Vous êtes sur la page 1sur 66

Le Cloud Computing est-il une

solution d’avenir pour


l’entreprise ?

Mémoire de recherche de fin d’étude


La virtualisation, la dématérialisation, l’informatique dans les « nuages », sont des
concepts récents qui font beaucoup de bruit dans le monde IT. L’implémentation de ces
nouveaux systèmes de gestion au sein d’un SI ont-ils leurs places dans l’informatique
de demain ?

Soutenance  le  02  Avril  2012,  présidée  par  Mr  Neveu  

Promotion SRS 2011 – 2012 Clément Helier


Bastien Morlon
REMERCIEMENT  .............................................................................................................................................  3  

GLOSSAIRE  .....................................................................................................................................................  4  

INTRODUCTION  ..............................................................................................................................................  5  

1.   ORIGINES  ET  HISTORIQUE  DU  «  CLOUD  COMPUTING  »  ...........................................................................................  7  


1.1.   Concepts  et  technologies  à  l’origine  du  «  Cloud  Computing  »  ............................................................  7  
1.1.1.   Le  concept  d’«informatique  utilitaire  »  ........................................................................................................  7  
1.1.2.   Le  concept  de  «  grille  informatique  »  ...........................................................................................................  9  
1.1.3.   Le  concept  de  «  ferme  de  serveurs  »  ............................................................................................................  9  
1.1.4.   Les  fournisseurs  de  services  d’application  ..................................................................................................  11  
1.1.5.   La  virtualisation  ...........................................................................................................................................  12  

1.2.   Apparition  du  «  Cloud  Computing  »  et  origine  du  terme  ..................................................................  14  
2.   DEFINITIONS  ET  CARACTERISTIQUES  DU  «  CLOUD  COMPUTING  »  ............................................................................  15  
2.1.   Les  définitions  du  «  Cloud  Computing  »  ............................................................................................  16  
2.2.   Les  caractéristiques  du  «  Cloud  Computing  »  ...................................................................................  17  
2.2.1.   Libre-­‐service  à  la  demande  .........................................................................................................................  17  
2.2.2.   Accès  étendu  au  réseau,  ubiquité  ...............................................................................................................  18  
2.2.3.   Mise  en  commun  des  ressources  et  multi-­‐tenant  ......................................................................................  18  
2.2.4.   Scalabilité,  élasticité  rapide  et  paiement  à  la  consommation  ....................................................................  19  
2.2.5.   Service  mesuré  ............................................................................................................................................  21  
3.   DESCRIPTION  DETAILLEE  DU  MODELE  «  CLOUD  COMPUTING  »  ...............................................................................  22  
3.1.   Les  différentes  couches  du  «  Cloud  Computing  »  ..............................................................................  22  
3.1.1.    Le  Cloud  infrastructure  –  IaaS  -­‐  Infrastructure  as  a  Service  ...........................................................................  23  
3.1.2    Le  Cloud  plate-­‐forme  –  PaaS  –  Platform  as  a  Service  ......................................................................................  24  
3.1.3.    Le  Cloud  application  –  SaaS  –  Software  as  a  Service  ......................................................................................  25  

3.2.   Les  modèles  de  déploiement  du  «  Cloud  Computing  »  .....................................................................  26  
3.2.1.   Le  Cloud  privé  .............................................................................................................................................  26  
3.2.2.   Le  Cloud  communautaire  ............................................................................................................................  28  
3.2.3.   Le  Cloud  public  ............................................................................................................................................  28  
3.2.4.   Le  Cloud  hybride  .........................................................................................................................................  28  

PARTIE  II  –  CE  QUE  LE  CLOUD  PEUT  NOUS  APPORTER  ...................................................................................  30  

1.   POURQUOI  ENVISAGER  LA  TRANSITION  ?  ............................................................................................................  30  


1.1.   Les  avantages  du  Cloud  Computing  selon  le  manifeste  Open  Cloud  .................................................  30  
1.2.   Les  inconvénients  du  Cloud  Computing  selon  le  manifeste  Open  Cloud  ...........................................  32  
2.   COMMENT  SE  PREPARER  A  CE  VIRAGE  TECHNOLOGIQUE  ?  ......................................................................................  33  
3.   LES  FREINS  DU  CLOUD  COMPUTING  ...................................................................................................................  33  
4.   LA  SECURITE  DANS  LE  CLOUD  COMPUTING  .........................................................................................................  35  
4.1.   La  sécurité  physique  de  l’exploitation  ...............................................................................................  35  
4.2.   Quel  niveau  de  sécurité  ?  ..................................................................................................................  36  

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   1    


5.   ASPECT  ECONOMIQUE  ....................................................................................................................................  37  
5.1.   Une  économie  d’échelle  ....................................................................................................................  37  
5.2.   La  segmentation  ...............................................................................................................................  39  
5.3.   Les  offres  des  principaux  acteurs  du  marché  ....................................................................................  40  
5.4.   La  tarification  de  SalesForce.com  .....................................................................................................  41  
5.5.   Exemples  de  tarifications  d’infrastructures  Cloud  tiers  .....................................................................  41  
6.   ASPECT  ECOLOGIQUE  .....................................................................................................................................  42  

PARTIE  III  –  ETUDE  ET  ANALYSE  DE  TERRAIN  .................................................................................................  45  

1.   SONDAGE  ET  QUESTIONNAIRE  ..........................................................................................................................  45  


2.   DES  ENTREPRISES  AYANT  FAIT  LE  CHOIX  DU  CLOUD  COMPUTING  .............................................................................  49  
2.1.   Eden  Park  :  le  choix  Microsoft  ...........................................................................................................  49  
2.2.   Haagen-­‐dazs  :  Le  choix  Saleforce  ......................................................................................................  51  
3.   DES  ENTREPRISES  EN  PHASE  D’ETUDE  .................................................................................................................  53  
3.1.   Ageas  France  .....................................................................................................................................  53  

PARTIE  IV  –  ETUDE  DE  DEUX  SOLUTIONS  D'EDITEUR  .....................................................................................  55  

1.   LE  CLOUD  DE  VMWARE  .................................................................................................................................  55  


1.1.   L’infrastructure  selon  VMware  .........................................................................................................  55  
1.2.   Les  offres  de  PaaS  .............................................................................................................................  56  
1.3.   Les  Services  à  la  demande.  ................................................................................................................  57  
2.   MICROSOFT  ET  SON  OFFRE  AU  NUAGE  ...............................................................................................................  57  
2.1.   Les  Services  (SaaS)  ............................................................................................................................  58  
2.2.   La  Plate-­‐forme  Microsoft  (PaaS)  .......................................................................................................  59  
2.3.   L’IaaS  et  Cloud  privé  ..........................................................................................................................  60  

CONCLUSION  ................................................................................................................................................  61  

ANNEXE   .......................................................................................................................................................  62  

BIBLIOGRAPHIE  ............................................................................................................................................  63  

TABLES  DES  ILLUSTRATIONS  .........................................................................................................................  65  

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   2    


Remerciement

Nous tenons à remercier Monsieur Nicolas Neveu, notre professeur et tuteur tout au long de
notre mémoire, pour son encadrement et pour les conseils qu’il a pu nous fournir.

Nous remercions Monsieur Alain Egee, partenaire de la société VMware pour son soutien et
les encouragements qu’il nous a prodigués. Nous lui sommes reconnaissants pour sa
disponibilité et pour la qualité de ses remarques qui ont été essentielles à la réalisation de ce
mémoire.

Nous remercions également nos tuteurs professionnels respectifs de nous avoir guidés dans
l’évolution de nos travaux et pour leurs précieux conseils.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   3    


Glossaire

Abréviation Définition  
API   Application  Programming  Interface  
ASP      Application  Service  Provider  
BP     Business  Process  
CPU      Central  Processing  Unit  
DPM   Distributed  Power  Management  
DRS   Distributed  Resource  Scheduler  
DSI      Directeur  des  systèmes  d'information  ou  Direction  des  systèmes  d'information    
EC2      Elastic  Compute  Cloud  (Amazon)  
ETI      entreprises  de  taille  intermédiaire  
FT   Fault  Tolerance  
HA      «  high  availability  »  :  Haute  disponibilité  
HaaS      Hardware  as  a  Service  
HP      Hewlett  Packard  
I/O   Entrée/sortie  
IaaS      Infrastructure  as  a  Service  
IBM      International  Business  Machines  Corporation  
PaaS      Platform  as  a  Service  
PME      Petite  et  moyenne  entreprise  
RIA      Rich  Internet  Application  
ROI      Retour  sur  Investissement  
SaaS      Software  as  a  Service  
SAN      Storage  Area  Network  
SDK   Software  Development  Kit  
SLA      Service-­‐Level  Agreements  
TPE      Très  petite  entreprise  
VM      Virtual  machine  :  machine  virtuelle  
VPC      Virtual  Private  Cloud  
VPN      Virtual  Private  Network  
XaaS   Informatique  comme  un  service  

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   4    


Introduction

Le « Cloud Computing », traduit de l’anglais « informatique dans les nuages », n’est


pas une nouvelle technologie en soi, mais une nouvelle approche de l’informatique,
comprenant un certain nombre d’idées difficiles à appréhender. En février 2011, la société
IPSOS 1 en partenariat avec Microsoft a interrogé différentes entreprises à ce sujet. Le
constat : 82% des TPE-PME ne pouvaient pas définir précisément ce qu’est le concept du
Cloud Computing, alors que 52% d’entre elles utilisaient déjà une solution de type Cloud.
De manière générale, on peut assimiler le « Cloud Computing » à un regroupement de
ressources informatiques exploitées, à distance et à la demande, par de nombreux clients
externes, sous forme de services à la consommation. Les traitements informatiques ne sont
donc plus réalisés sur le poste utilisateur ou sur un serveur interne mais déportés dans un
centre de données virtuelles maintenues par le prestataire de service Cloud. L’objectif étant
de réduire la complexité de l’informatique.

Illustration 1 : Le concept du Cloud

Ce concept informatique est aussi la réponse au besoin croissant des entreprises de réduire
leur coût tout en ayant accès à une large offre de services allant du hardware au software.
Ces entreprises recherchent également à rentabiliser leurs investissements et à se
concentrer au maximum sur leur cœur de métier. La majorité des investissements
informatiques sont aujourd’hui consacrés à la maintenance, laissant peu de place à
l’innovation.
Pourquoi une exploitation agricole ou une simple PME en général devrait-elle s’équiper de
matériel informatique et gérer un système d’information pour un simple besoin de stockage,

1
Ipsos est un institut de sondage français et une société internationale de marketing d’opinion. Source disponible

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   5    


de messagerie et d’applications spécifiques à son activité ? Face à ces entreprises fatiguées
de « faire de l’informatique » et face à des utilisateurs exigeants des temps de réponse de
plus en plus courts, le Cloud Computing pourrait être la solution tant attendue.
Selon une étude menée en 2011 par Brocade 2 , près de la moitié des entreprises
européennes ont déjà eu recourt au Cloud Computing, et 31% prévoient de migrer vers ce
modèle informatique distribué, dans les 12 mois. Selon Gartner3, en 2012 les dépenses liées
au Cloud devraient représenter 10% des investissements informatiques et passerait de 68
milliards en 2010 à 150 milliards en 2014. Le marché est en plein essor. Le Cloud
Computing se place comme la plate-forme informatique de prochaine génération.

C’est pour ces diverses raisons qu’il nous a semblé important de comprendre ce
nouveau concept, ce qu’il va pouvoir apporter à l’informatique d’aujourd’hui et de demain,
mais aussi la place qu’il occupera au sein de l’entreprise.
Est-ce une réelle solution d’avenir pour l’entreprise ?

Local  Markets Regional  markets Global  markets Flexibilité


Silo  organization Matrix  orgnization Network  organization
Production-­‐oriented Client-­‐oriented Reactivity-­‐oriented
Automatisation
1960 MAINFRAME 1980   Client/serveur 2000 Cloud 2020
Normalisation
Centralized  applications Composite  applications
Packaged  applications
Buziness-­‐unit  level Ecosystem  level
Entreprise  level
Hardware Services Virtualisation

Figure 1 : Les trois principales vagues de l'informatique (source : Orange Business Services)

Ce mémoire sera constitué de 4 parties. La première partie présentera ce qu’est le


« Cloud Computing », de sa genèse, jusqu’au détail des caractéristiques qui font du Cloud
ce qu’il est. La deuxième partie analysera ce que le « Cloud Computing » peut apporter, au
travers de ses bénéfices et ses dangers. La troisième partie sondera, à partir d’un
questionnaire, la vision d’entreprises ayant fait le choix du Cloud ainsi que d’entreprises en
phase d’étude. Enfin, la quatrième partie se focalisera sur la présentation de deux solutions
éditeurs.

2
Brocade est une société américaine qui conçoit et réalise depuis 1995 des systèmes de communication pour les
réseaux SAN et FAN.
Source : extrait de presse artesi-idf 'Les entreprises européennes se tournent vers le Cloud Computing pour être
plus souples, pas seulement pour réduire leurs coûtes'
3
Gartner est une entreprise de consulting et de conseil américaine dans le domaine des techniques avancées.
Source : 'Gartner says worldwide cloud services market to surpass $68 billion in 2010'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   6    


Partie I – Qu’est-ce que le Cloud Computing

Finalement, qu’est-ce que le Cloud Computing ?

Dans cette partie, nous allons détailler les concepts à l’origine du Cloud Computing, et
retracer l’apparition de cette notion dans le monde informatique. Ensuite nous définirons ce
qu’est le Cloud Computing et les caractéristiques qui en font un concept à part entière. Enfin,
nous présenterons les différentes couches du Cloud Computing et les modèles de
déploiement existants aujourd’hui.

1. Origines et historique du « Cloud Computing »

1.1. Concepts et technologies à l’origine du « Cloud Computing »

Le Cloud Computing est la réunion de différents concepts informatiques, étudiés et


développés depuis les années 60, associés à certaines technologies, récemment
accessibles financièrement et matures techniquement. Dans les sous-sections suivantes
nous allons détailler 5 concepts et technologies qui nous semblent être fondamentaux pour
comprendre l’histoire du Cloud Computing.

1.1.1. Le concept d’«informatique utilitaire »

L’« Utility Computing » ou « Calcul On-Demand » désigne le principe de location


des ressources informatiques (historiquement la puissance de calcul des
machines), que l’on facture à l’usage, à la manière de l’électricité ou du gaz
aujourd’hui4. Ce concept a l’avantage d’avoir un coût d’investissement initial très faible pour
un accès immédiat aux ressources informatiques.

L’Utility Computing est un concept déjà ancien qui apparait souvent au cours de l’histoire de
l’informatique, et dont l’une des premières références est un discours de John McCarthy lors
d’une conférence au centenaire du MIT5. Dès 1961, celui-ci explique que « l’informatique
pourrait un jour être organisée comme un service public tout comme le téléphone est un
service public. L’informatique utilitaire pourrait devenir la base d’une industrie nouvelle et
importante.»6. L’idée de l’informatique comme un service est née.

4
L’utility Computing est un modèle informatique qui présente l’avantage d’avoir de faible coût. Il se présente sous
la forme de package ressemblant les services, le stockage, le calcul.
Source : Définition Wikipédia Utility Computing
5
Institut de technologie du Massachusetts : 'Massachusetts Institute of Technology'
6
Source : extrait de presse ‘Utility (Cloud) Computing..Flashback to 1961 Prof. John McCarthy’

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   7    


Une des entreprises pionnières dans la mise en place concrète de l’« Utility
Computing » après l’éclatement de la bulle internet, fut IBM en 2002 avec
son« E-business On-Demand »7 8. Le constructeur jugea qu’il fallait répondre aux exigences
croissantes des entreprises, que ce soit en termes de performances ou en termes
d’adaptation à un environnement extrêmement changeant. Grâce au développement
considérable des réseaux et avec l’avènement des standards informatiques et de la
virtualisation, l’Utility Computing, avec la notion de « On-Demand », devient possible et
accessible aux TPE/PME. L’idée d’une informatique comme un « service de base » vital
dans un monde connecté 24 heures sur 24, commence à se développer.

Cette même année, d’autres sociétés, dont HP 9 , investissent dans le concept d’Utility
Computing et proposent leur propre solution. Mais dans son article « Utility Computing :
peut-on tout externaliser ? » d’Août 2002, paru dans le Journal Du Net10, Nicolas Six montre
bien l’avance d’IBM dans le domaine : « La méthode [d’IBM] est tout autre. […] la facture
[contient] un taux variable pour l'usage des mainframes, l'hébergement du web, la quantité
de stockage utilisée, le temps de hotline comptabilisé, et surtout le nombre d'heures de
calculs mobilisées sur les processeurs d'IBM. Le client paye réellement ce qu'il consomme.
[…] Aucune entreprise n'a opté pour une externalisation complète, et la plupart des marchés
remportés concernent seulement l'un des trois pôles majeurs d'une infrastructure : le
stockage, la gestion du réseau et la gestion des ordinateurs. IBM est le seul à maîtriser les
trois ».
Peu après, d’autres acteurs, comme Microsoft11ou Amazon12 ont investi dans le concept et
lancé leur propre solution.

Ce concept informatique imaginé par John McCarthy est devenu le fondement de la


transition vers l’informatique « On-Demand » et l’informatique « as a Service ». C’est un
modèle économique qui est à la base des projets d’externalisation des solutions
informatiques, du Grid Computing, des fermes de serveur et bien sûr du Cloud Computing.

