Vous êtes sur la page 1sur 6

• Partie II: Les droits subjectifs

• Définition 1: Ce sont l’ensemble des prérogatives qu’une personne est titulaire, le droit
objectif qui protège les droits subjectifs,

• C’est un ensemble des prérogatives, d’avantages appelés également droits individuels dont
peut disposer un titulaire de droit, c-.ad des personnes de Droit qui dispose de la
personnalité juridique (personne physique et morale).

• Définition 2: les droits subjectifs ce sont des droits dont un sujet de droit ou un titulaire de
droit ont est propriétaire.

Chapitre I : Classification des droits subjectifs

Deux distinctions essentielles :

Entre les droits patrimoniaux et les droits extrapatrimoniaux (Patrimoine fait référence à l’argent
ou des biens).

Section n° 01 :Les Droits Subjectifs patrimoniaux

• Définition : Ce sont des droits subjectifs qui’ont une valeur patrimoniaux ils sont évaluable
en argent, ils sont pécuniaire, et peut faire des transactions (vente, allocation, échanger,
donation gratuite )

Les droits patrimoniaux se divisent eux-mêmes en droits réels et droits personnels et droit
intellectuels . Les droits patrimoniaux sont classés en fonction de leur objet. On distingue en
effet, selon qu'ils portent sur l'activité d'une personne, sur une chose matérielle ou sur une chose
immatérielle, entre les droits personnels (1), les droits réels (2) et les droits intellectuels (3)

1_les droits personnels: ‫االلتزامات‬

Le droit personnel est le droit qu’a une personne (le créancier) ‫ الدائن‬d’exiger d’une autre personne (le
débiteur) ‫ المدين‬l’accomplissement d’une certaine prestation.

Le droit personnel repose par conséquent sur un lien de droit unissant deux personnes. Ce rapport
juridique est une obligation. Considéré du point de vue du débiteur, c’est une dette, qui figure au
passif du patrimoine. Du point de vue du créancier, c’est une créance, qui figure à l’actif du
patrimoine.

Le droit personnel n’établit de rapports qu’entre le créancier et le débiteur. Ainsi, le créancier ne


peut exiger l’exécution de l’obligation que du seul débiteur

• Exemples : - Le loyer à un locataire. – Un vendeur à un acheteur, ce dernier peut demander le


transport de sa Marchandise. – Un prêteur peut demander le remboursement de sa dette à
un emprunteur.

• Les droits personnels : sont des droits exercés directement sur une personne en lui demande
d’exécuter une obligation

2_Les Droits réels : ‫العينية الحقوق‬

Quel est la différence entre les Droits personnels et les Droits réels ?

• Définition : par opposition aux Droits personnels, les Droits réels porte sur une chose qui
permet à sont titulaire d’exercer sur son bien un certain nombre de prérogatives. Alors les
personnels mettent une personne face à une autre personne, Les Droits réels mettent une
personne face à un bien, en distingue entre plusieurs types et formes de droits réels

A_Les droits réels originel :

a) Le droit de propriété :

la propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue. Ce droit est :

• Exclusif : le propriétaire et le seul maître de ses choses.

• Absolu : le propriétaire exerce les pouvoirs les plus étendus sur la chose dont il est
propriétaire :

• Biens meubles corporels (Voiture, Ordinateur, …)

• Biens meubles incorporels (fond de commerce

• Biens immeubles (Terrain nu, Appartement, maison,…)

On parle de : Droit de Cession de ce Bien, Droit d’échange de ce Bien, Droit de Donation de ce
Bien, Droit de location de ce Bien. c-.ad que l’ensemble des avantages de la propriété (Cession,
échange, donation, location), appartient à une seule personne.

B- Les droits réels accessoires :

Ces droits réels accessoires sont l'accessoire de créance dont ils garantissent le paiement. Un
créancier cherche à se prémunir contre l'insolvabilité de son débiteur. Il réclame des sûretés qui
peuvent être personnelles: caution, mais aussi réelle: les sûretés réelles consistent dans l'affectation
d'un bien appartenant au débiteur au paiement de la dette: bien qui va servir au garanti du paiement
de la dette.

S’il s’agit d’un immeuble, c’est l’hypothèque qui constitue le droit réel accessoire.

