Vous êtes sur la page 1sur 10

Les Harkis

ressources documentaires
essais et documents | articles | enregistrements sonores | littérature | films

Essais et documents
AGERON Charles | Le « drame des harkis ». mémoire ou histoire ?
Vingtième siècle, octobre-décembre 2000, n° 68, pp. 3-15
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_2000_num_68_1_3931
Reprenant le dossier des dernières années de la question harkie pendant la guerre d’Algérie et dans l’immé-
diat après-guerre, Charles-Robert Ageron tente de démêler les positions des différents acteurs du « drame »
: pouvoir politique et militaire français, autorités et populations algériennes ainsi que les harkis eux-mêmes
et l’ANP. Il met en avant les violences dont ces anciens supplétifs de l’armée française furent victimes entre
1962 et 1963 et l’indifférence, voire la complaisance, des autorités algériennes à l’égard des responsables de ces
représailles. L’attitude des hommes politiques français, âprement critiquée par certaines fractions de l’opinion
à l’époque, ne fut pas exempte d’ambiguïtés. […] - Présentation éditeur

AGERON Charles | Les supplétifs algériens dans l’armée française pendant la guerre d’Algérie
Vingtième siècle, octobre-décembre 1995, n° 48, pp. 3-20
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1995_num_48_1_4419
Pas moins de cinq catégories de formations supplétives civiles constituées ont contribué au «  maintien de
l’ordre » pendant la guerre d’Algérie. Sur ces unités musulmanes, au sein desquelles se comptaient les harkis,
Charle-Robert Ageron a fait pour vingtième siècle la première étude scientifique fondée sur l’exploitation des
archives du service historique de l’armée de terre […] - Présentation éditeur

ABRIAL Stéphanie | Les enfants de harkis : de la révolte à l’intégration


Paris : L’Harmattan, 2002, 256 p. (Histoire et perspectives méditerranéennes) [ 7A1 305.892 765 ABR]
A travers la réalisation d’une vaste enquête de terrain auprès d’enfants de harkis, le présent ouvrage tente d’ap-
préhender la manière dont ces jeunes construisent leur identité dans la société française. La prise en compte de
dimensions comportementales et attitudinales amène l’auteur à constater, entre autres, la présence de quatre
grands types de rapports à la politique correspondant à des logiques d’engagement et de positionnement très
différentes dans l’espace public. Ce travail conduit également à apprécier la teneur du lien entre les formes
d’intégration sociale et la construction de l’identité politique des individus. - Présentation éditeur
AZNI Boussad | Harkis, crime d’Etat : généalogie d’un abandon
Paris : J’ai lu, 2002, 222 p. [cote : 1A 325.365 AZN]
De mars à juillet 1962, alors que les troupes françaises stationnent encore en Algérie, les «vainqueurs» du FLN
se saisissent des harkis, ces «supplétifs» musulmans français qu’on leur a abandonnés pour quelques arpents
de sable, et les assassinent, eux et leurs familles. Les harkis ont failli être les oubliés de la guerre d’Algérie.
Les rares rescapés du massacre et leurs enfants, enfermés dans des camps, auraient pu perdre la raison, et la
mémoire. Acculturés, manipulés, ils auraient pu disparaître définitivement, mais ils se sont battus. Fiévreuse-
ment d’abord, puis plus posément, avec les arguments du bon droit. […] - Présentation éditeur

BESNACI-LANCOU Fatima, MANCERON Gilles | Les harkis dans la colonisation et ses suites
Ivry-sur-Seine : L’Atelier, 2008, 160 p. [cote : 1A 965 BES]
Pour la première fois, un ouvrage récapitule l’histoire des harkis en la replaçant dans celle de la colonisation
de l’Algérie. Les harkis étaient des ruraux, confrontés à une guerre où les civils étaient l’objet de toutes les vio-
lences. Loin de faire un choix politique contre l’indépendance algérienne, souvent victimes du FLN, ils ont
tenté de survivre afin de protéger leur famille. Au lendemain de la guerre, en Algérie, en maints endroits, ils ont
été victimes de massacres. Ceux qui sont parvenus en France ont été enfermés dans des camps, subissant des
conditions indignes qui relèvent d’une logique coloniale. […] - Présentation éditeur

Du même auteur :
BESNACI-LANCOU Fatima, FALAIZE Benoît, MANCERON Gilles (dir.), JOUTARD Philippe (préf.), Les harkis :
histoire, mémoire et transmission, L’Atelier, 2010, 222 p. [1A 325.365 BES]
BESNACI-LANCOU Fatima, MOUMEN Abderahmen, Les harkis, Le cavalier bleu, 2008, 126 p. (Idées reçues ;
Histoire et civilisations n° 164) [1A 325.365 BES]
BESNACI-LANCOU Fatima, Fille de harki : « Le bouleversant témoignage d’une enfant de la guerre d’Algérie »,
L’Atelier, 2003, 125 p. [1A 325.365 BES]

