Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre 1 analyse fonctionnelle du bilan

Chapitre 1 : Analyse fonctionnelle du bilan

I-              objectifs

A/ l’analyse fonctionnelle du bilan

Elle va permettre au gestionnaire de l’entreprise d’apprécier les besoins financiers globaux


nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise.

C’est donc une analyse interne qui peut s’adresser aussi aux investisseurs, actionnaires et au
personnel.

Il s’agit de reclasser les événements du bilan en fonction de leur provenance


(RESSOURCES) et de leur destination (EMPLOIS).

De plus, on classera ces emplois et ces ressources en fonction de la nature des opérations qui
les ont engendré, c’est à dire en fonction des cycles de fonctionnement de l’entreprise.

B/ les cycles de fonctionnement de l’entreprise

Elle permet d’analyser le fonctionnement de l’entreprise en fonction de 2 cycles principaux :

-        le cycle d’investissement (ou cycle long) : il correspond au besoin de l’entreprise de se


développer et d’assurer sa croissance.

-        le cycle d’exploitation (cycle court) : fait pour l’entreprise d’assurer la continuité de


son activité. Il sera autonome si les fournisseurs attendent pour être payés et si les
encaissements sont suffisant pour les payer.

 
II-            présentation du bilan fonctionnel

A/ le bilan fonctionnel se présente en grandes masses

(Amortissement = charge calculée)

les amortissements dépréciations et provisions, constitue dans le bilan fonctionnelle une


ressource financère inscrite au passif, car elles correspondent à des éléments qui n’ont pas
donnés lieu à sortie d’argent, bien qu’elle soit venue diminuer chaque année le résultat.

B/ l’élaboration du bilan fonctionnel

Les actifs sont portés en valeurs brutes et les amortissements et dépréciations doivent être
reclassés en ressources stables.

1. 1.      cas particulier : le crédit-bail

Les bien financés par le crédit-bail ne figurent pas à l’actif du bilan puisque l’entreprise
utilisatrice n’en n’est pas propriétaire.

L’objectif du retraitement est de recomposer la situation comme si les biens financés par
concours bancaires avaient été acquis et financés par emprunt:

Au 31/12 un bien pris en crédit bail depuis le 01/01/N-1 dont la valeur à neuf à l’origine de
15 000 € aurait été amortie sur 5 ans :

A l’actif  : inscription de la valeur à neuf du bien : 15 000 €

Dans les ressources propres  : le montant de l’amortissement cumulé : 15 000 x 20 % x 2 =


6 000 € (calcul théorique)

En dettes financières inscription d’un emprunt dit fictif pour la différence : 15 000 – 6 000 =
9 000 €

BILAN FONCTIONNEL
ACTIF montan PASSIF montant
t
Emplois stables :   Ressources stables :  

Immo. 15 000 Ressources propres  


corporelles
Prov pour risque et charges  

Total amort. Et dépréciation de 6 000


l’actif
9 000
Dettes financières (sauf CBC)
 

1. 2.      le cas particulier des effets escomptés non échus

Les créances (effets à recevoir) sont escomptés en banque et sont transformé en liquidité à


elles disparaissent des comptes clients

Dans l’analyse fonctionnelle, on réintègrera les effets escomptés en rubrique clients pour
harmoniser la présentation du bilan que les entreprises escomptent ou pas leurs effets.

Augmentation de l’actif circulant pour la valeur des effets escomptés non échus

Augmentation des concours bancaires à la trésorerie au passif pour montrer le prêt d’argent
court terme par la banque: le bilan est ainsi rééquilibré

BILAN FONCTIONNEL
ACTIF montan PASSIF montant
t
Actif circulant :   Pasif circulant:  

…   …  

créances clients et 400 …  


rattachés
   
 
trésorerie passive  
trésorerie active 
CBC et SCB 400
disponibilités

1. 3.      intérêt de l’analyse fonctionnelle du bilan

-        permet de comparer des bilans d’entreprises différentes appartenant à des mêmes
secteurs d’activité. (d’ou l’intérêt des deux traitement vus précédemment)

-        comparer plusieurs bilans successifs d’une entreprise afin d’apprécier l’évolution de
sa structure financière.

-        Analyser l’entreprise à une date donnée pour apprécier sa solidité financière

 
III-          les grandeurs caractéristiques

Le cycle d’investissement dégage en principe une ressource de financement que l’on appel
le fond de roulement net global (FRNG)

Le cycle d’exploitation génère le plus souvent un besoin de financement appelé besoin en


fond de roulement (BFR)

La trésorerie nette permet l’ajustement entre le FRNG et le BFR.

