Vous êtes sur la page 1sur 95

CORROSION DES MATÉRIAUX

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion
INTRODUCTION

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 2
Importance du problème

Impact des phénomènes de corrosion

 Coûts
• Directs: dégradation des installations
• Indirects: arrêt des installations  pertes de production

 Sécurité des personnes
Ruptures d ’équipements, fuites de gaz ou de liquide 
combustible,...

 Environnement
Pollutions

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 3
Conséquences : exemples

Rupture  de  l’assise  d’un  fond  de 


bac  suite  à corrosion  des  tôles  de 
fond
Épandage  de  37000  m3  de 
pétrole brut

Rupture  de  la  coque  d’un  navire 


pétrolier

© 2010 ‐ IFP Training
 Pollution  des  côtes  par  10000 
m3 de produits divers

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 4
Corrosion : quelques définitions
 Dégradation  d’un  matériau  (métallique,  non  métallique)  suite  à
une réaction avec le milieu environnant

 D'après  la  norme  ISO  8044  "  Corrosion  des  métaux  et  alliages  –
Termes principaux et définitions " :
• La Corrosion (métallique) est une  interaction  physico‐chimique  entre 
métal  (ou  alliage)  et  son  environnement,  conduisant  à une 
dégradation du système fonctionnel représenté par le métal (perte de 
matière ou fissuration) ou l’environnement (contamination).

 Retour  d’un  métal  à son  état  originel  (oxyde,  sulfure,…)    


phénomène naturel

 Réaction chimique ou électrochimique

© 2010 ‐ IFP Training
 Réaction d’oxydo‐réduction

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 5
Corrosion : retour à l ’état originel cas du fer

ACIER TUBE

ENERGIE

OXYDE DE
FER

Raffinage de l'oxyde: réduction Corrosion de l'acier: oxydation


Fe2O3 + 3CO = 2Fe + 3CO2 Fe --> Fe++ + 2e-
Fe++ + 2OH- = Fe(OH)2

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 6
Production pétrolière nature des corrosions

 Compte  tenu  des  conditions  d ’exploitation  et  principalement  de  la 


température (rarement > 150°C), les corrosions rencontrées ont comme 
origine la présence d’eau liquide

 Processus électrochimique

Deux grandes familles sont rencontrées:
• Corrosions  entraînant  une  dissolution du  métal,  avec  perte  plus  ou 
moins importante de poids
• Corrosions fissurantes, avec très peu ou pas de perte de métal 

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 7
I

THÉORIE

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 8
Principe de base : la pile de corrosion

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 9
Corrosion : réaction d’oxydo‐réduction

 AGENT RÉDUCTEUR : le métal

Fe, Cu, Al, Zn,..

Le métal est oxydé à l ’anode → Corrosion

Le courant électrique sort de l ’anode vers l ’électrolyte

 AGENT OXYDANT : le milieu
• proton H+   
• oxygène O2  

© 2010 ‐ IFP Training
L ’agent oxydant est réduit à la cathode → Pas de corrosion
Le courant électrique entre à la cathode

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 10
Rappel: potentiel d’oxydo‐réduction (redox)

 Métal dans électrolyte

Lors  du  processus  de  dissolution,  il 


s’établit  après  équilibre  une  couche 
double
Le  métal  se  charge  négativement  par 
rapport à l ’électrolyte
→ On  peut  alors  mesurer  une 
différence de potentiel entre le métal et 
l ’électrolyte

=  potentiel  d ’électrode  ou  potentiel 


d’oxydo‐réduction de la réaction  

© 2010 ‐ IFP Training
Fe  Fe++ +  2e‐

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 11
Potentiel d’oxydo‐réduction (suite)
 Cas général des réactions d ’oxydo‐réduction
Red  Oxyd n+ +  ne‐

Le potentiel est donné par la formule (équation de Nernst):

E = E0 + RT / nF Ln [Ox ] / [ Red]

R: constante universelle des gaz (8.31 J/deg.M)

T: température absolue(°K)

n: nombre d’électrons mis en jeu(valence)

F: constante de Faraday (96500 C)

[Ox],  [Red]:  activité des  formes  oxydées  et  réduites  (en  pratique  =  concentration  pour  les  espèces 

© 2010 ‐ IFP Training
dissoutes)

E0: potentiel "normal" d ’électrode( [Ox]=[Red] )

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 12
Potentiels normaux d ’électrode à 25°
(mesures par rapport à l ’électrode à hydrogène)

Au 3+ + 3e‐  Au 1,50 v

Pt 2+ + 2e‐  Pt 1,19 v

O2 + 4H+ + 4e‐  2H2 1,23 v

Ag + + e‐  Ag 0,80 v 

Cu2+ + 2e‐  Cu 0,34 v


POUVOIR OXYDANT

2H+ + 2e‐  H2 0,00 v

Pb2+ + 2e‐  Pb ‐0,13 v

Ni2+ + 2e‐  Ni ‐0,25 v

Fe2+ + 2e‐  Fe ‐0,44 v

© 2010 ‐ IFP Training
Zn2+ + 2e‐  Zn ‐0,76 v

Al3+ + 3e‐  Al ‐1,66 v

Mg2+ + 2e‐  Mg ‐2,36 v


EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 13
Potentiel réel d’un métal

 Le potentiel pris par un métal dans un électrolyte quelconque dépend du potentiel 
de l ’électrolyte.

