Vous êtes sur la page 1sur 7

PSI - Lycée Bellevue Devoir Maison n˚9

Sciences Physiques Pour le mardi 4 janvier 2011


Devoir Maison n˚9

À rendre pour le mardi 4 janvier 2011

Électromagnétisme

I Champ électromagnétique dans un condensateur plan cylindrique


Un condensateur plan est constitué par des armatures métalliques circulaires de rayon R et de même
axe ∆ = z ′ z, séparées d’une hauteur h (figure 1). Ce condensateur est soumis à une tension alternative
donnée, de fréquence f = ω/2π, qui produit à l’instant t dans l’espace vide entre les armatures un


champ E = ~e0 cos(ωt), uniforme, sinusoïdal dans le temps et axial (c’est à dire parallèle à l’axe ∆), qu’on

− →

écrit en notation complexe : E 0 = ~e0 eiωt où ~e0 est l’amplitude du champ E 0 .

Figure 1 –

− →
− −

Le champ électrique E 0 crée un champ magnétique B 1 , lequel engendre un champ électrique E 2 , qui

− →

crée à son tour un champ magnétique B 3 , qui engendre E 4 , etc.
Dans tout le problème, on négligera les effets de bord.

I.A. ~ 1 et E
Calcul des champs B ~2

− −

1. Les variations dans le temps du champ électrique E 0 créent un champ magnétique B 1 . On veut


calculer B 1 .


(a) En un point M entre les plaques, donner l’équation de Maxwell à laquelle satisfait B 1 (M, t) en


fonction de ω, c (la célérité de la lumière dans le vide) et E 0 .

Tristan Brunier Page 1/7 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Devoir Maison n˚9
Sciences Physiques Pour le mardi 4 janvier 2011



(b) On utilise les coordonnées cylindriques. Montrer que B 1 (M, t) est orthoradial (c’est à dire dirigé
selon ~uθ .
Quel est son sens au temps t ?
(c) Soit le cercle C1 parallèle au plan xOy, centré sur ∆ et passant par M.

− →

Calculer la circulation de B 1 sur le contour C1 , qu’on orientera comme B 1 .

− ωρ − →
En déduire l’expression de B 1 (M, t) en fonction de c, X = et E 0 .
2c
Quelle est la dimension de X ?

− −

2. Les variations dans le temps du champ magnétique B 1 créent un champ électrique E 2 . On veut


calculer E 2 .

− →
− →

(a) Quelle relation lie E 2 à B 1 ? En déduire l’équation de Maxwell satisfaite par E 2 (M, t) en


fonction de c, X, ω et E 0 .


(b) Sans faire de calculs, montrer que l’on peut supposer E 2 axial.
(c) Soit le contour orienté rectangulaire C2 (figure 2) dans un plan méridien :

Figure 2 –


Calculer la circulation de E 2 sur C2 .

− →
− −
→ −

En déduire l’expression de E 2 (M, t) en fonction de X et E 0 en prenant E 2 (ρ = 0) = 0 .
Justifier ce choix.

I.B. Comportement à basse fréquence


A basse fréquence (X ≪ 1) on néglige les termes en X de degré supérieur à 2.


3. Exprimer, dans ces conditions, le champ magnétique total B BF (M, t) et le champ électrique to-


tal E BF (M, t) qui règnent en M à l’instant t à l’intérieur du condensateur, en fonction de c, X


et E 0 .
4. Étude énergétique
(a) Calculer la densité volumique instantanée ue (t) d’énergie électrique et la densité volumique
instantanée um (t) d’énergie magnétique dans le condensateur en fonction de ε0 (la permittivité
du vide), X, ωt et e0 = k~e0 k.
(b) On note hue,mit les moyennes temporelles correspondantes.
hum it
Exprimer, en fonction de X, le rapport . Que concluez-vous ?
hue it

Tristan Brunier Page 2/7 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Devoir Maison n˚9
Sciences Physiques Pour le mardi 4 janvier 2011

5. Puissance rayonnée

− −

(a) Soit Π le vecteur de Poynting associé à ce champ électromagnétique. Calculer Π à l’ordre le
plus bas en X, en fonction de ε0 , c, X, e0 et ωt.
(b) En déduire que les échanges par rayonnement se limitent à la surface latérale du condensateur.
Calculer la puissance rayonnée instantanée P(t) et en déduire hP(t)it .
Comment interprétez-vous ce résultat ?

