Vous êtes sur la page 1sur 6

MÉMOIRES NATIONALES ET PROJETS INTERNATIONAUX DANS LE

CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE. UN PREMIER BILAN.

Joseph Zimet, propos recueillis par Benjamin Gilles, Nicolas Offenstadt

La contemporaine | « Matériaux pour l’histoire de notre temps »

2014/1 N° 113 - 114 | pages 175 à 179


ISSN 0769-3206
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-
temps-2014-1-page-175.htm
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour La contemporaine.


© La contemporaine. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Mémoires nationales et projets
internationaux dans le Centenaire
de la Grande Guerre. Un premier bilan.
Joseph Zimet, Directeur de la Mission du Centenaire de 14-18
Propos recueillis par Benjamin Gilles et Nicolas Offenstadt

Avez-vous pu constater – animer – une tiques qu’il est susceptible de véhiculer. Trente pays ont
dynamique véritablement internationale dans fait le déplacement à l’invitation du ministre délégué
le Centenaire ? A défaut, quels ont été les axes chargé des anciens combattants, Kader Arif1. Un com-
forts multilatéraux voire simplement muniqué, sans portée juridique - ni véritable portée
bilatéraux qui se démarquent ? politique, il faut le reconnaître - est publié à la fin du
séminaire2. Ce sera la dernière rencontre de travail de
Les rencontres et les échanges avec nos partenaires haut niveau sur le thème des commémorations du Cen-
étrangers ont été au cœur du travail de préparation du tenaire. A compter de l’été 2014, les participants se
programme commémoratif du Centenaire. Mais, para- retrouveront dans le cadre de cérémonies internatio-
doxalement, ces contacts répétés ont débouché sur un nales principalement.
volume de coopération assez décevant en regard des Dans le prolongement de la réunion des ministres du
efforts fournis de part et d’autre. mois d’octobre 2013, j’avais réuni les directeurs et hauts-
Les échanges internationaux ont débuté bien en amont fonctionnaires qui accompagnaient leurs ministres res-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine


de la commémoration, dès 2011. Les premiers missi domi- pectifs afin d’identifier des thèmes possible de coopéra-
nici du Centenaire cherchaient alors tout simplement à tion dans le domaine de la culture ou des archives. Là
établir des contacts entre pairs, chaque pays scrutant encore, il est frappant de constater que malgré une pré-
alors les efforts de l’autre dans la perspective du début sence de haut niveau et en dépit d’échanges réellement
des commémorations. instructifs entre les délégations, aucune coopération
Très vite, un petit groupe de pays s’est distingué par sa internationale véritablement significative et aucun pro-
volonté de préparer de façon précoce le cycle commé- jet commun n’émergea à l’issue de la réunion de travail.
moratif du Centenaire. On peut citer l’Australie, la Nou-
velle-Zélande, la Belgique – le gouvernement flamand
en particulier – et la Grande Bretagne dans ce groupe Comment expliquer ce résultat décevant ?
de tête.
Dès le mois d’avril 2012, la France a organisé une ren- En réalité, la priorité des responsables nationaux en
contre internationale, à Paris, sur le thème de la com- charge des commémorations ne consiste pas à favori-
mémoration de la Première Guerre mondiale. De nom- ser les échanges avec l’étranger. Leur ultime responsa-
breux ambassadeurs et un ministre, Steve Blaney, bilité est en effet de satisfaire des parties prenantes
ministre canadien des anciens combattants, étaient nationales  : gouvernements, parlements, médias
présents. A cette date, la France était alors le seul pays à nationaux, associations, etc. La priorité opérationnelle
disposer d’une organisation dédiée, interministérielle, des responsables nationaux des commémorations
et dotée d’un budget pluriannuel pour préparer la com- consiste ainsi à réussir le programme commémoratif
mémoration. Cette rencontre a eu un effet catalyseur officiel dont ils sont en charge dans leur propre pays.
auprès de nombreux pays. Toutefois, il faudra attendre Leur indicateur de réussite n’est pas, malheureuse-
l’automne 2013, soit plus de quinze mois, pour voir à ment, le nombre de contacts et encore moins de projets
nouveau réunis les principaux pays partenaires du cen- développé avec l’étranger.
tenaire de la Grande Guerre. Ainsi, le Centenaire des « commémorateurs » est très
C’est à nouveau à l’initiative de la France que des autori- différent de celui des historiens. Le Centenaire de ces
tés ministérielles se réunissent pour évoquer l’agenda derniers est en effet intrinsèquement international. Les
commémoratif du Centenaire et les messages poli- historiens ont le privilège de pratiquer une commémo-

