Vous êtes sur la page 1sur 16
SANTÉ
SANTÉ

Selon OMS

SANTÉ Selon OMS Coupe de l'UNAF des clubs champions (finale - retour) MCA 1 - Club
Coupe de l'UNAF des clubs champions (finale - retour) MCA 1 - Club Africain 1
Coupe de l'UNAF des clubs champions
(finale - retour)
MCA 1 - Club Africain 1
L
es Mouloudéens
n'ont pu
forcer le destin !
P. 24
FOOTBALL
n'ont pu forcer le destin ! P. 24 FOOTBALL Météo MONNAIE dol lar 14° PÉTROLE à
Météo MONNAIE dol lar 14° PÉTROLE à Alger, L e Brent 25° à 93,77 dol
Météo
MONNAIE
dol
lar
14°
PÉTROLE
à Alger,
L
e
Brent
25°
à 93,77 dol
lars
à In Salah
le
baril

L’euro à 1,311

à 93,77 dol lars à In Salah le baril L’euro à 1,311 Histoire Il y a
à 93,77 dol lars à In Salah le baril L’euro à 1,311 Histoire Il y a

Histoire

Il y a 25 ans disparaissait Ferhat Abbès

P. 11

De mauvaises dents, un signe de risque cardiaque élevé

11 De mauvaises dents, un signe de risque cardiaque élevé PP. 12-13 18-19 Moharram 1432 -
11 De mauvaises dents, un signe de risque cardiaque élevé PP. 12-13 18-19 Moharram 1432 -

PP. 12-13

18-19 Moharram 1432 - Vendredi 24- Samedi 25 Décembre 2010 - N° 14083 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

Lutte contre l’habitat précaire Nouvelle opérat ion à Alger 1.586 familles seront Poursuivant ses efforts
Lutte contre
l’habitat précaire
Nouvelle opérat
ion à Alger
1.586 familles
seront
Poursuivant ses efforts de lutte contre l’habitat précaire,
la wilaya d’Alger a annoncé hier qu’une nouvelle opération
de relogement de 1.586 familles sinistrées de Bordj
El Kiffan, El Madania, Hussein Dey et Belouizdad débutera
ce matin et s’étendra jusqu’au 28 décembre. La première
action touchera 579 familles, occupant les constructions en
préfabriqué de la cité Ali Amrane de Bordj El Kiffan, la
deuxième 520 familles de la cité Diar Echams, El Madania,
et la troisième concernera 487 familles, provenant de la
cité Ali Amrane (BEK) et des constructions menaçant
ruine des communes d’Hussein Dey et de Belouizdad.
Donnant plus de précisions sur l’opération, le communiqué
de la wilaya indique que cette opération de relogement
concerne 946 familles, habitant les 4 sites de chalets 2,
3, 4 et 15 de la cité Ali Amrane de Bordj El Kiffan, 520
familles de Diar Echams (2ème tranche), 61 familles
résidant dans 13 constructions menaçant ruine de
Belouizdad et 59 familles habitant dans un bidonville de
Hussein Dey. Dans ce contexte, le communiqué a tenu à
rappeler que le programme de relogement tracé par la
wilaya d’Alger porte sur 7 axes principaux, en l’occur-
rence l’éradication de 34 bidonvilles de la capitale et
le relogement de 3.364 familles, le relogement défini-
tif de 2.603 familles résidant dans les chalets et la fer-
meture de 12 sites, le traitement des constructions
menaçant ruine et le relogement de 138 familles
concernées, le relogement de 282 familles habitant
dans des cimetières, celui de 1.318 familles résidant
dans des F1 au niveau des grands ensembles d’habi-
tation datant de l’époque coloniale, ainsi que celui
de 109 familles, dans le cadre du programme spé-
cial des habitations menacées d’effondrement de la
Casbah, sans oublier la réservation de 2.222 loge-
ments pour les comités des circonscriptions admi-
nistratives. Le même communiqué rappelle que
d’importants moyens matériels et humains sont
mobilisés pour la réussite de ces opérations
(déménagement et relogement des familles, sécu-
risation des convois, etc.), lesquelles sont suivies
immédiatement par le lancement des travaux de
démolition des bidonvilles.
relogées en 3 jours
P. 3
de démolition des bidonvilles. relogées en 3 jours P. 3 Quotidien national d’information — 20, rue

2

2 EL MOUDJAHID 14° à Alger, 25° à In Salah Météo Ce matin, à 10 h

EL MOUDJAHID

14° à Alger, 25° à In Salah Météo Ce matin, à 10 h 30 Hommage
14° à Alger,
25° à In Salah
Météo
Ce matin, à 10 h 30
Hommage
à Ferhat Abbas
Report de la
conférence-débat
de M. Benmeradi
Mohamed
Initialement
Sur le nord
temps sera relativement
du pays, le
prévue
pour
froid et nuageux
avec localement
des averses sur
demain,
la
les régions
du Centre et
de l'Est. Les vents seront
conférence-
en général
de secteur
ouest à nord-ouest modérés
débat
de
M.
à assez forts (60/80 km/h)
notamment sur régions
Benmeradi
mer sera agitée.
du littoral centre et est.
La
Mohamed,
Au Sud, le temps
sera partiellement nuageux
ministre
de
vents seront
notamment sur nord Sahara. Les
L’Association Machaâl Chahid en collabora-
tion avec El Moudjahid organisera une conféren-
ce-hommage au défunt Ferhat Abbas, président
du GPRA. Cette rencontre, qui intervient dans le
cadre de la commémoration du 25 e anniversaire
de sa mort, aura lieu ce matin à 10 h 30 à la salle
Mohamed-Abderrahmani d’El Moudjahid.
en
l’Industrie, de la
général modérés (20/40 km/h).
PME
et
de
la
mercure affichera 14° à Alger,
Aujourd’hui, le
Promotion
de
Jijel et à Annaba,
16° à Oran,
11° à Batna et à
Chlef,
10°
à
Constantine,
à
Sétif,
17° à
Ghardaïa, 12° à Tlemcen, 24° à Adrar et 25° à In
l’investissement
est reportée à une date qui sera fixée
ultérieurement.
Salah.
Ahd 54
Rassemblement
populaire,
ce matin,
à 10 h, à Aïn
Témouchent
des sols et murs intérieurs
et extérieurs, industries et
services agro-alimentaires,
textile, prêt-à-porter et
maroquinerie, produits
cosmétiques et de beauté,
bijoux et autres produits de
l’artisanat et livres et pro-
duits de l’édition, des jeux
et de l’audio visuel.
Le siège de la direction
de la communication du MDN dénommé
au nom du défunt général Metidji
Djiar à Biskra
Le siège de la direction de la communi-
cation, de l'information et de l'orientation
du ministère de la Défense nationale, sis à
Ben Aknoun (Alger), a été dénommé, jeudi
dernier, au nom du défunt général Metidji
Nadir, ex-directeur de cette structure, a
indiqué un communiqué du ministère.
Le commandant de la 1 ere Région mili-
taire, le général-major Habib Chentouf, a
présidé la cérémonie solennelle de dénomi-
nation, supervisée par le ministre délégué
auprès du ministre de la Défense nationale,
et à laquelle ont assisté des cadres supé-
rieurs à côté de la famille du défunt, a-t-on
précisé de même source.
Le ministre
de la Jeunesse
et
des
Le président du parti
Ahd 54, M. Ali Faouzi
Rebaïne, animera un ras-
semblement populaire, ce
matin à partir de 10 h à la
salle du centre culturel de
la wilaya d’Aïn
Témouchent.
Sports, M.
Hachemi
Djiar, effectue-
ra aujourd’hui
une visite de
travail et d’ins-
pection dans la
Aujourd’hui,
à Illizi
8 e Festival
national
des sports
mécaniques
Un aperçu du parcours du général
Metidji Nadir a été mis en exergue à cette occasion et un présent symbolique
a été offert à sa famille pour commémorer l'évènement, a ajouté le communi-
qué.
wilaya de
Biskra. Au cours de cette visite, le
ministre présidera l’ouverture du
Salon national du tourisme et de
l’échange entre jeunes. Une manifes-
tation est prévue du 26 au 31
décembre.
Demain, au siège
du Conseil
de la nation
Foncier
Journée
d’étude sur
« la drogue
La Fédération algérien-
ne des sports mécaniques
organisera, sous le haut
patronage du ministre de la
Jeunesse et des Sports, en
collaboration avec le wali
d’Illizi et la direction de la
Selon M. Benmeradi : 948 lots de terrains
vacants répartis sur 25 zones industrielles
à travers le pays répertoriés
Smaïl Mimoune,
ce matin, à l’Ecole
nationale
du Tourisme
Le ministre
du Tourisme et
et ses effets
jeunesse et des sports, le 8 e
Festival national des sports
mécaniques à Illizi à partir
de l’Artisanat,
M.
Smaïl
socio-écono-
Le ministre de l'Industrie, de la PME et de
la Promotion de l'investissement, M.
d’aujourd’hui et jusqu’au
31
décembre 2010.
mique »
Dans le cadre de ses
activités scientifiques et
culturelles, le Conseil de la
nation organisera, demain,
à partir de 9 h, en son siège
une journée d’étude sur le
thème « la drogue et ses
effets socio-écono-
miques».
La FASM a initié un
programme spécial en
direction des jeunes (300)
Mohamed Benmeradi, a indiqué, jeudi der-
nier à Alger, que l'inventaire dressé par le
gouvernement pour l'évaluation des actifs
industriels a permis de répertorier 948 lots de
terrains vacants d'une superficie globale de
dont l’âge varie entre 8 et
16
ans en karting, 7 jours
d’initiation de formation
600 ha.
Répondant à la question d'un membre du
Conseil de la nation, le ministre a précisé que
ces terrains — classés actifs fonciers excé-
dentaires — sont répartis sur 25 zones indus-
trielles à travers le pays, précisant que "le
foncier est le catalyseur de la promotion de
l'investissement et du développement écono-
mique".
Le ministre a ajouté que l'opération de
concession par adjudication d'actifs fonciers
sera lancée à partir de janvier 2011 au profit
des promoteurs de projets.
Mimoune, pré-
sidera ce matin
à 10 h à l’Ecole
supérieure du
tourisme, située
à l’hôtel El-
Aurassi, une
rencontre avec
les nouveaux diplômés en hôtellerie
et tourisme.
concours
seront primés. Des portes
ouvertes sur les sports
mécaniques de 1963 à ce
jour seront organisées au
centre culturel d’Illizi du
25 au 31 décembre. La
remise des prix (diplômes,
coupes, chèques) s’effec-
tuera lors de la soirée de
fin d’année à Illizi avant le
retour en caravane à partir
du 1 er janvier 2011.
seront ponctués par un
où les lauréats
RND
Le 28 décembre à Alger
Demain et après-
demain, au Cerist
Conférence régionale,
ce matin, à Saïda
Workshop
sur les Web
Service
Le RND organisera une conférence régionale au profit
de ses cadres et élus au niveau de la wilaya de Saïda, ce
matin à 9 h 30 à la maison de la culture de Saïda. La ren-
contre sera présidée par M. Miloud Chorfi, porte-parole du
parti.
Présentation des
résultats de l'appel
public à l'épargne
d’Alliance
Assurances
Le Cerist abritera
demain et après demain un
Workshop sur les Web
Service (WWS). Seront
communiquées durant ces
journées, les expériences
des chercheurs dont les
travaux soumis ont été
retenus. Sont également
prévus, des débats autour
des thématiques traitées.
Cet après-midi,
Une première dans les annales
du monde associatif
A l'occasion
de la présenta-
au Hilton
tion des résul-
tats
de
l'appel
Colloque
public
à
d’hommes
d’affaires
turcs
Initiée par la direction générale des affaires politiques et de sécurité internationale, diri-
gée par M. Dani, du ministère des Affaires étrangères, et, avec le concours du ministère de
l’Intérieur et des Collectivités locales, une réunion de concertation, d’études et de travail
regroupe, hier les représentants du mouvement associatif et de la société civile pour débattre
des questions liées à l’action sur le terrain tant sur le plan local que national.
Des élus et des députés participent, également, à cette réunion qui constitue un fait inédit.
Selon M me Dridi Nadia, présidente de l’Association nationale pour la promotion et la pro-
l'épargne de la
Compagnie
Alliance
Assurances
(spa)
MM.
Hassen
Khelifati
et
Du 22 au 31
décembre,
au Palais des
expositions (Safex)
L’hôtel Hilton abritera
cet après-midi à partir de
13 h 30 un colloque
d’hommes d’affaires turcs.
Cette rencontre a pour
objectif d’évaluer la situa-
tion des échanges com-
merciaux bilatéraux afin
de renforcer la coopération
multisectorielle entre les
deux pays.
tection de la femme et de la jeunesse, des ateliers de travail ont été conçus afin de passer en
revue des problématiques inhérentes au monde associatif et de la société civile à travers dif-
férentes approches juridiques, législatives et financières dans un cadre de réflexion qui
intègre la prise en charge des droits de l’homme. Il a été reconnu à cette occasion par l’en-
semble des participants, l’apport grandement positif du forum du quotidien national El
Foire de la
production et
des services
Moudjahid en tant qu’espace dédié à l’expression citoyenne et à la médiatisation des
et des activités du mouvement associatif et de la société civile en générale.
Nous reviendrons sur cet événement dans notre prochaine édition.
actions
Demain, à Biskra
Dans une intervention à la chaîne 2
de la Radio nationale
La Société algérienne
des foires et expositions,
Safex, et CSF Events orga-
niseront en partenariat
« Foire de la production et
des services » au Palais des
expositions de la Safex des
Pins Maritimes d’Alger.
Cet événement écono-
mique, qui se tient du 22
au 31 décembre, de 10 h à
18 h, est dédié à l’en-
semble des opérateurs de
tous les secteurs d’activi-
tés, notamment les sec-
teurs de l’industrie en
général et des services,
l’électronique et l’électro-
ménager, du meuble, de
l’ameublement et de la
décoration et produits
d’entretien, la décoration
de la maison, revêtement
Mustapha
Ferfera, respectivement président-direc-
teur général et directeur général de la
Société de la gestion de la Bourse des
valeurs mobilières informent que la
cérémonie de présentation et d'information
aura lieu le 28 décembre 2010 à partir de
10 h à l'hôtel Sofitel.
Cette communication fait suite à la clô-
ture de l'opération de souscription aux
nouvelles actions de la Compagnie
Alliance Assurances (spa).
Plusieurs interventions seront effec-
tuées au cours de cette cérémonie de clôtu-
Salon national
du tourisme
et de
l’échange
entre jeunes
M. Ksentini relève un excès
dans le recours
à la détention préventive
re à laquelle est invitée la presse nationale.
• M. Mustapha Ferfera, directeur-géné-
ral de la S.G.V.B, présentera les résultats
de l'appel public à l'épargne de la
Compagnie Alliance Assurances (spa) et
l'impact de cette opération sur l'activité
Le président de la Commission nationale consultative de promo-
boursière.
tion et de protection des droits de l'homme (CNCPPDH), M. Farouk
• M. Hassen Khelifati, président-direc-
Le ministère de la
Jeunesse et des Sports
organisera à partir de
demain, et, jusqu’au 31
décembre, à Biskra, le
Salon national du tourisme
et de l’échange entre
jeunes. Pas moins de 2.000
jeunes, issus des 48
wilayas du pays, participe-
ront à cette manifestation.
Ksentini, a relevé jeudi un excès dans le recours à la détention pré-
ventive, même pour des délits mineurs. "Les textes de loi sont clairs en ce qui concerne la
détention préventive, qui est appliquée dans des cas exceptionnels. Malheureusement, il est
devenu fréquent que des personnes impliquées dans une affaire pénale soient mises en déten-
tion préventive", a indiqué M. Ksentini qui intervenait à la radio Chaîne II. Il a affirmé que
le recours excessif à cette mesure n'est pas conforme à la loi qui privilégie la présomption d'in-
nocence afin de préserver la liberté individuelle des accusés. La détention préventive est, en
revanche, "requise dans les affaires criminelles où l'inculpé représente, véritablement, un dan-
ger pour la société", a souligné le président de la CNCPPDH.
M. Ksentini a plaidé, à cet égard, pour un traitement "rationnel" de la question de la
détention préventive. Il a réaffirmé, d'autre part, son opposition à la criminalisation des "har-
ragas" (candidats à l'émigration clandestine), préconisant, en lieu et place, une amende en
guise de sanction. Il a salué, à ce propos, la décision rendue dernièrement par le tribunal
d'Annaba et dans laquelle un groupe de jeunes harragas ont été condamnés à une amende, esti-
mant que la prison n'est nullement la solution pour résoudre ce phénomène.
teur général de la compagnie, présentera
quant à lui les conclusions, la résultante et
les attendus de cette opération.
• M. Mohamed Djellab, président-
directeur général du Crédit Populaire
d'Algérie, CPA, interviendra dans une
communication portant sur la banque et le
rôle d'intermédiaire en opération de bour-
se. • M. Noureddine Smaïl, président de la
(C.O.S.O.B), introduira les principaux
axes de la réforme du marché financier en
Algérie.
Vendredi 24 - Samedi 25 Décembre 2010

Nation

3

EL MOUDJAHID

Plus de 3 millions de logements construits en dix années et 2 millions de nouveaux logements d’ici 2014

Près de 1.600 familles occupant des habitations précaires

au niveau de la capitale seront relogées à partir de cette semaine, a indiqué jeudi le directeur du logement de la wilaya d'Alger M. Mohammed Smaïl.

Trois opérations "combinées et non-stop", seront lancées

à partir de demain

dimanche et s'étaleront sur trois jours, a déclaré le directeur du logement de la wilaya d'Alger, M. Smaïl à la Radio nationale. Ainsi, la première opération va toucher 579 familles occupant des chalets, la deuxième concernera 520 familles qui habitent à Diar Echems et la troisième 487 familles issues de bidonvilles, d'immeubles menaçant ruine et un site de chalets, situé à Bordj El Kiffan. Sur les 27 sites de chalets installés à Alger, suite au séisme de 2003, il resterait

12 sites à traiter après cette opération prévue pour la semaine prochaine, selon le même responsable. Le programme de relogement élaboré par la wilaya concerne également la libération des cimetières occupés par 282 familles et le traitement des habitations insalubres tels que Diar Echams et Diar El Kaf avec 1.318 familles, selon M.Smaïl. "Nous sommes en train de suivre ce programme avec beaucoup de rigueur et une démarche intégrée", a-t-il dit, en affirmant que l'opération de relogement "continuera avec les quartiers populaires tels que Diar Echems et Diar El Kaf". Il a indiqué, en outre, que plus de 4.000 logements de type "F1" ont été recensés

à Alger et les familles

concernées sont en train de déposer leurs dossiers au niveau des commissions de daïras. Avec ces opérations, plus de 10.000 familles au total auront été relogées dans le cadre de ce programme lancé en janvier 2010, dira-t- il. Concernant les bénéficiaires qui n'ouvrent pas droit à ces logements, M. Smaïl a affirmé que la commission de recours a fait ressortir 235 cas dont 12 cas de sous-location à Tessala El Merdja. Pour les cas de Tessala El Merdja, ce responsable dira

que l'affaire est entre les mains de la justice et les logements seront retirés à leurs bénéficiaires.

et les logements seront retirés à leurs bénéficiaires. S’il est une évidence incon- tournable, c’est bien

S’il est une évidence incon- tournable, c’est bien cet excep- tionnel effort accompli par les pouvoirs publics dans leur lutte contre la crise du logement, pour son éradication et offrir par la même un toit décent pour des familles qui vivaient dans d’ef- froyables conditions, dans des habitations insalubres, dépour- vues de la moindre des commodi- tés, un effort il faut le souligner qui continue dans le même but jusqu’à l’éradication totale de cette crise. Dans sa réponse apportée à ce sujet, le Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia n’a pas manqué de mettre en relief ce « Melmouss » qui vaut en lui- même mille et un discours tant les

réalisations en béton sur le terrain de cette Algérie en développe- ment ont poussé comme des champignons aux quatre coins du pays, « Nul ne peut ignorer les efforts déployés par l’Etat qui a réussi à réaliser 1,160 million de logements durant le plan quin- quennal 2005-2009 et 2 millions d’unités entre 1999 et 2009 » a relevé M. Ahmed Ouyahia. Sur sa lancée l’Etat et son démembre- ment local au niveau des wilayas prépare d’ores et déjà les terrains d’assiette et mobilise et les com- pétences et les opérateurs écono- miques du secteur pour relever un autre défi, car c’en est un, celui de construire durant ce présent programme quinquennal de déve-

loppement 2010-2014 plus de 2 millions de nouveaux logements. Des logements, a détaillé le Premier ministre, qui se répartis- sent sur le rural avec 700 000 uni- tés, le programme social avec 500

000 unités, le programme promo-

tionnel avec 500 000 unités et le

programme national d’éradica- tion des constructions précaires qui bénéficie quant à lui de 300

000 unités.

Toute la dimension sociale du programme du Président de la République

C’est dire que la dimension sociale du programme de déve-

loppement du Président de la République trouve là toute sa signification, à fortiori s’agissant du logement, de ce toit sous lequel se réunit, vit et s’épanouit la famille. Un programme pour lequel le Président de la République s’est personnelle- ment investi, en suivant particu- lièrement ce dossier et en insis- tant sur l’équité de sa décomposi- tion et de sa distribution particu- lièrement au profit des régions déshéritées et des milieux ruraux dont les populations ont eu le plus à souffrir depuis la nuit coloniale et plus près de nous durant la tra- gique et dramatique décennie du drame national. Si le gourbi, de sinistre mémoire tend à disparaître avec les différents programmes et les différentes aides apportées au programme de l’habitat rural, l’effort reste maintenu et plus, renforcé même, car l’attention particulière portée au milieu rural revêt une signification particuliè- re et dénote d’une stratégie qui porte sur le long terme qui vise à asseoir un développement équili- bré entre les régions et une réap- propriation des vastes étendues rurales pour leur valorisation. De fait, pour repeupler ces zones rurales et garantir la fixation des populations, en plus de l’aide revue à la hausse du logement dans le cadre de l’auto construction c’est tout un programme qui fait appel à une force de frappe commune qui est mis en branle dans le cadre de la revitalisation du rif où l’occupant trouve à côté de son logement les moyens de travailler et de vivre. A.M.A.

