Vous êtes sur la page 1sur 33
1XP lRT . IND~ P EN DANT • SANS PU BlICIT~ N"481 - mai 2010

1XP lRT . IND~ P EN DANT • SANS PU BlICIT~

N"481 - mai 2010 www .q uec ho isi r.o rg

Tondeuses TE~ a gazon p. 54

,

www .q uec ho isi r.o rg Tondeuses TE~ a gazon p. 54 , Repassage TE~

Repassage TE~

C ntr 1svapeur,

~

r

t t

bles p. 24

54 , Repassage TE~ C ntr 1 svapeur, ~ r t t bles p. 24 TEST

TEST 1

Bro sses a dents

- 1

t ri ques p.3 2

•

TEST

Côtes-du-rhône

p. 35

,

dents - 1 t ri ques p.3 2 • TEST Côtes-du-rhône p. 35 , TEST Bisphénol

TEST Bisphénol A

Les produits a eVlter p. 28

,

,

.

Les vrais tarifs des cliniques ."

d'honoraires
d'honoraires

Trop, c'est trop!

L EST Ordinateurs portables p. 51

Dépassements

." d'honoraires Trop, c'est trop! L EST Ordinateurs portables p. 51 Dépassements Carafes filtrantes p.38

Carafes filtrantes p.38

Chirurgie Spécialement dans les cliniques privées, les dépas- sements d'honoraires sont très fréquents. Pour peu

Chirurgie

Spécialement dans les

cliniques privées, les dépas-

sements d'honoraires sont très fréquents. Pour peu que le patient soit

mal couvert par sa complémentaire santé, le

reste à charge pourra être lourd à supporter.

:'e:: et dl?~

pourra être lourd à supporter. :'e:: et dl?~ centrales vapeur Un classique de nos tests .

centrales vapeur

Un classique de nos tests . Ce sont

les perfor-

mances au repassage qui ont primé dans notre classement final, devant l'endurance

à l'entartrage puis la commodité d 'emploi.

P24

Bi sphénol A

On peut en trouver dans

les biberons, les boîtes de conserve et les fontaines

dans les biberons, les boîtes de conserve et les fontaines à eau. les résultats de nos

à eau. les résultats de nos analyses sur

une cinquantaine de ces articles incitent

à la prudence.

une cinquantaine de ces articles incitent à la prudence. P28 Carafes filtrantes Nous avons testé 7

P28

Carafes filtrantes

Nous avons testé 7 références.

En labo, les résultats sont honnêtes mais à "usage, à

domicile, c'est catastrophique.

P.38

à "usage, à domicile, c'est catastrophique. P.38 Ordin ateurs portables 15 et 16" Pa s de

Ordin ateurs portables 15 et 16"

Pa s

de surpri s e: les appareils équipés

des composants les plus récents affichent

les meilleures performances.

P 51

Les tests du prochain numéro

. Aspirateurs

• Lampes à économ ie d'énergie

• Poussettes

. Qualité des produits bio

Le numéro 480

de QueChoisi,

a été tiré 11 568600 exemplaires

CRtO ITS DfCOllVEAT UAE : K. HOFMEISTER/EASY / AGE

FOTOSTOCK ; J. 80NNEFOY ; J. GLEllER/GETTY

IMAGES ; MA5TERFILE ; P. TURPIN/ BElPRESSI MAX PPP ; J.-P. BOUTET/ OREDIA ; BURGER/P HANIE ;

GA RO/ PHAN IE ; R. UN KELJREA. tDlTIJS : A. LECO M TE ( p. 3); G. PODGORSKI ( p. 65 ).

2 -QueChoisir481-mai2010

( p. 3); G. PODGORSKI ( p. 65 ). 2 -QueChoisir481-mai2010 UFC-QUECHOISIR 233, boule vard Voltaire,

UFC-QUECHOISIR

233, boule vard Voltaire, 755 5 5 Paris Ced ex 11 . Tél. : 01434 8 55 48. Tél écopie : 01 4348443 S.

• Prési dent et di re<teu r des publk atio ns : Alain Bazot

- assistante s/ rel at io nspr esse: Marie·Christlne Brument, Christelle Leduc

• Di rect eu rg énéral délé gué: Jean·Louis Red on

R~DACTION : . Rédac teur en (h ef :Jean ·Paul Geai

• Réduteu rsen (hef adjoi nts :Arnaud de Blauwe, Franck

Auia (QC en ligne), Patrick Potelet (QC Argent et QC Spéciaf), Catherine Sokolsky (QC Santé)- assistante:

Catherine Salignon . Enquêtes, reportages :Cyril Brosset, Ëlisabeth Chesnais, Camille Gruhier, Florence Humbert, Fabienne Maleysson. Micaëlla Moran, Ëlisa Oudin,

Erwan Seznec, Anne·Sophie Stamane, Perrine Vennetier

• Tests de servim: Isabelle Bourcier et Ingrid Stiemer

Secrétaria t derédaction : Ginette

Labiche (1 " sr), Laure nt

(QC Argen t et QC Spéciaf)

Suchowiecki, Ëlizabeth Négrel

Co ncept i on gr aphi qu e: Véronique Puvilland

Maquette: Sophie Clément, Sandrine Rouillard

l( onog raphie: Chantal Langeard •

Secré taria t de rédact i on

t echnique: Ëric Fromy· Documentati on: Frédérique Vidal,

Véronique Le Verge, Stéphanie Renaudin

• On t collabo r éà ce numéro : Jean·Moïse Braitberg, Louis Duchatelet, Marc Miannay, Wulfran Louis

QUE CHOIS IR EN LIGNE · Carla Félix, Thierry Fournier, Caroline Laguillaume, Christelle Lepetit. Jean·Philippe Machanovitch, Leslie Schmitt

QUE CHOISIR tDITION • Laure Sassier

ESSAIS COMPARATIFS · Ëric Bonneff(di rect eurJ, Laurent Baubeste, Bernard Ducret, Ëric Ëbran, Vincent Erpelding, Aissam Haddad, Claire Garnier, Gaëlle Landry, Lars Ly, Neil McPherson. Mélanie Marchais. François Palemon, Hélène Tail lad es, Gabrielle Th éry et Saraya Doucet, Séliha Redjadj

JURID I QUE · Gaëlle Patetta (di rect eu r), Isabelle Ca t alina Ch at elli er, Charlotte Dekeyser, Nicolas Sandra Woehling etVéronique Louis'Arcene

Faujour,

GOdfroy,

ADM I NISTRAT I O N · Florence Thomass in (di recte ur administ ratif et fi na ncier) • Aude Dauchy, Sandrine Flagel, Audrey Saint·Dizier, Michaëla Schaubroe<k

• Informatique : Régis Ghozlan (directeur), Nicolas Babaud, Guillaume Be rtrand, Nicolas Lavergne

• Logisti qu e: Philippe Ballon. Damien Bidault.

Myriam Bos, Fabienne Dorlet, Johana lssembert,

MikaëlLe Goudivèze

DIFFUS ION/PROMOT ION · Thierry Duqueroy (di l ect eu r), Marie · Noëlle Decaulne, Laurence Kramer, Aline Ladefroux, Raphaëlle Vincent· Co ur rier: Geneviève Vesselinoff, Brigitte Bouttier, Soisick Lebelle

• Informat ion j uridique : Sophie Herbreteau, Laure littardi, Mansour El Houss ine, Murielle Ba illy, Raphaël Bartlomé, Magali Berthe, Frédéric Blanc, Mélinda Fares, François - Xavie r Guéant, Marianne Lamoureux, Anne ·Caroline Hartmann, Serge Kornm an, Julia Le Roux, Nadia Mamri, Sabrina Mergey, Lorraine Paris, Sabine Saragoussi, Ch ristian Soulétie, Christophe Trinh

• Service abonnemen ts: Que Choisir - TSA S0293, 92898

Nanterre Cedex 9. Tél.: 01 46354 8 40. Inspection des vent es et réassorts diffuse ur s: Sip/Gérard Ribaux

• Tarifs: 1 an, soit 11 num éros: 44 E; 1 an + 4 Hor s· série: 62 E; 1 an + 4 Hors·série + 4 Spéciaux: 90 E

UFC-QUE CHOISIR · Association à but non lucratif

Bureau du conseil- Pr ési den t : Alain Bazot

SOMMAIRE • N° 481 - mai 201 0

L'ACTUALITÉ

4

Jean-Paul Geai

rédacteur enchef

• Nanomatériaux: toxicité ma l ce rn ée · Jardi nage: sus aux pesticides

• Agroca rbu rants : pas de quoi les

COURRIER

sou tenir - la Poste cach e ses mini-prix

12

• Ëtiquette: le fabricant dit s'engager · R p aralio n l ongl l ette

• Tout-terrai n m iné · Canal + : les pi ed s d ans le cfable

s

1 6

Dépassements indécents

DITORIAL

U dépassement d'honorai res

n

de 5593 pour une opération de la cataracte; 4500 pour la pose d 'une prothèse de

hanche

Pou r exceptio nnels

qu ' ils soient. ces dépassements d 'honoraires

dans le secteur hospitalier privé frôlent l 'i ndécence. Les tarifs médi caux seraient-il s

deven us fous ? Et tarifer l eurs actes

comme l'exige leur charte déontologique,

auraient-i ls perdu la tête?

une très bonn e mutuelle,

mo ins d 'avoir

les pratici ens, censés

avec «tact et mesure»

À

au coût de plus

en plus é levé. la multiplicat ion des dépas-

sements non pris en charge par l'assurance

maladie (lire p. 16) cre use les inéga l itès

pati en ts. au point d 'amener parfois

Cliniques privées La facture dépasse l es born inéga l itès pati en ts. au point d 'amener parfois Pour ceux qui sont mal

Pour ceux qui sont mal couve r ts par leur co mpl ém entaire sa n t é ou n 'en ont pas, le res t e à charge peu t ê tre important. Ex e mple s à t ravers trois opérations d a n s des étab li sse ment s de soi n s.

idée des pratiques tarifaires. Certes. depuis le 1" janvier 2009. tout professionnel de santé doit remettre au patient une informa- tio n écrite sur le ta ri f des actes effect ués et le montant des dépassements dès lors que

la

de clarté ne change guère la donne, car

bien pe u d e

tarifs avant de « passer sur le billard ». Pour

freiner la multiplication de ces dépasse-

ments de pl us en plus importants, Sécu et complémenta i res se sont

sur la créatio n d'un secteur d it optionnel qui marierait la discipline du secteur 1 avec la liberté d u secteur 2. Un pratici en relevant du secteur optionnel serait

co ntrai nt d ' appliquer le tari f rég leme nté de

la Sécur i té soc iale à 30 % d e ses patients ,

médec i ns, accordés

facture es t d'au moins 70 €. Mais ce souci

patie nts ose nt négoc ier les

tout en faisant subir aux autres des ho noraires p lus chers ma is plafon n és à 50 % du tarif conventionné et que les assu· reurs prendraient en charge. Pour l'heure. seu ls les ch i rurgiens, les anesthésistes et

les obstétrici ens serai en t concernés. Il est à c rain dre que ce tte réponse ne règle ri en:

plutôt que de limiter la progressio n des

dépassements méd icaux,

les banaliser un peu plus. C'est tout le système de rémuné ration des professionnels de santé qui est à revoir. Il

cela risque de

!

Fers et centrales vapeur Une arrivée dans un mouchoir de santé qui est à revoir. Il cela risque de ! Fer s o u centrales

Fer s o u centrales vapeu r, à c h acu n ses atouts. Nous avons égale m ent t esté 7 t abl es à repasse r.

Bisphénol A Un plastique pasNous avons égale m ent t esté 7 t abl es à repasse r. fantastique La

fantastique

La susp icion croit su r cette

dans les b i b ero n s, boîtes de co nserve, etc.

su bstance que l'on p eut trouve r Nos analyses.

Brosses à dents Brosses à

électriques Économes en hu ile

de coude

24

28

32

35

38

Utiles pour apprendre le bon mouvement, elles peuvent ensuite êt re re mpl acées par les brosses manuelles.

retour du « petit rouge » .

Vins des Côtes-du - Rhône Le par les brosses manuelles. retour du « petit rouge » . 7 so rtent du lot.

7 so rtent du lot.

Sur les 40 b oute i lles à mo in s d e 11 dégustées par notre j ury,

qual ité de est non.

Carafes filtrantes Fontaine, boirai -j e de ton eau? 11 € dégustées par notre j ury, qual ité de est non. Nou s avons vérifié

Nou s avons vérifié si elles am é liore nt v raim en t la l'eau q u'e ll es ( t raitent ». Au quot id i en, la répons e

Eau privée / eau publique Des fronti è res perm éa blesu'e ll es ( t raitent ». Au quot id i en, la répons e 44

44 entre les

. 46

51

54

58

Comme n t les distribut eur s s' y p r enn en t pour grâces du monde associat i f. Enq u ê te.

s'a ttirer l es bonnes

ce rtains d 'entre eux à renonce r à se faire

Avez-vous

une bonne mutuelle?,.

