Vous êtes sur la page 1sur 103

2ème SEMESTRE

MODULE M2102 :

SOLLICITATIONS SIMPLES (TORSION – FLEXION)


SOLLICICTATIONS COMPOSEES
FLAMBEMENT

PROBLÈMES-CORRIGES

Bienvenue à vous
au laboratoire de :
Dimensionnement Des Structures
du Département :
Génie Mécanique et Productique
Ce livre électronique est destiné à compléter le cours enseigné durant la première
année du module F213, et relatif au deuxième Semestre.
Il reprend le plan suivi en amphithéâtre avec d’avantages de détails, d'illustrations
ainsi que des corrigés des Problèmes du fascicule Travaux Dirigés qui, nous l’espérons,
vous permettront de mieux comprendre cette matière qui n’est pas si terrible qu’elle
peut laisser paraître.
A présent, choisissez sur votre gauche dans l’onglet signet un chapitre du programme
que vous désirez voir ou revoir .

BON TRAVAIL-BON COURAGE

A.BENNANI - Y.LAFON-JALBY - M.MASSENZIO - S.RONEL


TD-1A-S2-M2102

M2102

INERTIE

TORSION

FLEXION

SOLLICITATIONS COMPOSEES

FLAMBEMENT

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 2
TD-1A-S2-M2102

INERTIE

PROBLÈME N°1

1°) L'aire de la surface ci-contre vaut 129 cm². Ses


z , '
moments d'inertie par rapport aux axes α et α' valent
respectivement 37 460 cm4 et 74 920 cm4. La distance
d2 vaut 7.6 cm. Calculez la distance d1, le moment
G d'inertie de la surface par rapport à l'axe central y,
y
et le moment statique de la surface par rapport à
l'axe α'.
d1
2°) L'aire de la surface ombrée ci-contre vaut
 maintenant 96.78 cm². Son moment d'inertie par
rapport à l'axe α' vaut 16 650 cm4. Les distances d1 et
d2
'
d2 valent respectivement 7.6 cm et 5.1 cm. Calculez le
moment d'inertie de la surface par rapport à l'axe α

RÈPONSES N°1 z , '

G y

d1

d2
'

1) Théorème d’Huyghens :
 I  I yy  d12 A 1 37460  I yy  d12129 1

 
 I ' '  I yy  d1  d 2 A
2 2
2 
 
 74920  I yy  d1  7,6 129
2
2

2  1 
 37460  2d1  7,6  7,62 129  d1=15,3 cm

En reportant la valeur de d1 dans l’équation (1) : Iyy= 7246,6 cm4

Q '  x 'G A  15,3  7,6 129 Qα’=2954,1 cm3


2) 
I yy  I ' '  d12  d 22 A  Iyy=16650-12,72*96,78 Iyy=1040,35 cm4
I  I yy  d12 A Iαα=1040,35+7,62*96,78 Iαα=6630,37 cm4

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 3
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°2

Calculez pour la surface ci-contre:

a) Ixx et Iyy si b = 25 cm.


b) b pour que Ixx = Iyy.

RÈPONSES N°2
y
S

b 25 mm x
G2 G1 25 mm

50mm 300 mm
a) b=25cm
30  5 3 5  253
Décomposons la surface S en deux S1, et S2 I S1
xx  I xxS 2 
12 12

30  53 5  253
I  I I
S
xx
S1
xx
S2
xx   Ixx=6822,92 cm4
12 12

De même après application du théorème d’Huyghens :


5  30 3 25  53
I yyS 1   20 2  30  5 I S2
yy   2,52  5  25
12 12

5  303 25  53
I yyS  I yyS1  I yyS2   20 2  30  5   2,52  5  25 Iyy=72291,67 cm4
12 12

30  53 5  b 3 5  303 b  53
b) Ixx = Iyy    20 2  30  5   2,52  5  b
12 12 12 12
5b3-500b-851250=0 équation du 3èm degré admettant 2 solutions imaginaires et une solution réelle :
b=56 cm

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 4
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°3
10mm
z Calculez pour la surface ci-contre:
1°) Les moments et le produit
d'inertie par rapport aux axes
centraux y et z.
50mm 2°) La position des axes centraux
principaux et les moments d'inertie
G y
10mm
principaux.
3°) Les moments et le produit
50mm d'inertie par rapport à deux nouveaux
axes centraux obtenus par une
rotation positive de 30° des axes y et
10mm z.
90mm

RÈPONSES N°3

10mm z

S
z1

y1
50mm G1
z3 S

G
y3 y
10mm G3

z2

50mm
y2
G2
S

10mm
90mm
1°)
Décomposons la surface initiale S en trois surfaces S1, S2 et S3 : I yyS  I yyS1  I yyS2  I yyS3 avec I yyS1  I yyS 2

 4cm
Appliquons le théorème d’Huyghens : I yyS1  I yS11y1  z G21 A1 et I yyS3  I yS33y3 G1
yz 2,5cm

 1  43  9 13
I yyS  2  2,52  4   IyyS=61,42 cm4
 12  12

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 5
TD-1A-S2-M2102

 4  13  1 93
  4   4  
2
De même : I  2S
zz IzzS=189,42 cm4
 12  12
I yz  I yz  I yz  I yz avec I yz  0 (y et z sont axes de symétrie pour S3) I yzS1  I yzS2  I yS11z1  y G1 z G1 A1
S S1 S2 S3 S3

I yzS  20   42,5 4 1 car I yS11z1  0 (y1 et z1 sont axes de symétrie pour S1) IyzS=-80 cm4

2°)
Position des axes principaux : z
t
 2 I yz Y
tan 2 
I yy  I zz
cos 2 même signe que I yy  I zz Z
-34°33
 
ˆ  y, Y
φ=64°33 h
 2  80
tan 2   1,25
61,42  189,42 30°
cos 2  0 G
y

sin tan

2φ2
1 cos
2φ1
-1,25

21  5134
Inversion trigonométrique de la tangente : tan 2  1,25 
22  128 66

Or cos 2  0 la solution φ1 est donc à rejeter.  


φ=64°33 avec ˆ  y, Y

Moments d’inertie principaux

I yy  I zz 61,42  189,42 1
I YZ  
1
I yy  I zz   4 I yz2 
2
 61,42  189,422  4 802
2 2 2 2

IY=227,87 cm4
IZ=22,97 cm4

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 6
TD-1A-S2-M2102

3°)
Utilisons les formules de rotation exprimées dans les axes principaux :

 IY  I Z IY  I Z h
 I hh  2  2 cos 2 Ψ

 I tt 
IY  I Z IY  I Z
2

2



cos 2  
2
  
avec ˆ  Y , h
θ
Y

 φ
 I  I
I ht  Y Z sin 2 y
 2

227,87  22,97 227,87  22,97


I hh 
2

2

cos 2  3433 

Ihh=162,7 cm4
Itt=88,14 cm4
Iht=-95,43 cm4

Nous pouvons vérifier que : Ihh+Itt = IY+IZ = IG = 250,84 cm4

PROBLÈME N°4

Calculez, pour la surface ci-contre (les cotes


6 sont en cm):
1°) La position du centre de gravité dans le
repère x,y.
2°) Les moments et le produit d'inertie par
2
rapport aux axes centraux parallèles à x,y.
2 3°) La position des axes centraux principaux et
x
les moments d'inertie principaux.

2 2 6

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 7
TD-1A-S2-M2102

RÈPONSES N°4
Décomposons la surface initiale S en trois surfaces S1, S2 et S3
Y
z

6cm
z3
10/9

y3
G3 y
z1 G z2
10/9
S
2cm y1 y2
G1 G2

2cm S

2cm 2cm 6cm

1)
1cm 7cm 3cm
G1 G2 G3 A1=4cm2 A2=12cm2 A3=20cm2
XY 3cm XY 3cm XY 5cm

X G1 A1  X G 2 A2  X G 3 A3 1 4  7  12  3  20
XG  
A1  A2  A3 4  12  20 4,11cm
G
Y A Y A Y A 3  4  3  12  5  20 4,11cm
YG  G1 1 G 2 2 G 3 3  XY
A1  A2  A3 4  12  20

Si S1 S2 S3
Ai (cm2) 4 12 20
Gi/yz (cm) -28/9 26/9 -10/9
-10/9 -10/9 8/9
Iyiyi (cm4) 24/12 6*23/12 2*103/12

Iyizi (cm4) 0 0 0

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 8
TD-1A-S2-M2102

2)
I yyS  I yyS1  I yyS2  I yyS3 avec I yySi  I ySiiyi  z 2Gi Ai
2 2 2
2 4  10  6.23  10  2.10 3  8 
I S
yy     4      12     20
12  9  12  9  12 9

IyyS=IzzS=207,56 cm4

I yzS  I yzS1  I yzS2  I yzS3 avec I yzSi  I ySiizi  y Gi z Gi Ai


2 2 2
  28  10   26  10    10  8 
I  0
S
yz    4  0      12  0     20
 9  9   9  9   9  9 

IyzS=-44,44 cm4

Eléments principaux d’Inertie :

Z Y

φ=45°

G y

φ=45° car Y est axe de symétrie de la surface S

I yy  I zz 207,56  207,562 1
I YZ  
1
I yy  I zz   4 I yz2 
2
 02  4 44,442
2 2 2 2
IY=252 cm4
IZ=163,12 cm4

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 9
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°5

Considérons les trois surfaces ci-contre.


1°) Calculez pour chaque surface la valeur de
x de telle façon que le moment d'inertie
central maximum vale 54 cm4.
2°) Calculez alors l'aire de chaque surface et
en déduire la surface la plus rationnelle.

RÈPONSES N°5
Les trois sections S1, S2, S3 possèdent 2 axes de symétries qui sont donc les axes principaux
d’inertie. Le moment d’inertie maximum est celui relatif à l’axe Y.

Section S1 :

x/2
Z
x 3
x
2 x4
IY    54cm 4  x  4 54  24
12 24
x Y
G
2
x=6 cm A1=18 cm

S1

Section S2 : x/2

3 Z
 x x  x
4    x  
x 2 5  5 54
IY    54cm 4  x  6,58cm x/10
24 12 4 1 8

24 625 x Y
G

6,582  3  6,58  4  6,58 


A2    
2  10  5  x/10

x=6,58 cm A2=11,25 cm2


S2

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 10
TD-1A-S2-M2102

Section S3 : x/2

Z
3
 x x  x
4    x  
x  2 10  5 54 x/10
IY    54cm 4  x  6,84cm
24 12 4 1 64
 Y
24 3750 x
G
6,842  2  6,84  4  6,84 
A3    
2  5  5 
x/10

x=6,84 cm A2=8,42 cm2


S3

Récapitulatif :

Si S1 S2 S3
x(cm) 6 6,58 6,84
IY(cm4) 54 54 54
Ai(cm2) 18 11,25 8,42

Section la plus rationnelle S3 car pour un même moment d’inertie son aire est la plus
faible.

PROBLÈME N°6
a
t Z
u
1°) Montrez que pour un carré de côté a tous les
axes centraux sont principaux et que tous les
v
h moments d'inertie centraux valent a4 /12
(calculer Ihh et Iht).

a Y 2°) Calculez les moments et le produit d'inertie
G
du carré dans les axes u,v.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 11
TD-1A-S2-M2102

RÈPONSES N°6

1) 4 axes de symétrie : Tous les axes centraux sont donc principaux


a4 t
I Y  I Z  I hh  I tt   I ht  0 Z
12 v u
v’ u’
2)
a4
I u 'u '  I v 'v '  I u 'v '  0 h
12
2
a4  a 2  2 Y
I uu  I u 'u '  x A 
2
   a Ivv=5a4/24
12  4 
vG

 a 2  a 2  2 a
I uv  I u 'v '  xuG xvG A  0     
 4  a Iuv=-a4/8
 4  

PROBLÈME N°7
380
18

G2

120
G3
Y
590

G1 X

300
La section droite de la partie poutre de la contre flèche d'une grue à tour est représentée ci-
contre. La section droite se compose d'un profilé HEA 600, d'un plat 380*18 mm, et d'une
cornière à ailes inégales 120*80 série 2.
1°) Calculez les coordonnées du centre de gravité de la section droite dans le repère G1,xy.
2°) Déterminez les éléments principaux des inerties.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 12
TD-1A-S2-M2102

RÈPONSES N°7
38cm
z
z2
S

z3
1,8cm plat 380*18 y2
G2
L 120*80 *2

y3
G3

12cm
Y
S

2,36cm

z1 y
G

8,37cm
59cm
G1 X
y1

HEA 600

30cm

1) Détermination du centre de gravité G de la surface S :

0 4cm 20,97cm
G1 G2 G3 A1=226,5cm2 A2=38.1,8cm2
XY 0 XY 30,4cm XY 25,5cm
A3=22,7cm2

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 13
TD-1A-S2-M2102

X G1 A1  X G 2 A2  X G 3 A3 38  1,8  4  22,7  20,97


XG  
A1  A2  A3 226,5  38  1,8  227 2,36cm
G
Y A Y A Y A 38  1,8  30,4  22,7  25,5 8,37cm
YG  G1 1 G 2 2 G 3 3  XY
A1  A2  A3 226,5  38  1,8  227

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 14
TD-1A-S2-M2102

2) Eléments principaux des inerties :


Préparation des calculs : A l’aide des tableaux AFNOR fournis en annexe nous pouvons
relever les caractéristiques géométriques des 3 surfaces. Résumons les dans le tableau suivant :

Si S1 S2 S3
Ai(cm2) 226,5 38.1,8 22,7
Gi/yz(cm) -2,36 1,64 18,61
-8,37 22,03 17,13
Iyiyi(cm4) 141200 38.1,83/12 323
Izizi(cm4) 11270 383.1,8/12 114
Iyizi(cm4) 0 0 ?
z3
v=Z3
Calcul du produit d’inertie de la cornière Iy3z3 :
 2 I y3 z3 L 120*80 *2
z=Y3
tan 2 
I y3 y 3  I z 3 z 3
φ
tan   0,431 α
y3
G3

I y3 z3 

 I y3 y3  I z3 z3  tan 2tan 1
0,431 
2
I y3 z 3  110,63cm4
Calcul des moments et produit d’inertie de la surface dans les axes centraux y,z.

