Vous êtes sur la page 1sur 2

LES BRULURES ETENDUES

RECENTES
I- GENERALITES
A- Définition : ce sont des lésions cutanées et/ou muqueuses provoquées par la
chaleur, l’électricité et par des substances chimiques corrosives. Les lésions de
brulure sont dites étendues si elles intéressent plus de 10% de la surface corporelle
chez l’enfant et plus de 15% de la surface corporelle chez l’adulte. Les brulures
sont récentes quant elle date de moins de 48h.
B- Physiopathologie : les lésions de brulure entrainent 02 types de
complications :
Sur le plan local la lésion de brulure entraine des destructions au niveau de
la peau et des muqueuses et ses lésions vont passées par les différentes
étapes de la cicatrisation, la détersion, le bourgeonnement et
l’épidermisation.
Sur le plan général les lésions de brulure sont à l’origine de désordre
hydroélectrolitique pouvant aboutir à une déshydratation et une
insuffisance rénale.
II- LES SIGNES CLINIQUES
A- DESCRIPTION DES LESIONS DE BRULURES :
1- Le bilan local : la description d’une lésion de brulure précise 03 éléments :
la profondeur, l’étendue, et le siège.
a- En fonction de la profondeur on distingue :
 Les brulures du 1er degré : elles correspondent à une atteinte de la
couche cornée de l’épiderme. La cicatrisation est spontanée et se
fait sans séquelles.
 Les brulures du 2ème degré :
 Le 2ème degré superficiel : elle correspond à une atteinte de
l’épiderme jusqu’à la membrane basale qui est respectée. La
cicatrisation se fait sans séquelle au bout de 10 jours
environ.
 Le 2ème degré profond : elle correspond à une atteinte de
l’épiderme et d’une partie du derme. La cicatrisation est
longue est aléatoire et nécessite parfois une greffe de peau.
 Les brulures du 3ème degré : elles correspondent à une atteinte de
l’épiderme et du derme et parfois même de l’aponévrose et des
muscles. La sensibilité est atteinte, la cicatrisation spontanée est
presque impossible, la greffe de peau est très souvent indispensable.
b- L’étendue : L’estimation de l’étendue des lésions de brulures, est donnée
par plusieurs schémas mais la règle des 9 de Wallace, est la plus utilisée.

LA REGLE DES 9 DE WALLACE :


La tête 9%.
Le tronc 36%.
Chaque membre supérieur 9%.
Chaque membre inférieur 18%.
Les organes génitaux externes 1%.
c- Le siège : certaines localisations peuvent menacer le pronostic vital ; ce
sont les brulures du visage, et des orifices naturelles. D’autres localisations
menacent le pronostic fonctionnel c’est le cas des brulures siégeant au
niveau des plis de flexions.
2- Le bilan général : il permet de rechercher un terrain particulier sachant
que les brulures sont très graves chez l’enfant et le sujet âgé. Mais aussi, chez
le diabétique, l’insuffisant rénal, et l’insuffisant cardiaque.
Il faut rechercher à l’examen général des signes de chocs par déshydratation, à
savoir une tension artérielle abaissée, une différentielle pincée, une
augmentation de la fréquence cardiaque, et un refroidissement des extrémités.
Le bilan biologique comporte une NFS, un ionogramme sanguin, une azotémie
et une créatininémie.
B- EVOLUTION ET PRONOSTIC DES LESIONS DE BRULURES : pendant la période
initiale, il faut craindre la survenue d’un état de choc par déshydratation. Pendant
la période secondaire, il faut craindre une insuffisance rénale et une infection.
Pendant la période tertiaire, il ya un risque élevé de dénutrition.
Le pronostic est surtout favorable pour les brulures de 1er degré et du 2ème degré
superficiel. Pour les brulures du 2ème degré profond et du 3ème degré, on peut avoir
des cicatrices vicieuses, des raideurs articulaires sur brides rétractiles.
III- TRAITEMENT
La brulure étendue récente est une urgence médico-chirurgicale. Son traitement ne se conçoit
qu’en milieu spécialisé (chirurgie et réanimation).

A- LE TRAITEMENT LOCAL : il consiste à nettoyer les lésions de brulures avec une


solution antiseptique. Il faut rompre les phlyctènes et enlever les souillures. Il faut
apposer un pansement vaseliné sur les lésions de brulures, et faire un pansement
stérile.
B- LE TRAITEMENT GENERAL : il consiste à réhydrater le brulé et pour cela, il faut
une bonne voie veineuse et une sonde urinaire. La réhydratation se fera donc par voie
veineuse selon la règle d’EVANS : Quantité de sérum = 2L + 2*P(Kg) * % SB /100

Vous aimerez peut-être aussi