Vous êtes sur la page 1sur 11

PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6

Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010


Devoir Maison n˚6
Corrigé

I Généralités sur les plasmas ENS MP 08

3
1. L’énergie cinétique moyenne est hEc i = kB T .
2
2. Si un électron dispose d’un volume a3 a3 alors on a a3 = 1/ne d’où l’expression de la distance moyenne
entre deux électrons : a = n−1/3
e .
3. D’après la loi de Coulomb, l’énergie potentielle d’interaction électrique moyenne est

e2
hEp i =
4πε0 a

En tenant compte de la relation établie à la question précédente, on obtient :

1/3
e2 ne
hEp i =
4πε0

4. Avec les deux expressions précédentes, on trouve :

1/3
e2 ne
Γ=
6πε0 kB T

Les applications numériques conduisent aux valeurs données dans le tableau suivant.

vent solaire couronne solaire ionosphère terrestre métal intérieur stellaire


Γ 1, 6.10−8 1, 1.10−6 1, 1.10−4 5, 2.102 1, 1.10−1

Pour Γ ≪ 1, l’énergie cinétique est très grande devant l’énergie potentielle. La contribution à l’énergie
mécanique est essentiellement liée à la vitesse d’où le qualificatif de cinétique.
Dans la situation contraire où hEp i ≫ hEc i, les particules sont beaucoup plus proches les unes des
autres car on a vu que Ep augmentait avec la densité ne et donc lorsque la distance moyenne entre
les particules a diminue. Il y a beaucoup plus souvent d’interactions (chocs . . . ) entre les particules
d’où le qualificatif de collisionnel.
5. Les densités de particules suivent une statistique de Boltzmann, qui affirme que les densités sont
proportionnelles à un facteur exponentiel du rapport de l’énergie (ici potentielle électrique) sur le
terme énergétique d’origine thermique kB T .
6. En supposant que la permittivité de la couronne solaire est toujours ε0 , on peut écrire l’équation de
Laplace-Poisson :
ρ
∆V = −
ε0
où ρ est la charge volumique qui, ici, s’exprime selon ρ = e(np − ne ).

Tristan Brunier Page 1/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

En utilisant les deux expressions proposées des densités, on trouve


" #
eV (r)
ρ = −2n0 esh
kB T

Le problème est étudié en coordonnées sphériques et sans intervention de θ et ϕ. En utilisant l’ex-


pression du laplacien, on trouve l’équation différentielle :
" #
1 d2 2n0 e eV (r)
[rV (r)] = − sh
r dr 2 ε0 kB T

7. Si Γ ≪ 1, cela signifie que l’énergie cinétique en kB T prédomine sur l’énergie potentielle électrique.
On peut donc effectuer le développement limité au premier ordre
" #
eV (r) eV (r)
sh ≃
kB T kB T

On effectue le changement de variable X(r) = rV (r) pour plus de lisibilité et l’équation différentielle
devient :
s
2
d X X ε0 kB T
2
+ 2 = 0 avec λD = longueur de Debye
dr λD 2n0 e2

Cette équation possède les solutions classiques

X(r) = α e−r/λD + β er/λD

Le potentiel ne peut pas diverger (et donc X(r) non plus) lorsque r → ∞, on a forcément β = 0. La
solution du potentiel est par conséquent

V (r) = α e−r/λD

La détermination de la constante d’intégration α s’effectue en disant que lorsque r ≪ λD , on doit


retrouver l’expression du potentiel créé par un proton seul à savoir

e
Vp,seul =
4πε0 r

e
ce qui donne α = et conduit à la forme de solution proposée :
4πε0

e
V (r) = e−r/λD
4πε0 r

8. Le tracé de la courbe du potentiel est effectué sur la figure 1. Le potentiel décroît très vite avec r.
Il suffit de quelques λD pour que l’exponentielle puisse être considérée comme nulle. Le plasma sera
considéré comme neutre sur une échelle spatiale de 5λD . On met en évidence le fait qu’un proton
dans un plasma sera plutôt entouré d’électrons eux-mêmes ayant tendance à neutraliser le proton,
ainsi au-delà de quelques λD , le proton isolé dans notre raisonnement ne fera plus sentir l’effet de sa
charge. Il se produit un phénomène d’écran.

Tristan Brunier Page 2/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

Figure 1 – Potentiel dans un plasma

9. En effet, le sujet traite de la couronne solaire et l’application numérique doit être faite dans le
vent solaire ( !). Comme il est demandé les conséquences éventuelles sur un satellite, il faut sans
doute s’intéresser au vent solaire à proximité de la Terre car on parle vraisemblablement de satellites
terrestres.
La densité est donc n = 7, 1.106 m−3 et la température T = 1, 3.105 K. On trouve ensuite
λD = 6, 6 m
Cette valeur numérique est dans l’ordre de grandeur de la taille d’un satellite. Le vent solaire n’est
pas neutre pour le satellite, il va apparaître des différences de potentiel en des points relativement
distants du satellite.
Si on effectue l’application numérique pour la couronne solaire avec n = 1015 m−3 et T = 106 K, on
trouve λD = 1, 5 mm. Pour une sonde explorant la couronne solaire (si cela est envisageable. . . ), le
plasma pourra être considéré comme neutre.