CHARBIT Tom | Les harkis


Paris : La Découverte, 2006, 119 p. (Repères/ Histoire ; 442) [ 1A 325.365 CHA]
Plus de quarante ans après la fin de la guerre d’Algérie, l’histoire des harkis reste singulièrement méconnue. Les
oppositions caricaturales dans lesquelles ils sont encore enfermés - traîtres et collabos pour les uns, victimes et
fidèles serviteurs de la France pour les autres - en témoignent de façon régulière. Qui sont les harkis ? Ont-ils fait le
«choix» de la France ? Celle-ci les a-t-elle «abandonnés» à des représailles prévisibles après le cessez-le-feu ? Com-
ment ont-ils été rapatriés et accueillis en métropole ? Ont-ils été «intégrés» à la population française ? - Présentation
éditeur
Du même auteur :
CHARBIT Tom, Saint-Maurice-l’Ardoise : Socio-histoire d’un camp de harkis (1962-1976), Laboratoire
Populations et Interdisciplinarité (POPINTER),Université Paris V - René Descartes, 2005, 269 p. [1A 325.365 CHA]

CRAPANZANO Vincent | Les harkis : une blessure qui ne guérit pas


Paris : Gallimard, 2012, 295 p. (La suite des temps)
[…] Plus qu’un simple retour sur le sinistre passé des Harkis et leur difficile présent, cette enquête ethnogra-
phique nourrit une puissante réflexion sur la façon dont les enfants portent la responsabilité des choix de leurs
parents, dont l’identité personnelle est façonnée par les forces impersonnelles de l’histoire et dont la violence
elle-même s’insinue dans chaque aspect de la vie humaine. - Présentation éditeur

FAIVRE Maurice | Les combattants musulmans de la guerre d’Algérie : des soldats sacrifiés
Paris : l’Harmattan, 1995, 268 p. (coll. Histoires et perspective méditerranéennes) [ 1A 325.31 FAI]
Après avoir reconstitué l’histoire d’un village kabyle transplanté à Dreux, l’auteur élargi sa recherche à l’en-
semble des musulmans d’Algérie qui ont combattu dans l’armée française de 1954 à 1962. Il précise les condi-
tions de création et de dissolution des formations, l’évolution des effectifs, la diversité des organisations. Un
récit historique illustré par de nombreux témoignages. - Présentation éditeur

2
Fonds pour la mémoire des harkis, SCHOENDOERFFER Pierre (préf.)|Harkis, soldats abandonnés :
témoignages
Paris : XO, 2012, 230 p. [1A 325.365 FON]
Des harkis témoignent de leur histoire depuis les accords d’Evian le 18 mars 1962. Huit harkis ou descendants
de harkis reviennent sur la honte, la trahison et les massacres, sur leur vie dans le silence et la dignité. Quatre
anciens officiers de l’armée française racontent également comment, en ces temps troublés, ils ont refusé
d’abandonner leurs hommes. - Présentation éditeur

GLADIEU Stéphane (photogr.), KERCHOUCHE Dalila (texte)| Destins de harkis : aux racines d’un exil 
Paris : Autrement, 2003, 141 p. (coll. Monde Photo) [ 1A 325.365 GLA]
Qui connaît vraiment les harkis? Leur histoire a fait couler beaucoup d’encre, mais personne ne les a réelle-
ment rencontrés. Parce qu’ils vivent loin de tout, dans de vrais no man’s land, et parce que, bien souvent, ils ne
parlent pas français, personne ne leur a donné la parole ni recueilli leurs témoignages. C’est chose faite avec ce
livre. Au fil de ces histoires qui seraient romanesques si elles n’étaient si douloureuses, se dessine une commu-
nauté de destins. […] - Présentation éditeur

HAMOUMOU Mohand | Et ils sont devenus harkis


Paris : Fayard, 1993, 364 p. [ 1A 325.365 HAM]
L’Histoire est tragique. Que ceux qui ne l’auraient pas encore compris lisent ce livre. Tous les éléments de la
tragédie sont là : les traîtres, les vrais et les faux ; la politique et le cynisme des hommes politiques au nom
de la raison d’Etat ou de l’ambition nationaliste […] et surtout, les véritables héros de Mohand Hamoumou,
les hommes, les pauvres hommes, victimes d’un piège historique, qui ne comprennent pas ou mal ce qui leur
arrive et qui souffrent. Il raconte l’histoire de ces « Français musulmans « qui participèrent à des titres divers à
l’action de la France en Algérie. - Extrait de la préface de Dominique Schnapper

