Vous êtes sur la page 1sur 6

L . S .

tunisia-sat Année scolaire : 2008/2009


Mr : El Antit Imed Devoir de contrôle N°1
Durée : 3 heures
2008/2009
Mathématiques/Sciences expérimentales/Techniques

Le sujet comporte 2 exercices de chimie et 2 exercices de physique


 Chimie :  Cinétique chimique.
 Cinétique chimique.
 Physique :  Dipôle RC.
 Dipôle RL.

CHIMIE :
Exercice 1 :
Le peroxyde d’hydrogène H2O2 stable, se décompose très lentement en eau et en dioxygène selon l’équation :
2H2O2 → O2 + 2H2O
On étudie à température 30°C, la cinétique de cette réaction.
On dispose de dix erlenmeyers numérotés de 1 à 10 contenants chacun Vp = 10 cm3 d’une solution aqueuse
d’eau oxygénée correspondant à 5.10-4 mol de H2O2.
À l’instant t = 0, correspondant au déclenchement du chronomètre, on introduit simultanément dans chacun
des dix erlenmeyers environ 1 mℓ d’une solution de sulfate de fer (III) concentrée.
1°- Préciser le rôle jouer par les ions fer (III) dans la réaction de décomposition de H2O2. Expliquer.
2°- On dose la quantité de H2O2 restante dans chacun des dix erlenmeyers aux instants indiquées dans le
tableau suivant :

N° de
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
l’erlenmeyer
t(mn) 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50

Le dosage manganimétrique à lieu en milieu acide et en présence d’eau glacée par une solution de KMnO4 de
concentration C = 6.10-3 moℓ.ℓ-1. Ceci à permis de tracer le graphe figure -1- relative aux variations du
nombre de moles de H2O2 restant en fonction du temps.
a) Montrer que le graphe ne permet pas de confirmer que la réaction est totale.
b) Dresser le tableau descriptif d’évolution de la réaction étudiée.
c) Donner la définition de la vitesse de la réaction et établir son expression en fonction de n(H2O2).
Déterminer sa valeur à t =0 mn et à t = 10 mn. Indiquer la méthode choisie.
d) Comment varie cette vitesse au cours du temps ? Quel facteur cinétique est responsable de cette
variation ?
3°- a) Les couples redox mis en jeu au cours de la réaction du dosage sont : MnO−4 / Mn2+ et O2 / H2O2.
Ecrire l’équation de la réaction du dosage.
b) Montrer que le nombre de mole de H2O2 restant à un instant t quelconque est donnée par :
5
n (H2O2)restant = C. VE , où VE : volume de KMnO4 versé à l’équivalence.
2
c) Déterminer la valeur du volume VE nécessaire au dosage de la quantité restante de H2O2 à t = 10 min.

-1-
Exercice 2 :
A l’instant t = 0, on mélange, à la température ambiante, un volume V1 = 60 cm3 d’une solution aqueuse
d’iodure de potassium KI de concentration molaire C1 = 0,2 moℓ.L-1avec le volume V2 = 80 cm3 d’une
solution de péroxodisulfate de potassium (K2S2O8) de concentration C2 = 0,1 moℓ.L-1 .
Une coloration jaune apparaît et s’intensifie progressivement due à l’oxydation des ions iodures en diiode par
les ions péroxodisulfate.
1°- En précisant les couples rédox mis en jeu, écrire l’équation bilan de la réaction qui se produit dans le
mélange réactionnel.
2°- À un instant de date t > 0, on prélève du mélange réactionnel, le volume V0 = 2 cm3 auquel on ajoute
deux gouttes d’empois d’amidon et un volume Ve = 30 cm3 d’eau distillée.
On effectue maintenant le dosage du diiode contenu dans la solution obtenue par une solution de thiosulfate
de sodium Na2S2O3 de concentration molaire C3.
a) Annoter le schéma du dispositif de dosage (figure -2-) de la page annexe.
b) Au cours du dosage, comment peut-on repérer le point d’équivalence ? Expliquer.
c) Quel est l’objectif visé par l’addition du volume Ve d’eau dans chaque prélèvement ?
Expliquer en précisant le facteur cinétique mis en jeu.
d) Définir l’avancement d’une réaction chimique et dresser le tableau d’avancement de cette réaction.
V + V2
e) Montrer que n(I2) s’écrit : n(I2) = 1 C3V3, déduire l’avancement de cette réaction.
2V0
3°- Les résultats de l’expérience ont permis de tracer les courbes de figure -3- donnant les variations de
l’avancement en fonction du volume V3 de la solution de thiosulfate de sodium Na2S2O3 versé à l’équivalence
(Figure -2a-) et en fonction du temps t (Figure -2b-) :

x (10-3 moℓ) x (10-3 moℓ)

5
17,5

0 50
0 10 t(min)
V3 (mL)
Figure -2a-
Figure -2b-
En exploitant ces deux courbes :
a) Déterminer la concentration molaire C3 de la solution de thiosulfate de sodium.
b)
 Définir la vitesse instantanée de la réaction.
 Calculer cette vitesse en fonction de nI 2 à l’instant t1 = 20 mn.
 Déduire cette vitesse en fonction de nS O2- à la même date.
2 8

4°- a) Montrer que les ions iodures I- constituent le réactif limitant dans cette réaction.
b) On appelle temps de demi-réaction, noté t1/2, la durée au bout de laquelle se forme la moitié de la
quantité de matière de diiode susceptible d’être formé si la réaction était totale.
Déterminer graphiquement t1/2.

-2-
Physique :
 
Exercice 1 : B
+
Les deux parties I et II sont indépendantes. R
Partie 1 : E
A
On considère le circuit schématisé ci-contre : - C
E : tension continue réglable M
C : capacité réglable (condensateur initialement déchargé)
R : résistance réglable

1°- Interrupteur en position .


L’interrupteur étant fermé à la date t = 0, on enregistre l’évolution des tensions uAM et uBM à l’aide d’un
système d’acquisition. Lorsque R = 50 kΩ et E = 4,0 V, on obtient les courbes de la figure 3 (voir annexe).
a) Identifier chacune des courbes en justifiant, et expliquer ce qui se passe au niveau du condensateur.
b) Déterminer par une méthode que l’on précisera la valeur de la constante de temps τ du dipôle. En
déduire la valeur de C.
c) Déterminer à la date t = 30 ms :
- la valeur de l’intensité i dans le circuit
- la valeur de la charge qA de l’armature A du condensateur.
- l’énergie emmagasinée par le condensateur.
d) Evaluer à partir du graphique la durée nécessaire pour charger complètement le condensateur.
Comparer cette valeur à τ.

On renouvelle cette opération successivement avec différentes valeurs de E, C et R, après avoir


rapidement déchargé le condensateur avant chaque expérience.
e) Comment peut-on réaliser très simplement cette décharge rapide ?
f) Les courbes obtenues sont superposées
(Voir figure 4). Associer les choix des valeurs a, b, c et d (voir tableau) aux courbes n°1, 2, 3 et 4 en
justifiant le choix.
Cas a. b. c. d.
R(kΩ) 10 20 10 10
C(µF) 0,22 0,22 0,22 0,47
E(V) 4,0 2,0 2,0 4,0

2°- Interrupteur en position .


Le condensateur étant préalablement chargé dans les conditions de la question 1°- a)., on bascule
l’interrupteur en position  et on enregistre à nouveau uAM.
a) Exprimer l’intensité du courant en fonction de uAM.
du AM 1
b) Montrer que l’équation différentielle à laquelle obéit uAM s’écrit : + .uAM = 0.
dt RC
c) Vérifier que uAM = A.e – Bt est solution de cette équation, et déterminer les expressions des grandeurs A
et B.
d) Quelle est, au cours de la décharge, l’expression EC de l’énergie du condensateur en fonction du temps ?
E
En appelant EC0 l’énergie du condensateur à t = 0, calculer le rapport C à la date t = τ.
EC0
e) On réalise le graphique EC = f(uAM2). (figure 5).
☯ Montrer que ce graphique permet de retrouver la valeur de C
☯ Calculer cette valeur à partir du graphique.