I yyS  I yyS1  I yyS2  I yyS3  I yS11y1  z G2 A  I yS22y2  z G2 A  I yS33y3  z G2 A


1 2 3

 I yyS  I yyS1  I yyS 2  I yyS3  I yySi  I ySiy  z 2 A  I yyS  197266,32cm 4


 S  Si i i Gi
 S
 I zz  I zz1  I zz2  I zz3  I zz  I ziizi  y Gi A   I zz  28922,02cm
S S S S 2 4
avec
 I  I S1  I S 2  I S3  I Si  I Si  y z A  I S  14071,22cm 4
 yz yz yz yz  yz yi z i Gi Gi i  yz

Eléments principaux :

tan 2 
 2 I yz  21  9 49
 0,1671  cos 2  0  
ˆ  4 75  y, Y
I yy  I zz 2 2  170 51

cos 2 même signe que I yy  I zz :

I yy  I zz I Z  27753,96cm 4
I 
Z
Y 
1
I yy  I zz   4 I
2 2
yz
2 2 IY  198434,37cm 4

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 15
TD-1A-S2-M2102

z
Z

y
G φ -4°75
Y

Iyy=197266,32 cm4
Izz=28922,02 cm4
Iyz=14071,22 cm4

φ=-4°75=(y,Y)
IY=198434,37 cm4
IZ=27753,96 cm4

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 16
TD-1A-S2-M2102

CARACTÉRISTIQUES GÉOMETRIQUES
DES SECTIONS DROITES DES POUTRES
1. Moments statiques. Centre de gravité:

 z
S (aire A) Soient deux axes  et  , et P un point de la
S (aire A) section droite auquel on associe un élément de
x surface infiniment petit S d'aire A.
P
xG y
G


O x xG Par définition, les quantités définies par:

Q   x A   x dA  x G A
S
S

Q   x A   x dA  x G A
S
S

sont les moments statiques de la section droite par rapport aux axes  et .
Unité de mesure: l'unité SI de moment statique est le m . On utilise plus généralement le
3

cm3.

N.B. : les moments statiques peuvent être positifs, négatifs ou nuls.

Les moments statiques sont donc nuls si les axes  et  sont centraux (s'ils passent par le
centre de gravité G de la section droite). On note y et z de tels axes dans ce qui suit.

2. Moments et produit d'inertie:

2.1. Moments d'inertie centraux par rapport aux axes d'un repère situé dans le plan de la
section droite:
z

S S Soient deux axes centraux y et z, et P un point


de la section droite auquel on associe un
P élément de surface infiniment petit S d'aire
z  A.
y
G y

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 17
TD-1A-S2-M2102

Par définition, les quantités strictement positives définies par:

I yy   z 2 A   z 2 dA
S
S

I zz   y 2 A   y 2 dA
S
S

sont les moments d'inertie centraux la section droite par rapport aux axes y et z.
Unité de mesure: l'unité SI de moment d'inertie est le m4. On utilise plus généralement le
cm4.

N.B. : les moments d'inertie sont toujours positifs, jamais négatifs ou nuls.

2.2. Produit d'inertie central par rapport aux axes d'un repère situé dans le plan de la section
droite:
Par définition, la quantité définie par:

I yz   yz A   yzdA
S
S

est le produit d'inertie central la section droite par rapport aux axes y et z.
Unité de mesure: l'unité SI de produit
z d'inertie est le m4. On utilise plus
généralement le cm4.
- yz yz
N.B. : le produit d'inertie peut être
z positif, négatif ou nul.
P' P
y
-y G y
Il est nul lorsque l'un des deux axes est
Axe de symétrie axe de symétrie.

I yz   yz A   yzdA  0
S
S

2.3. Moment d'inertie polaire par rapport au centre de gravité G de la section droite:
Par définition, la quantité strictement positive définie par:

I G    2 A    2 dA
S
S

est le moment d'inertie polaire de la section droite par rapport au centre de gravité G de
la section droite (  est le rayon polaire du point P).

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 18
TD-1A-S2-M2102

Unité de mesure: l'unité SI de moment d'inertie polaire est le m4. On utilise plus
généralement le cm4.

N.B. Compte tenu de la relation:


 2  y2  z2

I G  I yy  I zz

Exemples:
cas du cercle.

z I yy  I zz
I yz  0
I G  I yy  I zz  2 I yy

y
G D 4
IG 
32
D
D 4
I yy 
64

cas du rectangle.

z
I yz  0
bh3
I yy 
12
h y b3h
G I zz 
12

b
I G  I yy  I zz

IG 
bh 2
12

b  h2 

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 19
TD-1A-S2-M2102

2.4. Translation des axes centraux: théorème d'HUYGHENS:

 zz Soient deux repères, (O,   ) quelconque,



et (G,yz) central, tels que les axes soient
A
A
S parallèles, et un point P de la section droite
S
auquel on associe un élément de surface
infiniment petit S d'aire A.
xxββ zz
PP
Les relations entre les coordonnées:
xxβG yy yy
βG
G
G x   x G  y
GG
x   x G  z
O
O 
 permettent d'écrire:
xxαG
αG xxαα

 
2
I   x 2 dA   xG  z dA   x2G dA   z 2 dA  2 xG zdA
S S S S S

 xG  dA   z dA  2 xG  zdA


2 2
S S S

Or : xG  dA  xG A
2 2
;  z dA  I
2
yy ; 2 xG  zdA  2 xG Qy  0
S S S

I  I yy  Ax2G
I   I zz  Ax2G
I  I yz  AxG xG
I O  I G  AG2

Ces relations constituent le théorème d'HUYGHENS.

2.5. Rotation des axes centraux :

2.5.1. Rotation des axes centraux:

t z
A
Soient deux repères, (G,y,z),
S
et (G,h,t) centraux, tels que le
repère (G,h,t) se déduise du
z P h repère (G,y,z) par une rotation
d'angle  et un point P de la
xt xh  section droite auquel on
y associe un élément de surface
G y infiniment petit ∆S d'aire ∆A.

Les relations entre les coordonnées:


 x h  y cos   z sin 

 x t   y sin   z cos 

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 20
TD-1A-S2-M2102

permettent d'écrire:

I hh   xt2 dA     y sin   z cos   dA


2
S S

    y sin   dA    z cos   dA   2   y sin   z cos   dA


2 2
S S S

I hh  sin    y dA  cos   z dA  2 sin  cos  yzdA


2 2 2 2
S S S

I hh  I yy cos 2   I zz sin 2   2 I yz sin  cos 


I tt  I yy sin 2   I zz cos 2   2 I yz sin  cos 
I ht  ( I yy  I zz ) sin  cos   I yz (cos 2   sin 2  )

En fonction de l'arc double 2  , les relations précédentes s'écrivent:

1  cos 2 1  cos 2
cos 2   sin 2   2 sin cos  sin 2
2 2

I yy  I zz I yy  I zz
I hh   cos 2  I yz sin 2
2 2
I yy  I zz I yy  I zz
I tt   cos 2  I yz  sin 2
2 2
I I
I ht  yy zz sin 2  I yz cos 2
2

2.6. Éléments principaux des inerties de la section droite:

a) Définition:

z Y Il existe toujours dans le plan d'une surface plane deux


Z
axes centraux perpendiculaires (ou une infinité d'axes
centraux perpendiculaires) appelés axes principaux
d'inertie (notés Y et Z) suivant lesquels :

1°) Le produit d'inertie de la surface est nul.
S G y
2°) Les moments d'inertie principaux (notée IY et IZ),
sont maximum et minimum (ou constants).

Soit  l'angle  particulier tel que I ht  0


I I
0  yy zz sin 2  I yz cos 2
2

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 21
TD-1A-S2-M2102

2 I yz
tan 2  
I yy  I zz

En fonction de l’arc simple, on obtient :

IY  I yy
tan   
I yz
Soit 1 l'angle  particulier tel que I hh soit maximum ou minimum. On a alors:
2 I yz
tan 21  
I y  Iz

Par conséquent:
  1

b) Expression des moments d'inertie principaux:

Des expressions donnant I hh et I tt , on tire, compte tenu de l'expression de I yz en


fonction de tan 2 :

I yy  I zz I yy  I zz I yy  I zz I yy  I zz I yy  I zz
IY   cos 2  I yz sin 2   cos 2  tan 2 sin 2
2 2 2 2 2

I yy  I zz I yy  I zz I yy  I zz sin 2 2 I yy  I zz I yy  I zz  1 
IY   cos 2     
2 2 2 cos 2 2 2  cos 2 

2
1  2 I yz 
Or :  1  tan 2 2  1    
cos 2  
 I yy  I zz 

I yy  I zz
1
IY  
( I yy  I zz ) 2  4 I yz2 (maxi)
2 2
I  I zz 1
I Z  yy  ( I yy  I zz ) 2  4 I yz2 (mini)
2 2
IY  I Z  cos 2 ( I yy  I zz )  0

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 22
TD-1A-S2-M2102

TORSION

PROBLÈME N°8
Un cylindre est soumis à un couple de torsion C = 2.5 kNm.
C
Le module de COULOMB du matériau vaut 78 GPa.
Calculez:
a) la contrainte tangentielle maximum dans le cylindre.
b) la distorsion des génératrices en rd et en °.
500 mm
c) l’angle de rotation des sections extrêmes en °.

C
 50 mm

RÈPONSES N°8

C=2,5kNm maxi


500mm

C G
G  z
z
γ τmax
θ
y

Ø=50mm y

a) Le moment de torsion Mx est constant tout le long de la barre. M x  C


C D 4
Considérons une section quelconque G :  max i  R avec I G 
IG 32
2,5.10 6  25  32
 max i  τmax=101,86 MPa
  50 4
b) Appliquons la loi de Hooke en torsion :   G
 101,86
  γ=1,305.10-3 rd = 0,0748°
G 78.103
M xL
c) L’ angle de rotation des sections extrêmes nous est donné par la relation :  xmax i 
GI G
2,5.106  500  32
x  θ = 0,0261 rd = 1°50
78.103    504

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 23
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°9

2.5m a) Calculez le couple C qui provoque une rotation des sections


extrêmes du tube de 2° sachant que G = 27 GPa. En déduire
la contrainte tangentielle maximum.
 80 mm
b) Calculez, pour d'un cylindre de même poids que le tube et
qui supporte le même couple, l'angle de rotation des sections
extrêmes et la contrainte tangentielle maximum.
C
 100 mm

RÈPONSES N°9

D=100mm

d0
d=80mm

2,5m
2,5m G
G z
z

C
C y
y

a)  max i

M xL
avec I G 
 D4  d 4 
et  rd 
    maxi
x
GI G 32 180 

Mx 
GI  max i
G x


27.10    100  80  2  
3 4 4

 2185130mmN
L 32 180  2,5.103 C G z
C = 2185,13mN
C 2185,13.10  100  32 3
 max i  R τmax = 18,85 MPa
IG 
2    100 4  80 4 
b) Même poids implique même volume donc même aire

d 02  D 2  d 2 
A  A0    d 0  100 2  80 2  60mm y
4 4
M L 2185,13.103  2500  32
 xmax i  x  θmax= 0,159rd = 9°11
GI G 27.103    604
C 2185,13.103  30  32
 max i  R τmax= 51,52 MPa
IG   60 4

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 24
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°10

r
Un arbre épaulé tourne à 900 tr/mn. La
C
 160 mm  80 mm
contrainte tangentielle admissible vaut 55
MPa. Calculez:
C a) la puissance transmise en kW si r=4mm.
b) le gain de puissance si r=10mm.

RÈPONSES N°10

C
a) r=4mm
D=160mm r
 D 160
 d  80  2
K epaul t  K epaul t  1,72 d=80mm C
r 4
   0,05
 d 80

C d 2 I 55    80 4
 max i  K  C  max i G   3214653mmN C=3214,65mN
IG 2 Kd 32  1,72  40

N
P  C avec  
30
La puissance s’exprimant en Watt, le couple en mN et la rotation angulaire en radian par
seconde.
3214,65    900
P  302974W P=303kW
30

b) r=10mm

 D 160
  2
K epault  d 80 K epault  1,35
r 10
   0,125
 d 80

303  1,72 386  303


P  386kW  Gain   100 G%=27,4%
1,35 303

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 25
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°11
Un arbre de torsion tubulaire de diamètre extérieur D, de diamètre intérieur d, de longueur
1200mm, est sollicité par un couple de 2000 mN. Sous l’action de ce couple, l’angle de torsion
total de l’une des extrémités par rapport à l’autre doit être de 20°±0.5°. La contrainte maximum
admissible en torsion est de 400 MPa. Le module de COULOMB du matériau vaut 80 GPa.
1) Calculer la distorsion angulaire maximum en radians en appliquant la loi de HOOKE.
2) En déduire le diamètre extérieur D en mm (arrondir le résultat au mm).
3) Quel est alors le diamètre intérieur d en mm (arrondir le résultat au mm).
4) Avec les valeurs trouvées en 2) et 3) calculer la contrainte maximum de torsion (en
MPa) et l'angle de torsion des sections extrêmes (en °).

