Vous êtes sur la page 1sur 43

LIVREDEUXIEME

LIVRE DES PROCEDURES FISCALES


Code Général des Impôts – Edition 2017 212
SOUS-TITRE I ASSIETTE DE L’IMPOT

CHAPITRE UNIQUE OBLIGATIONS DES


CONTRIBUABLES

modification de la structure du capital ou


SECTION I OBLIGATIONS de l’actionnariat, modification de
DECLARATIVES l’activité et/ou le lieu d’exercice de
SOUS-SECTION I PRINCIPE l’activité) fera aussi l’objet d’une
GENERAL déclaration dans les quinze (15) jours
ouvrables suivant cette modification.
Article L 1.- Toute personne physique Ces obligations déclaratives
ou morale assujettie en sa qualité de s’appliquent également aux salariés des
redevable légal ou réel au paiement secteurs public et privé, aux fondations,
d’un impôt, droit ou taxe ou d’acompte aux associations et aux organismes à
d’impôt, droit ou taxe en vertu des but non lucratif, aux gestionnaires ou
dispositions du Code Général des bénéficiaires de trusts, fiducies ou de
Impôts, est tenue de souscrire une structures similaires ainsi qu’aux
demande aux fins d’immatriculation contribuables étrangers qui effectuent
auprès du service des impôts au Cameroun des activités économiques
territorialement compétent, dans les sans y avoir un siège. Ils doivent de ce
quinze (15) jours ouvrables qui suivent fait désigner un repré- sentant solvable
le début de ses activités, et de joindre à accrédité auprès de l’Administration
sa demande un plan de localisation. fiscale.
Un Numéro Identifiant Unique est
attribué à titre définitif par la Direction Article L 1 bis.- (1) Le numéro
Générale des Impôts après certification Identifiant unique est obligatoirement
de la localisation effective du porté sur tout document matérialisant
contribuable. les transactions économiques.
Au terme de la procédure (2) Il est requis par les personnes
d’immatriculation, une carte de morales, publiques ou privées, lors des
contribuable est délivrée sans frais au paiements qu’elles effectuent ou, en tant
contribuable par l’Administration que de besoin, pour toutes autres
fiscale. La validité de la carte de opérations, matérielles ou
contribuable est fixée à dix (10) ans. immatérielles.
Toute modification substantielle Article L 1 ter.- (1) Le numéro
affectant l’exploitation (changement de Identifiant unique est attribué dans les
dirigeant, cession, cessation, conditions fixées par voie
modification de la raison sociale, règlementaire.
(2) Pour l’attribution de l’Identifiant de l’image photographique de
Unique, les services de la Direction l’attributaire.
générale des impôts peuvent procéder (3) Le procédé prévu à l’alinéa
à la prise des empreintes digitales et
Code Général des Impôts – Edition 2017
213241
précédent s’applique également, pour montant des impôts dus.
les personnes morales, au principal (2) La déclaration pré remplie est dé-
dirigeant et à chaque associé détenant posée contre décharge. Mention du
plus de 5% de parts de capital. refus de décharger est faite, le cas
Article L 2.- Toute personne physique échéant.
ou morale assujettie en sa qualité de (3) Le redevable qui accepte les
redevable légal au paiement d’un impôt, termes d’une déclaration pré remplie
droit ou taxe ou d’acompte d’impôt, doit retourner ladite déclaration,
droit ou taxe, ou désignée pour procéder accompagnée des moyens de paiement
à des retenues d’impôts à la source en dans un délai de trente (30) jours, au
vertu des dispositions légales ou Centre des Impôts derattachement.
réglementaires est tenue de souscrire
(4) Le redevable qui se croit surtaxer
des déclarations selon le modèle fourni
ou imposé à tort dans le cadre d’une
par l’Administration fiscale
procédure de déclaration pré remplie
camerounaise, accompagnées des
est tenu d’adresser une demande de
documents annexes obligatoires, dans
rectification auprès du Centre des
les délais prévus par la loi.
Impôts compétent dans un délai d’un
Les déclarations peuvent être faites par mois à compter de la date de réception
voie électronique. Dans ce cas, l’avis de la déclaration. L’administration
d’imposition généré est obligatoirement fiscale et le contribuable disposent
présenté à la banque en support du dans ce cas d’un délai de trente (30)
paiement des impôts et taxes jours pour arrêter les impositions
correspondants. définitives constatées par un avis de
Toutefois, les entreprises relevant d’une mise en recouvrement(AMR).
unité de gestion spécialisée, sont tenues Le contribuable dispose d’un délai de
de déposer leurs déclarations quinze (15) jours à compter de la date
statistiques et fiscales sur support de notification de l’AMR pour
physique et en version électronique. s’acquitter de sa dette.
Article L2 bis.- (1) Nonobstant les En cas de désaccord, le contribuable
dispositions relatives au système peut contester l’AMR dans les
déclaratif, l’Administration fiscale peut conditions définies aux articles L116 et
adresser à toute personne physique ou suivants du Code Général des Impôts.
morale assujettie en sa qualité de (5) L’absence de paiement ou de
redevable d’un impôt, droit ou taxe en réponse à une déclaration pré remplie
vertu des dispositions légales ou dans les délais impartis vaut
réglementaires, une déclaration pré rem- acceptation des termes de ladite
plie des revenus perçus ou de toute déclaration.
autre matière imposable, assortie du
SOUS-SECTION II MISE EN dans les délais prévus par la loi fait
DEMEUREDE DECLARER l’objet d’une lettre de relance valant mise
en demeure de déclarer. Il dispose alors
Article L 3.- Tout contribuable qui d’un délai de quinze (15) jours pour
s’est abstenu de souscrire sa déclaration régulariser sa situation, à compter de la
Code Général des Impôts – Edition 2017
214241
réception de la lettre, le cachet de la Article L 5.- Les livres, registres,
poste ou le bordereau de décharge, en documents ou pièces sur lesquels peu-
cas de remise en mains propres, faisant vent s’exercer les droits de contrôle, de
foi. A défaut, et sans préjudice des communication ou d’enquête de
sanctions susceptibles de s’appliquer, l’Administration fiscale, et ce, quelle
les bases d’imposition peuvent être que soit leur forme, doivent être
déterminées d’office par conservés pendant un délai de dix (10)
l’Administration fiscale dans les ans à compter de la date de la dernière
conditions prévues aux articles L 29 et opération qu’ils constatent ou de la date
suivants du présent Livre. à laquelle les documents ont été établis.
SECTION II OBLIGATIONS ET Article L 6.- Les registres de transfert
DELAIS DE CONSERVATION d’actions et d’obligations, les feuilles de
DES DOCUMENTS présence et les procès-verbaux
d’Assemblées générales et de Conseils
Article L 4.- Les contribuables sont d’administration, le rapport de gestion
tenus de présenter à toute réquisition de dûment approuvé par les actionnaires ou
l’Administration fiscale, tous les les associés, éventuellement les
documents et pièces comptables Conventions réglementées ainsi que les
obligatoires complétés, le cas échéant, Rapports des commissaires aux comptes
par les éléments de la comptabilité doivent être présentés à toute réquisition
spécifiques à la nature de l’activité du service des impôts.
exercée, permettant d’établir la sincérité Les entreprises sont également
des éléments portés sur leurs astreintes à produire à toute réquisition
déclarations. de l’Administration fiscale, le livre
Ces obligations s’appliquent égale- général des procédures de contrôle
ment aux représentants accrédités interne, le livre spécifique des
désignés dans les conditions prévues à procédures et de l’organisation
l’article L1 ci-dessus, ainsi qu’aux comptable ainsi que le livre spécifique
gestionnaires de trusts, fiducies ou de des procédures et de l’organisation
structures similaires domiciliés au informatique.
Cameroun. SECTION III OBLIGATIONS DE
PAIEMENT DE L’IMPOT

Article L 7.- Toute personne tenue au


paiement d’un impôt ou taxe ou d’un
acompte d’impôt ou taxe ainsi qu’au
versement d’impôts collectés par voie
de retenue à la source auprès des tiers
pour le compte de l’Etat ou de toute
autre personne morale de droit public,
doit s’acquitter de sa dette auprès de la Le paiement des impôts et taxes susvisés
Recette des Impôts dans les délais fixés se fait suivant les modalités ci- après :
par la loi. - en espèces ou par voie électronique
Code Général des Impôts – Edition 2017
215241
pour les montants inférieurs à cent Article L 8.- (1) Tout paiement donne
mille (100 000) F CFA; lieu à la délivrance d’une quittance. Ces
- par chèque certifié, par virement quittances sont exemptes du droit de
bancaire ou par voie électronique timbre. Il peut en être délivré du-
pour les montants d’au moins cent plicata au contribuable qui en fait la
mille (100 000) F CFA; demande.
- par virement bancaire ou par voie (2) Tout paiement par virement ban-
électronique pour les entreprises caire d’impôt, droit, taxe ou rede-
relevant d’une unité de gestion vance, doit être assorti d’indications
spécia- lisée, notamment la claires sur l’identité du contribuable et
Direction des Grandes Entreprises, la nature des impôts et taxes pour les-
les Centres des Impôts des quels le paiement est effectué.
Moyennes Entreprises et les centres Le paiement par virement bancaire d’un
spécialisés desimpôts. impôt, taxe, droit ou redevance, donne
Article L7 bis.- (1) Nul ne peut se lieu à l’émission par l’établissement
prévaloir de l’existence d’une créance financier d’une attesta- tion de virement
sur l’Etat pour se soustraire à ses obli- précisant l’impôt concerné. Dans le cas
gations déclarative et de paiement. d’un virement au titre de plusieurs
(2) En aucun cas, les impôts retenus impôts, droits, taxes ou redevances,
à la source ou pour lesquels le contri- l’attestation de virement doit être
buable n’est que redevable légal ne accompagnée de l’état récapitulatif des
peuvent faire l’objet de compensation paiements par nature d’impôt, droit,
de quelque nature que cesoit. taxe ou rede- vance réglés, revêtu du
cachet de l’établissementfinancier.
(3) Nul ne peut se soustraire au paiement
La présentation de l’attestation de
d’un impôt, droit ou taxe ou en
virement assorti de l’état récapitulatif
réclamer l’exonération sur la base de
donne lieu à délivrance automatique
la destination ou de l’affectation du
d’une quittance de paiement au contri-
produit dudit impôt, droit outaxe.
buable lors du dépôt de sa déclaration.
Article L 7 ter.- Les conventions et La date portée sur l’attestation de vi-
cahiers de charges ne peuvent contenir rement est réputée être la date de
des clauses fiscales que dans les con- paiement. Les attestations de virement
ditions définies par les lois et règle- qui donnent lieu à inscription des
ments instaurant des régimes fiscaux sommes correspondantes dans le
dérogatoires légalement institués. compte du Trésor Public au-delà de la
date limite d’exigibilité de l’impôt ou
qui se révèlent infructueux, entraînent
l’application des pénalités et intérêts de
retard prévus à l’article L 106 du
présentCode.
Le contribuable et l’établissement conditions ci-dessus qui ont donné lieu à
financier sont solidairement respon- délivrance de quittance par
sables des paiements effectués dans les l’administration fiscale et encourent les
Code Général des Impôts – Edition 2017
216241
mêmes sanctions en cas de défail- impôts et taxes y compris la déli-
lance. vrance de l’attestation de virement sont
obligatoirement compris dans une
SECTION IV OBLIGATIONS fourchette de 500 à 10 000 F CFA. En
ADMINISTRA- aucun cas, lesdits frais ne doivent
TIVES excéder un montant équiva- lent à 10%
des impôts, droits et taxes payés.
Article L 8 bis.- (1) Les facturations
des entreprises font l’objet d’un suivi Article L 8 ter.- La constatation et la
électronique par l’administration fis- validation des avaries se font selon la
cale dans les conditions définies par procédure ci-après :
arrêté du Ministre en charge des fi- - le contribuable adresse une de-
nances. mande à son service gestionnaire;
(2) Les entreprises, quel que soit leur - la constatation et la validation des
statut ou leur nature, sont tenues de se avaries sont effectuées dans un dé-
conformer au système de suivi élec- lai de (15) jours à compter de la
tronique visé à l’alinéa (1)ci-dessus. date d’introduction de la demande;
(3) Les frais dus aux établissements - un procès-verbal est établi et signé
financiers au titre des virementsdes par toutes les parties. Mention de
l’éventuel refus de signer du con-
tribuable est faite dans le procès-
verbal.