Question banale. mille fois entendue bien

qu'elle soit en principe illégale. Ainsi fonc-

tionne la médecine libérale aujourd 'hui en France. D'un cô té, le prati c ien qu i estim e

ne so nt pas assez rémunérés, usager qui n 'a qu 'un e vague

que ses actes d e l'au tre. un

~ Aéroports et compagnies Ça

pl ane pour ce rtain s

Le classement d es voyag eu rs e urop ée ns compagnies aériennes.

'1 TEST Ordinateurs portables 15 et 16" To uj o urs

su r les aéroports et les

plus

Les capaCit és multim éd ias ont é té prépo n dérantes po u r

d épar t ager le s 13 PC exa min és.

Tondeuses à gazon Question de surface

- Vice· prési dent s: Hervé Le Borgne, Odile Leturcq - Tré sori er :
- Vice· prési dent s: Hervé Le Borgne, Odile Leturcq
- Tré sori er : Francis Faget - Tr êsorie r adj oin t : Joël Dufour,
- Secrétaire: Mar tial Verschaeve - Conseil d'administration:
Daniel Bideau, Monique Bisson, Alain Caudy, Guy
Grandgirard, Jean·Yves Hervez. Nicole Perez, Sylvie
Pradell e, Alain Welter et, pour le personnel, Aline
ladefroux et Micaëlla Moran· h udes: Grégory Caret
(directeur). Olivier Andrault, Ëdouard Barreiro, Caroline
Keller, Carol e Matricon·Delbé· Relat ion si nst it ut io nnell es:
Cédric Musso (directeur), Nikoleta Bouilloux'Lafont,
Laetitia Lemaire et Ëlisabeth Pi nto · Relat ions associativei :
Marc Gimelli (di rect eur), Vé roniq ue Auberger,
Christine
Chaton. Olivier Dejeufosse, Aymeric de Goussencourt,
Catherine Guillerm. Marie·Christine Mérel
IMPRESSION Imprimeries RotoFrance. Distribué
par MLP. Dépôt légal n° 144. Commission paritaire
n00712 G 8231B. Tous droits de reproducti on et
d'adaptation réser vés . Ce
numéro comporte un encart
abonnement à QCS, un encart sous
~
lf.i
enveloppe collée en 4" de couverture. un
encart «carte d'information juridique».
"'-7 Imprimé sur papier certifié PEFC - CoC
?' E Fe - inspec ta
2177.ISSN 0033-593 2.

. ~

- CoC ?' E Fe - inspec ta 2177.ISSN 0033-593 2. . ~ Celles à mote

Celles à mote u r q

Ma i s les él ect r iq u es sé dui se nt par le ur soup l esse d 'u t i lisation.

u atr e - temps l 'e mportent sur l es gra n ds terr ain s.

Opel Astra H ëheure d e la relève

Les propr ié tair es de ce tt e voi t ure rendent leur ve rdict: pépins t rop fréquent s!

CO NSO PRATIQUE

ga r antie · Pl acements: la

vers l 'o r · Co propri été: cho i sir so n opérateur de fi b re

• Voyager aux Ëtats-Uni s

Ri sques

locatifs : n o uve ll e

ACTIONS UFC-QUE CHOISIR

ruée op t ique

62

64

Les initiat ives d es associations loca les

ÉDITORIAL d 'Ala in Bazo t, président de l' UF C-Que Cho i sir

65

INDEX

66

polémiques des grandes concerna nt le bilan env ironneme ntal cu lt ures. Elle a

polémiques

des

grandes

concerna nt le bilan env ironneme ntal

cu lt ures. Elle a con nu b i en des débo ires,

pui s ret irée

tant la co ntes tat ion de ce rt ai n s

climat si o n s'e n tient aux

it e, que

en comp te le cha ngeme nt d'a ffectation des so ls (q u' il soit

justi fi e guère gue les ag rocarbura nts continu en t à fi na nc ier de l'Etat.

L'ACTUALITÉ

Herbicides

Chlorate de soude interdit

D ès ce printemps, les herbicides

à base de chlorate de soude

n'auro nt plus dro it de cité dans les jardineries et aut res grandes surfaces. Largement utilisée à ca use de son efficacité comme désherbant, ce tte sub stance n'a pas été inscrite au niveau européen parmi les matières

active s et n'a donc plus d'être commercia li sée.

le droit

Agences régionales de santé

Le so utien financier del'~tatne

se justifie guère.

Le so utien financier del'~tat ne se justifie guère. Vers un pilotage 'plus efficace? M ises

Vers un pilotage 'plus efficace?

M ises en pl ace le 1" avril , les nouvell es Agences rég io - nales d e sa nté (A RS) p eu-

vent piloter conjo intement

les so in s de v ill e, l e m édi co -soc ial (handicap et personnes âgées) et

les act ions d e prévention. Regrou - pant les compé tences de p lusieu rs

organismes ( Drass, Ddass,

etc) , elles doivent permettre de nou-

velles économ ies tout en améliorant

l'efficacité des soins. Outre le retour à l'équilibre financier des hôpitaux en 20 12, leur o bj ectif est de renfor- cer la coord inat ion et l'accès aux soi ns, et d'ass urer le développement

des stru ct ures destinées au x seniors

et aux handicapés. Une meilleure

permanence des soins en secteur li-

bé ra i et le renforce me nt d es mai-

sons de san té doivent di minu er le

recours à l' hôp ital. Mais la m issio n ne sera pas simple à remplir. Si la tu- telle sur l'hôpital a été renforcée,

l' hôpital,

Urcam,

Il n'y a pas de quoi les soutenir

E ll e est enfin parue! Elle, c'es t la fame use ét ude - exhaustive et contradic- taire. sur les agrocarburants que l'Ademe (Age nce de l'e nv iron nement et de la maîtr ise d e l' énergie) devai t piloter, suite au Grenelle de

celle sur la médecine de v ille reste fo rm ell e. Rien n'est opposable aux médecins libéraux: ni l'installation,

ni les conditions de la perma nence

des so in s. Et l a Confé d éra t io n des synd icats méd icaux français (CSMF) réclame déjà une limitation du champ d 'action des ARS. Espérons qu'on laissera aux ARS les maigres prérogatives q u'ell es

ont ob tenues sur la médecine de vi ll e, si-

non ce nouveau pila·

tage perd ra tout son sens. Il faut également leur donner plus de latitudes pou r redéployer d es m oyens ent re les secteu rs hos- pital i ers, ambula to ire et m éd ico-so - cial. C'es t esse ntiel si l'on souha ite

rest ructurer sa ns augmen ter trop la

d épe nse. Le défici t attei nt , en 2009, 20,2 milliards po ur la Sécurité socia- le , do nt 10,5 mi lli a rds d'euros pour l'assurance maladi e.

avec ses

machines

débarquent.

l'e nviron nement et aux

de ces carbura nts issus

reportée deux fo i s, publiée

expert s du comité tec hnique était fo rte (OC n œ 474 p. 4 et 476 p . 8). Le r ap-

port a donc été re travaillé. Que dit-il ? D'abord, que les ag rocarb uran ts o nt

mo i ns d ' impact que les ca rb urants pé troliers su r le

c ritères st ricts d e l 'analyse de cycle d e vie. C'es t évidemmen t la seu le pa rti e

r epri se pa r l es i ndus tri els du sec teur, qui se frotte nt les ma i ns. Ensu

ndus tri els du sec teur, qui se frotte nt les ma i ns. Ensu Mesures

Mesures

expérimentales

O

n cri tique les tarifs de l a SNCF

pour leur complexité. Mais

avec l'offre Te oz t ea expérimentée

dès le 21 mai sur la ligne Pari s· limoges-Toulouse, la société natio- nale persiste. Présentée comme

«adaptée au contexte de crise » e t

disponible sur certains trains

roulant

permet de voyager avec un billet

vendu de 15 à 30 E. Le pri x plan ch er

tomb e à 13 si l'on

plus. Des tarifs forfaitaires qui

s'appli quent quelle que soi t la

gare d'arrivée située sur l'axe

Pa r is-Tou louse (C hâteau roux,

Montauban

train couchette (Lunéa) circulera sur cette ligne les jeudis en journée.

«Une nouvelle façon de voyager, au calme et en toute tranquillité »,

explique la SNCF. C'est aussi une

mani ère pou r elle de te nter «de

prendre des parts de marché à la route et d'optimiser le modèle écon omique des trains de nuit» en les fai sa nt

du ve ndredi au lundi , ell e

es t quatre ou

). Plus origina l, un

rouler le jour. Début 2011, la SNCF

fer a un bilan de ces innovat ions.

4 - Que Choi sir 481 - mai 2010

Déficit 2009 de la Sécu : 20,2 milliards d'euros

ce b il an favorab l e p eut s' inverse r e t deveni r négatif p o ur les ag roca r bura n ts

d ès q u'o n prend

direc t si on trans form e une forêt ou des pra ir ies e n cult ure, indirect si la

culture cesse d 'être ali mentaire pour produire des ca rb urants). C'es t b ien

entendu la par ti e retenu e par les assoc iations env iro n nementales. A u fi nal,

d onc, un b ila n qui ne

bénéficier du soutie n

/ =;
/
=;
nal, d onc, un b ila n qui ne bénéficier du soutie n / =; (

( 'est au patient d'exi ger

la déclaration de conformit é.

au patient d'exi ger la déclaration de conformit é. Bonnes et mauvaises graisses près le«s usau

Bonnes et mauvaises graisses

près le«s usau gras)), on passe au (( ni trop ni trop pe u 1). I.:Afssa

(Agence fra nça ise de sécur ité

sa nit aire des a lim ent s) v ien t de mod i- fier sa reco mmandat io n sur la pl ace

d es mat ières grasses

tio n. De 30-35 % des ca lori es, le taux de lipides conseillé remonte à 35-40 %. Cette modification découle des reche r-

da ns l'al imenta-

A

c hes les plus

D'abord, c'est l'excès de calor ies d'où q u'e lles

viennent,et non l'excès de graisses en parti cu-

lier, qu i con duit à l'obésité et autres pathologies liées à la nutrition (d iabè te,

récentes.

le li tre quotid ien

dable qu e la po rti on d e rill ett es à cha-

qu e repas. drast ique

la pa rt de lipid es, c'es t r is-

qu e r ci e ne pas avoir son co mptant d e

Par a ill eurs, r éd uire

de façon

bonnes gra isses,

en particu li er les

I~ap p ort n utri tionnel conseil -

lé de ces derniers augmente. Au tre nouveauté, tous les acides gras saturés ne sont plus mis dans le même pani er. Traductio n prat ique d e ces val- ses c hiffrées: soyons attentifs à nos apports en oméga 3 (deux parts de poissons parsemaine, une bonne place aux huiles de co l za et de noix), et évi-

om é ga3.

tons certaines graisses sa turées et trans

des produits industriels ( huile de pal- me et de cop rah, matières grasses hy- drogénées) plutôt que de traquer le gras sa ns distinc tio n.

Clarification

incomplète

C onséquence de la loi HPST ( Hôpital patients santé territoires) du

21

juillet 2009, les chirurgie ns-dentistes sont désormais tenus

de

d istin guer clairement, sur leu rs devis et leurs factures, le prix des

soi ns de ce lu i des pr o th èses

sont en infraction. Le ministère de la Santé l'a précisé, la mesure est applicab le en l'état sans qu'il y ait besoin d 'un décret d 'application . Mais une ordon nance du Il mars 2010 semble enterrer une autre disposition de la lo i : l 'ob ligation de fournir la déclaration de conformité délivrée par le fabri cant, garant issant les matériaux utilisés et i ndiquant la provenance des prothèses. En effet, l'ordo nnance stipu le juste qu e ce document doit être mis à disposition. du patient, supprim ant d u coup toute obligat io n d'i nfo rma ti on sys tématiqu e de la pa rt d es d enti stes. Au co nsom mateur

(couron nes , bridges, etc.). Faute de quoi, ils

de récl ame r ce ce rtifi cat pou r vé

après coup,

la cohérence entre

le p rix d'ac hat de la p ro th èse et sa p rove nance!

Chaque lipide a des propriétés différentes

mala di es

cance rs

de soda n'est guère plus recomman-

ca rdi o-vascu lai res, ce rt ains

.). En clair,

recomman- ca rdi o-vascu lai res, ce rt ains .). En clair, N espresso est une

N espresso est une entreprise floris- sante (25% de croissance annuelle).

