Vous êtes sur la page 1sur 94

REPUBLIQUE DU SENEGAL

(UN PEUPLE – UN BUT – UNE FOI)

MINISTERE DE LA SANTE
ET DE L’ACTION SOCIALE

DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTE


DIRECTION DE LA PRÉVENTION

GUIDE DE GESTION DU PROGRAMME ELARGI DE VACCINATION ET DE LA


SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE

JUIN 2013
SOMMAIRE
SIGLES ET ABREVIATIONS ...................................................................................................................................... 7

COMITE DE REDA1CTION ........................................................................................................................................ 8

I – MALADIES CIBLES DU PEV ............................................................................................................................... 12

1.1 Tuberculose....................................................................................................................................................... 12

1.1.1 Qu’est-ce que la tuberculose ? ................................................................................................................. 12


1.1.2 Comment se transmet la tuberculose ? ..................................................................................................... 12
1.1.3 Quels sont les signes et symptômes de la tuberculose ? ............................................................................ 12
1.1.4 Quelles sont les complications de la tuberculose ?..................................................................................... 12
1.2 Diphtérie ....................................................................................................................................................... 12
1.2.1 Qu’est-ce que la diphtérie ? ..................................................................................................................... 12
1.2.2 Comment se transmet la diphtérie ? ......................................................................................................... 12
1.2.3 Quels sont les signes et symptômes de la diphtérie ?................................................................................. 12
1.2.4 Quelles sont les complications de la diphtérie ? ......................................................................................... 13
1.3 Tétanos ........................................................................................................................................................ 13
1.3.1 Qu’est-ce que le tétanos ? ....................................................................................................................... 13
1.3.2 Comment se transmet le tétanos ? ........................................................................................................... 13
1.3.3 Quels sont les signes et symptômes du tétanos ? ...................................................................................... 13
1.3.4 Quelles sont les complications du tétanos ? .............................................................................................. 13
1.4 Coqueluche ................................................................................................................................................... 13
1.4.1 Qu’est-ce que la coqueluche ? ................................................................................................................. 13
1.4.2 Comment se transmet la coqueluche ? ..................................................................................................... 14
1.4.3 Quels sont les signes et symptômes de la coqueluche ? ............................................................................ 14
1.4.4 Quelles sont les complications de la coqueluche ? ..................................................................................... 14
1.5 Poliomyélite................................................................................................................................................... 14
1.5.1 Qu’est-ce que la poliomyélite ? ................................................................................................................ 14
1.5.2 Comment se transmet la poliomyélite ?..................................................................................................... 14
1.5.3 Quels sont les signes et symptômes de la poliomyélite ? ............................................................................ 14
1.5.4 Quelles sont les complications de la poliomyélite paralytique ? ................................................................... 14
1.6 Rougeole ...................................................................................................................................................... 15
1.6.1 Qu’est-ce que la rougeole ? ..................................................................................................................... 15
1.6.2 Comment se transmet la rougeole ? ......................................................................................................... 15
1.6.3 Quels sont les signes et symptômes de la rougeole ? ................................................................................ 15
1.6.4 Quelles sont les complications de la rougeole ? ......................................................................................... 15
1.7 Fièvre Jaune ................................................................................................................................................. 15
1.7.1 Qu’est-ce que la fièvre jaune ? ................................................................................................................. 15
1.7.2 Comment se transmet la fièvre jaune ? ..................................................................................................... 15
1.7.3 Quels sont les signes et symptômes de la fièvre jaune ? ............................................................................ 15
1.7.4 Quelles sont les complications de la fièvre jaune ?..................................................................................... 16
1.8 Hépatite B ..................................................................................................................................................... 16
1.8.1 Qu’est-ce que l’hépatite B ? ..................................................................................................................... 16
1.8.2 Comment se transmet l’hépatite B ? ......................................................................................................... 16
1.8.3 Quels sont les signes et symptômes de l’hépatite B ? ................................................................................ 16
1.8.4 Quelles sont les complications de l’hépatite B ? ......................................................................................... 16
1.9 Haemophilus influenzae type b (Hib)............................................................................................................... 16
1.9.1Qu’est-ce que Haemophilus influenzae type b ? ......................................................................................... 16
2
1.9.2 Comment se transmet Hib ? .................................................................................................................... 17
1.9.3 Quels sont les signes et symptômes de l’infection à Hib ? .......................................................................... 17
1.9.4 Quelles sont les complications de l’infection à Hib ? ................................................................................... 17
1.10 Infections à Pneumocoque............................................................................................................................ 17
1.10.1 Qu’est-ce qu’une infection à Pneumocoque ? .......................................................................................... 17
1.10.2 Comment se transmettent les infections à Pneumocoque? ....................................................................... 17
1.10.3 Quels sont les signes et symptômes des infections à Pneumocoque ? ....................................................... 17
1.10.4 Quelles sont les complications des infections à Pneumocoque ? ............................................................... 17
1.11 Infections à Rota virus .................................................................................................................................. 18
1.11.1 Qu’est-ce que le Rota virus ? ................................................................................................................. 18
1.11.2 Comment se transmettent les rotaviroses ? ............................................................................................. 18
1.11.3 Quels sont les signes et symptômes de l’infection à Rotavirus ? ................................................................ 18
1.11.4 Quelles sont les complications de l’infection à Rotavirus ? ........................................................................ 18
1.12 Rubéole ...................................................................................................................................................... 18
1.12.1 Qu’est-ce que la rubéole ? ..................................................................................................................... 18
1.12.2 Comment se transmet la rubéole ? ......................................................................................................... 18
1.12.3 Quels sont les signes et symptômes de la rubéole ? ................................................................................ 18
1.12.4 Quelles sont les complications de la rubéole ? ......................................................................................... 18
1.13 Méningite au sérogroupe A (Méningite A) ....................................................................................................... 19
1.13.1 Qu’est-ce que la Méningite A ?............................................................................................................... 19
1.13.2 Comment se transmet la méningite A ? ................................................................................................... 19
1.13.3 Quels sont les signes et symptômes de la méningite A ? .......................................................................... 19
1.13.4 Quelles sont les complications de la méningite A ? .................................................................................. 19
1.14 Infections à Papilloma Virus Humain (PVH) .................................................................................................... 19
1.14.1 Qu’est-ce que le Papilloma Virus Humain ? ............................................................................................. 19
1.14.2 Comment se transmet le PVH ? ............................................................................................................. 19
1.14.3 Quels sont les signes et symptômes de l’infection au VPH (virus du papillome humain) ? ............................ 19
1.14.4 Quelles sont les complications de de l’infection au VPH? .......................................................................... 19
II – LES VACCINS DU PEV ET CALENDRIER VACCINAL.......................................................................................... 21

2.1 Vaccin antituberculeux (BCG) ......................................................................................................................... 21


2.1.1 Qu'est-ce que le BCG ?........................................................................................................................... 21
2.1.2 Le BCG est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ?................................................. 21
2.2 Vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) .............................................................................................................. 21
2.2.1 Qu'est-ce que le VPO ? ........................................................................................................................... 21
2.2.2 Le VPO est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ? ................................................. 21
2.2.3 Qu’est-ce que la vaccination supplémentaire par le VPO ? ......................................................................... 21
2.3 Vaccin combiné pentavalent (DTC-HepB-Hib) .................................................................................................. 21
2.3.1 Qu'est-ce que le pentavalent? .................................................................................................................. 21
2.3.2 Le vaccin DTC-HepB-Hib est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ?........................ 22
2.4 Vaccin antirougeoleux (VAR) .......................................................................................................................... 22
2.4.1 Qu'est-ce que le vaccin antirougeoleux? ................................................................................................... 22
2.4.2 Le vaccin antirougeoleux est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ? ........................ 22
2.4.3 Justification d'une deuxième dose de vaccination antirougeoleuse .............................................................. 22
2.5 Vaccin antiamaril (VAA).................................................................................................................................. 22
2.5.1 Qu'est-que le vaccin antiamaril? ............................................................................................................... 22
2.5.2 Le vaccin antiamaril est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ? ............................... 22
2.6 Vaccin antitétanique (VAT) ............................................................................................................................. 23
2.6.1 Qu'est-ce que le VAT ? ........................................................................................................................... 23
3
2.6.2 Le TT, le Td et le DT sont-ils sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles ? ......................... 23
2.7 Vaccin anti pneumococcique conjugué ...................................................................................................... 23
2.7.1 Qu’est-ce qu’un vaccin antipneumococcique conjugué ? ............................................................................ 23
2.7.2 Les Vaccins antipneumococciques sont-ils sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles ? ..... 23
2.8 Vaccins contre les infections à rotavirus ........................................................................................................... 23
2.8.1 Qu’est-ce qu’un vaccin contre le rotavirus? ............................................................................................... 23
2.8.2 Les vaccins à rotavirus sont-ils sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles? ...................... 24
2.9 Vaccin contre la rubéole ................................................................................................................................. 24
2.9.1 Qu’est-ce qu’un vaccin contre la rubéole? ................................................................................................. 24
2.9.2 Le vaccin contre la rubéole est-il sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles? .................... 24
2.10 Le MenAfriVac®, vaccin contre le méningocoque A......................................................................................... 24
2.10.1 Qu’est-ce que le MenAfriVac ? ............................................................................................................... 24
2.10.2 Le MenAfriVac est—il sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles? ................................. 24
2.11 Vaccin contre le Papilloma Virus Humain (HPV).............................................................................................. 24
2.11.1 Qu'est-ce que le vaccin contre le HPV ?.................................................................................................. 24
2.11.2 Le vaccin HPV est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ? ..................................... 24
2.12 Calendrier vaccinal....................................................................................................................................... 25
2.13 Contre-indications à la vaccination................................................................................................................. 27
2.14 Sensibilité des vaccins ................................................................................................................................. 27
2.14.1 Sensibilité des vaccins à la chaleur......................................................................................................... 27
2.14.2 Sensibilité des vaccins au gel................................................................................................................. 27
2.14.3 Sensibilité des vaccins du PEV à la lumière............................................................................................. 28
2.14.4 Sensibilité des vaccins du PEV au temps ................................................................................................ 28
2.14.5 Sensibilité des vaccins aux micro-organismes ......................................................................................... 28
2.14.6 Comment garantir la qualité des vaccins ................................................................................................. 29
2.15 Association vaccinales ................................................................................................................................. 29
III – LA CHAINE DU FROID ...................................................................................................................................... 31

3.1 Définition de la chaîne de froid : ...................................................................................................................... 31


3.2 Types d'équipements de la chaîne du froid....................................................................................................... 31
3.2.1 : Sélection des équipements .................................................................................................................... 31
3.2.2 : Equipements de production du froid ........................................................................................................ 31
3.2.2.1: Chambres froides ............................................................................................................................ 31
3.2.2.2 : Réfrigérateurs /Congélateurs ........................................................................................................... 32
3.2.3 : Equipement de conservation de froid ...................................................................................................... 34
3.2.3.1 : Glacières ....................................................................................................................................... 34
3.2.3.2 : Porte-vaccins ................................................................................................................................. 34
3.2.3.3 Accumulateurs de froid...................................................................................................................... 36
3.3 Règles générales de conservation des vaccins ................................................................................................. 36
3.3.1 Cas d’un réfrigérateur vertical (ou modèle armoire) : .................................................................................. 36
3.3.2 Cas d'un réfrigérateur horizontal (ou modèle bahut) .................................................................................. 37
3.3.3 Chargement des vaccins dans une glacière ou dans un Porte-vaccins......................................................... 37
3.3.4 Préparation des accumulateurs de froid .................................................................................................... 38
3.4 Monitorage de la température de la chaîne du froid ........................................................................................... 38
3.4.1 Pastille de contrôle du vaccin (PCV) ......................................................................................................... 38
3.4.2 Fiche de contrôle de la chaîne du froid ..................................................................................................... 39
3.4.3 Thermomètres ........................................................................................................................................ 40
4
3.4.4 Enregistreurs électroniques de température : ............................................................................................ 41
3.4.5 Fridge-tag .............................................................................................................................................. 42
3.4.6 Indicateurs de congélation ...................................................................................................................... 42
3.4.6.1 Freeze Watch ................................................................................................................................... 42
3.4.6.2 Freeze-tag ....................................................................................................................................... 43
3.4.6.3 Stop! watch ...................................................................................................................................... 43
3.4.7 Test d'agitation ....................................................................................................................................... 44
3.5 Contrôle et ajustement de la température du réfrigérateur ................................................................................. 45
3.6 Maintenance du matériel de la chaîne du froid .................................................................................................. 45
3.6.1 Maintenance préventive ...................................................................................................................... 45
3.6.1.1 Tâches journalières........................................................................................................................... 45
3.6.1.2 Tâches hebdomadaires ..................................................................................................................... 45
3.6.1.3 Tâches mensuelles ........................................................................................................................... 45
3.6.1.4 Quand et comment dégivrer ? ............................................................................................................ 45
3.6.2 Maintenance curative .............................................................................................................................. 45
3.6.3 Conduite à tenir en cas de dysfonctionnement........................................................................................... 46
3.6.4 Entretien préventif des glacières et porte-vaccins ...................................................................................... 46
IV – GESTION DES VACCINS ET DES CONSOMMABLES ........................................................................................ 48

4.1. L’estimation des besoins en vaccins : ............................................................................................................. 48


4.1.1 La population cible (Pc): .......................................................................................................................... 48
4.1.2. Le nombre de contacts (Nc) : .................................................................................................................. 48
4.1.3. L’objectif de couverture vaccinale (Oc): .................................................................................................... 48
4.1.4. Le facteur de perte en vaccins (Fp):......................................................................................................... 48
4.2. Estimation des besoins en consommables : .................................................................................................... 49
4.3. La commande/Approvisionnement en vaccins : ............................................................................................... 49
4.3.1 Le stock minimum (Smini) ....................................................................................................................... 49
4.3.2 Le stock maximum (Smax) ...................................................................................................................... 50
4.3.3 Le stock d’alerte ou point de commande: .................................................................................................. 50
4.3.4 La Quantité à commander (Qc): ............................................................................................................... 50
4.3.5. La gestion des stocks de vaccins :........................................................................................................... 50
4.3.6. Application de la politique des flacons entamés (PFE) lors des séances de vaccination : .............................. 51
4.3.7 : Outils de gestion des vaccins ................................................................................................................. 51
V. GESTION DES DONNEES / SYSTEME D’INFORMATION ..................................................................................... 53

5.1. Supports utilisés dans le PEV de routine : ....................................................................................................... 53


5.1.1 Fiches de pointage ou tableau de collationnement journalier (TACOJO) ...................................................... 53
5.1.2 Fiche ou carte de vaccination................................................................................................................... 53
5.1.3 Registres de vaccination ......................................................................................................................... 53
5.1.4 Rapport mensuel .................................................................................................................................... 53
5.1.5 Supports électroniques............................................................................................................................ 53
5.1.6 Archivage des supports ........................................................................................................................... 53
5.2 Monitorage des activités de vaccination ........................................................................................................... 54
5.2.1 Complétude/Promptitude ......................................................................................................................... 54
5.2.2 Couverture vaccinale (CV) ....................................................................................................................... 54
5.2.3 Taux d'abandon (TA) .............................................................................................................................. 54

5
5.2.4 Monitorage des activités de vaccination : .................................................................................................. 55
VI - SECURITE DES INJECTIONS : .......................................................................................................................... 59

6.1. Définition : .................................................................................................................................................... 59


6.2. Matériel d'injection : ...................................................................................................................................... 59
6.3. Techniques d'injection ................................................................................................................................... 59
6.4 Règles pour garantir la sécurité des injections : ................................................................................................ 60
6.4.1 Jeter tout flacon de vaccin si : .................................................................................................................. 60
6.4.2 Assurer la reconstitution sans risque des vaccins :..................................................................................... 60
6.4.3 Administrer sans risque les vaccins : ........................................................................................................ 60
6.5 Manifestations Post vaccinales Indésirables (MAPI) : ........................................................................................ 60
6.6 Elimination des déchets du PEV : .................................................................................................................... 62
6.6.1 La collecte, l’acheminement et le stockage : .............................................................................................. 62
6.6.2 Elimination des boites de sécurité ............................................................................................................ 63
6.6.2.1 Enfouissement ................................................................................................................................. 63
6.6.2.2 Brulage à l'air libre ........................................................................................................................... 63
6.6.2.3 Incinération ...................................................................................................................................... 63
VII – Planification et organisation des activités ........................................................................................................... 66

7.1 Stratégies de vaccination................................................................................................................................ 66


7.2 Micro – planification ....................................................................................................................................... 66
7.3 Organisation d’une séance de vaccination ....................................................................................................... 67
7.3.1 Activités avant la séance de vaccination ................................................................................................... 67
7.3.2 Activités pendant la séance de vaccination ............................................................................................... 68
7.3.3 Activités après la séance de vaccination .................................................................................................. 68
7.4 Gestion de certains problèmes opérationnels ................................................................................................... 68
7.4.1. Les occasions manquées de vaccination ................................................................................................. 68
7.4.2. Les perdus de vue ................................................................................................................................. 68
VIII – SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE ............................................................................................................. 70

8.1 - Surveillance épidémiologique ........................................................................................................................ 70


8.2 Surveillance des MAPI ................................................................................................................................... 70
8.3 Définition de cas des maladies sous surveillance, seuils d’alerte et conduite à tenir ............................................. 71
XI - COMMUNICATION............................................................................................................................................ 77

9.1. Définition : .................................................................................................................................................... 77


9.2. Concept de communication............................................................................................................................ 77
9.3 Objectifs ....................................................................................................................................................... 77
9.4 Stratégies :.................................................................................................................................................... 77
9.4.1. Le Plaidoyer .......................................................................................................................................... 77
9.4.2. La Mobilisation sociale ........................................................................................................................... 77
9.4.3 La Communication pour le Changement de Comportement (CCC) .............................................................. 77
9.4.4. Utilisation du partenariat pour le changement de comportement ................................................................ 78
9.4.5. Stratégies d’adoption:............................................................................................................................. 78
9.5. Les rumeurs : ............................................................................................................................................... 78
FICHES TECHNIQUES ............................................................................................................................................ 80
ANNEXES .............................................................................................................................................................. 84
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ...................................................................................................................... 94

6
SIGLES ET ABREVIATIONS

ASC : Agent de santé communautaire


AT : Anatoxine tétanique
BCG : Bacille de Calmette et Guérin
BK : Bacille de Koch
BS : Boîtes de sécurité
CAT : Conduite à tenir
CCC : Communication pour le changement de comportement
CPN : Consultation prénatale
CV : Couverture vaccinale
DT : Diphtérie tétanos
DTC : Diphtérie, Tétanos, Coqueluche
DTC-HepB-Hib : Pentavalent monodose
DTC-HepB+Hib : Pentavalent 2 doses
ECV : Enfant complètement vacciné
FAR : Femme en âge de reproduction
FE : Femme enceinte
GAVI : Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination
GPF : Groupement de Promotion Féminine
HepB : Hépatite B
Hib : Haemophilus à Influenzae b
HPV : Human Papilloma Virus
ICP : Infirmier chef de poste
LCR : Liquide céphalo rachidien
MAPI : Manifestation Post vaccinal Indésirable
MLM : Cours moyen de gestion du programme élargi de vaccination
NEV : Nombre d’enfants vaccinés
OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
ONG : Organisation Non gouvernementale
PATH : Programme de technologie approprié de la santé
PCV : Pastille de contrôle du vaccin
PEV : Programma Elargi de Vaccination
PFA : Paralysie Flasque aiguë
PFE : Politique du flacon entamé
PL : Ponction lombaire
PNLHB : Programme national de lutte contre l’hépatite B
PS : Poste de santé
RR : Vaccin rougeole rubéole
SAB : Seringue autobloquante
SD : Seringue de dilution
SIMR : Surveillance intégrée des maladies et de la riposte
TA : Taux d’abandon
TACOJO : Tableau de collationnement journalier
Td : Vaccin anti tétanique anti diphtérique
TT : Tétanos Toxoïde ou vaccin antitétanique
UNICEF : Fonds des Nations Unies pour l’enfance
VAA : Vaccin anti amaril
VAR : Vaccin anti rougeoleux
VAT : Vaccin antitétanique
VAT2+ : 2 doses et plus de vaccin antitétanique reçu
VIH/SIDA : Virus de l’Immunodéficience Humaine/ Syndrome d’Immunodéficience Acquise
VPO : Vaccin polio oral

7
COMITE DE REDACTION

La révision de ce guide a été coordonnée par le Dr Aliou DIALLO, logisticien national du Programme Elargi de Vaccination
à la Direction de la Prévention aujourd’hui conseiller PEV à l’OMS.
L’exécution du travail a été facilitée par l’appui d’autres personnes ressources de la DP, de l’OMS, de l’UNICEF, de
IntraHealth et de MCHIP.