SOUS-TITRE II CONTROLE DE L’IMPOT

CHAPITRE I DROIT DE CONTROLE

SECTION I DISPOSITIONS d’Inspecteur ont le pouvoir d’assurer le


GENERALES contrôle de l’assiette de tous les impôts
et taxes dus par les contri- buables
Article L 9.- Les agents des impôts qu’ilsvérifient.
assermentés ayant au moins le grade
SECTION II DISPOSITIONS poser, pour l’ensemble de leurs opéra-
PARTICULIERES tions l’exception d’incompétence à
EN MATIERE DE TAXE SUR LA l’encontre des agents de la Direction
VALEUR AJOUTEE (TVA) Générale des Impôts ayant au moins le
grade d’inspecteur des impôts, qui
Article L 10.- Les personnes assujet-
contrôlent la régularité des déductions
ties à la Taxe sur la Valeur Ajoutée ne
prévues par le Code Général des Im- pôts
peuvent, en raison de leurs opérations
et poursuivent la régularisation des
d’importations ou d’exportations, op-
Code Général des Impôts – Edition 2017
217241
déductions ou des exonérations opérées vérification de comptabilité s’exerce au
indûment sur la TVA payée oudue. siège de l’entreprise ou au lieu de son
Toutefois, les agents de grade inférieur principal établissement. Dans
peuvent agir sur ordre écrit de l’hypothèse où le contrôle ne peut
l’inspecteur des impôts. s’effectuer en ces deux lieux, le con-
Le contribuable qui, à l’issue du con- tribuable doit expressément demander
trôle de validation de son crédit de qu’il se déroule soit dans les bureaux de
Taxe sur la Valeur Ajoutée, conteste le son comptable, soit dans les locaux
rejet total ou partiel du crédit peut del’administration.
solliciter une vérification générale de Article L 12.- (1) Tout contribuable
comptabilité. relevant de l’Impôt sur le Revenu des
Personnes Physiques peut faire l’objet
SECTION III MODALITES d’une vérification de sa situation fis-
D’EXERCICE DU cale d’ensemble.
DROIT DE CONTROLE A l’occasion de cette vérification,
SOUS-SECTION I l’administration fiscale contrôle la
VERIFICATION SUR PLACE cohérence entre les revenus déclarés par
le contribuable au titre de l’Impôt sur le
Article L 11.- Les agents des impôts Revenu, et la situation de sa trésorerie,
ayant au moins le grade d’inspecteur, de son patrimoine et des éléments de
munis de leur carte professionnelle et son train de vie.
d’une copie de l’avis de vérification, (2) La Vérification de la Situation
vérifient sur place, la comptabilité des Fiscale d’Ensemble s’exerce dans les
contribuables astreints à présenter et à bureaux de l’administration ou dans
tenir des documents comptables. La les locaux professionnels du contri-
buablevérifié.
(3) Seuls les agents de l’administration
fiscale assermentés ayant au moins le
grade d’inspecteur peuvent procéder à
une Vérification de la Situation Fis-
caled’Ensemble.
Article L 13 nouveau.- (1) Au moins
quinze (15) jours avant la date prévue
pour la première intervention,
l’Administration des impôts adresse,
sous pli recommandé ou en mains
propres avec accusé de réception ou par
bordereau de décharge, un avis de
vérification de comptabilité ou de
vérification de situation fiscale
d’ensemble et un exemplaire de la
Charte du contribuable, qui
l’informent de la possibilité qu’il a de se faire assister d’un conseil de son
Code Général des Impôts – Edition 2017
218241
choix. Mention doit en être faite dans sans pouvoir procéder à un examen
l’avis de vérification sous peine de critique de la comptabilité.
nullité de cette dernière.
(2) En cas de Vérification de la Situa- Article L 16.- Lorsque l’avis ne com-
tion Fiscale d’Ensemble, l’avis de porte pas de précision sur les impôts,
vérification est adressé au contribuable droits et taxes ou l’indication des an-
dans les mêmes conditions visées à nées ou périodes soumises à vérifica-
er
l’alinéa 1 ci-dessus, au moins quinze tion, c’est l’ensemble des impôts dont
(15) jours avant le début de la pre- le contribuable est redevable au titre de
mière intervention. la période non prescrite, qui fait l’objet
L’avis de vérification visé àl’alinéa de la vérification ; dans ce cas, la
(2) ci-dessus devra comporter une vérification est dite «vérification
demande de relevé(s) de(s) compte(s). générale».
A condition de le préciser sur l’avis de
Article L 14.- En cas de report de la vérification, l’Administration peut
date initiale de la première interven- procéder à des vérifications partielles
tion, à l’initiative de l’Administration, consistant au contrôle de l’ensemble
le service des impôts doit impérative- des impôts, droits ou taxes dus au titre
ment adresser au contribuable un avis d’un exercice fiscal ou d’un impôt
rectificatif. donné sur tout ou partie de la période
Le contribuable peut également sollici- non prescrite.
ter le report du contrôle, en formulant La vérification peut néanmoins remon-
par écrit et en motivant sa demande ter sur un ou plusieurs exercices au-
dans les quinze (15) jours de la récep- delà de la période prescrite lorsque ces
tion de l’avis. Ce report doit être ex- exercices sont déficitaires, dès lors que
pressément accepté les déficits réalisés au titre d’un exer-
par cice sont reportables et s’imputent sur
l’Administration. L’absence de ré- les résultats bénéficiaires du premier
ponse de l’Administration fiscale dans exercice non prescrit dont ils consti-
un délai de quinze (15) jours vaut tuent des charges.
acceptation. La vérification peut également remon-
ter sur un ou plusieurs exercices au-
Article L 15.- L’Administration peut
delà de la période prescrite lorsque ces
procéder à des vérifications inopi- nées;
exercices font apparaître un crédit de
elle remet alors un avis de véri- fication
Taxe sur la Valeur Ajoutée reportable
et un exemplaire de la Charte du
sur la première déclaration de la pé-
contribuable en mains propres au
riode non prescrite.
contribuable, qui en accuse réception,
lors de la première intervention. Article L16 bis.- L’administration
Lors de cette intervention, l’Adminis- peut également procéder à des con-
tration se limite à effectuer sur procès- trôles ponctuels, consistant au contrôle
verbal des constatations matérielles, des impôts, droits ou taxes à verse-
ments spontanés sur une période infé-
rieure à un exercicefiscal.
Dans ce cas, il est servi au contri- buable au moins huit (08) jours avant la
Code Général des Impôts – Edition 2017
219241
date prévue pour la première inter- Dans ce cas, l’Administration fiscale est
vention, un avis depassage. habilitée à requérir, conformément aux
Article L 17.- Lorsque le service des dispositions de l’article L 18 ci- dessus,
impôts envisage d’étendre la vérifica- les conseils techniques d’experts aux
tion à une période ou un impôt ou taxe fins de procéder à des tests sur le
non précisé sur l’avis de vérification matériel même qui héberge
initial, il adresse un avis complémen- l’exploitation et à vérifier :
taire dans les conditions de forme et de - le système d’exploitation comp-
délais fixées aux articles L 13 et table;
suivants du présent livre, mentionnant
la nouvelle période ou le nouvel impôt - l’ensemble des informations, don-
soumis àvérification. nées et traitements qui concourent
directement ou indirectement à la
Article L 18.- (1) Lorsqu’une vérifica- formation des résultats comptables
tion de comptabilité ou une procédure ou fiscaux et à l’élaboration des
de redressement requiert des connais- documents rendus obligatoires par
sances techniques particulières, le Code Général des Impôts;
l’Administration peut faire appel aux
conseils techniques d’experts figurant - la documentation relative aux ana-
sur une liste arrêtée par le ministre lyses, à la programmation et à
chargé des Finances. l’exécution destraitements.
Ces derniers engagent leur responsabi- Article L 19 bis.- (1) Lorsque, dans le
lité professionnelle en cas de dom- cadre d’une vérification de comptabili-
mages causés du fait de leur interven- té, l’Administration a réuni des élé-
tion. ments faisant présumer que l’entreprise
(2) L’administration fiscale peut éga- a opéré un transfert indi- rect de
lement faire appel à des experts inter- bénéfices, au sens des disposi- tions de
nationaux dans le cadre des accords l’Article 19 du présent Code, elle peut
dont le Cameroun est partie. demander à cette dernière des
informations et documents précisant :
Article L 19.- Lorsque la comptabilité - la nature des relations entrant dans
est tenue au moyen de systèmes in-
les prévisions de l’article 19 susvi-
formatisés, l’organisation comptable
sé, entre cette entreprise et une ou
doit recourir à des procédures qui
plusieurs entreprises, sociétés ou
permettent de satisfaire aux exigences
groupements établis hors du Came-
de régularité et de sécurité requises en
roun;
la matière, dans les formes et condi-
tions prévues par l’article 22 de l’Acte - la méthode de détermination des
Uniforme OHADA portant organisa- prix des opérations de nature
tion et harmonisation des comptabili- indus- trielle, commerciale ou
tés des entreprises. financière qu’elle effectue avec des
entre- prises, sociétés ou
groupements vi- sés au (1) et les
éléments qui lajus-
tifient ainsi que les contreparties consenties ;
Code Général des Impôts – Edition 2017
220241
- les activités exercées par les entre- la structure en charge de grandes en-
prises, sociétés ou groupements vi- treprises, les documents visés à l’alinéa
sés au (1), liées aux opérations vi- er
1 ci-dessus sont produits d’office à
sées au (2); l’ouverture de la vérification de
- le traitement fiscal réservé aux comptabilité lorsque :
opérations visées au (2) et réalisées - plus de 25 % de leur capital ou
par les entreprises qu’elle exploite droits de vote est détenu, directe-
hors du Cameroun ou par les socié- ment ou indirectement, par une enti-
tés ou groupements visés au(1). té établie ou constituée hors du Ca-
Les demandes susvisées doivent être meroun;
précises et indiquer explicitement, par - elles détiennent elles-mêmes, direc-
nature d’activité ou par produit : tement ou indirectement, plus de 25
- le pays ou le territoire concerné; % d’une entité juridique domiciliée hors
- l’entreprise, la société ou le grou- du Cameroun.
pement visé; Article L 20.- Les autorités civiles et
- les montants encause. militaires prêtent aide et assistance aux
agents des impôts dans l’exercice de
Elles doivent, en outre, préciser à
leurs fonctions, toutes les fois qu’elles
l’entreprise vérifiée le délai de réponse
en sontrequises.
qui lui est ouvert. Ledit délai, qui ne
peut être inférieur à un mois, peut être Article L 20 bis.- Les redressements
prorogé sur demande motivée sans fiscaux sont de la compétence exclu-
pouvoir excéder au total une durée de
deux mois. sive de l’administration fiscale. Tout
autre organisme public de contrôle des
Lorsqu’elle la juge insuffisante, comptes financiers et sociaux autre que
l’Administration adresse à l’entreprise l’administration fiscale, qui cons- tate à
une mise en demeure de compléter sa l’occasion de ses missions de contrôle,
réponse dans un délai de trente (30) des infractions à la législa- tion fiscale,
jours. Dans ce cas, elle précise les doit en informer d’office
compléments de réponse sollicités. l’administration fiscale. Celle-ci en-
Cette mise en demeure doit rappeler les gage immédiatement une opération de
sanctions applicables en cas de défaut contrôle fiscal dans les conditions
de réponse, notamment des fixées par le Code Général desImpôts.
redressements sur la base d’éléments
dont dispose l’Administration. SOUS-SECTION II
Dans ce cas, la charge de la preuve CONTROLE SUR PIECES
incombe à l’entreprise.
(2) Toutefois, pour les personnes mo- Article L 21.- L’Administration peut
rales établies au Cameroun relevant de procéder au contrôle des déclarations
souscrites par les contribuables, depuis
les locaux de l’Administration sans
envoi d’un avis préalable, dans le cadre Ces contrôles se limitent à l’examen des
de contrôles surpièces. déclarations, des actes utilisés pour
Code Général des Impôts – Edition 2017
221241
l’établissement des impôts et taxes ainsi SECTION IV
que des documents déposés en vue PROCEDURES DE
d’obtenir des déductions, des REDRESSEMENT
restitutions ou des remboursements.
Dans tous les cas, le contrôle sur pièce SOUS-SECTION I
est un contrôle de cohérence des dé- PROCEDURE DE
clarations du contribuable et non pas un REDRESSEMENT
contrôle général de comptabilité. CONTRADICTOIRE

