Vous êtes sur la page 1sur 17

Serge Joachim II

MANIFESTE POU UN DÉPART EN DOUCE DE JOVENEL

LA DÉCLARATION DU NORD

INTRODUCTION

Jamais la nation n’a été à ce point abusée, violentée, malmenée de l’intérieur par ses propres fils,
insultée, avilie, vilipendée de l’extérieur, par ces éternels racistes encore plus déterminés à lui arracher
son indépendance, à lui ôter son droit d'aînesse et droit à la vie. Jamais elle n’a été autant poignardée
dans le dos par les éternels renégats, Conzé et Judas Iscariote, de tout acabit. Maudits enfants du
peuple, maintes fois, issus de la basse matrice nationale, rejetons de l’arrière-pays, trop heureux de
s’atteler à la sale besogne de destruction des fondements de l’état. Et pis encore de se mettre au
service d’étrangers pour la destruction de la patrie flétrie. Pour quelques deniers ou en retour d’un sale
petit visa ou de vaines promesses électorales.
Jamais non plus la conscience nationale n’a été aussi vive, aussi touchée, aussi meurtrie, mais aussi
lucide, alerte, consciente ​de la lourde tâche à accomplir, des difficultés, exigences et contraintes pour
la reconstruction nationale et l’établissement de l’ordre nouveau.

Aujourd’hui, le cœur bouillant de révolte, saisi d’une rare détermination, d’une main ferme nous
écrivons ces lignes appelées à secouer les esprits pour le grand réveil national et le prodigieux bond en
avant. Citoyen lucide et responsable, nous ne saurions rester indifférent face à tant de bêtises, tant de
méchancetés et d’égarement du pouvoir en place.

Cette vulgaire plaisanterie n’a que trop duré. Il est donc temps pour les citoyens lucides et
responsables de se réveiller et de prendre en charge le destin collectif, nonobstant le coût, peu importe
le prix, quels qu’en soient les moyens et leurs conséquences nécessaires.

Dezòd jovenel sa ale twò lwen. Li lè li tan pou sitwayen responsab yo, moun pitit Dessalines yo,
moun Capois la Mort yo, moun Toussaint Louverture ak Rwa Henry Christophe yo, moun ki gen san
Ewo Vètyè yo k ap koule nan venn yo, moun ake sa yo ki pa janm konn achte figi pèsonn. Ki pa janm
aprann pè ni Blan, ni rouj, ni nwè. E ki pa janm pè mennen batay.

Enben lè a rive pou nou, pou nou leve kanpe pou mete you fren nan dezòd ak malpwòpte Jovenel sa
a.

Jodiya koujouwouj la lanse pou mare Jovenel ak tout bann sanpwèl li yo, nan PHT KK a.

Condoléances Jovenel, w ale, ou pa la ankò. Noumenm sitwayen nan Nò yò nou fin chante lantèman
w déjà. Denye Ochan an ak Libera a nap chante pou n ekspedye mò santi a, pou n voye kadav pouri
al fini anba tè. Ou mèt te al kache nan lanfè, n ap antre nan lanfè, n ap rache w. Pou n flanke w, sa w
fout merite a.

Se pa ti sousou Pòtoprens yo osnon ti politisyen nan Sid yo, Bann Ti Lambert kalanbert, osnon Aya,
Torti, Latortie, k ap pale avè w la jodiya. Se toro Nò yo k ap pale avè w jodiya. Se yo ki mobilize nan
degonn ou jodiya pou mande w regleman.

Lè a rive gason m, mare senti w, pou w rann pèp la kont.

Serge Joachim II, Nord d'Haïti ce dimanche, modifié lundi matin, 1 :29 AM
MANIFESTE POU UN DÉPART EN DOUCE DE JOVENEL

LA DÉCLARATION DU NORD

CONSIDÉRATIONS

Considérant:

1.- La faillite de L’État Haïtien. La dérive de la barque nationale. Le Pays entier fonçant tout droit
vers l’abîme. Faute d’un capitaine lucide, soucieux du destin national, à même de prendre en main,
d’une main ferme et sûre, le destin collectif.

2.- Considérant le haut degré d’immoralité, de pourriture du tissu social, de corruption scandaleuse au
sein même des artères des trois Pouvoirs : Exécutif, Législatif. Judiciaire.