I.C. Comportement à haute fréquence


À haute fréquence, on ne peut plus négliger les termes en X de degré supérieur à 2. On va donc

− →
− →
− →

calculer B 3 dont E 2 est la source, E 4 dont B 3 est la source, etc.


6. Donner l’orientation de B 3 .


Quelle est l’équation satisfaite par B 3 ?

− →

Calculer la circulation de B 3 sur C1 et en déduire l’expression de B 3 (M, t) en fonction de c, X


et E 0 .


7. Calculer E 4 (M, t).

− →

8. Expression des champs E 2n et B 2n+1 .

− →
− 1
(a) On veut calculer par récurrence l’expression de E 2n . On suppose que : E 2n (M, t) = (iX)2n vE0 (
(n!)2


En déduire B 2n+1 (M, t).


(b) Calculer alors E 2n+2 (M, t). Que concluez-vous ?
9. Étude du champ électrique


(a) Montrer que le champ électrique total E (M, t) qui règne à l’intérieur du condensateur s’exprime


simplement en fonction de E 0 et de la fonction de Bessel J0 (x) (donnée en annexe), à condition
d’attribuer à x une expression littérale qu’on donnera.


(b) Décrire la configuration du champ E (M, t) et examiner ses variations en fonction de ω. Montrer
qu’à la périphérie du condensateur, certaines valeurs de ω annulent le champ électrique.
10. Réalisation d’une cavité : on ferme le condensateur au niveau de sa surface latérale ρ = R par une
feuille d’aluminium assimilé à un conducteur parfait. On cherche les fréquences propres de la cavité
ainsi constituée, c’est-à-dire les fréquences particulières permettant l’existence d’une onde décrite
→ P −
− →
par E = n E 2n avec les notations du paragraphe précédent.

− →

(a) Quelles sont les conditions aux limites imposées aux champs E et B par la présence de la
feuille d’aluminium ?
(b) Quelles sont les pulsations possibles pour le champ électromagnétique dans cette cavité cylin-
drique ?
(c) On excite la cavité à l’aide d’un générateur électrique délivrant une tension sinusoïdale de
fréquence f aux bornes du condensateur. On constate expérimentalement que l’amplitude du
champ dans la cavité prend des valeurs très importantes pour certaines fréquences fi . Comment
appelle-t-on ce phénomène ?


(d) Calculer la fréquence f1 la plus basse du champ E 0 dans la cavité pour R = 4.10−2 m. On
donne c = 3.108 m.s−1 .
11. Étude du champ magnétique

Tristan Brunier Page 3/7 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Devoir Maison n˚9
Sciences Physiques Pour le mardi 4 janvier 2011



(a) Dans une étude simplifiée du champ magnétique total B (M, t) qui règne dans la cavité, on ne
retient que les deux premiers termes du développement en série.
→ 

Donner dans ces conditions l’expression de B Rρ sachant que l’on se place à ω = 2,4c
R
.
On considère la fonction ! !
ρ c − → ρ
y = − B

R →
iE 0 R

Quelle est la dimension de y ? Montrer que y Rρ est de la forme




! !3
ρ ρ ρ
y =α −β
R R R
où α et β sont des coefficients numériques qu’on donnera. Montrer que cette fonction passe par
un maximum pour une valeur ρmax de ρ. En déduire son graphe.
(b) Caractériser la densité de courant dans la paroi latérale de la cavité. Donner son expression en
fonction de µ0 (la perméabilité du vide) et B(ρ = R).
Application numérique : Calculer sa valeur sachant que E0 = 106 v.m−1 .
On rappelle que µ0 = 4π.10−7 H.m−1 .
12. Comment seraient modifiés qualitativement les résultats précédents si on tient compte de la valeur
finie de la conductivité de l’aluminium ?

