Vous êtes sur la page 1sur 6

La Chocolaterie CANDY :

Calcul des coûts par la méthode des centres d’analyse

La chocolaterie CANDY fabrique à partir de fèves de cacao des tablettes de chocolat noir de
100 g et des paquets de cacao en poudre de 200 g.

Vous êtes stagiaire au service contrôle de gestion, votre responsable vous demande d’élaborer, sur
tableur, un modèle de calcul du coût de revient et du résultat analytique pour chacun des produits
fabriqués selon la méthode des centres d’analyse.

Vous devez également analyser l’incidence sur les résultats d’un possible changement dans la
composition des matières premières utilisées.

Votre mission

- Elaborer, sur tableur, un modèle de calcul du coût de revient et du résultat (par la méthode
des centres d’analyse)
- Présenter les éléments chiffrés sur 2 mois (janvier et février)
- Rechercher des informations concernant la législation sur le chocolat
- Rédiger une note de synthèse

Vos outils

- Fichier Excel « Candy.xls »


- Schéma du processus de production
- Annexe 1 (Processus de production), Annexe 2 (Données pour le mois de janvier) et
Annexe 3 (Données pour le mois de février)
- Fiche ressource Excel : Création d’une macro

1/6
1re PARTIE : CONSTRUCTION DU MODELE POUR LE MOIS DE JANVIER 2017

Vous disposez du fichier Excel « Candy.xls » qui contient les cadres des tableaux nécessaires au
calcul des coûts selon les principes de la méthode des centres d’analyse : le tableau de répartition
des charges indirectes et les tableaux de calcul des coûts d’achat, des coûts de production et des
coûts de revient.

Renommez votre fichier : « Candy_Janvier_2017.xls »

1) A l’aide des annexes 1 et 2 et du schéma, complétez la feuille « Données à saisir ».

Cette 1ère feuille du classeur doit contenir toutes les informations nécessaires au calcul des coûts :
les achats du mois, les consommations, les quantités produites… (Les informations relatives à la
répartition des charges indirectes sont déjà saisies).

Seules les cellules à trame bleue contiennent des saisies, toutes les autres cellules doivent contenir
des formules.

2) Complétez les tableaux des autres feuilles du classeur.

Dans les autres feuilles du classeur, toutes les cellules doivent contenir des formules (sinon, votre
modèle ne sera pas réutilisable pour les mois suivants…)

3) Créez une feuille « Résultats analytiques ».

Insérez une feuille supplémentaire dans le classeur pour le calcul des résultats analytiques.

2e PARTIE : UTILISATION DU MODELE POUR D’AUTRES MOIS

Le modèle que vous venez de créer est valable pour un mois : la chocolaterie souhaite s’en servir
afin d’avoir les résultats pour chaque mois.

Afin d’automatiser la recopie du modèle, vous allez créer une macro et y affecter un bouton qui
figurera dans la dernière feuille du classeur (feuille « Résultats analytiques ») : un simple clic sur ce
bouton doit vous donner une copie du modèle sur un autre classeur, que vous aurez simplement à
renommer en fonction du mois concerné. Le fichier généré par la macro ne doit comporter que des
formules et aucune saisie dans la feuille « Données à saisir » (pour faciliter la saisie et éviter les
erreurs et oublis pour le mois concerné).

1) Créez une macro pour la recopie du modèle (Cf. fiche ressource : Création d’une macro avec
Excel).

2) Exécutez la macro et enregistrez le nouveau fichier sous le nom « Candy_Fevrier_2017.xls ».

3) A l’aide de l’annexe 3, saisissez les informations relatives au mois de février dans la feuille
« Données à saisir ». Vérifiez que vous obtenez des résultats cohérents.
2/6
3e PARTIE : LEGISLATION ET PRODUCTION

Le responsable de la production de la chocolaterie Candy a pour projet de modifier le processus de


fabrication des tablettes de chocolat noir : il voudrait y ajouter des matières grasses végétales
autres que le beurre de cacao. En effet, le beurre de cacao représente une part importante et
croissante du coût de production du chocolat noir.

