour lequel stationnaire d'un uide in ompressible et vis-
les for es de volume sont négligeables. queux sur une plaque plane très min e. La
4- En déduire les équations de la ou he li- vitesse de l'é oulement extérieur Ue est uni-
mite laminaire bidimensionnelle pour un é ou- forme.
lement sur une plaque plane. Justier toutes En suppose que l'expression du prol adi-

vos réponses et simpli ations. mensionnel de vitesse à l'intérieure de la

5- En remplaçant le gradient de pression par ou he limite laminaire qui se développe

une expression issue de la théorie potentielle sur la plaque (δ(x = 0) = 0) est de la

que l'on pré isera, donner une autre expres- forme :


sion de es équations de la ou he limite ainsi u
= a + b η + c η2 + d η3
que les onditions aux limites appropriées. Ue

On utilisera pour les simpli ations les va- où η= y


.
δ
riables de référen e suivantes :
Ue : vitesse de référen e = vitesse de l'é oule- et a, b, c et d sont des onstantes.

ment à l'extérieur de la C.L. suivant x. A la séparation de la ou he limite :

L : longueur ara téristique dans la dire tion 1- E rire les quatre onditions aux limites

x. de l'é oulement.

δ : longueur ara téristique dans la dire tion 2- Cal uler les valeurs des onstantes a, b,
y . (δ << L) c et d.
Ue · δ/L : vitesse de référen e suivant y . 3- Cal uler le fa teur de forme H.
ρ Ue2 : pression de référen e.
L4 : A- Considérons l'é oulement horizontal
L2 : Considérons l'é oulement horizontal et et stationnaire d'un uide in ompressible et
stationnaire d'un uide in ompressible et vis- visqueux sur une plaque plane très min e. La
queux sur une plaque plane très min e. La vitesse de l'é oulement extérieur Ue est uni-
vitesse de l'é oulement extérieur Ue est uni- forme.
forme. En appliquant la méthode de résolution in-
En suppose que l'expression du prol adi-
tégrale à la ou he limite qui se développe
mensionnel de vitesse à l'intérieure de la
sur la plaque, on obtient l'expression du
ou he limite laminaire qui se développe
prol adimensionnel de vitesse onforme à
sur la plaque (δ(x = 0) = 0) est de la
la représentation polynomiale de Pohlhau-
forme :
sen :

u u
Ue
=η Ue
= Φ(η) = 2 η − 3 η 3 + η 4

- 164 -
Ÿ5.4. Exer i es .

y
où η= δ
. S : Sinusoidal. B : Blasius.

1- Montrer que dans e as, les quantités 5- Appli ation numérique : Cal uler les
δ1 δ2
δ
,
δ
et τp .δ sont des onstantes dont on épaisseurs de la ou he limite, de dépla-
donnera les valeurs. ement et de quantité de mouvement en
2- Déduire de l'intégration de l'équation de bout d'une plaque de longueur 2m pla ée
Von-Karman la loi de variation de l'épais- dans un é oulement de vitesse uniforme
seur de la ou he limite δ(x). de 20 m/s d'un uide de vis osité inéma-
δ δ δ
3- Donner les expressions de , 1 , 2 ainsi tique 1, 4.10
−5
m2 /s.
x x x
τp
que le oe ient de frottement en
ρ Ue2
fon tion du seul nombre de Reynolds lo- L5 : Considérons l'é oulement autour d'une
al ℜex . plaque plane très min e.
B- On reprend le même problème en hoi- 1- E rire les équations de Navier-Stokes en
sissant ette fois omme forme générale du oordonnées artésiennes pour un é oulement
prol adimensionnel de vitesse la relation in ompressible et instationnaire. Identier les
sinusoïdale suivante : diérents termes présents.
2- Simplier es équations pour obtenir elles
u
Ue
= Φ(η) = a cos(α η) + b sin(β η) de la ou he limite laminaire bidimensionnelle
d'un é oulement stationnaire en négligeant les
où a, b, α et β sont des onstantes à priori
for es de pesanteur et en prenant omme va-
fon tions de la seule variable x.
riables de référen e :
1- Déterminer les valeurs de es onstantes
On utilisera pour les simpli ations les va-
ompatibles ave les onditions aux limites
riables de référen e suivantes :
de l'é oulement.
Ue : vitesse de référen e = vitesse de l'é oule-
δ1 δ2
2- Exprimer les valeurs de
δ
,
δ
et ment à l'extérieur de la C.L. suivant x.
τp .δ . Vérier qu'il s'agit bien toujours de L : longueur ara téristique dans la dire tion
onstantes pour et é oulement. x.
3- Déterminer la loi d'épaisseur de la δ : longueur ara téristique dans la dire tion
ou he limite δ(x). y . (δ << L)
4- Comparer les valeurs adimensionnelles Ue · δ/L : vitesse de référen e suivant y .
δ δ1 δ2
,
x x
,
x
ave elles obtenues à la partie A ρ Ue2 : pression de référen e.
puis remplir le tableau i-dessous : 3- Montrer en expliquant que es équations
peuvent aussi se mettre sous la forme sui-
1 1 1
τp
1 vante:
δ 2 δ1 2 δ2 2
TP ℜ
x ex

x ex

x ex
ℜ2
ρUe2 ex
H  ∂u
+ ∂v
= 0
 ∂x ∂y
P

 2
S u ∂u
∂x
+ v ∂u
∂y
= Ue dU
dx
e
+ ν ∂∂yu2
B 4, 92 1, 72 0, 66 0, 33 2, 59 E rire dans e as les onditions aux limites
orrespondantes.
TP : Type de prol. P : Polynomial. 4- On suppose maintenant que Ue = C te et
que le gradient de pression axial est nul.

- 165 -
Ch5 : COUCHES LIMITES.

- E rire les nouvelles équations qui régissent ave les onditions aux limites :
et é oulement ave les onditions aux limites ′ ′

asso iées. f (0) = 0 ; f (0) = 0 ; f (∞) = 1


- Montrer que la résolution de e système re- où a et b sont des onstantes à déterminer.
vient à la résolution d'une seule équation aux - Donner l'expression du hamp de vitesse
dérivées partielles en ψ dont on é rira l'expres- u(x, y) et v(x, y) en fon tion de f (η).
sion ave les onditions aux limites asso iées 6- En supposant que la plaque est per ée
sur la fon tion de ourant ψ.
de trous ns an d'aspirer la ou he limite.
5- Re her he des solutions auto-semblables
Quelles serons les nouvelles onditions aux
pour les prols de vitesse de la forme :
limites sur f ?.
u
Ue
= Φ( yδ ) 7- On reprend maintenant les équations de

la ou he limite dénies à la 3ème question


On pose :
et on suppose un gradient de pression axial
y pν x
η= ave δ= non nul.
δ Ue
- En intégrant dire tement es équations
- Trouver la relation de type :
(Von-Karman), montrer qu'on peut é rire

ψ(x, y) = K f (η) l'expression :

dδ2 τp
où K est une variable à déterminer et dx
+ (δ1 + 2δ2 ) U1e dU
dx
e
= ρUe2


f (η) = Φ(η) où δ1 est l'épaisseur de dépla ement, δ2
l'épaisseur de quantité de mouvement et
- Montrer que le problème revient à la résolu-
τp la ontrainte à la paroi.
tion d'une équation diérentielle ordinaire de
- Quel est l'intérêt de ette solution dire te
la forme :
par rapport à la résolution numérique du
′′′ ′′
af + bf f = 0 problème ? Dis uter.

- 166 -
Chapitre 6
É oulements dans les onduites

6.1 Introdu tion


Il s'agit d'un é oulement interne régi par les équations de Navier-Stokes (N-S) dans

lequel la ou he limite sur les parois o upe pratiquement toute la se tion d'é oulement.

Etudions le as général en disposant l'axe Z verti al, les for es de volume étant

supposées réduites à l'a tion de la pesanteur. Nous aurons alors, par unité de masse :

0


f 0

−g

Le système d'équation de N-S (3.36) se ramène à :

 Du ∂p

 Dt
= − 1ρ ∂x
+ ν ∇2 u





Dv ∂p
Dt
= − 1ρ ∂y
+ ν ∇2 v (6.1)






 Dw ∂p
Dt
= − ρ1 ∂z
− g + ν ∇2 w

On peut adimensionnaliser les variables en utilisant omme pré édemment (Ch.5)

les grandeurs de référen e suivantes :

q : vitesse de référen e orrespondant par exemple à la vitesse débitante dans la

onduite ;

D : longueur de référen e orrespondant à une dimension géométrique ara téristique,

soit le diamètre de la onduite ou son diamètre hydraulique.

D
: temps de référen e ;
q

ρ q2 : pression de référen e.

167
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

Les variables réduites s'é riront alors :



 u∗ = uq , v ∗ = vq , w ∗ = wq





x∗ = Dx , y ∗ = Dy , z ∗ = Dz (6.2)






 ∗
t = D/qt
, p∗ = ρ pq2

Les diérents termes sont fa ilement al ulables :

q 2 D u∗ ∂p 2 ∂ p∗
Du
Dt
= D D t∗
; − 1ρ ∂x
= − qD ∂ x∗
; ν ∇2 u = ν q
D2
∇2 u ∗

et en multipliant tous les termes par D/q 2, le système (6.1) devient :

 D u∗ ∗

 D t∗
= − ∂∂ xp∗ + ν
qD
∇2 u ∗






D v∗
D t∗
= − ∂∂ yp∗ + ν
qD
∇2 v ∗ (6.3)






 D w∗ ∗

D t∗
= − ∂∂ zp∗ − gD
q2
+ ν
qD
∇2 w ∗

On voit alors apparaître le nombre de Reynolds de l'é oulement :

qD
ℜe = (6.4)
ν

qui représente le rapport des for es d'inertie aux for es de vis osité ainsi que le

nombre de Froude
q2
F = (6.5)
gD
qui représente le rapport des for es d'inetie aux for es de pesanteur.

- Remarque :
Les nombres ℜe et F servent de base aux règles de similitude des é oulements.

L'inuen e du nombre de Froude n'est sensible que dans les é oulements à surfa e

libre. Par ontre, pour les é oulements en harge, 'est le nombre de Reynolds qui est

prépondérant puisqu'il xe à la fois le régime d'é oulement mais également les gradients

de vitesse à la paroi, la forme de la distribution de vitesse, et ...

6.2 Etude de l'é oulement laminaire


Nous étudions i i un é oulement laminaire dans un tube de se tion ir ulaire en

régime in ompressible et permanent (é oulement de Poiseuille).

- 168 -
Ÿ6.2. Etude de l'é oulement laminaire.

Pour déterminer le prol des vitesses, nous pourrons utiliser soit les équations de

Navier-Stokes en oordonnées ylindriques, soit la se onde loi de Newton appliquée à

un élément de uide.

* Appliquons en premier lieu la loi de Newton ave les hypothèses suivantes :

Soit une onduite ylindrique horizontale (les for es de volume n'interviennent




pas), siège d'un é oulement permanent
∂t
=0 symétrique par rapport à l'axe de

la onduite. Nous supposons que et é oulement a lieu par ou hes ylindriques o-

axiales (é oulement laminaire), toutes les vitesses étant parallèles à XX ′ . La vitesse u


en un point dépend uniquement de sa distan e r à l'axe. Elle reste alors onstante et

les traje toires sont re tilignes. Les quantités d'a élération sont don nulles.

Les dimensions transversales sont généralement petites par rapport à la longueur

de la onduite, on peut don admettre que la pression est onstante dans une se tion

droite.

Considérons un anneau élémentaire de rayon intérieur r, d'épaisseur dr et de lon-

gueur dx omme il est indiqué sur la gure (Fig.6.1)

11111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111
Fe
F1
R dr
Fi F2

X’ X

u
u + du
dx

11111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111

Figure 6.1: Anneau élémentaire dans une onduite horizontale.

- For es de pression :
 
F1 = p π (r + dr)2 − π r 2 ≃ 2 π p r dr

- 169 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

∂F1 ∂p

F2 = F1 + ∂x
dx = 2 π r dr p + ∂x
dx

dp

⇒ F1 − F2 ≃ −2 π r dr dx
dx

- For es de vis osité :

Fi = τ 2 π r dx = µ du
dr
2 π r dx

∂Fi d

Fe = Fi + ∂r
dr = Fi + 2 π µ dx dr
r du
dr
dr

d

⇒ Fe − Fi = 2 π µ dx dr
r du
dr
dr

Puisque les quantités d'a élération sont nulles (γx = 0) alors la loi de Newton nous
donne :

F1 − F2 + Fe − Fi = 0

En remplaçant les expressions des for es et en simpliant nous aurons l'équation sui-

vante :  
dp µ d du
= r (6.6)
dx r dr dr

* La relation (6.6) peut aussi s'obtenir dire tement à partir des équations de N-S

en oordonnées ylindriques (Fig.6.2) :

X X
1111111111111111111
0000000000000000000
0000000000000000000
1111111111111111111
0000000000000000000
1111111111111111111 eθ

er er

ez
ez Y
Z

Figure 6.2: Conduite horizontale. Coordonnées ylindriques.

- 170 -
Ÿ6.2. Etude de l'é oulement laminaire.

 
vθ2 2 ∂ vθ


D ur
− = fr − − 1ρ ∂P
+ ν ∇2 u r − ur


 Dt r ∂r r2 r2 ∂ θ



  
D vθ ur vθ 1 ∂P vθ 2 ∂ 2 ur
Dt
+ r
= fθ − ρr ∂ θ
+ ν ∇2 vθ − r2
+ r2 ∂ θ2







 D wz 1 ∂P
Dt
= fz − ρ ∂z
+ ν ∇2 w z

ave :


q = ur −

er + vθ −

eθ + wz −

ez = wz −

ez ( ar ur et vθ sont nulles)

Dh ∂h ∂h vθ ∂ h ∂h
Dt
= ∂t
+ ur ∂r
+ r ∂θ
+ wz ∂z

et

∂2 h 1 ∂h 1 ∂2 h ∂2 h
∇2 h ≡ ∆ h = ∂ r2
+ r ∂r
+ r2 ∂ θ2
+ ∂ z2

h étant une fon tion qui peut être dans e as : ur , vθ ou wz .

La simpli ation de es équations nous donne :



 0 = − ρ1 ∂P
∂r





0 = − ρ1r ∂P
∂θ





 
 ∂ wz ∂ 2 wz
wz ∂z
= − ρ1 ∂P
∂z
+ ν 1 ∂
r ∂r
r ∂ wz
∂r
+ ν ∂ z2

- Equation de ontinuité :
∂ρ 1 ∂ (ρ r ur ) 1 ∂ (ρ vθ ) ∂ (ρ wz )
∂t
+ r ∂r
+ r ∂θ
+ ∂z
= 0 ⇒ wz = wz (r)

La dernière équation du système devient :


0 = − 1ρ ∂P
∂z
+ ν ∂
r ∂r
r ∂∂wrz

d'où la relation nale :  


dp µ d dwz
= r (6.7)
dz r dr dr

Revenons maintenant à notre relation (6.6) qui est une équation diérentielle dont le
er
1 membre dépend uniquement de x et le 2nd uniquement de r . Comme ette équation
doit être satisfaite quelque soit x et r , les deux membres sont don onstants : dp/dx =
te
C ; e qui signie que la pression varie linairement ave l'abs isse x.

- 171 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

dp
Posons alors :
dx
= − ∆p
l
ave l : longueur de la onduite et ∆p la hute de

pression ou perte de harge sur la longueur l . L'équation (6.6) s'intègre fa ilement en

donnant le prol des vitesses suivant :

1 ∆p 2
u (r) = − r + C1 ln r + C2
4µ l

- Condition d'adhéren e du uide à la paroi : u (r = R) = 0.


- Pour obtenir une valeur nie sur l'axe du tube : C1 = 0 ;

d'où le prol des vitesses :

1 ∆p 
u (r) = R2 − r 2 (6.8)
4µ l

Le prol des vitesses est don parabolique (Fig.6.3). Pour le tra er orre tement, il

faut d'abord déterminer la vitesse maximale ainsi que la vitesse débitante. Cette

dernière se al ul à partir du débit volumique traversant la se tion de passage.

- Vitesse maximale :
La position où la vitesse est maximale est donné par :

du(r) ∆p
dr
= 0 ⇒ − 21µ l
d = 0 ⇒ d = 0
r=d
Elle est don lo alisée au entre de la analisation. Sa valeur est donnée par :

umax = u(r = d) d'où :

1 ∆p 2
umax = R (6.9)
4µ l

- Débit volumique :
RR RR h i
1 ∆p 2 2 π ∆p R4 R4
Qv = u(r) ds = 4µ l
(R − r ) 2 π r dr = 2µ l 2
− 4
0 0

π ∆p 4 π ∆p 4
Qv = R = D (6.10)
8µ l 128 µ l

C'est la formule de Poiseuille, elle nous montre qu' en é oulement laminaire, le débit

est proportiennel à la hute de pression ∆p.