3.- Considérant aussi la médiocrité proverbiale des responsables au pouvoir, ajoutées à la mauvaise foi
et une volonté farouche d’achever la nation, d’en piller les fonds. Avant de prendre la fuite pour l’exil
vers des univers paradisiaques. Pour mener la belle vie à l’étranger, avec la complicité traditionnelle
de comparses et de ​paillasses​ internationaux.

4.- Considérant encore la dégradation totale et effarante du niveau vie, les risques accélérés de
nouvelles violences sociales et politiques inévitables, et l’imminence d’une guerre civile nécessaire
capable de déboucher sur des centaines de milliers de morts, des purges, pogroms, massacres….

5.- Vu l’indifférence et le laxisme, voire la complaisance de l’état et les risques encore accrus d’un
soulèvement populaire spontané, non organisé, impulsif, déclenché par l’émotion, la passion, la haine
et de vieilles rancunes sociales, tenaces, exacerbées encore par la misère et la souffrance. Ce qui ne
manquerait pas de déboucher encore sur des violences indicibles et des torts énormes faits à une
population épuisée, à bout, exsangue qui ne demande pourtant qu’à vivre et à prospérer en paix …

Avec tout le lot déplorable des mises à sac, incendies, meurtres collectifs, assassinats aveugles,
exécutions sommaires. Et le danger de voir des milliers et des milliers d’innocentes victimes, prises en
otage par une populace déchaînée, emportées dans la tourmente. Piégées dans la spirale infernale.
Pour un carnage en règle, à la rwandaise.
Regardez bien les grandes villes du pays. Et voyez comment elles sont entourées de bidonvilles de la
honte, ceinturées par une populace affamée et par les hordes désespérées, qui encore un peu de temps,
acculées au désespoir. Le fusil en main, la machette au poing, le coutelas aux lèvres, comme de braves
petits corsaires, elles se jetteront, au moindre signal, sur les familles paisibles, livrées pieds et mains
liées au ​banditisme aveugle et mal structuré.

6.- Vu aussi, non seulement la nette incapacité des responsables au pouvoir, à assurer la sécurité
publique… Et pis encore, la main active de ces prétendus dirigeants et dits responsables, dans
l’alimentation de l’insécurité, le financement de gangs armés, l’instrumentalisation politique des
bandits et pires vauriens nationaux. Vu également l’appui moral, économique, logistique, judiciaire,
apporté à ces hordes de meurtriers, de tueurs à gages et d’assassins.

7.- Vu a combinaison de ces différents faits susmentionnés, leurs effets néfastes sur l’équilibre social
et la survie de la nation. En plus d’autres faits et facteurs pervers encore plus nombreux et plus graves
encore, qu’il convient de garder sous silence, faute d’espace…

Force est donc de ​CONSTATER ​dans les faits :

A.- L’inefficience (voire l’inexistence pratique) d’un pouvoir dégénéré, moribond, en état comateux,
désormais incapable de jouer le moindre rôle social et de remplir la moindre fonction publique.

B.- La caducité d’un Parlement croupion, malpropre, pourri et dégénéré.

C.- L’effondrement et l’inutilité d’un système judiciaire véreux, désormais incapable de jouer le
moindre rôle social.

DÉCRÉTONS​, par conséquent, le vide institutionnel, la vacance présidentielle, la mort, de fait, du


pouvoir en place. Et en appelons à l’organisation d’un Conseil de Salut Public devant :

1.- Structurer un organe de prise en charge de la dérive nationale.

2.- Organiser l’intérim autour de citoyens compétents, sérieux et responsables.


3.- Lancer un programme de concertation, de réflexions, devant déboucher sur LA Conférence
Nationale. Pour la mise en œuvre d’un Consensus National et L’élaboration d’un Nouveau Contrat
Social.

4.- Créer les conditions objectives pour la refonte de l’état et l’orientation nouvelle de la Nation.

5.- Travailler à la mise en place des fondements objectifs, bases et assises solides de la Nouvelle Haïti.
Pour un nouveau départ.

6.- Identifier les valeurs, talents, compétences, individus susceptibles d’œuvrer à l’effort de
relèvement national

7.- Coordonner, organiser, articuler pour une véritable synergie.