Ex : un morceau de fer dans le sol prend un potentiel " spontané " d ’environ ‐0,1 


v / ENH (variable suivant les sols).

 Remarque:

En  pratique,  on  ne  peut  utiliser  l ’électrode  à hydrogène  (ENH)  pour  des  mesures 
sur site (sols, eau). On utilise d ’autres types d ’électrodes, plus faciles d ’emploi.
• sol, eau douce: électrode au Cu/CuSO4 (ESC)
• eau de mer: électrode Ag/AgCl
La valeur du potentiel dépend du type d ’électrode utilisée.

© 2010 ‐ IFP Training
Ex.: potentiel normal de la réaction Fe2+ + 2e‐  Fe
‐0,44 v / ENH         ou           ‐0, 76 v / ESC

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 14
Application pratique de la pile de corrosion:  générateur 
électrique ex. : pile daniell (= couplage galvanique)

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 15
Production pétrolière : paramètres de corrosion
 PARAMETRES PRINCIPAUX

• Oxygène: O2 → O2 + 4H+ + 4e‐  2H2O


• Gaz carbonique CO2
− CO2 + H2O  H2CO3
− H2CO3  H+ + HCO3‐ → 2H+ + 2e‐  H2
• Hydrogène sulfuré H2S
− H2S  H+ + HS‐ → 2H+ + 2e‐  H2
− De plus:
» HS‐ avide de Fe++ (→ FeS)
» HS‐ favorise la corrosion par fissuration hydrogène
• Chlorures Cl‐

© 2010 ‐ IFP Training
− → Piqûration des aciers inoxydables en présence de  O2
• Couplages galvaniques / courants vagabonds

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 16
Paramètres de corrosion (suite)
 PARAMETRES SECONDAIRES

• température
• pression
• pH
• minéralisation
• vitesse de circulation
• présence de certaines bactéries
• contraintes dans le matériau (corrosion sous tension)
• géométrie des assemblages 
• présence dans l'écoulement de particules solides (sable par exemple)

De plus, dans le cas d ’écoulement diphasique (eau / huile )

© 2010 ‐ IFP Training
• pourcentage eau / huile
• régime d ’écoulement (turbulent, laminaire, horizontal, vertical)

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 17
Corrosion bactérienne

La  présence  de  certaines  bactéries  peut  accélérer  un  processus  de  corrosion,  ou 
créer des conditions favorables au démarrage de ce processus.

Deux familles de bactéries sont le plus souvent rencontrées:
• les  bactéries  sulfato  ‐réductrices  ou  thiosulfato‐réductrices  (cycle  du 
soufre)
(anaérobies)
• les ferro ‐bactéries (cycle du fer)
(aérobies)
En plus du processus de corrosion, l ’activité bactérienne  peut  conduire,  suite  aux 
différentes réactions chimiques entrant dans leur métabolisme, à la fabrication de 
nombreux  dépôts,  à l ’origine  de  problèmes  de  colmatage(canalisations  en 

© 2010 ‐ IFP Training
particulier).

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 18
Produits de corrosion / passivation

 Produits de corrosion
Suivant la composition de l’électrolyte, le pH, le potentiel Redox 
(E),  les  ions  métalliques  se  combineront  pour  donner  (ex.  pour 
l ’acier):
• des hydroxydes: Fe(OH)2, Fe(OH)3
• des oxydes: Fe2O3, Fe3O4
• des carbonates: FeCO3
• des sulfures: FeS, FexSy 

 Passivation
Certains  produits  de  corrosion,  peuvent  en  se  déposant  à la 
surface  produire  une  couche  de  protection  qui  isole  le  métal  de 

© 2010 ‐ IFP Training
l’électrolyte  et  ralenti  ‐voire  stoppe  ‐les  réactions  de  corrosion. 
C’est le phénomène de passivation des aciers. 

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 19
Passivation (suite)

 Aciers au carbone
Les  produits  de  corrosion  formés  peuvent  dans  certains  cas  se  révéler  de  bons 
protecteurs  (sulfures  par  ex.)  mais  ,de  façon  générale,  cette  protection  n ’est  pas 
très fiable car la résistance du film reste faible,en particulier vis à vis de l ’érosion 
crée par une forte vitesse de circulation de l ’électrolyte.