Ont participé à l’élaboration de ce guide


Dr El Hadji Mamadou NDIAYE Directeur de la Prévention
Dr Ousseynou BADIANE chef de la Division Immunisation
Dr Ibrahim Oumar BA chef de la Division de la Surveillance et de la Riposte Vaccinale
Dr Papa Coumba FAYE Ancien Directeur de la Prévention
Dr Aboubacry FALL Ancien directeur Directeur de la prévention Médicale
Mme Khadidiatou GOMIS DIANDY bureau logistique
Mme Aïchatou DIOP DIAGNE gestionnaire des données DP
Mr Mamadou BAAR DP
Mme Awa LY point focal communication DP
Mme Nicole DOSSOU DP
Dr Aliou DIALLO OMS
Dr Mouhamed Boss DIOP OMS
Dr Abdoulaye NDIAYE OMS
Dr Djariatou SOW SALL UNICEF
Dr Xavier CRESPIN UNICEF
Dr Abdoulaye DIEDHIOU IntraHealth
Dr Hassane YARADOU MCHIP/USAID
Dr Ousseynou BA MSAS

8
PREFACE

La vaccination est connue comme étant l’intervention la plus efficace et la plus efficiente en santé publique. Elle
constitue un des principaux leviers pour l’atteinte des OMD notamment l’OMD 4.
Depuis l’introduction du PEV dans notre pays en 1974 à nos jours, d’importants progrès ont été réalisés. Ces
progrès nous ont permis avec l’engagement de tous les acteurs d’atteindre des résultats plus que satisfaisants.
Ainsi, le pays a été libéré du poliovirus sauvage depuis 1998 malgré une réimportation vite maitrisée en 2010, le
Tétanos maternel et néonatal a été éliminé en 2011, aucun cas de décès de rougeole n’a été enregistré dans le
pays depuis plus de dix ans, la diphtérie et la coqueluche ont pratiquement disparu et la fièvre jaune est sous
contrôle. De nouveaux vaccins et des vaccins sous utilisés ont été introduits (Hépatite B, Hib) et d’autres sont en
voie de l’être.
Il faut cependant reconnaitre beaucoup de défis restent à relever. Entre autre défis on peut citer, la vétusté des
équipements de la chaine du froid et de la logistique roulante, le déficit en personnel qualifié, l’insuffisance de
formation continue des agents, l’insuffisance de la communication et le problème de la maintenance des
équipements.
Ces problèmes identifiés ont été objectivés par la revue externe du programme conduite en 2010. Parmi les
problèmes majeurs identifiés lors de cette revue, il y avait l’absence d’un guide révisé du PEV à tous les niveaux
du système. En effet la dernière révision du guide remonte en 2000 et entre 2000 à nos jours, le PEV et la
surveillance épidémiologique ont connu des changements importants en rapport avec:
La gestion des vaccins et de la chaîne du froid
La Sécurité des injections et la gestion des déchets
L’introduction de nouveaux vaccins
La Surveillance intégrée des maladies et la riposte aux épidémies.
Pour répondre à ces exigences il nous a été recommandé de procéder à la révision et à la diffusion du guide.
Ce nouveau guide entre dans le cadre du renforcement des capacités des agents de santé. Il s’agira de mettre
à leur disposition un outil pour l’application des normes et directives en matière de vaccination et de
surveillance épidémiologique.
Je tiens donc à remercier tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à leurs manières à la réalisation
de cet excellent travail tout en souhaitant qu’une large diffusion et un bon usage soient faits de cet outil.

Docteur El Hadji Mamadou NDIAYE


Directeur de la Prévention

9
INTRODUCTION

Le programme élargi de vaccination (PEV) initié au Sénégal depuis 1979, visait la réduction de la morbidité et de la
mortalité des sept (7) maladies cibles que sont : la tuberculose, la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la
rougeole et la fièvre jaune.

Le vaccin contre l’hépatite B qui était initialement administré dans le cadre du Programme National de Lutte contre
l’Hépatite B (PNLHB) a été officiellement introduit dans le PEV en 2004.

En juillet 2005 le vaccin contre les infections à Haemophilus influenzae b (Hib) a été introduit, portant le nombre d'antigènes
à neuf (9). Ce antigène initialement administré dans une présentation séparée a été combiné au DTC-HepB à partir de
2007, donnant naissance au "Pentavalent" DTC-HepB-Hib.

Il est prévu l'introduction des vaccins contre les infections à pneumocoques, à rotavirus à la rubéole et à méningocoques.

Dans le cadre de la politique nationale de prévention, l'Etat du Sénégal a fait du PEV et de la surveillance épidémiologique,
des priorités du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale.
Les axes stratégiques majeurs du PEV sont :
l’amélioration des capacités gestionnaires à tous les niveaux ;
l’approvisionnement suffisant en vaccins de qualité ;
la sécurité des injections et la gestion des déchets ;
la maintenance et le renouvellement de la logistique ;
le renforcement de la communication et de la mobilisation sociale en faveur du PEV ;
un financement adéquat et durable du PEV.
le renforcement du système de santé ;

Dans le cadre de la vaccination de routine qui se fait en stratégie fixe, avancée et mobile, tous les antigènes doivent être
administrés aux enfants avant leur premier anniversaire et le vaccin antitétanique (VAT) aux femmes enceintes.
Pour permettre aux agents de santé d’améliorer leur pratique quotidienne, trois guides ont été élaborés respectivement en
1985, 1993 et 2000.

De 2000 à nos jours, le PEV et la surveillance épidémiologique ont connu des changements importants en rapport avec:
La gestion des vaccins et de la chaîne du froid
La Sécurité des injections et la gestion des déchets
L’introduction de nouveaux vaccins
L'adoption du concept Surveillance Intégrée des Maladies et la Riposte(SIMR).

La révision du guide de 2000 entre dans le cadre du renforcement des capacités des agents de santé. Il s’agira de mettre à
leur disposition un outil pour l’application des normes et directives en matière de vaccination et de surveillance
épidémiologique.

Ce présent guide s’adresse aux personnels de santé. Il peut être utilisé par les enseignants des facultés et des écoles de
formation en santé et d'autres catégories de personnels.
Le guide fera l’objet d’une mise à jour périodique, afin de prendre en compte toutes les préoccupations des acteurs et les
innovations scientifiques et technologiques.

10
CHAPITRE I

MALADIES CIBLES DU PEV

11
I – MALADIES CIBLES DU PEV

Ce chapitre décrit les maladies qui, dans la plupart des pays, peuvent être évitées grâce aux programmes de vaccination. A
travers le PEV, les objectifs visés sont l’éradication (poliomyélite), l’élimination (tétanos, rougeole) ou le contrôle des maladies
cibles. L'atteinte de ces objectifs nécessite d'améliorer au niveau mondial la couverture vaccinale en général, en faisant en
sorte que la couverture nationale de vaccination des enfants de moins d’un an soit de 90 % au minimum et que la couverture
vaccinale atteigne au moins 80 % dans tous les districts, y compris la couverture antitétanique des FAR. Cet objectif, partagé
par de nombreux partenaires et donateurs internationaux, a été fixé lors de la session extraordinaire de l’Assemblée générale
des Nations Unies consacrée aux enfants, en mai 2002.
Actuellement le programme élargi de vaccination du Sénégal vise à protéger contre neuf maladies : la Tuberculose, la
Poliomyélite, la Diphtérie, le Tétanos, la Coqueluche, l’Hépatite B, les infections à Haemophilus influenza b, la Rougeole et la
Fièvre Jaune.
Cependant, il est prévu d’ici 2015 d’introduire dans le PEV de routine de nouveaux vaccins contre la rubéole, la méningite A,
les infections à pneumocoque, à rotavirus et à Papilloma Virus Humain (HPV).

1.1 Tuberculose

1.1.1 Qu’est-ce que la tuberculose ?


La tuberculose est due à Mycobacterium tuberculosis, ou bacille de Koch (BK) qui s’attaque généralement aux poumons, mais
qui peut également infecter d’autres parties de l’organisme, notamment les os, les articulations et le cerveau. La plupart des
sujets infectés le restent à vie et ne présenteront jamais le moindre symptôme. Ces personnes ne sont pas contagieuses. La
maladie se déclarera plus facilement chez les sujets dont le système immunitaire est affaibli (comme les personnes atteintes
de VIH/SIDA).

1.1.2 Comment se transmet la tuberculose ?


La tuberculose se transmet d’une personne à l’autre par voie aérienne lorsqu’un malade tousse ou éternue. On peut
contracter la tuberculose à tout âge, mais le risque est plus élevé chez l’enfant de moins de 3 ans et la personne âgée.

1.1.3 Quels sont les signes et symptômes de la tuberculose ?


La période d’incubation est habituellement de 4 à 12 semaines mais peut durer des mois, voire des années. La tuberculose se
manifeste par un état d’asthénie générale, une perte de poids, de la fièvre et des sueurs nocturnes. En cas de tuberculose
pulmonaire, la maladie se manifeste par une toux persistante, des crachats sanglants et des douleurs thoraciques. Toutefois,
chez le jeune enfant, le seul signe évocateur peut être un arrêt de la croissance ou retard staturo-pondéral.

1.1.4 Quelles sont les complications de la tuberculose ?


Non traitée, la tuberculose pulmonaire entraîne la cachexie, puis la mort. Chez les personnes infectées par le VIH ou atteintes
de SIDA, le décès survient plus rapidement.

1.2 Diphtérie

1.2.1 Qu’est-ce que la diphtérie ?


La diphtérie est due au bacille Corynebacterium diphteriae, qui produit une toxine provoquant des lésions ou une destruction
des tissus et organes humains. Une des formes de la maladie touche la gorge et, parfois, les amygdales. Une autre, plus
répandue sous les tropiques, provoque des ulcères cutanés. La diphtérie frappe des personnes de tous âges, mais surtout les
enfants qui ne sont pas vaccinés. Dans les zones tempérées, la maladie sévit plutôt pendant les mois d’hiver.

1.2.2 Comment se transmet la diphtérie ?


La diphtérie se transmet lors d’un contact rapproché entre deux personnes ou par voie aérienne.

1.2.3 Quels sont les signes et symptômes de la diphtérie ?


Quand la gorge et les amygdales sont atteintes, les premiers symptômes sont un mal de gorge, une perte de l’appétit et une
légère fièvre. Au bout de 2 à 3 trois jours, une membrane nacrée ou grise se forme dans la gorge et sur les amygdales. Elle
12
colle au voile du palais et peut saigner. A ce stade, soit le malade guérit, soit il devient extrêmement faible et meurt dans un
délai de 6 à 10 jours. Les sujets gravement atteints ont peu de fièvre mais peuvent avoir le cou enflé et les voies respiratoires
obstruées. La bactérie provoque parfois une infection du rhinopharynx pouvant entraîner des difficultés respiratoires, puis le
décès.
1.2.4 Quelles sont les complications de la diphtérie ?
Au premier stade de la maladie, ou même pendant les semaines qui suivent, on observe parfois des anomalies du rythme
cardiaque pouvant évoluer vers une insuffisance cardiaque. Chez certains patients, il peut survenir une inflammation du
myocarde et des valvules cardiaques entraînant, bien des années plus tard, une cardiopathie chronique et une insuffisance
cardiaque.

1.3 Tétanos

1.3.1 Qu’est-ce que le tétanos ?


Le tétanos est provoqué par une exposition aux spores d'un bacille : Clostridium tetani. Ces spores sont présentes partout
dans le sol. La maladie est liée à l’action d’une neurotoxine puissante sécrétée par le bacille lorsqu’il se développe dans les
tissus morts, par exemple une plaie souillée ou le cordon ombilical d’un nouveau-né après un accouchement pratiqué dans un
environnement non stérile. On peut contracter le tétanos à tout âge, mais la maladie est particulièrement courante et grave
chez le nouveau-né et on parle alors de tétanos néonatal. La plupart des nourrissons qui en sont atteints décèdent. Le tétanos
néonatal est particulièrement répandu en milieu rural, où la plupart des accouchements ont lieu à domicile, sans les conditions
d'asepsie acceptable.

1.3.2 Comment se transmet le tétanos ?


Le tétanos ne se transmet pas d’une personne à l’autre. En général, l’infection se produit lorsque de la terre pénètre dans une
plaie ou une coupure. Les bacilles tétaniques se développent dans les plaies profondes dues à des perforations provoquées
par des ongles sales, des couteaux, des instruments, des échardes et des morsures d’animaux. Les femmes sont exposées à
un risque d’infection supplémentaire en cas d’utilisation d’un instrument contaminé à l’occasion d’un accouchement ou d’un
avortement. Le nouveau-né peut être infecté si l’on coupe le cordon ombilical avec un couteau, un rasoir ou tout autre
instrument sale, si l’on panse le nombril de manière non hygiénique ou si la personne qui pratique l’accouchement n’a pas les
mains propres. Les nourrissons et les enfants peuvent également contracter le tétanos à l’occasion d’une circoncision, d’une
scarification ou d’un percement de la peau pratiqués avec des instruments sales, ou lorsque l’on frotte de la terre, du charbon
ou d’autres substances sales sur une plaie.

1.3.3 Quels sont les signes et symptômes du tétanos ?


La période d’incubation est en général de trois à dix jours, mais elle peut aller jusqu’à trois semaines. Plus elle est courte, plus
le risque de décès est élevé. Chez l’enfant comme chez l’adulte, le tétanos se manifeste le plus souvent d’abord par la
contracture des muscles de la mâchoire, puis par une raideur de la nuque, des difficultés de déglutition, une contracture des
muscles stomacaux, des spasmes musculaires, des sueurs et de la fièvre. Les nouveau-nés atteints ne présentent pas de
troubles à la naissance, mais cessent de téter entre 3 et 28 jours après la naissance. Ils ne se nourrissent plus et leur corps
se raidit sous l’emprise de contractures musculaires et de spasmes qui, dans la plupart des cas, entraînent le décès.

1.3.4 Quelles sont les complications du tétanos ?


Les spasmes et les convulsions peuvent entraîner des fractures de la colonne vertébrale ou d’autres os. Des troubles du
rythme cardiaque, un coma, une pneumopathie et d’autres infections peuvent également survenir. Les décès sont
particulièrement fréquents chez les très jeunes enfants et les personnes âgées.

1.4 Coqueluche

1.4.1 Qu’est-ce que la coqueluche ?


La coqueluche est une maladie des voies respiratoires due à un bacille qui siège dans la bouche, le nez et la gorge. Chez
beaucoup d’enfants, la coqueluche provoque des épisodes de quintes de toux qui peuvent durer 4 à 8 semaines. La maladie
présente surtout un danger pour les nourrissons.

13
1.4.2 Comment se transmet la coqueluche ?
La coqueluche se transmet très facilement d’un enfant à un autre par les gouttelettes projetées lors des quintes de toux ou
des éternuements. Les enfants exposés aux bacilles contractent l’infection. Dans de nombreux pays, la maladie suit des
cycles épidémiques réguliers de 3 à 5 ans.

1.4.3 Quels sont les signes et symptômes de la coqueluche ?


La période d’incubation dure 5 à 10 jours. Au début, l’enfant semble avoir un simple rhume, qui se manifeste par un
écoulement nasal, un larmoiement, des éternuements, de la fièvre et une légère toux. La toux empire progressivement
évoluant en une série de quintes rapides, séparées par une inspiration longue et sifflante.
Pendant une longue quinte de toux, il arrive que l’enfant devienne bleu parce qu’il manque d’oxygène. Des vomissements et
un état d’épuisement font souvent suite aux accès de toux, qui sont particulièrement fréquents la nuit. Au cours de la guérison,
la toux perd progressivement de son intensité. Généralement, la maladie ne s’accompagne pas d’une forte fièvre.

1.4.4 Quelles sont les complications de la coqueluche ?


C’est chez le jeune nourrisson que les complications sont les plus susceptibles de se produire. La plus courante et la plus
meurtrière est la pneumopathie bactérienne. L’enfant peut aussi être pris de convulsions dues à la fièvre, à une mauvaise
oxygénation du cerveau pendant les quintes de toux ou aux toxines sécrétées par le bacille. Les autres complications
possibles sont la perte de l’appétit, l’inflammation de l’oreille moyenne et la déshydratation.

1.5 Poliomyélite

1.5.1 Qu’est-ce que la poliomyélite ?


La poliomyélite est une maladie invalidante provoquée par l’un des trois poliovirus apparentés existants (les types 1, 2 ou 3).
En 1988, tous les Etats Membres de l’OMS se sont engagés en faveur de l’éradication de la poliomyélite et l’Organisation a
pour objectif la certification mondiale de l’éradication de la maladie. Depuis le lancement de l’initiative mondiale pour
l’éradication de la poliomyélite, le nombre de cas notifiés dus à un poliovirus sauvage est passé de 350 000 environ en 1988 à
620 en 2011.

1.5.2 Comment se transmet la poliomyélite ?


Le poliovirus se transmet uniquement par voie féco-orale. Il pénètre dans l’organisme quand on ingère des aliments ou de
l’eau contaminés par des matières fécales, puis se multiplie dans l’intestin, passe dans la circulation sanguine et peut envahir
certains types de cellules nerveuses qu’il endommage ou détruit. Le poliovirus se propage très facilement dans les zones où
les conditions d’hygiène sont mauvaises. Presque tous les enfants vivant sous le même toit qu’une personne infectée sont
contaminés à leur tour. Les sujets sont particulièrement contagieux pendant les dix jours qui précèdent et qui suivent
l’apparition des premiers symptômes. Il est important de savoir que la grande majorité des personnes infectées ne présentent
pas de symptômes, mais sont tout de même contagieuses. La période d’incubation est de six à 20 jours.

1.5.3 Quels sont les signes et symptômes de la poliomyélite ?


La plupart des enfants infectés ne contractent jamais la maladie. Moins de 5 % d’entre eux peuvent présenter des symptômes
généraux d’allure grippale (fièvre, selles liquides, mal de gorge, troubles digestifs, céphalées ou maux d’estomac). La plupart
des enfants atteints d’une infection asymptomatique acquièrent une immunité et sont protégés de la poliomyélite paralytique à
vie. La poliomyélite se manifeste d’abord par des symptômes bénins et de la fièvre, suivis de fortes douleurs musculaires et
d’une paralysie, qui apparaissent généralement au cours de la première semaine. Le malade peut perdre l’usage d’un ou des
deux membres supérieurs ou inférieurs. Certains patients ne peuvent plus respirer en raison d’une paralysie des muscles
respiratoires. Avec le temps, certains malades atteints de paralysie récupèrent partiellement l’usage de leurs membres, mais
le degré de récupération varie énormément d’une personne à l’autre. Le diagnostic de poliomyélite est confirmé par l’examen
d’échantillons de selles au laboratoire.

1.5.4 Quelles sont les complications de la poliomyélite paralytique ?


En l’absence de respirateur, la paralysie des muscles respiratoires peut entraîner le décès du malade. Sans une
physiothérapie adaptée, l’enfant ne récupérera pas la mobilité de ses membres et restera souvent lourdement handicapé.

14
1.6 Rougeole

1.6.1 Qu’est-ce que la rougeole ?


La rougeole est une maladie virale très contagieuse. La rougeole tue plus d’enfants que n’importe quelle autre maladie à
prévention vaccinale.
La maladie étant extrêmement contagieuse, les épidémies sont fréquentes et peuvent entraîner un grand nombre de décès,
en particulier chez les enfants malnutris.

1.6.2 Comment se transmet la rougeole ?


La rougeole se transmet par contact avec les sécrétions du nez et de la gorge d’un sujet infecté et par les gouttelettes en
suspension dans l’air émises par une personne infectée lorsqu’elle éternue ou tousse.
Le sujet est contagieux pendant plusieurs jours avant et après l’apparition des symptômes. La maladie se propage facilement
dans les endroits où les nourrissons et les enfants vivent en communauté.

1.6.3 Quels sont les signes et symptômes de la rougeole ?


L’infection se manifeste d’abord par une forte fièvre qui apparaît dix à douze jours environ après l’exposition au virus et qui
dure plusieurs jours. Pendant cette période, les symptômes sont les suivants : écoulement nasal, toux, yeux rouges et
larmoiement, petits points blancs à la face interne des joues. Au bout de quelques jours, une éruption cutanée légèrement
saillante apparaît d’habitude sur la face et le haut du cou, puis s’étend, en trois jours environ, au tronc, puis aux mains et aux
pieds. Elle dure cinq ou six jours et disparaît. La période d’incubation, depuis l’exposition au virus jusqu’à l’éruption cutanée,
est en moyenne de 14 jours et peut s’étendre de sept à 18 jours.

1.6.4 Quelles sont les complications de la rougeole ?


Les enfants de moins de cinq ans qui ne sont pas vaccinés, en particulier les nourrissons, sont les plus exposés à la rougeole
et à ses complications.
Chez le nourrisson, l’infection peut provoquer une diarrhée sévère entraînant éventuellement une déshydratation. L’enfant
peut également présenter une inflammation de l’oreille moyenne et une infection respiratoire sévère. La pneumopathie est la
cause de décès la plus communément associée à la rougeole, en raison de l’affaiblissement du système immunitaire dû au
virus. La pneumopathie peut être provoquée par le virus lui-même ou par une infection bactérienne secondaire. On observe
également des cas d’encéphalite (inflammation cérébrale grave).
La maladie est plus grave chez les enfants malnutris, en particulier ceux qui présentent une carence en vitamine A, qui vivent
dans des conditions de promiscuité et dont le système immunitaire est affaibli par le VIH/SIDA ou d’autres maladies. En
Afrique et dans d’autres régions d’endémie, la rougeole est une cause importante de cécité chez l’enfant.
Les enfants qui guérissent de la rougeole sont immunisés pour le reste de leur vie.
.
1.7 Fièvre Jaune

1.7.1 Qu’est-ce que la fièvre jaune ?


La fièvre jaune est due au virus amaril, transmis par les moustiques. Elle est endémique dans 33 pays d’Afrique et 11 pays
d’Amérique du Sud. Selon les estimations, il y a eu, en 2000, 200 000 cas de fièvre jaune dans le monde, dont près de 30 000
mortels.

1.7.2 Comment se transmet la fièvre jaune ?


Le virus amaril est transmis par les moustiques qui, dans les forêts, prennent leurs repas de sang sur des animaux infectés,
puis piquent les hommes qui s’y trouvent. Le risque d’épidémie est maximal lorsque ces sujets infectés retournent en milieu
urbain et sont piqués par le moustique vecteur Aedes aegypti présent dans les habitations, qui transmet alors le virus à
d’autres personnes.

1.7.3 Quels sont les signes et symptômes de la fièvre jaune ?


La maladie peut prendre une forme si bénigne qu’elle n’est ni détectée ni diagnostiquée. Trois à six jours après avoir été
infecté, le sujet ressent soudainement de la fièvre, des frissons, des maux de tête, des douleurs dorsales et musculaires
généralisées, des problèmes digestifs et il est pris de vomissements. Au fur et à mesure de la progression de la maladie, son
15
activité ralentit et il s’affaiblit. Il peut présenter des saignements gingivaux et du sang dans les urines. L’apparition d’un ictère
(coloration jaune du blanc des yeux, de la peau et des paumes) et de sang dans les vomissures, qui prennent alors une
couleur noire, est également possible. Le diagnostic de fièvre jaune est difficile à poser, car ses signes et symptômes sont
similaires à ceux d’autres maladies telles que l’hépatite, le paludisme, la dengue et la fièvre typhoïde. Il faut donc suspecter un
cas de fièvre jaune chez toute personne présentant un ictère dans les deux semaines suivant l’apparition d’une fièvre. Pour
confirmer le diagnostic, il faut effectuer un prélèvement sanguin et le faire analyser au laboratoire.

1.7.4 Quelles sont les complications de la fièvre jaune ?


Dans les cas graves, le patient peut être pris de convulsions ou tomber dans le coma. La maladie dure généralement deux
semaines, au bout desquelles le sujet guérit ou décède. Dans les régions d’endémie, la mortalité est de 5 % environ, mais
peut atteindre 50 % en période d’épidémie.

