Vous êtes sur la page 1sur 88

République Algérienne Démocratique et

Populaire
Ministère de L’Enseignement Supérieur et
de la Recherche Scientifique

Université de Saida Dr. Moulay Tahar


Faculté de la technologie

Polycopié de Cours

Physique 2
Chapitre1-Electrostatique
1èr annéeTronc Commun

Dr. BENHALIMA NADIA

1
Université de Saida Dr. Moulay Tahar
Faculté de la technologie
Tronc Commun
Physique II-Chapitre 1- Electrostatique
2019-2020 Dr. BENHALIMA
NADIA

‫ وزدني‬،‫ وانفعني بما علمتني‬،‫اللهم علمني ما ينفعني‬

ً‫علما‬
Electrostatique : Etude des interactions
électriques chargées immobiles
("statiques")

I.1. Charge électrique 04


I.1.1. Répartition des charges 05
I.1.1.1. Distribution discrète (discontinue) 05
I.1.1.2 .Distribution continue 05
I.1.1.3. Applications 06
I.2. Loi de Coulomb 07
I.2.1. Principe de superposition 09
I.2.2. Distribution discrète (ponctuelles) 10
I.2.3. Distribution de charge continue 11
I.2.4. Applications
2019-2020
I.3. Champ électrostatique
12
19
I.3.1. Champ électrostatique crée par une charge ponctuelle 19
I.2.2. Champ électrostatique crée par distribution de charges ponctuelles 20
I.3.3. Champ électrostatique crée par une distribution de charge contine 21

2
I.3.4. Topographie du champ électrique 22
I.3.5. Applications 25
I.4. potentiel électrostatique 35
I.4.1. Potentiel et champ électrostatique 36
I.4.2. Potentiel électrostatique créé par une charge ponctuelle 37
I.4.3. Potentiel crée par un ensemble de charges ponctuelles 40
I.4.4. Potentiel crée par une distribution de charge continue 40
I.4.5. Relation entre⃗E et V 41
I.4.6. Surfaces équipotentielles et lignes de champ 41
I.4.7. Energie potentielle électrostatique 43
I.4.8. Relation entre⃗ E ,V et E P
F ,⃗ 44
I.4.9. Pouvoir des pointes 45
I.4.10. Application 45
I.5. Flux électrostatique et Théorème de Gauss 55
I.5.1. Notion de flux 55
I.5.2. Théorème de Gauss 59
I.5.3. Théorème de Gauss et Théorème Coulomb 60
I.5.4. Applications du théorème de Gauss 61
I.5.4.1. Champ électrique produit par une tige de longueur infinie uniformément 61
chargée
I.5.4.2. Champ électrique produit par un plan infini chargé uniformément 62
I.5.4.3. Champ électrique produit par une sphère pleine chargée uniformément 62
I.5.4.4. Applications 64
I.I.6.Conducteurs en équilibre électrostatique 66
I.6.1.Équilibre électrostatique d’un conducteur 66
I.6.2. Propriétés d’un conducteur en équilibre électrostatique 66
I.6.3. Propriété d’un conducteur chargé en équilibre électrostatique 67
I.6.4. Lignes de champs 68
I.6.5.Champ électrostatique au voisinage immédiat de la surface d’un 68
conducteur chargé en équilibre électrostatique
I.6.6.Pression électrostatique 71
I.6.7. Influence partielle 71
I.6.8. Influence de deux conducteurs chargés 71
I.6.9. Influence totale 72
I.6.10.Application 72
I.7.Capacité d’un conducteur et d’un condensateur 74
I.7.1.Capacité d’un conducteur 74
I.7.2. Condensateur 75
I.7.3. Capacités de quelques condensateurs simples 75
I.7.3.1. Condensateur plan 75
I.7.3.2. Condensateur cylindrique 76
I.7.3.3. Condensateur sphérique 77
I.7.4. Associations de condensateurs 77
I.7.5. Energie stockée 78
I.8.Exercices 79
Bibliographie 87

3
I.1. Charge électrique
La charge est une propriété de la matière qui lui fait produire et subir des effets électriques et
magnétiques. On distingue :
 l'électrostatique qui est l'étude des effets électriques créés par des charges au repos
(immobiles)
 l'électromagnétisme qui est l'étude des phénomènes électriques et magnétiques (les
phénomènes magnétiques impliquent généralement des charges électriques en
mouvement).
On distingue deux types de charges électriques : les charges positives et les charges négatives.
L'expérience montre clairement que :
 La charge électrique est quantifiéeQ=neavec n entier et
e=q p=−qe ≃ 1.602 10−19 C
 les charges de même signe se repoussent

4
 les charges de signes contraires s'attirent

 L'unité de la charge électrique est le coulomb (C)


 La charge électrique n'existe qu'en quantités discrètes : elle est quantifiée.
 La charge totale d'un système isolé reste constante
I.1.1. Répartition des charges
I.1.1.1. Distribution discrète (discontinue)
Dimensions négligeables par rapport aux distances entre les charges (la distance entre les
charges tend vers 0).
I.1.1.2 .Distribution continue
Distributionlinéique
dq C
La chargeQ est répartie sur un fil de longueur Lavec une densité linéique , λ=
dl

m ( )
{dq=λ . dl → Q=∫ λ . dl
siλ=cte → Q=λ . L
Distribution surfacique
dq C
La chargeQ est répartie sur une surface S avec une densité surfaciqueσ =
dS
→ 2
m ( )
{dq=σ . ds →Q=∬ σ . ds
siσ=cte →Q=σ . S
Distribution volumique
dq C
La charge Q est répartie dans un volume V avec une densité volumique ρ=
dV
→ 3
m ( )
5
{ dq=ρ . dv → Q=∭ ρ . dv
siρ=cte → Q=ρ . V

I.1.1.3. Applications
Applications 1

Un fil de longueurL=50 cm  est chargé uniformément d'une charge Q=1 μC .Quelle est la


densité linéique de chargesλ  portée par le fil ?

dq C
( )
{ λ=
Q
=
10
λ=

L 50.10−2
dl
−6

m
=2. 10−6 C . m−1

Applications 2

Une sphère de rayon R=10 cm porte une chargeQ=1 μC répartie uniformément. Quelle est la
densité de charges surfaciqueσ   portée par la sphère ?

dq C

{ ( )
σ=
→ 2
ds m
−6
Q Q 10
σ= = 2
= 2
=8. 10−6 C . m−2
S 4 π R 4 π ( 10 )
−2

Applications 3

Un cylindre de hauteur h=10 cm et de rayon R=1cm   , contient une chargeQ=1 pC répartie


uniformément. Quelle est la densité de charges volumique ρ contenue dans le cylindre ?

dq C

{ ( )
ρ= → 3
dv m
−12
Q Q 10
ρ= = 2
= 2
=3.10−8 C . m−3
V π R h π ( 10 ) . 10
−2 −1

Applications 4
r2
(
Soit une sphère de rayon R dont la distribution de charge volumique ρ=ρ0 1−
R2).

Ou ρ0 =Cte
Calculer la charge totale q dans la sphère.
dq=ρ dV
r2
dq=ρ0 1−( R2 )
dV

6
4
V = π r 3 →dV =4 π r 2 dr
3
r2
(
dq=ρ0 1−
R 2 )
4 π r 2 dr

R
r2
( )
∫ dq=∫ ρ0 1− R2 4 π r 2 dr
0

R
r2 2
q=4 π ρ 0 ∫( ) 1−
R2
r dr
0

R R
r4
q=4 π ρ 0
[
∫r
0
2
dr −∫
0 R2
dr
]
R
r3 r5
q=4 π ρ 0 − 2
3 5R [ ]
0

3 5
R R
q=4 π ρ 0 ( −
3 5 R2 )
R 3 R3
( )
q=4 π ρ 0
3

5
3 3
5 R −3 R
q=4 π ρ ( 0 )
15
3
2R
q=4 π ρ (
15 )
0

8 π ρ 0 R3
q=
15

7
I.2. Loi de Coulomb
Soient deux charges ponctuellesqetq 'séparées par une distancer. 
Coulomb, par analogie avec la loi d'attraction universelle, a proposé.

' '
1 qq qq
F qq =
⃗ '
2
u⃗ =K 2 u⃗
4 π ε0 r r
F qq :Laforce exercée par la chargeq ' sur la chargeq
⃗ '

F q q : La force exercée par la chargeq sur la charge q '


⃗ '

D’après le principe de l’action et de la réaction


F qq =−⃗
⃗ Fqq ' '

q q'
F
⃗ =
' − F
⃗ → F
‖ qq‖ ‖ qq ‖ qq =K
' =F q q ' '

r2
 k est une constante qui dépend du milieu où se trouvent les deux charges. Dans le vide

2
1 9 Nm
(pratiquement même dans l’air), sa valeur est K= =9. 10
4 π ε0 C2
1
 où ε 0 est la permittivité du vide :ε 0= 2
→ C=3.10 8 m . s−1
4πC
8
 où u⃗ est un vecteur unitaire porté par l’axe AB et dirigé de A vers B.
 si q .q '> 0, l’interaction est une répulsion
 si q .q '< 0, l’interaction est une attraction

 Cette loi est vérifiée aussi bien dans le domaine macroscopique que dans le domaine
microscopique( r >10−12 m ).
 Cette loi est valable aussi pour des charges non ponctuelles séparées par des distances
r très grandes devant les dimensions des charges.
 Cette loi n’est valable que pour des charges au repos (q et q ' immobiles, sinon
apparition des forces électromagnétiques).
I.2.1. Principe de superposition
Soit trois charges placées dans le vide aux points P1, P2et M .

la résultante des forces exercées surq sera :


⃗F =⃗
Fqq + ⃗
1
Fq q
2

1 q q1 1 q q2
F=
⃗ u⃗ 1 + u⃗
2
4 π ε0 r 1 4 π ε 0 r 22 2

9
r 1=‖⃗
P1 M ‖

{
P1 M

P1 M =‖⃗
⃗ P1 M ‖. ⃗u1 → ⃗u1= ⃗
‖P1 M‖
r 2=‖⃗ P2 M ‖
P M

P2 M ‖. ⃗u2 → u⃗2= 2
P 2 M =‖⃗

P2 M ‖
‖⃗
1 q q1 ⃗ P1 M 1 q q2 ⃗ P2 M
F=
⃗ 2 ⃗
+ 2 ⃗
4 π ε 0 ‖⃗
P1 M ‖ ‖P1 M‖ 4 π ε 0 ‖⃗
P2 M ‖ ‖P 2 M ‖
q q1 ⃗ P1 M q q2 ⃗P2 M
F=
⃗ 3
+ 3
4 π ε 0 ‖⃗
P1 M ‖ 4 π ε 0 ‖⃗
P2 M ‖

I.2.2.Distribution discrète(ponctuelles)
Un ensemble de charges q 1 , q 2, q 3 … q n exercent sur une charge q des forces :
1 q qi
F i=
⃗ ⃗u
4 π ε 0 r 2i i

la résultante des forces exercées sur q sera ;


1 q q1 1 q q2 1 q q3 1 q qn
F=
⃗ u⃗ 1 + u⃗ 2 + u⃗ 3 +… .+ ⃗u
2
4 π ε0 r 1 2
4 π ε0 r 2 2
4 π ε0 r 3 4 π ε 0 r 2n n
n n
q qi
F =∑ ⃗
⃗ F i= ∑ u⃗
i=1 4 π ε 0 i =1 r 2i i
n n
q ⃗PM
F =∑ ⃗
⃗ F i= ∑ qi i 3
i=1 4 π ε 0 i =1 ‖⃗
Pi M ‖