Cap sur la résorption de l’habitat précaire

Durant le quinquennat 2010/2014, l’Algérie pour- suivra avec la même inten- sité la production de loge- ments et consentira l’effort nécessaire à l’éradication

de l’habitat précaire. Ce défi, les pouvoirs publics entendent le relever d’au- tant plus que dans le pro- gramme du Président de la République, la probléma- tique du logement est appréhendée dans ses aspects économiques et sociaux. Le Chef de l’Etat aura promis de mettre à contri- bution toutes les potentiali- tés nationales pour concré- tiser cet objectif. Dans ses réponses aux préoccupa- tions des parlementaires, le Premier ministre aura réité- ré les promesses du Président, qui s’est engagé à doter toutes les régions du pays de programmes conséquents de logements pour pouvoir venir à bout de la crise à la fin du quin- quennat. Le Chef de l’Etat

avait décidé la production d’un autre million de loge- ments en plus des pro- grammes normaux en cours ou projetés La production intensive du logement ces dernières années a fait l’objet de mesures d’accompagne- ment où l’Etat a redoublé ses efforts et mobilisé le maximum de moyens en plus la mise en conformité de son arsenal juridique, et le réadapter aux objectifs stratégiques découlant de grandes ambitions natio- nales contenues dans le programme du Président de la République. Dans le silla- ge de l’effort de l’Etat et conséquemment à l’intérêt voué à la réalisation de tous les programmes confon- dus, la contrainte de taille inhérente à l’indisponibilité de terrains qui se dressait devant le développement du secteur a été levée dans la quasi- majorité des régions. L’intérêt particu- lier porté par le Président

de la République au loge- ment se traduit concrète- ment par d’importantes mesures d’accompagne- ment devant booster le sec- teur l’habitat. A titre d’exemple, de nouvelles dispositions de nature à promouvoir le logement social participatif ont été arrêtées par le gouverne- ment. La révision du prix du foncier au bénéfice des pro- moteurs et la mise en place d’aides financières adap- tées aux revenus des sous- cripteurs entre autres mécanismes de facilita- tions découlent de la volonté affichée par les pouvoirs publics d’en finir avec l’intensité de la crise. La spéculation et son corol- laire le renchérissement des prix demeurent cette grande problématique à résoudre impérativement pour concrétiser les objec- tifs stratégiques contenus dans le programme du Président à la faveur duquel

est réédité le programme de un million de logements durant le quinquennat

2010/2014.

Les pouvoirs publics ne ménagent aucun effort pour faire bénéficier les opéra- teurs de toutes les facilita- tions s’inscrivant en droite ligne de la détermination de l’Etat d’endiguer le phéno- mène de l’habitat précaire vers la fin du programme quinquennal. C’est que l’Etat qui consent d’énormes efforts dans la relance du bâtiment et la production du logement tous types confondus s’in- génie à mobiliser toutes les potentialités du pays et à réunir, réunion de toutes les conditions pour réaliser l’aspiration de tous les Algériens à un toit décent. Le pays est à une étape charnière de la réalisation de ses objectifs et entend bien relever le défi et rem- porter la bataille du loge- ment.

S. Lamari

Nation

4

EL MOUDJAHID

Séance plèniéire du Conseil de la nation consacrée aux questions orales

M. Ghlamallah : “Les idées salafistes qui dénaturent l'histoire, ne sont plus une menace pour la référence religieuse nationale”

L e ministre des Affaires reli- gieuses et du Wakfs, M. Bouabdellah Ghlamallah, a

affirmé jeudi à Alger que "les idées salafistes qui dénaturent l'histoire et travestissent la réalité ne sont plus une menace pour la référence religieuse nationale", soulignant que les efforts consentis avaient permis d'"immuniser" la mosquée contre ces idées. "Les tenants de ces idées se sont confinés dans les couloirs des univer- sités et aux abords de certaines mos- quées", a déclaré M. Ghlamallah au cours d'une séance plénière, au Conseil de la nation, consacrée aux réponses aux questions orales. Le ministre a souligné que l'effort national en la matière avait permis d'"immuniser" la mosquée et les imams contre ces idées, ajoutant que "l'engage- ment à la défense de la référence religieu- se nationale est devenu un critère de recru- tement des imams". "La mosquée est une institution sociale qui doit travailler en coordination et en harmonie avec les autres institutions", a affirmé M. Ghlamallah. Concernant le relation de l'imam avec l'association religieuse, le ministre a rappelé qu'elle (la relation) était "régie par les lois de la République", ajou- tant que son département "attend que le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales présente le projet de révision de la loi sur les associations pour proposer un amendement à même d'éviter tout diffé- rend entre les imams des mosquées et les associations religieuses". Une proposition qui permettra aussi, a- t-il dit, d'éviter que la mosquée ne soit empreinte d'une tendance sectaire ou parti- sane par les tenants de telles idées. Rappelant que l'actuelle loi sur les associa- tions était une loi générale, il a souligné que l'amendement portera sur la spécificité de l'association qui gère la mosquée et qui est différente de toute autre association.

mosquée et qui est différente de toute autre association. Concernant l'encadrement des mosquées à l'échelle

Concernant l'encadrement des mosquées à l'échelle nationale, M. Ghlamallah a affir- mé qu'"il y a 55% d'imams titulaires, 15% d'imams officiants, 20% d'enseignants du saint Coran et d'agents de mosquées et 10% de diplômés universitaires bénévoles en attente de recrutement". Le ministre a relevé les "progrès notables" enregistrés dans ce domaine au cours du précédent quinquennat puisque, a-t-il précisé, "les postes budgétaires réser- vés aux imams sont passés de 16.158 postes en 2005 à 19.158 postes en 2010". Le ministère a fixé des objectifs à court et moyen termes dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014 en vue de "résor- ber le déficit" et améliorer la qualité de l'encadrement des mosquées, a fait savoir M. Ghlamallah. Le ministre a, dans ce contexte, précisé que la proposition de son département de passer de 500 à 1000 postes budgétaires par an avait été approu- vée. Dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014, "il sera procédé à l'extension de 8 instituts islamiques de formation de cadres religieux afin d'en augmenter la capacité d'accueil", ainsi que "la construc- tion de 5 instituts islamiques nationaux et

une école nationale supérieure de forma- tion de cadres religieux", a indiqué M. Ghlamallah. Parmi les autres projets, a-t-il dit, figurent "la construction de 15 écoles coraniques-pilotes à système résidentiel dédiées à l'enseignement du Coran et

des sciences de la Charia et la réalisation de 15 autres écoles coraniques durant le prochain plan". Il est également prévu, a affirmé le ministre, la "construction de 30 mosquées-pôles" (une dans chaque chef-lieu de wilaya) dont 15 inscrites dans le cadre de l'actuel plan et le reste dans le prochain. S'agissant des imams qui ont refusé de se lever pour saluer l'hymne national "Kassaman", le ministre a indiqué qu'ils ont été présen- tés devant le Conseil scientifique où "ils se sont expliqué sur ce comportement qui n'émanait ni d'une désobéissance ni du non respect des symboles de l'Etat algérien

et ont présenté des excuses". Le

ministre a précisé que le Conseil scienti- fique a orienté ces imams vers la commis- sion paritaire qui a adopté les recomman- dations du Conseil scientifique en vertu desquelles ces imams sont "interdits de prêche pour une durée indéterminée". Bien que l'incident soit "limité dans le temps et l'espace", tous les imams du pays l'ont "condamné", a précisé le ministre. Pour ce qui est de la construction de la mosquée d'Alger, le ministre s'est dit "optimiste" devant les pas franchis, mettant en exergue l'importance et l'envergure de la mosquée dont l'étude a nécessité "beau- coup de temps et de grands efforts". La commission nationale des marchés, a-t-il dit, "étudie les cahiers des charges dans le détail", précisant que de grandes entre- prises de par le monde sont intéressées par ce projet. M. Ghlamallah a, en marge de la séance du Conseil de la nation, indiqué, en réponse à une question sur les fonds de la zakat que "des instructions ont été don- nées pour que ces fonds ne restent pas dans les caisses".

) (

M. Barkat annonce un projet de loi sur la lutte contre la mendicité

annonce un projet de loi sur la lutte contre la mendicité L e ministre de la

L e ministre de la Solidarité nationale

annoncé jeudi qu"un projet de loi

qui prévoit des dispositions dissuasives contre la mendicité en Algérie est en cours d'élaboration . A une question orale sur la mendicité,

et de la Famille, M. Saïd Barkat, a

posée par un membre du conseil de la nation lors d'une séance plé- nière, le ministre a indiqué qu'une cellule, composée de représen- tants de plusieurs secteurs, a été installée en vue de proposer des mesures dans le cadre d'un projet de loi prévoyant des dispositions dissuasives "rigoureuses" en matière de lutte contre la mendi- cité. Le texte de loi qualifié de "rigoureux" vise à lutter contre les réseaux de mendicité notam- ment ceux recourant à des enfants, des bébés ou des per- sonnes handicapées, a-t-il affir- mé.

Le projet propose la prise de sanctions contre les parents qui utilisent leurs enfants dans la mendicité dont des "peines d'emprisonnement, le retrait des enfants aux parents qui les exploitent dans la mendicité et leur placement dans des centres spécialisés pour les protéger et garantir leur sécurité", a précisé

M. Barkat. Les mendiants membres de réseaux organisés "n'ont pas besoin d'aides, car ils recourent au gain facile et rapide par tous les moyens notamment illi- cites", a-t-il estimé. Le projet de loi constitue un nouveau jalon qui viendra consolider les textes de loi en vigueur pour l'éradication et la lutte contre le phénomène de mendicité, a sou- ligné le ministre. Il a estimé nécessaire de faire la diffé- rence entre l'aumône donnée aux nécessi- teux qui ont réellement besoin d'aide et le phénomène de mendicité organisée. Le ministre a, en outre, salué les efforts de l'Etat visant à aider les catégories vul- nérables, à les prendre en charge et à assu- rer leur insertion socioprofessionnelle notamment dans le cadre de l'action socia- le et à travers des mesures et des pro- grammes. Par ailleurs, M. Barkat a rappelé l'en- quête nationale sur la mendicité lancée par le ministère au niveau national dont les résultats seront prochainement publiés.

M. Smaïl Mimoune à Djanet

La formation, pierre angulaire du développement du secteur du tourisme

pierre angulaire du développement du secteur du tourisme L a formation est la pierre angulaire du

L a formation est la pierre angulaire du déve- loppement du secteur du tourisme, a affirmé jeudi dernier à Djanet, le ministre du

Tourisme et de l’Artisanat, M. Smail Mimoune. "Le ministère accorde la priorité à la formation qui est la pierre angulaire du développement du sec- teur du tourisme", a indiqué M. Mimoune, en marge de sa visite d’inspection dans la wilaya d’Illizi, ajou- tant que son département accorde une importance également à l’investissement en matière d’infra- structures d'accueil. M. Mimoune a insisté aussi sur la nécessité de développer le tourisme domestique, qui "contribue beaucoup à la réduction du nombre de sorties à l’étranger et à la diminution des dépenses en devise". "Le ministère du Tourisme demeure en quête de nouvelles approches et pra- tiques susceptibles de redorer le blason du secteur qui est le garant du développement durable dans cette région saharienne du pays", a-t-il ajouté. Pour le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, donner un dynamisme à ce secteur "ne relève pas seulement des responsables locaux, mais implique également tout effort des opérateurs pour atteindre l’objectif escompté", avant d'exhorter les parte- naires à oeuvrer pour le développement du tourisme en Algérie. Evoquant les contraintes rencontrées par l'investissement dans la ZET de Djanet qui accuse un retard dans le lancement des travaux de viabilisa- tion, M. Mimoune a rappelé l'existence d'un texte de loi régissant l’investissement, tout en assurant que "les grands projets devraient être examinés au niveau du conseil national d’investissement et du Conseil des ministres". La zone d’expansion touris- tique (ZET) de Djanet avait bénéficié, au titre du programme complémentaire, d’une enveloppe finan- cière de 365 millions de dinars destinés à la réalisa- tion d’une série d’opérations de développement du tourisme saharien. Ces projets devraient générer 3.260 emplois indirects et 1.600 emplois directs, selon les explications fournies à la délégation minis- térielle. Ces opérations consistent en la réalisation de trois forages, du réseau d’AEP, de cinq structures hôtelières, dont deux classées, d’une capacité d’ac- cueil de 1.600 lits, en plus d’un bloc administratif, d’accueil et d’orientation des touristes. M. Mimoune a inspecté au cours de la première journée de sa visite de travail dans la wilaya d’Illizi plusieurs infrastructures hôtelières de la ville tou- ristique de Djanet, avant de procéder à la pose de la première pierre de l’espace expo-vente de produits de l’artisanat à Azelouaz et d’un centre d’informa- tion et d’orientation touristique à Djanet. Le ministre a visité également une exposition du produit artisanal de 35 artisans, tenue à la biblio- thèque communale de la ville de Djanet. Le ministre a poursuivi hier la deuxième et der- nière journée de sa visite de travail dans la wilaya d’Illizi, où il présidera une rencontre avec les opé- rateurs du tourisme de la région.

L es journées de sensibilisation sur "la prévention contre les risques des mines et munitions de guerre actives", organisées à Tlemcen par le

bureau de wilaya du Croisant-Rouge algérien (C-RA) du 19 au 23 décembre, ont été sanctionnées par la for- mation de 50 stagiaires dans les premiers soins des vic- times d'explosion de mines et des catastrophes natu- relles. La clôture, jeudi, en présence de représentants de la sûreté nationale, de la protection civile, de citoyens des communes frontalières de la wilaya et de cadres de C- RA, a été marquée par l'organisation d'une cérémonie symbolique de remise d'attestations de participation au stage. L'accent a été mis, lors cette cérémonie, sur le danger que constituent ces mines semées dans la

région et des procédés de prévention à suivre en colla- boration avec toutes les parties concernées, pour éviter des dommages, comme

l'installation de plaques signalétiques dans les zones dangereuses et la sensibili- sation des populations résidant à proximité. Les participants ont abordé le droit international qui interdit l'enfouissement de ces mines. Dans une communication, un conseiller juridique et membre du bureau a appelé à criminaliser la plantation de mines qui continuent de tuer après des d'années de la fin des conflits et des guerres. Le même intervenant a évoqué "la convention d'Ottawa" (Canada) signée le 3 décembre 1997 et entrée en application en 2000, qui interdit la plantation de mines antipersonnel, tout en indiquant que l'Algérie a adhéré à cette convention et fait des efforts pour désamorcer les mines plantées par le colonisateur dans les régions frontalières à l'époque de la colonisation. Des conférences et cours pra- tiques ont été données par des médecins spécialistes et des soigneurs lors de ces journées organisées au niveau du bureau du C-RA de Tlemcen, en plus d'une exposition photos et de documents relatifs aux mines et munitions de guerre non explosées à travers la wilaya de Tlemcen, qui a connu des accidents tragiques depuis l'indépendance faisant des victimes parmi la population notamment les

enfants et les femmes.

APS

Tlemcen

Formation dans les premiers soins des victimes d'explosion de mines

Nation

5

EL MOUDJAHID

M. Abdelmadjid Sidi Saïd SG de l’UGTA

“Lasauvegardedesdroitsdestravailleurs doit être au cœur de l'action syndicale”

Industrie

Un programme de réhabilitation des entreprises publiques sur la table du CPE

U n programme

de réhabilita-

tion des

entreprises publiques, possé- dant un potentiel et un marché, est à l'examen au niveau du Conseil des par- ticipations de l'Etat (CPE), a annoncé jeudi à Alger le ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'in- vestissement, M.Mohamed Benmeradi . "Le gouverne- ment est en train d'examiner au niveau du Conseil des participations de l'Etat un pro- gramme de réhabili- tation (des entreprises publiques) qui ont un potentiel et un marché", a-t-il précisé dans une déclaration à l'APS en marge d'une séance plé- nière du Conseil de la nation dédiée aux questions orales. "Nous allons commencer par les entreprises engagées dans le programme quin- quennal (2010-2014). Ce sont, essentiellement, des entreprises qui activent dans les secteurs des tra- vaux publics et de l'hydraulique", a- t-il ajouté. Le ministre a souligné, d'autre part, que l'étude visant à relancer le secteur de la mécanique en Algérie est "pratiquement achevée". "Nous avons pratiquement terminé l'étude et beaucoup de décisions ont été

terminé l'étude et beaucoup de décisions ont été prises pour la relance du secteur de l'industrie

prises pour la relance du secteur de l'industrie mécanique". Concernant le développement des autres indus- tries, telles que ''les industries élec- troniques et manufacturières'', M. Benmeradi a indiqué que "les dos- siers sont en cours de maturation et seront proposés au CPE au cours des deux premiers mois de 2011". Il a rappelé, par ailleurs, qu'un pro- gramme avait été lancé par le gou- vernement, il y a quelques années, pour relancer les entreprises publiques industrielles, affirmant dans ce contexte que le secteur des ciments a été remis sur les rails grâce à une opération de réhabilita- tion ayant coûté plus de 140 mil- liards de dinars.

L a sauvegarde des droits socioprofessionnels des travailleurs, à travers la

préservation de leur outil de pro- duction et leurs emplois, doit être au cœur de l'action syndicale, a affirmé jeudi à Alger le secré- taire général de l'Union générale des travailleurs algeriens (UGTA), M. Abdelmadjid Sidi Saïd. Intervenant dans le cadre d'une conférence regroupant les cadres syndicaux des différentes entreprises de la wilaya d'Alger, M. Sidi Saïd a indiqué que le syndicaliste doit être un "acteur principal" dans l'équation du dia- logue social, lorsqu'il s'agit de la préservation des droits sociopro- fessionnels des travailleurs et la sauvegarde de leur outil de pro- duction. Il a insisté, dans ce contexte, sur la nécessité de "valoriser" les compétences syn- dicales pour les mettre "au servi- ce des travailleurs et des intérêts du pays". M. Sidi Saïd a cité, dans ce sens, l'exemple de l'ETUSA (entreprise du transport urbain et suburbain d'Alger) dont l'action syndicale a permis, a-t-il dit, de sauvegarder les emplois de

a permis, a-t-il dit, de sauvegarder les emplois de 3.000 salariés qui risquaient de se retrouver

3.000 salariés qui risquaient de se retrouver au chômage technique. "Aujourd'hui, l'ETUSA a repris sa dimension et sa place au niveau de la wilaya d'Alger en tant qu'entreprise citoyenne, et ce, grâce à l'engagement de ses travailleurs et l'accompagnement des pouvoirs publics", s'est-il réjoui. Le secrétaire général de l'UGTA a mis l'accent, d'autre part, sur l'importance de la for-

mation syndicale pour une "par- faite maîtrise"de la gestion des dossiers liés aux conflits socio- professionnels. M. Sidi Saïd a, par ailleurs, plaidé pour une "meilleure" représentativité féminine au sein des instances syndicales, esti- mant que le rôle de la femme dans le monde du travail "est devenu, aujourd'hui, incontour- nable".

2 e Salon de la micro-activité

Un espace pour vulgariser le dispositif

48. 000 projets lancés à fin octobre 2010.

L e 2 e Salon national de la micro-activité, a ouvert, hier ses portes, à Riadh El

Feth. Cette exposition, organisée, sous le haut patronage du ministè- re de la Solidarité Nationale et de la Famille, à l’initiative de l’agen- ce, qui s’inscrit dans le cadre de la politique, prônée par le Président de la République qui œuvre pour l’amélioration des conditions de vie des catégories vulnérables et la lutte contre la pré- carité sociale et l’exclusions, à tra- vers l’implication de celle-ci dans la dynamique économique et le développement local se veut être un espace pour la vulgarisation de ce dispositif et la présentation de l’expérience dans le domaine du micro-crédit, dira M. Aouaidjia, directeur général par intérim à l’ANGEM, à travers la présence de 130 bénéficiaires de ce méca- nisme, représentant les 48 wilayas du pays. Il s’agit tiendra-t-il à sou- ligner de présenter, mais aussi faire valoir les produits développés par les promoteurs, se voulant ainsi une alternative à l’assistanat car s’articulant sur l’auto prise en charge et la participation du

citoyen à l’amélioration de son niveau de vie et la lutte contre la précarité sociale. Le même res- ponsable ajoutera par ailleurs que ce Salon répond aussi souci d’in- former, conseiller, voire accompa- gner le promoteur qui bénéficie, à la faveur de la loi de finances de 2009 de nombreux avantages fis- caux, durant les cinq premières années des projets, allant de cré- dits bonifiés aux services gra- cieux, en termes d’information, de suivi des projets, rappelant dans ce sens que 550 cellules se charge de cette mission au niveau local. Le directeur général par intérim de l’ANGEM s’exprimant sur le bilan de cet instrument de création d’ac- tivité, lancé en 1999, par l’Agence de développement social, évalué, en 2002 conformément aux recommandations d’un séminaire, organisé, en décembre 2002 relè- vera t-il, a permis la création de plus de 192.000 activités, depuis 2005, générant 260.000 emplois. Pour la seule année 2010, le bilan de l’agence, notera t-il, relève 72.000 emplois, générés par 48.000 projets lancés. Il faut dire que la poterie, la

céramique, le tissage, la vannerie et autres activités relevant des ser- vices sont au rendez vous de cette foire de l’innovation et de la créa- tion, dans tous leurs états. Ce Salon, au-delà de l’aspect exposi- tion reflétant le savoir faire mais surtout la détermination des pro- moteurs de s’affirmer dans la société, à travers la création d’acti- vités, à même d’améliorer leur revenu, se caractérise, durant les trois jours du salon par l’organi- sation de visites guidées au niveau des stands pour les jeunes sta- giaires des établissements de for- mation et de l’enseignement pro- fessionnels, des wilayas d’Alger, Boumerdès et Blida ainsi que la programmation d’une journée d’études ayant pour thème l’inté- gration des stagiaires de la forma- tion professionnelle dans le monde du travail, par la micro-activité et l’aide à la commercialisation des produits réalisés. A noter que la BDLW accor- dé, au 31 octobre 2010, 2370 cré- dits pour une valeur de 576 mil- lions de dinars. Samia D.

