Vous êtes sur la page 1sur 15

 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

Université Cadi Ayyad


Ecole Nationale des Sciences Appliqués
Département : Génie Informatique
2012/2013

RAPPORT du TP1
GESTION D’UNE INSTANCE  

ENCADRE PAR :
  M. BENSALEH.

REALISE PAR :
  MEHLAOUI EL MEHDI. 

  YASSINE EL ANSARY.

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 1/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

TP1 : Gestion d’une instance 

Partie 1 : démarrage d’une instance, démarrage avec un fichier pfile,


démarrage en mode restreint.

1-  Comment procéder pour faire en sorte que l’instance ne soit pas démarrée
automatiquement au lancement de Windows ? 
-  Afin que l’instance ne soit pas démarrée automatiquement au lancement de
Windows, il faut modifier le type de démarrage de service Windows
OracleServiceSID en le mettant « Manuel » en suivant comme suit : 

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 2/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

2- Quel fichier utilise t-il la commande startup sans argument pour ouvrir la base de 
donnée ? 

- La commande STARTUP sans argument utilise le fichier de paramètre serveur


(SPFILE). 

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 3/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

3- Connectez-vous en tant qu'utilisateur SYS. Arrêtez la base proprement ; 


Remarquez les étapes de fermeture de la base.
- On remarque bien que Oracle ferme et démonte la base de données avant
d'arrêter l'instance.

4-  Lancer une instance avec la commande startup. Indiquez les étapes d’ouverture
d’une base.
- Le démarrage d’une instance oracle passe successivement par 3 étapes :
   NOMOUNT : Oracle lit les valeurs présentes dans le fichier d’initialisation 
puis alloue la SGA en mémoire et lance les processus. A ce moment, aucune
base de données, c’est-à-dire, aucun fichier n’est associé à cette instance. 
   MOUNT : Oracle ouvre les fichiers de contrôle, et obtient les noms des
fichiers de données et de logs.
   OPEN : Oracle ouvre la base de données et la met en disposition de
l’ensemble des utilisateurs : tout utilisateur peut s’y connecter et travailler. 

5- Afficher le numéro de la version Oracle sur laquelle vous travaillez (consulter la 
vue v$version.
- Le numéro de la version Oracle peut être obtenu grâce à la commande
suivante : « select banner from v$version » comme suit : 

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 4/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

6-   Afficher le statut, la version et le nom de l’instance (consulter la vue v$instance) 


- C’est à l’aide de la commande : « select STATUS,VERSION,INSTANCE_NAME 
from v$instance; » :  

7- spécifiez le nombre maximum de processus utilisateur pouvant simultanément se 


connecter à l’instance ?
Ps : si le nombre de processus max est atteint aucun utilisateur supplémentaire 
ne pourra se connecter == > erreur ORA-0001
- le nombre maximum de processus utilisateur pouvant simultanément se
connecter à l’instance est obtenue à travers la commande suivante : « show 
parameters » : 

ou via l’autre commande : « select name,value from v$parameter where 


name='processes'; » 

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 5/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

8- Localiser le fichier spfile (utiliser toute les méthodes possibles).


- La commande : « select value from v$parameter where name='spfile'; »
Résultat :

9-  Créer un fichier d’initialisation à partir du fichier spfile. Visualiser le fichier créé.
- Commande : « create 
pfile='C:\ORACLE\PRODUCT\10.1.0\DB_1\DATABASE\INITORCL.ORA' from 
SPFILE; » 

Résultat :

10- Identifier le nom et la date de création de votre base de données (utiliser toute 
les méthodes possibles)

Commande : « select NAME,CREATED from v$database; »


Résultat :

11-  Démarrez une base de donner avec un fichier d’initialisation en mode texte
construit à partir du fichier d’initialisation spfile courant. 
- Commande : « startup 
pfile='C:\oracle\product\10.1.0\db_1\database\INITORCL.ORA';»

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 6/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

12-  Passage d’un mode à un autre : 

- Un DBA peut démarrer une instance Oracle dans l’un des trois modes

NOMOUNT, MOUNT et OPEN, mais ce mode peut être changé de l’un à l’autre
lorsque l’instance à été lancée en utilisant la commande ALTER DATABASE :  

- Démarrage de l’instance sans que la base de données ne soit montée :

- Le passage en mode montée :

- le statut de l’instance :

- Ouvrir la base puis afficher le statut de l’instance et le mode d’ouverture de la


base.

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 7/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

-
13-  En modifiant le nom de la base de données dans le fichier d’initialisation essayez 
de démarrer votre serveur. Qui ce qui se passe ?. Commenter les résultats.

Un message d’erreur est généré spécifiant que le nom de la base ne coïncide pas
avec celui configuré dans les fichiers de contrôles ;

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 8/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

Partie 2 : mode lecture et mode restreint.

  Mode restreint : 

1- Démarrage en mode restreint : 

a-  Arrêter la base s’elle est démarrée.

L’arrêt de la base de données se fait , comme on a vu précédemment dans la


partie 1, à l’aide de la commande « shutdown »

b- Démarrer là en mode restreint.

Pour démarrer la base de données en mode restreint on procède comme suit :

c- Faites passer la base de données ouverte du mode d’acc ès restreint vers le 
mode standard.

On peut passer la base de données du mode d’accès restreint vers le mode


standard en désactivant le privilège « RESTRICTED SESSION » et ça à l’aide de
la commande :

d-  Visualiser l’état du compte hr.  