• Hypothèque ‫ الرهن غير الحيازي‬: c-.ad le débiteur (la banque), inscrit l’appartement de client à
son nom à la réservation foncière si le créancier (le client), ne paie pas, Le débiteur peut
vendre l’appartement à l’enchère public.

• S’il s’agit d’un meuble, c’est le gage : ‫ الرهن الحيازي‬C’est une garantie qu’ont peut avoir sur un
bien meuble corporel (Voiture, Ordinateur (Ex : le créancier vous donne un bien luxe au
débiteur, si le créancier ne rembourse pas la somme, le débiteur peut vendre le bien )

• S’il s’agit d’un fonds de commerce, c’est le nantissement.

• Nantissement ‫ رهن األصل التجاري‬c’est une garantie qui se fait sur un bien meuble incorporel
(Un fond de commerce comme garantie d’une Entreprise pour avoir un crédit auprès de la
banque .

3. Les Droits intellectuels ce sont des droits qui sont liés au côté intellectuel (Innovation, Production,
…), ils font partie de la création de l’esprit.

• Droits de propriété commerciale : Droits subjectifs patrimoniaux à un caractère commercial (le


nom commercial).

• Droits de propriété industrielle : Ex : les brevets d’inventions, les marques industrielles.


• Droits littéraires et artistiques : Domaine de l’art (Ex : -Les Droits de peintre sur ces tableaux,
-Les Droits d’un chanteur sur ces chansons).

Section 2 : Les Droits Subjectifs Extrapatrimoniaux

Définition : LES droits subjectifs extrapatrimoniaux ont entendent des droits dont est propriétaire
un titulaire de droit mais qui ne fait pas partie de patrimoine. Ils n’ont pas une valeur pécuniaire
(sous forme d’argent), c-.ad qu’ils ne sont pas évaluable en argent ce sont des droits liés à la vie
de la personne, ils évoluent au fur et à mesure de l’évolution de la personne concernée.

NB:Les droits subjectifs extrapatrimoniaux ne peuvent pas être l’objet de transaction. Et ne peuvent
pas être donné à quel qu’un d’autre

1_Les différents types de droits extrapatrimoniaux

A_ Les droits de la personnalité ‫الحقوق الفردية‬

Les droits de la personnalité peuvent être définis comme les prérogatives extrapatrimoniales ayant
pour objet les éléments essentiels de la personnalité de leur titulaire.

Les droits de la personnalité sont des droits qui permettent à toute personne d'obtenir les
reconnaissances et le respect de son individualité propre (ensemble de caractéristiques physiques et
morales). Les droits de la personnalité concernent principalement la protection de l’intégralité
corporelle, le droit de la vie, le droit à l’intégrité morale, le droit à la vie privée, etc

B- Les droits familiaux

Les droits familiaux, ce sont les droits qui résultent de l’organisation juridique de la famille. Il s’agit
des droits résultant du mariage ou de la parenté.

• Exemple : - Droits des Conjointes (marie et femme). -Droits des enfants (entretenir, la garde,
paiement de La pension alimentaire, l’éducation).-Droits des parents (les enfants doivent
payer à leurs parents Lorsque sont vieux la pension alimentaire)

C- Le droit moral de l’auteur

Le droit moral de l’auteur doit être distingué de ses droits pécuniaires dits « droits d’auteur ». En
effet, il concerne la nature de la création littéraire et artistique. Ce droit permet à l’auteur de faire
reconnaître la paternité de son œuvre, de veiller à son respect et de décider ou non de sa
divulgation. Ce droit, lui permet également de retirer ses avantages pécuniaires.

2) Les caractéristiques des droits extrapatrimoniaux :

Les droits extrapatrimoniaux sont hors commerce. Du fait de l’absence de valeur pécuniaire qui peut
leur être attribuée, ils sont incessibles, intransmissibles, insaisissables et imprescriptibles.

• Incessibles, les droits patrimoniaux sont incessibles, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas être
vendus ou échangés contre d'autres biens.

• Intransmissibles, les droits extrapatrimoniaux ne peuvent pas être transmis aux héritiers du
défunt par voie successorale.

