Vous êtes sur la page 1sur 20

Fondation Jean Piaget

CHAPITRE   V

CONCLUSIONS
(Delachaux et Niestlé, 1943)
La pagination du présent document correspond à la
2ème édition de B. Inhelder:
Le diagnostic du raisonnement chez les débiles mentaux Parvenue  au   terme  des  analyses  concrètes  que  nous  voulions  pré-­‐
parue en 1963. senter   au   lecteur   (chapitres   II   à   IV),   nous   pouvons   reprendre   les  
Version électronique réalisée par les soins de la questions  générales  soulevées  au   début  de  cet  ouvrage   (chapitre  I)  et  
Fondation Jean Piaget pour recherches
nous  demander  en  quoi   les  faits   exposés  contribuent   à  les   résoudre.  
psychologiques et épistémologiques.
Trois  problèmes,   en   particulier,   nous  semblent  pouvoir  être   discutés  
à  la  lumière  des  résultats  de  l'expérience  décrite   :   celui   du  diagnostic  
génétique   du   raisonnement,  celui  des  indices  cliniques  de  la  débilité  
mentale,  et  enQin  celui  des  apports  de  la  psychologie  du  raisonnement  
pathologique  à  la  théorie  du  développement  mental.

1.  LE  DIAGNOSTIC  GÉNÉTIQUE  DU  RAISONNEMENT

Sur  la  première  question,  celle   du  diagnostic   génétique  du  raison-­‐


nement,  la  méthode  de  l'analyse  opératoire  nous  paraît  aboutir  à  une  
conception  des  opérations   logiques  qui   entre  en   opposition  avec   un  
certain   nombre   d'idées   courantes   et   admises   presque   sans   discus-­‐
sion,   concernant  la   nature  du  raisonnement  et  sa  fonction  dans  la  vie  
mentale  quotidienne  et   réelle.  Cette   conception  habituelle,  dont  nous  
croyons  qu'elle  a   faussé   la   plupart  des  épreuves  ou  «   tests   »   de   rai-­‐
sonnement,  présente  deux  caractères  :  elle  considère  le  raisonnement  
logique  comme  une  aptitude   spéciale  comme  une  sorte  de  «  faculté  »  
particulière   ou   de   sous-­‐faculté   de   l'intelligence-­‐faculté,   et   elle   est  
atomistique.  Selon  la  conception  à  laquelle  nous  sommes  au  contraire  
conduite,   les  opérations  constituent  les  organes  ou  instruments,   gé-­‐
néraux  de  l'équilibre  mental  considéré  comme  un  tout,  et  ces  opéra-­‐
tions  sont  elles-­‐mêmes  interdépendantes.
250   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   251

La  conception  classique  à  laquelle  nous  nous  opposons  est  à   la  fois   l'action   et   la   pensée   (l'habitude,   l'intelligence   sensori-­‐motrice   et  
le  résultat  des  préjugés  de   la  logique   contre  lesquels  les  psychologues   l'intelligence   conceptuelle),  alors  le  domaine   de   l'opération  recouvre  
ont   cherché   à   lutter,   et   de   préjugés   inverses  que   la   psychologie   de   l'ensemble  du  champ  de   l'intelligence  ainsi  défini  de   la  manière  la  plus  
l'action  a  admis  en  croyant  précisément  se  libérer  des  premiers. large.   En   effet,   l'opération   est   en   germe   dans   l'intelligence   sensori-­‐
Chacun   sait   que   la   logique   d'Aristote   est   en   bonne   partie   une   motrice,  donc  dans  la   perception   et  l'habitude   elles-­‐mêmes,  et  l'opé-­‐
grammaire,   c'est-­‐à-­‐dire   que   le   créateur   de   la   logique   a   essentielle-­‐ ration   mentale   ou   intériorisée   n'est  qu'un   point  d'aboutissement   de  
ment  analysé  les  formes  du   «   discours   »,  imprimant  ainsi  aux  travaux   l'action   intelligente   en   général.   L'opération   logique   n'est   que   l'action  
multiséculaires   des   logiciens  une   direction   très  nette   et   très   limita-­‐ devenue  réversible  :  le   raisonnement  ou  la  coordination  des  opérations  
tive.   Cette  tradition  de  logique  verbale  a  été  la  raison   profonde   pour   est  donc  la  forme  d'équilibre  à  laquelle  tend  l'intelligence  tout  entière.
laquelle   on  a  négligé  l'étude  des  opérations  comme  telles,  en  s'en  te-­‐ Il   s'ensuit  que  si   les  logiciens  ont  faussement  identiQié   la   raison  à  
nant  à  une  classiQication  et  à   une  description  de  leurs  résultats,  toutes   la   pensée   verbale   en   exagérant   l'importance   de   cette   dernière,   les  
deux  prenant  alors   nécessairement  une   forme   atomistique.   Même  la   psychologues  ont  eu  le   tort,   en  ramenant  celle-­‐ci  à   ses  justes  propor-­‐
logistique  ou  algèbre  de   la   logique,  qui  a   renouvelé  les  cadres  aristo-­‐ tions,  de  continuer  à   y  réduire  la  logique,  et  par  conséquent  de  limiter  
téliciens,   étudie  à  part  les  classes,  les  relations,  les   propositions,   etc.,   encore  la  portée  du  raisonnement.  De  plus,  si  le  raisonnement  opéra-­‐
comme  s'il  s'agissait  d'unités  indépendantes  et  non  pas  de  systèmes   toire  est  la   forme  d'équilibre  qui  règle  en  déQinitive  toutes  les  coordi-­‐
opératoires  d'ensemble  («  groupements  »). nations  mentales  —  et  l'œuvre  de  Piaget  tend  à  vériQier  cette  théorie  
Lorsque  les   psychologues  ont   cherché  à   constituer   une   psycholo-­‐ dans  des  domaines  toujours  plus  vastes  —,  les  opérations  logiques  ne  
gie  de  l'intelligence   fondée  sur  l'expérience  et  l'observation   concrète   nous   paraissent  pas  pouvoir  être   étudiées   séparément   les   unes   des  
et  ne   se  sont  plus  bornés  à   répéter  ce  que   les  manuels  de  logique  di-­‐ autres,   à   l'état   isolé   ou  atomistique   :   les  opérations  constituent   des  
sent   du  concept,   du   jugement   et  du  syllogisme,   ils   ont  alors  adopté   ensembles   ou   «   groupements   »   dont   il   faut   suivre   la   formation,   de  
une   position   exactement   contraire,   cherchant  à   voir   dans  la   pensée   l'action   sensori-­‐motrice   jusqu'à   la   pensée   abstraite,   et   qu'il   faut  
un  prolongement  ou   une  intériorisation  de  l'action,  et  dans  le  raison-­‐ étudier   en  tant   que   totalités  ou   systèmes   d'ensemble.   C'est   pourquoi  
nement   une   «   expérience   mentale   »   ou   un   tâtonnement   empirique   nos  épreuves  partent  de  l'action,  mais  aboutissent  à  une  systématisation  
devenu   production  intérieure   d'hypothèses.   La   logique  était  ainsi   ré-­‐ formelle.
duite,  du  point  de  vue  psychologique,  à  un  rang  très  modeste   :   elle  ne   Or,   s'il   en  est  ainsi,   les  diverses  épreuves  dont  on  s'est  servi   pour  
constituait   plus   qu'une   petite   partie   des   activités   intelligentes,   celle   l'étude  du  raisonnement,  tout   en  demeurant   à  l'état  discontinu  sous  
qui  assure  le   contrôle  et  la   formulation   bien  réglée   des  notions.  Mais   la  forme  dans  laquelle  on  les  a  présentées,   peuvent  servir  chacune  de  
alors,   au  lieu  de  voir  que   cette  fonction  d'équilibration  intéresse   l'in-­‐ point  de  départ  à  une   analyse  opératoire   des  «   groupements   »  qui   les  
telligence  tout  entière,  et   que  l'opération  embrasse  toutes   les  actions   concernent  respectivement  ;  par  exemple,   les  épreuves  de   déQinition  
susceptibles  de  devenir  réversibles,   les  psychologues,   ayant  restreint   se  réfèrent  en  réalité   à  des  «  groupements  »   d'addition  ou   de   multi-­‐
au   maximum   la   part   de   la   logique   verbale,   ont   continué   à   croire   plication   de  classes,   les  phrases  absurdes  à   toutes  sortes  de   «   grou-­‐
qu'elle   constituait   la   seule   logique   possible   et   se   sont   bornés,   dans   pements   »   de  relations,   les   épreuves   de   déduction   sur  le   modèle   du  
leurs  diagnostics  du  raisonnement,   à   se  servir  d'épreuves  ou  de  tests   syllogisme  à  des  emboîtements  de  classes  et  ainsi  de  suite.
de   déQinitions,   de   syllogismes,   de   raisonnements   verbaux   de   tous   Pour  mieux  illustrer  notre  pensée,  nous   passerons  rapidement  en  
genres,   mais  sans  liens  déQinis   les  uns  avec  les  autres  et  calqués  sur   revue   quelques-­‐unes  des  épreuves  bien  connues  visant  le  diagnostic  
l'atomisme  grammatical  des  logiciens. du  raisonnement  chez  des  arriérés  mentaux.
Nous   croyons   au   contraire,   avec   Piaget,   que   si   l'intelligence   est  
l'adaptation   mentale   aux   situations  nouvelles   (selon   la   définition   a)   Les  définitions.   —   Elles  sont  devenues   une  partie   intégrante  
de  Claparède)  et  si  toutes  les  transitions  assurent  la  continuité  entre de  la  plupart  des  tests  de  raisonnement  et  figurent  également  dans
252   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   253