 Aciers inoxydables
Ils  tirent  leur  résistance  à la  corrosion  de  la  formation  rapide  à la  surface  de 
produits  de  corrosion,  bien  que  de  très  faible  épaisseur,  extrêmement  résistants. 
Ce film d ’oxydes peut par contre être détruit par certains éléments (ions Chlorures 
en particulier) ou ne pas pouvoir se former (suivant certaines valeurs du potentiel 
Redox de l ’électrolyte). 

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 20
Passivation (suite)

 Cas particuliers
Certains  métaux  présentent  un  potentiel  normal  très  négatif, 
donc  à priori  facilement  oxydables  mais  les  oxydes  formés  sont 
extrêmement protecteurs (durs, peu poreux). Ils présentent alors 
une bonne résistance à la corrosion.

Exemples:
• Aluminium (En/EHN = ‐1,66 v) protection par Al2O3
• Titane (En/EHN = ‐1,63 v) protection par TiO2
• Chrome (En/EHN = ‐0,91 v) protection par Cr2O3

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 21
Diagramme E / ph 
Domaines de corrosion / passivité / immunité
(diagramme de pourbaix)

Ex.: système fer‐eau à 25°c

1.  Etat initial

2. Après augmentation du pH
→ passivation par les oxydes

3. Après abaissement du potentiel

© 2010 ‐ IFP Training
→ immunité

(E mesuré par rapport à ENH)


EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 22
Fissuration hydrogène

 Ces  détériorations  sont  dues  à la  pénétration  de  l ’hydrogène  atomique  dans  le 
métal.

 Celui‐ci s ’accumule
• Soit dans les zones de dislocation du matériaux
• Soit dans des sites d ’inclusions ou d ’impuretés
 La présence dans ces zones de l’hydrogène conduit à deux phénomènes distincts :
• Rupture  différée  sous  contrainte en  ce  qui  concerne  les  aciers  à forte 
caractéristique  mécanique,  sous  contrainte  (perte  de  ductilité du 
réseau cristallin, rupture fragile)
• Fissuration  interne,  cloquage pour  les  aciers  sous  faible  taux  de 
contrainte mais présentant des impuretés 

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 23
Fissuration H2S
 = cas particulier de fragilisation par l’hydrogène

 La présence de l’ion HS‐ favorise la pénétration de l’hydrogène dans le métal

 La présence d’eau liquide est nécessaire (même en très petite quantité)

 Le risque augmente avec:
• Le pH de l’eau en contact avec la surface métallique
• La concentration d’H2S, ou plus précisément sa pression partielle (pH2S) 

© 2010 ‐ IFP Training
 La  structure  métallurgique,  la  présence  d’impuretés,  l’état  de  contrainte  du  matériau 
influent sur le processus

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 24
Fissuration H2S – types de dégradations

 Décohésion interne (cloques ou fissures): Hydrogen Induced Cracking ou HIC

 Rupture différée sous contraintes suite à fragilisation de l’acier: Sulfide Stress Cracking ou SSC

 Forme combinée des dégradations ci‐dessus: Stress Oriented Hydrogen Induced Cracking ou SOHIC

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 25
Production pétrolière
Caractéristiques des eaux produites
 Eau généralement fortement minéralisée : 20 à 50 g/l, parfois plus (ex:  130 g/l pour le 
Trias du Bassin Parisien, 250 g/l pour des champs au moyen orient)

 CO2 → risque de pH acide

 Parfois H2S

 Pas d ’oxygène

 Milieu réducteur (EENH: ‐50 à ‐300 mV)

 Présence de chlorure( NaCl)

 Température  pouvant  atteindre  110  °c  en  tête  de  puits(suivant  la  profondeur  du 
gisement, le débit et le % eau associée)

© 2010 ‐ IFP Training
 Bactéries: à l’origine absentes. L’exploitation peut par contre conduire à des pollutions 
bactériennes des puits, ou parfois du gisement lui‐même

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 26
II

MOYENS DE LUTTE CONTRE LA CORROSION

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 27
Philosophie

 ACIER CARBONE SANS PROTECTION
• Durée de vie limitée / remplacements nécessaires
• Inspections périodiques
• Frais d’exploitation

 PROTECTION ANTICORROSION DES LA CONCEPTION
• Augmentation de la durée de vie
• Inspections périodiques limitées

© 2010 ‐ IFP Training
• Investissement plus élevé

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 28
Quatre grands axes

 Modification des caractéristiques du milieu
• → Traitements anti‐oxygène, bactéricide, modification du pH
• Pour les gaz, déshydratation, désulfuration

 Choix d ’un matériau compatible avec le milieu
• → Aciers inoxydables, alliages nobles, matériaux non métalliques