On peu t apprécie r la qualité gusta ti ve

de ses ca p sul es (OC n'

d 'utili sat ion ou l'e ffort

du recyclage. Mais on a le droit d'être

re but é par le co ncept: boutiq ues rares

des joailleries, inscription

des cli ents à un cl ub de « pri vil égiés ) et,

surtout, absence de conc ur rence grâce au dépôt de dizaines de brevets. Cette muraille juridique n'a pas découragé

Sara Lee (Maison du

a lancé,

compat ibles avec les

), qui

et semb labl es à

447), la prat icit é

récent en faveur

café, Senseo

mi-avril , une

gamme de dosettes machines Nespresso.

Quatre version s sont proposées, dont une décaféi né e, sous la marque L'Or Es- presso. Di sponibles en gra ndes sur fa ces

(avec une incertit ude pour Interma rché et Casino à l'heure où nous écrivons),

leur prix conse illé est fixé à 2,99€ les

10 ca psu les, con tre 3,30 à

3,70 pou r

Nespr esso. Moi ns chères donc, mais ni

recyclab les ni bi odég radab l es. A noter:

Casino comp te comm erc ialiser d'autre s do settes concurre ntes d'ici à fin mai.

Minima sociaux

Coups de pouce

L es pe nsions de retraite ont été reva - lorisées de 0,9 % au 1er avril et le

minimum vieillesse porté à 708,96 € par mois pour les person nes seules, soit une

hausse de 4,7

handicapé (AAH), perçue par quelque

850000 person ne s, a été reva lor isée de

2,2%, pour atteindre 696,63€ par mois,

puiS 711 ,95 au 1 er septemb re.

%. ~ a llocat ion adulte

mai 2010 - Qu e Cho isir 481 - 5

Acompte exorbitant P asser du jour au lendema in de 20 50 % d 'acompte

Acompte exorbitant

P asser du jour au lendema in de 20

50 % d 'acompte à la commande,

c'est ce qu'a fa it Lapey re, la fi li ale

à

de Saint-Gobain spécialisée dans les portes et fenêtres. Un bond révélé par un de nos lecteurs de la région pari-

sie nne. Le devis qui lui est remis le

12 mars dernier dans un magasin d e

l'enseigne es t accompagné des ti ons gé néra les. Elles précisent

condi -

que

«pour les praduits standards., l'acompte

à verser à la signature est de 20 % du to tal. Taux porté à 50 % pour les com- mandes qu i comp rennent au moi ns

un produit sur mesure». Quatre jou rs

plus tard , i l se rend dans un autre ma- gasin Lapeyre pour finaliser son achat.

La fact ure s'élève à près de 650€. S'agis-

sant d'une porte

mateur s'attend à verser u n acompte de 20 %. Le vend eur lui réclame cepen- dant 50 %, et lui m o ntre l es nouvelles conditions générales qui

standard , ce co nsom-

indiquent, effect ive

que désormais c'es t 50 %

d'acompte pour toute com-

ma nde!« Une manière pour

Lapeyre de faire rentrer du cash et d'ali-

ment,

50 % à la

commande,

sinon rien

menter sa trésorerie à nos frais

, com -

mente le cl ien t. Lense igne, sollicitée par Que Choisir, explique que ces modifi-

cations,

motivées par la nécessité de

davantage engager ceux qui passent

commande», remonlent à mars 2009.

Colis postaux

La Poste cache ses mini-priX

L'ACTUALITÉ

Grippe A (Hl Nl)

L'ACTUALITÉ

Hôpitaux

Les check-lists sauvent des vies

La facture

Chauffage au bois

Suivez

les étoiles

fait mal

C ertes, le gouvernement a pu résilier 50 des 94 millions

de doses

de vacci n con tre la

U

ne étude par ue début avr il dans

le développement de c hec k-lists da ns les hôpitaux. Emp runtées aux

pilotes de ligne, et utilisées de p lus en p lu s fréqu emme nt dans les blocs

le British Medical Journal (1) plaide p our

A fin d'aider les consomma- teurs à repérer plus facile-

ment les apparei l s de chauffage au bois l es p lu s performants

(poê le, cuis ini ère, insert l'étiquetage des équipements labellisés Flamme verte a été

modifié. Ce label permet de

prétendre au créd it d 'impôt alloué aux énergies renouve-

lables.les critères de labellisation n'ont pas changé (m inimum 70 % de rendement et moins de 0,3 % d'émi ssion de monoxyde de carbone) mais l'étiquetage s'est enri chi d'étoiles: il en faut

désormais t rois pour prétendre

la Fl amme verte. Cinq étoiles

sont attribuées aux équipements ex tr êmeme n t performa nt s, à très faibles émiss ions de pol- luants. En 2012, le label n e se ra décerné qu'aux appareils ayant droit à qua t re et cinq étoiles et, en 2015, qu'aux cinq étoiles.

à

grippe A (Hl Nl ) commandées

aux laboratoires. Mais la facture

de la campagne de vaccination

se ré vè le très élevée vu le faible nombre de perso nn es vaccinées,

5,7 mi llions. L'Office parlemen-

taire d'évaluation des choix scient ifiqu es et technologiques

(Opecst) a éval ué le coût de la

campagne à 670 millions d'euros,

dont, notamment, 334 millions

pour les doses de vaccins effecti-

vement commandées, 48 millions

pour l'indemnisation de t rois

laboratoires (GSK, Novartis et Sanofi Pasteur) suite aux rési lia- t ions, 52 millions pour l'émission d es bons de vacc inati on et

172,3 millions pou r les personnels

réq ui si ti onnés. La revente de

vaccins est demeurée limitée:

seul es 300000 doses ont p u être

revendues au Qatar. Quelque

9,4 millions de doses ont été

données à l'OMS à l'intention

d'une vingtai ne de pays du Sud, et Monaco a reçu au ssi des vacci n s. le cond itionnement e n

dix doses a provoqué 10% de

perte dans l es ce n t res de vacci-

nati ons. Il no u s reste quand

même sur les bras 25 millions

de doses qui pourront être

proposées à l'a utomne, si la même souche de virus circule.

à l'a utomne, si la même souche de virus circule. le recours aux fiches de bonnes

le recours

aux fiches

de bonnes

pratiques

cliniques

réduirait la

mortalité.

opératoires, ell es sont également efficaces pour d 'autres soins. Un programme

d'améliorati o n des soins avec des check-lists pour hu it prises en c harge fréq uen tes

(asepsie d es cathéte rs ve ineux ce ntraux , diarrhées et vomissements, accidents

vasc ula ires cérébraux , pneumon ies acqu ises sous vent il ation méca nique,

infections à staphylocoque doré résistant, insuffisance cardiaque, infections des

),

., ~~
.,
~~

Nanomatériaux

sites ch irurgicaux et bronchopneumopathie chronique obs tru ctive) a perm i s de diminuer la mortalité au sein d 'u n groupe hospital ier du nord-ouest de Londres. Les m édecins di sposa ient de fi c hes rep renant les recommandations de bonnes pratiques cliniques et

se se rv aie nt des (( c h eck-lists)) pour vé rifi er ce qui

ava it été fa i t. Durant la période d'étude , une r éduc-

t io n de 255 décès (- 14 ,5%) a été observée. La morta-

lit é a diminué le plu s dans les se rvi ces qui ont le

~ mieux employé les check-lists.

(1) . Us ing Ca re Bundles to Reduce l n-Hospital Mortality; Quanti·

~ lalive Survey », British Medical Journal, 1/4/10.

Une toxicité mal cernée

L es nanomatériaux sont partout. Des cos métiques aux prod uits

alimentaires, en passant par le

ciment, le matériel de sport ou encore les vête men ts, ces composés infin i-

ment petits (on peut mettre 1000 nano- particules dans l'épaisseur d 'un cheveu) font partie de notre quotidien. Or, leurs éventuels effets délélè res

sont très mal cernés. Ca r,

à l'état nanométrique, un composé

cha nge de propri étés, il peut avoir des effets nocifs spécifiques. En o ulre ,

minuscul e, il peut se fau

notamment dans l'organ isme. Pour

tenter d'évalu er un pe u mi eux les ri s- ques pour la popu lation et l'env ironne-

ment, les experts de l'Afsset (Agence

française de sécurité sanitai re de l'environnement et du trava il) ont

pla nc hé sur la quest io n. Ayant re ce nsé 246 produits contenant des nanoparti- cules su r le marc hé français , ils o nt

en passa nt

fi ler parto ut ,

D es témoignages adressés à Que Choisir l 'indiquai ent , un e enquête p
D es témoignages adressés à Que Choisir
l 'indiquai ent , un e enquête
p ubl iée il y a
un mois par 60 Millions de
consomma -
teurs le
confi rme: pour l 'envoi des
colis, la Poste
o riente
trop souvent ses clie nts ve rs les formules
les plus coûteuses, Colissimo et Chronopost.
Pourtant, p ressée pa r l'Arcep
(Autor ité de régu-
lati on des télécommunications économiques et
postales), elle avait lancé, fin 2008, l'offre éco-
Des tarifs comparables au tarif lettre
sont disponibles pour les petits paquets.
nomique "M ini max" (QC n° 468, p. 11) pour
les colis de moins de 1 kg et de 2 cm d 'épais-
seur. Les tarifs vont de 1,50€à 4,50€selon le
poids, contre 5,55 € à 10,60 € pour un Colissimo
équivalent, par exemple. Avec de
tels ta rifs, le
colis es t une ac tiv ité très rentable pour la Poste, qui n'a aucun intérêt à mettre
trop en avant une offre à petits pr ix. Prenan t acte de l 'enquête de notre confrère,
l'Arcep a rappelé la Poste à ses " obligations" et lui a enjoint de proposer, avant
fin avril , des mesures pour fair e sortir ((
M i ni max) de l 'om bre. En attendant,
n'hésitez pas à l'ex iger au guichet pour vos p et its paquets!

Cancer de la peau

Dépistage

centré leur évaluation des risques sur

des exemples concrets: la silice, utilisée comme anti-agglomérant dans cer tains produits alimenta ires (code:

E 55 1); le dioxyde de titane (ou tita- nium dioxide), introduit dans certains

gratuit

J eud i 27 mai 2010, une nou· ve ll e journée de prévention

et de dépistage anonyme et gratu it des cancers de la peau se tiendra à l'initiative du syn di - ca t n ational d es dermato- logues. Plus de mille spécial istes

cosmétiques; l'argent des chaussettes

antibactériennes

la toxici té des nanomatériaux

mal cernée. C'est pourquoi l'Alsset demande instamment d'intensifier la recherche sur les risques. Elle recom-

Dans tous les cas,

est très

Plu,de 1000

praticiens

accueilleront

le public

le27 mai.

iiifO

«Modes --

de vie»

Chaque semaine, retrouvez Que Choisir

dans les chroniques de France Info

Rendez-vous tous les lundis, en direct, à 16h45, (rediffusion à 20 h 20)

6 - Que Choisir 481 - mai 2010

-mande aussi d 'interdire «certains

usages pour lesquels l'utilité est faible par rapport aux dangers potentiels., et

est faible par rapport aux dangers potentiels., et accueillent le publie dans des centres ouverts en

accueillent le publie

dans des centres ouverts en coopéra-

 

t

ion avec l es collecti-

ai

vités loca les, notam-

ment les municipalités.

~ Pour connaître les

~ z lieux de dépistage:

Si

té l. :3 11 30 u

d'imposer la traçabilité et l'étiquetage

des nanomatériaux_ De son côté,

l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) avait conclu en mars 2009 qu'un système d 'autorisa- tion de mise sur le marché devrait

être imposé. Reste à traduire ces av is

en décisions concrètes_

~ www.journeecancers- ~ delapeau.com.

mai 2010 - Que Choisir 481 - 7

Ophtalmologistes

Le syndicat sanctionné

M ème comportement, même sanction: après j'Ordre des

chirurgien s- dent ist es (OC n" 479 ,

p. 8), l'Autorité de la concurre nce

vient de condamner le Syndicat

national des ophtalmolog istes de France (Snof ) à 50000€ d'a mend e pour avoir appelé au boycott des opticiens affiliés au réseau Sa ntéclai r. Fin 2003, la Maaf, un de s organismes compléme ntai res

ut ilisa nt ce résea u d'opt ici ens, ava it annoncé qu'el le rembourserait au

prem ier euro le renouvellem ent

de lunettes di rectement réal isé par

un

presc ri

Le Sno f, qu i jugeait que ce tt e

prat iq ue en trava it la préventio n de

ce rta in es patholog ies, a menacé

dans diffé re nt s courriers de ne plus e nvoyer de patients aux opt iciens du réseau Santéclair. Des menace s

qu i ont eu une certa ine efficacité

puisq ue dans la période

'27 opticiens, aussi bien indépen- dants que sous enseigne, ont dé noncé leur partenar iat avec

5antécla ir, so it environ

résea u. L'Autor ité de la co ncu rrence

a

ava it été

2003-2006,

opticien, c'est-à-d ire sans la

ptio n d' un op hta lm ologiste.

