Vous êtes sur la page 1sur 7

COURS ELEMENT DE DROIT : RESUME SEANCE N°01 .

INTRODUCTION GENERALE :

- Définition Du Mot Droit :

Le mot droit est un terme générique, c.-ad il a plusieurs


définitions, mais en peut généralement réduire toutes ces
définitions en deux définitions principales :

- Le Droit Objectif : C’est l’ensemble des règles juridiques (‫القانون‬.)


- Les Droits Subjectifs : C’est l’ensemble des prérogatives dont une
personne est titulaire (‫)الحقوق‬.
 Le droit Objectif: Droit pénal ; droit administratif ; droit de travail ; droit
social ……
 Les Droits Subjectifs : - Droit d’éducation, - Droit de Santé, - Droit de voter

Partie 0 1 : LE Droit Objectif

Définition de Droit Objectif : « Ensemble des règles de conduites juridiques


qui gouvernent la vie des personnes on société et dont l’inobservation est
sanctionnée par les pouvoirs publics ».

Remarque : Le Droit n’est pas la seule règle de conduite Sociale.

Il existe d’autres règles : 1. Règle Religieuse : ‫القاعدة الدينية‬

2. Règle Morale ‫القاعدة األخالقية‬

Remarque : - La règle religieuse et morale : la conscience de l’individu qui


sanctionne l’individu.

Chapitre I : L’objet de la règle de Droit

Section 1 : Différentes disciplines juridiques

Critère de classification : Droit Privé / Droit Public /Droit mixte

Il existe deux grandes branches du droit : le droit privé et le droit public.

1_Le droit privé régit les rapports entre particuliers ou personnes privées qu'elles
soient physiques ou morales (sociétés, associations). Ses règles visent la
satisfaction d’intérêts individuels. Ex : le droit civil ; le droit commercial ; le
droit du travail.

 Le droit civil : désigne l’ensemble des règles applicables à la vie privée des
individus et à leurs rapports entre eux.
 Le droit commercial : ensemble des règles qui régissent l’activité commerciale.
 Le droit du travail : fixe les règles relatives et les droits individuels et
 collectifs nés à l’occasion de la relation de travail.

2_Le droit public régit l’organisation de l’État et les rapports entre les particuliers
et les pouvoirs publics. Ses règles visent la satisfaction de l’intérêt général. Ex : le
droit constitutionnel, le droit administratif ; le droit des finances publiques ;
et le droit international public.

 Le Droit Administratif : la relation entre un particulier et l’administration.


 Le Droit Constitutionnel : ensemble des règles qui organisent l’Etat.
 Droits de finances publiques : la loi de finance
 Droit International Public : c’est l’ensemble des règles qui réglemente la vie
entre les pays.
3_Les Droits mixtes : La notion de Droit mixte, s’étend à toute branche du Droit
qui réalise une combinaison de règles relevant, pour les unes du Droit public, et
pour les autres du Droit privé Il s’agit essentiellement : du Droit pénal, du Droit
processuel, du Droit social, et du Droit international privé .

 Droit Pénal :il s’applique à tous Comportement qui trouble la société .


 Le droit processuel : est le droit du procès. D'une discipline qui consistait à
comparer les trois procédures principales civile, pénale et administrative.
 Le droit social : englobe toutes les relations individuelles de travail.
 Droit international Privé : tous se qui en relation avec la résidence (les
étrangers), Carte de résidence, (Le Droit International marocain Privé).

Section 2 : Caractères de la règle de Droit

-La règle de Droit est Obligatoire (Un Caractère Obligatoire) : La


règle de droit est faite pour la respecter par les personnes
physiques et morales.
1 / Règles impératives (ou d’ordre public): c.-ad on n’a pas le choix de
respecter ces règles.

Définition : Ce sont des règles qui s’imposent de façon obligatoire et


impérative à toutes les personnes, ils n’ont pas le choix au niveau de leurs
application, on l’est appel également Règles d’ordre public, c-.ad qui assure
la sécurité et la stabilité de la société.

Exemples : - Exemple d’une règle pénale : * Celui qui vole, * Celui qui tue.

-Exemple d’une règle familiale : * le mariage avec la mère ou la


sœur.

2 / Règles Supplétives (ou interprétative)

Définition : Ce sont des règles dont le caractère obligatoire est léger,


c.-ad que leur application est laissée à la volonté des personnes.

Exemples : Le Domaine de ces règles est le droit des obligations et Contrats,

- Dans le Cadre d’une opération de Vente, en principe la livraison


doit se faire sur le lieu ou la chose est vendue, mais
exceptionnellement les parties (Acheteur et Vendeur) peuvent se
mettent d’accord pour que la livraison se met dans un autre lieu
autre que le magasin de vente (livraison à domicile).
-
3 / Le Caractère correctif :

Définition : Correctif veut dire sanctionner, autrement dit qui ne


respecte pas la règle de droit et sanctionné par les pouvoirs publics, à cet
égard, en distingue « 3 » types de Sanctions :

- Sanctions Civiles.
- Sanctions pénales.
- Sanctions disciplinaires.

 les différents type de sanction :

A_Les Sanctions Civiles :

a _Celles destinées à réparer le dommage :

Nullité (la résolution du contrat : ‫ )فس خ العقد‬: est une sanction civile qui frappe
l’acte juridique, l'individu qui ne respecte pas les conditions de forme ou de fond
prévu par la loi. Exemples : Annulation d’un contrat de Vente, - Annulation d’un
contrat d’allocation .