I.2.3.Distribution de charge continue

10
Distribution de charge linéique
La force élémentaire exercée par la charge élémentaire dq sur la charge q est :
q dq
d⃗
F= u⃗
4 π ε0 r2
q dq
F=
⃗ ∫ ⃗u
4 π ε0 r 2
dq
λ= → dq=λ dl
dl
q λ dl
F=
⃗ ∫ u⃗
4 π ε0 r2
q pM

F=
⃗ ∫ λ dl
4 π ε0 PM ‖
‖⃗ 3

qλ pM

F=
⃗ ∫ dl
4 π ε0 PM ‖
‖⃗
3

Distribution de charge surfacique


q dq
d⃗
F= u⃗
4 π ε0 r2
q dq
F=
⃗ ∫ ⃗u
4 π ε0 r 2
dq
σ= → dq=σ dS
dS
q σ dS
F=
⃗ ∫∫ u⃗
4 π ε0 r2
q pM

F=
⃗ ∫∫ σ dS
4 π ε0 PM‖
‖⃗
3

qσ pM

F=
⃗ ∫∫ dS
4 π ε0 PM‖
‖⃗
3

Distribution de charge volumique


q dq
d⃗
F= u⃗
4 π ε0 r2
q dq
F=
⃗ ∫ ⃗u
4 π ε0 r 2
dq
ρ= → dq= ρdV
dV
q ρ dV
F=
⃗ ∫∫∫ u⃗
4 π ε0 r2

11
q pM

F=
⃗ ∫∫∫ ρ dV
4 π ε0 PM‖
‖⃗
3

qρ pM

F=
⃗ ∫∫∫ dV
4 π ε0 ‖PM ‖
⃗ 3

I.2.4. Applications

Application1

Quelle est la force s'exerçant entre un proton et un électron situés à une distance de 0.1 Å  .La
force est attractive puisque les charges sont de signe opposé

2
1 q q'
−19
9 ( 1,6.10 )
F= =9.10 . =23. 10−7 N
4 π ε0 r 2
10−112

Application 2
Déterminer la force exercée sur la chargeq 3 de la part des autres charges supposées fixes

F 3=⃗
⃗ F31 + ⃗
F 32
F 3=−F 31 ⃗i + F 32 ⃗j

1 q 3 q1

{
F31=
4 π ε 0 r 23
1 q 3 q2
F 32=
4 π ε 0 r 22

−1 q 3 q 1 ⃗ 1 q3 q2 ⃗
F 3=
⃗ 2
i+ j
4 π ε0 r3 4 π ε 0 r 22
Application 3
Déterminer la force exercée sur la chargeq 3 de la part des autres charges supposées fixes

12
q1=q2=2. 10−6 C
 { q 3=4. 10−6 C

F 3=⃗
⃗ F31 + ⃗
F 32
F 3=( ⃗
⃗ F 31) x + (⃗
F31 ) y + ( ⃗
F 32) x + (⃗
F32 ) y
F 3=( F 31) x i⃗ −( F 31 ) y ⃗j+ ( F32 ) x i⃗ + ( F32 ) y ⃗j

( F 31) x

{cos θ=

sin θ=
F31
( F 31 ) y
F 31
→ ( F31 ) x =F31 cos θ

→ ( F31 ) y =F 31 sin θ

( F 32) x

{cos θ=

sin θ=
F32
( F 32 ) y
F 32
→ ( F32 ) x =F32 cos θ

→ ( F32 ) y =F 32 sin θ

F 3=( F 31) x i⃗ −( F 31 ) y ⃗j+ ( F32 ) x i⃗ + ( F32 ) y ⃗j


F 3=F31 cos θ ⃗i −F31 sin θ ⃗j+ F32 cos θ ⃗i + F 32 sin θ ⃗j


1 q 3 q1

{
F31=
4 π ε 0 r 23
→ F 31=F32=F
1 q 3 q2
F 32=
4 π ε 0 r 22

F 3=F cos θ i⃗ −F sinθ ⃗j+ F cos θ i⃗ + F sin θ ⃗j


F 3=F cos θ i⃗ + F cos θ i⃗


F 3=2 F cos θ i⃗

Application 4

13
On place quatre charges ponctuelles aux sommets ABCD d’un carré de côtéa, et de centreO,
origine d’un repère orthonormé Oxy de vecteurs unitaires e⃗ x ete⃗ y . On donne :
q A=q , q B=−q , qC =−2q et q D =2 q
Déterminer la force exercée sur la chargeq D de la part des autres charges supposées fixes.

la résultante des forces exercées sur q D sera :


F D =⃗
⃗ F DA + ⃗
F DB + ⃗
F DC
F D =⃗
⃗ F DA + ( ⃗
F DB )x + ( ⃗
F DB ) y + ⃗
F DC
F D =−F DA ⃗j + ( F DB )x ⃗i + ( F DB ) y ⃗j+ F DC i⃗

( F DB )x

{ cos θ=

sin θ=
F DB
( F DB ) y
F DB
→ ( F DB ) x =F DB cos θ

→ ( F DB ) y =F DB sin θ

F D =−F DA ⃗j + F DB cos θ i⃗ + F DB sin θ ⃗j+ F DC i⃗


2
cos θ=sin θ= √ → θ=45 °
2

1 qD q A 1 2 qq

{
F DA = =
4 π ε 0 ( DA )2 4 π ε 0 a2
1 qD qB 1 2 qq 2 2 2
F DB= 2
= 2
→ ( DB ) =a +a
4 π ε 0 ( DB ) 4 π ε 0 2 a
1 q D qC 1 2q2q
F DC = =
4 π ε 0 ( DC ) 4 π ε 0 a2
2

F D =−F DA ⃗j + F DB cos θ i⃗ + F DB sin θ ⃗j+ F DC i⃗


14
−1 2 qq ⃗ 1 2 qq 1 2 qq 1 2q2q ⃗
FD=
⃗ j+ cos θ i⃗ + sinθ ⃗j + i
4 π ε0 a 2
4 π ε0 2 a 2
4 π ε0 2 a 2
4 π ε0 a 2
−1 2 qq ⃗ 1 2 qq √ 2 ⃗ 1 2qq √2 ⃗ 1 2q2q ⃗
FD=

2
j+ 2
i+ 2
j+ i
4 π ε0 a 4 π ε0 2 a 2 4 π ε0 2 a 2 4 π ε 0 a2

qq 2 √2 ⃗ 2 √2 ⃗ ⃗
FD=

4 π ε0 a(2
−2 ⃗j+
2 2
i+
2 2
j+4 i )
qq √2 √ 2
FD=

4 π ε0 a 2(−2 ⃗j+ i⃗ + ⃗j + 4 ⃗i
2 2 )
qq 2 2
FD=

4 π ε 0 a2 (( √ ) ( √ ) )
2
+ 4 ⃗i +
2
−2 ⃗j

Application 5
Un fil de section négligeable en forme d’un cercle de centre O et de rayon R placé dans le
planxOy, porte une charge électrique répartie avec une densité linéique λ : 
λ=λ0 sin θ
où λ 0est une constante positive etθ=(⃗
Ox , ⃗
OP ), P étant un point quelconque du cercle. 

1/ Est que la distribution de charge est uniforme ? Justifier


F exercée sur une charge ponctuelle q 0 ( q0 >0 )placée
2/ Calculons les composantes de la force⃗
en O, par l’ensemble de la charge portée par le cercle. 
λ=λ0 sin θ
1/

15
0<θ< π → sinθ> 0 → λ 0 sin θ> 0→ λ> 0

{π <θ<2 π → sin θ<0 → λ0 sin θ<0 → λ>0


θ=0 → sin 0=0 → λ0 sin 0=0→ λ=0
θ=π → sin π =0 → λ0 sin π =0 → λ=0
θ=2 π → sin 2 π =0 → λ 0 sin2 π=0 → λ=0

Donc la distribution n’est plus uniforme

q 0 dq q 0 λ dl q0 λ 0 sin θ dl
d⃗
F= 2
u⃗ → d ⃗
F= 2
u⃗ → d ⃗
F= u⃗
4 π ε0 R 4 π ε0 R 4 π ε0 R2
q 0 λ0 sin θ R dθ
d⃗
F= u⃗
4 π ε0 R2
q 0 λ0 sin θ dθ
d⃗
F= u⃗
4 π ε0 R
u⃗ =⃗ux + u⃗ y
u⃗ =−u x i⃗ −u y ⃗j

ux ux

{cos θ=
u
=
‖⃗u‖ 1
sinθ= y = y
‖u⃗‖ 1
u

16
u⃗ =−cos θ i⃗ −sin θ ⃗j
q 0 λ0 sin θ dθ
d⃗
F= (−cos θ ⃗i −sin θ ⃗j )
4 π ε0 R
−q 0 λ0 sin θ dθ
d⃗
F= ( cos θ i⃗ +sin θ ⃗j )
4 π ε0 R
−q 0 λ0
d⃗
F= [ sin θ cos θ dθ i⃗ +sin θ sin θ dθ ⃗j ]
4 π ε0 R
2π 2π
−q 0 λ0
d⃗
F=
4 π ε0 R [ ∫ sinθ cos θ dθ ⃗i+∫ sin 2 θ dθ ⃗j
0 0
]
Rappel
sin ( a+ b )=sin a cos b+sin b cos a
sin ( a+ a )=sin a cos a+sin a cos a
sin ( 2 a )=2 sin a cos a
sin ( 2 a )
sin a cos a=
2

cos ( a+b ) =cos a cos b−sin a sin b


cos ( a+a ) =cos a cos a−sin a sin a
cos ( 2 a ) =cos2 a−sin 2 a
cos 2 a=cos2 a−sin 2 a … … … … (1 )
{1=cos 2 a+ sin 2 a … … … … … … … ( 2 )

cos 2 a=cos2 a−sin2 a … … … … ( 1 )


{cos2 a=1−sin2 a … … … … … … … ( 2 )

cos 2 a=cos 2 a−sin 2 a →cos 2a=1−sin2 a−sin 2 a


cos 2 a=1−2 sin2 a
2 sin2 a=1−cos 2 a
1−cos 2 a
sin 2 a=
2
2π 2π
−q 0 λ0
d⃗
F=
4 π ε0 R [ ∫ sinθ cos θ dθ ⃗i+∫ sin 2 θ dθ ⃗j
0 0
]
2π 2π
−q 0 λ0
d⃗
F=
4 π ε0 R [∫ 0
sin 2 θ ⃗
2
i +∫
0
1−cos 2 θ ⃗
2
dθ j
]
17
2π 2π
−q 0 λ0 1
d⃗
F=
4 π ε0 R 2 [ ∫ sin2 θ i⃗ + ∫ (1−cos 2 θ ) dθ ⃗j
0 0
]
2π 2π
−q 0 λ0 1
d⃗
F=
4 π ε0 R 2[ ∫ sin2 θ i⃗ + ∫ dθ−cos 2θ dθ ⃗j
0 0
]
2π 2π
−q 0 λ0 1 −cos 2θ
d⃗
F=
[[
4 π ε0 R 2 2 ] [
0
⃗i + θ− sin 2 θ
2 ] ]
0
⃗j

