Vous êtes sur la page 1sur 19

Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

UV 104 Comptabilité
Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable
Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Auteur : Didier CHADOURNE

L’étude de l’équilibre financier à une date donnée se fait en construisant un bilan fonctionnel ou un
bilan financier (approche patrimoniale centrée sur la liquidité). Pour étudier l’évolution de l’équilibre
financier dans le temps, il convient d’établir un tableau de financement.

Le tableau de financement est un tableau de flux de fonds car il recense, parmi les emplois
nouveaux et les ressources nouvelles de l’exercice, ceux qui conduisent à terme à un flux de
trésorerie.

Il existe une grande diversité de présentation des tableaux de financement (modèle proposé par
l’Ordre des Experts Comptables, modèle proposé par la Banque de France,….). Notre étude portera
sur le tableau de financement proposé par le Plan Comptable Général.

Dans le cadre du système développé de présentation des documents de synthèse, le Plan Comptable
Général propose un tableau de financement (adaptable au système de base) inspiré de la conception
fonctionnelle du bilan.

Ce tableau se présente en deux parties (tableaux I et II) et explique la variation du fonds de


roulement net global (FRNG) entre deux arrêtés de bilan.

La première partie récapitule les nouveaux emplois stables et les nouvelles ressources stables de
l’exercice

La seconde partie fournit des indications sur les variations du Besoin en fonds de roulement (BFR) et
de la trésorerie nette (TN).

I Le tableau de financement du PCG (Tableau I)


1°) Principe
Ce tableau analyse la variation du fonds du FRNG par différence entre les nouveaux emplois stables
et les nouvelles ressources stables de l’exercice.

Cette variation résulte des flux qui affectent les ressources stables et les emplois stables. Ils sont
résumés dans le tableau ci-après :

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -1-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Nouveaux emplois stables de l’exercice Nouvelles ressources stables de l’exercice

Distributions mises en paiement au cours Capacité d’autofinancement de l’exercice


de l’exercice :

Dividendes de l’exercice précédent mis en


paiement au cours de l’exercice.

Acquisitions d’éléments de l’actif Cessions d’immobilisations incorporelles et


immobilisé : corporelles :

• Acquisitions d’immobilisations incorporelles, • Prix de vente hors taxes des cessions


corporelles et financières au cours de d’immobilisations incorporelles et
l’exercice corporelles intervenues dans l’exercice.

Coût d’acquisition hors taxes ou coût de production hors


taxes pour les immobilisations incorporelles.

Prix d’achat hors taxes pour les immobilisations financières.

Charges à répartir sur plusieurs exercices : Cessions ou réductions d’immobilisations


financières
• Montant brut porté au débit du compte 481
au cours de l’exercice. • Prix de vente hors taxes des cessions
d’immobilisations financières intervenues
dans l’exercice.

• Réductions d’immobilisations financières


intervenues dans l’exercice et qui procurent
une ressource financière nouvelle : prêts et
dépôts et cautionnements dont le
remboursement a été obtenu au cours de
l’exercice.

Réduction des capitaux propres : Augmentation des capitaux propres :

• Remboursement de capital aux associés. • Augmentation(s) de capital en nature ou en


numéraire intervenue(s) dans l’exercice.
• Distribution de réserves aux associés.
Il ne faut donc pas prendre en compte les augmentations de
capital par incorporation de réserves car elles constituent un
flux fictif.

Remboursements de dettes financières : Augmentation des autres capitaux propres :

• Remboursements d’emprunts effectués au • Subventions d’investissements obtenues au


cours de l’exercice à l’exclusion des concours cours de l’exercice.
bancaires courants et des soldes créditeurs
de banque.

Augmentation des dettes financières :


• Fonds d’emprunts obtenus au cours de
l’exercice à l’exclusion des concours
bancaires courants et des soldes créditeurs
de banque.

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -2-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

2°) Modèle (Tableau I)

Modèle de tableau des emplois et des ressources


Tableau de financement en compte

EMPLOIS RESSOURCES
Exercice Exercice Exercice Exercice
N N-1 N N-1

Distributions mises en paiement au cours Capacité d'autofinancement de l'exercice .............


de l'exercice .....................................................

