Vous êtes sur la page 1sur 9

Le Réfléchi,

Gestion de l’Information en période de crise

TITRE DU PROJET

GESTION DE L’INFORMATION EN SITUATION DE


CRISE SANITAIRE.
CAS DU COVID-19 EN COTE D’IVOIRE

Présenté par
Le Réseau des Communicateurs de
L’Université Alassane Ouattara

Dr AZOBE Sylvie, Spécialiste en médias numériques


Dr YAO Kouakou Guillaume, Spécialiste en Relations Publiques
Dr KOFFI Yao Maurice, Communication et Développement
M. GBODJE Brice, Doctorant, Relation Client
M. BABA Coulibaly, Doctorant, Communication et Développement
M. KONE Lego Adam, Doctorant, Communication et Développement
Mlle COULIBALY Awa, Doctorant, Communication des Organisations Contacts :
Mail : gbodjiebrice@gmail.com
M. KOFFI Yao Cyrille, Doctorant, Linguistique
rcoulibalydiscodg@gmail.com

Reproduction et publication formellement interdites sans l’accord des auteurs.


Introduction

Le présent projet est un essai d’un groupe de doctorants de l’Université Alassane Ouattara
avec le soutien de docteurs en Sciences de la Communication.

Il vise à assurer l’équilibre informationnel afin de baisser considérablement la psychose créée par la
désinformation autour de la Pandémie du Corona Virus.

L’objectif principal, comme mentionné, c’est d’assurer une meilleure gestion de l’information autour
de la propagation de ce fléau avec le développement de l’hashtag #Com_Covid19

C’est un projet qui s’étend à toute la Côte d’Ivoire avec un accent sur la Ville d’Abidjan, épicentre de
la propagation du Virus. Les Ministères de la Communication, de la Santé ainsi que la Presse (RTI,
First Magazine, Abidjan.net) seront les principaux partenaires pour la mise en œuvre de l’activité.
Ces choix sont motivés par le fait que ces acteurs sont en ligne de mire dans la gestion de
l’information. Au niveau de la RTI, First Magazine et Abidjan.Net, notre motivation tient compte du
fait que ce sont les principaux supports communicationnels très suivis dans le traitement de
l’information liée au COVID-19.

Pour sa phase expérimentale, le projet de tiendra sur une période d’un (01) mois à compter du
Mercredi 22 Avril 2020 et ce, jusqu’au Jeudi 21 Mai 2020. Cependant, selon l’évolution de la
situation, il sera forcément prolongé.

Le présent projet comprend six (06) axes : Le Contexte Situationnel et la Justification de la mise en
œuvre de ce projet, l’identification des acteurs, la description du projet, le déroulement de l’action de
suivi et la budgétisation.
I – Contexte et Justification

Le COVID-19 est une maladie infectieuse provoquée par un nouveau virus (SARS-CoV-2)
qui n’avait encore jamais été identifié chez l’être humain. C’est une maladie respiratoire aiguë
caractérisée par des symptômes bénins parmi lesquels un mal de gorge, de la toux et de la fièvre.
L’atteinte peut être plus sévère chez certaines personnes et peut entraîner une pneumonie ou des
difficultés respiratoires. Le virus se transmet par les postillons projetés en toussant, en éternuant,
mais aussi en parlant ou en criant. Il se transmet aussi par le contact des mains avec des surfaces
infectées puis avec la bouche, le nez ou les yeux. Il n’existe pas encore de vaccin pour le prévenir.

Si en Afrique en général, 1 393 décès dus au COVID-19 a été atteinte sur 31 091 infectées
(statistiques du 27 Avril 2020), le cas spécifique de la Côte d’Ivoire nous interpelle. Selon le bilan
dressé par le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP), le pays compte 1150 cas
confirmés, 468 guéris et 14 décès (idem).

Pour lutter contre la propagation du virus, le gouvernement ivoirien a pris des dispositions.
En effet, le 24 Mars 2020, l’état d’urgence a été décrété. Cette mesure prévoit, entre autres, un
couvre-feu, un confinement progressif des populations par aires géographiques et la régulation des
transports interurbains, intercommunaux, intracommunaux et l’interdiction des déplacements entre
Abidjan et l’intérieur du pays.

Le Gouvernement de Côte d’Ivoire a échangé, le 19 Mars, avec la chambre des Rois et Chefs
traditionnels et les leaders religieux en les invitant à la fermeté dans l’application des mesures de
lutte décidées par le Conseil National de Sécurité. Ensuite, on assiste à une large diffusion des
messages de sensibilisation pour le respect des mesures de prévention dans les médias
gouvernementaux et les réseaux sociaux numériques. Enfin, des messages de sensibilisation dans
les langues locales sont également retransmis dans ces médias.