Matériaux pour l’histoire de notre temps


n°113-114 // Année 2014 175
Commemorating catastrophe: Remembering the Great War 100 years on

... ration internationale qui n’existe pas au niveau des res- réseau des ambassades et des Instituts Français. Dans
ponsables officiels. Depuis plus d’un an, les historiens plus de cinquante pays, nos équipes ont ainsi proposé
voyagent en effet de colloque international en colloque des actions culturelles, scientifiques et pédagogiques
international, sautent dans un avion pour aller pronon- sur le thème de la Grande Guerre en lien avec de très
cer une conférence sur un autre continent, puis nombreux acteurs locaux. Ces actions ont permis de
repartent pour une nouvelle destination à un rythme multiplier les échanges avec des universités et des insti-
effréné ! tutions culturelles de premier rang. Le bilan de cette
Cette itinérance des historiens pour diffuser le savoir expérience est très satisfaisant. C’est de cette façon que
sur la Grande Guerre correspond à une conviction la France, à travers la Mission du Centenaire, a ainsi
intime, qu’ils expriment régulièrement : l’histoire de la structuré son « offre » internationale.
Grande Guerre à l’heure du Centenaire doit s’écrire de
façon internationale. Pour une très grande majorité de
ces universitaires, les approches historiques nationales, Quels sont à vos yeux les singularités
ou binationales, n’ont plus de sens. du centenaire en France par rapport
Le Centenaire des historiens, ou des universitaires, est aux autres pays ?
d’une certaine façon proche de celui des directeurs de
musées, qui commercent librement en faisant fi des Plusieurs caractéristiques distinguent le centenaire
frontières nationales, échangent des œuvres et des en France vis-à-vis de ses partenaires étrangers.
idées, accueillent des collègues du monde entier dans En premier lieu, il faut souligner que la France a opté
leurs conseils scientifiques et leurs commissariats pour un modèle commémoratif différent de la plupart
d’expositions. Il y a donc bien une langue internatio- des autres pays.
nale que peuvent pratiquer les scientifiques du monde En insistant sur l’entrée en commémoration, dès l’an-
entier durant cette grande traversée que constitue le née d’ouverture du cycle, en 2014, la France s’est écar-
Centenaire. tée d’un récit commémoratif centré trop exclusive-
Hélas, cet espéranto mémoriel n’existe pas pour les res- ment sur les événements militaires de la Grande
ponsables nationaux en charge des commémorations. Guerre.
Je l’ai rappelé, ces derniers multiplient les échanges en Notre conseil scientifique, présidé par l’historien
amont de la commémoration, puis cessent soudain Antoine Prost, a bien identifié la nécessité de promou-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine


leurs échanges pour se concentrer sur l’exécution de voir un centenaire sociétal, porté par tous et porteur
leurs partitions nationales, qui demeurent leurs respon- de la mémoire sociale de la guerre de 1914-1918.
sabilités ultimes. L’acte I de la commémoration en France a consisté
Si je devais caricaturer un peu notre travail je dirais ainsi à rappeler le choc du basculement dans la guerre
ainsi ceci : on se cherche en amont, dans le but de regar- pour l’ensemble de la société française, militaire et
der un peu ce que fait le voisin, on multiplie les échanges civil, villes et campagnes, hommes et femmes, terri-
d’information afin de bien vérifier que nous n’oublions toires du front et de l’arrière, etc. Le Centenaire en
rien, nous procédons à des ajustements et après, nous France a été porté par toute la société et c’est la raison
nous tournons le dos pour nous concentrer sur la mise pour laquelle Antoine Prost, qui a également présidé la
en œuvre de nos programmes respectifs. Nous ne nous commission de labellisation de la Mission du Cente-
revoyons qu’à l’occasion des grands événements, des naire, a estimé qu’il « venait d’en bas ».
cérémonies principalement. J’ai proposé de résumer cela dans la notion de « modèle
Pour finir sur une note un peu plus positive, je dirais sociétal » de commémoration, en opposition aux récits
toutefois que les échanges officiels entre responsables commémoratifs adossés principalement sur les événe-
nationaux encouragent les coopérations internatio- ments militaires des nations belligérantes. Si on ajoute
nales initiées par d’autres acteurs tels que les universi- à cela le fait que l’Allemagne a partagé très largement
tés, les collectivités locales, les musées, les écoles ou les ce modèle commémoratif – décentralisé, sociétal et
fédérations sportives. Les grandes expositions, les pro- animé par des acteurs culturels – on pourrait aussi le
jets de recherche, les projets éducatifs bilatéraux ou qualifier de « continental », en opposition au modèle
internationaux ont été conçus et portés par ces acteurs. retenu par les pays du Commonwealth.
C’est à ce niveau-là, chez des opérateurs professionnels Ces derniers, après de réelles interrogations, ont en
ou spécialisés, que les principales dynamiques interna- effet accepté de ne pas ignorer l’année 2014, mais ont
tionales du Centenaire se sont in fine opérées. néanmoins conçu majoritairement des récits commé-
Au plan bilatéral, ce sont les opérateurs culturels et moratifs organisés comme une progression vers la
scientifiques qui ont porté 90% des coopérations inter- commémoration de la victoire finale, en 2018. En
nationales. Pour sa part, la Mission du Centenaire a outre, les grandes dates qui jalonnent leur récit mémo-
souhaité prolonger son action à l’étranger grâce au riel sont principalement des batailles – défaites ou vic-

176
Mémoires nationales et projets internationaux dans le Centenaire de la Grande Guerre. Un premier bilan.

toires – ou des dates de départ de contingents de leurs Comment expliquer-vous l’absence ou la


pays d’origine3. quasi-absence, le silence des institutions
Si le centenaire allemand a mis du temps à émerger et européennes sur ce centenaire de la Grande
surtout à être correctement déchiffré par ses exégètes, Guerre ?
allemands et français, il comporte en définitive de très
fortes affinités avec l’acte I du centenaire français en Je constate que les historiens et les intellectuels de façon
2014. La première singularité du centenaire français a plus générale ont été nombreux à critiquer l’absence de
donc été de marquer fortement la première année du geste fort des institutions européennes en 2014. Afin
cycle commémoratif et de privilégier un récit multidi- d’être juste, il faut préciser de quelles institutions nous
mensionnel, porté par l’ensemble des acteurs sociaux. parlons. Peu d’observateurs ont en effet relevé la
La deuxième caractéristique du centenaire français discrétion du Conseil de l’Europe, qui aurait pu jouer un
est d’avoir été porté et relayé par une multiplicité d’ac- rôle important. Cette institution comporte en effet
teurs, et non pas seulement par l’Etat. Le centenaire de parmi ses membres la Russie et la Turquie, ce qui est
la Première Guerre mondiale est une commémoration loin d’être négligeable lorsqu’on parle de commémora-
où les médias ont joué un rôle déterminant, plus signi- tion européenne.
ficatif encore que pour les précédents anniversaires Toutefois, c’est sur l’Union européenne que sont concen-
décennaux. Les grands médias ont été producteurs de trées les critiques, sans doute eu égard au rôle de « fai-
contenus culturels qui ont animé, toute l’année, la seur de paix  » qui est attribué à cette organisation
grande saison inaugurale du Centenaire. depuis sa création.
C’est aussi la première commémoration à la faveur de L’écrivain Pierre Lemaître, prix Goncourt 2013 avec son
laquelle les collectivités territoriales ont accepté, de roman « Au revoir là-haut », a exprimé de façon très élo-
façon aussi explicite, de prendre le relais de l’Etat  : le quente cette critique au mois de juin 2014 dans les
mémorial international de Notre Dame de Lorette (l’an- colonnes du quotidien Le Monde4. Pour lui, l’Europe
neau de la mémoire) inauguré par le Chef de l’Etat le 11 aurait dû être en capacité, malgré ses héritages pluriels
novembre 2014 était un ouvrage entièrement conçu et et contradictoires, de commémorer la Grande Guerre.
financé à plus de 80% par la Région Nord-pas de Calais. Cette absence traduit selon lui l’échec de l’Europe poli-
Dans leur très grande majorité, les projets labellisés et tique et le repli identitaire des peuples européens,
soutenus par la Mission du Centenaire étaient initiés parallèlement à une crise de l’idée européenne.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine


ou soutenus par des collectivités territoriales. En réalité, l’Europe n’a pas été absente ni silencieuse
Si les collectivités étaient naturellement très engagées durant le Centenaire. Elle a simplement été inaudible.
dans leurs grands rendez-vous mémoriels par le passé, Le 16 avril 2014, le parlement européen a consacré, en
jamais elles n’avaient été aussi massivement et précoce- session plénière, un débat à la commémoration de la
ment engagées dans la préparation d’une commémora- Première Guerre mondiale5. Se sont exprimés à cette
tion. C’est en effet dès 2008 que la Région Nord Pas-de- occasion Martin Schultz, président du Parlement euro-
Calais ou le Conseil général de la Meuse ont mis en péen, Evangelos Venizelos, ministre grec des affaires
place des structures administratives pour préparer le étrangères représentant le Conseil (la Grèce assure alors
Centenaire, soit six ans avant le début officiel de la com- la présidence de l’UE), José Manuel Barroso, président
mémoration. Si on regarde enfin le niveau des investis- de la Commission européenne,  et plusieurs ténors du
sements consentis par les collectivités locales pour pré- Parlement tels que Guy Verhofstadt, Joseph Daul, Daniel
parer le Centenaire, force est de constater, là aussi, une Cohn-Bendit, Nigel Farage ou Gabriele Zimmer.
évolution forte au regard de la situation qui prévalait Le 26 juin 2014, sous la houlette de son président fla-
lors des précédents anniversaires. Pour la seule année mand, Herman Van Rompuy, le Conseil européen s’est
2014, Atout France a répertorié près de 100 millions exceptionnellement délocalisé pour un jour à Ypres,
d’euros d’investissements des collectivités locales pour ville martyr de la Grande Guerre. Les chefs d’Etat et de
la remise à niveau ou la création d’infrastructures Gouvernement participent à cette occasion à une céré-
mémorielles en lien avec 14-18. monie commune6 et à un dîner à l’hôtel de Ville7. Cette
Enfin, le centenaire de la Première Guerre mondiale initiative, emblématique et significative, passe totale-
s’est organisé pour la première fois comme une grande ment inaperçue en France.
saison culturelle. La somme d’événements culturels, Deux jours plus tard, à Sarajevo, le 28 juin 2014, se
scientifiques et pédagogiques proposés depuis la fin de déroule une commémoration dont la France a été le
l’année 2013, sur l’ensemble du territoire national, est moteur et dont l’Union européenne est un important
sans équivalent à l’étranger. Le choix de proposer une bailleur de fonds. Le projet «  Sarajevo cœur de l’Eu-
concentration d’événements en 2014 a produit un « effet rope8  » est en effet un projet devenu dès 2012 euro-

...
volume » significatif. C’est aussi un élément qui nous péen, financé par des crédits européens et qui aspire à
distingue de nos voisins et principaux partenaires. réunir les responsables européens.

Matériaux pour l’histoire de notre temps


n°113-114 // Année 2014 177
Mémoires nationales et projets internationaux dans le Centenaire de la Grande Guerre. Un premier bilan.