1.8 Hépatite B

1.8.1 Qu’est-ce que l’hépatite B ?


L’hépatite B est une maladie virale qui touche le foie. En général, les adultes en guérissent, mais la plupart des nourrissons
infectés à la naissance deviennent des porteurs chroniques, c’est-à-dire qu’ils sont porteurs du virus pendant de nombreuses
années et qu’ils sont contagieux. En 2000, on estimait à 5,7 millions le nombre de cas d’hépatite B aiguë et à plus de 521 000
le nombre de décès dus à des pathologies en rapport avec l’hépatite B.

1.8.2 Comment se transmet l’hépatite B ?


Le virus de l’hépatite B est présent dans le sang et autres liquides organiques. Il se transmet généralement par contact avec
le sang, de la façon suivante :
• A cause de mauvaises pratiques d’injections ou en se piquant avec des aiguilles contaminées. Les aiguilles ou les seringues
non stérilisées peuvent contenir des virus de l’hépatite B provenant d’un patient ou d’un autre utilisateur.
• De la mère à l’enfant pendant l’accouchement, alors que le nouveau-né est toujours en contact avec le sang maternel.
• D’un enfant à un autre par contact (coupures, écorchures, morsures et égratignures).
• Au cours de rapports sexuels, par contact avec le sang ou d’autres liquides organiques.

1.8.3 Quels sont les signes et symptômes de l’hépatite B ?


La période d’incubation est de six semaines en moyenne, mais peut atteindre six mois. Chez le jeune enfant, l’infection est
généralement asymptomatique. Cependant, il y a plus d’enfants que d’adultes qui deviennent des porteurs chroniques. La
maladie peut se manifester par un état de faiblesse, des troubles digestifs et d’autres symptômes d’allure grippale ; on peut
également constater la présence d’urines très foncées ou de selles très claires. L’ictère est fréquent (coloration jaune de la
peau ou du blanc des yeux). Ces symptômes peuvent persister durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Un test
sanguin au laboratoire est nécessaire pour confirmer le diagnostic. Dans la plupart des cas aigus, l’adulte guérit complètement
alors que de nombreux enfants deviennent des porteurs chroniques. Les sujets qui guérissent d’une hépatite B aiguë (et qui
ne deviennent pas des porteurs chroniques) sont immunisés à vie.

1.8.4 Quelles sont les complications de l’hépatite B ?


Un petit nombre d’infections aiguës peuvent être graves et entraîner le décès. Les complications les plus graves sont
l’hépatite chronique, la cirrhose, l’insuffisance hépatique et le cancer du foie.

1.9 Haemophilus influenzae type b (Hib)

1.9.1Qu’est-ce que Haemophilus influenzae type b ?


Haemophilus influenzae type b (Hib) est l’un des six bacilles d’une même espèce. Selon les estimations, en 2000, ce bacille a
provoqué deux à trois millions de cas de maladies graves, en particulier de pneumopathies et de méningites, et 450 000
décès d’enfants jeunes.

16
1.9.2 Comment se transmet Hib ?
Le bacille siège habituellement dans le nez et la gorge. Il se transmet d’une personne à une autre par les gouttelettes
projetées dans l’air lorsqu’un sujet infecté éternue ou tousse. Les enfants peuvent être porteurs du bacille sans présenter de
signes ni desymptômes, mais ils sont tout de même contagieux. Le risque de maladie est maximal chez les enfants âgés de
six mois à deux ans.

1.9.3 Quels sont les signes et symptômes de l’infection à Hib ?


Les infections respiratoires et la méningite sont les principales maladies provoquées par le bacille Hib. Dans les pays en
développement, les premières sont plus courantes que la méningite chez l’enfant. Il faut suspecter une infection à Hib chez
tout enfant présentant des signes et des symptômes de méningite ou de pneumopathie.

1.9.4 Quelles sont les complications de l’infection à Hib ?


Quinze à 30 % des enfants qui survivent à une méningite à Hib risquent de présenter une atteinte neurologique irréversible
(lésion cérébrale, perte auditive, arriération mentale). En cas de méningite, le risque de décès est de 5 % à 10 %.

1.10 Infections à Pneumocoque

1.10.1 Qu’est-ce qu’une infection à Pneumocoque ?


Les infections à pneumocoque sont un groupe de pathologies causées par une bactérie dénommée Streptococcus
pneumoniae (également connue sous le vocable pneumocoque). Les maladies causées par le pneumocoque sont
notamment : 1) les pathologies sévères comme les pneumonies, les méningites et les bactériémies (présence de bactéries
dans le sang) ; et 2) des pathologies moins sévères telles que les infections de l’oreille moyenne (otite moyenne), les sinusites
et les bronchites. L’OMS estime à plus de 500 000 les enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque année d’infections
pneumococciques, les moins de 2 ans, en particulier dans les pays en développement étant les plus en danger.
C'est un Diplocoque encapsulé à gram positif. Il existe plus de 90 serotypes pneumococciques distincts basé sur la
composition de la capsule polyosidique, qui est le facteur de virulence.

1.10.2 Comment se transmettent les infections à Pneumocoque?


Presque tous les enfants ont un portage rhinopharyngé streptococcus pneumoniae à un moment donné de leur vie. Le
pneumocoque se transmet par le contact direct avec les secrétions respiratoires des patients et des porteurs sains qui le
transportent dans leur nez ou leur gorge.

1.10.3 Quels sont les signes et symptômes des infections à Pneumocoque ?


Pneumonie : frissons, fièvre à 40°, point de côté, toux sèche puis grasse (crachats visqueux de couleur rouille), respiration
rapide, pouls rapide, faciès rouge, herpès labial fréquent.
Otite : douleur dans une oreille avec baisse de l’audition et fièvre. Parfois écoulement de pus dans le conduit auditif externe
(otite purulente avec perforation du tympan)
Méningite à pneumocoques : maux de tête, fièvre, troubles digestifs (vomissements notamment), troubles de la conscience,
somnolence, raideur de la nuque, et parfois convulsions.
Bactériémie : fièvre, infection généralisée responsable de multiples symptômes.

1.10.4 Quelles sont les complications des infections à Pneumocoque ?


Complications de la pneumonie : bactériémie (20 à 30% des cas) pouvant mener à la mort, empyème au niveau du
poumon.
Complications de l’otite : séquelles auditives (fréquentes), méningite à pneumocoques, mastoïdite.
Complication de la méningite à pneumocoques : convulsions, coma, troubles neurologiques persistants. La méningite à
pneumocoques est mortelle dans 10 à 30% des cas, surtout chez les personnes âgées.
Complication de la bactériémie : septicémie fulminante.

17
1.11 Infections à Rota virus
1.11.1 Qu’est-ce que le Rota virus ?
Le Rotavirus a été découvert en 1973. Le nom " virus du rota " vient du fait que de sa présentation en forme de roue au
microscope électronique. Les Rotavirus sont classés en tant que genre dans la famille des réoviridés. Les rotaviroses peuvent
provoquer une gamme étendue de symptômes, allant de la diarrhée bénigne transitoire à la gastroentérite sévère entraînant
une déshydratation, des troubles électrolytiques, un état de choc et même parfois la mort.

1.11.2 Comment se transmettent les rotaviroses ?


Le Rotavirus est très contagieux. Les individus atteints de diarrhée à Rotavirus libèrent habituellement une grande charge
virale dans les selles. La transmission primaire du Rotavirus se fait par voie féco-orale directement d’un individu à l’autre ou
indirectement par les objets contaminés. Dès lors que l’infection apparait aux premiers moments de la vie, la majorité des
grands enfants et adultes développent une certaine immunité contre la maladie. L’hypothèse d’une transmission par voie
aérienne à travers les gouttelettes flüdge a été évoquée mais non prouvée.

1.11.3 Quels sont les signes et symptômes de l’infection à Rotavirus ?


Dans les cas typiques, après une période d’incubation de 1 à 3 jours, les rotaviroses se manifestent brutalement par de la
fièvre et des vomissements, suivis d’une diarrhée explosive et aqueuse. Des systèmes d’évaluation clinique précis ont été mis
au point pour permettre une comparaison plus facile de la gravité des rotaviroses, notamment dans le cadre d’essais
cliniques. Les symptômes gastro-intestinaux disparaissent normalement au bout de 3 à 7 jours, mais peuvent aussi durer 2 à
3 semaines. La récupération est en général totale.

1.11.4 Quelles sont les complications de l’infection à Rotavirus ?


Selon l’OMS, sur les 11 millions de décès d’enfants de moins de 5 ans chaque année, la diarrhée en est la 2ème cause. Les
Rotavirus en sont les agents pathogènes dans la plupart des cas et ils sont responsables de plus de 500 000 décès par
diarrhée et de deux millions d’hospitalisation chaque année chez les enfants .Plus de 85% de ces décès surviennent dans des
pays en développement.

1.12 Rubéole
1.12.1 Qu’est-ce que la rubéole ?
La rubéole est une infection virale aiguë contagieuse. Elle est généralement bénigne chez l’enfant mais elle a de graves
conséquences chez la femme enceinte. On estime que 110 000 enfants par an naissent avec un syndrome de rubéole
congénitale dans le monde.

1.12.2 Comment se transmet la rubéole ?


Le virus de la rubéole se transmet par les gouttelettes nasales expulsées par les personnes infectées lorsqu’elles éternuent
ou toussent. Le virus se propage dans l’organisme en cinq à sept jours et les symptômes apparaissent en général deux à trois
semaines après l’exposition. L’infectiosité atteint son maximum un à cinq jours après l’apparition de l’éruption cutanée. Quand
une femme contracte la rubéole en début de grossesse, la probabilité de transmission du virus au fœtus est de 90%. Les
nourrissons atteints d’un syndrome de rubéole congénitale peuvent excréter le virus pendant au moins un an. L’homme est le
seul hôte connu.

1.12.3 Quels sont les signes et symptômes de la rubéole ?


Chez l’enfant, la maladie est généralement bénigne et se manifeste par une éruption cutanée, une légère fièvre (<39 °C), des
nausées et une conjonctivite modérée. L’éruption cutanée, qui survient dans 50% à 80% des cas, débute généralement sur la
face et le cou avant de s’étendre au reste du corps et dure un à trois jours. Le signe clinique le plus caractéristique de la
maladie est l’augmentation du volume des ganglions lymphatiques derrière les oreilles et dans le cou. Les adultes infectés,
généralement des femmes, présentent parfois une arthrite et des douleurs articulaires, en général pendant trois à dix jours.

1.12.4 Quelles sont les complications de la rubéole ?


Chez la femme enceinte, la rubéole peut entraîner une fausse couche, une mortinaissance ou de graves malformations
congénitales (syndrome de rubéole congénitale). Les enfants atteints d’un Syndrome de Rubéole Congénitale peuvent

18
présenter une déficience auditive, des malformations oculaires et cardiaques et d’autres maladies dont ils souffriront toute leur
vie (autisme, diabète sucré et dysfonctionnement de la thyroïde...), qui exigent souvent des traitements coûteux, des actes
chirurgicaux et d’autres soins onéreux.

1.13 Méningite au sérogroupe A (Méningite A)


1.13.1 Qu’est-ce que la Méningite A ?
La méningite à méningocoque A est une forme de méningite bactérienne, une grave infection des méninges qui affecte la
membrane du cerveau. Ce germe était responsable d’environ 80 à 85% des cas de méningites dans la ceinture
méningitique, avant l'avènement du vaccin MenAfriVac®.

1.13.2 Comment se transmet la méningite A ?


La transmission bactérienne s’opère de personne à personne par des gouttelettes de sécrétions respiratoires ou pharyngées.
Un contact étroit et prolongé (baiser, éternuement et toux rapprochée), ou la promiscuité avec une personne infectée (vie en
dortoir, mise en commun des couverts ou des verres) favorise la propagation de la maladie. La période d’incubation est en
moyenne de quatre jours mais elle peut être comprise entre 2 et 10 jours. Le méningocoque A ne s'attaque qu'aux humains; il
n’y a pas de réservoir animal. La bactérie peut être présente dans le pharynx et submerge parfois les défenses de
l’organisme, permettant ainsi à l’infection de se propager dans la circulation sanguine et d’atteindre le cerveau.

1.13.3 Quels sont les signes et symptômes de la méningite A ?


Les symptômes les plus fréquents sont: raideur de la nuque, fièvre élevée, photophobie, état confusionnel, céphalées et
vomissements.

1.13.4 Quelles sont les complications de la méningite A ?


Même lorsque la maladie est diagnostiquée très tôt et qu’un traitement approprié est institué, entre 5 et 10% des malades
décèdent, en général dans les 24 à 48 heures qui suivent l’apparition des symptômes. La méningite bactérienne peut
entraîner des lésions cérébrales, une perte auditive ou des troubles de l’apprentissage chez 10 à 20% des survivants. La
septicémie méningococcique est une forme plus rare mais plus grave (souvent mortelle) de méningococcie qui se caractérise
par une éruption hémorragique et un collapsus circulatoire rapide.

1.14 Infections à Papilloma Virus Humain (PVH)


1.14.1 Qu’est-ce que le Papilloma Virus Humain ?
Le virus du papillome humain (VPH, en anglais Human papillomavirus, HPV) est un virus responsable d’infections
sexuellement transmissibles dont les manifestations cliniques les plus connues sont les condylomes acuminés (dits
également, ou « végétations vénériennes » ou « crêtes de coq »). Cependant, la gravité de cette infection est liée au fait que
certains génotypes (surtout le 16 et le 18) sont facteurs de cancers du col de l’utérus et autres cancers anaux- génitaux. On
considère ainsi que la majorité des personnes sexuellement actives ont eu au moins une infection à papillomavirus à potentiel
cancérogène élevé au cours de leur vie, surtout au cours des premières années de la vie sexuelle.

1.14.2 Comment se transmet le PVH ?


La transmission est sexuelle le plus souvent mais le virus peut se transmettre par contact indirect (objets et surfaces
contamineés - les locaux douches, piscines, etc.)

1.14.3 Quels sont les signes et symptômes de l’infection au VPH (virus du papillome humain) ?
L’infection est le plus souvent asymptomatique. Chez la femme, le col de l'utérus est l'endroit du corps le plus fréquent
d’infection génitale au PVH.
.
1.14.4 Quelles sont les complications de de l’infection au VPH?
De nombreuses lésions dues au PVH passent inaperçues et guérissent toutes seules, c’est ce qui explique leur
transmissibilité aussi facile. Mais les infections persistantes peuvent évoluer vers les cancers génitaux. Ce qui fait que la
plupart des cancers du col de l’utérus sont dus à PVH.

19
CHAPITRE II
Les vaccins du PEV

20
II – LES VACCINS DU PEV ET CALENDRIER VACCINAL

2.1 Vaccin antituberculeux (BCG)

2.1.1 Qu'est-ce que le BCG ?


Il s’agit d’un vaccin qui protège le nourrisson contre les formes graves de la tuberculose (miliaire, méningite tuberculeuse).
L’abréviation BCG signifie « Bacille de Calmette et Guérin », « Bacille » renvoyant à la forme de la bactérie et « Calmette et
Guérin » étant les noms des deux chercheurs ayant mis au point le vaccin. C'est un vaccin vivant atténué qui se présente
sous forme de poudre lyophilisée et doit être reconstitué avant usage à l’aide du solvant qui l’accompagne. Il est
indispensable de n’utiliser que le solvant fourni avec le vaccin. Tout reste de vaccin reconstitué doit être jeté au bout de six
heures ou à la fin de la séance de vaccination, si celle-ci s’achève avant.

2.1.2 Le BCG est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ?
La plupart des enfants présentent une réaction au point d’injection. Lors de l’injection du BCG, une légère tuméfaction
apparaît au point d’injection. Celle-ci disparaît normalement dans les 30 minutes qui suivent. Au bout de deux semaines
environ, il se développe une petite ulcération rouge. Celle-ci persiste pendant deux semaines encore, puis guérit en laissant
une petite cicatrice d’environ 5 mm de diamètre qui indique que l’enfant a bien été immunisé. Parfois, on constate chez
l’enfant une inflammation des ganglions au niveau de l’aisselle ou du coude après une injection de BCG, ou l’apparition d’un
abcès. Ces effets sont dus à l’utilisation d’une aiguille ou d’une seringue non stérile, à l’injection d’une trop forte dose de
vaccin ou, le plus souvent, à l’injection du vaccin sous la peau et non pas dans la couche supérieure de celle-ci. Il y a peu de
réactions graves suite à l’injection du BCG. On observe cinq cas d’infection généralisée par million de doses de vaccins
administrées, principalement chez les sujets infectés par le VIH ou ceux atteints de déficits immunitaires graves.

2.2 Vaccin antipoliomyélitique oral (VPO)

2.2.1 Qu'est-ce que le VPO ?


Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) protège contre le virus responsable de la poliomyélite. C’est un vaccin vivant atténué
liquide qui protège contre les sérotypes 1, 2 et 3. Il en existe plusieurs formes
Trivalent : utilisé dans le cadre du PEV de routine et qui protège contre les trois sérotypes
Bivalent 1+3 : utilisé dans le cadre des campagnes de vaccination et qui protège contre les sérotypes 1 et 3
Monovalent 1 ou 3 : utilisé dans le cadre des campagnes de vaccination et qui protège contre les sérotypes 1ou 3

2.2.2 Le VPO est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ?
Le VPO provoque peu d'effets secondaires. Moins de 1 % des gens qui reçoivent ce vaccin présentent des maux de tête, une
diarrhée ou des douleurs musculaires.
Le risque de poliomyélite paralytique vaccinale est très faible, deux à quatre cas sont notifiés pour chaque million d’enfants
vaccinés.

2.2.3 Qu’est-ce que la vaccination supplémentaire par le VPO ?


La vaccination supplémentaire par le VPO constitue une stratégie décisive en vue de l’éradication de la poliomyélite. Elle est
généralement effectuée lors de campagnes à grande échelle (journées nationales de vaccination) au cours desquelles deux
doses de VPO sont administrées à un mois d’intervalle à tous les enfants de moins de cinq ans, quel que soit le nombre de
doses qu’ils aient reçues par le passé. De nombreuses journées nationales de vaccination peuvent être effectuées dans un
pays, car il n’y a aucun risque associé à l’administration de multiples doses de VPO.

2.3 Vaccin combiné pentavalent (DTC-HepB-Hib)

2.3.1 Qu'est-ce que le pentavalent?


C'est un vaccin liquide tué qui protège contre cinq maladies: la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B et l’infection à
Haemophilus influenzae type b. C'est un vaccin qui est administré par voie injectable.

21
2.3.2 Le vaccin DTC-HepB-Hib est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ?
Les réactions au pentavalent sont normalement bénignes :
Une fièvre peut apparaitre dans la soirée qui suit l’injection. Celle-ci doit disparaître en 24 heures. Noter qu’une fièvre qui
débute plus de 24 heures après l’injection du vaccin n’est probablement pas une réaction au vaccin. L'enfant peut présenter
une douleur, une rougeur ou une tuméfaction au point d’injection. Ces réactions peuvent être atténuées par la prise de
paracétamol.
Les enfants qui présentent une réaction grave (convulsions, épisodes hypotoniques et réactions anaphylactiques) ne doivent
plus recevoir ce vaccin.

2.4 Vaccin antirougeoleux (VAR)

2.4.1 Qu'est-ce que le vaccin antirougeoleux?


C'est un vaccin vivant atténué qui se présente sous la forme d’une poudre lyophilisée, accompagnée d’un solvant dans un
flacon séparé. Il doit être reconstitué avant usage. Il est capital de n’utiliser que le solvant fourni avec le vaccin. Tout reste de
vaccin reconstitué doit être jeté au bout de six heures ou à la fin de la séance de vaccination, si celle-ci s’achève avant.

2.4.2 Le vaccin antirougeoleux est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ?
Des réactions bénignes à la vaccination ne sont pas rares:
Une douleur au point d’injection survenant dans les 24 heures suivant la vaccination et pouvant disparaître dans les
deux ou trois jours sans aucun traitement.
Une fièvre modérée dans les 5 à 12 jours suivant la vaccination pouvant durer 1 à 2 jours.
Une éruption cutanée bénigne dans les 5 à 12 jours suivant la vaccination et pouvant disparaître au bout de 2 jours.
Les réactions graves au vaccin antirougeoleux sont rares ; on a estimé qu’il se produit environ un cas de réaction
anaphylactique par million de doses administrées, tandis qu’on enregistre une réaction allergique grave toutes les 100 000
doses et un cas de thrombopénie toutes les 30 000 doses. L’encéphalite semble ne se produire que dans tout au plus un cas
par million de doses administrées et, même là, rien ne prouve avec certitude que le vaccin en soit la cause.

2.4.3 Justification d'une deuxième dose de vaccination antirougeoleuse


La deuxième dose permet d’accroître la proportion de ceux qui recevront au moins une dose de vaccin et permet d’assurer
l’immunité contre la rougeole chez des enfants précédemment vaccinés et qui n’auraient pas développé une telle immunité.
Cette possibilité peut être offerte soit par le truchement des services de vaccination de routine, soit à l’occasion de
campagnes de masse périodiques.
NB : il est prévu d’introduire le vaccin contre la rubéole en combinaison avec le vaccin contre la rougeole sous forme de
vaccin RR.

2.5 Vaccin antiamaril (VAA)

2.5.1 Qu'est-que le vaccin antiamaril?


C'est un vaccin vivant atténué qui se présente sous la forme d'une poudre lyophilisée qui doit être reconstitué avec son
solvant avant usage. Il est capital de n’utiliser que le solvant fourni avec le vaccin.
Le vaccin reconstitué doit être jeté au bout de six heures ou à la fin de la séance de vaccination, si celle-ci s’achève avant.

2.5.2 Le vaccin antiamaril est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ?
Les réactions bénignes à ce vaccin sont des maux de tête, des douleurs musculaires ou une fièvre bénigne.
Les effets secondaires graves de cette vaccination sont rares. On a rapporté environ 5 à 20 cas de réactions anaphylactiques
par million de doses de vaccin antiamaril ; le taux des anaphylaxies vraies est probablement bien inférieur. On a signalé
jusqu’à quatre cas d’encéphalite pour 100 000 doses chez les nourrissons de moins de six mois chez qui le vaccin n’est pas
normalement recommandé. En cas de réaction grave, les agents de santé doivent immédiatement notifier le problème aux
superviseurs. On ne revaccinera jamais les personnes ayant présenté une réaction grave.