 Suppression du contact métal / milieu
• → Peintures et revêtements, inhibiteurs de corrosion filmant

 Abaissement du potentiel Redox du métal

© 2010 ‐ IFP Training
• → Protection cathodique

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 29
Traitements anti oxygène des eaux

 Extraction par le vide (*)
L ’oxygène est extrait par dépressurisation

 Mise en contact avec un gaz exempt d ’oxygène (Gas Stripping) (*)


L ’eau est balayée par un courant de gaz naturel ou d ’azote

 Traitement chimique par injection de réducteur d ’O2
Produits fréquemment utilisés:
• bisulfite d ’ammonium
2NH4HSO3 + O2 → (NH4)2SO4 + H2SO4
• bisulfite de sodium
2NaHSO3 + O2 → Na2SO4 + H2SO4

© 2010 ‐ IFP Training
(*) Ces techniques sont réservées au traitement centralisé de grandes quantités d ’eau

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 30
Traitements bactéricides
Principaux produits
 Corps  oxydants  (traitement  de  l’eau  d’injection  en  grande 
quantité, eau de mer en offshore par exemple) 
• Agents de chloration (Cl2, ClO2)
• Agents de bromation (Acide HBrO)

 Bactéricides  organiques  (traitement  des  fluides  produits  et 


injectés)
• Amines  :  R‐NH2
• Ammoniums quaternaires  : [R4 ‐ N]+ ‐ X‐

© 2010 ‐ IFP Training
• Aldéhydes (glutaraldéhyde principalement):
OHC‐CH2‐CH2‐CH2‐CHO

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 31
Augmentation du pH

Ce  principe  est  quelquefois  utilisé pour  amener  le  métal  dans  son 
domaine de passivation (voir diagramme de Pourbaix)

Applications:
• inertage  de  bacs,  de  puits,  ou  de  conduites  arrêtées 
provisoirement
• protection des annulaires tubing / casing de puits d ’injection
 Le  fluide  est  de  l ’eau  douce contenant  de  la  soude 
(NaOH), de telle façon à augmenter le pH aux environs de 10.

• Augmentation  du  pH  des  eaux  de  condensation  dans  les 


conduites de gaz comportant du CO2

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 32
Aciers inoxydables

 Définition:  le  terme  inoxydable  s ’applique  à des  aciers  fortement 


alliés dont la teneur en Chrome est  > 10,5 %.

La  résistance  à la  corrosion  est  la  conséquence  de  la  formation  d ’un 
film dur, adhérent, peu perméable sur la surface de l ’acier.

Ce  film  est  constitué principalement  d ’oxydes  complexes  de  fer,  de 
chrome,  d ’ions  OH,  de  molécules  d ’eau.  L ’acier  est  dans  un  état  de 
passivation.

 Éléments d ’addition:

Outre le chrome, les aciers inoxydables peuvent contenir les éléments 
suivants:

© 2010 ‐ IFP Training
Nickel, molybdène, azote, cuivre, titane, nobium, aluminium

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 33
Aciers inoxydables
Principales familles / composition type
 Aciers à structure ferritique
C: 0,08% max, Cr: 17‐30%, Mo
 Aciers à structure martensitique
C: 0,1‐0,7%, Cr: 12‐18%, parfois Ni
 Aciers à structure austénitique
C: 0,02‐0,08%, Cr: 18%, Ni: 10%, Mo: 3%
 Aciers à structure austéno‐ferritique (Duplex)
C: 0,03%, Cr: 22%, Ni: 5%, Mo: 3%, N: 0,16%

© 2010 ‐ IFP Training
 Aciers super austénitiques
C: 0,02%, Cr: 20%, Ni: 25%, Mo: 6%, Cu, N
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 34
Aciers inoxydables : règles de choix

Le  domaine  des  aciers  inoxydables  est  très  vaste  et  ne  peut  être  traité
dans le cadre de cours.

Il est par contre impératif de retenir que:

1 Il n ’existe pas une mais plusieurs nuances d ’aciers inoxydables.

2 Chaque type d ’acier inoxydable a son domaine d ’application.

3 Un  acier  inoxydable  ne  peut  être  choisi  sans  connaissance  préalable 
précise du milieu avec lequel il va être en contact. 

4 Un acier inoxydable mal adapté peut se dégrader plus rapidement qu ’un 

© 2010 ‐ IFP Training
acier au carbone.