A/ l’équilibre à long terme, ou le fond de roulement

Fonds de roulement = ressources stables –


emplois stables

Un bilan structurellement bien équilibré implique que les actifs à long terme (les
immobilisations) soient < au passif à long terme (ressources propres et emprunts à long
terme). C’est la marge de sécurité dont dispose l’entreprise pour financer son besoin de
financement d’exploitation (BFR, cf III-B)

Ressources stables : ressources propre retraitées du crédit bail + dettes financières long
terme retraitées du crédit bail

Ressources propres : capitaux propres (total 1) + provisions pour risques et charges


(total 2) + amortissement et dépréciation de l’actif.

Emplois stables : actif immobilisé brut (total 1) retraité du crédit bail

Les concours bancaires courants et soldes créditeur de banque sont retranchés des dettes
financières et considérés comme de la trésorerie de passif.

FRNG négatif = insuffisance des ressources stables

Une partie des immobilisations doit être financée par du passif circulant c’est à dire des dettes
à court terme (fournisseur)

L’entreprise est en difficulté.

En effet, pour payer les fournisseurs, l’entreprise peut se voir dans l’obligation de vendre une
partie de son actif immobilisé donc une partie de ses moyens de production

B/ l’analyse du besoin en fond de roulement

1. 1.      cas d’un besoin en fond de roulement

Exemple de schéma du cycle d’exploitation d’une entreprise industrielle :


• Elle stocke ses matières premières ~ pendant 30 jours

• Elle fabrique sur une durée ~ 10 jours

• Elle stocke ses produits finis pendant ~ 20 jours

• Elle paie ses fournisseurs ~ à 20 jours

• Elle accorde à ses clients un crédit ~ 40 jours

Le décalage entre les encaissements et les décaissements entraîne un besoin en fonds de


roulement

BFR = actif circulant (stock, créances)  -  passif circulant (dettes


d’exploitation)

 Les stocks et les créances correspondent à des emplois, donc à un besoin de


financement, alors que les dettes non financières (dettes sociales et fiscales, dettes à
l'égard des fournisseurs,...) constituent des ressources couvrant partiellement ces
besoins.
 La partie du besoin née de l'activité et non financée par les dettes non financières
représente le besoin en fonds de roulement.   
 La durée du cycle d'exploitation varie selon la longueur du processus de production, la
durée de stockage des matières premières et des produits finis, et la durée du crédit
accordé aux clients. Plus la durée du cycle d'exploitation est grande et plus le besoin
en fonds de roulement est important

1. 2.      cas d’un dégagement (excédent) en fond de roulement

Exemple de schéma du cycle d’exploitation d’une entreprise commerciale :

• Elle stocke ses marchandises ~ pendant 30 jours

• Elle fait payer ses clients au comptant (ex : distribution)

• Elle paie ses fournisseurs ~ à 60 jour

1. 3.      distinction BFR d’exploitation (BFRE) et BFR hors exploitation (BFRHE)

Actif circulant d’exploitation Passif circulant d’exploitation


Stocks et en cours Avances et acomptes reçus / C
+ Avances et acomptes versés / C + Dettes fournisseurs d’exploitation

+ Clients et comptes rattachés + Dettes fiscales et sociales  (sauf


Impôt sur les sociétés)
+ Effets escomptés non échus
+ Produits constatés d’avance
+ Autres créances d’exploitation d’exploitation

+ Charges constatées d’avance  


d’exploitation

 le besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE) regroupe les postes liés au


cycle d’exploitation et dont le renouvellement est cyclique (stocks, créances clients,
dettes fournisseurs)
 A noter le retraitement lié aux effets escomptés non échus

Actif circulant hors exploitation Passif circulant hors exploitation


Créances hors exploitation Dettes sur immobilisations

+ Valeurs mobilières de placement + Dettes fiscales (IS)

+ Charges constatées d’avance +Autres dettes hors exploitation


hors exploitation
Produits constatés d’avance hors
  exploitation

 Le besoin en fonds de roulement hors exploitation (BFRHE)  regroupe des emplois ou


des ressources de caractère transitoire ou instable, qui ne sont pas liés au cycle
d’exploitation puisque leur montant ne varie pas avec l’activité de l’entreprise : IS (le
taux d’impôt est fixe quelque soit le volume d’activité de l’entreprise), dettes envers
les fournisseurs d’immobilisations, les valeurs mobilières de placement (VMP)…

Suivre l’énoncé.  Les dettes sur immobilisation Et l’IS ne font pas pâtie du BFRE.