Harkis pour en finir avec les tabous


Historia, octobre 2010, n° 766, pp. 19-48 [1A 325.365 HIS]
Ils ne sont ni une minorité ethnique ni une tribu ni un groupe de mercenaires... mais des supplétifs de l’armée
française, engagés dans l’Algérie en ébullition. Comme leurs ancêtres, la plupart ont servi le drapeau tricolore.
Question de tradition. Avec l’indépendance, en 1962, l’avenir devient tragique. Ceux qui restent sont massa-
crés par le FLN. Ceux qui fuient en métropole s’intégreront difficilement. - Présentation éditeur

Harkis 1962-2012 : les mythes et les faits


Les Temps modernes, 2011, n° 666, 315 p. [1A 325.365 TEM]
Numéro consacré au destin des harkis, de leurs descendants, dénonçant l’histoire tragique et les stigmates de
honte portés par ces parias de la Guerre d’Algérie. - Electre

JORDI Jean-Jacques, HAMOUMOU Mohand | Les harkis : une mémoire enfouie 


Paris : Autrement, 2001, 160 p. (Hors série Monde ; Français d’ailleurs Peuple d’ici) [: 1A 325.365 JOR]
Plus de trente ans après la guerre d’Algérie, les témoignages d’hommes et de femmes à qui on a refusé le droit
le plus élémentaire : celui du nom. Les conditions de départ, l’arrivée en France, l’isolement, l’intégration sont
autant de motifs d’amertume. La seconde génération récupère ce refoulement pour exprimer ses revendica-
tions d’identité, de responsabilité et de reconnaissance. - Présentation éditeur

KERCHOUCHE Dalila | Mon père ce harki


Paris : Seuil, 2003, 259 p. [1A 325.365 KER]
Adolescente, Dalila Kerchouche découvre que son père est un ancien harki. Cet homme qu’elle adorait devient
à ses yeux un «traître». Interrogé, son père se mure dans le silence. Elle décide alors de partir sur les traces de
l’humiliation et de la honte, à la recherche du passé de ses parents, arrivés en France en 1962. Quarante ans plus
tard, elle refait le parcours de ces familles de harkis, et de la sienne surtout, que la France a parquées dans des
camps puis oubliées. […] - Présentation éditeur

3
LANGELIER Elise, AUBIN Emmanuel (préf.) | La situation juridique des harkis : 1962-2007
Paris : LGDJ, 2010, 304 p.
Au-delà de l’universalisme républicain, le droit français porte la trace, notamment dans la seconde moitié du
XXe siècle, d’une tentation différencialiste forte à l’égard de certaines catégories de la population. Contrats,
logement, fonction publique, finances, assurances, social, libertés publiques... rares sont les domaines dans
lesquels un droit spécifique ne fut pas édifié à destination des « Harkis » ou, plus largement, des anciens supplé-
tifs de l’armée française en Algérie et de leurs familles, « rapatriés » en France métropolitaine. - Electre

MELIANI Abd-El-Aziz | Le drame des harkis : la France honteuse


Paris : Perrin, 2001, 233 p. (Vérités et légendes) [ 1A 325.365 MEL]
Né en Algérie, ancien officier, Abd-el-Aziz Méliani a servi en Algérie comme lieutenant-chef d’un commando
de chasse. Il a quitté l’armée pour engager le combat pour la reconnaissance de la communauté française des
harkis. Ce livre sera utile à l’examen d’un des drames majeurs de la seconde moitié du XXè siècle français : entre
100.000 et 150.000 harkis meurent dans des conditions atroces en 1962. - Electre

PIERRET Régis, WIEVIORKA Michel (Préf.) | Les filles et fils de harkis : entre double rejet et triple
appartenance
Paris : l’Harmattan, 2008, 303 p. (Espaces interculturels) [1A 325.365 PIE]
Longtemps, les harkis furent considérés comme des traîtres, personne ne parlait de leur histoire, des raisons
de leur engagement pro-français. Leurs enfants, arrivés en France dans un contexte d’après-guerre d’Algérie,
ont grandi, confrontés d’une part au rejet de la communauté algérienne - pour qui ils étaient des traîtres - et
d’autre part au rejet de la société française, parce qu’ils étaient d’origine algérienne et à ce titre, sujets au ra-
cisme. [ …] - Présentation éditeur