certaines  épreuves  servant  à   l'évaluation  du  niveau  global.  Binet  déjà,   conceptuel   et   verbal   d'une   part,   et  le   niveau   ou  la   qualité   d'intelli-­‐
comme  on  sait,   leur  attribuait  une   valeur  de   diagnostic  lorsqu'il  po-­‐ gence   sont  fortuits.  Et  même  aux  niveaux  où  les  enfants  se  risquent  à  
sait  aux   jeunes  enfants  des   questions  comme   celles-­‐ci   :   «   Qu'est-­‐ce   des  déQinitions  abstraites,   Stern  avait   observé   autant   d'individus  de  
qu'une   fourchette,   une   table,   une   maman   ?   »   et   aux   plus   âgés   :   type   concret   donnant   des   déQinitions   spéciales   par   illustration,   que  
«  Qu'est-­‐ce   que  la  charité,  la  justice  ?  »,   ou  encore  lorsqu'il  demandait   d'individus   de   type  abstrait  préférant  les  déQinitions  générales,  sans  
aux  adultes  de  déQinir  des  notions  abstraites  telles  que  «  la  paresse  et   pouvoir  attribuer  une   supériorité   nette   à  l'un   de   ces   deux   types.   Or,  
l'oisiveté  ».   De   même   les  comparaisons  entre  objets  de   souvenir,  par   tant  qu'on  se   borne   à   des  déQinitions  verbales,  sans  étudier  le  méca-­‐
exemple  entre   «   une  mouche  et  une  abeille   »  ou  les  distinctions  entre   nisme   psychologique   dont  elles  résultent,  il   nous   semble  difQicile  de  
«   un   roi  et  un  président   de  la   République   »   supposent,   en  effet,   des   distinguer  le   raisonnement   de   tous   les  automatismes   qui   le   recou-­‐
déQinitions  du  moins  implicites  1. vrent.
Il   peut  être  fort  intéressant  d'étudier  certaines  déQinitions  en  fonc-­‐ Outre  la  sériation  des  déQinitions  justes  selon  l'âge,  on  a  également  
tion  du  diagnostic  du  raisonnement,  à  condition  toutefois  de  ne  s'en   étudié  l'évolution  de   leur  structure  psychologique.  Il   est,  en  effet,  une  
servir  que  comme  d'un   point  de  départ  pour  une   analyse   génétique   observation  courante   dont  de   nouveau   Binet   1   a   le   premier  montré  
des  opérations  qu'elles  requièrent.  Or  les  déQinitions  ont  été  étudiées   l'importance   clinique   :   l'enfant  commence  par  donner  des  déQinitions  
avant  tout   sous   l'angle   de   la   détermination   conceptuelle   et   verbale,   par  l'usage,   ensuite  par  la   description,   avant  d'être   capable  de  déter-­‐
soit  sous  celui   du   mode  psychologique  de   raisonnement  qu'elles   re-­‐ minations  formelles.  Autrement  dit,  un  objet  est  d'abord  rapporté  par  
couvrent,  mais  demeurent  toujours  à  l'état  discontinu  et  atomistique. le  sujet   à   l'activité  égocentrique   avant  d'être   classé  parmi  d'autres  et  
Procédant  d'une  façon  empirique,   outre  Binet,  Stern  2   avec  Gregor   avant  d'être   caractérisé  par  un  système  de  concepts.  L'ordre  de  succes-­‐
et  Roloff  entre  autres  ont  établi  des  tableaux  de   mots  sériés  d'après   sion  de  ces  trois   types  de  déQinition  traduit  certes  un  aspect  de   l'évo-­‐
les  déQinitions   correctes   obtenues  selon   l'âge.   On   a   observé   que   les   lution  de  la   pensée.   Seulement,   peut-­‐on   aller  plus  loin  et  considérer  
notions   abstraites   ne  sont  comprises  que   tardivement  ;   avant  11  ans,   ces   stades   généraux   en   chaque   cas   particulier   comme   niveaux   de  
en   général,   l'enfant  ne   sait  déterminer  que   des   mots  concrets,   vers   raisonnement  ?  Autrement  dit,  un  type  de  déQinition   peut-­‐il   sans  plus,  
12-­‐13  ans  des  notions  semi-­‐abstraites  de   nature   politique   et  sociale   et   indépendamment   de   son   contenu,   servir   de   point   de   repère   au  
comme  «  loi,  ordre,  argent  »,  etc.  Ce  n'est  qu'à   partir  de  13-­‐14   ans  que   diagnostic  mental   ?  Telle  est  bien  l'idée  sous-­‐jacente  aux  épreuves  de  
des  concepts  logiques  ou  éthiques  sont  déQinis  correctement. déQinition.   Or,   une   telle   généralisation   nous   parait  se   heurter   à   une  
Comment  interpréter  ce  tableau   ?  L'incapacité  de  déQinir  des   mots   difficulté  réelle,   qui  est  celle  des  décalages.   En  effet,   selon  le   contenu  
abstraits  avant  11-­‐12   ans  saura-­‐t-­‐elle  nous  renseigner  sans  plus  sur   sur  lequel  portent  les  définitions,  il  est  bien  possible  qu'un  même  enfant  
la  compréhension  des   notions   impliquées  ?  Supposons  qu'un   garçon   déQinisse  par  exemple   une   maman  :  «  une   dame   qui  a   des  enfants  »,  
de  10  ans  soit  embarrassé   pour  déQinir  les   notions  de  «  courage  »  ou   donnant   ainsi  le  terme  générique,   tandis  que  pour   une   abeille   il  dira  
de   «   paresse   »   ;   faudrait-­‐il   lui   refuser   d'en   avoir   une   idée   vive   et   «  c'est  pour  faire  du  miel  »,  restant  ainsi  dans  la  détermination  selon  
précise,  ou  simplement  de   savoir  les  caractériser  logiquement  ?  Mais,   l'utilité.  De   même,   on   trouvera  des   adultes  parfaitement  capables  de  
en  ces  cas,  doit-­‐on  le  considérer  comme  intellectuellement  inférieur  à   déQinir   logiquement   un   objet   familier,   mais   par  contre,   à   coup   sûr,  
un  autre  qui,  au  même  âge,   en  donne  une  détermination  schématique  ?   embarrassés   lorsqu'il  s'agira   de   définir  une  espèce   zoologique   autre-­‐
En   général,   le   fait   de   savoir  ou   non   définir  un   mot   abstrait  peut-­‐il   ment  que  par  sa   description,   ou   même   de   déQinir  un   organe   (un  œil  
être   interprété   comme   signe   clinique   du   niveau   intellectuel   ?   On   «  c'est  pour  voir  »)  autrement  que  par  l'usage.  Un  type  de  définition  n'a  
voit  combien  le  rapprochement  et  l'identification  entre  un  formalisme donc  de   signification  que  dans  son  contexte  précis,  et  toutes  les  notions  
ne  se  prêtent  pas  également  bien  à  une  analyse  du  raisonnement.
1  A.  BINET  et  TH.  SIMON  :  La  mesure  du  développement  chez  les  jeunes  enfants.

2   W.   STERN   :   Die   Intelligenz   der   Kinder  und  Jugendlichen  und  die  Methoden   ihrer   1  A.  BINET  :  L'étude  expérimentale  de  l'intelligence.

Untersuchung.
254   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   255

Cependant   certaines   notions   peuvent   nous   fournir   des   indices   les   difQicultés   opératoires   à   manier   l'addition   des  classes   de   l'éton-­‐
intéressants   sur  le  fonctionnement  de  la  logique   enfantine,  parce  que   nement  qu'il  éprouve  en  face  de  questions  aussi  étranges  ?
reposant  sur  une  construction  opératoire.   Nous  rappelons  à   ce   sujet   N'est-­‐il   pas   curieux   de   voir  que   les   créateurs  de   tests  semblent,  
les  notions  de  «  frère  »,  de  «  gauche  »  et  de   «  droite  »  dont  Piaget  1   a   dans  leur  souci   d'exactitude,   avoir  perdu   de   vue   le   côté   fonctionnel  
donné   une   analyse  génétique.  La  déQinition   de  la  notion  de   «  frère  »,   dont   ils  se   réclamaient  justement  dans  leur  critique  de   l'école   tra-­‐
confondue   d'abord   avec  celle  de   «  garçon  »,  mise   en   rapport  ensuite   ditionnelle   ?   Mais,   admettons   même   qu'en   certains   cas   un   enfant  
avec  celle  de   «   famille   »,   désigne   vers  9   ans  environ   une   relation  de   s'intéresse  à   une  telle   gymnastique   de  l'esprit  et  fasse  un   véritable  
réciprocité.   De   même,   les  notions  de   «   gauche   »  et  de  «   droite   »   se   effort  d'adaptation  sans  cependant  parvenir  à  résoudre   le  problème,  
libèrent  du  point  de   vue  égocentrique,  au  moment  où  l'enfant  devient   qu'est-­‐ce   que   cela   nous  apprendra  ?  Qu'il   est  incapable   de   déduire  ?  
capable  de  faire   une  opération  converse.  Or,  suivre  de  près  et  par  une   Evidemment   non,   car   il   pourrait   peut-­‐être   aisément   composer   des  
conversation   clinique   l'élaboration   des   opérations   inverses   sur  les-­‐ égalités  sur  le   modèle   A  =   B,   B  =   C,   donc   A  =  C,   lorsqu'il   s'agit  de  
quelles  reposent  ces  deux   notions,  et  relever  les  difQicultés  auxquelles   raisonner   sur   des   objets   concrets   (comme   nous   l'avons   montré  
se  heurtent  certains  enfants,  nous  permet  d'analyser  le  mécanisme  de   dans   l'expérience   des   barres),   et  cela   d'autant   plus   facilement   qu'il  
la  pensée  en  action  et  de  dépasser  ainsi  le  simple  étalonnage  des  résul-­‐ peut  effectuer  ces  opérations  par  manipulations  pratiques.  Son  échec  
tats  statiques.  Mais  plutôt   que  de  raisonner  sur  des  notions   acquises,   ne   prouvera   donc  rien   de   plus  que   son   incapacité   à   construire   une  
peut-­‐être   faudra-­‐t-­‐il   engager   l'enfant   à   prendre   conscience   et   à   composition  logique  sur  certaines   données  Qictives.  Or,  une  telle   difQi-­‐
systématiser  les  opérations  concrètes  telles  qu'elles  se   dégagent  de   culté  peut  être  intéressante  à  connaître  après   le  niveau  de  11-­‐12   ans  
l'expérimentation  et  de  l'observation  proprement  dites. (âge  du  raisonnement  formel),   mais  ne  présente  aucune  signiQication  
auparavant.  Et  même,  après  11-­‐12  ans,  il  s'agira  encore   de   dissocier  
b)  Problèmes  de  syllogisme   et  de  raisonnement  mathématique.  —  Si   le   raisonnement   comme   tel   des   artifices   propres   à   sa   formation  
dans  les  tests  de  déQinition  verbale  il  subsiste   toujours  quelque   difQi-­‐ verbale.
culté   à   dissocier  la   part  du  langage  de  celle  du   raisonnement  propre-­‐ Voici   encore   un   exemple   de   problème   faussement   opératoire   :  
ment  dit,  on  pourrait  s'attendre  à   ce   que  des  problèmes  logiques  ou   chacun   connaît  le   fameux   test  de   Terman   1   d'intelligence   soi-­‐disant  
mathématiques   exigeant  un  effort   de  déduction  relèvent   plus  direc-­‐ pratique   («   test   des  bidons   »)   ;  présenté   comme   une   épreuve   pour  
tement  du  fonctionnement  de  la   pensée.   A   les   voir  de  plus   près,   ces   adultes  supérieurs,   il  repose  sur  un  système  d'emboîtements  de  parties  
tests  constituent  le  plus  souvent  soit  des  épreuves   épineuses  de  logi-­‐ dans  le  tout,   accompagné   d'une   métrique   élémentaire.   Or,   la  solution  
que   construites   sur   le   modèle   du   syllogisme,   soit   des   problèmes   de  ce  problème,  qui  est  aisée  dès  que  le  sujet  est  habitué  à  un   certain  
d'arithmétique  enveloppés  dans  un  contexte  plus  ou  moins  artiQiciel. dressage   scolaire,   est  au   contraire   difQicile   en  l'absence  de   dressage,  
Voici  par  exemple  un   échantillon  de   problèmes  de   raisonnement   mais  pour  des   raisons  qui  n'ont  rien  à  voir  avec  le  mécanisme  opéra-­‐
pris  dans  les  tests  de  Burt  2   et  dont  Stern  déjà   signale  la  formulation   toire  de  l'intelligence.  Nous  avons  rencontré,  par  exemple,  un  profes-­‐
étrange   3  :  «  Dans  les  climats  chauds,  on  trouve  de  l'aloès  et  du  caout-­‐ seur   de   mathématiques   supérieures   qui   s'est   embrouillé   un   bon  
chouc  ;  la   bruyère  et  les  herbes  ne  croissent  que  dans  les  pays  froids  ;   moment   lorsqu'on   lui   a   posé   ces  questions.   D'autre   part,   en   ce   qui  
les  herbes   et   l'aloès  exigent  un   terrain  sec  ;   au  bord  de   l'Amazone   concerne   l'enfant,   un   problème   tel   que   celui-­‐là   mérite   toutes  les  
il  fait   chaud  et  humide  ;  laquelle  des  plantes  indiquées  s'y  trouve  ?  »   objections   que   les   psychologues   ont   adressées   à   une   certaine  
On   ne   saurait,   en   effet,   trouver   mieux   pour  consterner   l'enfant.   Et   conception   du   travail   scolaire   lorsque   celui-­‐ci   n'est   pas   fonctionnel  
s'il  ne  parvient  pas  à  résoudre  un  tel  problème,  comment  dissocier mais   procède   par   automatismes  verbaux.   Si,   au   lieu   d'évoquer   ces  
bidons  par  la  parole  seule,  on  donne  réellement  à   l'enfant  des  bocaux  
1  J.  PIAGET  :  Le  jugement  et  le  raisonnement  chez  l'enfant.
et  des  liquides  divers  à  transvaser  2,  on  observe  au  contraire  le  déve-­‐
2  C.  BURT  :  The   development  of   reasoning  in  school  children.  Journal  of  Educational  