−q 0 λ0 1 −cos 4 π cos 0 ⃗ sin 4 π sin 0 ⃗


d⃗
F=
[[
4 π ε0 R 2 2
+
2
i + 2 π−
] [
2
+
2
j
]]
−q 0 λ0 1 −1 1 ⃗ 0 0
d⃗
F=
[[
+ i + 2 π − + ⃗j
4 π ε0 R 2 2 2 2 2 ] [ ]]
−q 0 λ0 1
d⃗
F= 2 π ⃗j
4 π ε0 R 2
−q0 λ0
d⃗
F= ⃗j
4 ε0 R

18
I.3. Champ électrostatique
I.3.1 Champ électrostatique crée par une charge ponctuelle
On dit qu’il existe un champ électrique en un point donné de l’espace, si une force
F agit sur une charge électrique q 0 ponctuelle placée en ce point.
électrostatique ⃗
F et la charge q 0
E , le rapport entre la force électrostatique ⃗
On appelle champ électrostatique⃗
F
soumise à cette force⃗
F

E=

q0

1 Qq 0

{
F= u⃗

4 π ε0 r2 → ⃗ 1 Q
E= u⃗
F
⃗ 4 π ε0 r2
E=

q0

1 Q 1 Q
E=
⃗ u⃗ → E=
4 π ε0 r 2
4 π ε0 r2
u⃗ est un vecteur unitaire généralement choisi dirigé de Q vers M (point ou l’on veut

19
Déterminer le champ). ε 0est la permittivité électrique du vide.
Dans le système international des unités, le champ électrique est exprimé en par( V . m−1 )
 si q positive, ⃗
E est toujours orienté de la charge vers l’extérieur. C’est un champ
centrifuge.
 Si q est négative, ⃗
E est toujours orienté vers la charge. C’est un champ centripète

Dans le cas d’une charge ponctuelle, les lignes de champ sont des demi-droites qui se coupent
au point où se trouve la charge. Si la charge est positive, le champ est dirigé vers l’extérieur,
on dit qu’il est partant, il en va de même pour les lignes de champ. Le contraire est vrai pour
la charge négative, les lignes de champ convergent vers la charge, le champ dans ce cas est
dirigé vers la charge.

I.2.2- Champ électrostatique crée par distribution de charges ponctuelles


Chaque charge q iplacée en Ai , crée en M un champ ⃗
Ei

20
1 qi
Ei =
⃗ u⃗
4 π ε 0 r 2i i
Ai M

Ai M‖ et u⃗i=
avec r i=‖⃗ . Le champ résultant enM sera:
A i M‖
‖⃗
E =⃗
⃗ E1 + ⃗
E2 + ⃗
E3 +…+ ⃗
En
n n n
1 qi 1 qi ⃗Ai M
E =∑ ⃗
⃗ Ei= ∑ u

2 i
= ∑ 2 ⃗
i=1 4 π ε 0 i=1 r i 4 π ε 0 i=1 ‖⃗
Ai M‖ ‖ Ai M‖
n
1 Ai M

E=
⃗ ∑ qi 3
4 π ε 0 i=1 ‖⃗A i M‖

I.3.3. Champ électrostatique crée par une distribution de charge contine


Ai M

∫ d ⃗E = 4 π1 ε ∫ dq
r 2
⃗u=
1
4πε
∫ dq 3
0 0 Ai M‖
‖⃗
1 dq 1 Ai M

E=
⃗ ∫ 2
u
⃗ = ∫ dq 3
4 π ε0 r 4 π ε0 Ai M‖
‖⃗

Distribution de charges linéïque


1 λdl 1 Ai M

E=
⃗ ∫ 2
u
⃗ = ∫ λdl 3
4 π ε0 r 4 π ε0 A i M‖
‖⃗

Distribution de charges surfacique


1 σds 1 Ai M

E=
⃗ ∫∫ 2
u
⃗ = ∫∫ σds 3
4 π ε0 r 4 π ε0 A i M‖
‖⃗

21
Distribution de charges volumique
1 σds 1 AM

E=
⃗ ∫∫∫ 2
u⃗ = ∫∫∫ σds i 3
4 π ε0 r 4 π ε0 A i M‖
‖⃗
I.3.4. Topographie du champ électrique
 Une ligne de champ est une courbe orientéeà laquelle est tangent, en chacun de ses
points, le champ électrique.
 Plus les lignes de champs s’approchent les unes des autres, plus le champ est fort.
 Les lignes de champ ne peuvent pas apparaître ou disparaître dans le vide.Elles
doivent commencer à une charge positive et se terminer à une charge négative.
 Orientées des charges + vers les charges –

 Définies dans les 3 dimensionsde l’espace.

 Peuvent présenter des symétries et ne secroisent jamais.

22
 Le nombre de ligne qui arrivent ou qui partent d’une charge est proportionnel à la
grandeur de la charge.

 Deux charges opposées à une distancer : dipôle


Lignes de champ produit parun dipôle et quadripôle.

23
 Lignes d’un champ uniforme (il existe entre deux plaques parallèles rapprochées,
portant des charges égales en valeur absolue, mais de signes contraires).

 Les lignes de champ d’un conducteur en pointe.

24
I.3.5. Applications
Application1
E au point M
Déterminer le champ électrique ⃗

EM=⃗
⃗ E1 + ⃗
F 2+ ⃗
E3
E M =E1 i⃗ −E2 ⃗i + E 3 ⃗j

q1 2. 10−6 N
=9.10 9 . =7,2.104

{
E1=k 2 −2 2 C
r ( 50.10 )
q2 9 12. 10−6 4 N
E2=k 2
=9.10 −2 2
=43,2.10
r ( 50.10 ) C
q3 8. 10−6 N
E3=k =9.10 9 =28,8.10 4
r 2 −2 2
( 50. 10 ) C

E M =( E 1−E2 ) ⃗i + E 3 ⃗j

E M =( 7,2. 104 −43,2 .104 ) i+28,8.10


⃗ 4⃗
⃗ j
E M =−36 .10 4 i+28,8.
⃗ ⃗ 104 ⃗j
E M =E x i⃗ + E y ⃗j

E x =−36 .104
{ E y =28,8. 104

E M = ( E x 2+ E y 2 )

2 2 N

E M = (( −36 .104 ) + ( 28,8. 104 ) ) =46,1.10 4
C

25
Application 2
Deux chargesq et −2 q  sont distantes de a  . Le champ⃗
E   peut-il s'annuler en un point du
segment AB ? Si oui, en quel point ?

E M =⃗
⃗ E1 + ⃗
E2
E M =E1 i⃗ + E2 i⃗

E M =( E 1+ E 2 ) i⃗

q1 q

{ E1=k

q
r 2
=k

E2=k 22 =k
r
( AM )
‖−2q‖
( BM )2
2

q 2q ⃗ q 1 2
⃗ ⃗ k
E M =( E 1+ E 2 ) i=
( ( AM ) 2
+k
( BM ))2
i=
( 2
+
4 π ε 0 ( AM ) ( BM )2)⃗i

q 1 2
EM=

( +
4 π ε 0 ( AM ) ( BM )2
2
i⃗
)
E M ne peut s'annuler.

Application 3
Dipôles: Déterminer le champ électrique au pointM , r ≫2 a

26
E M =⃗
⃗ E1 + ⃗
E1
E M =( ⃗
⃗ E 1) x + ( ⃗
E1 ) y + ( ⃗
E 2 )x + ( ⃗
E2 ) y
E M =( E 1) x i⃗ −( E1 ) y ⃗j−( E2 )x ⃗i −( E2 ) y ⃗j

( E 1) Y

{ cos θ=

sin θ=
E1
( E 1)X
E1
→ ( E1 )Y =E 1 cos θ

→ ( E1 ) X =E 1 sin θ

( E 2) Y

{ cos θ=

sin θ=
E2
( E 2)X
E2
→ ( E2 )Y =E 2 cos θ

→ ( E2 ) X =E 2 sin θ

E M =E1 sin θ x i⃗ −E1 cos θ ⃗j −E2 sinθ i⃗ −E 2 cos θ y ⃗j


q1 1 q 1

{
E 1= = 1
4 π ε0 r1 4 π ε 0 ( a + r2 )
2 2

q2 1 q2 1
E 2= 2
=
4 π ε0 r2 4 π ε 2 2
0 ( a +r )

q 1=q 2=q

q 1

{
E 1=
4 π ε0 ( a + r2 )
2
→ E 1=E2=E
q 1
E 2=
4 π ε 0 ( a2+ r 2 )

E M =E sin θ i⃗ −E cos θ ⃗j−E sin θ i⃗ −E cos θ y ⃗j


E M =−E cos θ ⃗j−E cos θ y ⃗j


27
E M =−2 E cos θ ⃗j

E M =E x i⃗ + E y ⃗j

E x =0
{ E y =−2 E cos θ
2 2
E M‖=E M =√ ( E x ) + ( E y )
‖⃗
2 2
E M‖=E M =√ ( 0 ) + (−2 E cos θ )
‖⃗
E M‖=E M =2 E cos θ
‖⃗
q 1
E M‖=E M =2
‖⃗ cos θ
4πε 0 ( a +r 2 )
2

a
cos θ=
√ a + r2
2

q 1 a
E M‖=E M =2
‖⃗ 4πε 0 ( a +r ) √ a +r 2
2 2 2

q 1 a
E M‖=E M =2
‖⃗ 4πε 0 ( a +r 2 )
2
2
1
2 2
(a +r )
1 2q a
E M‖=E M =
‖⃗ 4πε 0
3
( a2+ r 2 ) 2
3 3
2 2 2 2 2 3
r ≫ a→ ( a + r ) =( r ) =r
1 2qa
E M‖=E M =
‖⃗ 4πε 0 r3
2 qaest le moment dipolaire
Remarque
 On appelle dipôle électrique un système de 2 charges de même quantité d'électricité q  
 , de signes opposés distantes deL .

 Le moment dipolaire électrique C’est le vecteur : ⃗pdirigé de – q vers+q .


P=q ⃗L

28
  lignes de champ électrique au voisinage du dipôle partent de la charge +q   et arrivent
à la charge−q  
 Dans SI, p s’exprime en C.m. Cette unité étant très grande on utilise le debye(D) :

1
1 D= . 10−19 C . m
3
 Atomes : ne possèdent pas de moment dipolaire électrique permanent.
 Molécules : peuvent posséder un moment dipolaire électrique permanent.
 Exemple : les molécules diatomiques du même élément (O 2, H2, ...) sont non-polaires.
Par contre, les molécules diatomiques formées de deux espèces atomiques différentes
(HCl, CO, ...) sont polaires.

