Vous êtes sur la page 1sur 5

Quels sont les critères d’appartenance au périmètre de consolidation ?

L’appréciation de la nature du contrôle (ou de l’influence) que le groupe exerce sur ses
filiales et participations, est déterminante. Elle sert à la fois pour fixer le périmètre et
sélectionner les méthodes de consolidation.

les entreprises contrôlées de manière exclusive ;

les entreprises contrôlées conjointement ;

les entreprises sur lesquelles est exercée une influence notable.

Les autres entreprises qui ne respecte,t pas ces niveaux de contrôle, sont à exclure du
périmètre de consolidation, et doivent être maintenues en tant que « titres de participations
non consolidés » dans le bilan.

La définition des niveaux de contrôle :

Contrôle exclusif : pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle d’une


entreprise afin de tirer avantage de ses activités » (CRC 99-02 §1002),

Contrôle conjoint : partenariat = pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle


d’une entreprise, partage entre un nombre limité de partenaires, accord formel (CRC 99-02
§1003),

Influence notable : pouvoir de participer aux politiques financière et opérationnelle d’une


entreprise sans en détenir le contrôle (CRC 99-02 §1004).
On appelle périmètre de consolidation l'ensemble des sociétés regroupées lors
de l’établissement des comptes consolidés d’un groupe.

Généralement, ce périmètre de consolidation comprend la société mère et les


filiales sur lesquelles elle exerce un contrôle exclusif, un contrôle conjoint ou une
influence notable, directement ou indirectement.

Périmètre de consolidation : définition


Les états financiers consolidés doivent fournir l’image exacte de la situation
financière et de l’activité d'un groupe d'entreprises.

On distingue la mère, c’est-à-dire l’entreprise possédant une ou plusieurs filiales,


la filiale, soit l’entreprise ou le groupe contrôlé(e) par la mère, le groupe, qui
intègre la mère ainsi que l’ensemble de ses filiales, et les états financiers
consolidés, qui présentent la situation du groupe en tant qu’entité comptable
unique.

Le périmètre de consolidation est constitué par l'ensemble des sociétés retenues


pour l'établissement des comptes consolidés.  En général, ce périmètre
comprend la société mère et les filiales dont elle détient au moins 20 % des droits
de vote et sur lesquelles elle exerce un contrôle ou une influence notable.

Rappel : le contrôle exclusif est constitué par la capacité de diriger la politique financière


et opérationnelle d’une société à 100 %. Le contrôle conjoint est celui détenu
conjointement par une société et un pool d’associés sur une entité économique. Enfin,
l'influence notable se caractérise par la capacité de participer aux décisions stratégiques
d'une entreprise bien que l'on n'en détienne pas le contrôle.

Périmètre de consolidation : critères de


regroupement
Une société est considérée comme « mère » des sociétés dont elle a le pouvoir
de diriger les politiques financières et opérationnelles afin d’en tirer un avantage
économique.

Le contrôle est présumé exister dès lors que la mère détient, directement ou
indirectement (par l'intermédiaire de filiales), plus de 50 % des droits de vote
d'une société, sauf s’il peut être démontré (situation atypique) que cette détention
ne lui procure pas le contrôle.

Ce contrôle existe également si la mère, détenant moins de 50 % des droits de
vote d'une entreprise, dispose du pouvoir sur plus de 50 % des droits de vote du
fait d'une entente avec d'autres investisseurs.

Par ailleurs, le contrôle implique la capacité de diriger les politiques financière et


opérationnelle de l'entreprise en raison des statuts ou d'un contrat, ainsi que le
pouvoir de désigner ou de remercier 50 % des membres du conseil
d'administration.
Enfin, la société qui exerce un contrôle a la capacité de rassembler la majorité
des droits de vote lors des réunions du conseil d'administration.

Exclusion du périmètre de consolidation


Un certain nombre de facteurs permettent d’exclure des sociétés du périmètre de
consolidation.

Si toutes les filiales doivent être consolidées jusqu’à la fin du contrôle, les
participations acquises et détenues afin d'être revendues à court terme peuvent
être retranchées du périmètre de consolidation.

S'il existe des restrictions sévères et non passagères sur les remontées de fonds
vers la société mère (par exemple dans le cas d’une société en redressement
judiciaire), cela peut aussi engendrer une exclusion du périmètre.

Des filiales peuvent être enfin exclues du périmètre de consolidation si leur poids
individuel ou collectif est considéré comme « non significatif ».

Bon à savoir : ce caractère non significatif est parfois difficile à établir, car le fisc dispose
d’un pouvoir d’interprétation en la matière.

Changements dans le périmètre de


consolidation
Les opérations et les résultats d'une nouvelle filiale sont intégrés dans le
périmètre de consolidation de la mère dès son inscription dans les états
financiers (date d’acquisition).

A contrario, quand la mère perd le contrôle d'une filiale, celle-ci sort du périmètre
de consolidation, le delta (différence) entre le prix de vente et l'actif net
comptable de cette entité constituant un produit ou une charge lors de l'exercice
concerné.
Une société est donc inclue dans le périmètre de consolidation si la société
mère exerce un contrôle exclusif, un contrôle conjoint ou une influence
notable. Il existe cependant des cas d'exclusion obligatoire et facultative. Le
contrôle exercé est déterminant de la méthode de consolidation utilisée pour
chaque société.

Contrôle exclusif : l'intégration globale

Le contrôle exclusif peut résulter :

 D'un contrôle de droit : pourcentage de contrôle supérieur à 50%.

 D'un contrôle de fait : désignation, pendant deux exercices


successifs, de la majorité des membres des organes d'administration,
de direction ou de surveillance d'une autre entreprise. Le contrôle de
fait est présumé avoir effectué lorsque la société mère a disposé au
cours de cette période, directement ou indirectement, d'une fraction
supérieure à 40% des droits de vote, et qu'aucun autre associé ou
actionnaire ne détenait, directement ou indirectement, une fraction
supérieure à la sienne.

 D'un contrôle contractuel : il y a contrôle contractuel s'il existe un


contrat ou une clause statutaire assurant le contrôle de la société
consolidée.

Contrôle conjoint : l'intégration proportionnelle

  Le contrôle conjoint est le partage du contrôle d'une entreprise exploitée en


commun par un nombre limité d'associés ou d'actionnaires. A ce titre, les
décisions sont prises d'un commun accord (aucun d'entre eux n'est
susceptible d'imposer ces décisions aux autres). Un contrat doit définir et
organiser le contrôle conjoint de l'entreprise exploitée en commun.

Influence notable : la mise en équivalence

  L'influence notable est le pouvoir de participer aux politiques financière et


opérationnelle d'une entreprise sans en détenir le contrôle. L'influence notable
est présumée lorsque la société dominante dispose d'au moins un cinquième
des droits de vote dans une entreprise (soit un pourcentage de contrôle au
moins égal à 20%).

Cas d'exclusion du périmètre de consolidation

  Exclusions obligatoires : une entreprise contrôlée doit être laissée en


dehors de la consolidation lorsque les actions ou les parts de la filiale sont
détenues, dès leur acquisition, uniquement en vue d'une cession ultérieure ou
lorsque des restrictions sévères et durables remettent en cause le contrôle
exercé ou les possibilités de transferts de trésorerie entre la filiale et les
autres sociétés du groupe (ex : filiale implantée dans un pays à haute
instabilité politique).
  Exclusion facultative : une entreprise contrôlée peut être laissée en
dehors de la consolidation lorsqu'elle n'a pas d'importance significative et
peut être exclue sans altérer l'image fidèle de l'ensemble consolidé.