Malgré ces initiatives institutionnelles, le nombre de personnes contaminées par le COVID-19


s’accroît. La lutte contre ce fléau s’impose ; et ce, en raison de ses enjeux communicationnels,
économiques et sanitaires.
Au Niveau de la communication, il y a un besoin pressant d’information et d’éducation. D’ailleurs, la
forte morbidité et la forte mortalité de la maladie en un temps record et le matraquage médiatique qui
en résulte, suscitent beaucoup d’interrogations et de commentaires. De plus, les mesures de
prévention ont du mal à être appliquées par les populations. Enfin, certaines dispositions prises par
le gouvernement ont du mal à être acceptées par les populations.

Sur le plan économique, la propagation du virus impacte négativement tous les secteurs de
l’économie nationale (transport, finance, culture, agriculture, industrie, etc.) occasionnant ainsi la
mise au chômage de nombreux travailleurs du secteurs privé et informel. Selon les prévisions du
gouvernement ivoirien, le PIB de la Côte d’ivoire connaitra une baisse significative pour l’année 2020.

Une bonne gestion de l’information s’impose pour freiner la propagation de cette pandémie en Côte
d’Ivoire. Car, le système de santé aura du mal à prendre en charge les malades du COVID-19 si le
nombre de nouveaux cas augmente considérablement. En effet, le déficit de matériels (équipements
de protection, masques, gaz à oxygène, lits, etc.), l’insuffisance de structures de santé de référence
et le manque de personnels de santé. A ces difficultés, Il faut ajouter l’absence d’une industrie
pharmaceutique nationale de pointe. Ce qui complique l’accès de la Côte d’Ivoire aux médicaments
de traitement et aux matériels de protection à l’heure où la forte demande mondiale de ces produits
fait rage.

Fort de tout ce qui précède, la conception et l’exécution d’un projet de communication axé
sur la gestion de l’information s’impose. Des initiatives en appui à celles entreprises par les pouvoirs
publics sont fondamentales pour bouter hors de la Côte d’Ivoire la maladie à coronavirus. Puisque
dans cette situation de crise sanitaire, les populations sont soumises à une profusion de rumeurs,
d’intox ou encore de « fake news » qui entravent la bonne compréhension et l’application des
mesures édictées par les services officiels. Ce qui conduit à des actes d’incivismes.

Etant de jeunes engagés, à la fois, dans la vie professionnelle, académique et scientifique, nous
voudrions participer à « l’effort de guerre » en mettant au service des Ivoiriens et de l’humanité toutes
nos compétences et connaissances acquises, lors de notre formation, au Département des Sciences
du Langage et de la Communication de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké. C’est pour cette
raison que nous vous soumettons ce projet qui a pour titre : « Gestion de l’information en situation
de crise sanitaire : cas du coronavirus en Côte d’Ivoire »

II-Acteurs impliqués

Plusieurs acteurs sont impliqués dans la réalisation de cette campagne de communication. On peut
identifier les acteurs suivants :

-Partenaires : Ministère de la Santé et l’Hygiène Publique, Ministère de la Communication, Médecins,


First Magazine, Abidjan.net, RTI, etc.

-Bénéficiaires : L’ensemble de la population ivoirienne

-Financeurs : Ministère de la Santé et l’Hygiène Publique, Ministère de la Communication, Primature

III-Description du projet

Cette section de notre projet comprend cinq (05) axes : l’identification des objectifs, la
détermination des résultats, la description de la méthode de travail, les moyens pour la réalisation
des activités et le calendrier détaillé des activités.

1-Objectifs

En termes d’aide au développement

- Assurer une meilleure gestion de l’information autour de la propagation du Corona Virus ;

-Faciliter l’accès à l’information avec la possibilité d’une interactivité;

-Sensibiliser les populations sur l’importance de l’adoption des mesures barrières ;

-Rassurer les populations;


-Mobiliser les populations pour un soutien à l’action communicationnelle.

En termes d’éducation

-Savoir traiter l’information (Faire la distinction entre les Fakes et les vraies informations) ;
-Amener les populations à dénoncer toutes informations susceptibles d’être une Fake-News ;
-Adopter les mesures préventives.

2-Résultats attendus

-Freiner considérablement la propagation du Virus ;

-Adopter les mesures préventives ;

-Faire de l’accès à l’information (la vraie) une réalité ;

-Annihiler la psychose ou la peur dans l’esprit des populations.

