Vous êtes sur la page 1sur 3

Radiologie

4 - la scanographie
Plan du document:
  I. Introduction
  II. Principes de la scanographie
  1. Emission des rayons
  2. Acquisition des données
  3. Visualisation
  III. Qualité de l’image
  1. La résolution spatiale
  2. La résolution en densité
  3. Dose administrée au patient
  IV. Technique d’examen
  V. Exploration scanographique du massif facial
  1. Coupe axiale
  2. Coupe coronale ou coupe verticale
  VI. Indication de la scanographie
  VII. Résultats
I Introduction
La scanographie, c’est la plus ancienne des imageries récentes, inventée dans les années 70 en
Grande Bretagne (prix Nobel 1970 Hoonsffield).Le scanner ou examen tomodensitométrique
tout comme la Radiographie classique fait appel aux rayons X.
La scanographie réalise une autopsie de l’être vivant en le découpant en tranches. Cette
technique sophistiquée a révolutionnée les possibilités médicales en matière d’imagerie, car
elle donne des coupes du corps humain très fidèles et distantes les unes des autres de 1 mm à 1
cm. L’image obtenue par le scanner est numérisée point par point.

II Principes de la scanographie
II.A
Emission des rayons
.
A partir d’un émetteur à RX classique (tube Coolidge), les rayons sont émis autour du
malade dans un plan transversal.

II.B
Acquisition des données
.
Le récepteur n’est pas un film radiologique, il est constitué de capteurs électroniques
reliés à un ordinateur, ces détecteurs captent les différents niveaux d’absorption de ces
rayons par les divers tissus.

II.C
Visualisation
.
Après transformation des valeurs numériques en valeurs analogiques, un ordinateur
synthétise une image à l’aide de ces mesures, on obtient une vue détaillée de la coupe à
examiner, cette coupe peut être bi ou tridimensionnelle.
En effet au lieu de répartir sur un film, le scanner mesure l’absorption et la projette sur
un récepteur fait d’un ensemble de détecteurs de Rx, ces récepteurs sont capables de
transformer le signal reçu en signal électrique par un traitement par ordinateur. Le
radiologue peut donc directement analyser l’image.

III Qualité de l’image


En scanographie, 3 facteurs importants sont inter dépendant:
   • *La résolution spatiale ;
   • *La résolution de densité ;
   • *La dose administrée au patient.

III.A
La résolution spatiale
.
Elle traduit la capacité de détecter des éléments de petites tailles, la résolution spatiale
dépend de l’épaisseur de coupe, si celle-ci est trop épaisse, la densité d’un élément
sera noyée, donc moins bien visible.

III.B
La résolution en densité
.
Elle correspond à la capacité de distinguer deux éléments de densités voisines.

III.C
Dose administrée au patient
.
L’épaisseur de coupe dans la résolution spatiale et la résolution en densité sont
directement dépendantes de la dose d’irradiations administrée au patient.
En pratique il faut trouver un compromis satisfaisant entre ces trois paramètres, de
manière à obtenir une image performante et de qualité pour un examen déterminé.

IV Technique d’examen
C’est un examen rendu légèrement désagréable par la position allongée sur un plan dur (20 à
60 minutes) et l’obligation d’avoir à rentrer dans l’appareil peut déplaire, une personne
anxieuse bénéficiera pleinement de la prise d’un calmant une heure avant l’examen.

V Exploration scanographique du massif facial


V.A.Coupe axiale
Horizontale, parallèle à la crête alvéolaire et perpendiculaire à l’axe du corps: patient en
décubitus, avec un plan parallèle au plan 0M, cette orientation est celle du plan neuro
oculaire en coupe qui intéresse le cristallin, le nerf optique et le canai optique.

V.B
Coupe coronale ou coupe verticale
.
Perpendiculaire à la crête alvéolaire et parallèle à l’axe du corps : donne des
informations très précises lors de l’exploration du massif facial.

VI Indication de la scanographie
   • Dans le cas de traumatisme, elle objective avec r récision les fractures, les lésions des tissus
mous (contusion et hématomes) et la présence éventuelle de corps étrangers ;
   • En Pathologie tumorale et inflammatoire, le scanner donne une grande précision du siège et
de l’étendue du processus.
   • Dans le cas de mal formations elle évalue avec précision les lésions ;
   • Exploration du cerveau pour distinguer: -hématomes, -ramollissements, - hypertension intra
crânienne, -tumeurs, -dégénérescences, etc.
En Stomatologie elle permet:
   • Etude de l’ATM ;
   • Pathologie bucco dentaire (kystes sinusiens) ;
   • En implantologie, elle est indispensable pour évaluer les rapports des racines avec le canal
dentaire inférieur, avant la mise en place de l’implant, le scanner peut être utilisé en Pré Per et
Post opératoire.

VII Résultats
La scanographie permet l’étude complète des deux étages du massif facial (moyen et inférieur)
à savoir:
   • Les régions orbitaires ;
   • Les fosses nasales ;
   • Les sinus maxillaires ;
   • L’étage inférieur bucco pharyngé ;
   • La région ptérygo maxillaire ;
   • Les espaces sous parotidiens antérieur et postérieur ;
   • La région parotidienne ;
   • Les muscles masticateurs ;
   • La mandibule.