Tindouf Un taux d'électrification rurale de près de 98 % L a wilaya de Tindouf
Tindouf
Un taux d'électrification
rurale de près de 98 %
L a wilaya de Tindouf a
atteint un taux de couver-
ture en électrification
rurale avoisinant les 98%, a
indiqué la Direction de l'énergie
et des mines (DEM). Ce taux de
couverture a été enregistré à la
faveur de la dernière opération
de raccordement de près de
2.700 unités rurales à travers les
deux communes d'Oum Lâassel
et Tindouf, a précisé le DEM de
Tindouf. Une enveloppe finan-
cière de 4,8 milliards de dinars a
été consacrée au titre de l'actuel
quinquennat (2010-2014) pour
la réalisation de 1.000 nouveaux
branchements au niveau de cer-
taines régions de la wilaya, sus-
ceptibles de porter le taux de
couverture en électricité à 100%
dans cette wilaya, a ajouté
M.Mohamed Said Helassa. Cet
ambitieux programme d'inves-
tissement devra permettre, selon
lui, le désenclavement des
régions bénéficiaires à travers la
réalisation et le développement
des activités agricoles et d'éleva-
ge dans cette région à vocation
agro-pastorale. Plusieurs opéra-
tions, inscrites au titre du fonds
de développement du Sud pour
l'exercice 2006-2009, ont permis
le raccordement de la station
électrique d'Oum Lâassel aux
stations de Fort Lotfi et la zone-
32, et l'électrification de plu-
sieurs forages, en plus de la réa-
lisation d'un réseau d'électrifi-
cation rurale de 35 km dont les
travaux ont été confiés à trois
entreprises, a-t-on rappelé de
même source.

Barkat à l’écoute des jeunes

L e ministre de la Solidarité nationale et de la famille, M. Said Barkat, a affirmé

hier, à Alger que son secteur prévoyait l'introduction de 350.000 nouvelles micro-activi-

tés dans les entreprises bénéfi- ciant de micro-crédits d'ici

2014.

Le secteur mettra dorénavant l'accent, lors de l'octroi de micro-crédits aux jeunes dési- reux de monter une entreprise, sur la mécanique et les autres industries reposant sur la tech- nique et l'innovation, a précisé M. Barkat au cours d'une visite d'inspection à la 2e édition du Salon national de la micro-acti-

vité. Le ministre a, dans ce contexte, souligné que l'Agence nationale de gestion du micro-

soulignant que ce taux n'était pas important. Il a, à cet égard, appelé les bénéficiaires à s'ac-

de la Solidarité nationale a, en outre, précisé que l'Angem avait permis la création de

tention d'organiser des concours au profit des jeunes artisans en vue d'offrir une for-

crédit (Angem) ne s'intéressait

quitter de leur dette dans les

300.000

emplois à travers ses

mation à l'étranger aux lauréats.

pas seulement aux petits métiers

délais impartis pour pouvoir

200.000

bénéficiaires, puisque

Afin d'aider les micro-entre-

comme la couture et la confec- tion de gâteaux, mais qu'elle était une voie d'accès au "monde de la création et de la production". Concernant la dette due au Fonds de garantie mutuelle du micro-crédit, M. Barkat a préci- sé que quatre chefs de micro- entreprises sur les 400 bénéfi- ciaires de micro-crédits ne s'en étaient pas acquittés. L'arriéré de la dette représente 20% du montant global, a-t-il précisé,

bénéficier normalement des prestations de l'Angem. M. Barkat a, par ailleurs, exprimé la disponibilité de son secteur à prendre en charge la formation des jeunes travaillant dans le cadre des micro-entre- prises en vue d'améliorer la qualité des produits. Il a, à cet effet, affirmé que la qualité des produits confection- nés par les micro-entreprises s'était beaucoup améliorée dans tous les domaines. Le ministre

chaque bénéficiaire emploie deux ou trois personnes avec lui, a-t-il dit. Le secteur compte former les jeunes dépourvus de formation dans le domaine de l'artisanat à travers les écoles des beaux arts ou en accord avec les artisans locaux ou à l'étran- ger, a indiqué M. Barkat qui a appelé les artisans expérimentés à transmettre leur savoir faire aux jeunes. Il a, dans ce contexte, précisé que son département avait l'in-

prises ayant bénéficié du soutien de l'Angem, le ministre a affir- mé que son département s'enga- geait à mettre en place un dispo- sitif permettant de faire la pro- motion des produits confection- nés par les bénéficiaires, notamment ceux des régions rurales qui n'ont pas de clients. Il a précisé qu'une carte sera remise aux bénéficiaires afin de leur permettre de vendre leurs produits au niveau des entre- prises et des administrations.

6 Nation EL MOUDJAHID 3 e session du Comité central du FLN Les clarifications de
6 Nation EL MOUDJAHID 3 e session du Comité central du FLN Les clarifications de
6
Nation
EL MOUDJAHID
3 e session du Comité central du FLN
Les clarifications de Belkhadem
L es travaux de la troisième session ordi-
naire du Comité central du FLN qui se
sont ouverts avant-hier à l’hôtel
délais règlementaires, constitue un
cadre propice à l’ouverture de la
réflexion et du dialogue permettant
à chacun de s’exprimer librement en
toute démocratie et d’exprimer ses
idées sur des questions relatives au
parti, dans un cadre légal, comme l’a
affirmé le secrétaire général du parti,
Abdelaziz Belkhadem dans son dis-
cours d’ouverture des travaux, non
sans faire valoir le droit de divergen-
ce et celui de l’écoute, le respect
du règlement intérieur,
pour dépasser les faux débats et se
garder d’entacher l’image du
parti qui, cela dit, constitue un

Mazafran au complexe touristique de Zéralda, se sont achevés, jeudi, au milieu de la journée à l’issue de l’adoption de la résolution de poli- tique générale et de la déclaration finale alors que le secrétaire général animera une conféren- ce de presse ce matin au siège du parti à Hydra. En outre, le Comité central a procédé à l’adop- tion de la proposition demandant le gel de deux de ses membres, Mohamed Seghir Kara et Hadi Khaldi. C’est sous une grande tente au milieu de la verdure arrosée par une pluie battante que les travaux de la session ordinaire du comité cen- tral du parti du Front de libération nationale (FLN) se sont ouverts jeudi passé en présence des membres qui la composent. C’est la troisiè- me session après la tenue du 9 e congrès ordi- naire en mars 2009 et la seconde après celle d’avril dernier. Les séances des travaux de la session sont transmises directement sur le réseau numé- rique via le site internet du parti avec l’utilisa- tion de matériels vidéo, puisqu’une équipe technique transcrit au fur et à mesure le dérou- lement des travaux de la session. Tôt le matin alors que les participants affluaient au rendez-vous, moins d’une vingtai- ne de protestataires, pancartes à la main, mani- festaient en face de l’entrée de l’hôtel où des militants des wilayas de Saïda, Djelfa, entre autres régions, étaient venus dénoncer les agis- sements de certaines mouhafadha, bureaux des kasmas et autres élections internes de structures locales. L’hôtel Mazafran a donc vécu cet important événement politique et tous les regards des observateurs étaient braqués sur le déroulement de cette session qui réunit périodiquement les 561 membres qui composent l’instance de déci- sion entre deux congrès et qui veille en même temps à l’application des statuts, du règlement intérieur et du programme politique du FLN, conformément aux résolutions et décisions du congrès. Elle est décisive au regard du parcours du parti et du contexte de son déroulement, un contexte, faut-il le rappeler, marqué par des dis- sonances de voix, des débordements d’opinions et autres déclarations dans des colonnes des journaux que la direction politique qualifie de propos inconvenants menaçant l’unité du parti et pouvant porter atteinte à la cohésion des rangs des militants. Exprimer librement et en toute démocratie ses idées et ses opinions relatives aux questions du parti pour dépasser les faux débats Aussi, la tenue de cette session, dans ses

Un grand moment de militantisme démocratique delà
Un grand moment
de militantisme
démocratique
delà

de l’orga- nique pour englober les aspects économiques, sociaux et culturels hissant le parti au statut de partenaire essentiel dans le processus de déve- loppement et de force de proposition étant un prolongement de la société par sa participation aux instances locales, nationales et exécutives élues. Pour couper court et en rapport avec les pré- sidentielles de 2014, le SG du FLN apporte la précision concernant le candidat du parti pour ces échéances. « Si Dieu nous prête vie, Abdelaziz Bouteflika sera notre candidat, inchallah ». 1547 bureaux de Kasmas installés, c'est-à- dire, 95% C’est précisément dans ce cadre, qu’il revient à l’engagement de son parti et son sou- tien au programme quinquennal 2010-2014 quant à ses objectifs et des efforts à traduire en action de proximité sur le terrain. Ce sont autant d’obligations et d’astreintes qui s’éta- blissent en disciplines militantes, dira le confé- rencier ajoutant que ceci nous impose de pour- suivre l’organisation et le parachèvement de nos structures locales en affichant que 95% des Kasmas ont été installées et par conséquent dis- posent après des opérations d’élections internes de bureaux et de secrétaires de Kasmas dûment élus. Autrement dit, 1547 bureaux de Kasmas ont été installés et pour les 47 restants sont en cours. Concernant les missions au niveau central, le SG a expliqué que le parti a procédé à l’ins- tallation des différentes commissions et struc- tures énoncées dans la stratégie du plan d’ac- tion lors de la seconde session du comité cen- tral, évoquant les conférences nationales, celles des wilayas et autres rencontres et colloques scientifiques, économiques ou porteurs d’autres thèmes citant les séminaires sur les jeunes et leur emploi, les forums des hommes d’affaires, des intellectuels, des universitaires et leur contribution dans le développement national, ceux ayant regroupé les femmes autour de la promotion de la place de celles-ci en respect avec les propositions contenues dans la révision de la constitution de 1996. Par l’es- saimage des commissions spécialisées et thé- matiques, il appartient à chacun de nous, cadres et militants, d’apporter notre contribu-

phénomène de bonne santé étant une dynamique politique nécessaire pour aider à surmonter les contextes et les conjectures, pour déjouer les campagnes qui visent le parti. Dans son discours, le secrétaire général qui a clarifié les choses au sujet du déroulement de cette session a indiqué que sur les 361 membres composant le CC, 320 sont présents, 14 absences justifiées, un décès et 25 absences non justifiées et Abdelhamid Si Affif en mission, s’est montré conciliant avec les uns et strict à l’égard d’autres, tout en rappelant que la ses- sion est ouverte à tous ses membres pour débattre et enrichir le programme et ainsi exposer ses visions et sa conception sur tout ce qui se rapporte au parti et à son organisation. La séance d’ouverture qui s’est ouvert aux environs de 11 heures, a élu les membres du bureau et approuvé l’ordre du jour de la session du comité central, entrant dans le vif du sujet des travaux quand Benthabet, un membre, prend la parole pour demander la distribution de la lettre qu’ont adressée au CC deux de ses membres absents en ce 23 décembre, citant Abderrezak Bouhara et Mohamed Boukhalfa, deux sénateurs du tiers présidentiel. Abdelaziz Belkhadem apporte les précisions et rectifie le tir soutenant qu’il a, à l’instar du CC, reçu la lettre des frères Bouhara et Boukhalfa, une lettre de 56 pages où ont été répertoriés dix points de vue, des propositions présentées lors des précédentes sessions sans succès non sans avoir au préalable invité ses auteurs à participer aux travaux et exposer leurs idées aux partici- pants, une autre façon de répondre à ceux qui proposent un comité central extraordinaire alors que justement une session ordinaire s’ouvre. Quant aux recours d’autres en rapport direct avec la diversité d’expressions au sein de la base, le SG estime qu’ils n’ont pas de fon- dements, expliquant que des militants inscrits sur les listes d’autres partis politiques veulent se faire élire dans les bureaux des Kasmas du FLN. S’agissant des recours valables, Belkhadem a affirmé que les erreurs de gestion ont été rattrapées et d’autres relevant des retards de restructuration des structures locales sont pris en charge ou en examen au niveau du Bureau politique. En réponse aux préoccupations de certains, au sujet des interprétations que peut susciter la création du club des hommes affaires, le SG revient au programme voté par le congrès du parti dans sa nouvelle réorganisation en vue d’élargir les activités de son programme au-

tion au pays et au FLN, notre modèle consen- suel sans cesse ressourcé aux valeurs du 1er novembre 1954 dans sa dynamique de rénova- tion et de modernisation, dira son SG. Préparer la fête de la victoire en prélude au cinquante- naire de la révolution Sur la scène nationale, le FLN assure la pré- sidence tournante de l’alliance présidentielle depuis le 18 décembre dernier, le secrétaire général a estimé que cette présidence ouvre de nouvelles perspectives à l’action politique com- mune entre les trois partenaires pour aller de l’avant dans l’application du programme quin- quennal et relever les défis qui nous imposent de la mobilisation et du travail collectif face aux enjeux nationaux économiques, politiques et stratégiques dans un monde en perpétuelle évolution. Exprimer librement et en démocra- tie ses idées et ses opinions relatives au parti pour dépasser les faux débats Se plaçant dans les termes des échéances électorales législatives et communales et de wilaya de 2012, Belkhadem tire les enseigne- ments de 2007 et appelle les membres des panels créés à réfléchir à la stratégie de la mobilisation des structures et des moyens pour gagner le pari de la majorité aux assemblées locales et nationales. A ce titre Belkhadem propose à ses alliés du RND et MSP, l’idée de s’associer les forces vives et les organisations de jeunes pour prépa- rer les cérémonies de célébration de la fête de la victoire du 19 mars 2011 en prélude à la commémoration du cinquantenaire du déclen- chement de la révolution de lutte de libération nationale, du 1er novembre 1954. Les travaux de la session qui se sont pour- suivis à huis clos et en ateliers au niveau des commissions, ont permis aux participants de développer les sujets à l’ordre du jour et qui se rapportent à l’analyse de l’état organique, du bilan financier 2009-2010 et du budget 2011du parti, de la situation économique et sociale du pays, ainsi qu’à des sujets divers. Les travaux de la 3ème session du comité central se sont achevés hier matin à l’issue de l’adoption de la résolution de politique généra- le et de la déclaration finale de la session. En outre, le comité central a approuvé la proposition du gel du mandat de deux de ses membres, à savoir, Mohamed Seghir Kara et Hadi Khaldi. Le secrétaire général Abdelaziz Belkhadem animera ce matin une conférence de presse au siège du parti à Hydra. Houria Akram

Le CC du FLN salue l’organisation d’une conférence nationale pour riposter contre les atteintes à l’histoire de l’Algérie

L es membres du Comité central du Front de libération nationale (FLN) ont salué, hier, à Alger, la décision d'or- ganiser une conférence nationale pour riposter contre

les tentatives d'atteinte à l'histoire de la guerre de libération et ses héros. Dans la résolution de politique générale sanctionnant les travaux de la 3 e session de cette instance, les membres du CC ont salué la décision d’organiser, à l’occasion de la fête de la victoire, le 19 mars 2011, une conférence nationale des cadres des partis de l’Alliance présidentielle (FLN-RND- MSP), des forces nationales et des organisations de masse, "pour contrer les atteintes à la Révolution algérienne et ses héros historiques". Les membres du Comité central ont également salué "les efforts des forces de l’Armée nationale populaire, des services de sécurité et des citoyens dans la lutte contre les résidus des groupes terroristes pour préserver la sécurité du pays et ses acquis ainsi que pour appuyer la démarche de la Réconciliation nationale". Ils ont dénoncé, à cette occasion, le terrorisme et confirmé "la nécessité" de criminaliser le paiement des ran- çons et sa prohibition au niveau international. Au plan organique, ils ont salué "la direction sage du SG du parti et son rôle efficace dans la mise en £uvre des décisions

et recommandations du 9ème congrès, ainsi que le rôle joué par les militants (à) pour réunir les conditions nécessaires à la reussite de l’opération de la restructuration de la base du parti". Soulignant que le choix des membres des directions locales du parti "s’est faite librement et dans la transparence", les membres du Comité central ont, toutefois, relevé "des fai- blesses" ayant émaillé cette opération qui "sont susceptibles d’être corrigées". Ils ont également appelé la direction du parti à "pour- suivre" cette mission et "persévérer dans la tâche relative à restructuration des Mouhafadhate" et à une "meilleure" pré- paration des prochains rendez-vous électoraux afin que "le parti maintienne sa position de leader politique dans le pays". Sur le plan régional et international, la Résolution du Comité central a réaffirmé l’attachement du FLN à la légitimité inter- nationale et "à son soutien aux causes justes et au droit des peuples à l’autodétermination ainsi que la non-ingérence dans les Affaires internes des Etats". C’est dans ce cadre que les membres du Comités central "ont réaffirmé leur attachement au droit légitime du peuple sahraoui à l’autodétermination conformément à la légitimité internationale". Condamnant les pratiques "répressives" de l’occupant marocain, ils ont appelé la communauté internationale à

"enquêter" sur les massacres commis par l’armée marocaine dans la ville de Layoune occupée. Ils ont rappelé, dans le même ordre d’idées, la nécessité de poursuivre la construction de l’unité de Maghreb arabe et la redynamisation des ses structures ainsi que la mise en œuvre des ses programmes. Les membres du Comité central du FLN qui ont condamné, en outre, l’agression israélienne contre le peuple palestinien, ont appelé les instances et l’opinion internationales "à assumer leur responsabilité historique devant les atteintes contre les droits de l’homme en Palestine". Ils ont invité, à cet effet, les différents partis palestiniens "à l’unification de leurs rangs pour faire face à l’ennemi commun et poursuivre la résistance" pour l’édification de l’Etat pales- tinien. Ils ont également appelé à la libération des territoires arabes occupés dans le Golan syrien et dans le sud du Liban par "tous les moyens légitimes". La résolution a aussi soulevé la situation au Soudan, appe- lant à la préservation de sa stabilité et de sa sécurité ainsi qu’au respect de sa souveraineté. Elle a mis l’accent sur la situation prévalant en Irak, plai- dant pour "le retrait des forces d’occupation " de ce pays et à "préserver " son unité et sa souveraineté.

Vendredi 24 - Samedi 25 Décembre 2010

Coopération

7

EL MOUDJAHID

Anniversaire de l’Empereur et fête nationale du Japon

Bouteflika félicite M. Naoto Kan, Premier ministre

L e Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicita-

tions au Premier ministre du Japon, Naoto Kan, à l'occasion de la célé- bration de l'anniversaire de l'Empereur du Japon et de la fête nationale de son pays, dans lequel il lui a exprimé sa "pleine disponibilité" à poursuivre les efforts communs, en vue de développer les relations d'ami- tié et de coopération entre les deux pays. "Au moment où le Japon célèbre l'anniversaire de sa Majesté l'Empereur Akihito et sa fête natio- nale, il m'est particulièrement agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes cha- leureuses félicitations auxquelles je joins mes meilleurs vœux de santé et de bien-être pour vous-même, de pro- grès et de prospérité continus pour le peuple japonais ami", a écrit le Chef de l'Etat dans son message. "C'est l'occasion pour moi de vous faire part de ma satisfaction quant à la qualité des relations d'amitié et de coopération existant entre nos deux pays et de vous exprimer ma pleine disponibilité à poursuivre nos efforts communs, en vue de les développer et de les diversifier davantage, au bénéfice mutuel de nos deux peuples", a ajouté le Président de la République.

Salon international de l’investissement de Bejaia

Une quarantaine d’entreprises étrangères attendues

Une quarantaine d’entreprises étran- gères ont confirmé d’ores et déjà leur participation au premier Salon interna- tional de l’investissement et du parte- nariat prévu à Bejaia du 17 au 20 jan- vier prochain, selon M. Zaki Guvercin, directeur de projet au sein de l’agence française '' Maghreb Méditerranée Partners'' (MMP) et membre associé à l’organisation de la manifestation. Ces entreprises, venues de France, d’Espagne et de Turquie vont représen- ter plusieurs secteurs d’activités, notamment ceux de l’industrie et machines-outils, traitement et valorisa- tion des déchets, construction, meubles, agro-alimentaire, tourisme, énergie, et autres activités innovantes, a-t-il préci-

sé. Programmé de sorte à favoriser le partenariat avec les entreprises locales et des régions environnantes, le Salon prévoit de consacrer, à l’occasion, ''un pôle spécial pour l’innovation et le transfert technologique'' et polariser ainsi les possibilités de partenariat entre les opérateurs économiques des deux rives, a-t-il ajouté. Organisé par la Chambre de com- merce et d’industrie Soummam (CCIS) en collaboration avec MMP et la CGPME (Confédération générale du Patronat-petite et moyenne entreprise) de la région Rhône-Alpes (France), le Salon constitue une opportunité pour faciliter le contact d’affaires entre les participants, et favoriser l’investisse- ment et les opportunités de partenariat entre eux. Pour ce faire, des visites sur sites d’entreprises locales, des conférences- débats, des exposés sur l’économie locale et ses potentialités, ainsi qu’un séminaire sur les besoins PME/PMI dans la région, sont prévus.

