Vous êtes sur la page 1sur 4

SOICHIRO HONDO, RÉSIDENT DE

HONDA MOTOR COMPANY


( A T R AV E R S L E S C U LT U R E S )

I - TEXTE DU CAS

M. Honda a donné naissance à une affaire de 5 milliards de dollars en faisant pièce aux
célèbres planificateurs officiels japonais et en créant une « culture d’entreprise » fondée sur la
créativité et non sur l’obéissance. Nombre de sociétés japonaises sont financièrement aidées
par le ministère japonais du Commerce international et de l’Industrie (MITI). Après la Seconde
Guerre Mondiale, Honda voulait commencer à fabriquer des motocyclettes, mais le MITI
pensait que cette stratégie « frisait la folie » il s’y lança néanmoins. Quelque 15 ans plus tard,
le MITI tentait de bloquer sa décision d’entrer dans l’industrie de l’automobile, sous prétexte
que le Japon avait besoin de réduire et non d’accroître le nombre de la fabricants
d’automobiles.

Honda a connu la réussite malgré ces obstacles politiques parce qu’il maîtrisait le marché.
Il possède la foi classique du chef d’entreprise qui croit qu’une petite firme, si elle agit avec
conviction dans une seule et même direction, peut l’emporter sur des compagnies plus
puissantes et même sur des gouvernements. Ses propres directeurs du marketing lui avaient dit
que les Américains n’achèteraient jamais de motos fabriquées au Japon. Il leur avait alors
demandé : « Comment faire pour concevoir et mettre en vente une moto que les Américains
achèteront ? »

Il ne dépensa pas d’argent à multiplier les études de marché, préférant se fier à son
intuition. C’est ce genre de réflexion qui a fait voler en éclats toutes les idées existantes en
matière de transport et a permis à Honda de prendre pied sur le marché de la motocyclette,
qu’il domine aujourd’hui. Les fabricants américains, comme Harley-Davidson, continuaient à
produire de grosses et puissantes machines. Honda était convaincu que l’acheteur moyen ne
souhaitait pas posséder un gros engin mais plutôt une machine moins encombrante, facile à

1
transporter et amusante à conduire. Il demanda : « Comment modifier une motocyclette pour
qu’elle puisse tenir dans une voiture ? » Il était persuadé que nombre de personnes éprouvaient
le désir naturel de se rendre dans des endroits reculés où le poisson mord et où la faune
sauvage abonde : selon lui, une marque de motocyclettes représentait une formidable invitation
au départ.

Il a appliqué le même raisonnement à l’industrie de l’automobile. Au lieu de faire vanter


ses propres qualités de constructeur par les agences publicitaires. Honda décida d’acquérir et
de manifester ces qualités. Il s’acharna à faire produire par son entreprise la voiture équipée de
la meilleure mécanique et la mieux construite du monde, compte tenu du prix. En fait, il était si
obsédé par la qualité qu’il lui arrivait parfois de hurler après les ouvriers à propos du moindre
défaut. Ses employés le surnommaient « M. Tonnerre ». Pourquoi était-il si exigeant ? « Nous
ne vendons pas des vêtements ou des fanfreluches. Nous vendons des produis qui peuvent
affecter l’existence de nos clients. Si une petite chose comme un boulon ou un écrou se
déglingue, c’est une vie qui pourrait être mise en danger ».

Honda se décrit lui-même comme un individualiste. Il a bâti sa firme en s’appuyant sur


d’autres individualistes. Par exemple, le département de recherche et de développement a été
mis sur pied de telle façon que les jeunes créateurs puissent y exploiter leurs idées sans que les
autres managers interviennent. Dans ce département, les ingénieurs travaillent sur leurs propres
idées, et non sur quelque projet destiné à améliorer la production. Ce n’est par l’argent qui
compte ; seule la possibilité donnée à ces ingénieurs de travailler librement, dans un climat
semblable à celui du milieu universitaire, est cruciale pour que des innovations soient menées à
bien. De même, Honda s’interdit depuis plus de dix ans d’assister aux réunions du conseil
d’administration : il est en effet convaincu que cette assemblée doit prendre ses décisions en
toute indépendance10.

Travail à faire :

Lire attentivement le cas.


En vous inspirant des documents annexés, mais aussi de vos recherches sur Internet, procéder
à une analyse du cas.

2
Annexes:

Annexe 1. Cas HONDA .

Indices du style de comportement pour une personne du style sensation et une personne du
type intuition
Caractéristique du style Type sensation Type intuition

L'action, parvenir à la
Les idées, les concepts, les
réalisation des choses, voir
Accent mis sur théories, l'innovation, la
rapidement les résultats des
réflexion à long terme
efforts

Orientation vers Le présent L'avenir

Des possibilités à l'infini,


Des résultats rapides, faire
chercher des solutions aux
Sources de satisfaction aboutir les choses, résultats des
problèmes, sans trop s'intéresser
efforts, se sentir responsable
à leur application

Pragmatique, sûr de soi, directif,


Original, imaginatif, créateur,
tourné vers des résultats,
Points forts idéaliste, intellectuellement
objectif, fonde ses opinions sur
tenace, idéologique
ce qui est réellement observé
Manque de perspectives,
cherche le prestige, agit avant de Irréaliste, fantaisiste, éparpillé,
Points faibles (si le style est
réfléchir, manque de confiance tortueux, déphasé, dogmatique,
trop poussé)
dans les autres, dominateur, aucun sens pratique
arrogant.

3
Annexe 2. Cas HONDA .

Indices du style de comportement pour une personne du style sentiment et une personne du
type pensée
Caractéristique du style Type pensée Type sentiment

La logique, l'organisation, L'interaction humaine, les


Accent mis sur
l'analyse, l'enquête systématique sentiments. Les émotions

Orientation vers Le passé, le présent, le futur Le passé

Voir l'application d'une solution


à un problème, chaque chose "lire entre les lignes", le contact
Sources de satisfaction
bien organisée ou social
méthodiquement analysée
Communicateur efficace, Spontané, persuasif,
réfléchi, prudent, pèse les compréhensif, attaché aux
Points forts différentes solutions, élément valeurs traditionnelles, qualités
stabilisateur, objectif, rationnel, d'introspection, tient compte des
analytique. sentiments des autres, loyal
Impulsif, manipulateur,
Verbeux, indécis, trop prudent,
personnalise à l'excès,
Points faibles (si le style est trop analytique, froid, sans
sentimental, ajourne les
trop poussé) dynamisme, maîtrisé et
questions, se sent coupable,
répressif, trop sérieux, rigide.
suscite le conflit, subjectif.