Psychologie,  1919. 1  TERMAN  :  The  measurement  ot  intelligence,  Harrap,  London,  1919.  
3  W.  STERN  :  Die  Intelligenz  der  Kinder  und  Jugendlichen.  Leipzig,  Barth  1928.
2  J.  PIAGET  et  A.  SZEMINSKA  :  La  genèse  du  nombre  chez  l'enfant,  chap.  I  et  X.
256   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   257

loppement  de  tout  un  mécanisme  opératoire   qui   rappelle   de  près  la   jugements  particuliers  dont  est  composée   l'absurdité,   faute  de  savoir  
construction   des   différentes   notions   de   conservation   dont   il   a   été   confronter   des  données   Qictives  et   de   raisonner   ainsi   sur  des   hypo-­‐
question   dans  cet  ouvrage.  C'est  en  fonction  seulement  de   la  connais-­‐ thèses.  Si  l'on  veut  se  servir  d'une  épreuve  complexe  comme   celle   des  
sance   d'un   tel   développement   génétique   et   en   le   situant   dans   un   phrases  absurdes  en   vue  du  diagnostic  du  raisonnement,  il  est   indis-­‐
contexte   d'expérimentation   et   de   déduction   véritables,   que   le   test   pensable  de  procéder  également  à   une  analyse  psychologique  préala-­‐
«  des  bidons  »  acquerrait  une  signiQication  de  diagnostic. ble  non  seulement  de   toutes  les  données  impliquées,  mais  encore   des  
différentes  formes  de  raisonnement  logique,  en   distinguant   soigneu-­‐
c)   Les   phrases   absurdes.   —   Penser   logiquement,   c'est   obéir   au  
sement   ces   deux  sortes   de  facteurs  (contenu  des   notions  et   structure  
principe   de   non-­‐contradiction.   Or,   relever   des   contradictions   entre  
formelle  du  raisonnement).
des   propositions,   voilà   ce   que  demandent  les  phrases  absurdes  dont  
Comme   exemple  du  premier   type,   on   connaît  la   phrase   absurde  :  
entre  autres   Binet,  Piéron,  Ballard   et  Claparède   1   ont  fait  des  épreuves  
«  Cette  route  monte  plus  à  la  montée  qu'elle  ne   descend   à   la   descen-­‐
de  diagnostic.
te  ».  Or,   loin  de  constituer  à  tous   les  âges  une  contradiction  formelle  
Les  contradictions  peuvent  être  de  différents  ordres.  Les  phrases  
indépendante  de  son  contenu,  une  telle  proposition  suppose  au  contraire  
absurdes   mises   à   l'épreuve   par   Claparède   et   Mme   Leuzinger-­‐
une  compréhension  précise   de  la   réversibilité  des  déplacements  sur  
Schuler   2   reposent  tantôt  sur  des  impossibilités  matérielles,  sur  des  
un   plan  incliné,  et  cette   compréhension  suppose   toute  une  construc-­‐
appréciations  fausses,  tantôt  sur  des  contradictions  dans  les  termes,  
tion   opératoire   antérieure.   Pour   évaluer   les   différentes   réponses  
sur   des   déductions   illégitimes   ou   des   erreurs   de   raisonnement.  
données  à  propos   de   cette   phrase  absurde   aux   niveaux  successifs  du  
Elles   ont   été   graduées   par   réussites   selon   l'âge,   Claparède   souli-­‐
développement  mental,  ii  faudrait  donc  connaître  la  construction   des  
gnant   lui-­‐même  que  celles-­‐ci  reposaient  sur  une  classification  empi-­‐
idées  géométriques  chez  l'enfant,   et  l'on  sait   combien   peu   elle   a   été  
rique   dont   il   demandait   qu'elle   fût   un   jour   doublée   d'une   analyse  
étudiée  jusqu'ici.
génétique.
Comme   exemple   du   second   type,   on   connaît   la   célèbre   phrase  
Comme  nous  avons  eu  l'occasion   de  l'observer  dans  une  recherche  
absurde   de   Binet   1   :  «   J'ai  trois   frères,  Paul,   Ernest  et   moi   ».   On  sait  
faite   en   collaboration   avec   M.   Rennes   à   l'Institut   des   Sciences   de  
aussi  combien  les   réponses  données  sont  souvent   difQiciles   à   évaluer.  
l'éducation,   en   analysant   cliniquement   quelques   phrases   absurdes,  
Mlle   Descœudres  2   a  réuni  des  jugements  portés  par  différentes  person-­‐
celles-­‐ci   ne  correspondent   pas  à   une   opération  simple   et  nettement  
nes  sur  les   réponses  douteuses   dans  le   cas   de  la  réponse  «  il  manque  
déterminée,   mais   à   toutes   sortes   de   facteurs   qui   varient   beaucoup  
un   frère   »   :  la   moitié   jugent   la   réponse   correcte,   la   moitié   la   jugent  
suivant   les   données   des   propositions   sur   lesquelles   elles   portent.  
fausse.  Or,  l'analyse  de  la  logique  des  relations   symétriques  a  montré  
D'abord   la   prise   de   conscience   des   impossibilités   matérielles   n'est  
combien   ces   réponses   dépendent   d'une   construction   progressive  
pas  d'emblée   comparable   à   celle  des   contradictions  logiques  :  l'igno-­‐
qu'on  ne  soupçonnait  guère  3.
rance  de   lois  physiques  empêchant  le  sujet  de  relever  la  contradiction  
inhérente   n'a  pas  nécessairement  la  même  signiQication  clinique   que   d)  Epreuves   de  sériation  —  Inversement,  on  a  imaginé  des  épreu-­‐
là   découverte   d'une   déduction   formellement  illégitime.   Il   est  donc   ves  fort   intéressantes  parce  qu'exigeant  de  la  part   de  l'enfant  une  vé-­‐
indispensable   d'analyser   d'avance   toutes   les   notions   sur   lesquelles   ritable   construction   opératoire,   mais,   chose   curieuse,   sans   tenir  
repose  l'absurdité. compte   de   ce  caractère  de  «  groupement  »   logique   et  en  les  utilisant  
Mais   il   y   a   plus   :   relever   l'incompatibilité   des   notions   en   jeu   comme  s'il  s'agissait  de  simples  questions   perceptives.   Pour  ne   citer  
exige   de   la   part   de   l'enfant   une  capacité  de   déduction   formelle  et   que  l'exemple  le  plus  instructif,  à  cet  égard,  rappelons  l'ordination  de
purement   logique.   Or  en   dessous  du   niveau   où   celle-­‐ci  est  possible  
1  A.  BINET  et  TH.  SIMON  :  La  mesure  du  développement  chez  les  jeunes  enfants.
(11-­‐12  ans),  l'enfant  cherche  à  vérifier  empiriquement  chacun  des
2   A.  DESCŒUDRES  :   Enquête  sur  L'évaluation  subjective   de   quelques   tests   de   Binet   et  

1   et   2   ED.   CLAPARÈDE  
et  A.   SCHULER  :  Le  test   de   phrases  absurdes.  Intermédiaire  des   Simon.  Archives  de  psychologie,  t.  XVI,  1917.
3  J.  PIAGET  :  Le  Jugement  et  le  raisonnement  chez  l'enfant.
Educateurs,  N°  49,  1917.
258   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   259