• Insaisissables, les droits extrapatrimoniaux d'une personne ne peuvent pas être saisis par ses
créanciers, car seuls les biens compris dans son patrimoine sont saisissables.
• Enfin, imprescriptibles, les droits extrapatrimoniaux ne peuvent pas s’acquérir par
l’écoulement du temps ou s’éteindre par leur non-usage prolongé. Ils sont imprescriptibles,
car ils sont inhérents à la personne.

Chapitre II : les titulaires des droits subjectifs

• Les droits subjectifs sont des prérogatives accordées aux individus.

• Les titulaires de droit, on les appelle des sujets de droit.

• La personnalité juridique correspond à cette qualité de sujets de droit. C’est elle qui permet
d’avoir et d’exercer des droits et obligations.

La personnalité juridique confère à la personne une double capacité une capacité de jouissance ‫تمتع‬
qui traduit l’aptitude à être titulaire de droits, et une capacité d’exercice qui autorise à les exercer
librement. Toute personne est, par principe, un sujet de droit : que ce soient des personnes
physiques (1), ou des personnes morales (2).

1 ) les Personnes physiques :

Tout être humain a la personnalité juridique ‫ بشخصيته القانونية‬et ce, quelle que soit sa race, son sexe,
sa couleur ou toute autre considération.

La personnalité juridique est acquise de la naissance à la mort. La naissance fixe le début de la


personnalité juridique. La personne devient dès lors, titulaire de droits et d’obligations.

La personnalité juridique est reconnue à tout individu né vivant et viable, dès sa naissance. Toutefois,
une distinction est à faire. C’est le cas des personnes incapables. Ces derniers ne possèdent pas tous
les attributs. Les personnes frappées d’une incapacité de jouissance ne peuvent pas être titulaires de
droits. A l’inverse, l’incapacité d’exercice n’empêche pas une personne d’être titulaire de droits, mais
l’empêche de les exercer (exemple : les mineurs).

• La capacité est l’aptitude d'une personne à avoir des droits et des obligations et à les exercer
elle-même. Il faut distinguer entre la capacité de jouissance et la capacité d’exercice

• La capacité de jouissance : est l’aptitude à devenir titulaire d’un droit ou d’une obligation.

• La capacité d’exercice : est l’aptitude à exercer les droits dont on est titulaire.

Selon les dispositions du code de la famille14, la personne, qui a atteint l’âge de 18 ans, et qui n’est
pas déclaré atteint d’une mesure d’incapacité d’exercice, peut accomplir tous les actes de la vie
juridique.

2 ) Les personnes morales :

Les personnes morales sont des groupements que le droit assimile aux personnes physiques en leur
conférant des droits et des obligations. En particulier en leur reconnaissant un patrimoine distinct de
celui de ses membres.

Les personnes morales se divisent en catégories très variées. On distingue des personnes morales de
droit public (État, collectivités territoriales, établissements publics) et les personnes morales de droit
privé. Parmi ces dernières, certaines sont à but lucratif ( sociétés, groupements d’intérêt
économique), d’autres à but non lucratif ( associations, syndicats).

Les fondations occupent une place à part : ce sont des personnes morales créées en vue de réaliser
l’affectation permanente de biens à une œuvre d’intérêt général
Chapitre 3 : Sources des droits Subjectifs :

Les Droits subjectifs ce sont des droits dynamiques (droits qui bougent = plein mouvement), ils ont
une évolution dans le temps (début et fin). Les titulaires des Droits subjectifs ce sont nous
(physique ou morale).

d’où vient les droits subjectifs ?

Il ya « 2 » sources : Les Sources Qui dépendent de la volonté de la personne physique ou morale.Les


Sources Qui ne dépendent pas de notre volonté (évenements, aléa,…).

Section 1 : Les Actes juridiques :

• un acte : c’est une manifestation de volonté.

• Les actes juridiques : ce sont des actes qui dépendent de la volonté de la personne.

• A. Définition : l’acte juridique peut être définit comme une déclaration de volonté ou de
plusieurs personnes, déstinée à créer des droits et des obligations. L’acte juridique est un
terme générique (plusieurs signification), le contrat est l’acte le plus utiliser de l’acte juridique
(contrat de vente).

