Vous êtes sur la page 1sur 10

Délégation de Settat Professeur: El MESSNAOUI YOUNESS

Académie de Chaouia-Ouardigha 2014/2015


Lycée ELBOUHTORI 1ère Anné Bac

Module I : Etudier un roman autobiographique La BOITE A MERVEILLES


d’Ahmed Sefrioui, 1954

_ Prise de contact avec les élèves.

Dans cette séance, il s’agit de nouer une relation de confiance avec les apprenants, évaluer les pré-
requis des élèves, négocier le projet pédagogique et partager avec eux quelques informations sur :
- La progression annuelle
- Le déroulement des diverses activités d’apprentissage
- Les taches qu’ils seront amenés à accomplir.
- Les activités parascolaires qui peuvent les intéresser.

_ Evaluation diagnostique.

L’évaluation diagnostique se fera sous forme d’un test de contrôle des pré-acquis. Ce test permettra
d’évaluer le niveau d’acquisition des compétences en grammaire, analyse de texte et expression écrite.

SEQUENCE PRELIMINAIRE : APPROCHE GLOBALE ET ENTREE DANS L’ŒUVRE

OBJECTIFS : - Préparer les élèves à une bonne réception de l’œuvre


- Emettre des hypothèses de lecture à partir de l’étude du paratexte
- Reconnaître les caractéristiques essentielles d’un roman autobiographique.
- Elaborer une fiche de lecture.

Activité Durée Support / Contenu Objectifs

- La Boite à Merveilles - Identifier et analyser les composantes du


Travaux - Eléments paratextuels paratexte : première et quatrième de
encadrés 1H - Pré-requis des élèves couverture (titre, auteur, illustration, …)
Cours - Vérifier les pré-requis des élèves sur
dialogué Ahmed Sefrioui, son œuvre, son époque …
- Formuler des hypothèses de lecture

Recherches des élèves : - Sélectionner les informations importantes


Travaux biographie de l’auteur sur la vie d’Ahmed Sefrioui
encadrés et 2H comptes rendus - Reconnaitre les caractéristiques de
Activité orale exposés l’écriture autobiographique et le genre de
l’œuvre : l’autobiographie maghrébine
- Connaître le contexte spatiotemporel, les
thèmes, les personnages de l’œuvre

Production 1H Pré-requis des élèves Rédiger une fiche de lecture dans l’optique
écrite de vérifier la lecture de l’œuvre
Préambule

La présente séquence (préliminaire) englobe des séances qui rapprocheront les élèves de l’œuvre
étudiée. Puisque il s’agit d’un roman autobiographique, il est préférable d’étudier la vie de l’auteur, le
cadre historique et sociopolitique. C’est pour cela que nous avons opté pour des activités sous forme
d’exposés et de travaux encadrés afin de permettre à l’apprenant d’avoir une vision globale sur le roman
et d’y faciliter l’accès. Ce travail de contextualisation suppose évidemment une panoplie d’activités
impliquant l’apprenant et faisant de lui le principal acteur de son propre apprentissage.

Fiche no 1 SEANCE DE SENSIBILISATION


( Démarche : Cours dialogué )

Niveau : 1ère Année bac


Activité : Lecture (cours dialogué)
Durée : 1 heure
Support : Pré-requis des élèves, La Boite à Merveilles.
Objectifs : - Analyser les éléments paratextuels (titre, illustration, auteur, édition…)
- Formuler des hypothèses de lecture.

Déroulement de la séance

I- MISE EN SITUATION :

_ Avez-vous déjà lu La Boite à Merveilles ? _ Qu’en pensez-vous ?

II- Identification et analyse des éléments paratextuels


_ Observez bien la première et la quatrième de couverture de l'œuvre.

_ Quelles informations trouve-t-on sur la première de couverture ?


Le titre, le nom de l’auteur, l’édition, le genre, la collection, l’illustration…

1. Analyse du titre de l’œuvre


_ Quel est le titre de l’œuvre ? De combien de mots est-il composé ? Que signifie-il ?