CONSTRUIRE UN CONSENSUS AUTOUR D’UN NOYAU DE BASE ÉPROUVÉ

Considérant :

1.- le courage indomptable de Me André Michel, sa bravoure indicible face à des Bandits Légaux,
son zèle et dynamisme. TENANT COMPTE du Consensus de Mirebalais en 4 points, une plateforme
solide et réaliste sur laquelle il convient de bâtir.

2.- Considérant aussi la nécessité de faire avancer la lutte, de soutenir l’effort de Me Michel et de
compléter l’excellent travail commencé mais qui doit s’achever, par d’autres initiatives objectives,
réalistes, taillées sur mesure, au niveau national, qui ne font pas forcément, conjoncturellement appel
à la violence, ni aux MANŒUVRES PRÉMATURÉES de déstabilisation.

Car il faut, non pas BOUSCULER le départ de Jovenel Moïse, mais bel et bien ​CONSTRUIRE LE
DÉPART​ de Jovenel Moïse.

3.- Considérant la nécessité de faire avancer la lutte pour le changement et d’intégrer toutes les
couches de la nation (masses populaires, couches moyennes, élites intellectuelles et professionnelles,
bourgeoisie) et tous les éléments d’élite quels qu’ils soient (peu importe l’origine sociale, la couleur
de la peau, la position économique, le niveau intellectuel) en fonction seulement du mérite individuel.
4.- Considérant aussi le rôle joué par d’autres citoyens tels Moïse Jean Charles, dans l’organisation, la
mobilisation et la structuration de l’opposition face au pouvoir en place.

5. Le poids majeur d’hommes d’affaires et d’entrepreneurs dynamiques, lucides dans le processus de


relèvement national.

6.- Le rôle joué par de nombreux journalistes et médias

7.- Le poids de nombreuses Églises, particulièrement protestantes (53% de la population) dans la


propagation d’un Évangile du changement possible et nécessaire.

DÉCRÉTONS, dans l’intérêt collectif, la survie de l’état, la grandeur nationale et le relèvement de la


patrie outragée :

- ​La non reconnaissance, à partir de la parution du présent manifeste, du pouvoir en place

de Jovenel Moïse, de toutes les mesures prises par son régime, système politique ou
gouvernement, membres, diplomates, agents ou responsables de ce pouvoir en place ou qui lui
sont associés.

- ​Toutes décisions quelles qu’elles soient sont considérées dès lors, comme nulles et non

avenues. De même que tout accord, contrat passé avec des nations, états, sociétés, individus,
tiers quelconques au nom de la nation. Aux contrevenants d’assumer seuls les conséquences
de tout engagement pris par un pouvoir comateux dans lequel la nation ne se reconnait plus.

- ​La caducité du Parlement : La nation ne se reconnaissant plus dans ces élus. En attendant

la prise en fonction du Conseil National de Salut Public appelé à prendre en main la barque
nationale et à mettre de l’ordre dans la bergerie.

- ​La prise en charge progressive, par le Conseil National de Salut Public, de l’Administration
Centrale et de la gestion de la Chose Publique, la mise en veilleuse des garanties
constitutionnelles. Et la refonte du système judiciaire pourri jusqu’à la moelle.
LE CONSEIL NATIONAL DE SALUT PUBLIC.(CNSP)

Le Conseil National de Salut Public.(CNSP) se fonde sur le Principe Politique du Moindre Mal : La
présence de Jovenel Moïse au pouvoir, constituant le plus grand mal.

Le Conseil se veut donc une tentative de souder une unité nationale objective et fructueuse, sur des
particularités multiples et diverses. Pour sauver à temps ce qui peut être encore sauvé et construire
ensemble, le nouveau départ. En vue du grand bond national en avant.

L’heure n’est donc plus aux vieilles luttes intestines, dissensions internes, conflits et tiraillements
traditionnels dans une tentative irresponsable de contrôle exclusif, mesquin et égoïste du Pouvoir. A
travers le Conseil National de Salut Public (CNSP). Mais de préférence pour l’efficacité et la viabilité
de ce Conseil, dans le respect mutuel, la tolérance, le dialogue, la concertation.