RÈPONSES N°11
 400
1)  max  max  γ=5.10-3rd
G 80.103
D 2L 2  5.10 3  1200  180
2)    D   34,37 mm
2L  20   C

γ
En arrondissant au mm : D=34mm θ D

3)  max i 
C
R avec I G 

 D4  d 4  1200mm
IG 32 C=2000mN

τmax
2000 .10  17  32
3
2000 .10  17  32
3
400   d  4 34 4   26,19 mm

  34 4  d 4  400  

En arrondissant au mm : d=26mm

2000.103 17  32
4)  max  τmax = 393,83 MPa

  344  264 
M xL 2000.103  1200  32
 xmax i   θmax= 0,347rd = 19°91

GI G 80.103    34 4  26 4 

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 26
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°12

A
125mm

Le diamètre extérieur vaut 20 mm, le diamètre


C intérieur 16 mm. La barre AB est encastrée en A et B.
125mm
Calculez les moments d'encastrement en A et B.
120Nm
B

RÈPONSES N°12

D=20mm
Problème spatial : H=i-6n=6 car
MA
6 inconnues en A, 6 inconnues en B . D=16mm
Compte tenue du chargement, nous pouvons
C=120mN
réduire le degré d’hyperstaticité à 1 : A
2inconnues externes, un moment en A et un en B
125mm C
Equation d’équilibre : M A  M B  C  120 Nm MB
125mm

Equation de déformation :  A / B   AC   CB  0 B

M xAC LAC M xCB LCB


 AC  AC
avec M x   M A
AC
 CB  CB
avec M x  M B
CB

GI G GI G
M xAC LAC M xCB LCB  M A M B M A I GAC 20 4
  AC  CB  0   CB  4
GI GAC GI GCB IG IG M B IG 20  16 4

D’où le système à résoudre :

 M A  M B  120
 120
 M A  20
4
MB   44,55 M A  75,45
 M B 20 4  16 4 204
1 4
20  164

MA = 75,45 Nm MB = 44,55 Nm

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 27
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°13

900mm d
D
La contrainte tangentielle maximum dans les
A arbres AB et CD vaut 55 MPa. Calculez:
C0
a) la valeur du couple Co.

 d0= 18 mm b) le diamètre d.
C c) la rotation de la section droite A (en °) par
600mm
rapport à la section droite D sachant que G=
B 80 GPa.

56mm
20mm

RÈPONSES N°13
M AB d 0 d 04
a)  max i  ABx avec I G 
AB
et M x  C0
AB
D
IG 2 32
900mm Ød
 I AB
55    18 4 A
C0  max i G
  62981mmN C0
d0 32  9
2
600mm
C0 = 63 Nm
C Ød0=18mm
B

56 56 56mm
b) C  C0   63   176,4 Nm
20 20 20mm
56mm

20mm
M xCD d d 4
 max i  avec I CD
G  et M x  C
CD
56
I GCD 2 32 C  C0 
20
16  176,4.103 C
d 3  25,37 d = 25,4 mm C B
  55
C0
M AB LAB M CD LCD
c)  AB  x AB ;  CD  x CD
GI G GI G
56  176,4.103  900  32 56 63.103  600  32 
 A / D   A   CD    AB       0,1818rd
20  80.10    25,4
3 4
20 80.103   184 
θA= 10°42

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 28
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°14
On considère l’assemblage de la figure ci-contre, constitué de deux arbres élastiques AB et
CD reliés par deux engrenages. Les arbres AB et CD sont constitués du même acier de module
de Coulomb : 80GPa, et ont même diamètre d. L’arbre AB a une longueur de 400mm et l’arbre
CD une longueur de 600mm. Un couple C0 = 1000Nm est appliqué à l’extrémité D de l’arbre CD.
L’extrémité A de l’arbre AB est encastrée.
1) Le point de contact des dentures des engrenages est situé sur une circonférence
de rayon rB =100mm pour l’engrenage B et de rayon rC
= 40mm pour l’engrenage C. Calculer le moment de
torsion auquel est soumis l’arbre AB.
2) Sachant que la rotation D par rapport à A ne peut
excéder une valeur de 1,5° et que la contrainte
tangentielle maximum admissible dans les deux arbres
ne peut excéder 60 MPa, calculer le diamètre d des
arbres AB et CD arrondi au mm.

RÈPONSES N°14
r
1°) C AB  C0  B rc=40mm
rC
100 C
C AB  1000 
40
CAB=2500mN A

rc=40mm C D
B
CAB
C0=1000mN C0=1000mN
400mm
rB=100m

B
rB=100m

16C AB 16  2500.103 600mm


2°) Condition de résistance:  max     d  3 d=59,65mm
d 3 e
60  
M CD LCD M AB LAB
Condition de déformation : A/ D   lim ;  CD  x CD ;  AB  x AB
GI G GI G
100  2500.103  400  32 100 1000.103  600  32  1,5  
A/ D   AB    CD     
40  80.10    d
3 4
40 80.103    d 4  180
 2500.103  400  32 100 1000.103  600  32 
     180
4
 80.103   40 80.103   
D’où d   62,31mm d=62,31mm
1,5  

Choix du diamètre d=63 mm

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 29
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°15

Calculez d1, d2, d3 dans chacun des 3 cas


d1 sachant que C= 300 Nm et que la
contrainte de cisaillement maximum
d2
vaut 60 MPa. Quelle est la section la
plus rationnelle?
2d3
C d2
C
d3
C

RÈPONSES N°15

D’après l’annexe 4 :

J  k1e3h
Ød1
d2
Mx
 max i  d2 2d3
k2e 2 h
d3
C
C
C
a) Section circulaire :
M x d1 16 M x 300.103  16
 max i    e  d1  3 d1=29,42mm Aire : A1=679,79mm2
IG 2 d13 60  

b) Section carrée :

Mx h 300.103
 max i  e  h  d 2   1  k 2  0,208 d2  3 d2=28,86mm A2=832,9mm2
2
k2e h e 60  0,208

c) Section rectangulaire :

Mx h 300.103
 max i  2e  h  d 3   2  k 2  0,246 d3  3
k2e 2 h e 60  0,246  2
d3=21,66mm A3=938,31mm2
La section la plus rationnelle est donc circulaire

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 30
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°16

Deux barres réalisées en un même matériau ont même longueur et même poids. L'une a une
section circulaire (1), l'autre carrée (2). Déterminez pour une même contrainte tangentielle
maximum:
a) le rapport des couples de torsion transmis.
b) le rapport des angles de rotation des sections extrêmes.

RÈPONSES N°16

D’après l’annexe 4 :
Section carrée
Mx Mx
 max i   x' 
k2e 2 h GJ
J  k1e3h
L
h k  0,141
1 1
e k 2  0,208 L
a
Section circulaire
Ø2r
M x d1 Mx
 max i   x' 
IG 2 GI G

r 4 ◦ C
IG  C
2

Même longueur, et même poids impliquent que les aires sont identiques :
r 2  a 2  ar 
a) Rapport des couples de torsion transmis.  max i   max i
cercle carré

C cercle C carré C cercle 1 ◦ ▫


r     1,356 C /C =1,356
r 4 0,208r 3  C carré
0,208  2
2
b) Rapport des angles de rotation des sections extrêmes.

C cercle L C carré L
 cercle   carré  avec J  k1r 4 2
GI G GJ

 cercle C cercle J 0,141r 4 2 2 ◦ ▫


  1,356  1,356  0,141 2  1,201 θ /θ =1,201
 carré C carré I G r 4

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 31
TD-1A-S2-M2102

TORSION

1. Définition :
Si, pour une poutre droite à section constante, le torseur de section se réduit à Mx, quel
que soit la section droite, la poutre est soumise à de la torsion. On distingue suivant la
forme de la section droite:

 La torsion de COULOMB pour les sections droites circulaires ou tubulaire.


 La torsion de SAINT-VENANT pour les sections droites non circulaires.

2. Torsion de COULOMB:

2.1. Contraintes en un point P appartenant à une section droite :



Après application du couple C on
x constate que:
La longueur et le diamètre du cylindre
 2R
n'ont C pas variés.
Toutes les sections droites
x maxi subissent une rotation x
proportionnelle à x.
La b seule déformation est une
b’
à fait
maxi distorsion  des génératrices, tout
comparable à celle qu'on observe
dans le L cisaillement simple.
On peut donc écrire, quel que soit le
point G de la section droite:
x 0
  G d'après la loi de HOOKE
x

a
C


Étant donnée la symétrie de révolution autour de l'axe de
C G  torsion, la contrainte tangentielle  est:
 1°) tangente aux cercles de rayon polaire .

2°) la même en des points situés sur un cercle de rayon
polaire .

2R

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 32
TD-1A-S2-M2102

Considérons un point P de la section droite , la contrainte τ varie linéairement le long du


rayon polaire :   k .

 y   cos

t  z   sin 

Mx  xy   sin   k sin   kz


G z σxz z

  xz   cos  k cos  ky

σxy
y θ 
P h
y
2R

Le vecteur contrainte en un point P doit satisfaire ces 6 équations (Voir cours module F112)

1 0    xx dA
S
4 M x   ( y xz  z xy )dA
S

2 0    xydA
S
5 0   z xx dA
S

3 0    xz dA
S
6 0    y xx dA
S

Les équations (1) (5) et (6) sont identiquement vérifiées car la composante normale
 xx    0
L’ équation 2 0    xy dA    kzdA  k  zdA  kQyS  0
S S S
également vérifiée, de
même pour (3) car le moment statique par rapport à des axes centraux est nul.
L’ équation (4) nous permet de calculer la constante k :
Mx
M x   ( y xz  z xy )dA  k  ( y 2  z 2 )dA  k   2 dA  kI G  k
S S S IG
Le vecteurcontrainte dans les axes xyz:


 
 0  0
P  P M zP P 
 x / xyz  xy   x  x / xht  0
IG s'écrit dans les axes xht:
 P M x
P

 P M x yP  
IG
  xz  I 
 G

La contrainte maximum de torsion en des point P situés sur le contour de la section droite
vaut:

Mx
 max i  R
IG

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 33
TD-1A-S2-M2102

La distorsion maximum (à l'abscisse


polaire =R) vaut:

maxi b b' R xmax i
 max i  tg max i  
ab L

La distorsion à l'abscisse polaire 
C G vaut:

 xmax i
 
L
Soit, en introduisant l'angle unitaire de
 xmax i
2R torsion  x' 
L
   '
x
La contrainte tangentielle  s'écrit:

  G x' 

M x  G x' I G

2.2. Concentration de contraintes. Influence de la variation brutale de la section droite:

On constate que dans la section la plus faible et au voisinage du raccordement, la


contrainte tangentielle réelle maximum de torsion subit une forte majoration par rapport à
la valeur nominale fournie par la théorie des poutres.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 34
TD-1A-S2-M2102

La contrainte maximum réelle  max i de torsion se calcule à partir de la contrainte nominale


C d
maximum fournie par la théorie des poutres par la relation:
IG 2

maxi

C d
C nom=Cd/2IG  max i  K
IG 2
G

K est le facteur de
concentration de
contraintes.
d

2.3. Essai de torsion:


Cet essai n'est pas normalisé. On soumet une éprouvette, à section circulaire, à un couple
croissant lentement jusqu'à la rupture de l’éprouvette.
On enregistre le diagramme couple C/rotation  z de deux sections., que l'on rend
D 3 L
intrinsèque en divisant le couple par et la rotation par .
16 R

maxi Le diagramme est généralement


composé d'une partie OA linéaire
et réversible: la zone élastique, et
C Matériaux fragiles B C d'une partie courbe ABC: la zone
plastique où l'éprouvette subit
A Matériaux ductiles des déformations irréversibles. La
e=Rg rupture intervenant au point C.
A On constate qu'il y a deux
comportements très différents
suivant que le matériau est ductile
ou fragile.
Dans la zone élastique la loi de
proportionnalité entre la
contrainte tangentielle maximum
maxi
C
de torsion  max i  R et la
IG
distorsion maxi des génératrices de l'éprouvette est la loi de HOOKE en torsion.
Comme pour le cisaillement simple elle s'écrit:

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 35
TD-1A-S2-M2102

 max i  G max i

où G est le module d'élasticité transversale ou module de COULOMB du matériau.


La contrainte tangentielle maximum de torsion à la fin de la zone élastique est la limite
élastique au cisaillement du matériau. Elle se note τeou Rg.
N.B.
 L'essai de torsion est le seul qui permette une détermination correcte du module de
COULOMB G et de la limite élastique au cisaillement  e du matériau.
 On montre que le module de YOUNG E, le module de COULOMB G, et le coefficient de
POISSON  sont, lorsque le matériau est isotrope, liés par la relation:

E
G
2(1   )

 On constate que pour un matériau fragile les limites élastiques en traction et


cisaillement sont sensiblement les mêmes tandis que pour un matériau ductile:

e
e 
2

2.4.. Rotations des sections droites:


Expression de la rotation d'une section droite d'abscisse z. De la relation C  G x I G on
'

tire à abscisse x:
Mx
x  x
GI G
Expression de la rotation maximum (celle de la section d'abscisse L):

M xL
 xmax i 
GI G

2.5. Coefficient de sécurité:


Il se calcule par la relation:

e

 max i
N.B. On impose quelquefois une condition de rigidité pour les arbres de transmission:
 x'  0.25 / m

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 36
TD-1A-S2-M2102

3. Torsion de SAINT-VENANT (sections droites non circulaires):


On constate expérimentalement que les sections droites ne restent pas planes après
application du couple de torsion. Elles subissent un gauchissement axial qui peut entraîner,
si celui-ci est empêché, l'apparition de contraintes normales dans la section droite.
L'hypothèse de NAVIER-BERNOULLI n'est donc plus vérifié, le principe de l'indépendance
des effets des forces non plus, seule la théorie de l'élasticité peut résoudre le problème.