18 e session de la Grande commission mixte algéro-tunisienne

M. Mohamed Ghanouchi demain à Alger

La réunion du comité de suivi se tient aujourd’hui à Alger.

L e Premier ministre tuni-

Ghanouchi effectuera

dimanche et lundi prochains une visite de travail à Alger à l'invitation du Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, a indiqué hier le ministère des affaires étrangères dans un communiqué. Au cours de cette visite, M. Ouyahia co-présidera avec son homologue tunisien les tra- vaux de la 18 e session de la grande commission mixte algéro-tunisienne de coopéra- tion. Cette session permettra aux deux parties de "procéder à l'évaluation de l'état de la coopération bilatérale à la lumière des décisions et recommandations qui ont été arrêtées au cours des sessions précédentes", précise la même source. Elle permettra également

sien, M. Mohamed

Ph. : Archives
Ph. : Archives

aux délégations des deux pays d"'identifier de nouveaux cré- neaux de coopération suscep- tibles d'élargir et de renforcer la coopération bilatérale entre

l'Algérie et la Tunisie confor-

mément aux orientations

Présidents Abdelaziz Bouteflika et Zine El Abidine Ben Ali".

des

Les travaux de la 18 e ses- sion de cette commission mixte seront précédés par la réunion du comité de suivi aujourd’hui à Alger.

Implantation d’une usine de construction automobile en Algérie

Benmeradi : “Les discussions avec Renault toujours en cours”

Les discussions avec le constructeur automobile français ''Renault'' pour l'implantation d'une usine de construction en Algérie ''sont toujours en cours'', a affirmé jeudi à Alger le ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investisse- ment, M. Mohamed Benmeradi, ajoutant qu'''une rencontre réunira les deux parties à la mi-jan- vier 2011". M. Benmeradi a souligné, dans une déclaration à l'APS en marge d'une séance pléniè- re au Conseil de la nation dédiée aux questions orales, qu'''il y a eu les premières manifestations des français de reprendre les négociations avec nous. Nous sommes au stade d'échanges d'informations''. "C'est un dossier qui est à l'étude. Renault est en train de préparer des dossiers pour répondre à un certain nombre de nos interrogations. Nous- mêmes sommes en train de préparer des réponses à un cer- tain nombre d'interrogations (posées par la partie françai- se)", a-t-il ajouté. Sur les exigences de l'Algérie dans le cadre des négociations avec Renault, M. Benmeradi a précisé : "nous exigeons à ce que le projet ne soit pas uniquement une usine de montage, mais une véritable usine de fabrication de véhi- cules avec un taux d'intégra- tion progressif, permettant à la sous-traitance algérienne de participer au projet". "Nous exigeons également, a-t-il dit, du partenaire étranger de s'engager avec nous finan- cièrement dans l'investisse- ment, et qu'il n'apporte pas uni- quement sa marque et son label. Nous voulons qu'il s'im- plique". Il a précisé que '' la partie française a posé égale- ment certaines conditions qui

ont trait notamment à la protec- tion du marché national de l'automobile et à la suppres- sion de l'importation de véhi- cules''. "Eux exigent, de leur côté, un certain nombre de garanties que nous ne pouvons pas leur donner, des garanties de pro-

tection du marché et qu'il y ait plus d'importation de véhicules

etc

Ce sont là les questions

sur lesquelles nous tra- vaillons", a-t-il précisé. Lors de la visite à Alger fin novembre dernier de M. J.P Raffarin, envoyé spécial du président français Nicolas Sarkozy, le dossier de l'implan- tation d'une usine de Renault en Algérie, avait été abordé par les deux parties. M. Benmeradi avait alors souligné dans une déclaration à l'APS que "les détails de l'in- vestissement ne sont pas enco- re arrêtés, mais le principe retenu lors des discussions

re arrêtés, mais le principe retenu lors des discussions entre les deux parties est d'arri- ver

entre les deux parties est d'arri- ver à produire 75.000 véhi- cules particuliers par an pour trois ou quatre modèles'. Les discussions portent sur " la création dans une première étape d'une usine de montage, qui sera suivie dans une secon- de étape par la fabrication de véhicules avec un taux d'inté- gration de l'industrie nationale

de 40% étalée sur quatre ans", avait révélé le ministre. ''Si les négociations aboutis- sent, l'usine sera implantée sur les sites de la SNVI'', selon le ministre, qui a indiqué que Renault s'est proposé de ''li- vrer ses véhicules au marché algérien d'ici à 2012''.

Industrie du ciment Lafarge Algérie inaugure un nouveau centre de support clients A près le
Industrie du ciment
Lafarge Algérie inaugure un nouveau centre de support clients
A près le lancement en
octobre dernier d’une
nouvelle gamme de
ciments, Lafarge Algérie pour-
suit le développement et la diver-
sification de son offre de services
en direction de ses clients en
Algérie à travers l’inauguration
d’un nouveau centre de support
clients. L’objectif de ce centre
d’appel consiste à faciliter aux
clients les opérations de livraison
ou d’enlèvement de ciment en
leur permettant d’opérer à dis-
tance et de façon planifiée ce qui
contribuera à réduire, significati-
vement, le temps d’attente à l’en-
trée des usines de Msila et
d’Oggaz, et par conséquent, à
satisfaire les clients et garantir la
sécurité des personnes. Le prin-
cipe dicte que le client appelle le
centre de support clients qui lui
réserve un créneau de charge-
ment (la date et la plage horai-
re) confirmé par SMS. Le
camion se présente, ainsi devant
l’usine au moment convenu et
entre directement pour effectuer
le chargement. Lancé le 10
novembre pour une phase de test
pour être progressivement étendu
à tous les clients, ce nouveau
système a déjà permis de diviser
par 3 le temps d’attente. Au
cours des prochains mois le
centre de support clients contri-
buera à réduire davantage la
durée d’attente et étoffera ses
services en proposant aux
clients la prise de commande, la
gestion des réclamations et la
communication d’informations
sur les produits par serveur
vocal. Composé d’une équipe
expérimentée et orientée vers le
client, et disposant d’un outil
informatique performant et évo-
lutif, le centre de support clients
servira et accompagnera effica-
cement les professionnels clients
des cimenteries de Msila et
d’Oggaz. « À travers ce nouveau
centre d’appel, Lafarge Algérie
continue le parachèvement de
son plan de développement pour
mieux servir ses clients et assu-
mer son rôle d’acteur respon-
sable au niveau d’un secteur clé
dans le développement du pays.
En permettant à ses clients de
prendre la commande à distance,
Lafarge Algérie vise à optimiser
son système de livraison et, par
conséquent, à fluidifier une par-
tie de la chaîne de distribution et
à améliorer les conditions de tra-
vail de ses clients a affirmé M.
Luc Callebat, directeur général
de Lafarge Algérie à l’occasion
de l’inauguration du centre d’ap-
pel.
D. Akila

Vendredi 24 - Samedi 25 Décembre 2010

Nation

9

EL MOUDJAHID

Mascara

Le développement local à la loupe

L e délégué au développe- ment local auprès du ministère de l'Intérieur et

des Collectivités locales, M. Abdelkader Khelil, a profité de sa visite effectuée ce lundi à la wilaya de Mascara pour présider une importante réunion de tra- vail avec le wali de Mascara, M. Ouled Salah Zitouni, à la salle de conférences de la wilaya en présence des directeurs exécu- tifs et des chefs de daïra. Le représentant du gouvernement au cours de cette réunion misé sur les perspectives réelles de développement de la cité de l'Emir pour devenir un vrai pôle régional eu égard aux ressources et aux atouts que recèle la wilaya de Mascara. Il a par ailleurs axé son intervention sur les questions liées essentielle- ment à la bonne gouvernance et

la gestion rationnelle et transpa- rente des deniers publics en matière de dépenses de diverses natures ainsi que la valorisation des réserves foncières a-t-on appris du responsable de la cel- lule de communication de la wilaya de Mascara M. Miri Noureddine qui a ajouté que le délégué au développement local auprès du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a également exhorté les responsables locaux au cours de ce regroupement à utiliser et à exploiter les moyens mis à leur disposition par les pouvoirs publics en matière de nouvelles technologies de l'information et de la communication(TIC) et d'impliquer dans ce processus de développement l'université, creuset de savoir et de connais- sances par excellence sans omettre de se pencher sérieuse-

ment sur les préoccupations quotidiennes et vitales des citoyens et de maîtriser comme il se doit les données et les chiffres des statistiques en ce sens que cette opération consti- tue la pierre angulaire dans l’en- tame du développement local à tous les niveaux a déclaré M. Abdelkader Khellil dont la visi- te dans la région Beni- Chougrane s'inscrit dans le cadre de la mission d'animation de suivi et d’évaluation du pro- gramme de développement local, ajoute notre source d'in- formation et l'objectif assigné à cette visite de travail vise la pré- sentation d'une nouvelle approche méthodologique des aspects et des principes de la bonne gouvernance ainsi que l'évaluation objective des condi- tions de mise en œuvre de la tranche annuelle de l'année 2010

par le biais de ces visites sur le terrain, une approche qui verse dans des recommandations pra- tiques d’écoute visant à impli- quer le citoyen contenues en droite ligne dans les orientations du Président de République dans cette optique et les direc- tives émanant du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. Le wali de Mascara a présenté un exposé exhaustif sur les différentes opérations de développement local découlant de différents programmes de développement, les grandes lignes directrices du programme quiquennal (2010-2014) les contraintes rencontrées et les mesures prises pour l’exécution du programme de développe- ment de l'année 2011. A. Ghomchi

Caravane de la protection civile à Tamanrasset

Les médecins du désert entrent en piste

De notre envoyé spécial à Tamanrasset : Sid Ahmed Merabet

C inq mois après avoir

d’Adrar et apporté sous

une température de 50° assis- tance médicale et réconfort moral aux populations des zones enclavées, les médecins du désert remettent ça en retrou- vant le grand Sud du pays. Au bout en effet de 1970 km et de trois jours de route, entrecoupés de deux escales à Ghardaïa et à In Salah, la caravane de la pro- tection civile pour la sensibili- sation et la prévention qui com- prend notamment 7 médecins urgentistes dont 3 femmes et 5 officiers préventionnistes est arrivé ce mardi à Tamanrasset « Outre l’assistance médicale et la distribution de dons, notre équipe est appelée à enseigner certains principes généraux et règles d’hygiène qui sont vitaux dans la vie de tous les jours, à

sillonné la wilaya

l’instar des risques d’asphyxie qui se multiplient en période de froid qui verra les citoyens du Sud recourir de plus en plus aux feux de camp qui peuvent être nuisibles et dramatiques », nous explique le chef du bureau de l’information et de la préven- tion à la direction générale de la protection civile, le Commandant Achour qui sou- ligne que cette initiative entre dans le cadre du plan d’action de 2010 mis en place par la DGPC. Généreux à souhait et surtout sensibles devant la dure- té de la vie qui s’offre aux populations des zones enclavées et autres nomades, les médecins de la protection civile qui ne donnent nullement l’impression d’être affectés par la fatigue causée par cette grande « odys- sée » sont malgré tout vite pas- sés à l’action en entamant tam-

Agriculture

Renouveau rural, session de formation au profit de 250 cadres formateurs

L e ministère de l'Agriculture et

organisé cette semaine une

session de formation au profit de 250 cadres formateurs appelés à assurer le développement des outils de la politique de renouveau rural, notamment au niveau local, a-t-on appris auprès du ministère. Cette première session est destinée également à "présenter le Programme de renforcement des capacités humaines et d'assistance technique (PRCHAT) et ses différents outils" et à "sensibiliser les cadres formateurs aux différents concepts se rapportant au développement local des territoires ruraux", selon la même source. Ce programme de formation constitue, selon le ministère, "l'instrument le plus efficace pour développer les compétences locales (institutions publiques, organisation de la société civile et entreprises)". Son objectif consiste à "développer d'une part l'appropriation des fondements de la politique de renouveau rural, ses

du Développement rural a

objectifs, sa démarche et l'ensemble de ses outils par l'ensemble des acteurs impliqués, et d'autre part, d'améliorer leurs capacités dans la formulation des Projets de proximités de développement rural intégré (PPDRI)", souligne-t-on. Le ministère estime que l'ampliation du PRCHAT au niveau local, permettra

de "renforcer le potentiel d'intervention des cellules d'animation rurales communales et de daïra (CARCD)" et ce, par "la maîtrise de nouvelles techniques de communication et d'approches participatives, outils et procédures définis dans le cadre des PPDRI". Organisée par le biais de la Direction générale des forêts (DGF) en collaboration avec le Centre national d'études et d'analyses pour la population et le développement (CENEAP), cette formation intervient dans le cadre du PRCHAT, inscrit au programme de mise en oeuvre de la politique de renouveau rural. Mis en place pour accompagner la mise en œuvre de cette politique, le PRCHAT a pour objectif la formation de près de 21.000 cadres et intervenants. Cette politique s'appuie sur une stratégie opérationnelle reposant sur un important programme de développement rural pour la période

2010-2014.

Ce programme vise essentiellement l'amélioration des conditions de vie et de niveau de revenu des ménages ruraux et contribuer ainsi à l'amélioration de la sécurité alimentaire du pays, tout en veillant à une exploitation rationnelle des ressources naturelles.

bour battant leur travail. Six d’entre-eux sont restés à Tamanrasset pour superviser l’opération de secourisme «Un geste qui sauve» initiée par la protection civile dans les 48 wilayas au profit des citoyens de tous bord, les autres ont pris le chemin, plutôt la piste, des régions éloignées, notamment Tiguanouine et Idikel, distantes de la capitale de l’Ahaggar de quelque 80 km. De pistes rocheuses en chemins sableux, l’accès aux sites en question ne fut pas facile et il a fallu plus de deux heures pour arriver à bon port sous une température qui avoisine les 34°. Sur place, les médecins donnent des consulta- tions médicales et recomman- dent le remède en se servant des lots de médicaments ramenés d’Alger au profit de cette popu- lation. Anémie, problèmes d’es-

tomacs ou encore maux de tête et tension artérielle sont autant de pathologies relevées par les médecins. Pendant ce temps, les agents de la PC se chargent de la dis- tribution des denrées alimen- taires (semoule, huile, sucre, pâtes, gâteaux,…) et même des jouets, chose qui a mis beau- coup de baume dans le cœur de ces personnes qui ne s’atten- daient nullement à cette agréable surprise. « C’est une première que de voir des gens nous rendre visite et nous aider », concède la vieille Fatima. Poursuivant son périple, la cara- vane de la protection civile est attendue aujourd’hui à In Guezzam, soit à plus de 400 km au sud de Tamanrasset. S. A. M.

Assainissement prochain des situations des 371 familles sinistrées de la commune de Béchar

L es administratives et financières des 371

familles sinistrées de la commune de Bechar bénéficiaires d’aides financières de l’Etat pour la construction de nouveaux logements seront assainies au cours des trois mois prochains, a annoncé jeudi dernier le wali de Béchar. Ainsi 150 cas de sinistrés ont bénéficié de nouvelles tranches financières pour la poursuite des travaux de construction de leurs logements, et ce au titre des mesures préconisées par les pouvoirs publics suite aux inondations qu’a connues la région au mois d’octobre 2008, a précisé le Chef de l'exécutif de la wilaya lors de sa visite d’inspection des deux sites. Dans la commune de Béchar, la plus touchée par des intempéries et des inondations, deux lotissements ont été choisis pour le relogement des sinistrés ayant fait le choix de construire leur logement avec l’aide et l’appui financier de

situations

l’état. L'aide s'élève à 700.000 dinars à chaque bénéficiaire. Ces deux lotissements qui feront l’objet dans les prochains jours de travaux de viabilisation, raccordement au réseaux d’AEP et d’assainissement , seront équipés de toutes les commodités nécessaires, a-t- on assuré de même source . La création d’une structure locale de concertation entre les différents intervenants sur ces deux sites, à savoir les directions du logement et des équipements publics, de l’urbanisme et de la construction, des énergies et des mines, des travaux publics, les autres services techniques de la wilaya et les représentants des sinistrés va permettre une meilleure coordination et prise en charge d’autres problèmes de ces sites, a conclu le même responsable. Quelque 246 autres familles sinistrées ont été relogées dans des nouvelles habitations à travers la commune de Béchar, rappelle- t-on.

APS

Sétif : Les chantiers de l'insertion professionnelle

5.000 contrats d’insertion pour le seul mois de Décembre

“N otre responsabilité est

droit des grandes préoc-

cupations de la jeunesse. Vous avez à charge de vous impliquer â fond et de développer un important travail sur le terrain de la proximité, à l'effet de traduire dans la réalité, les efforts consentis par l’Etat en faveur du potentiel juvénile et dans ce contexte, permettre à chaque jeune, de trouver la voie deson insertion professionnel- le» c'est par ce discours franc et direct, que le wali de Sétif, M. Abdelkader Zoukh, s'est adressé aux élus et responsables locaux, alors qu'il poursuivait ses visites dans les communes de la wilaya et procédait jeudi au lancement des grands chan- tiers de l’insertion et de l'emploi dans la daïra montagneuse des Amouchas. Des chantiers qui ont permis au wali de rencontrer tous ces jeunes s'apprêtant à prendre en main leur

destin, les féliciter et leur rappeler le devoir qui leur incombe désormais autant dans l’acquisition de ce baga- ge d'expérience tant exigé que celui de leur contribution efficace à la consolidation de la dynamique de développement que connaît cette wilaya. Sous une pluie battante et un vent glacial qui constituaient le décor de ces cérémonies de terrain, le wali ne manquera pas de rappeler aux présidents d'APC la possibilité de recruter au moins 100 jeunes par commune et de mettre à profit les dis- positifs mis en place par l'Etat pour préserver l’environnement, améliorer le cadre de vie du citoyen et encadrer entre autres les différentes structures de jeunes. Autant dans la commune monta- gneuse de Oued Bered a connu les affres de la décennie noire mais que voici retrouvant aujourd'hui, l'espoir et la sérénité, que dans celle de Tizin Béchar ou Amouchas le chef-lieu de daïra, où il s'entretiendra avec les citoyens venus à sa rencontre pour lui consacrer un accueil chaleureux avant de retrouver les représentants de la société civile un peu plus tard au titre de rencontres d'écoute et d'infor- mation, le premier responsable de cette wilaya ne manquera également pas de présider ces premières céré- monies de remise de contrats d'inser- tion professionnelle à de jeunes uni- versitaires rejoignant dans une ambiance émouvante leur premier emploi dans des structures adminis- tratives ou économiques. Organisée dans la grande salle du centre culturel de Amouchas, cette cérémonie qui se traduisait par la remise de 80 contrats d'insertion à des jeunes médecins, ingénieurs, enseignants et techniciens et d'autres profils de ce type, attestait bien de cette volonté d'insuffler un souffle nouveau à la dynamique de l'emploi qui a permis aux services de l'ANEM de procéder pour les 3 types de contrats à l'insertion de plus de 5000 jeunes pour le seul mois de décembre

2010.

L'Etat à consenti des investisse- ments forts pour votre formation, vous avez le devoir de les fructifier par le travail et la discipline dira le wali à ces jeunes, soulignant par ailleurs, la nécessité d'œuvrer sans relâche pour que le phénomène « des hitistes » et des «haragas » disparais- se à jamais.