La volonté et l’Objectif majeur du CNSP est donc de :

a.- Mettre de côté, tout esprit partisan, rivalités stériles.

b. - Rejeter toutes ambitions personnelles, jalousies, critiques non fondées, coups de langue classiques
et accusations gratuites susceptibles de jeter le trouble et la confusion, obstacle majeur à la Cohésion
Nationale, handicap principal au relèvement collectif et au développement intégral, global et durable.

c.- Créer les conditions objectives d’un nouveau départ. Conditions qui vont permettre d’œuvrer, en
toute sérénité d’une part, à la liquidation de ce pouvoir infect en place. Et d’autre part, à la mise en
place des conditions objectives de la relève nationale.

DE LA FORMATION DU CONSEIL NATIONAL DE SALUT PUBLIC (CNSP).

Vu la gravité et complexité de la crise nationale, vu également la tâche difficile de transformer un


pays arriéré, ce conseil subira un double, voire un triple compartimentage. Il sera formé de 7 membres
dont 5 du Conseil Intérimaire de Gouvernement.

Ce conseil de Salut Public aura pour mission d’assurer l’intérim, tout en travaillant au rétablissement
de l’ordre et à la sécurité publique, à la mise en place des bases et fondements objectifs de la Nouvelle
Haïti. De concert avec les forces vives de la nation (Société civile, membres de la Conférence
Nationale, etc.).

Ce conseil, dans le cadre de la Stabilité nationale, du développement et du progrès, se donnera tout


appui externe, si nécessaire et quand nécessaire. Se réservant le droit de discuter, de négocier avec des
tiers, nationaux ou étrangers. Après invitation du Conseil, sur demande formelle et expresse du
Conseil. Et dans le cadre d’alliances, d’accords, de pactes, librement définis et consentis.
Ce conseil respectera tout accord objectif, fondé sur le Droit, passé avec des pays amis ou tiers. Il en
profite aussi pour en appeler au soutien désintéressé de tous les pays amis dans la mise en place des
fondements de la Nouvelle Haïti… Tenant néanmoins à leur rappeler à ces pays amis qu’il s’agit là
d’une affaire interne et strictement nationale. Leur priant de garder une distance respectueuse et
respectable des Questions Nationales et d’éviter de s’immiscer, sans invitation expresse, dans les
affaires internes d’une nation souveraine. Sous peine d’aggraver le climat social délétère et
d’accélérer de façon maladroite et irresponsable, le processus de décomposition du tissu social. Et
favoriser l’entrée en jeu de nouveaux mécanismes de défense publique appelés à sauver la barque
nationale, souvent mise en péril, par la méchanceté, l’arrogance, le racisme et l’irresponsabilité de
nations dites sœurs et amies.
I.- DU CONSEIL INTÉRIMAIRE DE GOUVERNEMENT

Au sommet, pour combler le vide institutionnel et le constat de la vacance présidentielle (de fait. Pour
nullité absolue et incapacité fonctionnelle), un Conseil Intérimaire de Gouvernement, est nommé, issu
du Conseil National de Salut Public (CNSP).

Il s’agit là de citoyens qui au cours de ces dernières années ont fait preuve de leur engagement en
faveur de la patrie outragée.

Ces individus ont été choisis. Soit en fonction de leur engagement et militance. Soit à la faveur de leur
poids inévitable dans la stabilisation de la question sociale et politique. Soit aussi en raison de leur
capacité à jouer un rôle majeur dans la survie et l’équilibre de l’état menacé dans ses fondements, le
salut de la barque sociale en péril, la relève nationale, le développement et le progrès.

La Nouvelle Haïti doit se construire non sur la haine, la jalousie, les coups de langue destructeurs, les
aigreurs et amertume traditionnelles, mais sur la justice. Le respect des valeurs individuelles. Peu
importe la couleur de la peau, l’origine sociale, citadine ou paysanne, le niveau éducatif ou
intellectuel, le pouvoir économique, etc.

Seuls les mérites individuels doivent guider dans le choix des individus.

En ce sens nous avons pensé à 5 individus :

MOÏSE JEAN CHARLES,

Me ANDRÉ MICHEL,

LILIANE PIERRE PAUL

DR RÉGINALD BOULOS,

Un membre du Secteur Évangélique très actif au niveau national et qui représente à lui seul, 53% de la
population.
DE MOÏSE JEAN CHARLES

Peu importe, le rejet et le mépris profond dont cherche à le combler un secteur de la population, pour
de prétendues origines paysannes, un discours trop créolisant… Ou un niveau intellectuel jugé peu
suffisant…

Pour nous, soucieux de justice sociale, base et fondement de tout développement intégral et durable,
Moïse Jean Charles, n’en déplaise à plus d’un, constitue un élément d’élite.