Le titre La Boite à Merveilles par l'utilisation de l'article défini qui renvoie à une réalité comme
si la boite était connue du lecteur, et par ce complément de nom, suffit à déterminer le genre d'histoire
qui va être racontée et de se poser des hypothèses de lecture.
- Interroger les valeurs et les fonctions de « à », interroger le pluriel et les sens de « Merveilles ».
L’auteur incite le lecteur à faire part de son imagination, à prendre en considération que La Boîte à
Merveilles est avant tout, une fiction avant d’être une autobiographie.
La boîte à merveilles est le nom que les marocains ont donné à la télévision puisqu’elle présentait à
l’époque de son entrée dans les foyers marocains un moyen de divertissement très développé. Cette
expression a marqué le patrimoine socioculturel marocain.
Dans le roman, il s’agit d’une boîte où le petit Sefrioui range des objets usés, qui sont d’une grande
importance pour lui parce qu’ils constituent le monde de ses rêveries et de son imaginaire dues à sa
situation d’enfant seul et unique dans sa famille.

2. Le nom de l’auteur : Qui est l’auteur ? Ahmed Sefrioui

VIE ET OEUVRE d’Ahmed Sefrioui (1915 - 2004)


Ahmed Séfrioui, écrivain marocain d’expression française, est né à Fès en 1915, dans une famille
berbère arabisée. Après l’école coranique, il fréquente l’école française puis le collège.
Sa carrière débutera dans un cabinet d’avocat, mais dès 1933, il va être séduit par l’écriture
journalistique. En 1938, il va occuper le poste de conservateur de musées à Fès.
En effet, Sefrioui est sans conteste l’initiateur de la littérature marocaine d’expression française
avec son premier titre Le chapelet d’ambre publié en 1949. En 1954, La boîte à Merveilles lui permet
d’obtenir le grand prix littéraire du Maroc décerné pour la première fois à un marocain n’ayant pas la
nationalité française. Ahmed Séfrioui est décédé en 2004 à l’âge de 89 ans.
Dans ses écrits, l’auteur, décédé en 2004, décrit généralement les milieux traditionnels marocains
en insistant sur la réalité vécue et en laissant volontairement de côté les considérations politiques.
Parmi ses œuvres les plus connues, on peut citer :

- Le Chapelet d’ambre ( nouvelles, 1943).


- La Boîte à Merveilles (1954).
- La Maison de servitude (1973).
- Le Voleur et le serpent ( conte inédit).
- Le Parfum des légendes ( 2003).

3. L’illustration, l’image :
De quoi est-elle constituée ? Qu’indique-t-elle concernant le personnage ?
L’image: un enfant seul au milieu des femmes qui passent sans accorder de l’importance à sa
présence. Le regard triste de l’enfant révèle déjà sa solitude et sa peine.

4. L’éditeur : Du Seuil, Librairie des écoles

_ La quatrième de couverture :

Quelles informations y trouve-t-on ?

On retrouve les informations suivantes :


- Un texte de présentation ; bibliographie et parfois la photo de l’auteur ; des données techniques (code
barre, catégorie pour établir le prix).

Le texte de présentation : Quelle est la fonction du texte de présentation ? Est-il un résumé ou un


commentaire ? De quoi parle-t-il ? Qui en est l’auteur ? Sur quel élément de culture insiste-t-il ?
Le texte de présentation a plusieurs fonctions :
Il résume en partie le livre mais pas entièrement, afin de laisser planer un certain mystère et donc
ménager du suspense. Il incite le lecteur potentiel à lire l’œuvre. C’est le mot de l’éditeur.

Autres questions à poser lors de l’analyse des éléments paratextuels


- Pourquoi le titre est-t-il placé au milieu ?
- A quel genre de fiction s'attend le lecteur ?
- Quelle est la nature grammaticale du titre ?
- Qu'est ce qui attire le lecteur dans le titre ?