... Pour des raisons aussi triviales que complexes, aucun Quels sont pour vous les axes forts du
dirigeant politique européen de premier plan ne fait le centenaire 2014 en France ?
déplacement à Sarajevo9. Sur place, la parole politique
des responsables européens s’efface devant les notes Je l’ai souligné, la force du Centenaire en France en
de musique de l’orchestre philarmonique de Vienne 2014 a été son appropriation par les Français, qui ont
qui donne un concert exceptionnel, le 28 juin, dans la souhaité être acteurs et non simplement spectateurs
bibliothèque reconstruite de Sarajevo. C’est l’image qui de la commémoration.
fait le tour de l’Europe. C’est à partir de leurs souvenirs personnels, familiaux,
On le voit à travers ces quelques exemples, l’Union et de leurs ancrages territoriaux, que les Français ont
européenne n’a pas été absente des commémorations participé à la commémoration. La vitalité commémo-
de la Première Guerre mondiale. On peut également rative que nous avons rencontrée, partout en France
constater que les plus hautes instances de l’Union – nous a surpris. Nous l’avons accompagné, parfois
Conseil, Commission, Parlement européen – ont été encouragé.
associées à ces commémorations. L’implication du monde culturel et des médias dans le
Pourtant, le sentiment général est que l’Europe s’est Centenaire en 2014 a également été un axe fort. Je ne
tue durant les commémorations de l’année 2014, ratant m’attendais pas à cette somme de publications, d’expo-
par là-même une occasion de se faire entendre et de sitions, de productions audiovisuelles et de colloques
relayer un message politique important pour l’Europe. scientifiques durant cette première année de commé-
Il est difficile d’expliquer ce décalage entre les actes et moration.
la perception du grand public. Plusieurs facteurs Le Centenaire a eu également un réel écho au sein du
peuvent-être avancés. monde scolaire. Nous en sommes très satisfaits.
En premier lieu, le Parlement européen était en cam-
pagne au printemps 2014. Le 28 juin 2014, au moment
de la date anniversaire de l’assassinat de François-Fer- Quels sont vos regrets pour cette année ?
dinand, le nouveau parlement élu le 22 mai 2014 n’était
pas encore officiellement en fonction. Il a manqué à cette année d’ouverture un geste artis-
On peut s’étonner de l’absence d’initiative forte de la tique fort à l’image de l’installation de Tom  Piper  et
part de la Grèce, pays belligérant de la Grande Guerre, Paul Cummings dans les douves de la Tour de Londres,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine


qui assurait la présidence de l’Union européenne en Grande-Bretagne.
durant le premier semestre 2014. Sans doute, l’agenda Cette image, bouleversante et dérangeante, a fait le
domestique et les priorités diplomatiques de la Grèce tour du monde. Plus de quatre millions de personnes
se portaient ailleurs que sur les sentiers mémoriels de se sont pressées pour la voir et les 888 246 coquelicots
la Première Guerre mondiale. de céramique plantés depuis le mois de juillet 2014
(correspondant au nombre de tués britanniques dans
Le Conseil européen aurait-il pu – dû  ? – se réunir la Grande Guerre) ont tous trouvé un acheteur, pour la
symboliquement à Sarajevo au lieu de se rendre à modique somme de 25 livres sterling. Les sommes col-
Ypres le 26 juin ? D’immenses difficultés logistiques se lectées financeront les associations d’anciens combat-
seraient dressées face à une telle initiative. En outre, tants. Tout est réussi dans ce projet.
des problèmes politiques beaucoup plus complexes En France, le ministère de la Culture et de la Commu-
auraient surgi si les questions matérielles avaient pu nication s’est peut-être insuffisamment investi au
être surmontées : divisions politiques locales, absence plan de la création artistique dans le Centenaire, lais-
de progrès de la Bosnie-Herzégovine dans sa marche sant les collectivités territoriales et les établissements
vers l’adhésion à l’UE, fantômes européens des guerres publics dont il assure la tutelle jouer les premiers rôles.
en ex-Yougoslavie, etc. La Bibliothèque nationale de France, le Centre Pompi-
Ces éléments rendaient impossible une présence poli- dou-Metz, le Louvre-Lens ou la Cité de la Musique ont
tique au plus haut niveau de l’Europe à Sarajevo le 28 ainsi produits de superbes expositions et des cycles
juin 2014. Pourtant, c’est sans doute ce geste impos- thématiques qui feront date. On peut citer, à titre
sible et paradoxal, déraisonnable et audacieux, qui d’exemple, les Rencontres de la photographie d’Arles,
aurait marqué la commémoration du Centenaire d’une qui ont accueilli une exceptionnelle exposition de pho-
empreinte européenne forte et indélébile. L’Europe a tographies sur les monuments aux morts, collectées
sans doute raté ici un rendez-vous historique avec elle- auprès des particuliers10.
même. D’autre part, l’anneau de la mémoire de Notre Dame de
Lorette, geste fort et emblématique du Centenaire, a
été porté par la Région Nord-Pas de Calais. Le minis-
tère de la Culture et de la Communication n’a pas été