7
Source : IBM Global Services, 'e-business on demand : le nouveau modèle informatique.pdf'
8
Source : extrait de presse, Cnet News, 'IBM talks up "computing in demand" '
9
Extrait de presse : HP : 'HP Utility Data Center'
10
Source : extrait de presse, Journal Du Net, ‘Utility Computing, peut-on tout externaliser’
11
Extrait de presse : 'Microsoft experiments with utility computing'
12
Source : Amazon Web Services : 'Amazon : Utility computing power broker'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   8    


1.1.2. Le concept de « grille informatique »

Le concept de « Grille informatique » ou


« Grid Computing » est apparu en 1997 lors d’un
séminaire au laboratoire national d’Argonne, intitulé
« Building a Computational Grid ». Puis en 1998, Ian
Foster et Carl Kesselman, les 2 personnes à l’origine
de ce séminaire, ont publié « The Grid : Blueprint for
a New Computing Infrastructure ». Ce livre, référence
dans le domaine, est souvent surnommé « The Grid
Bible »13. Figure 2 : la logique du Grid Computing

Le terme de « Grid » se réfère au réseau électrique « Power Grid », où l’utilisateur se


branche au réseau et paye ce qu’il consomme sans se soucier d’où vient le courant.

Le Grid Computing est une technique de calcul consistant à partager les ressources de tout
élément informatique permettant l’exécution d’une tâche ou le stockage d’une donnée
numérique. Les ressources informatiques de cette infrastructure virtuelle, reliées de façon
logique, sont délocalisées et autonomes. Cette technique, qui tire partie du temps de non-
utilisation des processeurs, permet de résoudre des problèmes que l’utilisation d’un super-
ordinateur ne pourrait pas solutionner dans un temps réaliste. La figure 2 ci-dessus résume
bien la philosophie du Grid Computing.
Le Grid Computing doit en outre fournir un niveau de service adapté aux besoins du client,
comme le temps de réponse, le débit, la disponibilité, ou encore la sécurité. Il doit également
gérer les questions de droit d’accès et de paiement. Il s’inspire grandement du concept
d’Utility Computing.

Notons que le concept de grille informatique est bien différent du « Cluster »


informatique, qui fait fonctionner un ensemble de machines similaires dans un même lieu.
C’est cette technique de « Clustering » et le concept ferme de serveurs que nous allons
définir maintenant.

1.1.3. Le concept de « ferme de serveurs »

Les fermes de serveurs sont apparues au début des années 2000, lors de
l’éclatement de la bulle internet pour répondre au besoin de « Haute Disponibilité »
nécessaire à la plupart des services accessibles via le web.

13
Source : 'Grid computing's ancestors'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   9    


Ces « fermes » hébergent jusqu’à plusieurs centaines de serveurs montés en « Cluster14 ».
Le « Clustering » est une technique qui consiste à regrouper plusieurs serveurs (ou
« nœuds ») indépendants afin de dépasser les limitations d’une machine unique. Les
différents nœuds mis en réseau ensemble vont apparaître comme une seule machine ayant
plus de capacités (plus de puissance, de mémoire, de stockage.

On trouve beaucoup d’avantages dans ces fermes de serveurs et dans ce système


de Clustering. Cette technique permet de garantir la « Haute Disponibilité », d’augmenter la
« scalabilité » et donc mieux gérer la montée en charge, et de garantir une bonne qualité de
service. De plus ces fermes de serveurs sont très élastiques, grâce la possibilité
d’augmenter la taille du Cluster en fonction de ses besoins en puissance de calcul, mémoire
ou stockage, simplement en ajoutant des machines.
Ces capacités de « Clustering » sont réalisées grâce à ce système de nœuds multiples, et
l’utilisateur a la garantie de ne jamais perdre complètement l’accès au service qu’il est en
train de consommer grâce à certains mécanismes :

- La redondance qu’elle soit hardware ou software


- La reprise sur panne (« Fail Over »)
- La répartition de charges entre nœud (« Load Balancing »)

Figure 3 : Représentation schématique d'un cluster de serveurs hébergeant un site web

La répartition de charge est une technique qui permet de distribuer le travail entre les
différents serveurs mis en Cluster. C’est cette technique qui va permettre de diminuer le
temps de réponse et d’augmenter la disponibilité et la scalabilité du serveur.
Les informations relatives à la disponibilité des serveurs sont envoyées à un serveur maître
chargé de distribuer les tâches entre les machines du Cluster. Celui-ci choisira, selon un
algorithme prédéfini, vers quel nœud du Cluster il distribuera la tâche.

14
Source : Définition Wikipédia Grappe de serveurs

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   10    


Nous retiendrons quatre algorithmes principaux :

- Le « Round Robin » : qui répartit la charge de manière séquentielle sur les serveurs
- Le « Weight Round Robin » : qui répartit la charge en fonction de la puissance de la
machine.
- Le « Least Connections » : qui répartit la charge vers le nœud du Cluster ayant le moins
de connexions.
- Le « Faster Response Time » : qui calcule le temps de réponse de chaque serveur et
distribue le travail vers le serveur qui répond le plus rapidement.

L’éclatement de la bulle internet vers la fin des années 1990, début des années 2000, a
permis pour la première fois de mettre des services à disposition du monde entier, et
l'équilibrage de charge a permis à ces services de supporter de manière sûre, fiable et
rapide des demandes provenant de plusieurs millions d'utilisateurs. Google utiliserait une
ferme de plus de 10 000 serveurs rien que pour son moteur de recherche.15.

Les fermes de serveurs permettent encore de nos jours, d’héberger de façon très fiable, des
services nécessitant une très haute disponibilité (en général des services accessibles via
internet). De plus, il est financièrement avantageux d’investir dans plusieurs petits serveurs
que l’on agrège, plutôt que d’acheter un gros serveur multiprocesseur très coûteux. Le
principal défaut du Clustering est qu’il est nécessaire que les applications soient
développées spécifiquement pour pouvoir fonctionner en cluster.

1.1.4. Les fournisseurs de services d’application

Les fournisseurs de services d’application, ou ASP (« Application Service Provider »)


ont aussi leur importance dans l’origine du « Cloud Computing ». Ce modèle d’affaire est
apparu lui aussi au début de l’éclatement de la bulle internet.
Un ASP est une société qui propose des logiciels à ses clients au travers d’internet. Le
fournisseur loue des applications métiers en ligne, via des interfaces web et le client devient
consommateur. Il n’a plus à se soucier des problématiques souvent lourdes et coûteuses
liées à l’installation, au déploiement, à la configuration, à la maintenance ou à la sauvegarde
de l’application. Il suffit juste de disposer d’un poste utilisateur et d’un accès web. L’ASP
s’inspire beaucoup du concept d’ « Utility Computing » décrits précédemment.

Pour bien comprendre l’ASP, il est important de pointer ses différences avec la couche
« Software as a Service » (SaaS) du Cloud Computing, que nous présenterons de manière

15
Source : Google Infrastructure

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   11    


plus détaillée dans la section « 3.1.3. Le Cloud Application – SaaS – Software as a
Service ».
L’ASP traditionnel se limite à la fourniture d’applications, en mode hébergé, et repose
financièrement sur un système de licence logicielle (une instance logicielle par utilisateur).
Cela signifie que chaque nouveau client doit attendre que son fournisseur installe la nouvelle
instance créée spécialement pour lui. Les coûts et les délais de déploiement sont élevés.
Le SaaS quant à lui désigne une application modulaire comprenant des outils et des
personnalisations pour répondre aux besoins du client. Les solutions SaaS sont nativement
développées sur des architectures mutualisées, utilisant une seule instance logicielle
partagée entre tous les utilisateurs de la solution. Une application est utilisée par plusieurs
personnes, les coûts de maintenance et de mise à jour sont réduits. Financièrement, le SaaS
fonctionne sur une logique de paiement à la consommation.

1.1.5. La virtualisation

La virtualisation est « l’ensemble des techniques matérielles et/ou logicielles qui


permettent de faire fonctionner sur une seule machine plusieurs systèmes d’exploitation
et/ou plusieurs applications, séparément les uns des autres, comme s’ils fonctionnaient sur
des machines physiques distinctes »16. Cette technologie est très importante dans le Cloud
Computing et confère beaucoup d’avantages.
Elle permet une gestion simplifiée, optimisée et mutualisée des ressources matérielles, ainsi
qu’une grande élasticité de l’infrastructure grâce à une vue logique plutôt que physique. En
effet, il n’est pas rare en entreprise de voir un serveur fonctionnant à 15% de ses capacités,
et regrouper plusieurs serveurs virtuels sur une même machine physique permet de mieux
rationnaliser les ressources. De plus l’élasticité offre la possibilité de provisionner ou
déprovisionner automatiquement des ressources et de s’adapter de façon rationnelle lors
d’importantes montées de charge.
La virtualisation est aussi la technologie permettant de mettre en place une architecture
multi-tenante, une des caractéristiques les plus importantes du Cloud, que nous
présenterons de manière plus détaillée dans la section « 2.2.3 Mise en commun des
ressources et multi-tenant »,

Historiquement, la virtualisation est née dans les années 60, sous l’impulsion
d’IBM. Les premiers prototypes de virtualisation matérielle sont le système
CP-40, lancé en 1967, et le système VM/370 qui connut un fort succès en entreprise, et est
parfois encore en usage. Cette technologie était surtout réservée aux entreprises utilisant

16
Source : 'Concepts autour de la virtualisation'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   12    


des mainframes de plusieurs milliers de dollars. Dans les années quatre-vingt-dix, l’intérêt
pour les émulateurs de consoles de jeu ainsi que l’explosion du marché de l’informatique
personnelle ont fait prendre conscience aux entreprises qu’il y avait un marché pour la
virtualisation. La société VMware développa et popularisa à la fin des années 1990 et au
début des années 2000 un système propriétaire de virtualisation logicielle des architectures
de type x86 pour les architectures de type x86. Les logiciels libres Xen, QEMU, Virtual Box
et les logiciels propriétaires mais gratuits VirtualPC, VirtualServer et VMware Server ont
achevé la popularisation de la virtualisation dans le monde x86.

D’un point purement technique, on distingue plusieurs types de virtualisation :

- L’isolation, qui consiste à exécuter des applications dans un environnement isolé,


l’exemple le plus connu est le chroot sous linux, qui permet de changer de racine.

- L’hyperviseur de type 2. C’est un logiciel spécialisé chargé de faire fonctionner des


systèmes d'exploitation invités (guests) sur un système hôte (host) en virtualisant ou
émulant le matériel dédié aux systèmes invités. Les systèmes invités ne voient et ne
dialoguent qu'avec ce matériel. On peut citer VirtualBox, VMware Workstation ou encore
QEMU.

- L’hyperviseur de type 1. C’est un système dont le noyau a été optimisé spécifiquement


dans le but de gérer l'architecture à destination des systèmes d'exploitation invités et
d’allouer directement les ressources matérielles au système invité. Si un système
d'exploitation invité « sait » qu'il est installé sur un hyperviseur, il peut être optimisé et
augmenter les performances. Il s'agit alors de paravirtualisation. C'est la méthode la plus
performante actuellement. On peut citer Xen, VMware ESX ou encore Microsoft Hyper-V.

Appliquées à l'échelle d'une entreprise, la virtualisation permet de mettre à profit les


ressources d'une seule machine de façon à en faire un « serveur » capable d'alimenter
plusieurs « clients », et permet donc au Cloud Computing d’offrir à moindre coût tout type de
machine et de système, d’utiliser les ressources informatiques de façon optimale et
élastique. Cette technologie est un point central dans le Cloud Computing.

Ce sont à partir de tous ces concepts et technologies que l’idée du Cloud Computing a
commencé à émerger dans le monde de l’informatique. Mais justement, quand le modèle
commercial et architectural du Cloud est-il réellement apparu? Et d’où vient l’expression
« Cloud Computing » ?

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   13    


1.2. Apparition du « Cloud Computing » et origine du terme

L’expression Cloud Computing est aujourd’hui bien ancrée dans le langage usuel
informatique, mais il est difficile de dire quand est réellement apparu ce concept. Depuis la
fin du siècle dernier, pour dessiner la toile du réseau mondial sur un morceau de papier, les
informaticiens utilisaient souvent la forme d’un nuage (« Cloud »), mais la première
apparition de la notion de Cloud, au sens du Cloud Computing, date d’une conférence
Microsoft à propos du lancement de sa nouvelle plate-forme « .Net », en 200117. Microsoft
présente le Cloud comme l’endroit où seront hébergés les « Web services ».

En 2002, pour compenser le pic d’activité ayant lieu chaque année pendant
les fêtes de Noël, Amazon a investi dans un parc informatique conséquent.
Une fois les fêtes passées, son parc s’est retrouvé être disproportionné et sous utilisé.
Amazon a donc pris la décision de louer à des entreprises ces ressources supplémentaires
disponibles. Nous assistions à la création du premier fournisseur d’infrastructure comme un
service, la couche basse de la logique Cloud Computing.

Le 9 Août 2006, l’expression Cloud Computing apparaît pour la première


fois lors d’une interview d’Eric Schmidt à la « Search Engine Strategies
Conference ». Le PDG de Google, présente le Cloud Computing comme un nouveau
« Business model »18 informatique, où les services, les données, les infrastructures seraient
hébergés quelque part, sur le « Cloud ».

Cette même année 2006, Amazon annonce la version béta de son service
« Elastic Compute Cloud » (EC2) 19 . Ce service web, premier du genre,
permet au client de louer des serveurs sur lesquels il pourra exécuter ses propres
applications web. La nouveauté ici est que le client peut créer et dimensionner le serveur
dont il a besoin pour son projet. Amazon propose l’accès à des ressources informatiques
comme un service avec un paiement à la consommation (Utility Computing) en utilisant
plusieurs dizaines de milliers de serveurs (Fermes de Serveurs) répartis sur plusieurs sites
dans le monde (Grid Computing) et utilise la technologie de la virtualisation permettant
l’élasticité suffisante pour que le client puisse créer son propre serveur virtuel et
redimensionnable. On assiste à la naissance du premier Cloud de type infrastructure.

17
Source : Microsoft, 'Speech Transcript - Sanjay Parthasarathy, WinHAC Conference 201'
18
Source : Google Press Center, August 9 2006, 'Search Engine Strategies Conference, Conversation with Erci
Schmidt hosted by Danny Sullivan'
19
Source : Amazon web services, 'Announcing Amazon Elastic Compute Cloud (Amazon EC2) - beta'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   14    


Ce ne sera qu’en Octobre 2008 qu’Amazon lancera une version commerciale de son projet
EC220, version contenant beaucoup plus d’options pour le redimensionnement des serveurs
virtuels.

L’expression Cloud Computing commence à apparaitre dans les moteurs de recherche vers
la fin 2007, mais c’est au second semestre 2008 qu’elle se répand réellement et que le
Cloud devient un concept informatique à part entière.
Les graphiques suivants (figure 4) représentent les statistiques du moteur de recherche
Google pour l’expression « Cloud Computing » comparée aux expressions d’autres concepts
informatiques, entre le 1er Janvier 2004 et le 1er Mars 2012.

Figure 4 : Trafic moyen de l'expression "Cloud Computing" sur internet. Google Trends.

Nous observons ici une nette augmentation des recherches liées au Cloud en Octobre 2008,
date du lancement commercial de la plate-forme EC2 d’Amazon. A partir de ce moment
précis, tous les autres grands acteurs du marché de l’informatique (Google21, Microsoft22,
IBM 23 , HP 24 , Dell25 , VMware 26 …) ont commencé à lancer leur propres offres de Cloud
Computing.

Pour terminer, il est important de préciser que le Cloud Computing a une évidente
origine grand public. Les technologies mises en œuvre et les avancées réalisées pour les
services web grand public (webmail, partage de photos, etc), ces services « hostés » que
l’on nomme aujourd’hui SaaS, ont été adaptés et optimisés pour répondre aux besoins
spécifiques des entreprises.

2. Définitions et caractéristiques du « Cloud Computing »

20
Source : extrait de presse, le monde de l’informatique, 'Le Cloud d'Amaeon EC2 arrive en Europe'
21
Source : 'Cloud Google'
22
Source : 'Cloud Microsoft : Windows Azure'
23
Source : 'IBM Smart Cloud Entreprise'
24
Source : 'HP Cloud'
25
Source : 'Cloud Dell'
26
Source : 'Cloud VMware'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   15    


Connaître l’historique et les origines du Cloud Computing ainsi que son apparition
concrète dans le monde de l’informatique est indispensable pour la compréhension du Cloud
Computing, mais insuffisant pour le définir.

Nous allons pour cela répondre aux deux questions suivantes : « Qu’est-ce que le Cloud
Computing aujourd’hui? » et « Quelles sont ses caractéristiques précises ? ».

2.1. Les définitions du « Cloud Computing »

Nous avons vu précédemment que le Cloud Computing était l’association de différents


concepts architecturaux, techniques et économiques. Ces concepts sont à la base du Cloud
mais n’englobent pas toutes ses caractéristiques. Le Cloud Computing étant un paradigme27,
il est difficile de le définir de façon exacte et de dire avec certitude s’il s'agit ou non de Cloud.
Les définitions sont d’ailleurs nombreuses, et chacune introduit une ou plusieurs
caractéristiques qui selon l’auteur définissent ce qu’est le Cloud Computing :

- Pour Wikipédia : « le Cloud Computing est un concept qui consiste à déporter sur des
serveurs distants, des stockages et des traitements informatiques traditionnellement
localisés sur des serveurs locaux ou sur le poste utilisateur. »

- Pour le Syntec 28 : le Cloud Computing consiste en « une interconnexion et une


coopération de ressources informatiques, situées au sein d'une même entité ou dans
diverses structures internes, externes ou mixtes, et dont le mode d'accès est basé sur les
protocoles et standards Internet ». « [il permet de] disposer d’applications, de puissance
de calcul, de moyens de stockage […] comme autant de « services ». Ceux-ci seront
mutualisés, dématérialisés (donc indépendants de toutes contingences matérielles,
logicielles et de communication), contractualisés (en terme de performances, niveau de
sécurité, coûts), évolutifs (en volume, fonction, caractéristique) et en libre-service.».

- Selon le Burton Group (racheté récemment par Gartner29) : le Cloud Computing regroupe
« l’ensemble des disciplines, technologies et modèles d’entreprise utilisé pour fournir des
capacités informatiques (logiciels, plates-formes, matériels) à la manière d’un service à la
demande, évolutif et élastique. ».