-3-
Partie 2 :
On débranche le générateur de tension et on le remplace par un autre délivrant une tension carrée en créneaux,
ce dernier impose un échelon de tension E = 6V de période T = 200 ms. Un oscilloscope à mémoire bi-courbe
permet de visualiser la tension uC et la tension uR respectivement aux bornes du condensateur et du résistor.
1°- Reproduire le schéma du montage figure 6 et indiquer les branchements réalisés pour observer les deux
tensions uC et uR. Quel réglage pratique a-t-on réalisé pour observer ces deux courbes ?
2°- a) Établir l’équation différentielle vérifiée par uC pour uG = E.
b) La solution de cette équation différentielle est de la forme : uC(t) = E +α e - λ .
t

Déterminer les valeurs de α et λ en fonction des grandeurs du circuit, sachant que uC(t = 0) = 0.
3°- a) Établir l’équation différentielle vérifiée par uR ; ainsi que sa solution uR(t).
b) Calculer uRmax, en déduire Imax.
c) Quelle est la valeur du courant en fin de charge. Justifier ?
d) Donner l’expression de i(t).
4°- On donne la courbe : i = f(t). (Figure 7)
a) À partir de cette courbe peut-t-on déterminer la valeur de la constante de temps du dipôle RC ?
b) On donne τ = RC, Calculer la valeur de τ.
c) Calculer graphiquement la valeur de τ par la méthode de votre choix. Expliquer.
5°- On modifie la période de la tension délivrée par le générateur, on la fixe à une valeur T’ = T.
2
☯ Peut-on affirmer que le condensateur est complètement chargé quand t = T’ ? Justifier.
2

i(mA)
40
K
R = 200 Ω 30
Figure 7
G.B.F 20
E,0

C = 100 µF 10
t(ms)

Figure 6 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

Exercice 2 :
On se propose d'étudier les caractéristiques d'une bobine, à savoir son inductance L et sa résistance r.
Pour cela, on réalise le circuit comportant en série: la bobine, un conducteur ohmique de résistance R =50 Ω,
un interrupteur K et un générateur de tension continue de force électromotrice E = 6,0 V.
Une interface, reliée à un ordinateur permet de saisir les valeurs des tensions instantanées aux bornes du
générateur et aux bornes du conducteur ohmique.
Après la fermeture de l'interrupteur on obtient les courbes figure 8:
1°- Affecter à chaque courbe la tension visualisée. Justifier.
2°- Faire le schéma du circuit et indiquer comment brancher les voies A et B ainsi que la masse de la carte
d’acquisition. Représenter les flèches tensions aux bornes de la bobine (uL), aux bornes du conducteur
ohmique (uR) et aux bornes du générateur (E) ainsi que le sens du courant.
3°- Quelle est la courbe qui permet de connaître i(t)? Justifier la réponse.
4°- Exprimer la tension uL aux bornes de la bobine en fonction de i, L et r.
5°- Quelle est la relation entre E, uL et uR ?
6°- Montrer qu'en régime permanent, l'intensité du courant i tend vers une valeur constante Imax.
Déterminer cette valeur.
7°- En déduire la valeur de r.
8°- Déterminer, par la méthode de votre choix, la valeur de la constante de temps τ du circuit. Expliquer.
9°- Donner l’expression de τ en fonction de L, r et R. En déduire la valeur de L.

-4-
Annexe
-4
n(H2O2)(10 moℓ)
Figure -1-

t(mn)
0 10 20 30 40 50

00 00
min s

Figure -2-
Figure 3 U (V)
uAM(V)
uBM(V)
AM
U (V)
BM 4

5 10 15 20 25 30
t (ms)

-5-
Figure 4
U (V)
AM
uAM(V)

3.5 n°1
n°2
3

2.5
n°3
2

n°4
1.5

0.5

2 4 6 8 10 12 14 16 18
t (ms)

Figure 5 Ec n
Ec(nJ)(mJ)

700

600

500

400

300

200

100

2 4 6 8 10 12 14
uAM2 (V2)
U² (V²)
AM
Figure 8

Voie B
6

3 Voie A

t (10-3s)
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1

-6-