Efforçons-nous de faire un peu preuve d’objectivité dans l’analyse du cas Moïse : Sortir de ladite
paysannerie en Haïti, dans un pays hostile aux paysans, provenant d’une modeste famille rurale, ne
maîtrisant pas le Français comme ces gens éduqués de la capitale et des grandes villes de province. Ne
pas posséder un bagage intellectuel jugé suffisant et adéquat par les élites…

Et arriver malgré tout, à se faire élire Maire à plusieurs reprises. Pour se faire ensuite Sénateur.
Arriver à prendre la tête de l’opposition, pendant des années. Mobiliser derrière soi, des centaines de
milliers de partisans au niveau national. Pour se faire ensuite au niveau international de grandes et
solides relations.

Soyons sérieux, mes amis, mettons de côté tout préjugé. Et reconnaissons qu’il faut être un homme
exceptionnel pour arriver à réaliser de tels exploits, dans un pays hostile, qui n’offre rien. Pays arriéré
où l’on cherche à détruire les autres. Rien que pour empêcher leur percée. Par conséquent, pour en
arriver là. A sa position, Il faut être un être exceptionnel, voire un génie de la Politique

Car ce n’est pas le parler français à la port-au-princienne ou à la française qui fait le citoyen. Sinon
l’on n’aurait jamais eu des Toussaint, Dessalines, Christophe, Capois La Mort, etc. Mais bel et bien la
capacité à se définir au niveau social, à s’affirmer, au milieu de tous et à saisir l’initiative parmi tous
et aux dépens de tous.

Renmen Moise Jean Charles pa renmen l, se you eleman d’élite ke li ye. E li la sou beton an, anba je
tout moun e l ap travay. Ke w vle l ke w pa vle l. Ke w renmen l ke w pa renmen l.

E Konbyen nan nou ki ka reyisi fè sa Moïse Jean Charles rive fè a. Nan nivo nasyonal e entènasyonal
? Malgre yo di li se tinèg andeyò, li pa konn pale franse. Li pa sesi li pa sela.

An nou aprann apresye moun pou sa yo ye a.

E se konsa sèl n ap kap bati you Nouvèl Ayiti. Nan respè youn pou lòt. San gade sou kesyon nèg lavil,
nèg andeyò, nèg pale franse, nèg pale kreyòl.

Me André Michel : On ne saurait passer sous silence le courage indomptable, la bravoure indicible de
Me André Michel face à des Bandits Légaux, le zèle, le dynamisme et la clairvoyance politique dans
la mise en place des 4 points fondamentaux (plateforme théorique) sur lesquels il convient de bâtir.
Liliane Pierre Paul : Fanm Vanyan peyi a. Poto mitan de la vie nationale, symbole de l’honneur, de la
dignité, de la force de caractère, de l’opiniâtreté dans la lutte nationale pour le changement. Dans un
pays machiste, violent, peu favorable à la percée sociale et avancement politique des femmes.

Dr Réginald Boulos, peu importe les critiques destructives, commentaires malsains, faits à son sujet,
failles, faiblesses, erreurs éventuelles, restera pour nous, politologue, agent du développement et
acteur impliqué et passionné de longue date, pour le relèvement national, un homme intéressant…

Un citoyen qui, dans un pays pauvre, arriéré et corrompu, en mal d’un secteur privé fort et dynamique,
en arrive à payer à l’état, dans ce pays corrompu et pourri, jusqu’à la moelle, 18 millions de dollars
d’impôts en une année…

Un individu qui en outre, dans un quartier populeux et misérable, rongé par la corruption, déchiré par
la violence armée, réussit à construire et à faire fonctionner une école qui en arrive à récolter le
meilleur taux de réussite aux examens officiels.

Il s’agit donc là pour nous, peu importe les failles, lacunes, faiblesses, erreurs, un homme de poids,
dont la présence est incontournable, indispensable, voire nécessaire, sinon dans la construction de la
Nouvelle Haïti, du moins dans l’effort collectif de mise en place de fondements de la Nouvelle Haïti.