27
Un paradigme est une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent de vision
du monde qui repose sur une base définie (matrice disciplinaire, modèle théorique ou courant de pensée).
28
Syntec représente près de 1250 groupes et sociétés françaises spécialisées dans les professions de
l'Ingénierie, des Services Informatiques, des Études et du Conseil, de la Formation Professionnelle
Source : 'Tout ce que vous devez svoir sur le Cloud Computing'
29
Source : extrait de presse, Gartner Newsroom, 'Gartner Acquires Burton Group'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   16    


Chaque acteur du marché du Cloud Computing et même chaque fournisseur de service peut
fournir sa propre définition du Cloud, et présenter ses solutions comme étant de type Cloud.
Il était donc important de mettre sur pied une définition claire et standard, qui serait acceptée
dans le monde de l’informatique, et qui permettrait d’éviter que n’importe quel fournisseur de
service informatique prétende que ses solutions sont de type Cloud.

En octobre 201130, le « National Institute of Standards and Technology » (NIST)31 a publié la


version finale de sa définition du Cloud Computing 32 . Selon le NIST donc, le Cloud
Computing doit posséder 5 caractéristiques essentielles :

- Le service doit être en libre-service à la demande


- Le service doit être accessible sur l’ensemble du réseau
- Le service doit avoir une mutualisation des ressources
- Le service doit être rapidement élastique
- Le service doit être mesurable

C’est cette définition que nous allons détailler. Excepté que nous ajouterons la notion
de « paiement à la consommation », qui est finalement le pendant commercial de la
caractéristique d’élasticité du Cloud, mais qui n’apparaît pas dans la définition du NIST.

2.2. Les caractéristiques du « Cloud Computing »

2.2.1. Libre-service à la demande

Le « libre-service à la demande » signifie qu’un client, ou consommateur, pourra


commander des ressources informatiques (capacités de calcul, mémoire vive, bande
passante, stockage) en fonction de ses besoins. Ce service sera effectué par le fournisseur
d’accès de façon automatique sans qu’une intervention humaine soit nécessaire.
On retrouve dans cette caractéristique le concept d’Utility Computing et la notion
d’informatique « On Demand ». John McCarthy dès les années 60 imaginait que
l’informatique suivrait le même chemin que l’électricité et deviendrait un service
consommable de base. Comme expliqué de façon détaillée dans la section 1.1.1., ce
principe fut mis en lumière et rendu applicable concrètement sur le marché de l’informatique
grâce à IBM en 2002, avec son modèle « e-business on demand »33

30
Extrait de presse, bulletin-electroniques.com, 'Le NIST livre enfin sa définition finale du Cloud Computing'
31
NIST : institut national des normes et de la technologie, dépend du département du Commerce des Etats-Unis.
32
Source : National Institute of Standards and Technology, 'The NIST Definition of Cloud Computing.pdf'
33
Source : IBM : e-business on demande : le nouveau modèle informatique

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   17    


2.2.2. Accès étendu au réseau, ubiquité

L’« accès étendu au réseau », ou « l’ubiquité », signifie que les capacités sont
disponibles sur le réseau et via les protocoles et standards internet et autres (TCP/IP, VPN).
Ces protocoles standardisés favorisent l’utilisation de plates-formes hétérogènes de clients
lourds ou légers (comme les téléphones mobiles, les tablettes tactiles, les ordinateurs
portables et les postes de travail).

2.2.3. Mise en commun des ressources et multi-tenant

La « mise en commun des ressources » signifie que les ressources informatiques du


fournisseur sont partagées pour servir les clients multiples en utilisant un modèle multi-
locataire. Les différentes ressources informatiques physiques et virtuelles se conçoivent
dans leur ensemble et sont allouées dynamiquement en fonction de la demande des
consommateurs. Le client n’a généralement ni contrôle, ni connaissance sur l’emplacement
des ressources, mais est en mesure de le spécifier à un plus haut niveau d’abstraction
(pays, état ou centre de données). Ce partage des ressources est la caractéristique qui
différencie le Cloud Computing de l’infogérance (ou « outsourcing »).

La mutualisation intervient au niveau des


ressources physiques (réseau, serveur,
stockage), mais également au niveau des
ressources applicatives (base de données,
serveurs web). Ce deuxième cas est le stade
ultime de la mise en commun des
ressources et se nomme le « multi-tenant ».
Le but d’une architecture « multi-tenant » (ou
« multi-locataire ») est donc d’avoir une Figure 5 : L'architecture Multi-tenant
mutualisation maximale des ressources (matériel, système, jusqu’à l’application : voir figure
5) tout en gardant la possibilité de personnaliser son architecture à souhait.
Le principe ressemble fortement à la programmation orientée objet. Un objet unique est créé
pour un service et sert d’objet de référence. C’est une sorte de template. Si un client désire
payer pour consommer un service, le système génère une instance de l’objet modèle. Le
service présenté au client est donc une image de l’objet de référence, qui peut être
personnalisée selon son envie. Pour résumer, chaque client bénéficie d’une même
application, de manière personnalisée. L’avantage principal ici est que toute mise à jour ou

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   18    


modification effectuée sur l’objet modèle est répercutée automatiquement sur toutes les
instances de cet objet.
Le partage des ressources (matérielles, applicatives), dont la mise en place a été simplifiée
par la virtualisation, permet au fournisseur de maîtriser ses coûts. Le client quant à lui n’a
plus à se soucier des problèmes de montée en charge ou de mise à jour d’application.

2.2.4. Scalabilité, élasticité rapide et paiement à la consommation

La « scalabilité et l’élasticité rapide » signifient que les capacités informatiques mises


à disposition du client peuvent être provisionnées et libérées rapidement (de façon
automatique dans certains cas) en fonction des besoins et/ou de la charge. L’utilisateur a
l’illusion d’avoir accès à des ressources illimitées.
Cela permet d’exploiter de façon optimale les ressources informatiques et d’adapter
rapidement l’architecture en fonction du problème à traiter (augmentation ou baisse de la
charge, ou demande du client). En effet, avec une architecture faiblement élastique on
pourrait facilement se retrouver en sous-utilisation des capacités informatiques disponibles,
mais également être confrontés à un manque de capacité lors d’un pic de charge.

L’élasticité, aujourd’hui rendue possible grâce à un usage élevé de la virtualisation, permet


donc d’avoir une utilisation optimale des ressources informatiques qui suit de façon
cohérente l’évolution de la charge réelle.
Associée à ce concept technique, nous retrouvons la notion économique de « paiement à la
consommation ». Le gaspillage de capacité informatique aurait pour conséquence directe
une perte de rentabilité, et le manque de capacité informatique pourrait faire perdre des
clients qui ne seraient pas satisfaits de la qualité du service.
Maintenant qu’il est possible techniquement
d’optimiser l’utilisation des ressources
informatiques en fonction de la charge et/ou
de la demande, payer seulement ce que l’on
consomme semble évident. Les coûts sont
rationnalisés et maîtrisés.
La figure 6 illustre toute à fait ce cas de

Figure 6 : Niveau de charge d’une figure : le niveau de charge d’un applicatif en


application dans le temps fonction de la demande.
Afin de rendre une architecture plus souple et flexible, le Cloud offre différentes possibilités
de déploiement : le Cloud privé et le Cloud public. Le Cloud privé nécessitera un

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   19    


financement variable selon la maturité de virtualisation de la société. En cas de Cloud public,
le financement se fera en fonction de la consommation et de ses besoins effectifs.
Les trois graphiques ci-­‐dessous expliquent les différents cas de figures évoqués
précédemment. Ce premier graphique (figure 7 ci-­‐dessous) illustre le cas d’une entreprise
dont les ressources matérielles sont surévaluées mais capables de faire face à de grosses
montées en charge. Les zones intermédiaires (en gris) sont synonymes de sous-utilisation
des serveurs, et indirectement de charges financières inutiles.

Figure 7 : Sous-utilisation d’un parc de serveur

Ce 2eme graphique (figure 8 ci-­‐dessous), illustre le cas d’une entreprise qui ne peut pas
faire face à des montées de charges ponctuelles. Cette entreprise risque de perdre de la
clientèle, car ces derniers ne seront pas satisfaits de la prestation offerte. Les zones
intermédiaires (en gris) sont synonymes d’incapacité à répondre à la demande. Les
ressources sont donc sous estimées. Ce delta est très difficile à évaluer techniquement
parlant.

Figure 8 : Capacité matérielle inferieur à la demande

Enfin cette dernière illustration (figure 9 ci-­‐dessous) montre le cas de figure idéal, presque
édénique pour n’importe quel DSI. La scalabilité et l’élasticité (sous-­‐section 2.2.2) prennent
tout leur sens. L’entreprise fonctionne en « ressource à la demande", et ne paye que ce dont
elle a besoin.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   20    


Figure 9 : Ajustement de la capacité en fonction de la demande

Pour conclure, le modèle économique du « Cloud Computing » permet une plus grande
réactivité et une flexibilité qui fait cruellement défaut aux infrastructures classiques.
Les concepts de scalabilité et d’élasticité sont les bases techniques du modèle décrit ci-
dessus « Payez ce que vous consommez » (2.2.1). L’utilisateur a cette sensation de
réactivité à chaque sollicitation (mémoire ou CPU). Les ressources s’ajustent au plus près du
besoin et fluctuent en fonction de la demande et ce de manière totalement transparente.

2.2.5. Service mesuré

 Avoir un « service mesuré » signifie que les ressources consommées sont contrôlées
et communiquées à l’utilisateur et au fournisseur de service de façon transparente. Cela
garantit un niveau de performance et de disponibilité adapté aux besoins spécifiques des
utilisateurs. Ceux-ci peuvent, grâce aux différentes mesures, savoir qu’ils ne sont facturés
que pour ce qu’ils consomment. Ils gèrent leur consommation comme ils l’entendent et
maîtrisent leurs coûts de façon optimale.
La récupération des mesures et des informations de consommation des ressources permet
l’application du paiement à la consommation.

Pour conclure cette section, nous pouvons dire que c’est l’addition de ces 5
caractéristiques qui aujourd’hui permet de dire si un service proposé par un fournisseur est
vraiment de type Cloud Computing ou non. L’application de certaines de ces caractéristiques
du Cloud Computing a été grandement facilitée par l’avènement de la virtualisation,
permettant une élasticité rapide et une mutualisation des ressources maximale. Associé au
monde hyper-connecté existant et à une logique de service, le Cloud Computing est né.

Maintenant que nous avons cerné ce qui fait qu’un service est réellement un service de type
Cloud Computing, nous allons dans la section suivante étudier dans le détail les modèles
services existants et leur mode de déploiement.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   21    


3. Description détaillée du modèle « Cloud Computing »

3.1. Les différentes couches du « Cloud Computing »

Pour continuer avec la définition du NIST, celle-ci distingue trois niveaux de service pour le
Cloud Computing :

- L’infrastructure en tant que service (IaaS)


- La plate-forme en tant que service (PaaS)
- L’application en tant que service (SaaS)

Il est indispensable de bien différencier ces 3 couches pour lesquelles l’entreprise et le


fournisseur ont un domaine de responsabilité qui diffère. La figure 10 ci-dessous nous
présente ces différents domaines en fonction du niveau de service.

Informatique Hébergeur Iaas  Public Paas  Public Saas  Public

Données Données Données Données Données

Applications Applications Applications Applications Applications

Machine   Machine  
Machine  Virtuelle Machine  Virtuelle Machine  Virtuelle
Virtuelle Virtuelle

Serveur Serveur Serveur Serveur Serveur

Stockage Stockage Stockage Stockage Stockage

Reseau Reseau Reseau Reseau Reseau

L’entreprise  a  le  contrôle Le  fournisseur  de  service  a  le  contrôle Domaine  de  responsabilité  partagé  identifié

Figure 10 : IaaS, PaaS SaaS qui est responsable de quoi ?

Comparativement à l’informatique traditionnelle, les différents niveaux de service proposés


dans le Cloud Computing vont permettre aux entreprises de
se reconcentrer sur leur cœur de métier et de ne plus
« faire de l’informatique ».

Mais que signifient vraiment ces trois niveaux de service ?


Quels sont leurs domaines d’action ? Quelles sont leurs
spécificités ? Leurs avantages ? Leurs inconvénients ? Et
Figure 11: la pyramide du Cloud quelles sont les solutions déjà existantes ?

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   22    


3.1.1. Le Cloud infrastructure – IaaS - Infrastructure as a Service

L’IaaS est la partie infrastructure du Cloud. Le Cloud peut être représente sous la
forme d’une pyramide à trois niveau (figure 11). Celui-ci en constitue la base. Dans ce
modèle, l’infrastructure physique (le matériel réseau, le matériel serveur, la plate-forme de
virtualisation, les moyens et capacités de stockage) est « dématérialisée » et hébergée.
Le fournisseur procure donc une couche matérielle (serveurs, réseau, stockage, hyperviseur,
solution de supervision, solution de management) sur laquelle les clients vont pouvoir
déposer leurs environnements système et leurs applications.
Mais ce service va encore plus loin grâce à la virtualisation. L’utilisation de cette technologie
permet aux clients de créer leur propre infrastructure personnalisée (serveurs virtuels,
réseau virtuel, stockage) en quelques clics. Cette infrastructure est par ailleurs extrêmement
flexible, accessible sans restriction et configurable en temps réel.
Les clients n’ont pas à se soucier de la scalabilité de leur infrastructure, cette tâche étant
gérée par le fournisseur. Celui-ci gère également tous les coûts de gestion liés au
fonctionnement du matériel (électricité, climatisation, etc) ainsi que le contrôle de la
consommation s’il y a une facturation à l’usage (au Go, au temps d’utilisation, etc).

Il y a un avantage principal dans ce niveau de service. Le client n’a plus à construire son
propre Datacenter, ni à gérer l’infrastructure physique et les coûts qui lui sont inhérents.
L’ingénieur ou l’administrateur système peut se reconcentrer sur l’optimisation de son
environnement système, et le développeur sur ses applications. En fait, le client à un
contrôle total de son Datacenter virtuel sans se soucier de son élasticité, ni de l’infrastructure
physique qu’il y a derrière.
Mais ce modèle a également des inconvénients. Déjà, comme pour toute infrastructure
informatique classique, il est indispensable d’avoir un administrateur ou un ingénieur
systèmes dans son entreprise. Et enfin, malgré la facilité technique de création d’une
infrastructure personnalisée grâce à la virtualisation, un important travail de réflexion et
d’expertise préalable reste à fournir pour sa mise en œuvre.

Plusieurs offres existent dans le marché du Cloud Computing, nous pouvons citer Amazon,
précurseur, et aujourd’hui leader dans l’IaaS, avec sa solution de stockage de donnée S334
et sa solution d’infrastructure complète EC235. Les autres solutions les plus connues dans le

34
http://aws.amazon.com/fr/s3/
35
http://aws.amazon.com/fr/ec2/

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   23    


marché de l’IaaS sont GoGrid36, ElasticHosts37, OVH Private Cloud38 ou encore Orange
Busines39.

3.1.2 Le Cloud plate-forme – PaaS – Platform as a Service

PaaS traduit de l’anglais signifie « Plate-forme comme un Service ». Le PaaS est la


couche plate-forme du Cloud. C’est le niveau de service intermédiaire dans la pyramide du
Cloud. Le PaaS fournit un niveau d’abstraction supplémentaire par rapport à l’IaaS. Dans
cette catégorie, non seulement l’infrastructure est dématérialisée, mais aussi le système
d’exploitation, et la plate-forme d’exécution, de déploiement et de développement
d’application.

Le fournisseur procure donc aux clients développeurs l’infrastructure, le système


d’exploitation, les bases de données, la couche middleware, et une plate-forme de
développement complète, fonctionnelle et performante. Ces plates-formes sont équipées
d’outils de développement, de modules, d’un langage de programmation, d’un type de base
de données.
Le client développeur peut utiliser cette plate-forme pour héberger, développer et/ou
exécuter des SaaS (voir la section 3.1.3).

Il y a deux types de PaaS qui s’offrent à lui :

- Les PaaS directement accessibles en ligne. Une interface de programmation est mise à
la disposition du client pour interagir avec la plate-forme de développement. On peut citer
Microsoft Windows Azure40, Force.com41 ou encore Google App Engine42.

- Les PaaS à mettre en place sur son infrastructure interne ou sur son IaaS privée (nous
développerons le Cloud privé dans la section 3.2.1). Le système d’exploitation, avec les
couches middleware et applicative sont mises à la disposition du client. On peut citer :
VMware vSphere43 ou encore Xen Cloud Platform44.

L’avantage pour le développeur est qu’il ne se soucie pas du matériel. Il peut développer,
déployer puis exécuter son application sans avoir à gérer, ni les technologies sous-jacentes

36
http://www.gogrid.com/
37
http://www.elastichosts.com/
38
http://www.ovh.com/fr/private_cloud/
39
http://www.orange-business.com/fr/entreprise/services-solutions/solutions-it/infrastructures/index.jsp
40
http://www.microsoft.com/windowsazure/
41
http://www.salesforce.com/platform/
42
http://appengine.google.com/
43
http://www.vmware.com/products/vsphere/
44
http://xen.org/products/cloudxen.html

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   24    


nécessaires, ni les configurations matérielles. Il se soustrait donc aux contraintes liées à la
recherche de haute disponibilité, de maintenance et de gestion des mises à jour de sa plate-
forme. Le cycle de développement est fortement réduit et le client peut de concentrer sur son
application. L’inconvénient apparait lorsque l’on veut déplacer une application d’une plate-
forme à une autre. La compatibilité n’est pas avérée car en fonction des solutions les
langages sont différents. Il faut choisir sa plate-forme en fonction de son langage, et ensuite
y rester. Google App Engine utilise python ou Java, quand Windows Azure n’utilise que le
langage .NET.