cinq  poids  que  Binet  considérait  comme  une  épreuve  de  niveau  intel-­‐ Certes  une  telle   conception  statique  et  non  fonctionnelle  de  la   raison  
lectuel  pour  l'âge  de  10  ans.  Dans   ses  commentaires  à   La  mesure  du   n'est   plus   guère   défendue   aujourd'hui   en   psychologie   du   raisonne-­‐
développement   de   l'intelligence,   nous  lisons  en   effet   :  «   En  somme  le   ment   ;   cependant,   chose   paradoxale,   elle   semble   reparaître   chaque  
mode   de   pesée   dont  se  sert   l'enfant  n'a   pas   à   intervenir  dans  notre   fois   qu'on   voudrait   mesurer   et   juger   de   la   pensée,   autrement   dit,  
conclusion.   Seul   importe   le   résultat   de  la   pesée,   l'appréciation   de  la   chaque  fois  que   le  besoin  de  mesure  en  vue  de   l'application   l'emporte  
différence  ».1  Or,  une  telle  ordination  exige   justement  l'emploi  d'opé-­‐ sur  celui   de  la   connaissance  désintéressée.  Il   est  surprenant  (et  nous  
rations  de  mises  en  relations  asymétriques.   Comme  nous  avons  pu  le   l'avons  déjà   remarqué  au  chapitre  premier)  qu'il  persiste  un  si  grand  
montrer  ailleurs   2   (nos  résultats  coïncident   du   reste  pour  l'âge   avec   écart  chez  presque  tous  les  auteurs  entre   la  finesse  de  leur  psychologie  
ceux  de  Binet),  la  sériation  opératoire  de  cinq  poids   n'est   que  l'abou-­‐ théorique  de   l'intelligence   et  la   lourdeur  de  leurs  procédés  métriques.  
tissement  d'un   développement  dont  le   premier  stade   est  caractérisé   Dans  le  cas  de   la   logique   ils  ont   vu  son   insufQisance  en  théorie  et  ont  
par  l'absence  de  composition  faute  de   tout   jugement  de  relation,  et  le   accepté  tous  ses  défauts  dans  la  pratique.
second  par  une  sériation  empirique  et  procédant   par  couples  incoor-­‐
donnés  entre  eux.  Il   s'ensuit  que  l'enfant  au-­‐dessous  de   9-­‐10  ans  est   e)  Epreuves  cliniques  de  logique  opératoire.  —  Les  quelques  épreuves  
incapable  de  faire  une  sériation   correcte   de  plusieurs  poids  ;  ce  n'est   que   nous  avons  proposées   dans  cet  ouvrage  comme  des  échantillons  
nullement  par  un  défaut  de  discrimination  perceptive,  mais  essentiel-­‐ d'un   instrument   d'analyse   du   diagnostic   du   raisonnement   nous  
lement  parce   que   l'enfant  plus   jeune,   ou   retardé   dans   son   dévelop-­‐ paraissent  par  contre  être  le   prolongement  direct  d'une  analyse  géné-­‐
pement  mental,  ne   sait  pas  construire  le  «  groupement  »   des  relations   tique  préalable   des  opérations  mentales.   Comme  nous  l'avons  annoncé  
asymétriques,  donc  par  une  insufQisance  de  logique  opératoire. au  début  de  ce  chapitre,  les  expériences  utilisées  relèvent   d'une  tout  
* autre   conception   du   raisonnement,   dont   nous   aimerions   dégager  
*                * maintenant  quelques  caractères  différentiels.   En  un  mot,  il  y  a  opposi-­‐
Le   diagnostic   du   raisonnement,   basé   sur  des   épreuves  formelles   tion  entre   la  logique   des  propositions  et  celle  des  opérations  :  tandis  
du   genre   de   celles   que   nous   venons   de   relever,   nous   semble   donc   que  la   première  à  elle   seule   n'est  qu'une  forme  générale,  s'appliquant  
avoir  commis   deux   sortes  d'erreurs  opposées  l'une   à   l'autre   :  tantôt   à  n'importe  quel  contenu,  la  deuxième   consiste  dans  l'élaboration  de  
on   s'est  attaché  à  un  trait  trop   particulier  et  périphérique  de  la  pensée,   celui-­‐ci.  La  logique  des  propositions  assure   la  cohérence  formelle   selon  
comme   si   l'on   pouvait   dissocier  le   raisonnement   de   tout   contenu   les  seules  règles  de  l'implication  et  de  l'incompatibilité,   supposant  les  
expérimental,  tantôt  on  s'est  servi  de  problèmes  trop  complexes  dans   notions  déjà  construites  et  les  opérations  achevées.  La  logique  opéra-­‐
l'intention  d'en  tirer  des  indices   univoques  sur   le   niveau   et  le   fonc-­‐ toire  travaille  au  contraire  directement   sur  les  données  de  la  percep-­‐
tionnement  du  raisonnement.  D'une   manière   générale,   en  imaginant   tion  et  de  l'intuition,   elle   articule  ou  coordonne  en  un  système  fermé  
des  tests  on  a   fait  de  la  raison  une  faculté  éthérée,  une  structure  vidée   l'ensemble   des  relations   au   fur  et  à  mesure   de   leur  élaboration  :  elle  
de   tout   contenu,   un   moule   dans   lequel   on   peut   verser   n'importe   est  donc   sans   cesse   aux  prises   avec  l'expérience   même.   Faire   de   la  
quelle   donnée  ;  que  l'on  demande   à  l'enfant  de   déQinir   des  concepts,   logique   des  propositions  le   prototype   de   la   logique   entière   signiQie,  
de  les  combiner  par  voie  déductive  ou  d'en  extraire  des  contradictions   pensons-­‐nous,  établir  une  cloison  étanche  entre  le   fonctionnement  de  
internes,  on  s'attaque  toujours  à  des  concepts  achevés,  sans  atteindre   l'intelligence   gnostique  et  ses   étapes   antérieures,   telles  que   les  éla-­‐
le  jeu  des  opérations  qu'ils  requièrent  pour  s'édiQier  ;  on  examine  un   borations  intuitives   et  sensori-­‐motrices,   en  un   mot,   entre   le   raison-­‐
formalisme   verbal,  laissant  échapper   l'élaboration  active   des   instru-­‐ nement   et   l'expérience.   Or,   si   l'on   ne   respecte   pas  cette   continuité  
ments  logiques  en  eux-­‐mêmes. fonctionnelle   de   l'intelligence   avec   les   intégrations   des   structures  
1   A.  BINET  et   TH.  SIMON  :  La  mesure  du  développement  de  l'intelligence  chez  les  jeunes  
successives,   il  nous  paraît  difQicile,  en   nous  plaçant  au  point  de  vue  du  
enfants.  Paris,  1929,  p.  21. diagnostic,   d'attribuer  une   signiQication   psychologique   et  clinique   à  
2  J.  PIAGET  et  B.  INHELDER  :  Le  développement  des  quantités  chez  l'enfant. un  échec  ou  une  réussite  des  problèmes  de  logique  formelle.
260   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   261

Pour   établir   des   indices   ou   signes   cliniques   d'un   raisonnement   actions,   et   l'inciter  autant   par   des  observations   expérimentales   que  
anormal,  il  faut  être   en  état  de  saisir  non  pas  seulement  une   structure   par  des   questions   appropriées  à   construire   au   fur  et  à   mesure   ses  
achevée  de   la  pensée,  mais  son  fonctionnement  même.  Or,   atteindre   notions.   Or,  les  notions  qui  nous  ont  paru   se   prêter  le  mieux  à  l'analyse  
le   fonctionnement   de   la   pensée   signiQie   suivre   l'élaboration   de   ses   opératoire  du   raisonnement  sont  les  principes  de  conservation,  parce  
normes  de  construction.  Ce  qu'il  y  a  de   plus   général  dans  cette  cons-­‐ que   se  fondant  toujours  sur  des  «  groupements  »  d'opérations  logiques  
truction  continue  c'est,   selon  Piaget,  l'opération,  celle-­‐ci  étant  déQinie   ou  des  «   groupes   »   mathématiques.  En   effet,   le   monde   physique,   tel  
par   une   action   devenue   réversible.   L'opération   est   pour   ainsi   dire   qu'il  apparaît  à   la  perception,  n'est  qu'un  Qlux  de   modiQications  irré-­‐
l'élément  actif   de  la   pensée,   plongeant  ses   racines  dans   la  coordina-­‐ versibles.   Pour  que  la  pensée  puisse  s'orienter   dans  l'espace  et  dans  
tion   des   schèmes   pratiques   eux-­‐mêmes   ;   par  exemple   entre   le   fait   le  temps,  il  faut  donc  des  points  de  repère,   autrement  dit  des  systèmes  
d'assembler  des  éléments  matériels  en   une   collection  ou  un  tas,   et   de   permanence.   Or,   ces  systèmes  qui  imposent  tôt  ou  tard  avec   une  
celui   de  les  réunir  par  la   pensée  en  une  totalité,  il  n'y  a  pas  opposition   nécessité   a  priori  certains  principes   de  conservation   —  ce   que   nous  
mais   continuité   sur  des   plans  successifs,   l'opération   logique   ne   se   avons  eu  l'occasion  de   développer  au  sujet  des  quantités  matérielles  1  
distinguant   de   l'opération   sensori-­‐motrice   que   par   sa   plus   grande   —  se  construisent  néanmoins  progressivement  par  l'interaction   de  la  
mobilité  et  sa  réversibilité,  c'est-­‐à-­‐dire  par  la   possibilité  de   coordonner   déduction  et  de  l'expérience,  cette  élaboration  occupant  la  période  de  
au  moyen  de   la  réQlexion  des  actions  successives  en   un   seul  faisceau   4   à   12   ans   chez   l'enfant.   Parmi   l'élaboration   d'autres   principes   de  
simultané.   La   logique   opératoire   dont   nous  avons  fait   le   modèle   de   conservation  mathématique  ou  physique   constituant  par  exemple   les  
raisonnement  sur  lequel  vont  se   dessiner  les  phénomènes  anormaux   notions  de  «  nombre  »,  de  «  temps  »  et  d'«  espace  »,  le   développement  
de   la   débilité,   caractérise   donc  un   stade,   ou  plus   précisément  une   des  quantités  matérielles  nous  paraît   donner  un   tableau   particuliè-­‐
période  (divisée  en  plusieurs  stades),   mais  une  période   particuliè-­‐ rement   net   de   stades   génétiques,   chaque   niveau   opératoire   étant  
rement   importante   du   développement   intellectuel,   puisqu'elle   se   constitué  par  de  nouveaux  «   groupements   »,  les  notions  de  conserva-­‐
rattache   par   toutes   les   transitions   voulues   aussi   bien   aux   niveaux   tion  de  substance,  de   poids  et  de  volume  s'intégrant  dans  un  ordre  de  
inférieurs  qu'aux   supérieurs,   aux   opérations  sensori-­‐motrices   et  au   construction   génétique.   L'épreuve   des   déformations   de   la   boulette  
raisonnement  formel  ou  hypothético-­‐déductif. d'argile   permet   justement   de   suivre   l'élaboration   de   ces   «   groupe-­‐
Lorsque   l'on  veut  provoquer  dans   l'esprit  du  sujet   une   telle  cons-­‐ ments  »   successifs.  Celle   de  la   dissolution  du   sucre,  plus  synthétique,  
truction   opératoire  dans   le  but  de   déterminer  son  niveau  de   raison-­‐ montre   en   plus   l'interdépendance   du   raisonnement   déductif   et   de  
nement  et  de  discerner  les  difQicultés  paranormales  propres  du  débile   l'interprétation   expérimentale   des  données   intuitives.   Et  Qinalement  
mental,   deux   conditions   de   méthode   sont  à   respecter   :  1°   l'épreuve   la   composition  des  barres,  à  titre  de  contrôle,  met  à  nu   le  mécanisme  
doit  être  fonctionnelle,  c'est-­‐à-­‐dire   susciter  de  la   part  du  sujet  un  réel   logique  de  ces  mêmes  «  groupements  ».
besoin   d'adaptation   et  soulever   un   problème   dont  la   solution   s'ap-­‐
puie   sur   un  «  groupement  »  d'ensemble  ;  2°   il   y  a   lieu   de   procéder   2°  LA  MÉTHODE  CLINIQUE
par  la  méthode  clinique   qui  seule  permet  d'analyser  «  sur  le  vif  »  le  
déroulement  des  processus  logiques. Mais  pour   que   de   telles   épreuves  prennent   une   valeur   fonction-­‐
nelle  dans  le  sens  que  Claparède  a  donné  à   ce  terme,   il  est  nécessaire  
1°  LE  CHOIX  DES  ÉPREUVES de   les  présenter  cliniquement.  Nos  expériences  n'ont  rien   de   commun  
avec  un  test,  mais  tendent  à  être  un  échange  de  vues,  une  conversation  
Quoique   chaque   problème   de   raisonnement   puisse,   ainsi   que   libre  au  sujet  d'expériences  de  physique  élémentaire   pouvant  éveiller  
nous  venons  de  le  voir,  conduire  à  une  analyse  opératoire  de  la  pensée,   la  curiosité   de   l'enfant.  Tandis  que  dans  la   plupart  des   tests  l'enfant,  
il   y  a   cependant  avantage  à   dépasser  l'étude   des  notions  verbales   une   fois   l a   c onsigne   reçue,   se   t rouve   seul   e n   face   des   p roblèmes   à
et   à  engager  l'enfant  à  une   véritable  expérimentation  :  lui  soumettre  
un   m atériel   c oncret,   l e   faire   a gir   e t   l ui   a pprendre   à   réfléchir   à   s es 1  J.  PIAGET  et  B.  INHELDER  :  Le  développement  des  quantités  chez  l'enfant.
262   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   263