10 % du

estimé

que cet appel au boyco tt «préjudiciable » au

développement du réseau «pourtant

favorable à la concurrence e t aux

intérêts des patients».

Accueil de jour

Hausse du forfait transport

L e peti t coup de pouce faisant

passer le for fait transpor t de

10,16€à 13,41 €/personne/joures t bienvenu, car les frais de déplacement peuve nt empêc her des fam ill es de recourir à ces structures adaptées aux personnes atteintes de la maladie d 'Alzhei mer (QC n 0 47 4). Rappelons

que l'établissem e nt organ ise le transport se lon trois modalit és: en interne (véh icule et person nel), en passant un e convention avec un transporteur ayant du person nel

fo rm é, ou via les fam ill es.

8 - Que Choisir 481 - mai 2010

Défauts d'installations électriques

E n févrie r derni er, Que Choisir

m etta it en ga rde con tre les fo ll es

promesses des démarc heu rs en

ph o tovo ltaïque et les rent abi l it és ultra-

rapides a nnoncées pa r les co mme r-

ciaux (OC n' 478). En ma rs, c'est

Consuel, un organisme en cha rge du

co ntrôle des insta llations élect ri ques, qui a présenté

son bilan. Et il est plutôt inquiétant.

Sur l es 124 1 in s-

tallations photo- voltaïques inspectées en 2009, 51% ne sont pas co nfo r mes. C'est d'a u ta nt plus préoccupant que ces conlrôles, comme le souligne Consuel, sont faits avec l'acco rd des intéressés et

ces non- conformités font

risque d'électrocu ti o n et

tions

n'ont

de

u n

risqu e d 'i ncendi e. Du coup,

a demandé

de 1972 sur

texte impose qu'une attestation de

conform ité soit délivrée pour toute installation élec tr ique neuve dans un

logeme n t, l'o rga nisme demande q ue l'obligation soit étendue aux installa-

cou rir

28 % un Consuel

une rév ision du décret la sécu rité élec trique. Ce

Désormais, il faut une attestation

de conformité

photovoltaïqu es. Les choses

pas traîn é, le gouvernement

a révisé le décret aussitôt. Il faut dire

que cette extension avait été env i-

sagée dès 2002 et que le projet de décret traînait dans les tiro irs depuis 2009! Résu ltat , depuis le 24 mars dernier, tou te i nstallation p ho tovol-

jama is au hasard. On n'ose imagine r

taïque doit présenter son attes tat ion

les résultats

c hez des personne s non

de conformité électrique pour être

volon taires!

Selon l'organisme, 72%

mise en service par ER D F.

Fongicides

Résistance croisée

O sa it qu e J' util isa t io n int e nsive

n

d'antibiotiques en élevage contribue à l'apparition de

résistances bacté r ienne s. Voi là

qu e

ce ph énomène pourrait gag ner les

moisissures, les ( cha m- pignons )), qui attaquent les cult ures mais so nt

aussi r espo nsab les de

mycoses chez l'homme.

C'est ce qui a été constaté avec Aspergil-

lus fumigatus, champi-

gnon respon sa b le de

l'aspergil lose invasive, une maladie sévère qui touche notam ment les perso nnes imm uno-

l'utilisation

intensive

desfongicides

ades effets

indésirables.

intensive desfongicides ades effets indésirables. dépr i mée s. Ce r taines so u c h

dépr i mée s. Ce r taines so u c h es so n t

résistantes aux azo les, les médica- ments auxquels on recourt pour

les combattre. Or, les azoles sont

auss i employés en ag ricult ure, ce

que poi nte un a rticl e ci e la r ev u e

The Lance!. Une utilisation intensive

de fongicides aux cham ps et dans les espaces de stockage pourrait entraver

le traitement de ce rt ai nes mycoses

chez l'homme. La lutte contre les

moisissures qu i a ffec tent l es végé- taux est cruciale pu isque les toxines

qu'elles sécrètent (myco toxines)

sont cancérogènes. Mais le choix

des armes devrait faire plus de place

aux

aération des locaux, etc.).

alternatives (lu tte biolog ique,

1 Rappels du mois

( es articles peuvent se révélerdangereux, lesfabricants demandent leurretour.

Plus de 1000 produits rappelés sur notre site www.quechoisir.org. Vous pouvez aussi consulter la banque de données européenne:

http://ec.europa.eu/consumers/dyna/rapex/rapex_archives_fr.cfm

Implants mammaires Poly ~Produit"oncernés:prothèses

mammaires préremplie s de gel de sili cone, fabriquée s par la société

poly Implant Prothèse. ~Problème: su ite à une augmenta t ion

nombre de ruptures de ces prothèses, l'Agence française de sécurité sanitaire des prod ui ts de santé (Afssap s) a effectué une in spection

dans les locaux de la société . Il s'est

un ge l de si li co ne différent sanitaires. ~ OÙ s'adresser: les

leur chirurgien p our être exami n ées. Il

annuel. Tél. numéro vert: 0 800 636 636.

du

avé ré que le fabrican t utilisa it déclar é auprès d es autorités

de cel ui

femmes co n cernées do i ve nt co nsulte r

le ur pres crir a un examen

Aspirateurs Dyson ~Produit"oncernés:aspirateurs Dyson DC05 Motorhead, commercialisés entre 2000 et 2005. ~Problème: fi ssure du clip de la poignée qui peut ca user le détache ment du fl exible, exposant l'utili sateur aux connexions élect ri ques (risqu es d e décharge électr iqu e ou de brûlure). . ~ Produitsconcernés :aspirateu rs Dyson DC22 Motor head et DC22 Complete, e n v ente dep ui s n ovem br e 2007, n OS de série comp ri s entre 511-EU-A 10002 et 511-EU-A16785 (avec cyclon e d e cou l eur pla t ine) ou entre 5 11 - EU-B1 000 1 et 511 - EU-B 1588S (avec cyclo ne de couleur platine ). ~Problème: le frottement du tube sur le sol peut provoquer sa dét érioration et rendre les câb les élec triq ues v i sibl es avec risque de choc é lectrique. ~ OÙ s'adresser:

service consommate ur, 01 56697989 ou www.dyson.fr/d.

Réduire l'usage des pesticides par lesjardiniers amateurs, c'est l'objectif de l'accord signé.
Réduire l'usage
des pesticides
par lesjardiniers
amateurs, c'est
l'objectif de
l'accord signé.
faut mo in s d e pest i c ides dans les ja rdin s. Le
min istère de l'Écologie et la Société nationale
d'horticulture viennent de signer un accord
l
I
a
fin d '<améliorer /'info rmation sur les pesticides
et de réduire leur utilisation par les jardiniers ama-
teurs
", aut re ment dit par les o ccu
in dividuelles. " Si les usages
p an ts de m ai-
son s
non agricoles
de pesticides ne représentent que 5 %des tonna-
ges, leur utilisation sur des terrains ortificialisés
participe significativement à la pollution de l'eau ",
a
rappelé la sec réta ire d'Éta t à
l'Écologie, Chanta l
Jouanno. l:accord prévoit un soutien à l'amélio-
ration des pratiques
l'ent retien d u jard in
de jardinage en pri vilégia nt
san s
pro d ui ts c hi miques, la
promotion des méthodes a l-
ternatives réduisant l'usage
des pesticides et favorisant
la biodi vers ité, l'a méliorat io n
Un pas a été fait
vers l'amélioration
des pratiques
des informat ions données
aux
jard in iers amateurs et la forma tion des ven-
deurs. Oue Choisir applaud it , mais reg ret te que
la consigne ne soit pa s cla irement au zéro pes·
tic ide, alors
que de plus en pl us d e collectiv ités
locales et de jard iniers professionnels s'en pas-
sen tto tale m e nt (OCn " 474 et
438) . Mais lasigna-
ture de cet àccord par l'UPJ, le syndicat profes-
sion nel des fabricants de pesticides pour jardin
d
'am ateur, ai nsi que pa r l e syndica t pr ofessio n-
nel d es jardine r ies étai t sa ns doute à ce prix
({ SERVICE PUBLIC»
avec ISABELLE GIORDANO
TOUS LES MATINS
SUR FRANCE INTER,
DU LUNDI AU VENDREDI,
DE10HA 11 H
Que Choisir et France Inter vous donnent
rendez-vous chaque mois dans
«Service Public »
donnent rendez-vous chaque mois dans «Service Public » Ampoules Sylvania ~ Produits concernés: am- poules à
donnent rendez-vous chaque mois dans «Service Public » Ampoules Sylvania ~ Produits concernés: am- poules à
donnent rendez-vous chaque mois dans «Service Public » Ampoules Sylvania ~ Produits concernés: am- poules à

Ampoules Sylvania ~Produits concernés: am-

poules à économie d'énergie

Min i- Lynx Fa st 5tart

10000

h (10 ans) de 15 W de

Havells Sylva nia.

~ Problème: surchauffe. ~ OÙ s' adresser: numéro vert

a800 005 223 pour un remp laceme nt grat ui t.

Lampes Melitec ~Produitsconcernés:lamp es à bras

articulé de marque Me li tec vend ues dans les magas in s Aldi. ~Problème: non- re spect de la norme europée nn e EN 60598, d'où un ri sq ue de choc électrique. Ne pas util iser. ~ OÙ s'adresser: magasins A ldi po u r remboursement.

Anticoagulants Clopidogrel ~Produitsconcernés: médi-

came nts ant icoagulants Clopidog rel 5andoz 75 mg , en boîte de 30 compr im és pelliculé s (lots 9D03 16, 9D0317 , 9D03 18, 9D0319, 9D0320, 9D0321, 9D0322, 9D0324, 9D0334, 9D0335 , 9D0336, 9D0341 , 9D0342 (p ére mption 09/20 12),

Clopidogrel Ra t iopharm GmbH 75

pelliculé s (CiP 3959789), tous les lots, Clopidogrell so med 75 mg ,

e n boîte de 30 compr im és pel li cu lés (CiP 3467916), to u s

les

~ OÙ s'adresser: ramener le produit en pharmacie.

mg , en boîte ' de 30 comprimés

lots. ~Problème: proces sus de fabrication non con formes.

Batteries des lecteurs DVD portables NEOM

~Produits concernés: les batteries conce rn ées sont celles éq uipant le lecteur DVD portable NEOM NM 785 PDV et portant les numéros de série su iva nts: NEOPDVD070704-00001 à NEOPDVD070704-12800. ~Problème: surchauffe possible, avec risque d'incendie.

~ OÙ s'adresser: t é l. 0 1 48

une batter ie de remp la ceme nt.

12 2486 , po ur rece vo ir gratu i teme nt

mai 2010 - Que Choisir 481 - 9

L'ACTUALITÉ

Médicaments

les personnes âgées ou

handicapées devraient bénéficier intégralement des excédents de la

journée de solidarité,

Leclerc peut faire sa pub

'

L

enseigne Leclerc, qu i souhaite

décrocher l'autorisation de ven-

dre des médicaments non rem bour -

sés dans

ses supe rm archés, a rem-

porté un e nouvelle bata ill e j uridique

co ntre les pharmaciens. Ses publici-

tés, qui dénoncent le monopole des

pharmaciens et d es prix des médica-

ments non p rescri ts «pouvant varier

du simple au triple ~~,ont été de nou-

veau autori sées par la co ur d'appel

de Colmar, le 30 ma r s. Diffusée depuis

le 20 novem bre, cette campagne

ava it pourtant été int erdite par le TG I

de Colmar, à la demande de groupe-

ments de pharm aciens. La cour d'ap-

pel a assimilé ces publicités à une «campagne d'opinion sur la nécessité d'ouvrir à fa concurrence la vente des médicaments non remboursés »,

et considé ré que Leclerc po uvait

«se prévaloir de la liberté d'expression». Elle a contesté «l'allégation d'une concurrence déloyale», estimant qu'on ne pouvait parler de concurrence puisque seu l es les offici nes sont auto ri sées à vendre ces médicaments.

Rectificatif

Médicaments

Contrai rement à ce que nous avons écrit (OC n° 480, p. 4), la Mutuelle générale de J'éducation nationale (MGEN) n'a pas J'intent ion de rembou rser le complément de 85% des vignettes orange des 171 médicaments qui passent progressivement d'un remboursement de 35 à 15% par l'assurance maladie.