1) Vos chiffres pour les deux mois étudiés illustrent-ils ce phénomène d’importance et
d’augmentation de la part du beurre de cacao dans le coût de production du chocolat noir ?

2) Recherchez des informations sur la législation relative aux matières grasses végétales utilisées
dans la fabrication du chocolat.

3) Rédigez une note de synthèse à l’attention de votre directeur pour lui faire part de votre travail,
du résultat de vos recherches et de vos conclusions.

3/6
Annexe 1 - Description du processus d’exploitation

La chocolaterie achète des fèves de cacao par sacs de 50 kg. Les fèves sont stockées.

Les fèves de cacao subissent une série de transformations pour obtenir la pâte de cacao :

• La torréfaction : Les fèves de cacao sont chauffées pendant une demi-heure (de 100° à 140°C
selon le type de cacao) afin de développer l’arôme du chocolat.

• Le décorticage : Durant cette étape, les fèves de cacao subissent un broyage grossier à l’aide
d’un système de ventilation/vibration. Grâce à ce processus, les morceaux de coque trop légers
s’envolent tandis que la fève plus lourde ne bouge pas. Compte tenu de l’élimination de la
coque lors de cette opération, on estime que le poids des fèves de cacao à la sortie de l’atelier est
inférieur de 20 % au poids des fèves torréfiées.

• Le broyage : Les fèves de cacao torréfiées et décortiquées sont finalement broyées dans un
troisième atelier et ainsi transformées en pâte (ou masse) de cacao.

La pâte de cacao n’est pas stockée. A partir de cette étape, elle suit deux chemins différents suivant
qu’elle doit devenir du cacao en poudre ou du chocolat.

60 % de la pâte de cacao entre dans l’atelier pressage, où des presses hydrauliques séparent la
partie liquide (le beurre de cacao) et la partie solide (qui se présente sous forme de pains solides
appelés tourteaux). On supposera que la moitié de la pâte de cacao engagée dans l’atelier pressage
sert à fabriquer le beurre de cacao, l’autre moitié les tourteaux.

Le beurre de cacao est un produit précieux qui sera utilisé dans la préparation du chocolat. Il est
stocké.

Les tourteaux ne sont pas stockés : ils entrent sans transition dans l’atelier Blutage, où ils sont
passés à travers des tamis pour obtenir la poudre de cacao.

La poudre de cacao est ensuite conditionnée en paquets de 200 g (atelier conditionnement) sous
emballage papier et carton. Le papier et le carton utilisés sont non stockés : ils arrivent directement
de chez un sous-traitant dans l’atelier conditionnement.

La pâte de cacao non dégraissée (40% restant au sortir de l’atelier broyage) va subir une série
d’opérations pour devenir les tablettes de chocolat noir :

• Le conchage : La pâte de cacao doit être mélangée avec du beurre de cacao et du sucre. Pour
donner au chocolat toute sa finesse et son onctuosité, il faut soumettre ce mélange à l’action des
conches, bassins de fonte à l’intérieur desquels des rouleaux étirent la pâte. Cette opération est
considérée comme la plus importante : sa qualité est l’un des gages principaux de la délicatesse
du chocolat.

• Le moulage : Le chocolat est tempéré (pour passer de l’état liquide à l’état solide) et moulé
pour être transformé en tablettes de 100 g.

Finalement, les tablettes de chocolat noir entrent dans l’atelier conditionnement, où elles sont
emballées dans des feuilles d’aluminium et du carton. Les feuilles aluminium et le carton utilisés
sont non stockés : ils arrivent directement de chez un sous-traitant dans l’atelier conditionnement.
4/6
Annexe 2 - Données nécessaires aux calculs des coûts – Janvier 2017

La chocolaterie Candy a découpé son activité en 13 centres d'analyse. Les charges indirectes du
mois de janvier 2017 se ventilent selon la répartition primaire mentionnée dans le tableau des
charges indirectes (cf. feuille « Données à saisir » du modèle sur tableur).