ROSSELA Spina, YELLES Mourad (préf.) | Enfants de harkis et enfants d’émigrés : parcours croisés et
identités à recoudre
Paris: Karthala, Saint-Denis: Maghreb-Europe, 2012, 255 p. (Hommes et sociétés) [1A 325.365 PIE]
Le 5 juillet 1962, l’Algérie devient indépendante de la France. Cinquante ans après, les mémoires ne se sont pas
entièrement apaisées sur les deux rives de la Méditerranée autour de la guerre d’indépendance algérienne et
de ses suites. Touchés par les séquelles de ce conflit, au-delà bien évidemment des acteurs de terrain qui y ont
participé et qui l’ont subi, on peut compter aussi les enfants de harkis et ceux d’émigrés économiques algé-
riens. - Présentation éditeur

ROUX Michel | Les harkis ou les oubliés de l’histoire


Paris : La Découverte, 1991, 419 p. (Textes à l’appui/histoire contemporaine) [ 1A 325.365 ROU]
De 1954 à 1962, quelque deux cent mille « supplétifs» algériens - communément appelés harkis - combattirent
le FLN aux côtés de l’armée française. Trente ans après, des dizaines de milliers d’entre eux vivent en France
avec leurs familles. Mais ils sont toujours des « oubliés de l’histoire», que des révoltes de plus en plus désespé-
rées jettent périodiquement sous les feux de l’actualité. - Présentation éditeur

SADOUNI Brahim | Destin de harki : le témoignage d’un jeune berbère enrôlé dans l’armée française à 17 ans
Paris : Cosmopole, 2002, 247 p. [1A 965 SAD]
Le drame de Brahim Sadouni, jeune berbère, enrôlé dans l’armée française à 17 ans. Abandonné par l’armée
après les accords de paix de 1962, rejeté par sa famille et risquant la mort en Algérie, il doit fuir en France pour
survivre. Déraciné, loin des siens, il va se battre pour travailler et s’intégrer à “son” pays, la France. Face aux
injustices, il décide de lutter et de s’engager pour défendre ses droits et ceux de ses semblables : les harkis. […]
- Présentation éditeur

Site internet
Harkis et droits de l’homme
http://www.harki.net
L’association a pour but de mettre en œuvre tout travail d’histoire et de mémoire, sous l’angle des droits de
l’homme, pour faire connaître l’histoire des harkis

4
Enregistrements sonores
Colloques et conférences

Au-delà de la victimisation et de l’opprobre : les harkis


Lyon : École normale supérieure Lettres et sciences humaines (ENS - LSH), colloque du 20 au 22 juin 2006
(Pour une histoire critique et citoyenne. Le cas de l’histoire franco-algérienne)
Conférence de François-Xavier Hautreux (29 min) enregistré à Lyon le 21 juin 2006
http://w1.ens-lsh.fr/video/colloque/algerie/064_hautreux_21_06.ram
Le terme « harki » fait référence à une unité auxiliaire créée par la France à l’occasion des « événements d’Algé-
rie ». [ …] Si les harka regroupèrent le plus d’hommes, d’autres unités « supplétives » existèrent également : les
makhzens des Sections administratives spécialisées, les Groupes mobiles de police rurales [.. ] Ces différentes
unités servirent suivant des modalités très différentes. Mais à l’intérieur même de chaque catégorie, de pro-
fondes différences existèrent. […] - Présentation éditeur

Des suppôts du fascisme ? Les harkis dans les analyses de la gauche française
Paris : École normale supérieure (ENS), 2011
Conférence de Todd Shepard enregistrée le 24 février 2011
http://www.diffusion.ens.fr/data/audio/2011_02_14_shepard.mp3

Terrorisme et guérilla : de la Toussaint rouge à la tragédie des harkis


Université de Tous les savoirs, 2002 (Coll. La guerre d’Algérie : 1954 à 1962)
Conférence de Guy Pervillé (88 min) enregistrée le 21 février 2002
http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/terrorisme_et_guerilla_de_la_toussaint_rouge_a_la_
tragedie_des_harkis.1265
« La compréhension et l’analyse de la guerre d’Algérie sont complexes et bien souvent faussées car ces événe-
ments sont considérés de manière unilatérale. Il convient au contraire d’analyser l’interaction et l’interdépen-
dance des deux camps ainsi que l’engrenage de la violence qui en est résulté. [ …] Il appartient aux historiens de
tenir compte de toutes les victimes et d’expliquer leur sort tragique ». - Extrait

Émissions radiophoniques

500 000 harkis à la recherche de leur histoire


Françoise Gaspard et Patrick Pesnot (prod.)
Paris : France culture, Institut national de l’audiovisuel (INA), 1 fichier (53 min) [ 1A 325.365 INA]
Parmi les nombreuses interventions et sujets traités : Mohammed Harbi, ancien responsable FLN analyse les
différents niveaux de nationalismes dans la société algérienne en 1954 ; Kader Kettou témoigne sur la façon
dont son père est devenu harki ; Germaine Tillion, ethnologue, analyse la situation des harkis ; Rachid Mimou-
ni, écrivain, évoque le rôle des SAS (sections administratives spécialisées). - CNHI

