Vous êtes sur la page 1sur 3

DE L’ ASCENDANCE DE DESPINA,

ÉPOUSE DU VOÉVODE NEAGOE B ASARAB


À propos d’une inscription slavonne inédite
par

ION-RADU MIRCEA et PETR E $. NÀSTUREL

À c ô t é d e s p iè c e s c o n s e r v é e s d a n s le s d iv erB m u s é e s e t m o n a s t è r e s d e n o t r e p a y s o u d e
l’ étranger, l’ histoire de l’ art et l’ histoire tou t court on t le devoir de retenir différentes
sources signalant l’ existence d ’ exem plaires a ujourd’ hui disparus définitivem ent ou égarés 1.
Tel est précisém ent le cas d ’ un voile brodé qui fut rem arqué à l ’Athos à la fin du siècle passé.
Ce dernier este m entionné dans l’ un des manuscrits de l’ archéologue et historien Gré­
goire G. T ocilesco déposés à la Bibliothèque de l’ A cadém ie de la R épublique Populaire R ou ­
maine à Bucarest. Au feuillet 24 du m anuscrit roum ain 5143 on lit en roum ain l’ infor­
m ation que v o ici : 2
« Dans une chapelle du monastère de Lavra appelée E íoóS iov 3 il y a au x portes
impériales de l’ iconostase un rideau de satin rouge portan t de lourdes broderies représentant
diverses images sacrées ; les figures sont brodées en soie et les vêtem ents en fils d ’ argent,
d ’ or, bleus et jaunes. Sur le bord du voile, des quatre côtés, se trouve l’ inscription suivante 4
égalem ent en fils d’ or:
t C -k H ckS t c -k T g o p n r < c c > n < O A 'w > H M r < o > c n < * >>k < a ><* r < o c n o > a < h > h $ I u > K a c a p a E i6

BOIRO AI h C* M<A > T H IH r < 0 0 n< © A ^ > H « ,\©MKa H fk C TM H 6 ira R* HAU n p « C R < l> T ÎI R A aA < 'U M H >H *

HaUJiH 7 G < O rO p © A H > H * 8 H 9 n p H C H O A < 't > R‘liH Aj\dprf. »

1 Citons, à titre d ’exe m p le , le grand rideau représen tan t la D o rm itio n de la V ierge, d on n é à l’ église du
m on astère d ’A rgeç p a r la princesse D espina p o u r s e rv ir de portière en tre l ’ e x o n a r th e x e t le n a rth e x de l ’ édifice,
selon le tém oign a ge ca tégoriq u e de P aul d ’ A le p ; v o ir à ce p ro p o s P. Ç. N â s t u r e 1, O dverà necunoscutâ de
la A rg eç ç i rostul acelora de la m inâstirito P u tn a §i Slatina, dans « S tudii çi cercetS ri de istoria artei », V I I —2,
B u ca re st, 1960, p. 1 9 8 —202. D e m êm e H. 6 e 1 z e r, V om H eiligen B erge und aus M a h edonien, L e ip z ig , 1904,
p. 117 affirm e a v o ir vu au m on astère de Z o g ra p h o u (M o n t A th os) un p o r tr a it b r o d é d u p rin ce de M old avie
É tien n e le G rand, a p erçu du reste aussi par T . B o d o g a e, A ju to a rele rom ineçti la m ânàstirile d in S fintul
M u n ie A th os, S ibiu , 1940, p. 218, n. 2, o b je t app elé à faire d u b r u it lo rs q u ’ on l ’étu diera (et à c o n d itio n q u ’il ne
s ’ agisse pas de q u elq u e bro d e rie m odern e e x é c u té e d ’ après la g ra v u re d o u ce â tre de G eorges A s a k i; v o ir
T . T . B u r a d a, O câlâtorie la M u n tele A th o s, Iaçi, 1884, p. 33, en n ote).
* N ous ig n oron s qu i rédigea la d ite fiche. Ce ne fu t to u te fo is p as T . T . B u ra d a , op. cit., p. 6 1 —62, qui
ne sou ffle m o t d u v o ile en q u e stio n et p r o d u it des in e x a ctitu d e s à p ro p o s de l’ico n e d u prin ce V la d isla v I-er.
A l’ é p o q u e , T o c ile s c o con n aissait d é jà (à travers P e tk o v itc h , dan s les « Zapiski * d e l ’A ca d é m ie d e P etersbourg,
V I , p. 25) l ’in scrip tion de c e tte icôn e. S ’ il a vait d é jà été en possession de la fiche cité , il est p r o b a b le q u ’il en
aurait fa it é ta t p o u r c o m p lé te r B u ra d a (op. cit., p. 62, n o te 1).
• S ic ! p o u r E í o ó S i a , c ’ e st-à -d ire P ré se n ta tio n de la V ie rg e (C handeleur).
4 La fiche insérée dans le m an u scrit 5143 co n tie n t plusieurs erreurs de tra n scrip tio n de lettres cyrilliqu es.
D e t o u t e é v id en ce l ’ auteur ne co m p re n a it pas le t e x te q u ’ il tra n scriva it, c o n fo n d a n t — c o m m e o n le verra aux
n otes c i-a p rès: e e t g, n et h , e t k , h e t h etc.
* ÎîacapaRi dan s la c o p ie de l ’ A cad ém ie.
• c k CTaKNH dan s la m êm e copie.
7 >iau< (ib id e m ).
• r' ié dan s la dite tran scription .
* h p o u r h.