178
Mémoires nationales et projets internationaux dans le Centenaire de la Grande Guerre. Un premier bilan.

associé à ce projet architectural majeur pour lequel


l’architecte Philippe Prost, sélectionné à l’issue d’une
Notes
consultation internationale, a pourtant été récem- 1.  < http://centenaire.org/fr/dans-le-monde/seminaire-ministeriel-
international-sur-le-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale >
ment primé11. 2. < http://centenaire.org/sites/default/files/references-files/
L’engagement de la rue de Valois dans le Centenaire a conclusions_de_la_presidence-sim-18_10_2013v2.pdf >
3. L’Australie a commémoré le 1er novembre 2014 le départ de ses
été unilatéralement tourné vers les archives12, alors premiers volontaires depuis Albany, sur la côte occidentale.
qu’il est le ministère de tous les patrimoines et de la 4. Voir la tribune de l’écrivain publiée dans le Monde du 1er juillet
2014 sur le site du Monde.fr : < http://www.lemonde.fr/idees/
création artistique.
article/2014/07/01/l-europe-en-ordre-disperse_4447304_3232.
Il faut ainsi souhaiter que la France soit en mesure de html >
proposer, en 2018, un acte créatif du même retentisse- 5. <http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/
content/20140415STO44548/html/Centenaire-de-la-Grande-
ment que celui de la Tour de Londres. Guerre-ne-tenez-jamais-la-paix-pour-acquise >
L’autre regret concerne l’ouverture européenne du 6. Les chefs d’Etat et de Gouvernement européen ont participé à
la cérémonie dite du Last Post à la porte de Menin, l’équivalent
Centenaire à Sarajevo. Je me suis déjà exprimé sur le belge du ravivage de la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de
rendez-vous en demi-teinte de Sarajevo, le 28 juin triomphe.
7. V oir détails sur le portail de l’UE :< http://www.european-council.
201413. J’ai pensé que la puissance du symbole vien-
europa.eu/media/1406127/20140620-ypres-information-note.pdf >
drait à bout de toutes les difficultés et de toutes les 8. Voir le dossier consacré au projet : < http://centenaire.org/fr/
résistances. Je me suis trompé. L’événement culturel dans-le-monde/europe/bosnie-herzegovine/sarajevo-coeur-de-
leurope >
européen que nous avons proposé n’a pas eu le rayon- 9. La France et l’Allemagne marquent leur solidarité en organisant
nement ni le soutien qu’il méritait. n un déplacement conjoint de leurs secrétaires d’Etat aux affaires
européennes, M. Harlem Desir et M. Michael Roth.
10. Voir le site des Rencontres d’Arles : < http://www.rencontresarles.
com/C.aspx?VP3=CMS3&VF=ARLO62_3&VBID=2UN7RT2RNF&
IID=2UN7A203QU&PN=1 >
11. Philippe Prost a été récompensé le 28 novembre 2014 du prix
équerre du groupe Moniteur, dans la catégorie culture, jeunesse
et sports.
12. Le ministère de la Culture a porté le projet « Grand mémorial » à
travers le service interministériel des archives de France (SIAF).
Voir < http://www.culture.fr/Genealogie/Grand-Memorial >
13. V  oir : < http://www.lejdd.fr/Societe/Verdun-un-totem-et-un-
tabou-699548 >
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 191.191.51.159 - 22/04/2020 06:54 - © La contemporaine

Matériaux pour l’histoire de notre temps


n°113-114 // Année 2014 179