_ Parmi ces éléments, lesquels sont nécessaires pour inciter à lire ce livre et le commander en
librairie ? Ou encore, ces éléments paratextuels vous incitent-ils à lire l’ouvrage ?
Tous ces éléments (titre, auteur, éditeur, illustration, collection, texte de présentation) sont
nécessaires pour commander un livre en librairie.

Comme exercice d’application et afin de consolider leurs acquis, le professeur éveille la curiosité
des élèves en les invitant à travers l’étude des éléments qui composent le paratexte, à émettre des
hypothèses afin d’anticiper sur le contenu de l’œuvre et leur demande de faire des recherches sur :
1- la vie et l’œuvre d’Ahmed Sefrioui.
2- Le Maroc avant 1950 ( contexte social et historique de l’œuvre)
3- L’écriture autobiographique (autobiographie, roman autobiographique, journal intime, mémoires).
4-le roman autobiographique
5- La littérature marocaine d’expression française.
6- les thèmes, personnages, … etc.

NB : - Il serait préférable de donner le travail à l’avance (1 semaine environ).


III- SYNTHESE

Les fonctions du paratexte sont multiples et nombreuses :

- Une fonction informative qui vise à donner au lecteur les informations requises sur l’œuvre.
- Une fonction incitative qui vise à inciter le lecteur à la réflexion et à poser des questions.
- Une fonction publicitaire qui vise à attirer le lecteur pour l’achat de l’œuvre.
fiche no 2 EVALUATION DE LA LECTURE

Niveau : 1ère année Bac


Activités : Travaux encadrés et activités orales
Support : La Boite à Merveilles, recherches des élèves
Objectifs : - Evaluer la lecture des élèves et négocier le projet pédagogique.
- Sélectionner les informations importantes sur la vie d’Ahmed Sefrioui
- Identifier le genre de l’œuvre : l’autobiographie maghrébine
- Connaître le contexte spatiotemporel de l’œuvre

Déroulement de la séance

I- Mise en route

- Avez-vous aimé le roman ? - Avez-vous rencontré des difficultés ? De quel ordre ? Quelles
impressions avez-vous après la lecture de ce roman ?

Après la mise en route, la séance des exposés peut commencer. En se basant sur les recherches
effectuées hors classe, les élèves, à tour de rôle, animent eux-mêmes cette séance. Ils prennent l’initiative
de présenter leurs exposés en évoquant :

- la biographie et l’œuvre d’A. Sefrioui,

- le contexte historique (culturel, politique) de l’œuvre,

- le genre de l’œuvre,

- la littérature marocaine et maghrébine de langue française,

- thèmes, personnages, … etc.

Durant le déroulement des exposés, le professeur prend les rênes des échanges et corrige s’il y a lieu,
les informations douteuses et les fautes d’expression.

II- Document récapitulatif :

1. Le contexte historique : L'histoire du récit :

C’est dans les ruelles de la ville ancienne de Fès qu’Ahmed Sefrioui tisse la diégèse de son roman
La Boîte à Merveilles, un témoignage authentique de la réalité marocaine dans les années 20, à travers
le regard d’un enfant âgé de six ans.

Ecrit en 1952 et publié en 1954, ce roman à caractère autobiographique fut le premier roman marocain
écrit en français. Ce roman est une suite de scènes et de tableaux qui nous relate à travers le regard
sincère mais rêveur du petit Sidi Mohamed la vie quotidienne d'une famille populaire dans la médina
de Fès. Il nous aide à découvrir les facettes de ce monde encore simple de la société marocaine en ce
temps là : son mode de vie, ses valeurs, ses traditions, ses rituels et ses personnages. D'une œuvre
autobiographique, on passe rapidement à un roman ethnographique qui constitue un témoignage vivant
d'une vie en voie de disparaitre. Le lecteur devient un témoin de la vie sociale dans la médina, des
rapports de voisinage, des traditions et des fêtes... Sans aller jusqu'à être un document ethnographique
objectif, ce roman est une reprise presque fidèle de la vie en ce temps là dans l'ancienne ville de Fès.
Ainsi, on peut voir les rituels du bain maure, des cours au m'sid, des obsèques, des disputes entre
voisines, des secrets de femmes....

