Vous êtes sur la page 1sur 3

Animateur : m dramane toure

Classe : lsio-ai-ais
Annee academique : 2019-2020

LUTTE CONTRE LE PERIL


FECAL

DEFINITION :

Le péril fécal est le risque infectieux lié à la contamination des aliments par des
bactéries, des virus ou des parasites qui proviennent des matières fécales.

Il peut être également définit comme étant l’ensemble des maladies, donc la
transmission se fait par l’intermédiaire des excrétas.

Beaucoup de maladies graves, parfois mortelles peuvent être transmises par les excrétas.
C’est le cas du choléra, des maladies diarrhéiques, des parasitoses intestinales, de la
poliomyélite, la fièvre typhoïde…

L’évacuation insalubre des excrétas conduit à la contamination des sols et des sources
d’approvisionnement en eau potable. Les excrétas peuvent constitués un foyer où certains
insectes (mouches, cafards) se multiplient et propagent l’infection. D’autre part, ils attirent les
rongeurs ainsi que les animaux domestiques et créent par la même occasion une gêne
considérable.

En résumé il existe un lien étroit entre une mauvaise gestion des excrétas et la
persistance de certaines maladies diarrhéiques ou parasitaires.

Il est par conséquent nécessaire, d’assurer un bon traitement des excrétas pour
supprimer les dangers qu’ils peuvent engendrer. L’évacuation des excrétas permet d’éliminer
ou de diminuer la fréquence des affections telles que le choléra, la dysenterie, les diarrhées,
les parasitoses etc. qui constituent les principales causes de morbidité et de mortalité dans les
pays en développement.
INSECTES
(mouches…)

EXCRETAS RONGEURS Aliment Homme malade


contaminé

VENT,
POUSSIERES

CYCLE DE TRANSMISSION DES MALADIES DU PERIL FECAL

INSECTES
(mouches…)

EXCRETAS RONGEURS Aliment


Homme sain
salubre

VENT,
Barrière sanitaire POUSSIERES

MISE EN PLACE D’UNE BARRIERE SANITAIRE CONTRE LE PERIL FECAL   : exple  :


latrine

I- PRINCIPES DE BASE D’UNE BONNE


GESTION DES EXCRETAS
Le premier principe de base d’un bon traitement des excrétas, est de faciliter leur
décomposition. Celle-ci à principalement pour but, de fragmenter les composés organiques
complexes en forme plus simple et plus stable, de réduire le volume des matières en
décomposition et enfin de détruire les organismes pathogènes.
Le processus de décomposition, comporte plusieurs étapes, les unes aérobies, les autres
anaérobies. Pour réduire ou éliminer les risques de contamination des sols et des sources
d’eau potable, la dégradation des excrétas doit s’opérer des ouvrages de traitement qui doivent
obéir à certains critères

A- CRITERES D’UN BON SYSTEME DE TRAITEMENT DES


EXCRETAS
Un bon système de traitement des excrétas, doit satisfaire aux conditions suivantes :

 Le sol superficiel ne doit pas être contaminé

 Les eaux souterraines et les eaux de surface ne doivent pas être


contaminées.

 Les excrétas ne doivent pas être accessibles aux animaux, aux insectes et
aux rongeurs.

 Le système ne doit pas permettre une manipulation des excrétas.

 Il ne doit pas y avoir une émanation de mauvaises odeurs ou d’aspects


malpropres.

 L’installation doit être simple, peut couteuse, et d’utilisation facile.

Pour remplir ces différents critères, certains systèmes ont été sélectionnés.

B- LES PRINCIPAUX OUVRAGES D’EVACUATION DE


TRAITEMENT DES EXCRETAS
Les systèmes les plus fréquemment utilisés sont :

1- La latrine à fosse sèche : il s’agit d’une fosse creusée dans le sol et donc les
parois sont consolidées par un revêtement de briques ou du mortier de ciment. Une
dalle munie d’un troue par ou passe les excrétas recouvre l’installation et interdit
l’accès du dépôt aux rongeurs.

2- La latrine à double fosse ventilée.

3- La toilette chimique

4- La fosse septique

5- La fosse étanche

N.B : dans les grands centres urbains, le système le plus utilisé est le tout à l’égout qui
préconise le rejet de tous les effluents domestiques directement à l’égout