Le CONSEIL INTÉRIMAIRE DE GOUVERNEMENT (CIG) sera donc formé de 5 membres :

1.- Un noyau de trois membres piliers (potomitan) qui joueront le rôle d’exécutif (Moïse Jean Charles,
Me André Michel, Liliane Pierre Paul). Ils joueront le rôle de : Président de la République, de
Vice-Président, de Président Adjoint.

2.- Entouré de deux acolytes qui jouissent également du titre de Président, des droits et privilèges qui
leur sont réservés, puisque membres de l’Exécutif et du Conseil de Intérimaire de Gouvernement.

1.- Dr Réginald Boulos du Secteur Privé

2.- Un membre incontournable du secteur Évangélique qui constitue de nos jours 53% de la
population. Un secteur qui malgré ses crises, ses vides, failles, lacunes, faiblesses, corruption
proverbiale, n’a pas manqué de jouer un rôle actif, souvent méconnu dans le processus de maintien de
l’équilibre social et de relève nationale.

On pensera pour ce Conseil Intérimaire à l’un des membres actifs et connus du secteur Protestant,
impliqués de longue date dans la vie sociale et religieuse de la nation :

Soit au Pasteur Grégory Toussaint.

Soit au Pasteur Chavannes Jeune.

Soit au Pasteur Maxo Joseph. Ou encore au célèbre, mais controversé Muscadin.


Car l’avantage de Muscadin, c’est même quand il est contesté, voire controversé, c’est que lui au
moins, il produit quelque chose, et apporte sa collaboration active au développement national.
Contrairement à ceux qui parlent beaucoup, critiquent toujours, mais n’apportent rien à la construction
de l’édifice national. Ne servent en rien et n’ont jamais servi en quelque chose à l’avancement de la
nation.

Muscadin peut mal produire, ne pas produire assez ou ne pas produire dans les conditions requises.
Mais un fait reste certain, c’est qu’il produit et apporte beaucoup. Contrairement aux autres qui n’ont
rien à offrir. Sinon que leurs critiques, aigreurs et amertume traditionnelles.

La Nouvelle Haïti, rappelons-le, doit se construire non sur la haine, la jalousie, les coups de langue
destructeurs, mais sur la justice (Moun lan travay se pou li rekòlte). Le respect des valeurs
individuelles. Peu importe la couleur de la peau, l’origine sociale, citadine ou paysanne, le niveau
éducatif ou intellectuel, le pouvoir économique, etc.

Seules les mérites individuels doivent guider dans le choix des individus.

UN PRÉSIDENT ISSU DU NOYAU DU CONSEIL INTÉRIMAIRE DE GOUVERNEMENT (CIG).


PRENDRA LA TÊTE DUDIT CONSEIL

Des trois membres du noyau du CIG, Moise Jean Charles, Me André Michel, Liliane Pierre Paul, sera
choisi un chef qui jouera le rôle de Président de la République, suivi d’Un Vice Président et d’un
Président Adjoint. Ou selon les goûts et humeurs, choisir, si on le préfère un membre des cinq. Mais
nous avions voulu agir dans un esprit de justice sociale, en tenant compte du mérite individuel, du rôle
du poids politique dans le dénouement de la crise.
II.- DE LA PRIMATURE

Au second plan pour cerner la problématique de la Primature (multiples et divers problèmes posés par
une Primature quasi inutile qui n’a servi en rien la nation). Construire un nouveau Gouvernement,
Gérer la chose Publique, liquider les affaires courantes. Travailler à la mise en place des fondements
nouveaux de de l’État avec les membres du Conseil de Salut Public, les membres de la Conférence
nationale, la société civile, le secteur privé.

Nous avons pensé, pour des raisons pratique à un homme du NORD (pour des raisons pratiques et
stratégiques), homme simple, humble, sage, dépourvu de toute mégalomanie, folies de grandeur,
délire arriviste et de ces sottes ambitions et prétentions, propres à ceux-là atteints du mal des
grandeurs.

Homme du Nord auquel on peut s’allier : GÉRARD LULY MESIDOR, Directeur de Radio Vision
2000, branche Nord. Membre à la fois du secteur médiatique, du secteur privé et professionnel, proche
de l’Église Catholique, etc. Il constitue le 6è membre du CNSP.

