Vous êtes sur la page 1sur 2

L’OSTEOMYELITE AIGUE

I- GENERALITES
A- DEFINITION : c’est une infection aigue de l’os par voie hématogène, le plus souvent
due au staphylocoque doré.
B- INTERETS : c’est une grande urgence thérapeutique. L’antibiotique doit être
administré dans les 15mn et le membre immobilisé dans les deux heures.
C- ETIOPATHOGENIE : l’ostéomyélite aigue est une pathologie de l’enfant entre 08 et
10 ans mais aussi du nouveau né et du nourrisson.
La porte d’entrée peut être apparente (piqûre, furoncle, plaie…) ou inapparente
(infections ORL ou pulmonaires).
La diffusion des germes se fait par bactériémie, les germes se localisent alors au
niveau des veines métaphysaires et déterminent une ostéo-phlébite.
D- PHYSIOPATHOLOGIE :
1- La phase inflammatoire : elle correspond à une ostéo-phlébite aigue
(inflammation des veines métaphysaires). A ce stade, les vaisseaux métaphysaires
sont perméables et les antibiotiques administrés peuvent atteindre la métaphyse.
2- La phase d’abcédassions  : elle correspond à une thrombophlébite métaphysaire, la
circulation sanguine est alors interrompue à niveau de la métaphyse qui devient
inaccessible pour les antibiotiques. A ce stade, le drainage chirurgical de l’abcès
est indispensable.
3- La chronicité  : la nécrose osseuse aboutie à la formation de géodes et de
séquestres et on a souvent des fistules sur le membre atteint.
II- LES SIGNES CLINIQUES
A- TYPE DE DESCRIPTION : l’ostéomyélite aigue de l’extrémité inférieure
du fémur de l’enfant :
Les signes fonctionnels : le début est brutal marqué par une douleur
vive, intolérable de fracture sans fracture entrainant une impotence
fonctionnelle absolue.
Les signes généraux : on a un syndrome infectieux sévère avec une
température à 39°, 40° associée à des frissons et des vomissements. Le
pouls est accéléré en rapport avec la température.
Les signes physiques : la palpation permet de retrouver une douleur sus
articulaire, circonférentielle, et segmentaire. Il n’y a pas de
lymphangites, pas d’adénopathies, et pas de signes inflammatoires
locaux. L’articulation du genou est libre.

On recherchera une porte d’entrée peut être évidente (plaie ou piqûre septique récente ou
inapparente (infection pulmonaire ou abcès profond)
Les signes biologiques : la NFS montre une hyperleucocytose à
polynucléaire neutrophile. La vitesse de sédimentation est accélérée.
Le test d’emmel permet de rechercher une drépanocytose associée.
L’hémoculture permet d’isoler le germe responsable. Si elle est
impossible à réaliser, on fera une ponction métaphysaire qui a la même
valeur.
Les signes radiologiques : la radiographie du membre de face et de
profil est le plus souvent normale au maximum on peut avoir un
œdème des parties molles.
L’évolution : elle se fait selon plusieurs modalités 
 L’ostéomyélite aigue peut régresser si le traitement est précoce et bien
conduit. Ou alors elle peut évoluer vers un abcès sous périosté et enfin
une ostéomyélite chronique.
B- LES FORMES CLINIQUES :
1- Les formes topographiques : on distingue l’ostéomyélite des os longs,
des os courts et des os plats.
2- Les formes symptomatiques  : ce sont les formes septicémiques, les
formes torpides (formes très lentes), les formes fébriles pures.
3- Les formes évolutives  : ce sont des formes abcédées d’emblées et les
formes chroniques d’emblées.
4- Les formes selon l’âge  : chez l’adulte l’ostéomyélite évolue le plus
souvent vers la chronicité chez le nouveau né, l’articulation de la hanche est le plus
souvent atteinte et les signes digestives sont importants (vomissements, diarrhées,
ballonnements abdominales).
III- TRAITEMENT
Dans les formes non avancées due au stade inflammatoire, il faut une antibiothérapie
bactéricide et en association de façon prolongée (au moins 06 semaines). Les antibiotiques
utilisés sont l’Oxacilline à la posologie de 50 à 100 mg/Kg/jour et la Gentamycine à la
posologie de 2 à 5mg/Kg/jour.

En cas d’abcès sous périosté, il faut continuer l’antibiothérapie mais un drainage


chirurgical est indispensable.

Dans tous les cas, le membre atteint doit être immobilisé par un plâtre