22
2.6 Vaccin antitétanique (VAT)

2.6.1 Qu'est-ce que le VAT ?


L’anatoxine tétanique (AT) est un vaccin tué qui protège contre le tétanos. Elle se présente sous forme liquide et est
disponible sous un certain nombre de combinaisons différentes :
Le TT qui ne protège que contre le tétanos et le tétanos néonatal;
Le DT, ou vaccin antidiphtérique-antitétanique qui protège contre la diphtérie et le tétanos. Parce qu’il contient des
concentrations élevées d’anatoxine diphtérique, il ne doit pas être administré aux enfants de plus de 6 ans ni aux
adultes.
Le Td, ou vaccin antitétanique-antidiphtérique pour adulte, est comparable au DT, mais renferme une dose plus
faible d’anatoxine diphtérique. Il convient aux enfants de plus de 6 ans et aux adultes, y compris les femmes
enceintes. Le Td présente l’avantage supplémentaire de protéger contre la diphtérie et le tétanos.
Administrés à des femmes en âge de procréer, les vaccins contenant de l’anatoxine tétanique (TT ou Td) protègent
non seulement celles-ci contre le tétanos, mais aussi leur nouveau-né contre le tétanos néonatal. Lorsqu’on
administre de le TT ou du Td à une femme déjà enceinte ou qui le devient par la suite, les anticorps produits par son
organisme passent chez le fœtus et protègent le bébé du tétanos à la naissance et pendant les quelques mois qui
suivent. Ils protègent également la mère contre le tétanos.

2.6.2 Le TT, le Td et le DT sont-ils sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles ?
Les vaccins contenant de l’anatoxine tétanique provoquent très peu de réactions graves mais assez souvent des réactions
bénignes :
Une douleur légère, une rougeur, une sensation de chaleur et une tuméfaction au point d’injection pendant un à trois
jours à la suite de la vaccination. Cette réaction bénigne a tendance à être plus fréquente au fur et à mesure des
rappels.
Une fièvre légère après avoir reçu l’un de ces vaccins.

2.7 Vaccin anti pneumococcique conjugué

2.7.1 Qu’est-ce qu’un vaccin antipneumococcique conjugué ?


Un vaccin antipneumococcique conjugué est constitué de sucres (polysaccharides) provenant de la capsule externe de la
bactérie Streptococcus pneumoniae qui sont conjugués avec un vecteur protéique. Contrairement au vaccin
antipneumococcique polyosidique, le vaccin antipneumococcique conjugué protège les enfants âgés de moins de 2 ans. Il est
efficace contre les formes sévères d’infection pneumococcique tels que les méningites, les pneumonies et les bactériémies. Il
n’est cependant pas efficace contre ces pathologies lorsqu’elles sont causées par des agents autres que le pneumocoque ou
par des sérotypes du pneumocoque qui ne sont pas présents dans le vaccin.
Ils stimulent une réponse immunitaire forte chez les nourrissons et jeunes enfants; ils induisent une réponse immunitaire de
type T-dépendant. Le rappel améliore la réponse immunitaire et confère une bonne mémoire immunologique. Ce sont des
vaccins qui protègent contre les infections systémiques et mucosales et influent sur la colonisation rhinopharyngée.
L’immunité de masse (herd immunity) conférée par ces vaccins est responsable d’une protection additionnelle indirecte très
significative. Il s’agit des premiers vaccins à réduire significativement la résistance aux antibiotiques.
Il en existe plusieurs types selon les sérotypes visés (PCV-7, PCV-10 et PCV-13)

2.7.2 Les Vaccins antipneumococciques sont-ils sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles ?
Le vaccin antipneumococcique conjugué est sûr et bien toléré. Les effets secondaires sévères attribuables au vaccin sont
extrêmement rares. Des effets secondaires légers tels qu’un site d’injection douloureux ou un épisode fiévreux momentané à
≥39° ont été rapportés chez moins de 5% des vaccinés. Il convient de faire comprendre aux parents que bien que le vaccin
soit sûr, les effets secondaires évoqués ci-dessus peuvent intervenir.

2.8 Vaccins contre les infections à rotavirus

2.8.1 Qu’est-ce qu’un vaccin contre le rotavirus?


Deux vaccins vivants (Rotarix et Rotateq) sont actuellement disponibles pour la prévention de gastro-entérites dues à une
infection à rotavirus. Ces vaccins confèrent une protection croisée envers plusieurs souches et ils sont efficaces et sûrs.
23
2.8.2 Les vaccins à rotavirus sont-ils sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles?
Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés dans la semaine suivant la vaccination concernent des réactions
temporaires de faible intensité de type fièvre, diarrhée et vomissements. Au nombre des effets secondaires moins fréquents
figurent les douleurs abdominales et éruptions cutanées.

2.9 Vaccin contre la rubéole

2.9.1 Qu’est-ce qu’un vaccin contre la rubéole?


Le vaccin antirubéoleux, qui est préparé à partir d’un virus vivant atténué, est utilisé depuis plus de 40 ans. Une seule dose
confère une immunité durable supérieure à 95%, similaire à l’immunité naturelle.
Le vaccin antirubéoleux est associé au vaccin antirougeoleux.

2.9.2 Le vaccin contre la rubéole est-il sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles?
Les manifestations postvaccinales indésirables sont généralement bénignes : douleurs et rougeurs au point d’injection, légère
fièvre, éruption cutanée et douleurs musculaires. Au cours des campagnes de masse organisées dans la Région des
Amériques, qui ont permis de vacciner plus de 250 millions d’adolescents et d’adultes, aucune manifestation postvaccinale
indésirable grave n’a été constatée

2.10 Le MenAfriVac®, vaccin contre le méningocoque A

2.10.1 Qu’est-ce que le MenAfriVac ?


Le MenAfriVac est un vaccin conjugué efficace chez les adultes et chez les enfants à partir d’un an. La vaccination assure une
protection dans 95 % des cas à partir du 10ème jour après l’injection et elle persiste pendant environ 10 ans. La vaccin ne doit
jamais être congelé, et un flacon ouvert est à jeter au bout de six (6) heures au maximum.

2.10.2 Le MenAfriVac est—il sans danger et quels sont leurs effets secondaires possibles?
Le MenAfriVac est un vaccin sûr pré qualifié par l'OMS et qui a été administré en campagne sur des dizaines de millions de
personnes.
Les effets secondaires peuvent survenir jusqu'à 32 jours après la vaccination. Ils sont généralement mineurs, à type de
tuméfaction au point d'injection, cephalée…

2.11 Vaccin contre le Papilloma Virus Humain (HPV)

2.11.1 Qu'est-ce que le vaccin contre le HPV ?


Il existe deux types de vaccins synthétiques qui protègent contre les infections à papillomavirus de génotypes 16 et 18 (mis en
cause le plus fréquemment dans les lésions précancéreuses du col utérin) dont l’un quadrivalent (protégeant contre les
génotypes, 6, 11, 16 et 18) et l’autre bivalent (protégeant contre les génotypes 16 et 18)
La vaccination cible les jeunes filles entre 9-13 ans avant le début des premiers rapports sexuels.
Les deux vaccins s’administrent en trois doses par injection sur une période de 6 à partir la première dose espacée de 4
semaines (1 mois) ou 8 semaines (2 mois) entre la première et la deuxième dose et 6 mois entre la deuxième et troisième
dose (Schématiquement : 0, 1 et 6 mois pour le quadrivalent et 0, 2 et 6 mois pour le bivalent).

2.11.2 Le vaccin HPV est-il sans danger et quels sont ses effets secondaires possibles ?
Il a été démontré que les vaccins contre le cancer du col de l’utérus sont des vaccins sûrs. Leur administration par injection
peut provoquer des effets secondaires modérés, tels que : douleur, rougeur ou gonflement sur le bras qui a reçu l'injection
et/ou légère fièvre ou mal de tête
On observera plus rarement une éruption prurigineuse ou de l'urticaire. Comme pour la plupart des vaccins les réactions
allergiques graves sont extrêmement rares.

24
2.12 Calendrier vaccinal
Ce calendrier vaccinal est susceptible d'être modifié avec l'introduction de nouveaux vaccins (contre les rotavirus, le méningocoque, etc)
Tableau 1a : Calendrier vaccinal du PEV pour les enfants 0 – 11 mois

VACCINS MALADIES CIBLES AGES

BCG Tuberculose De la naissance à 3mois

VPO Zéro Poliomyélite De la Naissance au 14e jour

DTC-HepB-Hib 1, VPO1 Diphtérie, Tétanos, Coqueluche, 6 semaines


PCV1*
Hépatite B, Infections à Haemophilus
DTC-HepB-Hib 2, VPO2
PCV2* Influenzae de Type B, Poliomyélite 10 semaines

DTC-HepB-Hib 3, VPO3 Infections à pneumocoques 14 semaines


PCV3*
VAR/RR* Rougeole, Rubéole
9 mois

VAA Fièvre jaune 9 mois


* Vaccins en voie d’introduction
NB: En cas de retard, il est inutile de reprendre à zéro la vaccination (cf administration des vaccins).

25
Tableau 1b : Calendrier vaccinal pour l’administration du VAT aux FAR dont les femmes enceintes.

Doses A administrer Niveau de protection *Durée de la protection


Au premier contact avec une femme en âge de
reproduction ; ou Nul
VAT1 Aucune
le plus tôt possible au cours de la grossesse

VAT2 Au minimum 4 semaines après le VAT1 80% 3 ans

VAT3 Au minimum 6 mois après le VAT2 95% 5 ans

VAT4 Au minimum 1 an après le VAT3 99% 10 ans

VAT5 Au minimum 1 an après le VAT4 99% A vie

*La durée de protection conférée correspond à la période pendant laquelle on peut s’attendre à un niveau de protection en l’absence d’administration de dose supplémentaire.
Administrer de préférence le VAT avant l’expiration de la protection conférée.
DEVANT UNE FEMME ENCEINTE DEJA VACCINEE MUNIE DE SA CARTE :
Il est inutile de reprendre à zéro la vaccination VAT, car Il n’existe pas d’intervalle maximum entre les doses ; c’est l’intervalle minimum qu’il faut respecter.

Si la FE a déjà reçu le VAT1, lui administrer le VAT2 s’il y a au moins un intervalle de 4 semaines entres les doses
Si la FE a déjà reçu le VAT2, lui administrer le VAT3 s’il y a au moins un intervalle de 6 mois depuis la 2ème dose
Si la FE a déjà reçu le VAT3, lui administrer le VAT4 s’il y a au moins un intervalle d’un an depuis la troisième dose
Si la FE a déjà reçu le VAT4, lui administrer le VAT5 s’il ya au moins un intervalle d’un an depuis la quatrième dose

26
2.13 Contre-indications à la vaccination
Il y a peu de contre-indications à la vaccination. Tous les nourrissons devraient être vaccinés sauf dans les deux situations
rares qui suivent :
1. L’anaphylaxie ou la réaction d’hypersensibilité grave est une contre-indication absolue à l’administration de doses
ultérieures d’un vaccin. Les personnes qui présentent une allergie connue à l’un des constituants du vaccin ne doivent pas
être vaccinées.
2. Ne pas administrer le BCG ou le vaccin antiamaril à un nourrisson qui montre des signes et symptômes de SIDA.

Note : Un nourrisson présentant une infection à VIH avérée ou présumée et/ou des signes et symptômes de SIDA doit recevoir le vaccin
anti rougeoleux à six mois, puis à nouveau à neuf mois.

Les mentions qui suivent ne sont pas des contre-indications.


Les nourrissons qui présentent ces infections doivent être vaccinés :
allergie ou asthme (sauf s’il y a une allergie connue à un constituant spécifique du vaccin mentionné ci-dessus) ;
antécédents familiaux de réactions indésirables à une vaccination ;
infection à VIH connue ou présumée sans signe ni symptôme de SIDA ;
affections mineures des voies aériennes ou diarrhée avec fièvre jusqu’à 38,5°C
Prématurité, hypotrophie, malnutrition (ne pas remettre à plus tard la vaccination) ;
Eczéma ou infection cutanée localisée
Affections neurologiques non évolutives telles qu’une infirmité motrice cérébrale ou une trisomie 21 ;
Antécédents d’ictère néonatal
Maladies chroniques cardiaques, pulmonaires, rénales ou hépatiques
NB : il n'y a pas de contre-indications au VAT chez la femme enceinte
La priorité est accordée à la vaccination : tous les contacts entre mères et enfants et les agents de santé doivent
conduire à la mise à jour du calendrier vaccinal.

2.14 Sensibilité des vaccins


Les vaccins sont des produits pharmaceutiques pouvant être des organismes vivants, des organismes tués, ou des
molécules de synthèse. Ils sont sensibles à des facteurs extérieurs :
chaleur, gel ( thermosensiblité)
Lumière (photosensibilité),
micro-organismes (contamination),
temps

2.14.1 Sensibilité des vaccins à la chaleur


C’est l’accumulation de l’exposition à la chaleur qui affecte la stabilité des vaccins. La durée de stabilité des vaccins varie : de
7 ans à 4° pour le DTC à 2 jours à 40°c pour le VPO. La durée d’exposition et la chaleur agissent sur la stabilité des
vaccins. Tous les vaccins sont sensibles à la chaleur. Les vaccins ci-dessous le sont plus que les autres

Vaccins sensibles à la chaleur


VPO
VAR
DTC, VAA
BCG
Hib
VAT, HepB
Par ordre décroissant de sensibilité

27
2.14.2 Sensibilité des vaccins au gel
Les vaccins ci-dessous sont détruits par l’exposition au gel car ils contiennent un agent chimique qui précipite le contenu . Le
gel représente un danger immédiat et plus important que la chaleur pour certains vaccins
Ex : Le vaccin HepB est détruit en quelques minutes à –2°c; il reste stable pendant plusieurs semaines à 37°c.

Vaccins sensibles au gel


HepB,
Hib liquide
DTC
VAT
Par ordre décroissant de sensibilité

2.14.3 Sensibilité des vaccins du PEV à la lumière


La lumière inactive les organismes entrant dans la composition des vaccins suivants

Vaccins sensibles à la lumière


BCG
VAR
Rougeole-oreillons-rubéole
Par ordre décroissant de sensibilité

2.14.4 Sensibilité des vaccins du PEV au temps


Quelques soient les conditions de stockage des vaccins, leur stabilité diminue avec le temps. A +4°c, le DTC est stable
pendant plusieurs années (3 à 7). Le VPO est stable pendant quelques mois (6 à 12)

Vaccins sensibles au temps (à +4°C)


VPO
BCG
DTC
VAR, VAA
HepB
VAT
Par ordre décroissant de sensibilité

2.14.5 Sensibilité des vaccins aux micro-organismes


Tous les vaccins sont sensibles à la contamination par des micro-organismes, cependant, en raison de leur composition,
certains ne possèdent pas d’agents bactériostatiques et sont donc plus sensibles aux contaminations (BCG)

28
2.14.6 Comment garantir la qualité des vaccins
Chaleur / Gel : Maintenir les vaccins à une température comprise entre +2° à +8° lors du stockage, du transport et au
cours des séances de vaccination

Lumière : Maintenir les vaccins à l’abri de la lumière au cours des séances de vaccination

Temps : Veiller au respect de la date d’expiration des vaccins conservés selon les normes communément admises

Contamination : Veiller à la préparation des vaccins avec du matériel stérile. Ne pas immerger les flacons dans l’eau. Jeter
les flacons de vaccins lyophilisés au plus tard 6 heures après reconstitution
Attention : Politique du flacon entamé

2.15 Association vaccinales


La vaccination permet la mise en place rapide de moyens de défense spécifiques qui empêcheront le développement de
l’infection, c’est la réponse immunitaire

Rappel des facteurs de variation de l’immunogénicité des vaccins


Facteurs liés au vaccin :
Type de vaccins
Dose et mode d’administration
Condition de conservation et péremption
Facteurs liés au vacciné
Âge
État nutritionnel
Facteurs génétiques
Facteurs liés à l’existence d’un état pathologique ou à un traitement associé
Déficit immunitaire
Etat infectieux intercurrent
Administration d’immunoglobulines

Associations vaccinales
Définition : Administration de plusieurs vaccins lors d’une même séance de vaccination.
Dans le calendrier vaccinal du PEV, plusieurs vaccins sont administrés en même temps.
Associations simultanés (le geste) : 2 ou + administrations par voie ou sites différents
Associations combinées (le produit) :
Soit prêtes à l’emploi (présentation dans la même seringue = «combo»)
Soit extemporanées (présentation avec reconstitution juste avant injection)

Les intervalles entre des doses successives de vaccins


Un vaccin inactivé (Penta) peut être associé à d'autres vaccins inactivés ou vivants atténués, de façon simultanée,
sinon pas d’intervalle à respecter.

Un vaccin vivant atténué peut être associé à d'autres vaccins vivants atténués, de façon simultanée le même jour,
sinon un intervalle minimum de 4 semaines doit être respecté entre les deux vaccins.
NB : Si les voies d’administration sont différentes, voie orale (VPO) et voie cutanée (VAA, VAR ou BCG), cet intervalle
n’est plus nécessaire

29
CHAPITRE III

LA CHAINE DU FROID

30
III – LA CHAINE DU FROID

Les vaccins sont sensibles à la chaleur et à la congélation et doivent être conservés à la bonne température depuis le moment
où ils sont fabriqués jusqu’à celui où ils sont administrés.

3.1 Définition de la chaîne de froid :


C’est un système composé d’agents et d’équipements qui garantissent la conservation des vaccins à une
température adéquate lors du transport, du stockage et de la distribution, depuis le fabricant jusqu’au bénéficiaire.
La chaîne du froid consiste en une série de modalités de conservation et de transport, toutes destinées à maintenir les
vaccins à une température adéquate jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’utilisateur.

3.2 Types d'équipements de la chaîne du froid

3.2.1 : Sélection des équipements


La sélection des équipements doit être basée sur le PIS (Product information Sheets), qui est un document
d’orientation sur les articles de chaîne de froid homologués par l’OMS.

3.2.2 : Equipements de production du froid

3.2.2.1: Chambres froides


Il existe deux types de chambres froides
Les chambres froides positives qui doivent maintenir les températures entre +2°C et +8°C dans toute
situation de chargement entre plein et vide
Les chambres froides négatives quant à elles doivent maintenir la température -15°C et -25°C dans toute
situation de chargement entre plein et vide
Les chambres froides sont souvent dotées de système d’alarme sonore et/ou visuel en cas d'écart de températures.
Elles sont aussi dotées de régulateur de tension pour un meilleur fonctionnement.

31
Chambres froides

3.2.2.2 : Réfrigérateurs /Congélateurs


Les congélateurs sont des équipements qui doivent maintenir la température entre -15°C et -25°C. Ils servent
principalement à congeler des accumulateurs.

Les réfrigérateurs sont composés de deux compartiments :


Un compartiment principal (le réfrigérateur) pour stocker les vaccins et les solvants où la température doit
être maintenue entre +2°C et +8°C. Le thermostat qui s’y trouve sert à ajuster la température
Un deuxième compartiment (le congélateur) pour congeler les accumulateurs de froid. Ce compartiment
doit rester à une température comprise entre -15°C et -25°C.
Il en existe deux modèles :

Réfrigérateurs horizontaux ou modèle bahut (conservation de tous les types de vaccins) : les vaccins sont moins
accessibles mais ces équipements disposent généralement d'une plus grande capacité de stockage.

Réfrigérateurs verticaux ou modèle armoire (conservation de tous les types de vaccins) : facilite l’accès, mais
conserve moins le froid.

32
Réfrigérateurs verticaux (modèle armoire)

33
Réfrigérateurs horizontaux (modèle bahut)

TCW 3000 et TCW 2000) RCW 50

Nota Bene:
Un réfrigérateur homologué peut maintenir une température adéquate (+2°C-+8°C) pendant
environ 16 heures en cas de rupture de la source d’énergie s’il est alimenté au moins 8h par
jour

3.2.3 : Equipement de conservation de froid

3.2.3.1 : Glacières
Conteneurs isolants qui, garni d’accumulateurs de froid, peuvent maintenir les vaccins à basse
température pendant 2 à 8 jours selon le modèle à condition que le couvercle ne soit pas ouvert.
Servent à:
Collecter et transporter les vaccins d’un dépôt à un autre ou du district vers le poste de santé
Stocker temporairement les vaccins en cas de rupture de la chaîne du froid (rupture source
d’énergie, panne de réfrigérateur, dégivrage….)

3.2.3.2 : Porte-vaccins
Ce sont des conteneurs isolants qui, lorsqu’ils sont garnis d’accumulateurs conditionnés, maintiennent les vaccins
et leurs solvants à basse température pendant 48 h maximum à condition que le couvercle ne soit pas ouvert. Ils
sont utilisés pour:
transporter les vaccins et les solvants à la périphérie pour les activités de vaccination
stocker temporairement les vaccins durant les séances de vaccination
stocker les vaccins lorsque le réfrigérateur est en panne ou doit être dégivré.

34
Glacière et Porte vaccin

Coussinet en mousse
Un coussinet en mousse est un morceau de mousse que l’on dispose au-dessus des accumulateurs de froid dans le porte-vaccins. Des
incisions pratiquées dedans permettent d’introduire les flacons de vaccin dans la mousse. Au cours des séances de vaccination, le
coussinet sert de couvercle temporaire pour conserver au froid les flacons de vaccin non ouverts tout en servant à faire tenir, à protéger et
à refroidir les flacons de vaccin ouverts. Auparavant, on utilisait des accumulateurs de froid sortis du porte-vaccins pour conserver les
vaccins au frais pendant les séances de vaccination. Il est désormais recommandé d’utiliser les coussinets de mousse fournis à cet effet.

Utilisation d’un coussinet

35
3.2.3.3 Accumulateurs de froid
On entend par accumulateurs de froid ou briquettes réfrigérantes, de petites bouteilles rectangulaires en plastique qui peuvent être
remplies d’eau et congelées. Le nombre est variable selon le type de glacière ou de porte-vaccins utilisé.