résoudre,   le   clinicien   fait  ici  en   quelque  sorte   partie   de   l'expérience   estime   le   plus   souvent   superflue   une   formation   équivalente   en  
même.  Lorsqu'il  s'agit  en  effet  de  problèmes  de  conduite   et  plus  parti-­‐ psychologie   appliquée,   comme   s'il   était  plus   facile   de   déterminer  le  
culièrement   d'intelligence   pratique,   l'observation   des   différentes   fonctionnement   et   les   structures   de   l'organisation   mentale   que  
phases   de   la   coordination   de   schèmes  sensori-­‐moteurs  en   fonction   d'examiner  un  organisme  physique.
d'un   dispositif   peut   sufQire   à   relever   des   indices   cliniques   intéres-­‐
sants   ;   mais  dès   qu'on   passe   du  plan   de   l'action   à   celui   de   l'intelli-­‐
2.  INDICES  CLINIQUES  DE  LA  DÉBILITE  MENTALE
gence   réQléchie,   le   contact   du   sujet   avec   les   faits   d'expérience   doit  
être   doublé   par  l'échange   interindividuel,   l'élaboration   même   des   Après   avoir   discuté   la   conception   logique   sur   laquelle   reposent  
notions   rationnelles  supposant   une   discussion   qui,   à   ce   niveau   de   nos  épreuves  de  même  que  les  principes  de   la   méthode   clinique   qui  
développement,   ne  peut  encore  être  entièrement  intériorisée.  Le  rôle   seule   conduit   à   une   analyse   opératoire   de  la   pensée,  le   moment  est  
des  questions,  des  objections,   des  incitations   à  l'observation   expéri-­‐ venu   de  nous  demander  en  quoi  les   faits   relevés  dans  les  chapitres  II  
mentale   et  au   contrôle,   est   justement  de   pousser  l'enfant   à   prendre   à   IV  peuvent  contribuer  à   l'interprétation  du  raisonnement  chez   les  
conscience   de  notions  et  d'attitudes  mentales  souvent  implicites.  Par   débiles  mentaux.
la   nécessité   où   il   est   placé   de   motiver   et   de   formuler  ses   idées   et   Nous  n'avons   nullement   cherché   à   établir  une   séméiologie   de   la  
croyances,  l'enfant  tend  à  introduire  de  la   cohérence  dans  son  système   débilité  mentale  en  général,  ni  même  un  tableau  clinique  complet  de  
de   pensée.   Notre   méthode  engage  ainsi  l'enfant   à  donner  son   maxi-­‐ la  pensée  débile.  Pour  ce   faire,  il  faudrait  en  effet  procéder  à  une  des-­‐
mum  et  à  pousser  son  raisonnement   jusqu'à  ses  limites  supérieures.   cription  multidimensionnelle   des  fonctions  mentales,   étudier  simul-­‐
Si   néanmoins   il   subsiste   des  difQicultés   et  des   échecs  de   déduction,   tanément   les  effets  de  la  débilité   pour  chacune  d'elles,  établir  les  lois  
ceux-­‐ci  se  révéleront  le  plus  souvent  à  l'analyse  comme  indices  d'une   de  leur  enchevêtrement  aQin  de  systématiser  par  recoupements  pro-­‐
incapacité  de  logique  opératoire. gressifs  leur   symptomatologie   exacte.   Mais   si   l'on   peut   espérer   que  
La  méthode  clinique   exige  évidemment  une  pratique  subtile  et  un   les  études  de  psychologie   pathologique   permettront  un  jour  de  four-­‐
ensemble  de  précautions.  Il   faut  éviter  autant  le  danger  de  suggérer  à   nir  un   syndrome   précis  de  la   débilité   mentale  et   de   dépasser  ainsi  la  
l'enfant   une   direction   de   pensée   qui   n'est   pas   la   sienne,   que   celui   description   habituelle   des   phénomènes  d'oligophrénie  fondée  sur  la  
d'une   interprétation   naïve   qui   consisterait   à   attribuer  une   valeur   simple   absence   ou   sur  l'insufQisance   des   capacités   normales,   il   y  a  
totale  et  égale  à  tous  ses  propos. lieu,  dans  l'état   actuel  des  investigations,  de  commencer  par  l'analyse  
Procéder   cliniquement   signiQie   se   débarrasser  de   toute   attitude   clinique   de   chacune   des   différentes   fonctions   mentales   et   de   leurs  
réaliste  et  interpréter  les  données  en   tant  que   signes  relatifs  :  c'est-­‐à-­‐ structures  particulières.
dire  savoir  organiser  une  expérience,   poser  des  problèmes,  conduire   Or,   une  telle   analyse  suppose   la   comparaison  avec  des  processus  
la   conversation   de   façon   à   trancher   entre   plusieurs   hypothèses,   normaux,  autrement   dit,   l'identiQication   et  la   différenciation  avec   un  
chercher  à  les   contrôler  tout  en  observant   les  faits  qui  peuvent   dépas-­‐ modèle   génétique.   C'est   pourquoi   nous   nous   sommes   proposé   de  
ser  ou  contredire  les  cadres  préconçus   ;  et  Qinalement  rendre  l'enfant   résoudre,   dans   cet   ouvrage   un   problème   préalable   et   nettement  
actif   en   s'adaptant   à   chaque   cas   particulier  sans   perdre   de   vue   les   circonscrit  que   nous  formulerons  de  la   façon  suivante  :  Dans  les  diffé-­‐
normes  générales,  suivre  les  sinuosités   de  sa  pensée  tout  en  la   diri-­‐ rentes   manifestations   paranormales   du   raisonnement   débile,   sub-­‐
geant  vers  les  points  cruciaux.  La   technique  de   la   conversation  clini-­‐ siste-­‐t-­‐il  un  noyau  opératoire  commun  à   toute  pensée  ?  Si   tel  était  le  
que   ne   s'apprend   pas  du   jour  au   lendemain   ;   elle   exige   une   longue   cas,  les  mécanismes  opératoires  pourraient-­‐ils  être  homologués  à   des  
préparation.   C'est   là   peut-­‐être   l'obstacle   principal   à   l'emploi   de   nos   stades  du  raisonnement  tels  qu'ils  se  sont  dégagés  des  études  génétiques  
épreuves   de   diagnostic   opératoire.   Alors   que   tout   le   monde   admet,   préalables  ?  Et  Qinalement  :  le   fait  de   situer  le   débile   à  un  niveau  de  
par   exemple,   qu'en   médecine   il   faut   plusieurs  années   de   prépara-­‐ raisonnement  implique-­‐t-­‐il  quelque  pronostic  sur  son  développement  
tion  théorique  et  clinique  pour  être  en  état  d'ausculter  un  malade,  on ultérieur  ou  son  arrêt  déQinitif  au  niveau  atteint  ?
264   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   265

Si   pour  certains,   habitués   à   déterminer  la   débilité   par  un  simple   de  leur  raisonnement  correspond  parfaitement  aussi   à  celle  qui  carac-­‐
retard   de   niveau   global   du   développement   mental,   soulever   un   tel   térise  l'égocentrisme   enfantin.   Si  les  anormaux  que  nous  avons  réunis  
problème  revient  à   un  truisme,  pour  d'autres,  le   rapprochement  entre   dans   un   premier   stade   ne   parviennent   pas   à   attribuer   une   perma-­‐
un   état   mental   pathologique   (par   conséquent   irréductible)   et   celui   nence   quantitative   à   la  substance   ni,   par  conséquent,   au  poids  et  au  
d'un  enfant  normal  en  voie   de  développement  semble  être  une  entre-­‐ volume,   c'est   que   tous   —   et   leurs   motivations   et   justiQications   le  
prise   bien   téméraire.   Or,   l'analyse   opératoire   du   raisonnement  chez   prouvent  avec   une  netteté  éclatante  —  sont  incapables  d'effectuer  les  
de  jeunes  débiles  nous  parait  justement  un  terrain  propice  pour   exa-­‐ opérations  logiques  (ou   dans  ce  cas  particulier  les  opérations  «  phy-­‐
miner  ce   qu'il   peut  y   avoir  de  juste  dans  chacune  de  ces  deux  inter-­‐ siques  »)  constituant  le  «  groupement  »   qui   permettrait  de   construire  
prétations.   En   quoi   les  processus  de   raisonnement  étudiés   dans   les   cette  première  invariance.
chapitres  précédents  rejoignent-­‐ils   les  étapes  de  la  construction  opé-­‐ Et   finalement,   l'assimilation   des   données   intuitives   et   expéri-­‐
ratoire  et  en  quoi   leurs  cristallisations,  antérieures  à  l'achèvement  de   mentales  typique   de   ces   arriérés   rencontre  ce  qu'on   a  noté   préala-­‐
celle-­‐ci   ou   paranormales,   s'en   écartent-­‐elles   ?   —  voilà   ce   qu'il   faut   blement   comme   trait   dominant   du   mode   d'induction   des   enfants  
chercher  à  établir  maintenant  à  titre  de  conclusion. normaux  au-­‐dessous  de  7   ans  :   au  lieu  de  se  soumettre  aux   obser-­‐
Trois  groupes  de  faits  nous  semblent  intéressants  à  discuter   à   cet   vations   expérimentales,   le   débile   ou   l'imbécile   de   ce   niveau,   de  
égard  : même  que   le  petit  enfant,   déforme  le  réel  en  fonction  de  ses  schèmes  
1. L'analogie   quasi   totale   et   certainement   frappante   entre   le   raison-­‐ antérieurs   de   prévision   et   reste   ainsi   réfractaire   à   leur   enseigne-­‐
nement  d'un  groupe  de  sujets  (fort  hétérogènes  quant  à  l'ensemble   ment.
de  leurs  réactions)  et  la  mentalité  égocentrique  des  jeunes  enfants. La   convergence   de   ces   différents   traits   signalés  ne   laisse   aucun  
2. Le   parallélisme   du   processus  de   construction   et  d'intégration   des   doute   quant   à   l'identité   structurelle   des  réactions   intellectuelles  de  
notions  de   conservation  chez  l'enfant  normal  et  anormal  et  les  Qixa-­‐ ces  arriérés   et   des  jeunes   enfants   normaux   de   4   à   7   ans   que   nous  
tions  à  mi-­‐chemin  qui  n'aboutissent  pas  à  l'équilibre  terminal  de  la   avons   étudiés   antérieurement   au   moyen   des   mêmes   expériences   ;  
pensée. nous  sommes  donc  en  droit  de  leur  attribuer  une   commune  mentalité  
3. Les  oscillations  paranormales  entre  différents  niveaux  de  construc-­‐ en   ce   qui   concerne   leur  raisonnement  opératoire.   Une   telle   conclu-­‐
tion  et  l'effet  de  l'échange   social   sur  la  fragilité  des  opérations  intel-­‐ sion   nous  semble   présenter   quelque   intérêt,   parce   que   renouvelant  
lectuelles  dans  la  débilité  mentale. l'interprétation  de  la  débilité  :  au  lieu  de  décrire   le   raisonnement  de  
ces  oligophrènes  par  des  caractères  entièrement  négatifs,  nous  som-­‐
Pour  ce  qui  est  du  premier  point,  nous  avons  été   frappée   de  rencon-­‐
mes  conduits  en   fait  à  leur  attribuer   une   mentalité  ou  un  système  de  
trer  chez   un   certain  nombre   d'arriérés   (débiles   et  imbéciles  légers)  
pensée   dont  nous  connaissons  la  fonction  pour  ainsi  dire  «  positive  »  
—  différant  les  uns  des  autres  aussi  bien  par  leur  âge,  leur  scolarité  et  
dans   l'évolution   de   la   vie   mentale.   Lorsque   l'arriéré,   de   même   que  
leur  formation  pratique  que   par  leur  comportement  général  (instabi-­‐
l'enfant   normal,  est  incapable  de   raisonner  par  opérations,  sa   pensée  
lité,   lenteur,   verbalisme,   etc.)   —,   un  type   de   raisonnement   parfaite-­‐
n'est  pas  pour   autant  livrée  au  chaos.  A  défaut  de   «  groupement  »,   il  
ment   homogène  et  identique  à   celui   des  jeunes  enfants  normaux  au  
n'y  a   pas  absence   ou  pulvérisation  d'activité   intellectuelle,  mais  bien  
stade  prélogique.
plutôt  une  centralisation   autour  du  pôle  antagoniste,  qui  est  l'activité  
On  se  rappelle   la  convergence   de  leur  croyance  dans  la   variation  
individuelle  dans  la  mesure  où  celle-­‐ci  s'oppose  à  l'activité  de  la  raison,  
de  la   quantité   de   substance  lors  d'une   déformation   ou  d'un   section-­‐
c'est  la  prédominance  de  la   perception   sur  l'élaboration  intellectuelle,  
nement  de   la   boulette  d'argile,  l'idée   singulière  d'un  anéantissement  
du   subjectif   sur   l'objectif,   en   un   mot,   c'est   exactement   la   mentalité  
complet  du  sucre  dissous  dans  l'eau  et   le  refus  unanime  à  considérer  
que  Piaget  a  appelée  l'égocentrisme  du  raisonnement  enfantin.
une   barre   de   laiton   comme   un   quantum   identique   à   lui-­‐même   au  
Mais   une   objection   s'impose   immédiatement   :   attribuer   à   nos  
cours  d'une  composition.
anormaux  de  10   à   20  ans  ou   plus  un  raisonnement  semblable  à  celui  
Mais  non  seulement  le  contenu  de  leur  pensée,  la  structure  même
des  jeunes  enfants  de  l'âge  préscolaire,  signifie-­‐t-­‐il  réduire  leur  orga-­‐
266   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   267