28*
435
Soit en traduction française:
« + Ce «sk ou t» 1 on t fait Dam e Despina, princesse du seigneur Jean Basarab le voévod e,
et sa mère, Dam e D onka, et elles l’ ont exécuté au nom de notre Très Sainte Souveraine la Mère
de Dieu et tou jou rs Vierge Marie ».
(On peut se dem ander si le transcripteur n’ aura pas om is de n oter la date de ce travail).
Que du tem ps de Tocilescu (décédé en 1909) ce voile se trou va it bien à la Grande Laure
de l’ A thos, c ’ est ce que prouve catégoriquem ent la suite de la fiche en question, laquelle repro­
duit, non sans gaucheries, l’ inscription grecque de l’ icone de Saint Athanase de Lavra offerte
à ce m onastère vers 1 374—1377 par le voévod e V ladislav Ier de V alachie et la princesse
Anne, son épouse 2.
Certes — et on le déplorera — l’ intérêt de cette inform ation est actuellem ent assez
mince pour la scien ce; en l’ absence de tou te description et surtout de tou te reproduction, elle
ne peut guère prouver que l’ existence d’ une don ation roum aine de plus à l’ un des plus célé­
brés sanctuaires de l’ O rthodoxie grecque. Espérons cependan t que quelque chercheur en
mission à la Sainte M ontagne aura la bonne fortune d ’ y découvrir cette broderie et de nous
la faire connaître un jou r dans le menu, car il doit s’ agir là d’ une oeuvre d ’ art de la qualité
des étoles du tem ps de Neagoe Basarab (1512—1521), l’ épou x de cette D e s p in a 3, et peut-
être m êm e de celle du magnifique voile au type de la Descente de Croix, récem m ent retrouvé
à M o s c o u 4. Il est à regretter que l’ inform ateur de Tocilesco ait négligé de préciser l’ icon o­
graphie du rideau d ’ autel de Lavra.
N on obstant cela, l’ inscription slavonne que nous publions ici pou r la première fois a
encore le mérite de confirm er le nom que portait la mère de l’ épouse du célébré voévod e de
Valachie N eagoe Basarab. Elle s’ appelait don c effectivem ent Donka. Le Synodikon du tsar
Boril était ju sq u ’ ici la seule source historique connue ayant enregistré son nom dans cette
acclam ation liturgique ajoutée au texte in itia l6 ;
« A Donka, beile-mère du grand v oïvod e Jean Neagoe de Valachie, éternelle mém oire ! »
Le voile de Lavra établit définitivem ent que la belle-m ère de Neagoe Basarab portait
le nom , serbe ou bulgare, de D onka. Mais qui était-elle?
Les recherches entreprises ju squ ’ ici sur l’ ascendance de la princesse Despina n’ autori­
sent que des suppositions en ce qui concerne l’ identité de ses parents. On retiendra, parm i
les docum ents existants, que l’ ancien syn odikon (« pom elnic ») de l’ église du m onastère d ’ Ar-
ge§ e, fondation et mausolée de Neagoe Basarab et de sa fam ille, renferme une liste des membres
de la dynastie des B rankovitch com m ençant par le « saint cnèze Lazare » d on t ils descendaient
par les femmes. La fam ille avait plusieurs branches. Au nom bre des descendants du prince