I.D. Calcul direct du champ électrique total E


Au lieu de calculer le champ total sous forme d’une série, on souhaite calculer directement le champ


électrique E qui règne entre les armatures.
13. Obtenir l’équation générale de propagation qui relie les dérivées partielles d’un champ électrique.
14. On cherche à cette équation une solution axiale, ayant la symétrie du cylindre (invariance par rotation
et par translation selon l’axe de révolution), qu’on écrit en notation complexe :


E (M, t) = E(ρ) eiωt ~uz
Donner l’équation différentielle du second ordre satisfaite par la fonction scalaire E(ρ) pour une
fréquence donnée.
15. Montrer, par un changement de variable judicieux, que cette équation différentielle peut s’écrire :
!
d2 1 d
+ + 1 E(x) = 0
dx2 x dx

16. Montrer qu’on obtient la même solution que précédemment.

I.E. Introduction d’un diélectrique


Au lieu du vide, le condensateur précédent contient un diélectrique parfait, homogène, non chargé, de
permittivité ε et de perméabilité µ = µ0 (celle du vide).
17. Quelles sont, sans faire de calculs, les modifications à apporter aux notations précédentes pour décrire
ce cas ?
En déduire l’expression du champ électrique total dans le diélectrique.
18. L’introduction d’un diélectrique a-t-elle de l’influence :
⋆ sur le module de la partie spatiale du champ électrique en un point donné ?
⋆ sur la valeur de la fréquence de résonance ?

Tristan Brunier Page 4/7 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Devoir Maison n˚9
Sciences Physiques Pour le mardi 4 janvier 2011

II Annexes

→ →

A et B . . . sont des vecteurs quelconques.
f , g, . . . sont des fonctions scalaires quelconques.

II.A. Relations géométriques entre les opérateurs différentiels

−→ −−→ → −
− → →
− −→−→ → −
− → − →
rot(gradf ) = ∇ ∧ ∇f = 0 div(rot A ) = ∇ · ∇ ∧ A = 0


→ −−→ −→ −→− → − → −→ − → −−→ →
− →

∆f = ∇ 2 f = div(gradf ) rot rot( A ) = ∇ ∧ ∇ ∧ A = grad(div A ) − ∆ A

−−→ →
− −−→ −−→
grad(f g) = ∇(f g) = f grad g + g grad f


− −
→ →
− →
− −−→ − →
div(f A ) = ∇ · (f A ) = f div( A ) + grad f · A

−→ − → −
→ →
− −→− → −−→ →

rot(f A ) = ∇ ∧ (f A ) = f rot( A ) + grad f ∧ A

−−→ −→ − → − −
→ → − → → −−→ −
− → → −−→ −
− → − → − →− → → −
− →− →
grad( A · B ) = ∇( A · B ) = ( A · grad) B + ( B · grad) A + A ∧ rot( B ) + B ∧ rot( A )

→ −
− → − −
→ → − → −→− → − → − → − →− →
div( A ∧ B ) = ∇ · ( A ∧ B ) = rot( A ) · B − A · rot( B )

−→− → − → −
→ → −
− → →
− →
− →
− →
− → −−→ −
− → → −−→ −
− →
rot( A ∧ B ) = ∇ ∧ ( A ∧ B ) = A div( B ) − B div( A ) + ( B · grad) A − ( A · grad) B

Théorème de Green-Ostrogradsky


Soit Σ une surface fermée et V (Σ) le volume contenu dans Σ. Alors pour tout champ de vecteurs A
dérivable dans V (Σ) :
→ −−
− → →