Torsion des Sections Rectangulaires :

La figure ci-contre permet de visualiser la


e répartition des contraintes tangentielles de
torsion dans une barre à section rectangulaire.

On montre alors, en élasticité, que:

1°) La relation entre le moment de torsion


Mx et l'angle unitaire de torsion est:
G
h maxi
Mx
 x' 
GJ

où J est le moment d'inertie de torsion de la


section rectangulaire. Il se calcule par la relation
suivante:
‘maxi

J  k1e3h

où k 1 est une fonction du rapport h/e donné dans le tableau suivant:

h/e 1 1.5 2 3 4 5 6 8 10 
k1 0.141 0.196 0.229 0.263 0.281 0.291 0.299 0.307 0.313 1/3

k2 0.208 0.231 0.246 0.267 0.282 0.291 0.299 0.307 0.313 1/3

k3 1.000 0.859 0.795 0.753 0.745 0.744 0.743 0.742 0.742 0.742

N.B. Lorsque la section droite est circulaire la relation entre le moment de torsion et l'angle unitaire de
torsion est:

Mx
 x' 
GI G

D 4
Le moment d'inertie de torsion est alors le moment d'inertie polaire du cercle ( ).
32

2°) La contrainte maximum de torsion (au milieu des grands côtés du rectangle) vaut:

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 37
TD-1A-S2-M2102

Mx
 max i 
k2e 2 h

où k 2 est une fonction du rapport h/e donné dans le tableau précédent.

3°) La contrainte au milieu des petits côtés du rectangle vaut:

 max
'
i  k3 max i

où k 3 est une fonction du rapport h/e donné dans le tableau précédent.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 38
TD-1A-S2-M2102

FLEXION

PROBLÈME N°17

80 mm Considérons la poutre ci-contre soumise à


un moment de flexion M. La section droite
de la poutre est un tube rectangulaire en
120 mm aluminium d'épaisseur 8 mm. Calculer la
G G
Y M valeur du moment M que peut supporter
X x
la poutre, sachant que e  e'  200 MPa
et que le coefficient de sécurité vaut 1.25.
Z z Calculer le rayon de courbure de la ligne
Z 1.5 m
moyenne sachant que E=70 GPa et la
flèche maximum sachant que la longueur de la poutre est de 1.5 m.

RÈPONSES N°17

80 mm
G1

X
G

M Y

Z
G0
120 mm 1.5 m
y

Le moment de flexion My=+M est constant tout au long de la poutre G0G1. Toutes les sections
sont donc équidangereuses.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 39
TD-1A-S2-M2102

Considérons une section quelconque G. les axes ,Y et Z sont principaux d’inertie pour la section
tubulaire G (axes de symétrie). Le moment de flexion MY=+M est porté par l’axe principal Y :
Nous sommes donc en présence de flexion pure plane. L’axe neutre ∆ est donc confondu avec
celui qui porte le moment fléchissant Y. L’ensemble des points P’ et P’’ qui sont les plus éloignés de
l’axe neutre (vmaxi) sont les points les plus contraints. Les points P’ sont comprimés et P’’ tendus.

P’

 xxP ' 
M Y P'
Z 
M
 60    e ' ;
IY 80.120 3
64.104 3

 Y MY G
12 12
M Y P '' M  ∆
 xxP ''  Z  60  e
IY 80.120 3
64.104 3


12 12
P’’ Z
v
M 200
D’où : 3 3
60  M≤14,7 kNm
80.120 64.104 1,25

12 12
MY M
L’équation de la déformée est donnée par : w     w'' EIY   M
''

EIY EIY
In tégrons 2fois : w'' EIY   M wEIY   Mx  C1
 Mx 2
wEI Y   C1 x  C 2
2
Conditions limites pour calculer les constantes d’intégration : en G1 :
 Ml 2
 x  l  w  0  C2  
 2
 x  l  w  0  C1  Ml
1   Mx 2 Ml 2 
L’équation de la déformée est donc : w    Mlx  
EIY  2 2 
La flèche maximum a lieu en G0, pour x=0 :
Ml 2
wmax 
2 EI Y R

wmax 
14,7 106  1,5 103 
2
x
 80 1203 64 1043  G1
2  70000    
 12 12 
wmax=-42,79mm

w  80 1203 64 1043 
70000  
1 EI wmax
 12 12 
 w  R  Y R R=26289mm=26,29m
R M 14,7 106
G0
M z y

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 40
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°18

1°) La section droite de la poutre


est un rectangle (b=30 mm et
1m h=90 mm). La longueur de la
poutre est de 1 m. Le module de
M G M G x M
YOUNG vaut 200 GPa. La
h z contrainte normale maximum ne
Y y peut dépasser 120 MPa. Calculer :
y
Z a) le moment fléchissant
 maximum quand  = 0°, 30°, 90°.
b) les flèches quand on applique
b
ces moments de flexion à chaque
extrémité.
2°) La section droite est un UAP. Le moment de flexion appliqué vaut M = 5000 Nm. Déterminer
les dimensions du UAP qui convient dans chacun des trois cas (=0°, 30°, 90° ) si la contrainte
normale maximale vaut 120 MPa.

RÈPONSES N°18

1) Moment M
b

h
z M
M G
G x
z
A
y
B
y θ
1 m

Le système est autoéquilibré, les réactions en A et B sont nulles. Dans la section G le Torseur
de Section se réduit a une seule composante du moment suivant l’axe z : Mz=-M. Toutes les
sections G sont donc équidangereuses. Nous sommes donc en présence de Flexion Pure.
Placons nous à une section quelconque G. La section étant rectangulaire, nous savons que le
système d’axex principaux est constitué par les deux axes de symétrie. Orientons l’axe principal
Y comme étant celui qui enregistre le moment d’inertie maximum, et déduisons l’axe Z par une
rotation de +π/2.
b

h
M G
z
Y
y θ
Z

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 41
TD-1A-S2-M2102

a) θ=0°
La poutre est dans ce cas placé sur champ. Le moment de flexion étant porté par l’axe principal
Y la flexion est dite plane.
M
x

1 m h

x
G
z

z M

y
L’axe neutre ∆ est donc confondu avec celui qui porte le moment. C’est l’axe de rotation de la
section.
x
z G
M

M y

Les points les plus éloignés de l’axe neutre xvmaxi sont les plus contraints.
Les points P’ sont les plus contraints en traction, et P’’ en compression.
b
P’’
M Y P' M h
 xxP '  Z     e
IY b.h 3 2
12 Y M G h
z

30  902 120

M M=4,86 kNm
6
P’

v y

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 42
TD-1A-S2-M2102

a) θ=90°

La poutre est dans ce cas placé sur plat. Le moment de flexion étant porté par l’axe principal Z
la flexion est dite plane.
M x

1 m b

x
G
z

z M

M
y x
G
z

Le détail des calculs est similaire au cas précédent

Y M Z P' M  b
 xxP '   Y     e
P’’ IZ h.b 3  2 
M G
12
z
Z b 90  30  120
2

∆ M  M=1,62 kNm
P’ 6
h
v y

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 43
TD-1A-S2-M2102

a) θ=30°
La poutre est maintenant incliné de 30°.
Le moment de flexion M n’étant pas porté par l’axe principal Y ni par l’axe principal Z la flexion
est dite déviée.
Afin de trouver les points les plus contraints, il nous faut rechercher l’axe neutre ∆.

L’axe neutre qui est l’axe de rotation représente le lieu des points de la section où la contrainte
normale σxx=0.
Dans les axes principaux son équation est :
M Z IY
Z Y x
MY IZ
Les composantes du moment sur les axes principaux sont : M
M Y  M cos 30 M Z   M sin 30
D’où :
1 m

bh 3
 M sin 30 12 h
2
 90 
2 x
Z Y   tan 30  Y   tan 30  Y G h
z
M cos 30 hb 3 b  30 
12 y

Equation de l’axe neutre : Z  5,196Y M


z
 
 
ˆ  Y ,   791 30°
Deux points les plus contraints P’, P’’. y

M Z P'  M Y P'  M sin 30 b  M cos 30 h


 xxP '   Y  Z  e    e
IZ IY hb 3 2 bh 3 2
12 12
b
∆ P’’
e 120
M  M 
 sin 30 cos 30   sin 30 cos 30  Ψ=-79°1
6   6  2 
MZ
 hb
2
bh 2   90  30 30  90 
2
M G h
z

MY
M=2,05 kNm Y
P’ θ=30°
v y
Z
C’est une valeur comprise entre les deux extremes des cas précédents.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 44
TD-1A-S2-M2102

Flèche :
b) θ=0° z M
M G
x

A
y
B
1 m
MZ M
L’équation de la déformée est donnée par : v    v '' EI Z   M
''

EI Z EI z

In tégrons 2fois : v '' EI z   M


vEI z   Mx  C1
 Mx 2
vEI z   C1 x  C2
2
 x  0  w  0  C2  0
Conditions limites pour calculer les constantes d’intégration : en:  Ml
 x  l  w  0  C1  2
1   Mx 2 Ml 
L’équation de la déformée est donc : v    x
EI z  2 2 

La flèche maximum a lieu en x=l/2 : vmax  



Ml 2 4,86.106  1.103 12 
2

vmax=1,67mm
8 EI z 8  200.103  30  903

b) θ=90°

Le calcul de la flèche est similaire au cas précédent :

wmax 
Ml 2


1,62.106  1.103 12 2

wmax=5 mm
8 EI y 8  200.103  90  303

b) θ=30°

Nous appliquons le principe de superposition : f max  v 2  w2

2 2
l2  MY   MZ 
f max       M Y  M cos 30 M Z   M sin 30
8E  IY   Z I

f max 
1.10 3 2

2
 2,05.106 cos 30  12   2,05.106 sin 30  12 
   
2

fmax=3,22 mm
8  200.103  30  903    90  303 

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 45
TD-1A-S2-M2102

2) UAP :

b
M=5000Nm M=5000Nm
h
z
G
G x
z
A
y
B
y θ
1 m

x
a) θ=0°

Le moment de flexion étant porté M


par l’axe principal Y la flexion est plane. 1 m

L’axe neutre ∆ est donc confondu


avec celui qui porte le moment. 1 m x
C’est l’axe de rotation de la section. G
z

M
z

y P’’
Les points les plus éloignés de l’axe neutre xvmaxi sont les plus contraints.

Les points P’ sont les plus contraints en traction, et P’’ en compression.


Y M G
z
M M P'
 P'
 Y Z P'  Z  e
xx
IY IY ∆
Y
3
IY M IY 5000.10 IY
   41,66cm3
Z P'
e Z P'
120 Z P'
P’ y
v Z
En se référant à l’annexe des profils UAP nous devons choisir un profilé dont le module d’inertie
de flexion est supérieur à 41,66cm3

Le choix du profilé sera UAP100 dont le module d’inertie de flexion est 41,9cm3 .

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 46
TD-1A-S2-M2102

a) θ=90° x
Le moment de flexion étant porté par l’axe principal Z
la flexion est plane.
M

1 m

x
G
z

L’axe neutre ∆ est donc confondu M


z
avec celui qui porte le moment.
C’est l’axe de rotation de la section.
y
Les points les plus éloignés de l’axe neutre xvmaxi sont les plus contraints.
Les points P’ sont les plus contraints en traction, et P’’ en compression.
Y
M M P’’ P’’
 P ''
xx   Z Y P ''  Y P ''   e
IZ IZ

Z M G
IZ M IZ z
  41,66cm3
Z P ''
e Z P '' ∆
P’
Y
Le choix du profilé sera UAP250 dont le module d’inertie de flexion est 41,9cm3 .

y
x
a) θ=30° v
M
Le profilé est maintenant incliné de 30°.
1 m
Nous sommes en présence
d’une flexion déviée
car le moment n’est plus porté x
G
par un axe principal d’inertie. z

y
Nous savons que le choix
devra etre compris entre les UAP100 et UAP250 M
compte tenu des cas étudiés pré&cédement. z
30°

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 47
TD-1A-S2-M2102

Faisons le choix d’un UAP175 :

L’axe neutre qui est l’axe de rotation représente le lieu des points de la section où la contrainte
normale σxx=0.

Dans les axes principaux son équation est :


M Z IY
Z Y
MY IZ
Les composantes du moment sur les axes principaux sont :
M Y  M cos 30 M Z   M sin 30 P’’
Les valeurs des moments d’inertie principaux sont donnés en annexe.

Z
 M sin 30 I Y
Y   tan 30
1272
Y

M cos 30 I Z 126,4 MZ
Ψ=-80°23 M
G
Equation de l’axe neutre : Z  5,81Y z

 
 
ˆ  Y ,   8023 MY Y
Y
Deux points les plus contraints P’, P’’. : v θ=30°
P’
y Z
21,2mm  48,8mm
P '/ YZ  P ' '/ YZ 
87,5mm  87,5mm

P’ est en traction, et P’’ en compression. Le matériau étant symétrique le point P’’ est le plus
contraint
M Z P ''  M Y P ''  5000 .10 3 sin 30 5000 .10 3 cos 30
 xxP ''   Y  Z   e'   48,8    87,5  120
IZ IY 126,4.10 4 1272 .10 4
 xxP ''  126  120 Le profilé ne convient pas.

Reprenons les calculs avec le profilé UAP200. L’approche est identique :

M  M Y P ''  5000 .10 3 sin 30 5000 .10 3 cos 30


 P ''
xx   Z Y P ''  Z   e'   52,8   1005   120
IZ IY 169,7.10 4 1946 .10 4

La condition est vérifiée, Choix du profilé : UAP200

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 48
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N° 19

 50 mm Un arbre de diamètre 50 mm est soumis à un moment de


flexion dont les composantes dans G,I,II sont :
MY= - 180.37 Nm
G 180.37 Nm
MZ= - 807.3 Nm
Z Calculer :
807.3Nm
1°) la position de l'axe neutre de flexion.
Y 2°) Les contraintes normales extrêmes.