1 N otre tra d u ctio n m ain tien t ce m o t, d ison s te ch n iq u e , à l ’ in star de G. M i l l e t , B roderies religieuses


de s ty le byzan tin , Paris, 1939 — 1947. p. 85 sqq.
* Le te x te dan s G. M i l l e t , I. P a r g o i r e et L. P e t i t , R ecueil des in scription s chrétiennes de
l'A th os, Paris, 1904, n° 361 ; une r e p ro d u ctio n de l ’ ico n e dans M. B e z a. U rm e rom inefti in R àsàritul ortod ox
(2-e éd .) p. 40 —41 e t p. 4 8 —49. P o u r l ’ a ttrib u tio n de ce tte d o n a tio n à V la d isla v I-er (et n on I I I e du nom ,
c om m e l ’ o n t s ou ten u certa in s sav an ts), v o ir P. N à s t u r e 1, A u x origin es des relations roum ano-athonites.
L*icône de Saint A th a n ase de L avra du voévode Vladislav, dans A ctes du V I~ e Congrès international d'études b y za n ­
tines, I I , Paris, 1951, p. 309 —314 et d u m êm e, L egâturile T à rilor R om ine eu M u n tele A th os pinâ la m ijlocul veacului
al X V - le a , dans « M itro p o lia O lteniei *, X , nos 11 — 12, C raiova, 1958, p. 744 — 748. V . V â t à ç i a n u , Istoria
artei feu dale In fàrile rom ine, B u ca re st 1959, p. 852, se fo n d a n t sur une d o c u m e n ta tio n v ieillie, a ttrib u e en core
l ’ icon e à V lad islav I I I (1524 — 1526).
* U ne erreur s’ est glissée chez certa in s au teu rs a u to u r d u n o m d e ce tte prin cesse. O n a sou ten u à to rt
que son n om v érita b le éta it H élène, celu i de D espina é ta n t une sorte de titr e —c f. Aé<X7TOtVa, m aîtresse, s o u v e ­
raine (cf. N. P. K o n d a k o v , P a m ja tn ik i hristianskogo iskusstva na A fo n e , P e te rsb o u rg , 1902, p. 256, q u i,
a y a n t m al lu l’ in s crip tio n b r o d é e sur l ’é to le va la q u e de X é n o p h o n où s o n t représen tés N eag oe, D espina e t leurs
six e n fa n ts, a in d u it en erreu r M. R o m a n e s c o , N ea m u rile D oam n ei lui N ea goe V od à, C raiova, 1940, p. 10.
V o ir G. M i l l e t , B roderies religieuses . . , p. 32 e t la pl. L X X V I o ù l’ o n d é ch iffre aisém en t r( o)cn(o)>K A d
,\(cnHNd. R e p ro d u c tio n de c e tte p lan ch e par M. A . M u s i c e s c o , P ortretul laie brodât in arta m edievalâ
rom lneascà, dans « S tu d ii çi cercetâ ri de istoria a r t e i» , I X — 1, 1962, p. 50 — 51.
4 M. A . M u s i c e s c o , O broderie necunoscutâ d in vrem ea lu i N ea goe Basarab, dan s « S tu d ii çi ce rce ­
târi de istoria a r t e i» , V —2, 1958, p. 35 — 48 e t P ortretul . . p. 49. S ur les b rod eries connues de la princesse
D espina on con su ltera (ou tre ces articles de M. A . M u sicescu ), G. M i l l e t , o p . cit., loc. cit. e t l ’article de
M. R o ni a n e s c u , N ea m u rile . . ., p assim . D ans la « V ie d u p a tria rch e N ip h o n » (v e rsio n rou m ain e) il est dit
que D espina fit d o n au m on astère d ’ I v iro n d ’« un rid eau — zâveasâ — b r o d é en tièrem en t de fil d ’ o r et e x t r ê ­
m em en t orné, p o u r q u ’ o n le p la ç â t d e v a n t la sainte icô n e th au m atu rge o ù est pein te l ’ im age de la Très Pure
V ierge et Mère de D ieu M arie, dite « P ortaïtissa * (cf. T . S i m e d r e a, V ia fa f i traiul S fin tu lu i N ifo n , patriarhul
C onstantinopolului, B u ca re st 1937, p. 24 ). Cette b ro d e rie sem ble perdu e, m ais le peu q u ’en d it le te x te cité p ro u v e
bien q u e c ’éta it une « p o d é a ».
‘ E. T u r d e a n u, L a littérature bulgare du X l V - e siècle et sa d iffu s io n dans les P a y s roum ains, P a ris,
1947, p. 145.
* A rch ives cen trales historiqu es, B u ca rest, m an u scrit 742, f. 8, é tu d ié p a r A l. O d o b e s cu , dan s « C on v o rb iri
literare », X L I X , 1915, p. 1219 — 1221 e t utilisé par I. C. F i 1 i t t i, D esp in a , prin cesse de Valachie, fille p r é ­
sum ée de J ean B ran kovitch, dans « R e v ista istoricâ ro m în â *, 1 —3, 1931, p. 2 4 8 —250.

