Vous êtes sur la page 1sur 3

PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚14

Sciences Physiques Pour le mardi 15 mars 2011


Devoir Maison n˚14

Corrigé

I Diffraction E3A PSI 03

I.A. Généralités sur la diffraction


1. Tout point P d’une surface Σ, réelle ou fictive, atteinte par la lumière issue d’une source ponctuelle
monochromatique S peut être considérée comme une source secondaire émettant une onde sphérique.
L’amplitude de cette onde est proportionnelle à celle de l’onde incidente et à l’aire dSP autour de P ,
sa phase et sa pulsation étant celles de l’onde incidente.
Les différentes sources secondaires atteintes par la lumière incidente sont cohérentes entre elles.
e−jϕ
ZZ
2. s(M) = K s(P ) dΣ
r
3. (a) Voir figure 1.

Figure 1 –

Si on veut n’utiliser qu’une lentille (L1 ), il faut placer l’écran très loin (à plusieurs mètres si a
est de l’ordre du dixième de mm) afin de respecter les conditions de Fraunhofer.
Toutefois, la position de la pupille diffractante par rapport aux lentilles n’a pas d’influence
sur le montage. De même, la position relative des deux lentilles importe peu. On peut donc
rapprocher les deux lentilles l’une de l’autre au point de les faire se superposer au niveau de
la pupille diffractante : les conditions de Fraunhofer sont alors respectées à conditions que la
source et l’écran soient situés à la distance focale des deux lentilles. Or, si les deux lentilles
de superposent, tout se passe comme si l’on n’avait qu’une seule lentille dont la vergence est
la somme des vergences. Au cas où les lentilles possèdent la même distance focale f ′ , leur
superposition au même point est équivalente à une lentille de focale f˜′ = f ′ /2. La source et
l’écran sont alors situés à la distance f ′ = 2 × f˜′ de cette lentille équivalente.
Conclusion : Il est possible de n’utiliser qu’une lentille en accolant la pupille diffractante à la
lentille de focale f ′ . La source et l’écran sont alors situés à la distance 2f ′ de la lentille.
(b) La fente est éclairée, grâce à la lentille, par un
faisceau parallèle en incidence normale. Puisque a est
très petit, la diffraction ne se fera que dans la direction Ox (intensité non nulle seulement pour

Tristan Brunier Page 1/3 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚14
Sciences Physiques Pour le mardi 15 mars 2011

βM = βS ).

De plus, s(P ) = s0 (P ) e−iϕP avec ϕP = ϕS + (SP ).
λ

Remarque : en réalité, étant donnée la définition de ϕ, il y a un terme en e−ik(O M ) qui doit
apparaître dans l’expression de ds(M). On supposera que ce terme est compris dans K. Il est
de toute façon constant pour tout point P .
Comme l’onde est plane, s0 (P ) = cte et comme l’incidence est normale, (SP ) = cte pour tous
les points de la surface diffractante. Finalement, s(P ) = cte = s0 .
Si on utilise une lentille en entrée et en sortie de montage, r0 n’a plus sa raison d’être. L’énoncé
fait probablement allusion au cas d’un montage sans la seconde lentille. Dans ce cas, si l’écran se
trouve à grande distance de la fente (par rapport à a), on peut assimiler P M à O ′ M, c’est-à-dire
à r0 , au dénominateur . En revanche, cette approximation n’est pas possible dans l’expression
du déphasage ϕ car une différence entre P M et O ′ M de l’ordre de la longueur d’onde donne un
déphasage non négligeable.
Z a/2 Z L/2 −jϕ(x′ ,y′ )
e
On a finalement : s(M) = K s0 dx′ dy ′
−a/2 −L/2 r0
(c) Si l’énoncé demande le déphasage entre l’onde issue de P et celle issue de O, on a :

2π 2π x′ x 2πx′ x
ϕ= [(P M) − (O ′ M)] = δ avec δ = − soit ϕ=−
λ λ f′ λf ′

Déplacer la fente parallèlement à O ′x′ ajoute uniquement un déphasage contant dans l’ampli-
tude, qui disparaît lorsque l’on calcule l’éclairement.
(d) On calcule d’abord l’amplitude diffractée :
!
a/2
Ks0 L iKs0 aL πxa
Z ′
i 2πxx
s(M) = e λf ′ dx′ = sinc
r0 −a/2 r0 λf ′

Puis on obtient l’éclairement : !


πxa
E(x) = E0 sinc2
λf ′

On retrouve la fonction sinus cardinal au carré. Le premier maximum secondaire a une valeur
λf ′
relative de 0, 047, et les minima (nuls) sont obtenus pour x multiple entier de .
a
(e) Le pouvoir séparateur est la capacité à distinguer 2 objets proches l’un de l’autre. Critère de
Rayleigh : on distingue 2 taches si le maximum de la seconde est au moins là où l’éclairement
de la première s’annule.
Pour minimiser l’influence de la diffraction, il faut utiliser des instruments d’optique de grand
diamètre.

I.B. Fentes d’Young et diffraction


4. On voit l’enveloppe en pointillés due à la diffraction par les fentes de largeur a à l’intérieur de laquelle
on retrouve la figure d’interférences à 2 ondes.
λf ′
À partir de l’abscisse du minimum de la figure de diffraction, on déduit = 4, 4 mm, d’où
a

Tristan Brunier Page 2/3 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Corrigé du Devoir Maison n˚14
Sciences Physiques Pour le mardi 15 mars 2011

a = 0,25 mm. !
2πdx
La figure d’interférences correspond à celle des fentes d’Young donc E(x) = 2E0 1 + cos .
λf ′
λf ′
On en déduit que = 0, 55 mm d’où d = 1, 0 mm.
2d
5. (a) La largeur des fentes étant très petite devant la distance les séparant, la figure d’interférences
va être visible sur un grand nombre d’oscillations.
Les deux sources de longueurs d’onde différentes étant incohérentes, leurs éclairements se
somment et on obtient :
!
2πdx 2πdx
E = E1 + E2 = 2E0 2 + cos + cos
λ1 f ′ λ2 f ′

soit " ! !#
1 1 1 1
E = 4E0 1 + cos πδ + cos πδ −
λ1 λ2 λ1 λ2
" ! !#
∆λ 2πδ
On peut réécrire l’éclairement : E = 4E0 1 + cos πδ 2 cos
λ0 λ0

(b)
" ! # " ! #
∆λ ∆λ
Emax = 4E0 1 + cos πδ 2 et Emin = 4E0 1 − cos πδ 2

λ0 λ0
!
∆λ
On a alors : C = cos πδ 2

λ0

∆λ π δ λ0
(c) Le contraste s’annule une première fois pour πδ = soit p = = A.N. : p ≃ 491.
λ20 2 λ0 2∆λ

Tristan Brunier Page 3/3 Année 2010-2011

Vous aimerez peut-être aussi