- Vitesse débitante (ou moyenne) :


Qv = S u = π R2 u d'où :

1 ∆p 2 1
u = R = umax (6.11)
8µ l 2

- 172 -
Ÿ6.2. Etude de l'é oulement laminaire.

En ombinant es expressions, le prol des vitesses peut aussi s'é rire :

  r 2 
u (r)
= 2 1− (6.12)
u R

11111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111

u
R u(r)

O u max X

111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111

Figure 6.3: Prole des vitesses.

- Contrainte au sein du uide :

τ = µ du(r)
dr
d'où :
1 ∆p
τ (r) = − r (6.13)
2 l

du(r)
* au entre de la onduite : τ = µ dr = τ (r = 0) = 0
r=0
* à la paroi :
du(r) R ∆p
τp = µ = τ (r = R) = − (6.14)
dr r=R 2 l

La distribution des ontraintes dans le uide est représentée sur la gure (Fig.6.4) :

la ontrainte est don maximale à la paroi et nulle au entre de la onduite puisque les

eets de la vis osité sont négligeables loin de la paroi.

- 173 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

τp r

11111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111

τ (r) R

O X

111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000
000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111
τp

Figure 6.4: Etat de ontrainte au sein du uide.

- Coe ient de perte de harge :


La diéren e de pression traduisant la perte de harge dans une onduite ylindrique

est donnée par :


l u2
∆p = λ ρ (6.15)
D 2

λ : oe ient sans dimension, appelé oe ient de perte de harge linaire.

D : diamètre de la onduite.

En ombinant (6.11) et (6.15), on trouve :

64
λ = (6.16)
ℜe

ave :
uD
ℜe = (6.17)
ν
En é oulement laminaire, le oe ient de pertes de harge linéaire est don inver-

sement proportiennel au nombre de Reynolds.

- Coe ient de frottement à la paroi :


Il est dénit par :
τp
Cf = 1 (6.18)
2
ρu2

- 174 -
Ÿ6.3. Notions de harge et de perte de harge.

En remplaçant τp et u par leurs valeurs issues de (6.11) et (6.14), on obtient la

relation qui lie le oe ient de frottement au oe ient de pertes de harge linéaire :

λ
Cf = (6.19)
4

6.3 Notions de harge et de perte de harge


Le long d'un let uide, sans vis osité et in ompressible, en mouvement permanent,

l'expression :
1 2
X = p+ ρq + ρgh (6.20)
2

reste onstante et porte le nom de harge.

Pour une onduite de se tion onstante nous avons :

dX dpg
= (6.21)
dx dx

ave

pg = p + ρ g h (pression motri e )
dpg
: perte de harge par unité de longueur.
dx

- Si le uide, tout en restant in ompressible, est visqueux, la harge ne reste plus

onstante le long du let. On déni la perte de harge unitaire par :

dX
j = − (6.22)
ρ g dx

Pour fa iliter la omparaison entre les é oulements, on utilise un oe ient sans

dimension, appelé oe ient de perte de harge linéaire (ou unitaire) et déni par :

dX D
λ = − 1 (6.23)
dx 2
ρ q2

D : diamètre de la onduite ;
1
2
ρ q2 : pression dynamique ave q ≡ u.
En ombinant (6.22) et (6.23), nous aurons :

λ q2
j = (6.24)
D 2g

j s'exprime dans e as en mètre de uide par mètre de onduite.

- 175 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

La perte de harge dans une onduite de longueur L de diamètre onstant D est

don :
L q2
J = λ D 2g
[m] (6.25)

L q2
gJ = λ D 2
[J/Kg] (6.26)

2
ρgJ = λ L
D
ρ q2 [N/m2 ] (6.27)

Ainsi, dans le as d'un uide visqueux, lorsqu'on suit le let dans le sens du mouve-

ment, la harge dé roît. Dans e as, l'équation de Bernoulli devient entre deux se tions

(1) et (2) de la onduite :

p1 1 q12 p2 1 q22
+ + z1 = + + z2 + J (6.28)
ρg 2 g ρg 2 g

Le terme J orrespond à une énergie en [m ℄ dissipée par frottement, don sous

forme de haleur. La puissan e dissipée s'exprime don par la relation :

Pd = ρ g J Qv = ∆p Qv [W ] (6.29)

6.4 Détermination du oe ient de perte de harge


linéaire
Les ourbes exprimentales de Nikuradse (Fig.B.1, Annexe B.4) nous montrent que

λ n'est fon tion que du nombre de Reynolds et de la rugosité relative de la onduite

ε/D :

 Si ℜe ≤ 2300 : l'é oulement est dit laminaire. On utilise la droite de Poiseuille :

64
λ = (6.30)
ℜe

don λ n'est fon tion que de ℜe seulement.


4
 Si 2300 < ℜe ≤ 4.10 : l'é oulement est dit turbulent lisse ar λ ne dépend pas

en ore de ε/D . On utilise soit la droite de Blasius :

0, 3164
λ = (6.31)
ℜe0,25

ou en ore l'équation de Von Karman :

1  √ 
√ = 2 log ℜe λ − 0, 8 (6.32)
λ

Cette équation se résout d'une manière itérative (Newton) en ommençant

généralement par la valeur initiale λ0 = 0.02.

- 176 -
Ÿ6.4. Détermination du oe ient de perte de harge linéaire.

 Si ℜe > 4.104 : l'é oulement est dit turbulent rugueux. λ ne dépend plus de

ℜe , ou très peu ar la ourbe ε/D est presque une droite horizontale (Fig.B.1,

Annexe B.4, ).

* Pour les onduites industrielles, on utilise la relation de Blen h :

r
ε
λ = 0, 790 (6.33)
D

* Pour les onduites expérimentales de rugosité uniforme on utilise la relation de

Karman-Nikuradse :  
1 D
√ = 2 log + 1, 74 (6.34)
λ 2ε

6.4.1 Loi générale de perte de harge


Pour représenter simultanément la perte de harge en régime turbulent lisse et en

régime turbulent rugueux, ainsi que dans la zone de transition entre les deux régimes,

Colebrook et White ont regroupé les lois de Prandtl et de Karman sous la forme

suivante :  
1 2, 51 ε
√ = − 2 log √ + (6.35)
λ ℜe λ 3, 71 D
Cette équation est non linéaire puisque le oe ient λ est impli ite. Pour ℜe et ε/D
donnés, il n'est pas possible de déterminer λ sans passer par une méthode itérative. En

utilisant la initiale λ0 = 0.02, la méthode de Newton donne un résultat très a eptable


après environ 5 itarations.

L'expression expli ite de Swanee-Jain donne le même résultat que (6.35) ave une

erreur de 1% dans la plage 5.103 < ℜe ≤ 108 et 10−6 < ε/D ≤ 10−2 .

0, 25
λ= h  i2 (6.36)
5,74 ε
log ℜ0,9 + 3,7 D
e

L'expression expli ite de Chur hill est plus ompliquée mais valable pour tous les ré-

gimes d'é oulement et toutes les rugosités relatives. Elle  olle  bien ave le diagramme

de Moody.

   16 − 32  12
1


 

 8 12 1

37530
16 
   
λ=8 + 2, 457 ln   0,9  +  (6.37)

 ℜe 7 ε ℜe 

 ℜe
+ 2, 7 D 

- 177 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

- Remarque :
Dans le as d'une onduite de se tion non ir ulaire, on utilisera à la pla e du

diamètre D, le diamètre hydraulique DH déni au Ch.4 Ÿ4.10.1.

- Exemple d'appli ation :

Soit à déterminer la perte de harge par mètre de onduite en fonte de diamètre

D = 200 mm et débitant 200 m3 d'eau par heure. On donne : ε = 0, 20 mm,


−6 2 2
ν = 10 m /s, g = 10 m/s .

Pour her her le régime d'é oulement, il faut d'abord al uler la vitesse dans la

onduite :
2 4 Qv
Qv = q π D
4
⇒ q = π D2
= 4 . 200
π . (0,2)2 . 3600
= 1, 768 m/s.

Dq 0,2 . 1,768
ℜe = ν
= 10−6
= 3, 532.105 don le régime est turbulent rugueux.

pε q
0,2
λ = 0, 790 D
= 0, 790 200
⇒ λ ≈ 0, 025.

J λ q2 0,025 (1,768)2
j = L
= D 2g
= 0,2 . 2 . 10
⇒ j = 0, 0195 m/m (0, 195 KgJ m ou 195 mN3 ).

Si la longueur de la onduite est L = 1000 m, la perte de harge totale sera :

J = j L = 0, 0195 . 1000 ⇒ J = 19, 5 m d'eau.

La puissan e dissipée sous forme de haleur sera dans e as :

Pd = ρ g J Qv = 103 . 10 . 19, 5 . 200/3600 ⇒ Pd = 10, 83 KW .

6.5 Pertes de harge singulières ou lo ales


Les pertes de harge singulières sont dues à la présen e de oudes, de ra ords, de

bran hements, de robinets... et . le long de la onduite. Ces obsta les entraînent une

variation de vitesse du ourant et la naissan e de tourbillons. Ce i entraîne une perte

supplémentaire qui s'ajoute à la perte de harge linéaire qui est due aux frottements

sur la partie re tiligne de la onduite. Dans la pratique, les pertes de harge singulières

sont généralement estimées de 0, 1 à 1, 5 % des pertes de harge linéaires.


q2
La perte de harge résultant d'un tel obsta le a pour expression : ζ 2g
[m] ;

- 178 -
Ÿ6.6. Pertes de harge singulière à l'entrée d'une onduite.

où ζ est le oe ient de pertes de harge singulières (ou lo ales ) ; il dépend de haque

type d'obsta le (Annexe B).

L'équation (6.28) devient dans e as :

2
X
p1 1 q12 p2 1 q22 q2
+ + z1 = + + z2 + J12 + ζi i (6.38)
ρg 2 g ρg 2 g 1
2g

J12 étant la perte de harge totale entre les points 1 et 2. Dans le as par exemple où

le diamètre de la onduite hange, on aura :

2
X 2
X Li qi2
J12 = Ji = λi (6.39)
1 1
Di 2 g

6.6 Pertes de harge singulière à l'entrée d'une onduite


6.6.1 Cas du régime laminaire
Soit un tuyau horizontal (Fig.6.5) alimenté par un réservoir et omportant une

entrée susamment arrondie pour éviter les dé ollements.

11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111 u

u(r)

D
umax

111111111111111111111111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000000000000000000000000
000000000000000000000000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111111111111111111111111
l in

000000000000000000000000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111111111111111111111111
000000000000000000000000000000000000000000000000000
111111111111111111111111111111111111111111111111111

Figure 6.5: E oulement laminaire à l'entrée d'une onduite.

Près de l'entrée, le prol des vitesses est pratiquement re tangulaire, la ou he

limite étant très ne. Ensuite, ette ou he limite se développe progressivement alors

que la vitesse de la partie entrale, non ae tée par le frottement, roît pour assurer la

- 179 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

onservation du débit. Puis la distribution des vitesses roît asymptotiquement vers la

forme dénitive, les ou hes limites o upant toute la se tion de la onduite.

Dans les al uls, on admet généralement que le régime permanent établi existe dès

l'origine de la onduite. En fait, pour se rappro her de la réalité, on tient ompte

globalement de ette perte de harge singulière dans les al uls et le oe ient ζ or-

respondant peut varier entre 0, 2 et 1, 2 selon la forme de l'entrée de la onduite et du

nombre de Reynolds.

Pour déterminer la longueur initiale lin (ou longueur d'établissement ), on peut

utiliser la formule appro hée suivante :

lin
≃ 0, 029 ℜe (6.40)
D

Ce i nous montre que la longueur d'établissement peut atteindre 100 fois le diamètre
de la onduite si le régime d'é oulement est à la limite du régime laminaire.

Si l'entrée est à bords vifs, il se produit des dé ollements qui engendrent des tour-

billons, s'amortissant graduellement pour donner le régime laminaire.

Les pertes de harge dans un élément de onduite de longueur inférieure ou égale

à lin peuvent être déterminées à l'aide des formules (6.25) et (6.30) à ondition d'y

introduire un oe ient de orre tion k>1 (Annexe B.6.1) tel que :

64
λin = k (6.41)
ℜe

Ce i est dû au fait que les pertes de harge sont plus importantes (≃ 9 %) dans la

partie initiale du tuyau. Elles seront en ore plus importantes si l'entrée est à bords vifs.

Dans e as, il se produit des dé ollements qui engendrent des tourbillons s'amortissant

graduellement pour donner le régime laminaire.

6.6.2 Cas du régime turbulent

Dans le as d'une entrée parfaite sans dé ollement, on observe les mêmes phéno-

mènes qu'à l'origine d'une plaque (Fig.6.6) :

La distan e du point de transition à l'entrée est donnée par :

lin 105
≃ (6.42)
D ℜe

- 180 -
Ÿ6.7. Généralisation de l'équation de Bernoulli.
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
Couche limite Couche limite Couche laminaire
laminaire turbulente secondaire

00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111

Ecoulement turbulent

dans son ensemble

11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
l in Point de transition

00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111111111111111

Figure 6.6: E oulement turbulent à l'entrée d'une onduite.

Si l'entrée est à bords vifs, les tourbillons dus aux dé ollements ne s'amortissent

plus et l'é oulement est tout de suite turbulent. La longueur d'établissement peut

varier entre 25 et 80 fois le diamètre, e qui limite la possibilité d'installer un système

déprimogène de mesure de débit trop près de l'origine de la onduite.

6.7 Généralisation de l'équation de Bernoulli


Supposons que le système passe de l'état initial (1) à l'état nal (2) en é hangeant du

travail ave le milieu extérieur. La variation, augmentation ou diminution, de l'énergie

a tuelle du système ne peut être qu'égale au travail é hangé :

2
X
p2 − p1 1 2  q2
W12 = + q2 − q12 + g (z2 − z1 ) + g J12 + ζi i (6.43)
ρ 2 1
2

W12 : travail é hangé entre le système (1 kg de uide) et le milieu extérieur par l'inter-

médiaire de l'arbre de la ma hine.

 W12 > 0 si le système reçoit du travail du milieu extérieur (pompe, ompresseur,


...et ).

 W12 < 0 si le système fourni du travail au milieu extérieur (turbine, ...et ).

- 181 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

- Exemples d'appli ation :


1-
Dans le système représenté dans la gure (Fig.6.7), la pompe BC doit amener

ave un débit de 160 l/s de l'huile de pétrole, de masse volumique 762 Kg/m3
au réservoir D . En admettant que l'énergie perdue de A à B est de 2, 5 m et
entre C et D de 6, 5 m. Déterminer la puissan e fournie au fuel par la pompe
et tra er la ligne de harge de l'installation.

D
cote 60 m

cm
30
Φ

A
cote 15 m

Φ 3
0cm
11111
00000
00000
11111C
00000
11111
00000
11111
00000
11111 cote 3 m
00000
11111
00000
11111
00000
11111
00000
11111
B

Figure 6.7: Exemple d'appli ation. Alimentation d'un réservoir par une pompe.

* La puissan e fournie est donnée par : Pf = ∆pBC Qv = ρ g Hp Qv

Hp étant la hauteur fournie par la pompe.

Appliquons l'équation (6.43) entre les points A et D :

WAD = WAB + WBC + WCD = WBC

pC −pB 1
PC q2
WBC = ρ
+ 2
(qC2 − qB2 ) + g (zC − zB ) + g JBC + B ζ 2
= g Hp

pB −pA 1
PB q2
WAB = ρ
+ 2
(qB2 − qA2 ) + g (zB − zA ) + g JAB + A ζ 2
= 0

- 182 -
Ÿ6.7. Généralisation de l'équation de Bernoulli.

pB −pA 1
⇒ ρg
+ 2g
qB2 + (zB − zA ) + HAB = 0 (∗)

pD −pC 1
PD q2
WCD = ρ
+ 2
(qD2 − qC2 ) + g (zD − zC ) + g JCD + C ζ 2
= 0

pD −pC 1
⇒ ρg
− 2g
qC2 + (zD − zC ) + HCD = 0 (∗∗)

(*) + (**) nous donne, puisque pA = pD et zC = zB :

pB −pC 1
ρg
+ 2g
(qB2 − qC2 ) + (zD − zA ) + HAB + HCD = 0

⇒ −Hp + (zD − zA ) + HAB + HCD = 0 d'où :

Hp = (zD − zA ) + HAB + HCD = 54 m

et Pf = 762 . 10 . 54 . 0, 16 soit Pf = 65, 837 KW

Pour tra er la ligne de harge de l'installation (Fig.6.8), il est utile de al uler les

harges en A, B , C et D.
Comme on travail ave les pressions ee tives, à la surfa e du liquide nous avons :

pA = pef f = pT − patm = 0

* Charge en A :

pA qA2
HA = ρg
+ 2g
+ zA = zA = 15 m.

* Charge en B :

2
qB
pB
HB = ρg
+ 2g
+ zB = HA − HAB = 15 − 2, 5 = 12, 5 m.

* Charge en C :

pC qC2
HC = ρg
+ 2g
+ zC = HB + Hp = 12, 5 + 54 = 66, 5 m.

* Charge en D :

2
qD
pD
HD = ρg
+ 2g
+ zD = zD = HC − HCD = 66, 5 − 6, 5 = 60 m.

Traçons maintenant la ligne piézométrique de l'installation.

Pour un é oulement permanent dans un tuyau de diamètre onstant, la ligne de

harge est une droite. La ligne piézométrique est parallèle à la ligne de harge et située
q2
à au dessous (Fig.6.8). Pour la tra er, il faut don al uler les valeurs suivantes :
2g

- 183 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

Qv 4 Qv
Vitesse dans les onduites : q = S
= π D2
= 2, 263 m/s

cote 66.5 m
D
cote 60 m

ligne de charge

m
c
ligne piézométrique

30
Φ
A
cote 15 m

cote 12.5 m

Φ 3
0cm
1111C
0000
0000
1111
0000
1111
0000
1111 cote 3 m
0000
1111
0000
1111
B1111
0000
0000
1111

Figure 6.8: Ligne de harge et ligne piézométrique de l'installation.

Point A :

2
qA
HA − 2g
= HA = 15 m.

Point B :

2
qB (2,263)2
HB − 2g
= 12, 5 − 2 . 10
= 12, 244 m.

Point C :

qC2 (2,263)2
HC − 2g
= 66, 5 − 2 . 10
= 66, 244 m

Point D :

2
qD
HD − 2g
= HD = 60 m.

2-
Soit à al uler la perte de harge singulière due à un élargissement brusque

(Fig.6.9).

On donne : D1 = 15 cm; D2 = 30 cm; qv = 30 l/s; g = 9, 8 m/s2.

- 184 -
Ÿ6.8. Pente hydraulique.

D1 D2

Figure 6.9: Perte de harge dans un élargissement brusque.

(q1 −q2 )2
* Utilisons le tableau (Tab.B.1, Annexe B.1) : Hs = 2g


Qv 4 Qv 4 . 0,03
q1 = S1
= π D12
= π (0,15)2
= 1, 6976 m/s 


⇒ Hs = 0, 0826 m


q2 = Qv
S2
= 4 Qv
π D22
= 4 . 0,03
π (0,3)2
= 0, 4244 m/s 

* Ou en ore en utilisant la formule :

 2  2
S1 D12 q12
ζ = 1− S2
= 1− D22
= 0, 5625 ⇒ Hs = ζ 2g
= 0, 0826 m.

* Ou en ore en utilisant le tableau (Tab.B.3) (Annexe B.3) on a :

pour D1 /D2 = 0, 4 on a ζ = 0, 7
pour D1 /D2 = 0, 6 on a ζ = 0, 4

puisque nous avons D1 /D2 = 0, 5 alors en faisant une interpolation linéaire nous

aurons : ζ = 0, 55 ; e qui nous donne une perte de harge singulière de 0, 0808 m.

6.8 Pente hydraulique


Par dénition, la pente hydraulique notée j (relation 6.24), représente la perte de

harge par unité de longueur de la onduite (Fig.6.10).

- 185 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

J = Hf

X1

X2

Figure 6.10: Dénition de la pente hydraulique.

X1 − X2 J Hf
j = tan α = = = (6.44)
L L L
Don , onnaissant α, on peut déterminer J. Dans la pratique, on utilise générale-

ment la formule généralisée de Leybson :

Q2−m
v νm
j = β (6.45)
D 5−m

où les oe ient m et β sont donnés dans le tableau (Tab.6.1).

Cette formule est ommode ar elle donne une dépendan e dire te entre les pertes

de harge et le débit.

Régime m β
Laminaire 1 4, 155
Turbulent lisse 0, 25 0, 0247 
Turbulent mixte 0, 123 0, 08 + 0, 127 log Dε − 0, 627
Turbulent rugueux 0 0, 0826 λ

Table 6.1: Coe ients m et β pour la formule de Leybson.

La nature du régime peut être déterminée ave pré ision en utilisant les relations

suivantes :

- 186 -
Ÿ6.8. Pente hydraulique.

Laminaire ≤ ℜe = 2300 ≤ T urbulent lisse

 8
ε −7
T urbulent lisse ≤ ℜe = 59, 5 D
≤ T urbulent mixte

66,5−756 log ( D
ε
)
T urbulent mixte ≤ ℜe = ≤ T urbulent rugueux
( Dε )

- 187 -
Ch6 : ÉCOULEMENTS DANS LES CONDUITES.

- 188 -
Chapitre 7
Cal ul des onduites

7.1 Introdu tion


La tuyauterie était déjà onnue omme un moyen pratique de transport des liquides

depuis l'antiquité. Les Chinois savaient ajuster les unes aux autres en guise de tubes

les tiges reuses du bambou. Les Egyptiens et les Aztèques fabriquaient des tubes en

poterie et les ivilisations gre que et romaine utilisaient des tuyaux de plomb. Aux

Etats-Unis même, les toutes premières analisations d'eau potable n'étaient autres que

des bû hes per ées et mises bout à bout.

Les besoins en énergie du monde moderne se sont onsidérablement développés,

le pétrole et le gaz naturel ayant largement ontribués à leur ouverture depuis les

dernières dé ennies. La mise en pla e de es produits énergétiques a né essité l'emploi

de moyens de transport massifs, au premier rang desquels gure la onduite. En eet,

malgré son invistessement initial très lourd, le transport par onduite reste le moyen

le plus e a e et on assiste depuis les dernières dé ennies à un développement très

marqué de e mode de transport qui présente les quelques avantages suivant, omparé

aux autres moyens lassiques (bateaux, wagons, amions, ...et .) :

 Le tra é est sensiblement re tiligne et, de e fait, la distan e par ourue est plus

faible, ar la onduite fran hit plus aisément les a idents de la géographie et

du relief : euves, montagnes, maré ages, ...et .

 La faible emprise au sol de la onduite et son peu de nuisan e lui donne un atout

de poids dans les onsidérations à l'ordre du jour tou hant la prote tion de la

nature, l'environnement et la sé urité.

 L'énergie à dépenser est relativement faible puisqu'il n'y a pas de dépla ement

du ontenant et pas de retour à vide.

 Son exploitation est sans aléas et indépendante des ontingen e atmosphériques

et de e fait spé ialement adaptée à la mar he en ontinu.

189
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

7.2 Conduites simples et onduites multiples


7.2.1 Conduites simples
Convenons d'appeler onduite simple une onduite dont le diamètre est onstant et

ne omportant au une bifur ation. Un liquide se dépla e dans une onduite grâ e à la

diéren e d'énergie potentielle entre son début (plus grande) et son bout (plus faible).

Cette diéren e de niveaux de l'énergie peut être réée grâ e à la diéren e des niveaux

du liquide soit au travail fourni par une pompe.

Considérons une onduite simple disposée d'une façon quel onque dans l'esap e

(Fig.7.1) de longueur totale l et de diamètre D et qui omprend toute une série de

résistan es hydrauliques lo ales (obsta les ou a essoires). Puisque le diamètre D est

onstant alors la vitesse q est elle aussi onstante le long de la onduite et l'équation

de Bernoulli généralisée entre les se tions d'entrée (1) et de sortie (2) s'é rira :

ζ3

q
l, D Z2
ζ2

ζ1
1
0
0
1
0
1
1

Z1

1111111111111111111111111111111111111
0000000000000000000000000000000000000
Figure 7.1: Conduite simple.

2
X
P1 P2 q2
+ z1 = + z2 + J12 + ς (7.1)
ρg ρg 1
2g
L'expression (7.1) peut s'é rire :

2
X
Hex = −∆ z + h (7.2)
1

- 190 -
Ÿ7.2. Conduites simples et onduites multiples.

où :

∆ z = z1 − z2 : est la diéren e de niveau entre les points (1) et (2).


P1 −P2
Hex = ρg
: qui est appelée hauteur exigée et dans le as où ette grandeur est

donnée, nous l'appellerons hauteur disponible Hdisp .


X2 X2
2
h = J12 + ς 2q g :perte de harge totale entre (1) et (2).
1 1

D'après le relation (7.2), la hauteur exigée se ompose de la hauteur géométrique

jusqu'où s'élève le liquide au ours de son mouvement dans la onduite et de la somme

de toutes les pertes de harge qui naissent dans ette onduite. Cette dernière somme

est fon tion du débit et on peut alors é rire :

Hex = −∆ z + β Qm
v (7.3)

où β et m prennent des valeurs diérentes suivant le régime d'é oulement.

7.2.1.1 Cas du régime laminaire


Dans le as où le régime d'é oulement est laminaire, nous aurons :

2
X 2
X 2
X
q2 l q2 q2
h = J12 + ς 2g
= λ D 2g
+ ς 2g
1 1 1

Pour les résistan es lo ales et les nombres de Reynolds qui obéissent à une loi plutt

linéaire, on exprime souvent les pertes de harge lo ales à partir de la longueur équi-

valente le de la onduite, 'est-à-dire qu'on ajoute à la longueur réelle de la onduite

une longueur qui orrespond aux résistan es lo ales onsidérées. On aura don :

2
X
l q2 le q 2 64 (l+le ) 1 16 Q2v
h = λ D 2g
+ λ D 2g
= Re D 2g π2 D4
1

et en simpliant :

2
X 128 ν (l + le )
h = Qv (7.4)
1
π g D4

don pour le régime laminaire : m = 1.

7.2.1.2 Cas du régime turbulent


Dans le as où le régime d'é oulement est turbulent, nous aurons :

- 191 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

2 2 2 2
!
X X X X
q2 l q2 q2 l 1 16 Q2v
h = J12 + ς 2g
= λ D 2g
+ ς 2g
= λ D
+ ς 2g π 2 D 4
1 1 1 1

et en simpliant :

2 2
!
X l X 8 Q2v
h = λ + ς (7.5)
1
D 1
π2 g D4

don pour le régime turbulent : m = 2.


La formule (7.3), omplétée par les relations (7.4) ou (7.5), selon le régime d'é ou-

lement, est la formule prin ipale employée pour le al ul des onduites simples. Elle

exprime la ara téristique de la onduite.

7.2.1.3 Cara téristique d'une onduite


On appelle ara téristique d'une onduite la hauteur exigée portée en fon tion du

débit. Dans le as où le régime d'é oulement est laminaire, la ara téristique de la

onduite est représentée par une droite et dans le as où le régime d'é oulement est

turbulent, par une parabole du se ond degré (si λ est onstant) ou presque ( ompte

tenu de la variation de λ en fon tion de ℜe ) . La grandeur ∆z est négative au as où

le liquide passe d'une hauteur plus basse à une hauteur plus élevée au ours de son

mouvement. Elle est positive dans le as ontraire (Fig.7.2).

Le point d'interse tion A détermine le débit au as où le liquide se dépla e de lui

même, 'est-à-dire seulement sous l'a tion de la diéren e de niveaux ∆z . Dans e as,

la hauteur exigée est nulle. Cette onduite est appelée onduite à ourant non for é.

7.2.1.4 Problèmes posés pour le al ul d'une onduite simple


Les diérents as que nous pouvons ren ontrer dans les problèmes de al ul d'une

onduite simple se résument aux as suivants :


er
 1 as : sont données le débit, les propriétés physiques du liquide ainsi que les

dimensions, matière et rugosité de la onduite. On détermine alors la hauteur

exigée.
èème
 2 as : sont donnés la hauteur disponible, les propriétés physiques du liquide

ainsi que les dimensions, matière et rugosité de la onduite. On détermine alors

le débit.
ème
 3 as : sont donnés le débit, la hauteur disponible, les propriétés physiques

du liquide ainsi que toutes les propriétés de la onduite à part le diamètre. On

détermine alors le diamètre de ette onduite.

- 192 -
Ÿ7.2. Conduites simples et onduites multiples.

Hrequis Hrequis

∆z ∆z

O A Qv O A Qv

Cas laminaire Cas turbulent

Figure 7.2: Cara téristique d'une onduite.

7.2.2 Conduites mixtes et onduites multiples


7.2.2.1 Conduite mixte
Considérons un tuyau mixte formé par exemple par 3 tronçons de longueurs et de

diamètres diérents, omprenant des résistan es lo ales diérentes et reliés en série

(Fig.7.3).

1
0
l3 , D3 0
1
0
1

1
5
C

l2 , D2
ζ4

B
ζ3 ZD
l1 , D1

A ζ2

ζ1

ZA

11111111111111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000000000000
00000000000000000000000000000000000000
11111111111111111111111111111111111111
Figure 7.3: Conduite mixte.

Pour tra er la ara téristique globale de la onduite, on additionne, pour un même

- 193 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

débit Qv0 , les pertes de harge de haque tronçon. C'est-à-dire, on additionne les or-

données des trois ara téristiques pour une même valeur des abs isses (Fig.7.4).

A−D

3 2 1

H1

H2

H1 H2
Qv
O Qv0

Figure 7.4: Cara téristique d'une onduite mixte.

La onservation du débit entre les point A et D nous montre que le débit qui ir ule
dans haque tronçon de ette onduite est le même. Par ontre, la perte de harge totale

entre es deux points est égale à la somme de toutes les pertes de harge qui naissent

dans haque tronçon. Nous obtenons alors les équations prin ipales suivantes :

Qv1 = Qv2 = Qv3

D B C D (7.6)
X X X X
h= h+ h+ h
A A B C

Déterminons l'expression générale de ette perte de harge :

D
X n
X m
X l
X
q2 q2 q32
h = JAD + ςi 2 1g + ςj 2 2g + ςk 2g
A i=1 j=1 k=1

Pour la perte de harge linéaire totale :

2 2 2
l1 q1 l2 q2 l3 q3
JAD = JAB + JBC + JCD = λ1 D1 2 g
+ λ2 D2 2 g
+ λ3 D3 2 g

3 
X 
8 Q2v
⇒ JAD = λi Dli5 π2 g
i
i=1

- 194 -
Ÿ7.2. Conduites simples et onduites multiples.

et les pertes de harge singulières totales :

n m l
!
X X ςj
X 8 Q2v
ςi ςk
hs = D14
+ D24
+ D34 π2 g
i=1 j=1 k=1

et nalement :

D
( 3 n m l
)
X X li X ςi X ςj X ςk 8 Q2v
h= λi 5 + + + (7.7)
A i=1
Di i=1
D14 j=1 D24 k=1 D34 π2 g
n, m et l étant respe tivement les nombres de singularités présentes au niveau des

trois tronçons AB , BC et CD .

- Remarque :
Dans le as le plus général, les vitesses au début (A) et à la n (D ) de la onduite

sont diérentes. L'expression de la hauteur exigée pour toute la onduite mixte doit

omprendre la diéren e des hauteurs dynamiques à la n et au début de la onduite.

L'expression (7.3) deviendra alors :

D
1  X
Hex = zD − zA + qD2 − qA2 + h = −∆ z + α Q2v + β Qm
v (7.8)
2g A
ave :
 
8 1 1
α= π2 g DD4 − DA4

7.2.2.2 Conduite multiple


Considérons un tuyau multiple formé par exemple par 3 tronçons de longueurs et de

diamètres diérents, omprenant des résistan es lo ales diérentes et reliés en parallèle

(Fig.7.5).

Qv1
ζ1
l1 , D1

1
0
0
1
Qv A 0
1 D Qv
ζ2 Qv2 ζ3
l2 , D2

1
0
0
1
0
1
0
1
ζ4 Qv3 ζ5
l3 , D3

Figure 7.5: Conduite multiple.

- 195 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

La onservation du débit entre les point A et D nous montre que le débit qui ir ule
dans la bran he prin ipale est égal à la somme des débits dans haque tronçon de ette

onduite. Par ontre, la perte de harge totale entre es deux points est la même dans

haque tronçon. En eet, en supposant que toutes es bran hes se trouvent dans un

plan horizontal, nous avons :

- Conservation du débit :

Qv = Qv1 + Qv2 + Qv3 (7.9)

- Equation de Bernoulli généralisée pour la bran he N°1 :

2 2 X
pA 1 qA pD 1 qD
ρg
+ 2 g
+ zA = ρg
+ 2 g
+ zD + h1

X
pA −pD
⇒ h1 = ρg

et de même pour les deux autres bran hes :

X X
pA −pD pA −pD
h2 = ρg
et h3 = ρg

d'où nalement :
D
X X X X pA − pD
h= h1 = h2 = h3 = (7.10)
A
ρg

Ces pertes de harge peuvent être exprimées en fon tion des débits orrespondants

sous la forme générale :


X
h1 = β1 Qm
v1

X
h2 = β2 Qm
v2 (7.11)

X
h3 = β3 Qm
v3

Les paramètres β et m se déterminent selon le régime d'é oulement, à l'aide des

formules (7.4) ou (7.5).

Pour tra er la ara téristique globale de la onduite, on additionne, pour une même

perte de harge H0 , les débits de haque tronçon. C'est-à-dire, on additionne les abs-

isses des trois ara téristiques pour une même valeur des ordonnées (Fig.7.6).

Les expressions que nous avons établi et qui se rapportent à des onduites multiples

sont aussi appli ables au as où les tuyaux 1, 2 et 3 ne se ren ontrent pas en un même

- 196 -
Ÿ7.2. Conduites simples et onduites multiples.

point D et amènent le liquide à des points diérents à ondition que la pression et

la ote de leurs se tions nales soient les mêmes. Au as où ette ondition n'est pas

respe tée, les tuyaux ne seront plus parallèles et doivent être onsidérés ommes des

onduites ramiées (voir Ÿ7.2.3).

1 2 3 A−D

Qv1
Qv1 Qv2
H0
Qv2

Qv
O

Figure 7.6: Cara téristique d'une onduite multiple.

7.2.2.3 Longueur équivalente

En pratique, les analisations de diamètre graduellement variable ne sont utilisées

que sur de très petites longueurs pour onstituer des nes ou rédu tions employés

pour ra order deux tuyaux de diamètres diérents. La analisation proprement dite

est onstituée en réalité de plusieurs tronçons su essifs ayant ha un un diamètre

onstant. Dans un problème de distribution d'eau, il peut être ommode de rempla er

virtuellement une onduite mixte par une onduite de diamètre onstant transportant le

même débit ave la même perte de harge. Il serait alors très intéressant de déterminer

la longueur équivalente de ette onduite. La règle appro hée de Dupuit est souvent

utilisée mais une formulation plus exa te pourra être aisément établie. Cette règle

s'é rit :

 5  5  5
D D D
le = l1 + l2 + ..... + ln (7.12)
D1 D2 Dn

- 197 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

- Exemple :

1- De l'huile ir ule du réservoir fermé A de ote 24 m par 150 m de tuyau


neuf de fonte asphaltée de 15 cm de diamètre (ε = 0, 012 cm) au point B de

ote 30 m (Fig.7.7 ). Quelle devra être la pression en A en kg/cm2 pour que le

débit de l'huile soit de 13 l/s ?


L'huile a une densité de 0, 84 et une vis osité inématique de 2, 1.10−6 m2 /s.
La sortie brûsque du réservoir a pour oe ient de perte de harge lo ale

ςs = 0, 5 .

2- Si on veut hanger e tuyau par une onduite mixte onstituée de deux

tronçons montés en série de dimensions respe tifs (100 m, 15 cm) et (50 m,


30 cm). Cal uler le débit assuré par ette nouvelle onduite.

hB
A

hA
l, D

1
0
0
1

1
s Système initial

ζe hB
A
l2 , D2
hA

l1 , D1
1
0
0
1

1
s Système modifié

Figure 7.7: Exemple : Longueur équivalente.

Solution :
1- L'appli ation de l'équation de Bernoulli généralisée entre les points A et B nous

donne :

- 198 -
Ÿ7.2. Conduites simples et onduites multiples.

B
X
2 2
pA 1 qA pB 1 qB q2
ρg
+ 2 g
+ zA = ρg
+ 2 g
+ zB + JAB + ζs 2g
A

En simpliant ette équation (qA =0 et pB = 0 ) et en remplaçant les expressions des

pertes de harges on aura :

8 ρ Q2v 8 ρ λ l Q2v 8 ρ ςs Q2v


PA = π2 D4
+ ρ g (zB − zA ) + π2 D5
+ π2 D4

Pour trouver la pression, il faut don al uler le oe ient de pertes de harge

linéaire λ. Pour ela, il faut d'abord déterminer le régime d'é oulement :

* Déterminons d'abors la vitesse de l'é oulement :

4 Qv
q = π D2
= 0, 735 m/s.

Le nombre de reynolds est :

Dq
ℜe = ν
= 52546.4

et par suite, le régime d'é oulement est turbulent rugueux.

* Cal ulons maintenant le oe ient λ par la relation de Colebrook-White :

h i
√1 2,51 ε 4
λ
= − 2 log √
ℜe λ
+ 3,71 D
⇒ λ= h
2,51 ε
i
log2 √ + 3,71 D
ℜe λ

Cette équation non linéaire sera résolue par la méthode de Newton en ommençant

par la valeur initiale λ = 0, 02. Nous aurons alors au bout de 5 itérations :

itération 1 : λ = 0, 023567
itération 2 : λ = 0, 023260
itération 3 : λ = 0, 023284
itération 4 : λ = 0, 023282
itération 5 : λ = 0, 023282

La perte de harge linéaire asso iée est :

l q2
J = hf = λ D 2g
= 0, 63 m.

La perte de harge singulière est :

q2
hs = ςs 2g
= 0, 0135 m.

Finalement la pression au point A est de 56033 N/m2 ou 0, 56 kg/cm2 .

- 199 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

2- Dans le but de simplier, utilisons la formule de Blen h pour le al ul des

oe ients λ1 et λ2 :

q q
ε ε
λ1 = 0, 79 D1
= 0, 022344 et λ2 = 0, 79 D2
= 0, 015800.

Pour que les deux systèmes soient équivalents, il faut maintenir la même perte de

harge pour les deux, 'est-à-dire :

P
h = J + hs = 0, 6435 m (∗).

Pour le système équivalent, nous avons :

B
X 2 2 q12 q12
l1 q1 l2 q2
h = λ1 D1 2 g
+ λ2 D2 2 g
+ ςs 2g
+ ςe 2g
(∗∗)
A

où ςe est le oe ient de perte de harge singulière de l'élargissement brusque. Il peut

être al ulé par la relation suivante :

  2 2
D1
ςe = 1 − D 2
= 0, 5625.
En introduisant l'équation de ontinuité : q1 D12 = q2 D22 , en remplaçant toutes les

valeurs numériques dans l'équation (∗∗) et en égalisant ave l'équation (∗), on obtient

l'équation suivante :

0, 80617331 q12 = 0, 6435

d'où la vitesse du uide dans le premier tronçon : q1 = 0, 8934 m/s.

Finalement, le débit véhi ulé par le nouveau système équivalent sera :

π D12
Qv = q1 4
= 0.015788 m3 /s, soit environ 15, 8 l/s.

Essayons maintenant d'établir une formule plus exa te que elle de Dupuit à partir

de et exemple :

En appliquant dire tement la relation de Dupuit, on aura la longueur équivalente du

nouveau système :

 5  5  5 
D D 0,15 0.15 5
le = D1
l1 + D2
l2 = 0,15
100 + 0.3
50 = 101, 56 m

Nous avons d'une part, pour la onduite mixte :

- 200 -
Ÿ7.2. Conduites simples et onduites multiples.

2
X 2
X 2 2 q12
q2 l1 q1 l2 q2
h = J12 + ς 2g
= λ1 D1 2 g
+ λ2 D2 2 g
+ ςe 2g
1 1
2
X  
8 Q2v ςe 8 Q2v
h = λ1 Dl15 + λ2 Dl25 π2 g
+ D14 π 2 g
1 2
1

et d'autre part, pour la onduite simple :

2
X
le q 2 le
 8 Q2v
h = λ D 2g
= λ D5 π2 g
1

et en ombinant les deux parties, nous aurons :

le l1 l2 ς
λ D5
= λ1 D15
+ λ2 D25
+ D14

et en n la longueur équivalente :

 5  5  4
D λ1 D λ2 D ςe
le = D1 λ
l1 + D2 λ
l2 + D1 λ
D

En appliquant ette dernière formule, nous aurons une longueur équivalent

le = 100, 65 m.

7.2.3 Conduites ramiées


Convenons d'appeler onduite ramiée un ensemble de plusieurs onduites simples

omportant une bifur ation. Soit une onduite prin ipale qui se ramie au point A, par
exemple, en trois tuyaux de dimensions diérentes et omportant diérentes résistan es

hydrauliques lo ales (Fig.7.8).

Les otes et les pressions des se tions nales B, C et D pouvant être diérentes,

déterminons la relation qui existe entre la pression PA et les débits dans les bran hes

AB , AC et AD . La onservation du débit volumique nous donne tout de suite, omme

pour une onduite multiple :

Qv = Qv1 + Qv2 + Qv3 (7.13)

L'équation de Bernoulli généralisée pour la bran he N°1 nous donne :

2 2 X
pA 1 qA pB 1 qB
ρg
+ 2 g
+ zA = ρg
+ 2 g
+ zB + h1

- 201 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

B
Qv1
ζ1
l1 , D1

C
A 11
00
00
11
00
11 ζ3
00
11 Qv2
Qv ζ2 l2 , D2
ZB

ZC
ZA
1
0 D
0
1
0
1
ζ4 Qv3 ζ5 ZD
l3 , D3

11111111111111111111111111111
00000000000000000000000000000
Figure 7.8: Conduite ramiée.

En faisant abstra tion de la diéren e des hauteurs dynamiques :

X
pA pB
⇒ ρg
= ρg
+ (zB − zA ) + h1

En regroupant les deux premiers termes du membre droit et en exprimant les pertes

de harge en fon tion du débit, omme nous l'avons fait i-dessus (relations 7.11), nous

aurons pour les trois bran hes :

pA
ρg
= z1 + β1 Qm
v1

pA
ρg
= z2 + β2 Qm
v2 (7.14)

pA
ρg
= z3 + β3 Qm
v3

ave :

pB pC pD
z1 = ρg
+ (zB − zA ) ; z2 = ρg
+ (zC − zA ) ; z3 = ρg
+ (zD − zA )

Nous obtenons ainsi un système de quatre équations à quatre in onnues : Qv1 , Qv2 ,
Qv3 et PA . Ce système pourra éventuellement être résolu par voie graphique de la

manière suivante : On tra e, en premier lieu, la ara téristique de ha un des tuyaux


PA
omme la variation de
ρg
en fon tion de Qv , en se servant des équations que nous

venons d'obtenir ; ensuite on additionne es ara téristiques de la même façon que pour

les tuyaux reliés en parallèle, 'est-à-dire que nous devons additionner les abs isses (Qv )
PA
pour une même valeur des ordonnées (H = ) (Fig.7.9).
ρg

- 202 -
Ÿ7.2. Conduites simples et onduites multiples.

H
1 2 3 3+2+1
3+2

PB
Z1 = ZB − ZA + ρg
PSfrag repla ements PC
Z2 = ZC − ZA + ρg
Z1
PD
Z2 Z3 = ZD − ZA + ρg
Z3
Qv
O

Figure 7.9: Cara téristique d'une onduite ramiée.

La ourbe en as ade que nous obtenons de ette manière est la ara téristique de

la onduite ramiée qui permet de déterminer la valeur des débits d'après la pression

PA et vi e versa.

- Remarque :
Dans le as où l'é oulement du uide s'ee tue dans le sens inverse, 'est-à-dire des

points B, C et D vers le point A, les pertes de harge dans les équations pré édentes

hangent de signe et doivent être portées vers le bas au ours du tra é des ourbes.

7.2.4 Conduites omplexes


Nous appellerons onduite omplexe une onduite qui omprend une ou plusieurs

rami ations.

Le al ul des onduites omplexes aussi bien à é oulement libre qu'à alimentation

par pompe s'ee tue en général par voie grapho-analytique, 'est-à-dire à l'aide des

ara téristiques.

Le al ul et le tra é de la ara téristique d'une onduite omplexe s'ee tue de la

manière suivante. La onduite omplexe doit être divisée en onduites simples dont

ha une doit être al ulée séparément puis on tra e leurs ara téristiques ainsi qu'il a

été dé rit i-dessus. Ensuite, on additionne les ara téristiques des éléments parallèles

ou bien des éléments onstituant une rami ation, suivant les lois établies au Ÿ 7.2.2.

De ette façon, on obtient les ara téristiques des onduites multiples aussi bien que

ramiées. Ensuite, on additionne les ara téristiques que l'on vient d'obtenir ave les

ara téristiques des onduites mixtes, selon les formules (7.6).

- 203 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

En se basant sur e prin ipe, on peut tra er la ara téristique de n'importe quelle

onduite omplexe, aussi bien dans le as où l'é oulement est laminaire que elui où il

est turbulent.

7.3 Problèmes é onomiques relatifs aux onduites


Dans le as d'un ir uit industriel omportant une pompe ou une turbine, le dia-

mètre de la onduite n'est pas imposé par les lois de l'é oulement. Il sera le plus souvent

déterminé par des onsidérations é onomiques.

Si on hoisit un petit diamètre, les frais d'investissement seront plus faibles, mais

les pertes de harge en exploitation plus élevées ( e qui orrespond à une dépense pour

une pompe et à un manque à gagner pour une turbine). Au ontraire, si on augmente le

diamètre, les frais d'investissement augmentent et les pertes d'énergie en exploitation

diminuent.

La solution idéale onsiste à hoisir un ompromis entre es deux hoix omme

l'indique la gure (Fig.7.10) i-dessous. C'est-à-dire que le diamètre optimal est elui

pour lequel la dépense annuelle totale de l'installation est minimale.

Prix
annuel

Dépense globale

Frais d’ammortissement
et d’entretien

Frais de l’énergie
perdue

D
diamètre
optimal

Figure 7.10: Diamètre optimal d'une onduite.

- Remarque :
Pour de petites installations ourantes, ette méthode approximative onduit le

plus souvent à des vitesses d'é oulement de l'ordre de 1 m/s pour l'eau et 10 m/s
pour le gaz. Elle n'est pas absolument valable dans tous les as, d'autres fa teurs

pouvant intervenir omme le risque de oups de béliers, l'impossibilité d'admettre de

- 204 -
Ÿ7.4. Cal ul de l'épaisseur d'une onduite.

trop grandes variations de harge en fon tion du débit, l'utilisation de onduites de

diamètre et d'épaisseur variables pour l'alimentation des turbines à haute pression,

...et .

7.4 Cal ul de l'épaisseur d'une onduite


Le fait de remplir un tube de uide (liquide ou gaz) et de porter e uide à une

etaine pression engendre des ontraintes dans la matière du tube (a ier ou autre).

Lorsque la pression s'a roît, le tube ommen e par se déformer puis rompt. Cette

rupture doit être évitée à tout prix ar les produits transportés sont généralement très

her ou très dangereux.

Pour éviter la rupture ou la déformation permanente, ave un ertain oe ient de

sé urité, la ontrainte τ engendrée par la pression dans le tube doit être limitée à la

valeur fournie par la réglementation :

τ < τmax

τmax est la ontrainte admissible maximale, elle est donnée par la réglementati-

ton et dépend du produit transporté par la onduite (gaz, pétrole, eau, produits hi-

miques,...et .).

τ est al ulée par la formule générale (7.15) qui supose, pour les dimensions ou-

rantes, que l'épaisseur de la paroi est susamment faible pour que l'on puisse admettre

l'hypothèse de ontraintes également réparties sur tout le long de la se tion d'un tube :

P .D
τ = (7.15)
2e

où :

τ : ontrainte tangentielle ;
P : pression de servi e dans la onduite ;

D : diamètre de la onduite ;
e : épaisseur de la onduite.

D'où l'on tire l'épaisseur minimale de la onduite qui doit résister à ette pression de

servi e :
PD
e > (7.16)
2 τmax
On hoisit, bien sûr, la valeur maximale normalisée.

- 205 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

7.5 Exer i es (ζ2 = 0, 6) ; robinet-vanne de 200 mm de dia-


mètre (ζ3 = 0, 1) ; tronçon de 100 m de lon-
R1 : De l'huile de vis osité dynamique gueur et 200 mm de diamètre ; entrée à arête
0, 0103 kg/m.s et de densité 0, 85 ir ule dans vive dans le réservoir B (ζ4 = 0, 5). Détermi-
3 km de onduite en fonte de 30 cm de dia- ner le débit véhi ulé.
mètre au rythme de 44 l/s. Les oe ients de pertes de harge linéaire
1- Quelle est la perte de harge dans le tuyau. des deux onduites sont respe tivement 0, 048
2- Que devient ette parte de harge si la et 0, 038.
onduite est à moitié pleine ?
On donne :
Rép : 0, 031 m3 /s.
- pour le régime laminaire : λ = R64e ;
- pour le régime turbulent : λ = R 0,25 .
0,316

R5 : De l'huile de vis osité inéma-


e

Rép :1) 5, 487 m; 2) 5, 220 m. tique 2.10−5 m2 /s et de masse volumique


950 kg/m3 ir ule dans 100 m de onduite
R2 : De l'eau ir ule dans un tuyau hori- (ε/D = 0, 0002) de 30 cm de diamètre ave
zontal de 15 cm de diamètre à la pression une perte de harge linéaire de 8 m.
de 42 N/cm2 . Quel est le débit volumétrique Trouver la vitesse moyenne ainsi que le débit
si la pression mesurée est de 14 N/cm2 en un véhi ulé par ette onduite.
endroit où le diamètre s'est rétré i de 7, 5 cm ? On supposera le régime turbulent et on utili-
sera la relation suivante :
Rép :

 
R3 : Quelle est la puissan e né essaire pour 1
√ = −2 log
2.51
√ +
ε
.
transporter dans une onduite horizontale de λ Re λ 3.71 D
0, 1 m de diamètre et 10 km de long, 50 m3 /h
Rép : 4, 89 m/s; 0, 345 m3 /s.
d'une huile de masse volumique 950 kg/m3 et
de vis osité dynamique µ = 0, 2 kg/m.s.
Quel est l'in onvénient d'utiliser une seule R6 : On onsidère le système de onduites
pompe pour véhi uler e débit ? Justiez. s hématisé i-dessous.
On donne :
Rép : 157, 4 kW. PA = 0, 550 N/mm2 ; ZA = 30, 5 m ; ZB =
24, 3 m ; Qv = 340 l/s ; g = 9, 81 m/s2 ;
R4 : Un réservoir A dont le niveau demeure ρ = 103 kg/m3 ; L1 = 914 m ; L2 = 608 m ;
onstant à la ote 600 m m alimente un réser- L3 = 1216 m ; D1 = 300 mm ; D2 = 200 mm ;
voir B dont le niveau demeure aussi onstant D3 = 400 mm ; λ1 = 0, 005 ; λ2 = 0, 0045 ;
à la ote 520 m. La onduite d'alimentation, λ3 = 0, 0043.
en fonte usagée, est onstituée par : passage
On négligeant les pertes de harge lo ales al-
du réservoir A à la onduite par une entrée
uler :
à arête vive (ζ1 = 1, 0) ; tronçon de 200 m
de longueur et 100 mm de diamètre ; tronçon 1- Le débit qui ir ule dans haque tronçon.
de 300 m de longueur et 200 mm de diamètre 2- La pression au point B .

- 206 -
Ÿ7.5. Exer i es .
00P
11
11
00
(1) Q1 00
11
00
11

Q (2) Q2 Q
D1

A B
W
h1

(3) Q3 D2

Figure 7.11: R6. 111111111


000000000
000000000
111111111
000000000
111111111
000000000
111111111
C R
000000000
111111111
000000000
111111111
h2

1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111
0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Figure 7.12: R7.


Rép : 1) 0, 1 m3 /s; 0, 047 m3 /s; 0, 192 m3 /s;
2) 6, 108.105 N/m2 .

R7 : Soit le s héma de l'installation hydrau- Rép : 1) 0, 984 m3 /s; 2) 15, 62 m.


lique i-dessous :
On donne : : Déterminer la pression P1 exigée à la
R8

- perte de harge totale au niveau de la tur- sortie de la pompe de gavage d'un avion à
bine : HCR = 60 m ; débit de kérosène 1200 kg/h, la longueur de
la onduite en Duralumin allant du réservoir
- perte de harge totale dans la onduite 1 :
q2 d'alimentation jusqu'à la pompe prin ipale est
H1 = 3 2 1g ;
de 5 m, son diamètre est 15 mm, la pression
- perte de harge totale dans la onduite 2 : P exigée à l'entrée de la pompe prin ipale est
2
q2
H2 = 2 2 2g ; de 0, 3 bar, la vis osité inématique du kéro-
- hauteur géométriques : h1 = 75 m ; sène est 0, 045 cm2 /s et sa masse volumique
h2 = 45 m ; h = 30 m ; 820 kg/m3 .

- diamètres des onduites : D1 = 30 cm ; On donne :


D2 = 60 cm ;
- pour le régime laminaire : λ = R64e ;
- pression au niveau de la pompe au point P :
- pour le régime turbulent : λ = R 0,25 .
0,316
PP = 5 bar ; e

N.B : Ne pas tenir ompte de la hauteur du

liquide dans le réservoir.


Légende :
- A élération de la peasanteur :
g = 9, 81 m/s2 .
1- Réservoir d'alimentation.
2- Pompe de gavage.
3- Coudes (ζ c = 1.2).
4- Capteur du débitmètre (ζ cd = 7).
1- Cal uler le débit volumique qui ir ule dans
5- Robinet de fermeture (ζ r = 1.5).
les onduites.
6- Filtre (ζ f = 2).
2- Cal uler la hauteur de pression en R. 7- Pompe prin ipale à arburant.
3- Tra er la ligne de harge de l'installation. 8- Réa teur ou hambre de ombustion.

- 207 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

Rugosité relative de la onduite 0, 0002.

Dans le as où le régime d'é oulement est


1
3
7
8
1
0
0
1
0
1
0
1
0
1 turbulent, utiliser la relation de Colebrook-
0
1
0
1
White.
2

Cd 6

Rép : 15, 68 m.
4

Figure 7.13: R8.


: De l'eau de vis osité dynamique
R11

Rép : 1, 85 bar. 0, 001 kg/m.s ir ule dans 1 m de onduite de


30 cm de diamètre au rythme de 0, 5 m3 /s.
R9 : On onsidère un grand réservoir de dia- La rugosité relative de ette onduite est de
mètre D ontenant du liquide (ρ) à la hauteur 3.10 . Cal uler la perte de pression dans le
−4

h. Le réservoir se vide à travers une onduite tuyau.


(L, d) horizontale atta hée à sa base. La pres- On donne :
sion au dessus de la surfa e du liquide est Pt .
La vitesse à la sortie du tube est qe .à la pres- - pour le régime laminaire : λ = Re ;
64

sion atmosphérique Pa . Trouver l'équation qui


- pour le régime turbulent :
régie l'é oulement du uide pour n'importe  
quelle hauteur et à n'importe quel instant. √1 = −2 log
λ
2.51
√ +
Re λ
ε
3.71 D .
On donne les oe ients de pertes de harge
Rép :
linéaire λ et singulières ζ1 et ζ2 respe tivement
de la sortie du réservoir et de la sortie de la
onduite ainsi que la vitesse moyenne qm dans R12 : Cal uler la puissan e de la pompe
la onduite. pour transporter l'eau de A à D.
On suppose que les vitesses sont uniformes
On donne :
au niveau de la surfa e du liquide ainsi qu'à
l'entrée et à la sortie de la onduite. - Qv = 10 l/s ; ε = 0, 1 mm ; zA = 5 m ;
zD = 47 m ;
2 2
Rép : Pa −Pt
ρg + 2qeg (1 + ζ2 ) + λ L qm
d 2g +
ζ1 
D 4 dh 2
 - La = 15 m ; Da = 125 mm ; Lr = 925 m ;
2g d dt =h
Dr = 80 mm ;

R10 : Une onduite horizontale de diamètre - Cr : Crépîne (ςcr = 3) ;


intérieur 100 mm et de longueur 200 m est at-
ta hée au fond d'un grand réservoir d'eau. Le - Cl : Clapet (ςcl = 1.2) ;
oe ient de perte de harge de la sortie du - Cd : Coude (ςcd = 0.134) ; Er : Entrée de
réservoir est de 0, 5. Déterminer la hauteur réservoir (ςEr = 1) ;
d'eau qui doit être maintenue dans le réser-
voir pour produire un débit de 0, 03 m3 /s. - Dans le as où le régime d'é oulement est
On donne : turbulent, utiliser la relation de Colebrook-
Vis osité inématique de l'eau : 10−6 m2 /s. White.

- 208 -
Ÿ7.5. Exer i es .

- Déterminer H si le débit véhi ulé est de


D
Er

60 l/s.
La rugosité relative de la onduite est 0, 0017.
Dans le as du régime turbulent, utiliser la
Pompe
Cd
1111
0000
0000
1111
0000C
1111
B
Conduite de refoulement (L r , D r )

0000
1111
0000000000000
1111111111111 relation de Colebrook-White.
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
A
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
Conduite d’aspiration (L , D
a a )
Cl 0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111 1
00
11
11
00
00
11
Cr 0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111 Eau
0000000000000
1111111111111

Figure 7.14: R12. H


ζS

Rép : 9, 31 kW. ζ SR
l2
ζc

l1 l3

R13 : La pompe montré sur la gure Figure 7.16: R14.


apporte à l'eau une puissan e de 25 kW et
provoque un débit volumique de 0, 04 m3 /s.
Rép : 46, 45 l/s; 16, 614 m.
Déterminer le débit qui sera véhi ulé si on
enlève la pompe du système. On suppose que
R15 : On pompe de l'huile de densité 0, 86
dans les deux as (ave ou sans pompe) le
par un tuyau horizontal de diamètre 5 cm
oe ient de perte de harge linéaire est
et de longueur 300 m. Le débit véhi ulé est
λ = 0, 016 et que les petes de harge
de 1, 2 l/s et la perte de harge entre les ex-
singulières sont négligeables dans tout le trémités du tuyau vaut 206 kP a. En faisant
système. l'hypothèse d'un régime d'é oulement lami-
naire que l'on justiera à postériori, al uler
1 les vis osités inématique et dynamique de
Tuyère : D 2 = 40 mm
D = 60 mm ; L = 30 m
λ = 0,016
l'huile.
h

Pompe Rép : 102.10−6 m2 /s; 0, 0877 kg/m.s.


11
00
2
00
11

Figure 7.15: R13. : Soit deux réservoirs A et B situés R16


respe tivement aux otes ZA et ZB . Ils sont
reliés par 3 onduites 1, 2 et 3 disposées en
parallèle et de diamètres respe tifs D, 2D et
3
Rép : 0, 0288 m /s. 3D . Ces onduites ont la même longueur L
et le même oe ient de perte de harge li-
R14 : Trouver le débit en l/s qui ir ule néaire. En négligeant les pertes de harge sin-
dans la onduite pour H = 10 m. gulières al uler les débits volumiques dans
On donne : l1 = 30 m ; l2 = 12 m ; l3 = 60 m ; les onduites 2 et 3 sa hant que elui dans la
D = 15 cm ; λ = 0, 023 ; ζSR = 0, 5 ; onduite 1 est Qv1 = 0, 05 m3 /s.
ζC = 0, 9 ; ζS = 10.

- 209 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

Rép : Qv2 = 0, 2828 m3 /s;


Qv3 = 0, 7794 m3 /s. Rép : D = 0, 748 m.

R17 : De l'eau ir ule par gravité entre deux R20 : L'eau est draînée d'un grand réser-
grand réservoirs à travers une onduite de lon- voir pressérusé (P1 = 50 KP a) à travers une
gueur L = 250 m et de rugosité relative 0, 003 onduite (L = 200 m, D = 0, 1 m, ε =
et de rugosité moyenne 0, 15 mm. Trouver la 0, 0008 m). Le travail ommuniqué à la tur-
diéren e de hauteur (Z1 −Z2 ) entre les réser- bine est de 1, 16 KJ/Kg. Cal uler le débit vé-
voirs an de maintenir un débit de 0, 007m3 /s. hi ulé par ette onduite.
On donne : On supposera que le régime d'é oulement
ν = 10−6 m2 /s ; g = 9, 81 m/s2 ; ζER = 0, 5 ; est turbulent, et on utilisera la relation de
ζSR = 1, 0. Colebrook-White.
Dans le as où le régime d'é oulement est
On donne :
turbulent, utiliser la relation de Colebrook-
h = 200 m ; ζv = 5, 0 ; ζc = 1, 0.
White.

Rép : 88, 107 m.

R18 : De l'eau ir ule par gravité entre deux 1

grand réservoirs à travers une onduite (L =


4500 m, D = 4 cm) de rugosité relative 0, 003. ζv
Trouver le débit en m3 /h qui ir ule dans ζc h

ette onduite si la diéren e de hauteur entre


les réservoirs est de 100 m et si les pertes de
harge sont négligeables.
T
ζc 2

On supposera que le régime d'é oulement Figure 7.17: R20.


est turbulent et on utilisera la relation de
Colebrook-White.

Rép : Qv = 3, 492 m3 /h. Rép : Qv = 0, 0375 m3 /s.

R19 : De l'eau ir ule par gravité entre deux


R21 : On onsidère le système de onduites
grand réservoirs à travers une onduite de lon-
s hématisé i-dessous ave :
gueur L = 1000 m et de rugosité moyenne
Qv = 147 l/s ; g = 9, 81 m/s2 ; L1 = 914 m ;
3 mm ave un débit de 1 m3 /s. Si la diéren e
D1 = 300 mm ; λ1 = 0, 005; L2 = 608 m ;
de hauteur entre les réservoirs est de 10m et si
D2 = 200 mm ; λ2 = 0, 0045.
les pertes de harge sont négligeables, al uler
le diamètre de ette onduite. En négligeant les pertes de harge lo ales al-
On supposera que le régime d'é oulement uler le débit d'eau qui ir ule dans haque
est turbulent et on utilisera la relation de tronçon.
Colebrook-White.

- 210 -
Ÿ7.5. Exer i es .

Q1
(1)

Q Q R24 : Même exer i e que R23 ave des


A B
onduites en a ier (ε = 0.045 mm) et les oef-
 ients de perte de harge linéaire in onnus.
(2) Q2

Figure 7.18: R21. Supposer l'é oulement turbulent dans les trois
onduites et utliser la formule de Colebrook-
White.
Rép : 0, 1000 m3 /s; 0, 047 m3 /s.

Rép : Qv1 = 0, 0331 m3 /s ;


R22 : De l'eau est pompée d'un grand ré- Q = 0, 0193 m3 /s , Q = 0, 0138 m3 /s.
v2 v3
servoir vers un autre à travers une onduite
horizontale (L = 30 m, D = 30 cm). En négli- R25 : Quels doivent être les diamètres des
geant les pertes de harge lo ales déterminer onduites (2) et (3) pour qu'elles transportent
la puissan e maximale de la pompe pour que le même débit d'eau de 0, 02 m3 /s.
l'é oulement reste laminaire.
On donne :
h = 35 m ; h0 = 10 m ; D1 = 100 mm ;
Rép : Pmax = 0, 0043 W.
L1 = 60 m ; λ1 = 0, 02 ; L2 = 30 m ;
λ2 = 0, 025 ; L3 = 45 m ; λ3 = 0, 027.
R23 : Quand la vanne est fermée l'eau
s'é oule de réservoir A vers B (Fig.R23). Quel
est le débit qui s'é oulera dans la bran he (3)
quand la vanne est ouverte ?. Négliger toutes A

les pertes de harge singulières et supposer le


même oe ient de pertes de harge linéaire B

(0.02) pour toutes les onduites. (1)

h0

On donne : (2)

L1 = 80 m ; L2 = 40 m ; L3 = 75 m ; h0

D1 = D2 = D3 = 100 mm ; g = 9.81 m/s2 . C (3)

Figure 7.20: R25.


A
cote 15 m

B C
cote 0 m

Rép : D2 = 76, 24 mm; D3 = 66, 88 mm.

(1) (2)

R26 : Quelle longueur de tuyau de 15 cm de


diamètre peut rempla er le système de tuyaux
(3)

Vanne

i-dessous ?
Figure 7.19: R23.
On donne :
ζ1 = 8, 0 ; ζ2 = 0, 5 ; ζ3 = 0, 7 ; ζ4 = 1, 0 ;
Rép : Qv3 = 0, 0131 m3 /s. ζ5 = 0, 7 ; ζ6 = 6, 0 ; ζ7 = 0, 5 ; ζ8 = 3, 0.

- 211 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

diamètre. On utilisera la relation de Karman-


A

Nikuradse.
h
ζ1
ζ2
M

ζ7 ζ8
On donne : L1 = 50 m ; L2 = 50 m ;
L 1 = 45 m
ζ3 ζ4
ζ2
D1 = 50 mm ; D2 = 38 mm ; ε1 = 0, 02 ;
ε2 = 0, 02 ; ρ = 815 Kg/m3 ;
D1 = 30 cm
λ 1 = 0,025 L 2 = 30 m
D2 = 15 cm
ζ7

Qm = 12000 Kg/h ; g = 9, 81 m/s2 ;


λ 2 = 0,020
ζ5
ζ6

Figure 7.21: R26. ζR = 0, 2 (prise/seconde conduite).

Rép : 19, 55 m.

Rép : Leq = 117 m.


R30 : L'eau est drainée d'un grand réser-
voir A vers un grand réservoir B à travers une
R27 : Pour le système hydraulique R25, dé-
onduite omposée de deux tronçons en série.
terminer la répartition des débits dans les
Cal uler le débit volumique qui ir ule dans
trois bran hes.
ette onduite.
On donne :
On donne :
h = 35 m ; h0 = 10 m ; D1 = 15 cm ;
L1 = 500 m ; L2 = 500 m ; D1 = 12 cm ;
D2 = 7, 5 cm ; D3 = 10 cm ; L1 = 244 m ;
D2 = 6 cm ; λ1 = 0, 02 ; λ2 = 0, 02 ;
L2 = 61 m ; L3 = 91 m ; ZA = 26 m ;
ZA = 35 m ; ZB = 5 m ; ζSR = 0, 5; ζR = 7, 0;
ZB = 7, 6 m ; λ1 = 0, 03 ; λ2 = 0, 03 ;
ζER = 1, 0 ; g = 9, 81 m/s2 .
λ3 = 0, 03 ; ZC = 0 m ; g = 9, 81 m/s2 .

Rép : 5, 26.10−3 m3 /s.


Rép : Qv1 = 0, 037 m3 /s;
Qv2 = 0, 011 m3 /s; Qv3 = 0, 026 m3 /s.
R31 : Cal uler la pression né essaire à la
sortie de la pompe pour élever l'eau jusqu'à
R28 : L'eau est drainée d'un grand réservoir un grand réservoir ave un débit volumique
à travers une onduite droite (L = 365, 76 m ; de 0, 01 m3 /s. Les pertes de harge singulières
D = 76, 2 mm) au rythme de 0, 34 m3 /mn. sont négligeables dans tout le système et on
L'extrémité de la onduite, située à 12, 19 m utilisera, dans le as du régime turbulent, la
de la surfa e libre du réservoir, est en onta t relation de Colebrook-White.
dire t ave l'atmosphère. En négligeant les On donne :
pertes de harge lo ales, al uler le oe ient D = 75 mm ; L = 100 m ; ε = 0, 15 mm ;
de pertes de harge linéaire. h = 10 m.

Rép : 0, 032.

R29 : On onsidère un système de deux


onduites en série séparées par une singula-
rité de type rétré issement brusque et onte-
h

nant ha une 2 oudes. Déterminer la perte 111


000
000
111
Pompe
1
000
111
de harge du système équivalent si la longueur
équivalente de haque oude est de 40 fois son Figure 7.22: R31.

- 212 -
Ÿ7.5. Exer i es .

Rép : 2, 8.105 N/m2 . Vis osité inématique de l'eau [m2 /s℄ :


1,8.10−6
R32 : Une onduite en a ier transporte de ν= 1+0.0368 t+0.000221 t2

l'eau au rythme de 2, 035 m3 /s ave une


Masse volumique de l'eau [kg/m3 ℄ :
vitesse de 1, 8 m/s, la pression de servi e
étant de 17, 70 kg/cm2 . Quelle est l'épaisseur 995, 649 à 30°C et 992, 22 à 40°C .
minimale de ette onduite sa hant que la
ontrainte admissible maximale donnée par Dans le as où le régime d'é oulement est
réglementation est de 1130 kg/cm2 . turbulent, utiliser la relation de Colebrook-
White.
Rép : 0, 94 cm.

R33 : De l'huile ir ule d'un grand réser- B- On veut hanger e tuyau par une
voir fermé A ( ote 24 m) à travers 150 m de onduite mixte de A à D onstituée de deux
onduite neuve de 15 cm de diamètre et de tronçons montés en série de dimensions
rugosité absolue 0.012 cm au point B ( ote respe tifs (644, 68 m ; 25 cm) et (250 m ;
30 m) sortant à l'atmosphère. Quelle devra 30 cm). Cal uler le débit assuré par ette
être la pression en A en kg/cm2 pour que le nouvelle onduite an de maintenir la même
débit de l'huile soit de 13 l/s. pression à l'entrée du réservoir.
La densité de l'huile est de 0.84 et sa vis osité
inématique de 2, 1.10−6 m2 /s. Le oe ient On donne :
de perte de harge de la sortie du réservoir est   2 2 pε
de 0, 5. ζ = 1− D1
D2 ; λ = 0, 79 D.
Dans le as où le régime d'é oulement est
turbulent, utiliser la relation de Colebrook-
White.
E

ζ2 L3 ζ3
Rép : 1, 57 kg/cm2 . C
D
L2

L1 ζ1 α

R34 : A- La pompe P refoule ave une pres- P A B

sion de 830 kP a de l'eau à la température


t = 35°C ave un débit de 0.12 m3 /s à travers Figure 7.23: R34.
une onduite en fer galvanisé (ε = 0, 015 cm)
de 25 cm de diamètre. Déterminer la pression
de l'eau à l'entrée du réservoir et en déduire Rép : PD = 1, 217828.105 N/m2 ; h =
la hauteur jusqu'à la surfa e libre. 2, 0582 m ; Qv = 0, 1283 m3 /s.
On donne :
L1 = 400 m ; L2 = 200 m ; L3 = 300 m ; R35 : Un uide de vis osité inématique ν
α = 15° ; ζ3 = 1.0. s'é oule dans une onduite mixte formée par
deux tronçons en série de diamètres respe tifs
Pour les oudes à angles vifs :
250 mm et 150 mm. Si le nombre de Reynolds
2 α 4 α
ζ = 0, 9457 sin ( 2 ) + 2, 047 sin ( 2 ) dans le premier tronçon est 2000, quel sera le

- 213 -
Ch7 : CALCUL DES CONDUITES.

régime d'é oulement dans le se ond tronçon ? ε = 0, 15 mm (pour toutes les conduites).
Justiez votre réponse. Si le régime est turbulent, utiliser la relation
de Karman-Nikuradse.
Rép : Re2 = 3333, 33 (régime turbulent).
Rép : zA − zB = 5, 75 m .
R36 : Soit une onduite rouillée transpor-
tant un débit d'eau de 0, 0566 m3 /s. Si on R38 : Déterminer la puissan e de la pompe
rempla e ette an ienne onduite par une (ZP = 3 m) qui doit faire monter un dé-
onduite neuve de diamètre inférieur, est-il bit d'eau de 130 l/s d'un grand réservoir A
vraie que ette nouvelle onduite peut trans- (ZA = 13 m) jusqu'à un grand réservoir
porter le même débit ave une perte de harge D (ZD = 65 m). Les onduites d'aspiration
unitaire inférieur ? Justiez votre réponse par (La = 120 m ; Da = 30 cm) et de refoule-
les al uls. ment (Lr = 300 m ; Dr = 25 cm) sont en
On donne : a ier (ε = 0.015 cm). Le oe ient de perte
de harge lo al à la sortie du réservoir A est
Pour la onduite rouillée : ζ1 = 0.5, elui de l'entrée du réservoir D est
ζ2 = 1.0. Les pertes de harge au niveau de la
Dr = 15, 24 cm ; rugosité relative : 0, 01. pompe sont négligeables.
Tra er la ligne de harge de l'installation.
Pour la onduite neuve :
Dans le as où le régime d'é oulement est
turbulent, utiliser la relation de Colebrook-
Dn = 12, 70 cm ; rugosité absolue : 0, 002 cm.
White.
Si le régime est turbulent, utiliser la relation
de Karman-Nikuradse. Rép : Pf = 79.351 KW .

Rép : Jn = 0, 86 Jr . R39 : Deux onduites qui se rejoignent en


un point alimentent une troisième onduite
R37 : L'eau est drainée d'un grand réser- en eau à 40 °C (ν = 0.658.10−6 m2 /s). Sa-
voir A vers un grand réservoir B à travers hant que le débit dans la première onduite
une onduite omposée de trois tronçons en est Qv1 = 5.10−6 m3 /s, al uler le débit vo-
série. Déterminer la dénivellation (zA − zB ) lumique maximal dans la deuxième onduite
pour que le débit volumique véhi ulé soit de pour obtenir un é oulement laminaire dans la
0, 11 m3 /s. troisième. On donne :
On donne : L1 = 600 m ; L2 = 900 m ; D1 = 6 mm ; D2 = 5 mm ; D3 = 7 mm.
L3 = 1500 m ; D1 = 300, 0 mm ;
D2 = 428, 5 mm ; D3 = 535, 6 mm ; Rép : Pf = 79.351 KW .
ζSR = 1, 0 ; ζ1 = 0, 3 ; ζ2 = 0, 2 ;ζER = 0, 5 ;

- 214 -
Chapitre 8
Analyse dimensionnelle et lois de
similitude

La question de la similitude entre un modèle à é helle réduite et un prototype

(système en vrais grandeur) peut être examinée à l'aide des méthodes de l'analyse

dimensionnelle. Au préalable, il est utile de se livrer à quelques onsidérations générales

sur les essais sur maquette et leurs appli ations pratiques.

Un essai sur modèle réduit est souvent envisagé lorsqu'on doit étudier un problème

ompliqué que l'on souhaite d'éviter des études oûteuses en vraie grandeur. La mise au

point et l'optimisation d'un système par une étude sur modèle réduit est plus ommode

et moins hère. Le re ours à une maquette n'est d'ailleurs pas toujours la meilleur

solution et il faut d'abord se demander si des études théoriques et numériques ne

peuvent pas donner à un moindre oût les réponses re her hées.

Dans l'interprétation des résultats d'essais à é helle réduite, on doit se garder de

faire une transposition dire te à l'é helle 1. Les maquettes ne reproduisent pas exa -

tement les phénomènes que l'on pourra observer sur le prototype en vraie grandeur.

Les diéren es sont liées à des défauts de similitude qui sont inhérents à la rédu tion

d'é helle. On dit qu'il y a eet d'é helle.

Malgré es di ultés, les essais sur modèle son né essaires dans un grand nombre

d'appli ations te hnologique. Ce type d'essai est ouramment pratiqué dans le domaine

de l'hydraulique pour l'étude de barrages et de anaux. Des modèles permettent aussi

d'envisager l'intera tion entre la houle et des stru tures marines omme les plate-formes

de forage pétroliers, les ports ou les navires.

Dans le domaine aérospatial, les essais en souerie restent un élément indispensable

à la on eption des avions, des héli optères, des missiles ou des fusées. On étudie sur

maquette les oe ients aérodynamiques, le omportement aux grandes in iden es, le

ottement aéroélastique, ...et .

Dans le domaine de génie des pro édés, l'essai sur modèle des réa teurs himiques

215
Ch8 : ANALYSE DIMENSIONNELLE ET LOIS DE SIMILITUDE.

fait partie de la pratique ourante. Les eets d'é helle sont parti ulièrement sensibles

dans e ontexte ; on est ainsi souvent amené à onstruire des modèles à plusieurs

é helles pour s'assurer que le prototype aura le omportement souhaité.

8.1 Géométrie des maquettes


Si les formes de la maquette et du prototype sont homothétiques, on dit que les

deux systèmes sont géométriquement semblables. Cette similitude est généralement

adoptée dans la plupart des modèles. On trouve ependant des situations dans les-

quelles la similitude géométrique ne peut être totalement respe tée. C'est le as, par

exemple, des systèmes hydrauliques de grande dimension, une similitude géométrique

omplète onduirait à des hauteurs d'eau de l'ordre du entimètre. Dans ette situa-

tion, l'é oulement serait fortement perturbé par les for es de tension super ielle. Pour

éviter ette di ulté, les modèles hydrauliques sont généralement distordus ave des

rapports d'é helle diérents dans les dire tions verti ale et horizontale. L'interprétation

des essais doit être ee tuée dans e as en tenant ompte des distorsions introduites

sur maquette.

Lorsque la similitude géométrique est respe tée, la mesure en un point de la ma-

quette peut étre dire tement transposée au point orrespondant sur le prototype à

l'é helle 1. Il faut ependant que les onditions de similitude entre la maquette et le

prototype soient respe tées.

8.2 Conditions de similitude


Les onditions qui assurent la similitude entre un modèle et le système à l'é helle 1,

peuvent être dire tement déduites du théorème π de Vas hy-Bu kingham. Ce théorème

indique qu'un phénomène physique dépendant d'un ensemble de n variables indépen-

dantes dont les dimensions sont dénies à partir de p grandeurs fondamentales, permet
de dénir (n − p) produits sans dimension indépendants. Ce phénomène peut être

ara térisé par une relation telle que :

ϕ (π1 , π2 , π3 , ..., πn−p ) = 0 (8.1)

Où : π1 , π2 , π3 , ..., πn−p étant les produits sans dimension indépendants.

La similitude entre la maquette et le prototype sera don assurée si tous les nombres

sans dimensions ont les mêmes valeurs à l'é helle réduite et à l'é helle 1.

Considérons par exemple le as de l'é oulement d'un uide in ompressible dans une

onduite et admettons que les onditions aux limites soient les mêmes pour le prototype

et pour la maquette.

- 216 -
Ÿ8.3. Re her he des produits sans dimension.

Les équations (6.3) qui dé rivent le mouvement (Ch.6) du uide font sortir deux

nombres sans dimension : le nombre de Reynolds (6.4) et le nombre de Froude (6.5). Si

es deux nombres sont identiques pour le prototype et pour la maquette, les équations

du mouvement seront parfaitement identiques dans les deux as. Les distributions de

vitesse et de pression seront alors les mêmes sur le prototype et sur la maquette. On

dira alors que la similitude est omplète : -à-d similitude géométrique et similitude

inématique.

Remarques :
1. Ces lois de similitude existent dans tous les domaines. Nous nous limiterons i i

à la similitude des é oulements in ompressibles.

2. En générale, la similitude omplète est impossible (égalité impossible de tous

les produits sans dimension). Mais puisque dans haque as, ertains fa teurs

son moins importants que d'autres et peuvent être négligés. On hoisit alors la

ondition de similitude la plus importante dans haque as onsidéré. On dira

alors que nous avons réalisé une similitude restreinte.

8.3 Re her he des produits sans dimension


En MDF il y a le plus souvent trois grandeurs fondamentales. Dans la re her he

des produits sans dimension on a intérêt à onsidérer, parmi les variables du problème,

des grandeurs primaires, en nombre égal au nombre de grandeurs fondamentales, et

utilisées ha une pour ara tériser un type de similitude.

Pour ara tériser la similitude géométrique on hoisit une longueur de référen e

dans l'é oulement (diamètre d'une onduite D, orde d'un prol L).
Pour la similitude inématique on hoisit une vitesse linéaire q ou angulaire ω de

référen e, et pour la similitude dynamique on hoisit la masse volumique ρ ou une autre


variable omportant ρ.
Les produits sans dimensions peuvent se mettre sous la forme d'un rapport d'une

grandeur non primaire à un produit de puissan es de grandeurs primaires. Il est don

possible de former haque groupement π en mettant une grandeur non primaire au

numérateur, les trois grandeurs primaires au dénominateur, ae tés ha une d'un ex-

posant, et en déterminant es exposants pour que le groupement soit sans dimension.

On obtient ainsi les (n − 3) produits sans dimension d'une manière plus systématique.

Gi
πi = , (i = 1..n − p) (8.2)
F1αi F2βi F3γi

Gi : grandeurs non primaires ;

- 217 -
Ch8 : ANALYSE DIMENSIONNELLE ET LOIS DE SIMILITUDE.

Fi : grandeurs primaires ;

αi , βi , γi : oe ients à déterminer ;

n : nombre de variables du problème ;

p : nombre de grandeurs fondamentales.

Remarque :
1. La ompréhension et l'analyse physique du phénomène doivent aider à hoisir

la meilleur façon d'établir les produits sans dimensions.

2. L'analyse dimensionnelle n'est pas sus eptible de donner la loi du phénomène

lui même ar elle ne donne ni la forme pré ise de ette loi ni ses oe ients

numériques mais, d'une part, elle permet d'éxpérimenter physiquement sur un

modèle et, d'autre part, elle met de l'ordre dans les résultats, réduit le nombre

de paramètres à faire intervenir et a hemine vers la loi du phénomène étudié.

8.4 Exemples
Nous allons dire tement mettre en pratique la formule (8.2) à travers quelques

exemples simples en mé anique des uides. Le premier exemple sera détaillé pas à pas

an d'assimiler ette te hnique, les autres exemples seront moins détaillés an de ne

pas allourdir le do ument.

8.4.1 Chute de pression dans une onduite re tiligne


Soit à déterminer la hute de pression ∆p sur une longueur L de la onduite de

diamètre D et dont la surfa e présente des rugosités de hauteur moyenne ε, dans

laquelle ir ule un uide de masse volumique ρ et de vis osité dynamique µ à la vitesse


moyenne q.
E rivons d'abord es variables ave leurs unités puis exprimons-les ave les unités

fondamentales :

Variable Unité Unité fondamentale

N Kg
∆p m2
= m s2
L−1 M 1 T −2
L m L1 M 0 T 0
D m L1 M 0 T 0
ε m L1 M 0 T 0
Kg
ρ m3
L−3 M 1 T 0
Kg
µ ms
L−1 M 1 T −1
m
q s
L1 M 0 T −1

- 218 -
Ÿ8.4. Exemples.

Ce problème ontient n=7 variables, le nombre d'unités fondamentales est p=3


(L, M et T ), don le nombre de produits sans dimension que l'on peut former est

(n − p) = 4.
Pour ara tériser les similitudes géométrique, inématique et dynamique, hoisis-

sons 3 grandeurs fondamentales soient D, q et ρ. Nous pouvons maintenant former les

4 produits sans dimension πi (i = 1..4) de la manière suivante :

Gi
πi = , (i = 1..4)
D αi ρβi q γi

e qui nous donne :

∆p L ε µ
π1 = , π2 = , π3 = , π4 =
D α1 ρβ1 q γ1 D α2 ρβ2 q γ2 D α3 ρβ3 q γ3 D α4 ρβ4 q γ4

Le produit π1 étant sans dimension, il orrespond don à L0 M 0 T 0 , nous pouvons

don é rire en remplaçant haque variable par son unité fondamentale issue du tableau :

L−1 M 1 T −2 L−1 M 1 T −2
L0 M 0 T 0 = =
(Lα1 M 0 T 0 ) (L−3β1 M β1 T 0 ) (Lγ1 M 0 T −γ1 ) Lα1 −3β1 +γ1 M β1 T −γ1

e qui nous donne le système d'équations suivant à résoudre :

 

 −α1 + 3β1 − γ1 − 1 = 0 
 α1 = 0 ∆p ∆p
−β1 + 1 = 0 =⇒ β1 = 1 =⇒ π1 = 0 1 2 =

 
 D ρ q ρ q2
γ1 − 2 = 0 γ1 = 2

Chaque produit sera déterminé de la même manière après avoir résolu le système

orrespondant de 3 équations à 3 in onnues -à-d :

 

 −α2 + 3β2 − γ2 + 1 = 0 
 α2 = 1 L L
−β2 = 0 =⇒ β2 = 0 =⇒ π2 = =

 
 D1 0
ρ q 0 D
γ2 = 0 γ2 = 0

 

 −α3 + 3β3 − γ3 + 1 = 0 
 α3 = 1 ε ε
−β3 = 0 =⇒ β3 = 0 =⇒ π3 = =

 
 D 1 ρ0 q 0 D
γ3 = 0 γ3 = 0

 
 −α4 + 3β4 − γ4 − 1 = 0
  α4 = 1

µ µ 1
−β4 + 1 = 0 =⇒ β4 = 1 =⇒ π4 = 1 1 1 = =

 
 D ρ q Dρq ℜe
γ4 − 1 = 0 γ4 = 1

- 219 -
Ch8 : ANALYSE DIMENSIONNELLE ET LOIS DE SIMILITUDE.

D'après la relation (8.1) nous pouvons é rire la relation donnant la perte de harge :

   
∆p L ε 1 2 L ε 1
π1 = ϕ (π2 , π3 , π4 ) ⇒ = ϕ , , =⇒ ∆p = ρ q ϕ , ,
ρ q2 D D ℜe D D ℜe

Comparons ette relation ave elle déjà utilisée en (6.27) :


2
L
∆p = λ D ρ q2 ave λ le oe ient de perte de harge linéaire qui dépend du régime
ε
d'é oulement et de la rugosité relative de la onduite . Que e soit en régime laminaire
D
ou turbulent, les formules utilisés montrent tous que λ est inversement proportionnel

à ℜe . Don la relation que nous venons de trouver ave l'analyse dimensionnelle nous

donne le modèle de perte de harge sans pré iser la loi exa te (ϕ) ni les oe ients
1
intervenant dans l'équation (i i le nombre ). Seule l'expérien e et le bon sens physique
2
peuvent permettre la formulation omplète de ette relation.

8.4.2 Portan e d'un prol


Soit à déterminer la portan e FL sur un prol aérodynamique de orde Lc soumis

à un é oumlement in ident ave un angle α. Nous her hons don une relation de type

FL = f (q, a, µ, ρ, Lc , α), où a représente la vitesse du son.

E rivons les variables et leurs unités fondamentales intervenant dans e problème :

Variable Unité Unité fondamentale

m
q s
L1 M 0 T −1
m
a s
L1 M 0 T −1
Kg
µ ms
L−1 M 1 T −1
Kg
ρ m3
L−3 M 1 T 0
Lc m L1 M 0 T 0

α L0 M 0 T 0
Kg m
FL N= s2
L1 M 1 T −2

Ce problème ontient 7 variables, le nombre d'unités fondamentales est 3, don le

nombre de produits sans dimension que l'on peut former est 4.


Pour ara tériser les similitudes géométrique, inématique et dynamique, hoisis-

sons 3 grandeurs fondamentales soient Lc , q et ρ. Nous pouvons maintenant former les

4 produits sans dimension πi (i = 1..4) :

FL a µ α
π1 = , π2 = , π3 = , π4 =
Lαc 1 ρβ1 q γ1 Lαc 2 ρβ2 q γ2 Lαc 3 ρβ3 q γ3 Lαc 4 ρβ4 q γ4

- 220 -
Ÿ8.4. Exemples.

et en résolvant les systèmes d'équations orrespondant, nous aurons :

 

 −α1 + 3β1 − γ1 + 1 = 0 
 α1 = 2 FL
−β1 + 1 = 0 =⇒ β1 = 1 =⇒ π1 =

 
 ρ q 2 L2c
γ1 − 2 = 0 γ1 = 2

 

 −α2 + 3β2 − γ2 + 1 = 0 
 α2 = 0 a 1
−β2 = 0 =⇒ β2 = 0 =⇒ π2 = =

 
 q Ma
γ2 − 1 = 0 γ2 = 1
 

 −α3 + 3β3 − γ3 − 1 = 0 
 α3 = 1 µ 1
−β3 + 1 = 0 =⇒ β3 = 1 =⇒ π3 = =

 
 Lc ρ q ℜe
γ3 − 1 = 0 γ3 = 1
 

 −α 4 + 3β 4 − γ 4 = 0 
 α4 = 0
−β4 = 0 =⇒ β4 = 0 =⇒ π4 = α

 

γ4 = 0 γ4 = 0
D'après la relation (8.1) nous pouvons é rire la relation donnant la portan e :

   
FL 1 1 2 1 1
= ϕ , ,α =⇒ FL = ρ q L2c ϕ , ,α
ρ q 2 L2c Ma ℜe Ma ℜe

Ce résultat est bien sûr onrmé dans toutes les référen es en aérodynamique où le

oe ient de portan e est donné par :

FL
CL = 1 = ϕ (ℜe , Ma , α)
2
ρ q 2 L2c

8.4.3 Débit dans un tube apillaire horizontal


Si on suppose que le débit à travers un tube apillaire horizontal dépend de la
∆p
hute de pression
L
, du dimètre D et de la vis osité dynamique µ. Trouver la forme

de l'équation qui donne e débit.

E rivons les variables et leurs unités fondamentales intervenant dans e problème :

Variable Unité Unité fondamentale

m3
Qv s
L3 M 0 T −1
D m L1 M 0 T 0
Kg
µ ms
L−1 M 1 T −1
∆p N Kg
L m3
= m2 s2
L−2 M 1 T −2

Ce problème ontient 4 variables, le nombre d'unités fondamentales est 3, don le

nombre de produits sans dimension que l'on peut former est 1.

- 221 -
Ch8 : ANALYSE DIMENSIONNELLE ET LOIS DE SIMILITUDE.

Pour trouver la relation donnant le débit volumique, hoisissons les 3 grandeurs


∆p
fondamentales D, µ et
L
. Nous pouvons maintenant former le seule produit sans

dimension :

Qv
π = γ
Dα µβ ∆p
L

et en résolvant le système d'équations orrespondant, nous aurons :

 

 −α + β + 2γ + 3 = 0 
 α=4 Qv µ Qv
−β − γ = 0 =⇒ β = −1 =⇒ π = =
  ∆p 1 D 4 ∆p
  D 4 µ−1 L L
β + 2γ − 1 = 0 γ=1

Puisque le produit est sans dimension, nous pouvons é rire :

C te ∆p 4
Qv = D
µ L

En omparant ette relation ave elle de Poiseuille déjà étudiée (6.10), la valeur
π
de la onstante est : .
128

Supposons maintenant que nous avons hoisi les grandeurs fondamentales D , Qv et


∆p
. Le produit adimensionnel à former est :
L

µ
π = ∆p γ
D α Qβv L

en résolvant le système d'équations orrespondant, nous aurons :

 

 −α − 3β + 2γ − 1 = 0 
 α=4 µ µ Qv
−γ + 1 = 0 =⇒ β = −1 =⇒ π = =
  ∆p 1 D 4 ∆p
  D 4 Q−1
v L L
β + 2γ − 1 = 0 γ=1

On retrouve bien la même relation.

∆p
Supposons nalement que nous hoisissons les grandeurs fondamentales µ, Qv et
L
.

Le produit adimensionnel à former est :

D
π = ∆p γ
µα Qβv L

en résolvant le système d'équations orrespondant, nous aurons :

- 222 -
Ÿ8.4. Exemples.

 
1

 α − 3β + 2γ + 1 = 0 
 α= 4 D
−α − γ = 0 =⇒ β = 41 =⇒ π = 1 1 1

 
 µ 4 Qv4
∆p − 4
1
α + β + 2γ = 0 γ = −4 L

Puisque le produit est sans dimension ( onstant), nous pouvons élever les deux

membre à la puissan e 4 :

 4
te D D4 C te ∆p
=⇒ C = 1 −1
= −1 =⇒ Qv = µ L
D4.
1
µ4 Qv4 ∆p 4 µ Qv ∆p
L
L

Nous retrouvons bien le même résultat que pré édement.

- 223 -
Ch8 : ANALYSE DIMENSIONNELLE ET LOIS DE SIMILITUDE.

- 224 -
Chapitre 9
E oulements turbulents

9.1 Proprietés des é oulements turbulents

Le passage du régime laminaire au régime turbulent s'ee tue dans une onduite

donnée par augmentation du débit.

La onnaissan e des propriétés des é oulements turbulents est essentiellement d'ori-

gine expérimentale. En régime turbulent, l'é oulement unidimensionnel est instation-

naire et présente des u tuations dans les dire tions de l'é oulement et également dans

les dire tions normales. Ces u tuations à ara tère aléatoire (régies par les loi du

hasard) prennent naissan e de l'existen e au sein du uide de tourbillons de tailles

variables en intera tion permanente. Elles tendent à égaliser les vitesses beau oup plus

rapidement et le prol prend une forme beau oup plus aplatie que elui du régime

laminaire qui a une forme parabolique.

Une étude théorique basée sur l'intégration de perturbations dans l'équation de

Navier-Stokes, montre que dans la ou he limite, elles- i sont soit amorties pour de

faibles nombres de Reynolds, soit ampliées pour donner à l'aval un régime turbulent.

En un point quel onque d'un é oulement unidimensionnel, l'enregistrement des valeurs

instantanées de la omposante u présente l'allure suivante (Fig.9.1) :

225
Ch9 : ECOULEMENTS TURBULENTS.

u
u’

t
t0 to + T

Figure 9.1: Flu tuations de la vitesse dans un é oulement turbulent.

On présente généralement la vitesse omme la somme de la omposante moyenne

et d'une omposante u tuante u′ (pouvant atteindre lo alement 20 à 30 % de u) :

 R t0 +T
1
 u =
 T t0
u dt

u = u+u avec (9.1)


u′ = 0

Pour un é oulement permanent en moyenne, u reste onstante si le temps T d'ob-

servation est susamment important.

Les u tuations de vitesse se produisent également sur les dire tions normales à

l'é oulement prin ipal, les omposantes v et w ne sont plus nulles mais égales à leurs
′ ′
omposantes u tuantes v et w.

v = v ′ et w = w ′ v ′ = 0, w ′ = 0

Les moyennes quadratiques étant non nulles :

Z t0 +T
1
u′2 = u′2 dt > 0
T t0

On dénit ainsi l'intensité de turbulen e I par le rapport :

r  
1 1 ′2
I = u + v′ 2 + w′ 2 (9.2)
u 3

Dans le as d'un é oulement tridimensionnel, le dénominateur sera onstitué de la

vitesse moyenne q.

- 226 -
Ÿ9.1. Proprietés des é oulements turbulents.

- Remarques :
1. La turbulen e s'entretient par prélèvement d'énergie sur l'é oulement prin i-

pal, assurant la réation de grands tourbillons qui se dépla ent en formant des

tourbillons plus petits jusqu'à une é helle telle qu'ils sont dissipés par vis osité.

2. En é oulement turbulent, l'inuen e des termes u tuants devient plus impor-

tante que elle des termes visqueux. Leurs introdu tions dans les équations né-

essite une modélisation qui reste aujourd'hui de ara tère empirique.

3. Il existe une atégorie d'é oulement non permanent, dont ependant, en un point

xe, les propriétés moyennes temporelles sont onstantes. Il est alors possible

de trouver un intervalle de temps T tel que les quantités moyennes de la forme


R t +T
q = T1 t00 q dt sont indépendantes de l'instant initial t0 hoisi.
4. Les appareils usuels de mesure des vitesses ne peuvent être utilisés pour mesurer

les u tuations instantannées de la vitesse en raison de leur inertie spé ique.

On fait appel, pour les liquides et les gaz, à des appareils de très faible temps

de réponse ; le plus employé est l'anémomètre à l haud. Son prin ipe est le

suivant : un l de platine ou de tungstène de quelques millièmes de mm de

diamètre et de quelques mm de longueur est haué par un ourant éle trique

et pla é au sein du uide étudié. La température d'équilibre prise par le l et,

par suite, sa résistan e éle trique, sont fon tion de la vitesse du ourant uide ;

en raison du très faible diamètre du l par rapport à sa longueur on peut négliger

les é hanges thermique par ondu tion aux extrémités et ne onsidérer que les

é hanges par onve tion. Si l'axe du l est perpendi ulaire à la vitesse moyenne

du uide, on peut alors déterminer ette température d'équilibre par une mesure

de résistan e.

- 227 -
Ch9 : ECOULEMENTS TURBULENTS.

- 228 -
Annexes

229
Annexe A
Notions de al ul ve toriel

A.1 Produit s alaire



→ −

Soit deux ve teurs a et b formant un angle α entre eux, leur produit s alaire est

déni par :

→ →
− →

a . b = |−

a | .|b| . cos α


→ →
− → →

Le produit s alaire étant ommutatif : a . b = b .−
a
 − → −

et distributif par rapport à l'addition :


a + b .−
c =→ −c + −
a .→
→ −
b .→
c.

Pour les ve teurs unitaires, nous avons :

 →
− −→ − → − → − → −→

 i . j = i . k = k . j =0

 →
− −→ − → −→ − → −→
i . i = j . j = k . k =1


→ −

Si les omposantes des ve teurs a et b sont respe tivement (ax , ay , az ) et

(bx , by , bz ), on aura :


−  −→ →
− →  −
− → →
− →



a . b = ax i + ay j + az k . bx i + by j + bz k = ax bx + ay by + az bz

A.2 Produit ve toriel



→ −

Le produit ve toriel des ve teurs a et b formant un angle α entre eux est déni

par :

→ −
→ →

a ∧ b = |−

a | .|b| . sin α


→ −
→ → →

Le produit ve toriel n'étant pas ommutatif : 6 b ∧−
a ∧ b = a

231
Annexe A : NOTIONS DE CALCUL VECTORIEL.

mais, par ontre, distributif par rapport à l'addition :

→
−  − → −



a ∧ b +→
−c = −

a ∧ b +−
a ∧→
c

Pour les ve teurs unitaires, nous avons :

 →
− −
→ →
− −
→ −
→ →
− −
→ −
→ →


 i ∧ j = k , k ∧ j = i , j ∧ k = i

 −
→ −
→ → →
− − → →
− −
i ∧ i = j ∧ j = k ∧ k = ~0


→ −

Si les omposantes des ve teurs a et b sont respe tivement (ax , ay , az ) et

(bx , by , bz ), on aura :


→ −
→ →
− →
− →

a ∧ b = (ay bz − az by ) i + (az bx − ax bz ) j + (ax by − ay bx ) k

A.3 Produit mixte



→ −
→ −c

Le produit mixte des ve teurs a et b et est déni par :


ax ay az
→
− 

− →

a . b ∧ c = bx by bz

cx cy cz

A.4 Divergen e d'un ve teur




Soit le ve teur V de omposantes (Vx , Vy , Vz ). La divergen e de e ve teur est

dénie par :
→ ∂ Vx ∂ Vy ∂ Vz

div V = + +
∂x ∂y ∂z

A.5 Ve teur gradient


Soit P = P (x, y, z) une fon tion s alaire. Le gradient de P est déni par le ve teur :

−−→ ∂P →
− ∂P →
− ∂P −

grad P = i + j + k
∂x ∂y ∂z

On déni l'opérateur du 1er ordre (Hamiltonien ou en ore Nabla) par :


→ ∂ →− ∂ →− ∂ −→
∇ = i + j + k
∂x ∂y ∂z

- 232 -
ŸA.6. Rotationnel d'un ve teur.

don on peut é rire :


−−→ →

grad P = ∇ P

A.6 Rotationnel d'un ve teur



→ −

Soit le ve teur V de omposantes (u, v, w). Le rotationnel de V est dénie par :

→ → → −
−i − j k

−→ −→ → − →

rot V = ∇ ∧ V = ∂∂x ∂∂y ∂∂z

u v w

et en développant e produit ve toriel, on aura :

     
−→ −→ ∂w ∂v −
→ ∂u ∂w −
→ ∂v ∂u −

rot V = − i + − j + − k
∂y ∂z ∂z ∂x ∂x ∂y

A.7 Lapla ien


C'est l'opérateur du se ond ordre déni par :

∂2 ∂2 ∂2
△ = + +
∂ x2 ∂ y2 ∂ z2



Il s'applique soit à une fon tion s alaire P ou ve torielle V :

∂2P ∂2P ∂2P


△P = + +
∂ x2 ∂ y2 ∂ z2

− →
− →


→ ∂2 V ∂2 V ∂2 V
△V = + +
∂ x2 ∂ y2 ∂ z2

On peut aussi utiliser les notations suivantes :


− → −
− → − →−→
△ V ≡ ∇2 V ≡ ∇ . ∇ V

- En oordonnées ylindriques :

∂2P 1 ∂P 1 ∂2P ∂2P


△P = − + +
∂ r2 r ∂r r2 ∂ θ2 ∂ z2
- 233 -
Annexe A : NOTIONS DE CALCUL VECTORIEL.

A.8 Cir ulation d'un ve teur


On appelle ir ulation du ve teur

→ ˜
a le long de la ourbe AB au point M , l'intégrale
urvilugne :
ZB
Γ= −
→ ~
a . dM
A

~
dM étant l'abs isse urviligne (ou élément de ourbe)au point M.

Il est évident que si le ve teur




a est une for e, alors Γ représentera un travail.

A.9 Théorème de Gauss-Ostrogradski




Si le ve teur V est diérentiable alors :

Z Z
− −
→ − −
→ →
V .→
n dS = ▽ . V dv
S v



Le premier membre de ette équation représente le ux de V sortant à travers la

surfa e fermée S.

A.10 Diérentielle totale


Soit φ une fon tion des oordonnées et du temps : φ = φ (x, y, z, t).

La diérentielle totale de φ sera donnée par :

∂φ ∂φ ∂φ ∂φ
dφ = dx + dy + dz + dt
∂x ∂y ∂z ∂t

Inversement, la fon tion K = k1 dx + k2 dy + k3 dz + k4 dt est une diérentielle

totale exa te égale à dU si l'on a simultanément :

∂U ∂U ∂U ∂U
k1 = ; k2 = ; k3 = et k4 =
∂x ∂y ∂z ∂t

A.11 Potentiel des vitesses




Tout ve teur V fon tion d'un point M de l'espa e dont le rotationnel est nul, peut

être onsidéré omme le gradient d'une fon tion s alaire ϕ du point M et on peut

é rire :

→ −−→
V = grad ϕ

- 234 -
ŸA.11. Potentiel des vitesses.

On dit alors que le hamp du ve teur vitesse dérive d'un potentiel s alaire ϕ (x, y, z),
lui même appelé potentiel des vitesses.

- 235 -
Annexe A : NOTIONS DE CALCUL VECTORIEL.

- 236 -
Annexe B
Pertes de harge

B.1 Pertes de harge en a essoires

Le tableau (Tab.B.1) nous donne les pertes de harge de ertains a essoirs :

A essoire Perte de harge moyenne


(Indi es : 1 en amont et 2 en aval)
1- De réservoir à onduite
q22
- onnexion au ras de la paroi (perte à l'entrée) 0, 50 2g
q2
- tuyau entrant 1, 00 2 2g
q2
- onnexion arrondie 0, 050 2 2g
q2
2- De onduite à réservoir (perte à la sortie) 1, 00 2 1g
(q1 −q2 )2
3- Divergent brusque
2g
(q1 −q2 )2
4- Divergent progres (voir Tab.B.2 i-dessous) ς 2g
2
5- Convergent brusque (voir Tab.B.2 i-dessous) ςc 2q g

Table B.1: Pertes de harge en a essoires.

237
Annexe B : PERTES DE CHARGE.

B.2 Convergent et divergent

Convergent brusque Divergent progressif pour un angle total de ne de


D1
D2
ςc 4° 10° 15° 20° 30° 50° 60°

1,2 0,08 0,02 0,04 0,09 0,16 0,25 0,35 0,37


1,4 0,17 0,03 0,06 0,12 0,23 0,36 0,50 0,53
1,6 0,26 0,03 0,07 0,14 0,26 0,42 0,57 0,61
1,8 0,34 0,04 0,07 0,15 0,28 0,44 0,61 0,65
2,0 0,37 0,04 0,07 0,16 0,29 0,46 0,63 0,68
2,5 0,41 0,04 0,08 0,16 0,30 0,48 0,65 0,70
3,0 0,43 0,04 0,08 0,16 0,31 0,48 0,66 0,71
4,0 0,45 0,04 0,08 0,16 0,31 0,49 0,67 0,72
5,0 0,46 0,04 0,08 0,16 0,31 0,50 0,67 0,72

Table B.2: Convergent brusque et divergent progressif.

B.3 Divers a essoirs

Le tableau (Tab.B.3) i-dessous donne quelques valeurs des oe ient de pertes de

harge singulières de ertains a essoirs.

- 238 -
ŸB.4. Pertes de harge linéaires.

R\D ζ α α ζ
D
0,50 0,90 15° 0,1
0,75 0,45 30° 0,2
R 1,00 0,35 45° 0,5
1,50 0,25 60° 0,7
2,00 0,20 90° 1,3

q2

D2 D1\D 2 ζ1 D2\D1 ζ2
D2
0,1 1,0 0,1 0,6
0,2 0,9 0,2 0,5
D1
0,4 0,7 0,4 0,4
0,6 0,4 D1 0,6 0,3
q
1 0,8 0,2 0,8 0,2

D
d\D ζ1
q
1
0,1 2,5
R\D ζ 0,2 2,5
0,4 2,5
0,2 0,2 0,6 2,3
R 0,5 0,1 D 0,8 1,9
0,8 0,05 0,9 1,5

q
1 q
1
q1 q α
D
1 R 0\D ζ1 α ζ1

R0
0,50 1,20 15° 0,1
0,75 0,60 30° 0,3
1,00 0,40 45° 0,7
1,50 0,25 60° 1,0
2,00 0,20 90° 1,4

Table B.3: A essoirs divers.

B.4 Pertes de harge linéaires


Le oe ient de pertes de harge linéaires est donné par le diagramme de Moody

(Fig.B.1) i-dessous :

B.5 Rugosité des onduites


Le tableau (Tab.B.4) i-dessous nous donne quelques valeurs des rugosités des

onduites les plus utilisées.

- 239 -
Annexe B : PERTES DE CHARGE.

Types de tuyau ou de Valeur de ε en m


revêtement (neuf ) Intervalle Valeur de on eption
Laiton 0,00015 0,00015
Cuivre 0,00015 0,00015
Béton 0,03-3 0,012
Fonte nue 0,012-0,6 0,024
Fonte asphaltée 0,006-0,18 0,012
Fonte revêtue de iment 0,00024 0,00024
Fonte revêtue de bitume 0,00024 0,00024
Fonte entrifugée 0,0003 0,0003
Fer galvanisé 0,006-0,24 0,015
Fer forgé 0,003-0,09 0,006
A ier ommer ial et a ier soudé 0,003-0,09 0,006
A ier riveté 0,09-9 0,18
Tube étiré 0,00024 0,00024
Bois 0,018-0,9 0,06

Table B.4: Rugosités des onduites.

B.6 Pertes de harge à l'entrée d'une onduite


B.6.1 E oulement laminaire
La gure (Fig.B.2) permet de al uler la longueur d'établissement.

- 240 -
ŸB.6. Pertes de harge à l'entrée d'une onduite.

Figure B.1: Diagramme de Moody pour le al ul de λ.

- 241 -
Annexe B : PERTES DE CHARGE.

1,9
λ = k 64
1,8 Re
x
1,7

1,6
l in
1,5
l in
1,4 D Re
1,3

1,2

1,1

1,0 x 103
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30
D Re

Figure B.2: Perte de harge à l'entrée d'une onduite.

- 242 -
Annexe C
Conversion d'unités

Les tableaux (Tab.C.1) et (Tab.C.2) i-dessous nous donnent respe tivement les

onversions les plus utiles des unités dans les systèmes métrique et britannique.

243
Annexe C : CONVERSION D'UNITÉS.

Conversion d'unités : système métrique


A élération
1 N/kg ≡ 1 m/s2
For e
1 kgf = 1 kgp = 9, 8 N
1 N = 0, 102 kgf = 0, 102 kgp
1 dyne ≡ 1 g.cm/s2 = 10−5 N
Couple
1 m.N = 0, 102 m.kgf = 0, 102 m.kgp
1 m.kgf = 1 m.kgp = 9, 8 m.N
Puissan e
1 J/s = 1 W
1 ch = 735, 5 W
Energie
1 kg.m = 9, 8 J
1 T hermie = 1 kcal = 1000 cal
1 F rigorie = −1 kcal = −1000 cal
Pression
1 atm = 101325 P a = 760 mm Hg
1 bar = 105 P a ≃ 760 mm Hg
1 mm Hg (0 ◦ C) = 133, 322 P a = 1 tarr
1 mm CE (4 ◦ C) = 9, 80638 P a
1 dyne/cm2 = 0, 1 P a
1 N/m2 = 1 P a
1 kgf /cm2 = 98066, 5 P a
1 mbar = 100 P a
Vis osité
1 P L (P oiseuille) = 1 kg/m.s
1 P o (P oise) = 1 g/cm.s
1 St (Stockes) = 10−4 m2 /s = 1 cm2 /s
Température
1 K = 1 ◦ C + 273, 1

Longueur
1 µm (micron) = 10−6 m
1 Å (Angstrom) = 10−10 m

Table C.1: Conversion d'unités : Système métrique.

- 244 -
Conversion d'unités : système britannique
Longueur
1 F t (F oot) = 0, 3048 m
1 in (Inch) = 0, 0254 m
1 yd (yard) = 0, 9144 m
1 m (mile) = 1, 609.103 m
Masse
1 Lbm (P ound mass) = 0, 4535923 kg
1 Slug ≡ Lbf.s2 /f t = 14, 5938976 kg
Masse volumique
1 Slug/f t3 = 515, 38 kg/m3
1 Lbm/f t3 = 16, 02 kg/m3
For e
1 Lbf (P ound f orce) = 4, 44822 N
1 P oundal ≡ Lbm.f t/s2
Pression
1 P sia ≡ Lbf /in2 = 6894, 75 N/m2
1 P sf a = 144 P sia = 47, 88 N/m2
1 Lbf /f t2 = 992844 N/m2
Température
1 ◦ F = 59 ◦ C + 32
1 ◦ R = 59 ◦ K
1 ◦ R = 1 ◦ F + 459, 67
Energie
1 Btu (British thermal unit) = 1054, 35 J
1 F t.Lbf = 1, 356 J
1 hp (horse power) = 746 W
Lbm, Lbf ≡ Livre britannique de masse, de f orce.
P sia, P sf a ≡ P ound Square inch (F oot) area.
Btu ≡ British thermal unit.

Table C.2: Conversion d'unités : Système britannique.

- 245 -
Annexe C : CONVERSION D'UNITÉS.

- 246 -
Bibliographie

[1℄ R. OUZIAUX,  Mé anique des uides appliquée , Ed. Dunod Université, Paris

1978.

[2℄ V. L. STREETER, E. B. WYLIE,  Fluid Me hani s, Ed. M Graw-Hill, Sixth

Ed., 1975.

[3℄ RONALD V. GILES,  Mé anique des uides et hydraulique : Cours et problèmes,

Ed. M Graw-Hill, Série S haum, Paris 1975.

[4℄ A. LENCASTRE,  Hydraulique générale, Ed. Eyrolles, Paris 1996.

[5℄ M. CARLIER,  Hydraulique générale et appliquée, Colle tion de la Dire tion des

Etudes et Re her hes d 'E.D.F. - Ed. Eyrolles, Paris 1972.

[6℄ P.L. VIOLLET, J.P. CHABARD, P. ESPOSITO, D. LAURENCE,  Mé anique

des uides appliquée : E oulements in ompressibles dans les ir uits, anaux et

rivières, autour de stru tures et dans l'environnement, Ed. Presses de l' E.N.P.C.

1998.

[7℄ P. CHASSING,  Mé anique des uides : Eléments d'un premier par ours,
nd
CEPADUES-EDITIONS, 2 Ed. 2000.

[8℄ M. BENTERCIA,  Mé anique des uides, Cours donné à l'Institut de Mé anique,

Univ. Batna 1987.

[9℄ R. REY,  Propriétés inématiques des é oulements, SERAM-ENSAM-Paris 1993.

[10℄ R. REY,  Dimensionnement des turboma hines, SERAM-ENSAM-Paris 1994.

[11℄ J. GRIMSON,  Advan ed uid dynami s and heat transfer, Ed. M Graw-Hill

1971.

[12℄ I.L. RYHMING,  Dynamique des uides : Un ours de base du deuxième y le

universitaire, Ed. Presses Polyte hniques Normandes 1985.

[13℄ B. NEKRASSOV,  Cours d'hydraulique, Ed. MIR, 1967.

[14℄ Frank M. WHITE, Fluid Me ani s, 4th Ed. M Graw-Hill, International Edition

2003.

247
BIBLIOGRAPHIE

[15℄ Régis JOULIE,  Mé anique des uides appliquée, Ed. ellipses, Paris 1998.

ère
[16℄ Y. OURAGH,  E oulements for és en hydraulique, 1 Partie, OPU, Alger 1990.

ème
[17℄ Y. OURAGH,  E oulements for és en hydraulique, 2 Partie, OPU, Alger 1990.

[18℄ J. VINCENT-GENOD,  Le transport des hydro arbures liquides et gazeux par a-

nalisation, Ed. Te hnip, Publi ations de l' I.F.P., 1980.

[19℄ R. CABET et Y. LIZORET,  L'é onomie du transport par onduite, Ed. Te hnip,

Publi ations de l' I.F.P., 1974.

[20℄ J. RIOUT,  Capteurs industriels : te hnologie et méthodes de hoix, Ed. Lavoisier

TEC&DOC, 1985.

ème
[21℄ S. CANDEL,  Mé anique des uides : Cours, Ed. DUNOD, 2 Ed., Paris, 1995.

[22℄ Mohinder L. NAYYAR, Piping Handbook, 7th Ed. M Graw-Hill, 2000.

[23℄ DOE Fundamentals Handbook,  Thermodynami s, Heat Transfer and Fluid

Flow, Vol 3, U.S. Department of Energy, Washington, 1992.

ème
[24℄ R. COMOLET,  Mé anique expérimentale des uides , 2 Ed. Masson, T2,

Paris 1976.

[25℄ G. LEMASSON,  Mé anique des uides. Thermodynamique , Ed. Delagrave, Pa-

ris 1968.

[26℄ E. A. BRUN et al.,  Mé anique des uides , Ed. Dunod, T2, Paris 1968.

[27℄ E. A. BRUN et al.,  Mé anique des uides , Ed. Dunod, T3, Paris 1970.

[28℄ R. COMOLET,  Mé anique expérimentale des uides , Ed. Masson, Paris 1982.

[29℄ I.G. CURRIE,  Fundamentals Me hani s of Fluids , Ed. CRC Press, 4th Ed.,

Bo a Raton 2013.

[30℄ H. SCHLICHTING, K. GERSTEN  Boundary Layer Theory , 8th Ed. Springer-

Verlag, Germany 2000.

- 248 -

Vous aimerez peut-être aussi