nisation  mentale  à   un   niveau   général  ne  dépassant  guère   celui  de   6   des  notions  de  conservation  (absence  de  conservation).   Bien  au   con-­‐
à   7   ans   ?  Est-­‐ce   les   considérer  dans   l'ensemble   de   leurs   fonctions   traire,   nous  avons  vu  que  la   majorité   des   sujets  examinés   dépassent  
psychiques   comme   de  petits   enfants  et  faire   ainsi   abstraction  de  leur   ce  niveau  et  atteignent  la  conservation  de   la  substance  ou  même   celle  
développement  antérieur   et  ultérieur  ?  Evidemment  non.   Et  si  l'inter-­‐ du  poids,   sans  toutefois  parvenir  à   celle  du  volume,  qui  implique  tou-­‐
prétation  de   la   débilité   comme   retard  ou  arrêt  à  un  niveau  de   déve-­‐ tes  les  autres,   et  sans  savoir  généraliser   les   compositions   d'équiva-­‐
loppement  inférieur   s'est   révélée   juste   pour  autant   qu'elle   limite   la   lence   à   n'importe   quel   contenu   intuitif.   Ces   constructions  partielles  
correspondance   avec  l'évolution  normale  à   une   fonction  particulière   —  et  c'est  là  leur  intérêt  autant  pour  le  diagnostic  que  pour  la  théorie  
comme   celle   du   raisonnement   opératoire,   l'observation   clinique   du   développement  sur  laquelle   elles  reposent  —,   loin   de   se   manifes-­‐
du   comportement   des  mêmes  anormaux   montre   combien   une   telle   ter  par  des  jugements  discontinus  et  incoordonnés,   se  cristallisent  au  
réduction   simple  se  heurte   à  l'étonnante  hétérogénéité   des  manifes-­‐ contraire  en   des  stades  nettement  circonscrits  et  caractérisés  chacun  
tations  paranormales.   Nos  quelques  notes  sur  l'anamnèse  de  chaque   par  un  «   groupement   »  déQini  des  relations  de  substance  ou   de  poids.  
cas  ne  peuvent  donner,  en  effet,   qu'une   idée   restreinte   et  incomplète   Si   les  débiles  ne  parviennent  pas  à  atteindre  le  stade  IV  (construction  
de   la   variété   des   sujets  examinés.   Or,   en   découvrant   chez   certains   du  volume),  c'est  que  leurs  procédés  de  raisonnement  sont  encore  au  
arriérés  mentaux  et  chez  de   jeunes   enfants  une  même  mentalité  égo-­‐ stade  II,  imprégnés  d'éléments  intuitifs  et  tendent  à  être  suppléés  par  
centrique   et   réfractaire   aux   opérations,   nous   ne   négligeons   pas  de   eux  ;  ils  arrivent  aux  opérations  concrètes  au  cours  du  stade  III,  mais  
constater  que  toutes  sortes  de  phénomènes  paranormaux   sont  cons-­‐ sans  aboutir  aux  opérations  formelles  (stade  IV).
tamment   présents,   inQluant  fortement  sur   le   comportement   général   Deux  questions  qui,  en  somme,   n'en   font   qu'une,   doivent  être  dis-­‐
de   nos  sujets  et,   en  quelque  mesure,  sur  leur  conduite  en  face  de  nos   cutées  à  ce  propos  :
épreuves  :  les  uns  s'y  intéressent  dès  la  première  prise  de  contact,   les   1) En  quoi  sommes-­‐nous  autorisés  à   croire  que   le   débile  afQirmant  la  
autres  doivent  être   stimulés  à   la   réQlexion,   certains   abondent  en   ré-­‐ conservation  de  la  substance  s'appuie  sur  une  construction  opéra-­‐
ponses   verbales   ;   d'autres,   livrés   à   eux-­‐mêmes,   ne   s'exprimeraient   toire   réelle   et   n'est   pas   simplement  inQluencé   par  d'inconscientes  
qu'en   monosyllabes   ;   chez  quelques-­‐uns  l'attention  est   sujette  à   des   suggestions  ?
Qluctuations  tandis  que  d'autres  encore  persévèrent  dans  une  attitude   2) De  quel  droit  attribue-­‐t-­‐on  une  supériorité  intellectuelle  à   des  sujets  
acquise,  etc.  Si  néanmoins  nous  atteignons  à  travers  cette   diversité  de   parvenant,   par  exemple,   à   la   conservation   du   poids   sur  ceux   qui  
conduites  un   commun   mode  de   raisonnement,   c'est  que   le   choix  de   postulent  seulement  celle  de  la  substance  ?
nos  épreuves,   autant  que  la  méthode,  nous  permettent  de  dissocier  le  
noyau   fonctionnel  de   la  pensée   de   l'ensemble   des  autres   manifesta-­‐ Etant  donné  la  docilité  et  la  suggestibilité  même  de  certains  arriérés  
tions   mentales   ;   les   problèmes   de   conservation   mettent   en   jeu   le   mentaux,   on  pourrait  se   demander,   en   effet,   si   les  sujets  réunis  aux  
fonctionnement  de   l'intelligence  indépendamment  des   contingences   stades  II  et   III  ne   parviennent  pas  aux   notions  de  conservation  parce  
dues  à   des   acquisitions   verbales   et  mnésiques   ou   en   particulier  au   qu'ils   se   montrent   plus   accessibles   à   l'échange   intellectuel   et   aux  
dressage   scolaire  ;  la  méthode   de   l'échange   par  conversation   stimule   données   de   l'expérience,   ou  encore   parce  que   plus  suggestibles  que  
et   provoque   l'intérêt   du   sujet   et  le   pousse   à   donner  son   maximum   d'autres  qui  restent  réfractaires  à   notre  méthode,  et  non  pas  unique-­‐
d'efQicience  intellectuelle.  Mais   si  l'analogie  entre  la  mentalité  de   cer-­‐ ment  du  fait  d'une   supériorité  intellectuelle  réelle.  Notre  méthode  de  
tains  débiles   (ou  imbéciles  légers)  et  celle  de  l'enfant   du  stade  prélo-­‐ conversation   libre   ne   risque-­‐t-­‐elle   pas   d'imposer  à   des   sujets  man-­‐
gique  est  déjà  frappante,  combien  plus  l'est-­‐elle  lorsqu'il  y  a   début  de   quant   d'opinions   personnelles   une   idée   qu'ils   n'auraient   pas  décou-­‐
construction  opératoire   avec  Qixation  à  mi-­‐chemin  !  C'est  ce  qu'il  nous   verte   par  eux-­‐mêmes   ?  Les  réponses  justes  ne   témoignent-­‐elles   pas  
faut  discuter  maintenant. d'un  besoin  d'approbation  plutôt  que  d'une   élaboration   opératoire  ?  
En  effet,  il  est  inexact   de  prétendre   que  tous  les  débiles  —  comme   Le  clinicien   doit  sans   cesse   avoir  présente   à   l'esprit   une   telle   objec-­‐
on  pourrait  peut-­‐être  s'y  attendre  —  restent  arrêtés  au  stade  inférieur tion.  Et  lorsqu'il  s'agit  de  problèmes  dont  la  solution  s'appuie  sur  des
268   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   269