C'est donc là, un véritable défi que les responsables de cette wilaya entendent relever au plus grand bon- heur de ces jeunes qui n'en espéraient pas tant. Dans une wilaya où le portefeuille de développement atteint aujourd'hui plus de 18 000 milliards de centimes, la daïra de Amouchas n'est pas en reste avec pas moins de 121 projets en voie de réalisation pour un montant de 600 milliards de centimes. F. Z.

entière et partagée à l'en-

Histoire

11

EL MOUDJAHID

25 e anniversaire du décès de Ferhat Abbas

Avec les A.M.L., Ferhat Abbas consacre l’unité nationale

Par Amar Belkhodja (*)

Ferhat Abbas est certainement l'homme politique le plus prolifique de tous les cadres et figures du nationalisme algérien. Déjà, en 1931, il publie Le Jeune Algérien, un recueil de textes et de réflexions par les- quels il dénonce le statut de domination et de discrimination imposé aux Algériens. C'est l'époque où il fait un bon bout de chemin poli- tique en tant qu'élu aux côtés du docteur Bendjelloul, animateur principal de la Fédération des élus du deuxième collège et fervent défenseur de la « fraternité franco- musulmane» que les colons ont toujours repoussée. C'est plus particulièrement pendant la Seconde Guerre mondiale que les évènements vont se précipiter et propulser Ferhat Abbas à jouer un rôle d'avant-garde et de rassemble- ment face à un régime colonial oppresseur qu'il soit sous le pétainisme jusqu'au débar- quement de 1942 ou sous le comité de libéra- tion nationale du général de Gaulle. En Algérie, l'année 1943 va connaître un fait politique majeur et « en quatre années, disait-on à l'époque, les Algériens ont appris beaucoup plus qu'en un siècle ». Ils se sont informés sur le contenu de la Charte de l'Atlantique et ont pris conscience du concept du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. C'est dans ce climat de lutte contre le fas- cisme et qui annonce de facto l'abolition des régimes coloniaux que Ferhat Abbas rédige, le 10 février 1943, une plate-forme de reven- dications appelée le Manifeste du peuple algérien auquel il rallie un grand nombre de personnalités pour la plupart des élus conseillers municipaux, conseillers généraux, délégués financiers mais aussi des prési- dents d'associations, des avocats, des profes- seurs. Cette démarche démontre que l'initiative de Ferhat Abbas tendait à faire prendre aux Français des engagements conformes aux idées prônées par les Alliés, à savoir « l'ac- cession des peuples colonisés à une vie natio- nale authentique ». Signé par cinquante-quatre élus et person- nalités, le Manifeste du peuple algérien fut remis par Ferhat Abbas au gouverneur général Marcel Peyrouton, le 31 mars, Les autorités américaines furent, elles aussi, destinataires d'un exemplaire de ce document. Le 3 avril 1943, le gouverneur général Peyrouton met en place une commission dite « de réformes musulmanes ». Un additif au Manifeste fut remis le 30 mai 1943 aux autorités françaises. Mais le remplacement de Peyrouton par le général Catroux n'arrange pas tellement les choses. Le chef de la résistance, le général de Gaulle, n'est pas tellement favorable aux réformes exigées par les signataires du Manifeste. Son représentant à Alger, le fanfaron Catroux, ne tardera pas à annoncer la couleur. Le nouveau gouverneur général fait fi des conclusions de la commission d'études économiques et sociales et décide une série de « réformettes » en promulguant, le 6 août 1943, six ordon- nances, avouant au docteur Bendjelloul, lors de son passage à Constantine, qu'« il est allé au-delà de ce qui lui était possible de faire et qu'il ne pouvait pas donner davantage ». Ce refus délibéré de nier les principales revendications contenues dans le Manifeste engendrera une série d'évènements. Les délé- gations financières sont convoquées en ses- sion extraordinaire, le 22 septembre 1943, les

délégué financiers musulmans refusent de sié- ger et adressent au gouverneur général et au général de Gaulle un nouvel appel pour faire appliquer les réformes adoptées par la Commission d'études musulmanes dont il est fait état plus haut. Le général Catroux réagit violemment à la démarche des délégués algériens. Le lende- main même, il prononce la dissolution de la section indigène des délégations financières et met en résidence forcée à Tabelbala (sud oranais) Ferhat Abbas en sa qualité de délé- gué financier, créateur et animateur de l'Union des élus et auteur du Manifeste. Abdelkader Sayah est assigné à résidence à Béni-Abbas (sud oranie) en sa qualité de pré- sident de la section arabe des délégations financières. Ces sévères intimidations et menaces vont décourager certains élus signataires du Manifeste qui capituleront les uns après les autres et exprimeront leur soumission, le 15 octobre 1943, au nom de la délégation indigè- ne des délégations financières qui déplore l'incident du 22 septembre 1943 qui n'était ni dans ses intentions ni dans sa pensée » ; comme « elle tient à affirmer de la manière la plus nette son patriotisme et sa fidélité à la France dont elle souhaite ardemment la libé-

ration la plus rapide et la plus complète ». (Du Manifeste à la République algérienne, bro- chure UDMA, 1948, page 60). Les trois docteurs Bendjelloul, Lakhdari et Tamzali, René Foudil, Ahmed Ghersi, Chentouf Adda, Hadj Hacène Bachtarzi, A. Abassa, Taleb Abdesselam, Mohamed Khiar, Ghorab ainsi que Khellil Tamzali rentrent docilement au bercail. Ferhat Abbas, qui croupit dans l'isolement, ne leur pardonnera pas ces revirements. Ferhat Abbas est remis en liberté en décembre 1943 plus convaincu que jamais à poursuivre son combat pour l'émancipation de son peuple. Il reste fidèle à son programme contenu dans le Manifeste qu'il va d'ailleurs opposer à la fameuse ordonnance du 7 mars

1944.

C'est autour de cette plate-forme politique le Manifeste du peuple algérien du 10 février 1943, que va se créer un grand rassemblement patriotique. En mars 1944, une année après qu'il eut rédigé le Manifeste, Ferhat Abbas fonde le mouvement des Amis du Manifeste et de la liberté à Sétif et dépose ses statuts auprès de la préfecture de Constantine, le 4 avril 1944. En un laps de temps très court, le mouvement des AML connaît une montée ful- gurante. Il rallie toutes les forces sociales et patriotiques à l'exception toutefois du PCA qui ne se contente pas de se tenir à l'écart mais tente d'opposer à ce courant de mobilisation les Amis de la démocratie. Messali Hadj, qui se trouve en résidence surveillée à Ksar Chellala, accepte de renfor- cer le mouvement de Ferhat Abbas et donne ordre à ses troupes (le PPA milite alors dans la clandestinité) de se joindre aux AML. L'Association des ouléma en fait autant. «Jamais mouvement politique n'eut plus de succès en Algérie que les AML. Plus de 500 000 bulletins d'adhésion arrivèrent au comité central à Alger.» (Brochure UDMA, Du Manifeste à la République algérienne, 1948, page 62). Plus tard, le journaliste Abdelkader Safir dira que ce mouvement préfigurera le FLN tant il parviendra à mobiliser l'ensemble des forces nationales. C'est l'enthousiasme et l'euphorie. Les sections AML prennent nais- sance partout dans le pays. Le peuple algérien

a trouvé un cadre d'expression. Il manifeste

son désir de conquérir ses libertés et de pré- parer son avenir d'indépendance. Le mouve- ment créait son organe : Egalité des hommes, des peuples, des races. Un hebdomadaire dans lequel Ferhat Abbas signe régulièrement les éditoriaux. Le mouvement des AML publie également des cahiers. Le premier Cahier intitulé J'accuse l'Europe porte la signature de Ferhat Abbas. Comme nous l'avons souligné en pré- ambule, le leader des AML nous a légué des écrits abondants qu'il faudra un jour réunir et éditer sous forme de recueil. C'est ce qui nous permettra de déflorer la pensée de Ferhat Abbas et de la faire propager pour faire admettre que son action ne s'est pas limitée au combat pour le bien-être de son peuple mais,

bien plus, son message s'adressait à toute l'hu- manité pour son salut et son émancipation. Dans ce premier Cahier d'une dizaine de pages, Ferhat Abbas, en homme savant et averti, implique sans complaisance le conti- nent européen comme étant la source des mal- heurs des autres peuples, les damnés de la terre, les colonisés, les parias. En 1944, cette Europe qui se trouve en guerre contre elle- même aussi est mise au banc des accusés par un intellectuel algérien, qui souligne, entre autres, dans son réquisitoire : “Comme un malade contagieux promenant son mal au milieu de ses semblables, l'Europe empoison- ne l'humanité de son humeur guerrière, de son bellicisme et de sa toute puissance financière. Nous l'accusons de tous les deuils et de tous les crimes qui pèsent sur l'homme depuis au moins deux siècles, c'est-à-dire depuis que l'Europe a acquis la possibilité de construire un monde pacifique et qu'elle ne l'a pas fait. » (J’accuse l'Europe par Ferhat Abbas, secrétai-

re général du Comité central des AML). Le futur président de 1'UDMA affirme que « si les puissances européennes n'abolis- sent pas le régime colonial sous toutes ses formes, la paix du monde ne sera jamais assu- rée ». C'est cette Europe, coupable de guerres coloniales et les cortèges de massacres qui s'ensuivirent, cette Europe, qui a engendré

l'hitlérisme et l'antisémitisme, qui poursuit en

1944 un conflit des plus meurtriers, c'est cette

Europe que Ferhat Abbas avertira en termes prophétiques : « L'Europe pourra transformer toutes ses colonies en prison et en immenses camps de concentration, elle n'empêchera pas pour autant l'homme colonisé de lutter pour

son droit à la vie, son bonheur et sa liberté».

Il poursuivra avec la même conviction « Si

l'Europe ne rompt pas avec son nationalisme intégral et agressif en établissant, pour tous peuples, y compris le nôtre, un fédéralisme politique en harmonie avec le développement économique ; si elle n'abolit pas son système

colonial en Asie et en Afrique ; si elle ne s'ha- bitue pas à respecter chez nous ce qu'elle res- pecte chez elle, elle conservera, quoi qu'elle fasse, tous les germes de mort qui ont éclos en

1914 et en 1939 et elle demeurera un foyer

permanent d'où sortiront les pires incendies». (Ferhat Abbas, J'accuse l'Europe, 1944, p. 5, Cahier n° 1 des AML). Ferhat Abbas, qui anime avec verve en 1944 le grand mouve- ment patriotique des AML, n'est pas tendre non plus avec les auxiliaires invétérés du colonialisme français, qui refusaient d'ad- mettre qu'un jour «un œuf casserait une pier- re », c'est-à-dire que le faible triompherait du fort. Il vilipende ses vieilles connaissances qui ont vite fait de l'abandonner en constatant

qui ont vite fait de l'abandonner en constatant que lutter c'est surtout accepter de souffrir. Cet

que lutter c'est surtout accepter de souffrir. Cet homme, qui a abandonné depuis long- temps les thèses de la chimérique assimila- tion, que continue à défendre sans répit le docteur Bendjelloul, Ferhat Abbas, homme digne et loyal, sait aussi mépriser ceux qui méprisent leur peuple. Il dit ceci, ce qui est à son honneur : «Si certains musulmans conser- vent encore l'illusion de pouvoir réaliser un jour un compromis honorable avec ces traîtres à leur patrie et à la paix sociale en Algérie, qu'ils nous quittent immédiatement pour aller grossir les rangs des béni-oui-oui " avoués ou cachés, les rangs des bachaghas, des docteurs Tamzali, Bendjelloul et Lakhdari. » (Ferhat Abbas, J'accuse l'Europe, pp. 8 et 9). Ferhat Abbas avait aussi cru à une «République algérienne autonome associée à la France » à condition, dira-t-il, que «la colo- nisation remette son sabre dans le fourreau et déclare la paix aux peuples qu'elle n'a pas cessé un seul instant d'opprimer et d'exploiter, sous prétexte de les assimiler ou de les civili- ser». Ce ne fut pas le cas. Et, pour reprendre le mot du héros de Diên Biên Phu, le général Giap, le colonialisme fût toujours été un mau- vais élève. D'avril 1944 à avril 1945, en une année seulement, les AML ont fait des pas de géant. Les colons et leur administration ne pouvaient rester indifférents aux succès énormes du mouvement de Ferhat Abbas, per- sonnage soucieux de la légalité pourtant. Les colonialistes préparaient, certainement dans le secret absolu, la chute du mouvement mas- sif. Le drame éclata un certain 8 mai 1945. Le préfet de Constantine, Lestrade-Carbonel, et le sous-préfet de Guelma, André Achyari, auparavant agent zélé du pétainisme, condui- ront sans pitié les plus ignobles crimes contre le peuple algérien en appliquant les consignes strictes du général de Gaulle. «Les colonia- listes étaient arrivés à leurs fins. La répression nous ramena au temps de la conquête. Elle fut barbare et inhumaine. Les dirigeants et les militants des AML furent arrêtés, beaucoup d'entre eux assassinés, d'autres condamnés, un grand nombre placés dans des camps de concentration. Le mouvement fut dissous. » (Du Manifeste à la République algérienne, 1948, p. 63). Ferhat Abbas est emprisonné. Messali Hadj est déporté, la répression a frap- pé avec férocité. On tire sur des populations désarmées. Le bilan est lourd : 45 000 morts. La France venait à peine d'être libérée des griffes du nazisme grâce à la contribution héroïque des «Nord-Africains». Elle trouva en Algérie un héroïsme honteux et à bon mar- ché, selon le mot célèbre du regretté Abdelaziz Khaldi figurant dans son pamphlet publié au lendemain même de la tragédie de mai 1945, et censuré, sous le titre Le Problème algérien devant la conscience démocratique. Libéré à nouveau après l'héca- tombe, Ferhat Abbas fonde en 1946 un parti l'Union démocratique du Manifeste algérien (UDMA), et lui confie comme programme- doctrine la plate-forme politique qu'il a rédi- gée le 10 février 1943. A. B.

(*) Journaliste-écrivain Extrait de : “Mouvement national des hommes et des repères - El Alpha - 2008)

Hier, au Carré des Martyrs du cimetière d’El Alia

Cérémonie de recueillement à la mémoire de Ferhat Abbas

Une cérémonie de recueillement

à la mémoire de Ferhat Abbas a eu

lieu hier à Alger au carré des Martyrs (cimetière d'El Alia) en présence de sa famille et d'anciens compagnons de lutte du premier Président du Gouvernement provi- soire de la république algérienne (GPRA). Cette commémoration intervient

à l'occasion du 25 e anniversaire du

décès du premier Président de

l'Assemblée nationale constituante. Dans une allocution lue par un de ses compagnons de lutte, il a été mis l'accent sur son engagement et ses qualités humaines et intellec- tuelles. "Ferhat Abbas, qui a consacré toute sa vie à l'Algérie, était un monument. C'était un militant, un

politicien et un penseur", a notam-

ment relevé l'intervenant ajoutant que c'était aussi "un homme de grande de culture et un excellent rédacteur qui avait écrit son pre- mier texte politique alors qu'il était encore au lycée". De son côté, son fils Hakim a souligné les qualités de son père "un homme qui a essayé de se rendre utile à son pays et à son peuple".

"un homme qui a essayé de se rendre utile à son pays et à son peuple".

Santé

12

EL MOUDJAHID

Efficacité du programme national de lutte contre les leishmanioses

L'efficacité du programme national de lutte contre les leishmanioses a été soulignée jeudi à Oran, à l'occasion de la 14 e journée nationale de Parasitologie- mycologie organisée à l'établissement hospitalo-universitaire "1 er -Novembre" (EHUO).

L e programme national de lutte contre les leishmanioses, lancé en 2006, a donné des résultats

"très satisfaisants", selon les auteurs d'une étude consacrée à la campagne nationale de lutte contre ces maladies parasitaires, présentée à l'occasion de cette journée thématique. Cette étude a été élaborée par un entomologis- te et des experts auprès de différents ministères (Santé, Intérieur, Agriculture) et établissements (Institut Pasteur d'Algérie (IPA), Institut national de santé publique, Institut national de la protection des végétaux). Ces spécialistes ont fait état à ce titre d'une baisse sensible de l’incidence de la leishmaniose cutanée qui est passée de 30.227 cas (93,61 cas pour 100.000 hab) en 2005 à 6.764 cas (20,22 cas pour 100.000 hab.) en 2007, alors qu'en 2008 et en 2009 le nombre de cas s’est stabilisé autour de 8.000. "La particula- rité épidémiologique des leishmanioses rend leur contrôle difficile, parfois aléa- toire", ont-ils également estimé, notant que la lutte contre les leishmanioses est une entreprise de longue durée (3 à 5 ans) qui nécessite une coordination intersectorielle et un financement consé- quent. Plusieurs méthodes ont été appli- quées, les unes ciblant les réservoirs (rongeurs et chiens), les autres l’envi-

les réservoirs (rongeurs et chiens), les autres l’envi- ronnement et l’hygiène du m ilieu, ont- ils

ronnement et l’hygiène du milieu, ont- ils expliqué, soutenant que l’efficacité de la lutte chimique contre le vecteur a été démontrée dans de nombreux pays endé- miques par la réduction notable de l’in- cidence de la maladie. La leish- maniose qui se manifeste sous les formes viscérale et cutanée est une maladie infectieuse transmissible à l'homme par la piqûre d'insecte (phlé-

botome femelle) à partir du réservoir principal que constituent les rongeurs sauvages. Très présente dans le bassin méditer- ranéen, la leishmaniose affecte égale- ment le chien qui constitue lui aussi, avec d'autres animaux vertébrés, un réservoir de contamination. Une équipe de l'Institut Pasteur d'Algérie a présenté dans ce cadre une

communication sur la détermination des zones à risque de transmission de la leishmaniose cutanée zoonotique dans la wilaya de Ghardaïa. En se basant sur la localisation des cas de maladie, le réservoir suspecté et la topographie de la zone d’étude, les chercheurs ont pu élaborer un système d’information géographique qui leur a permis d'identifier comme site à fort risque de transmission les lieux nouvel- lement construits dans la zone d’exten- sion urbaine, au dessus de 500 mètres d’altitude. D'autres exposés ont été axés sur les modes de transmission moins fréquents comme la contamination congénitale (mère-enfant), la transfusion sanguine, la seringue des toxicomanes et les gref- fons lors de transplantation d’organe. La rencontre thématique tenue à l'EHU d'Oran a permis en outre aux partici- pants d'aborder les mycoses, maladies dues à des champignons microscopiques pathogènes que l'homme contracte en particulier au contact des chiens et des chats. La mycose provoque des altérations de la peau, du cuir chevelu, des ongles et des muqueuses digestives et génitales, et peut aussi se manifester suite à un séjour hospitalier chez les patients dont le système immunitaire est amoindri (infections nosocomiales).

Selon l'OMS

De mauvaises dents, un signe de risque cardiaque élevé

Une mauvaise santé dentaire est un signe de risque cardiaque accru, selon une étude scien-

tifique suédoise à paraître dans scientifique américaine.

une revue

"L es

dies

car-

mala-
mala-

même sexe qui a plus de 25 dents", sou- ligne-t-il. La rai- son pour laquelle le nombre de dents influe sur le risque car- diaque est que "les

infections dans la bouche et autour des dents peu- vent se répandre dans le système de circulation et créer des inflammations chroniques", un facteur connu d'accidents du cœur. Avec ses confrères suédois Gunnar Holm et Lars Lind, il a suivi

7.674 hommes et

femmes, la plupart souf- frant de maladies den- taires, sur une période moyenne de 12 ans, et examiné la cause de la mort de 629 d'entre eux. Les maladies et acci- dents cardiaques sont la principale cause de décès non naturels dans le monde, puisqu'ils provo- quent chaque année la mort de 17 millions de personnes.

diovasculaires et en particu- lier les patho- logies car- diaques corona- riennes sont for- tement liées au nombre de dents" qui restent à une personne, un des trois auteurs de l'étude réalisée dans trois hôpi- taux de Suède à paraître dans le Journal de Parodontie. De nombreuses études au cours des 15 dernières années ont montré un lien entre la santé buccale et les mala- dies cardiovasculaires, mais celle-ci est la pre- mière à montrer une cor- rélation directe entre le nombre de dents et le risque cardiaque, selon ce chercheur de l'hôpital

de Gävle (centre). "Une personne avec moins de 10 dents a plus de sept fois plus de chances de mourir d'une maladie cardiaque coro- narienne qu'une personne du même âge et du

Prostate, une position stratégique

Présente uniquement chez l’homme, la prostate est composée de muscles lisses et de tissus glandulaires. Elle entoure la partie initiale de l'urètre, juste au-dessous de la vessie. D'un diamètre d'environ 38 millimètres, elle pèse chez l’homme jeune une vingtaine de grammes.

Un rôle essentiel dans la reproduc- tion La prostate sécrète un liquide clair qu'elle déverse dans l'urètre au moment de l'excitation sexuelle. Ce liquide alcalin précède les sper- matozoïdes et permet de réduire l'acidi- té des sécrétions vaginales afin qu'elle ne provoque pas la destruction des ceux-ci. Ce sont les vésicules séminales et la prostate qui produisent ainsi le liquide séminal. Le mélange avec les spermatozoïdes produits par les testicules se fait au niveau de la prostate, le sperme passe ensuite dans l’urètre au moment de l’éjaculation. Au carrefour des systèmes uri- naires et génitaux Du fait de sa localisation, les pro-

blèmes de prostate peuvent entraîner des symptômes urinaires. Elle entoure en effet la partie initiale de l’urètre, canal par lequel passe l’uri- ne et se terminant au bout de la verge. En cas d’augmentation de volume, la prostate peut comprimer ce canal et rendre la miction difficile (diminution de la force du jet, envies fréquentes d’uriner). Un toucher rectal permet au méde- cin d’apprécier le volume et la souples- se de la prostate. Une grosseur excessive, des contours irréguliers et un durcissement sont autant d’indices qui permettent de dépister précocement une affection de cette glande : de l’infection de la pros- tate ou prostatite, à l’adénome de la prostate ou plus grave le cancer de la prostate.

Les compléments alimentaires

Pour soigner les maladies et maux de la vie quotidienne

Les compléments alimentaires peuvent aussi être utilisés pour prévenir ou soi- gner certaines maladies, en particulier celles liées à l’âge comme l’excès de cho- lestérol, l’arthrose ou les troubles liés à la ménopause.

Si on vous a prescrit des médicaments pour ces affections, ne les arrêtez pas sans prendre l'avis d'un médecin, sous prétexte que vous prenez des compléments ali- mentaires. Enfin, ils peuvent être utilisés pour soi- gner de petits maux comme les troubles digestifs, une fatigue passagère ou un stress en période d'examen, par exemple. Mais dans la plupart des cas, les études scientifiques permettant de prouver les

propriétés bénéfiques attribuées aux sub- stances, manquent. Certes, des études ont été effectuées sur telle ou telle molécule, et montrent parfois des effets intéressants. Mais ces études ne sont pas aussi pous- sées que celles effectuées pour les médi- caments. Aussi, il n'est pas toujours faci- le de faire la part entre les promesses qui

et les

assurent de guérir 1001 maux réelles propriétés du produit.