2. Le genre de l’œuvre : roman autobiographique

_ La Boîte à Merveilles : Autobiographie ou roman autobiographique ?

Dans La Boîte à Merveilles, tout indique qu’il s’agit d’une autobiographie, récit à la première
personne « je » … etc. Mais si on faisait attention au prénom de l’auteur figurant sur la couverture
« Ahmed » il diffère de celui du personnage principal de l’œuvre « Sidi Med »

L’autobiographie :

C’est un genre littéraire assez récent, « récit rétrospectif, écrit en prose qu’une personne réelle fait de
sa propre existence, quand elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa
personnalité. » Dans
l’autobiographie, la relation entre l’auteur et son public s’établit dans le respect d’une triple règle :
auteur, narrateur et personnages sont confondus : L’auteur s’engage à dire la vérité du moment où le
lecteur est constitué en juge du récit.

Le roman autobiographique :

Dans ce genre, le personnage principal, qui est une personne réelle et qui peut être le narrateur, n’est
pas l’auteur mais lui ressemble beaucoup. Ce genre permet ainsi une transformation de la réalité et une
déformation du passé à travers le changement des noms des personnes, le déguisement des faits, la
modification de la chronologie.

3. L’autobiographie dans la littérature maghrébine d’expression française :

Les écrivains marocains de langue française ont composé pour l’essentiel des récits à caractère
autobiographique.
Dans l’autobiographie, le sujet au centre de l’écriture est ce "je" qui parle de son "moi" valorisé
parce que conscient de son identité comme différent des autres. Le "je" représente à la fois l’auteur, le
narrateur et le héros, celui qui écrit et celui dont il s’agit, un être ayant une existence historique.
L’écrivain marocain visait en priorité le colon, destinataire lettré pour qui, ni l’acquisition du livre, ni
l’accès à l’écrit ne constituaient des difficultés majeures. Il était aussi naturel que la langue d’écriture
était celle du colonisateur. Le français était la langue séduisante du modernisme, le moyen aussi à travers
lequel il était possible de créer sa différence et sa révolte face à la domination du colonisateur. Et c’est
pourquoi les premiers récits, en partant du vécu personnel et du parcours de vie, se sont focalisés sur la
description introspective des mœurs locales de façon à souligner la différence de la société autochtone à
dénoncer les tentatives répétées de l’assimiler.
Les écrivains maghrébins d’expression française utilisent le français comme langue d’écriture,
d’abord, la langue arabe étant « marginalisée », l’écrivain n’avait pas d’autres alternatives. Le français
était la langue conquise à l’école et qu’il maîtrisait le mieux. C’était aussi la langue de l’Autre dans
laquelle il était possible de dialoguer avec lui et de lui signifier son inclination et son rejet. Ensuite,
l’arabe n’autorisait pas l’expression libre du "Moi" et ce discours nouveau dans lequel le sujet "je" parlait
de son propre être et donnait sa vision du monde à travers le regard qu’il portait sur les siens. Mais
comment Sefrioui organise-t-il la présence de ce « je » dans son roman qui porte essentiellement sur le
« nous », sur les mœurs, la tradition et la vie de la société authentique dont il est issu ?
4. Thèmes et Structure de l’œuvre :

La Boite à Merveilles aborde le thème du Maroc sous la Colonisation, à savoir : Le Maroc entre
traditions et modernisme, L’identité culturelle ; la femme marocaine; la solidarité ; la famille ; l’amour,
la tendresse ; le travail ; l’argent…

L’œuvre est scindée sur 12 chapitres ; La structure de l’œuvre peut être faite de la sorte :