Dommages et intérêts (c’est de réparer le préjudice à la victime ‫ )إصالح الضرر‬: il


s’agit d’une somme d’argent que doit payer toute personne qui occasion par son
comportement ou par son fait, un dommage (un préjudice ‫ضرر أضرار‬, un mal) à une
autre personne.

• Les dommages et intérêts consistent généralement à payer une somme


d’argent déterminée par l’auteur au profit de la victime.

• Exemples : - payement des dommages et intérêts pour un remboursement


tardif ‫ دفع متأخر‬/ Payement des dommages et intérêts en faveur d’une victime
d’un accident de circulation.

b _Celles Produisant une contrainte ‫ اإلكراه‬:

Contrainte directe : (allocation d’une appartement à quelqu’un, la personne est


incapable de payer le loyer), la contrainte directe est une sorte de sanction civile
qui va amener la victime à l’occasion du non respect de ses droits à exercer une
contrainte directe sur l’auteur de l’infraction, c-.ad que la contrainte dans ce cas
est exercer directement sur la personne.

Exemple : - demande l’évacuation ((‫ اإلخالء‬d’un locataire qui ne paye pas les
loyers ;

Contrainte indirecte : Une Contrainte indirecte est une sanction civile qui permet
à la victime d’exercer une contrainte indirect sur ces biens

• (collecter des informations sur le locataire et ensuite saisir ces Biens


{Compte bancaire, Appartement, Salaire}) au billet de la conservation
foncière. Exemple : - Saisir son compte bancaire.

2 – Les Sanctions Pénales :

A_les Crimes ‫ الجنايات‬: Définition : Ce sont des infractions les plus graves que peut
commettre une personne.

Sanctions : - Dégradation civique ‫الحرمان من الحقوق المدنية‬،, - Peine de mort ((‫)األعدام‬, -


réclusion perpétuel (‫) مؤبد‬,), réclusion à temps « 5 à 30 ans » la résidence forcée

B_ les Délits ))‫الجنح‬:  Définition : les délits ce sont des infractions de gravité
moyenne il se situe entre les crimes et les contraventions. En distingue deux types
de délits :

• Les Délits Correctionnels : ‫ الجزائية‬Définition : c’est le 1er type d’infraction qui


fait partie des délits et qu’ils sont de gravité moyenne. Exemple : - Enlèvement
d’une femme mariée. (Sanction : de 2 à 5 ans à la prison).

• Les Délits de Police : Définition : c’est la 2ème forme de délits ils se situent
entre les délits correctionnels et les contraventions. Exemples : - Outrage
public à la pudeur (‫) اإلخالل بالحاٌء العام‬.). Le vol.

Sanctions : Emprisonnement de 1 moi à 2 ans et amendes.

Chapitre II : les sources de la règle de droit

la règle de droit est issue de deux catégories de sources : les sources traditionnelles
(droit musulman et du droit coutumier) et les sources modernes (le droit
international, la loi, la doctrine et la jurisprudence).

Section I : Les sources traditionnelles de la règle de droit.

1: Le droit musulman
Les sources du droit musulman sont nombreuses. Les plus importantes qui ne font
pas l’objet de divergences doctrinales sont de deux ordres : les sources originelles
(le Coran et la Sunna) et les sources dérivées (l’Idjmaa et le quiyas).

A- Les sources originelles

a- Le Coran

Le Coran est la parole de Dieu révélée au prophète (Muhammad ‫صلى‬

‫ )هللا علي ه وس لم‬dont le texte écrit nous a été rapporté par des témoignages
multiples. Les dispositions coraniques peuvent être distinguées selon leur
degré de généralité, leur sens et leur caractère obligatoire .

b- La Sunna

La Sunna signifie la conduite du Prophète constituée par ses paroles (hadiths), ses
pratiques (la manière de prier ou de faire le pèlerinage) et ses approbations tacites
ou expresses.

B- Les sources dérivées : l’Idjmaa et le Qiyas

a- L’Idjmaa : signifie l’accord unanime des Ulémas d’une même époque sur l’une
des questions de la religion ou plus généralement sur une question déterminée.

b- Le Qiyas : ou raisonnement par analogie est une méthode selon laquelle une
règle posée par un texte (verset coranique, hadith, solution d’Idjmaa) se trouve
appliquée à des cas non compris dans ses termes mais commandés par la même
raison .

2 : La coutume
La coutume est l'une des sources les plus importantes de la règle de droit.

La coutume est une règle de conduite « qui découle d'une pratique ancienne, d'un
usage qui s'est prolongé dans le temps et qui devient à certaines conditions une
règle de droit».