 
BFRE  = Actif circulant d’exploitation  - Passif circulant
d’exploitation

BFRHE = Actif circulant hors exploitation - Passif circulant


hors exploitation

BFR = BFRE +
BFRHE

Exemple  :

-        BFR global  : 800€

-        BFRHE : - 1000€ (dégagement)

-        BFRE : + 1800€

Attention à toujours décomposer l’analyse du BFR afin de repérer un éventuel élément hors
exploitation qui pourrait venir biaiser l’analyse.

C/ le niveau de trésoreri

Trésorerie nette = FRNG


- BFR

Trésorerie d’actif Trésorerie de passif


Disponibilités Concours bancaires et soldes créditeurs de
banque
 
+ effets escomptés non échus

La trésorerie résulte de la différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de


roulement de l'entreprise.
Ainsi par exemple, une entreprise qui autofinance de manière importante ses investissements,
et qui a des délais de règlements clients bien supérieurs à ceux de ses fournisseurs, a des
besoins importants en trésorerie, et donc une trésorerie négative.

Inversement, une entreprise qui finance par emprunts ses investissements, et qui encaisse
rapidement ses clients, a en principe une trésorerie positive, dès lors que son résultat est en
rapport avec ses besoins de financement

Schéma d’une trésorerie nette positive

C’est une entreprise qui est équilibrée financièrement, mais attention à ce qu’elle ne garde pas
trop de trésorerie (placement)

IV-          situations possibles de trésorerie

Situation  à surveiller qui peut s’expliquer par des investissements récents importants pour
assurer la croissance.

On peut rééquilibrer le FR soit par l’apport de capitaux propres soit en contractant un nouvel
emprunt, mais cela dépendra de notre situation actuelle.

Pour connaître la stratégie à adopter il faudra calculer des ratios.

Vérification de la trésorerie nette :

 Fonds roulement (excédent de ressources) – Besoin fonds roulement (besoin de


ressources)

La trésorerie opère l’ajustement entre le FRNG et le BFR.

1er cas à FRNG > BFR

Le fonds roulement est suffisamment important pour financer l’intégralité du besoin en fonds
de roulement.  Le surplus représente des ressources inemployées sous forme de disponibilités
qui constituent une trésorerie nette positive.

2ème cas à BFR > FRNG

Le fonds de roulement n’est pas suffisant pour financer le besoin en fonds de roulement.

L’entreprise doit trouver des ressources supplémentaires à court terme comme les découverts
bancaires. Une trésorerie nette négative apparaît.

Si BFR et FRNG sont positifs, l’entreprise peut connaître une forte croissance, avec un BFR
important à financer, et un FRNG insuffisant pour le couvrir

Si le FRNG est très faible, voire négatif, l’entreprise court le risque de la cessation de
paiement car ce sont les concours bancaires dans ce cas qui financent et le BRF et le FRNG

V-            l’analyse du bilan par les ratios


 

A/ les ratios de structure financière

ratio d’indépendance financière = (dettes financières + CBC) / capitaux


propres

Doit être < 1 pour espérer emprunter.

TAUX D’ENDETTEMENT = (Dettes financière + CBC) / (Capitaux propres


+ amort., prov. Et dépr. )

                                          (= Ressources propres)

Doit être le plus faible possible

COUVERTURE DES IMMOBILISATIONS = ressources


stables /  emplois stables

OUVERTURE DES CAPITAUX INVESTIS = ressources stables / (emplois


stable + BFR ou BFRE)

RENTABILITÉ DU CAPITAL = bénéfice/ 


capitaux investis

B/ les ratios de rotation

RATIO DE ROTATION DES STOCKS = (stock moyen HT x 360) / coût


des achats consommés HT

 
STOCK MOYEN = (stock initial+
stock final) / 2

RATIO CLIENTS = (créances clients et comptes rattachés TTC  x  360) / CA


TTC de l’exercice

RATIO FOURNISSEURS = (dettes fournisseurs et comptes rattachés  x  360) /


achats TTC de              l’exercice (comptes 60, 61, 62)

FRNG en jours de CA = (FRNG x 360) /


CA HT

POIDS du BFRE sur le CA = (BFRE  


x   360) / CA

Vous aimerez peut-être aussi