SOUS-SECTION III Article L 23.- Lorsque l’Administra-


DEMANDES tion constate une insuffisance, une
D’ECLAIRCISSEMENTS inexactitude, ou une omission dans les
ET DE JUSTIFICATIONS éléments servant de base au calcul des
impôts, droits et taxes ou sommes
Article L 22.- L’Administration peut quelconques dues en vertu du Code
demander par écrit aux contribuables, Général des Impôts, les redressements
tous renseignements, justifications ou correspondants sont effectués suivant la
éclaircissements relatifs aux déclara- procédure contradictoire. La charge de
tions souscrites et aux actes déposés, y la preuve incombe
compris pour les catégories de revenus à l’Administration.
pour lesquels ils ne sont pas astreints à
la tenue d’une comptabilité. Article L 24.- (1) A l’issue du con-
trôle, l’Administration adresse au con-
Les contribuables doivent impérative-
tribuable, une notification de redres-
ment répondre dans un délai de trente
sement motivée et chiffrée, ou un avis
(30) jours à compter de la réception de
d’absence de redressement.
la demande. À défaut, la procédure de
taxation d’office définie aux articlesL (2) Sous peine de nullité de la procé-
29 et suivants du présent Livre, dure, la notification de redressement
s’applique pour la détermination des ou l’avis d’absence de redressement
impôts et taxes concernés par la de- est adressé au contribuable dans un
mande. délai de soixante (60) jours à compter
de la fin des opérations de contrôle sur
Article L 22 bis.- Au cours des opéra- place, matérialisée par un procès-
tions de contrôle fiscal, la constatation verbal de fin de contrôle, sauf circons-
de la carence de production de pièces tances exceptionnelles dûment moti-
justificatives sur Procès-verbal lors de vées. (MLF.2011)
l’intervention en entreprise emporte
l’irrecevabilité absolue desdites pièces (3) Le contribuable doit faire parve-
pendant la phase contentieuse. nir ses observations ou faire connaître
son acceptation dans un délai detrente
(30) jours à compter de la réception de
la notification de redressements, sauf
circonstances exceptionnelles dûment
motivées.
(4) Le défaut de réponse dans le délai fixé vaut acceptation et les impôts, droits
Code Général des Impôts – Edition 2017
222241
et taxes ainsi rappelés sont im- Article L 27.- La réponse aux observa-
médiatement mis en recouvrement. tions du contribuable fera apparaître,
Article L 25.- En cas de redresse- pour information, la liquidation des
ments effectués dans le cadre d’une droits dus suite au contrôle et la moti-
vérification partielle, d’un contrôle vation des pénalités appliquées ainsi
ponctuel, ou d’un contrôle sur pièces, que leur montant.
l’Administration adresse au contri- Article L 28.- La procédure contradic-
buable une notification de redresse- toire ne s’applique pas en matière de
ment motivée et chiffrée, ouvrant au timbre lorsqu’ils ne sont pas payés sur
contribuable un délai de réponse de état ou sur déclaration, et dans les cas
trente (30) jours ouvrables à compter de de taxation d’office des bases
sa réception. d’imposition, tels que prévus aux ar-
Article L 26.- Si les observations ticles L 29 et suivants du présent Livre.
formulées par le contribuable dans les
SOUS-SECTION II PROCEDURE
délais, sont reconnues fondées, en tout
DE
ou partie, l’Administration doit aban-
TAXATION
donner tout ou partie des redresse-
D’OFFICE
ments notifiés. Elle en informe le con-
tribuable dans une lettre de «réponse Article L 29.- Sont taxés d’office les
aux observations du contribuable» contribuables qui n’ont pas déposé dans
adressée avec accusé de réception. le délai légal les déclarations qu’ils sont
Si l’Administration entend maintenir les tenus de souscrire en appli- cation du
redressements initiaux, elle les Code Général des Impôts en leur qualité
confirme dans une lettre de «réponse de redevable.
aux observations du contribuable» et Pour l’application de l’alinéa précé-
informe ce dernier qu’il a la possibilité dent, la procédure de taxation d’office
de déposer une réclamation conten- n’est possible que lorsque le contri-
tieuse en vertu des dispositions des buable n’a pas régularisé sa situation
articles L116 et suivants du présent dans les quinze (15) jours ouvrables
Livre. suivant la réception d’une lettre de
Dans tous les cas, la lettre de réponse relance valant mise en demeure de
aux observations du contribuable est déposer sa déclaration.
adressée au contribuable, sous peine de Article L 30.- La procédure de taxa-
nullité de la procédure, dans un délai de tion d’office s’applique également :
soixante (60) jours à compter de la
réception des observations du - lorsque le contribuable s’abstient de
contribuable, sauf circonstances ex- produire les détails et sous- détails
ceptionnelles dûment motivées. de certains éléments de la comptabi-
lité spécifique de l’activité exercée;
- lorsque le contribuable s’abstient de
répondre dans le délai fixé à l’article
L 29 ci-dessus à une demande
d’éclaircissements ou de justifica- tions ;
Code Général des Impôts – Edition 2017
223241
- en cas de défaut de désignation d’un devant l’Administration conformé-
représentant fiscal au Cameroun; ment aux dispositions des Articles L
- en cas de défaut de tenue ou de pré- 116 et suivants du présent Livre. La
sentation de tout ou partie de la charge de la preuve incombe au con-
comptabilité ou de pièces justifica- tribuable qui doit justifier par tous les
tives constaté par procès-verbal; moyens que les impositions mises à sa
- en cas de rejet d’une comptabilité charge sont exagérées ou non fondées.
considérée par l’Administration
comme irrégulière; SOUS-SECTION III
PROCEDURE DE L’ABUS DE
- ou en cas d’opposition à contrôle DROIT
fiscal.
La procédure de taxation d’office Article L 33.- Toute opération con-
s’applique également à tout contri- clue sous la forme d’un contrat ou d’un
buable qui déclare un revenu global acte juridique quelconque dissi- mulant
imposable, inférieur à une somme une réalisation ou un transfert de
forfaitaire déterminée en appliquant un bénéfices ou revenus effectués
barème légal à certains éléments du directement ou par personnes interpo-
train de vie, si l’écart entre les deux sées n’est pas opposable à
modes d’évaluation du revenu excède l’Administration des impôts qui a le
droit de restituer à l’opération son
d’au moins 40 % le revenu net global
véritable caractère et de déterminer en
déclaré au cours de l’un des deux der-
conséquence les bases des impôts sur
niers exercices.
les sociétés ou sur le revenu des per-
Article L 31.- Les bases ou les élé- sonnesphysiques.
ments servant au calcul des imposi- En cas de réclamation devant la juri-
tions arrêtées d’office sont directement diction contentieuse, l’Administration a
portés à la connaissance du contri- la charge de lapreuve.
buable, au moyen d’une notification de
redressement qui précise les moda- lités Article L 33 bis.- Tout contribuable
de leur détermination. peut, préalablement à la conclusion
d’une opération sous la forme d’un
Les impositions en cause sont mises en
contrat, d’un acte juridique ou d’un
recouvrement immédiatement, men-
projet quelconque, solliciter l’avis de
tion en est faite dans la notification de
l’Administration sur le régime fiscal qui
redressement.
lui est applicable.
Article L 32.- Il est fait mention dans la Lorsque le contribuable a fourni à
notification de redressement que le l’Administration l’ensemble des élé-
contribuable qui fait l’objet d’une ments nécessaires à l’appréciation de la
taxation d’office conserve le droit de portée véritable de l’opération en cause,
présenter une réclamation contentieuse la position énoncée par celle-ci garantit
le contribuable contre tout changement
d’interprétationultérieur.
SECTION V LIMITES DU CONTROLE
DROIT DE
Code Général des Impôts – Edition 2017
224241
Article L 34.- Les omissions totales ou mêmes impôts ou taxes sur le même
partielles constatées dans l’assiette de exercice fiscal au sein de l’entreprise.
l’impôt, les insuffisances et inexac- Toutefois, l’Administration conserve
titudes ou les erreurs d’imposition, son droit de reprise au regard de ces
peuvent être réparées par
impôts et taxes. Elle est en droit de
l’Administration jusqu’à la fin de la
rectifier, dans le délai de reprise, les
quatrième année suivant celle au titre de
bases précédemment notifiées sous la
laquelle l’impôt ou la taxe est exi-
seule réserve que les modifications
gible.
proposées ne résultent pas de constata-
Elles peuvent également être réparées tions faites à l’occasion d’investigations
spontanément par le contribuable lui- supplémentaires dans la comptabilité de
même avant l’envoi d’un avis de véri- l’entreprise.
fication ou avant l’envoi d’une notifi-
En outre, lorsque l’Administration
cation de redressement dans
Fiscale a déposé une plainte pour agis-
l’hypothèse d’un contrôle sur pièces.
sements frauduleux, elle peut procéder
Dans ce cas, il n’est appliqué aucune
à une nouvelle vérification.
pénalité.
Lorsqu’une instance civile, commer- Article L 37.- Il ne sera procédé à
aucun rehaussement d’impositions
ciale ou pénale ou lorsqu’une activité antérieures si la cause de celui-ci ré-
administrative a révélé l’existence sulte d’un différend portant sur une
d’une fraude, le droit de reprise de interprétation par le contribuable de
l’Administration s’exerce jusqu’à la fin
de la quatrième année suivant celle de bonne foi d’une disposition fiscale à
la révélation desfaits. l’époque des faits formellement ad-
mise par l’Administration fiscale.
Article L 35.- (nouveau)- La prescrip-
tion est interrompue par le dépôt de Article L 38.- Supprimé.
l’avis de vérification, la notification de Article L 39.- A condition d’en faire la
redressement, la déclaration ou la noti- demande expresse préalablement à
fication d’un procès-verbal ou par acte l’établissement des impositions, les
comportant reconnaissance de l’impôt contribuables faisant l’objet d’une
de la part du contribuable. vérification simultanée de la TVA et de
Article L 36.- Lorsque la vérification l’Impôt sur le Revenu des Per- sonnes
au titre d’un exercice fiscal donné, au Physiques (IRPP) ou de l’Impôt sur les
regard d’un impôt ou taxe ou d’un Sociétés (IS) peuvent bénéficier de la
groupe d’impôts ou taxes est achevée, déduction, au titre d’un exercice donné,
l’Administration ne peut procéder à une des suppléments de taxes afférentes aux
nouvelle vérification pour ces opérations effectuées au cours de ce
même exer- cice.
Article L 40.- (1) Dans le cadre d’une
vérification de comptabilité, les opéra-
tions de contrôle sur place dans
l’entreprise ne peuvent excéder trois mois, sauf circonstances exception-
Code Général des Impôts – Edition 2017
225241
nelles dûment motivées. L’adresse postale communiquée à
Ce délai est prorogé de six mois en cas l’Administration fiscale lui étant oppo-
de contrôle des prix de transfert ou en sable, celui-ci est censé avoir reçu ladite
cas de mise en œuvre de la procédure correspondance quinze (15) jours
d’échange de renseignements prévue ouvrables après son envoi, le cachet de
par les Conventions fiscales. la poste faisant foi.
(2) Dans le cadre d’une vérification de
situation fiscale personnelle Article L 42.- Les agents des impôts
d’ensemble, les opérations de contrôle ayant au moins le grade de contrôleur
devront être réalisées dans un délai ou assimilé, dûment mandatés à cet
maximum d’un an entre la date de effet, ont le droit d’obtenir sous forme
remise de l’avis de vérification et la matérielle et immatérielle,
date de remise de la notification de communication de documents déte- nus
redressements, sauf circonstances par les personnes et organismes
exceptionnelles dûment motivées. En énumérés à l’article L43 ci-dessous,
cas de découverte d’une activité oc- afin d’effectuer le contrôle des décla-
culte, ce délai peut être prorogé de six rations souscrites par les contribuables
mois. ou d’obtenir les renseignements pour le
compte d’une administration fiscale
étrangère, sans que puissent leur être
Article L 41.- Les pièces de procédure
opposés les dispositions de la loi sur le
mentionnées dans le présent Livre sont
secret bancaire, ainsi que le secret
transmises au contribuable avec accusé
professionnel sous réserve des disposi-
de réception ou bordereau de décharge;
tions de l’article L47 du présent Livre
des ProcéduresFiscales.
Le droit de communication ne peut en
lui-même donner lieu à une notifica-
tion de redressements.

CHAPITRE II
DROIT DE COMMUNICATION

SECTION I PERSONNES buant des fonds pour le compte de leurs


SOUMISES AU adhérents, toutes les administra- tions
DROIT DE COMMUNICATION publiques, y compris la police et la
Article L 43.- Sont soumises au droit gendarmerie, les entreprises et les
de communication, toutes les per- établissements publics, ou les orga-
sonnes physiques ou morales versant nismes contrôlés par l’autorité admi-
des salaires, des honoraires, des droits nistrative, les organismes de sécurité
d’auteur, encaissant, gérant, distri- sociale, les tribunaux, toutes les per-
sonnes ayant la qualité de commer-
Code Général des Impôts – Edition 2017
226241
çant, d’industriel, d’artisan, Toutefois, à l’occasion de toute ins-
d’agriculteur, ou exerçant une profes- tance devant les juridictions civiles,
sion libérale, les personnes effectuant commerciales ou pénales, les tribu-
des opérations d’assurance, les naux doivent, sans demande préalable
banques, les intermédiaires profes- de sa part, donner connaissance au
sionnels de bourse de valeurs, les dé- Directeur Général des Impôts, de toute
positaires de documents publics et les indication qu’ils peuvent recueillir, de
sociétés astreintes, notamment à la nature à faire présumer une fraude
tenue de registres de transferts d’actions commise en matière fiscale ou une
ou d’obligations, de feuilles de manœuvre quelconque ayant eu pour
présence aux assemblées générales, de objet ou pour résultat de frauder ou de
procès-verbaux des Conseils compromettre un impôt ou taxe.
d’administration et des rapports des
commissaires aux comptes. Article L 45.- Le droit de communica-
tion s’exerce en principe sur place, mais
Article L 44.- (1) Le droit de commu- les agents des impôts peuvent prendre
nication s’exerce à l’initiative du ser- copie des documents concer- nés sans
vice des impôts sur simple demande que les personnes soumises au droit de
écrite. Un avis de passage doit être communication et qui sont énumérées à
adressé préalablement ou remis à l’article L 43 du présent Livre puissent
l’intéressé lors de leur visite par les s’yopposer.
agents. Il dispose alors d’un délai de
Toutefois, dans le cadre spécifique
quinze (15) jours pour communiquer les d’une procédure de remboursement des
informations demandées, à comp- ter de crédits de TVA, l’administration fiscale
la réception de l’avis de pas- sage, le peut, à partir du bureau, de- mander
cachet de la poste, ou le bor- dereau de communication de tout ou partie des
décharge en cas de remise en main(s) informations relatives à un dossier.
propre(s), faisantfoi. Dans ce cas, la communica- tion
(2) Toute personne qui s’abstient de desdites informations est précédée de la
répondre, se soustrait ou s’oppose au formule suivante:
droit de communication, au terme du «Je déclare sur l’honneur exactes les
er
délai prévu à l’alinéa 1 ci-dessus, fait informations ci-après communiquées,
l’objet d’une mise en demeure valant faute de quoi, je m’expose aux sanc-
commandement de communiquer. Il tions prévues à l’Article L 104 du Livre
dispose alors d’un délai de huit (08) des procéduresFiscales».
jours pour s’exécuter, à compter de la
réception de la mise en demeure, le Article L 46.- Durant les quinze (15)
cachet de la poste, ou le bordereau de jours ouvrables qui suivent le pronon-
décharge en cas de remise en main(s) cé de toute décision rendue par les
propre(s), faisant foi. A défaut, il en- juridictions civiles, administratives ou
court les sanctions prévues à l’Article L militaires, les pièces restent déposées
104 du présent Livre. au greffe, à la disposition du service des
impôts. Le délai est réduit à dix
(10) jours en matière pénale.
Les procès-verbaux dressés à l’occasion de toute sentence arbitrale sont tenus à la
Code Général des Impôts – Edition 2017
227241
disposition du service des impôts gistres et documents professionnels
pendant un délai de quinze pouvant se rapporter à des opérations
(15) jours ouvrables à compter de leur
dépôt. (2) Ne sont couvertes par le secret
professionnel que les informations
Passé ce délai, l’Administration fiscale exclusivement relatives au dossier
obtient communication de ces infor- médical des patients, ou à la sécurité
mations sur simple demande écrite de nationale et classées «secret défense».
sa part, introduite auprès de la juridic-
tion territorialement compétente. Article L 48.- Par voie de réciprocité,
les agents des impôts sont déliés du
SECTION II PORTEE ET secret professionnel à l’égard du Con-
LIMITE DU trôle Supérieur de l’Etat, du Trésor, des
SECRET PROFESSIONNEL Douanes, des Brigades Econo- mique et
OPPOSABLE A Financière agissant dans le cadre de
L’ADMINISTRATION FISCALE leurs fonctions ainsi que des
administrations fiscales étrangères
Article L 47.- (1) Les agents des im- agissant dans le cadre de l’assistance
pôts sont tenus au secret professionnel administrative mutuelle en matière
et ne peuvent communiquer les infor- fiscale prévue par une convention
mations recueillies dans le cadre de internationale.
leurs fonctions. Cette obligation vaut A la demande du Directeur Général des
également à l’égard des renseigne- Impôts, le Procureur de la Répu- blique
ments obtenus d’une Administration fournit toutes les informations
fiscale étrangère, dans le cadre de nécessaires au bon accomplissement
l’assistance administrative mutuelle en des missions de l’Administration fis-
matière fiscale prévue par les Conven- cale.
tions internationales.

CHAPITRE III
DROITS D’ENQUETE ET DE CONSTATATION DES STOCKS

I- DROIT D’ENQUETE
Article L 49.- Les agents des impôts ayant donné lieu ou devant donner lieu
ayant au moins le grade de contrôleur à facturation.
peuvent se faire présenter et prendre Ils peuvent également se faire présen-
copie, sous forme matérielle ou imma- ter et prendre copie de tous les docu-
térielle, des factures, de la comptabili- ments douaniers justifiant la percep-
té matières ainsi que des livres, re- tion de la TVA à l’importation, la
réalité d’une exportation, ou accéder aux locaux à usage profes-
l’application d’un régime suspensif. sionnel, aux terrains, aux entrepôts, aux
A l’exception des locaux affectés au moyens de transport à usage pro-
domicile privé, ils peuvent à cet effet fessionnel et à leur chargement, et
Code Général des Impôts – Edition 2017
228241
procéder à la constatation matérielle des et par l’assujetti. Mention est faite de
éléments physiques de l’exploitation. son éventuel refus de signer.
Lors de la première intervention, un Le droit d’enquête ne peut en lui- même
avis d’enquête est remis à l’assujetti ou donner lieu à une notification
à son représentant. En l’absence de deredressements.
l’assujetti ou de son représentant, l’avis
est remis à la personne qui re- çoit les Article L 50 bis.- Toute personne qui
enquêteurs, et dans ce cas, un procès- se soustrait ou s’oppose à l’exercice du
verbal est établi et signé par toutes les droit d’enquête fait l’objet d’une mise
parties. En cas de refus de signer, en demeure. Il doit s’exécuter à compter
mention en est faite surprocès- de la réception de la mise en demeure,
le cachet de la poste ou le bordereau de
verbal.
décharge en cas de re- mise en main(s)
Dans le cadre spécifique d’une procé- propre(s) faisant foi. A défaut, il
dure de remboursement des crédits de encourt les sanctions pré- vues à
TVA, le droit d’enquête permet à l’article L 104 du présentlivre.
l’administration de s’assurer de
l’authenticité des factures et autres II. DROIT DE CONSTATATION
documents produits. DES STOCKS

Article L 50.- Chaque intervention fait Article L 50 ter.- (1) Les agents des
l’objet d’un procès-verbal relatant les impôts procèdent de façon inopinée à
opérationseffectuées. la constatation physique des stocks
Dans les trente (30) jours qui suivent la portant sur un ou plusieurs produits, au
dernière intervention ou la dernière titre de la période non prescrite.
audition, un procès verbal consignant Au cours de la première intervention en
les manquements constatés ou l’absence matière de procédure de constata- tion
de tels manquements est rédigé. La liste des stocks, un avis de passage est remis
des pièces ayant per- mis la constatation à l’assujetti ou à son représen- tant.
des infractions est annexée auprocès- (2) Lors des opérations visées à l’alinéa 1
verbal. ci-dessus, le contribuable met à la
Le procès-verbal est signé par les agents disposition des agents des impôts sur
ayant participé à l’intervention demande, copie sur support
informatique des états des mouve-
ments de stocks des périodes susvi-
sées et leur donne accès au logiciel de
traitement et de suivi de sesstocks.
(3) Dans tous les cas, l’assujetti ou son
représentant a l’obligation de faire
tenir aux agents des impôts ayant au
moins le grade d’Inspecteur, copie de
tous documents ou supportsnumé-
riques relatifs à la gestion de ses stocks, - les bons de livraison (ou de récep-
notamment : tion ou d’entrée) des matières,
Code Général des Impôts – Edition 2017
229241
marchandises, produits, où sont en- (2) Le Receveur des Impôts est un
registrés par type d’élément les ca- comptable public assermenté.
ractéristiques, la date d’entrée en
stocks, les quantités et prix uni- (4) Dans les trente (30) jours qui sui- vent
taires de chaque élément; la fin de la procédure de constata- tion
des stocks, un Procès-verbal dé-
- les bons de sortie (ou terminant les stocks existants, les
d’enlèvement) des matières, mar- manquements constatés ou l’absence
chandises, produits, où sont enre- de tels manquements est rédigé. Un
gistrés par type d’élément les ca- état contradictoire des constatations
ractéristiques, la date de sortie, les est annexé auprocès-verbal.
quantités enlevées et les prix uni-
taires; Le procès-verbal est signé par les agents
ayant participé à l’intervention et par
- les fiches de stocks, le cas échéant, l’assujetti. Mention est faite de son
après chaque entrée, en fin de pé- éventuel refus de signer.
riode ou en premier entré premier
sorti (PEPS); (5) La procédure de constatation des
stocks, ne peut en elle-même donner
- le logiciel de traitement et de suivi lieu à une notification de redresse-
desstocks. ments.
(6) Les sanctions en matière de cons-
tatation des stocks sont identiques à
celles du droitd’enquête.

SOUS-TITRE III RECOUVREMENT DE L’IMPOT

CHAPITRE I MODALITES DE RECOUVREMENT

SECTION I COMPETENCE EN Article L 52.- Les Receveurs des Im-


MATIERE DE pôts territorialement compétents pro-
RECOUVREMENT cèdent au recouvrement des impôts,
droits et taxes liquidés par les contri-
Article L 51.- (1) Le recouvrement des buables dans leurs déclarations et payés
impôts, droits et taxes est confié aux spontanément lors du dépôt de celles-ci,
Receveurs des Impôts territoria- ainsi qu’au recouvrement des sommes
lementcompétents. liquidées par l’Administration fiscale
sur déclaration non liquidative
des contribuables ou dans le cadre de Article L 53.- (1) L’Avis de Mise en
contrôles. Recouvrement constitue un titre exé-
cutoire pour le recouvrement forcé des
SECTION II AVIS DE MISE impôts, droits et taxes.
EN RECOUVREMENT (2)L’Avis de Mise en Recouvrement est
Code Général des Impôts – Edition 2017
230241
établi et notifié au contribuable L’Avis de Mise en Recouvrement rendu
lorsqu’une déclaration liquidative exécutoire par le chef de Centre des
n’est pas accompagnée de moyens de Impôts territorialement compétent, est
paiement ou suite au dépôt d’une dé- pris en charge par le Receveur des
claration non liquidative, ou de la Impôts rattaché. Le Receveur des Im-
dernière pièce de procédure dans le pôts notifie l’Avis de Mise en Recou-
cas d’uncontrôle. vrement au contribuable qui dispose
d’un délai de quinze (15) jours pour
acquitter sa dette.
(3) Supprimé.
Article L 54.- Lors du paiement des
impôts, droits et taxes, une quittance est
délivrée par le Receveur des im- pôts.

CHAPITRE II POURSUITES

SECTION I POURSUITES SOUS-SECTION I MISE EN


DEDROIT COMMUN DEMEURE
VALANT COMMANDEMENT DE
Article L 55.- Les poursuites de droit PAYER
commun comprennent trois degrés : la
mise en demeure valant commande- Article L 56.- A défaut de paiement
ment de payer, la saisie et la vente. dans les délais des sommes mention-
Ces trois degrés constituent des pour- nées sur l’Avis de Mise en Recouvre-
suites judiciaires, c’est-à-dire que seuls ment, et sous réserve du sursis de
les tribunaux judiciaires sont paiement défini à l’article 121 du pré-
compétents pour statuer sur la validité sent Livre, le Receveur des Impôts
de cesactes. territorialement compétent notifie une
mise en demeure valant commande-
ment de payer.
Article L 57.- La mise en demeure
valant commandement de payer est
signifiée par les porteurs de con-
traintes.
La mise en demeure valent comman- Article L 58.- La mise en demeure
dement de payer doit être en main(s) valant commandement de payer con-
propre(s) au destinataire lui-même ou à tient, à peine de nullité, les références de
son représentant ou en cas d’absence, l’Avis de Mise en Recouvrement en
au chef de la circonscrip- tion vertu duquel les poursuites sont exer-
administrative territorialement cées, avec le décompte détaillé des
compétent. sommes réclamées en principal, péna-
Code Général des Impôts – Edition 2017
231241
lités et frais. Elle est revêtue de la procède à la saisie des biens meubles
mention «le présent commandement appartenant au débiteur. La saisie est
emporte obligation de paiement de la pratiquée dans les conditions pres-
dette concernée dans un délai de huit crites par l’Acte uniforme OHADA
(08) jours, faute de quoi, il sera procé- portant organisation des procédures
dé à la saisie de vos biens meubles». simplifiées de recouvrement et des
Article L 59.- Si la mise en demeure voies d’exécution.
valant commandement de payer n’a pas Article L 61.- La saisie est exécutée
été suivie de paiement dans les huit (08) nonobstant opposition. Toutefois, si le
jours suivant sa réception par le contribuable offre de se libérer en
contribuable, le Receveur des Im- pôts totalité ou en partie, le Receveur des
territorialement compétent, en- gage Impôts territorialement compétent, est
d’autres mesures que sont la saisie et autorisé à en suspendre l’exécution.
lavente.
Article L 62.- En cas de revendication
Les poursuites particulières ou de droit des meubles et effets saisis, l’opposition
commun sont exercées par les porteurs n’est recevable devant le tribunal qu’un
de contraintes, agents de recouvrement mois après que le re- vendiquant l’a
assermentés commissionnés par le soumise au receveur des impôts ayant
Ministre chargé des Finances et rem- engagé les pour- suites.
plissant les fonctions d’huissier.
En attendant le prononcé du jugement,
SOUS-SECTION II SAISIE toutes mesures conservatoires sont
prises par le Receveur des Impôts.
Article L 60.- A l’expiration du délai Article L 63.- Lorsque l’agent de re-
de huit (08) jours après la réception par couvrement ne peut exécuter sa mis-
le contribuable du commandement de sion parce que les portes sont fermées
payer, le porteur de contraintes, ou que l’ouverture a été refusée, il
établit un gardien aux portes et avise,
sans délai, l’autorité administrative qui
fait procéder à l’ouverture des locaux.
Le chef de circonscription administra-
tive ou son représentant doit assister à
cette ouverture et à la saisie et signer le
procès-verbal où mention est faite
del’incident.
Article L 64.- Des mesures conserva-
toires sont obligatoirement prises pour
prévenir l’enlèvement furtif d’objets
constituant le gage de la créance.
Article L 65.- A défaut de paiement des attribution ou opposition desdites
impôts, taxes et pénalités dus par les sommes entre les mains des déposi-
débiteurs, le receveur des impôts peut taires et débiteurs des redevables eux-
être amené à procéder à une sai- sie- mêmes.
Code Général des Impôts – Edition 2017
232241
La saisie-attribution s’opère à la re- Chaque vente est effectuée en pré-
quête du Receveur des Impôts sans sence du Receveur des Impôts et donne
autorisation préalable et suivant les lieu à établissement d’un pro- cès-
formes prévues par l’Acte uniforme verbal.
OHADA portant organisation des
procédures simplifiées de recouvre- Article L 68.- Chacun des actes de
ment et des voies d’exécution. poursuite délivrés par les porteurs de
contraintes doit, sous peine de nullité,
Article L 66.- Dans le cas d’insolva- mentionner le montant des frais de
bilité notoire, un procès verbal de poursuites fixé à 1 % du montant de la
carence est dressé par les agents de dette pénalités comprises, plafonné à
recouvrement en double expédition FCFA 100 000, destiné à la rémunéra-
dont l’une est remise au Receveur des tion des porteurs de contraintes dans les
Impôts, pour être produite comme pièce conditions fixées par arrêté du ministre
justificative à l’appui des états de chargé des finances.
cotesirrécouvrables.
Les actes et pièces relatifs aux com-
mandements, saisies et ventes et tous
SOUS-SECTION III VENTE
actes ayant pour objet le recouvrement
Article L 67.- La vente des biens sai- des impôts, droits, taxes et pénalités
sis, expressément autorisée par le Di- dus, ainsi que les actes et pièces rela-
recteur Général des Impôts, est faite par tifs aux poursuites, sont exemptés de la
le commissaire priseur ou, à dé- faut, formalité du timbre et de
par le porteur de contraintes, dans la l’enregistrement. Cette exemption
forme des ventes qui ont lieu par s’étend aux originaux et copies des
autorité judiciaire. actes accessoires et s’applique au
La vente est interrompue dès que le timbre des placards exigés pour la vente
produit est suffisant pour solder les par les dispositions de l’Acte uniforme
impôts, droits, taxes et pénalités exi- OHADA portant organisa- tion des
gibles au jour de cette vente ainsi que procédures simplifiées de recouvrement
les frais de poursuite. et des voies d’exécution.
Le produit est immédiatement versé au Article L 69.- Toute saisie ou vente
receveur des impôts qui donne quit- faite contrairement aux formalités
tance au saisi et conserve le surplus prescrites par le présent Livre peut
jusqu’à la liquidation des frais. donner lieu à des poursuites judiciaires
contre ceux qui y ont procédé et les
frais restent à leur charge.
Article L 70.- (1) Les agents de re-
couvrement des impôts, droits et taxes
cités dans le présent Livre bénéficient
du régime de protection des agents
publics prévu aux articles 152 à 158 du
Code pénalcamerounais.
(2) En cas d’injures et de rébellion, ils établissent un procès-verbal de rébel-
Code Général des Impôts – Edition 2017
233241
lion qu’ils adressent au procureur de la ou à l’obtention d’une mainlevée éta-
République par la voie hiérarchique. blie par ceux qui l’ont émis.
SECTION II MESURES SOUS-SECTION II CONTRAINTE
PARTICULIERES EXTERIEURE
DE POURSUITES
Article L 74.- La contrainte extérieure
SOUS-SECTION I AVIS A est établie par le Receveur des Impôts
TIERSDETENTEUR assignataire à l’adresse d’un comp-
table du Trésor Public ou d’un autre
Article L 71. Les dépositaires, déten- Receveur des Impôts pour le recou-
teurs ou débiteurs de sommes apparte- vrement des impôts et taxes, y compris
nant ou devant revenir aux redevables ceux retenus à la source et non rever-
d’impôts, de pénalités et de frais ac- sés.
cessoires dont le recouvrement est Elle est exercée lorsque les redevables,
garanti par le privilège du Trésor sont notamment les collectivités territo-
tenus, sur demande qui leur en est faite riales décentralisées ou les établisse-
sous forme d’avis à tiers détenteur, ments publics administratifs disposent
notifié par le Receveur des impôts, de de créances ou de subventions domici-
verser en lieu et place des redevables, liées chez lesdits comptables ou en cas
les fonds qu’ils détiennent ou qu’ils de changement de domicile des rede-
doivent, à concurrence des impositions vables concernés.
dues par ces redevables. Elle est également exercée à l’adresse
L’Administration est tenue d’informer de l’organisme chargé de la centralisa-
le redevable de l’envoi de l’avis à tiers tion et de la péréquation des impôts
détenteur et de lui préciser le tiers locaux, en cas de non-reversement par
concerné. les collectivités territoriales décentra-
Article L 72.- L’avis à tiers détenteur a lisées des impôts et taxes retenus à la
pour effet d’affecter, dès réception, les source.
sommes dont le versement est ainsi
demandé, au paiement des impositions Article L 75.- La contrainte extérieure
quelle que soit la date à laquelle les donne mandat au Comptable du Trésor
créances, même conditionnelles ou à Public assignataire d’affecter, dès
terme, que le redevable possède à réception, les sommes dont le verse-
l’encontre du tiers détenteur, devien- ment est ainsi demandé au paiement des
nent effectivementexigibles. dettes fiscales dues.
Article L 73.- Tout avis à tiers déten- Elle donne également mandat au Re-
teur reste valable jusqu’à l’extinction de ceveur des Impôts assignataire d’avoir à
la dette pour laquelle il a été établi exercer les poursuites à l’encontre des
redevables concernés.
SOUS-SECTION III BLOCAGE Article L 76.- Les Receveurs régio- naux
DES COMPTES BANCAIRES des impôts et les Receveurs des impôts
des unités de gestion spéciali- sées
Code Général des Impôts – Edition 2017
234241
peuvent procéder au blocage des automobile, de la taxe à l’essieu, à
comptes bancaires du contribuable sans l’autorité chargée du contrôle, notam-
préjudice des sanctions prévues par ment les agents de la Direction Géné-
ailleurs en cas de non-règlement à rale des Impôts spécialement habilités
l’échéance, et après une mise en de- pour constater cette infraction, en-
meure, des sommes dûmentliquidées. traîne la mise en fourrière du véhicule,
dans le respect des règles de procédure
SOUS-SECTION IV propres en la matière.
FERMETURE DE (2) La mise en fourrière d’un véhicule
L’ETABLISSEMENT prend fin immédiatement avec le
paiement intégral des sommes dues.
Article L 77.- (1) Le Receveur des
impôts territorialement compétent peut SOUS-SECTION VI
procéder à la fermeture d’office et EXCLUSION DES
immédiate de l’établissement ou des MARCHES PUBLICS
établissements, sans préjudice des
sanctions prévues par ailleurs, en cas de Article L 79.- Le non-paiement, après
non-règlement après mise en de- meure une mise en demeure, des impôts, droits
des sommes dûment liquidées. ou taxes donne lieu à une inter- diction
(2) La fermeture d’un établissement temporaire de soumissionner des
prend fin immédiatement avec le marchés publics, de se porter ac-
paiement des sommes dues. quéreur d’une entreprise publique en
voie de privatisation, ou de participer
aux opérations boursières ; et à une
SOUS-SECTION V MISE EN interdiction définitive en cas de réci-
FOURRIERE D’UN dive.
VEHICULE Le Directeur Général des Impôts dresse
chaque trimestre une liste des
Article L 78.- (1) La non présentation contribuables interdits de soumission-
d’une carte grise en cours de validité, ner.
de la patente de transport, du timbre Article L 80.- Les mesures particu-
lières de poursuites sont des actes
administratifs. A ce titre, elles peuvent
être contestées devant l’Administra-
tion conformément aux dispositions des
articles L 116 et suivants du pré- sent
Livre.

Code Général des Impôts – Edition 2017


235241
CHAPITRE III GARANTIES DE RECOUVREMENT

SECTION I PRIVILEGE DU créanciers ou autres personnes ayant le


TRESOR droit de toucher les sommes séques-
trées ou déposées qu’en justifiant du
Article L 81.- Le privilège du Trésor paiement des impôts, droits, taxes et
garantit le recouvrement de tous les pénalités dus par les personnes du chef
impôts, droits, taxes et pénalités assis et desquelles lesdites sommes seront
liquidés par la Direction Générale des provenues. Sont en outre autorisés, en
Impôts et les pénalités de recou- tant que de besoin, lesdits séquestres et
vrement liquidées par la Direction dépositaires, à payer directement les
Générale des Impôts, et celle du Tré- contributions qui se trouvent dues, avant
sor. de procéder à la délivrance des deniers ;
Article L 82.- (1) Le privilège du et les quittances desdites contributions
Trésor porte sur tous les biens meu- leur sont passées en compte.
bles, immeubles et effets mobiliers du
contribuable en quelque lieu qu’ils se SECTION II HYPOTHEQUE
trouvent, dans les conditions de rang LEGALE
définies à l’article 107 de l’Acte Uni-
forme OHADA relatif aux sûretés. Article L 85.- Pour le recouvrement des
impositions de toute nature et amendes
(2) A titre exceptionnel, l’Adminis-
fiscales qui relèvent de la compétence
tration fiscale peut, en dernier recours,
du Receveur des Impôts,
comme tout créancier, faire procéder à
l’Administration fiscale a une hypo-
la saisie et à la vente des biens im-
thèque légale sur tous les biens im-
meubles du débiteur conformément aux
meubles des redevables.
dispositions de l’Acte uniforme
OHADA portant organisation des pro- Cette hypothèque prend rang à la date
cédures simplifiées de recouvrement et de son inscription à la Conservation
des voiesd’exécution. Foncière. Elle ne peut être inscrite qu’à
partir de la date de mise en re-
Article L 83.- Les sommes dues qui couvrement des impositions concer-
sont garanties par le privilège du Tré- nées et des pénalités yafférentes.
sor doivent être publiées au greffe du
tribunal compétent. Le privilège SECTION III SOLIDARITE DE
s’exerce pendant une période de deux PAIEMENT
ans à compter de la date de mise en
recouvrement. Article L 86.- L’Avis de Mise en Re-
Article L 84.- Les huissiers, greffiers, couvrement régulièrement établi est
commissaires-priseurs, notaires, syn- exécutoire non seulement à l’encontre
dics de faillite, séquestres et tous les du contribuable qui y est inscrit, mais
autres dépositaires publics des deniers
ne peuvent remettre aux héritiers,
à l’encontre de ses représentants ou l’exception des situations prévues dans
ayants droit. le Code Général des Impôts.
A ce titre, sont tenus de payer en Les héritiers ou légataires peuvent être
l’acquit du redevable sur la demande poursuivis solidairement et conjointe-
qui en est faite par l’agent chargé du ment à raison des impôts non encore
recouvrement et à concurrence des payés par leur auteur.
sommes dont ils sont ou seront déposi-
taires ou débirentiers, tout employeur, Article L 88.- Lorsque le recouvre-
tout fermier ou locataire et, d’une ment de certains impôts, droits, taxes et
manière générale, tout débiteur ou tout pénalités dus par les sociétés a été
tiers détenteur. totalement compromis ou lorsque
l’insolvabilité de celles-ci a été orga-
Le tiers-détenteur est solidaire du
nisée par des manœuvres frauduleuses
paiement des sommes réclamées en cas
des personnes qui exercent en droit ou
de négligence coupable, défail- lance
en fait, directement ou indirectement la
avérée ou complicitéétablie.
direction effective de ces sociétés, ces
Lorsque la cession des droits portant sur personnes sont tenues solidaire- ment
les ressources naturelles ou des actions responsables du paiement de ces impôts
ou parts sociales d’une entre- prise de etpénalités.
droit camerounais est réalisée à
l’étranger, l’entreprise de droit ca- SECTION IV
merounais est solidaire, avec le cé- dant, PRESCRIPTION
du paiement des droits dus au titre de la
cession. Article L 89.- Les sommes dues par les
En cas de cession, quelles que soient les contribuables pour les impôts, droits et
conditions, le cessionnaire peut être taxes assis ou liquidés en vertu des
tenu pour responsable solidaire- ment dispositions du Code Géné- ral des
avec le cédant du montant des impôts Impôts sont prescrites à leur profit après
émis et restant à émettre. Il ne peut être un délai de quatre (04) ans suivant la
mis en cause qu’au titre de la période date d’exigibilité, si aucun acte n’est
non prescrite et seulement jusqu’à venu interrompre la pres- cription.
concurrence du prix de cession si celle- La prescription ci-dessus ne peut être
ci est faite à titre onéreux ou de la invoquée dans le cas des impôts rete-
valeur retenue pour la liquidation des nus à la source ou ceux dont le rede-
droits de transmission entre vifs si elle a vable n’est que collecteur.
lieu à titregratuit.
Article L 90.- La prescription est ac-
Article L 87.- Chacun des époux, quise au profit de l’Etat contre toute
lorsqu’ils vivent sous un même toit, est demande de restitution de sommes
solidairement responsable des im- payées au titre des impôts, droits et
positions assises au nom de son con- taxes prévus dans le Code Général des
joint au titre de l’Impôt sur le Revenu Impôts, après un délai de deux (02)
des Personnes Physiques, à
ans à partir du paiement desdits im- pôts, droits et taxes.
Le Receveur des Impôts qui n’a enga- montant non recouvré et comprendre, de
gé aucune poursuite contre les rede- façon précise, tous renseignements et
vables retardataires pendant quatre tous détails propres à établir que les
années consécutives, à partir du jour de cotes étaient ou sont devenues irré-
la mise en recouvrement, perd son couvrables. Ils doivent être appuyés de
recours et est déchu de tous droits et de tous documents susceptibles de justi-
toutes actions contre ces rede- vables. fier des mesures prises en vue du re-
SECTION V ADMISSION EN NON couvrement.
VALEUR DES COTES Article L 93.- Les Receveurs des Im-
IRRECOUVRABLES pôts personnellement et pécuniaire-
Article L 91.- Les Receveurs des Im- ment responsables du recouvrement des
pôts présentent au Directeur Général impôts peuvent en obtenir la dé- charge
des Impôts des états de cotes irrécou- et être dégagés totalement ou
vrables, pour les impositions dont le partiellement de leur responsabilité,
recouvrement s’avère impossible, du lorsque les créances en cause ont été
fait d’une modification dans la fortune admises en non-valeur par une déci-
ou la situation des contribuables de- sion du ministre chargé des Finances,
puis l’époque où ils ont été imposés. après avis du Directeur Général des
Cette situation doit être constatée par un Impôts en concertation avec un repré-
procès-verbal de carence sentant des groupements socioprofes-
sionnels.
Article L 92.- Les états prévus à
l’article L 91 ci-dessus doivent men- Article L 94.- Les créances admises en
tionner pour chaque cote considérée non-valeur font l’objet d’un certifi- cat
comme irrécouvrable, la nature de nominatif signé par le ministre chargé
l’impôt ou du droit, la référence à l’Avis des Finances. Ces certificats sont
de Mise en Recouvrement et le notifiés au Receveur des Impôts et aux
contribuables concernés et ser- vent de
pièces justificatives à l’arrêt de l’action
enrecouvrement.
CHAPITRE IV L’ATTESTATION DE NON REDEVANCE

Article L 94 bis.- (1) Toute personne


physique ou morale redevable d’un L’attestation de non redevance a une
impôt, droit ou taxe, à jour au regard du durée de validité de trois (03) mois à
paiement desdits impôts, droits et taxes, compter de sa date de signature. Cette
peut sur sa demande, obtenir de durée est ramenée à un (1) mois lors-
l’administration fiscale une attestation que le contribuable a bénéficié d’un
de non redevance. Celle-ci certifie que sursis de paiement ou d’un moratoire
le contribuable n’est redevable sur sa dette fiscale.
d’aucune dette fiscale exigible à la date Article L 94 ter.- (1) Toute personne
de sa délivrance. physique ou morale redevable d’un
(2) Nonobstant les dispositions de l’alinéa impôt, droit ou taxe, qui sollicite des
er
1 ci-dessus, l’attestation de non administrations publiques ou parapu-
redevance peut également être bliques, un titre, une licence, une cer-
délivrée au contribuable redevable tification, une attestation, une autori-
d’une dette fiscale, lorsque ce dernier sation ou un agrément quelconque dans
bénéficie d’un sursis ou d’un mora- le cadre de l’exercice de son activité,
toire de paiement dûment accordé par doit obligatoirement men- tionner sur
les autorités compétentes. Dans ce sa demande son numéro identifiant
cas, mention de la dette fiscale due unique (NIU) et joindre à celle-ci une
ainsi que de la nature de l’acte sus- attestation de non rede- vance en cours
pensif des poursuites, doit être faite de validité. L’absence de ce document
sur l’attestation de nonredevance. entraîne l’irrecevabilité de sa requête.
(3) L’attestation de non redevance est (2) L’attestation de non redevance tient
délivrée gratuitement par le chef de lieu de certificat d’imposition ou de
centre des impôts de rattachement du non imposition et de bordereau de
contribuable après vérification de la situation fiscale. Elle est l’unique do-
situation fiscale du contribuable au cument valable dans toute procédure
regard de l’ensemble des impôts et administrative à titre de justificatif de la
taxes dus par ce dernier. Il peut être situation fiscale d’un contribuable.
également délivré de façon informati-
sé le caséchéant.
SOUS-TITRE IV SANCTIONS

CHAPITRE I
SANCTIONS FISCALES

SECTION I - 30 % en cas de bonne foi ;


PENALITES D’ASSIETTE
- 100 % en cas de mauvaise foi;
SOUS-SECTION I - 150 % en cas de manœuvres fraudu-
INSUFFISANCE DE leuses, sans préjudice des poursuites
DECLARATION pénales prévues dans le présent
Livre.
Article L 95.- Les insuffisances,
omissions ou inexactitudes qui affec- SOUS-SECTION II ABSENCE DE
tent la base ou les éléments DECLARATION
d’imposition et qui ont conduit
l’Administration à effectuer des re- Article L 97.- Le contribuable qui,
dressements donnent lieu à l’application après une mise en demeure de décla-
d’un intérêt de retard de 1,5% par mois, rer, n’a pas souscrit sa déclaration, fait
plafonné à 50 %, cal- culé sur la base l’objet d’une taxation d’office et sa
des droits mis à la charge du cotisation est majorée de 100 %. La
contribuable, à la suite de la notification majoration est portée à 150 % en cas de
du dernier acte de procé- dure en cas de récidive.
contrôle.
Article L 98.- L’intérêt de retard, en
L’intérêt de retard est calculé à comp- cas d’insuffisance de déclaration telle
ter du jour suivant celui où la déclara- que prévue à l’article L 95 ci-dessus, est
tion révélant une insuffisance, une calculé à compter du jour qui suit celui
omission ou une inexactitude a été du dépôt légal de la déclaration
déposée, jusqu’au dernier jour du mois jusqu’au dernier jour du mois de la
de la notification de redressement. notification, tout mois commencé étant
Article L96.- Les insuffisances, omis- compté pour un moisentier.
sions ou dissimulations qui affectent la Le montant de l’intérêt de retard est
base ou les éléments d’imposition et qui plafonné à 50 %.
ont conduit l’Administration à effectuer
Article L 99.- (1) Donne lieu à une
des redressements, mention expresse
amende forfaitaire égale à un million (1
devant en être faite dans la dernière
000 000) francs le dépôt, après mise en
pièce de procédure, en sus de l’intérêt
demeure, d’une déclaration faisant
de retard prévu à l’Article L95 ci-
apparaître un impôt néant ou uncrédit.
dessus, donnent droit à l’application des
majorations suivantes: (2) Donne lieu à l’application d’une
amende d’un million (1 000 000)
francs par mois, après mise en de- déclarations prévues aux articles 18 (3),
meure, le non dépôt dans les délais des 18 bis, 101,102 et 104 ter.
Article L 100.- (1) Donne lieu à une SOUS-SECTION IV ABSENCE DE
amende forfaitaire égale à deux cent LA FACTURE OU
cinquante mille (250 000) francs le non- FAUSSE FACTURE
dépôt, dans les délais légaux, d’une
demande d’immatriculation ou de Article L 102.- Une amende égale à
modification des éléments ayant servi à 100 % de la valeur de la transaction
une immatriculation initiale ainsi que avec un minimum de cent mille (100
toute déclaration d’immatriculation 000) francs sera appliquée à toute vente
comportant des indications de biens ou toute prestation de service
manifestement erronées. n’ayant pas fait l’objet d’une facturation
(2) Donne lieu à l’application d’une ou pour laquelle une fac- ture erronée
amende de cent mille (100 000) francs ou incomplète aura été établie, reçue ou
par mois, l’exercice d’une activité utilisée par un pro- fessionnel.
économique sans immatriculation Tout remboursement de crédits de TVA
préalable. obtenu sur la base de fausses factures
donne lieu à restitution im- médiate des
(3) Donne lieu à l’application d’une
sommes indûment per- çues, assortie de
amende d’un million de francs (1 000
pénalités de 100 % non susceptibles de
000) par opération, l’utilisation frau-
transaction.
duleuse d’un Numéro Identifiant
Unique.
SECTION II SANCTIONS
(4) Donne lieu à l’application d’une PARTICULIERES
amende de cent mille (100 000) francs
la non-immatriculation des personnes Article L 103.- En matière de TVA, le
ne disposant que de revenus salariaux non-dépôt d’une déclaration donnant
et non immatriculées dans un délai de lieu à taxation d’office, entraîne la perte
trois (03mois). du droit à déduction et du crédit de
SOUS-SECTION III ABSENCE TVA se rapportant à la période
D’INDICATION DU antérieure.
NUMERO IDENTIFIANT
UNIQUE Article L 104.- Une amende forfai-
taire pouvant aller jusqu’à cinq mil-
Article L 101.- L’absence d’indi- lions (5 000 000) de francs sera appli-
cation sur une facture, du Numéro quée à toute personne ayant commu-
d’Identifiant Unique, entraîne la non niqué de fausses informations ou ayant
déduction de la TVA mentionnée sur tenté de se soustraire ou de s’opposer au
cette facture. droit de communication ou à l’avis à
tiers détenteur. Une as- treinte de cent
mille (100 000) francs par jour de
retard, au-delà des délais indiqués sur la
demande, est appli- cable à toute
tentative de différer l’exécution du droit
de communica- tion.
La même astreinte, calculée à partir de la date de la réception de l’avis à tiers-
détenteur, est appliquée en cas de Pour le cas particulier des impôts à
manœuvres dilatoires ayant pour but de versement spontané, toute déclaration
s’opposer à l’exécution de ce der- nier. ou paiement tardif entraînent
Article L 105.- Le non-respect des l’application d’une pénalité de 10 % par
règles définies aux articles L 1, L 2 et L mois de retard, sans excéder 30 % de
7 du présent Livre peut entraîner la l’impôt dû en principal.
déchéance du droit d’exercer, Pour les droits d’enregistrement, le
l’interdiction de soumissionner des défaut ou le retard de paiement en-
marchés publics, l’interdiction traîne l’application d’un droit en sus
d’importer. égal au droit simple.
Il peut entraîner aussi la publication au Le point de départ est fixé :
journal officiel ou l’affichage public du - au premier jour du mois qui suit
nom du contrevenant. celui de la réception d’un Avis de
Mise en Recouvrement;
SECTION III PENALITES - au premier jour suivant celui du
DE RECOUVRMENT dépôt légal de la déclaration, tout
mois commencé étant compté pour
SOUS-SECTION I DEFAUT OU un mois entier;
RETARD DE PAIEMENT - au premier jour suivant celui de la
date légaled’exigibilité.
Article L 106.- Le paiement tardif de
l’impôt entraîne l’application d’un Le point d’arrivée du calcul de l’intérêt
intérêt de retard de 1,5 % par mois de de retard est fixé au dernier jour du
retard. mois du paiement. Le même taux
d’intérêt de retard, qui court à compter
de la date de mise à disposi- tion des
fonds, est appliqué sur tout
remboursement indu de TVA, et ne peut
faire l’objet d’aucune remise ou
modération

CHAPITRE II SANCTIONS
PENALES

SECTION I (5 000 000) de francs ou de l’une de


PEINES PRINCIPALES cent mille (500 000) à cinq millions

Article L 107.- Sans préjudice des


sanctions fiscales applicables, est pas-
sible d’un emprisonnement d’un (1) à
cinq (5) ans et d’une amende de cinq
ces deux peines seulement, - se soustrait frauduleusement ou
tente de se soustraire frauduleuse
qui- conque: ment à l’établissement, au paie-
ment, au reversement total ou par-
tiel des impôts, droits et taxes visés Article L 109.- Tous ceux qui ont fait
dans le Code Général des Impôts ; l’objet d’une condamnation définitive en
- refuse expressément de faire sa application des dispositions de
déclaration dans les délais pres-
crits;
- dissimule une part des sommes
sujettes à l’impôt;
- organise son insolvabilité ou met
obstacle au recouvrement de
l’impôt;
- obtient par des manœuvres fraudu-
leuses un remboursement de cré-
dits deTVA.
Article L 108.- Est également puni des
peines visées à l’article L 107 ci- dessus
quiconque:
- omet de passer ou de faire passer
des écritures ou fait passer des
écritures inexactes ou fictives, dans
les livres-journaux et d’inventaire
prévus par l’Acte Uniforme OHA-
DA, ou dans les documents qui en
tiennent lieu, ainsi que toute per-
sonne qui est convaincue d’avoir
établi ou aidé à établir de faux bi-
lans;
- par voies de fait, de menaces ou
manœuvres concertées, organise ou
tente d’organiser le refus collectif
de l’impôt, ou incite le public à re-
fuser ou à retarder le paiement de
l’impôt;
- produit des pièces fausses ou re-
connues inexactes en vue
d’obtenir, en matière d’impôts et
taxes, des dégrèvements ou rem-
boursements de quelque nature que
cesoit.
l’article L107 du présent Livre sont interposée, pour son compte ou le
tenus, avec le redevable de l’impôt compte d’autrui, toute profession
compromis, au paiement de cet impôt, industrielle, commerciale oulibérale.
et des pénalités y afférentes. Le tribunal correctionnel ordonne, dans
Article L 110.- En cas de récidive, les tous les cas, la publication inté- grale ou
peines prévues à l’article L 107 du par extraits du jugement dans un journal
présent Livre sont doublées. d’annonces légales. Les frais de
publication sont à la charge du
SECTION II condamné.
PEINES COMPLEMENTAIRES
SECTION III DEPOT DE
Article L 111.- Le tribunal correc- PLAINTES
tionnel peut à titre de peine complé-
Article L 112.- Sous peine d’irreceva-
mentaire :
bilité, les plaintes visant l’application
- prononcer les déchéances prévues des sanctions prévues à l’Article L
aux articles 30 et 31 du Code 107 ci-dessus, sont déposées par le
Pénal; ministre chargé des Finances, après avis
- interdire temporairement, pendant de la Commission des Infractions
une période n’excédant pas cinq Fiscales, suite aux procès-verbaux
(5) ans, le droit d’exercer, établis par les agents assermentés de
directement ou par personne
l’Administration fiscale, ayant au moins La prescription de l’action publique est
le grade d’inspecteur et ayant pris une suspendue pendant une durée maxi-
part personnelle et directe à la male de six mois entre la date de la
constatation des faits constitutifs de saisine de la Commission des Infrac-
l’infraction. tions Fiscales et la date à laquelle cette
La Commission des Infractions Fis- Commission émet son avis.
cales est un organe consultatif placé
Article L 114.- Les poursuites, en vue
auprès du ministre chargé des Fi-
de l’application des sanctions pénales
nances. Elle examine les affaires qu’il
prévues à l’article L 109 du présent
lui soumet.
Livre en cas de fraude fiscale, sont
L’organisation et le fonctionnement de portées devant le tribunal correction-
la Commission des Infractions Fis- nel dans le ressort duquel l’un quel-
cales sont fixés par voie réglemen- conque des impôts en cause aurait dû
taire. être établi ou acquitté.
Article L 113.- Les plaintes peuvent Dans le cas où une personne a commis
être déposées sans qu’il soit nécessaire l’une des infractions prévues aux ar-
de mettre au préalable le contribuable ticles L 107 et L 108 du présent Livre
en demeure de régulariser sa situation. en matière d’impôts et taxes, le mi-
Elles peuvent être déposées jusqu’à la nistre chargé des Finances peut se
fin de la quatrième année au cours de constituer partie civile.
laquelle l’infraction a été commise.
SOUS-TITRE V CONTENTIEUX DE L’IMPOT