5 Le  choix  doit  se  faire  en  intégrant  également  les  critères  de  résistance 
mécanique, soudabilité, coût.
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 35
Alliages
 Alliages de Nickel

Ni: 40% mini

Eléments d ’addition: chrome, molybdène, cuivre, fer

 Alliages de Cuivre

Laitons (Cu‐Zn), Bronzes (Cu‐Sn), Cupro‐Aluminium(Cu‐Al),

Cupro‐Nickels(Cu‐Ni)

 Alliages d ’Aluminium

Eléments d ’addition: Cu, Mn, Si, Mg, Zn

© 2010 ‐ IFP Training
 Alliages de Titane

Eléments d ’addition: Al, V, Sn, Mo, Mn, Nb

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 36
Principales utilisations des aciers inoxydables et alliages
en production pétrolière

 Aciers inoxydables
• équipements de fonds de puits (pompes, packers, etc.), tubings, têtes 
de puits
• canalisations, appareils à pression
• éléments de pompes de surface, échangeurs, etc.

 Alliages
• éléments de pompe de fond, composants de vannes

© 2010 ‐ IFP Training
• éléments de pompes de surface, échangeurs

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 37
Matériaux non métalliques

 Thermoplastiques

Polyéthylène principalement

Applications  :  conduites  d ’eau  /  gaz  à faible  pression(<20  bar)  et 


température(<30°C)

 Thermodurcissables

Résine époxy / fibre de verre principalement

Applications:
• canalisations
• tubings, 

© 2010 ‐ IFP Training
• petits réservoirs
• plus rarement casings, tiges de pompage, vannes
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 38
Résines époxy / fibre de verre
Application aux canalisations
 Caractéristiques / Avantages
• Haute résistance mécanique: jusqu ’à 200 bars en 4"
• Température maximum de service: 65 à 90°c suivant la 
nature du durcisseur utilisé dans la résine
• Excellente résistance chimique aux effluents de puits
• Faible poids

 Précautions d ’utilisation
• Manipulation à la pose
• Coefficient de dilatation thermique > à celui de l ’acier 
(→ si T élevée: contrôle des déplacements, nécessité
d ’ancrage)

© 2010 ‐ IFP Training
• Déconseillé en présence de mud acid (présence de HF)

 Point faible: connexions(collage, filetage, clavetage, brides)
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 39
Revêtements

 Revêtements métalliques
• revêtements anodiques / acier (sacrificiels)
Ex.: zinc → galvanisation, aluminium
• revêtements cathodiques / acier 
Ex: aciers inox, alliages de nickel, alliage de cobalt

 Revêtements organiques

Ex.:  résines  époxy, phénolique, polyuréthane, polyamide

brais de houille, bitumes de pétrole 

revêtements polyéthylène, polypropylène

© 2010 ‐ IFP Training
 Autres
Céramiques, bétons 

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 40
Revêtements (suite)
Principales applications

 Revêtements métalliques
• Protection contre la corrosion atmosphérique (galvanisation)
• Protection  contre  la  corrosion  interne  de  capacités,  intérieurs  de  vannes, 
pompes, échangeurs,…(revêtements cathodiques)

 Revêtements organiques
• protection  contre  la  corrosion  atmosphérique  (peintures  époxy, 
polyuréthane) 
• protection  contre  la  corrosion  interne  des  capacités,  tubings  de  puits 
(résines  époxy,  phénolique,  polyuréthane,  brai  de  houille  /époxy, 
polyamides) 
• protection contre la corrosion externe des structures enterrées

© 2010 ‐ IFP Training
− canalisations (brai de houille, polyéthylène, polypropylène, époxy)
− fond de bacs, réservoirs enterrés (brai de houille, bitume, époxy)

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 41
Inhibiteurs filmants

 Ils bloquent le fonctionnement des piles de corrosion

 Inhibiteurs minéraux
• Type anodique: ils élèvent le potentiel du métal dans une zone où la passivation par 
les oxydes est possible
• Type cathodique: ils fabriques des précipités insolubles sur les zones cathodiques

 Inhibiteurs organiques
• Ils filment les zones anodiques ou cathodiques.
• Ils constituent la majorité des inhibiteurs utilisé en production pétrolière

• Ex.: amines, ammoniums quaternaires, imidazolines, esters phosphoriques,..

Application principale :

© 2010 ‐ IFP Training
Protection contre la corrosion interne des puits (tubings) et des canalisations

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 42
Protection cathodique
Rappel  :  l’abaissement  du  potentiel  d ’un  métal  par  apport  d ’électrons  permet 
au‐dessous  d ’une  certaine  valeur  de  ce  potentiel  (Ex.: ‐0.62  mV/ENH  pour  le  fer 
dans l ’eau à 25°c) de stopper la réaction  Red  Oxyd n+ +  ne‐.

Seule  la  réaction    2H+ +  2e‐  H2 se  produit  sur  l ’ensemble  de  la  surface 
métallique en contact avec l ’électrolyte (polarisation cathodique).

L ’apport d’électrons est effectué :

• soit  en  connectant  le  métal  à protéger  à un  métal  moins  noble 
→ couplage galvanique / effet de pile
=  protection par anodes sacrificielles
• soit à l ’aide d ’un générateur de courant extérieur 

© 2010 ‐ IFP Training
=  protection par courant imposé

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 43
Protection par anodes sacrificielles
 Types d’anodes
• anodes à base de zinc
• anodes à base d ’aluminium
• anodes à base de magnésium

 Applications : principalement pour des structures compactes, de
faible volume / sur face à protéger:
• protection  contre  la  corrosion  externe  des  structures  
immergées  (plate‐formes,  canalisations,  coques  de  bateau, 
structures portuaires,…)
• protection contre la corrosion interne des capacités 

© 2010 ‐ IFP Training
• protection  contre  la  corrosion  externe  de  petites  structures 
enterrées (réservoirs)

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 44
Anodes sacrificielles ‐ types

Zinc / Aluminium (marine)

© 2010 ‐ IFP Training
Magnésium pour réservoir Magnésium pour sol (avec mélange régulateur)

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 45
Exemples d’installation d’anodes sacrificielles

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 46
Protection par courant imposé

 L ’injection de courant dans la structure à protéger est réalisée à l ’aide 


d’un générateur de courant continu.

Les  électrons  sont  "prélevés"  dans  une  structure  extérieure,  qui 


constitue  l ’anode  de  la  pile  ainsi  formée  (appelée  masse  anodique ou 
déversoir anodique). 

 Applications:  structure  de  grande  longueur  /  surface  importante 


(protection contre la corrosion externe principalement) :
• canalisations enterrées ou immergées
• plate‐formes offshore

© 2010 ‐ IFP Training
• casings de puits

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 47
Protection par courant imposé (suite)

 Masses anodiques utilisées
• structures enterrées: acier, ferro‐silicium, graphite
• structures offshore: titane/platine, nobium/platine, tantale/platine

 Exemple: 

canalisation enterrée

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 48
Protection cathodique critères de protection

 Acier dans le sol:  potentiel  < ‐0,85 v / électrode Cu/CuSO4
 Acier en eau de mer:  potentiel  <  ‐0,80 v / électrode Ag/AgCl

(Des valeurs plus basses sont recommandées si possibilité d ’activité de BSR)

Remarque:
La  protection  cathodique  vient  en  complément de  la  protection  par  peinture  ou 
revêtement (protection dite « primaire »)
Elle  permet  de  contrôler  des  corrosions  qui  pourraient  se  développer  sur  des 
défauts  de  revêtement  ou  suite  au  vieillissement  naturel  de  celui‐ci  (porosités, 
fissures,..)

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 49
III

ÉVALUATION DE LA CORROSIVITÉ

INSPECTION DES ÉQUIPEMENTS

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 50
Prévision de la corrosivité
(corrosion interne principalement)
 ANALYSES DES EFFLUENTS (eau, gaz)

→ mesure des paramètres principaux et secondaires

→ éventuellement  calcul  d’une  vitesse  de  corrosion  théorique  (modèles 


mathématiques, corrélations,..)

 PRISE  EN  COMPTE  DU  RÉGIME  D ’ÉCOULEMENT  (cas  des  écoulements  huile  / 
eau / gaz)
• vertical, horizontal
• laminaire, turbulent, par bouchons,…
• viscosité des différents effluents, % eau, GOR,...

© 2010 ‐ IFP Training
 ÉVALUATION DU RISQUE DE CORROSIVITÉ
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 51
Mesure de la corrosivité
(corrosion interne)

La mise en place dans l ’effluent (eau, gaz) d ’appareillages permet d ’appréhender 


les vitesses de corrosion

Principaux systèmes:

 Coupons: mesure de la perte de poids d ’un échantillon

 Sonde à résistance: mesure de la variation de résistivité électrique d ’un 


échantillon

 Sonde à polarisation linéaire : mesure d ’une vitesse de corrosion instantanée 


entre deux électrodes

© 2010 ‐ IFP Training
 Sonde à hydrogène: mesure de la quantité d ’hydrogène adsorbé

 Sonde « bactérienne »: prélèvement de films bactériens pour analyses

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 52
Inspection des équipements
Recherche de corrosion (pertes de métal)

 Corrosion externe des structures accessibles : examen visuel

 Corrosion interne des structures accessibles

Mesures ponctuelles par :
• ultra‐sons
• radiographie (rayons X ou Gamma)

 Canalisations enterrées ou immergées

Mesure  en  continu  de  la  corrosion  interne  et  externe  par  outils  instrumentés  (ou 
racleurs instrumentés ou intelligent pigs) :

© 2010 ‐ IFP Training
• utilisant la technique ultra‐sons
• utilisant la technique des pertes de flux magnétique
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 53
ANNEXE 1

Compléments

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 54
Échelle des potentiels redox

 Classement des potentiels

Ex: classement des potentiels normaux à 25°c

Les  potentiels  sont  mesurés  par  rapport  à l ’électrode  normale  à hydrogène 


(ENH), demi‐pile de référence.

Nota : pour la réaction 2H+ +    2e‐  H2

EH/ENH = E0 + RT / nF Ln [Ox ] / [ Red]      avec   [Red]=[H2]=1 

Par  déf.  le  potentiel  normal  est  obtenu  quand  [Ox]=[Red]  ,  donc  [Ox]=[H+]=1 

© 2010 ‐ IFP Training
(c ’est à dire pH=0)

 EH/ENH =  E0 = 0   puisque mesuré / ENH

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 55
Évaluation du risque de corrosion à partir de l’échelle 
redox

1. Milieu sans oxygène

A pH = 0, toutes les réactions de potentiel < 0 ( Potentiel de la réaction 2H+ + 2e‐ 
H2 à pH =  0  )  seront  possibles en  présence  de  H+,  donc  corrosion  pour  les métaux. 
Inversement, pas de corrosion pour les métaux de potentiel normal >0
→ Corrosion de Al, Fe mais pas de Cu, Ag, Au 

A pH = 10, le potentiel de la réaction 2H+ + 2e‐  H2
est égal à ‐0.60 v 

© 2010 ‐ IFP Training
→ Pas de corrosion de Fe
Note:  à valeurs  de  pH>6‐7  ,  d ’autres  réactions  d ’oxydo‐réduction  interviennent 
(Fer / oxydes en particulier) qui rendent les phénomènes plus complexes 
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 56
Évaluation du risque de corrosion à partir de l’échelle 
redox (suite)

2. Milieu oxygéné

À pH=0, toutes les réactions de potentiel < 1.23 v

(potentiel  de  la  réaction  O2 +  4H+  +  4e‐  2H2O)  seront  possibles  en 
présence  de  O2,  donc  corrosion  pour  les  métaux.  Inversement,  pas  de 
corrosion pour les métaux de potentiel normal >1.23

→ Corrosion de Fe, Cu mais pas de Au 

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 57
Électrodes de mesures

© 2010 ‐ IFP Training
Electrode Cu/CuSO4 Electrode Ag/AgCl

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 58
Corrosion par les bactéries sulfato‐réductrices

Ces  micro‐organismes  tirent  l ’énergie  dont  ils  ont  besoin  en  réduisant  les  sulfates  en 
sulfures. La réaction est la suivante:

SO4= + 4H2 → S= + 4H2O 

 Les ions sulfates sont produits par le milieu.

 L’hydrogène  est  prélevé soit  dans  des  matières  organiques  présentes,  soit  sur  les 
cathodes des piles de corrosion

 dépolarisation cathodique et accélération de la corrosion

 Les ions S= réagissent avec les ions Fe++ pour donner FeS.

© 2010 ‐ IFP Training
 accélération de la réaction anodique et donc de la corrosion 

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 59
Bactéries sulfato‐réductrices

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 60
Corrosion par les ferro‐bactéries

Leur  énergie  est  tirée  de  la  réaction  de  transformation  du  fer 
ferreux (Fe++ ) en fer ferrique (Fe+++ ), possible en milieu oxygéné.

Fe  Fe++ +  2e‐ (réaction à l ’anode)

Fe++ + 2(OH)‐  Fe(OH)2  (produit de corrosion)

2Fe(OH)2 + 1/2 O2 + H2O  2Fe(OH)3 (action des bactéries)

Cette consommation d’ions ferreux contribue à l ’accélération de la 
réaction anodique et donc de la corrosion.

© 2010 ‐ IFP Training
De  plus,  les  produits  formés  :  Fe(OH)2,  Fe(OH)3,  très  peu  solubles, 
associés  à des  sécrétions  organiques  des  bactéries  peuvent 
entraîner des colmatages sévères. 

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 61
Fissuration hydrogène
Critères de protection pour l’acier carbone en cas d’environnement « fragilisant »

 Fissuration différée sous contrainte (SSC)
• dureté < 22 HRc
• structures  métallurgiques  homogènes,  à grains  fins  (structures 
trempées ‐ revenues)
• traitement  thermique  de  détensionnement  pour  les  aciers  forgés  et 
les zones soudées

 Cloquage / Fissuration en gradins (HIC)
• limitation  de  la  teneur  en  impuretés  (soufre,  phosphore)  ou 
traitement de celles‐ci (« globulisation » par le calcium)

© 2010 ‐ IFP Training
• limitation de la teneur en manganèse

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 62
Quelques formes de corrosion

 Corrosion généralisée

 Corrosion par piqûres

 Corrosion sous dépôts

 Corrosion sous contrainte

© 2010 ‐ IFP Training
 Corrosion inter‐granulaire

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 63
Désoxygénation

© 2010 ‐ IFP Training
Tour de stripping Extraction par le vide

EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 64
Sonde à résistance

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 65
Contrôle aux ultra‐sons

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 66
Contrôle automatisé par ultrasons

Appareil  US  pour  le  contrôle  des 


viroles et toits de bacs

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 67
Contrôle par radiographie

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 68
Radiographie
appareillage à source 

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 69
Inspection des canalisations
Principe des fuites de flux magnétique
Les  brosses  magnétisent  le  tube  à saturation.  Les  lignes  restent  normalement  concentrées 
dans l ’épaisseur de la paroi.

Toute  variation  d ’épaisseur  contraint  les  lignes  de  flux  à sortir  de  la  paroi.  Les  palpeurs 
coupent ces lignes de fuites et engendrent un signal électrique. 

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 70
Racleur instrumenté à flux magnétique

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 71
Annexe II

TYPES DE CORROSION

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 72
Corrosion généralisée

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 73
Corrosion par crevasse
Exemple 1

Corrosion d ’une face de bride, sous le joint

Acier inoxydable  X2 CrNi 18.9  (AISI 304 L)

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 74
Corrosion par crevasse
Exemple 2

Corrosion par crevasse à une soudure  de mauvaise qualité

Acier inoxydable  X2CrNiMo17.12.3 (AISI 316L)

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 75
Corrosion par piqure
Exemple 1: microphotographie

Corrosion  d ’un  tube  DN  100  en  acier  inoxydable  X2CrNiMo17.12.3 


(AISI 316L)

Fluide: eau oxygénée avec 50 ppm de chlorures

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 76
Corrosion par piqure
Exemple 2
Tube en acier inoxydable X6Cr17 (ferritique à 17% Cr)

(AISI 430 )

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 77
Corrosion par piqure
Exemple 3

Soudure de tôle de bac en acier  X2CrNi18.9 (AISI 304L)

Produit: eau oxygénée + Chlorures

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 78
Corrosion par piqure
Exemple 4

Opercule de vanne 1/4 tour en acier  X7CrNi18.10 (AISI 304)

Environnement: HCL à 10%

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 79
Corrosion intergranulaire
Exemple 1

Acier inoxydable  X7CrNiMo 17.12.2 (AISI 316)

Milieu: HNO3

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 80
Corrosion sous contraintes
Exemple 1

Corrosion sous calorifuge d’un acier X2CrNiMo17.12.2   (AISI 316L )

Température  50‐90°c,  60  ppm  de  chlorure  d’ans  l’eau  ayant  pénétré
dans le calorifuge.

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 81
Corrosion sous contraintes
Exemple 2

Tube en acier  X2CrNi18.9 (AISI 304L)

Attaque externe par eau chlorurée, température 50‐60°c.

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 82
Fatigue / corrosion
Exemple
Réduction soudée en acier Duplex 2205 au refoulement d ’une pompe triplex.

Milieu: eau à 50 g/l de NaCl, température: 90°c.

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 83
Fatigue / corrosion
Exemple 2

Piquage 3/4 "

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 84
Pollution ferreuse
Exemple

Tube en acier  X2CrNiMo17.12.2  (AISI 316L)  pollué par copeaux de fer

Milieu: atmosphère

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 85
Corrosion érosion
Exemple1

Coude acier carbone

Milieu: solution sodique, température 60°c.

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 86
Corrosion érosion
Exemple 2

Réduction en acier inoxydable X6CrNiTi18.10  (AISI 321)

Milieu: hydrocarbures avec HCl

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 87
Cavitation 
Exemple 1

Bride de vanne en acier carbone

Milieu:eau 170°c, 8 bar

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 88
Cavitation 
Exemple 2
Aubage de pompe centrifuge en fonte au nickel

Milieu : eau à 150°c 

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 89
Cavitation 
Exemple 3

Aubage de pompe centrifuge en acier  X7CrNiMo17.12.2  (AISI 316)

Milieu: lait écrémé, température: 70°c

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 90
Corrosion par les ferro‐bactéries
Exemple

Tube en acier au carbone. Amas d ’oxydes ferriques

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 91
Cloquage par l ’hydrogène
Exemple

Acier au carbone

Milieu: eau à pH acide (présence de CO2)

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 92
Fissuration due aux acides polythioniques
Exemple

Acier inoxydable AISI 304

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 93
Corrosion par ammoniaque
Exemple
Robinet en bronze

Milieu: eau contenant O2 et NH4

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 94
Fissuration intergranulaire
Exemple

Tube en acier X4CrNi18.10  (AISI 304)

© 2010 ‐ IFP Training
EP 21191_a_F_ppt_00 Matériaux ‐ Corrosion 95

Vous aimerez peut-être aussi