Vous êtes sur la page 1sur 5

1ère Année Pharmacie Les tissus

Biologie végétale secréteurs

Plan du cours

I. Les tissus sécréteurs vrais

I.1.Tissus sécréteurs externes

I.2. Tissus sécréteurs internes

II. Les poches et canaux


sécréteurs

Dr NADOUR H.
MAITRE ASSISTANTE EN BOTANIQUE MEDICALE
Biologie végétale Tissus sécréteurs

LES TISSUS SECRETEURS

Généralités
Par opposition aux glucides, aux lipides et aux protides présents dans toutes les cellules, il
existe des métabolites dits secondaires (tanins, alcaloïdes, huiles essentielles, hétérosides…)
qui se rencontrent seulement chez certaines espèces, dans certaines cellules ou tissus
spécialisés.

Ces substances sont très exploitées par l’homme notamment en industrie


pharmaceutique mais leur rôle dans la plante reste mal connu.

Les tissus sécréteurs sont subdivisés en deux grandes catégories :

- Ceux dont la substance sécrétée reste à l’intérieur des cellules qui l’ont produite : ce
sont les tissus sécréteurs vrais.
- Ceux dont la substance sécrétée est déversée dans un espace intercellulaire bordé
par les cellules sécrétrices : ce sont les poches et les canaux sécréteurs.

I. Les tissus sécréteurs vrais

Ces cellules ou tissus sécréteurs sont subdivisés selon leur position dans l’organe.

I.1. Cellules ou tissus sécréteurs externes

On les trouve au niveau de l’épiderme :

1. Cellules épidermiques sécrétrices : les cellules de certains épidermes sont


productrices d'essences. Ex. : épiderme à papilles des pétales de rose ou de jasmin
(Figure 1).

2. Poils épidermiques sécréteurs : situés à la périphérie de divers organes (calices,


feuilles, tiges) formés d’un pied plus ou moins long et d’une tête formée d’une ou
plusieurs cellules sécrétrices. Ex. : famille des Lamiacées (Figure 2).

I.2. Cellules ou tissus sécréteurs internes

1. Cellules sécrétrices internes : se rencontrent dans les tissus internes (parenchyme


cortical, phloème et xylème). Elles peuvent contenir plusieurs types de substances :
essences, résines, tannins, cristaux, gommes et mucilages. Elles sont en général plus

Dr NADOUR H. 1/4
Biologie végétale Tissus sécréteurs

grandes que les cellules qui les entourent et ont une paroi cellulosique plus épaisse.
Ex. : cellules isolées internes de la feuille du Laurier sauce (Figure 3).

2. Laticifères : cellules ou tissus qui sécrètent du latex (liquide généralement blanchâtre


exsudant après blessure chez certaines plantes (Ex. Figuier).
Selon leur origine, on distingue deux types :

a. Les laticifères vrais : ils proviennent d’une seule cellule parenchymateuse qui, en
se différenciant en laticifère, s’allonge considérablement souvent dans plusieurs
directions. Sa paroi s’épaissie et son cytoplasme se charge en latex (Figure 4).

b. Les faux laticifères ou laticifères articulés : ils proviennent de plusieurs cellules


parenchymateuses disposées en file. Leurs cloisons transversales peuvent se
résorber partiellement ou complètement. Elles peuvent aussi s’anastomoser avec
les cellules voisines et former un véritable réseau (Figure 5).

II. Les poches et canaux sécréteurs

II.1. Les poches sécrétrices

Les poches sécrétrices peuvent se former suivant deux processus différents :

1. Poches schizogènes : elles proviennent d'une cellule parenchymateuse qui se divise par
deux cloisonnements successifs perpendiculaires l'un à l'autre. Le méat central, limité
par les quatre cellules filles, s'agrandit tandis que les cellules qui le bordent se divisent
par des cloisons radiales. Le méat devient ainsi une lacune bordée par une rangée de
cellules sécrétrices d’essence (Figure 6). Ex. : les Myrtacées (Eucalyptus, Giroflier).

2. Poches schizolysigènes : le début de leur formation est identique à celui des poches
schizogènes. Mais, une fois la lacune formée, les cellules de bordure se divisent par des
cloisons tangentielles. La lacune centrale est alors bordée par plusieurs assises de
cellules superposées. Les plus internes se lysent ; on observe alors dans la cavité, mêlés
aux produits sécrétés, les débris de leurs parois (Figure 7). Ces poches sont particulières
aux Rutacées (citron, orange …) chez lesquels elles sont abondantes dans le zeste.

II.2. Les Canaux sécréteurs

Leur formation est semblable à celle des poches schizogènes mais elle affecte une file de
cellules superposées. Ils ont la forme de poches sécrétrices très allongées et orientées dans
le sens de la longueur de l’organe qui les contient. Les cellules sécrétrices du canal sont
protégées par des cellules à paroi plus épaisse, cellulosique ou lignifiée (Figure 8).
Ex. : Conifères, Ombellifères, Térébinthacées.

Dr NADOUR H. 2/4
Biologie végétale Tissus sécréteurs

Figure 1 : Epiderme à papilles Figure 2 : Poils sécréteurs

Figure 3 : Cellule sécrétrice interne

Figure 5 : faux laticifères


Figure 4 : Laticifère vrai a) laticifère articulé ; b) laticifère articulé anastomosé

Dr NADOUR H. 3/4
Biologie végétale Tissus sécréteurs

Figure 6 : Formation d’une poche sécrétrice schizogène

Figure 7 : Formation d’une poche sécrétrice schizolysigène


c

Figure 8 : Canal sécréteur

Dr NADOUR H. 4/4

Vous aimerez peut-être aussi