3.3 Règles générales de conservation des vaccins

3.3.1 Cas d’un réfrigérateur vertical (ou modèle armoire) :

Charger le réfrigérateur à vaccins comme suit :


Stocker et congeler les accumulateurs de froid dans la partie congélation
Les accumulateurs doivent être rangés verticalement ou horizontalement de façon à maintenir le contact de
chaque accumulateur avec la paroi du congélateur
Attendre que la température du réfrigérateur soit comprise entre +2°C et +8°C
Placer les vaccins sur les étagères du haut et du milieu du compartiment principal de façon à avoir :
Le vaccin antipoliomyélitique dans l'étagère supérieure du compartiment principal (près du
compartiment congélateur);
Les vaccins lyophilisés tels le vaccin anti-rougeoleux, l’antiamaril et le BCG peuvent
également être rangés vers la partie supérieure du compartiment principal car ils ne sont pas
endommagés par la congélation
Les vaccins liquides comme le DTC-HepB-Hib, le PCV-13 et le VAT qui ne doivent jamais être
congelés, sont placés sur l'étagère du milieu du compartiment principal du réfrigérateur.
Placer des accumulateurs réfrigérés en bas du réfrigérateur
Placer les solvants fournis avec les vaccins sur les accumulateurs non congelés en bas du réfrigérateur
Faire des piles de boites de vaccin de telle sorte que l’air puisse circuler entre elles.

- Ranger les vaccins de sorte que l’air puisse


circuler
Partie - Rendre visibles les dates de L’identification et
Congélation Accumulateurs la date de péremption des vaccins
-15°C à -25° - Mettre toujours les vaccins dont la date de
péremption est plus proche plus près de la sortie
- Ranger séparément (proche sortie) les vaccins
VPO, BCG, VAR qui ont été rapportés d’une séance de vaccination
VAA,
et non utilisés (politique flacons entamés)
Partie
- Surveiller la PCV
Réfrigération Pentavalent, PCV - Utiliser les outils de monitorage (fiche 3M,
+2°C à +8°C VAT Thermomètre à l’intérieur du réfrigérateur…)
Flacons entamés - Enregistrer la température matin et soir 36
- Remplir les outils de gestion (fiches de stocks,
rapport de mouvements…)
Diluant - Ne pas conserver les vaccins dont la date de
péremption est dépassée
3.3.2 Cas d'un réfrigérateur horizontal (ou modèle bahut)
Dans le réfrigérateur horizontal:
utiliser des paniers pour le stockage des vaccins liquides;
Eviter le contact direct des boîtes de vaccins avec la paroi du fonds du réfrigérateur (risque d’adhésion des
boîtes): ranger d’abord des accumulateurs avant de les déposer
Conserver les flacons multi doses entamés de VPO, de DTC-HepB-Hib, PCV et de VAT de façon à se souvenir de
les utiliser en premier lors de la séance suivante (Politique des flacons entamés)
Placer des accumulateurs réfrigérés sur l’étagère du bas, afin de maintenir une température constante à l’intérieur du
réfrigérateur

Cas du RCW 50
Il comporte 3 compartiments dont deux latéraux réfrigérants et un central congélant. Ranger les vaccins dans les deux
compartiments latéraux et les accumulateurs dans le compartiment central.
Ne pas laisser de vaccins sensibles à la congélation (Pentavalent, PCV et VAT) en contact avec la cloison en aluminium ;
Vérifier si les cloisons mises en place sont adaptées à l’environnement :
Quant il fait chaud (au dessus de 32°C), mettre la cloison en Aluminium;
Quant il fait froid (en dessous de 32°C), mettre la cloison en Plastique.

3.3.3 Chargement des vaccins dans une glacière ou dans un Porte-vaccins

Conditionnement des accumulateurs


Il faut toujours utiliser des accumulateurs conditionnés pour le transport et la conservation des vaccins.
Pour conditionner des accumulateurs, il faut :
Prendre dans le congélateur le nombre d’accumulateurs congelés dont vous avez besoin, et refermer la porte.
Placer les accumulateurs sur un plan dur à température ambiante et attendre qu’elle atteigne une
température d’au moins 2°C. Pour cela, secouer l’accumulateur à l’oreille. Si vous entendez le clapotement
de l’eau, ils sont bien conditionnés et n’exposent pas les vaccins à la congélation
Rangement des vaccins
Disposez alors les accumulateurs le long de chacune des quatres parois de la glacière ou du porte-vaccins.
Prenez rapidement dans le compartiment principal du réfrigérateur tous les vaccins et les solvants dont vous avez
besoin, et refermez la porte.
Placez les vaccins et les solvants au milieu de la glacière ou du porte-vaccins.
Placez les accumulateurs conditionnés au-dessus des vaccins si c’est une glacière.
Pour les porte-vaccins, placez le coussinet en mousse au-dessus des briquettes et refermez bien le couvercle
Nota Bene:
Ne jamais utiliser des accumulateurs congelés pendant le transport et lors de la conservation des vaccins
Ne jamais laisser les vaccins DTC-HepB-Hib, PCV et d'anatoxine tétanique en contact avec des briquettes
congelées. Ils pourraient se congeler
Vous pouvez laisser les flacons dans leurs cartons ou les sortir, selon le nombre de flacons dont vous avez
besoin

37
3.3.4 Préparation des accumulateurs de froid
• Remplissez les briquettes d’eau froide propre et fermez bien le bouchon
• Tenez chaque briquette le bouchon tourné vers le bas et appuyez dessus pour vérifier qu’elle ne fuit pas.
• Placez les briquettes debout (verticalement) ou couchées (horizontalement) dans le congélateur et fermez la porte
• Laissez-les dans le congélateur pendant au moins 48 heures pour qu’elles soient bien congelées
• Pas besoin de remplir les briquettes d'eau à chaque fois qu’on les utilise. On peut se servir de la même eau à
plusieurs reprises
• Une briquette fond vite si elle n’est pas totalement congelée. Veillez à ce que le centre aussi bien que l’extérieur soit
bien congelé

3.4 Monitorage de la température de la chaîne du froid


Les outils de monitorage de la chaîne du froid servent à vérifier la température à laquelle les vaccins et les solvants sont
exposés pendant le stockage et le transport des vaccins.

3.4.1 Pastille de contrôle du vaccin (PCV)

Il s’agit d’une pastille, qui change de couleur lorsque le vaccin est exposé à la chaleur pendant un certain temps. Avant
d’ouvrir un flacon, il faut vérifier l’état de la pastille de contrôle pour voir si le vaccin a été endommagé par la chaleur. La PCV
ressemble à un carré inscrit dans un cercle. Plus le flacon de vaccin est exposé à la chaleur, plus le carré devient sombre.

Cette PCV permet de monitorer l’exposition cumulée à la chaleur du flacon sur lequel elle est apposée. La PCV des vaccins
liquides est apposée sur l’étiquette du flacon, alors que celle des vaccins reconstitués est sur le capuchon.
Les PCV ne mesurent pas l’exposition à des températures de congélation (pour les vaccins sensibles à la congélation). Une
pastille de contrôle qui n’a pas atteint le point limite n’exclut pas pour autant la possibilité que le vaccin ait été congelé. Avant
utilisation, s’assurer qu’un vaccin sensible à la congélation dont la PCV est intacte n’a pas été congelé.

38
Pastille de Contrôle du Vaccin (PCV)

24

PCV sur les types de flacons de


vaccins

26

3.4.2 Fiche de contrôle de la chaîne du froid


La fiche de contrôle de la chaîne du froid est munie d’une bandelette indicatrice qui change de couleur lorsque les vaccins
sont exposés à des températures trop élevées.

Les fabricants joignent ces fiches de contrôle aux vaccins fournis par l’OMS et l’UNICEF.

En général, cette fiche de contrôle n’est employée que pour les vaccins expédiés en grande quantité. La même fiche doit
toujours rester avec le même lot de vaccins. Le changement de couleur est cumulatif et correspond à l’exposition à la chaleur
pendant toute la durée de vie des lots expédiés et pas seulement à un point donné de la chaîne du froid.

39
Fiche de contrôle 3M
Ce sont des fiches dont la couleur change lorsque le vaccin est exposé à des températures trop élevées. Elles servent à
l’évaluation de la durée d’exposition du vaccin à une température élevée. Elles accompagnent les vaccins pendant le transport
du laboratoire jusqu’au dépôt central du pays et du niveau central jusqu’aux autres dépôts périphériques.
Comment fonctionne-elle?
Elle est activée en tirant sur la languette à côté des monitors à l’expédition des vaccins. Elle présente un indicateur à 2
températures:
Au verso nous avons les instructions d'utilisation par vaccin.
Interprétation:
si voyants A, B, C, D entièrement blanc: utiliser normalement les vaccins
si A, B, C entièrement bleus, D encore blanc cela veut dire que le vaccin est exposé à une température > 10°C,
mais < 34°C pendant au moins 2 h. Il faudra alors vérifier la chaîne du froid. Pour chaque antigène, appliquer les
instructions mentionnées sur la fiche
si D est bleu, ceci indique alors une rupture de la chaîne du froid avec une température > 34°C pendant au
moins 2 h. Il faudra alors vérifier la chaîne du froid. Pour chaque antigène, appliquer les instructions
mentionnées sur la fiche

3.4.3 Thermomètres
Le personnel des centres de santé utilise des thermomètres à cadran ou à tige pour contrôler la température des
réfrigérateurs. Sur un thermomètre à cadran, l’aiguille tourne autour de l’échelle, pointant sur des valeurs positives (+) lorsqu’il
se réchauffe et sur des valeurs négatives (-) lorsqu’il se refroidit. Sur un thermomètre à tige ou à bulbe, le liquide coloré
présent dans le bulbe monte le long de l’échelle en se réchauffant et descend en se refroidissant. Les thermomètres à cadran
ont tendance à perdre en précision avec le temps. La plupart d’entre eux peuvent être réétalonnés en les ajustant avec la vis
située au dos du thermomètre. Pour le réétalonner, faire correspondre la température indiquée par le thermomètre à cadran à
celle indiquée par un thermomètre à tige et cela à deux endroits différents, par exemple à l’intérieur et à l’extérieur du
réfrigérateur.
Le thermomètre permet de mesurer la température interne des réfrigérateurs. Il doit être placé au près des vaccins sensibles
à la congélation. La lecture doit se faire à l’intérieur du réfrigérateur.
NB: D'autres types de thermomètres existent mais ils ne sont pas fréquemment utilisés dans notre pays.
Thermomètre numérique
Thermomètre à cristaux liquides
40
Thermomètres

Les températures relevées bi quotidiennement doivent être consignées sur une feuille de température confectionnée
à cet effet.

3.4.4 Enregistreurs électroniques de température :


Ils sont utilisés pour la surveillance de la température lors du transport et du stockage des vaccins. Ils marquent ainsi
l'avènement d'une nouvelle ère dans la surveillance de la chaîne frigorifique. Ils doivent donc être préalablement paramétrés
en tenant compte des normes de conservation des vaccins. Ils sont ensuite placés au même endroit que les vaccins lors de
leur transport ou de leur stockage. La lecture se fera à la fin du monitorage avec l’aide d’un ordinateur qui va générer des
graphiques sous formats PDF. L’interprétation de ces graphiques permet de vérifier si les températures de la chaine du froid
sont restées dans les normes de conservation des vaccins.

41
3.4.5 Fridge-tag
C'est un outil pré-calibré qui :
o permet de suivre la température lors du stockage particulièrement pour les structures périphériques
o montre la température actuelle et présente l'historique des 30 derniers jours
o indique visuellement l'heure des écarts de températures (en dehors +2°C et +8°C)
o permet une lecture directe sans autre accessoires
o fonctionne sur batterie et il faut le remplacer au bout de 3 ans

3.4.6 Indicateurs de congélation


Ce sont des indicateurs de température irréversible qui montre si un vaccin a été exposé à des températures de congélation.

3.4.6.1 Freeze Watch


Il est constitué d’une carte blanche sur laquelle est fixé un petit flacon de liquide coloré, le tout étant enrobé de plastique. Si
l’indicateur de congélation (Freeze Watch™) est exposé à des températures inférieures à 0°C pendant plus d’une heure, le
flacon se brise libérant le liquide coloré qui tache la carte blanche.
L’indicateur de congélation est utilisé pour avertir d’une congélation éventuelle et est emballé avec les vaccins sensibles à
ces températures (DTC-Hepb-Hib, PCV et VAT).
Tout réfrigérateur dans lequel on conserve des vaccins doit être muni d’un indicateur de congélation (Freeze Watch™). Il est
vivement recommandé de mettre un tel indicateur dans chaque glacière servant au transport et à la distribution des vaccins.
C’est indispensable dans les endroits où de très basses températures sont enregistrées.
Conserver l’indicateur de congélation avec les vaccins sensibles au gel. Dans un réfrigérateur de type armoire (ouverture
frontale), le mettre sur l’étagère du milieu où l’on conserve les vaccins et solvants sensibles à la congélation. Dans un
réfrigérateur à bahut, le fixer sur le panier du milieu du réfrigérateur – et non pas sur la paroi, où il peut y avoir des
températures de congélation et où l’on n’est pas sensé stocker des vaccins.
Pour lire l’indicateur de congélation, procéder comme suit :
Si le papier indicateur est coloré, vos vaccins ont été exposés à des températures de congélation. Si le papier indicateur n’est
pas coloré, le retirer du réfrigérateur. Secouer ou tapoter le coin de l’indicateur à trois reprises sur une surface dure. Si le
papier se colore, vos vaccins ont été exposés à des températures de congélation. Si le tapotement ne provoque pas la
coloration de l’indicateur, le remettre au réfrigérateur.

42
Si l’indicateur indique qu’il y a eu congélation, il y a une tache sur le papier blanc. Vous devez soumettre tous les
vaccins sensibles à la congélation présents dans le réfrigérateur à un test d’agitation pour déterminer ceux qu’il faut
jeter.

Indicateur d'alerte à la congélation

3.4.6.2 Freeze-tag
Certains programmes utilisent un autre type d’indicateur de congélation appelé Freeze-tag™. Il s’agit d’un circuit électronique
de mesure de la température associé à un écran à cristaux liquides. Si l’indicateur est exposé à une température inférieure à
0°C ± 0,3°C pendant plus de 60 minutes ± 3 minutes, l’écran va passer de l’affichage bonne température à l’affichage alerte
comme indiqué sur la photo ci-après. Cet indicateur est employé pour avertir de la congélation et est emballé avec le
DTC-Hepb-Hib, le PCV et le VAT. Sa durée de validité est de cinq ans.

Freeze-Tag

Vaccins en bon état Faire le test d’agitation

3.4.6.3 Stop! watch


Ils associent 2 indicateurs, le premier indique si le vaccin a été exposé à des températures supérieures à +10°C et le second
indique si la température est tombée en dessous de -4°C.

43
« Stop!Watch »
Ce indicateur nous indique
si la température a été en
dessus de + l0 ° C

Cet indicateur indique


si la température a été
en dessous de – 4° C

17

3.4.7 Test d'agitation


Il permet de confirmer l’exposition de flacons au gel en cas de doute. Les flacons avec test d’agitation positif doivent être sortis des
stocks
Prendre deux flacons de vaccin :
un flacon dont vous soupçonnez qu'il a été congelé et que vous voulez tester ; et
un flacon témoin, du même fabricant et du même lot.
Congeler le flacon témoin (au moins 10 heures au congélateur) puis le décongeler
Agitez les deux flacons (témoin et à tester) vigoureusement pendant 15 secondes.
Laissez les vaccins reposer, posés sur une table pendant 30 minutes.
Examinez à nouveau le contenu des deux flacons et comparer les sédimentations :
Si la sédimentation du flacon à tester est plus lente que celle du flacon témoin, il n’a pas été congelé et peut être utilisé
Si la sédimentation du flacon à tester est la même que celle du flacon témoin, il a été congelé et ne doit pas être utilisé de
même que tous les vaccins ayant été stockés dans les mêmes conditions.

Indicateur de congélation:
Test d’agitation

44
Si le test d’agitation montre qu’il y a eu congélation, il faut retirer tous les vaccins sensibles à la congélation qui ont été
soumis aux mêmes conditions (DTC-HepB-Hib, PCV-13 et VAT), noter la quantité concernée et les détruire !!!

3.5 Contrôle et ajustement de la température du réfrigérateur


• Positionner le thermostat qui est gradué de 0 à 7 :
– Sur 2 si source d’énergie = électricité
– Sur 3 si source d’énergie = gaz
• S’assurer que la température se situe entre 2°C et 8°C avant d’introduire les vaccins
• Réajuster et vérifier la température avec le relevé biquotidien
• Si la température est au dessus de 8°C, augmenter le thermostat d’une graduation (tourner dans le sens des
aiguilles d’une montre)
• Si la température est au dessous de 2°C, diminuer le thermostat d’une graduation (tourner dans le sens contraire des
aiguilles d’une montre)
• En cas de coupure d’électricité, ne pas toucher le thermostat et ouvrir le moins possible le réfrigérateur

3.6 Maintenance du matériel de la chaîne du froid


C'est l'ensemble des opérations permettant de maintenir un appareil dans un état donné ou de restituer des caractéristiques de
fonctionnement spécifique. Elle permet d'assurer la continuité du service en limitant les coûts de fonctionnement et d’équipement
Il existe 2 types de maintenance : la maintenance préventive et la maintenance curative

3.6.1 Maintenance préventive


C'est une activité routinière et systématique permettant de limiter la survenue des pannes et d’optimiser le fonctionnement du
matériel. Elle est programmable, peu coûteuse et est effectuée par l’utilisateur.

3.6.1.1 Tâches journalières


Nettoyer l’appareil et le local l’abritant
Relever la température matin et soir y compris les week-ends
S’assurer du bon rangement
Ajuster le thermostat (appareil électrique, à gaz)
Contrôler la flamme pour les appareils fonctionnant avec le gaz

3.6.1.2 Tâches hebdomadaires


Vérifier le niveau du gaz dans la bouteille
Dégivrer au besoin (1 cm de givre) puis assécher l’intérieur, nettoyer le réservoir
3.6.1.3 Tâches mensuelles
Nettoyer le joint de la porte, en particulier le long du bord inférieur des réfrigérateurs verticaux
Dégivrer au besoin (1 cm de givre) puis assécher l’intérieur, nettoyer le réservoir
Nettoyer le serpentin à l’arrière (chiffon sec, brosse souple)
Epousseter les alentours du compresseur
Retoucher la peinture des parois externes du réfrigérateur (au besoin)
3.6.1.4 Quand et comment dégivrer ?
Quand ?
Si épaisseur du givre dépasse 1 cm, il faut procéder au dégivrage
Comment ?
Transférer les vaccins dans une glacière avec des accumulateurs conditionnés
Débrancher l’appareil
Ouvrir la porte et laisser dégivrer jusqu’à fonte totale du givre
Nettoyer l’intérieur du réfrigérateur et le joint de la porte avec un linge mouillé propre.
Nettoyer et sécher l’appareil
Rebrancher le réfrigérateur.
Lorsque la température du compartiment principal descend à +8°C ou au-dessous (mais pas à moins
de +2°C), remettez les vaccins, les solvants et les accumulateurs de froid à leur place.
3.6.2 Maintenance curative
Activités à mener après une panne de matériel, non programmée, généralement urgente et coûteuse. Le
technicien doit être qualifié et équipé et connaître les types d’appareils
45
3.6.3 Conduite à tenir en cas de dysfonctionnement
La température du réfrigérateur est supérieure à 8°C, vérifier si :
L‘appareil est en position horizontale
La ventilation de l’appareil est bonne
L'appareil est bien branché
Le thermostat est bien réglé
La température ambiante est-elle trop élevée
Le couvercle se ferme correctement
Sinon corriger l'anomalie selon le cas. Si la situation demeure, sécuriser les Vaccins et faire appel au technicien spécialisé.

Par contre si :
La tension de fonctionnement n'est pas bonne
Le compresseur ne fonctionne pas correctement
Sécuriser les Vaccins et faire appel au technicien spécialisé.

La température du réfrigérateur est inférieure à 2°C, vérifier si :


Le thermostat est bien réglé
L'air circule bien dans l‘appareil
Sinon corriger l'anomalie selon le cas. Si la situation demeure, sécuriser les Vaccins et faire appel au technicien spécialisé.
Par contre si :
Le thermostat est défectueux
La tension de fonctionnement n'est pas bonne
Sécuriser les vaccins et faire appel au technicien spécialisé pour la réparation

En cas de dysfonctionnement du réfrigérateur à gaz,Vérifier en plus si :


La bombonne n’est pas vide.
Le cordon n' a pas de fuite;
Le thermostat est bien réglé
La ventilation de la pièce où l’appareil est installé est bonne
corriger l'anomalie selon le cas

3.6.4 Entretien préventif des glacières et porte-vaccins


Stocker les glacières dans un magasin ou à l’ombre dans un endroit sécurisé
Laver la glacière à l'eau chaude avec un détergent doux, puis sécher soigneusement toutes les parties au moins une
fois par semaine

46
CHAPITRE IV

GESTION DES VACCINS ET CONSOMMABLES

47
IV – GESTION DES VACCINS ET DES CONSOMMABLES
La gestion des vaccins et consommables fait intervenir :
l’estimation des besoins en vaccins et consommables
la commande/approvisionnement
la gestion et le contrôle des stocks
la politique du flacon entamé

4.1. L’estimation des besoins en vaccins :


Il existe trois principales méthodes d'estimation des besoins
la méthode basée sur la consommation antérieure
la méthode basée sur le nombre de séances de vaccination
la méthode basée sur la population cible
La méthode d’estimation des besoins en vaccins et consommables utilisée par le PEV à tous les niveaux est la méthode
basée sur la population cible.
Elle nécessite qu’un certain nombre de paramètres essentiels de conduite des activités de vaccination soient définis au
préalable.
Il s’agit :
de la population cible
des objectifs de couverture vaccinale visés
du nombre de contacts requis par antigène dans le calendrier vaccinal.
du facteur de perte par antigène
4.1.1 La population cible (Pc):
La population cible est le nombre de personnes attendues devant bénéficier de la vaccination dans une période donnée.
Tableau 2 : Population cible
Populations cibles Activités % PT
Enfants 0 – 11 mois PEV Systématique (routine) 3,9 %
Enfants 6 – 59 mois Riposte rougeole 17,46%
Enfants 9 – 14 ans Campagne rattrapage rougeole 47,3%
Enfants 9 – 59 mois Campagne suivi rougeole 15,8%
Enfants 0 à 59 mois JNV polio 19,4%
1 – 29 ans Campagne méningite A 71%
9 mois et plus Campagne fièvre jaune 93,4%
Femmes enceintes PEV Systématique (routine) 3,9%
FAR Campagne tétanos 23%

La population cible sera obtenue en multipliant la population totale au pourcentage de la tranche d’âge correspondante.
4.1.2. Le nombre de contacts (Nc) :
Le calendrier vaccinal définit le nombre de contacts nécessaires pour la vaccination complète de chaque cible pour chaque
antigène donné.
4.1.3. L’objectif de couverture vaccinale (Oc):
C'est la performance à atteindre pour chaque antigène au cours d'une période donnée.
4.1.4. Le facteur de perte en vaccins (Fp):
Dans la pratique de la vaccination, le nombre de doses de vaccins utilisées est généralement supérieur au nombre de
personnes vaccinées. Le nombre de doses en excès constitue les «doses perdues». Il n’existe pas de taux de pertes
‘standard’ applicables partout. L’utilisation des taux de pertes dans l’estimation des besoins en vaccins est une question
d’expérience propre à chaque programme de vaccination.
Cependant, la connaissance du ‘taux de pertes’ est capitale pour la détermination du ‘facteur de pertes’ qui est un des
paramètres entrant dans le calcul de l’estimation des besoins en vaccins.