Perte d'autonomie

Des excédents

dans la caisse

C réée en 2006 pour gérer l'argent issu de la journée de solidari té (3,3 mil- liards d'euros) et les lo nds versés

par l'assurance maladie pour la prise en

c harge des personnes handicapées et des

pe rsonnes âgées (14 mi lliards en 2009), la Caisse nationale desolida-

337 millions d'euros

restent à employer

rité à l'autonom ie (CNSA)

connaît des e xcéde nt s, notamme n t dus aux d éla is décision de c réer des places et leur concrétisation.

e ntre la Évalués

à 1,8 milliard par la

laires sociales/des l i nan ces), i ls ont été

l' invest issement pour les établ issem ents

sonnes concernées, ou reversés à l'assura nce maladie (150

ni er) pour diminuer son défi c it (QC n° 477, p. 10). Il en reste à ce jou r 337 m i l-

lions. Seront-il s à nouveau versés à l'assu rance maladie? Ou , co mm e le demande l'Association des départements de France, serviront-ils à financer les aides qu'ils versen t aux person nes âgées et hand icapées (APA et PCH) et les

emplois q u'ils lina ncent en étab li sseme nt ( psychologues: 125 mi lli ons; aides-

dernier co nseil de la CNSA, un e majo r ité des

membres a ex prim é le vœu que ces crédi ts ne soient pas «distraits des objec-

lifs fixés au service des personnes âgées el handicapées", et suggéré qu'ils se r-

mission com mune Igas/ IGF (Inspection générale des af-

peu à peu utilisés. Dans des aides à

et services , donc au bénélice des per- mi ll ions l'an der-

soignan ts: 52 mi ll ions)? Lors du

ve nt à créer un fonds d'urgence pour l'a ide à domicile en difficul té (100 mil- lions) et à augmenter le bu d ge t des établ issem ents .

Non-voyants

augmenter le bu d ge t des établ issem ents . Non-voyants Que Choisir . en

Que Choisir

.

en version sonore

\

'.,

.'.,

.

'., '.,

,

".,

,

,'

.

.

,

,.J~~ l

!CL!

ou r les pe rson nes non voya n- P tes, le GIAA (Groupement options
ou r les pe rson nes non voya n-
P
tes, le GIAA (Groupement
options qu'olfre Daisy (navigation
d 'un article à un aut re, accès immé-
Renault Mégane III ou
Mercedes Classe A ou B
des
intellectuels ave ugles et
diat à une page donnée, accélération
d e la vitesse d'écoute
.). Le GIAA
propose aussi des enregistrements
Vous êtes propriétaire d'une
Mercedes Classe A ou Classe B. ou
d'une Renault Mégane III, votre juge-
ment nous intéresse. Pour recevoir
notre questionnaire, envoyez vos
nom et adresse à Qin Choisir,
amblyopes) propose une vingtaine
de magazines, parm i lesq uels
Que Choisü; sous forme de !( kiosque
parlé ». Cintég r alité du conte nu
chaque titre est enregist rée sur
de
CD
à la demande d'ouvrages sur CD au
lormat Daisy ou en sy nth èse voca le,
ainsi qu'une bibliothèque sonore
riche de plus de 2000 titres. Et, sur
demande, la transcription en braille
Rjdactlon, 233, bd Voltai
75011
ou en gros caractè res d'ouvrages
Paris ou directement via notre site
en fo rmat Daisy ou en synthèse
vocale. Les CD au format Daisy son t
lisibles sur ordinateur, lecteur MP3
ou sur un lecteur Victor spécialement
conçu à l'attention des personnes
sco la ires ou p rolessionnels.
Internet: ht1,,~,rw-.IIW.qu,Kholsl~!.!Jo
Pour tous renseignements, contacter :
rubrlquo«Appels 6
d élicientes v isuelles. Grâce à d es
témolgnages lt•
to uc hes tactiles faciles à repérer, cet
appareil donne accès à toutes les
GIAA, 5, avenue Daniel- Lesue u r,
75017 Paris. Tél. 0147343000 ou
www.giaa@giaa.org.
u r, 75017 Paris. Tél. 0147343000 ou www.giaa@giaa.org. Prêt à taux fixe 4,72 % 6,29% Prêt

Prêt à taux fixe

4,72 %

6,29%

Prêt il taux variable

4,29 %

5,72

%

AUTRES PR~TS

 

Prêt >1524

 

16,22 %

21,63 %

Découvert, crédit permanent, achat ou vente à tempérament >1S24€

14,59%

19,45 %

Prêt personnel et autres prêts >1 524

6,64 %

8,85%

(1) Taux effectifpraciqué au 1" trimestre 20JO. (2) Applicable cl' compter du Ol/04/JO (JO du 28/03/10).

 

IR

(indice de référence des loyers)

 

l " trimestre 2010

 

+0,09%

ln

ice

u cout

e a construction

 

Variation annue lle moyenne, 4" trim. 2009

- 1,05 %

 

ic (auOIIOIIIO)

 

Brut horaire

 

8,86E

Brut mensuel

 

1343,77€

Sicav (au 31103110) s

,"

PERFORMANCES SUR LES 52 DERNI~RES SEMAINES

Sicav monétaires euro

 

+0,89%

Sicav obl igations euro long terme

+ 10,53 %

Sicav actions France

 

+47,26%

Févier 2010

+ 0,6 %

Mars2010

 

+0,5%

Sur

12 mois

(3/09-3/10)

+ 1,6 %

Par

mols (au 01/01/10)

288SE

aux

I nteret

a 20 10

JO du 11/02 /10

 

0,65 %

I nteret a 20 10 JO du 11/02 /10   0,65 % Gain inopiné Arnaque bien
I nteret a 20 10 JO du 11/02 /10   0,65 % Gain inopiné Arnaque bien

Gain inopiné

Arnaque bien ficelée

U n raz-de-marée ! Ces dernières semaines, des milliers de particuliers ont reçu un «courrier

officiel» d'u ne Étude Collins

transferts financiers sécurisés », leur annonçant qu'ils

avaient gagné 99 500€.Mais

transféré sur son compte, l'heureux destinataire doit

paye r 35 par chèque ment à envoye r «sous

(( Tout est en place: courrier en apparence très sérieux, adresse à l'étranger et somme modique à verser pour un gain miraculeux: un piège pour les plus vulnérables »,

pou r que le chèque soi t

et associés, «exper ts en

ou carte bancaire. Un règ le- 10jours », à Vintimi ll e (I tal ie) .

écri t l'un

des

lecteurs

de Que Choisir visé par cett e

arna qu e.

Car,

bien sû r, celui qui paie n'entendra pl us

j amais parler de cette Étude Collins et associés

La preu ve est faite :

plusieurs fabricants

et distributeurs

étaient complices.

Prix des jouets

Condamnations

définitives

I l y a bien eu entente sur le prix d es jouets, cette fois c'est une certi tude. Les distributeurs et les fabricants condamnés o nt épu isé tous leurs reco urs en justice et ils ont perdu . C'est en

effet la Cour de cassati on qui vient de reje ter définiti veme nt leurs pourvois, donnant ainsi rai son à la cour d'appel de Paris qui avai t elle-même con fir le~ condam nations pron oncées par le

Co nsei l de la co ncurrence

Carrefour, qui avait écopé de la sanction la

p lus lourde, 27 mi llions d'euros d'ame nde , est

donc bie n coupable, tout com me le distribu-

teur Maxi Toys (1,8 million) ainsi que les fabri-

, ants Hasbro (5, 1 millions) et Chicco (600000€) qui s'étaient

pourvus en cassati on . Une bonn e nouvelle po ur Que Choisir. En

décembre 2006 et 2007, nous avions en elfet comparé le prix des

catalogues de Noë l de 13 enseig n es. L e constat

À quelques exceptions près, c'est la règle du prix

uniqu e du joue t qu i rég nait , u ne pratiqu e trè s louche, aux ant i- podes du jeu concurren tiel. Et pour cause, le Conseil de la conc ur- rence a pu saisir des pièces démontrant qu'il y avait eu entente entre d istri buteurs et fournisseurs pour «vendre les produits au

même prix dans lous les poinls de venle el mel/re en place une

Ces

surveillance du marché el une police des prix " (QC n° 456).

jouets dans les était accab lant.

lin décembre 2007.

Concurrence zéro, le prix unique du jouet était la règle

condamnatio ns définitives su ffiront- elles à relancer la concur- rence sur le prix des jo uets? Les catalog ues de Noël 2010 de-

vraient donner un début de réponse.

Les députés

à l'attaque

un début de ré ponse. Les députés à l'attaque D es députés, membres d'une mission d'in-

D es députés, membres d'une mission d'in-

formation parlementaire, qui démission-

nent avant la sorti e du rapport olficiel

contribué parce qu' ils le jugent

auquel ils ont

in

pourtan t ce

Le rapporteu r de la mission, le député Phi lippe Plisson a claqué la porte, dénonçant le ton " foncièremenl anli-éolien. du document.

II laut d ire que le rapport de la mission présidée par le député Patrick

Oll ier propose, entre autres, de so umett re les éolien nes à la régle- mentation des installat ions classées pour l'environnement (lCPE), celle qui s'applique aux usines dangereuses et aux installations polluantes! Les industrie ls de l ' éol ien cr ient au scanda le et les as- soc iations environnementales soulignent l' incompatibi l ité du rap- port avec le Grenelle de l'environnement, qui prévoit 23 % d ' éner- gie renouvelable dans la consommation d'é nergie en 2020. Il est

en effet i mpossible de

acceptab le,

l'affair e n'est pas bana le. C'est

l'éolien.

qu i vient de se produire sur

Un rapport sur

l'éolienpropose

de le soumettre

àune réglemen-

tation qui

entraverait son

développement.

tenir ce t engagement

sans l 'éoli en.

. mai 2010 - Que Choisir 481 - 11

Questions

Réponses

Séjour taxé

~ Le propriéta ire du logem ent que

nous avons loué à la montagne pou r

les vacances d'hiver nous a facturé

une taxe de séjour calculée sur la capacité d'accueil de l'appartement (4 personnes). Or, nous étions deux,

mon épouse et moi. Est·ce légal?

[!I!I Oui. Les communes touristiques ont deux possibilités pour calculer la

taxe de séjour collectée par les bailleurs.

La première consiste à multiplier le

nombre de nuitées par le nombre réel

d'occupa nts dans le

logement, puis à

appliquer le tarif voté

par le conseil municipal (0,20 à 1,SO€ par personne et par nuit en fonction du confort et du standing de l' immeuble). La seco nde consi ste à prendre pour seule référence

de calcul le standing et la capacité

d'accueil du logement. Un abattement

.

de 20 à 40% en fonction du nombre

de nuitées est toutefois appliqué. A la recherche de nouvelles ressources, de plus en plus de maires ont opté pour

la seco nde formule de

calcul.

plus de maires ont opté pour la seco nde formule de calcul. Le fabricant dit s'engager

Le fabricant dit

s'engager

Germain Paoli, Arles (13)

c~tk~'ù:tin.t.e.l ~ Que signifie la men tion ' garanti e

q~~ ~
q~~ ~

d'ailleurs être précisés par écrit (a rt. L 211-15 du code de la consommation). Mais vous bénéficiez surtout d e garanties légales obligatoires indé- pendamment de toute mention. Il s'a git de la garanti e contre les défauts de conformité (art.

L 2 11 -4 et

contre les vices cachés (art. 1641 du code civil). De plus, tout fabricant demeure responsable des dommages causés par ses produits défec- tueux (art. 1386 du code civil) ou ne re sp ectant pas le s règle s de séc urité (a rt . L 221-1 du code

de la consommation). l'accroche que vous mentionnez ici n'a donc pas d 'impact sur la protection des

fabricant, apposée sur certains produits manufacturés? Appo rte-t-elle quelque chose de plus aux garanties commerciales et légales attachées à ce genre d'articles?

[!T!1 Cette mention n'est qu'un argument

commercial, sans traduction juridique spéci- fique, qui désigne le plus souvent le redevable de la g ara ntie offerte: le fabricant . Comme

vous l'évo quez, une garantie dite commerci al e,

dont la dénomination peut varier et qui demeure facultative, peut être proposée aux consom- mateurs. l'ensemble de ses détails doivent

suiv. du code d e la con sommation) et

ses détails doivent suiv. du code d e la con sommation) et Acceptation sans réserve ~
ses détails doivent suiv. du code d e la con sommation) et Acceptation sans réserve ~

Acceptation sans réserve

~ La pla que de cu isson qui m'a été livrée était rayée. Mais comme j'ai accepté le colis sans fa ire de réserve, le site de vente en ligne auprès duquel j'avais passé commande ne veut rien savoir. Puis-je exiger qu'il me remplace cet article abîm é?

~[!I!I z Pour obtenir le remplacement

~ de l'a rticle, vous pou vez invoquer la ~ garantie légale pour défaut de

fait, vous avez déclaré prendre pos- session de la chose vendue et reconnu que la march a ndi se était conforme à ce qui était prévu dans le contrat de vente. Cette difficulté concernant les défauts apparents n'a pas été abor- dée par la directive du 25 mai 1999 et l'ordonnance du 17 février 2005 qui ont donné naissance à cette garantie. La Cour de cassation estime, en ma- tière de délivrance (art. 1604 et s. du

Donc, mi eux va ut, dans ce cas de figure, déballer l'envoi et émettre le

ca s échéant des ré ser ves. Par ailleurs,

en matière de vente à distance, le vendeur est respon sa ble d e plein droit de la bonne exécution du contrat de vente (art. L 120-20-3 du code de la consommation) y compris

les prestations du transporteur, celui-

ci n'étant pas un tiers au contrat (Cass.