Achats du mois de janvier 2017 :


Fèves : 346 sacs de 50 kg à 2,10 € le kg
Sucre : 2 350 kg à 0,30 € le kg

Consommations pour la production du mois de janvier 2017 :


17 500 kg de fèves ont été utilisés pour la fabrication de la pâte de cacao.
2 400 kg de sucre et 3 900 kg de beurre de cacao ont été utilisés pour la fabrication du chocolat.
360 € de papier (cacao en poudre), 3 000 € de feuilles aluminium (chocolat) et 11 140 € de
carton (1 600 € pour le cacao en poudre, 9 540 € pour le chocolat) ont été utilisés dans l’atelier
conditionnement.

Ventes du mois de janvier 2017 :


21 150 paquets de 200 g de cacao en poudre ont été vendus en janvier 2017 au prix de vente de
14,00 € le kg.
118 280 tablettes de 100 g de chocolat noir ont été vendues sur la même période au prix de vente
de 20,00 € le kg.

Stocks au 1er janvier 2017 :


Fèves : 1 200 kg pour un montant total de 2 944,14 €
Sucre : 250 kg pour 195,10 €
Beurre de cacao : 20 kg pour 168,60 €
Poudre de cacao : 300 paquets de 200 g pour 522,58 €
Tablettes de chocolat noir : 600 tablettes de 100 g pour 732,45 €

Main d'œuvre directe – janvier 2017 :


Ateliers Heures MOD Taux horaire
Torréfaction 190 18,00 €
Décorticage 200 18,00 €
Broyage 190 18,00 €
Pressage 400 (a) 22,00 €
Blutage 220 16,00 €
Conchage 240 22,00 €
Moulage 180 16,00 €
Conditionnement 400 (b) 18,00 €
(a) 310 h pour le beurre de cacao, 90 h pour les tourteaux
(b) 320 h pour le chocolat, 80 h pour la poudre de cacao.

Heures machine – janvier 2017 :


260 h dans l’atelier broyage, 300 h dans l’atelier blutage, 520 h dans l’atelier conchage, 440 h
dans l’atelier moulage.

Evaluation des stocks : la méthode retenue par la chocolaterie est celle du coût moyen unitaire
pondéré de la période (CMUP).
5/6
Annexe 3 - Données nécessaires aux calculs des coûts – Février 2017

Totaux répartition primaire – février 2017 :


Centres Centres principaux
auxiliaires Ateliers
Entretien Transports Approvisi Torréfacti Décortica Broyage Pressage Blutage Conchage Moulage Conditionn Distributio Administra

7 800 11 530 7 620 7 520 3 240 7 032 13 568 7 642 42 560 28 850 5 224 13 428 27 320

Achats du mois de février 2017 :


Fèves : 386 sacs de 50 kg à 2,16 € le kg
Sucre : 2 800 kg à 0,29 € le kg

Consommations pour la production du mois de février 2017 :


19 250 kg de fèves ont été utilisés pour la fabrication de la pâte de cacao.
2 740 kg de sucre et 4 800 kg de beurre de cacao ont été utilisés pour la fabrication du chocolat.
388 € de papier (cacao en poudre), 3 360 € de feuilles aluminium (chocolat) et 11 562 € de
carton (1 620 € pour le cacao en poudre, 9 942 € pour chocolat) ont été utilisés dans l’atelier
conditionnement.

Ventes du mois de février 2017 :


23 120 paquets de 200 g de cacao en poudre ont été vendus en février 2017 au prix de vente de
14,00 € le kg.
132 460 tablettes de 100 g de chocolat noir ont été vendues sur la même période au prix de vente
de 20,00 € le kg.

Main d'œuvre directe – février 2017 :


Ateliers Heures MOD Taux horaire
Torréfaction 210 18,00 €
Décorticage 218 18,00 €
Broyage 208 18,00 €
Pressage 460 (a) 24,00 €
Blutage 240 17,00 €
Conchage 260 24,00 €
Moulage 200 18,00 €
Conditionnement 440 (b) 18,00 €
(a) 360 h pour le beurre de cacao, 100 h pour les tourteaux
(b) 350 h pour le chocolat, 90 h pour la poudre de cacao.

Heures machine – février 2017 :


280 h dans l’atelier broyage, 320 h dans l’atelier blutage, 570 h dans l’atelier conchage, 480 h
dans l’atelier moulage.

6/6