connaissances  et  faits  de   mémoire,   il   sera   même   souvent   difficile   il  existe   des  niveaux  intermédiaires  de   construction  intellectuelle.   Ces  
de   dissocier  la  part   de   la   suggestibilité   dans  son   sens  le  plus  général   niveaux   correspondant   aux   stades   opératoires   du   développement  
et   celle   de   l'activité   personnelle   du   sujet.   Mais  si   l'on   passe   à   des   normal,   on   peut   en   conclure   que   le   débile   suit  avec   retardement   et  
problèmes  opératoires  comme  par  exemple  celui   de   la  conservation,   Qixations   précoces   le   même   processus   évolutif   que   le   normal,   mais  
il   y  a  un   signe  clinique  qui,   mieux  que  tout  autre,  nous  paraît  révéler   sans   jamais  aboutir  à   un   équilibre   définitif.   Son   raisonnement   est  
une   construction   rationnelle   et   sui   generis,   c'est  le   sentiment  d'évi-­‐ cohérent  pour  autant  qu'il  est  encore  mobile  et  en  voie  de   progression,  
dence  logique  et  de  certitude  intérieure  avec  lequel   le   sujet  affirme   mais  néanmoins  en   état   d'équilibre   encore   instable,  parce   qu'arrêté  
la   conservation,   certitude   qui   se   traduit   souvent   par   l'étonnement   tôt   ou  tard  à  un  niveau   intermédiaire   qui  ne  lui   permet  pas  d'élargir  
profond   qu'il   manifeste   lorsqu'on  lui  demande   de   justifier  cette   affir-­‐ et  de  généraliser  la  construction  opératoire  au  delà  des  données  con-­‐
mation.  En  outre,  le  fait  même  que   cette   certitude  reste   limitée   à   une   crètes.
construction  partielle  et  qui  ne  peut  être  généralisée   à  n'importe   quel   Si  dans  la   majorité  des  cas,  ainsi   que   nous  venons  de   le  rappeler,  la  
contenu   intuitif   paraît   bien   conQirmer   notre   hypothèse   qu'il   existe   débilité  du   raisonnement  se  manifeste  comme   Qixation   à  des  niveaux  
chez   certains   débiles   mentaux   une   élaboration   rationnelle,   mais   intermédiaires   de   la   construction   opératoire,   chez   certains   sujets  
partielle  et  inachevée. (voir   chapitre   IV)   les   réactions   intellectuelles   ne   se   laissent   pas  
Il   nous  reste  à   répondre  à  la  deuxième   question  :  comment  prouver   d'emblée  situer  à  des   stades  nettement  circonscrits  et   oscillent  entre  
par   exemple   qu'un   débile   qui   sait   que   le   poids  d'une   substance   se   des  systèmes  successifs   de   pensée.   Quoique   soumis  aux   mêmes   lois  
conserve   a  acquis  une   maturation  intellectuelle  supérieure  à  celui   qui   de   construction   opératoire   et   d'intégration   des   notions  en   jeu,   les  
se   borne   à   croire   qu'il   retrouvera   toujours   autant   de   substance   au   raisonnements  oscillants   se  distinguent  nettement  des  arrêts  ou  Qixa-­‐
terme   d'une   ou  de   plusieurs  transformations,   mais   sans  doter  cette   tions   par  la   fragilité   de   leur  mécanisme  de  pensée.  Ainsi  nous  avons  
substance  d'un  poids  permanent  ?  Rappelons  d'abord  que  nous  avons   distingué   trois  sortes  d'oscillations  (progressives,  rétrogrades  et  oscilla-­‐
observé   chez  l'enfant  normal  une  succession  génétique  parfaitement   tions  proprement  dites),  chacune  soulevant  des  problèmes  particuliers  
régulière   selon   laquelle   l'enfant   arrive   à   la   conservation   de   la   aussi  bien  en  ce  qui  concerne  le  diagnostic  et  le  pronostic  qu'an  point  
substance  avant  celle   du   poids  et  à   celle-­‐ci   avant  de   concevoir   celle   de   vue  de  l'équilibre   opératoire.  Tandis  que  les  premiers  (qui  sont  au  
du  volume,  —  cela  selon   une  loi  de  différenciation  progressive  de  ces   début   de  l'examen  en-­‐dessous  de   leur  efQicience  opératoire  maximale  
notions  mêmes.  Seulement,   on  pourrait  s'attendre   à  ce  qu'il  y  ait   des   et  consolident  leur  système  de  pensée  an  cours  même  de  la   conversa-­‐
exceptions,   c'est-­‐à-­‐dire   des   inversions   dans   l'ordre   de   l'acquisition   tion)   promettent   quelques   développements   ultérieurs,   et   que   les  
lorsqu'il  s'agit  de  débiles  chez  lesquels   coexistent  souvent  des  notions   deuxièmes,   réduits   par   l'analyse  clinique   à   leur   niveau   réel   souvent  
relevant  de   niveaux  fort  différents.  Mais,   comme  nous  l'avons  vu  tout   bien   inférieur   à   l'apparence   verbale,   ne   paraissent   guère   avoir   de  
au  long   du   chapitre  III,  la  progression  génétique  normale  des  principes   chances  de   progresser  encore,   les  oscillants  proprement  dits  ne  peuvent  
de   conservation   subsiste   dans   le   développement   à   retardement   du   être  conduits  à  un   niveau  déQinitif   et  témoignent  par  là  d'un   déséqui-­‐
débile,  et  cela  pour  la  raison   cardinale   qui  est  celle-­‐ci  :   les  principes   libre  plus  complexe  de  leur  pensée.  Pour  être  en   état  de  se  prononcer  
de   conservation   ne   se   succèdent   pas   seulement   en  se   superposant,   sur   l'avenir   de   leur   raisonnement,   il   est   indispensable   d'étudier  
mais  en   s'intégrant   psychologiquement,   et  en   s'impliquant   logique-­‐ l'inQluence  des  facteurs  extra-­‐intellectuels  qui  entravent  leur  système  
ment  les  uns   les   autres.   AfQirmer   la   conservation   du  poids  implique   opératoire  lui-­‐même.
d'emblée  et  toujours  la  croyance  dans  la  quantité  constante  de  substance   Les  raisonnements   présentant   le  caractère   d'oscillation   nous  ont  
puisque   le   poids   suppose   ce   substrat   matériel   qu'est   la   substance-­‐ ainsi  montré  qu'en   plus  de  l'aspect  individuel  et   interne  de  la   pensée  
quantité.   Or,   l'ordre   constant   d'une   telle   intégration   nous   paraît   constitué  par  le  «  groupement  »   des  opérations,  il  convient  d'envisager  
permettre  de  rapporter  les  raisonnements  de  nos  sujets  à  une  échelle  de   un  aspect  d'équilibre  interindividuel  ou  interopératoire   :  les  rapports  
développement  et  d'admettre  que  dans  le  cadre  de  la  débilité  même qu'entretient  un  individu  avec  son  milieu  peuvent  troubler  son  système
270   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   271

même  de   pensée,  soit  qu'ils  le   déprécient  et  le  placent   en  dessous  de   Au  total,  chez  le  normal  les  trois  niveaux,  intégrés  les   uns  dans  les  
son   niveau   réel,   soit   qu'ils   le   surélèvent   ou   impriment   une   Qinalité   autres,   sont  séparés  par  des  intervalles  caractérisés  par  une  vitesse  
subjective  et  fausse  à  ces  processus  intellectuels.  Bien  que   l'interroga-­‐ ou   une   cadence   progressivement   réduites.   Entre   l'avènement   de   la  
toire  clinique  (ainsi  que   nous  l'avons  établi  au   chapitre   IV)   aboutisse   conservation   du  poids  et  celui   de  la  conservation   de   la  substance,  le  
dans  un  certain  nombre  de  cas  à  rétablir,  du  moins  momentanément,   temps  est   moindre   (deux   ans  en  moyenne)   qu'entre   l'acquisition  de  
l'équilibre  intellectuel  et  permette  ainsi  de   situer  le  raisonnement  du   la  conservation  de  la  substance   et  celle   de  la  notion  d'objet  en  général  
débile   à   un   niveau   génétique   correspondant,  il   n'en  reste   pas   moins   (environ   6   ans).   Il   y   a   d'autre   part  moins  de   temps   entre   la   décou-­‐
que  des  facteurs   extra-­‐intellectuels  peuvent  inQluer   sur  les  mécanis-­‐ verte   de   la   conservation  du  volume   et   celle   du  poids  (environ  1  an)  
mes  opératoires  jusqu'à  en  dissocier  la  cohérence  interne. qu'entre  celle  du  poids  et  celle  de  la  substance.
Or,   ce  fait  soulève  un  problème   intéressant  l'étude  de   la  débilité  du   Chez  l'enfant  normal,  le   passage  d'un  niveau  d'équilibre  donné  au  
raisonnement  :  pourquoi  des   facteurs   affectifs,  des  contraintes  socia-­‐ niveau  suivant  est  de  plus  en  plus  rapide  (en  moyenne  6,2,1  ans)  ;  ce  
les,   de   même  que   toutes  sortes  d'instabilités   constitutionnelles  (Qluc-­‐ qui  s'explique  sans  doute  par  la  mobilité  croissante  de  la  pensée  opé-­‐
tuations  du  tonus   mental  et  moteur,   etc.)   peuvent-­‐ils  avoir  chez   cer-­‐ ratoire.   Chez   le   débile,   au   contraire,   on   observe   un   ralentissement  
tains   arriérés  une   répercussion  aussi  frappante  sur  l'équilibre  opéra-­‐ graduel  ou  même  en  certains  cas  une  stagnation  durable.
toire,   tandis  que   ces  mêmes  facteurs  n'ont   guère  de   prise,   parce   que   Ce   sont   ces  notions   de   vitesse   de   développement,   de   cadence   ou  
momentanés,   sur  une   structure   logique   normalement   développée   ?   de   mobilité,   qui   nous  paraissent  pouvoir   remplacer,   dans  le   langage  
Les   oscillations  ne   sont  en   effet   pas  des   phénomènes  entièrement   dynamique   que   suggère   l'analyse   opératoire,   la   notion   statique   de  
irréductibles,   mais  des  exagérations  de   ces   Qluctuations  que  l'on  ren-­‐ quotient  intellectuel  inhérente  à  la  méthode   des  tests.   En  effet,  toute  
contre  normalement  chez  certains   sujets.  On   pourrait  dire  par  exem-­‐ la  question  du  pronostic,  sur  laquelle  nous  reviendrons  à  l'instant,  est  
ple  qu'elles   sont  à   ces  dernières  ce  qu'est  une   amnésie  à  une  simple   fondée   sur   une   sorte  d'extrapolation  de  la   courbe   des  vitesses  de   ce  
distraction.   Seulement,   si   l'enfant  doué   d'une   intelligence   normale   développement.
arrive   très  vite   à   consolider  sa   pensée   ou   même,   en   face   d'un   pro-­‐ Mais  auparavant,  remarquons  qu'au  point  de  vue  théorique,  nous  
blème   purement   intellectuel,   à   écarter   les   facteurs   troublant   par   trouvons  dans  ces  notions  le  moyen  d'interpréter  l'équilibre  intellec-­‐
ailleurs  sa   conduite,  l'enfant  arriéré  ne  peut  réagir  de  même,  à   la  fois   tuel  général  du  débile  (par  opposition  aux  équilibres  momentanés  ou  
faute   de  stabilité   et   par  défaut  de   mobilité  de   sa   pensée.   Son   niveau   partiels   dont  nous  avons  parlé   jusqu'ici).   L'équilibre   normal  est  en  
mental,  résultat  d'une  maturation  trop  lente,  est  resté  fragile. effet   un   équilibre   à   la   fois   toujours  plus  large,   puisqu'il  englobe   un  
En   effet,   tandis  que   l'enfant  normal   passe,   au  cours   de  quelques   nombre   croissant   de   notions,   et   toujours   plus   mobile.   Le   débile  
années,  par  plusieurs  stades  successifs  et  se  détache   aisément  chaque   mental,   au  contraire,   atteint   les  premiers   paliers  de   cette   construc-­‐
fois   de   son   niveau   antérieur,   l'arriéré   poursuit   ce   même   développe-­‐ tion,   mais  y  reste   Qixé   pendant   des   années.   Si   l'on   voulait   exprimer  
ment  à  une  allure  beaucoup   plus  modérée  ;  une  fois  atteint  un  niveau   cette  situation   en  langage  physique,  on  devrait  donc  parler  de  «  faux  
supérieur,   il   garde   l'empreinte   du   système   de   raisonnement   qu'il   équilibre   ».   On   sait   en   effet  qu'un   système   physico-­‐chimique   est  en  
vient   de   dépasser.   S'il   se   trouve,   pour   des   raisons   quelconques,   faux   équilibre   lorsque   ses   modifications   sont   annulées   ou   du  
troublé   dans  son   adaptation  intellectuelle,   il  risque,  bien  plus  que  le   moins  très  ralenties  par  le  frottement,  la  viscosité,   sans  que  les  forces  
normal,   d'hésiter  entre   deux  systèmes  encore  coexistants  de   pensée,   internes   du   système   soient   elles-­‐mêmes   en   équilibre.   De   même,  
ce  qui  se   manifeste  justement  par  des  oscillations  entre  deux  niveaux   parvenu   aux   formes   élémentaires   de   l'organisation   opératoire,   le  
opératoires.  Seulement  —  et   cette  observation  concorde  avec   ce   que   débile  peut  y  demeurer  des  années  comme  si  lui  manquaient  l'intérêt,  
nous  avons  relevé  jusqu'ici  comme   traits   dominants   de   la   débilité   —   la   curiosité,  l'activité  en   général  qui,  chez  le  normal,  amènent   le  sujet  
les  oscillations  entre  ces  niveaux  ne  s'écartent  nullement  du  dévelop-­‐ à   poser  de  nouveaux  problèmes,  à  trouver  des  solutions,  et  le  condui-­‐
pement  normal  de  la  construction  opératoire. ront  aux  niveaux  supérieurs.  Il  y  a  donc  chez  le  débile  comme  une
272   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   273