Application 4
E en pointP. Si on pose dans le point P une charge d’essai déterminé
Détermination le champ ⃗
la direction de la force électrique.
AN :q=1. 10−7 C et a=5 cm

E P= ⃗
⃗ E 1+ ⃗
E 2+ ⃗
E3

29
E P= ( ⃗
⃗ E 1 )x + ( ⃗
E1 ) y + ( ⃗
E 2 )x + ( ⃗
E 2) y + ( ⃗
E3 ) x + ( ⃗
E 3)y
E P=−E 1 ⃗j−( E2 ) x i⃗ −( E 2 ) y ⃗j+ E3 i⃗

( E 2) x

{cos θ=

sin θ=
E2
( E2 ) y
E2
→ ( E2 ) x =E2 cos θ

→ ( E2 ) y =E 2 sin θ

2
cos θ=sin θ= √ → θ=45 °
2
E P=−E 1 ⃗j−E2 cos θ ⃗i −E2 sin θ ⃗j+ E3 ⃗i

q1
q 1 1. 10−7 N
=3,6.10 5

{
E 1=k 22
=k
= 2
r a 4 π ε 0 ( 5. 10 ) −2 C
q q 1 1. 10 −7
N
E2=k 22 =k 2 = =1,8. 105
r 2a 4 π ε −2
0 2 ( 5. 10 ) C
q ‖−2 q‖ 1 2.10−7 N
E3=k 23 =k 2
= =7,2.105
r a 4 π ε 0 ( 5.10 )
−2
C

2 2
E P=−E 1 ⃗j−E2 √ i⃗ −E 2 √ ⃗j+ E3 ⃗i

2 2
√ 2 ⃗j+ −E √ 2 + E ⃗i

(
E P= −E1−E 2
2 ) ( 2
2 3 )
E =(−3,6. 10 −1,8. 10
√ 2 ⃗j+ −1,8. 10 √ 2 + 7,2.10 i⃗
2 ) ( )
5 5 5 5
⃗ P
2

E =(−1,8. 10
√ 2 +7,2. 10 i⃗ + −3,6. 10 −1,8. 10 √ 2 ⃗j
⃗ P
2
5
) ( 5
2 )
5 5

E P=E x i⃗ + E y ⃗j

2 N
E x =−1,8. 105 √ + 7,2.105 =6.105

{ 2
√ 2
E y =−3,6. 105−1,8. 105 =−4.8. 105
2
C
N
C
N
E P‖=E P=√ ( E x 2+ E y 2 )=7,7.105
‖⃗ C
Ey E
tanθ= → θ=tan−1 y =−38,6°
Ex Ex

30
F=q E P

Application 5
Quatre charges ponctuelles positivesq O, q A, q B et q Csont placésdans le vide aux points O, A,
B et C.
OA=OB=a

{ AC =BC=OC
q A =q B =q

1/ Déterminer la force exercé par les chargesq O, q A, q Bsur la chargeq C.


EC crée par les trois chargesq O, q A, q Bau point C.
2/ Quelle est l’expression du champs⃗
1/

31
F C =⃗
⃗ FCA + ⃗
F CB + ⃗
F CO
F CA =−⃗
⃗ FCB

1 qC q A 1 qC q
ECA =

{
=
4 π ε 0 ( CA ) 4 π ε 0 a2
2

2
1 qC qB 1 q C q → E =E
ECB = = CA CB
4 π ε 0 ( CB ) 4 π ε 0 a2
2

2
2 2
a a a2 a2
( CA )2=( CB )2=
2 ()()
+
2
=2 =
4 2

F C =−⃗
⃗ F CB + ⃗
F CB + ⃗
F CO
F C =⃗
⃗ FCO
F C =( F CO ) x i⃗ + ( F CO ) y ⃗j

( F CO ) x

{cos θ=

sin θ=
FCO
( F CO ) y
F CO

F C =FCO cos θ ⃗i + F CO sin θ ⃗j



→ ( FCO ) x =FCO cos θ

→ ( FCO ) y =F CO sin θ

2
cos θ=sin θ= √ → θ=45 °
2

32
2 2
F C =FCO √ i⃗ + FCO √ ⃗j

2 2

1 q C qO 1 qC qO

{
ECO = =
4 π ε 0 ( CO ) 4 π ε 0 a 2
2

2
2 2
a a2
2
a a
( CO )2= ()()
2
+
2
=2 =
4 2

2 2
F C =FCO √ i⃗ + FCO √ ⃗j

2 2
1 qC qO √ 2 ⃗ 1 qC qO √ 2 ⃗
F C=
⃗ 2
i+ j
4 π ε0 a 2 4 π ε 0 a2 2
2 2
1 qC qO ⃗ 1 qC qO
F C=
⃗ 2 √
2 i+ √ 2 ⃗j
4 π ε0 a 4 π ε 0 a2

F C=
⃗ √ 2 q C q O ( i⃗ + ⃗j )
4 π ε 0 a2
2 qC q O
F C‖= √
‖⃗ 2
( √ 12 +12 )
4πε 0 a
√2 q C qO
F C‖=F C =
‖⃗ √2
4π ε 0 a2
2 qC qO
F C‖=F C =
‖⃗ 4π ε 0 a2
1 qC qO
F C‖=F C =
‖⃗ 2π ε 0 a2
2/
1 qC q O
F 2 π ε 0 a2
EC = C → E C =
qC qC
1 qO
EC =
2 π ε 0 a2
Application 6
Soit un filament rectiligne infiniment long, portant une charge λ par unité de longueur.
E qu'elle crée en un point P.
Trouver le champ électrostatique ⃗

33
d⃗
E=d ⃗
E x+ d ⃗
Ey
d⃗
E=−dE x u⃗ x + d E y u⃗ y

dE y

{cos θ=

sin θ=
dE
dE x
dE
→ dE y =dE cos θ

→ dE x =dE sin θ

d⃗
E=−dE sin θ ⃗ux +dE cos θ u⃗ y
dq 1 dq 1 λ dx
dE=K = =
r 2
4 π ε0 r 2
4 π ε0 r2
−1 λ dx 1 λ dx
d⃗
E= sin θ ⃗ux + cos θ ⃗u y
4 π ε0 r 2
4 π ε0 r2

R
cosθ=

{
r
x
sin θ=
r
x
sin θ r x
tan θ= = =
cos θ R R
r

x
tanθ= → x =R tan θ
R
dx=R d ( tanθ )
sin θ cos θ dθ cos θ−sin θ (−sin θ dθ )
dx=R d ( cos θ)
=R
c os θ2

34
cos 2 θ dθ+sin 2 θ dθ
dx=R
c os 2 θ
( cos2 θ+sin2 θ ) dθ
dx=Rdθ 2
=R
c os θ c os 2 θ
R R 2 R2
cos θ= → r= →r =
r cos θ cos 2 θ

R2

−1 λ dx
{ dx=R
r 2=
cos2 θ

c os 2 θ
1 λ dx
d⃗
E= sin θ ⃗ux + cos θ ⃗u y
4 π ε0 r 2
4 π ε0 r2
dθ dθ
λR 2
λR
−1 c os θ 1 c os2 θ
d⃗
E= sin θ u
⃗ x + cos θ ⃗u y
4 π ε0 R2 4 π ε0 R2
cos 2 θ cos2 θ
−1 λ Rdθ 1 λ R dθ
d⃗
E= sin θ u⃗ x + cos θ ⃗u y
4 π ε 0 R2 4 π ε0 R 2
−λ λ
d⃗
E= sin θ dθ u⃗ x + cos θ dθ u⃗ y
4 π ε0 R 4 π ε0 R
λ
d⃗
E= [−sin θ dθ ⃗ux +cos θ dθ u⃗ y ]
4 π ε0 R
π
2

∫ d ⃗E =⃗E= ∫ 4 π λε R [−sin θ dθ u⃗ x + cos θ dθ ⃗u y ]


−π 0
2

π
2
λ
E=
⃗ ∫ [−sin θ dθ u⃗ x +cos θ dθ u⃗ y ]
4 π ε0 R − π
2

π π

E=
⃗ λ
4 π ε0 R [ 2

−π
2

π
2

∫ −sinθ dθ u⃗ x + ∫ cos θ dθ u⃗ y
−π
2

π
]
E=
⃗ λ
4 π ε0 R ∫
−π [ −π
2
− sinθ dθ u⃗ x + ∫ cos θ dθ u⃗ y
2

π
2

π
]
E=
⃗ λ
4 π ε0 R [
− [−cos θ ] 2π u⃗ x + [ sinθ ] −π
−2
2

2
u⃗ y
]
35
π π
E=
⃗ λ
4 π ε0 R [
[ cos θ ] 2π ⃗u x + [ sin θ ]−2 π ⃗u y
−2 2
]
E=
⃗ λ
4 π ε0 R[( π
cos −cos
2
−π
2
π
u⃗ x + sin −sin
2
−π
( )) (2
u⃗ y ( )) ]
( −π2 )=cos π2
{ cos

sin (
−π
2 )=−sin
π
2

λ π π π π
E=

4 π ε0 R [(
2 2 2 2 ) (
cos −cos u⃗ x + sin +sin u⃗ y ) ]
λ
E=
⃗ [ ( 0−0 ) ⃗ux + ( 1+1 ) ⃗u y ]
4 π ε0 R
λ
E=
⃗ 2 ⃗u
4 π ε0 R y
λ
E=
⃗ ⃗u
2 π ε0 R y

I.4. Potentiel électrostatique


E ou
La charge électrique d’une distribution peut être décrite par un vecteur champ électrique ⃗
par une grandeur scalaire : le potentiel électriqueV .
On fait déplacer une charge q 0 du point A au point B en présence du champ électrostatique
E . Ce dernier exerçant une force électrostatique F ex =q 0 E

La différence de potentiel entre deux points A et B est égale au travail fourni W pour
effectuer le déplacement de la charge q 0 divisé par la chargeq 0.
W AB
V B −V A =
q0
Le potentiel électrostatique est exprimé en volt( V ).
 W AB >0 → V B ¿ V A → 0° <θ <90 °

 W AB <0 → V B ¿ V A → 90 °<θ <180 °

36
 W AB =0 →V B ¿ V A → θ=90 °
W =⃗
F . ⃗l =Fl cos θ

W AB
V B −V A =
q0
W
Si A à l’infinie V A =0 →V =
q0

I.4. 1. Potentiel et champ électrostatique


Champ uniforme

W AB

{
V B −V A=
q0 q Ed
W AB =Fd → V B −V A = 0 =E d
q0
F
E= → F=q 0 E
q0

37
V B−V A
V B −V A =Ed → E=
d

F N
( )
{ E=

E= B
q0 C
V −V A V
d m ( )
Champ non uniforme

F ext =−⃗
⃗ F éle
F éle=q0 ⃗
⃗ E
B B B
Fext . ⃗
W AB =∫ ⃗ F éle . ⃗
dl=∫ ⃗ E.⃗
dl=−q 0∫ ⃗ dl
A A A

B
E.⃗
−q 0∫ ⃗ dl B
W
V B −V A = AB = A
E.⃗
=−∫ ⃗ dl
q0 q0 A

B
E.⃗
V B −V A =−∫ ⃗ dl
A

I.4.2. Potentiel électrostatique créé par une charge ponctuelle


Première méthode

38
W AB
V B −V A =
q0
B B B
E.⃗
V B −V A =−∫ ⃗ dl=−∫ E . dl cos π=∫ Edl
A A A

dl=−⃗
⃗ dr
B

{V B −V A =−∫ Edr

E=
1 q
A

4 π ε0 r2
→ V B −V A =
−q
∫ 1
4 π ε0 A r2

B
dr
B

−q −1
V B −V A =
4 π ε0 r [ ] A

q 1 1
V B −V A = −(
4 π ε 0 rB r A )
Le potentiel créé par une charge ponctuelle q, placé dans le vide, en un point M de
l’espace situé à la distance r de la charge q est donné par :
Si A à l’infinie V A =0 ( r A =∞ )
1 q
V=
4 π ε0 r
Deuxième méthode

39
⃗ OM +⃗
O M ' =⃗ M M'