Algérie 1961, à la croisée des chemins : sous l’uniforme


France Culture, Les grandes traversées, 2011
Aurélie Luneau (prod.), Yvon Croizier (réal.), documentaire (58 min) diffusé le 26 juillet 2011 sur
http://www.franceculture.fr/emission-les-grandes-traversees-algerie-documentaire-sous-l-uniforme-2011-07-26
Depuis 1954, […] engagés, appelés, rappelés, hauts gradés ou simples soldats, harkis, beaucoup se sont retrou-
vés sous l’uniforme, face à un ennemi, le FLN. Avec une mission officielle donnée, la pacification, qui évolua
en opérations de maintien de l’ordre et en actions de contre-guérilla. […] Retour sur ces vies interrompues,
suspendues, avec, pour beaucoup, des séquelles en mémoire. - Présentation éditeur
Avec notamment les témoignages de : Michel Drouard, jeune appelé nommé à la tête d’une harka. ; Brahim Sadouni,
supplétif.

5
La guerre d’Algérie, une histoire à deux voix (2/4) : la pacification en Algérie
France Inter, La Marche de l’histoire, 2012
Jean Lebrun (prod.), entretiens avec Patrick Imhaus et Fatima Besnaci-Lancou (30 min) diffusés le 15 mars 2012
http://www.franceinter.fr/reecouter-diffusions/136169
«A compter du plan Challe en 1959, le mot d’ordre est plus que jamais : la pacification. Le dessein de De Gaulle,
qu’il ne fait partager qu’à demi, est déjà de négocier. Mais, pour cela, il faut que l’adversaire soit affaibli au maxi-
mum. Les militaires s’y entendent : les frontières de l’Algérie sont hermétiquement bouclées […] des supplétifs
recrutés - en plus grand nombre, d’ailleurs, que ne le souhaiterait de Gaulle.[…].» - Extrait

Harkis, à quand la fin du tabou politique ?


France Culture, Le magazine de la rédaction, 2012
Reportage de Christine Moncla et entretiens avec Fatima Besnaci-Lancoux et Gérard Unger(44 min), diffusés le
6 juillet 2012 sur France culture
http://www.franceculture.fr/emission-le-magazine-de-la-redaction-harkis-a-quand-la-fin-du-tabou-politique-2012-07-06
50 ans après la guerre d’Algérie, d’un côté comme de l’autre de la Méditerranée, on ne peut toujours pas en
parler sereinement, tant le sort réservé aux Harkis pendant la guerre et après l’indépendance fait l’objet de
polémiques et d’instrumentalisations politiques. Combien étaient-ils exactement ? Nul ne peut le dire. […]
Combien furent empêchés de fuir, puis massacrés par le FLN ? Là non plus, aucun chiffre officiel : on oscille
entre 25.000 et 150.000. […] Comment la France a-t-elle réellement traité ses frères d’arme avant les camps de
Rivesaltes ou de Bourg-Lastic où ils furent parqués et oubliés ? […] - Présentation éditeur

Un tabou
France culture , Les Pieds sur terre, 2012
Sonia Kronlund (prod.), reportage d’Alain Lewkowicz (28 min) diffusé le 13 mars 2012 sur
http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4403583
Dans un quartier résidentiel de Perpignan, un samedi à l’heure du déjeuner, trois générations (grand-père, fils
et petites-filles) évoquent la guerre d’Algérie, un sujet encore tabou pour eux aujourd’hui car le grand-père a
combattu dans l’armée française en Algérie en tant que Harki alors que son père était un des membres combat-
tants anti-français. - Présentation éditeur

Témoignages

Ils arrivent demain : Ongles, village d’accueil des familles d’anciens harkis
Paris, Archives audiovisuelles de la recherche, 2009
La Maison d’histoire et de mémoire d’Ongles (MHEMO) (1 h 28 min)
http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1894/list.asp?id=1894
La Maison d’Histoire et de la Mémoire d’Ongles (MHeMO) retrace, par le biais de son exposition permanente
«Ils arrivent demain...», l’histoire d’anciens harkis et de leurs familles, originaires de Palestro en Grande Kaby-
lie et arrivés à Ongles en septembre 1962. Ongles a été le premier village de Provence à accepter d’accueillir
des familles d’anciens harkis. [ …] Ce dossier présente un entretien avec l’historien Abderahmen Moumen sur
l’histoire de l’arrivée des harkis en France ainsi que des témoignages de harkis et d’habitants d’Ongles. - CNHI

Littérature
Romans

CHAREF Mehdi | Le harki de Meriem


Paris : Mercure de France, 1989, 208 p. (coll. Bleue) [ CHA R]
1959, Dachra de Ben-Essedik, Algérie. La terre brûlée ne donne plus de pâture au maigre bétail. Azzedine,
découragé, quitte son djebel et s’engage dans l’armée française. En devenant harki, il ne croit pas à la guerre :
l’ « Indépendance » est un mot qui ne lui est jamais venu à l’esprit. Il entre à la caserne comme à l’usine, et ne
sait pas qu’il va devenir un ennemi de ses frères, et qu’en 1962 il fuira l’Algérie, dans le même bateau que les
colons. - Présentation éditeur
6
CHAUMET | Même pour ne pas vaincre
Paris : Seuil, 2011, 346 p. (Cadre rouge) [ CHA R]
La guerre d’Algérie est vécue en 3 épisodes : la confession d’un soldat français pendant la guerre d’indépen-
dance ; les bouleversements d’un avocat en apprenant que son père, un harki, a été un supplétif de la police
française quand elle traquait le FLN en France ; une jeune fille est enlevée par les islamistes et réduite à être leur
esclave sexuelle. Premier roman. - Electre

KEMOUM Hadjila | Mohand le harki


Paris : A. Carrière, 2003, 231 p. [ KEM R]
Comment Mohand Aberkan, 60 ans, qui vivait paisiblement près de Lyon, en est-il venu à prendre en otage
Philippe Janard, ancien ministre du général de Gaulle, et principal négociateur des accords d’Evian, pour exiger
de lui une repentance publique sur le sort fait aux harkis à la fin de la guerre d’Algérie? Ce roman est un violent
réquisitoire contre le cynisme de la politique menée par la France vis-à-vis de ceux qui s’étaient engagés à ses
côtés dans la lutte contre le F.L.N. - Lecture jeune

Roman policier

RAHMANI Zahia | Moze


Paris : S. Wespieser, 2003, 188 p. [RAH R]
En Algérie, Moze a échappé au massacre des harkis, s’est réfugié en France puis s’est tué. Dix ans après, sa fille
tente de rendre compte de ce suicide. Construit comme un chant tragique, «Moze» s’ouvre sur un prologue
intitulé : 11 novembre. Il est suivi de cinq chapitres, cinq situations distinctes qui en réfèrent toutes au corps du
défunt. L’épilogue, semblable à une fable, vient fermer toutes les scènes. - Présentation éditeur
« Son geste est un legs, Moze a offert sa mort, ce que sa mort signifie : la honte. Celle de l’homme banni. Un homme qui ne
sera ni paria, ni apatride, ni exilé, ni immigré. Un homme sans peuple et sans pays. Sans légitimité aucune. »

Rencontre avec Zahia Rahmani


Lyon : Bibliothèque municipale, 2007
Conférence de Zahia Rahmani (96 min) enregistrée le 4 octobre 2007
http://php.bm-lyon.fr/video_conf/detail.php?id=135
Zahia Rahmani est l’auteur de trois romans, tous parus chez Sabine Wespieser : «Moze» ; «Musulman», roman
; «France», récit d’une enfance. «Moze» est l’histoire de son père. En Algérie, il a échappé au massacre des har-
kis, en 1962, il a été arrêté et emprisonné, en 1967, il s’est évadé et est arrivé avec sa famille en France. Le matin
du 11 novembre 1991, après avoir salué le monument aux morts, il s’est suicidé en se noyant dans l’étang com-
munal. Plus de dix ans après sa mort, sa fille tente de rendre compte de ce geste, celui d’un homme qui n’a été ni
soldat, ni exilé, ni apatride, ni paria, mais banni... - Présentation éditeur

Théâtre

BENYOUCEF Messaoud | Le nom du père


Nointel : L’embarcadère, 2005, 85 p. [LITT AN 842 BEN]
« Le nom du père » est le troisième volet d’une trilogie sur l’histoire qui lie la France à l’Algérie, après « Lettres à
Jeanne » et « Dans les ténèbres gîtent les aigles ». Fils de Harki et vivant en France, le protagoniste est rattrapé
par un passé que le présent évoque continuellement, celui de la guerre d’indépendance, et par l’image de son
père qui le hante sans cesse. - CNHI

ABDELLATIF Yakoub | Ahmed Bouffetout, la gamelle et les fourchettes avec


L’Avant-scène théâtre, n° 963, 1985, 45 p. (épuisé) [ LITT AN 842 ABD]
Né en 1957 en Kabylie, Yakoub Abdellatif a cinq ans lorsque ses parents quittent l’Algérie. Ses écrits témoignent
de la difficile quête d’identité des enfants de harkis. Il retrace l’histoire des enfants de l’ombre, ceux de la honte
ou de la trahison, déchirés entre deux pays, enfants illégitimes que personne ne veut reconnaître. - CNHI

7
Cinéma
Films documentaires

Les amandiers de l’histoire | BIDERMANN Jaco


2004, France, 1h05 [1A 325.365 BID]
Quarante ans après le rapatriement d’une communauté harkie dans un petit village de basse Ardèche, les sur-
vivants décident d’en célébrer l’anniversaire. Marins et harkis préparent la fête, se replongent dans leurs sou-
venirs. Les enfants et les petits-enfants, victimes d’une histoire qu’ils n’ont pas vécue, reviennent sur l’engage-
ment de leurs pères et réagissent à l’événement. - Présentation éditeur

Amère patrie | GASQUET Manuel, KERCHOUCHE Dalila


2006, France, 53 min [1A 325.365 GAS]
Au lendemain de la guerre d’Algérie, la France déjà débordée par le retour massif des «Pieds Noirs» cherchait,
malgré les promesses, à limiter l’entrée des harkis. Contrainte d’accueillir ceux qui parvinrent à passer la Médi-
terranée, l’administration française enferma les familles dans des camps de transit aux allures carcérales. Ob-
jectifs : la dissémination, la surveillance et l’isolement de ces populations toujours suspectes et mal acceptées.
Prolongement du téléfilm «Harkis» d’Alain Tasma (2006), ce documentaire tente avant tout de reconstituer
une souffrance collective qui, aujourd’hui encore, cherche reconnaissance et place dans notre histoire natio-
nale. A l’appui d’extraits du film, d’images d’archives et de témoignages poignants, Manuel Gasquet dévoile les
dégâts de l’inertie des gouvernements successifs. - CNC-Images de la culture

La blessure | CLARKE Isabelle, COSTELLE Daniel


2010, France, 1h25 [ 1A 325.365 CLA]
La guerre d’Algérie continue de hanter la mémoire de ceux qui l’ont vécue, cinquante ans après l’indépendance
du pays. Les harkis, combattants algériens qui ont choisi le camp de la France, n’en ont pas encore fini avec
leurs douloureux souvenirs. Isabelle Clarke et Daniel Costelle nous racontent leur histoire de façon limpide et
poignante, en rendant aux harkis la place qu’ils ont occupée dans le conflit. - Présentation éditeur

Fils de harkis | HAROUD Farid


1998, France, 26 min [1A 325.365 HAR]
Pendant la guerre d’Algérie, 250 000 musulmans civils et militaires ont choisi de combattre aux côtés des Fran-
çais contre le FLN (Front de libération national algérien). Ces supplétifs de l’Armée française ont été regroupés
sous le nom de «harkis». Avec les accords d’Évian, en 1962, qui marquent la fin de la guerre, les harkis, considé-
rés comme des traîtres, n’ont pas le choix : c’est la mort ou la fuite vers la France où ils seront parqués dans des
camps. Que reste-t-il aujourd’hui de cette histoire oubliée ? Que sont devenus les enfants et les petits-enfants
de ces harkis ? - Présentation éditeur

Français à part entière | GUEBLI Yamina, PHILIBERT Christian


2001, France, 27 min [1A 325.365 GUE]
En mars 1997, éclate le plus important mouvement de colère d’une population qui se qualifie elle-même de
«sinistrée de la décolonisation». Entre 1997 et 2000, les harkis et leurs enfants vont multiplier manifestations
et grèves de la faim pour tenter de se faire entendre. - Sadia Saïghi, CNC-Images de la culture

Harki : un traitre mot | COLONNA Marie


2002, France, 52 min [1A 325.365 COL]
C’est dans l’indifférence la plus totale que des fils de Harkis mènent une grève de la faim devant l’Assemblée
nationale. Ces oubliés de l’Histoire réclament que leur soit rendue leur identité confisquée. En écho aux té-
moignages émouvants, aux malaises et revendications de ces hommes aux parcours singuliers, la caméra iti-
nérante de Marie Colonna égrène comme un chapelet, à travers la Provence, ces «cités de transit» où furent
parqués leurs pères. De Manosque à Sisteron ou Apt, des voix s’élèvent pour dénoncer avec colère le sort
réservé à «ceux qui croyaient en la France». - Sadia Saïghi, CNC-Images de la culture