La vue « dba_users » permet de donner toutes les informations concernant


tous les utilisateurs donc pour visualiser :
 Statut du compte.

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 9/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

 Date à laquelle le compte a été verrouillé, si l'état du compte a


été LOCKED.
 Date d'expiration du compte.

Date de création d'utilisateur.


Il suffit d’exécuter la commande suivante :

2- Démarrez une autre session avec utilisateur HR.

On remarque, d’après la figure ci -dessus, que le compte HR est verrouiller


(LOCKED) alors pour se connecter en tant que « HR » il faut le déverrouiller tout
d’abord avec la commande :

ALTER USER username

IDENTIFIED {BY password | EXTERNALLY}

[PASSWORD EXPIRE]

[ACCOUNT {LOCK | UNLOCK}];

Visualiser les tables du schéma HR (les tables appartenant à HR).

Pour visualiser la totalité des tables appartenant à l’utilisateur HR on interroge la


table « user_tables » depuis la session de HR, ce qui donne le résultat suivant:

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 10/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

3-  Passer la base en mode restreint. Vérifier qu’on est bien en mode restreint. 

Ici on va faire le contraire de la question 1- c c’est à dire au lieu de désactiver le


mode RESTRICTED SESSION on va l’activer, et puis on va consulter la vue
v$instance champ ‘logins’ pour vérifier qu’on a bien passé la base en mode
restreint.

4- Sous l'ID utilisateur HR, effectuez une sélection (SELECT) dans la table 
« regions » L'opération aboutit-elle ?.

Comme il est illustré sur la figure ci- dessus l’opération est bien passée. 

5- Quittez la session HR, puis reconnectez-vous sous l'ID utilisateur HR. Que se 
passe-t-il ? 

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 11/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

Le serveur nous empêche de se connecter via le compte HR à cause que ce


compte là ne possède pas le privilège RESTRICTED SESSION.

6- Sous l'ID utilisateur SYS, désactivez la session en mode restreint et vérifier 

qu’on est bien en mode standard.

Maintenant après nous avoir passé ou bien après nous avoir désactivé le mode
restreint, on constate bien, d’après la figure suivante, qu’on a pu connecter sous
l’ID utilisateur HR (c’est à dire que toutes les connexions utilisateurs maintenant
sont permises).

7- Conclure sur le rôle du mode restreint.

Le mode restreint (RESTRICT) n'autorise l'accès à la base de données qu'aux


utilisateurs disposant du privilège RESTRICTED SESSION, mais les utilisateurs
qui sont déjà connectés avant d’appliquer ce mode ne sont pas déconnectés de
leurs sessions

Ce mode ça s’avère utile parfois si on veut effectuer certaines opérations


d’administration  qui nécessitent que la base soit ouverte mais qu’il est préférable
de réaliser sans utilisateur connecté par exemple lors de la mise à jour des
structures ou de l'import/export d'une base de données.

  Mode lecture seul : 

8- a- Arrêter la base normalement. Puis ouvrez-la en mode lecture seule.

Nous pouvons ouvrir une base de données en lecture seule si elle n'est pas déjà

ouverte en mode lecture-écriture sinon on procède comme suit :

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 12/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

b- vérifier son état et le statut de l’instance. 

Pour vérifier l’état de la base de données on interroge la vue v$database champ


OPEN_MODE et pour vérifier le statut de l’instance on interroge la vue v$instance
champ STATUS comme suit :

9- puis dans une autre console se connecter avec le compte HR.

Insérez une ligne dans la table REGIONS. Que se passe-t-il ? 

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 13/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

On constate que l’insertion d’un nouvel enregistrement dans la table REGIONS a


échoué ce qui est normal parce que la base est ouverte en mode lecture seule.

Mise en évidence des différents types d’arrêt de la base : 

10- arrêtez la base proprement (shutdon immediate) et redémarrez là (startup).

11- puis dans une autre console se connecter avec le compte HR (vous pouvez 
utilisez la même qu’en question précédente). Insérez une ligne dans la table
REGIONS. Ne validez pas (pas de commit) et ne quittez pas la session.

12- Dans la session où vous êtes connecté en tant qu'utilisateur SYS AS SYSDBA
(utilisée dans la question 7), procédez à un arrêt en mode « Transactional ».
 Après un moment d’attente qui ce que vous constatez ?

On constate que l’interpréteur des commandes se bloque chez cette dernière

commande et il ne nous a donnée pas la main pour taper d’autres commandes


c’est comme il attend un événement pour se termine. 

13- Annulez l'insertion dans la session de HR (ROLLBACK), puis quittez. Que se 
passe-t-il dans la session de HR ? Que se passe-t-il dans celle de SYS ? 

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 14/15


 

5/17/2018 Pa r Tie 1 - slide pdf.c om

 Au niveau de la session HR on constate qu’après la terminaison de la transaction


en cours le client il est déconnecté instantanément.

Et au niveau de la session SYS on constate que la commande « SHUTDWN


TRANSACTIONAL », en ce moment, a pu de se terminée correctement.

14- Proposez un scénario pour tester un arrêt immediate.

L'arrêt en mode immediate s'effectue suivant le scénario suivant :

 Oracle annule les transactions actives (ROLLBACK) et déconnecte tous les


utilisateurs.
 Oracle ferme et démonte la base de données avant d'arrêter l'instance.
 La récupération de l'instance n'est pas nécessaire lors du redémarrage.

http://slide pdf.c om/re a de r/full/pa r-tie -1 15/15

Vous aimerez peut-être aussi