Vous êtes sur la page 1sur 3

Chapitre 2.

L’évolution du SMI depuis le XIXème siècle

Avertissement : une dissertation chronologique n’est pas pertinente. Nous allons aborder le
cours de cette manière pour des raisons pratiques, pour des raisons de compréhension. Il
vaut mieux privilégier une dissertation thématique et éviter à tout prix la présentation
chronologique.

Rappels : On a mis en place un système de monnaie pour éviter le troc de biens. Au fur et à
mesure que les économies deviennent complexes, il est impossible de fonctionner avec ce
système. La monnaie, c’est faire le choix d’un bien parmi n biens

La monnaie a pris des formes différentes :


-on passe de marchandise aux métaux comme l’or, l’argent (car rare, inaltérable, infiniment
divisible, recherché pour d’autres motifs comme la décoration, bijoux).
-puis monnaie fiduciaire (fides : confiance) : billets, monnaie divisionnaire. On l'appelle
fiduciaire car sa valeur nominale est plus importante que sa valeur intrinsèque.
Historiquement, elle provient des lettres de change du Moyen-Age que l’on s’échangeait lors
des foires de commerce, Foires de Champagne (région) avec des villes comme Troyes, Laguy
Bar, Provins. Les marchands du nord de l’Europe, des Flandres, se retrouvaient pour vendre
du tissu, des tapisseries. On ne promenait pas des sacs d’or, c’était trop dangereux
(brigands). Donc les banquiers proposaient un papier qui attestait de la quantité que les
marchands possédaient dans leurs banques. On échangeait donc des certificats. Au fur et à
mesure, on a pris confiance en ces bouts de papier. Cet or et argent est tout de même resté
le fondement de nos billets jusqu’au 20e siècle. Jusqu’au 70’s, les billets restaient de simples
certificats qu’on pouvait échanger en or. Le danger si l’or et l’argent circulent de moins en
moins, est que les banques ont créé plus de billets qu’elles n’avaient d’or et d’argent. Plus de
masse fiduciaire que d’or, argent. De ce fait, Palmstruch un banquier suédois, a permis que
la masse de monnaie fiduciaire soit supérieure à la monnaie métallique vu que l’or est
épuisable. Il a prêté plus que ce dont il disposait en monnaie métallique.
-monnaie scripturale (scribere) : l’enregistrement par écrit dans les livres de compte des
banques. Elle est donc immatérielle. Attention : le chèque n’est pas de la monnaie
scripturale, ce n’est que l’ordre qu’on fait à notre banque pour passer de l’argent de notre
compte à un autre. De même manière la CB n’est qu’un moyen de faire passer un virement.

Est ce que ces formes correspondent à des périodes historiques ? Non les formes de
paiements ne dépendent pas des périodes historiques, aujourd’hui l’essentiel de la masse
monétaire est de la monnaie scripturale donc totalement dématérialisé même si la monnaie
fiduciaire est toujours en circulation. Au contraire, aujourd’hui la monnaie marchandise a
totalement disparu. Dans certaines régions ou les gens ont peu d’euros, sont pauvres, il
existe aujourd’hui des formes de trocs améliorées, ou on met en place des monnaies locales.

Après les formes il y a les fonctions de la monnaie qui doit permettre l’échange, c’est une
unité de compte car la monnaie permet de mesurer la valeur des biens et services, c’est aussi
une réserve de valeur. L’inflation est en mesure de détruire la fonction de réserve de valeur,
ces fonctions sont bien remplies tant qu’il y a une confiance dans la monnaie.

Comment crée-t-on de la monnaie ?

1
Si on parle de monnaie métallique (or, argent), la création de monnaie métallique est
fonction de découverte d’or et d’argent. Pour les dirigeants, on frappait la monnaie de son
profil (sceau) qui garantissait la quantité d’or et d’argent de cette pièce. Dès l’antiquité, on a
des exemples de grands argentiers qui étaient au service du roi comme Jacques Cœur. Mais
beaucoup ont compris qu’on pouvait trafiquer la monnaie et donc mettre en circulation plus
de monnaie que la quantité d’or.
La monnaie fiduciaire est fonction du stock d’or ou d’argent, mais le risque c’est que si l'on
crée plus de billets que d’encaisses d’or, alors il y a aura pénurie d’or.
La monnaie scripturale est fonction de la création des opérations de prêts, c’est-à-dire que
lorsqu’on fait un crédit, « les crédits font les dépôts ». Admettons qu’un client A dépose en
billets 1000 euros dans sa banque, cette banque peut de fait faire un prêt à un client B pour
un montant de 800, et ce client s’engage à rembourser cette somme. A ce moment là, la
banque possède une créance qui est matérialisée par un crédit. Le client B a fait un ordre de
virement de 800 vers la banque de la FNAC. Initialement on avait un dépôt de 1000, de fait
on a pu créer différents prêts qui seront strictement supérieurs au montant initial sous une
forme scripturale grâce aux prêts accordés aux différents clients des banques. La création de
crédit dépend du multiplicateur de crédit : 1/r ,où r est le taux de réserves obligatoires. Pour
freiner la création monétaire, il faut augmenter le taux de réserves obligatoires.

La structure de la masse monétaire : à partir d’un dépôt initial, la structure de la masse


monétaire est constituée largement de monnaie scripturale, puis de monnaie fiduciaire et de
l’or et l’argent. Tout repose sur une base étroite et fragile que représentent l’or et l’argent.
Le système monétaire international est l’ensemble des mécanismes et des institutions qui
ont pour fonction de permettre aux agents résidents dans des pays différents de faire des
paiements entre eux. Les fonctions du SMI ont pour but de :
-définir les moyens de paiements acceptés par tous
-doit être capable de préciser le régime de change (fixe ou flottant)
-doit définir les moyens de réserve pour soutenir la monnaie nationale
-doit aussi organiser le financement des déficits extérieurs et le rééquilibrage des balances
de paiement. Il y a clairement un lien étroit entre change et échange.

I) LE SMI AVANT 1914

A) Les principes de fonctionnement du Gold Standard System (GSS)

C’est l’occasion de voir les rouages, les vertus et les problèmes d’un système monétaire
fondé sur un système de monnaie marchandise. L’or ou l’argent sont ils une bonne
référence ?

 LES ORIGINES DU GSS

Jusqu’en 1914, ce GSS est spontané, car il n’y a pas eu de conférence internationale pour
organiser ce GSS qui est naturel et spontané. On parle d’un système car les nations se sont
mises à échanger de plus en plus entre elles, à cause des échanges interbranches qui sont de
plus en plus importants. Comme les échanges s’intensifient, la conversion de monnaie
s’intensifie elle aussi. Avant 1914, tous les pays se sont tournés vers un mono métallisme or,
c’est-à-dire que les billets avaient comme contre-partie de l’or.

2
 CARACTERISTIQUES

Les monnaies sont définies par rapport à l’or. Par exemple, 1£ valait 322 mg d’or.
La convertibilité des monnaies.
La frappe libre de l’or.
La libre circulation des monnaies et de l’or.
On pouvait dire qu’il y avait une double définition des devises qui sont le pair ( : le taux de
change officiel) que l’on peut connaître par comparaison des poids d’or, et le cours
commercial qui est le reflet de l’offre et de la demande de devise.

Vous aimerez peut-être aussi