CHAPITRE I JURIDICTION CONTENTIEUSE

contentieuse lorsqu’elles tendent à


SECTION I RECOURS obtenir soit la réparation d’erreurs
PREALABLE commises dans l’assiette ou le calcul des
DEVANT L’ADMINISTRATION impositions, soit le bénéfice d’un droit
FISCALE résultant d’une disposition législa- tive
ouréglementaire.
SOUS-SECTION I
GENERALITES SOUS-SECTION II
RECLAMATIONS
Article L 115.- Les réclamations rela-
tives aux impôts, taxes et pénalités Article L 116 (nouveau).- (1) Le
établis par la Direction Générale des contribuable qui se croit imposé à tort ou
Impôts, ressortissent à la juridiction surtaxé peut en faire la réclamation, par
écrit, au Chef de Centre Régional
des Impôts, au Directeur chargé de la (3) Les compétences des autorités
gestion de grandes entreprises ou au fiscales sont établies en fonction du
Directeur Général des Impôts, dans un montant de la réclamation ainsi qu’il
délai de trente (30) jours à partir de la suit:
date d’émission de l’AMR ou de la - le Chef de Centre Régional des Im-
connaissance certaine de l’imposition. pôts territorialement compétent pour
(2) La réclamation susvisée doit, à les réclamations de montant infé-
peine d’irrecevabilité, remplir les con- rieur ou égal à cinquante (50) mil-
ditions suivantes: lions de francs CFA en principal;
- être signée du réclamant ou de son - le Directeur chargé de la gestion de
mandataire; grandes entreprises pour les récla-
- être timbrée; mations n’excédant pas cent (100)
millions de francs CFA en princi-
- mentionner la nature de l’impôt, pal;
l’exercice d’émission, le numéro de
l’article de l’Avis de Mise en Re- - le Directeur Général des Impôts pour
couvrement et le lieu d’imposition; les réclamations de montant supérieur
aux seuils prévus pour les Centres
- contenir l’exposé sommaire des régionaux des impôts etla
moyens et les conclusions de la par-
tie;
- être appuyée de justificatifs de
paiement de la partie non contestée
del’impôt.
Direction en charge de la gestion de (2) En cas de silence du Chef de Centre
grandes entreprises. Régional, du Directeur chargé de la
(4) Le Chef de Centre régional des gestion de grandes entreprises ou du
impôts, le Directeur chargé de la Directeur Général des Impôts au terme
ges- tion de grandes entreprises et le du délai de trente (30) jours, le
Di- recteur Général des impôts contribuable peut saisir d’office le
disposent chacun d’un délai de trente Ministre en charge desFinances.
(30) jours pour répondre à la Article L 119.- La réclamation pré-
réclamation du contribuable. sentée au ministre, qui tient lieu de
Article L 117.- Supprimé recours gracieux préalable, doit à peine
d’irrecevabilité, remplir les con- ditions
Article L 118 (nouveau).- (1) Lors- suivantes:
que la décision du Chef de Centre
Régional, du Directeur chargé de la - être signée du réclamant;
gestion de grandes entreprises ou du - être timbrée;
Directeur Général des Impôts ne - être présentée dans un délai detrente
donne pas entièrement satisfaction au (30) jours à compter de la date de
demandeur, celui-ci doit adresser sa notification de la décision du Chef de
réclamation au ministre chargé des Centre Régional, du Directeur chargé
finances dans les conditions fixées à de la gestion de grandes en- treprises ou
l’article L 119ci-dessous. du Directeur Général des Impôts;
- mentionner la nature de l’impôt ou conteste le bien-fondé ou le montant
du droit, l’exercice d’émission, le d’une imposition mise à sa charge peut,
numéro de l’article de l’Avis de s’il en a expressément formulé la
Mise en Recouvrement et le lieu réclamation dans les conditions fixées à
d’imposition; l’article L116 ci-dessus, obtenir le sursis
- contenir l’exposé sommaire des de paiement de la partie contes- tée
moyens et les conclusions de la par- desdites impositions, à condition :
tie; - de formuler expressément la de-
- être appuyée de justificatifs de mande de sursis de paiement dans
paiement de la partie non contestée ladite réclamation;
de l’impôt ou du droit, et de 15 % - de préciser le montant ou les bases du
supplémentaires de la partie contes- dégrèvement qu’il sollicite;
tée. - supprimé
Article L 120.- Le contribuable a la La réponse motivée de l’Administra- tion
faculté de se faire assister par un con- est notifiée expressément au con-
seil de son choix. tribuable.
L’absence de réponse de l’Administra-
SOUS-SECTION III SURSIS tion dans un délai de 15 (quinze) jours
DE PAIEMENT équivaut à l’acceptation tacite du sur- sis
de paiement dans les conditions prévues
Article L 121.- Le contribuable qui au présent article.
Le sursis de paiement cesse d’avoir mulée par écrit, doit êtremotivée.
effet à compter de la date de notifica- Elle est adressée au contribuable par pli
tion de la décision de recommandé avec accusé de récep- tion
l’Administration. ou remise en mains propres contre
décharge.
SOUS-SECTION IV
DECISION DE Article L 124.- En cas de silence du
L’ADMINISTRATION ministre chargé des finances au terme
du délai de deux (02) mois, le contri-
Article L 122.- Supprimé buable peut saisir d’office le Tribunal
administratif du Centre des Impôts de
SOUS-SECTION V FORME rattachement.
ET DELAI DE LA
DECISION DE SECTION II TRANSACTIONS
L’ADMINISTRATION
Article L 125.- Sur proposition du
Article L 123.- La décision du mi- Directeur Général des Impôts, le mi-
nistre chargé des finances doit être nistre chargé des finances peut autori-
rendue dans un délai de deux (02) ser, dans le cadre d’une transaction, une
mois à compter de la date de réception modération totale ou partielle des
de la réclamation. Cette décision, for- impositions dans les deux cas sui- vants
:
- avant la mise en recouvrement sui- effectuer la compensation dans la limite
vant une procédure de contrôle; de l’imposition contestée, entre les
- durant toute la procédure conten- dégrèvements reconnus justifiés et les
tieuse. insuffisances ou omissions consta- tées
dans l’assiette ou le calcul de
En cas d’acceptation de cette proposi-
l’imposition au cours de l’instruction de
tion de transaction par le contribuable,
la demande.
celui-ci s’engage expressément :
- à ne pas introduire une réclamation SECTION III PROCEDURE
ultérieure; DEVANT LA JURIDICTION
ADMINISTRATIVE
- à se désister des réclamations ou
des requêtes par lui introduites; SOUS-SECTION I DELAI DE
- à acquitter immédiatement les PRESENTATIONDE
droits et pénalités restant à sa LA REQUETE
charge.
Article L 126.- En matière d’impôts
Article L 125 (bis).- Lorsqu’un con- directs et de taxe sur la valeur ajoutée ou
tribuable demande la décharge ou la de taxes assimilées, les décisions rendues
réduction d’une imposition quel- par le ministre en charge des finances sur
conque, l’Administration peut, à tout les réclamations conten-
moment de la procédure et malgré
l’expiration des délais de prescription,
tieuses, et qui ne donnent pas entière- le requérant ou son représentant dû-
ment satisfaction aux intéressés, peu- ment habilité et être accompagnée
vent être attaquées devant les Tribu- de deux copies de la requête sur pa-
naux administratifs, dans un délai de pier libre;
soixante (60) jours à partir du jour de - contenir l’exposé sommaire des faits
la réception de l’avis portant notifica- et moyens et des conclusions de la
tion de la décision. partie;
SOUS-SECTION II FORME - préciser le montant des dégrève-
DE LA REQUETE ments en droits et pénalités sollici-
tés;
Article L 127.- Les demandes doivent - être accompagnée d’une copie de la
être adressées au greffe du Tribunal décisioncontestée.
administratif où elles sont enregistrées
Article L 129.- Le requérant qui en-
contre décharge. Un certificat de dé-
tend bénéficier devant le juge adminis-
pôt de recours est délivré aux per-
tratif du sursis de paiement déjà appli-
sonnes qui en font la demande.
qué au stade de la réclamation, doit
Article L 128.- A peine d’irrecevabi- renouveler expressément sa demande
lité, la requête doit satisfaire aux con- dans le cadre de sa requête et
ditions de forme et de fond suivantes : s’acquitter d’un montant supplémen-
taire de 10 % des impositions contes-
- être présentée par écrit, signée par
tées.
Article L 130.- Le réquérant ne peut ministre chargé des Finances de la copie
contester devant le Tribunal adminis- de la requête introductive d’instance est
tratif des impositions différentes de faite immédiatement après
celles qu’il a visées dans sa réclama- enregistrement au greffe. Il en est de
tion à l’administration. Mais, dans la même de la notification à la partie
limite du dégrèvement primitivement adverse de la copie des mé- moires
sollicité, il peut faire valoir toutes ampliatifs du requérant, des mémoires en
conclusions nouvelles, à condition de défense du ministre chargé des Finances
les formuler explicitement dans sa et des mémoires enréplique.
demande introductive d’instance. Les pièces et documents joints à la
Article L 131.- A l’exception du dé- requête ou aux mémoires produits sont,
faut de signature de la réclamation dès réception, adressés d’office en
initiale, les conditions de forme non communication au ministre chargé
respectées, prévues à l’article L 116 du desFinances.
présent Livre peuvent, lorsqu’elles ont Article L 133.- Le ministre chargé des
motivé le rejet d’une réclamation par Finances dispose, pour produire son
l’Administration, être utilement rapport, d’un délai de trois (03) mois
couvertes dans la demande adressée au dont deux (02) sont accordés au Direc-
Tribunaladministratif. teur Général des Impôts pour procéder à
Article L 132.- La notification au l’instruction. Ce délai peut être pro-
longé de deux (02) mois, en raison des
circonstances exceptionnelles, sur SOUS-SECTION III
demande motivée. EXPERTISE
Les conclusions du ministre chargé Article L 134.- En matière d’impôts,
des Finances sont déposées au greffe droits et taxes assis par la Direction
du Tribunal administratif en trois (03) Générale des Impôts, toute expertise
copies dont l’une est adressée au con- demandée par un contribuable ou or-
tribuable qui dispose d’un délai d’un donnée par le Tribunal administratif est
(01) mois pour présenter ses observa- faite par trois experts, à moins que les
tions ou faire connaître s’il désire parties ne consentent qu’il y soit
recourir à la vérification par voie procédé par unseul.
d’expertise.
Dans le cas où il n’y a qu’un seul ex-
Si le ministre chargé des Finances ne pert, celui-ci est nommé par le Prési-
produit pas sa réponse dans le délai de dent du Tribunal administratif à moins
trois (03) mois visé ci-dessus, il est que les parties ne s’accordent pour le
réputé avoir acquiescé aux faits expo- désigner.
sés dans la requête du contribuable.
Si l’expertise est confiée à trois ex-
Si le contribuable ne produit pas perts, l’un d’eux est nommé par le
d’observations à la réponse de Tribunal administratif et chacune des
l’Administration dans un délai d’un parties désigne le sien.
(1) mois qui lui est imparti, il est répu- té
s’être désisté de sonaction.
Article L 135.- Le jugement ordon- ties. Les experts fournissent soit un
nant l’expertise fixe la mission des rapport commun, soit des rapports
experts ainsi que le délai dans lequel ils séparés.
seront tenus de déposer leur rap- port. Le procès-verbal d’expertise et le ou les
Article L 136.- Le Président du Tribu- rapports des experts sont déposés
nal administratif fixe le jour et l’heure
du début des opérations dans le juge-
ment avant dire droit. Il prévient les
experts ainsi que le requérant et le
Directeur Général des Impôts au moins
dix (10) jours francs avant le début de
cesopérations.
Article L 137.- Lorsqu’il est néces-
saire, au cours de l’expertise, de se
rendre sur les lieux, le ou les experts
effectuent ce déplacement en présence
d’un agent de l’Administration fiscale
et du requérant ou de son représentant.
Article L 138.- L’expert nommé par le
Tribunal administratif rédige un pro-
cès-verbal d’expertise signé des par-
aux greffes accompagnés d’autant de
copies qu’il y a de parties en litige SOUS-SECTION IV DECISION
ayant un intérêt distinct. DU TRIBUNAL
Le procès-verbal d’expertise et le ou ADMINISTRATIF
les rapports des experts sont notifiés
aux parties intéressées qui sont invi- Article L 140.- A l’issue de la procé-
tées à fournir leurs observations dans dure contradictoire, le Tribunal admi-
un délai de trente (30) jours. nistratif rend une décision.
Article L 139.- Les frais d’expertise Toutes les voies de recours prévues par
sont supportés par la partie qui suc- la législation sur l’organisation et le
combe. fonctionnement des Tribunaux Ad-
ministratifs et de la Cour Suprême sont
Les frais de timbre exposés par le ré-
ouvertes auxparties.
clamant sont compris dans les dépens.

CHAPITRE II JURIDICTION GRACIEUSE

SECTION I COMPETENCE mettant les redevables dans


DE LA l’impossibilité de se libérer envers le
JURIDICTION GRACIEUSE Trésor;
Article L 141.- La juridiction gra- - la remise ou une modération
cieuse connaît des demandes tendant à d’amendes fiscales ou de majoration
obtenir : d’impôts et droits, lorsque ces péna-
lités, intérêts de retard et le cas
- la remise ou une modération échéant, les impositions principales
d’impôts directs régulièrement éta- sont définitives;
blis, en cas de gêne oud’indigence
- la décharge de la responsabilité in- pénalités consécutives à une
combant à certaines personnes quant taxationd’office.
au paiement d’impositions dues par Les modérations ou remises partielles
untiers. des pénalités, amendes ou astreintes ne
Elle statue également sur les de- peuvent être accordées sur les droits
mandes des Receveurs des Impôts d’enregistrement lorsque le retard est
visant à l’admission en non-valeur de supérieur à un (01) mois, qu’après
cotes irrécouvrables ou à une décharge paiement préalable des droits simples
de responsabilité. majorés d’une amende fiscale de 10%.
Article L 142.- Aucune remise ou
SECTION II DEMANDES
modération ne peut être accordée sur
DES CONTRIBUABLES
les impôts sur le chiffre d’affaires, les
autres impôts collectés auprès des tiers SOUS-SECTION I FORME DE
pour le compte du Trésor ainsi que les LA DEMANDE
Article L 143.- Les demandes tendant à Elles ne sont pas soumises au droit de
obtenir soit une remise, soit une timbre.
modération doivent être adressées au
Chef de Centre des Impôts territoria- SOUS-SECTION II
lement compétent. DECISION DE
Elles doivent contenir les indications L’ADMINISTRATION
nécessaires pour
identifier Article L 144.- Après examen,
l’imposition en cause et être accom- l’Administration notifie par écrit sa
pagnées d’une copie de l’Avis de Mise décision de remise, modération ou rejet.
enRecouvrement. Article L 145.- En cas de remise ou
modération, la décision est notifiée :
- par le Chef de Centre Régional des
Impôts ou le responsable de la struc-
ture chargée de la gestion de
«Grandes Entreprises» dans la limite de
trente millions (30 000 000) de francs
pour les impôts et taxes en principal et
de trente millions (30 000 000) de
francs pour les pénalités et
majorations ;
- par le Directeur Général des Impôts
dans la limite de cent millions
(100 000 000) de francs, pour les
impôts et taxes en principal et de
cent millions (100 000 000) de
francs pour les pénalités et majora-
tions;
- par le ministre chargé des Finances
pour les impôts et taxes en principal
dont les montants sont supérieurs à
cent millions (100 000 000) de
francs ainsi que pour les pénalités et
majorations dont les montants sont
supérieurs à cent millions
(100 000 000) defrancs.
Toutefois, lorsque la décision de
l’autorité compétente ne satisfait pas le
demandeur, le recours hiérarchique
reste ouvert à ce dernier jusqu’au mi-
nistre chargé desFinances.
Article L 146.- Les décisions prises en vertu de l’article L 145 ci-dessus ne
peuvent faire l’objet d’un nouvel Invoqués. Elles sont notifiées aux
examen que si des faits nouveauxsont intéressés dans les conditions fixées par
le présent Livre
* *