Pour qu’il y ait coutume, il faut que deux éléments soient réunis : (à savoir) un
élément matériel et un élément psychologique :

A- l’élément matériel :

Cet élément, suppose l’existence d’un comportement suivi d’une manière


habituelle. L’usage doit être assez ancien est relever d’une mise en oeuvre répétée.
(Le fait, pour une femme mariée de portée le nom de son mari).

B- l’élément psychologique :

En fonction de cet élément, l’usage doit être perçu (ressenti) comme un


comportement obligatoire par l'opinion commune. C’est-à-dire que ceux qui se
conforment à l'usage doivent avoir la conviction qu’il s’agit d'une règle
contraignante. (Consiste dans le fait que les citoyens aient la conviction qu’ils
agissent conformément au droit).

Section II : les sources modernes de la règle de droit

1- le droit international

Le droit international public, est le droit des relations interétatiques. Il englobe


l’ensemble des règles et des principes qui régissent les relations entre les États
souverains et qui les engagent de manière réciproque.

Les sources formelles du droit international, (selon l’art. 38 du Statut de la Cour


internationale de justice) sont: les traités et les conventions internationales, la
coutume internationale, les principes généraux de droit, et l’équité. Les décisions
judiciaires et la doctrine, qui ont également été évoqué à l’art 38 du statut de la CIJ
sont des source.
2- La loi

c’est la 1ère source moderne du droit positif Source fondamentale de la règle de


droit, la loi dans son sens large, désigne toutes les règles émanant de l’autorité
publique, et qui présentent un caractère général, impersonnel et obligatoire.

- Quelles sont alors les composantes de la notion générale de la loi ?

La loi dans son sens étroit est l’œuvre du pouvoir législatif, avec ses deux chambres
- la chambre des représentants et celle des conseillers. Alors que le règlement
relève du pouvoir exécutif et des autorités administratives ;

les conditions d’application de la loi

A- l'entrée en vigueur de la loi

Quand la loi entre-t-elle en vigueur ?

L’entrée en vigueur de la loi suppose que soient remplies deux formalités :

• la promulgation, et

• la publication de la loi.

a- la promulgation :La promulgation de la loi est prévue par l’article 50§1 de


l’actuelle constitution qui stipule que : « Le Roi promulgue la loi ، ‫ يصدر الملك‬dans les
trente jours qui suivent la transmission au gouvernement de la loi définitivement
adoptée ».

b- la publication :

La publication consiste dans l’insertion du texte de loi au BO. Elle concerne aussi
bien les lois que les règlements.

L'objet de cette formalité est d’informer les sujets de droit du contenu de la règle
juridique pour leur permettre de l’observer et le cas échéant, la leur imposer

B_Domaine d'application des lois dans le temps

L’entrée en vigueur d'une législation nouvelle, soulève le problème du conflit dans


le temps, entre cette loi nouvelle et la loi ancienne.

Afin de résoudre ce genre de conflit de lois, il faut déterminer le domaine


d'application dans le temps des lois successives.

À cet égard, la doctrine a donné naissance à trois principes, reconnus par le droit
marocain, à savoir : le principe du non rétroactivité de la loi, le principe de l’effet
immédiat de loi nouvelle, et le principe de la survie de la loi ancienne dans le
cadre contractuel.

a- la non rétroactivité des lois :

Le principe de non rétroactivité des lois est énoncé par l'article 6 de l’actuelle
constitution : « …La loi ne peut avoir d'effet rétroactif ,Il assure la sécurité et la
stabilité des droits subjectifs, en les mettant à l'abri des modifications que peut
entraîner une loi nouvelle

b- l’application immédiate de la loi nouvelle

Le principe de l'effet immédiat des lois nouvelles,, implique qu'une loi nouvelle
s'applique sans restriction dès le moment où elle entre en vigueur. -Cela n'exclut
aucunement, que cette entrée en vigueur soit elle-même retardée, par la volonté du
législateur lui-même.

c- la survie de la loi ancienne


Le maintien ou la survie de la loi ancienne vaut pour toutes les situations
contractuelles en cours au moment de l'entrée en vigueur de la loi nouvelle, dès
lors qu'elles ont été constituées avant celle-ci.

Section 03 : les Sources Interprétatives : ‫التأويلية‬

1_La Doctrine ((‫ )الفقه‬: c’est la 1ère source interprétative, la doctrine qu’est définie
comme l’ensemble des travaux, des réflexions et des commentaires qui proviennent
des Spécialistes de Droit à l’occasion de l’interprétation d’une loi donnée. Il s’agit
des interprétations faites par les spécialistes de droit, à titre d’exemple les
professeurs universitaires, le juges, les juristes, les avocats, … 

2_ La Jurisprudence (‫ )االجته اد القض ائي‬: la jurisprudence peut être définie comme


l’ensemble des solutions jurisprudentielles, c-.ad les jugements (‫ )األحكام‬et les arrêtés
(‫)القرارات‬, prononcés par l’ensemble des juridictions du royaume.