3-Contenu de l’activité

Notre projet va s’étendre sur une période d’un (01) mois. Phase d’essai et va s’articuler autour des
actions suivantes : La mise en place d’une équipe de pilotage, la formation en termes de gestion de
l’information du comité directeur (équipe de pilotage), le recrutement et la formation de bénévoles, la
création et la gestion de l’information via les supports digitaux, les visites à domiciles pour les
sensibilisations de proximité, les rencontres avec les leaders des associations.
Le Comité de pilotage et de suivi : Il est chargé d’établir un organigramme et affecté des
responsabilités à chaque acteur, selon sa compétence (formation) ou selon la capacité de l’individu
à assurer une tâche. Le comité de pilotage, logiquement supervisé par un acteur du comité de
réflexion va se charger du recrutement de volontaires afin d’aider à véhiculer le message aux
populations. Le comité de pilotage aura également pour mission de s’assurer de l’effectivité des
actions sur le terrain et veillera à mettre à la disposition des autres membres au rapport détaillé des
activités journalières.
Au niveau de la veille informationnelle : Il s’agit d’assurer une veille afin de récolter toutes les
informations considérées comme des Fakes. Aussi, les membres de cette section sont amenés à
chercher les véritables informations qui permettront aux populations d’être bien informées. Ce qui
participera pleinement à réduire la psychose.

Au niveau des supports digitaux : Gérer les informations sur la page Facebook ou le WhatsApp.
Informer davantage les populations sur les détails autour des mesures préventives et aussi des
informations susceptibles d’être identifiées comme fausse.

Au niveau des bénévoles : Aider à la sensibilisation de proximité sur les mesures préventives mais
aussi et surtout sur la qualité de l’information.

Au niveau des visites à domiciles et rencontres avec les associations : Constituer un appui à
l’activité des bénévoles. Il s’agit surtout de rassurer les populations sur les différentes informations
autour de la gestion de la crise sanitaire. Mettre l’accent sur la qualité de l’information, partager la
bonne information (la vraie).

NB : Au niveau des visites, elles se font en collaboration (conjointement) avec les personnes du corps
médical qui à leur tour, feront de dépistages pendant que la communication et la sensibilisation se
déroulent.

4-Les moyens

Potentiel humain : Equipe de pilotage, Superviseurs, Bénévoles, Community Manager, Journalistes.

Potentiel technique : Téléphones, Ordinateurs, Appareils Photo / Caméra, Tee-shirts, Connexion


Internet, Casquettes, Véhicules de sensibilisation, Disque dur, etc.

Accessoires de travail : Cache-nez, blouse médical, Tee-Shirt, Casquettes, Gants, Gel


Hydoalcolique,Savon, etc.
5-Calendrier
Période Actions
Du 22 Avril au 27 Avril 2020 -Mise en place du comité de pilotage
-Recrutement des bénévoles

-Veille informationnelle

-Création de plateforme digitale (Page Facebook,

Groupe WhatsApp)
-Conférence de presse pour la présentation du projet
Du 28 Avril au 16 Mai 020 -Formation des bénévoles

-Veille informationnelle

-Conception de messages publicitaires

-Echange avec les population et autorités

-Campagne de sensibilisation
Du 17er au 22 Mai 2020 Evaluation des résultats du projet

IV- Suivi

Le suivi de ce présent projet doit être exécuté par les ministères de la communication, les ministères
de la santé et la cellule de gestion de la crise sanitaire du covid-19. Les moyens et indicateurs
concernant le suivi sont mentionnés dans le tableau ci-dessous :
Moyens Indicateurs
Veille informationnelle Nombre de Fake News démenti/jour

Supports digitaux Création et animation des comptes ( facebook,


whatsApp, Youtube)
Bénévoles Présence des agents sensibilisateurs sur le
terrain
Visites à domiciles et rencontres avec les Nombre de visites effectuées/ Jour
associations

✓ Après l’éradication de la pandémie, la pérennité du projet se doit être assurée par les agents
de santé des centres de santé sur toute l’étendue du territoire au cours d’une période de 3
mois.

V- Budget du Projet

(Non défini)

Conclusion

Au vu de l’urgence liée à la propagation du virus et de la « négligence » des populations.


Ajouté à cela la désinformation qui entretien la propagation de ce Virus en Côte d’Ivoire, il y a
nécessité de repenser la gestion de l’information. Cette activité est un essai de solution afin de lutter
surtout contre les réseaux de « Fake-News » qui, au fil des jours ne cessent de perturber la quiétude
des populations.