M M ' =⃗
O M ' −⃗
OM

M M ' =∆ ⃗
OM
M et M ' sont très proches

M M ' =d ⃗OM

M M ' =d ⃗
OM =⃗
dl
dV =−⃗ E.⃗
dl
dV =−⃗
E . d⃗
OM
1 q
E=
⃗ u⃗
4 π ε0 r2
−1 q
dV = u⃗ . d ⃗
OM
4 π ε0 r2
OM =r ⃗u → d ⃗
⃗ OM=d ( r u⃗ )=dr u⃗ + r d u⃗
−1 q
dV = u⃗ . d ⃗
OM
4 π ε0 r2
−1 q
dV = u⃗ . ( dr u⃗ + r d u⃗ )
4 π ε0 r2
−1 q
dV = ( u⃗ . dr u⃗ + ⃗u .r d ⃗u )
4 π ε0 r2
−1 q
dV = ( dr u⃗ . u⃗ + r u⃗ . d ⃗u )
4 π ε0 r2
u⃗ . u⃗ =1
{⃗u .d u⃗=0→ u⃗ ⊥ d u⃗

40
−1 q
dV = dr
4 π ε0 r2
B
q
∫ dV =∫ 4−1
πε r2
dr
A 0

B
1
∫ dV =V = 4−q ∫
π ε0 A r2
dr

B
−q 1
V= ∫ dr
4 π ε0 A r2
B
−q −1
V=
4 π ε0 r[ ] A

q 1 1
V= ( −
4 π ε0 r B r A )
Remarque
−1 q
dV = dr
4 π ε0 r2
−1 q
∫ dV =∫ 4 π ε 2
dr
0 r

−q 1
∫ dV =V = 4 π ε ∫ r 2 dr
0

−q −1
V=
4 π ε0 r
+k( )
q 1
V= +k
4 π ε0 r
q 1
V ( r )= +k
4 π ε0 r
V ( r → ∞ )=0
0=0+k
q 1
V ( r )=
4 π ε0 r

I.4.3. Potentiel crée par un ensemble de charges ponctuelles


Le potentiel crée en M par un ensemble de chargesq 1 , q 2 , … . qn est la somme des potentiels
crée par chacune des charges au point M :
V =V 1+V 2 +V 3 +…+ V n
n
V =∑ V i
i=1

41
n
1 qi
V= ∑
4 π ε 0 i=1 r i
I.4.4. Potentiel crée par une distributionde charge continue
n
qi
On passe des charges ponctuelles à la distribution continue de charges en changeant ∑
i=1 ri
dq
Par ∫
r
Distribution de charges linéïque
1 λdl
V=
4 π ε0 ∫ r
Distribution de charges surfacique
1 σds
V= ∬
4 π ε0 r
Distribution de charges volumique
1 ρdv
V= ∭
4 π ε0 r

I.4.5. Relation entre⃗E etV


1/
On sait que df =⃗
grad f .d ⃗
OM
f  : Fonction continue et dérivable
Quel que soit le système de coordonnées
E.⃗
dV =− ⃗ dl
{
dV =⃗
grad V .d ⃗
OM
E.⃗
→−⃗ dl=⃗
grad V . d ⃗
OM

d⃗
OM= ⃗
dl
E.⃗
−⃗ dl=⃗
grad V . ⃗
dl
−⃗E =⃗
grad V
E =−⃗
⃗ grad V
E =−⃗
⃗ grad V M
2/
F

E= → ⃗
⃗ F =q ⃗
E
q
F =−⃗
⃗ grad Ep
F
⃗ Ep
grad
=−⃗
q q

42
E =−⃗
⃗ grad V
E =−⃗
De la relation ⃗ grad V on peut calculer ⃗
E connaissant V : on a
−∂ V −∂ V −∂ V
En coordonnées cartésiennes : E x = , E y= et E z=
∂x ∂y ∂z
−∂ V −1 ∂ V −∂ V
En coordonnées cylindriques : Er = , Eθ= et Ez =
∂r r ∂θ ∂z
I.4.6. Surfaces équipotentielles et lignes de champ
Surfaces équipotentielles : C’est l’ensemble des points M pour lesquels V ( x , y , z )=cte

 Une équipotentielleest une surface qui joint les points de même potentiel.
 Les équipotentielles sont analogues aux courbes de niveau sur une carte
topographique.
 Dans le champ électrique uniforme les surfaces équipotentielles sont des plans.

 Les lignes de champ électrique sont perpendiculaires aux équipotentielles et sont


orientées des potentiels élevés vers les potentiels plus faibles.
 Le déplacement d'une particule le long d'une équipotentielle ne demande aucun travail.
 Pour une charge ponctuelle, les équipotentielles sont des sphères.
 Dans le cas de deux charges, les surfaces équipotentielles sont plus compliquées,

43
I.4.7. Energie potentielle électrostatique
L’énergie potentielle d’une charge q 1 correspond au travail effectué pour ramener cette
charge de l’infini à un point M où règne un potentielV M créé par une ou plusieurs charges
autres queq 1 :
E P=q1 V M
Dans le cas au le potentiel V M créé par une chargeq 2 , l’énergie potentiel de la charge q 1se
trouvant à une distance r 12de la charge q 2est donnée par :
q1 q 2 1
E P =q 1 V M =
1
4 π ε 0 r 12
Elle est équivalant à celle de la charge q 2si a charge q 1 est créatrice du potentiel V M
q2q1 1
E P =q 2 V M =
2
4 π ε 0 r 12

44
Pour un système à trois charges, l’énergie potentielle totale est composée de trois termes
correspondant aux énergies E P , E P et E P des trois doublets de charges( 1,2 ),( 1,3 ) et ( 2,3 )
1 2 3

E P =E P + E P + EP
t 1 2 3

q 1 q 2 1 q 1 q3 1 q 2 q 3 1
EP = + +
t
4 π ε 0 r 12 4 π ε 0 r 13 4 π ε 0 r 23
Entre n charges ponctuelles
1 1 qi .q j
E P= ∑ ∑
2 i j ≠ i 4 π ε 0 r ij
Pour une distribution continue de charges
1
E P= dq . V ( M )
2∫
1
Avec dq charge élémentaire autour du point M et le facteur pour éviter de compter deux
2
fois l’interaction de chaque couple de charge.
Distribution linéique

1
E P= λ . V ( M ) . dl
2∫
Distribution surfacique

1
E P= σ .V ( M ) . ds
2∬
Distribution volumique

1
E P= ρ .V ( M ) .dv
2∭
I.4.8. Relation entre⃗F ,⃗E ,V et E P

45
I.4.9. Pouvoir des pointes
Les charges ont tendance à s’accumuler sur les surfaces en pointe (c’est à dire celles dont le
rayon de courbure est petit).

Les sphères sont au même potentiel V :


Q1 Q
V =K =K 2
R1 R2
2 2
1 σ 1 .4 π R1 1 σ 2 .4 π R 2
V= = → σ 1 . R1=σ 2 . R2
4 π ε0 R1 4 π ε0 R2

I.4.10. Application
Application 1
Potentiel dans le centre de carré est :
V =V 1+V 2 +V 4

46
1 q1 1 q2 1 q3 1 q4
V= + + +
4 π ε0 r 4 π ε0 r 4 π ε0 r 4 π ε0 r

1 1
V= ( q + q +q + q )
4 π ε0 r 1 2 3 4
Si q 1=q 2=q3 =q 4=q
1 4q
V=
4 π ε0 r
Application 2
Dipole élctrique

V =V 1+V 2
1 +q 1 −q
V= +
4 π ε0 r1 4 π ε0 r 2
1 q q
V= ( ) −
4 π ε0 r1 r2

q 1 1
4π ε r r )
(
V= −
0 1 2

q r 2 −r 1
V= (
4 π ε0 r2 r1 )
47
r ≫2 a
r 2=r 1=r →r 2 r 1=r 2
r 2−r 1
cos θ= → r 2−r 1=2a cos θ
2a
1 p cos θ
V=
4 π ε0 r2

{V =0 → θ=
2
V >0 → θ=0
V < 0→ θ=π
Application 3
Deux fils de même centreO , le 1er fil de rayon R1=R et le 2ème de rayon R2=2 R , les deux fils
sont chargés uniformément avec la même densité linéaireλ> 0.

1/ Donner l’expression du champ électrostatique E1crée par le 1er fil au centre O.


E2 crée par le 2ème fil au centre O. Déduire le


2/ Donner l’expression du champ électrostatique ⃗
ETot au centre O.
champ total ⃗
3/ Déterminer le potentiel total V Tot créé par les deux fils au centre O.
F Totexercée par les deux fils sur une charge Q placée au
4/ Exprimer la force électrostatique ⃗
centre O.
1/

48
d⃗
E1=( d ⃗
E1 ) x + ( d ⃗
E 1)y
d⃗
E1=−( d E 1) x i⃗ − ( d E 1 ) y ⃗j

( d E1 ) x

d⃗
{
cos θ=

sinθ=
d E1
(d E 1)y
d E1

E1=−d E1 cos θ i⃗ −d E1 sinθ ⃗j


1 dq
d E1=
4 π ε 0 R 12
1 dq
d E1=
4 π ε0 R2

1 λ d l1
d E1=
4 π ε 0 R2
1 λ R dθ
d E1=
4 π ε 0 R2
1 λ dθ
d E1=
4 π ε 0 R2
−1 λ dθ 1 λ dθ
d⃗
E1= cos θ i⃗ − sin θ ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
−1 λ 1 λ
d⃗
E1= cos θ dθ i⃗ − sinθ dθ ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
π π
−1 λ 1 λ
E 1=
⃗ ∫ cos θ dθ i⃗ − ∫ sin θ dθ ⃗j
4 π ε0 R 0 4 π ε0 R 0
−1 λ
E 1=
⃗ [ −sin θ ] π0 i⃗ − 1 λ [ −cos θ ]0π ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R

49
1 λ 1 λ
E 1=
⃗ ( sin π−sin 1 ) ⃗i + ( cos π−cos 1 ) ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
1 λ 1 λ
E 1=
⃗ ( 0−0 ) ⃗i + (−1−1 ) ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
−1 λ ⃗
E 1=
⃗ 2j
4 π ε0 R
−1 λ ⃗
E 1=
⃗ j
2 π ε0 R
2/
−1 λ ⃗
E 2=
⃗ j
2 π ε0 R 2
−1 λ ⃗
E 2=
⃗ j
2 π ε0 2 R
−1 λ ⃗
E 2=
⃗ j
4 π ε0 R
ETot =⃗
⃗ E 1+ ⃗
E2
−1 λ ⃗ 1 λ⃗
ETot =
⃗ j− j
2π ε0 R 4 π ε0 R
−1 λ 2 ⃗ 1 λ⃗
ETot =
⃗ j− j
2π ε0 R 2 4 π ε0 R
−3 λ ⃗
ETot =
⃗ j
4 π ε0 R
3/
V Tot =V 1 +V 2
1 dq
d V 1=
4 π ε0 R 1
1 dq
d V 1=
4 π ε0 R

1 λ d l1
d V 1=
4 π ε0 R
1 λ R dθ
d V 1=
4 π ε0 R
λ
d V 1= dθ
4 π ε0
π
λ
V 1= ∫ dθ
4 π ε0 0

50
λ
V 1= π
4 π ε0
λ
V 1=
4 ε0
1 dq
d V 2=
4 π ε0 R 2
1 dq
d V 2=
4 π ε0 2 R

1 λ d l2
d V 2=
4 π ε0 2 R
1 λ 2 R dθ
d V 2=
4 π ε0 2 R
λ
d V 2= dθ
4 π ε0
π
λ
V 2= ∫ dθ
4 π ε0 0
λ
V 2= π
4 π ε0
λ
V 2=
4 ε0
V Tot =V 1 +V 2

λ λ
V Tot = +
4 ε0 4 ε0

V Tot =
4 ε0
λ
V Tot =
2 ε0
4/
FTot

ETot =

Q
F Tot=Q ⃗
⃗ ETot
3 λ⃗
F Tot=−Q
⃗ j
4 π ε0 R
Application 4
Soit un demi-cercle de centre O et de rayon R uniformément chargé avec une densité linéique
λ> 0. Soit q une charge placé au oint M tel que OM =R

51
1/ calculer le potentiel électrostatique crée par le demi-cercle au point O.
2/ calculer le potentiel crée par la charge Q au point O.
3/ Déterminer le potentiel total créé au point O.
4/ Donner l’expression du champ électrostatique crée par le demi-cercle au point O.
5/ Donner l’expression du champ électrostatique crée par la charge Q au point O.
6/ Déduire le champ total créé au point O.