Facteur de pertes = 100/(100-TP)


48
Tableau 3 : Taux et facteurs de pertes par antigène admis au Sénégal
Vaccins Taux de pertes Facteurs de pertes
BCG 50% 2
PENTA 1% 1,01
PCV 1% 1,01
VPO 10% 1,11
VAR 25% 1,33
VAA 25% 1,33
VAT 10% 1,11

4.1.5. Les besoins annuels:


Après la définition des paramètres ci-dessus, l’estimation des besoins annuels en vaccins est faite pour chaque antigène
selon la formule suivante:
Besoins annuels = Pc x Oc x Nc x Fp

NB : Si l’objectif de CV dépasse ceux fixés par le niveau central, la région ou le district peut se baser sur les couvertures
réelles constatées pour une période d’au moins 3 mois et les utiliser pour estimer leurs besoins en vaccins.

4.2. Estimation des besoins en consommables :


Besoins en seringues autobloquantes (SAB)
La quantité de SAB pour chaque vaccin = nombre total de doses à l’exclusion des pertes x 1,1.
Besoins annuels = Pc x Oc x Nc x 1,1
Besoins en Seringues de dilution (SD)
La quantité suffisante de SD pour chaque vaccin = nombre total de flacons x 1,1.
Besoins en boîtes de sécurité
La quantité nécessaire en boîtes de sécurité = Besoins en (SAB+SD)/100
4.3. La commande/Approvisionnement en vaccins :
Rythmes d’approvisionnement recommandés
dépôt central : 6 mois
dépôts régionaux : 3 mois
dépôts district : 2 mois
dépôts centre et poste de santé : 1 mois
Besoins période = Besoins annuels / Nbre livraisons annuelles
Dépôts central = Besoins semestriels = Besoins annuels/2
Dépôt de Région = Besoins trimestriels = Besoins annuels/4
Dépôt District = Besoins bimestriels = Besoins annuels /6
Dépôt Centre santé/Poste de santé = Besoins mensuels = Besoins annuels /12
Niveaux de stocks ou stocks critiques : Ceux sont les stocks minimum et maximum
Qp = (Qan / 12) x Pappro
Qp = besoins pour la période
Qan = besoins annuels
Pappro = période d’approvisionnement en mois
12 représente le nombre de mois dans l’année
NB: Si la période est exprimée en semaines alors 12 le nbre de mois dans l’année devient 52 semaines
4.3.1 Le stock minimum (Smini)
Il permet de pallier aux aléas de gestion et d’éviter les ruptures. C’est le nombre minimum de doses de vaccins devant se trouver
dans le dépôt à l’arrivée du prochain approvisionnement. Sa consommation est synonyme de rupture.
Smini = Bp x Réserve
Bp: besoins pour la période
Réserve = 0,25 ou 25 %
25% = pourcentage de stock période généralement fixé pour prendre en compte des évènements inattendus (hors
cible, migration, retard de livraison,..)
49
4.3.2 Le stock maximum (Smax)
C'est le nombre maximum de doses de vaccins devant se trouver dans le dépôt au début d’une nouvelle période
d’approvisionnement. Son dépassement est synonyme de sur stockage.

Stock maximum: Smax = Smini + Bp

4.3.3 Le stock d’alerte ou point de commande:


C'est le niveau de stock indiquant que la commande doit être lancée
Salerte = Smini + (Qpériode x Dlivraison/Pappro)
Dlivraison = délais de livraison
(Qpériode x Dlivraison/Pappro) = Consommation en attendant la livraison de la commande
NB: Dlivraison et Pappro, doivent être dans les mêmes unités (mois ou semaines)

4.3.4 La Quantité à commander (Qc):

Qc = Stock maximum – stock disponible


NB: Le stock disponible s’obtient par le biais de l’inventaire physique ou de l’outil informatique dans le cas d’une gestion
informatisée des stocks.
Remarque :
Il est important que chaque niveau (poste, District, région, niveau central) élabore en début d’année ses besoins en
antigènes pour la période et ses stocks critiques pour chaque antigène.

4.3.5. La gestion des stocks de vaccins :


Les outils de gestion utilisés dans le PEV sont les fiches de stocks (ou registres de stock), les carnets de bon de
commande/livraison, les registres de suivi des mouvements de vaccins et consommables.
Ces outils permettent une vue en temps réel sur l’état de distribution des vaccins par aire géographique, d’assainir les
commandes et livraisons des vaccins, et aussi un suivi en temps réel du niveau d’utilisation des vaccins.
Ces outils nous permettent de faire l’inventaire théorique des stocks de vaccins à la fin de chaque activité ; cet inventaire est
complété par l’inventaire physique qui nous donne le stock disponible. C’est une activité périodique effectuée à chaque
niveau :

Central : au moins 2 fois par an


Région : au moins 4 fois par an
District : au moins 6 fois par an
Poste de santé : au moins 1 fois par mois

La comparaison entre les résultats des deux inventaires consignés sur la fiche d’inventaire, nous permettent de valider les
résultats de l’inventaire physique, ou d’identifier des manquants et des surplus qu’il faudra justifier.

50
4.3.6. Application de la politique des flacons entamés (PFE) lors des séances de vaccination :

Les flacons de vaccins liquides ouverts et contenant plusieurs doses (VPO, VAT, Pentavalent multidose, PCV)
peuvent être utilisés lors de séances successives de vaccination jusqu’à un maximum de 4 semaines, si les
conditions suivantes sont respectées:
Vaccin porte une étiquette
Date de péremption non dépassée
Vaccins conservés dans de bonnes conditions de chaîne de froid (vaccins et diluants n’ont pas été congelé à
un moment ou un autre)
Embouts des flacons non immergés dans de l’eau
Technique d'asepsie respectée pour le prélèvement des doses de vaccin (Signe évident de contamination)
PCV est intacte et n’a pas atteint le point limite d’utilisation

Les vaccins lyophilisés (BCG, VAR, VAA), une fois reconstitués, les flacons de ces vaccins doivent être
jetés à la fin de la séance de vaccination ou au plus tard 6 heures après la reconstitution

4.3.7 : Outils de gestion des vaccins


• Bon de commande/livraison : C’est un outil qui permet la commande et la réception des besoins en vaccins,
consommables et supports
• Fiches (ou registre de stock) : Elles permettent de suivre les mouvements des vaccins et des consommables
vaccinaux. Elles assurent une bonne visibilité de l’état des stocks par lot/antigène
• Rapport d'arrivée des vaccins : Il détermine les conditions dans lesquelles le vaccin est reçu (quantité, état PCV,
indicateurs de congélation etc)

51
CHAPITRE V

GESTION DES DONNEES / SYSTEME D'INFORMATION

52
V. GESTION DES DONNEES / SYSTEME D’INFORMATION
Un système d’informations sanitaire est un ensemble de personnels, de matériels et de procédures organisé de manière à
collecter, exploiter, analyser les données et diffuser à temps opportun et au bon endroit, l’information nécessaire à la gestion
des services de santé et à la prise de bonnes décisions.
La rétro-information à tous les niveaux du système en est un des éléments essentiels.

5.1. Supports utilisés dans le PEV de routine :

5.1.1 Fiches de pointage ou tableau de collationnement journalier (TACOJO)


Les feuilles de pointage sont des formulaires que les agents de santé utilisent pour matérialiser l'administration de chaque
dose de vaccin. Elles servent de base au monitorage et à la notification.
Il faut utiliser une nouvelle feuille de pointage pour chaque séance de vaccination.
L’agent de santé doit les utiliser au jour le jour et à chaque séance de vaccination pour comptabiliser les vaccinations
administrées :
aux enfants de moins de 1 an
aux enfants de plus de 1 an
aux femmes enceintes
Après avoir vacciné, inscrire la vaccination dans le registre et sur la carte de vaccination.

5.1.2 Fiche ou carte de vaccination


Elle a pour but d’indiquer les vaccinations reçues par un enfant, une femme ou toute autre cible. Il faut toujours encourager les
utilisateurs à garder soigneusement leur carte et à les présenter chaque fois qu'ils se rendent dans une structure de santé
La carte de vaccination est importante à plusieurs titres :
Elle sert à rappeler aux parents ou à la femme enceinte le prochain rendez-vous.
Elle aide l’agent de santé à déterminer l’état vaccinal de l'enfant, de la femme ou toute autre cible.
Elle est utile lorsque les agents de santé effectuent des enquêtes de couverture vaccinale.
Elle facilite l'investigation des MAPI.
Chaque nourrisson doit avoir une carte sur laquelle les vaccinations qu’il a reçues sont inscrites correctement. Même lorsque
les vaccinations du nourrisson sont inscrites dans le carnet de santé de la mère, il faut quand même établir une carte
différente pour le nourrisson.

5.1.3 Registres de vaccination


Le registre des vaccinations aide les agents de santé à garder la trace des services de vaccination qu’ils ont offerts à chaque
nourrisson et à chaque femme. La structure doit disposer de deux registres différents, l’un dans lequel sont enregistrées les
vaccinations des nourrissons et l’autre pour enregistrer les doses de VAT administrées aux femmes.
Ils permettent de suivre la vaccination d’un enfant ou d’une femme dès qu’il rentre en contact avec le système, et de
s’assurer qu’il a terminé sa série vaccinale

5.1.4 Rapport mensuel


C'est un récapitulatif mensuel des activités de vaccination par antigène, par tranche d’âge et par stratégie. Il est confectionné
à l’aide du TACOJO

5.1.5 Supports électroniques


DVD-MT (District Vaccines Data-Management Tool) ou outil de gestion des données de vaccination des districts
SMT (Stock Management Tool) outil de gestion des vaccins et consommables utilisé au niveau central et région
Epi routine immunization utilisé au niveau central

5.1.6 Archivage des supports


Il est important de conserver soigneusement les supports remplis pendant au moins 5 ans. Il est tout aussi important
d'imprimer et d'archiver les rapports générés par les outils électroniques. (Sauvegarde mensuelle sur disque externe)

53
5.2 Monitorage des activités de vaccination

Pour effectuer un bon suivi, il faut :


des indicateurs pertinents
des sources d’informations
un remplissage correct des supports
un respect des délais de transmission des rapports au niveau supérieur

5.2.1 Complétude/Promptitude
Promptitude mensuelle : Nbre de rapports reçus à temps / Nbre de rapports attendus dans le mois X 100:
Pour les districts, les rapports de chaque mois sont attendus au niveau central au plus tard le 05 du mois
suivant
Pour les postes de santé, les rapports de chaque mois sont attendus au niveau district au plus tard le 30
du mois en cours
Il doit être au moins de 80%

Complétude mensuelle : Nbre de rapports reçus / Nbre de rapports attendus dans le mois X 100
Complétude intra district : Nbre de rapports des postes de santé reçus / Nbre de rapports attendus dans
le mois X 100
Complétude niveau central : Nbre de rapports de districts reçus / Nbre de rapports attendus dans le mois
X 100
Il doit être de 100%

5.2.2 Couverture vaccinale (CV)


C'est la proportion de la population cible qui a été vaccinée. Elle est déterminée par le nombre de personnes vaccinées divisé
par la population cible que multiplie 100

CV = Nbre de personnes vaccinées/Population cible X100

Ex : Couverture vaccinale en VAR des enfants 0-11 mois = Nbre d'enfants 0-11 mois vaccinés au VAR/Cible 0-11 mois
X 100

Enfants Complètement Vaccinés (ECV) : C'est la proportion d'enfants cibles qui ont reçu la totalité des antigènes selon le
calendrier vaccinal avant leur premier anniversaire.

5.2.3 Taux d'abandon (TA)


Il mesure la déperdition de la cible vaccinée et permet de renseigner sur la continuité des services de vaccination

Taux d'abandon (TA) Penta1/Penta3 = (Penta1-Penta3)/Penta1 X 100

Taux d'abandon (TA) Penta1/VAR = (Penta1-VAR)/Penta1 X 100

Taux d'abandon (TA) BCG/VAR = (BCG-VAR)/BCG X 100

54
5.2.4 Monitorage des activités de vaccination :
Le tableau d'auto-monitorage est un support où doivent être matérialisées les performances mensuelles par antigène de la
zone de responsabilité. C'est un outil de suivi de la couverture vaccinale et des taux d'abandon. Cet outil doit être à jour et
affiché.
Tableau 4a : Auto monitorage de la couverture vaccinale

Cible Centre de santé (Poste de santé): __________________


Vaccin: VAR Année:
Année:________
______________

4800
100%

4400
9O%

4000

3600

3200

2800

50%
2400

2000

1600

1200

800

400

J F M A M J J A S O N D
Vacc.
Cumulé

Pour une bonne gestion des données, le prestataire doit :

Vérifier la cohérence des données

Analyser et interpréter les données recueillies : (Ex : les CV > 100% doivent susciter des questionnements)

Si la courbe se situe au dessus de la diagonale:


vous vaccinez trop d’enfant hors zone?
votre population cible (dénominateur) n’est-elle pas sous-estimée ?
Si la courbe se superpose à la diagonale: cela signifie que votre programme est en train d’atteindre tous les
enfants cibles.
Si la courbe se situe en dessous de la diagonale:
il y a des enfants qui échappent à votre programme de vaccination. Discutez-en avec les membres de la
communauté et trouvez des actions correctrices.
votre population cible (dénominateur) n’est-elle pas surestimée ?

Afficher de manière opportune les tableaux d’auto monitorage des couvertures vaccinales, et les résultats des
indicateurs
Assurer régulièrement la rétro information sur les résultats obtenus
55
Tableau 4b : Taux d’abandon

AUTO-MONITORAGE DU TAUX D'ABANDON.


Centre de Santé (Poste de Santé)____________________________ Année_____________
J F M A M J J A S O N D
Penta1

Cumul Penta1

Penta3

Cumul Penta3

Abandons Cumulés

Taux d'abandon (%)


Taux d'Abandon
90%

80%

70%

60%

50%

40%

30%

20%

10%

Source: REACH/KEPI (M Weeks&A Munyiri)

Ce tableau permet de mesurer le taux d’abandon au penta


Il permet d’apprécier la continuité des services de vaccination
La meilleure performance en matière de taux d'abandon étant inférieure à 10%

56
Tableau 5 : Principaux indicateurs utilisés dans le suivi des activités du PEV

Intitulé Mesure Formules Sources


Taux de Nombre de rapports reçus Enquête, Fiches de
promptitude des à temps (Nombre total de rapports reçus à temps) x 100 réception des rapports,
rapports Nombre total de rapports attendus

Taux de Nombre de rapports reçus Fiches de réception


complétude des sans considération de Nombre total de rapports globalement reçus x 100 Nombre des rapports
rapports délai total de rapports attendus

Taux de Pourcentage d’enfants 0 Registres de


couverture au – 11 mois vaccinés au (Nombre d’enfants 0 – 11 mois vaccinés au Penta 3) x 100 nourrissons sains,
Penta 3 Penta 3 Nombre total d’enfants 0 – 11 mois TACOJO

Taux de Pourcentage d’enfants 0 (Nombre d’enfants 0 – 11 mois vaccinés au VAR) x 100 Registres de
couverture au – 11 mois vaccinés au Nombre total d’enfants 0 – 11 mois nourrissons sains,
VAR VAR TACOJO
Taux d’abandon La défection des mères Registres de
au d’enfants à la vaccination (NEV au Penta 1 – NEV au Penta3) x 100 nourrissons sains,
Penta1/Penta3 au Penta NEV au Penta 1 TACOJO

Taux d’abandon la continuité du service de Registres de


au Penta 3-VAR vaccination (NEV au Penta 3 - NEV au VAR) x 100 nourrissons sains,
NEV au Penta 3 TACOJO

Taux de perte pourcentage de vaccins Rapports mensuels,


mensuel par perdus par mois (Doses utilisées – Doses administrées) x 100 Registre de stock,
antigène Doses utilisées TACOJO

Nombre d’enfants Nombre d’enfants 0-11 (Nombre d’enfants 0 – 11 mois compl. vaccinés) x 100 TACOJO
0-11 mois mois ayant reçu tous les Nombre total d’enfants 0 – 11 mois
complètement vaccins du programme
vaccinés (NECV) NB : Seules les données d’enquêtes peuvent renseigner sur
les enfants complètement et correctement vaccinés.

57
CHAPITRE VI

SECURITE DES INJECTIONS ET GESTION DES DECHETS

58
VI - SECURITE DES INJECTIONS :
6.1. Définition :
C’est l’ensemble des dispositions et des pratiques qui concourent à ce que 100% des vaccins soient de qualité sûre et administrés
sans danger!
Selon l’OMS :
Une injection sure est sans danger pour la personne qui la reçoit et la personne qui l’administre. Elle ne produit pas
de déchets dangereux pour la communauté
L’objectif est de réduire les risques de transmission d’infections dues :
à la réutilisation des seringues, par l’utilisation de seringues autobloquantes
aux piqûres accidentelles de l'agent
à une élimination non satisfaisante
6.2. Matériel d'injection :
Seringues Autobloquantes (SAB)
Les seringues autobloquantes (SAB) doivent être utilisées exclusivement pour l'administration des vaccins dans le PEV. Il est
impossible de les réutiliser. Chaque SAB est stérilisée et emballée dans un conditionnement stérile par le fabricant.
Il en existe 2 types : les SAB 0,05ml pour administrer le BCG et les SAB 0,5 ml pour les autres vaccins.
Seringues de dilution (SD)
Elles servent à la reconstitution des vaccins lyophilisés. Il en existe 2 types : les SD 2 ml pour le BCG et les SD 5 ml pour les
autres vaccins
6.3. Techniques d'injection
Tableau 6 : Techniques d’injection
Antigènes Doses Mode Technique Illustrations Sites d'administration
d’administration d'administration

BCG 0,05 ml Voie intradermique Bras gauche

VAR/RR 0,5 ml VAR/RR : bras gauche

Voie sous-cutanée

VAA 0,5 ml VAA : bras droit

Penta : cuisse droite


Pentavalent
0,5 ml
Voie intra PCV : cuisse gauche
PCV 0,5 ml musculaire

VAT 0,5 ml VAT (FAR): Bras


gauche

VPO
2 gouttes Voie orale Per os Bouche

59
6.4 Règles pour garantir la sécurité des injections :
6.4.1 Jeter tout flacon de vaccin si :
La date de péremption est atteinte
Le flacon est sans étiquette
La PCV a viré (stade 3& 4)
Il y a suspicion ou évidence de contamination
Pour les vaccins reconstitués, les jeter au bout de 6 h ou à la fin de la séance de vaccination
6.4.2 Assurer la reconstitution sans risque des vaccins :
Utiliser uniquement le diluant recommandé par le fabriquant pour chaque type de vaccin
Utiliser une nouvelle seringue et une nouvelle aiguille stériles pour la reconstitution de chaque flacon de vaccin
Les vaccins ne doivent être reconstitués qu’au moment de la séance en présence des enfants à vacciner
Rafraîchir le diluant avant la reconstitution (pour éviter de réchauffer le vaccin)
Les vaccins reconstitués doivent être gardés au frais (+ 2° et +8°) et à l’abri de la lumière

6.4.3 Administrer sans risque les vaccins :


Rendre l’espace de travail propre + lavage des mains
Nettoyer la peau (eau propre ou eau savonneuse)
Utiliser une SAB pour chaque injection
N’ouvrir qu’un seul flacon par antigène à la fois
Remplir la seringue juste avant l’injection et non à l’avance
Ne jamais recapuchonner les seringues
Utiliser systématiquement les boites de sécurité pour collecter les seringues et aiguilles
Collecter les boites de sécurité et organiser le transport vers le point d’incinération

6.5 Manifestations Post vaccinales Indésirables (MAPI) :


C’est un incident médical inquiétant qui se produit à la suite d’une vaccination et dont on pense qu’il est lié à la vaccination. En
cas de MAPI grave, les agents de santé doivent prendre en charge le cas, remplir la fiche MAPI, investiguer et notifier
immédiatement le cas aux superviseurs PEV.