Recrudescence des cas de grippe porcine en Grande- Bretagne

L es cas de grippe porci- ne ont presque triplé la semaine dernière

en Angleterre et au Pays de Galles, passant de 32,8 à 87,1 pour 100.000 habi- tants, au-dessus du pic de l'hiver dernier, selon des sources hospitalières qui ont recueilli ces données auprès de 69 établissements. Les cas de grippe ont été détectés notamment chez les écoliers, selon des médecins généralistes des unités de surveillance de Birmingham. Les nouveaux cas ont été enregistrés dans les régions Sud et le Centre avec des taux inférieurs dans le Nord. La plupart des cas sont la grippe porcine H1N1, mais deux autres souches - H3N2 et type B - sont également en circulation, affirment les équipes médicales chargées

de la prévention. Le ministère de la Santé avait publié mardi des chiffres montrant qu’il y avait 302 personnes en soins intensifs, souffrant de ce type de grippe, soit 70% de plus comparé à l’hiver der- nier.

Santé

13

EL MOUDJAHID

La vitamine C, une incontournable alliée S'il est une vitamine indispensable en hiver, c'est bien
La vitamine C,
une incontournable
alliée
S'il est une vitamine
indispensable en
hiver, c'est bien
la vitamine C.
Des études
scientifiques
ont montré
en effet que
les personnes
ayant un bon
taux de vitami-
ne C avaient
une
meilleure
réponse
immunitaire que celles dont le taux était plus
faible.
En hiver, faites le plein de vitamine C. Pour
couvrir 50% des apports journaliers recomman-
dés en vitamine C, il faut consommer un demi-
kiwi, un demi-verre de jus d'orange, une clé-
mentine, 30 g de poivron ou 50 g de chou. Mais
cette vitamine est très sensible à la chaleur et à
la lumière, il faut donc consommer ces aliments
le plus rapidement possible après leur achat, et
le plus possible sous leur forme crue.

Souffrez-vous de gingivite ?

Pour reconnaître des gencives sensibles (gin- givite), il faut d'abord connaître l'aspect des gen- cives saines. "Des gencives en bonne santé sont roses pâles, ne saignent pas, sont légèrement gra- nitées et adhèrent bien aux dents", décrit le Dr Isabelle-Sabine Schwartz, dentiste. Les gencives sensibles sont dues à différentes sortes de gingivites. Les gingivites simples sont les plus fréquentes et peuvent être chroniques (réapparaître régulièrement). "Les gencives enflammées sont rouges et comportent des œdèmes", note la spécialiste. Quant aux gingivites hypertrophiques, elles font augmenter le volume des gencives, qui recouvrent alors une partie d'une ou de plusieurs dents. Les gencives sont douloureuses et sai- gnent, notamment lors du brossage des dents. Les gingivites ulcéronécrotiques sont plus rares et déclenchées par un fort stress ou une maladie grave. Dans ce cas, la gencive est rouge, luisante, saignante. La douleur est aiguë et l'ha- leine est métallique.

Ostéoporose :

consommez du calcium

Le calcium est important non pas parce qu'il colmate les pertes osseuses mais parce qu'il les empêche. En effet, lorsque le taux de calcium bais- se dans le sang, l'organisme produit une hormone, la parathormone, qui libère le calcium (notamment des os) pour le mettre en circulation dans le sang. La parathormone accélère donc le remodelage osseux en augmentant, entre autres, la résorption osseuse. En pratique. "Il faut 1g de calcium par jour", conseille le Pr Philippe Orcel. "Il peut être apporté par les produits laitiers. Mais il faut aussi penser aux eaux minérales calciques qui apportent 0 calories et 0 cholestérol".

La fleur d’oranger, pour mieux dormir

Insomnies et autres nuits agi- tées vont bien souvent de pair avec les derniers mois de la

vont bien souvent de pair avec les derniers mois de la grossesse. Votre ventre grossit, et

grossesse. Votre ventre grossit, et vous avez de plus en plus de mal à trouver une position confortable. De plus, votre bébé ne cesse de se manifester par de petits coups de pied… sans oublier ces fréquentes envies de faire pipi au beau milieu de la nuit. Bref, tout se conjugue pour que vos nuits soient en pointillé. Ses atouts Reconnue pour ses propriétés apaisantes, la fleur d’oranger favorise la détente et le sommeil.

la fleur d’oranger favorise la détente et le sommeil. Le paracétamol responsable d'asthme ?

Le paracétamol responsable d'asthme ?

L'utilisation du paracétamol à l'adoles- cence pourrait significativement aug- menter les risques liés à l'asthme, voire les doubler, selon une étude menée par des chercheurs néo-zélandais, publiée dans la prochaine édition de l'American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine. Ainsi, les adolescents âgés de 13 et 14 ans prenant du paracé- tamol de façon mensuelle ont deux fois plus de risques de développer de l'asth- me, alors qu'une utilisation annuelle augmente les risques de 50%. En étudiant les données de plus de 300.000 adolescents âgés de 13 et 14 ans, les chercheurs ont découvert que le paracétamol était associé à une augmen- tation significative des risques liés à l'asthme, à l'eczéma et aux allergies. Ainsi, le risque de développer de l'asth- me est 43% plus élevé chez les utilisa- teurs moyens de paracétamol que chez les non utilisateurs, alors qu'il est 2,5 fois plus élevé chez les adolescents qui en absorbent régulièrement. En outre, des utilisations élevée et moyenne du

médicament sont associées à un risque plus élevé de rhinite-conjonctivite (res- pectivement 2,4 fois et 38% de plus). Dernier enseignement de l'étude, le paracétamol peut également favoriser le développement de l'eczéma, une maladie inflammatoire de la peau. "L'utilisation du paracétamol à l'adoles- cence a été associée à un risque d'expo- sition accru des symptômes liés à l'asth- me. Il est désormais urgent d'enquêter sur cette relation et d'orienter certains usagers vers l'utilisation des antipyré- tiques, que ce soit les enfants, les femmes enceintes ou les adultes", explique Richard Beasley, principal auteur de l'étude. Pour parvenir à ces résultats, les scienti- fiques ont demandé à plus de 300.000 enfants âgés de 13 et 14 ans et issus de 113 centres à travers 50 pays de répondre à trois questionnaires portant sur leur utilisation du paracétamol et les symptômes liés à certaines maladies allergiques.

Le kiwi Une récente étude effectuée chez l’humain a démontré le potentiel car- dio- protecteur
Le kiwi
Une récente étude
effectuée chez l’humain a
démontré le potentiel car-
dio- protecteur du kiwi.
Les chercheurs ont observé
que la consommation de
deux ou trois kiwis par jour
pendant environ un mois ame-
nait une diminution de l’agréga-
tion plaquettaire ainsi qu’une
diminution des triglycérides san-
guins, deux facteurs de maladies
cardiovasculaires.
Comment échapper au stress ? Bruit, surcharge de travail, conflits, incertitudes, bou- chons routiers …
Comment échapper
au stress ?
Bruit, surcharge de travail, conflits, incertitudes, bou-
chons routiers … les facteurs stressants ne manquent
pas. S’il est difficile de les éviter, apprenons à les gérer.
Car le véritable enjeu est là, dans notre capacité à
appréhender un ensemble de contraintes, en s’adaptant
à elles, ou encore mieux, en les intégrant.
Comment éviter cette pression
insidieuse et résister ?
Il n’y a pas de recette
miracle, juste quelques
conseils : apprenez à
reconnaître vos propres
signaux d’alarme ; ne
vous laissez pas enfermer
dans une logique perverse
qui confond valeur personnel-
le et performance. Prenez du
recul par rapport aux choses et aux
événements. Vous êtes bloqué dans les
embouteillages – c’est un moment parfait pour
écouter de la musique ! Déterminez votre
propre marge de manœuvre et établissez un plan d’ac-
tion. Evitez que les situations aient un trop grand reten-
tissement sur vous-même. Ne les amplifiez pas.
Positivez. Restez calme, relativisez, … en un mot :
soyez zen ! Apprenez à vous détendre pour mieux vous
contrôler et pour cela, pas de recette… C’est à vous de
choisir ce qui vous convient le mieux. Inscrivez-vous à
un cours de yoga, de relaxation ou de gymnastique
douce, défoulez-vous dans un club de sports, réveillez
vos papilles et redécouvrez les joies de la cuisine et de
la dégustation, promenez-vous sur …. En résumé,
faites-vous plaisir ! Le dilettantisme est source de séré-
nité !
Idées reçues sur l’hypertension Stress, alimentation, trai- tement, automesure… De nombreuses idées reçues
Idées reçues sur
l’hypertension
Stress, alimentation, trai-
tement, automesure… De
nombreuses idées reçues
concernent l’hypertension,
même chez les patients les
plus informés.
Si j’avais de l’hyperten-
sion, je le saurai !
Faux : L’hypertension
artérielle est très souvent
dénuée de symptômes et est
découverte à l’occasion de
contrôle de routine, d’exa-
mens effectués par des
médecins du travail, des
généralistes, des gynéco-
logues… C’est grâce à cette
prise systématique de la tension lors de la consultation que
peut être établi le diagnostic. L’absence et la banalité des
symptômes (fatigue, maux de têtes, essoufflement…) ne
doivent pas faire oublier les possibles conséquences car-
diovasculaires très graves : infarctus, attaques cérébrales
L’hérédité joue un rôle dans l’hypertension artérielle.
Vrai : Il n’est pas rare de trouver au sein d’une même
famille plusieurs hypertendus. Mais la découverte des
gènes responsables de l’hypertension artérielle reste diffi-
cile, comme nous l’expliquions dans notre article
"L’hypertension est-elle héréditaire ?". Néanmoins, avoir
des parents hypertendus doit amener à faire contrôler sa
tension plus régulièrement encore, au moins une fois par an
après 30 ans et à promouvoir auprès de ses enfants de
bonnes habitudes alimentaires (en évitant les excès de sel
et le surpoids).
On se lave les mains dix fois par jour Rhumes, otites, bronchites… Pour limiter les
On se lave les mains dix fois par jour
Rhumes, otites, bronchites… Pour limiter les épisodes infectieux de l’hiver, on n’imagine pas
toujours à quel point certaines règles d’hygiène sont essentielles
C’est primordial car les mains sont en effet le premier vecteur des infec-
tions respiratoires. Pour une raison simple : projetés dans l’air par les
éternuements, les postillons, la toux… les virus, responsables des infec-
tions ORL, migrent sur les vêtements et les jouets, les présentoirs des
magasins, les barres pour se tenir dans le métro, les poignées de porte,
etc. Et ils sont tenaces ! Ils peuvent survivre plusieurs heures hors de
l’organisme. Et quand on sait qu’on se touche en moyenne la bouche, le
nez ou les yeux cinq fois toutes les cinq minutes (les petits sans doute
encore plus souvent ), on comprend que les virus ont une porte d’entrée
facile ! Pour prévenir les maladies, rien de tel que de se laver les mains
aussi souvent que possible (dès que vous y pensez), avec du savon liquide
en flacon-pompe de préférence car les savonnettes sont de vrais réservoirs à microbes.

Culture

14

EL MOUDJAHID

Clôture du 4e festival international du film arabe d’Oran

L’Ahaggar d’Or décerné au film "Les palmiers blessés",

une coproduction algéro-tunisienne

Les prix d’interprétation à deux comédiens algériens.

Le rideau est tombé, jeudi dernier, à Oran sur le 4 e Festival international du film arabe avec la remise de prix et distinctions à des films que deux jury présidés, pour les longs métrages, par le romancier algérien Rachid Boudjedra et les courts métrages par le cinéaste et producteur tunisien Brahim Letaïf. Le premier prix, le fameux Ahaggar d’Or, qui récompense le meilleur film a été décerné à Les palmiers blessés du réalisateur tunisien Abdelatif Ben Ammar.

C e film est une co-production algéro- tunisienne. Projeté mercredi dernier, il a été longuement
C e film est une co-production algéro-
tunisienne. Projeté mercredi dernier, il a
été longuement ovationné par le public
touché par l’histoire d’une tunisienne qui
découvre fortuitement un pan de l’histoire de
son pays et le drame d’une Algérienne qui fuit
le terrorisme. Le scénario est tunisien, la trame
algéro-tunisienne, les acteurs comme la
musique et la production sont Algériens.
Cette cérémonie de remise des prix, qui
commence à prendre ses marques et à s’inscri-
re dans une tradition qui respecte le genre,
s’est déroulée en début de soirée de jeudi der-
nier au cinéma Le Maghreb en présence de la
ministre de la Culture, M me Khalida Toumi, de
l’ensemble de la cheville ouvrière du festival à
commencer par son commissaire, Mustapha
Orif, qui a succédé à Hamraoui Habib Chawki,
actuel ambassadeur d’Algérie à Bucarest et des
festivaliers. Dans la catégorie des courts
métrages, le jury a, également, attribué
l’Ahaggar d’Or a deux films : l’un tunisien et
l’autre algérien confirmant par-là le renouveau
du cinéma maghrébin à qui Le Festival inter-
national du film arabe d’Oran (FIFAO) offre
une plate-forme valorisante selon l’apprécia-
tion du réalisateur tunisien Ibrahim
Letaïef qui estime qu’ "Oran, se situe dans
une position géostratégique au Maghreb. Elle a
tous les atouts : la langue, l’histoire et la cultu-
re communes pour produire des films de haute
qualité". Ainsi, Savon propre, du réalisateur
Malik Amara (Tunisie) et Garagouz du réali-
sateur Abdennour Zahzah (Algérie) se sont
vus décernés cette prestigieuse distinction tan-
dis que, toujours dans le court métrage ,
Kandardji du réalisateur Ahd Kamel (Arabie
saoudite) a décroché le prix du jury. A noter
que le film Garagouz vient tout juste de décro-
cher le prix spécial du jury du 7 e Festival inter-
national du film de Dubai un court-métrage de
24 minutes dont la trame raconte l'histoire de
deux marionnettiste (un père et son fils) qui
sillonnent l’Algérie. Produit cette année, il
compte trois distinctions décrochées dans
divers festivals. L’Algérie a, aussi, inscrit à son
actif deux autres distinctions : le prix de la
meilleure interprétation masculine et féminine
au film Es-saha (La place) réalisé par
Dahmane Ouzid. Le prix spécial du jury a été
attribué au réalisateur Oday Rachid Othmane
(Irak), le prix du meilleur réalisateur est allé à
Bahij Hojeij (Liban) ,le meilleur scénario au
film Les oubliés de l'histoire réalisé par Hassan
Benjelloun (Maroc).
Treize longs métrages et 21 courts
métrages étaient en compétition officielle
durant une semaine marquée, par ailleurs, par
la tenue de deux conférences à la cinéma-
thèque d’Oran sur la critique cinématogra-
phique dans le monde arabe et sur la musique
de film. Un hommage appuyé a été rendu à feu
Larbi Zekkal, décédé en septembre dernier, à
Chafia Boudraâ et à la doyenne des comé-
diennes du Koweït, Hayet El Fahd, pour l’en-
semble de leur carrière et apport au 7 e art.
Ce festival a aussi été une occasion d’an-
noncer des projets de films ou des offres de
rôles à l’instar du premier tour de manivelle
pour l'Andalou du réalisateur algérien
Mohamed Chouikh à partir de février 2011 au
niveau de différentes villes du pays, (Alger,
Tlemcen, Oran, Ténès et Mostaganem), Ce
film traitera de la chute de Grenade et l’arrivée
des Andalous en Algérie. Il sera produit
par Mina Bachir Chouikh. Une occasion pour
nous de rappeler que si l’élément féminin est
omniprésent dans le 7 e art, il n’investit qu’épi-
sodiquement la production cinématographique
selon la productrice-réalisatrice, Nadia
Cherabi, qui a participé à la co-production du
film algéro-tunisien Les palmiers blessés.
Quant à Amel Bouchoucha, la comédienne
algérienne qui a campé le rôle principal du
feuilleton télévisé Dhakiret el jassed (Mémoire
du corps), elle souhaiterait faire revivre, à
l’écran, les femmes algériennes qui ont mar-
qué, à travers les époques, l’histoire du pays
Avis aux réalisateurs et aux scénaristes qui
ont,certainement, eu vent du jugement peu
complaisant du président du jury longs
métrages sur la qualité actuelle des scénarii
dans le monde arabe.
Il faudrait, peut-être, ouvrir davantage l’in-
dustrie du 7 e art aux jeunes comme cela se fait
partout a suggéré le producteur émirati
Abdallah Hassan Ahmed. Terminons, enfin, en
rappelant que cette 4 e édition a mis à l’honneur
le cinéma des pays du Golfe avec trois longs
métrages Dar el haï des Emirats arabes unis,
Bess ya bahr du Koweït, et Hikaya bahrayniya
de Bahreïn ainsi que neuf courts métrages, une
sélection rendue possible grâce à la collabora-
tion du festival du cinéma d'Abu Dhabi.
M. Koursi

Le FIFAO vu par des journalistes

Une "opportunité exceptionnelle" pour l'émergence du cinéma arabe

Le Festival international du film arabe à Oran, FIFAO, est une "opportunité exceptionnelle" pour l'émergence du cinéma arabe montant, selon l'avis de plusieurs journalistes arabes qui ont participé à la couverture de la 4 e édition qui s'achève jeudi soir.

La journaliste Dania Al Aridhi, de la chaîne satellitaire "Rotana Khalijia", qui s'inté- resse à la vie culturelle et artis- tique arabe, a déclaré que ''le festival du cinéma à Oran, à travers ses quatre éditions, a constitué une occasion pour faire connaître et promouvoir le cinéma arabe qui était quasi absent de la dynamique ciné- matographique''. Elle a ajouté dans ce sens que cet événement a ouvert la voie à des cinémas arabes "qui étaient quasi absents des mani- festations cinématographiques internationales, et même les festivals organisés dans les capitales et villes arabes qui abordent des contenus cinéma- tographiques internationaux d'ordre général, contrairement

au festival d'Oran qui s'intéres- se uniquement au film arabe". Dania Al Aridhi a évoqué l'im- portance de cette manifesta- tion qui vise à mettre en relief les aspects positifs des œuvres cinématographiques arabes et à orienter les médias spéciali- sés du cinéma à s'intéresser plus aux œuvres cinématogra- phiques qui sont produites dans les pays arabes. De son côté, la journaliste du site "Al Arabya.net", Amel El Hilali a exprimé sa satis- faction quant aux caractéris- tiques du festival d'Oran qui revêt, selon elle, "une dimen- sion noble". Elle a rappelé que "le festi- val d'Oran a été créé sur la base d'une belle idée" et il apparaît, à travers les contenus

et initiatives qu'il présente à chaque édition, qu'il œuvre "à relancer le cinéma arabe et à réaliser une complémentarité et une symbiose avec les acteurs". Elle souhaite œuvrer pour le développement et le soutien de ce festival pour qu’il "soit une grande opportunité arabe qui traite, à travers le cinéma, les questions importantes de notre nation, à l'image des fléaux sociaux et les problé- matiques relatives à la place de la femme et des jeunes, les défis de la mondialisation et le conflit de civilisations". M. Bekhouche Rafik, journaliste à la chaîne MBC a indiqué que "le festival d'Oran est une ini- tiative unique dans le monde arabe, qui a permis de mieux

connaître le cinéma arabe émergeant qui n'a pas eu l'oc- casion auparavant d'affirmer ses capacités à suivre les exi- gences de l'industrie cinémato- graphique". Il estime que cette manifestation doit redoubler d'effort, pour contribuer à la promotion du cinéma arabe, au développement de ses conte- nus. Il est à noter que la couver- ture de la 4 e édition du Festival international du film arabe a été marquée par la présence de plusieurs médias représentant des chaines satellitaires, des sites électroniques d'informa- tion spécialisés dans le ciné- ma, des journaux et revues, outre les médias nationaux.

Le 2 e Festival culturel international de la danse contemporaine, auquel ont participé 13 pays, a pris fin jeudi soir au Théâtre national algérien Mahieddine- Bachtarzi (Alger). La clôture a été marquée par une cérémonie de remise de trophées aux lauréats du concours organisé dans le cadre de cette édition et auquel ont pris part dix formations. Le 1 er prix a été attribué à la compagnie d'Hervé Koubi (France), tandis que les 2 e et 3 e prix ont été décernés respecti- vement au Collectif des jeunes

artistes marocains et à la Compagnie nationale de danse de Côte d'Ivoire. Le prix spé- cial du jury est revenu à la troupe de danse de la maison

sion et un hommage à titre posthume a été rendu au dra- maturge Mustapha Kateb et au danseur de ballet Hadj Brahim Yacine. Des trophées ont aussi

Clap de fin du 2 e Festival international de la danse contemporaine

de la culture de Saïda. Le cho- régraphe El Hadi Chérifa a été également honoré à cette occa-

été remis aux pays invités d'honneur de cette édition, à savoir La République arabe

sahraouie démocratique et la Palestine. Aux côtés des neuf groupes de danse contempo- raine, venus de plusieurs wilayas, ont participé à cette rencontre, les ensembles artis- tiques de Tunisie, des Etats- Unis, de Suède, de Syrie, du Portugal, de France, du Mali, du Maroc, de Georgie, de Côte d'Ivoire, d'Espagne, du Liban, d'Irak et d'Italie. Le programme de ce festi- val comportait des spectacles ainsi que des ateliers et des conférences autour de la danse.