II Éléments de magnétostatique Agrégation Chimie 02


1. En 1819, Œrsted observe la déviation d’une boussole au voisinage d’un circuit électrique traversé par
un courant.

− →

2. Soit un élément de courant d C centré sur le point P , associé à un élément de longueur dℓ d’un

− →
− →

circuit parcouru par un courant d’intensité I. d C est donné par d C = I dℓ.


La loi de Biot et Savart donne, en régime stationnaire, l’expression de la contribution d B au champ

− −−→ →
magnétique de l’élément de courant d C en un point M tel que P M = − r :
→ →
− → →

→ µ0 I dℓ ∧ −
− r µ0 d C ∧ − r
dB = 3
= 3
.
4π r 4π r
La perméabilité du vide µ0 et la permittivité du vide ε0 sont reliées par
µ 0 ε 0 c2 = 1
3. Le champ est à flux conversatif si
→ −−→

ZZ
B · d2 S = 0
Σ
pour toute surface fermée Σ. Si Σ est une surface fermée s’identifiant à un tube de champ fermé par
deux sections S1 et S2 , alors, le flux latéral étant nul
→ −−
− → → −−
− →
ZZ ZZ
2
B ·d S = B · d2 S
S1 S2

Tristan Brunier Page 3/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

~ et ~r.
Figure 2 – Orientation des vecteurs B

où les normales sont orientées dans le même sens, par exemple le sens du champ. Il y a conservation
du flux magnétique à travers la section d’une ligne de champ.
Par conséquent, plus la section du tube de champ est petite, c’est-à-dire plus les lignes de champ se
resserrent, plus le champ est intense et vice-versa.
4. Le théorème d’Ampère a été établi en 1827 par Ampère lui-même qui posa les bases de l’électrody-
namique. Dans l’approximation des régimes quasi-stationnaires, le théorème d’Ampère s’écrit, sous
sa forme intégrale
→ −
− →
I
B · dℓ = µ0 Ienlacée
C

Autrement dit, la circulation du champ magnétique le long d’un contour fermé orienté
C est égale au produit de µ0 par l’intensité Ienlacée des courants enlacés par C (comptée
algébriquement suivant l’orientation de C).
Sous sa forme locale, le théorème d’Ampère devient, dans l’A.R.Q.S.,

−→− →
rot( B ) = µ0 −

où →
− est la densité volumique de courant au point considéré.

5. L’intensité des courants enlacés par le contour fermé orienté C est égale au flux du vecteur densité
volumique de courant à travers une surface Σ(C) s’appuyant sur C



ZZ
Ienlacée = →
− · dS
Σ(C)



où l’élément de surface dS de Σ(C) est orienté suivant la règle du tire bouchon à partir de l’orientation
de C.
Avec les mêmes conventions d’orientation, le théorème de Stokes s’écrit

→ −
− → →− → − →
I ZZ

B · dℓ = rot( B ) · dS
C Σ(C)

La forme intégrale du théorème d’Ampère devient

→− → − → −

ZZ ZZ

rot( B ) · dS = µ0 −

 · dS
Σ(C) Σ(C)

Cette relation est valable pour tout contour C. En faisant tendre ce contour vers un point, on obtient
la forme locale du théorème d’Ampère

−→− →
rot( B ) = µ0 −

Tristan Brunier Page 4/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

6. La conservation du flux magnétique est toujours vérifiée. La loi de Biot et Savart, et le théorème
d’Ampère qui en découlent ne sont vérifiées que dans l’A.R.Q.S. c’est-à-dire, pour des fréquences
ne dépassant pas quelques dizaines de MHz dans le cas de circuit dont la dimension est de l’ordre
de 1 m.

7.

8.

9. et 9.

Tristan Brunier Page 5/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

Tristan Brunier Page 6/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

10.

11.

Tristan Brunier Page 7/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

12.

14. L’approximation dipolaire consiste à supposer que le point d’observation est situé très loin de la
distribution de courant. Si a est l’extension spatiale de la distribution et r la distance d’un point
quelconque de la distribution au point M d’observation, l’approximation dipolaire consiste à supposer
que
r≫a


→ →
− →

15. M = I S où S est le vecteur surface associé à la spire et orienté à partir du courant à l’aide de la
règle du tire-bouchon.

Tristan Brunier Page 8/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

16.

− −

17. En un point donné, la tangente dℓ à la ligne de champ doit être colinéaire au champ B , soit, en
coordonnées (r, θ) :
dr Br dr 2 cos θ
= ⇒ = dθ
rdθ Bθ r sin θ
Par intégration, on obtient

ln r = 2 ln | sin θ| + cste ⇒ r = r0 sin2 θ

18. Par conservation du flux magnétique le long d’un tube de champ, l’intensité du champ magnétique
décroît lorsque les lignes de champ s’évasent et inversement : l’intensité du champ décroît pour θ ∈
[0, π/2] puis ré-augmente de manière symétrique de θ = π/2 à θ = π. Bien sûr trop près du dipôle,
en θ = 0 ou θ = π, l’approximation dipolaire ne s’applique pas.
19. Les électrons gravitant autour des noyaux atomiques, on peut les assimiler à des petites boucles de
courant. (La nature quantique de l’électron fait également intervenir la notion de spin, qui d’un point
de vue classique, correspond à une rotation de l’électron sur lui-même). Le moment magnétique est
relié au moment cinétique orbital par

→ →

M =γ L

où γ est le rapport gyromagnétique, qui vaut −e/2m pour un électron. Le moment cinétique étant
quantifié et prenant des valeurs multiples de ~, on définit le magnéton de Bohr comme la plus petite
unité de moment magnétique
e~
µB =
2m

Tristan Brunier Page 9/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

III Étude thermodynamique de la synthèse d’éthanol CAPES 07


1. État standard : état de référence d’un constituant physico-chimique pris sous P = P 0 = 1 bar.
2. D’après la règle des phases de Gibbs :

v =c+2−ϕ−k−r =3−1+2−1−0= 3

L’équilibre est entièrement déterminé par la donnée de trois paramètres intensifs indépendants (T ,
P et un paramètre de composition par exemple). Autrement dit, il est impossible de fixer plus de
trois paramètres intensifs indépendamment tout en conservant l’équilibre chimique.
3. D’après la loi d’action de masse
0
P (C2 H5 OH); P 0
K =
P (C2 H4 )P (H2 O)
4. On calcule, à l’aide de la loi de Hess :

∆r H 0 (298 K) = −45, 8 kJ.mol−1 et ∆r S 0 (298 K) = −125, 7 J.K−1 .mol−1

Or
∆r Cp0 = −11, 8 J.K −1 .mol−1
est supposée indépendante de la température.
Les lois de Kirchhoff donnent alors
Z 4
0 0
∆r H (400 K) = ∆r H (298 K) = 00∆r Cp0 dT = −47, 0 kJ.mol−1
298
4 ∆r Cp0
Z
∆r S 0 (400 K) = ∆r S 0 (298 K) = 00 dT = −129, 2 J.K−1 .mol−1
298 T

5. Comme ∆r G0 = ∆r H 0 − T ∆r S 0 , on obtient
!
∆r G0
K 0 (400 K) = exp − = 0, 245
RT

6. (a) En exprimant les pressions partielles des gaz en fonction de leurs quantités de matière :
!
αeq (2 − αeq ) P0
K0 =
(1 − αeq )2 P

(b) On en déduit αeq = 0, 104 .


7. (a) La réaction est exothermique (∆r H 0 < 0). D’après la loi de Van’t Hoff, une augmentation de
température, toutes choses étant égales par ailleurs, déplace l’équilibre dans le sens endother-
2
mique, c’est-à-dire, dans notre cas, dans le sens indirect ←.
(b) En utilisant les lois de Kirchhoff, on trouve
Z 550
0 0
∆r H (550 K) = ∆r H (298 K) + ∆r Cp0 dT = −48, 77 kJ.mol−1
298

et
550 ∆r Cp0
Z
0 0
∆r S (550 K) = ∆r S (298 K) + dT = −132, 9 J.K−1 .mol−1
298 T

Tristan Brunier Page 10/11 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚6
Sciences Physiques Pour le mardi 23 novembre 2010

On en déduit
!
∆r G0
∆r G0 (550 K) = 24, 32 kJ.mol−1 0
et K (550 K) = exp − = 4, 9.10−3
RT

Finalement, on trouve αeq = 2, 44.10−3 à 550 K. L’avancement à l’équilibre a bien diminué.


8. (a) D’après la loi de Le Châtelier, une augmentation de pression, toutes choses étant égales par
ailleurs, déplace l’équilibre dans le sens de la diminution du nombre de moles de gaz, donc dans
1
le sens direct →.
(b) La loi d’action de masse permet d’écrire
!
αeq (2 − αeq ) P0
K0 =
(1 − αeq )2 P

En prenant K 0 (550 K) = 4, 9.10−3 et P3 = 10 bars, on trouve αeq = 2, 36.10−2 . Le coefficient


de dissociation a augmenté d’un ordre de grandeur. L’équilibre est bien déplacé dans le sens
direct.
9. La pression est élevée, ce qui est conforme aux prévisions ; par contre la température est assez élevée,
ce qui n’est pas conforme à notre étude. Mais, notre étude est purement thermodynamique : nous
n’avons pas tenu compte de l’aspect cinétique (barrière énergétique à franchir pour amorcer une
réaction). Une température élevée favorise la cinétique de la réaction.

Tristan Brunier Page 11/11 Année 2010-2011