Tableau 7a : Manifestations Post vaccinales Indésirables (MAPI)


Antigènes MAPI mineures MAPI graves
BCG Petit abcès, Infection généralisée consécutive au BCG
Petit ulcère qui cicatrise en quelques Ostéite consécutive au BCG
semaines Adénite suppurée

Diarrhée Poliomyélite paralytique post-vaccinale


VPO
Rougeurs, Lésion neurologique chronique
Penta douleurs sur le site d’injection, Encéphalopathie aiguë
fièvre, Convulsions
Choc anaphylactique

Fièvre Encéphalite Post Vaccinale


VAA Réaction allergique/anaphylaxie

Fièvre, parfois éruption qui apparaît Encéphalopathie


VAR/RR dans les 6 ã 12 jours qui suivent Réaction anaphylactique
l’administration du vaccin Convulsions fébriles

Rougeurs, Névrite Brachiale


VAT douleurs sur le site d’injection, Anaphylaxie

60
Tableau 7b : MAPI graves et CAT :

Manifestations Définition de cas CAT (traitement, notification et/ou enquête)


indésirables
Abcès au point Présence d’une lésion mobile ou remplie de liquide qui s’écoule Inciser et évacuer ; antibiotiques en cas d’abcès
d’injection au point d’injection, accompagnée de fièvre ou non. bactérien.
De type bactérien : Ecoulement purulent, inflammation, fièvre, notifier
germe Gram positif, pus à prédominance polynucléaire
neutrophile.
De type stérile : Aucune indication d’une infection bactérienne
après investigation.
Réaction locale grave Rougeurs et gonflements au point d’injection, le tout Se résout spontanément au bout de quelques jours
accompagné d’un des symptômes suivants : à une semaine. Traitement symptomatique par les
Gonflement qui s’étend à l’articulation la plus proche ; analgésiques. Compresse froide au point
Douleur, rougeur et gonflement persistant plus de 3 jours, ou d’injection. Paracétamol 15mg/kg toutes les 4
qui nécessitent une hospitalisation. heures avec un maximum de 4 doses par 24
heures. Les antibiotiques sont inappropriés.
- notifier
Encéphalite et Apparition soudaine suite à la vaccination, d’une maladie grave Traitement symptomatique indiqué.
Encéphalopathie caractérisée par deux des trois signes suivants : Notifier
Convulsions ;
Niveau de conscience gravement altéré sur une période d’un
jour ou plus ;
Changement dans le comportement visible sur une période
d’un jour ou plus.
Anaphylaxie Réaction allergique grave immédiate survenant dans l’heure qui Injection d’adrénaline nécessaire (acheminer
suit la vaccination, et entraînant un collapsus circulatoire avec rapidement le patient au médecin le plus
ou sans bronchospasme et/ou laryngospasme ou œdème proche)
laryngé. Notifier
Réactions allergiques Réaction aiguë exagérée, se produisant dans les deux heures Spontanément résolutive ; les antihistaminiques
qui suivent la vaccination, caractérisée par un des symptômes peuvent être utiles.
suivants : notifier
Respiration sifflante et haletante ;
Oedème laryngé ;
Manifestations cutanées (urticaire, œdème facial ou
généralisé).
Syndrome de choc Apparition brutale d’une fièvre, de vomissements et de Il est essentiel de le reconnaître et de le traiter
toxique diarrhées aqueuses dans les heures suivant la vaccination. rapidement. Transfert en urgence à l’hôpital pour
Entraîne souvent le décès dans les 24 à 48 heures. administration parentérale d’antibiotiques et de
solutés.
Notifier
Cris persistants Cris incessants et inconsolables durant au moins 3 heures, Traitement symptomatique par les analgésiques.
accompagnés de cris suraigus. Compresse froide au point d’injection. Paracétamol
15mg/kg toutes les 4 heures avec un maximum de
4 doses par 24 heures.
Notifier
Décès Décès de moins d’un mois après la vaccination dont les agents Notifier d’urgence
de santé ou le public pense qu’il est lié à la vaccination.
Hospitalisation Hospitalisation de moins d’un mois après la vaccination dont Notifier d’urgence
les agents de santé ou le public pense qu’il est lié à la
vaccination.

61
6.6 Elimination des déchets du PEV :

Différentes options existent, mais dans le cadre du PEV l’utilisation des boîtes de sécurité homologuées par l’OMS est
systématique pour l’élimination des déchets.
Les seringues et aiguilles usagées peuvent être à l’origine des problèmes sanitaires et environnementaux graves. Une
élimination dans de mauvaises conditions peut disséminer certaines maladies que l'on cherche si activement à prévenir.

Le premier geste après une injection est de jeter le couple seringue-aiguille dans une boite de sécurité!
Ces conteneurs sont étanches, impossibles à ouvrir et à l’épreuve des perforations.

6.6.1 La collecte, l’acheminement et le stockage :

Pour garantir la manipulation sans danger du réceptacle de sécurité :


Ne pas le manipuler ni le secouer plus que nécessaire.
Ne jamais le comprimer, s’asseoir ni se tenir debout sur un réceptacle de sécurité.
Prendre des précautions supplémentaires lorsque vous transportez le réceptacle vers le site de destruction. Le tenir
par en haut (par la poignée) au-dessus des seringues et aiguilles.
Conserver les réceptacles de sécurité dans un endroit sec et sûr, hors de la portée des enfants et du grand public,
jusqu’à ce qu’ils aient été éliminés en toute sécurité.
Former toutes les personnes qui manipuleront le réceptacle à le faire en toute sécurité. Ne pas demander à du
personnel non entraîné de manipuler le réceptacle.

Méthodes d’élimination des déchets


Tout le matériel d’injection doit être détruit. Les seringues autobloquantes ou les SD sont utilisées une fois, ensuite collectées
dans des boites de sécurité puis détruites. Les boites de sécurité remplies doivent être entreposées en lieux sûrs en attendant
leur élimination. Elles ne doivent jamais être éliminées en même temps que d’autres déchets.

Mettre le réceptacle de déchets à portée de main de l’agent de santé. Après chaque injection, jeter immédiatement la
seringue et l’aiguille dedans. Ne pas recapuchonner l’aiguille.

Ne pas transvaser les seringues et aiguilles des réceptacles de sécurité dans d’autres conteneurs. Un réceptacle de déchets
de cinq litres peut contenir environ 100 seringues et aiguilles. Lorsqu’il est rempli aux trois quarts, il doit être détruit le plus
près possible du site où ont lieu les séances de vaccination et dès que possible après la séance.

ATTENTION :
Ne jamais mettre les éléments suivants dans un réceptacle de sécurité. Les jeter avec les autres déchets médicaux :
• flacons de vaccin à jeter ;
• tampons de coton ;
• compresses ;
• n’importe quel autre matériel en plastique ou déchet.
62
6.6.2 Elimination des boites de sécurité
Plusieurs méthodes sont employées pour détruire les BS pleines. De plus, un nombre croissant de pays utilisent d’autres
méthodes plus respectueuses de l’environnement, comme le passage à l’autoclave ou au four à microondes centralisé, suivi
d’un broyage. Toute méthode d’élimination des déchets retenue doit être conforme aux réglementations nationales relatives à
l’environnement et aux instructions précises du ministère de la santé.

6.6.2.1 Enfouissement
L'enfouissement se fait dans un trou. C'est une méthode facile et rapide qui nécessite un enterrement des seringues et aiguilles.
Elle entraine une pollution de la nappe phréatique. C'est la pire solution d'élimination des déchets

Fosse protégée étanche

6.6.2.2 Brulage à l'air libre


C'est un moyen simple qui entraine une pollution élevée et le volume résiduel important

6.6.2.3 Incinération
L’incinération permet de détruire complètement les seringues et aiguilles. Des feux brûlant à des températures supérieures à
800°C tuent tous les micro-organismes et réduisent le volume des déchets au minimum. Des incinérateurs fonctionnant
correctement assurent la destruction la plus complète des seringues et aiguilles. Ils sont moins polluants pour l’air que des
feux brûlant à des températures inférieures. Le périmètre dans lequel a lieu l’incinération doit être bien fermé. Les membres
du personnel qui procèdent à cette incinération doivent porter des lunettes de sécurité et des gants épais.
C'est une combustion à très haute température. La pollution est moindre et le volume résiduel faible. Elle confère un important
pouvoir désinfectant.

63
Incinérateur de Demonfort

64
CHAPITRE VII

PLANIFICATION ET ORGANISATION DES SEANCES DE


VACCINATION

65
VII – Planification et organisation des activités

La planification des activités est une étape essentielle permettant de définir avec précision les voies et moyens pour atteindre
à temps toute la population cible quel que soit le lieu de résidence.
Il s'agira notamment de définir les stratégies, décrire les activités et déterminer les ressources nécessaires.

7.1 Stratégies de vaccination


Elles sont au nombre de trois dans le PEV de routine:
La stratégie fixe au niveau des centres de santé, des postes de santé, des centres de soins privés confessionnels,
des infirmeries parapubliques et privés disposant d’un personnel qualifié et d’un équipement approprié. Cette
stratégie est effectuée dans un rayon de 5 km.
La stratégie avancée effectuée régulièrement par le personnel des centres fixes au niveau des localités situées dans
un rayon de 5 à 15 km
La stratégie mobile assurée par l’équipe mobile du district au niveau des localités éloignées et difficiles d’accès.
Cette stratégie est effectuée au-delà de 15 km.
NB : La stratégie porte à porte comme son nom l’indique consiste à visiter individuellement chaque concession et y vacciner
toutes les personnes cibles. Elle est pratiquée surtout lors des Journées Nationales de Vaccination contre la Poliomyélite
(JNV). Cependant, elle peut être une opportunité pour renforcer les activités du PEV de routine.

Remarque : Une structure sanitaire ayant des zones à forte concentration humaine comme dans les villes ou d'accès difficile
(zones enclavées, nomades) nécessite une stratégie particulière pour rapprocher les services de vaccination des populations.

Stratégie mobile

>15 km
Stratégie avancée
véhicule
Stratégie fixe
5-15 km 0-5 km
village1
PS Village 2
village1
Village2
Vélo / moto
village3
village1
Village 2

7.2 Micro – planification


La micro planification consiste à sélectionner des stratégies correctrices à mettre en œuvre au niveau périphérique, pour
résoudre les problèmes identifiés au cours du suivi des activités.
Les étapes de la micro planification sont :
Connaître l’aire de responsabilité couverte (distances, population et position des villages)
Identifier les problèmes
Identifier les déterminants des problèmes
Fixer les objectifs
Déterminer les stratégies adaptées aux problèmes identifiés.
Déterminer les activités à mener
Décrire le processus de suivi évaluation
Estimer les ressources nécessaires.

66
7.3 Organisation d’une séance de vaccination
L’organisation d’une séance de vaccination nécessite l’établissement d’un calendrier en rapport avec les communautés,
quelle que soit la stratégie adoptée

Tableau 8 : Indications sur le nombre de séances de vaccination par semaine selon la cible à atteindre.

Nombre des enfants à vacciner dans le mois Nombre minimal de séances de vaccinations par mois

Moins de 35 enfants Une séance

Entre 35 – 70 enfants Deux séances

Entre 70 et 100 enfants Trois séances

Entre 100 et 150 enfants Quatre séances

Plus de 150 enfants Cinq séances ou plus

Le pentavalent, le PCV-13, le VPO et le VAT sont d'utilisation quotidienne et doivent être administrés à chaque fois
que la cible se présente.

7.3.1 Activités avant la séance de vaccination


Utiliser en priorité les vaccins et solvants suivants :
• Les flacons entamés et conservés dans le réfrigérateur
• Les ampoules/flacons de vaccin non ouverts qui ont été emmenés dans des séances avancées et
sont restés en dehors du réfrigérateur, puis remis dedans par la suite (mais sans avoir été
ouverts).
• Les vaccins dont les PCV ont atteint le stade 2
• Les vaccins dont les dates de péremption sont plus proches
Dans tous les cas, retirer du stock en vue de l'élimination :
• Les vaccins et solvants sans étiquettes
• Les vaccins, solvants et consommables dont la date limite d’utilisation est dépassée
• Les vaccins dont les PCV sont aux stades 3 et 4
• Les flacons entamés qui sont immergés dans l'eau
• Les vaccins liquides congelés (Penta, PCV-13 et VAT)

Préparer le poste de travail


Rassembler le matériel nécessaire à la séance de vaccination
• Liste de base des autres matériels et fournitures nécessaires pour une séance:
savon pour se laver les mains+ bidon d’eau + cuvette
registre des vaccinations
cartes de vaccination neuves pour les femmes et les enfants
boite de sécurité
coton + eau propre ou eau savonneuse
poubelle
feuilles de pointage des vaccinations
papier, crayons et stylos
table(s)
tabouret(s) / chaise(s) où s’asseoir

67
7.3.2 Activités pendant la séance de vaccination
Evaluation de l’état vaccinal de l'enfant et des femmes
Déterminer l’âge de l'enfant
Déterminer quels sont les vaccins que l'enfant a reçus
Déterminer tous les vaccins qu’il doit recevoir
Déterminer le nombre de doses de VAT que la femme a reçu
Déterminer si la femme doit être vaccinée par le VAT
Vacciner l'enfant ou la femme en mettant à jour le calendrier vaccinal
Remplir la feuille de pointage et la carte de vaccination et le registre après l'acte vaccinal
Donner les messages clés à la personne vaccinée ou à son accompagnant
7.3.3 Activités après la séance de vaccination
Laisser le lieu de vaccination en ordre
Rédiger le rapport de vaccination
7.4 Gestion de certains problèmes opérationnels
7.4.1. Les occasions manquées de vaccination
Définition Causes Conduite à tenir
Toute visite à une structure sanitaire - La vaccination n’est pas proposée à - Proposer la vaccination à chaque
d’une cible et à l’occasion de laquelle chaque contact d’une femme ou d’un contact de la mère ou de l’enfant avec
celle-ci ne reçoit pas les doses de enfant avec un établissement de soins. un établissement de soins.
vaccin qu’il aurait fallu lui administrer.
- Rupture de vaccins et ou
consommables -Faire une bonne gestion des stocks

- La vaccination est refusée en raison - Respecter les contre-indications


de fausses contre-indications ou du non absolues et le calendrier vaccinal.
respect du calendrier de vaccination.

- Des mères ne sont pas vaccinées au


moment de la vaccination de leurs - Vérifier systématiquement l'état
enfants. vaccinal du couple mère/enfant et
vacciner si nécessaire.
- La programmation des séances de
vaccination n’est pas connue par la - Informer et impliquer la communauté
population

7.4.2. Les perdus de vue


Définition Causes Conduite à tenir

Toute personne cible ayant débuté la - Ignorance du calendrier vaccinal par - Informer la mère du calendrier
vaccination et pour qui le calendrier la mère. vaccinal et de la prochaine date de
vaccinal n'est pas poursuivi - Accès difficile des formations vaccination.
sanitaires. - Renforcer la mobilisation sociale et
- Le voyage de la mère prévoir la stratégie avancée
- Le mauvais accueil au PPS - Informer les mères de continuer la
- Les effets secondaires vaccination en cas de voyage.
- Non continuité de l'offre de service - Avoir un service propre et un bon
accueil des mères
- Prévenir les mères des effets
secondaires suites à la vaccination
- Respecter la programmation des
séances de vaccination
- Assurer la disponibilité du service

68
CHAPITRE VIII

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE

69
VIII – SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE

8.1 - Surveillance épidémiologique

La surveillance épidémiologique est un processus continu de collecte, de compilation et d'analyse des données, ainsi que leur
diffusion à l'ensemble de ceux qui ont besoin d'être informés.
Les objectifs de la surveillance sont :
La détection précoce
L’information sur :
L’incidence de la maladie, la morbidité et la mortalité, et les progrès enregistrés pour réaliser les objectifs de
contrôle des maladies.
Les variations dans la répartition de la morbidité et de la mortalité au sein des groupes d’âges dans les
différentes zones géographiques et au sein de divers groupes économiques, sociaux et culturels.
L’impact des stratégies d’immunisation sur l’incidence de la maladie.

Les performances du PEV de routine, la revue des objectifs intermédiaires, l’élargissement de la surveillance aux maladies à
potentiel épidémique ont engendré une approche intégrée de la surveillance des maladies. Il s’agit de la surveillance intégrée
des maladies et de la réponse aux épidémies (SIMR).
La surveillance intégrée des maladies et la réponse aux épidémies (SIMR) fournit à temps les bases rationnelles devant servir
aux prises de décision et au choix des interventions prioritaires de santé publique.

Sont soumises à la surveillance :


Certaines maladies cibles du PEV : rougeole, poliomyélite, tétanos et fièvre jaune
Les MAPI (Manifestations post-vaccinales indésirables)
D’autres maladies à potentiel épidémique : choléra, méningite, shighellose et autres.

Il faut toujours :
Déclarer les cas en utilisant la fiche de déclaration appropriée (Tétanos néonatal, Poliomyélite, Rougeole, Fièvre
jaune et MAPI). Cette transmission de fiche peut être précédée d'une déclaration au téléphone
Remplir correctement les formulaires d’investigation.
Envoyer dans les plus brefs délais à l’échelon supérieur
Rapporter les données dans le rapport hebdomadaire d’activités
Rapporter les données dans le rapport mensuel d’activités

8.2 Surveillance des MAPI


Définition
C'est un incident médical inquiétant survenant après une vaccination et dont on pense qu'il est provoqué par la vaccination.
Les MAPI sont considérées comme graves si elles entrainent une hospitalisation, un handicap ou un décès.
Conduite à tenir
Prise en charge des cas
Notification
Investigation
Transmission des fiches de notification : structures de santé, district, région, DPM et DPL
Imputabilité
Elle sera faite au niveau national par un comité d'expert sous la coordination du centre anti poison

70
8.3 Définition de cas des maladies sous surveillance, seuils d’alerte et conduite à tenir

Tableau 9 : Définition de cas des maladies sous surveillance


Maladies Définition de cas Seuils Conduite à tenir Indicateurs
cibles d'alerte/épidémique
-Nbre de cas pour
Cas suspect : Seuil d'élimination : 1 cas de TNN 1000 NV
moins d'1 cas pour 1000 (Tétanos Néonatal) -Proportion de cas
- Tout décès néonatal entre NV - Notifier dans l’immédiat le ayant bénéficié
l’âge de 3 à 28j, de cause cas suspect d'une investigation
Tétanos inconnue ou déclaré comme - Faire une investigation pour et d'une riposte
néonatal ayant souffert de tétanos identifier les facteurs de risque appropriées
néonatal non investigué. de transmission
Riposte autour du cas :
Cas "confirmé" Vacciner la mère avec 2
- Tout nouveau-né, doses de VAT espacées d’au
normalement capable de téter moins 4 semaines :
et de crier à la naissance, qui
entre le 3ème et le 28ème jour, -Vacciner les autres femmes
ne peut plus téter en âge de reproduction vivant
normalement, devient raide dans le même quartier ou
ou présente des spasmes village (Riposte)
musculaires ou les deux. -Elaborer un rapport de riposte
pour chaque passage

- Mettre en œuvre des


activités pour améliorer la
couverture vaccinale de
routine des femmes; s’assurer
qu’au moins 80 % des
femmes enceintes ont reçu
VAT 2 + dans les deux
semaines précédant
l’accouchement
Taux de PFA non
Poliomyélite Cas Suspect de Polio : Seuil épidémique : 1 cas - Notifier immédiatement tout polio (au moins
Tout cas de Paralysie confirmé de PVS par le cas suspect 2/100 000 enfants
Flasque Aiguë (PFA), chez un laboratoire - Recueillir deux échantillons de moins de 15 ans)
enfant de moins de 15 ans, de selles et les acheminer au
ou tout patient quel que soit laboratoire Proportion des cas
son âge diagnostiqué par un de PFA prélevés
clinicien comme étant un cas dans les 14 jours
de poliomyélite. suivant le début de
la paralysie (au
Cas confirmé ; moins 80%)
Isolement d'un PVS par le Devant un cas confirmé de
laboratoire de référence PVS : Investigation et riposte Proportion
vaccinale à large échelle (au d'échantillons reçus
moins 1 000 000 d'enfants) au au laboratoire en 72
moins 3 tours h (au moins 80%)

Proportion
d'échantillons reçus
au laboratoire en
bonne condition (au
moins 80%)
71
Maladies Définition de cas Seuils Conduite à tenir Indicateurs
cibles d'alerte/épidémique
Proportion des cas
Cas suspect Seuil d'alerte Notifier tous les cas suspects suspects ayant fait
Rougeole Fièvre plus éruption cutanée.
5 cas suspects observés - Faire un prélèvement l'objet de
en 1 mois dans une sanguin des cas pour le prélèvements dans
Cas confirmé : formation sanitaire ou un laboratoire les 30 jours suivant
Cas suspect confirmé par le district - Faire une investigation s’il y le début de l'éruption
laboratoire a 5 cas suspects ayant un lien (80%)
ou Seuil épidémique épidémiologique
En période d'épidémie : cas 3 cas confirmés ou plus Surveillance active à la Proportion de
suspect ayant un lien en 1 mois dans une recherche d’aures cas districts déclarant au
épidémique avec des cas formation sanitaire ou un suspects de rougeole au moins 1 cas avec
confirmés district. niveau des registres des prélèvement de
formations sanitaires sang (80%)
qu’autour des cas
Taux d'affections
Bonne prise en charge des éruptives fébriles
cas ; administration de Vit A non rougeoleuses
… (au moins 2 pour
Flambée de cas avec 3 cas 100;000 hbts)
positifs
Investigation de l’épidémie et Proportion
vaccination autour du foyer d'échantillons
plus supplémentation Vit A prélevés dans les 30
Cible : 9 mois à 5 ans jours (au moins
Envisager l'opportunité d'une 80%)
AVS à l'échelle nationale
Proportion
d'échantillons reçus
au laboratoire dans
les 72 h (au moins
80%)

Échantillons reçus
au laboratoire en
bonne condition (au
moins 80%)

72
Maladies Définition de cas Seuils Conduite à tenir Indicateurs
cibles d'alerte/épidémique
Seuil épidémique : 1 - Notifier immédiatement tout Proportion des
Cas suspect seul cas confirmé cas suspect districts ayant notifié
Fièvre jaune toute personne présentant au moins un cas
une fièvre aiguë puis d'un - **Faire un prélèvement suspect
ictère survenant dans les sanguin des cas suspects
deux semaines suivant le pour le laboratoire Proportion de cas
début des symptômes suspects ayant
bénéficié d'un
Cas confirmé : Devant une épidémie : prélèvement de
cas suspect confirmé par le sang dans les 14
laboratoire Prise en charge correcte des jours
ou cas
En cas d'épidémie : cas Utiliser des moustiquaires Proportion de cas
suspect ayant un lien imprégnées notifiés dans les 7
épidémique avec des cas jours suivant le
confirmés Envisager l'opportunité de la début de la maladie
lutte anti vectorielle et de la (au moins 80%)
Définitions communautaires : riposte vaccinale
fièvre + ictère ou fièvre + Proportion
hémorragie d'échantillons reçus
au laboratoire dans
les 72 h (au moins
80%)

Proportion reçus en
bonne condition (au
moins 80%)