3.1.3. Le Cloud application – SaaS – Software as a Service

Le SaaS signifie Software as a Service. C’est le niveau de service le plus haut dans
la pyramide du Cloud Computing. Le SaaS est une application fournie comme un service, et
déportée chez un fournisseur, plutôt que comme un programme à installer sur un poste de
travail. Cette couche concerne directement l’utilisateur final.
Le fournisseur procure un service prêt à l’emploi, opérationnel et capable de gérer un
nombre important d’utilisateurs. Ce service est accessible via internet et est facturé à
l’usage. Le client n’a aucune tâche d’installation,
de maintenance ou de mise à jour à effectuer. Il
n’a pas à se soucier de l’infrastructure sous-
jacente à l’application. Cette différence avec un
logiciel classique est primordiale. Il consomme de
l’application de la même façon qu’il consomme de
l’électricité.
C’est le niveau de service du Cloud le plus utilisé
aujourd’hui. La figure 12 nous montre les
différents acteurs du marché du Cloud
Computing. On note qu’il y a beaucoup de
fournisseurs de SaaS. Pour le SaaS le plus
populaire, on citera le CRM de Salesforce, les
Google Apps ou encore Exchange On Line. Figure 12 : Les acteurs majeurs du
Cloud Computing  

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   25    


3.2. Les modèles de déploiement du « Cloud Computing »

Quel que soit le niveau de service du Cloud Computing, ces modèles reposent sur une
infrastructure physique. Mais où se situent ces ressources ? Est-on obligé d’externaliser ces
infrastructures de type Cloud ? Une entreprise possédant l’expertise nécessaire en
informatique peut-elle organiser son système d’information interne en suivant la logique du
Cloud ?

Bref, quelles sont les différentes façons de déployer ces modèles de Cloud ?

Le NIST distingue, dans sa définition du Cloud Computing, 4 modèles de déploiement :

- Le Cloud privé, qui peut se déployer sous forme interne ou externe


- Le Cloud communautaire
- Le Cloud public
- Le Cloud hybride

Que signifient ces 4 modèles ?

3.2.1. Le Cloud privé

a. Privé interne  

L’architecture est hébergée par l’entreprise. Ce Cloud privé interne est à l’usage de plusieurs
consommateurs appartenant à cette seule entreprise qui est propriétaire de l’infrastructure.
Elle peut également être partagée ou mutualisée de façon privée avec les filiales.  

b. Privé externe  

Le Cloud privé externe suit la même logique que le Cloud privé interne. La différence est que
l’architecture est hébergée chez un prestataire. Elle est entièrement dédiée à l’entreprise et
accessible via des réseaux sécurisés (VPN).  

Dans la pratique, ces ressources virtualisées « privées » sont directement


administrées par l'entreprise par le biais de son service IT interne. Elles peuvent être
également mutualisées, et c’est un prestataire de confiance qui prendra en charge la plate-
forme. Ce modèle est censé apporter les avantages du Cloud Computing « public » (ex :
baisse des coûts liés à la virtualisation des applications dans le cas d'une infrastructure
mutualisée) sans en présenter les inconvénients : en mettant en avant l’aspect sécuritaire
des données, le respect de la gouvernance d'entreprise et sur la fiabilité des services fournis.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   26    


Les applications/infrastructures hébergées restent disponibles en « libre-service », sont
évolutives et modulables grâce à la proximité entre l'entreprise et son prestataire.
Contrairement à un Cloud Public, et comme nous venons de le voir, l’entreprise reste
propriétaire de l’infrastructure (matériel et logiciels), mais elle est aussi responsable de la
gestion du taux de disponibilité. Ainsi, les Services Informatiques de l’entreprise passent d’un
statut habituellement considéré comme un « Centre de Coût » vers un « Centre de Service »
à destination des départements Métiers de l’entreprise. Il appartient donc au Service IT de
gérer l’infrastructure et les besoins de montée en charge et de disponibilité de manière à
respecter les dispositions d’engagement de service vis-à-vis des différents métiers de
l’entreprise.

Une analyse approfondie du Syntec45 a permis d’établir une liste d’avantage d’un point de
vue opérationnel :

- la capacité d'ouverture de ce type d'infrastructure : il devient alors « communautaire »,


l'entreprise peut ouvrir ses applications aux partenaires de l'entreprise comme les
fournisseurs, bureaux d'études et prestataires.
- Un meilleur respect des règles de la gouvernance d'entreprise, notamment en ce qui
concerne la politique de confidentialité. Il découle de cet avantage que le lieu
d'hébergement des données/applications de l'entreprise lui est nécessairement connu (à
proximité) : une caractéristique qui permet d’éviter les problèmes juridiques qui se posent
lorsque les serveurs du prestataire se trouvent dans un autre pays (quels droits
s'appliquent en cas de problème ?).
- La flexibilité. Comme vu au point 2.2.1, l’informatique est maintenant considérée comme
un service, et l’ajustement de la capacité se fait en fonction de la demande (scalabilité et
élasticité)
- Une meilleure maîtrise des coûts (même si l'investissement initial est plus important pour
l'entreprise dans le cas du Cloud privé)

Restent malgré tout certaines inconnues relatives à l'externalisation des données, qui sont
soulignées par l'étude de Syntec : outre les problèmes souvent évoqués (sécurité,
disponibilité), l'un des points d'interrogation concerne la réversibilité : ce problème se pose
quand les fournisseurs de services appliquent des normes, standards et outils peu connus
qui peuvent rendre les entreprises « captives » de la technologie utilisée. Un problème de
transparence auquel les entreprises doivent être particulièrement attentives.

45
Issu du livre blanc du Cloud Computing

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   27    


3.2.2. Le Cloud communautaire

L’architecture est dédiée à une communauté professionnelle spécifique, pour


permettre de travailler de manière collaborative sur un même projet.

3.2.3. Le Cloud public

Un Cloud public est basé sur un modèle standard de Cloud Computing, dans lequel
un prestataire de service met les ressources, tels que les applications, ou le stockage, à la
disposition du grand public via internet. Le Cloud public peut être gratuit ou fonctionner selon
paiement à la consommation.
L’avantage de ce genre d’architecture est d’être facile à mettre en place, pour des coûts
relativement raisonnables. La charge du matériel, des applicatifs, de la bande passante étant
couverte par le fournisseur. De cette manière ce modèle permet de proposer une souplesse
et une évolutivité accrue afin répondre rapidement au besoin. Il n’y a pas de gaspillage de
ressources car le client ne paye que ce qu’il consomme.
Malheureusement les entreprises sont encore frileuses de ce genre de solution, et les
acteurs du Cloud Computing public vont encore devoir user de quelques arguments afin de
convaincre les décideurs IT. Les freins à l’adoption de ces technologies restent en effet
inchangés. Toutes tailles confondues, les entreprises jugent la sécurité, la confidentialité et
l’immaturité comme les faiblesses majeures des solutions d’IaaS de type public. On retrouve
dans le Cloud public tout type de solution SaaS (messagerie en ligne, stockage en ligne,
etc) ou PaaS (Microsoft Windows Azure46).

3.2.4. Le Cloud hybride

Comme nous venons de le voir avec le Cloud public, certains problèmes peuvent se
poser, liés à la sécurité de l’information. Il est alors possible de « mélanger » les deux
approches du Cloud, privé et public, en débouchant sur une plate-forme hybride. Ce terme
n’évoque pas vraiment un Cloud en tant que tel, puisqu’il s’agit de faire cohabiter et
communiquer un Cloud privé et un Cloud public. Dans le public, on déportera les éléments
non sensibles et dans le privé, on gardera les données, applications sensibles liées au
business de l’entreprise.
Derrière ce terme de « communiquer », beaucoup de problèmes techniques peuvent être
rencontrés, comme l’interopérabilité des plates-formes (un Cloud privé Microsoft peut-il
communiquer avec un Cloud public VMware, par exemple ?)

46
Source : Microsoft : 'Windows Azure'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   28    


Ce type de Cloud est souvent utilisé dans un but de montée en charge ponctuelle comme le
permet le Cloud public, que nous avons vu précédemment. La seule différence est que dans
ce cas, il serait lié à un Cloud privé ou interne afin de faire communiquer les deux
infrastructures. La figure 13 illustre et résume parfaitement le concept de Cloud hybride :

Cloud
Hybride
Apps Apps Apps
Load
Load Load

Management Pont Management


Cloud  OS Cloud  OS

Cloud Privé Cloud Public


Figure 13 : Représentation du Cloud Hybride

Concrètement, une entreprise pourrait fournir à ses « clients internes » et de façon privée,
des plates-formes de développement ou des applications spécifiques, en suivant les
modèles PaaS ou SaaS, et dans le même temps utiliser d’autres services de type PaaS ou
SaaS situés dans un Cloud public.

En conclusion de cette partie, nous pouvons dire que le Cloud Computing est un
nouveau modèle commercial informatique, comprenant l’association de différents concepts
économiques, techniques et architecturaux plus anciens et matures (Utility Computing, Grid
Computing, les fermes de serveurs, l’ASP, la virtualisation), ayant :

- 5 caractéristiques principales (libre-service à la demande, accès étendu au réseau,


mutualisation des ressources, adaptabilité et élasticité, service mesuré).
- 3 niveaux de services (SaaS, PaaS, IaaS).
- 4 modèles de déploiement (privé interne et externe, communautaire, public, hybride).

Techniquement, nous pouvons le voir comme un très gros serveur virtuel, dont l’utilisation
des ressources est mutualisé et optimisé, accessible à la demande, adaptable et élastique
selon les besoins, hébergeant des services (hardware, middleware ou software) accessibles
depuis l’internet de manière publique ou privé, assurant une qualité de service, et pour
lesquels les clients ne payent que ce qu’ils consomment. Maintenant que nous comprenons
mieux ce qu’est le Cloud Computing et comment il est apparu dans le monde informatique,
de nouvelles questions se posent : Comment les entreprises peuvent-elles se préparer au
Cloud ? Quels sont ses réels avantages et ses inconvénients ? Comment est géré l’aspect
sécurité ? Quid de l’aspect écologique ? Ce sont toutes ces questions auxquelles nous
allons répondre dans la seconde partie de ce mémoire.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   29    


PARTIE II – Ce que le Cloud peut nous apporter

1. Pourquoi envisager la transition ?

Le Cloud Computing permet de réduire la nécessité d’immobiliser des capacités


informatiques avant que celles-ci ne soient nécessaires. « Le Cloud permet de concevoir et
de construire des nouveaux systèmes quand le business ralentit et les systèmes sont prêts
et capables de monter en charge rapidement quand les conditions l’exigent» explique Peter
Coffee47.

Quels peuvent être les objectifs et les apports du Cloud Computing pour un utilisateur final,
un administrateur ou un développeur, voire même pour un éditeur ? D’après le manifeste
Open Cloud, les buts principaux seraient : la flexibilité, la rapidité, l'agilité et la qualification. Il
ne faut cependant pas les généraliser, car tout dépend de quelle partie du Cloud nous
parlons. En effet on constate des disparités entre le Cloud pur et les services SaaS.

Définir les objectifs et les buts du Cloud peut sembler difficile car son cadre d’utilisation est
immense. Cela dépend finalement de ce que l'on recherche réellement en le mettant en
place. Pour ce qui nous concerne, nous placerons la flexibilité et le choix en premier.
Viennent ensuite l'administration, le déploiement, l'infrastructure totalement ou partiellement
déportée dans le nuage. Et bien évidement ne l’oublions pas : « on paie ce que l'on
consomme réellement ».Il est important d’insister sur ce point car la consommation à la
demande, bien qu’ancienne, tend à se généraliser de façon massive. Nous reviendrons sur
tout cela plus loin.

1.1. Les avantages du Cloud Computing selon le manifeste Open Cloud48

Le manifeste cite les avantages suivants :

- Améliorer les process du business


- Minimiser les coûts d'accès (au départ)
- Adaptabilité du Datacenter pour l'accès, l'organisation, la volumétrie des données
- Montée en charge selon la demande (réelle)

47
Directeur de l’entité « Research » – Salesforce.com
48
L’Open Cloud Manifesto est une initiative visant à définir un « Open Cloud ». Le document Open Cloud
Manifesto - visant à échanger idées et informations entre clients et fournisseurs de solutions de stockage et de
traitements dans le Cloud - recense plus de 300 supporters. Dans ses rangs, on note Adobe, Cisco, EMC ou
encore IBM.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   30    


A cela, nous rajoutons (liste non exhaustive) :

- Une administration le plus souvent centralisée et simplifiée


- La gestion de l'infrastructure simplifiée
- Une adaptabilité de l'infrastructure selon ces besoins réels à un instant T
- La souplesse du plan de reprise d'activité (DRP)

Le Cloud Computing avance clairement certains atouts. La flexibilité, la souplesse et la


montée en charge de l'infrastructure Cloud sont de vrais progrès par rapport à une
infrastructure plus conventionnelle, le classique « client – serveur ». Ces avantages étaient
déjà présents avec l’utilisation de la virtualisation (type serveur et VDI). Mais ici nous allons
plus loin car nous détachons l’infrastructure vers « l’extérieur ». D'autre part, l’administrateur
n’a plus à sa charge les mises à jour logiciel, « sous traitées » par le fournisseur, même s’il
doit toujours assurer la bonne tenue de son infrastructure.

Les premiers bénéfices sont d'autant


plus valables que l'on n'immobilise
plus dans l'entreprise des serveurs
sous-exploités avec des frais de
fonctionnement et de maintenance
qu'ils soient en pleine charge ou non.
L'informatique à la demande se
transforme donc en infrastructure à la
demande dans laquelle on dispose de

nouvelles machines que quand cela Figure 14 : Variation horaire du volume de requête dans le
cas d'un service de recherche (BING)
est inévitable. On peut alors doser de
manière précise la puissance de calcul nécessaire (HDD, charge CPU, réseau, serveurs...)
tout en prenant garde à une meilleure répartition des charges (on oublie trop souvent la
notion de saturation des machines et des processeurs) – Voir figure 14. Et comme évoqué
plus haut dans les chapitres, on paie ce qu’on utilise. Tout en étant vigilant à bien maitriser
les coûts car très souvent multiples (temps d'utilisation, I/Os, Flux réseau, CPU, mémoire,
nombre de serveurs, etc.). Avant tout choix d'un Cloud, le calcul d'un retour sur
investissement s'avèrera indispensable.

Au sujet de l'amélioration des BP, il ne faut pas être si catégorique car cela concerne
essentiellement la partie « Service » du Cloud. Même si il est vrai que la fluidité de
l'infrastructure fait partie d'un process business. En ce qui concerne les coûts d'accès, il faut

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   31    


également rester prudent mais nous évoquerons ce point dans les parties suivantes. Mis à
part l'aspect uniquement physique, les différents types de Cloud comptent sur une
centralisation de la console d’administration (via un browser ou éventuellement une appli
dédiée). Beaucoup d’effort sont encore à faire au sujet de la supervision et de la disponibilité,
depuis les récentes pannes de Google ou Azure. Néanmoins les fournisseurs s’efforcent
d’être le plus transparent possible. Il est primordial pour l'IT ou un simple administrateur
d’avoir un œil sur ce qui se passe sur son infrastructure déportée. Même d’avoir la main sur
une éventuelle politique de basculements automatiques (entre serveurs ou Datacenter) si
des équipements deviennent injoignables ou inopérants.

1.2. Les inconvénients du Cloud Computing selon le manifeste Open Cloud

L’étude souligne les inconvénients suivants :

- la sécurité
- l'interopérabilité des données et des applications et de leur portabilité
- La gouvernance et l’administration
- Le monitoring et métrique.

Il est vrai que le monitoring et l'administration peuvent être perçus comme des désavantages
notoires, mais de nombreuses évolutions facilitent aujourd’hui la gestion au quotidien, que ce
soit sur les outils graphiques ou les consoles en ligne de commande. Cependant, il est vrai
que sur les métriques, les mécanismes ne sont pas à la hauteur des outils « locaux». Sur la
sécurité, le problème n’est pas aussi dangereux que l’on voudrait bien nous le faire croire,
une partie de ce mémoire traitera de ce point.

Actuellement les investisseurs du Cloud sont plus enclins à utiliser un Cloud privé à cause
du « flou sécuritaire » qu’il représente. Pourtant, il faut tout de même relativiser car le Cloud
profite des technologies issues du réseau et du web en général. Par ailleurs, si les
mécanismes ne sont pas activés ou mal déployés, ce n'est pas la faute des fournisseurs
mais des administrateurs, développeurs, utilisateurs. Depuis des années, les développeurs
sont de plus en plus sensibilisés par les fournisseurs dans l’intégration de mécanisme de
sécurité au sein même des applications. Malheureusement cette démarche est souvent mal
comprise et assez rarement appliquée.
Il faut tout de même souligner que le risque zéro n’existe pas et que le Cloud, comme les
autres plates-formes, n’est pas invulnérable.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   32    


2. Comment se préparer à ce virage technologique ?

Evidemment, la rapidité de développement du Cloud Computing va induire à une


évolution des métiers et des carrières.
Le moteur de base de données SQL Azure proposé par Microsoft va ici nous servir
d’exemple. Il s’agit d’un agent de BDD relationnelle dans le Cloud, équivalent à un SGBD
SQL Server classique. Un applicatif qui aura besoin d'un espace de stockage dans une base
de données, pourra de manière automatique et sans aucun prérequis (ou presque),
demander une BDD physiquement hébergée dans le Cloud Windows Azure. Pour
l'application, la base de données SQL Azure s’apparentera à ce que l’on peut trouver sur une
infrastructure plus conventionnelle (SQL Server).