1/
1 dq
d V 1=
4 π ε0 R 1
1 dq
d V 1=
4 π ε0 R
1 λ dl
d V 1=
4 π ε0 R
1 λ R dθ
d V 1=
4 π ε0 R
λ
d V 1= dθ
4 π ε0
π
λ
V 1= ∫ dθ
4 π ε0 0
λ
V 1= π
4 π ε0
λ
V 1=
4 ε0
2/
1 q
V 2=
4 π ε0 R 2
1 q
V 2=
4 π ε0 R
1 q
V 2=
4 π ε0 R
3/
V Tot =V 1 +V 2
λ 1 q
V Tot = +
4 ε0 4 π ε0 R

52
1 q
V Tot = (
4 ε0
λ+
πR )
4/

1 dq
d E1=
4 π ε0 R 12
1 dq
d E1=
4 π ε0 R2
1 λ d l1
d E1=
4 π ε0 R2
1 λ R dθ
d E1=
4 π ε0 R2
1 λ dθ
d E1=
4 π ε 0 R2
d⃗E1=( d ⃗
E1 ) x + ( d ⃗
E 1)y
d E1=−( d E 1) x i − ( d E 1 ) y ⃗j
⃗ ⃗

( d E1 ) x

d⃗
{
cos θ=

sinθ=
d E1
(d E 1)y
d E1
E1=−d E1 cos θ i⃗ −d E1 si n θ ⃗j
−1 λ dθ 1 λ dθ
d⃗
E1= cos θ i⃗ − sin θ ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
−1 λ 1 λ
d⃗
E1= cos θ dθ i⃗ − sinθ dθ ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
π π
−1 λ 1 λ
E 1=
⃗ ∫ cos θ dθ i⃗ − ∫ sin θ dθ ⃗j
4 π ε0 R 0 4 π ε0 R 0

53
−1 λ
E 1=
⃗ [ −sin θ ] π0 i⃗ − 1 λ [ −cos θ ]0π ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
1 λ 1 λ
E 1=
⃗ ( sin π−sin 1 ) ⃗i + ( cos π−cos 1 ) ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
1 λ 1 λ
⃗E 1= ( 0−0 ) ⃗i + (−1−1 ) ⃗j
4 π ε0 R 4 π ε0 R
−1 λ ⃗
E 1=
⃗ 2j
4 π ε0 R
−1 λ ⃗
E 1=
⃗ j
2 π ε0 R

5/

1 q
E 2=
4 π ε0 R 22
1 q
E 2=
4 π ε0 R2
1 q ⃗
E 2=
⃗ j
4 π ε0 R2
6/
ETot =⃗
⃗ E 1+ ⃗
E2
−1 λ ⃗
E 1=
⃗ j
2 π ε0 R
1 q ⃗
E 2=
⃗ j
4 π ε0 R 2

−1 λ ⃗ 1 q ⃗
ETot =
⃗ j+ j
2π ε0 R 4 π ε 0 R2

Application 5

54
Calculez l’énergie électrostatique E P d’une sphère uniformément chargée en volume : charge
totaleQ, rayonR. On peut imaginer par exemple qu’on amasse la charge Q par couche
sphérique successives (comme un oignon, en quelque sorte).

q
E P=∫ V ' . d q '
0

' q' 1
V=
4 π ε0 r

d q' = ρ dV

{ 4
V = . π . r 3 →dV =4. π . r 2 dr
3
V= ' q' 1
4 π ε0 r
' 2 ' 4
→ d q = ρ 4. π . r dr → q = ρ . π . r

q
q' 1
3
3

E P=∫ .d q '
0 4 π ε0 r
4
q ρ . π .r 3
3 1
E P=∫ . d q'
0
4 π ε0 r
4
q ρ . π .r 3
3 1
E P=∫ . ρ 4. π .r 2 dr
0
4 π ε0 r
R
4 π 2 4
E P=∫ ρ . r dr
0 3 ε0
R
4 π 2 4 4 π 2 R5
E P= ρ ∫ r dr= ρ
3 ε0 0 3 ε0 5

4 π 2 R5
E P= ρ
3 ε0 5

55
I.5.Flux électrostatique et Théorème de Gauss
I.5.1. Notion de flux
E uniforme et perpendiculaire à une surface plane S.
Premier cas : ⃗
Dans le cas où les lignes de courant (lignes de champ) sont perpendiculaires à la surface S, Le
flux du champ électrique est :
56
Φ=⃗
E . ⃗S

E uniforme et non perpendiculaire surface plane S


Deuxième cas : ⃗

Si la surface Sn’est pas perpendiculaire à E , il faut fait intervenir l’angle entre celui-ci et la
la surface :
E.⃗
Φ ' =⃗ S' =EScosθ
Φ ' =⃗
E . ⃗S

57
E quelconque (pas nécessairement uniforme) et surfaceS quelconque.
Troisième cas : ⃗
Dans le cas général d’une surface courbeS, il faut découper la surface en petits éléments dS
que l’on peut considérer comme plans, calculer le flux et additionner (intégrer).
Mathématiquement on résume cette opération par :Flux du champ électrique.
Φ=∯ ⃗
E.⃗
dS

Cette méthode de calcul du flux du


champ électrique à travers une surface
s'applique à tous les cas, notamment
ceux qui précèdent (champs
uniformes).

Φ=∯ ⃗
E.⃗
dS+∯ ⃗
E .⃗
dS+∯ ⃗
E.⃗
dS

58
π
Φ=∯ E dS cos π +∯ E dS cos +∯ E dS cos 0
0
Φ=−ES+0+ ES=0
Calculer le flux du champ électrique produit par une charge ponctuelle qà travers une surface
fermée qui l’entoure.

Dans le cas où cette surface est une sphère de rayonr centrée sur la charge.

Φ=∯ ⃗
E.⃗
dS

Φ=∯ E dS cos θ →θ=0

Φ=E∯ dS cos 0
q
Φ= ∯ dS
ε0 4 π r2
q
Φ= 2
S → S=4 π r 2
ε0 4 π r
q
Φ=
ε0

59
q
 Le flux ne dépend pas du rayon de la sphère Φ= ε
0

q
Φ 1=∯ ⃗
E.⃗
dS=Φ2=∯ ⃗
E .⃗
dS=
ε0
 Le flux de charge q à l’extérieur d’une surface fermée est nulle
 Charge totale = somme des charges ponctuellesPour une surface fermée quelconque

1
Φ= q
ε0 ∑ i

I.5.2. Théorème de Gauss


Le théorème de Gauss établit une relation entre le flux du champ électrique à travers une
surface fermée et la charge à l'intérieur de cette surface.
1
Le flux du champ électrique envoyé à travers une surface fermée S gquelconque vaut fois la
ε0
charge algébrique totale, contenue dans le volume délimité par cette surface.
Q∫ ¿
E.⃗
Φ=∯ ⃗ dS= ¿
ε0
E créé par une charge ponctuelle q
Champ électrostatique ⃗
 E a la même grandeur pour toutr .
 Tous les éléments d’airs sont parallèles à E en tout point de la surface sphérique

60
¿
q
E=
ε0 4 π r2
I.5.3. Théorème de Gauss et Théorème Coulomb
Le champ crée par une charge ponctuelle est :
q
E=
ε0 4 π r2

q0 q
F=q 0 E=
ε0 4 π r2
1 qq 0
F= →loi de Coulomb
4 π ε0 r2

61
I.5.4. Applications du théorème de Gauss
I.5.4.1. Champ électrique produit par une tige de longueur infinie
uniformément chargée
La surface de Gauss qui convient à ce cas est celle d’un cylindre de longueurl , et dont l’axe
coïncide avec la tige.
Il y a trois surfaces : la surface de base S1 , la surface de base S2 , et la surface latérale S L :

Φ=∯ ⃗
E .⃗
d S 1+∯ ⃗
E .⃗
d S2 +∯ ⃗
E .⃗
d SL
π π
Φ=∯ E d S 1 cos +∯ E d S 2 cos +∯ E d S L cos 0
2 2
Φ=∯ E d S L cos 0

Φ=E∯ d S L
Φ=E S L
S L=S
Φ=E S
¿
λh
E dS=
ε0
λh
E 2 π rh=
ε0
λ
E=
2 π r ε0

I.5.4.2. Champ électrique produit par un plan infini chargé uniformément

62
On choisit comme surface de Gauss un cylindre perpendiculaire au plan. Là aussi on a trois
surfaces
Le flux à travers la base de surface S1 : Φ 1=E . S1
Le flux à travers la base de surface S3 : Φ 3=E . S 3
d S2 ⊥ ⃗
Le flux à travers la base latérale S2 est nul : (⃗ dE )

S2

S3

Φ=∯ ⃗ E .⃗
d S1 +∯ ⃗
E .⃗
d S 2 +∯ ⃗
E .⃗
d S3

{
Φ=E . S 1+ E . S3
π
Φ=∯ E . d S1 cos 0+∯ E . d S 2 cos +∯ E . d S3 cos 0
2
Φ=∯ E . d S1 +∯ E . d S 2
Φ=E ∯ d S1 + E∯ d S 2

S1=S3
Φ=E . S+ E . S=2 ES
¿

I.5.4.3. Champ électrique produit par une sphère pleine chargée


uniformément
La surface de Gauss qui convient ici est une sphère de rayonr

63
En appliquant le théorème de Gauss on écrit :
¿
Q∫ ¿
E= ¿
4 π r2 ε0
 r > a¿
 r < a¿
Q
E= r =kQr
4 π a3 ε 0

I.5.4.3. Applications
Une sphère de rayon a contient une charge totale Q uniformément répartie en volume. Elle est
entourée d’une sphère de rayonbporte une charge surfacique −Q et sphère de rayon cporte
une charge surfaciqueQ' . Calculer le champ électrostatique en fonction der, où r désigne la
distance au centre.

64
1/
¿
1 ère méthode
 r < a:¿
4 3
πr ρ
2 3
E4 π r =
ε0
4 3
πrρ
3 1
E=
ε0 4 π r 2
ρ
E= r
3 ε0
2ème méthode
Q= ρV
4
Q= ρ π a3
3
Q 4
=ρ π
a 3
3

Q 4
∫ ¿=ρ 3 π r 3 ¿

Q
∫ ¿= Qa3 r3 ¿

Q∫ ¿
2
E4 π r = ¿
ε0

65
Q 3
r
2 a3
E4 π r =
ε0
Q 3 1
E= r
ε 0 a3 4 π r 2
Q
E= r
4 π ε 0 a3
 a< r <b :¿
Q
E 4 π r 2=
ε0
Q 1
E=
ε0 4 π r2
 b< r <c :¿
E=0
 r>c¿
1 Q'
E=
4 π ε0 r2

I.6.Conducteurs en équilibreélectrostatique
Un conducteur est un matériau qui contient des charges libres (immobiles), ces charges
peuvent se déplacer sous l’action d’une force électrostatique.
Conducteur neutre( Q=0 )
Dans le cas des métaux chaque atome libère un électron, la charge totale est nulle Q=0
(nombre des électrons = nombre des protons)

66
Conducteur chargé( Q ≠0 )

I.6.1.Équilibre électrostatique d’un conducteur


Un conducteur est dit en équilibre électrostatique, si les charges libres qu’il contient sont au
repos (immobiles).
I.6.2.Propriétés d’un conducteur en équilibreélectrostatique
Le champ électrostatique à l’intérieur d’un conducteur en équilibre électrostatique
A l’équilibre (au repos)
F∫ ¿ =0⃗ ¿
∑⃗

F∫ ¿ =q⃗
E∫ ¿=0⃗ ¿ ¿

E∫ ¿= ⃗0 ¿

E =⃗0 en tout point d’un conducteur en équilibre électrostatique.


Le champ intérieur est nul⃗
Le potentiel électrostatique à l’intérieur d’un conducteur en équilibre électrostatique
En tout point de conducteur en équilibre électrostatique

E∫ ¿=−⃗ grad V = ⃗0 ¿

V =Cte (V ∫ é rieur =V surface )

Le potentiel est uniforme c’est-à-dire même valeur en volume et en surface (le potentiel est

une fonction continueV ∫ é rieur =V surface )

67
La densité de charge volumique d’un conducteur en équilibre électrostatique
¿
nombre des électrons ¿
Q∫ ¿=∑ Q =N ¿
i + ¿+ N −¿=0¿ ¿

Q∫ ¿=∭ ρ
∫¿ dV =0 → ρ ∫¿=0 ¿ ¿¿

I.6.3. Propriété d’un conducteur chargé en équilibre électrostatique

 Dans un conducteur l’équilibre électrostatique est atteint très rapidement(10−12 s).


 La distribution des charges électriques ne peut être que surfacique ;
 E M =0⃗

 V M =Cte
 ρ ( M )=0

I.6.4. Lignes de champs

68
dV =−⃗
E.⃗
dl
B B

∫ dV =∫− ⃗E . ⃗
dl
A A

B
E.⃗
V B −V A =∫ −⃗ dl
A

V B =V A =V ∫ ¿=Cte¿
B
E.⃗
V B −V A =−∫ ⃗ dl=0
A

E⊥⃗
⃗ dl
Les lignes de champs sont perpendiculaires à la surface d’un conducteur chargé en équilibre
électrostatique.
I.6.5.Champ électrostatique au voisinage immédiat de la surface d’un
conducteur chargé en équilibre électrostatique
Considérons un conducteur plein de forme quelconque en équilibre électrostatique chargé. On
se propose de calculer le champ électrique en un point Mauvoisinage immédiat de la surface
externe du conducteur.

Construisons, pour cela, une surface de Gauss cylindrique SG aplatie, dont une base se trouve à
l’extérieur de la surface et l’autre base à une profondeur telle que la charge superficielle soit
totalement à l’intérieur du cylindre.

69
Aux points situés au voisinage immédiat de la surface du conducteur, le champ est normal à la
surface.
Le champ étant nul partout à l’intérieur du conducteur, on ne tient compte que du flux à
travers la surface située à l’extérieur du conducteur.

En appliquant le théorème de Gauss sur cette surface fermée, nous obtenons :


¿
Φ=Φ s∫ +Φ ¿ Q ¿
∫¿
sL +Φ s + Φs = ¿¿
∫¿ L
ext
ext ε0

¿
Φ s =∯ Eext .d S ext
ext

Φ s =E ext ∯ d Sext
ext

Φ s =E ext S ext
ext

Sext =S∫ ¿=S ¿

Φ s =E ext S
ext

Φ=Φ s∫ +Φ ¿ Q ¿
∫¿
sL +Φ s + Φs = ¿¿
∫¿ L
ext
ext ε0

Q∫ ¿
Φ=0+0+ 0+ Eext S= ¿
ε0
Q∫ ¿
Eext S= ¿
ε0
Q∫ ¿=∬ σ dS →Q
∫¿=σ S ¿ ¿

70
Q∫ ¿
Eext S= ¿
ε0
σS
Eext S=
ε0
σ
Eext =
ε0
σ
E M =E ext =E=
ε0
où σ est la charge nette comprise à l’intérieur de la surface de Gauss.
On obtient alors :
σ
E=
ε0

σ
E= n⃗
ε0
n⃗ étant le vecteur unitaire normal à la surface.
I.6.6.Pression électrostatique
La pression électrostatique est la force électrique appliquée sur l’unité de surface.
(Cette force résulte de la répulsion entre les charges sur la surface et les autres charges).
σ2
Pe =
2 ε0
 pression électrostatique c’est une grandeur scalaire positive. Cette pression peut être
considérée aussi comme étant la force capable d’arracher les charges au conducteur.
 L’unité de la pression électrostatique : Le pascal ( Pa).

I.6.7. Influence partielle

71
On place la charge +q au voisinage du conducteur ( D ) non chargé. La charge +q produit,
en tout point de l’espace qui l’entoure, et particulièrement dans( D ), un champ électrique ⃗
E
qui oblige les électrons libres à se déplacer vers la face N ; cette région se charge donc
négativement. Les électrons en quittant la face P créent un déséquilibre de charges dans cette
région qui se charge positivement.

Les charges N et P produisent à leur tour au point M un champ ⃗ E' de sens contraire à celui
du champ⃗ E +⃗
E . Le déplacement des électrons s’arrête quand⃗ E ' =0.
I.6.8. Influence de deux conducteurs chargés
Les charges Q1=σ 1 d s 1 et Q2=σ 2 d s2 qui se font face sur deux éléments de surface
correspondants sont égales et opposées. Ceci constitue le théorème de Faraday. L’influence
est dite partielle car seule une partie des lignes de champ issues de ( C 1 ) aboutit à( C 2 ).

I.6.9. Influence totale


On parle d’influence totale lorsque toutes les lignes de champ partant de B aboutissent sur A.
Ceci est obtenu lorsque Aentoure complètement B. L’application du théorème des éléments
correspondants, montre que la charge qui apparaît sur la surface interne de A est égale et
opposée à la charge du conducteur B.
QB =−Q Aint

72
I.6.10.Application
Une sphère métallique de rayon a=R portant une chargeQ, placée au centre d'une coquille
sphérique neutre de rayons intérieur b=2 R et extérieur c=4 R respectivement . Calculer le
champ électrostatique en fonction der, où r désigne la distance au centre.

Coquille sphérique neutre


Q Tot =Q∫ ¿+Q ¿
ext

0=−Q+Q ext
Qext =+Q

73
¿
 r < a: q∫ ¿=0 → E =0 ¿

 a< r <b :¿
1 Q
E=
4 π ε0 r2
 b< r <c :¿
E=0
 r>c¿
1 Q
E=
4 π ε0 r2

I.7.Capacité d’un conducteur et d’un condensateur


I.7.1.Capacité d’un conducteur
Lorsqu’un conducteur en équilibre est seul dans l’espace, sa charge est proportionnelle à son
potentiel. Le coefficient de proportionnalité noté C est appelé capacité du condensateur.
Q
C=
V
La capacité C caractérise le conducteur, elle dépend de la forme et des dimensions
géométriques du conducteur.Unités : dans le SI,C s’exprime en Farad
 Microfarad :1 µ F=10−6 F
 Nano farad: 1 nF=10−9 F

74
 Pico farad: 1 pF=10−12 F
Considérons une sphère conductrice en équilibre portant une charge totaleQréparti sur la
surface avec une densité constanteσ . Le potentiel est constant à l’intérieur et sur la surface de
la sphère. Calculons V au centre de la sphère :
1 σ dS 1
V= ∬ σ dS
4 π R ε0 ∬
=
4 π ε0 R
σS Q Q
V= = →C= =4 π R ε 0
4π R ε0 4 π R ε0 V

I.7.2.Condensateur
On appelle condensateur tout système de deux conducteurs en influence électrostatique. Il y a
deux sortes de condensateurs
 à armatures rapprochées

 à influence totale

En général, les deux armatures sont séparées par un matériau isolant (un diélectrique), ce qui a
pour effet d’accroître la capacité du condensateur.
I.7.3. Capacités de quelques condensateurs simples
Pour obtenir la capacité C d’un condensateur, il faut calculer la relation entre sa charge Q et
sa tensionU , c'est-à-dire
2
Q
E.⃗
U =V 1−V 2=∫ ⃗ dl=
1 C

75
Autrement dit, il faut être capable de calculer la circulation du champ électrostatique entre les
deux armatures ainsi que la chargeQ.
I.7.3.1. Condensateur plan
Soient deux armatures ( A 1 ) et( A 2 ) planes parallèles infinies, orthogonales à un même axe Oz
de vecteur unitaire u⃗ et situées à une distanced= z2− z1 l’une de l’autre. Le champ
électrostatique est la superposition des champs créés par ces deux plans infinis, c’est à dire
+σ −σ σ
E=
⃗ ⃗u + (−⃗u )= ⃗u
2 ε 0 2 ε0 ε0
La différence de potentiel entre les deux armatures est alors

z2 z2 z2
σ σ
U =V 1−V 2=∫ ⃗
E.⃗
dz=∫ E . dz=∫ dz= ( z 2−z 1 )
z z1 z
ε0
1
ε0 1

σ
U =V 1−V 2= d
ε0

S σ

{U= d
S ε 0 → U=
Q=σ S
Q
S ε0
d

d’où une capacité


Q S
C= =ε 0
U d
I.7.3.2. Condensateur cylindrique
Soit un condensateur constitué de deux armatures cylindriques coaxiales de longueur infinie,
de rayons r 1 et r 2 , séparées par un vide( r 2 >r 1 ). D’après le théorème de Gauss, le champ
électrostatique entre les deux armatures s’écrit
λ
E ( r )=
⃗ ⃗u
2 π ε0 r r
r2
λ R
U =V 1−V 2=∫ ⃗
E.⃗
dr= ln 2
r1
2 π ε0 R 1

76
λ L R2 Q R

{U=V 1−V 2= ln = ln 2
2 π ε 0 L R 1 2 π ε 0 L R1
Q=λL
d’où une capacité
Q L 2π ε0
C= =
U R
ln 2
R1

I.7.3.3. Condensateur sphérique


Soit un condensateur constitué de deux armatures sphériques de même centreO, de rayons
respectifs R1 et R2, séparées par un vide( R2 > R1 ). D’après le théorème de Gauss, le champ
électrostatique en un point M situé à un rayon r entre les deux armatures vaut

Q
E ( r )=
⃗ ⃗ur
4 π ε0 r 2
R2
Q 1 1
U =V 1−V 2=∫ ⃗
E.⃗
dr=
R1
( −
4 π ε 0 R1 R 2 )
d’où une capacité
Q R R
C= =4 π ε 0 1 2
U R2−R1
I.7.4.Associations de condensateurs
Lorsqu’on met des condensateurs en série, la charge de chacun d’eux est égale.

77
U =U 1+ U 2+ U 3 +…
Q Q Q
U= + + +…
C 1 C2 C 3

U =Q ( C1 + C1 + C1 + …)
1 2 3

Calcul de la capacité équivalente


1 1 1 1
= + + +…
C C 1 C 2 C3
Lorsqu’on met des condensateurs en parallèle, la tension aux bornes de chacun d’eux est
égale.