RÈPONSES N°19

Le moment résultant Mf est porté par un axe principal d’inertie (Pour une section circulaire,
tout diamètre étant axe de symétrie est principal d’inertie). La flexion est donc plane. La
position de l’axe neutre est donné par l’angle α : v
 180,37 
  Arc tan   126  50 mm
 807,3 
P’’
Mf 180.37Nm
M  P  180,372  807,312 .103
 xxP  xv  64  xvP
I    50 4
Z
807.3Nm G α=12°6

 0  0

P '/ v  P ' '/ v  P’
 25mm 25mm
Y
Le point P’ est en traction :

 180,37 2  807,312 .103


 xxP '  64   25
  504
σxxP’=67,4MPa P’ 67,4MPa


Le point P’’ est en compression :
G x
 180,37  807,31 .10
2 2 3
 xxP ''  64  25
  504

σxxP’’=-67,4MPa ∆ -67,4MPa
P’’
v

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 49
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°20

Une barre dont la largeur est de 60


10mm mm et l'épaisseur de 9 mm est
M M entaillée comme indiquée sur la
d D=60mm figure ci contre. Elle est soumise à un
moment de flexion de 180 Nm.
10mm
2r Calculer le rayon r pour que la
contrainte normale maximum ne
dépasse pas 150 MPa.

RÈPONSES N°20

10mm M
M

d D=60mm

10mm
2r

Il y a concentration de contraintes compte tenu du changement brusque de la section.

Nous devons chercher le facteur de concentration K à l’aide des abaques fournis en annexe.

La contrainte normale maxi dans la section la plus faible, nous est donnée par :
180.103
 xx   20  75MPa   nom
9  403
12
 max i  K nom d’où la valeur de K : K  150  2
75

 D 60
  40  1,5
A l’aide de l’annexe 3 : K  2   d r=4,8 mm
r  4,8mm
r
  0,12
 d

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 50
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°21

Une barre est soumise à deux couples de flexion M à ses extrémités.

1°) Etude de la section droite. Déterminer:


a) La position du centre de gravité de la section droite.
b) Les moments et produit d'inertie de la section dans le repère (G,y,z).
c) Les moments d'inertie principaux et la position des axes principaux de la section.

2°) Etude de la flexion.


a) Déterminer la position angulaire de l'axe neutre.
b) Mettre en place sur la figure le point P le plus tendu et le point P' le plus comprimé et
donner leurs coordonnées dans le repère (G,Y,Z).
c) Calculer la valeur du moment M que l'on peut appliquer sans que les contraintes maximum
ne dépassent +75 MPa en traction (au point P) et -90 MPa en compression (au point P').

RÈPONSES N°21

z
x

6mm G y

z
1200mm

12mm y
M
6mm

12mm

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 51
TD-1A-S2-M2102

1°) Etude de la section droite

12mm
β 6mm

Z2

6mm zz1 G2 Y2
1mm
S
G1 y1
y
12mm G 1mm

Décomposons la surface initiale S en deux surfaces carrées S1, S2 , et remarquons que la surface S
possède un axe de symétrie.

a) La position du centre de gravité de la section droite.


En se referent au cours sur les inerties:
6 9
G1 G2 A1=144mm2 A2=36mm2
 6  9

X G1 A1  X G 2 A2 6  144  9  36
X G   5mm
A1  A2 144  36 G
 5mm

b) Les moments et produit d'inertie de la section dans le repère (G,y,z).

Si S1 S2
Ai(mm2) 144 36
Gi/yz(mm) 1 4
1 4
Iyiyi(mm4) 123 64/12
Izizi(mm4) 123 64/12
Iyizi(mm4) 0 0

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 52
TD-1A-S2-M2102

 I yyS  I yyS1  I yyS2  I yySi  I ySiy  z 2 A  I yyS  1188mm 4


  i i Gi
 S
 avec    I zz  1188mm
4

 I  I S1  I S2  I Si  I Si  y z A  I S  432mm 4
 yz yz yz  yz yi zi Gi Gi i  yz

c) Les moments d'inertie principaux et la position des axes principaux de la


section.
ˆ  45  y, Y car axe de symétrie  
I yy  I zz I Z  756mm 4
I YZ  
1
I yy  I zz   4 I yz
2 2

2 2 I Y  1620mm 4

2°) Etude de la flexion.


z

12mm
Z Y
6mm

∆ z φ=45°
MY
6mm
y
G y
12mm M
MZ Ψ=-65°

P’

v
L’axe neutre qui est l’axe de rotation représente le lieu des points de la section où la contrainte
normale σxx=0.
M Z IY
Son équation est : Z Y
MY IZ
Les composantes du moment sur les axes principaux sont :

M Y  M cos 45 M Z   M sin 45

 M sin 45 1620 1620


Equation de l’axe neutre : Z Y  Y Z  2,14Y
M cos 45 756 756
 
 
ˆ  Y ,   65

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 53
TD-1A-S2-M2102

1mm  5mm
Deux points les plus contraints P, P’. : P/ yz  P'/ yz 
7mm  5mm

5,66mm  7,07mm Y  y cos 45  z sin 45


P/ YZ  P'/ YZ  en utilisant les formules de rotation : 
4,24mm  0 Z   y sin 45  z cos 45

Le point P est le plus tendu :


M Z P  MY P  M sin 45 M cos 45
 xxP   Y  Z  e  5,66  4,24  75
IZ IY 756 1620
Donc, pour qu’en traction la contrainte ne dépasse pas 75 MPa , il faut que :
M=10497 Nmm

Le point P’ est le plus comprimé :

M Z P'  M Y P'  M sin 45


 xxP '   Y  Z   e'   7,07   90
IZ IY 756
Donc, pour qu’en compression la contrainte ne dépasse pas 90 MPa , il faut que :

M=13610 Nmm
Conclusion :
Le moment maximum que l’on peut appliquer est le moment le plus petit M=10,5 kNm car il
respecte les conditions limites en traction et en compression alors que si on avait pris
M=13,60 kNm, la condition en traction n’aurait pas été respectée.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 54
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°22

y L/2 L/2

P Calculez l’équation de la déformée. En déduire la


A C B flèche maximum.
x

RÈPONSES N°22

L/2 L/2

P
A C B
G
x x
y

MZ
Pour calculer l’équation de la déformée, nous allons utiliser l’équation différentielle : v 
''

EI Z

Il faut donc chercher le Torseur de Section en G.

L L
Zone AC : 0 x  Zone CB :  x L
2 2

L 
M z  P  x  Mz  0
2 
PL
v '' EI z   Px  v '' EI z  0
2
2
Px PL
v ' EI z    x  C1 v ' EI z  C3
2 2
Px3 PLx2
vEI z     C1 x  C2 vEI z  C3 x  C4
6 4

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 55
TD-1A-S2-M2102

Afin de déterminer les constantes d’intégrations, écrivons les conditions aux limites en A
pour la zone AC et la continuité des flèches et des pentes en C pour les 2 zones.
 L PL3
 x  0  v  0  C2  0  x   v zoneAC  v zoneCB  C 4  
En A :  En C :  2 48
 x  0  v  0  C1  0
2
L
 x   vzoneAC  vzoneCB  C3  PL
 2 8

1  Px 3 PLx 2 
Les équations de la déformée sont donc : Zone AC : v    une cubique
EI z  6 4 
1  PL2 x PL3 
Zone CB : v    une droite.
EI z  8 48 
5PL3
La flèche maxi a lieu en B sur la zone CB pour x=L :
B
vmax 
48EI z

L/2 L/2

P
A C B
x
A’ 3
PL /24EIz
5PL3/48EIz
v
1  Px 3 PLx 2 
    C’ 2
PL /8EIz
EI z  6 4 

1  PL2 x PL3  B’
v    
EI z  8 48 

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 56
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°23

y L/2 L/2
Déterminez les actions d'appuis en A et B.
P
A C B
x

RÈPONSES N°23 L/2 L/2

P
A C B
x

Nous sommes en présence d’un cas hyperstatique externe de degré 1, car le problème étant
plan , nous disposons de 3 équations de statique et avons à déterminer 4 inconnues, 2 réactions
en A ainsi qu’moment et une réaction en B.

Détermination de l’hyperstaticité : P
 Inconnues : 4 A C B
- 3 réactions FAH, FAV et FBV
- 1 inconnue moment MA Etat Hyperstatique : E0
H = i-3n = 4 – 3 = 1 => Hyperstatique de degré 1
L/2 L/2

P F
A C B
x
Etat Isostatique : E0’

Pour lever l’indétermination provoquée par l’hyperstaticité, nous allons considérer un sytème
équivalent isostatique.
Choissisons comme inconnue hyperstatique la réaction en B et construisons un système
isostatique sans l’appui en B. Plaçons en B une force verticale F.
Les 2 Etats Isostatique et Hyperstatique sont équivalents si le déplacement vertical de la
lorsque
section B dans l’état isostatique est nul. E0  E0 '
 vB  0

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 57
TD-1A-S2-M2102

Calcul du déplacement vertical de B dans l’état isostatique E0’ :

P
A C B

P F Etat Isostatique : EP
A C B

Etat Isostatique : E0’ F


A C B

Etat Isostatique : EF

En appliquant le principe de superposition, l’état E0’ peut etre décomposé en l’état EP et EF.

La flèche dans l’état E0’ est la superposition des flèches dans les états EP et EF :  vB
0'
  vBP   vBF
La flèche dans l’état E0 en B est la flèche nulle dans l’ état E0’:  vB
0
  vB
0'
 0 équation de
déplacement qui nous donne la valeur de F qui s’identifie avec la réaction en B.  vB
0
  vBP   vBF  0

5PL3 FL3
Compte tenu des résultats du problème 6 :   et  vB 
P F
vB
48EI z 3EI z
5PL3 FL3 5P
    0
0
vB
P
vB
F
vB  0 F 
48 EI z 3EI z 16

11P/16
5P/16
P
A C B

3PL/16

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 58
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°24
On se propose ici d’étudier un plongeoir de piscine en
flexion (voir photo ci-contre).

Caractéristiques planche de plongeoir :

Matériau : Section creuse :


40 cm

Composite verre-époxy

3 cm
 E = 21000 MPa
 Re = 200 MPa

1 cm
Modélisation du plongeoir :
y P

A B C x
D

0,2m 0,5m 1m

Partie I : résistance
1. Déterminer les réactions des appuis du plongeoir au sol en fonction de P.
2. Exprimer littéralement le ou les torseurs de section puis tracez les diagrammes de
sollicitation.
3. En déduire la section la plus sollicitée.
4. Pour cette section, déterminer l’expression de la contrainte normale maxi σmax en
fonction de la charge P.
5. Soit P = 10 000 N. Faire l’application numérique de σmax. Quel est alors le coefficient
de sécurité de tenue de la structure ?
Partie II : déformation
1. Tracer l’allure approximative de la déformée de la planche sous l’application de P
2. Soit le moment de flexion entre C et D : M = a x + b où a et b sont 2 constantes.
Donner littéralement l’expression de la déformée entre C et D sans résoudre les
constantes d’intégration.
3. Une étude expérimentale a permis de déterminer au point C un angle d’inclinaison de la
planche par rapport à sa position initiale à l’horizontal de -5.22°
Déterminer alors les constantes d’intégration.
4. Que vaut alors la flèche maxi de la planche.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 59
TD-1A-S2-M2102

RÈPONSES N°24

Inconnues de liaison : XB, YB et YC


 Moment :  M  0
Sur z au point C (équilibre en rotation autour du point C) : -P x 1 - YB x 0.5 = 0 → YB = -2P
 Résultante : F  0
Sur x : XB = 0
Sur y : YB + YC = 0 → YC = 3P

Entre A et B : Entre B et C : Entre C et D :


en passant par l’amont en passant par l’amont en passant par l’aval

0 0 0 0   0 0 
     
 sec tion G  0 0  sec tion G  2P 0   sec tion G   P 0 
0 0  0  2P( x  0.2)  0  P(1.7  x )
G  G  G 

2P
Ty
(N) A B C D x

-P
Mfz
(Nm) A B D x
C

-P

La section la plus sollicitée est au point C car les diagrammes de cisaillement et de flexion
sont maxi en ce point.
Mf y Mf z
n  z y avec :
Ig y Ig z

 Mfy = 0 et
 Mfz = -1000 x P Nmm au point C
 Igz = Igz1 – Igz2 = BH3/12 – bh3/12 = 400x303/12 – 380x103/12 = 868333 mm4
Dans la section C, la contrainte est maxi pour ymax = 15mm :
1000P
 max  15
Ig z

AN :  max  172,74MPa
Re
s  1.16 soit 16% de sécurité
 max

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 60
TD-1A-S2-M2102

Partie II : déformation

A B C D

Flèche

Mf z 1
y' '   (ax  b)
EIg z EIg z

1 ax 2
Intégrons une première fois : y'  (  bx  c )
EIg z 2

1 ax 3 bx 2
Intégrons une deuxième fois : y  (   cx  d)
EIg z 6 2

a et b d’après la question I.2 : ax + b = -P(1.7 – x) soit a = P et b = -1.7P


a(0.7 ) 2
Pente au point C connue : y’(0.7) = tan(-5.22°) = -0.091 soit c  0.091EIg z   0.7b
2
a(0.7)3 b(0.7 ) 2
Déplacement nul du point C (car appui) : y(0.7) = 0 soit d    0.7c
6 2

1 a(1.7 ) 3 b(1.7) 2
La flèche maxi est située au point D : y(1.7)  (   c1.7  d)  27.2mm
EIg z 6 2

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 61
TD-1A-S2-M2102

FLEXION PURE
1. Définition:

Si, pour une poutre droite à section constante, le torseur de section se réduit à MY, ou MZ,
ou les deux quel que soit la section droite, la poutre est soumise à de la flexion pure.