Le bon fonctionnement du service, l’augmentation de la charge et la


disponibilité de la base de données sont assurés par les mécanismes
de réplication de la plate-forme Microsoft SQL Azure. L’administrateur
de base de données ne gère plus, ni l’administration physique, du
serveur et de son environnement, ni l’application SQL Server... Le Illustration 2 : Logo Azure
domaine de responsabilité de l’administrateur de BDD a été modifié
et n’englobe maintenant plus que l’administration logique des BDD, leur modélisation, la
gestion des accès, le maintien des performances etc…Le fournisseur gère la partie
purement infrastructure (stockage, partitionnement, sauvegarde)
De fait l’administrateur réseau ou système, verra son métier évoluer vers l’expertise de la
gestion de solutions Cloud Computing.
Les développeurs pourront utiliser différents services mis à leur disposition, ce qui permettra
d’augmenter la productivité de leur travail de manière non négligeable. Un développeur.NET
souscrivant au service SQL Azure accédera de façon immédiate à une base de données. Le
déploiement de son application sur une infrastructure se fera de façon instantanée.
Il sera nécessaire que les responsables informatiques maîtrisent le Cloud Computing et
analysent tout nouveau projet dans la logique de ce concept.

3. Les freins du Cloud Computing

En théorie, le Cloud Computing semble être l’avenir de toute nouvelle architecture.


Pourtant plusieurs personnes ou entreprises vont à l'encontre de cette notion, comme le très
célèbre Richard Stallman49 qui parle du Cloud Computing comme d’« un piège ».

49
Fondateur de la « Free Software Foundation » et créateur du projet GNU.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   33    


L’inconvénient le plus récurrent est lié à la sécurité.
Comment garantir la sécurité des informations
circulant sur le Cloud ? N'y a-t-il pas de risque de
corruption, de perte ou de dégradation des données
? Nous traiterons une sous partie spécifique à la
sécurité dans la suite de ce mémoire.
De manière plus générale, le Cloud Computing
entraîne la perte de la maîtrise du cycle de vie des
applications et de l'implantation des données. Illustration 3 : Concept du Cloud

Comment peut-on aussi garantir une disponibilité de service 24h/24, et dans le cas contraire
quelles en sont les conséquences ? Comment évaluer son prix ? Globalement les
fournisseurs de Cloud Computing facturent à l'heure les ressources de calcul, au Gigaoctet
les ressources de stockage ainsi que l’utilisation de la bande passante. Comment déterminer
sa consommation effective en prenant en compte les coûts cachés de ces solutions pour
comparer le retour sur investissement réel avec une solution classique ?
La société d’animation Pixar a initié l'utilisation d'un Cloud externe afin de répondre à la
question de l'évolutivité des besoins de stockage. En additionnant les coûts de bande
passante nécessaire pour mettre leurs données dans le Cloud et les coûts pour pouvoir les
récupérer, ils se sont rendus compte que les dépenses étaient considérables et qu’il
devenait plus intéressant d’acheter directement les volumes de stockage.
Cependant, malgré le fait que le coût du « nuage » puisse soulever des interrogations en
terme de budget de sécurité, de performances ou de fiabilité, il est important de prendre
chaque type d'application ou de services au cas par cas pour voir si les gains de temps et
financiers sont réels par rapport à une architecture classique.
La plupart de ces désavantages sont les mêmes que ceux relatifs aux solutions
d'hébergement externe. De ce fait, rappelons la fonction initiale d’un Cloud privé qui permet
à une organisation de déployer son Cloud sur ses propres infrastructures physiques, gardant
ainsi la main sur le cycle de vie de ses applications et de ses données. Ce fut le choix de
Pixar Animation qui a déployé son propre Cloud privé pour ces besoins de stockage interne.
Malgré le fait que le Cloud privé permette d’assurer une maîtrise complète sur les processus
et de rassurer la plupart des directeurs informatique, on oublie une des notions élémentaires
du Cloud Computing : l’absence de dépense en immobilisation tout en mettant à disposition
une infrastructure sans limite et sans investissement.
D’ailleurs, les solutions de Cloud public ne sont pas moins fiables qu'un Cloud privé. En effet,
les Cloud publics sont administrés et exploités par des spécialistes, « la data » et les
applicatifs étant globalement mieux gardés chez des experts que dans les entreprises dont
la fiabilité et la sécurité ne sont pas forcément la spécialité.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   34    


Des questions sur l’aspect légal et administratif sur le bon usage du Cloud Computing
peuvent se poser. Quelle valeur juridique peut-on donner aux informations circulant aux
quatre coins de la terre ? Comment garantir la souveraineté des données stockées dans le
Cloud ?
Les réglementations européennes et françaises sur la conservation et la protection des
données personnelles s’adaptent aussi au Cloud Computing et plus particulièrement aux
dispositions encadrant le transfert des données. Ces textes contraignent, lors de ces
transferts, la garantie de l'intégrité et de la sécurité des données. Pour pouvoir transférer des
données en dehors des frontières, la société doit demander au préalable à la CNIL une
autorisation. La question légale est primordiale, le service juridique et le correspondant
informatique et liberté (CIL) devront se pencher sur la question.
Qu’adviendrait-il en cas pertes de données ? Quelles seraient les conséquences si la
continuité de service n’était pas assurée ? Et que se passerait-il en cas de coupure de
service de la part du fournisseur ? Tout cela nous amène à la question de la pérennité du
fournisseur. Quoi qu’il arrive, il conviendra de mettre en place un plan d’assurance qualité
(PAQ) permettant d'obtenir auprès du fournisseur une qualité de services convenue
contractuellement. Egalement appelée « SLA » (« Service Level Agreement »), elle
formalisera les différents engagements, les critères attendus concernant la qualité de service
et pourra également comporter un système de pénalités en cas de non-respect des SLA.
D’autre part, pour répondre au problème de perte de données, il sera conseillé de répliquer
les données sur un site ou un Cloud externe afin de garantir la pérennité des données
sensibles en toutes circonstances. Par ailleurs, il s'avère primordial de définir un plan de
réversibilité assurant la transférabilité vers un autre fournisseur afin d'éviter le phénomène de
dépendance. Bien que cette notion d’interopérabilité ne soit pas encore bien définie, des
initiatives sont lancées pour définir des standards.

4. La sécurité dans le Cloud Computing

4.1. La sécurité physique de l’exploitation

Les entités et les mécanismes qui opèrent dans le management d’un Cloud sont les
caractéristiques de sécurité essentielles pour une plate-forme dans les nuages.
Les développeurs et administrateurs d’une infrastructure de Cloud ont grâce à leur statut
professionnel les privilèges suffisants pour créer et exploiter le service. Les fournisseurs de
services développent des mécanismes de contrôles préventifs et réactifs :

- Des accès sécurisés aux données protégées

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   35    


- Une combinaison de contrôles qui améliore grandement la détection d'activités
malveillantes
- Plusieurs niveaux de surveillance (monitoring), d'enregistrement (logging) et de
rapports (reporting)

Par ailleurs, les fournisseurs de services pratiquent régulièrement des vérifications sur les
antécédents de certains membres du personnel et brident les accès aux applicatifs, aux
systèmes et aux LAN en fonction de leurs responsabilités (on peut tout à fait comparer ces
principes de sécurité à la gestion d’un aéroport).
Bien évidemment, pour garantir une sécurité optimale, il est nécessaire que l'environnement
physique soit aussi sécurisé (accès aux locaux, badges, …). Les Datacenters sont construits
pour fonctionner sept jours sur sept et utilisent diverses méthodes contre les coupures
électriques, les pannes réseaux et les intrusions physiques. Ces centres de données doivent
être conformes aux normes de l'industrie en terme de sécurité physique et de fiabilité. Ils
sont gérés, surveillés et administrés par des équipes restreintes dont les informations
d'identification changent très régulièrement.

4.2. Quel niveau de sécurité ?

La sécurité absolue n'existe pas. Lorsque l’on évoque la sécurité dans le Cloud, il
faut spécifier à quel niveau on souhaite répondre à cette question : au niveau
Service, Plate-forme ou Infrastructure.
D'un point de vue applicatif, la sécurité est gérée au sein même du développement de cette
application. Que l'on soit sur place ou dans le nuage, la sécurité applicative dépendra des
mécanismes internes et de sa conception.
Dans le cas d’une faille de sécurité au niveau système d’exploitation, la question ne se pose
pas réellement puisque toutes les infrastructures utilisant ce système seront vulnérables. Un
patch pourra résoudre le problème.
Comment peut-on garantir que l’hébergeur assure une sécurité optimale aussi bien au
niveau de ses installations physiques, de son personnel et des technologies qu'il utilise ? La
sécurité du Cloud n'est pas un nouveau problème.
Comme évoqué dans les parties précédentes, un Cloud public répond à des normes de
sécurité « militaires » et globalement les données sont beaucoup mieux protégées au sein
du nuage que sur un site dont la sécurité n'est pas la fonction première.
Les architectures dans le nuage proposent des mécanismes cryptographiques permettant
d’intégrer de manière autonome et dans ses propres applicatifs la confidentialité de ces
données sensibles.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   36    


Enfin, si les niveaux de sécurité imposée dans les nuages ne conviennent pas, il sera
toujours envisageable de conserver ces informations sur un site de la société avec ces
propres dispositions internes. L'applicatif peut se trouver au sein d’un Cloud public alors que
les données sont rigoureusement conservées dans un nuage privé, on parlera donc d’une
architecture de type Cloud hydride. L’« Information Security Forum » (ISF), qui regroupe plus
de 300 membres dont RSSI et Riskmanager, déclare que 91 % de ses membres estiment
que le Cloud Computing accroît les menaces de sécurité et qu’ils ne sont donc pas prêts à
l'adopter. Cela montre, qu’il y a encore beaucoup de progrès à faire pour convaincre de la
sécurité du Cloud auprès des entreprises et des organisations.

5. Aspect économique

5.1. Une économie d’échelle

Le Cloud Computing cumule les points financiers les plus avantageux d’une plate-forme
Client/Serveur et des mainframes. La génération des mainframes se caractérisait par
d’importantes économies d’échelle du fait du coût d’intégration conséquent et de la
complexité à recruter des personnes qualifiées pour la gestion de ces systèmes. A une
époque, la puissance de calcul (mesurée en MIPS – million d’instructions par seconde)
augmentait de manière exponentielle, alors qu’en parallèle les coûts diminuaient rapidement.
Mais seuls les grands groupes disposaient des moyens nécessaires et enregistraient une
demande suffisante pour combler un tel investissement. Etant donné ces coûts conséquents,
les entreprises avaient pour priorité la consommation des équipements informatiques plutôt
que la réactivité vis à vis des utilisateurs. Les requêtes des utilisateurs étaient mises en file
d’attente et le traitement n’intervenait que lorsque les ressources nécessaires étaient
disponibles. L’arrivée du modèle client/Serveur, a permis de diminuer les coûts initiaux de
ces achats, et d’administrer les ressources beaucoup plus facilement. Cette souplesse a fait
baisser de façon notable l’accès aux services IT, d’où une augmentation radicale de l’agilité
des utilisateurs. En revanche : les centres de données se développaient de manière
tentaculaire avec de nombreux équipements achetés pour répondre à la demande, mais
n’étaient utilisés qu’à hauteur de 5 à 10 % de leur capacité50.

Le Cloud Computing n’est pas synonyme d’un retour à l’ère des mainframes, comme
certains analystes le laissent croire, loin de là. Il propose aux utilisateurs des économies
d’échelle et un rendement dépassant de loin celles des Client/Serveur. La modularité et

50
Source: The Economics of Virtualization: Moving Toward an Application-Based Cost Model. IDC. Novembre
2009.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   37    


l’agilité sont également bien supérieures à ce qu’offrait la technologie des mainframes. Fini
les compromis ! Les économies d’échelle découlent des domaines suivants :

• Les coûts liés à l’énergie. Les besoins énergétiques ne cessant de croitre, la facture
d’électricité est devenue l’élément principal du TCO (Total cost of ownership).51 Elle en
représente aujourd’hui 20 à 25 %. L’indicateur d’efficacité énergétique (PUE - Power
Usage Effectiveness)52 tend à baisser davantage dans les grands sites que dans les
petits. Les opérateurs de petits centres de données doivent payer l’électricité au tarif
local en vigueur, alors que les gros fournisseurs paient moins en implantant leurs centres
de données dans des lieux où l’approvisionnement en électricité est moins coûteux et en
signant des contrats d’achat en gros.53 De plus, l’étude montre qu’un opérateur qui gère
plusieurs centres de données peut bénéficier de taux différents en fonction de la position
géographique de chaque centre, ce qui allège encore les dépenses énergétiques.

• Les coûts des entités d’administration (personnel de l’infrastructure). Le Cloud


Computing restreint considérablement les coûts liés aux équipes opérationnelles à tous
les niveaux en automatisant la plupart des tâches d’administration redondantes.
Néanmoins, les grandes entreprises y parviennent mieux que les petites. Dans un
groupe traditionnel, une même personne peut administrer environ 150 serveurs54. Dans
un centre de données du Cloud, ce même informaticien a des milliers de machines sous
sa responsabilité. Les administrateurs peuvent alors se consacrer à des actions à plus
forte valeur ajoutée (développement d’applications ou rajouts de fonctionnalités, par
exemple) et répondre aux sollicitations, toujours plus pressantes, des utilisateurs
auxquelles le service informatique a à faire.

• Les coûts de Sécurité et de fiabilité. Malgré le fait qu’elle soit souvent citée comme un
obstacle à l’adoption d’une solution de Cloud public, la nécessité accrue de sécurité et de
fiabilité donne lieu à des économies d’échelle. Pour prétendre à des niveaux
acceptables, il faut généralement accepter d’importants investissements. Les principaux
fournisseurs commerciaux de Cloud sont souvent mieux armés en la matière. Dotés

51
Hors main-d’œuvre. Les différentes études suggèrent que, en cas de faible efficacité des centres de données,
l’énergie dépensée en trois ans pour l’alimentation, la climatisation, l’éclairage (infrastructure comprise) dépasse
de loin les sommes dépensées en trois ans pour le matériel serveur.
52
L’indice PUE (Power UtilizationEffectiveness) est calculé en divisant la dépense énergétique totale du centre
de données par celle des serveurs qu’il héberge. Il mesure l’aptitude du centre de données à transformer
l’électricité en puissance de calcul. La meilleure valeur théorique est de 1.0. Plus cette valeur augmente, plus la
situation empire.
53
Source : U.S. Energy Information Administration (juillet 2010) et Microsoft. Le taux commercial moyen aux
États-Unis est de 10,15 cents par kilowatt heure. Dans certaines localités, le prix du kilowatt heure peut
descendre jusqu’à 2,2 cents.
54
Source : James Hamilton, Microsoft Research, 2006

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   38    


d’une plus grande expertise qu’un simple service informatique d’entreprise, ils assurent
une parfaite sécurité et fiabilité des systèmes du Cloud.

• Les remises quantitatives. Les opérateurs de grands datacenters profitent régulièrement


d’importantes remises sur le matériel, de l’ordre de 25-3O% %, par rapport aux acheteurs
lambda. Cela est dû à la standardisation d’un nombre limité d’architectures matérielles et
logicielles. À l’ère des mainframes, il n’était pas rare de voir coexister plus de 10
architectures différentes. Quant à une topologie client/serveur, elle pouvait regrouper
près d’une douzaine de variantes UNIX, le système d’exploitation Windows Server et
x86, ainsi que quelques plates-formes RISC. Dans un environnement aussi hétérogène,
il était difficile de compter sur des remises quantitatives importantes. Avec le Cloud,
l’homogénéité de l’infrastructure permet de réaliser des économies d’échelle.

Dorénavant, beaucoup d’autres Coût Taille


Entreprise Lieu
(en M) (en m2)
économies d’échelle pourront
Annandale,
être envisagées, mais nous Internet Village Jui 09 1600 279 999
Ecosse
n’avons pour l’instant pas le National Security Admin.Jui Camp Williams,
2000 92900
recul nécessaire. Les 09 Utah

datacenters n’en sont qu’à Microsoft Sept 09 Chicago, Illinois 500 65000
Maiden, C. du
leur balbutiement et nous Appel Mai 09 1000 46500
Nord
voyons aujourd’hui pousser
Microsoft Juin 09 Dublin, Irlande 500 N/A
hors de terre des complexes Princeville,
Facebook, Fev 10 N/A 28500
d’une superficie de plusieurs Oregon

centaines d’hectares (Tableau 1). Tableau 1 : Nouveau projet d'implémentation de datacenters

Etant donnée l’envergure impressionnante de ces « mégacentres » de données, la


Recherche & Développement ne chômera pas pour maximiser leur rendement et leur
exploitation, afin de les rendre encore plus attrayants pour les clients. Les opérateurs de
grands centres de données profiteront bien plus de ces avantages que les centres plus petits
implantés à l’intérieur des entreprises.

5.2. La segmentation

La société Brocade a mené une étude sur la plupart des grands groupes internationaux et,
61 % d’entre eux envisagent une migration vers le Cloud Computing d’ici 2012. Les objectifs
principaux étant : une réduction des coûts, et une plus grande flexibilité. Sur les 3 prochaines
années, l’implantation mondiale du Cloud devrait connaître une progression constante :

- PaaS : plus 20 %, ce qui représente 14 milliards $

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   39    


- SaaS : plus 21 %, soit 17,6 milliards $
- IaaS : plus 35 %, soit 13,3 milliards $.

Figure 15 : Segmentation du Cloud Computing à l'échelle européenne

D’ici à 2014, les investissements liés au Cloud constitueront 15 % des dépenses IT


mondiales et le marché devrait passer de 70 milliards de dollars en 2010 à 150 en 2014.
Sans forcément vouloir tomber dans la plaquette publicitaire, voici quelques exemples
d’offres disponibles sur le marché actuellement :

5.3. Les offres des principaux acteurs du marché

Temps de compute (Heure) 0,125 0,12 0,1


Stockage (go/mois) 0,1 0,15 0,15
Transactions 0,01 0,01 -
Bande passante 0,10 (in) 0,17 (out/mois) 0,10 (in) 0,15(out/GB) 0,10 (in) 0,12 (out)
Disponibilité 99,95 % (Globale) 99,9% (Transaction) 99,95% (Instance)
Tableau 2 : Tarifs des principaux acteurs du marché

Les chiffres ci-dessus permettent d’évaluer de manière synthétique les coûts du Cloud. On
remarque un écart de tarif non négligeable sur la partie stockage (dégressif chez Amazon
Web Services). Ce qui en cas de volume important peut apporter une sérieuse économie.
On remarque aussi un écart dans la manière de facturer la bande passante entre EC2 et
Azure, là où App Engine apparaît plus compétitif. En revanche, si Amazon et Microsoft
s’orientent entreprises et production, Google ne vise pas encore la production.