436
Lazare et de son arrière-petit-neveu, le despote É tienne(l’ Aveugle) figurent aussi l’ épouse
du voév o d e N eagoe, Despina (en religion la nonne Platonide), et sa fille Stana (devenue la
nonne Sophronia). Le rédacteur de ce « pom elnic » de fam ille — peut-être Despina en per­
sonne après la m ort de son mari — fait preuve d’ une parfaite connaissance de tou t l’ arbre
généalogique des B rankovitch et confirme sa descendance d’ Etienne l’ A veu gle (1458—1477).
Mais si ce texte m ontre le lien évident rattachant Despina à cette dynastie, il est à plus forte
raison étonnant, qu ’ aucun des m em bres de cette fam ille n’ y soit m entionné en sa qualité
de père ou de mère de la princesse de Valachie. Le nom de « Dame D onka » qui est indubi­
tablem ent la mère de Despina — com m e l’ attestent le voile de Lavra et le S yn odikon de
Boril — fait défaut de ce « pom elnic » de famille. A supposer mêm e que D am e Donka y figure
en réalité sous un autre nom , plus chrétien ou même monacal, on ne saisit pas la raison pour
laquelle sa parenté avec Despina n’ y est point précisée *.
Il est permis par ailleurs de se dem ander si Donka n’ aura pas vécu auprès de sa fille,
à la cour de son gendre. La présence de son nom à côté de celui de Despina sur le rideau
de la chapelle athonite sem blerait constituer un indice en ce sens. Mais en cela rien de
m oins sûr, car à la mêm e époque approxim ativem ent, plus précisément en 1521, l’ oncle
de Neagoe, le grand ban Barbul, s’ étant fait m oine à l’ article de la m ort sous le nom de
Pacôm e, son épouse N egoslava offrit à leur fondation, le m onastère de Bistri(a (Olténie),
un m agnifique épitrachilion portant les portraits brodés de différents saints et les leurs
p r o p r e s 2. Q uand d on c cette étole fut exécutée, B arbul-P acôm e, il y a tou t à parier,
n’ était déjà plus de ce m onde. Mais un exem ple bien plus con vainqu ant nous est fourni par
la belle étole offerte à leur m onastère de Stâneçti en 1606 par le célébré boyard valaque
Stroe Buzescu et sa femm e Sima, figurés eux aussi au bas de cette broderie 8. Or Stroe
était m ort depuis 1602 4, bien qu’ à la prendre au pied de la lettre, la dédicace slavonne
brodée elle aussi sur cet épitrachilion ne le suggère d ’ aucune façon.
Pou r finir, qu’ on veuille bien nous perm ettre encore une observation, cette fois sur
le m o t ctSr utilisé pour désigner la broderie de Lavra.
V oici un quart de siècle que dans un travail d ’ une dense érudition, A natole Frolow
a précisé que la podéa (iroSéa) byzantine était appelée en slavon pelena, predpol et <( skout »6.
E t l’ auteur de n oter tou tefois que dans le slavon de B oum anie ce dernier voca b le désigne
égalem ent deu x voiles offerts par le voévod e Bogdan le Borgne de M oldavie en 1515 au
m onastère bulgare de Bila pour recouvrir la châsse du patron du dit cou vent. Selon Stoica
N icolaesco le m o t désignerait en l’ occurrence un drap m ortuaire. K r. M ijatev le traduit
par « couverture » 8.
Ultérieurement, Gabriel Millet a rem arqué à propos d ’ une podéa valaque de 1554,
conservée au monastère d’ Iviron (M ont A thos), brodée de part et d’ autre qu ’ elle repré­
sente en fait une icône brodée, que l’ on attachait au-dessous d ’ icones peintes 7.
Le cas du « skout » de Lavra pourrait renouveler la question, d ’ autant plus que
cette broderie (si on la retrouve jam ais !) ne doit le céder en rien au x autres productions
que l’ époque de Neagoe nous a laissées dans ce dom aine. L ’ avenir, espérons-le, réserve
peut-être à la science la découverte et l’ étude du voile que la princesse Despina et sa mère
D onka offrirent au monastère de Lavra 8.

1 S ur le s y n o d ik o n du m on astère d ’ A rgeç I. R . M ircea aura l ’o c c a s io n de reven ir dans une é tu d e co m p lète


e t c o m p a rée où il sera m on tré qu e ce m a n u scrit est le plus an cie n du g enre, p o u r la V a lach ie. I l y discutera
aussi le n om de M ilita p o rté p a rfo is p a r l ’ épou se de N eagoe.
• C. N i c o l e s c u , B rod eriile din J a ra R om ineascâ tn secolele X I V —X V I I I , tiré à p a r t du v olu m e
S tu d ii asupra tezaurului restituit de U .R .S .S . B u ca rest, 1958, p. 120 — 123 et iig. 6 (parle par erreur de Salom ée
au lieu d e N eagosla va) ; P. Ç. N à s t u r e 1, Strâvechile odoare in apoiate de U .R .S .S ., dans « M itrop olia Bana-
tu lu i », V I I , 10 — 12, 1958, p. 197 — 1 9 9 ; M. A. M u s i c e s c u , Portretul . . . p. 55 et 57, fîg. 11.
8 M. R o m a n e s c u , Patrafiru l Buzeçtilor de la B a n ja ( B ok a — K o to rsk a ) tiré à p a rt de « A rhivele
O lteniei », nr. 95 — 96, C raiova 1938; L. M i r k o v i é IJpkrihh ^authh'IKH BI3, B elgrad, 1940, p. 41 — 42
et p l. X X I I I - 3 ; G. M illet, op. cit.,
* P. V . N â s t u r e 1, B iserici, m ânàstiri ÿi schituri din Oltenia, dans « R e v is ta p en tru is to r ie , a r h e o -
le g ie §i filo lo g ie », X V , 1914, B u ca rest, p. 35 (et fa c-sim ilé du to m b e a u de Stroe, p. 35).
‘ A . F r o l o w , L a « podéa », un tissu décoratif de VÉ glise byzantine, dans « B y z a n tio n », X I I I — 2, B rux elles,
1938, p. 4 6 1 - 5 0 4 .
8 A. F r o l o w , op. cit., p . 463, n. 6.
7 G. M i l l e t , op. cit., p. 85 — 95 et pl. C L X X I I — C L X X I I I . P o u r le « s k o u t » de D ra gom irn a (B u co v in e )
de l’ an 1612, v o ir P. Ç. N a s t u r e 1, Cercetâri asupra unor broderii din rf ara R om îneascâ çi M old ova (veacurile
X V —X V I I I ) , d an s « S tu d ii çi cercetâ ri de istoria artei », V I I I — 2, B u cu reçti 1961, p. 4 7 9 —481.
8 II serait cu rieu x de co n s ta te r q u ’ il s ’ agit n on d ’ une p o d é a (co m m e le suggère le m o t « s k o u t ») utilisée
p a r la suite c o m m e v o ile d ’ icon osta se, m ais b e l e t b ie n d ’ un rideau d ’ au tel utilisé c o m m e tel. D ans l ’ig n ora n ce
d e son icon og ra p h ie e t de ses d im en sion s, il est im p o ssib le p o u r le m o m e n t de rien a v a n ce r à ce su je t.

437

Vous aimerez peut-être aussi