Vous êtes sur la page 1sur 6

L’EQUILIBRE HYDRIQUE

I. BALANCE HYDRIQUE
Grâce à une équilibre entre les entrées et les sorties d’eau dans
l’organisme, le volume et la composition ionique du plasma
sont maintenus dans des valeurs quasi constantes :
Cet équilibre constitue la balance hydrique.
A.Les apports
Ils représentent 1500 à 3000ml/j, la plus grande partie est
exogène provenant des boissons et des aliments et une autre
partie endogène libérée par le métabolisme oxydatif des
protéines, des lipides, des glucides estimés entre 400à  600ml.
B.Les pertes
Les pertes urinaires sont quantitativement les plus important
1500 à 2000ml/j soit 60ml/h (diurèse horaire). Ces pertes sont
en générale égale aux entrés et constituent également les
pertes digestives, cutanées et pulmonaires (pertes insensibles).
II. L’EAU DANS L’ORGANISME ET LES
DIFFERNTS COMPARTIMENTS
L’eau représente 50 à 60% du poids chez l’adulte et
légèrement supérieur chez l’homme que chez la femme du fait
du rapport masse maigre/ masse graisseuse.
Cette quantité d’eau est variable en fonction de l’âge, du sexe
et de la masse sanguine.
Les tissus les plus riches en eau sont le cerveau, les membres,
la peau et le sang mais ce sont la répartition de part et d’autre
de la membrane vasculaire et cellulaire qui est très
importantes.
L’eau est repartie en deux secteurs
Un secteur intra cellulaire : 40 à 50% du poids corporel riche
en potassium et pauvre en sodium.
Un secteur extra cellulaire : 20 à 25% du poids corporel. Ce
secteur est divisé en deux sous secteurs.
Un sous secteur plasmatique riche en sodium et en protéines
constituant la volémie (-5% du poids corporel).
Un sous secteur interstitiel correspondant à l’eau qui entoure
les cellules l’eau des séreuses (les poumons, cœur) le liquide
céphalo rachidien, la lymphe. Sa composition est proche de
celle du plasma 15% du poids corporel.
Les anomalies de ce sous secteur dans certains circonstances
pathologique entraîne la création d’ascite, d’œdèmes (le 3 eme
secteur).

III. LE MOUVEMENT DE L’EAU ENTRE LES


DIFFERENTS COMPARTIMENTS
L’eau est en perpétuelle mouvement entre les différents
secteurs grâce à deux surfaces d’échanges.
* La membrane cellulaire
* La membrane capillaire
a. Passage à travers la membrane cellulaire
Le passage de l’eau est passif obéissant à la loi d’osmose. La
répartition d’eau entre le secteur extra cellulaire et le secteur
intra cellulaire est donc déterminé par la quantité de substance
osmotiquement active de chacun des deux secteurs. En effet
l’eau se déplace des zones les moins osmotiquement actives
vers les zones plus osmotiquement actives. Ceci entraîne une
iso osmolarité de part et d’autre de la membrane.
La pression osmotique égal (natrémie x 2) + glycémie + urée.
Cette osmolarité se situe entre 280 à 295mmol/kg. Une
natrémie supérieur 140mEq entraîne une déshydratation intra
cellulaire
b. Passage de l’eau à travers la paroi capillaire
C’est le résultat de deux forces qui s’opposent
* La pression hydrostatique (qui tend à maintenir l’eau) et la
pression oncotique (qui tend à faire sortir l’eau).
L’équilibre entre ces deux forces est appelé la loi de
STARLING
L’équilibre est différent soit on se trouve au niveau artérielle
ou au niveau veineux.
* Au niveau artérielle la pression hydrostatique est de
25mmhg et supérieur à la pression oncotique 20 mm/hg : l’eau
à tendance à venir au niveau capillaire.
* Au niveau veineux la pression hydrostatique 15mmhg est
inférieure à la pression oncotique 20mmhg, l’eau à tendance à
revenir au milieu capillaire
* La protidémie est donc le reflet de l’hydratation du
compartiment extra cellulaire.
* L’hypo protidémie entraîne l’hémodilution du secteur
vasculaire avec une évolution de l’hématocrite
* L’hyper protidémie entraîne une déshydratation et
l’hématocrite élevé.
IV. COMPOSITION IONIQUQE DES DIFFERNTS
COMPARTIMENTS
La membrane cellulaire qui est semi perméable, est
responsable des différences dans la composition ionique du
compartiment interstitielle et du comportement intracellulaire.
Le sodium (Na+), qui est le principal cathion extra cellulaire
est le principal facteur dominant
La pression osmotique du plasma et du milieu interstitiel.
L’urée sanguine et le glucose contribue également à
l’osmolarité plastique.
La composition liquidienne des principaux anions et cathions
dans les trois compartiments (mmol/l d’eau).
Liquide intra Plasma Liquide interstitiel
cellulaire
Cathion anions Cathion anions Cathion anions
K+ 104 P3- 04 11 Na+ 142 Cl- 108 Na+ 139 Cl- 108
Mg+ 20 S-04 1 K+ 42 S-4 0,5 K+ 4 HC0-3
28,3
+ - + 3- ++
Na 14 HCO 3 10 Ca 1,3 PO 4 2 Ca 1,2 PO3-4 2
+
Protéine 4 Mg acide Mg++ acide
organique organique
0,8 0,7
2 2
Phosphate Protéine Protéine
+ créatine
1,2 0,2
45
Pression osmotique = Pression osmot = Pression osmot. =
281mosm/L 282mosm/L 281mosm/L
V. LE MECANIQUE REGULATEUR DE LA
BALANCE HYDRIQUE : LA SOIF
La soif est une sensation qui apparaît lorsque les pertes d’eau
sont supérieures aux apports et que la pression osmotique
augmente. Chez l’adulte sein la soif est contrôlée par les osmo
récepteurs, localisé au niveau de l’hypothalamus antérieur et
de l’aire optique ventro -latérale. Sur le plan fonctionnel, la
propriété des osmorécepteurs régulant la soif est identique à
celle des osmorécepteurs régulant la sécrétion d’ADH.
Leur mise en jeu s’effectue qu’à partir d’une valeur seuil de
pression osmotique quantité est de 290 mosm/kg.
Au delà de cette valeur, la soif apparaît et devient de plus en
plus intense. La soif apparaît lorsque les mécanismes d’anti
diurèse sont dépassés et la sécrétion d’ADH atteint son
maximum.
Cette régulation de la pression osmotique par la soif n’est pas
de limitée comme on peut l’observer d’ailleurs dans les cas de
diabète insipide. Dans le diabète insipide, les pertes d’urine
hypotonique peuvent dépasser 20 L/j. sang hypertonique grâce
à une compensation des entrées d’eau massive et adaptée. Le
moyen de défense le plus important face à une hypertonie
plasmatique majeur est la soif. Les osmorécepteurs
responsables de la soif sont plus sensible à l’hypertonie
résultant à la perfusion de salé, de mamitol ou de glucosé.
Ainsi la volémie efficace sanguine est contrôlé par les para
récepteurs situés au niveau de la crosse aortique du sinus
carotidien et de l’oreille gauche communément appelé les
volorécepteurs, leur excitation provoque la sécrétion d’ADH
entraînant la réabsorption d’eau et d’électrolyte par le tubule
rénal distal.