ZZ ZZZ
2
A ·d S = div( A )d3 V
Σ V (Σ)

Théorème de Stokes-Ampère

Soit C un contour fermé et Σ(C) une surface s’appuyant sur C (donc ouverte !). Alors pour tout champ


de vecteurs A dérivable sur Σ(C) :
→ −
− → →− → −−→
I ZZ

A · dℓ = rot( A ) · d2 S
C Σ(C)

Théorème du gradient

Soit Σ une surface fermée et V (Σ) le volume contenu dans Σ. Alors pour tout champ scalaire f dérivable
dans V (Σ) :
−−
→ −−→
ZZ ZZZ
2
fd S = grad (f )d3 V
Σ V (Σ)

Tristan Brunier Page 5/7 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Devoir Maison n˚9
Sciences Physiques Pour le mardi 4 janvier 2011

Théorème de Kelvin

Soit C un contour fermé et Σ(C) une surface s’appuyant sur C. Alors pour tout champ scalaire f
dérivable sur Σ(C) :

− −−→ −−→
I ZZ
f dℓ = d2 S ∧ grad (f )
C Σ(C)

II.B. Coordonnées cylindriques et expression des opérateurs différentiels

Vecteur position
z ~uz −−→
OM = ρ ~uρ + z ~uz
~uθ
M Vecteur déplacement
× ~uρ −
→ −−→
dℓ = dOM = dρ ~uρ + ρ dθ ~uθ + dz ~uz

Élément de volume
O y
d3 V = ρ dρ dθ dz
ρ
x θ

Champ de scalaires Champ de vecteurs




f (ρ, θ, z) A = Aρ (ρ, θ, z) ~uρ + Aθ (ρ, θ, z) ~uθ + Az (ρ, θ, z) ~uz

Expressions des opérateurs vectoriels

−−→ →
− ∂f 1 ∂f ∂f
gradf (ρ, θ, z) = ∇f = ~uρ + ~uθ + ~uz
∂ρ ρ ∂θ ∂z

!

→ 1 ∂ ∂f 1 ∂2f ∂2f
∆f (ρ, θ, z) = ∇ 2 f = ρ + +
ρ ∂ρ ∂ρ ρ2 ∂θ2 ∂z 2

! ! !
−→− → − −
→ → 1 ∂Az ∂Aθ ∂Aρ ∂Az 1 ∂(ρAθ ) ∂Aρ
rot( A ) = ∇ ∧ A = − ~uρ + − ~uθ + − ~uz
ρ ∂θ ∂z ∂z ∂ρ ρ ∂ρ ∂θ


− − −
→ → 1 ∂(ρAρ ) 1 ∂Aθ ∂Az
div( A ) = ∇ · A = + +
ρ ∂ρ ρ ∂θ ∂z

Tristan Brunier Page 6/7 Année 2010-2011


PSI - Lycée Bellevue Devoir Maison n˚9
Sciences Physiques Pour le mardi 4 janvier 2011

II.C. Les fonctions de Bessel


Les fonctions de Bessel Bν (z) sont des solutions de l’équation différentielle :
!
d2 Bν (z) 1 dBν (z) ν2
+ + 1 − 2 Bν (z) = 0 ν∈R, z∈C
dz 2 z dz z

Les fonctions de Bessel de première espèce Jν (z) sont définies par la série
!ν ∞
!2k
z X (−1)k z
Jν (z) = (| arg z| < π)
2 k=0
k!Γ(ν + k + 1)) 2

où Γ est la fonction qui généralise la fonction factorielle.


Dans le cas particulier ν = 0, on a

!2k
X (−1)k z
J0 (z) =
k=0
(k!)2 2

Pour x réel, le graphe de la fonction J0 (x) est, pour sa partie x > 0, le suivant :

Tristan Brunier Page 7/7 Année 2010-2011