En plein accord et de concert avec le Conseil de Salut Public, les membres de la Conférence
Nationale. Après consultation avec le secteur privé, la société civile, etc., Il aura la prise en charge de
la réorientation, réorganisation, restructuration de la Primature, le choix d’un Premier Ministre, la
constitution d’un cabinet ministériel, la définition des prérequis en rapport avec l’occupation de la
Primature.
III.- LE GRAND CONSEIL OU CONSEIL DES ANCIENS

Au troisième niveau : Un membre de la société civile (non encore identifié), connu pour sa militance
exemplaire, son amour désintéressé de la Patrie, son honnêteté proverbiale, ses compétences… Pour
prendre la tête d’un organisme spécial de prise en charge de :

A.- La Conférence Nationale

B.- Le Procès de Petro Caribe

C.- La Constitution et mise en place d’un Grand Conseil ou Conseil des Anciens appelé à :

1.- structurer cet organisme nouveau.

2. éclairer de ses bons, loyaux et judicieux conseils, le pouvoir en place, la nation, le gouvernement,
etc.

3.- Élaborer des feuilles de suggestions et propositions pertinentes pour la bonne gouvernance
nationale et la saine conduite de la barque de l’état, l’équilibre global et la Cohésion Sociale.

4.- Bâtir un calendrier pour la mise en œuvre urgente et l’exécution expresse, rapide de ces questions
délicates de la vie nationale dont la Conférence Nationale, le Procès de Petro Caribe, la lutte contre la
corruption et la mise en place des fondements nouveaux pour l’orientation nouvelle de la Nouvelle
Haïti.

Du 7​ème​ membre du Conseil NAtional de Salut Public

Nous Serge Joachim II, dans le cadre d’une Nouvelle Haiti, nous travaillerons à ​la bonne
coordination, harmonie et équilibre du Conseil National de Salut Public, à la Planification Politique, à
la définition de stratégies de gestion du pouvoir et de la chose publique, à la mise en œuvre des
moyens de consolidation et de défense, la survie et le succès du pouvoir en place. Dans un contexte
explosif, etc., marqué par la dérive collective, les ambitions sordides et rivalités sourdes pour le
contrôle de l’espace.

Par conséquent, nous constituerons par là le 7​ème​ membre du Conseil National de Salut Public.

Un Bureau Politique se constituera au Cap-Haïtien. Pour la préparation des conditions pour un départ
en douce et une transition sereine, le transfert de pouvoir, l’unité et la Cohésion du CNSP, à travers
l’Unité Sociale et la Cohésion Nationale. Pour la mise en œuvre desdits Plans et Projets
susmentionnés de relèvement national.
.

POUR TERMINER

Tenons à rappeler que cette déclaration ne constitue qu’un pas, une démarche entre plusieurs plus
radicales. Et faute d’exécuter ce plan précis, simple, élémentaire, démocratique et responsable, nous
penserons alors à d’autres mesures encore plus réalistes et objectives, plus complexes et encore mieux
élaborées, appelées à mettre en œuvre le départ, en douce et dans les conditions légales et
démocratiques de l’actuel tenant du pouvoir, produit de la volonté d’un secteur étranger, lié au
Banditisme Légal à la mafia nationale.

Nou pral pran tou les mwayen posib e imajinab pou peyi a debloke tout bon vwe. Abraham fout di
setase. Lè a rive pou Ayiti libere. Paske bagay yo pa ka kontinye konsa ankò. Bagay yo pa dwe
kontinye konsa ankò. E yo pap kontinye konsa ankò.

E depi se nèg nan Nò ki di sa e ki pran dosye sa an men…

Adje wo!

Latè mèt tranble, loraj mèt gronde, lanmè a mèt dechennen, sa yo vle ki fèt la se limenm menm k ap
fèt. Malè a tout moun kèlkeswa moun lan ki kanpe ankwa sou chimen liberasyon pèp sa k ap soufri
depi dikdantan an.

Sèl Dieu tout-puissant anlè a ki ka kanpe ankwa devan nou.

Sonje Mackandal, Boukman, Toussaint, Capois La Mort, Dessalines, Christophe. San bliye Moise
Louverture, Jean François, Biassou. Pou n tonbe nan Bwa Kayiman, Charrier, Vertières. Tout se gwo
ero yo te ye. Nan Nò yo te soti. Yo pa t fè gwo klas. Gen nan yo ki p at ni lekti, ni ekriti, bon jan
analfabèt yo te ye. E poutan se te de gran jeni yo te ye. De Grand Héros national yo te ye.