• La naissance d’un acte juridique graçe à un contrat. lorsque l’acheteur achète le bien avec un
contrat de vente il va disposer de droit de propriété après la réalisation de l’acte. lorsque il y a un
contrat le minimum de personnes c’est « 2 » (Ex : Contrat de vente [Vendeur + Acheteur]).
Contrat bilatéral : 2 personnes. Contrat collectif : + de 2 personnes.

• B. La Classification des actes :

a).Actes unilatéral:.

Définition : l’acte juridique est dit unilatéral lorsqu’il provient de la manifestation d’une seule
volonté. C.-ad sur l’initiative ou la déclaration de volonté d’une seule personne, l’acte juridique
unilatéral est donc né suite à une seule volonté. De la même manière cet acte juridique peut être
modifié ou changer grâce à cette seule volonté.

Exemples :

• Donation ‫الهبة‬ : Acte juridique unilatéral, c’est pas un contrat, il n’y a pas un regroupement de 2
personnes.

• Testament : une personne décide de donner un bien à quelqu’un.

b).Actes bilatéral :

Definition : un contrat est la manifestation de volonté de moins 2 personnes, la naissance du


contrat ne peut avoir lieu que sur la pase de « 2 » volontés au moins. Exemple : Contrat de vente
(Acheteur et Vendeur).

• Contrat de location (propriétaire et locataire).

• Contrat de travail (employé et employeur).

+. Conditions de validité : il ya 4 principes pour qu’un acte bilatéral soit valide :

• Consentement ‫ الرضا‬: de vendre et l’acheteur dans le cadre d’une contrat de vente, -de
locataire et de propriétaire dans le cadre de contrat de location, -de l’employeur et l’employé
dans le cadre de contrat de travail. c’est-à-dire le consentement de, ou des auteurs de l’acte.
Celui-ci doit être sain, pas entaché ni d'erreur, ni de dol ni de violence.

• · La Capacité ‫ األهلية‬: les contractons doivent être capable (majeur = + 18 ans au Maroc), c-.ad si
la personne n’a pas un age de 18 ans il n’y a pas de contrat sauf si il ya une exception.

• L’objet c’est le résultat juridique que les parties ont voulu produire, celui-ci doit être déterminé,
licite et moral. : dans le contrat de travail, l’objet est le travail, dans le cadre de contrat de
vente, l’objet est la vente.

• La Cause celle-ci doit en particulier être licite et morale. La cause correspond aux motivations des
parties pour conclure un contrat . pourquoi vous avez conclu le contrat ? (travail, habitation,
vente,…).

• L’acte juridique qui ne répond pas aux conditions ci-dessus est atteint d’une cause de nullité. On
distingue alors, entre la nullité relative et la nullité absolue.

2) : les faits juridiques :

Le fait juridique se définit comme un événement (volontaire ou non) produisant par lui-même des
effets de droit. L'exemple type est celui des dommages et intérêts versés à la victime On peut
distinguer deux types de faits juridiques, selon qu’il s’agit de faits de la nature (A) ou de faits de
l’homme (B).

A- Les faits de la nature

Les faits de la nature sont des faits juridiques involontaires. Ils se caractérisent par l'absence totale
de la volonté, ce sont les fruits du hasard. C’est le cas en particulier des deux événements essentiels
de la vie. La naissance et le décès.

La naissance : c’est un fait naturel qui donne lieu à des droits subjectifs (le nom,…).

La mort : l’héritage de la personne morte.

C’est le cas aussi, des événements de force majeure, par exemple, une tempête ou un naufrage
tremblement de terre, séisme. C’est le cas, également du simple écoulement du temps, par exemple,
la prescription permet d’acquérir ou d’éteindre un droit.

B- Les faits de l’homme

Les faits de l’homme sont des faits juridiques voulus par l’homme. L’événement lui-même est voulu
et recherché. Tel est le cas des quasi-contrats, qui obligent à restituer ou à compenser l’avantage
reçu d’autrui.

• Exemples : -Un conducteur d’une voiture qui blesse ou tue un piéton, cette accident va
donner naissance à un droit subjectif : c’est le paiement d’une indemnité (‫)تعويض‬.

Vous aimerez peut-être aussi