En examinant de plus près ces offres, on se rend compte que les Web Services d’Amazon
sont plus complets que les offres Microsoft, notamment sur la sélection des puissances, sur
la taille des instances (3 formats disponibles), ou encore sur les zones tarifaires (tarifs US et

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   40    


EU). D’autre part, chez Amazon, il est possible de sélectionner des instances standard ou «
High cpu » sur 1 - 3 ans ou par heure.

Web Service permet donc une plus grande élasticité mais rend ses offres tarifaires
comparables à celle d’un opérateur télécom. Azure sera plus simple à comprendre mais fera
« l’impasse » sur la souplesse. L’offre Google reste relativement floue, mais comparable à
Microsoft. A Noter : une spécificité d’Azure qui fait également office de plate-forme. Cet
aspect est à prendre en compte dans les calculs de ROI.

5.4. La tarification de SalesForce.com

La société Salesforce, leader dans l’hébergement et la gestion de BDD


propose également des offres de services dans le Cloud. L’intérêt est d’y
implanter ses applications sur le Cloud, dixit l’éditeur. Au niveau des tarifs, l’offre est claire.

Free Edition Entreprise Edition Unlimited Edition


Nombre d’applications 1 10 Illimité par utilisateur
autorisées
Nombre d’utilisateurs supportés 100 Au delà de 100 -
Objets SGBD 10 200 2000
Stockage 1 Go Au delà de 1 Go Au delà de 1 Go
Prix gratuit 50$ User/Mois 75$ User/Mois

Tableau 3 : Tarifs des offres de Saleforce

Les solutions Salesforce tentent d’être le plus universel possible côté applicatif et supportent
les langages de développement actuels les plus courants. Il facilite aussi la connexion aux
autres Cloud (Amazon, AppEngine).

5.5. Exemples de tarifications d’infrastructures Cloud tiers

En ce qui concerne les offres tierces et plus précisément les solutions proposées par la
communauté Ubuntu, elles permettent de monter un Cloud privé en proposant des services
de support et d’assistance annuels autour d’Ubuntu Enterprise Cloud. Plus simplement, il
s’agit de créer un Cloud privé sur 5 machines.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   41    


Type infrastructure Support Standard Support avancé 24x7
9x5

5 serveurs physiques avec 25 serveurs virtuels 4 750$ 17 150$

Serveur physique supplémentaire + 10 serveurs 1 250$ 3 000$


vituels
Illimité sur une zone géographique 90 000$ 150 000$

Tableau 4 : Prix des différentes infrastructures possibles

Un Autre exemple est celui de GoGrid, un service de Cloud hosting. (Chiffres GoGrid)

GoGrid EC2
Serveur Windows Server 2003, 1 Go ram, Xeon 0,125 heure
0,08 $ heure
Core, 60 Go stockage
Gratuit (in, par Go) 0,10 $ (in, par go)
Transfert de données
0,17 $ (out, par go) 0,17 $ (out, par go)
0,15 $ (go / mois) avec
Stockage 0,15 $ (go / mois)
10 Go gratuit).
Load Balancing Gratuit 72 $ / mois
Tableau 5 : Les solutions proposées par GoGrid

GoGrid présente quelques atouts sur des fonctions spécifiques comparé à Amazon Web
Services. Cet hébergeur mise surtout sur l’accompagnement client et les outils
complémentaires, pour se différencier de ses concurrents.

L’hébergement est un domaine très concurrentiel notamment entre les géants IT comme :
Savvis, IBM, Amazon, GoGrid, OpSource, SunGard, ou Media Temple.

En France, la compétition reste encore minime comparée à ce qui se passe aux Etats Unis
par exemple. Mais compte tenu de l’ampleur pris par le Cloud ces dernières années, il y a de
forte chance que ce marché devienne de plus en plus concurrentiel dans l’hexagone. Reste
à espérer une qualité de service optimale.

6. Aspect écologique

Le Cloud Computing peut-il être synonyme d’avenir « vert » ? Probable. C’est même
avantageux pour l’environnement selon le Carbon Disclosure Project55, alors que d’autres

55
Le Carbon Disclosure Project est une initiative lancée en décembre 2000 qui repose sur l'envoi d'un
questionnaire auprès des 500 plus grandes entreprises dans le monde en termes de capitalisation boursière

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   42    


sources estiment que l’ensemble des datacenters causent près de 2% des émissions de
carbone de la planète. C’est l’un des sujets qui est le plus à même de créer la polémique.
Car deux philosophies s’affrontent :
D’un côté, les fournisseurs argumentent sur la mutualisation des ressources et sur
l’optimisation des charges effectives des moyens informatiques. Autrement dit la
centralisation des équipements en Datacenter afin de réduire la consommation électrique et
indirectement les rejets de CO2 que cette production électrique engendre.
Il est vrai qu’actuellement les infrastructures informatiques sont très peu « chargées », en
moyenne entre 10 à 20%. Le rendement énergétique est donc très peu optimisé au regard
de l’utilisation effective.

D’autre part, si X équipements sont repartis chez Y clients, il est possible de les
« consolider » au sein d’un parc de machines virtuelles sur un nombre restreint de machines
physiques (hyperviseur). D’où une consommation électrique inférieure, ramenée au nombre
de machines physiques. L’infographie suivante (figure 16) illustre ce nuage devenu vert et
résume les bénéfices qu’il pourrait apporter.

Figure 16 : Infographie présentant les bénéfices écologiques du Cloud

De l’autre côté, on retrouve les plus écologiste d’entre nous. En pratique, un Datacenter est
une énorme usine à calcul qui nécessite une importante quantité d’électricité d’une part pour

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   43    


son propre fonctionnement, à savoir la climatisation, l’éclairage, la sécurité … d’autre part
pour l’ensemble des équipements qu’il abrite : serveurs, équipements réseaux, systèmes de
supervision, etc…
Ainsi, plus un Datacenter est fiable (autrement dit une architecture complément redondée)
plus son efficacité énergétique est faible. C’est ce qu’on appelle le Power Usage
Effectiveness. C’est une mesure de l’efficacité avec laquelle un centre informatique de
données utilise son énergie. L'indicateur d'efficience énergétique (PUE) d'un centre
d'exploitation est le ratio de l'énergie totale consommée par le centre d'exploitation divisée
par l'énergie effectivement utilisée par les équipements informatiques. En 2010, le PUE
moyen d'un data center Tier-3 (voir annexe 3) est compris entre 2,5 et 2,7 selon le Green
Grid56. Les meilleurs d’entre eux arrivent à atteindre un ratio de 1,25. Et le nombre de
Datacenters ayant recours à des énergies non fossiles n’est pour l’instant pas majoritaire
dans le monde. Le développement des Datacenters « intelligents » est un énorme marché
en développement dans différentes régions du monde :

- implantation dans des zones naturellement froides ;


- recyclage de l’énergie thermique dégagée par les serveurs. (chauffage dans des
bureaux) ;
- Energie recyclable comme les éoliennes ou l’énergie solaire ;

A court et moyen terme il y a fort à parier que la facture environnementale s’avèrera


globalement supérieure comparée aux autres serveurs souvent déjà possédés, qui
continueront de toute manière à consommer puisque toujours utilisés, qui ne nécessitent pas
de climatisation et sont souvent arrêtés le soir. Les bénéfices se feront sentir
progressivement, à condition que le développement de ces centres de données respecte
certaines règlementations.

56
Source Wikipédia

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   44    


PARTIE III – Etude et analyse de terrain

1. Sondage et questionnaire

Nous avions comme projet initial de proposer à diverses entreprises un questionnaire


préparé par nos soin afin d’avoir une idée sur leur perception du Cloud (Annexe 1 et 2). Ce
sondage, destiné aux entreprises ayant adopté le Cloud et celles en phase d’étude devait
nous permettre de nous faire une opinion sur les réels environnements d’utilisation et
d’identifier clairement les besoins et les attentes. Malheureusement, nous n’avons pas eu
assez de réponses pour pouvoir présenter une étude viable. Nous sommes à l’heure actuelle
toujours dans l’attente de retour. Nous comprenons tout à fait les impératifs professionnels
que peuvent rencontrer nos interlocuteurs, c’est pourquoi nous sommes partis d’études déjà
réalisées par de grands groupes pour faire notre propre analyse de la situation.
La partie suivante de ce mémoire présente le climat d’implantation du Cloud au sein de
différents S.I.
Grands  Enjeux  Caractérisant  les  Organisations  Interrogées  –  France  2009
(Liste  suggérée  –  Multi-­‐réponses  en  %  d’organisme  –  150  Organisations)
63% 59% 59% 53%

Recourir  a  la  virtualisation   Offrir  un  meilleur  niveaux   Simplifier  l’administration   Diminuer  les  couts  
dans  le  domaine   de  service  aux  clients   des  serveurs  et   d’exploitation  informatique
informatique (Interne/Externe) environnements  IT

Améliorer  le  plan  de  reprise   Améliorer  la  performance   Faire  face  a  la  croissance   Adapter  les  ressources  
d’activité  (PRA)  et/ou  de   des  environnement   des  volumes  de  données  à   informatiques  a  l’évolution  
continuité  d’activité  (PCA) informatiques stocker  et  sauvegarder de  l’activité

47% 45% 43% 43%

Figure 17 : résultat d'une étude sur les enjeux du Cloud


La société Markess International 57 communique le 4 Mars 2009 sur la parution de sa
nouvelle analyse multi-clients consacrée au Cloud Computing (figure 17). Cette étude est
intitulée : « Cloud Computing : attentes & potentiels pour les infrastructures (IaaS) et les
plates-formes (PaaS) ». En 2011, l’évolution de l’implantation du Cloud au sein des
entreprises françaises est en perpétuelle augmentation. 32% d’entre elles ont recours au
SaaS (Software as a Service), alors que 6% font appel aux plates-formes IaaS
(Infrastructure as a service). Le Cloud Computing pour les plates-formes applicatives et les
environnements de développement (PaaS) est encore balbutiant avec 2% des organisations
françaises concernées. (Voir tableau 6).

57
Société d’études spécialisée dans l’analyse de la modernisation des entreprises et administrations avec les
technologies de l'information

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   45    


50%   43%  
38%  
35%  
40%   32%  
30%   24%   PAAS  
20%  
15%   IAAS  
20%   10%   10%  
6%   6%  
10%   1%   4%   SAAS  
2%  
0%  
2010   2011   2012   2013   Prévisions  

Tableau 6 : Evolution d'implantation du Cloud au sein des SI français

On remarque une pénétration du Cloud Computing très éparse au sein des entreprises
françaises selon leur secteur d’activité et leur taille. Les secteurs de l’IT et des
télécommunications (grands opérateurs, fournisseur d’accès,…) sont franchement novateurs
de par la nature de leurs activités, notamment pour les fournisseurs proposant des offres
plus complètes en intégrant le modèle du SaaS, pour les hébergeurs et les sociétés de
services, Une marche en avant a déjà été amorcée au sein des SI, des grandes
organisations et administrations. En revanche, le monde des services (banque, assurance)
semble un peu plus réfractaire pour des raisons entre autres de règlementation et d’éthique.
Bien que l’accès au Saas soit commencé, elles engagent actuellement des réflexions sur
l’IaaS.

D’après le rapport, l’arrivée du SaaS s’accentue dans les grandes entreprises et les PME.
L’utilisation de l’IaaS est plus forte dans les entreprises de moins 10 000 employés, et
surtout dans les entreprises de taille Intermédiaire (250 à 5 000 personnes). Les
infrastructures déjà en place complexifient la migration vers ces architectures dites
«Infrastructure as a Service » et s’étalent dans le temps. En effet comment garantir une
continuité de service tout en modifiant les fondations du système d’information. Les ETI les
plus à même de faire face à ce genre de situation sont celles n’ayant pas une structure
informatique suffisante ou en phase de restructuration. Ces dernières pourront alors profiter
de nouveaux outils de gestion de leur informatique. Du côté du PaaS, la pénétration est plus
prononcée dans les grandes entreprises (plus de 10 000 employés), les petites et moyennes
entreprises, notamment du secteur de l’informatique et des télécoms.

En 2011, près des 2/3 des 151 décideurs participant à l’étude envisagent ou envisageront le
recours à des solutions dites privées pour leurs systèmes d’informations (IaaS) (voir tableau
7). Soit pour un Cloud privé interne à l’entreprise ou déporté ou bien un Cloud mutualisé
privatif partagé avec différentes entités du groupe, soit de Cloud privé externe hébergé chez
un tiers et entièrement dédié.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   46    


Recours déjà au Cloud
Lecture Horizontale
Computing ou intérêt d'ici 2011 Aucun intérêt Ne sait pas
(Somme=100%)
et au delà
Privé Interne 60% 35% 5%
Dédié/Privé Externe 52% 43% 5%
Public 41% 54% 5%
58
Tableau 7 : Intérêt pour le Cloud dans le domaine de l'hébergement en France, 2009-2011

Seuls 41% de ces décisionnaires affirment envisager un Cloud public pour leurs
infrastructures. Par ailleurs, ceux sont les petites structures qui participeront au
développement des Clouds publics pour les infrastructures. « Les approches ne sont
cependant pas monolithiques puisque, dans la majorité des cas, les décideurs interrogés
mixent plusieurs types de Cloud Computing en fonction des périmètres concernés par leurs
infrastructures. Ainsi, 29% d’entre eux évoquent le choix d’adopter une approche hybride qui
combine des Clouds privés internes avec des Clouds privés externes et des Clouds publics
», tempère Emmanuelle Olivié-Paul, Directrice Associée du cabinet59.

Alors que le SaaS continue son implantation au sein des entreprises, les décideurs
interrogés semblent plus réfractaires au déploiement du Cloud IaaS (tableau 8) et aux
plates-formes applicatives (PaaS) dans leur infrastructure. Beaucoup restent sceptiques et
attendent une clarification des périmètres de ces nouveaux modèles d’infrastructure. Un
retour d’expérience concret avec la mise en avant de ROI précis leur permettrait d’être moins
réfractaires. En effet, les enjeux encore inhérents aux données (confidentialité, localisation,
sauvegarde, restauration, sécurité générale), à la gestion des accès et des identités, au
réseau, à la disponibilité et à la qualité de service, et les craintes associées en regard, ne
pourront être levés que par la démonstration des réels bénéfices obtenus.

Quelles sont les preocupations de votre entreprise, le cas echeant,


avec les services d'infrastructure à la demande (IaaS)
Spécifications des fournisseurs trop 27%   35%  
59%   69%  
Les couts sont trop important 36%  
33%  
21%  25%  
Ne correspond pas au besoin 21%  
21%  
7%  
5%   PME  (N=603)  
Aucun/Pas concerné 5%  9%  
4%  
3%   Grandes  entreprises  (N=649)    
Ne sais pas 1%  
1%  
17%  
16%  
Pas assez mature 32%  36%  

-­‐10%   0%   10%   20%   30%   40%   50%   60%   70%  

Tableau 8 : Feedback de différentes entreprises sur leurs attentes en matière d’IaaS

58
Source MARKESS International | Echantillon : 151 organisations – Intervalle de confiance +/- 8%
59
Extrait de l’article « l’IaaS et le PaaS peinent à décoller » disponible ici

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   47    


Il est encore un peu tôt pour pouvoir chiffrer les réels avantages du Cloud, et notamment
ceux dus à :

- L’optimisation des coûts associés aux infrastructures ;


- l’exploitation des infrastructures ;
- une meilleure gestion des montées en charge ;
- les économies d'échelle obtenues par les mutualisations ;

Ce chiffrage passera impérativement par un audit préalable avec simulation de coût, afin
d’adapter au mieux les infrastructures et les environnements de développement susceptibles
d’être intégrés au Cloud.

D’autres constats sont soulignés par le bureau d’étude MARKESS. L’un d’entre eux
concerne la chaine de valeur du Cloud qui implique de nombreux intervenants tels que les
opérateurs télécoms pour leur connaissance du réseau, ou encore les intégrateurs
technologiques. Chaque acteur apporte sa valeur ajoutée via son expertise. D’après ce
rapport, « ce foisonnement complexifie la compréhension des apports de chacun d’autant
plus que, dans le domaine des infrastructures, près d’un projet IaaS sur deux sera à
dimension internationale (Europe, voire Monde) avec des acteurs qui devront avoir les
capacités à répondre à cette demande, qu’ils soient présents ou non physiquement sur le
marché français. »

Le marché du Cloud est un marché dynamique. Les perspectives de croissances sont très
importantes et le rapport annonce une croissance à deux chiffres d’ici fin 2013 et souligne
une dynamique européenne légèrement supérieure à celle de la France. Les prévisions
annoncent que le marché français du Cloud dans son ensemble (plate-forme, infrastructure
et service) devrait atteindre 3,4 milliards d’euros en 2013 contre 2,2 en 2011.

D’ici à la fin de l’année prochaine, plus de 7% du marché français et 16% du marché


européen des logiciels et services informatiques seront représentés par le Cloud pour une
estimation à plus de 20 Milliards d’euros.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   48    


2. Des entreprises ayant fait le choix du Cloud Computing

2.1. Eden Park : le choix Microsoft60

Objectif et présentation du projet :


L’environnement informatique d’Eden SOCIETE
Park est multi-plate-forme • Disposer d’une messagerie multi-
(BlackBerry, Iphone, Tablette, PC). plate-forme accessible à tout
Avec son infrastructure hébergée, et ses moment et en tout lieu.
fonctionnalités avancées, la messagerie dans le • Créateur de vêtements depuis 22
Cloud proposée par Microsoft et Exchange présente ans, Eden Park possède un solide

de nombreux avantages qui ont séduit la firme. réseau de distribution en France et

La marque au nœud rose envisage donc de migrer à l’internationale.