• Chapitre1:
- La solitude de l'enfant.
- Les habitants de Dar Chouafa.
- Les cérémonies de la voyante.
-La dispute: Zoubida et Rahma.
• Chapitre 2:
- Le Msid: un espace étouffant.
- La visite du sanctuaire: L.Aicha / L.Zoubida.
- (Le mausolée): Ali Boughaleb.
• Chapitre 3:
- Le fqih du Msid: une misère ridicule.
- La disparition de Zineb __ son retour était l'occasion d'organiser une cérémonie.
• Chapitre 4:
- La visite de Lalla Aîcha: Zoubida et Aîcha se livrent à leur commérage et Sidi Med part aux
jeux avec les enfants.
- My Larbi escroqué par Abdelkader. (Déboires).
• Chapitre 5:
- La faillite de My Larbi (L.Aicha vend ses bijoux).
- La mort du coiffeur Sidi Mohamed Ben Taher.
• Chapitre 6:
- Le nettoyage du Msid fait par les enfants: rixe enfantine.
- L'achat des nouveaux vêtements à l'occasion de Achoura.
• Chapitre 7:
-Les festivités de l'Achoura: Sidi Mohamed part au Msid pour festoyer l'occasion.
• Chapitre 8:
- Le combat entre le père du narrateur avec le dellal rusé. (Le jour où il emmène Zoubida pour
lui acheter des bracelets).
- Le remariage de My Larbi.
• Chapitre 9:
- Ruiné, après avoir perdu son capital, Abdesslam laisse sa famille pour aller travailler aux
bourgs de Fès: afin de rétablir son atelier.
- La visite de Lalla Aicha:
Changement de celle-ci.
Décision d'aller consulter le voyant Sidi El Arofi.
• Chapitre 10:
- La visite de Sidi El Arafi: La voyant aveugle a pu remédier aux
commentaires féminins.
- Le père, absent, parvient à ravir sa petite famille délaissée par l'envoi
d'une somme d'argent.
• Chapitre 11:
- Le martyre dont souffre My Larbi auprès de sa nouvelle épouse.
- Salma, la marieuse, avoue sa responsabilité.
• Chapitre 12:
- L'abstinence du petit Sidi Mohamed aller au Msid.
- Le retour: - du père (joie de la famille), de My.Larbi (tranquillité d'âme de Lalla Aicha).
- La réouverture de la boite merveilleuse par le petit enfant, qui s'insinue de nouveau dans son
petit monde

A travers ce découpage, il y a une thématique qui jaillit sans cesse. C’est l’influence de cet
environnement sur la personnalité de Sidi Mohamed, ce qui suggère une opposition profonde entre
l’univers de l’enfant et le monde des adultes, caractérisé par :
La violence verbale et corporelle, L’escroquerie, La naïveté et l’hypocrisie.

5. Les personnages principaux

• SIDI MOHAMMED : enfant âgé de six ans. Il est à la fois le Je : c’est l’auteur- narrateur-
personnage principal, il est le fils de Lalla Zoubida et de Sidi Abdeslem.
• MAALEM ABDESLAM : père de Sidi Mohammed. C’est un homme qui a pratiqué différents
métiers. Il est connu pour sa piété, sa droiture et son caractère taciturne.
• LALLA ZOUBIDA : mère de Sidi Mohammed. Elle est âgée de vingt-deux ans. Jeune femme
alerte et bavarde dotée d’un caractère flamboyant. Mais elle est aussi une mère tendre, une épouse
fidèle et une amie sincère.
• LALLA KANZA : La chouaffa c’est la voyante qui habite au rez-de-chaussée de Dar chouafa.
Le narrateur lui prête des pouvoirs surnaturels.
• RAHMA: voisine de la famille du narrateur. Jeune femme belle qui a une fille, Zineb, et dont le
tempérament oscille entre la violence et la fragilité. Elle s’avère une excellente conteuse. C’est
la femme de Driss el Aouad, fabriquant de charrues.
• ABDALLAH : il est épicier. Le narrateur lui attribue toutes les histoires merveilleuses qu’il a
eu l’occasion d’entendre.
• LE FQIH DU MSID : un grand maigre à barbe noire, dont les yeux lançaient des flammes de
colère et qui habitait rue Jiaf.
• LALLA AÎCHA : amie de Lalla Zoubida . Les deux femmes échangent les visites et les secrets
en présence de Sidi Mohammed.
• La boîte à merveilles : Le véritable ami du narrateur
• FATMA BZIOUYA : locataire de Dar Chouafa. Elle habite le même étage que la famille du
narrateur.