1le civ. du 13 / 11 / 08 ). Insi stez auprès

~ conformité (art. L 211-4 et s. du code

code civil),

que la réception sa ns

du vendeur en mettant en avant vos

~ de la consommation). Mais une diffi-

réserve de

la cho se ve ndue couvre

arguments (impossibilité d 'émettr e

~ cuité apparaît avec la signature du ~ bon de livraison sans réserve. De ce

ses défauts apparents de conformité (Cass. civ. 1" 12/ 07/ 05 n" 03-13.851).

des réserves, défaut d 'e mball age

et recherchez la voie amiable.

.)

12 -QueChois ir481 - mai 2010

Avos plumes! Adressez vos courriers au 233, bd Voltaire

75555 Pari s cedex 11

vos courriers au 233, bd Voltaire 75555 Pari s cedex 11 Imminence à retardement André Rouvière,
vos courriers au 233, bd Voltaire 75555 Pari s cedex 11 Imminence à retardement André Rouvière,

Imminence à retardement

André Rouvière, Bessèges (JO)

r:;:J J'ai commandé sur Internet une boîte de Pl aymobil et payé pa r carte bancai re. Mon compte a été débité le lendemain. Un mois après, le site m' informe que l 'ar ticle n'est pl us en stock. Je demande à être remboursé. Pour cela, on me réclame un relevé d' identité bancaire et une photo- copie de ma commande. Malgré la promesse d'un remboursement

imminent, cela fait déjà plusieurs semai nes que j'attends. Commen t faire accélérer les choses?

Au -delà

dui sent

d'abord en demeure le vendeur par courrier recommandé avec accusé de

réception de vous rembourser. En J'absence de résultat, vous pouvez vous rapprocher d'une association

de consommateurs ou saisir le juge de proximité, afin d'obtenir une

ordonnance d 'injonction de payer.

de ce délai, les sommes pro- intérêt au tau x lég a l. Mettez

~ L:articieL121 -20-3 du code de la consommation prévoit qu 'en cas

d'indisponibilité d'un bien commandé

à distance, le vendeur doit vous

rembourser sans délai et au plus tard

d an s les 30 jours de votre p aieme nt.

et au plus tard d an s les 30 jours de votre p aieme nt. Réparation

Réparation longuette

Achetée

à la Fnac en avri l 2009, mon

imprimante

Cano n ne fonctionne plus. Un

technicien de la Fnac es t venu. Cela m 'a co ûté 49€ sa ns qu' il ne diagnostique les raisons de la panne. À la Fnac, on m'a dit que mon imprimante étant sous garantie, i l suffisait d e la conf ier au SAY. Ce que j'ai fait, endemandant combien de temps la réparation durerait. 4 à 6 semaines, m'a-t-on

répondu. Puis-je, en attendant, exiger le prêt d'un matériel, une imprimante étant pour moi un outil de travail ?

E'!D Le prêt d ' un matéri e l pend a nt la

durée de réparation n'est

la réglementation. Il peut découler de

p as prév ue par

Marc Emery, Paris (75)

,
,

votre garantie commerciale. A défaut, vous devrez solliciter ce geste auprès du vendeur. Toutefois, vous pouvez exiger qu'il procèd e

à l'échange ou à la réparation dans un délai de 30 jours à compter de votre réclama- tion, faute de quoi vous pourriez demander un remboursement partiel ou tota l (a rt. L 211-9 et s. du code de la consommation). La Fnac ne peut d'ailleurs vous refuser

l 'échang e que si elle démontre

coût est manifestement disproportionné

que son

à

sa rép a ration . En r eva nche, si

cette im-

prim ante est un outil de trava il

à titre

professionnel, vous perdez le bénéfice du code de la consommation.Tout dépendra alors du contrat de garantie.

On ne prête qu'aux riches

~ Ayant l'habitude de faire des dons à des associations humanitaires, j'ai fait ·appel, l'an dernier, à un conseiller informatique pour être ini t iée à Internet. J'avais lu que l es sommes consacrées aux dons ainsi qu'à l'assistance informatique étaient

assort ies d'avantages

Je pensais en profiter. Questionné, le fisc m'a répondu que, étant non imposable, je n'y avais pas droit. Je trouve que ce n'est pas juste. Ai-je tort?

fiscaux.

E'!D la décision peut vous paraître injuste mais la réglementation fiscale

édicte que les dons ou les dépenses pour emploi à domicile donnent

non seulement perdu mai s il ne peut

pas être reporté

sur l es éventuels

uniquement droit à réductions fiscales,

revenus taxables des années suivantes.

lesquelle s ne s'imputent que su r

A

,' inverse, si le montant des crédits

l'impôt exigible (art. 1971-5 du code

d

'impôt (accordés, par exemple, pour

gén é ral

effet de ne pas confondre réduction et crédit d ' impôt. Si le montant de s réductions d'impôt auxquelles peut préte ndre un contribuable es t supé~ rieur à celui de l'impôt à payer, le

surplu s est définitivement perdu . Ce qui est votre cas puisque vous êtes

non imposable. Ainsi, l'ava ntage

auquel vo us pourriez prétendre est

d es impôts ).

Il importe en

fiscal

des dépenses d 'économie d 'énergie) excède celui de l'impôt à payer, l'excédent est automatiquement remboursé au contribuable. Que Choisir a, à plusieurs reprises, dénoncé cette iniquité qui fait notamment qu'une personne âgée ayant besoin

d'une aide à domicile bénéficiera

d 'ava ntages fiscaux ou pas selon qu 'elle est imposable ou non .

, mai2010 - QueChoisi r 481 - 13

Dites-le Audio Radio gaga ~ Pour remplacer mon petit poste de]adio portable, j'ai acheté un

Dites-le

Audio

Radio gaga

~ Pour remplacer mon petit poste de]adio

portable, j'ai acheté un nouveau modèle Sony. Celui-ci fonctionne uniquement à piles. Il m'a donné toute satisfaction jusqu'à son arrêt au bou t de douze jours. J'épluche alors

la notice et je découv re avec stupeur l 'i nfor-

mation suivante:

Un rapide calcul: à raison de 3 heures d'uti-

lisation par jour, je brûle plus de deux piles par semaine, soit cent quatre par an. Sur cette même période, mon vieil appare il n'en

consommait que deux.

Durée des piles, 17 heures.»

Henri lacouche, limoges (87)

Informatique et vidéo

Ne mettons plus les po uces !

~ En se ba ladant dans les rayons infor ma-

tique et vidéo des grandes surfaces, on est

en droit de s'interroge r : le système métrique

ne seiait-il donc plus léga l et obligatoire en

France? En effet, les d im ensio ns des télévi- seurs et des écrans d'ordinateurs sont souvent données en pouc es CI pouce étant éga l à

2,54 cm, ndlr). Les pouvoirs publics, si

prompts à verba liser un tas de comporte- ments ind ividue ls, semblent avoir une trou-

blante amnésie et tolérance à ce sujet. Il sera it temps d'agir! Et n'y voyez aucune

anglophobie de ma part M_-J_Albertini , Châtillon-sur-Thouet (79)

Les pieds da ns le câb le ~ J'hab ite une résidence desservie par Nu
Les pieds da ns le câb le
~ J'hab ite une résidence desservie par Nu m éri-
câble e t suis abonné Canal +. Cet opérateur m'a
récemment proposé un décodeur qui permet de
recevo ir les chaînes de la TNT. Alors que j'allais
l'accepter, j'ai appris que ce décodeur plus com-
plet ne pouvait pas fonctionner dans les foye rs
Numéricâble. Pour accéder à l'offre télévisuelle
que je recherche , il faut donc que je prenne un
abonnement spécifique Numéricâble et un déco-
deur spécifique Canal +. So i t une belle fac t ure
mensuelle en perspective. Une pratique à mes
yeux scandaleuse!
XavierValès, Issy-les-Moulineaux (92)

14 - Oue Choisir 481 - mai 2010

Distribution

Quasi-monopole

~ Le quartier de Paris où je vis vient de vo ir s' insta ll er un quatrième supermarché Franprix dans un périmètre très réduit. Cette enseigne se trouve donc en situation de quasi-monopole, ce qui n'est pas sa ns inconvénients pour les conso mmate urs. La concurrence n'existe pas et il y a moins de choix puisque l'on trouve les mêmes produits dans ces quatre magasins. Ce rtes, un Lidl et un ED sont implantés dans le quartier. Mais ces commerces de hard discou nt proposent peu d'ar-

ticles de

son t plus souples que pour un hypermarché. Mais peut-être faudrait-il

ma rque.

Pour les supermarchés, les conditions d'ouverture

revoir la législation à l'heure où les grandes enseignes partent à la reconquête des cen tres-v ill es.

Serge Criq, Paris (75)

Automobile ÉfAT lJéuF
Automobile
ÉfAT
lJéuF
ill es. Serge Criq, Paris (75) Automobile ÉfAT lJéuF (' ){ÉPAGCA- État neuf assez défraîchi ~

('){ÉPAGCA-

État neuf assez défraîchi

~ Ces d erni è res a nn ées, j'a i acheté c hez Chrysle r Cae n deux vé h i- cu l es neufs. D e rni ?! r e rnent , j'a i fait repr e nd r e par cette e n seig n e l'un d'eux - une Jeep Wran gle r - pour acquérir un cab riol et Chrysler Sebring Limit ed 4( ci e c ollabo r ateu r ». Cette voi t ure nous étai t vendue avec la précision 4(état neuh. Mais quand nous sommes allés la vo ir dans la réserv e du ga ra ge, ell e ava it une bosse sur le coffre arrière et deux impacts sur la portiè re du conducteur. Le vendeur nous a

affi r mé qu'il s'oc c upa it

prenons poss ession du vé hi c ule. Chez nous, nous remarquons des

petites rayu res et bosses. En inspectan t l ' intérieur,

des m iettes de gâteau et du Coca-Cola séché dans les vide-poches

des po rtes. Il y a au ssi un accroc su r une des assises en cuir. Le plus

gros restait à venir : n rangeant le double des clés, je suis attiré par

une inscript ion qu i y es t fixée. Ell e révèle que ce cabriolet a été un véhicu le de location de l'ense igne Budget. Je téléphone au vendeur

qui s'excuse tout e n m 'ass urant qu ' il ignorait cette

propose de reprendre le véhicule pour le nettoyer à fond. Mais, avant de le déposer, je contrô le l es niveaux. Celui de l'huile (elle était toute noire) atteint à peine le minimum requis. J'ai aussi dû rajouter du liquide lave-glace! On m 'avait pourtant garanti qu'il s'ag issait d'une voiture de co ll aborat eur 4( état neuf l ) et co ntrôlé avant sa mise en

vente_ Quelque temps après, je reçois un SMS de ce garage me

remerciant de ma confiance. Un gag

des réparations. Soit. Le surlendema in, nous

nous découvrons

origine. Il me

Éric Hardy, Le Val-Sai nt-Père (50)

Grippe A ---- Lusager paie
Grippe A
----
Lusager paie

~ La gest ion de la grippe A ( HI NI) a laissé beaucoup d'entre nous

sceptiques su r les relat ions pouvant exister entre les pouvoirs publics et les laboratoires pharmaceutiques. Le mode de financement de cette opération de vaccination à grande échelle a, sauf erreu r de ma

part,

été occulté_ Je viens de

recevoi r de ma mutuelle (A pgis) mon

avis de cotisation pour 2010. Il mentionne une par ti cipa ti on excep- tionnelle à ce plan. J'ai vou lu me renseigner. La mu tuelle m'a indiqué

qu'elle deva it verser une contr ibution de 300000€. Et, logiquement,

elle va répercuter ce coût sur ses adhérents. À ma connaissance, cette mesure n'a donné lieu à aucun vote des représentants du peu pl e. Elle risque , en ou tre, de créer un précédent. On évoquera a i ns i

d 'autres menaces exagérées, très maceut ique mais coû teuses pour

bénéfiques pour l'industri e pha r- les usage rs!

Jean-Pierre BoHon, Brassac-les-Mines (63)

Autoroutes

Un monde déshuman isé

~ Les socié tés d 'autoroutes o nt remplacé, dans de nombreux péages , les p ersonnels par des machines (télépéage, bornes de

pai eme nt

par carte ou b illets). Qu'o nt-elles gagné? Ma lgré l 'i nves-

tissement de départ, sans doute beaucoup. Ces appareils ne pren- nent pas de congés, ne donnent pas lieu à versement de sala ires et

perception de charges socia les

(au contraire!),

le gain de temps n'est pas évident (de nombreux au tomobilistes s'emmêlent les c rayons !),

grand -chose. Les tarifs des péages n'ont pas diminué

Qu'avons-nous gagné? Pas

es t souven t

~

Location de voitures

Pas de f rai s cachés, mo n œil !