73
Méningites 1- Cas suspect 1- Seuil d'alerte Informer les autorités
Notifier et enquêter sur
Toute personne adulte avec le Seuil d’alerte est défini les cas
apparition brutale d’une fièvre par un taux d’attaque de 5 Confirmer les cas.
(>38,5°C de température rectale cas pour 100 000 habitants Assurer une prise en
ou 38,0°C de température par semaine, pour des charge appropriée /
axillaire) avec un des signes ceftriaxone
populations comprises entre
suivants : raideur de la nuque, Intensifier la
trouble neurologique ou tout 30 000 et 100 000 habitants;
surveillance pour
autre signe méningé. rechercher d’autres
le Seuil d’alerte est défini
par une incidence de 2 cas cas dans la région.
Tout nourrisson avec Préparer l’exécution
apparition brutale d’une fièvre en une semaine ou une
d’une campagne de
(>38,5°C de température rectale augmentation du nombre de vaccination de masse
ou 38,0°C de température cas comparativement aux
axillaire) avec un des signes années non-épidémiques Lancer la campagne
suivants : raideur de la nuque ou antérieures, pour les de vaccination de
nuque molle, bombement de la populations de moins de 30 masse (10 jours)
fontanelle, plafonnement du Distribuer les
000 habitants.
regard, convulsion ou tout autre ressources pour le
signe méningé. traitement des cas
2- Cas probable 2- Seuil épidémique Traiter conformément
au protocole
Tout cas suspect chez qui la le Seuil épidémique est recommandé
ponction lombaire (PL) ramène défini par un taux d’attaque Informer le public
un liquide céphalo-rachidien de 10 cas pour 100 000 Définir la tranche
(LCR) avec : habitants par semaine, pour d'âge la plus exposée
Un aspect macroscopique des populations comprises (généralement les
louche, trouble, purulent ou entre 30 000 et 100 000 personnes âgées de 1
xanthochromique; à 30 ans)
habitants;
Mobiliser la
Ou la présence de le Seuil épidémique est communauté
diplocoques à Gram négatif, défini par une incidence de 5 (détection et
diplocoques à Gram positif, traitement rapide des
cas en une semaine ou un
bacilles à Gram négatif à cas),
l’examen microscopique; dédoublement du nombre de Performance
cas au cours de 3 semaines Létalité<10%
Ou un nombre de consécutives pour les
leucocytes supérieur à 10 populations de moins de 30000
cellules/mm3 . habitants.
3- Cas confirmé

Tout cas suspect ou probable chez


qui l’agent causal (N.
meningitidis, Streptococcus
pneumoniae, Haemophilus
influenzae b…) a été mis en
évidence à partir du LCR par test
d'agglutination, culture ou PCR.
4-Définition de cas
communautaire
" Fièvre accompagnée de raideur
du cou " Ou "Bombement de la
fontanelle chez l'enfant de moins
de 30 mois"

74
Choléra Cas suspect Seuil épidémique : 1 cas confirmé PEC des malades
(objectif est létalité < 1
En dehors d'une épidémie : tout sujet %)
5 ans Présentant une déshydratation Identification de (s)
sévère Ou succombe à la suite d'un sources d'infections
épisode de diarrhée aqueuse aigue Lutte communautaire
contre le péril fécal
En cas d'épidémie : tout sujet 5 ans
présentant un épisode aigu de diarrhée
aqueuse avec ou sans vomissement

Cas confirmé

Isolement de vibrion cholérique O1 ou


O139

Shigellose Cas suspect : tout individu atteint Seuil épidémique : confirmation d'un (1) Si le milieu Cary-Blair
de diarrhée et dont les selles cas n’est pas disponible,
contiennent des traces visibles de envoyer au laboratoire
sang. dans un délai de 2
heures dans un
Cas confirmé : Cas suspect dont récipient propre et sec
la culture des selles révèle la hermétiquement fermé.
présence de Shigella dysenteriae Remplissage et
1. transmission du
formulaire
PEC du patient (AB,
Réhydratation et lutte
contre le péril fécal)

NB : Les maladies cibles des nouveaux vaccins qui seront prochainement introduits dans le PEV, feront l'objet de
protocoles de surveillance spécifiques

75
CHAPITRE IX

COMMUNICATION

76
XI - COMMUNICATION

9.1. Définition :
La communication, c'est l'échange d'informations entre 2 ou plusieurs personnes qui implique la génération, le codage, la
transmission, l'effet, le retour et souvent le réajustement du message
C'est un volet essentiel du Programme Elargi de Vaccination. Elle peut combiner différentes stratégies (mobilisation sociale,
plaidoyer, communication pour le changement de comportement) pour l’atteinte des objectifs.

9.2. Concept de communication


La communication est un processus d’échange d’idées, d’expressions et d’émotions au moyen de symboles, de signes et d’un
langage compris des intéressés. Elle permet d’initier et de développer une relation de confiance avec un individu, un groupe,
une communauté, pour l’informer et le motiver dans l’objectif de le faire agir

9.3 Objectifs
1. Plaidoyer en vue de mobiliser des ressources et l'engagement
2. Améliorer la couverture vaccinale par la mobilisation sociale pour plus de participation et moins d'abandons
3. Agir sur les comportements (CCC) pour susciter des changements dans les attitudes, connaissances et
comportements de groupes spécifiques
4. Dissiper la désinformation (rumeurs) et le doute qui entoure parfois la vaccination

9.4 Stratégies :
9.4.1. Le Plaidoyer : c’est une stratégie de communication pour obtenir l’appui des autorités à tous les niveaux

9.4.2. La Mobilisation sociale : c’est une stratégie de communication qui vise à assurer et à maintenir une large participation
d'institutions ou des groupes organisés de la société (association, réseaux …) à différents niveaux en vue d’appuyer les
activités de vaccination

9.4.3 La Communication pour le Changement de Comportement (CCC) : c’est une stratégie de communication qui cible les
individus et qui vise à renforcer les connaissances, les attitudes et les pratiques pour susciter le changement de
comportement.
Tableau 10 : Stratégies de communication
Stratégie Objectif Groupes cibles Méthodes
Susciter Décideurs Débats publics
Plaidoyer l’appui de personnes Communauté des bailleurs de Groupes de pression pour susciter le
clés à la mise en fonds changement
œuvre des activités Responsables Recours aux personnes influentes et aux
du PEV communautaires célébrités
Ministères Exploitation des rapports et statistiques
Institutions des Nations unies du PEV
Médias Témoignages
Directeurs de sociétés Médias
Institutions universitaires
Organisations
professionnelles
ONG/Association
Influencer et Responsables Médias – radio/Télé
Mobilisation solliciter l’appui de communautaires Journaux
sociale toutes les couches et Autorités traditionnelles Crieurs publics des villes/villages
de tous les secteurs Eglises Réunions
sociaux, pour la Mosquées Débats publics
réalisation d’un Police Ateliers
objectif commun Associations de femmes Groupes de discussion
(GPF) Communiqués de presse
Secteur privé Spots télé
ONG Jingles radiodiffusés
Institutions universitaires Emissions, messages publicitaires
77
Stratégie Objectif Groupes cibles Méthodes
Jeunes
Corps médical
Accroître les Parents Ateliers
Communica connaissances Pairs Réunions
tion en relatives au PEV Personnes ayant la charge Cours de recyclage
faveur du des enfants Médias
programme Changer les Agents de santé Communication interpersonnelle
attitudes vis-à-vis du Agents communautaires (entretien, visite à domicile,)
PEV Vulgarisateurs

Modifier les
comportements
négatifs vis-à-vis du
PEV

Pour promouvoir la participation de la communauté, le prestataire doit :

Impliquer les leaders d’opinion (chefs traditionnels, chefs religieux, enseignants…) dans la sensibilisation de la
population.
Fournir dans votre zone de responsabilité et lors des séances de vaccination des informations écrites ou orales.
Utiliser les canaux traditionnels (griots, crieurs publics…) pour informer la population
Impliquer les comités de santé dans la mobilisation sociale.
Recommander aux écoliers d’informer leurs familles.
Faire des visites à domicile.
Poser les affiches montrant les informations nécessaires.
Utiliser le journal, la radio locale ou les annonces à la télévision pour informer les populations.

9.4.4. Utilisation du partenariat pour le changement de comportement


impliquer les leaders d’opinion (chefs religieux, chefs politiques, tradipraticiens) en qui la communauté a
confiance, pour qu’ils apportent publiquement leur soutien aux activités de vaccination et de surveillance (en faisant
par exemple vacciner leurs enfants).
Persuader les relais à parler de la vaccination aux mamans et les encourager à faire vacciner leurs enfants.
Profiter des associations villageoises (association des femmes..) pour convaincre les parents sur les avantages
de la vaccination.

Recommander aux agents de santé d’être accueillants et courtois pendant les séances de vaccination. Cela
entre plutôt dans l’amélioration des services.

9.4.5. Stratégies d’adoption:


Exemples :
La collaboration avec les instituteurs
Au Sénégal, chaque agent chef de PPS peut collaborer avec les instituteurs pour permettre le parrainage des enfants par les
élèves dans le cadre de la vaccination.
La stratégie de la double adoption est pratiquée par les GPF et les Associations Sportives et culturelles (ASC) etc parrainage
d’une femme par une autre depuis la grossesse jusqu’à la série complète des antigènes de l’enfant.

9.5. Les rumeurs :


Quatre mesures doivent être entreprises pour combattre les rumeurs :
Vérifier les accusations non fondées et la source de la rumeur,
Répertorier les précédentes sources de rumeurs et les groupes concernés ;
Préparer la riposte rapide et positive face à la rumeur ;
Impliquer les autorités pour justifier la politique de vaccination

78
FICHES TECHNIQUES

80
FICHE TECNIQUE N° 1

GUIDE POUR LA SURVEILLANCE DES PFA

1. DÉFINITION

La paralysie flasque aiguë (PFA) est un syndrome caractérisé par l'installation rapide d'une faiblesse au niveau des
extrémités, associant souvent l'atteinte de muscle de respiration et de la déglutition avec une évolution sévère en quelques
jours. Le terme "flasque" signifie l'absence plasticité ou d'autres signes évoquant l'atteinte du système nerveux central.

Cas suspects de polio ( à déclarer et à investiguer )

Tout enfant âgé de moins de 15 ans avec paralysie flasque aiguë sans histoire de traumatisme apparent ou toute
personne âgée de 15 ans ou plus avec polio cliniquement confirmée.

2. ÉPIDÉMIOLOGIE

• Les poliovirus sont trois entérovirus Type 1, 2 et 3

• Épidémies souvent causées par le type 1

• haut de degré de transmission

• Absence d'immunité croisée entre les 3 types de virus

• Affection saisonnière

• Transmission per os

• Pas de réservoir animal

3. CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE PFA

ie Médicale de l'Institut Pasteur de Dakar (Tel. 839.92.00 )

6°/ Faire un examen clinique de suivi du malade 60 jour à partir de la date de début de la paralysie

81
CONDITIONS DE PRÉLÉVEMENTS DES SELLES

Exigences Explications

1 Prélèvements exclusifs de - les selles renferment une plus grande quantité de virus
selles
- la durée d'excrétion y est plus longue

- elles offrent une meilleure protection pour le virus, qui y survit

2 Prélever 2 échantillons à L'excrétion de virus est intermittente. Il faut améliorer les


24-48 h d'intervalle chances d'isolement du virus.

3 Prélever dans les 14 jours C'est au cours de cette période que les selles ont la plus
qui suivent l'apparition de la grande concentration de virus
paralysie

4 Maintenir le prélèvement à Une élévation de la température inactive le virus qui ne peut


basse température plus être présent en quantité suffisante pour être récupéré en
culture cellulaire

5 Éviter de congeler et de Ces opérations fragilisent et inactivent le virus. Ce qui


décongeler les échantillons diminuent les chances d'isolement en culture
de selles

6 Utiliser un récipient et un Pour éviter la fuite et le dessèchement du prélèvement


emballage adéquats consécutifs à la rupture du récipient

7 Étiqueter correctement les Pour éviter les confusions et les erreurs d'interprétation des
prélèvements résultats

8 Transporter rapidement les La chance d'isolement du virus par la culture des prélèvements
prélèvements au laboratoire est fortement dépendante du temps mis entre le lieu de
prélèvement et le laboratoire, étant donné les risques
d'inactivation du virus avec le temps

9 Informer le laboratoire de Ceci permet au personnel du laboratoire de préparer le


l'envoi des prélèvements nécessaire pour le traitement et la mise en culture du
prélèvement

82
83
ANNEXES

84
ANNEXE 1

FICHE DE SUIVI RECEPTION DES RAPPORTS DES POSTES

Région médicale…………………………………

District sanitaire………………………Mois …………………… Année…………………

Prénoms Nom du responsable ……………………………………………………

POSTES RAPPORTS RAPPORTS RECUS COMPLETUDE PROMPTITUDE


SANTE ATTENDUS (*) à temps en retard non reçu
1

10

(*) Rapport mensuel de vaccinations par stratégie

Rapport mensuel de surveillance épidémiologique

Registre de stock des vaccins

85
ANNEXE 2

FICHE DE RETRO-INFORMATION MENSUELLE DU PEV DU DISTRICT

Région médicale…………………………………

District sanitaire………………………Mois …………………… Année………………… (n)

Rapports Couv complétu


Postes de Rapports Vaccination Mouvt vaccins Surv.épidémio de
Santé parvenus à temps Mal Non rempli Mal Non Mal Non DTC3
rempli rempli rempli rempli rempli
__ __
oui I__i non i__i
__ __
oui I__i non i__i
__ __
oui I__i non i__i
__ __
oui I__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i
__ __
oui i__i non i__i

Signature du responsable ………………………………………

86
ANNEXE 4

TABLEAU DE COLLATIONNEMENT JOURNALIER EN VACCINATION DE ROUTINE


(TA.CO.JO)

District……………………… Poste de santé……………………….

Stratégie Fixe …. Avancée …. Mobile … séance du ………………

Unité de vaccination ……….………….. Mois……….…Année…….. Responsable……..………..……….

Antigènes 0 - 11 mois Total 12 - 23 mois Total

BCG 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000

Polio .0 (0-14j) 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000


Polio1 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000
Polio2 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000
Polio3 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000

Penta1 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000


Penta2 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000
Penta3 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000

VAR 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000


VAA 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000
Vit A suppl 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000

Enfts Vaccinés 00000°00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 ° 00000 ° 00000° 00000°
00000°00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 ° 00000°
E C V

Doses Femmes enceintes Total Femmes en âge reproduction Total

TT1 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000 ° 0000° 00000
TT2 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000 ° 0000° 00000
TT3 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000 ° 0000° 00000
TT4 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000 ° 0000° 00000
TT5 00000 ° 00000 ° 00000° 00000° 00000 00000 ° 00000 ° 0000° 00000

Flacons de vaccins ouverts Consommables utilisés


Vaccins conditionnem Nombre Doses Doses nature du Quantités
ent flacons utilisées administrées consommable utilisées
BCG SAB BCG 0,05ml
VPO
Pentavalent SAB 0,5ml
VAT
VAR SD 2 ml
VAA SD 5 ml
Autre Boîte Sécurité

Date ……………………………………..Signature du responsable…………………………

87
ANNEXE 5

FICHE DE DECLARATION DE PERTE


Numéro de série : 00

Région Médicale de:


Dépôt du District de :

Nom/Prénom : Titre : Date :

Signature :

Approuvé par : Titre : Date :

Signature :

N° Désignation* Flacon /dose Qtés perdues ou Observations


détruites
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10

Nature de la perte (cocher la case correspondante)

PCV virée (3ou4) Péremption Casse

Au cours du transport Congélation Vol

Autres (expliquer)

Mesures correctrices et recommandations relatives à l’élimination

* Antigène perdu ou détruit

88
ANNEXE 6

RAPPORT MENSUEL D’ACTIVITES DU POSTE DE SANTE

____________ ___________ _________________ _________ ________


1 identification I_____________I I___________I I________I________ I I_________I I _______I
District PS Cible Cible mois année
Mensuelle Cumulée

2 Surveillance des maladies MAPI Rougeole TNN Fièvre Jaune

S C S C
________ _________ _________ _________
° Nbre cas du mois I________I I____ I __ _I I_________I I____I____I
________ _________ _________ _________
° cas cumulés I________I I____ I ____I I_________I I____I____I

3 3 Couverture Vaccinale PENTA 3 VAR VAA VAT2


_____ ______ _____ ______
° Couverture du mois I______I I______I I_____I I______I
______ ______ _____ ______
° Couverture cumulée I _____I I______I I _____I I______I
_________ ________
° Taux abandon % Penta 1/3 -> i_________I BCG/VAR -> I________I
_________ _________ _________
° Performance du PS I_________I I_________I I________ I
PENTA 3< 70 % entre 70 - 90 % PENTA 3 >= 90 %

4 vaccins et vaccinations

Enfants/ Femmes vaccinés Quantité de vaccins (en doses)


Total doses du Total doses Reçues pdt le D. mensuelles Stock fin mois Taux de perte
mois cumulé mois Utilisées
BCG
VPO
VAR
VAA
VAT
Pentavalent
CONSOMMABLES UTILISES

SAB BCG
SAB 0,5 ml
BS
SD 2ml
SD 5ml

Activités de Communication
- Nombre de causeries,
- Nombre de personnes sensibilisées
- Nombre d’émissions radio,
- Nombre de visites à domicile
- Nombre de réunions tenues
Activités majeures

Prénoms et nom du Responsable -----------------------------------------------------------------------

89
ANNEXE 7

RAPPORT MENSUEL DE SURVEILLANCE EPIDEMILOGIQUE

Région Médicale……………………………..………….
District sanitaire ……………………………..……………
Poste de santé de …………………………………..
Maladies du PEV
Tranches d’âge 0-11 mois 1-5 ans 6-14 ans
Cas et décès Cas Décès Cas Décès Cas Décès Cas
Statut vaccinal Vacc NVacc Vacc NVacc Vacc NVac Vacc NVac Vacc NVacc Vacc NVacc Vacc
Rougeole
PFA
Tétanos NN
Tétanos maternel
Fièvre jaune
Coqueluche
MAPI
Liste descriptive des cas suspects de rougeole
N° Prénom nom Prénoms nom Age sexe Adresse Date éruption Statut vacc
du malade Parents

Liste descriptive des cas suspects de Fièvre jaune, Méningite, MAPI et autres
N° Maladie Prénom nom Prénoms nom âge sexe Adresse Vaccin/ Date Statut
du malade Parents N° lot début vaccin
(*)

(*) indiquer le n° du lot du vaccin si c’est une MAPI


Nom du responsable ………………………………………………………………….date
et signature

90
ANNEXE 8

FICHE DE DECLARATION DES MANIFESTATIONS POST VACCINALES INDESIRABLES (MAPI)

Région Médicale-----------------------------------Lieu de vaccination-(1)--------------------------------

District Sanitaire-------------------------------------Date de la notification--------/------/------/------/

Formation Sanitaire-(2)--------------------------- Nom agent ayant notifié ------------------------------

N° Prénom nom Adresse Age Sexe Vaccin Nbre Voie


Identif° administré Doses Administration

Site N° lot Fabriquant Date Date Date Date Intervalle


Administration péremption Péremption vaccination apparition d’apparition de
(3) vaccin Solvant MAPI la MAPI

Décrire la/les MAPIs décelées

Principaux signes: ____________________________________________________________

____________________________________________________________________________

Durée ____________________________________________________________

Prise en charge : ____________________________________________________________

Antécédents de réaction analogue et d'autres allergies ______________________________

Hospitalisé OUI / / (durée jours ) NON: / /


Décédé OUI / / (date / / / /) NON / /
Guéri OUI / / NON / /
Evacué OUI / / (date / / / /) NON / /

(1) : là où a eu lieu la vaccination : au centre de santé, au poste de santé, au village de …


(2) : l'hôpital, le centre de santé, ou le poste de santé
(3) : Indiquer le site d'injection exemple ( bras gauche = BG)

Prière Retourner cette Fiche à la Direction de la Prévention Médicale , Avenue Aimé CESAIRE, TEL:869 42 31,
FAX: 869 42 09

91
ANNEXE 9

REGISTRE DU MOUVEMENT DES VACCINS ET CONSOMMABLES

Région Médicale……………………..….District sanitaire …..……………………Mois……………………..Année …….

Nom antigène …………N° du lot …………….Date péremption………….………

Conditionnement(doses)……………….

1 2 3 4 5 6 7
date Objet de l'opérarion origine ou destination Entrées (doses) Sorties (doses) Restant Etat
PCV

92
ANNEXE 10

RAPPORT MENSUEL DE VACCINATIONS PAR STRATEGIE

Région Médicale…………………………………………….District sanitaire ………………………………………………..

Unité de vaccination ……………………….………………Mois ……….……………. Année ………………………………

STRATEGIES
Antigène FIXE AVANCE MOBILE TOTAL
0 - 11 12 -23 TOT 0 -11 12 -23 TOT 0 -11 12-23 TOT 0-11 12-23 TOT
BCG
P zéro
Polio1
Polio3
Polio3
PENTA1
PENTA2
PENTA3
R
FJ
NEV
NECV

VACCINATIONS TETANOS
STRATEGIES
VAT FEMMES ENCEINTES F A R
FIXE AVANCEE MOBILE TOTAL FIXE AVANCEE MOBILE TOTAL
T1
T2
T3
T4
T5
TOTAL

ENTREES SORTIES DES ANTIGENES


BCG VPO Pentavalent VAR VAA VAT BS
Stock disponible début du mois
Entrées
Doses administrées DA
Doses perdues DP
Doses utilisées DA + DP
Stock restant fin du mois

Fonctionnement chaîne froid

Date de transmission du rapport /…… /……/………./

Nom et Signature du responsable …………………………………………

93
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Module de formation sur le pentavalent


PEV Sénégal 2005

2. Guide à l’intention des vaccinateurs


PATH 2004

3. Cours MLM
OMS/2004

4. Children’s Vaccine Program at PATH – « Vaccination des enfants contre Haemophilus influenza de type B.
un module de formation à l’intention des vaccinateurs » - Séries document de formation, mai 2004.

5. Organisation Mondiale de la Santé, Département Vaccins et Produits Biologiques- « Immunization in


practice » mai 2004. WHO/IVB/04.06

6. Fondements de l’immunisation
Guide Pratique, USAID 2006

7. Guide à l’intention des agents de santé du PEV 2000

8. Vaccination Pratique OMS/1997

9. Cours EPIVAC 2004

94