III- Problématique et hypothèse de lecture :

Dans quelle mesure peut-on considérer La Boite à Merveilles comme roman autobiographique ? Et
comment l’auteur a pu faire coexister dans une même forme esthétique roman (fiction) et
histoire (réalité) ?
Fiche no 3 SEANCE 3 : SEQUENCE 2

Niveau : 1ère année du Bac


Activité : Production écrite
Durée : 1 heure
Support : La Boite à Merveilles, pré-requis des élèves
Objectif : - Amener les élèves à produire une fiche de lecture de l’œuvre
- Rédiger à partir d'indications.

Déroulement de la séance

A partir de l’œuvre et des éléments des travaux encadrés (auteur, genre littéraire, paratexte …)
présentés au préalable, les élèves sont invités à donner au texte une autre allure. Le travail portera sur la
préparation d’une fiche de lecture de l’œuvre suivant ces étapes :

- Présentation des constituants d’une fiche de lecture


- Rédaction : individuelle et collective

I. PHASE D’EXPLICATION :

Une fiche de lecture, tout en dégageant les grandes lignes de l’œuvre, doit permettre :
- de faciliter la mémorisation du contenu de l’œuvre
- de dégager le cheminement analytique de l’auteur
- de systématiser le travail et de classer les informations de façon rigoureuse

Une fiche de lecture comporte les éléments suivants (après la lecture de l’œuvre) :

- Référence de l’œuvre
- Références bibliographiques complètes : auteur, titre de l’œuvre, lieu d’édition, nom de l’éditeur,
année d’édition, nombre de pages (x p.).
- Résumé
- une courte présentation de l’auteur
- le genre de l’œuvre (essai, roman, ouvrage politique,…)
- l’intrigue de l’histoire et les thèmes traités
- les principaux personnages
- le cadre spatio-temporel
- citations : si certains passages retiennent particulièrement votre attention, vous pouvez les
reproduire fidèlement et les placer entre guillemets.
- L’avis personnel des apprenants

II. PHASE D’EXECUTION :

Rédaction individuelle

Après avoir présenté les composantes de cette technique, le professeur demande aux
élèves de rédiger une fiche de lecture en respectant les éléments cités auparavant.

Rédaction collective

Après la rédaction individuelle des élèves, le professeur donne la parole aux apprenants,
il demande à un certain nombre d’élèves de lire leurs productions et il passe finalement à la dernière
phase celle de la rédaction collective de la fiche de lecture (exemple ci-dessous).
Fiche de lecture

Consigne :

Complète la fiche de lecture suivante, que tu reproduiras sur ton cahier, en te servant des
informations dont tu disposes sur La Boîte à merveilles.

• Titre de l’œuvre : ……………………………………

• Genre de l’œuvre : ………………………………….

• Maison d’édition : …………………………………..

• Collection : ………………………………………….

• Année de publication : ……………………………..

• Nom de l’auteur : ………………………………….

• Date et lieu de naissance et de décès de l’auteur :


- …………………………………………
- …………………..……………………..

• Nombre de chapitres : ………………………..

• Lieu de l’action (régions, pays + ville)

• Principaux personnages :
- …………………..
- …………………..

• Thèmes dominants :
- …………………..
- …………………..

• Nombre de pages : ……………

• L’histoire du récit (Résumé des faits majeurs) :


- …………………..
- ………………….

• Le cadre spatio-temporel :
- …………………………………………
- …………………..……………………..

• L’avis personnel des apprenants :


- …………………..…………………..
- …………………..…………………..

A ce niveau, l’élève donne son point de vue sur l’œuvre d’Ahmed Sefrioui, ses remarques et même ses
critiques.