~-j'aiété bien dupe de l'offre du loueur de

voitures Hertz que j'ai choisie via voyages- sncf.com. Le prix proposé pour 3 jours de

location était intéressant , j'ai

Dès la première page, il était bien indiqué

que

limi té. Les pages se

sont cependant enchaînées sans qu'aucune précision ne soit donnée sur la question. Finalement , et sauf erreur de ma part, c'est

seulement une fois le paiement effectué que

J'in format ion

je bénéficiais de 250 km gratuits (tro p juste pour 3 jours de location). Au -delà , le kilo-

mètre était facturé

donc souscrit.

le

kilométrage était

m'a été clairemen t transmise:

0,34 €_ Ma i s difficile pour

moi de revenir sur ma décision, les frais d'annulation étant de 25€. Bref, cette location va me coûter cher. Beaucoup plus, en tout cas, que le prix qui m'avait été donné au

dépa rt (104,11 pour une compacte 4 portes).

If Pas de frais cachés»: c'était pourtant le message rassurant inscrit en rouge sur la première page du site!

Anne Garcés, Paris (75)

sur la première page du site! Anne Garcés, Paris (75) Tout-terrain miné Acqué reur (malchanceux?) du
sur la première page du site! Anne Garcés, Paris (75) Tout-terrain miné Acqué reur (malchanceux?) du

Tout-terrain miné

Acqué reur (malchanceux?) du 4 x 4 Suzuki Jimmy

Maori, j'ai dû, plusieurs fois au cours

années, me rend re chez le concessionnaire de Lisieux

(14) suite au b locage du transfert 2 en 4 roues motrices.

des trois p remières

Fâcheux pour un 4 x 4. Il a fallu r e mpla ce r des contac- teurs qui dysfonctionnaient peu après. Lors de ma

vis i te avant expi rat ion d e la garan ti e, mon vé h i-

cule m'a été

soire du circuit de dépression ». Pourquoi provisoi re? Ayant dû à nouveau change r les contacteurs, comment ce concessionnaire n'a-t-il pas vu qu'il y avait aussi un contrô l eur à change r. Ce la m'a coûté 350€. Ou aurait-il fait à dessein une réparation provisoire pour mieux facturer les interventions après l 'expiration de la garantie?

Contacté, le SAY de Suzuki à Trappes (78) me répond:

dern ière

rest i tué avec la mention: '" réparation provi-

«Le contrôleur 4 x 4 ainsi que sa valve et ses conduits ont été détériorés par des frottements sur des corps étrangers et dus à un usage intensif JO En trois ans, j'ai

parcouru 10000 km!

J_- D_ Spaak , Le Bec-Hello uin (27)

parcouru 10000 km! J_- D_ Spaak , Le Bec-Hello uin (27) la monnaie rendue en pièces

la monnaie

rendue en pièces de 2

(si vous mettez 50€,

pour un trajet de seulement quel- ques euros, cela

pèse son poids)

qui, parfois, valsent par terre. Cette généra- lisation de l'automatisa- tion se fait tranquillement, silencieusement, sans que p ersonne ne dise rien.

Jacques Moré,

Aix-en-Provence (13)

. mai 2010 - Oue Choisir 481 - 15

Dépassements d'honoraires, forfaits hospitaliers, frais de séjour••• La note à payer pour une intervention chirurgicale réserve parfoi s de bien mauvaises surprises aux patients si leur complémentaire santé couvre mal ces dépenses imprévues.

La facture

M i chèle S. n 'en revien t toujou rs p as. Fin 2009, cette prin cipa le de collège , auj o urd ' hui à la retraite, a dû subir une hystéroscopie avec curetage. Sur les con sei ls

de son gynécologue, en qui elle a toute confiance,

elle s'adresse à un chiru rgien opérant à la clin ique

Les patients peu ou pas couverts par une mutuelle sont en première ligne

QUE

CHOISIR

enligne

wwwqut><ho,s,.o.g/forum

Une expérience, un avis? Participez

à notre forum

du 27 avril au 11 mai .

16 -QueChoisir481-mai 2010

Pour celle

intervention, le praticien m'a informée que j'aurais

à régler 1SOO € de 1200€ pour lui et

son assistant, et 300 € pOlir

l 'anesthésiste. "Est-ce que cela

H artmann , à Neui lly-sur-Seine ( 92) .

dépassements d 'honoraires,

vous convient ?",

m'a-t-if demandé sur un ton très courtois. Lorsque je lui ai dit que jëta is à la MGEN, i l a eu l'air dé-

ou pour lui ?) car il savait que

je serais peu remboursée. " Fi nalement, le chi rur-

gien s'est mo ntré «com préhensif » et a ramené

ses honoraires à 900 €. Avec l es frais d ' hôteller i e (l 70 € po ur un séjour de 24 h) et l es h o norai res de l'anesthés iste , Michèle S. aura to u t de même déboursé personnellement 1 142,29€, une fois déduits les rembourse ments de sa mutuelle. Le cas d e Mic h èl e S. est loi n d ' êt r e exce pti o n ne l.

solé (pour

SANTÉCLAIR

MaÎtriser

les dépenses de santé

Cette enquête a été

réalisée en collaboration

avec la société Santéclair,

dont la base de données

regroupe les informa-

tions (factures, devis,

etc.) transmises par

,

e

informa- tions (factures, devis, etc.) transmises par , e as se les bornes C'est ce qui

as se les bornes

C'est ce qui ressort aussi bien des témoignages

cie nos lec teurs que de l 'enq uête réal isée en pa r-

te n a r iat avec Sa ntéclai r (voi r e ncadré p. 17). À

mo ins d 'être couver t par une com plémentaire sa nt é ~( a u x fr ais r é e ls », cas p lu tôt rares , ou de

bénéfi c ier

q ue les pat ie nts ont à débourser lors d 'un e hos-

pita li sation est loin d 'êt re négligeable et peu t

parfois conduire de nombreuses personnes à renonce r à se faire soigner, . «Si l'on additionne

les compléments d'honoraires exigés de plus en p lus Salivent par les chirurgiens et les anesthésis- les, mais également par les autres médecins spé- cia listes pour les actes techniques annexes (dop-

pl er, scanner; échograph i

hospitaliers, les suppléments hôtellerie, etc., la facture finale peut atteindre des milliers d'euros .,

con state Mar ian ne Binst , la direc tri ce généra le

d 'u ne bonne mutuelle, le reste à charge

J, le s di v ers forfaits

de dé remboursements des so ins cou rants (mé-

deci ne

budget des ménages et rendent notre système

de soins de pl us en p lus i llisible. Mais jusqu'ic i ,

la prise en c ha rge des gros pé pi ns de santé, né- cessitant une hosp ita lisat ion , se mbla it p réser- vée. Ce dernier bastion d e la soli d ar ité natio -

nale

de ville) qui pèsent lourdement sur le

se lézarder ai t-il à son tour?

Six interventions sur dix ont lieu dans le privé

Certes, il est toujo urs possible de se fai re soigner po ur presque rien dans les hôpitaux p ub li cs . Du mo in s, en principe. Car le ticke t modérateur,

pou r les actes qui ne

so nt pas remboursés à

100 % par l'assurance maladie, demeure à la

c harge du patient. ·Un véritable scandale., se-

nération dans

ce rt ains cas pa rti culiers) dès la

première nuit. «Au moment de sa création, en /983, son montant était équivalent à 3,OS€par

jour. Donc, en fonction de l'augmentation du coût de la vie, aujourd 'hui il ne devrait pas dépasser 6€. Or, son montant vient d 'être fixé à 18€ le

1 er janvier dernier!, poursuit

Didi er Tabut eau.

Bien qu'elle ne concerne pas les plus démunis, cette mesure est injuste car elle alourdit la charge des patients, y compris ceux qui sont soignés à

Neuf Français sur dix , il est vrai,

son t couve rts pa r un e co mplém entaire sa nté .

Assureurs et mutuelles, tous proposent une ga- rantie minimale qui couvre les fo rfaits hospita- liers ainsi que le ticke t modérateu r, c'est-à-dire la part de frais laissée à la c harge de J'assuré, du

l'hôpital

moins dans la limite du tarif de convention. Reste que les hôpitau x publi cs so nt surchargés

des milliers d'assurés couverts par les compa- gnies d'assurances et les mutuelles (Allianz,

Maaf-MMA, Mutuelle

générale de la police,

Ipeca

cette plate-forme de

santé. L'objectif de

Santéclair est la rationa - lisation et la maîtrise des dépenses de santé, tant du point de vue des mutuelles qui effectuent les remboursements que du point de vue des assurés, dont le « reste à charge» ne cesse d'aug- menter. 5,5 millions d'assurés peuvent ainsi accéder, via Santéclair, à des réseaux de profes- sionnels partenaires (opticiens, chirurgiens- dentistes, audioprothé- sistes, etc.) qui s'engagent à modérer leurs tarifs et à accepter plus de transparence dans leurs pratiques. Les assurés bénéficient aussi d'un service d'information sur la qualité et le prix des soins dans les éta- blissements hospitaliers publics ou privés, ce qui leur permet de mieux négocier les tarifs pro- posés par les praticiens.

) adhérentes à

ci

e Santéclair.

lon Did ierTabu teau , t itulaire de la chaire Sa n té

et, pou r u ne inter venti on ne

prése ntant

pas un

Comm ent en est-on arri vé là ? Dep uis des an -

à Sciences Po -Pari s. Second poin t noir: la hausse

caractère

d 'urgence , il faut b i en souvent

pati en-

nées, de nombreuses vo i x, à commencer par

du fo rfait journalier h ospi tal ier. Cette par tic ipa-

ter pe ndan t plusieu rs mois ava nt d'obtenir un

ce lle de l'UFC-Que Choisir, s'élèvent pour dé-

tion aux fra is d 'hébergement entraînés pa r

rendez-vous pour une première consultation,

non ce r les fra nc hi ses et les vag ues successives

J' h ospital i sation est payable par tous (sauf exo-

auxquels s'ajou teront de nouveaux délais pour 7

. mai 2010 - Que Choisir 481 - 17

Opération à l'aided'unrobot detélémanipulation, se gênera ient-ils ? Les sanctio ns prononcées par le

Opérationà l'aided'unrobot

detélémanipulation,

se

gênera ient-ils ? Les sanctio ns prononcées par

le Consei l de l'ordre des médecins à l'encontre

pairs so nt rari ssimes (voir encadré ci -des- Ju squ ' à p résent , l 'assurance m aladie a

preuve d 'une grand e passivilé

po ur tant manifestes , sous pré-

égalemenl fail

fa ce aux abu s,

d e ses sous) .

Huit chirurgiens sur dix exercent en secteur 2

lex ie qu'ell e ne pouvait ri en faire sans l 'aval de l'O rdre. Mais n e désespéro ns pa s. Un décre t à paraître prochai nement devrait permettre à l'as- sura nce ma ladi e d'ap pliq uer des péna li tés fi-

nan c iè res aux médecins trop gourmands. En

alienclant, les tarifs font le gran d écart. Diffici le

alienclant, les tarifs font le g ran d écart. Diffici le Madlmc.   r D VUllS

Madlmc.

 

r D

VUllS IIdres~ sa noIe P;Oor le dfp~n(

d'hO~ ~: ~~ re.spo n tla n ll l'inlCf"\:cnrio~ chb u rglu l e d u lS J anvier

2010,

DFGA 004 + IlC I.D 001) oc ii droit .

 

tO N TA N 1 ' OU OEPASS~l&""'" O ' H O

ORA n U : S :\ 593 4 0 tURO S

de maooolU de b ien vo uloi r envoyer volte ~l:lelllt;nl. lIetomN~US~\I~~'\I pr6lelllO IC ll tc. l l'adres.se Slli\l~nle: 1 2 ru t l.APOU BI . E.

_

64000

'P~u. l l' ort ll e d u ~ t l<lU r D

 

Ion

tic celui·ci. nou~ vous Il!I rCs.scrOIlS la rac lUre

. q:s TCCCP''OVS petmeure dc vous rni re rembourse r ~upùs de voue

il:QU1 U"" poU l \

muruc llc.