Malgre lanfè sistèm esklavajis la, malgre mechanste kolon yo ki chak jou te deside bwè plis san
esklav yo. Malgre gwo jeneral Leclerc ak Rochanbo, malgre gwo zam lame kolonyal la ak tout Jral
Louis Jean Beaugé, Mouche yo bay pou Bonaparte la , mesye sa yo te rive met do lame okipasyon
franse a atè. Kanmenm.

Malgre tou, tout trayizon, kou ba ak mechanste Prezidan meriken an, vye rasis yo bay pou Thomas
Jefferson lan, bann ti nèg nwè analfabèt sa yo, te rive bay nanchon an endepandans li.

E jodiya apre Bondye, se gras a yo nou la, sou tè sa. E jodiya ankò apre Bondye, nou ka kase chenn sa
yo.
Menm jan yo menm yo te kase chenn esklavaj la. Jodiya tou, noumenm nou, nan Nò, nou ka fout kase
chenn yo tou.

Batay la chanje faz. Baton an vire bout. Li lè pou peyi a libere tout bon vwe. Nou ka fè sa ankò. N
abitye fè sa déjà. Nou ka fout refè sa ankò.

Avec Dieu nous ferons des exploits et il écrasera nos ennemis. Ak Leternel an lè a, pa gen anyen nou
pap ka fè. Tout advèsè yo, tout lenmi yo, anba pye n pou yo tonbe.

Nou pran desizyon mete you fen nan dezòd sa. E pa gen you loray kraze, ni tonè boule ki pou fout
kanpe ankwa kont volonte chanjman sa. N ap itilize tout zam, tout zouti, tout mwayen, vizib e envizib,
materyèl oswa sipènatirèl nan efò chanjman sa a. N ap mobilize tout fòs ak pyisans ki egziste anlè a,
ke fòs de byen yo, ke fòs demonyak e pyisans enfènal yo kont kèlke swa moun ki kanpe ankwa sou
wout delivrans la. Nou ka fè sa. Nou konn fè sa. Nou gen mwayen, pouvwa, pyisans ak lotorite pou n
fè sa.

Abraham di setase. E JPP, jan l pase li pase, n ap fout mete you fen nan dezòd sa. Nou mande tout
peyi etranje, tout peyi rasis yo, tout peyi yo ki kanpe ankwa kont devlòpman peyi a, pou yo fè respè
yo. Pou yo manyè fè you kanpe lwen nan zafè pitit tè a k ap soufri, ki bouke soufri e ki deside regle
zafè yo ak frè parèy yo. Pou eta pèp la amelyore, pou kondisyon lavi peyi a chanje.

Nou avèti yo davans, ke menm jan Paul te livre Korentyen Enfidèl la, bay pyisans tenèb yo, konsa n
ap mobilize tout monn tenèb la, fòs demonyak, ak pyiyosans enfènal yo, kont kelke swa moun lan, ki
kanpe ankwa kont liberasyon pèp la. Kidonk n’avèti yo davans. Se You fason pou lè frap mistik ak
misil envisib ap lanse sou lenmi yo. Pou yo pa viktim ladan l, yo menm, fanmi yo, pitit yo, mari yo
osnon madanm yo.

Li lè li tan pou peyi a pran you souf. Pou rejim PHT KK Jovenel sa ale !

Par tous les moyens.

P.S. Nous présentons nos excuses, à tous ceux-là dont le nom figure dans ce document. Sans leur
avoir demander (à aucun d’entre eux) leur autorisation.

Mais soulignons néanmoins à notre avantage que personnalités publiques, leurs œuvres sociales, actes
politiques, ne leur appartiennent plus, livrés qu’ils sont à la critique ou à l’approbation collective.

Rappelons, en outre, que ce document constitue un brouillon. Par conséquent sujet à des corrections,
remaniements, non dans le fonds, mais dans la forme, le style, la syntaxe et structure linguistique.

Fait le dimanche 15 septembre 2019, modifié le lundi matin, à 3 :09 AM, revu et corrigé à 10 :05
AM. Publié ce mardi matin, sur Google.doc à 2:14 AM
Serge Joachim La Nouvelle Haïti.