Suivant que le moment fléchissant est confondu ou n'est pas confondu avec un axe
principal d'inertie de la section droite, la flexion est dite plane (ou symétrique) ou
déviée (ou non symétrique).

1.1. Contraintes en un point P appartenant à une section droite:

Considérons une poutre soumise à de la flexion pure. La figure ci-dessous la représente avant et après
déformation. On constate expérimentalement que les fibres situées au dessus de la fibre moyenne
s’allongent, alors que les fibres situées sous la fibre moyenne se raccourcissent. La fibre moyenne ne
change pas de longueur : on l’appelle aussi fibre neutre. Toutes les sections droites subissent une
rotation x

G0 G1

Ligne moyenne

Rayon de courbure R

Le vecteur contrainte en un point P quelconque d’une section droite S doit satisfaire ces 6 équations
(Voir cours module F112)

1 0    xx dA
S
4 0   ( y xz  z xy )dA
S

2 0    xy dA
S
5 M y   z xx dA
S

3 0    xz dA
S
6 M z    y xx dA
S

Des constats précédents nous amènent à conclure que les fibres s’allongeant ou se raccourcissant, ne
sont donc soumises qu’à des contraintes normales dont la variation doit être linéaire  xx  ay  bz  c
et que les contraintes tangentielles sont nulles :

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 62
TD-1A-S2-M2102

 P  0  ay  bz  c
 P  xx
 x / xyz   xyP  0
  xzP  0

Les équations (2) (3) et (4) sont identiquement vérifiées car les composantes tangentielles
 xy   xz  0

L’ équation
1 0    xx dA   ay  bz  c dA  a  ydA  b  zdA  c  dA  aQzS  bQ yS  cA
S S S S S
implique que c=0 car les moments statiques par rapport à des axes centraux sont nuls.

Les équations (5) et (6)nous permetent de calculer les constantes a et b :

 5 M y  z xx dA 
S S
 
ayz  bz 2 dA  a  yzdA  b  z 2 dA  aI yz  bI yy
S S

6   M z  S xx S
y dA  ay 2
 byz dA  aS y 2
dA  b 
S yzdA  aI zz  bI yz

D’ ou le système à résoudre en a et b:

 M y  aI yz  bI yy

  M z  aI zz  bI yz

My I yy I yz M y
 Mz I yz M y I yz  M z I yy I  M z M z I yz  M y I zz
a  b  zz 
I yz I yy  I yz2  I yy I zz I yz I yy  I yz2  I yy I zz
I zz I yz I zz I yz

M y I yz  M z I yy M z I yz  M y I zz
 xxP   yP  zP
I yy I zz  I 2
yz I yy I zz  I 2
yz

Si le système d’axes yz est principal d’inertie YZ, le produit d’inertie étant nul, l’expression devient :

M Z P  MY P
 xxP   Y  Z
IZ IY

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 63
TD-1A-S2-M2102

2. Flexion plane:

Considérons la poutre ci-dessous soumise à un moment fléchissant MY.

x
S
M Ligne moyenne

G0
MY
G M
X
G1
y x
Y

z Z


Après application des couples M aux extrémités on constate que:
 Toutes les sections droites subissent une rotation Y autour de l'axe y parallèle à l'axe
principal d'inertie Y portant le moment fléchissant et une flèche verticale w.

 Toutes les fibres contenues dans le plan xy (contenant la ligne moyenne) ne subissent
aucune déformation, tandis que les fibres situées au-dessus du plan xy subissent un
raccourcissement proportionnel à la distance par rapport à ce plan. De même les fibres
situées au-dessous du plan xy subissent un allongement.proportionnel à la distance par
rapport à ce plan.

x
MY
S  Z
IY
M

G0
MY
G M
X
Z
y G1

Y x

z Z

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 64
TD-1A-S2-M2102

2.2. Axe neutre :


Le lieu des points où σ=0 dans la section droite, est l'axe neutre ∆. Il est confondu avec
l'axe qui porte le moment fléchissant dans le cas de la flexion plane. C'est l'axe de
rotation autour duquel tournent les sections droites.

1°) Le moment est porté par l’axe principal Y:

x compression <0

S
M axe neutre =0

G0 Ligne moyenne
MY
G
X
y traction >0
Z
x

∆ M
Y  Y Z
IY
z Z

x traction >0


M

G0
G x
x
y
My

axe neutre =0


MY
 Z
Y IY
compression <0
z Z

2°) Le moment est porté par l’axe principal Z:

Ligne moyenne axe neutre =0


 S

traction >0
G0 MZ
M G
X
x
y
Y ∆ MZ
  Y
z compression <0 IZ
Z

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 65
TD-1A-S2-M2102

2.3. Coefficient de sécurité:

-maxi

M
G0
MY
G
X

Y +maxi
Z

1°) Matériaux symétriques ou ductiles (  e   e' ):

On calcule la plus grande contrainte normale en valeur absolue puis le coefficient de


sécurité par la relation:
 e ou  e' 

 max i

2°) Matériaux dissymétriques ou fragiles (  e'   e ):

On calcule les deux contraintes extrêmes  max



i et  max i , puis les deux coefficients:

e

 max

i

 e'
' 
 max

i

Le coefficient de sécurité est le plus petit des deux.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 66
TD-1A-S2-M2102

2.4. Equation de la déformée:

1°) Le moment est porté par l’axe principal Z:

L x

Z
z X
v MZ
x
vmaxi Y

y v=f(x)

Sous l’effet du moment MZ la ligne moyenne de la poutre se déforme. Son équation après
déformation v=f(x) est aussi appelée déformée et la valeur de la déformée en un point
d’abscisse x est appelée la flèche v.
L’expression du rayon de courbure R d’une équation d’une courbe en coordonnées
1 v
cartésiennes est donnée par :   v compte tenu de nos hypothèses petites
R 1  v32
3
déformations et du développement du binôme de Newton 1  v2  1.

P ∆(dx) En considérant un tronçon de poutre GG’ de longueur dx la


contrainte normale en un point P d’ordonnée y est donnée
Y MZ
G G’ par  xxP   Y et vaut d’après la loi de Hooke en
IZ
 dx  Yd    EY .
traction  xx  E xx  E E
P P
dθ dx dx R
En identifiant les deux expressions l’équation
différentielle de la déformée est donnée par :
x dx

MZ
v '' 
EI Z

Après deux intégrations on obtient l’équation de la déformée en fonction de x, puis la


flèche maximum.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 67
TD-1A-S2-M2102

2°) Le moment est porté par l’axe principal Y:

L
x

wmaxi
X
MY
Y
y Z

z
Une démarche similaire au cas précédent montre que l’équation différentielle de la
déformée est donnée par :

MY
w''  
EIY
Après deux intégrations on obtient l’équation de la déformée en fonction de x, puis la
flèche maximum.

3. Flexion déviée:
Le moment de flexion n'est plus porté par l'un des deux axes principaux d'inertie de la
section droite.

MY G
MY
Y
MZ MM G
y
 MZ
M Y
Z
z
Z

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 68
TD-1A-S2-M2102

3.1. Contraintes en un point P de la section droite:

On applique le principe de superposition.

Y
MY G
MZ
= Y
MY G
+ Y
G
MZ

Z Z
Z

MZ M MY MZ
  Y Y Z   Z   Y
IZ IY IY IZ

3.2. Axe neutre:

Le lieu des points où  = 0 dans la section droite, est l'axe neutre ∆. Il est confondu
avec l'axe qui porte le moment fléchissant dans le cas de la flexion plane. C'est l'axe de
rotation autour duquel tournent les sections droites.

De la relation donnant l’expression de la contrainte, on en déduit l'équation de l'axe neutre


dans des axes quelconques :

M y I yz  M z I yy M z I yz  M y I zz M y I yz  M z I yy
0 yP  zP  z y
I yy I zz  I 2
yz I yy I zz  I 2
yz M z I yz  M y I zz

Qui devient dans des axes principaux d’inerties :

M Z IY
Z Y
MY IZ

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 69
TD-1A-S2-M2102

axe neutre =0

S
M
G0  MY
traction >0
M’ G
MZ X
x

Y
MZ M
compression <0 ∆   Y YZ
Z
IZ IY

Comme l'axe neutre est dévié par rapport au moment de flexion résultant (contrairement à la flexion
plane où l'axe neutre et le moment de flexion sont confondus), la flexion est dite déviée.

3.3. Expression de la contrainte de flexion dans un repère qui contient l'axe neutre:

x mini
v

x maxi
v

P
compression <0

traction >0

MY G
Y Y

M MZ v

x
M P’
axe neutre =0
zône où se situe 
 Z

Soit v un axe perpendiculaire à l'axe neutre  , tel que le repère  ,v,X soit direct.
On montre que dans ce repère la contrainte de flexion se calcule par:

M
 xv
I 

IY  I Z IY  I Z
avec: I    cos 2 
2 2
Les points les plus sollicités sont ceux qui sont les plus éloignés de l'axe neutre ∆.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 70
TD-1A-S2-M2102

3.4. Equation de la déformée :


On applique le principe de superposition. Compte tenu des expressions de v et w obtenu au
paragraphe 10.2.4. La flèche résultante à l’abscisse x s’obtient par :

f  v 2  w2

3.5. Coefficient de sécurité:


Il faut tout d'abord rechercher l'axe neutre  , afin de déterminer la position des points
soumis aux contraintes maximum de traction et de compression. La démarche est ensuite la
même que pour la flexion plane.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 71
TD-1A-S2-M2102

FLEXION SIMPLE (CISAILLEMENT-FLEXION)

1. Définition:

Si, pour une poutre droite à section constante, le torseur de section se réduit à TY, ou TZ
et MY, ou MZ, (ou les deux) quel que soit la section droite, la poutre est soumise à de la
flexion simple.

1.1. Relation entre l’effort tranchant et le moment fléchissant:


Considérons le tronçon de poutre GG’, et supposons
y que les seules actions extérieures qui s’exercent sur
qy
ce tronçon sont une charge linéique uniforme q (Pour
g
simplifier la démonstration considérons uniquement la
composante suivant y : qy).
Ty Ty+dTy

G G’ x  RG '  RG  qdx

Mz Mz+dMz  M G '  M G  G ' G  RG  G ' g  qdx

 Ty  dTy  Ty  q y dx

dx  dx 2
x
M z  dM z  M z  Ty dx  q y 2

dTy dM z
qy  Ty  
En négligeant les termes du second ordre : dx dx

dTz dM y
qz  Tz 
En considérant la composante z : qz : dx dx

Contraintes en un point P appartenant à une section droite:

On constate expérimentalement comme dans la flexion pure que les fibres situées au dessus de la fibre
moyenne s’allongent, alors que les fibres situées sous la fibre moyenne se raccourcissent
M y I yz  M z I yy M z I yz  M y I zz
La relation  xxP   yP  z P reste valable car l’effort tranchant pertube
I yy I zz  I 2
yz I yy I zz  I yz2
peu les contraintes normales, de même pour la courbure.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 72
TD-1A-S2-M2102

Entre chaque fibre, on enregistre des variations de


longueur qui impliquent l’existence de contraintes
B’ tangentielles longitudinales τL dans le plan zx, et compte
tenu de la réciprocité des contraintes tangentielles
transversales τT dans le plan xy.
z G B

A’ C’ τL

A τT x
C

Isolons le bout de poutre délimité par A’B’C’ABC :


y
Ecrivons l’équilibre statique de ce tronçon, en considérant
la composante suivant l’axe x :

B’
σxx
  xx dA    xx  d xx dA   L dldx  0
C’ A'B 'C ' ABC A 'B ' AB

z G B d xx
A’ τL

ABC
dx
dA   L dl  0
AB
dx dA x
dl
A
C σxx+dσxx

M y I yz  M z I yy M z I yz  M y I zz
La contrainte normale vaut :  xxP   yP  zP
I yy I zz  I 2
yz I yy I zz  I yz2
d  xxP T I  T y I yy P  T y I yz  Tz I zz P dM z
Donc :   z yz y  z compte tenu que Ty   et
dx I yy I zz  I yz2 I yy I zz  I yz2 dx
dM y
Tz 
dx

 Tz I yz  Ty I yy P  Ty I yz  Tz I zz P  Tz I yz  Ty I yy  Ty I yz  Tz I zz
 
 L dl    I yy I zz  I yz2     y dA   z
P P
y z dA dA
I yy I zz  I yz2  I yy I zz  I yz2 I yy I zz  I 2
AB ABC   ABC yz ABC

Avec les définitions des moments statiques : 


ABC
y P dA  Q zABC et  z
P
dA  QyABC
ABC

1  Tz I yz  Ty I yy ABC  Ty I yz  Tz I zz ABC 
L   Qz  Qy
LAB  I yy I zz  I yz2 I yy I zz  I yz2 

Si le système d’axe yz est principal d’inertie (le produit d’inertie étant nul) :

1  TY ABC TZ ABC 
L   QZ  QY 
LAB  IZ IY 

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 73
TD-1A-S2-M2102

Contraintes tangentielles pour des sections épaisses rectangulaires:

Ty L 
1 TY ABC
QZ
b LAB I Z
LAB b
bh3
IZ 
12
Z bh  h 
h
G τmax QZABC  Yg  AABC    y   y 
G 22  2 
y
y  
B τ  
3TY  y2 
A  1 2
2A  h 
g τ  
 4 
C
3TY
 max 
Y 2A

Contraintes tangentielles pour des sections épaisses circulaires:

Ty 1 TY ABC
L  QZ
LAB I Z
LAB  2 R 2  y 2
R 4
IZ 
4
Z R
 
3
2 2
τmax QZABC   YdA  y 2 R  y dy  R  y2
2 2
G 2
G 3
R y ABC y
y
B τ
A 4TY  y2 
τ  1  2 
dA 3A  R 
C
4TY
Y  max 
3A

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 74
TD-1A-S2-M2102

SOLLICITATIONS COMPOSEES

PROBLÈME N°25

h n 3141.6N
3141.6N
A G B
x

n Y

G Z

 10 mm section nn
Y

Considérons la barre de la figure ci-dessus. Elle est soumise à deux forces égales et opposées
de 3141,6 N. La section droite est circulaire de diamètre 10 mm.