Charge totale :
Q=Q 1 +Q 2 +Q 3 +…
Q=C 1 U + C2 U +C3 U +…
Q=U ( C 1 +C2 +C 3+ … )
Capacité équivalente :
C=C 1+C 2 +C3 +…

.I.75.Energie stockée
Soit un condensateur de capacité C dont les armatures présentent une différence de potentielu.
Le condensateur porte donc une chargeq=Cu.

78
Pour amener une petite charge dq de l’armature négative à l’armature positive, il faut donc
fournir un travail élémentaire :
dw=u dq

L’énergie stockée dans le condensateur s’obtient en sommant (intégrant) ces travaux


élémentaires de zéro à la tension finaleU .
U U U U
1

{
W =∫ dw=∫ u dq=∫ u Cdu=C ∫ u du= C U 2
0 0 0
dq=Cdu
0 2

En fonction de la charge finale


Q
Q=CU →U =
C
1 1 Q 2 Q2
W = C U2→ W = C
2 2 C
= ( )
2C
Energie stockée dans un condensateur
1 2 Q2
W= CU =
2 2C

On considère un condensateur plan sa capacité est


S
C=ε 0
d
L’énergie qu’il emmagasine est :
1 2 Q2 1 S 2
W= CU = = ε U
2 2C 2 0 d

79
Si on divise cette énergie par le volume du condensateur, on obtient ce que l’on appelle
densité de l’énergie électrique :
2
W 1 S 2 1 1 ε0 U
w= = ε 0 U =
V 2 d S . d 2 d2
On sait que l’intensité du champ électrique entre les armatures est :
U
E=
d
La densité de l’énergie électrique s’écrit :
ε0 2
w= E
2

I.8.Exercices
Exercice 1
Deux dipôles identiques distants de D sont disposés comme l'indique la figure suivante :

 F exercée par le dipôle AB sur le dipôle


1/ Etablir l'expression de la force d'interaction ⃗
A ' B'
 2/ que devient cette expression si D devient très grand devant a
 3/ Calculer cette force d'interaction entre deux molécules de chlorure d'hydrogène HCl
on donneq=1,6 . 10−19 C , a=0.1 Å , D=20 Å
Exercice 1 Solution
1/

80
F =⃗
⃗ F A B +⃗
F A A +⃗
FB A+ ⃗
' FB B ' ' '

1 |−q|q
F A B=

{
'
4 π ε 0 D2
1 |−q||−q|
F A A=
'
4 π ε 0 ( D+ a )2
1 q|−q|
F B A=
'
4 π ε 0 ( D+2 a )2
1 qq
F B B= '
4 π ε 0 ( D+ a )2

F =−F A B ⃗i + F A A ⃗i −F B A i⃗ + F B B i⃗
⃗ ' ' ' '

−1 q 2 ⃗ 1 q2 ⃗ 1 q2 1 q2 ⃗
F=
⃗ i + i − i
⃗ + i
4 π ε 0 D2 4 π ε 0 ( D+a )2 4 π ε 0 ( D+ 2a )2 4 π ε 0 ( D+ a )2

q 2 −1 1 1 1
F=
⃗ 2
+ 2

[ 2
+
4 π ε 0 D ( D+ a ) ( D+2 a ) ( D+ a )2
i⃗
]
q 2 −1 2 1
F=
⃗ + −
[
4 π ε 0 D ( D+ a ) ( D+2 a )2
2 2
⃗i
]
2 2 2 2 2 2
q 2 −( D+2 a ) ( D+a ) +2 D ( D+2 a ) −( D+a ) ( D+ 2 a ) ⃗
F=

4 π ε0 [
D 2 ( D+a )2 ( D+2 a )2
i
]
−q2 a2 3 D2 +6 aD+2 a 2 ⃗
F=

[
2 π ε 0 D2 ( D+ a )2 ( D+ 2a )2
i
]
La force F étant opposé au vecteur i⃗ , la force d'interaction est donc attractive
2/ si D ≫ a

81
−q2 a2 3 D2 ⃗
F=

[
2 π ε 0 D2 D2 D2
i
]
−2 q2 a2 3
F=
⃗ 2 2
4 π ε0 D D [ ]
⃗i

−q2 a2 6 ⃗
F=
⃗ i
4 π ε 0 D4
3/ HCl
q2 a2 6 −15
F= =8,64 .10 N
4 π ε 0 D4

Exercice 2
On dispose des charges ponctuelles positives et identiques (en grandeur et en signe) aux
sommets d’un hexagone régulier.

F exercée sur une charge ponctuelle q 0 ( q0 >0 )placée en O


1/ Calculons la force électrostatique ⃗
par les six charges.
2/ Exprimer les vecteurs champs électrostatiques créés par chacune des charges au centre O.
3/ Donner l’expression du potentiel électrostatique crée par l’ensemble des six charges au
point O.

Exercice 2 Solution

82
q0 q
F 01=F 02=F 03=F 04=F05=F 06=
4 π ε 0 r2

F =⃗
⃗ F 0= ⃗
F 01+ ⃗
F 02+ ⃗
F 03+ ⃗
F 04 + ⃗
F 05+ ⃗
F 06

π π 1 π √3
Avec θ= , cos = , sin =
3 3 2 3 2

F01=( ⃗
⃗ F 01 )x + ( ⃗
F 01) y → ⃗ F01=( F 01 )x ⃗i −( F 01) y ⃗j

{
F 02=( ⃗
⃗ F 02 )x + ( ⃗
F 02) y → ⃗ F 02=−( F 02 )x ⃗i −( F 02) y ⃗j
F 03=( ⃗
⃗ F 03) x + ( ⃗F 03) y → ⃗
F 03=−( F 03 ) x i⃗
F04 =( ⃗
⃗ F 04) x + ( ⃗
F 04 ) y → ⃗ F04 =−( F 04 )x ⃗i + ( F 04 ) y ⃗j
F 05=( ⃗
⃗ F 05 )x + ( ⃗
F 05 ) y → ⃗ F05=+ ( F05 ) x i⃗ + ( F 05) y ⃗j
F 06=( ⃗
⃗ F 06 ) x + ( ⃗
F 06 ) y → F 06=+ ( F 06 ) y ⃗i

83
q q
F 01= 0 2 ( + cos θ i⃗ −sin θ ⃗j )

{
4 π ε 0r
q q
F 02= 0 2 (−cos θ ⃗i −sin θ ⃗j )

4 π ε 0r
−q0 q ⃗
F 03=
⃗ i
4 π ε0 r2
q q
F 04= 0 2 (−cos θ i⃗ + sin θ ⃗j )

4 π ε0 r
q q
F05= 0 2 (+ cos θ ⃗i + sinθ ⃗j )

4 π ε0 r
+ q0 q
F 06=
⃗ i⃗
4 π ε0 r

q0 q
F =⃗
⃗ F 0= ( +cos θ i⃗ −sin θ ⃗j−cos θ i⃗ −sin θ ⃗j −⃗i −cos θ i⃗ +sin θ ⃗j+cos θ i⃗ +sin θ ⃗j+i )
4 π ε0 r2

q0 q
F =⃗
⃗ F 0= ( 0 i⃗ −0 ⃗j )
4 π ε0 r2

F0

E =⃗
⃗ E 0= =0
q0

q1
V 1=
4 π ε0 r
q2
V 2=
4 π ε0 r
q3
V 3=
4 π ε0 r
q4
V 4=
4 π ε0 r
q5
V 5=
4 π ε0 r
q6
V 6=
4 π ε0 r

V 0=V 1+V 2 +V 3 +V 4+ V 5+ V 6

q1 q2 q3 q4 q5 q6
V 0= + + + + +
4 π ε0 r 4 π ε0 r 4 π ε0 r 4 π ε0 r 4 π ε0 r 4 π ε0 r

84
1
V 0= ( q + q +q + q + q +q )
4 π ε0 r 1 2 3 4 5 6

6q
V 0=
4 π ε0 r

Exercice 3
Quatre charges ponctuelles sont disposées sur un cercle de rayon R, situées dans le plan xOy
E crée par les quatre charges en un point M.
1/ déterminer le champ électrique ⃗

Exercice 3 Solution

1 q
E 1=
4 π ε 0 ( R + z2 )
2

1 q
E 2=
4 π ε 0 ( R + z 2)
2

E3 =
1 |−q2 |
4 π ε 0 ( R2 + z 2)

E 4=
1 |−q2 |
4 π ε 0 ( R 2+ z 2 )

85
1 q 1 q
E 1=
⃗ ⃗u1 → ( sin θ ⃗j+cos θ ⃗k )
4 π ε0 ( R + z )
2 2 4 π ε0 ( R + z2 )
2

1 q 1 q
E 2=
⃗ u⃗ 2 → (−sin θ ⃗j −cos θ ⃗k )
4 π ε0 ( R + z )
2 2 4 π ε0 ( R + z2 )
2

q q
1 2 1 2
E3 =
⃗ ⃗u3 → ( +sin θ i⃗ −cos θ ⃗k )
4 π ε0 ( R + z )
2 2 4 π ε0 ( R + z2 )
2

q q
1 2 1 2
E 4=
⃗ u⃗ 4 → (−sin θ i⃗ −cos θ ⃗k )
4 π ε0 ( R + z )
2 2 4 π ε0 ( R + z 2 )
2

EM=⃗
⃗ E1 + ⃗
E 2+ ⃗
E 3+ ⃗
E4
1 q
EM=
⃗ cos θ ⃗k
4 π ε 0 ( R + z2 )
2

z z
cos θ= =
r 1
( R2 + z 2 ) 2
1 q z
EM=
⃗ ⃗k
4 π ε 0 ( R 2+ z 2 ) 1
( R2 + z )2 2

86
1 qz
EM=
⃗ k⃗
4 π ε0 3
( R 2+ z )
2 2

Bibliographie

1-Tamer Bécherrawy, Mini manuel d’Électrocinétique Cours + Exos.Dunod, Paris, 2008


2-Pr. DJELOUAH Hakim, Electromagnétisme cours & exercices,Université des Sciences et
de la Technologie Houari Boumediene, 2012-2013
3- M. Elyaznasni, S. Hamdoune, M. Jamal, M. Moussetad, Exercices résolus
d’Electrostatique, Afrique Orient 1995

87
4-Tahar Neffati,Électricité Générale Analyse et synthèse des circuits Cours et exercices
corrigés, 2e édition, Dunod, 2003.
5- Michel SAINT-JEAN, Janine BRUNEAUX et Jean MATRICON, Électrostatique et
magnétostatique, Éditions Belin, 2002
6- Émile Amzallag, Josep Cipriani, osseline Ben Aïm, Norbert Piccioli, Électrostatique et
Électrocinétique Rappel de cours et exercices corrigés de Physique, 2 eme édition. Dunod, Paris,
2006
7- H. Lumbroso, Problèmes résolus d’électrostatique et dynamique des particules
chargées,BORDAS, PARIS, 1990
8- Jonathan Ferreira, Cours d’Electrostatique-Electrocinétique,Université Joseph
Fourier,2001-2002
9-Mohamed Akbi, Electrostatique, Charge champs électrostatiques, Edition de Livres ,2005
10-Mohamed Akbi, Electrostatique, Théorème de Gauss et Conducteurs, Edition de Livres ,
2006
11-Nour Eddine Hakiki, Physique générale, Rappel de cours et Exercice corrigés OPU, 2009
12-Fizazi Ahmed, Electricité et magnétisme, Rappelés cours et exercices corrigés OPU, 2012

88