• CA 2010 consolidé : 60M€
vers cette plate-forme de Cloud Computing. Le DSI
• Effectif : 250
d’Eden Park, Éric Harand, ne compte plus les
• www.eden-park.com
avantages de sa messagerie désormais hébergée au
sein du modèle SaaS de Microsoft : “Jamais une migration de messagerie n’aura été aussi
simple et facile à mettre en œuvre pour un retour sur investissement quasi-immédiat.”

Les enjeux :
Depuis 2007, Eden Park utilise une infrastructure de
ENJEUX
messagerie open source partiellement externalisée
• Disposer d’une messagerie multi-
chez un de leur fournisseur. Même si ce mode de
plate-forme accessible à tout
fonctionnement était adapté à l’hétérogénéité du parc moment et en tout lieu.
informatique, elle ne correspondait plus aux attentes
BENEFICES
de plus en plus spécifiques de l’IT et des utilisateurs,
et ne convenait plus dans son utilisation quotidienne. • Des fonctionnalités en adéquation
Mise à part l’absence d’un outil collaboratif au sein du avec les besoins.

SI, les commerciaux étaient régulièrement touchés • Des coûts prévisibles.


par des pertes de connexion lorsqu’ils se trouvaient à • Aucun coût de formation, prise en
l’extérieur du siège parisien. Pour le créateur de prêt- main immédiate
à-porter, l’enjeu était clair : « disposer d’un service de
messagerie fonctionnel quelle que soit la plate-forme, doté d’outils collaboratifs et d’une
infrastructure solide ».

60
Retour d’expérience et témoignage d’entreprise issue du livre d’or Microsoft.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   49    


La solution envisagée :
À la mi-juillet 2009, un appel d’offre est lancé afin d’étudier les pistes envisageables, et plus
spécifiquement les débouchés sur le Cloud. En décembre 2009, la société fait le choix de la
solution Microsoft : Exchange Online. La taille de stockage de la messagerie (25 Go), les
fonctionnalités de partage des agendas et de réunions, la console d’administration simple,
l’infrastructure des Datacenters Microsoft convainquent les décideurs. En Mars 2010, avec
l’aide de ses partenaires, l’implémentation est faite et la solution opérationnelle “Nous avons
procédé à des tests concluants pendant deux mois”, témoigne le DSI. L’intégration et la
migration de la messagerie se sont déroulées sur un mois coulant. Désormais les 200 boites
mails d’Eden Park se trouvent sur le Cloud.

Les résultats obtenus :


La marque se retrouve avec un produit en totale adéquation avec leurs besoins initiaux.
Exchange Online intègre nativement tous les types de plates-formes permettant une
interconnexion facile et source d’efficacité pour les salariés. “Chacun peut désormais se
connecter simplement depuis n’importe quel point d’accès”, se félicite Éric Harand. La
migration s’est faite de manière totalement transparente pour l’utilisateur. L’adoption par les
commerciaux a été immédiate.

Les bénéfices du changement sont multiples :

- Fonctionnalités adaptées aux besoins


- Budgets maitrisés
- Organisation de l’information optimisée
- Fonctionnalité immédiate
- Pas de dépense de formation

Désagrément :
Aujourd’hui, Eden Park dépend à 100% de Microsoft pour assurer la qualité de son service
messagerie. Le seul lien leur garantissant un fonctionnement optimal étant leur connexion
WAN, il est nécessaire de mettre en place de nouveaux mécanismes de redondance réseau,
et d’établir des SLA efficaces avec leur nouveau partenaire.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   50    


2.2. Haagen-dazs : Le choix Saleforce61

Le contexte :
Jusqu’ici le célèbre marchand de glaces,
SOCIETE
Häagen-Dazs Shoppe, franchiseur • Marque de crème glacée
américaine créée par Reuben
international utilisait des feuilles de calcul
Mattus en 1961
Excel permettant la gestion et le suivi, ainsi qu’une base
• CA 2006 consolidé : 105M€
de données Access pour gérer les accords et les
• Effectif : 450
franchises. Mais le réseau VPN n’était pas assez
• www.haagen-dazs.fr
performant pour permettre la connexion facile des
employés à distance. ENJEUX
La gestion des nombreux franchisés à travers le monde a • Proposer une solution de

vite nécessité une solution accessible à distance pour gestion de la relation client

tous les employés, d’où le besoin d’un système de CRM.


BENEFICES
La personnalisation s’avérait indispensable.
• Facilité d’accès aux

La solution : informations

Après avoir envisagé une solution interne de CRM, le • Fonction de tableau de bord

marchand de glaces s’est vite retourné vers


Salesforce Enterprise Edition. Le partenaire de Salesforce, Reside,a épaulé Häagen-Dazs
pour déployer et personnaliser le logiciel dans un délai inférieur à 6 mois.
Le CRM Salesforce et la plate-forme de développement Force.com présentent de
nombreuses possibilités de personnalisation. L’accès aux informations concernant les
calendriers, les requêtes commerciales pouvaient être facilitées.
La société a utilisé les nombreuses possibilités offertes par Salesforce en créant une
application de gestion des franchises comprenant les onglets personnalisés suivants :

- Université Häagen-Dazs permet de suivre les franchisés qui ont suivi la formation.
- Manquements, assure le suivi des boutiques dont l'inspection n'a pas été
satisfaisante
- Ouvertures, suit le processus d'ouverture des nouvelles boutiques
- Pistes immobilières, met en correspondance les nouveaux franchisés avec un
emplacement potentiel de future boutique

Cette entreprise a donc, en 6 mois, créé Franchiseforce, grâce au CRM Salesforce et à


l’utilisation de Force.com

61
Témoignage issu d’une étude Salesforce

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   51    


Les bénéfices :
La société Häagen-Dazs Shoppe profite donc maintenant d’une solution de CRM
personnalisée et d’un système de gestion des franchises via le CRM Salesforce et la plate-
forme de développement Force.com.
De plus, grâce à l’outil « Salesforce pour Google AdWords »6263, Häagen-Dazs gère ses
annonces et dirige les candidats à la franchise vers le site Web.
Les campagnes marketing sur www.HaagenDazs.com sont automatisées via la
fonctionnalité Web de Salesforce.

Les résultats :
Depuis ce changement Häagen-Dazs a gagné 15 prospects supplémentaires par mois.
Le service Salesforce permet un accès facilité aux informations de franchise quel que soit le
lieu où travaille l'employé.
Les fonctionnalités de tableaux de bord et de rapports optimisent la gestion, l’aperçu des
activités de franchise étant élargi. La fonctionnalité de requête permettra de suivre les
franchises dont l'inspection n'est pas concluante.
Julie Michelutti, Brand Manager pour la société Häagen-Dazs explique que :
« Salesforce a révolutionné notre capacité à accroître les opportunités de vente et de
développement » 64 , « Salesforce a fait une grande différence dans notre capacité à
augmenter les opportunités de développement et de vente. C'est une ressource que j'utilise
plusieurs fois par jour »65.

Désagrément :
Haagen-dazs a fait le choix d’un éditeur de service particulier en choisissant une offre que
répond à leur besoin. Sans forcément être dans une impasse, il sera à présent difficile de
faire machine arrière à ce stade d’implémentation. L’interopérabilité n’étant pas forcement
évidente. De plus, des problèmes de confidentialité des données peuvent se poser, avec le
déportement des données dans un environnement « exterieur ».

62
« Salesforce pour Google AdWords » est outil qui permet de lancer et gérer une campagne publicitaire Google
AdWords à partir d’une application Salesforce.com
63
Google AdWords est le programme de publicité en ligne de google : Source
64
Source : salesforce.com : 'L'essentiel du CRM en huit points.pdf'
65
Source : salesforce.com : 'Salesforce fournit une solution de gestion des franchises et CRM personnalisée à la
société Haägen-Dazs Shoppe'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   52    


3. Des entreprises en phase d’étude

3.1. Ageas France

Il s’avère que l’entreprise dans laquelle Clément HELIER est


SOCIETE  
actuellement en alternance, a pris la récente décision (début
• Filiale française du groupe du mois de Mars) d’étudier officiellement les solutions de
international d’assurance
Cloud Computing.
vie Ageas.
M. Laurent Lhadj, responsable système et sauvegarde a
• CA 2011 consolidé :
accepté de répondre à notre questionnaire (Annexe 1). Après
380M€
une rapide présentation de l’entreprise, nous allons vous
• Effectif : 480
expliquer ce qu’il en est ressort.
• www.ageas.fr

L’entreprise :
Ageas est un groupe d’assurances belge international. Il est riche de plus de 180
années d'expérience et se classe dans le Top 20 européen de l'assurance. Ses
activités sont concentrées sur l’Europe et l'Asie. Ageas France est une filiale à
100 % de ce groupe. Elle se consacre à l’assurance de personnes (épargne, retraite,
prévoyance) ainsi qu’au courtage immobilier. Elle emploie environ 500 personnes et réalise
un chiffre d’affaire annuel tournant autour de 400 millions d'euros.

Le contexte :
Plus de la moitié des employés d’Ageas France sont des courtiers ou des commerciaux,
répartis dans les différentes agences régionales de la société. Pour améliorer la prospection
et la fidélisation des clients, l’entreprise a la nécessité de fournir à ses courtiers et ses
commerciaux des applications métier de qualité. Aujourd’hui, Ageas développe en interne sa
propre solution, qu’elle rend accessible à ses employés d’agence via une connexion VPN
distante.
M. Laurent Lhadj, responsable système, déclare : « Avec la crise actuelle, nous souhaitons
nous reconcentrer au maximum sur notre cœur de métier, et donc étudier les solutions SaaS
existantes dans le domaine du courtage, ou à minima nous tourner vers une solution PaaS
pour pouvoir développer notre propre application dans le modèle SaaS, en supprimant donc
les contraintes et les coûts de matériel et de maintenance. »

La solution envisagée :
Une des deux solutions étudiée par Ageas France est donc l’utilisation d’une application de
courtage en mode SaaS. Aujourd’hui des solutions en ligne existent déjà, comme Espresso

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   53    


Estate 66 , mais ces solutions suivent le modèle ASP et sont donc très chères et peu
personnalisables. Ageas France espère que ces éditeurs se tourneront bientôt vers la
logique du Cloud Computing.
La deuxième solution envisagée est d’utiliser une plate-forme de développement « as a
Service ». Avec cette solution, Ageas continuera à développer son application, mais n’aura
plus de contrainte matérielle. Les développeurs pourront se concentrer sur leurs applications
et aucune charge de travail ne sera ajoutée à la charge du pôle infrastructure de l’entreprise.
Au moment de la rédaction de ce mémoire, M. Laurent Lhadj, responsable système
sauvegarde et stockage, a organisé, pour la première semaine du mois d’Avril, deux
réunions avec les éditeurs Microsoft et VMware, leader dans le Cloud PaaS.
Ce sont les solutions de ces deux éditeurs que nous allons vous présenter maintenant.

66
Source : 'Espresso Estate'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   54    


PARTIE IV – Etude de deux solutions d'éditeur

1. Le Cloud de VMWare

La société VMware existe depuis maintenant 15 ans. Cette filiale d’EMC conçoit et vend
des produits liés à la virtualisation d’environnement informatique. En 1999 elle propose un
des ses produits maintenant phare : VMware Workstation, la version station de travail de son
offre. Depuis VMware n’a cessé d’enrichir son offre et d’investir dans ce marché naissant :
• VMware Fusion : logiciel pour stations de travail Macintosh ;
• VMware GSX Server, VMware Server et VMware ESX/ESXi Server : logiciels pour
serveurs ;
• VMware Virtual Center et VMware Converter : logiciels de gestion et outils.
• Rachat de Zimbra, la plate-forme collaborative qui est maintenant la base de sa
solution SaaS ;
• Rachat de SpringSource, renommé vFabric et complétant son offre PaaS ;

1.1. L’infrastructure selon VMware

Affichant fièrement son savoir-faire sur les plates-formes virtualisées, VMware complète
sa gamme d’hyperviseurs ESX/ESXi grâce à sa suite d’outil « vSphere »
Cette plate-forme de virtualisation comprend un certain nombre de fonction et de mécanisme
permettant la gestion complète d’une infrastructure partagée ; un cluster d’hyperviseurs par
exemple.
Afin de répondre à des problématiques de répartition de charge, des fonctionnalités évoluées
permettent de migrer à chaud des ressources d’un nœud vers un autre. Ainsi il sera possible
de jongler entre plusieurs ESX(i) pour héberger un host grâce au vMotion, ou de migrer des
volumes de données entre différents SAN grâce au vStorage,
La disponibilité et la garantie de service pourront être assurées avec les fonctions de High
Availibilty (HA) et Fault Tolerance (FA), toujours incluses dans la plate-forme vSphere. Ainsi,
en cas défaillance d’un nœud, les VMs pourront basculées sur un ESX sain. Contrairement à
vMotion, la migration se fera froid. FA quant à lui autorisera la création d’une instance active
et d’autres passives sur plusieurs ESX(i) . De cette manière en cas de problème, la migration
vers un nouvel hyperviseur se fera presque instantanément (quasi transparent au niveau
des d’I/O disque et réseau.)
En parallèle, et pour une souplesse maximale, les mécanismes de « Distributed Resource
Scheduler » (DRS) et de « Distributed Power Management » (DPM) vont autoriser une
gestion plus poussée du parc de machines. Ainsi, le premier utilise le vMotion pour repartir

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   55    


les VMs sur les différents noeuds disponibles en fonction de la charge de chacun. De la
même manière, le DPM arrête les machines les moins critiques afin de prioriser celles que le
sont le plus.
A l’aide de tous ces composants, vSphere garantit une très grande réactivité et permet de se
prémunir contre des défaillances inopportunes.
Annoncé lors de la conférence VMworld 2010, VMware vCloud Director est une surcouche
majeure dans l'approche du Cloud Computing de VMware. Elle est conçue pour regrouper
les ressources d’une infrastructure virtuelle en Datacenter virtuels afin de les mettre à la
disposition des utilisateurs sous la forme de services basés sur catalogues. vCloud introduit
la notion de vApp. Elle peut être vue comme un environnement applicatif complet
comprenant machines et réseau dédié. Concrètement, une plate-forme de supervision
composée de trois nœuds et d’un autre dédié à la base de donnée sera vendue sous la
forme d’un package, la vApp.
Ce package permet dans un premier temps de concevoir des Templates autorisant la
reconstruction complète d’une infrastructure. vCloud Director offre ensuite la possibilité de
consulter un catalogue en ligne de vApp prêt à l'emploi. De la même façon qu’un Apple
Store, l’utilisateur pourra choisir son application au sens large du terme (vApp) afin de
l’implémenter. Les vApps se présentent sous le format OVF (Open Virtualization Format). Il
conserve les propriétés de l'application, la configuration réseau ainsi que d'autres
paramètres. L’interopérabilité entre Cloud est ainsi garantie.
Bien entendu VMware n'est pas à proprement parlé un fournisseur de services, il se limite à
éditer des solutions Cloud Computing.
Il sera alors possible d'utiliser les technologies de Cloud Computing de VMware sur ses
propres installations physiques, créant ainsi son propre Cloud privé.
On retrouvera aussi les technologies de VMware chez des fournisseurs de services tels que
Verizon, Terremark, Colt ou prochainement Orange Entreprises qui proposera cette
technologie sur les infrastructures physiques (Cloud public).

1.2. Les offres de PaaS

C’est à l’occasion du VMworld 2011 que VMware annonce sa gamme « vFabric » vFabric ».
Elle est conçue pour porter des applications Java basées sur le framework Spring sur des
machines virtuelles vSphere. On retrouve ainsi67 :
- TcServer : une plate-forme offrant l'hébergement d'applications Spring, Grail et Java
basée sur Tomcat. Cela permet aux développeurs de déployer très facilement leurs
applications en laissant la plate-forme répartir la charge.

67
Définition issue du site VMware

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   56    


- Hyperic : permet de surveiller les applications Web personnalisées quel que soit leur
emplacement – sur des machines physiques ou au sein d’un environnement
d’infrastructure virtuelle, d’un Cloud public, privé ou hybride.
- Gemfire : est une plate-forme de gestion de données distribuées qui offre une évolutivité
dynamique, et une persistance rappelant celle des bases de données. Elle combine des
techniques avancées, telles que la réplication, le partitionnement, le routage orienté
données et l’interrogation continue.
- RabbitMQ : est un service de messagerie. Plus spécifiquement un logiciel de mise en file
d’attente, et évolutif qui simplifie la gestion du trafic des messages.
La plate-forme PaaS vFabric peut être utilisée sur une infrastructure VMWare (vSphere ou
vCloud), ou sur une infrastructure partenaire comme celle de Salesforces.com (qui a donné
naissance par la suite à VMForce), ou prochainement celle de Google qui a annoncé
proposer vFabric au sein de Google App Engine.

1.3. Les Services à la demande.

Le SaaS de VMware, c’est une informatique moderne, qui prend en compte l’utilisateur.
Elle offre une garantie de sécurité des applications et des données, quels que soient la
source, le lieu, ou le moment.
En janvier 2010, VMware rachète Zimbra 68 (Yahoo). Il s’agit d’une application Web
collaborative qui inclut : de l’organisation et du partage de documents, du stockage, des
liens, une boite aux lettres, des contacts, des agendas..
Zimbra revendique près de 55 millions d’utilisateurs dans 90 pays avec une croissance de 86
% en 2009. VMware a annoncé vouloir intégrer Zimbra dans son catalogue de vApp dans sa
stratégie vCloud.

2. Microsoft et son offre au nuage

Exchange, SharePoint, SQL Server, Dynamics CRM, Windows Server, sont des
solutions connues qui ont fait leurs preuves sur lesquelles se basent les solutions Cloud
Microsoft.
Les solutions les plus en avance, une informatique toujours adaptée aux besoins et à jour,
pour tout ou partie de l’entreprise sont accessibles très facilement et le paiement se fait
uniquement sur ce qui a été réellement utilisé.
En Novembre 2008, Microsoft a créé Windows Azure, solution de Cloud Computing. Mise
sur le marché en janvier 2010, elle est toujours en pleine évolution aujourd’hui.

