Vous êtes sur la page 1sur 2

WOLLSTONECRAFT MARY

(1759-1797)

Écrit par

Universalis

Féministe anglaise née le 27 avril 1759 à Londres, morte le 10 septembre 1797 à Londres.

Issue du milieu agricole, Mary Wollstonecraft travaille en tant que directrice d'école et gouvernante,
deux expériences qui influencent les réflexions qu'elle développe dans Thoughts on the Education of
Daughters (1787). En 1788, elle devient traductrice pour l'éditeur londonien James Johnson, qui
publie plusieurs de ses travaux, dont son premier roman, Mary : a Fiction (1788). Elle mûrit un
ouvrage sur la place de la femme dans la société, A Vindication of the Rights of Woman (Défense des
droits de la femme, 1792), dans lequel elle réclame l'égalité de traitement entre hommes et femmes
en matière d'éducation.

Pendant la Révolution française, Mary Wollstonecraft quitte l'Angleterre pour s'installer, en 1792,
à Paris, où elle vit avec un Américain, le capitaine Gilbert Imlay. Au printemps de 1794, elle donne
naissance à une fille, Fanny. L'année suivante, déchirée par sa rupture avec Imlay, elle tente de
mettre fin à ses jours.

Mary Wollstonecraft rentre à Londres et travaille de nouveau pour Johnson. Elle rejoint le groupe
d'intellectuels influents qui se rassemblent chez lui, lequel comprend notamment William Godwin,
Thomas Paine, Thomas Holcroft, William Blake et, à partir de 1793, William Wordsworth. En 1796,
Mary Wollstonecraft entame une liaison avec Godwin, et, enceinte, l'épouse le 29 mars 1797. Ce
mariage heureux est écourté : Mary Wollstonecraft Godwin meurt onze jours après avoir donné
naissance à une seconde fille, Mary (qui épousera par la suite Shelley et rédigera Frankenstein).

A Vindication of the Rights of Woman est l'une des œuvres pionnières du féminisme. Publié en 1792,
ce livre avance que le système éducatif transforme alors délibérément les femmes en êtres frivoles
et incompétents. Elle postule qu'un système éducatif offrant aux filles les mêmes avantages qu'aux
garçons formerait des femmes qui seraient, outre des épouses et des mères admirables, des
ouvrières capables d'embrasser de nombreuses professions. D'autres féministes de la première
heure avaient lancé des appels similaires en faveur d'une meilleure éducation des femmes. L'œuvre
de Mary Wollstonecraft est cependant unique, car elle suggère que l'amélioration de la condition
féminine passe par une réforme profonde du système éducatif national, un changement qui serait,
selon elle, profitable à l'ensemble de la société.

La publication de Vindication suscite une vaste controverse, mais ne débouche sur aucune réforme
immédiate. À partir des années 1840, les membres des mouvements féministes naissant en
Amérique et en Europe reprennent néanmoins ses principes. L'ouvrage influence plus
particulièrement les précurseurs de la lutte en faveur des droits des femmes aux États-Unis,
notamment Elizabeth Cady Stanton et Margaret Fuller.

© Encyclopædia Universalis France 1


La vie de Mary Wollstonecraft a fait l'objet de plusieurs biographies, à commencer par celle que
rédigea son mari, Memoirs of the Author of « A Vindication of the Rights of Woman » (1798). Celles
qui datent du XIXe siècle tendent à accentuer les aspects scandaleux de sa vie, au lieu de se
concentrer sur son œuvre. Face au regain d'intérêt pour les droits des femmes qui apparaît à la fin
du XXe siècle, plusieurs ouvrages se penchent à nouveau sur cette féministe. Sa correspondance,
réunie et présentée par Janet Todd sous le titre The Collected Letters of Mary Wollstonecraft, est
publiée en 2003.

— Universalis

POUR CITER L’ARTICLE

« WOLLSTONECRAFT MARY -
(1759-1797) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL :
http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/mary-wollstonecraft/

© Encyclopædia Universalis France 2

Vous aimerez peut-être aussi