La ministre de la Culture, Khalida Toumi l’a annoncé jeudi à Oran

Lancement officiel de la manifestation "Tlemcen capitale de la culture islamique" le 16 avril prochain

capitale de la culture islamique" le 16 avril prochain Le lancement officiel de la manifestation "Tlemcen

Le lancement officiel de la manifestation "Tlemcen capitale de la culture islamique" aura lieu le 16 avril 2011, a annoncé la ministre de la Culture, M me Khalida Toumi, jeudi soir à Oran. M me Khalida Toumi a indiqué, lors d'une conféren- ce de presse qu'elle a animée à la salle de cinéma "Maghreb" après avoir présidé la cérémonie de clôture du Festival international du film arabe, que cette date coïncide avec la célébration de la jour- née nationale du savoir "Youm El Ilm". La ministre a également indiqué qu'il sera pro- cédé à la concrétisation d'un nombre d'activités inscrites dans le cadre de la manifestation interna- tionale de Tlemcen, lors de la célébration du Mawlid Ennabaoui au mois de février prochain. Elle a dans ce sens souligné que la manifestation "Tlemcen capitale de la culture islamique 2011" verra l'organisation de plusieurs activités qui visent à mettre en exergue la culture islamique et à consa- crer son prolongement dans le monde musulman. Des conférences, des expositions seront organi- sées et une cinquantaine de films seront produits à l'occasion de cette manifestation culturelle qu'abri- tera Tlemcen, a-t-elle ajouté. La ministre a, d'autre part, affirmé que le festi- val du court métrage de Taghit sera institutionnali- sé. M me Khalida Toumi a annoncé, par ailleurs, la création d'un conseil national des arts et de la cul- ture qui aura pour missions d'organiser le champ culturel et artistique et la contribution à la promul- gation du statut de l'artiste. Dans une allocution prononcée à la clôture du Festival international du film arabe, qui s'est étalé une semaine durant, la ministre a affirmé que le but de cette manifestation cinématographique est la recherche d'un espace où les gens du cinéma arabe peuvent se rencontrer, se consulter et échanger les expériences. Elle a également exprimé son souhait de voir ce festival réussir à concrétiser de projets concrets dont une production cinématographique arabe commune.

Cet après-midi, à la librairie générale d’El Biar Vente-dédicace avec Rachida Khaouazim

La librairie générale d’El Biar abritera, cet après- midi, à partir de 14 h, une séance de ventes-dédicaces avec Rachida Khaouazim pour son ouvrage El Ousroudja.

Cet après-midi, à 14 h, à la librairie du Tiers-Monde Vente-dédicace avec l’auteur Ibrahim Benyoucef

La librairie du Tiers-Monde abritera, cet après- midi, à partir de 14 h, une séance de ventes-dédicaces avec l’auteur Ibrahim Benyoucef pour son ouvrage Le M’zab, parcours du millénaire.

Cet après-midi à 14 h 30, à la librairie générale d’El Biar Vente-dédicace avec l’auteur Saïd Khatibi

L’auteur Saïd Khatibi sera, cet après-midi, à partir de 14 h 30, à la librairie générale d’El Biar pour une séance de ventes-dédicaces de son ouvrage Aares Enar, paru aux éditions Elbaït.

Le réalisateur Abder Isker décédé à l’âge de 90 ans à Paris L e réalisateur
Le réalisateur Abder Isker
décédé à l’âge de 90 ans
à Paris
L e réalisateur franco-algérien Abderrahmane
Isker, connu par son nom d’artiste d’Abder,
est décédé à l’âge de 90 ans à Paris, a-t-on
appris jeudi auprès de son entourage. Feu Abder dont
le décès remonterait au 14 décembre, s’était singula-
risé dans les années 1970 en tournant en vidéo ana-
logique des feuilletons dramatiques de préférence
en support film. Ses séries (Un certain Richard Doria,
La Passagère) privilégient l’angoisse et le mystère,
notamment avec les scénarios de Francis Dubridge.
Il était connu aussi pour avoir réalisé des émis-
sions grand public avec Guy Lux et avait côtoyé des
artistes de renom comme Charles Aznavour, Dalida
et Maurice Chevalier. Avant de quitter l’Algérie pour
rallier la France après la Première Guerre mondia-
le, feu Abder exerçait à Radio Alger, en tant que
réalisateur.

Monde

15

EL MOUDJAHID

Sahara occidental
Sahara occidental

Devant des juristes sahraouis de retour d’Afrique du Sud

M. Brahim Ghali :

“ L'échec des négociations est à mettre sur le compte du Conseil de sécurité et de l'intransigeance du Maroc”

L'entière responsabilité de l'échec des rounds de négociations entre les deux parties sahraouie et marocaine est à mettre sur le compte du Conseil de sécurité et des Nations unies, d'une

de

l'intransigeance du Maroc, d'autre part, a souligné jeudi à Alger l'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à Alger, M. Brahim Ghali

I ntervenant en marge d'une

du Comité national algérien

de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS) par une délégation de juristes sahraouis revenus d'Afrique du Sud, l'ambassadeur sahraoui a fait savoir que les négociations entre les délégations sahraouie et marocaine "tournent toujours en

conférence de presse au siège

part

et

Ph :Hamadi
Ph :Hamadi

rond". Pour M. Ghali, l'échec de ces négociations est dû à "l'intransigeance du Maroc qui fait fi, dans l'impunité, de la Légalité internationale", à cela s'ajoute "le non-respect par le Conseil de sécurité et les Nations unies de leurs responsabilités à l'égard de cette partie obstinée qui se doit de se conformer à la légalité internationale". L'ambassadeur sahraoui a appelé les Nations unies "à faire

pression sur la partie marocaine qui entrave toute progression des négociations afin de l'amener à se conformer à la légalité internationale et à coopérer avec la partie sahraouie". Dans ce contexte, M. Ghali a précisé que 160 Sahraouis étaient détenus dans les prisons marocaines depuis le 8 novembre, date de l'attaque marocaine contre le camp de Gdeim Izik, près d'El Ayoune occupée. Ces détenus n'ont pas été présentés devant la

Selon Human Rights Watch

Justice et croupissent dans les prisons marocaines dans des conditions précaires, a ajouté M. Ghali rappelant qu'une campagne internationale était menée afin de faire la lumière sur ces détenus et d'appeler à leur libération. De son côté, le vice-président du CNASPS, M. Sadek Bouguettaya a indiqué que l'Algérie "ne cessera d'apporter son soutien au peuple sahraoui et ne fait pas cas des pressions, pour l'indépendance de ce peuple". Le secrétaire général de l'Organisation nationale des enfants de chouhada (ONEC), M. Tayeb Houari a encouragé le peuple sahraoui à poursuivre son combat et à ne pas céder aux pratiques de l'occupant marocain. Pour sa part, M. Essahel Lamine, militant sahraoui et membre de la délégation sahraouie participant aux festivités du 17 e festival de la jeunesse à Pretoria (Afrique du Sud) a salué les efforts consentis par l'Algérie pour le soutien à la cause sahraouie et les facilités accordées au peuple sahraoui dans sa lutte pour la liberté et l'indépendance.

Les évènements d’El-Ayoun devraient faire changer de cap à la diplomatie française

L es événements qui ont embrasé El- Ayoun, la capitale du Sahara occiden- tal, le 8 novembre, devraient

convaincre la diplomatie française de "chan- ger de cap sur un dossier peu connu, mais qui embarrasse jusqu'aux plus aguerris de ses diplomates", a indiqué le représentant de Human Rights Watch à l'Onu Philippe Bolopion. S’exprimant dans un "point de vue" publié sur le Monde.fr, Bolopion a relevé que "depuis plusieurs années, à l'abri des portes closes du Conseil de sécurité de l'ONU, la France use du pouvoir de dissuasion que lui confère son droit de veto pour tenir les Nations unies à l'écart des questions touchant au respect des droits de l'homme dans le terri- toire annexé par son allié marocain en 1975". Faute d'un mandat approprié, la mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso) est restée "aveugle" tout au long des événements qui ont opposé le mois dernier les forces de l'ordre marocaines aux militants sahraouis, les troubles les "plus graves" depuis le cessez-le- feu de 1991, a-t-il fait remarquer. Pour lui, le Conseil de sécurité de l'ONU, en charge de la paix internationale, "s'est vu

dans l'incapacité de faire la part des choses entre le mouvement indépendantiste du Front Polisario, qui a dénoncé sans preuve le mas- sacre de 36 manifestants pacifiques, et le Maroc qui prétendait, sans plus de crédibilité, libérer les milliers de civils sahraouis soi- disant retenus en otage par des "criminels" dans un camp érigé en signe de protestation à proximité de El-Ayoun. M. Bolopion a estimé que si ces événe- ments s'étaient déroulés en République démo- cratique du Congo, en Haïti ou au Soudan, des experts en droits de l'homme de l'ONU auraient immédiatement été dépêchés sur place pour établir une version objective des événements et informer le Conseil de sécurité, contribuant ainsi à apaiser les tensions. La présence d'observateurs de l'ONU aurait aussi pu s'avérer dissuasive pour les forces de sécu- rité marocaines qui ont à plusieurs reprises, selon une enquête de Human Rights Watch, passé à tabac des personnes arrêtées à la suite des troubles. Toutes les missions de maintien de la paix de l'ONU établies depuis 1991 disposent de ces mécanismes, qui reposent sur le constat que "toute paix durable s'appuie sur le respect

des droits de l'homme. Partout ailleurs, du Darfour au Timor Leste, en passant par le Kosovo, la France soutient pleinement l'inté- gration croissante des questions touchant aux droits de l'homme dans les missions de l'ONU. " Il n'y a que sur le dossier sahraoui que Paris s'arc-boute, persistant à défendre une anomalie historique", a-t-il déploré. "Au lieu de s'aligner sur Rabat, la France devrait convaincre le Maroc qu'il a tout à gagner à améliorer les conditions dans les- quelles vivent les Sahraouis sous son contrô- le, souvent muselés et harcelés par les forces de l'ordre marocaines lorsqu'ils osent se pro- noncer pour l'indépendance", a affirmé le militant de Human Rights Watch pour qui le renouvellement du mandat de la Minurso, en avril 2011, "offre à la diplomatie française une chance de corriger la situation". "Il est temps que Paris reconnaisse que, sans un strict respect des droits des Sahraouis, garanti par l'ONU, les deux camps continue- ront à se livrer à des campagnes de désinfor- mation qui ne font que compliquer les efforts du Conseil de sécurité en faveur d'une solu- tion politique", a-t-il conclu.

Côte d'Ivoire

173 personnes tuées dans des violences depuis le 16 décembre (ONU)

Plus de 170 personnes ont été tuées et plus de 470 autres arrêtées entre les 16 et 21 décembre en Côte d'Ivoire, où règne un climat d'insécurité depuis le 28 novembre dernier, selon un bilan fourni jeudi par la Haute commissaire adjointe aux droits de l'homme de l'ONU, Kyung-Wha Kang. "Entre le 16 et le 21 décembre, les responsables des droits de l'homme (sur place) ont reçu des informations sur 173 meurtres, 90 cas de tortures et mauvais traitements, 471 arrestations, 24 cas de disparitions forcées ou involontaires", a indiqué Mme Kyung-Wha Kang. Ce bilan a été présenté devant les 47 membres du Conseil des droits de l'homme réuni à Genève en session spéciale pour discuter de la situation critique en Côte d'Ivoire. Mme Kyung-Wha Kang s'est déclarée "alarmée par les violences" ayant suivie l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire, où la situation "s'est caractérisée par l'usage excessive de la force par les partisans de Laurent Gbagbo", a-t-elle noté. "Il ne doit pas y avoir de détentions, d'enlèvements ou de disparitions forcées, de transferts de populations forcés ou autres moyens coercitifs", a exhorté cette responsable onusienne. Le dernier scrutin présidentiel ivoirien a été remporté par l'opposant Alassane Ouattara avec 54,01% des voix, selon des résultats proclamés par la Commission électorale indépendante mais le Conseil constitutionnel, acquis à Laurent Gbagbo, a invalidé ces résultats certifiés par l'ONU et proclamé la victoire du sortant. Depuis cette date, le pays s'est retrouvé avec deux présidents proclamés et deux gouvernements différents. Une tension accrue continue depuis ,d'opposer pour la troisième semaine les deux camps dont les partisans s'étaient déjà affrontés plusieurs fois à Abidjan.

Washington appelle au retrait immédiat de Gbagbo

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a réitéré jeudi son appel à un retrait "immédiat" du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo pour laisser la place à son rival Alassane Ouattara et mettre un terme à la crise dans le pays. "Le président Alassane Ouattara est le dirigeant légitimement élu et internationalement reconnu de Côte d'Ivoire. Nous renouvelons notre appel pour que le président sortant Laurent Gbagbo se retire immédiatement", a déclaré la chef de la diplomatie américaine dans un communiqué adressé au Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève . "Les Etats-Unis se joignent à la communauté internationale pour condamner la violence grandissante, les graves violations des droits de l'homme et la détérioration de la sécurité en Côte d'Ivoire", a-t-elle ajouté.

Russie - Etats-Unis

Le traité START adopté par le Parlement russe

Il avait été approuvé par le congrès US la veille.

Le traité de désarmement nucléaire START, conclu entre la Russie et les Etats-Unis, a été adopté hier en première lecture par la Douma, la chambre basse du Parlement russe, ont rapporté des médias. Selon ces sources, le texte a été approuvé par les députés en première lecture à l'issue d'un vote à l'Assemblée, 350 parlementaires ayant voté pour et 58 contre. Quant au texte de ratification en deuxième lecture, il serait proposé à la Douma à la mi-jan- vier, a affirmé le chef de la commission aux Affaires étrangères, Konstantin Kossatchev. M. Kossatchev avait déclaré auparavant que ce document qui a été déjà ratifié par le Sénat

des Etats-Unis "contient de nombreuses inter- prétations qui doivent être minutieusement étu- diées". Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a également souligné devant les députés que la Russie n'était "absolument pas d'accord" concernant l'interprétation des séna- teurs US affirmant qu'il n'y a pas de lien contrai- gnant entre la limitation des armements straté- giques et la défense antimissile. Mercredi, le Sénat américain a ratifié le texte après plusieurs semaines d'intenses tractations à Washington avec les Républicains réticents. Le traité START prévoit un maximum de 1.550 têtes nucléaires déployées pour chacun des deux pays, soit une réduction de 30% par rapport à 2002, et permet en outre la reprise des vérifications mutuelles sur les arsenaux nucléaires des deux superpuissances, interrom- pues fin 2009

Obama et Medvedev jugent le traité "historique"

Le Pésident américain Barack Obama et son homologue russe Dmitri Medvedev ont estimé jeudi lors d'une conversation téléphonique que le traité START était "historique" pour les relations entre les Etats-Unis et la Russie, a indiqué la Maison Blanche. "Le président Medvedev a félicité le Président Obama après l'approbation du nouveau traité START par le Congrès, et les deux dirigeants ont estimé qu'il s'agissait d'un événement historique pour les deux pays et pour les relations américano-russes", indique un communiqué de la Maison-Blanche, précisant que la discussion avait eu lieu jeudi matin. Le Sénat américain a ratifié mercredi le nouveau traité de désarmement nucléaire START signé en avril avec la Russie, après plusieurs semaines d'intenses tractations à Washington avec des Républicains réticents. La Douma (chambre basse du parlement russe) devrait voter vendredi en première lecture sur le texte, dont l'approbation définitive n'interviendra probablement pas avant janvier 2011. Le traité START prévoit un maximum de 1.550 têtes nucléaires déployées pour chacun des deux pays, soit une réduction de 30% par rapport à 2002. Le texte permet en outre la reprise des vérifications mutuelles sur les arsenaux nucléaires des deux superpuissances, interrompues fin 2009.

la reprise des vérifications mutuelles sur les arsenaux nucléaires des deux superpuissances, interrompues fin 2009.
la reprise des vérifications mutuelles sur les arsenaux nucléaires des deux superpuissances, interrompues fin 2009.

Vie Quotidienne

22

EL MOUDJAHID

V ie Q uotidienne 2 2 EL MOUDJAHID Justice Peine capitale pour le principal accusé dans

Justice

Peine capitale pour le principal accusé

dans l'affaire de l’attentat

du 6 septembre 2007 à Batna

L e tribunal criminel près la cour de Batna a condamné jeudi à la peine capitale Z. Oualid, principal accusé dans l'affaire de

Une autre personne impliquée dans cette affai- re, Abderrezak R., a été relaxée tandis que le dernier prévenu parmi les 12 qui ont été arrêtés et qui ont comparu à cette audience sera jugé par le tribunal des mineurs Des condamnations à la peine capitale par contumace ont également été prononcées contre les accusés en fuite impliqués dans cette affaire qui met en cause 63 individus au total, à l'exception de 7 personnes pour qui le ministère public avait requis, tard dans la soirée de mercredi, la dissociation de leur cas de celui du groupe en fuite. S’agissant de la plainte civile, le tribunal a ordonné le versement par les deux premiers condamnés de la somme de 20 millions de dinars au Trésor public, sans préjudice des droits du reste des victimes et de leurs ayants droit. Cet attentat suicide a été perpétré par le nommé Abou Mokdad El-Wahrani au moment où la popu- lation de la wilaya de Batna accueillait le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.

Vie religieuse
Vie religieuse

Horaires des prières de la journée du samedi 19 Moharram 1432 correspondant au 25 décembre 2010 :

— Dohr

12

h 48

— ‘Asr

15

h 20

— Maghreb

17 h 40

— ‘Icha

19 h 05

Dimanche 20 Moharram 1432 corres- pondant au 26 décembre 2010 :

— Fedjr

06

h 26

— Chourouk

07

h 59

l'attentat du 6 septembre 2007 qui avait fait 25 morts et 172 blessés. Le prévenu
l'attentat du 6 septembre 2007 qui avait fait 25
morts et 172 blessés.
Le prévenu était poursuivi pour "homicide
volontaire avec préméditation", "blessures volon-
taires", "possession et usage d'explosifs dans des
lieux publics" et "participation à des organisa-
tions terroristes".
Le tribunal a également condamné au terme
de ce procès, ouvert mercredi, Kh. Imad (mineur
au moment des faits) à 5 ans de prison ferme, tan-
dis qu’une peine de 15 ans de prison ferme,
assortie d'une amende de 1 million de dinars a été
prononcée à l’encontre de A. Hicham et Dh. M-
Lamine pour "appartenance à groupe terroriste".
Les accusés B. Djamel et I. Abderazak ont
écopé, quant à eux, de 5 années de prison pour
"non dénonciation de crime", et A. Hocine, M.
Farès, Kh. Tahar et Kh. Ali à 3 ans de prison
ferme pour le même chef d’inculpation.
Anniversaire
Hier, vendredi 24 décembre 2010,
notre très chère et adorable fille
Loudjani Manal
a bouclé ses 5 printemps. Le 14
décembre 2010 sa petite sœur
Rania
a
aussi ses 3 prin-
bouclé elle
temps. En ce double
événement heureux,
les
familles
Loudjani et Nasri
souhaitent à leurs enfants et petits-
enfants un joyeux anniversaire, une
longue vie et beaucoup de bonheur.
Tébessa
Cour de justice de Constantine
Ouverture d’une enquête
contre 7 agents de police
dont 3 officiers de la PJ
Prochaine reprise
de la production à la
laiterie “Theveste”
Anniversaire
d’un prévenu à
l’intérieur du
ordonné l’ouverture
d’une enquête judiciaire
contre 7 fonctionnaires
de police, parmi les-
quels figurent 3 officiers
de la PJ, pour négligen-
ce ayant entraîné la
mort, et ce, conformé-
ment à l’article 288 du
code pénal, annonce un
récent communiqué de
la cour de justice de
Constantine.
L a laiterie "Theveste" de Tébessa, à l’arrêt
depuis 2008, entrera de nouveau en exploi-
tation en 2011, avec une nouvelle formule
Ce vendredi 24 décembre 2010, notre très
chère mère et grand-mère
A près le suicide
Mokrani
née Arib Fatma
siège de la sûreté de
wilaya de Constantine,
dernièrement, le procu-
reur de la République
près le tribunal de
Chelghoum Laid - qui a
été saisi de l’affaire sur
proposition de son
homologue du tribunal
de Constantine - a
de production'', a indiqué jeudi le directeur des
services agricoles (DSA).
Réalisée dans le cadre du Comité d'assistance
locale pour la promotion de l'Investissement
(CALPI), l’usine n’a fonctionné que "deux ou
trois mois" durant l’année 2008, avant de cesser
ses activités ""sans que l’on en sache les raisons
exactes", a ajouté le DSA, assurant que la reprise
de la production s’effectuera selon une "autre for-
mule", cette laiterie ayant été cédée aux enchères
publiques à un autre investisseur.
a fêté ses 65 ans. En cet heureux événement,
son fils Nadjib, sa belle-fille Farida et leurs
enfants Omar, Titma et Salim lui souhaitent un
joyeux anniversaire, une longue vie et beau-
coup de santé.
Pensée
Condoléances
Pensée
Il y a 11 années disparaissait à jamais
notre cher et regretté
SERHAN Abdelmouiz
Le ministre des Affaires étran-
gères, le ministre délégué chargé des
Affaires maghrébines et africaines, le
secrétaire d’Etat chargé de la
Communauté nationale établie à
l’étranger, le secrétaire général et
l’ensemble du personnel du ministère
des Affaires étrangères, très affectés
par le décès de leur collègue
Née
le
23
novembre 1960
et décédée le 15
décembre 2010,
notre
chère
et
En ce triste souvenir, son épouse, sa
fille, ses fils et leurs épouses, ses quatre
petits-enfants qui n’ont pas eu le privilè-
ge de le connaître demandent à tous ceux
qui l’ont connu et aimé d’avoir pour lui
une pieuse pensée
Qu’Allah le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
regrettée
BERRADJA
Djamila
nous a quit-
AMBAR Saïd
tés douloureu-
sement
et
à
présentent aux membres de sa famille
leurs sincères condoléances et les
assurent en cette pénible circonstance
de leur profonde compassion.
Ils prient Dieu le Tout-Puissant
d’accorder au défunt Sa Sainte
Miséricorde.
jamais.
Votre frère et votre sœur ne vous
oublieront jamais.
Que Dieu l’accueille en Son Vaste
Paradis.
Repose en paix, Djamila
El Moudjahid
Anep N° 837227 du 25-12-10
BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 TLEMCEN : 12,

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03

TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66

ANNABA :

 

7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38

Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre :

   

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-EURL

EL MOUDJAHID

ORAN Maison de la Presse 3, place du 1 er Novembre Tél. : (041) 39.34.94

MASCARA : Maison de la Presse

 

Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70

Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est :

au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Directeur de la publication - Gérant

Abdelmadjid CHERBAL

 

ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24

CENTRE AÏN-DEFLA :

Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest :

Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)

Tél/Fax: 027.60.69.22

ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial:

Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud :

BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63

 

Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90

Directeur de la rédaction

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”

Larbi TIMIZAR

 

20, rue de la Liberté, Alger.

SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42

DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43

COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté

- Dinars : 605.300.004.413/14

ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742

CONSTANTINE :

Route de Sétif 7 e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37

TIZI OUZOU :

ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

- Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et

Internet : http://www.elmoudjahid.com

E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00

- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28

- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas

rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

   

Sports

23

EL MOUDJAHID

Rafik Djebbour retrouve le chemin des filets

L'attaquant international algérien de AEK Athènes (Div 1 grecque), Rafik Djebbour, a contribué jeudi à la qualification de son équipe pour les quarts de finale de la Coupe de Grèce, aux dépens de l'AE Larissa (4-0), rappor- te hier le site Dzfoot. Entré en

jeu à la 67' à la place de Scocco, Djebbour n'a mis que neuf minutes pour trouver la faille, d'une tête décroisée à la 76'. De retour sur les terrains dimanche dernier en cham- pionnat, après un mois d'ab- sence en raison d'une blessure

à l'épaule, l'international algé- rien n'avait plus marqué depuis fin octobre. Rafik Djebbour a été victime d'une déchirure à l'épaule lors d'un match de championnat avec son équipe, qui l'avait privé du match amical international disputé le 17 novembre face au Luxembourg (0-0), rappel- le-t-on.

Karim Ziani mis en équipe réserve de Wolfsburg

Le milieu international algérien Karim Ziani a été écarté de l'équipe pre- mière de Wolfsburg, Championnat alle- mand de football de 1re divi- sion, rapporte jeudi le journal France Football. L'entraîneur Steve McLaren de l'équipe allemande, mal classée en Bundesliga, a décidé de faire descendre le joueur algérien ainsi Francisco Caiuby en équipe réserve de Wolfsburg. Le technicien anglais de 49 ans, qui a été confirmé dans ses fonctions, a reçu l'autori- sation d'écarter Ziani et Caiuby de l'équipe fanion. Cette saison, Karim Ziani (28 ans), ancien joueur de l'Olympique de Marseille, n'a pris part qu'à cinq rencontres de Bundesliga.le-t-on. Karim Ziani mis en équipe réserve de Wolfsburg Fouad Kadir fixé sur son retour à

n'a pris part qu'à cinq rencontres de Bundesliga. Fouad Kadir fixé sur son retour à la

Fouad Kadir fixé sur son retour à la mi-janvier

Fouad Kadir fixé sur son retour à la mi-janvier Le milieu de terrain offensif algérien du

Le milieu de terrain offensif algérien du FC Valenciennes, Fouad Kadir, éloigné des terrains depuis cinq mois à cause d'une blessure au

genou, sera fixé sur son retour

à la compétition à la mi-jan-

vier prochaine. "On attend la mi-janvier et son rendez-vous chez le chirurgien pour savoir s'il peut reprendre avec nous", a déclaré l'entraîneur Philippe Montanier sur le site officiel du club. Victime d’une ruptu- re des ligaments croisés du genou en août dernier, contre Marseille en championnat de Ligue 1 française, Kadir a entamé "normalement" sa période de convalescence.

Fouad Kadir avait manqué les deux premiers matchs des Verts en qualifications de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2012, face à la Tanzanie (1-1) et la Centrafrique (2-0). Il pourrait effectuer son retour en équipe nationale le 25 mars prochain à l'occasion du match face au Maroc.

Le Nigérian Ifossa (Ennasr/Libye) dans le viseur de l'Entente de Sétif

L'attaquant nigérian d'Ennasr Benghazi (Div 1 libyenne), Ifossa, intéresse l'Entente de Sétif, qui compte l'engager en prévision de la période des transferts d'hiver, a rapporté

hier le site du quotidien sou-

danais Goan. Prêté durant l'in-

tersaison par son équipe d'Al Hilal de Khartoum à Ennasr, Ifossa avait tapé dans l'œil des Sétifiens après son excellent rendement lors de la double confrontation en finale de l'Union nord-africaine de football (UNAF) des clubs vainqueurs de coupe face à l'ESS. Selon la même source, l'agent du joueur, le Soudanais Aboubakeur Mustapha, a reçu une propo- sition concrète de l'ESS, en

vue d'un recrutement lors du

mercato. Convoité par d'autres formations, Ifossa reste tout de même beaucoup plus proche de l'ESS, qui reste l'équipe ayant montré le plus

son désir de s'attacher les ser-

vices de ce joueur. Ifossa s'est illustré mardi dernier au stade du 8-Mai 1945 de Sétif en inscrivant le 2 e but de son équipe, lors de la finale retour de coupe de l'UNAF face à l'Entente (2-3).

Abdelkrim Bira, nouvel entraîneur du MC El Eulma

(2-3). Abdelkrim Bira, nouvel entraîneur du MC El Eulma L’entraîneur Abdelkrim Bira vient d’être désigné à

L’entraîneur

Abdelkrim

Bira vient

d’être désigné à la barre technique du

MC Eulma

(Ligue 1 pro-

fessionnelle de football), a appris l’Aps hier des diri- geants du club. Bira qui a signé un contrat courant jus-

qu’à la fin de la saison, succè-

de à Hakim Malek qui a fait

les frais, il y a une dizaine de jours, des résultats médiocres obtenus par le club eulmi. Le

MC El Eulma pointe après 12

journées à la 10e place du classement général, avec 14

points, à 10 longueurs du lea-

der, l’ASO Chelf, mais à 3

points seulement du premier relégable.

Réunification des

compétitions de clubs de l'UNAF :

décision en février

2011

La décision finale concernant l'unification de la coupe de

l'Union nord africaine de foot-

ball (UNAF) des clubs cham-

pions et celle des vainqueurs de coupe en une seule compé- tition, sera prise lors de la prochaine réunion du comité exécutif de l’UNAF, prévue

en février prochain, a indiqué l'instance dirigeante du foot-

ball maghrébin a l'issue de sa

réunion à Alger. Au cours de la même réunion, tenue en en marge de la finale retour de

la coupe de l’UNAF des clubs champions à Alger entre le

MC Alger et le Club Africain

de Tunis (1-1), le comité exé-

cutif de l'UNAF a dressé les

bilans des compétitions entre les sélections nationales qui ont eu lieu en 2010. Des tour-

nois qui se sont déroulés dans

les meilleures conditions et qui ont permis aux différentes sélections nationales des pays membres de l’UNAF de pré- parer les prochaines échéances continentales et internationales. D'autre part, le tournoi de l'UNAF des U- 19 (nés en 1993) prévu en Libye en ce mois de décembre a été reporté à

février 2011. Il aura lieu du 4 au 10 février 2011. Le tour-

noi des sélections U-17 (nés

en 1996) se déroulera au mois de mars à Tunis, et au mois de décembre au Maroc. Pour

ce qui est du tournoi féminin

des clubs a été fixé pour le

mois de mai à Tunis.

L'Algérien Benouza, 3 e meilleur arbitre arabe 2010

L'Algérien Benouza, 3 e meilleur arbitre arabe 2010 L'arbitre international algé- rien Mohamed Benouza a

L'arbitre international algé- rien Mohamed Benouza a été élu 3e meilleur arbitre directeur arabe de l'année 2010, selon le sondage annuel organisé par le magazine libanais Al Hadath Erriyadhi. Benouza qui a dirigé plusieurs

matchs internationaux cette année entre autres, la finale de la Coupe de la Confédération africaine, et participé à la phase finale de la CAN-2010 en Angola,

a obtenu 93 points, devancé

par le Saoudien Djalal Al-

Ghamdi, qui a remporté le

Sifflet d'Or arabe avec 158 points. La deuxième place est revenue à l'Emirati Ali Hamed, vainqueur de l'édi- tion 2009. La commission des experts chargée d'élire

le meilleur arbitre arabe est

constituée du président de la commission d'arbitrage de

l'Union arabe de football, des anciens arbitres ainsi que les présidents des com- missions nationales des arbitres. De son côté, l'Emirati Salah Merzoug a été élu meilleur arbitre assistant arabe 2010 (143 points) suivi du Tunisien Bachir Al Hassani (137 pts) et le Marocain Redouane Achik (128 points).

Football/Ligue 1 (13 e journée)

JSK-USMA : les “Canaris” condamnés à gagner

C ette rencontre de Ligue 1, la dernière de la 13 e journée, sera très

importante pour les deux équipes qui possèdent, jus- qu'ici, le même nombre de points (15) et un match en moins pour les deux (JSK- ESS et USMA-CRB). Les "Canaris" traversent un passage à vide depuis quelques journées. La défai- te, à Blida, devant l'USM Blida (1 à 0), a été celle de trop. Le président Hannachi est monté au créneau en incriminant certains joueurs de n'avoir pas le niveau nécessaire pour jouer à la JSK. Pour cela, il a vite réagi en nommant Rachid Belhout à la tête de la barre technique du club. Belhout, qui va signer son contrat avec la JSK, est arrivé à Tizi-Ouzou, jeudi dernier, de Tunisie. Finalement, il a préféré la JSK à l'équipe tunisienne de Béja. Cette dernière a tout fait pour le retenir. Toutefois, il n'est pas encore sûr qu'il soit sur le banc de la JSK face à l'USMA à cause de la confection de sa licence d'entraîneur. Ceci dit, Belkalem et Ziti ont rejoint l'équipe, eux qui étaient au Maroc avec l'EN Olympique d'Aït-Djoudi. Les "fans" de la JSK n'arrivent pas à com- prendre la baisse de forme de Tedjar. Le joueur est devenu presque transparent. En recevant, les "Usmistes", la tâche des "Canaris" ne sera pas de tout repos. Les gars de Soustara se sont entraînés, jeudi et même, hier, avant de faire le voyage pour la ville des Genêts, hier, vers 17 h, par bus. Ils ont

pour la ville des Genêts, hier, vers 17 h, par bus. Ils ont passé la nuit

passé la nuit à l'hôtel Lalla Khadidja. En dépit de l'ab- sence de quelques joueurs comme Daham, Ziane, Harbache, l'USMA ne se déplacera pas à Tizi-Ouzou en victime expiatoire. Cette rencontre sera très importan- te pour les deux équipes en quête pressante de points. Cette empoignade sera diri-

en quête pressante de points. Cette empoignade sera diri- gée par Babrahim, Naceri et Defar. Le

gée par Babrahim, Naceri et Defar. Le 4 e arbitre est Mial.

H. Gharbi

Programme :

Aujourd'hui (14 h 30) Au stade du 1 er -Novembre de Tizi-Ouzou : JSK-USMA

Rachid Belhout, nouvel entraîneur de la JSK

Le président de la JSK, Mohand- Chérif Hannachi, n'a pas mis beaucoup de temps pour trouver un nouvel entraîneur en rempla- cement du Suisse Alain Geiger qui a opté pour le club égyptien d'Al-Masry. Hannachi a vite réussi à trouver un terrain d'en- tente avec Belhout, surtout que

ce dernier a toujours voulu entraîner la JSK. Belhout a rejoint Tizi-Ouzou, en prove- nance de Tunisie, jeudi dernier. Néanmoins, il n'est pas sûr qu'il sera, aujourd'hui, lors du match de la Ligue 1 (13 e jour- née), JSK-USMA, sur le banc "canari" à cause de sa licen- ce qu'il doit récupérer d'abord de la LFP. Ce nouvel entraî- neur aura certainement du pain sur la planche. Il aura, en priorité, à redresser la barre et permettre à la JSK de retrou- ver sa confiance et surtout renouer avec la gagne.

H. G.

ver sa confiance et surtout renouer avec la gagne. H. G. Ligue 2 (12 e journée)

Ligue 2 (12 e journée)

Le leader veut prendre le large

Cette douzième journée de Ligue 2 sera marquée, aujourd'hui, 14 h 30, par l'exhibition, at home, du leader constantinois, le CSC. Son derby contre la JSMS paraît en sa faveur. Néanmoins, cette équipe

la journée précédente. Les ambitions des Batnéens sont grandes. Le MSPB et le RCK, qui occupent une très bonne position d'attente, devront tout faire pour se défaire dans l'ordre de l'US Biskra de Sbaâ et l'ESM de

rés. L'ABM, l'OM et le

CRT, qui reçoivent respecti- vement le MOC, le PAC et le NAHD, seront bien lotis pour mettre la main sur les trois points, mais attention aux surprises. On espère que le fair- play sera au rendez-vous !

skikdie, qui a renoué avec la gagne ne viendra pas à

belle carte à jouer, mais

Benkritli. L'avantage du ter-

H.

G.

Constantine pour faire de la figuration. Les poulains de Khezzar doivent rester sur

rain risque de ne pas peser lourd du fait que Biskris et Mostaganémois sont sur

Programme :

leurs gardes. Les Abassis, qui reçoivent dans leur fief le CA Batna, auront une très

une courbe ascendante. L'ASMO, qui amorce son redressement, devra se méfier de cette équipe du

aujourd'hui (14 h 30) CRT-NAHD MSPB-USB USMBA-CAB

attention à cette équipe du CAB qui a dominé nette- ment le PCA (2 à 0) lors de

SAM décidée à effacer ses dernières déconvenues. Ce sera un match des plus ser-

RCK-ESM ABM-MOC SAM-ASMO

Tournoi de jeunes à la mémoire de Rachid Bettache (ex-arbitre international)

Un tournoi de jeunes sera organisé du 25 décembre au 1 er janvier 2011 à la mémoire de Rachid Bettache, ex-arbitre international récemment décédé. 16 équipes de catégories de jeunes, issues de différentes communes d'Alger, participeront à ce tournoi qui aura lieu au stade Rachid-Harraïgue, ex-président du CRB et de la FAF sis à la rue Sfindja.

H. G.

Clôture du championnat national militaire de boxe à Blida

L e championnat national militaire de boxe, organisé depuis lundi à la salle omnisports du complexe sportif régional militaire de Blida, a été clôturé ce jeudi par

l’organisation d’une cérémonie de remise de médailles aux lauréats. La cérémonie de clôture a été présidée par le chef d’état- major de la 1ere région militaire, le général Benzakhroufa Abdelkader qui a félicité les lauréats de ces joutes sportives tout en les exhortant à fournir plus d’efforts pour se hisser à de meilleurs niveaux sans oublier les autres boxeurs auxquels il a souhaité plus de réussite lors des prochaines compétitions.

L’orateur s’est également félicité des bonnes conditions d’organisation qui ont présidé à cette manifestation sportive ainsi que de la discipline et du fair-play dont ont fait preuve les athlètes sans oublier la bonne prestation des arbitres qui se sont distingués par leur impartialité tout au long de cette com- pétition. L’ensemble des régions militaires, commandements, écoles et divisions ont pris par à ce championnat qui s’est étalé sur 4 jours. Cette manifestation sportive a donné lieu aux résultats tech- niques suivants :

-Moins de 49 kg : Belhayek M’hamed (1ere RM) -Moins de 52 kg : Bouslah Hocine (CF DAT) -Moins de 56 kg : Echikh Abdellatif (1ere RM) -Moins de 60 kg : Ben Moussa Abdelghani (CF DAT) -Moins de 64 kg : Ounes Belkacem (1ere RM) -Moins de 69 kg : Laanani Ramzi (6ere RM) -Moins de 75 kg : Haloui Abdelkader (2eme RM) -Moins de 81 kg : Houna Bouziane (2eme RM) -Moins de 91 kg : Bouguerara Mabrouk (5eme RM) -Plus de 91 kg : Okba Hocine (CFA).

MCA 1 - Club Africain 1 formation tunisienne, drivée par Mrad Mahdjoub. Les "clubistes" n'ont
MCA 1 - Club Africain 1 formation tunisienne, drivée par Mrad Mahdjoub. Les "clubistes" n'ont
MCA 1 - Club Africain 1 formation tunisienne, drivée par Mrad Mahdjoub. Les "clubistes" n'ont

MCA 1 - Club Africain 1

formation tunisienne, drivée par Mrad Mahdjoub. Les "clubistes" n'ont eu aucune action nette de scorer durant les 45 premières minutes de jeu. Ils n'ont fait que se regrouper en défense en vue d'empêcher les Mouloudéens de marquer ou de trouver la position idéale. Un très bel enchaînement amorcé du milieu du MCA a placé Daoudi dans une bonne posi- tion d'attaque, mais il sera fauché en pleine surface de réparation. L'arbitre libyen, Radjeb, n'hésitera pas à siffler un penalty plus que justifié. Mokdad parviendra à ouvrir le score (20'). Très bien tech- niquement, les Mouloudéens n'ont eu aucune peine à pas- ser par les côtés et ce, malgré le marquage très strict des défenseurs tunisiens. Le MCA bénéficiera d'une mul- titude de coups francs, mais aussi de corners, mais ils n'ont pas eu de chance, ni de possibilité d’aggraver la marque, eu égard à la présen- ce de beaucoup de joueurs du Club Africain dans leur surfa- ce de vérité. Même Douadi est revenu en défense. Il faut admettre que les "Vert et Rouge" ont distillé un jeu chatoyant qui a désarçonné cette équipe tunisienne. En seconde mi-temps, sur une touche, et un relâ- chemnt mouloudéen, ce fut le but fatal de l’égalisation.

Ph. : M. Naït Kaci

Un seul attaquant dans la surface de vérité, Akrout, a eu raison de la vigilance de la défense mouloudéenne. Elle était un poil en retard pour contrer l'attaquant tuni- sien. Zemmamouche n'était pas assez prompt pour anni- hiler cet essai tunisien. On peut dire qu'eu égard à sa prestation, le MCA ne méritait pas de se faire contrer dans cette rencontre qui était vraiment à sa por- tée. Toujours est-il, et, bien que ce soit le Club Africain qui ait remporté ce trophée, grâce à son avantage de l'al- ler (2 à 0), le MC Alger a

Déclarations

prouvé qu'il possède un groupe qui peut faire très mal à l'avenir. Le MCA de la première mi-temps peut battre n'importe quelle équi- pe. Il est certain qu'en seconde mi-temps, il a man- qué de fraîcheur physique. Cela était apparent, puisque le Club Africain a trouvé beaucoup de facilités pour opérer par "contres" ou faire sortir sa balle. Le but égalisateur, contre le cours du jeu, dès la 10 è minute du second half, Akrout a fait très mal aux Mouloudéens. Ces derniers n'auraient

mière mi-temps. Hélas, nous avons encaissé un but contre le cours du jeu en début de seconde période. Un but qui nous a fait beaucoup de mal. Nous n'avons pas de regrets car nous avons fait ce que nous pou- vions faire. Je félicite le Club Africain pour ce sacre, au vu de ce qu'il a montré lors des deux matches".

CRB 1 - WAT 0

a montré lors des deux matches". CRB 1 - WAT 0 Mrad Mahdjoub (entraîneur CA): "

Mrad Mahdjoub (entraîneur CA):

" Nous avons joué un bon match notamment sur le plan défensif. Le MCA nous a dominés en 1ère mi-temps, en nous privant de bal- lons au milieu du terrain. Lors de la pause, j'ai donné des consignes à mes joueurs pour sortir un petit peu de leur zone et stopper les arrières latéraux du MCA. Le match aller a été déterminant, j'estime que nous méritons ce sacre.

Mokdad (MCA, élu meilleur joueur du match):

"On est trés déçus car vu notre pro- duction en 1ère mi-temps, on sem- blait qu'on était capable de revenir dans le score, car cette équipe tuni- sienne était prenable. Nous avons fait l'essentiel en 1ère mi-temps en ouvrant le score, mais le but tuni-

ESS
ESS

Zairi (Club Africain):

Le président de l'Entente de Sétif, Abdelhakim Serar, a affirmé hier que l'entraîneur français, Hervé Renard, est "très proche" pour

et de l'Angola, Serar a fait savoir "qu'il reste au dessus des

succéder à l'Italien Gianni Solinas,

moyens dont

à

la tête de la barre technique de

dispose son

l'équipe phare des hauts plateaux. "Les négociations avec Renard sont

club". "Hervé Renard a exigé

en cours, et je peux assurer qu'il y

un salaire de

a de fortes chances qu'il sera le

nouvel entraîneur du club", a indiqué le patron de l'ESS à la Radio nationale. Gianni Solinas a déposé sa démission au lendemain de la finale retour de la Coupe de l'Union nord-africaine de football (UNAF) des clubs vainqueurs de coupes, une épreuve remportée par l'ESS. L'Italien avait invoqué des "raisons personnelles", qui l'ont poussé à démissionner. Pour ce qui est du montant financier exigé par l'ancien sélectionneur de la Zambie

a-t-il ajouté. Le président de l'ESS a indiqué que l'objectif qui sera assigné à Hervé Renard, dans le cas où les négociations

assigné à Hervé Renard, dans le cas où les négociations Hamid G. Championnat de Ligue 1

Hamid G.

Hamid G.

Championnat de Ligue 1 (13 e journée):

RÉSULTATS AS Khroub - USM Harrach

1-0

MC

Oran - JSM Bejaia

2-1

CR Beloui zdad - WA Tlemcen

1-0

MC

El-Eulma - USM Blida

1-0