1°) Déterminer les éléments de réduction du torseur de section au centre de gravité G de la


section droite nn.
2°) Déterminer l'expression de la contrainte normale maximum ( >0 ) dans la section droite nn
(la mettre sous la forme a + b*h où a et b sont des constantes réelles).
3°) La contrainte maximum ne pouvant excéder 232 MPa, en déduire la valeur de h.
4°) Déterminer alors la position de l'axe neutre.

RÈPONSES N°25

3141.6N h n
3141.6N
A B
G x

n Y

G Z
section nn
 10 mm Y

 N x  3141,6 N

 RG  FB  0
 0
Torseur de section en G :  Sollicitation : Traction-Flexion
 0
M G  GB  FB  0

 M z  3141,6h

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 75
TD-1A-S2-M2102

N x 3141,6
Contrainte de traction :  xx    40 MPa
A   52
M Z P 3141,6 h
Contrainte de flexion :  xxP   Y  64 .5  32 h
IZ  .10 4

40 MPa 192 MPa 232 MPa


Nx σxx MZ σxx Nx+ MZ σxx

G x G x x
G 1mm

Y -192 MPa Y -152 MPa Y

Contrainte de traction -flexion:  xx  40  32h


La contrainte maximum admissible étant de 232 MPa : 232  40  32h d’ou h=6mm

3141,6  6
P    xx  0  0  40   64  Y P  40  38,4Y P
 .10 4
G Z
1mm ∆

Y
YP=1,04mm

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 76
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°26

120mm
35mm
480kN 80mm

X Calculer les contraintes normales aux points A, B, C et


D D et localiser l'axe neutre.
A G

C
Y Z
B

RÈPONSES N°26
120mm
480kN

80mm
35mm

G
C
A
Y B Z

 N x  480kN

 RG  FE  0
 0
Torseur de section en G : 
 0
M G  GE  FE  M Y  12000kNmm

 M Z  19200kNmm

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 77
TD-1A-S2-M2102

Sollicitation : Traction-Flexion

La contrainte normale en un point P quelconque :

Nx M Z P  MY P
 xxP   Y  Z
A IZ IY

480 .10 3 19200 .10 3  12 P 12000 .10 3  12 P


 xxP    Y  Z
120  80 120  80 3 80  120 3

 xxP  50  3,75  Y P  1,0417  Z P

Contrainte en A :
 xxA  50  3,75  40  1,0417   60  σxxA = -262,5 MPa

Les calculs sont identiques pour les points B, C, D :

σxxB = -137,5 MPa σxxC = 162,5 MPa σxxD = 37,5 MPa

Nx M Z P  MY P
Equation de l’axe neutre :  xxP   Y  Z 0
A IZ IY

 xxP  50  3,75  Y P  1,0417  Z P  0

500  3,75Y P
 50  3,75  Y P  1,0417  Z P  Z = 3,6Y+48
1,0417

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 78
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°27

Un arbre cylindrique de diamètre d, de longueur L=1m, est sollicité par un effort F= 19635 N,
et un couple C longitudinaux comme indiqué sur la figure ci-contre.
Il est constitué d’un matériau ayant comme
- Module de Young : 200 GPa.
- Coefficient de Poisson : 1/3.
F Des mesures expérimentales ont permis d’enregistrer
l’allongement longitudinal du cylindre 0,2 mm, ainsi que
C
la rotation des sections extrêmes 1,25° .
Calculer :
d 1) Le diamètre d du cylindre en mm.
L= 1 m
2) Le rétrécissement du diamètre d en mm
3) La contrainte normale maximale en MPa.
C 4) Le module de Coulomb du matériau.
F 5) Le couple C appliqué en mN.
6) La contrainte tangentielle maximum en MPa.

RÈPONSES N°27 F

1°)  xx  E xx .
1m
4 FL
d  25mm
EL
2°)  YY   xx G z
dL
d    1,6.10  3 mm
L
3°)   40MPa y
E 3E
4°) G G  75000 MPa
21    8 F d
C
CL d 4
5°)  IG  C  62,75mN
GI G 32
6°)   G   20,45 MPa

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 79
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°28

Une poutre à section rectangulaire (30*10) , est encastrée à son extrémité A, et soumise à
l’autre extrémité B à une force de 30 kN appliquée en C comme indiqué sur la figure ci-contre.

5mm

P S

C 30 kN
G 30 mm 5 mm
A X B
Y
10 mm
P’
Z

1) Déterminer les composantes du torseur de section au centre de gravité G de la


section droite S.
2) Calculer les contraintes normales aux points P et P’ de la section droite S.
3) Tracer le diagramme représentant les variations de la contrainte normale dans la
section droite S.
4) Désirant un coefficient de sécurité de 2, quelle est la limite élastique du matériau
qu’il faut choisir.

RÈPONSES N°28

 RG  FC  N x  30kN
1°) TG / Y ,Z ,3  
P
200MP
M G  GC  FC M Y  150mN
Nx MY P bh3  xxP  200MPa
2°)  xxP   Z IY   G x
  xx  0
P'
A IY 12
3°)

P’
4°)  e  400MPa

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 80
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°29

Une poutre de section en forme de Z (50*80*50) d’épaisseur 6 mm, a été entaillé comme
l’indique la figure ci-dessous. Elle est soumise à deux efforts de traction F = 10 kN à ses
extrémités A et B. La ligne d’action des forces F est AMB

Y
z
6

Section S B
Iyy= 48.99 cm4
Izz= 15.04 cm4
z
M Iyz= -15.75 cm4
50
G
y M
x 80 3
80 A
3
40 y
40 G
F

6
50
6 X
O 50

La section droite S de la poutre est représentée sur la figure ci-contre à l'échelle 1. Les cotes
sont en mm.
Le centre de gravité est noté G et les axes centraux y et z sont donnés sur la figure ainsi
que les. moments d'inerties et produit d’inertie par rapport à ces axes

1°) Déterminez les coordonnées de G dans le repère (O;X,Y).


2°) Déterminez, dans le repère (G,x,y,z), les composantes du torseur de section au centre de
gravité G de la section droite S (les forces en N, les moments en mmN).

3°) Déterminez l‘équation de l'axe neutre global de la section S dans le repère (G,y,z) en la
mettant sous la forme z=ay+b et représentez cet axe sur la figure.

4°) Mettez en place sur la figure le point P le plus tendu.

5°) Calculez la valeur de la contrainte normale globale au point P en MPa.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 81
TD-1A-S2-M2102

RÈPONSES N°29
Y
z
6
P
Δ

Iyy= 48.99 cm4


Izz= 15.04 cm4
11,87mm Iyz= -15.75 cm4

M
1°) XG=11,87mm ;YG=26,87mm
3 75°76
2°)
 N x  10 4 N G y
 40
 RG  FA  0
26,87mm
 0

 0
6 X
M G  GA  FA  M Y  1,313.105 Nmm
 O 50
 M Z  0,887.105 Nmm

3°)
N x M y I yz  M z I yy P M z I yz  M y I zz P
 xxP   y  z 0
A I yy I zz  I yz2 I yy I zz  I yz2
z = 3.942y-113.07

 11,87mm
4°) point P le + contraint P/ yz 
 53,13mm

5°)  xxP.traction  13,44 MPa  xxP. flexion  11,81MPa  xxP  25,25 MPa

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 82
TD-1A-S2-M2102

FLAMBEMENT

PROBLÈME N°30
A aires égales, quelle est la section, carrée ou circulaire, qui résiste le mieux au flambement?
(Calculer les élancements des deux barres).

RÈPONSES N°30

Φ d
a

d 2
A  a2 A
4
2a
Même aire d

a4 d 4
I vv  I vv 
12 64

I vv a4 I vv a4
v   v  
A0 12a 2 A0 4a 2

LF LF 12 LF LF 4
   
v a v a

 2 EI vv
 c E  
2
E
Pc 
L2
F  2

Pccarré 

Pccercle 3
Conclusion : La section carré résiste mieux.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 83
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°31

x Calculer la charge critique d'EULER de la poutre


G x B P x ci-contre. En déduire la valeur du coefficient .
A

y
y

RÈPONSES N°31
Avant déformation
L

Après déformation

v Pc x
G
x x
A y B
R

M Z   Pc v  RL  x 
M
v ''  Z
EI Z
EI Z v  Pc v  RL  x 
Pc
Posons : 2 
EI Z
R
v   2v  L  x 
EI Z
Equation différentielle du second ordre avec second membre.

R
v  A sin x   B cosx   L  x 
EI Z  2

Ecrivons les conditions limites en A et B :

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 84
TD-1A-S2-M2102

RL
Encastrement A : v0  0  0  B 
EI Z  2
R
C.L. Encastrement A : v0  0  0  A 
EI Z  2
Appui B : vL   0  0  A sin L  B cos L

D’où le système à résoudre :


RL
0  B
EI Z  2
R
0  A 
EI Z  2
0  A sin L  B cos L

Pour que ce système admette des solutions autres que la solution banale tout égal à zéro,
écrivons que le déterminant des coefficients des inconnues est nul.

L
0 1
EI Z  2
1
  0  0
EI Z  2
sin L cos L 0

En développant le déterminant, nous obtenons :

tan L  L

Equation transcendante dont la résolution ne peut être que graphique ou numérique.

Approchons la solution graphiquement. Traçons la fonction y1=ωL et y2=tan ωL. Les points
d’intersection nous donnent les solutions. Nous retenons la plus petite racine non nulle :

ωL =4,5

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 85
TD-1A-S2-M2102

5
4,5rd ωL
4

2
y1 et y2 en radians

1
ωL
0
-5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 4,5rd 5
-1

-2

-3
y1=x
-4 y2=tanx

ωL
-5

-6
x en radians

En utilisant une calculatrice, il est possible d’affiner la solution en utilisant un processus


d’encadrement par dichotomie.

L  4,4934 rd

2
 4,4934  P
  2
  c
 L  EI Z

 2 EI vv 4,4934 2 EI Z
Pc  Pc 
L2F L2


LF  L   0,7
4,4934

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 86
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°32

Une barre en acier de longueur L et de


z section
Appuis glissants droite rectangulaire est
encastrée à l'extrémité C et supporte une
P
force centrée de compression P à l'autre
D extrémité D. Deux plaques en vé sont
fixées à l'extrémité D permettant à la
barre de flamber dans le plan zx et aussi
dans le plan zy.
L 1°) Déterminer le rapport b/h pour que les
contraintes critiques d'EULER soient
égales dans les deux cas.
2°) Sachant que:
y L = 600 mm
Encastrement E = 210 GPa
P = 60 kN
déterminer les dimensions b et h de la
C section droite pour avoir un coefficient
de sécurité de 2.5 en appliquant la théorie
h d'EULER. Vérifier que pour ces
b x dimensions on peut effectivement
appliquer la théorie d'EULER sachant que
la limite élastique en compression du matériau vaut 240 MPa.
3°) Calculer le coefficient de sécurité en appliquant la théorie de DUTHEIL.

RÈPONSES N°32
1)

Même contrainte critique d’Euler σc implique même élancement λ .

L L 2L 4L 3
x    
x Ix bh 3 h
A 12bh

L L 0,7 L 12 1,4 L 3
y    
y Iy b b
A

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 87
TD-1A-S2-M2102

z
z z
P
P P
D

D D

y
=2
L =0.7

C IX=bh3/12 IY=hb3/12
h
C C x
b x
y

L L 2L 4L 3
x    
x Ix bh 3 h
A 12bh

4 L 3 1,4 L 3 b
x   y     0,35
h b h

2)

 c E  2 EA  2 E  0,35h 4
 c E  
2
E P
    
2 A  x P 48L2 P

48PL2 48  60.103  600 2  2,5


h 
4
 h 4 h=43,48mm b=0,35h=15,22mm
0,35 2 E 0,35 2  210.103

Euler est applicable si   lim


E 210.103
lim     92,9
 e' 240

4 L 3 4  600 3
x   y    95,6
h 43,48

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 88
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°33

L On veut vérifier au flambement la barre ABC ci-contre


(de diamètre d et de longueur L). La liaison en A est un
P encastrement, la liaison en B un contact ponctuel sans
A B C
frottement.
L/2
P = 110 kN d= 30 mm L = 0.6 m.

On utilise un acier de limite élastique σe = 240 MPa et de module de YOUNG E = 210 GPa.
5.415EI
La charge critique d'EULER vaut: PCE  . On utilise la théorie de DUTHEIL.
L2
1°) Calculez:
a)  (on rappelle que, quelles que soient les liaisons, la charge critique d'Euler peut se mettre
 2EI
sous la forme: PCE  ).
(L) 2
b) le rayon de giration  de la section (en mm).
c) l'élancement  de la barre.
2°) La barre flambe-t-elle? (Justifiez votre réponse).
a) Si non, calculez le coefficient de sécurité.
b) Si oui, calculez le diamètre d (en mm) à donner à la barre (les diamètres varient de 2mm en 2mm).