5 593,40 de dépasse ment d' honorai res pour une opéra ti on de la cataracte.

standardiste consent à nous répond re. ff Les dépassements d'honoraires, on ne peut rien faire! C'est au patient de s'arran- ger avec le chirurgien,,, Enfin vous pouvez toujours écrire au préSident. )' Ce que nous avons

fait

AR, le 22 mars dernier. Mais, à

l'heure où nous mettons sous presse, aucune réponse ne nous est encore parvenue. De son

coté, la caisse primair e

rance ma lad ie de Pau à laquelle nous avions aussi adressé un

par courrier re commandé/

d 'assu-

courrier, s'est montrée plus réactive, ff Les éléments que vous nous avez transmis nous

conduisent à diligenter une enquête sur ce dossier » nous a-t-elle répondu, tout en rap-

pelant prudemment que (f la notion de tact et de mesure s'avère délicate à apprécier " (, ff Le cas échéant la caisse pourra adresser un courrier de demande d'explication au praticien concer- né et faire un signalement au conseil de l'ordre. »Autant dire que la boucle est bouclée!

)

de l'ordre. »Autant dire que la boucle est bouclée! ) Cliniques privées -+ l'int ervention elle-même.

Cliniques privées

-+ l'int ervention elle-même. Résultat, aujourd 'hui six interventions sur dix sont réalisées dans le

les médecins 300 €, 1000 €,

voire 2000 ou 3000 € de dépassement pour la

En 2007, l' lgas (Inspection sociales) alertait les pou-

voirs pub lics sur la forte progressio n des dépas- seme nts d' honorai res . En quinze ans, leur mon-

même intervention géné ral e des affaires

privé , où les tarifs pratiqués par a tt eignent pa rf ois d es som m e t s:

tant a doublé, passant de 763 millions d 'euros en 1990 à près de 2 mill iards en 2005, dont

527 millions on t été facturés à l'occasion de

soins en étab li ssements de

san té.

Le pri x ne fait p as la qualité

Pas étonnant puisque huit chirurgiens sur dix exercent en sec teur 2 et sont d o nc libres d e d é- p asser les tarifs d e convention fixés pour cha -

qu e acte par la Séc uri té soc ia l e. Seule

imposée pa r le code de la Sa nté pu bl i que: leurs

hono raires doivent être fixés avec" tact et me-

sure •. Une notion bien vague qui leur laisse toute latitude pour l' interpréter à leur guise. Pourquoi

ob li ga ti on

TARIFS SANS TACT NI MESURE

DE S ABU S TROP RAREMENT SAN CTI O NN ÉS

On se frotte les yeux pour y croire: 5 593,40€ de dépasse- ment d'honoraires pour une

opération de la cataracte, p lus

de vingt fois le tarif de rem- boursement de la Sécurité

sociale, fixé à 271,20E! C'est

pourtant le montant qu'u n

médecin de Pau, opérant à la clinique de Navarre, a fait payer à l'une de ses patientes en janvier dernier. Cette facture (voir ci -con tre), qui nous a été transm ise lors de notre enquête, semble a priori bien éloignée de la notion de « tact et mesure »)

imposée par le code de la Santé publique. D'autant que l'opé- ration de la cataracte est en général une intervention béni- gne qui ne dure qu'une ving- taine de minutes. Pour démêler l'affaire, nous avons donc interrogé le consei l de l'ordre des médecins, seule instance susceptible d'action discipli- naire. Au niveau national, le

ton est à la prudence. «JI est délicat de se prononcer sur ce cas précis, sauf explication par- ticulière de la situation, nous a répondu le Dr André Deseur,

l'un de ses responsables. L'éva- luation du montant des hono-

raires est complexe. Elle dépend de la notoriété du praticien, du temps passé et de la difficulté de l'acte, du service rendu et des possibilités financières du patient. Tant que le patient a été informé par écrit de ce montant et a donné son accord, il est difficile pour l'ordre d 'intervenir, même s'il a la possibilité de s'autosaisir en cas d'abus mani- feste. » Une manière élégante

de se débarrasser de la « patate

chaude». Suivant les conseils du Dr André Deseur, nous avons donc contacté par télé- phone l'ordre départemental, dont dépend le chirurgien concerné. Impossible de parler à un responsable. Seule la

18 - QueChoisir481 - mai2010

de leur trouver la moindre logique. Par exemple, le supplément d'honoraires demandé pour la

la hanche va rie de 45,98 à panel de 46 établissements

, sondés. Alors q u'à la cli ni que Ju les-Vern e, à Nantes (44), il es t possible de s'en tire r sans dé- bourser un ce ntim e (voir p. 21). Commenl s'expliquent de telles différences? Sû- rement pas par la qualité. À en croire le palma- rès établ i par Santécla i r, les cliniq ues les plus chères ne so nt pa s forcément les m eille ures. La polycli nique du Bois, à Lille (59), facture en dé- passement 1 0 11 ,56 la prothèse tota l e de ha n -

che , cont re 367,84 € au ce ntre hospitalier Sa in t- Martin de Caen. La note de qualité du premier (déterm inée notamment en fonction du nombre

d 'actes réalisés, de son attractivité auprès de pa-

tients n'habitant pas la région, du ri sque de ma- ladie nosocomiale, etc.) n'atteint pourtant que 13/20, co ntre 17/20 pour le second.

prothèse totale de 4 500€ dans notre

Les honoraires montent en l'air

En fait , les médecins calculent leurs honora ir es sur le montant des revenus qu' ils estiment justi-

leur travai l et de leur co mp é-

fi és en fonction de

tence , ft Les tarifs de convention sont devenus très

insuffisants, affi rme Jean-Paul Ortiz, néphrologue,

p

réside nt du Sy nd icat na ti o na l des médecins de

l'

hospitalisation pri vée (Sym hop). Avec la dégra-

dation des comptes de la Sécurité sociale, ils n'ont

pas évolué en fonction du coût de la vie.

fication de l'acte médical et chirurgical en France est inférieure à celle d'autres pays européens. Les

dépassements ont tendance à augmenter avec la progression de nos charges, en particulier de l'as- surance responsabilité civile et professionnelle (Re?), dont les montants ont explosé. •

En moyenne , le montant des dépassements va ri e de 80 à 120 % du tarif remboursé par l'a ssuran ce

maladie. Par exemp le, pour l'opération du ca n- cer de la prostate, d on t le tarif de conve ntion es t fixé à 281,29€, le d épassement obse rvé (do n-

La tari-

€.

Mais ces m oyennes cachent des d ifférences

cons idér ab les se lon

les spéc ialités chi rurgicales

les régions: mieux vaut habiter

le grand Ouest plutôt que la région parisienne,

Rhône ou les Alpes-Ma ritimes si l'on ve ut évi -

le

ter de faire flam be r so n compte en banque. Enfin , certains médecins ne se gênent pas pour aligner leu rs tarifs sur le niveau de garantie santé complémentaire de leurs palients. Une pratique

qui , b ien qu' i llégale, se mble pourtant monnaie

c oura n te, comme nous avo ns p u le consta ter à

mainte s re p ri ses a u co urs de cette enq uête. ft Le

et , surtoul , selon

nées PM SI, voir tableau p . 20) est de 255,06

chirurgien et l'anesthésiste m'ont d'abord deman - dé sij'avais une "bonne" mutuelle. Après quelques

SUPPLÉMENTS HÔTELIERS

Le confort se paye

Il est révolu le temps des salles communes où les malades s'entassaient parfois jusqu'à cinquante. Dans les hôpitaux publics comme dans les cl iniques privées, la chambre parti- culière tend à se généra - liser et c'est tant mieux. ~Iément de confort, elle participe au bien-être du patient, donc indirecte- ment à sa gu érison. Mais elle a un coût. Selon notre étude, le tarif moyen dans les établissements privés se situe autour de 63 par jour. Montal1t qui peut être multiplié par deux, vo ire troi s, notam - ment en Île-de-France. À l'instar des hôtels de

- ment en Île-de-France. À l'instar des hôtels de panel, p. 21, à la polyclini- que

panel, p. 21, à la polyclini- que de la Louvière, à Lille, ou à la polyclinique de Courla ncy, à Reims). Ma is certains établissements vont encore plus loin. C'est le cas à la clinique Geoffroy Saint-Hilaire, à Paris, où les patients payant 275 €/jour bénéfi- cient d'un service sur mesure (fourniture de peignoir, chaussons et nécessaire de toilette) et d ' une ch amb re climati sée, plus calme et plus spa- cieuse que la « basique », facturée tout de même 170€. Les établissements non lucratifs (privés ou pub lics) ne sont pas en reste, même s'ils affichent des tarifs en moyenne 19€ moins chers que les cliniques privées à but lucratif, selon une étude réalisée en 2008 par l'as so - ciation CLCV (Consomma- tion, logement et cadre de vie), qui souligne aussi le coût de la location de

téléviseur, facturée en moyenne 3,90€ par jour.

«En tenant compte des taux de remplissage des établis- sements, chaque poste installé rapporterait de

500à800€paran. De quoi

amortir les frais de gestion, la redevance, la mainte- nance et le'prix de l'appa- reil! Idem pour les prix d 'accès au service télépho- nique, qui sont souvent au-delà des plafonds légaux." Loin d'être ano-

dins, ce s fra is dits annexes

sont en hausse constante depuis quelques années.

/( Le poids de nos rembour- sements d'hospitalisation liés à l'hôtellerie est passé

de 11, 5 % en2007à 14,1 %

en 2009. On est dans un système de vases commu-

nicants. Les établissem ents,

publics et privés, sont soumis à une pression

grandissante du régime obligatoire qui les contraint

à trouver d 'autres sources d e finan cem ent. Ce qui se répercute sur le montant

des prim es", constate Stéphane Lecoq, direc- teur technique santé chez Axa France.

~~~ ~ ~'-. ~.~~

l achambre indi viduelle

J

se géné ralise.

tourisme, certain es clini- ques proposent même deux tarifs selon le confort de la chambre et les pres- tations associées. Souvent, c'est la douche particu- lière qui fait la différence moyennant un supplé- ment de quelques euros (par exemple, dans notre

instants de réflexion , ils ont indiqué un montant correspondant au taux de remboursement de ma garantie. Visiblement, ils attendaient mon appro-

subi, l'an-

née dernière, une exérèse de hernie inguinale à la clinique Lille-Sud (59).

bation., raconte Marie-anne M. , qui a

La négociation vaut la peine

Des tarifs à géométri e va ri able et d 'une o paci té totale, c'est aussi ce qui ressor t de notre son· dage téléphonique auprès de plusieurs clin i- ques. Obtenir un chi ffre précis avan t le jour J lient de la mission impossible: " cela dépend.,

"c'est

selon la personne. o u ·encor e "ça peut être

aussi bien ISOO€ que 400, 300, ou même zéro, tout dépend de votre mutuelle ., nous a- t- on r é-

pondu tant à la cl inique privée d 'Antony qu'à la cliniqu e Geoffroy Sai nt-Hilaire à Paris, auxquels nous nous sommes adressés pour vérifier le montant facturé pou r certa in s actes. -+

mai 2010-QueChoisir481 - 19

Dépassements par intervention calculés par le PMSI * (moyennes nationales) d'analyses de leurs devis chir

Dépassements par intervention calculés par le PMSI *

(moyennes nationales)

d'analyses de leurs devis chir urgi- cau x leur pe rmetta nt de con naî - tre le juste prix d' un e interven-

tion. «L'expérience, lancée dans un premier temps auprès des as-

surés de Maaf-santé, nous a prou- vé que trois fois sur quatre le

chirurgien et/ou l'anesthésiste ac- ceptent de revoir à la baisse leurs honoraires pour un montant moyen

de 500€. - Bien sûr, ce tte c ha sse

aux abus profite d irectement

aux patients mai s aussi aux as-

sureurssa nté, qui s' inquiètent de

exponentielle

l'augmentation

des prestations d ' hospitalisation . • Elles repré-

Prostate 43157 29614 69 459,80 414,20 90
Prostate
43157
29614
69
459,80
414,20
90

7 Depuis le 1" fév rier 2009, les professionnels

de

san té d o ive nt reme ttre au

pati ent une i nfo rma-

sentent aujourd'hui 20

%de nos rembours ements

ons-, constate Je an-Ma rc

t ion éc rite sur le tarif d es ac tes e ffectués et le

négocier les tarifs lorsqu 'ils semblent peu justi-

contre 15 %, il Y a cinq

montan t du dépassement dès lo rs que la facture

Tomas i, le président de la Mutuell e générale de

es t d'au moins 70 €. C'est d onc pendant la

la

police (MGP). Des hausses qu i se répercutent

consultation préalable à l'intervention que l'on

in

é luctablemen t sur le m o nta nt d es prim es, à

est en pr in c ipe i nformé du mo ntant d es su ppl é-

m

o ins de négocier des

men ts éventu els à paye r au c hi ru rgien et à

profess ionnels de sa nté,

ta rifs pla fon n és avec les co m me l'o nt fai t la MG EN

l'a nes thésiste. Beauco up trop tard pour change r d 'avis et s'ad resser à un autre praticien, su rtout

et to ute la Probl ème: