Vous êtes sur la page 1sur 4

Énoncé

Les parties A et B peuvent être traitées de façon indépendante.

Partie A
On considère l’équation différentielle (E) où y est une fonction numérique dérivable de la
variable réelle x, et y’ la dérivée de y :
3 9x  3
y ' y  (E).
4 16
1. Résoudre dans l’intervalle [0, +[ l’équation différentielle « sans second membre » :
3
y ' y  0 (E’).
4
2. Déterminer les constantes a et b telles que la fonction g, définie sur [0, +[ par g(x)=ax+b,
soit solution de (E).
3. En déduire l’ensemble des solutions de (E).
4. Déterminer la solution particulière f de (E) qui prend la valeur 1/4 pour x=0.

Partie B
3
3 3  x
Soit f la fonction définie sur l’intervalle [0, +[ par f(x)= x   e 4 . On note (C) la
4 4
courbe représentative de f dans un repère orthonormé d’unité graphique 2 cm.
1. a) Calculer f’(x) pour tout x de [0, +[ où f’ est la fonction dérivée de f.
b) En déduire le sens de variation de f sur [0, +[.
2. Déterminer lim f ( x) . Montrer que (C) admet une asymptote (D) dont on donnera une
x 
équation et préciser la position de (C) par rapport à cette droite.
3. Représenter (C) et (D) en tenant compte des résultats précédents.
3 9
3  x 4 
4. a) Montrer que  e dx  (1  e 4 ) .
4
0 3
2
b) En déduire, en cm , l’aire de la partie du plan ensemble des points P de coordonnées
3 3
(x,y) vérifiant 0≤x≤3 et x  ≤ y ≤ f(x).
4 4
Donner la valeur exacte de cette aire puis arrondir le résultat au mm2.
5. Faire une intégration par parties pour calculer la valeur exacte de l’intégrale J=
3
3  x
 0
xe 4
dx puis arrondir le résultat au centième près.
Corrigé
Partie A
1. On écrit pour 0≤x, r(x)=3/4 et R(x)=(3/4)x : R’(x)=r(x). Sur [0, +[, les solutions de (E’)
sont les fonctions x ↦ C.e-3x/4 où C est une constante réelle.
3 3 3 3
2.∗ Pour 0≤x, g(x)=ax+b et g’(x)=a : g ' ( x)  g ( x)  a  (ax  b)  ax  a  b .
4 4 4 4
Les propositions suivantes {..} sont équivalentes : {g est solution de (E) sur [0,+[},
3 9 3 3 3 9 3
{ g ' ( x)  g ( x)  x  pour 0≤x}, { ax  a  b  x  pour 0≤x}.
4 16 16 4 4 16 16
∗ Pour que g soit solution de (E) sur [0,+[, on est ramené à la recherche de a et b
3 9 3 3
vérifiant les systèmes d’égalités équivalents suivants :{ a  et a  b  },
4 16 4 16
9 4 9 4 3 3 3 3
{ a      et 4a  3b  },{ a  et 3  3b  },
16 3 3 16 4 4 4 4
3 3 3  3  4 3(1  4)  3  3 3 3
{ a  et 3b   3    }, { a  et b   }.
4 4 4 4 4 4 4
3 3
Conclusion : Pour la suite on écrit pour 0≤x, g(x)= x  et g est une solution particulière
4 4
de (E) sur [0, +[.
3. À la solution particulière g de (E) on ajoute toutes les solutions de (E’), l’équation
homogène associée à (E) pour obtenir toutes les solutions de (E). Ainsi sur [0, +[, les
3
3 3  x
solutions de (E) sont toutes les fonctions x ↦ x   Ce 4 où C est une constante réelle.
4 4

3
3 3  x
4. Pour f solution de (E), on écrit pour 0≤x, f(x)= x   Ce 4 où C est une constante réelle.
4 4
3 3 1 3 1
f(0)= 0– +C×1= –  C . On a les équivalences suivantes : f(0)=  –  C 
4 4 4 4 4
1 1 3
soit : f(0)= C=   1 .
4 4 4
3
3 3  x
Finalement la fonction f cherchée est définie par : f(x)= x   e 4 pour 0≤x.
4 4

Partie B
3 3
3 3  x 3  x
1. a) Pour 0≤x, f’(x)=  ( )e 4 soit f’(x)  (1  e 4 ) .
4 4 4
3
b) ∗ f’(0)= (1  e 0 ) où e 0  1 d’où f’(0)=0..
4
3
3 3
 x  x
∗ Pour 0<x, x  0 d' où e 4
 e  1 et 0  1  e 4 . En multipliant par 3/4, on
0

4
obtient 0<f’(x).
On obtient ainsi le tableau de variation suivant :
x 0 +
f’(x) 0 +
f(x) 1/4

3
3  x
2. ∗ lim e  0 et lim ( x)   donnent lim e 4  0 .
t
t   x  4 x 
3
3 3  x
lim ( x  )   donne, en ajoutant lim e 4  0, lim f ( x)   .
x  4 4 x  x 
3 3
3 3  x  x
∗ L’écriture,pour 0≤x, f(x)= [ x  ]  e 4 où lim e 4  0 , prouve que la droite (D)
4 4 x 

3 3
d’équation y= x  est asymptote à (C).
4 4
Comme en plus pour tout réel x, 0< e–3x/4, (C) est au-dessus de (D).

3. Représentation graphique du problème

(C) (D)

tangente à (C) au point d’abscisse 0

La région hachurée est la surface dont on calcule l’aire à la question 4. b)

3 3 3 9
3  x 4 3 3 4x 4 4x 3 4 4
4. a) 0
e 4
dx  
3 0

4
e dx  
3
[ e ] 0  
3
[e  e 0 ] où e0=1. Soit
3 9
3  x 4 
0
e 4
dx  [1  e 4 ] .
3
3
 x 3 3
4. b) On a ici pour 0≤x, 0< e 4
 f ( x)  [ x  ] alors l’aire de la surface hachurée ( voir
4 4
3
3  x
question 3.) est donnée par l’intégrale I=  e 4
dx . En fait le carré construit à partir de
0

  16 
9
(O, i , j ) a une aire en cm de 2×2=4, donc l’aire cherchée, en cm , vaut : 4I= [1  e 4 ] .
2 2
3
On obtient ainsi 4I ≈ 4,77.
5. On écrit
u(x)=x u’(x)=1
3 3 3 3
x 4 3 x 4 4x 4 4x
v’(x)= e 4
= [ e 4
] v(x)= e u’(x)v(x)= e
3 4 3 3
u’ et v’ sont encore dérivables et continues sur ℝ alors :
3 3 9 9 9
4 4x 3 1 4 4
3
x 4 3 4x 4 4
J=[ xe ]0   e dx 
4
 3e  0   e dx   4e  [ (1  e 4 )] soit
4 4
3 0 3 3 3 0 3 3
9
9
16 16 16 36 16 52 16  52e 4
J=  (4  )e 4 où 4     alors J= .
9 9 9 9 9 9 9
On obtient J≈ 1,17