Acquisitions d'éléments de l'actif immobilisé : Cessions ou réductions d'éléments de l'actif


immobilisé :
Immobilisations incorporelles ......................
Cessions d'immobilisations :
Immobilisations corporelles.........................
- incorporelles......................................
Immobilisations financières.........................
- corporelles ........................................
Cessions ou réductions d'immobilisations
Charges à répartir sur plusieurs exercices (a) ....... financières ..................................................
Augmentation des capitaux propres :
Réduction des capitaux propres (réduction Augmentation de capital ou apports ...............
de capital, retraits) ...........................................
Augmentation des autres capitaux propres......
Augmentation des dettes financières (b) (c)
Remboursements de dettes financières (b)...........

Total des emplois.......................... X X Total des ressources..................... X X

Variation du fonds de roulement net global Variation du fonds de roulement net global
(ressource nette)................................................. (emploi net) .......................................................

(a) Montant brut transféré au cours de l'exercice.


(b) Sauf concours bancaires courants et soldes créditeurs de banques.
(c) Hors primes de remboursement des obligations.

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -3-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Ce tableau est basé sur l’équilibre fonctionnel suivant :

Δ FRNG = Δ RS - Δ ES

Par convention : Δ = variation


Δ RS : variation des ressources stables
Δ ES : variation des emplois stables

Δ ES Δ RS
Δ RS Δ ES

Δ FRNG Δ FRNG

La variation des ressources stables La variation des ressources stables


est supérieure à la variation des est inférieure à la variation des
emplois stables. emplois stables.
La variation du FRNG est donc La variation du FRNG est donc un
une ressource nette emploi net

Ce modèle appelle les commentaires suivants :

• Une augmentation de la valeur brute d’un emploi stable correspond à un nouvel emploi
(ex : acquisition d’immobilisation, prêt accordé) ;
• Une diminution de la valeur brute d’un emploi stable correspond à une ressource supplémentaire
(ex : remboursement d’un prêt) ;
• Une augmentation de la valeur d’une ressource stable correspond à une ressource nouvelle (ex :
nouvel emprunt, augmentation de capital) ;
• Une diminution de la valeur d’une ressource stable correspond à un emploi nouveau (ex :
remboursement d’un emprunt, réduction de capital).

3°) Modalités pratiques


La construction de la première partie du tableau de financement de l’exercice N se fait dans des
conditions idéales si l'on possède :
• deux bilans successifs avant répartition établis fin exercice N-1 et fin exercice N ;
• le compte de résultat de l’exercice N ou un extrait la balance après inventaire permettant de
calculer la CAF de l'exercice N ;
• les tableaux de l’annexe concernant les amortissements, provisions, l’état des échéances des
créances et des dettes ;
• la répartition du résultat de l’exercice N–1.

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -4-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

4°) Savoir commenter le tableau I


La capacité d’autofinancement (CAF) constitue un indicateur pertinent de la rentabilité de
l’entreprise et de son aptitude à dégager de la trésorerie :
• Si la capacité d’autofinancement possède un poids prépondérant dans les nouvelles
ressources stables, cela signifie que l’entreprise dispose d’une rentabilité satisfaisante et d’un
potentiel de croissance.
• a contrario, si la capacité d’autofinancement est insuffisante, cela suppose que
l’entreprise ne parvient pas à générer un surplus satisfaisant ; ses problèmes financiers ne
sont alors que la conséquence de ses difficultés économiques. Elle doit donc remettre en
question ses conditions d’exploitation voire même sa stratégie.

L’augmentation des capitaux propres : c’est une mesure appréciée des banquiers car elle
renforce la solvabilité de l’entreprise ; elle est souvent nécessaire pour renforcer la structure
financière de l’entreprise en situation de croissance.

Les cessions d’immobilisations génèrent des ressources de financement stables nouvelles et sont
le plus souvent concomitantes aux acquisitions d’immobilisations qu’elles contribuent à financer.

Les réductions d’immobilisations financières génèrent des ressources complémentaires de


financement stable.

L’augmentation des dettes financières : l’endettement à long terme peut s’avérer nécessaire
pour financer un important programme d’investissement, ou remédier à une insuffisance de fonds
propres. Le poids des dettes financières ne doit cependant pas être trop important par rapport aux
capitaux propres afin que les tiers disposent de garanties convenables.
Pour conserver un niveau de garantie satisfaisant les « gros » programmes d’investissement doivent
faire l’objet d’un financement mixte : augmentation de capital et emprunt.
Une augmentation des immobilisations incorporelles et corporelles est généralement interprétée
comme le signe d’une politique d’investissement dynamique.

Une augmentation des immobilisations financières peut selon le cas être interprétée comme la
mise en œuvre d’une stratégie de croissance externe (cas des prises de participations) ou, comme
un simple placement dans l’attente d’opportunités de développement (cas des autres
immobilisations financières).

On peut imaginer les scénarios suivants à titre d’exemple :

Poids
Premier scénario :
Faible Important

Capacité d’autofinancement de l’exercice (CAF) ×


Augmentation des capitaux propres ×
Augmentation des dettes financières ×
Acquisitions d’immobilisations ×

La rentabilité de l’entreprise est bonne (CAF importante) mais la politique d’investissement (forte)
mobilise beaucoup de ressources (importance de l’augmentation des capitaux propres et des dettes
financières).

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -5-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Poids
Second scénario :
Faible Important

Capacité d’autofinancement de l’exercice (CAF) ×


Augmentation des capitaux propres ×
Augmentation des dettes financières ×
Acquisitions d’immobilisations ×

La rentabilité de l’entreprise est faible, ce qui l’oblige à financer sa forte politique d’investissement
par des ressources externes (augmentation de capital et emprunts). Si la dynamique de
l’investissement ne permet pas une augmentation de la rentabilité à terme, l’entreprise rencontrera
des difficultés financières.

II Le tableau de financement du PCG (Tableau II)

1°) Principe
La deuxième partie du tableau de financement explique la variation du FRNG à partir des variations
des postes de l’actif circulant, des dettes d’exploitation et hors exploitation, puis de la trésorerie
nette (TN) :

Δ Actif circulant d’exploitation - Δ Dettes d’exploitation = Δ BFR d’exploitation

Δ Actif circulant hors exploitation - Δ Dettes hors d’exploitation = Δ BFR hors exploitation

Δ Trésorerie active - Δ Trésorerie passive = Δ Trésorerie nette

2°) Modalités pratiques

Il faut de préférence disposer de deux bilans successifs avant répartition pour renseigner ce tableau.

Un certain nombre de précautions doivent être prises :

• Si l’un des bilans est après répartition, il ne faut pas prendre en compte les dividendes à payer
qui figurent dans les dettes hors exploitation.

• Ne pas oublier :

ƒ d’ajouter les intérêts courus sur prêts aux créances hors exploitation ;
ƒ d’ajouter les intérêts courus sur emprunts aux dettes hors exploitation ;
ƒ d’ajouter les effets escomptés non échus aux créances d’exploitation ;
ƒ d’ajouter les effets escomptés non échus aux concours bancaires courants et soldes
créditeurs de banque ;
ƒ d’éliminer les écarts de conversion ACTIF et PASSIF en ramenant les créances et les
dettes concernées à leur valeur initiale.

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -6-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Les variations de postes du bilan doivent être interprétées de la manière suivante :

Besoin de Dégagement de
financement financement

Augmentation de l’actif circulant brut ×


Diminution de l’actif circulant brut ×
Augmentation du passif circulant ×
Diminution du passif circulant ×

La variation du FRNG doit être qualifiée de la manière suivante :

Si le tableau I fait ressortir une variation du FRNG qui est une ressource nette, le tableau II montre
comment cette ressource a été utilisée et se traduit donc par un emploi net d’un montant égal.

A contrario, si le tableau I fait ressortir une variation du FRNG qui est un emploi net, le tableau II
montre comment cet emploi a été compensé et se traduit donc par une ressource nette d’un
montant égal.

Voir Animation Flash

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -7-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

3°) Modèle (Tableau II)

TABLEAU DES EMPLOIS ET DES RESSOURCES


(Tableau de financement en compte)

Exercice N

Variation du fonds de roulement net global


Besoins Dégagement Solde
1 2 2-1

Variation "Exploitation" :
Variation des actifs d'exploitation :
Stocks et en-cours..............................................................
Avances et acomptes versés sur commandes .........................
Créances Clients, Comptes rattachés et autres créances
d'exploitation (a) ................................................................
Variation des dettes d'exploitation :
Avances et acomptes reçus sur commandes en cours..............
Dettes Fournisseurs, Comptes rattachés et autres dettes
d'exploitation (b) ................................................................
Totaux ...............................................................
A Variation nette "Exploitation" (c) ..................................
Variation "Hors exploitation" :
Variation des autres débiteurs (a) (d) .............................................
Variation des autres créditeurs (b) .................................................
Totaux ...............................................................
B. Variation nette "Hors exploitation" (c) ..........................
Total A + B :
Besoins de l'exercice en fonds de roulement .....................
ou
Dégagement net de fonds de roulement dans l'exercice......
Variation "Trésorerie"
Variation des disponibilités ............................................................
Variation des concours bancaires courants et soldes
créditeurs de banques...................................................................
Totaux ...............................................................
C. Variation nette "Trésorerie" (c)....................................

Variation du fonds de roulement net global


(Total A + B + C) :

Emploi net ...............................................................................................


ou
Ressource nette .......................................................................................

(a) Y compris charges constatées d'avance selon leur affectation à l'exploitation ou non.
(b) Y compris produits constatés d'avance selon leur affectation à l'exploitation ou non.
(c) Les montants sont assortis du signe (+) lorsque les dégagements l'emportent sur les besoins et du signe (-) dans le cas
contraire.
(d) Y compris valeurs mobilières de placement.

Nota. - Cette partie II du tableau peut être adaptée au système de base. Dans ce cas, les variations portent sur l'ensemble
des éléments ; aucune distinction n'est faite entre exploitation et hors exploitation.

Ce modèle repose sur l’équilibre fonctionnel suivant :

Δ FRNG = Δ BFR + Δ TN

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -8-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

4°) Savoir commenter le tableau II

Le besoin en fonds de roulement d’exploitation constitue un besoin de financement permanent


généralement proportionnel au chiffre d’affaires ; on peut donc imaginer deux types d’évolution. Une
évolution que l’on qualifiera de classique et une évolution que l’on qualifiera de problématique.

L’évolution classique : la croissance de l’entreprise entraîne une augmentation du chiffre


d’affaires et du besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE). Se pose alors le problème du
financement de cette variation.

Le renforcement des ressources stables peut être une solution à condition que la variation du FRNG
que cela entraîne couvre la variation du BFR :

Δ BFR

Δ FRNG

Δ TN

L’évolution à la hausse du BFRE peut être ralentie voire inversée et déboucher sur un dégagement
en agissant sur les composantes même du BFRE :

• réduire le volume des stocks par la mise en place d’une politique de juste-à-temps ;
• accorder des escomptes aux clients pour les inciter à payer comptant ;
• négocier des délais de paiements supplémentaires auprès des fournisseurs.

L’évolution problématique : le chiffre d’affaires est relativement stable et pourtant le besoin en


fonds de roulement ne cesse d’augmenter. Cette situation peut avoir différentes causes :
• l’entreprise connaît une période de mévente qui se traduit par un gonflement des stocks ;
• le délai moyen de paiement accordé aux clients s’est rallongé sous la pression de la concurrence,
ou parce que certains clients sont en difficulté ;
• le délai moyen de paiement obtenu des fournisseurs s’est raccourci car l’entreprise subit une
perte de confiance de la part de fournisseurs importants.

Le problème est identique mais plus aigu ; il faut donc stabiliser et si possible le réduire en explorant
les mêmes voies que dans le cas précédent.

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC -9-


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Dans
ans les deux cas il faut apporter une réponse rapide afin d’éviter une dégradation de la situation
financière qui obligerait à financer la variation du BFR par des concours bancaires courants :

Δ FRNG

Δ BFR

Δ TN

La variation de la trésorerie est une résultante des variations du FRNG et du BFR. Sur courte période
l’équilibre peut être obtenu par les concours bancaires. Sur longue période une telle configuration
d’équilibre est à proscrire car elle est extrêmement onéreuse et fragilise l’entreprise.
Sur la durée, la variation du FRNG doit être supérieure à la variation du BFR.

III Cas pratique : Entreprise PROGEA

L’entreprise PROGEA souhaite analyser l’évolution de sa structure financière au 31/12/N en


construisant le tableau de financement de l’exercice N. Elle a rassemblé pour cela un certain nombre
de documents et des renseignements divers :

• Bilan au 31/12/N-1 avant répartition


• Tableau d’affectation du résultat N-1
• Bilan au 31/12/N avant répartition
• Tableau des immobilisations au 31/12/N
• Tableau des amortissements au 31/12/N
• Tableau des provisions au 31/12/N

Au cours de l’exercice N, elle a cédé pour 200 € hors taxes un micro ordinateur acheté 1 000 € hors
taxes en N-2.

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 10 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Bilan au 31/12/N-1 avant répartition (Entreprise PROGEA)

ACTIF Brut Amort. ou prov. Net PASSIF Net


C
Immobilisations Incorporelles A Capital (dont versé…..) 100 000
P
Frais d'établissement 3 000 2 000 1 000 Primes d'émission, de fusion, d'apport
I
A Frais de recherche T Ecarts de réévaluation
C Concessions, brevets,…. 30 000 10 000 20 000 A Réserves :
T Fonds commercial U Réserve légale 1 000
I X
Autres immobilisations incorporelles Réserves statutaires ou contractuelles 800
F
Avances et acomptes P Réserves réglementées
I Immobilisations Corporelles R Report à nouveau 200
M O
Terrains 71 200 71 200 P
Résultat de l'exercice (bénéfice) 20 000
M
Constructions 80 000 8 000 72 000 R
Subventions d'investissement
O
B Installations techniques, matériel,….. 40 000 25 000 15 000 E Provisions réglementées
I Autres immobilisations corporelles 20 000 10 000 10 000 S Total I 122 000
L Immobilisations financières P
I Participations R Provisions pour risques 5 000
S O
Créances rattachées à des participations Provisions pour charges
E V
Autres titres immobilisés 8 000 8 000 . Total II 5 000
Prêts Emprunts et dettes auprès des étab. de crédit (2) 90 000
Autres immobilisations financières 5 000 5 000 Avances et acomptes reçus sur commandes 2 000
Total I 257 200 55 000 202 200 D Dettes fournisseurs et comptes rattachés 7 000
A
E
C Stocks et en-cours Dettes fiscales et sociales (3) 25 000
T
T Matières premières 4 500 4 500 Dettes sur immobilisations et comptes rattachés
T
I En-cours 7 000 7 000 Autres dettes (4) 14 000
E
F
Produits finis 25 000 25 000 S Produits constatés d'avance (1) 1 800
Marchandises
C
Créances
I
Créances clients et comptes rattachés 23 000 2 000 21 000
R
C Autres créances Total III 139 800
U Valeurs mobilières de placement Ecarts de conversion Passif IV (5) 300
L Actions propres (1) concerne l'exploitation
A Autres titres 5 000 200 4 800 (2) dont concours bancaires courants : 8 000
N Disponibilités 2 000 2 000 et intérêts courus : 1 200
T Charges constatées d'avance (1) 600 600 (3) dont imôts sur les sociétés : 4 000 4 000
Ecart de conversion Actif (4) concerne le hors exploitation
Total II 67 100 2 200 64 900 (5) concerne une créance client
TOTAL GENERAL (I + II) 324 300 57 200 267 100 TOTAL GENERAL (I + II + III + IV) 267 100

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 11 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Bilan au 31/12/N avant répartition (Entreprise PROGEA)

ACTIF Brut Amort. ou prov. Net PASSIF Net


C
Immobilisations Incorporelles A Capital (dont versé…..) 100 000
P
Frais d'établissement 3 000 3 000 Primes d'émission, de fusion, d'apport
I
A Frais de recherche Ecarts de réévaluation
T
C Concessions, brevets,…. 30 000 15 000 15 000 A Réserves :
T U
Fonds commercial Réserve légale 2 000
I X
F Autres immobilisations incorporelles Réserves statutaires ou contractuelles 1 400
Avances et acomptes P Réserves réglementées
I Immobilisations Corporelles R Report à nouveau 100
M O
Terrains 71 200 71 200 P
Résultat de l'exercice (bénéfice) 24 500
M Constructions 80 000 12 000 68 000 Subventions d'investissement
O R

B Installations techniques, matériel,….. 45 000 35 000 10 000 E Provisions réglementées


Autres immobilisations corporelles 19 000 14 700 4 300 S Total I 128 000
I
Immobilisations financières P
L
Participations R Provisions pour risques 4 000
I O
S Créances rattachées à des participations Provisions pour charges
V
E Autres titres immobilisés 8 000 8 000 . Total II 4 000
Prêts Emprunts et dettes auprès des étab. de crédit (2) 75 000
Autres immobilisations financières 5 000 5 000 Avances et acomptes reçus sur commandes 800
Total I 261 200 79 700 181 500 D Dettes fournisseurs et comptes rattachés 7 000
A
E
C Stocks et en-cours Dettes fiscales et sociales (3) 21 000
T
T Matières premières 3 700 3 700 Dettes sur immobilisations et comptes rattachés
T
I En-cours 5 000 5 000 Autres dettes (4) 3 000
E
F
Produits finis 28 000 250 27 750 S Produits constatés d'avance (1) 2 200
Marchandises
C
Créances
I
Créances clients et comptes rattachés 17 000 2 500 14 500
R
C Autres créances Total III 109 000
U Valeurs mobilières de placement Ecarts de conversion Passif IV
L Actions propres (1) concerne l'exploitation
A Autres titres 5 000 400 4 600 (2) dont concours bancaires courants : 2 000
N Disponibilités 3 500 3 500 et intérêts courus : 850
T Charges constatées d'avance (1) 450 450 (3) dont impôt sur les sociétés : 4 800
Ecart de conversion Actif (4) concerne le hors exploitation
Total II 62 650 3 150 59 500
TOTAL GENERAL (I + II) 323 850 82 850 241 000 TOTAL GENERAL (I + II + III + IV) 241 000

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 12 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Tableau d'affectation du résultat de l’exercice N-1

Affectations Origines

Origines
Résultat net 20 000
Report à nouveau 200

Affectations

Dotation à la réserve légale 1 000


Dotation à la réserve statutaire 600
Dividendes distribués 18 500
Report à nouveau 100

TOTAUX 20 200 20 200

Tableau des immobilisations au 31/12/N

Situations et mouvements Valeur brute à Augmentations Diminutions Valeur brute à la


l'ouverture de clôture de
Rubriques l'exercice l'exercice

Immobilisations Incorporelles
Frais d'établissement 3 000,00 3 000,00
Frais de recherche
Concessions, brevets,…. 30 000,00 30 000,00
Fonds commercial
Autres immobilisations incorporelles
Avances et acomptes

Immobilisations Corporelles
Terrains 71 200,00 71 200,00
Constructions 80 000,00 80 000,00
Installations techniques, matériel,….. 40 000,00 5 000,00 45 000,00
Autres immobilisations corporelles 20 000,00 1 000,00 19 000,00

Immobilisations financières
Participations
Créances rattachées à des particip.
Autres titres immobilisés 8 000,00 8 000,00
Prêts
Autres immobilisations financières 5 000,00 5 000,00

TOTAUX 257 200,00 5 000,00 1 000,00 261 200,00

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 13 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Tableau des amortissements au 31/12/N

Situations et mouvements Amortissements Augmentations Diminutions Amortissements


cumulés au dotations de d'amortissements cumulés à la fin
Rubriques début de l'exercice de l'exercice de l'exercice
l'exercice

Immobilisations Incorporelles
Frais d'établissement 2 000,00 1 000,00 3 000,00
Frais de recherche
Concessions, brevets…... 10 000,00 5 000,00 15 000,00

Immobilisations Corporelles
Constructions 8 000,00 4 000,00 12 000,00
Installations techniques, matériel,….. 25 000,00 10 000,00 35 000,00
Autres immobilisations corporelles 10 000,00 5 000,00 300,00 14 700,00

TOTAUX 55 000,00 25 000,00 300,00 79 700,00

Tableau des provisions au 31/12/N

Situations et mouvements Provisions au Augmentations Diminutions Provisions à la


début de dotations de Reprises de fin de l'exercice
Rubriques l'exercice l'exercice l'exercice

Provisions pour risques et charges


Provisions pour risques 5 000,00 1 000,00 4 000,00
Provisions pour charges

Provisions pour dépréciation


Stocks et en-cours 250,00 250,00
Créances 2 000,00 1 200,00 700,00 2 500,00
Valeurs mobilières de placement 200,00 500,00 300,00 400,00
7 200,00 1 950,00 2 000,00 7 150,00
TOTAUX

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 14 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

TABLEAU DES EMPLOIS ET DES RESSOURCES


(Tableau de financement en compte)

Exercice Exercice
EMPLOIS RESSOURCES
N N

Distributions mises en paiement au cours Capacité d'autofinancement de l'exercice........ (1) 49 950


de l'exercice ............................................
(3) 18 500

Acquisitions d'éléments de l'actif immobilisé :


Cessions ou réductions d'éléments de l'actif
immobilisé :
Immobilisations incorporelles...............
Immobilisations corporelles ................. (4) 5 000
Cessions d'immobilisations :
Immobilisations financières ................. (2) 200
- incorporelles ...............................
- corporelles ..................................
Charges à répartir sur plusieurs exercices (a)
Cessions ou réductions d'immobilisations
financières...........................................
Réduction des capitaux propres (réduction
de capital, retraits)...................................
Augmentation des capitaux propres :
Augmentation de capital ou apports ........
Augmentation des autres capitaux propres
Remboursements de dettes financières (b) ..
(5) 8 650
Augmentation des dettes financières (b) (c)

Total des emplois ................... 32 150 Total des ressources .............. 50 150

Variation du fonds de roulement net global Variation du fonds de roulement net global
(ressource nette)........................................ 18 000 (emploi net) ..............................................

(a) Montant brut transféré au cours de l'exercice.


(b) Sauf concours bancaires courants et soldes créditeurs de banques
(c) Hors primes de remboursement des obligations

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 15 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

(1) Calcul de la capacité d’autofinancement de l’exercice N :

Les documents fournis : (bilans avant répartition, tableau des immobilisatiions, tableau des amortissements,
tableau des provisions) permettent de retrouver la capacité d’autofinancement de l’exercice N par la méthode
dite additive (à partir du résultat net) :

Rubriques Sommes

Résultat net comptable (a) 24 500


+ Dotations aux amortissements et provisions (b) + 26 950
- Reprises sur amortissements et provisions (c) -2 000
+ Valeur comptable des éléments d'actif cédés (d) + 700
- Produits des cessions d'éléments d'actif (e) - 200
- Quote-part des subventions d’investissement virée au résultat de l’exercice (f) -0

= Capacité d’autofinancement de l’exercice N 49 950

(a) Selon bilan avant répartition au 31/12/N


(b) Total colonne dotations (tableau des amortissements) + total colonne dotations (tableau des
provisions) : 25 000 + 1 950 = 26 950
(c) Total colonne reprises de l’exercice (tableau des provisions) : 2 000
(d) Total colonne diminutions (tableau des immobilisations) - total colonne diminutions (tableau des
amortissements) : 1 000 – 300 = 700
(e) Selon renseignements divers : 200
(f) Les postes subventions d’investissement ne sont pas renseignés dans les bilans avant répartition au
31/12/N-1 et 31/12/N : il ne peut donc pas y avoir de quote-part des subventions d’investissement
virée au résultat de l’exercice N.

(2) Selon renseignements divers.

(3) Selon tableau d’affectation du résultat de l’exercice N-1.

(4) Selon tableau des immobilisations colonne augmentations.

(5) Comparaison des postes Emprunts N et N-1 (nets de concours bancaires courants et d’intérêts courus)
(75 000 – 2 000 – 850) – (90 000 – 8 000 – 1 200) = 72 150 - 80 800 = - 8 650 (remboursement)

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 16 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

TABLEAU DES EMPLOIS ET DES RESSOURCES


(Tableau de financement en compte)

Exercice N

Variation du fonds de roulement net global


Besoins Dégagement Solde
1 2 2-1

Variation "Exploitation" :
Variation des actifs d'exploitation :
Stocks et en-cours.............................................................. (1) 200
Avances et acomptes versés sur commandes .........................
Créances Clients, Comptes rattachés et autres créances
d'exploitation (a) ................................................................ (2) 5 850
Variation des dettes d'exploitation :
Avances et acomptes reçus sur commandes en cours.............. (3) 1 200
Dettes Fournisseurs, Comptes rattachés et autres dettes
d'exploitation (b) ................................................................ (4) 4 400
Totaux ............................................................... 5 800 5 850
A Variation nette "Exploitation" (c) .................................. + 50
Variation "Hors exploitation" :
Variation des autres débiteurs (a) (d) ............................................. (5) 0
Variation des autres créditeurs (b) ................................................. (6) 10 550
Totaux ............................................................... 10 550 0
B. Variation nette "Hors exploitation" (c) .......................... - 10 550
Total A + B :
Besoins de l'exercice en fonds de roulement ..................... - 10 500
ou
Dégagement net de fonds de roulement dans l'exercice......
Variation "Trésorerie"
Variation des disponibilités ............................................................ (7) 1 500
Variation des concours bancaires courants et soldes
créditeurs de banques................................................................... (8) 6 000
Totaux ............................................................... 7 500
C. Variation nette "Trésorerie" (c).................................... - 7 500

Variation du fonds de roulement net global


(Total A + B + C) :

Emploi net ............................................................................................... - 18 000


ou
Ressource nette .......................................................................................

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 17 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

(1) (3 700 + 5 000 + 28 000) – (4 500 + 7 000 + 25 000) = 200


(Traduit une augmentation d’actif circulant et une augmentation du besoin en fonds de roulement par conséquent)

(2) (17 000 + 450) – (23 000 + 600 - 300) = 17 450 – 23 300 = - 5 850
(Traduit une diminution d’actif circulant et par conséquent une diminution du besoin en fonds de roulement appelée
dégagement)

(3) 2 000 – 800 = 1 200


(Traduit une diminution de passif circulant et une augmentation du besoin en fonds de roulement par conséquent)

(4) (7 000 + 21 000 – 4 800 + 2 200) – (7 000 + 25 000 – 4 000 + 1 800) = - 4 400
(Traduit une diminution de passif circulant et une augmentation du besoin en fonds de roulement par conséquent)

(5) 5 000 - 5 000 = 0

(6) (4 800 + 3 000 + 850) – (4 000 + 14 000 + 1 200) = - 10 550


(Traduit une diminution de passif circulant et une augmentation du besoin en fonds de roulement par conséquent)

(7) 3 500 – 2 000 = 1 500


(Traduit une augmentation d’actif circulant traitée comme un besoin pour respecter la logique de l’analyse fonctionnelle du
bilan dans laquelle la trésorerie active n’est qu’un reliquat)

(8) 2 000 – 8 000 = - 6 000


(Traduit une diminution de passif circulant par conséquent traitée comme un besoin pour respecter la logique de l’analyse
fonctionnelle du bilan dans laquelle la trésorerie passive est une variable d’ajustement)

Remarque :
La présence d’intérêts courus et du poste Écarts de conversion Passif dans le bilan au 31/12/2000
constituent la principale difficulté technique de cet exercice.

Rappel concernant le traitement des intérêt courus :


Les intérêts courus sur emprunts (compte 1688) doivent être soustraits des dettes financières pour
être intégrés dans le passif circulant hors exploitation. En effet, on peut les analyser comme une
dette courte hors exploitation.

Rappel concernant le traitement des écarts de conversion :


Les écarts de conversion (compte 476 et compte 477) doivent être éliminés de l’actif et du passif En
contrepartie les créances et les dettes concernés doivent être ramenées à leur valeur initiale.

Concernant l’entreprise PROGEA, les intérêts courus ont donc été soustraits du poste Emprunts et
dettes auprès des établissements de crédit et ajoutés aux dettes hors exploitation.

L’énoncé indique que le poste Écarts de conversion Passif du bilan au 31/12/2000 concerne une
créance client. L’entreprise a donc à ce moment là passé l’écriture ci-après :

31/12/N-1
411 Clients 300,00
477 Différence de conversion - PASSIF 300,00
Selon inventaire

Cela signifie qu’il y a eu majoration d’une créance.

Pour ramener le poste « Créances clients et comptes rattachés » du bilan au 31/12/N-1 à sa valeur initiale, il
faut le réduire de 300 €.

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 18 -


Série 6 : Éléments d’analyse financière et d’organisation comptable - Chapitre 28 : Le tableau de financement du PCG

Commentaire :

À la lecture du tableau I on peut faire les commentaires suivants :

Globalement la variation du FRNG est une ressource nette ; il s’agit donc d’une évolution favorable.
La rentabilité de l’entreprise PROGEA est a priori bonne au regard du poids important de la capacité
d’autofinancement dans les nouvelles ressources stables de l’exercice N.
Sa politique actuelle d’investissement est cependant relativement faible mais totalement
autofinancée. L’entreprise est par ailleurs engagée dans un processus de désendettement qui devrait
encore améliorer la rentabilité.

À la lecture du tableau II on peut compléter les commentaires précédents :

Globalement la variation à la hausse du FRNG a permis de couvrir la variation à la hausse du BFR.


Lorsque la situation sera stabilisée, il faudra veiller à conserver un équilibre fonctionnel cohérent en
évitant le recours aux concours bancaires courants.

IV Les limites du tableau de financement

Le tableau de financement du Plan Comptable Général est centré sur la notion de fonds de
roulement net global et laisse apparaître la trésorerie comme un résidu. Cependant, dans la réalité
la trésorerie est aujourd’hui une variable stratégique que l’entreprise se doit de maîtriser.
C’est pour cette raison que le diagnostic fourni par l’interprétation du tableau de financement est de
plus en plus souvent complété par le calcul et le suivi d’indicateurs nouveaux tels que l’Excédent de
Trésorerie d’Exploitation (1) ou par des tableaux de flux de trésorerie.

(1) L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) est un flux de résultat L’ETE représente la part d’EBE encaissée.

ETE = EBE - Δ BFRE

L’entreprise a intérêt à ce que son ETE soit le plus élevé possible car il a vocation à financer tout ou partie des
investissements ainsi que des prélèvements que l’on pourrait qualifier d’obligatoires (intérêts, dividendes,
impôts sur les bénéfices, remboursements d’emprunt), qui d’une certaine manière s’imposent à la l’entreprise.

© Didier CHADOURNE / CNAM – INTEC - 19 -

Vous aimerez peut-être aussi