RÈPONSES N°33

 2 EI vv 5,415EI Z 
Pc  Pc  LF  L   1,35
2
L
F L2 5,415

I vv d
v    7,5mm
A0 4
LF L
   108
v v

E 210.103
lim     92,93
 e' 240

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 89
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°34
x Q
A B C D
La barre rigide ABCD est supportée par deux
colonnes BE et CF susceptibles de flamber (voir
m= 1
m= 0,7
figure ci-contre). Les liaisons ponctuelles en A
1m et D empêchent les déplacements latéraux des
1m 1,2m points B et C. Les liaisons en B, C et F sont des
verrous, la liaison en E est un encastrement. Les
deux colonnes BE et CF ont une section droite
E carrée de 16 mm de côté. Le module de YOUNG
F
du matériau vaut 210 GPa, ses limites élastiques
en traction et compression sont identiques et
valent 240 MPa.
1°) Montrer que l'on peut appliquer la théorie d'EULER pour calculer les charges
critiques qui font flamber les colonnes BE et CF. Calculer alors ces charges critiques (en kN),
en appliquant la théorie d'EULER.
2°) Une force verticale Q agit sur la barre rigide ABCD à une distance x de la colonne
BE.
a) La distance x vaut 0.4 m.
Calculer (en kN) la valeur critique de la charge Q qui fait flamber l'une des deux colonnes, en
précisant la colonne concernée.
b) La distance x peut varier de 0 à 1 m.
Pour quelle valeur de x (en mm) la valeur critique de Q est-elle maximum? En déduire (en kN)
la valeur critique maximum de Q.

RÈPONSES N°34

1)
E 210.103
lim     92,93
 e' 240
I vv a4 a
v   2

A0 12a 2 3
 0,7  1000
  BE   151,55
16

LF  2 3
  CF  BE  lim Euler est applicable
 v    1200  259,8
CF
 16
 2 3

 BE  2  210.103 16 4
P   23,1kN
 2 EI vv  2 EI vv  c 0 ,7  1000 2
 12
Pc  
L2F L 2 P CF   2  210.103 164  7,86kN
 c 12002 12
IUT-LYON1-GMP-DDS Page 90
TD-1A-S2-M2102

2)
a)
0,6QcBE Qc 0,4QcCF
0,4m 0,6m

B C
1m

PcBE  23,1kN  0,6QcBE  QcBE  38,5kN


PcCF  7,86kN  0,4QcCF  QcCF  19,65kN
Donc Qc=18,7kN et c’est la colonne CF qui flambe

b) Qcmaxi
(1-x)QcBE xQcCF
x 1-x

B C
1m

Lorsque les deux barres flambent en même temps Qc est alors maxi.

PcBE  1  x   QcBE PcCF  x  QcCF

PcBE PcCF 23,1 7,86


Qcmax i  QcBE  QcCF    x  0,254 m
1 x x 1 x x

PcCF 7,86
Qcmax i    31kN
x 0,254

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 91
TD-1A-S2-M2102

PROBLÈME N°35

Considérons la structure représentée sur la figure


ci-dessous. Le poteau AB de longueur 9m, dont la
P section droite est un profilé HEA 220 est soumis
à un effort de compression P. Il est encastré à son
B extrémité A, la liaison en B est considérée comme
une articulation dans le plan xz (rotation possible
autour de y soit μ=0,7 ) et comme un encastrement
dans le plan yz (rotation empêchée autour de x soit
μ=0,5 ).
Z
Le matériau est un acier E240 dont les
x
caractéristiques élastiques sont : σe=σe’=240MPa
9m Y
Y et E=210GPa.

HEA 220

1) Calculer les moments d’inertie principaux IY et


A IZ de la section droite de la poutrelle (en cm4).
z
2) Déterminer le plan dans lequel le poteau risque
P de flamber, en calculant les élancements dans les
deux plans.
Z
3) En appliquant la théorie d’Euler, calculer la
220 mm charge maximale (en kN) de compression
admissible pour avoir un coefficient de sécurité de
11 mm 2.
4) En prenant la charge calculée en 3), calculer le coefficient de
sécurité d’après la théorie de Dutheil.

Y
210 mm G

7 mm

11 mm

220 mm

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 92
TD-1A-S2-M2102

RÈPONSES N°35

Z
220 mm

11 mm

94mm
188mm
Y
210 mm G

7 mm

11 mm

220 mm

1883.7  113.220   2203.11  7 3.188


1°) I Y   2  99,5 .11.220   5184,21cm I Z  2
2 4
   1952,27cm 4
12  12   12  12

A  220 .11.2  188 .7  6156 mm 2

 IZ 0,7l
 Z   5.631cm  xz   111,88
 A Z
2°) 
   I Y  9,177cm    0,5l  49,03
 Y A
yz
Y
Flambage dans le plan xz

 2E
3°)  E   C C  P  509,66 kN
2xz

4°) k   e k  2,236  D  1,296

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 93
TD-1A-S2-M2102

FLAMBEMENT

1. Définition :

Effectuons un essai de compression sur une éprouvette longue, de même ordre de


grandeur que celle utilisée en traction. Nous constatons qu'elle fléchit avant d'atteindre la
limite d'élasticité en compression .La flèche augmente considérablement a la suite d’une
instabilité, entrainant la ruine de la structure. Ce phénomène est le flambage. La valeur
maximum de la contrainte de compression est la contrainte critique de flambage. C'est le
seul cas où la contrainte de compression est prise positive par convention. Elle est donnée
par :

Pc
c 
A0

=P/A0 P

Essai de Compression L0=2D0


D0

P
P
'e
c L0
D0

P
Essai de Flambement L=L/L0

Ce phénomène de flambement est très difficile à prévoir car les imperfections géométriques de la
poutre, de sa section, du matériau et des conditions d’applications des sollicitations et des liaisons
rentrent pour une grande part dans le flambement.

Pour étudier le flambement, il faut abandonner une des hypothèses fondamentales du cours sur la
théorie des poutres. Lors du flambement les déplacements ne sont plus petits, nous ne pouvons plus les
négliger et la théorie du premier ordre ne convient pas à expliquer le phénomène. Nous devons
considerer une théorie au deuxième ordre, ou les configurations initiales et finales des poutres ne
coïncident plus. Nous allons considérer la poutre dans son état déformée pour calculer le Torseur de
Section.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 94
TD-1A-S2-M2102

2 Théorie d'EULER

2.1 Cas de base

Considérons une barre de longueur L, articulée à ses deux extrémités, soumise à un effort
de compression. Les articulations sont parfaites, c'est à dire dans toutes les directions. La
poutre flambe, c'est à dire fléchit dans le plan perpendiculaire à l'inertie minimum (voir §
sur les inerties).

Avant Déformation :

 N x  P
z 
P G P  RG  FB  0
x 
 0

A
y  M  GB  F  0
B  G B

Après Déformation :

PC PC  N x  P
x 
v  RG  FB  0
G
x  0
A x B 
y v=f(x) 0

L M G  GB  FB  0

y  M Z   Pc v

MZ
Appliquons l’équation de la déformée vue au chapitre flexion : v ''  .
EI Z

Pc
Le moment fléchissant en G : M Z   Pc v d’où : EI Z v  Pc v  0 Posons 2 
EI Z

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 95
TD-1A-S2-M2102

v   2 v  0

Equation différentielle du second ordre à coefficient constant et sans second membre. La solution
générale s’écrit :
v  A cosx   B sin x 

Les conditions aux limites aux appuis nous permettent de calculer les constantes d’intégration A et B.

Appui A : v0   0  A0


C.L. B0
Appui B : v L   0  B sin L   0
sin L  0  L  k

 k  P
L’équation de la déformée s’écrit : v x   B sin  x  et compte-tenu de  2  c
 L  EI Z

k 2 2 EI Z
Pc 
L2

La première charge critique est donnée pour k=1 :

 2 EI Z
Pc 
L2
et la déformée s’écrit :

 
v x   B sin  x 
L 

La déformée est donc sinusïodale, mais cette théorie énoncée par Euler ne permet pas de résoudre
totalement le problème. En effet la charge critique Pc est indépendante de la flèche, et la flèche ne
fait pas intervenir le matériau ce qui parait surprenant. Cette théorie n’est qu’une première approche.

On peut de la même manière calculer les autres valeurs de charges critiques pour k  2,3,4.... Les
déformées associées à ces différentes charges critiques sont appelées modes de flambement.

Si k=2
4 2 EI Z
Pc 
L2
P P v x 
 2 
 B sin  x
 L 
A K=2

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 96
TD-1A-S2-M2102

2.2 influence des liaisons.


En se rapportant au cas de base, dans tous les cas, la charge critique peut se mettre sous
la forme :

 2 EI vv
Pc 
L2F

LF  L
Où Ivv est l'inertie minimum , LF est la longueur fictive de flambage , avec et μ un
coefficient qui tient compte de l’influence des liaisons.

=1 P

=0.7 P

=0.5 P

=2 P

L/2
=0.5 P

3 Contrainte critique d'EULER

La contrainte critique d'EULER est donnée par :

 c E  Pcr   2EI vv
2

A0 LF A0

I vv LF
v  
Sachant que : A0 est le rayon de giration par rapport à l'axe v. et que v est

 c E  
2
E
l'élancement de la poutre, nous avons :  2

Nous pouvons tracer la courbe de flambage d'EULER en fonction des élancements pour un
matériau donné. La courbe d'EULER doit être limitée par la limite d'élasticité de

E
lim  
compression, ce qui nous impose un élancement limite  e' .

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 97
TD-1A-S2-M2102

EULER
300

250
e

200

 150
(MPa)

100

50

lim=92.9
0
0 50 100 150 200


E=210 GPa e=240 MPa

Si   lim , nous faisons une vérification à la condition de non flambage par :


P
   c E
A0
P
Si   lim , nous faisons une vérification à la compression pure par :     e'
S0
La courbe d'EULER est composée de deux courbes d'équations différentes, ce qui n'est
pas satisfaisant. De plus, pour de faibles élancements, les points expérimentaux sont situés
au dessous de la courbe. La théorie d’Euler a ses limitations, et ne permet de décrire que le
moment ou la poutre flambe.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 98
TD-1A-S2-M2102

UNITÉS DE MESURE

Les unités de mesure légales en France font l’objet du décret du 3 Mai 1961. Le
système ainsi défini est le système métrique décimal, à six unités de base, appelé
système international SI.

1. Les unités de base sont:

Grandeur nom symbole


Longueur mètre m
Masse kilogramme kg
Temps seconde s
Intensité ampère A
Température degré Kelvin K
Intensité lumineuse candela cd
Quantité de matière mole mol

2. Les unités secondaires concernant le Dimensionnement des Structures sont:

Le newton (symbole N) : unité de force.

Le newton-mètre (symbole Nm) : unité de moment.

Le joule (symbole J) : unité d’énergie, de travail et de chaleur.

Le pascal (symbole Pa) unité de contrainte et de pression.

1Pa = 1N/m²

Le watt (symbole W) : unité de puissance.


Le radian (symbole rd) : unité d’angle.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 99
TD-1A-S2-M2102

3. Parmi les multiples des unités secondaires, on utilise en Dimensionnement des


Structures:

Le kilonewton (symbole kN) : unité de force.

1kN = 103 N

Le mégapascal (symbole MPa) : unité de contrainte.

1MPa = 106 Pa = 1N/mm²

Le gigapascal (symbole GPa) : unité de contraintes.

1GPa = 109 Pa = 103 MPa= 1kN/mm²

4. Les unités, hors système, autorisées sont:

Le degré d’angle (symbole °) : unité d’angle.


La calorie (symbole cal) : unité de chaleur (1cal = 4.18 J).
Le degré de température celcius (symbole C)
………

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 100


TD-1A-S2-M2102

ANNEXES

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 101


TD-1A-S2-M2102

ANNEXE N°1-COEFFICIENT DE CONCENTRATION DE


CONTRAINTE EN TORSION-FLEXION

TORSION

TORSION

FLEXION

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 102


TD-1A-S2-M2102

ANNEXE N° 2 TORSION DES SECTIONS


RECTANGULAIRES
La figure ci-contre permet de visualiser la répartition des
e contraintes tangentielles de torsion dans une barre à
section rectangulaire.

On montre alors, en élasticité, que:

1°) La relation entre le moment de torsion et l'angle


unitaire de torsion est:
Mx
G Mx
maxi  x' 
h GJ

où J est le moment d'inertie de torsion de la section


rectangulaire. Il se calcule par la relation suivante:

J  k 1e 3h

‘maxi où k 1 est une fonction du rapport h/e donné dans le


tableau suivant:

h/e 1 1.5 2 3 4 5 6 8 10 
k1 0.141 0.196 0.229 0.263 0.281 0.291 0.299 0.307 0.313 1/3

k2 0.208 0.231 0.246 0.267 0.282 0.291 0.299 0.307 0.313 1/3

k3 1.000 0.859 0.795 0.753 0.745 0.744 0.743 0.742 0.742 0.742

N.B. Lorsque la section droite est circulaire la relation entre le moment de torsion et l'angle unitaire de torsion
est:
Mx
 x' 
GI G
D 4
Le moment d'inertie de torsion est alors le moment d'inertie polaire du cercle ( ).
32

2°) La contrainte maximum de torsion (au milieu des grands côtés du rectangle) vaut:

Mx
 max i 
k2e 2 h

où k 2 est une fonction du rapport h/e donné dans le tableau précédent.

3°) La contrainte au milieu des petits côtés du rectangle vaut:

 'max i  k 3  max i

où k 3 est une fonction du rapport h/e donné dans le tableau précédent.

IUT-LYON1-GMP-DDS Page 103