Vous êtes sur la page 1sur 2

LA GANGRENE

GAZEUSE
I- GENERALITES
A- DEFINITION : c’est une infection due à des germes anaérobiques qui entraine une
nécrose extensive des tissus avec production de gaz et toxémies. C’est une infection grave
qui peut entrainer la mort même si le traitement est précoce.
B- INTERET : la gangrène gazeuse est une urgence médico-chirurgicale, sa prévention
passe par un traitement correct de toutes plaies et infections des parties molles.
C- ANATOMIE PATHOLOGIQUE : les germes entrainent une destruction des tissus
surtout des muscles et cette destruction entraine une libération de myoglobines.
D- LES GERMES : Ils sont nombreux et généralement associés, ce sont des anaérobies dans
tous les cas. Ils sont le plus souvent d’origine tellurique mais aussi d’origine digestive ou
autres.
E- LES CIRCONSTANCES  DE SURVENU:
 Les causes traumatiques : ce sont les plaies des parties molles et fractures
ouvertes de membres.
 Les causes chirurgicales : ce sont les appendicectomies et la chirurgie vasculaire.
 Les causes médicales  : ce sont les injections intramusculaires.
F- LES FACTEURS FAVORISANTS : ce sont les contusions des masses musculaires, les
troubles circulatoires et certaines tares organiques comme le diabète.
II- LES SIGNES CLINIQUES
A- DEBUT :
 Les signes fonctionnels : on a une sensation de tensions douloureuses ou
de pansements très serrés au niveau d’une plaie des parties molles datant de
02 à 03 jours.
 Les signes physiques : on est d’emblée frappée par une odeur pénétrante,
fétide, nauséabonde dite de souries pourries. Au niveau de la plaie, on peut
avoir un écoulement liquidien brunâtre, fétide, parfois mêlé à des gaz.
Autour de la plaie, la peau est distendue par l’œdème.
 Les signes généraux : ils traduisent la présence de toxines dans le sang
(toxémie). On a une fièvre-tachycardie, asthénie profonde et une altération
de l’état général.

Devant ce tableau, le diagnostic est posé il faut alors un traitement urgent sinon l’évolution
vers la gangrène extensive est rapide.

B- LA PHASE D’EXTENSION :
les signes fonctionnels : la sensation de tension douloureuse augmente
d’intensité.
Les signes physiques  : la palpation permet de découvrir une crépitation
neigeuse ou emphysème sous cutanée, une anesthésie au touché et un
refroidissement du membre.
Les signes généraux  : ils sont à leur intensité maximale, le pouls disparait ou
s’affaiblie, la tension artérielle est effondrée, le malade est en hypo ou en
hyperthermie.

La mort survient en quelques heures dans un tableau de collapsus par choc


septique.

III- TRAITEMENT
Il comprend 03 volets :

A- TRAITEMENT CHIRURGICAL : il consiste à faire un débridement à la phase de


début ou une amputation à la phase de gangrène extensive.
B- TRAITEMENT INSTRUMENTAL : il repose sur l’oxygénothérapie hyperbare.
C- TRAITEMENT MEDICAL : il faut une antibiothérapie massive, précoce et
prolongée. On associe la pénicilline G ; 30 millions d’unités par jour. Le
Métronidazole ; 3g/jour. Les Aminosides ; 2à 5ml/kg/jour.

A ce traitement antibiotique, on associe un remplissage vasculaire et une


alimentation parentérale.