68
Extrait de presse, JDN, 'VMware / Zimbra 7 : suite bureautique collaborative en mode SaaS'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   57    


Les services du Cloud de Microsoft sont :
- Une infrastructure Iaas avec la notion de « vmRole ».
- L’hébergement d’applications.Net, le stockage, les BDD rendus possibles grâce à la
plate-forme PaaS proposée par Windows Azure.
- Les applications Saas de la gamme Live et Online Service.

Ils sont proposés sous deux modèles de déploiement différents :


- Le Cloud public
- Le Cloud privé

Quel que soit le niveau de service désiré, la clientèle peut choisir l’un ou l’autre modèle en
fonction ses besoins. Elle a même la possibilité de combiner ces deux modèles et de créer
un Cloud hybride si des besoins spécifiques le nécessitent. La solution Cloud de Microsoft
allie souplesse et facilité de gestion. La gamme de composants basés sur les services
proposée par le Cloud de Microsoft est étendue. La société fournit donc une solution
complète de :
- services d'infrastructures
- services de plate-forme
- de logiciels

Les solutions de Cloud Computing Microsoft, qu’elles soient privées ou publiques


comprennent :
- la virtualisation et l’automatisation.
- des ressources diverses : serveurs, capacités de stockage et réseaux.
- la gestion centralisée de ces ressources.
- une élasticité au niveau de la puissance, en fonction exigences de l'entreprise.
- des applications et outils de développement évolutifs.

2.1. Les Services (SaaS)

L’annonce de l’arrivée de « Office 36569 » a été faite le 20 octobre 2011.Cette nouvelle


génération d’application SaaS remplacera BPOS (« Microsoft Business Productivity Online
Standard »). Office 365 proposera, pour chaque licence, utilisateur les versions 2010
de :
- SharePoint Online : plate-forme de collaboration
- Exchange Online : solution de messagerie à la demande
- Lync Online : plate-forme de communication

69
Source : 'Office 365'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   58    


- Office Web Apps (bureautique en mode Web)
- Office Professionnel Plus 2010

Plusieurs tarifs sont proposés selon les versions :


- 5,25 euros par mois et par utilisateur, pour les entreprises de moins de 25 salariés.
- De 1,75 euros pour la messagerie seule (Exchange Online) jusqu’ à 9 euros pour
l’offre complète (Lync Online), s’il s’agit d’une entreprise de plus de 25 salariés

« Office 365 @ Edu » remplacera bientôt la gamme utilisée par le grand public et le monde
éducatif. Jusqu’ici Microsoft proposait un service Live composé de :
- Une messagerie: Windows Live Hotmail
- Un service de partage et d’hébergement : Windows Live SkyDrive
- Un service spécifique à l’éducation, Live @ Edu, avec des solutions adaptées à
l’école.

Microsoft propose également d’autres logiciels de type SaaS :


- Microsoft Dynamics CRM Online 70 propose des solutions via Microsoft Office
Outlook( ou un navigateur Internet) dans le domaine du service à la clientèle, des
ventes et du marketing.
- Exchange Hosted Services (EHS) 71 fournit une protection contre les courriers
indésirables et les programmes malveillants et une aide organisationnelle.

2.2. La Plate-forme Microsoft (PaaS)

La plate-forme Paas Windows Azure propose trois briques :

- Windows Azure, un système d'exploitation. Windows Azure™ est hébergé sur un


Data Center Microsoft. Les entreprises qui utilisent ce service ont a à leur disposition
une infrastructure souple et évolutive permettant de travailler sur applications.NET.
La tarification se fait à l’utilisation. Cette plate-forme permet l’exécution et
l’hébergement de n’importe quel type d’application. On retrouve la notion de « worker
rôle ». La charge est automatiquement répartie par Windows Azure. Azure Blobs, un
service de stockage de fichiers, Azure Tables, un service de stockage de données
semi structurées et Azure Queue qui est un service de file d’attente, sont mis à
disposition au travers d’API standards. Cela permet de les utiliser depuis n’importe
quelle application même extérieure au Cloud.

70
Source : 'Microsoft Dynamics CRM Online'
71
Source : 'Exchange Online'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   59    


72
- SQL Azure , une base de données relationnelle. Cela permet de créer
instantanément une base de données SQL Server sur une infrastructure fiable et
garantie disponible à 99,95%.

- AppFabric 73 , des services utilisables basés sur le Web. Cela garantit une
connectivité sécurisée et un contrôle d’accès.

La plate-forme Windows Azure offre tout un ensemble de services adaptés et souples.


L’expérience de développement, l’évolution à la demande, la réduction des délais sont de
véritables atouts.

2.3. L’IaaS et Cloud privé

La notion de « vm role » fournit une machine virtuelle qui permet aux utilisateurs d’héberger,
de faire évoluer et de gérer applications et services comme ils le désirent.
Avec les DataCenters Microsoft vous pouvez faire évoluer votre système simplement et
rapidement. Cela permet de répondre aux exigences en matière d'infrastructure de
l’ensemble ou spécifiques, que ce soit au niveau global ou local.

La solution Microsoft pour un Cloud Privé repose sur Windows Server 2008 R2 Hyper-V et
System Center.

Hyper-V74permet aux entreprises d’utiliser un Cloud privé réactif et efficace. System Center
leur permet de créer des services Cloud au sein de leur propre Data Center.
Mais elles ont aussi la possibilité d’exploiter les services d’un partenaire d’hébergement
Microsoft. Elles utilisent alors les services Cloud se basant sur des machines virtuelles pour
pouvoir augmenter la capacité de leur Data Center, et externaliser l’acquisition matérielle et
les dépenses de gestion.
La surveillance et la gestion complète du matériel, des systèmes d’exploitation, des
machines virtuelles, des applications physiques ou virtuelles sont assurées par System
Center. System Center permet ainsi une vision globale des opérations du Data Center,
simplifiant le dépannage et la maintenance, et optimisant l’efficacité du Data Center.
A noter que début 2011, l’appliance Microsoft Windows Azure, a été lancée. Elle permet aux
entreprises la création d’un Cloud privé, type Windows Azure, sur leur propre infrastructure.

72
Source : 'SQL Azure'
73
Source : 'AppFabric'
74
Source : 'Hyper-V, Cloud privée'

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   60    


Conclusion

Le Cloud Computing est promis à un bel avenir, comme le montre les chiffres de ce
mémoire. Il est le résultat de l’évolution de nos usages, de l’apparition de la bulle internet et
de la virtualisation. Il n’a cessé de s’enrichir depuis les années 60 et arrivera certainement à
maturité dans les années à venir, imitant le modèle de ses ainés, les mainframes et le
client/serveur.

Les effets et impacts de cette solution sont considérables, mais nous manquons encore de
recul pour pouvoir en mesurer pleinement les conséquences. Il reste encore beaucoup à
faire notamment en ce qui concerne la sécurité ou l’interopérabilité, mais aussi la mise en
place de norme et de standards.

Pour le moment, l’engagement des entreprises vers le Cloud Computing est progressif et
raisonné, car bien que le NIST ait normalisé la définition du Cloud Computing, du travail
reste à faire concernant la sécurité et la confidentialité des données stockées ou échangées.
C’est pour cette raison que le modèle de déploiement le plus populaire aujourd’hui est le
Cloud privée ou le Cloud hybride. Internet n’a pas « tué » la radio, elle s’est positionnée en
parallèle. Le Cloud est une solution complémentaire, pas forcément une innovation de
rupture. C’est pourquoi il est primordial que les nouveaux acteurs du Cloud communiquent
clairement sur les caractéristiques techniques et les normes de leur solution. La « bataille »
des innovations technologiques qui existe depuis les années 70, va peut-être laisser place à
une compétition plus Marketing, de vulgarisation des connaissances afin de séduire de
nouveaux utilisateurs et ainsi toucher le plus grand nombre.

Pour finir, il est intéressant de se demander comment va évoluer le Cloud dans les
prochaines années. Nous dirigeons-nous vers une informatique dématérialisé à 100%,
comme l’imaginait déjà John McCarthy en 1961 ? Nous vous donnons rendez-vous à la
prochaine décennie pour répondre à cette question !

En conclusion personnelle, nous souhaiterions exprimer notre profonde satisfaction


d’avoir travaillé sur ce sujet. Le Cloud Computing est un sujet d’actualité. Nous sommes
convaincus que la connaissance de ce concept nous apportera une réelle valeur ajoutée lors
de nos futures recherches d’emploi. C’est d’ailleurs la raison principale du choix de ce sujet,
dont nous n’avions aucun compréhension il y a de ça 5 mois.

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   61    


Annexe

Annexe 1 : Sondage Cloud Computing


Annexe 2 : Résultat du sondage
Annexe 3 : La classification en tiers des Datacenters
Annexe 4 : Infographie

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   62    


Bibliographie

Lien Internet
http://en.wikipedia.org/wiki/Cloud_computing
http://www.journaldunet.com/solutions/intranet-extranet/etats-generaux-euroCloud-2011-Cloud-computing-et-saas/les-
indicateurs-du-marche-du-Cloud-en-france.shtml

http://www.marketing-professionnel.fr/tribune-libre/Cloud-computing-changement-regles-jeu.html
http://blog.octo.com/
http://www.zdnet.fr/actualites/richard-stallman-denonce-le-caractere-proprietaire-du-Cloud-computing-39383753.htm
http://markess-blog.typepad.fr/blog/2011/02/les-mod%C3%A8les-de-distribution-de-solutions-Cloud-computing.html
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-la-virtualisation-plus-concrete-et-plus-attractive-que-le-Cloud-
31258.html
http://www.lemondeduCloud.fr/lire-le-monde-du-Cloud-32923.html
http://www.journaldunet.com/solutions/intranet-extranet/vainqueurs-des-trophees-euroCloud-2011.shtml
http://www.larousse.fr/
http://www.youtube.com/watch?v=6PNuQHUiV3Q
http://www.lna.fr/virtualisation-162.html
http://www.gridcafe.org/grid-computing-ancestors.html
http://news.cnet.com/IBMtalks-up-­‐computing-­‐on-­‐demand/2100-­‐1008_3-­‐963807.html
http://computinginthecloud.wordpress.com/2008/09/25/utility-cloud-computingflashback-to-1961-prof-john-mccarthy/
http://www.journaldunet.com/solutions/systemes-reseaux/marche-francais-du-cloud-computing-2009-2011.shtml
http://www.antoinebenkemoun.fr/2010/03/dangers-du-cloud-computing-linteroperabilite/
http://www.silicon.fr/cloud-computing-un-marche-a-149-milliards-de-dollars-en-2014-40946.html
http://pro.01net.com/editorial/503206/les-dsi-sinterrogent-sur-la-securite-du-cloud-computing/
http://www.responcia.fr/blog/2010/03/04/retour-sur-les-prix-du-cloud-computing/
http://www.microsoft.com/france/securite/guides-conseils/cloud.asp
http://www.sfrdeveloppement.fr/index.php?post/2009/11/02/Place-du-Cloud-Computing-en-France
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/08/24/le-cloud-computing-bouscule-l-informatique_1231357_651865.html
http://www.gillessabban.fr/
http://pro.clubic.com/
http://www.cloudscaling.com/blog/
http://mysaas.fr/
http://markess-blog.typepad.fr/
http://cloudzone.fr/
http://www.cloudconsulting.fr/
http://www.lemagit.fr/
http://www.salesforce.com/
http://www.vmware.com/
http://www.decision-achats.fr/
http://www.microsoft.com/
http://dsi.silicon.fr/
http://www.marketing-professionnel.fr/

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   63    


Livres
Titre Auteur Editeur
Cloud Computing et SaaS Guillaume Plouin Dunod
Micro
Cloud Computing Le guide complet Sylvain Caicoya, Jean-Georges Saury
Application
IBM Business continuity and resiliency services IBM Format PDF
E-business On-Demand, le nouveau modèle informatique IBM Global Services Format PDF
Livre Blanc - Veille technologique sur le Cloud Computing Polytechnique Lyon Format PDF
Livre Blanc - Cloud Computing François Tonic Format PDF
Livre Blanc - Tout ce que vous devez svoir sur le Cloud
Syntec Format PDF
Computing
Livre Blanc - Sécurité du Cloud Computing Syntec Format PDF
Livre Blanc - Le Cloud Computing, du concept à la réalité Microsoft Format PDF
Livre Blanc - Cloud economics Microsoft Format PDF
Comparaison concurrentielle
Microsoft Format PDF
Cloud Computing Microsoft et VMware
Etude - Le Cloud Computing, réelle révolution ou simple
Bureau Wygwam Format PDF
évolution?
Etude - Mise en place d'un site type web 2.0 sur un Cloud CNAM - Olivier leclère Format PDF
Technical Report
Berkeley University Format PDF
Above the Clouds, A Berkeley View of Cloud Computing
Vivek Kundra, U.S. Chief Information
Federal Cloud Computing Strategy Format PDF
Officer

Rapport et Etude
Titre Societé
Livre blanc du Cloud Computing Syntec
L’Open Cloud Manifesto Open Cloud
Cloud Computing : attentes & potentiels pour les infrastructures (IaaS) et les plates- Markess Internationnal
formes (PaaS)
Cloud Computing Brocade
Livre d’or Salesforces
Temoignage 2011 Microsoft
Document de présentation – L’essentiel du CRM en huit points Salesforces.com

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   64    


Tables des illustrations

TABLEAU  1  :  NOUVEAU  PROJET  D'IMPLEMENTATION  DE  DATACENTERS  .........................................................................................  39  


TABLEAU  2  :  TARIFS  DES  PRINCIPAUX  ACTEURS  DU  MARCHE  .............................................................................................................  40  
TABLEAU  3  :  TARIFS  DES  OFFRES  DE  SALEFORCE  .................................................................................................................................  41  
TABLEAU  4  :  PRIX  DES  DIFFERENTES  INFRASTRUCTURES  POSSIBLES  ................................................................................................  42  
TABLEAU  5  :  LES  SOLUTIONS  PROPOSEES  PAR  GOGRID  .......................................................................................................................  42  
TABLEAU  6  :  EVOLUTION  D'IMPLANTATION  DU  CLOUD  AU  SEIN  DES  SI  FRANÇAIS  .........................................................................  46  
TABLEAU  7  :  INTERET  POUR  LE  CLOUD  DANS  LE  DOMAINE  DE  L'HEBERGEMENT  EN  FRANCE,  2009-­‐2011  ..............................  47  
TABLEAU  8  :  FEEDBACK  DE  DIFFERENTES  ENTREPRISES  SUR  LEURS  ATTENTES  EN  MATIERE  D’IAAS  .........................................  47  

FIGURE  1  :  LES  TROIS  PRINCIPALES  VAGUES  DE  L'INFORMATIQUE  (SOURCE  :  ORANGE  BUSINESS  SERVICES)  ..............................  6  
FIGURE  2  :  LA  LOGIQUE  DU  GRID  COMPUTING  ..........................................................................................................................................  9  
FIGURE  3  :  REPRESENTATION  SCHEMATIQUE  D'UN  CLUSTER  DE  SERVEURS  HEBERGEANT  UN  SITE  WEB  ....................................  10  
FIGURE  4  :  TRAFIC  MOYEN  DE  L'EXPRESSION  "CLOUD  COMPUTING"  SUR  INTERNET.  GOOGLE  TRENDS.  ....................................  15  
FIGURE  5  :  L'ARCHITECTURE  MULTI-­‐TENANT  ......................................................................................................................................  18  
FIGURE  6  :  NIVEAU  DE  CHARGE  D’UNE  APPLICATION  DANS  LE  TEMPS  ...............................................................................................  19  
FIGURE  7  :  SOUS-­‐UTILISATION  D’UN  PARC  DE  SERVEUR  ......................................................................................................................  20  
FIGURE  8  :  CAPACITE  MATERIELLE  INFERIEUR  A  LA  DEMANDE  ..........................................................................................................  20  
FIGURE  9  :  AJUSTEMENT  DE  LA  CAPACITE  EN  FONCTION  DE  LA  DEMANDE  .......................................................................................  21  
FIGURE  10  :  IAAS,  PAAS  SAAS  QUI  EST  RESPONSABLE  DE  QUOI  ?  ......................................................................................................  22  
FIGURE  11:  LA  PYRAMIDE  DU  CLOUD  .....................................................................................................................................................  22  
FIGURE  12  :  LES  ACTEURS  MAJEURS  DU  CLOUD  COMPUTING  .............................................................................................................  25  
FIGURE  13  :  REPRESENTATION  DU  CLOUD  HYBRIDE  ...........................................................................................................................  29  
FIGURE  14  :  VARIATION  HORAIRE  DU  VOLUME  DE  REQUETE  DANS  LE  CAS  D'UN  SERVICE  DE  RECHERCHE  (BING)  ..................  31  
FIGURE  15  :  SEGMENTATION  DU  CLOUD  COMPUTING  A  L'ECHELLE  EUROPEENNE  .........................................................................  40  
FIGURE  16  :  INFOGRAPHIE  PRESENTANT  LES  BENEFICES  ECOLOGIQUES  DU  CLOUD  .......................................................................  43  
FIGURE  17  :  RESULTAT  D'UNE  ETUDE  SUR  LES  ENJEUX  DU  CLOUD  ....................................................................................................  45  

ILLUSTRATION  1  :  LE  CONCEPT  DU  CLOUD  ...............................................................................................................................................  5  


ILLUSTRATION  2  :  LOGO  AZURE  ..............................................................................................................................................................  33  
ILLUSTRATION  3  :  CONCEPT  DU  CLOUD  .................................................................................................................................................  34  

Le  Cloud  Computing  est-­‐il  une  solution  d’avenir  pour  l’entreprise  ?   65    

Vous aimerez peut-être aussi