8
Harkis : Histoire d’un abandon | FERARU Marcela
2011, France, 1h30 [1A 325.365 FER]
Des images d’archives rappellent l’histoire de l’Algérie depuis St Augustin, la piraterie barbaresque et la con-
quête de 1830. Tous les témoins évoquent ensuite les raisons de leur engagement et de leur combat aux côtés de
l’armée française, et les conditions de leur abandon en 1962. L’étudiante Karima Chalaal assiste aux entretiens
et exprime sa fierté d’être fille de harki. Le film fait donc connaître aux Français d’aujourd’hui ce qu’ils doivent
d’estime et de reconnaissance à ceux qui ont combattu pour un noble idéal : une Algérie nouvelle, fraternelle et
en paix. Le film, dont le texte est lu par Jean Piat. - Présentation éditeur

Harkis, le pays caché | GETREAU Luc


2010, France, 54 min [1A 325.365 GET]
Accusés d’être des traîtres, qui étaient vraiment les harkis ? Quelles furent les conditions de leur engagement
et, surtout, comment furent-ils accueillis en France ? Ce film replace dans la lumière un conflit encore mal
connu ou oublié par les Français, la guerre d’Algérie, et part à la rencontre de ces familles de harkis (y compris
enfants et petits-enfants) afin de libérer une parole trop longtemps contenue et de dire enfin l’angoisse du quo-
tidien en Algérie, les pressions subies dans un climat de guerre civile, la violence extrême des deux camps, puis
l’exil, l’humiliation, et la difficulté de se reconstruire dans un pays qu’ils ne connaissaient pas. - Luc Gétreau

Les jardiniers de la rue des Martyrs | HABCHI Leïla, PRIN Benoit


2003, France - 1 h 26 [A 325.365 GAS]
Dans les jardins ouvriers de Tourcoing, vieux harkis, fellaghas ou immigrés fuyant la misère, dans une silen-
cieuse cohabitation, racontent avec le recul et la sagesse propres aux anciens, leur statut de colonisés, les mas-
sacres de Sétif, les exactions et les arrestations arbitraires de l’armée française ou du FLN, la prison et la tor-
ture. Ces retraités aux témoignages poignants, ont choisi de rester en France cultiver leur jardin. - Sadia Saïghi,
CNC-Images de la culture.

Li fet met - Le passé est mort | BOUFERKAS Nadia


2006, France, 1h12 [ 1A 325.365 BOU]
Depuis la guerre d’Algérie, plus de quarante ans sont passés. Le film est une plongée dans le quotidien d’une
Section Administrative Spéciale, ancien lieu de pacification où avaient lieu interrogatoires et tortures. Au-
jourd’hui y cohabitent comme ils peuvent les ennemis d’hier. Loin de tout héroïsme ou de repentir, ces villa-
geois, oubliés de l’Histoire officielle nous racontent simplement leurs histoires. - Présentation éditeur

Harkis : des Français entièrement à part ? | DENIAU Jean-Charles


2004, France, 52 min
Jean-Charles Deniau explore le drame des Harkis, depuis le tragique choix des pères jusqu’à la difficile con-
struction de l’identité des fils. - Présentation éditeur

Rosans miel amer | NELSON BOREL Remi


2011, France, 1h [ 1A 325.365 GAS]
1962. L’Algérie fête son indépendance. Menacés de mort, des milliers de harkis fuient leur pays pour une France
qui les parque dans des camps. Un petit village entre Alpes et Provence est alors la seule commune volontaire
pour accueillir quelques familles. 50 ans après, ces Rosanais d’adoption témoignent de cette cohabitation cha-
otique entre deux cultures que rien ne disposait à se rencontrer. - Présentation éditeur

Fictions

La Harka | JORNET José, BROCK Alain de


1986, France, 28 min [1A 325.365 JOR]
Ahmed a vingt ans, il est français musulman comme on dit, fils de harki. Pas facile pour un français bronzé
de trouver du travail et l’amour. Ahmed s’accroche, l’humour en plus, mais dans les cités banlieues-béton, la
tragédie n’est pas loin... La harka en arabe, ça veut dire «insurrection». Un film réalisé par Alain de Bock et
José Jornet en 1985 à Narbonne avec la complicité de la communauté Harkis. Première fiction réalisée sur la

9
problématique des Harkis en France. Le film a été sélectionné dans de nombreux festivals et fut projeté, hors
compétition, au festival de Cannes de 1986. - Présentation éditeur

Harkis | TASMA Alain


2006, France, 1h30. Avec Smaïn, Leïla Bekhti, Frédéric Pierrot [CIN 791.43 TAS]
1972, dans le sud de la France. Un camp de harkis entouré de barbelés. Insalubrité, privation de liberté, cou-
vre feu, tutelle administrative et financière infantilisante, travail obligatoire dans les champs constituent leurs
conditions de vie. C’est dans ce camp que débarque la famille Benabar, famille qui fera tout pour s’en sortir. -
Présentation éditeur

Médiathèque Abdelmalek Sayad


mediatheque@histoire-immigration.fr
octobre 2012