sorte   de   «   faux   équilibre   ».   Et   si   le   terme   de   «   viscosité   mentale   »   courantes.   Par  exemple   Terman   1   définit   le   débile   par   les   Q.   I.   de  
n'avait  pas  déjà  reçu  un   sens  précis  en  psychiatrie,  on   pourrait   parler   0,70-­‐0,40,  Lutz   2   recommande  comme  limite   de   la  débilité  les  Q.  I.  de  
pour  caractériser  cet  état  d'une  «  viscosité  génétique  ».  Ce  faux  équi-­‐ 0,90  à   0,70,  Tramer  3  indique  0,85  à  0,70,   etc.,   Meili  4  0,80  à  0,70   pour  
libre   explique   naturellement   les   différences   d'âge   considérables   les  débiles  légers   et   au-­‐dessous  de   0,70   pour  les  vrais  oligophrènes.  
séparant  souvent  un  stade   du   suivant.   En   outre,  et  malgré   la  contra-­‐ Les   âges   intellectuels   indiqués   par   Binet   sont   par   contre   intéres-­‐
diction  apparente,  il  explique   les  oscillations  entre  deux   niveaux   que   sants  :  l'idiot  de  O  à  2  ans,  l'imbécile  de  2  à  7  ans,  le   débile  de  7  à  12  
nous  avons  rappelées  tout  à  l'heure.   En  effet,   chez  le   normal,  l'évo-­‐ ans.   Pour  Simon,  de   7  à   10  ans  (disons   de   7   à  11  ans)   et  le   retardé  
lution   étant   plus  rapide,   il   y   a   passage  direct  d'un   niveau   donné   au   simple   au-­‐dessus   de   11   ans.   Nous   verrons   à   l'instant   que   ces  âges  
palier  supérieur.   Chez  le   débile,   par  contre  (si   l'on  admet  cette  sorte   correspondent  bien  au  critère   que  nous  allons  proposer.   D'autres  au-­‐
de   «   viscosité   »  liée  nécessairement  à  l'accession  à  un  niveau  donné),   teurs   s'attachent   au  rendement   :  l'idiot   ne  sait   pas   parler,   l'imbécile  
il   persistera   bien   plus   longtemps   que   chez   le   normal   des  traces  de   communique  par  la  parole   mais  non  par  l'écriture,   le   débile  parvient  
l'ancien  niveau   lorsque  le   sujet  est  en  voie   d'atteindre   le  niveau  supé-­‐ à  l'écriture  mais  non  pas  à  un  apprentissage  complet,  etc.
rieur.   Par   conséquent,   on   peut  être   en   présence   de   deux   systèmes   La   notion   de   construction   inachevée   à   laquelle   nous   sommes  
hétérogènes  coexistant   en  un  même   instant,   C'est  ici  que  les  facteurs   conduits  nous  permet  par  contre  de   proposer  les  définitions  suivantes.  
affectifs  et  sociaux   viennent  se  surajouter.   Suivant  la   conQiance   ou  la   Notons  d'abord  que  du   point  de   vue  dynamique,  lorsque  la   vitesse  de  
méQiance   qu'on  inspire   au  sujet  interrogé,  on  le  fait  avancer  ou  recu-­‐ la   construction   est   supérieure   à   la   moyenne,   nous   avons  en   termes  
ler   entre   ces   deux   états   qui   coexistent   en   un   même   état   de   «   faux   dynamiques  l'équivalence   des  quotients  intellectuels  supérieurs   à  1,  
équilibre  »  par  manque  de  mobilité  intérieure.  (C'est  pourquoi  l'oscilla-­‐ et  lorsque  la   vitesse   est  inférieure  à  la  moyenne,  nous  avons  des  arrié-­‐
tion,   loin  de   résulter  d'une   plus   grande  mobilité   que   chez   le   normal,   rations  plus  ou   moins  profondes.   Parmi   ces   arriérations,   la   débilité  
atteste   au   contraire   l'existence   de   ces   sortes   de   «   viscosités   »   dont   commence   lorsque   le   sujet   ne   pourra   jamais   rattraper   son  retard   de  
nous  parlions  tout  à  l'heure.) construction.  Du  point  de  vue  statique,  c'est-­‐à-­‐dire  de   l'équilibre  Qinal  
L'analyse  des  causes  et  des  facteurs  de  ce  faux   équilibre  propre  à   (ou  du  faux  équilibre  jamais  dépassé),  nous  pouvons  dire  alors  :
la   débilité  conduirait   sans  doute  à  élargir  les  questions  dans  la  direc-­‐ 1) que  l'idiot  ne   dépasse  pas  les  compositions  sensori-­‐motrices  (an-­‐
tion  de  l'intérêt,  de  l'affectivité,  de  la  psycho-­‐motricité,  etc.  La  discus-­‐ térieures  au  langage),
sion   du   problème   dépasse   donc   le  cadre   de   notre  investigation.   Par   2) que   l'imbécile  est  capable  de  pensée   intuitive  (égocentrisme,  irré-­‐
contre,   ces  notions   nous  paraissent   indispensables  dans  les  applica-­‐ versibilité  mais  non  pas  opération),
tions  pratiques  de  notre  recherche,  en  ce  qui  concerne  la  question  du   3) que  le  débile  est  capable  de  construction  opératoire  mais  inachevée,  
diagnostic  et  du  pronostic. c'est-­‐à-­‐dire  d'«  opérations  concrètes  »   par  opposition  aux  opérations  
La  conclusion  à  laquelle  conduit  toute  notre  étude   est   donc  que   la   formelles,
débilité  pourrait  être  déKinie  par   la   construction   opératoire  inachevée   4) enQin   que   l'arriéré   simple   (l'enfant   retardé)   parvient   aux   opéra-­‐
et   cela   par  opposition  à   l'imbécillité   et  à   l'idiotie   où  il   n'y  a   pas  de   tions  formelles  et  rattrape  ainsi  le  normal.
construction,   et  par  rapport  à   l'état  normal   dans  lequel   la   construc-­‐
En   effet,   qu'est-­‐ce  que  l'incapacité,  notée  chez  nos  débiles,   à  parvenir  
tion   s'achève   tôt   ou   tard,   en   complétant   les   opérations   concrètes,  
aux  compositions  de  volume  par  rapport  à  celles  de  poids  ?
connues  du   débile,   par  les  opérations  formelles,  auxquelles  il  ne   par-­‐
1  TERMAN  :  The  measurement  at  Intelligence.  London,  Harrap,  1919.
vient  pas.
2   Lehrbuch   der  Psychopathologie   des   Kindesalters.   Rotapfelverlag,   Erlenbach-­‐Zu-­‐
Il  vaut  la  peine   d'insister   sur  cette  déQinition  de  la  débilité.  Si  l'on  
rich-­‐Leipzig,  1938.
consulte,   en  effet,  les  auteurs  sur  les  critères  habituels  de  la  débili-­‐ 3   TRAMER   :   Lehrbuch   der   allgemeinen   Kinderpsychiatrie.   Benno   Schwabe,   Bâle,  
té   par   opposition   à   l'imbécillité   d'une   part,   et   au   retard   simple   1942.
d'autre  part,  on  est  frappé  du  vague  et  de  l'imprécision  des  notions 4  MEILI  :  Psychologische  Diagnostik.  Verlag  Meili,  Schafdhouse,  1937.
274   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   275

On  a  vu   que  chez  le  normal  la   notion  de   conservation   de  la  subs-­‐ pas  d'emblée   être   considéré  comme  imbécile  ou  même  comme  idiot.  
tance   est  acquise   vers  7-­‐8   ans,   celle   du   poids  vers  9-­‐10  ans  (d'où  la   Il   est  fort  possible   qu'au  cours  des  années  suivantes  il  atteigne   encore  
vérité   des   âges   de   Binet   :   imbécile   au-­‐dessous  de   7   ans,   donc   au-­‐ le   stade   II  (mais  sans  le   dépasser   jamais),   ce   qui   le   classerait  selon  
dessous   de   la   conservation   substantielle   du   volume).   Or,   la   grande   notre   déQinition   parmi   les   débiles.   Quoique   seul   le   terme   Qinal   de  
différence  entre  la  conservation  du  volume,  c'est-­‐à-­‐dire  l'achèvement   l'évolution   logique   et  mentale   puisse   déterminer  avec   certitude   le  
des  opérations  physiques  étudiées   jusqu'ici   et  la   conservation   de   la   degré   d'arriération  mentale,   le   psychologue   clinicien   est   néanmoins  
substance   et  du  poids,   c'est   que   la   notion   de   volume   ne   repose   pas   obligé   de   s'exprimer   sur  la   probabilité   du   développement   ultérieur  
sur  une  intuition  directe  comme  la  substance  (action  de   retrouver)  ou   du  sujet  et  de  Qixer,  au  moins  hypothétiquement,  son  niveau  supérieur  
le   poids   (action   de  soulever),  mais  sur  un   système   de   rapports   abs-­‐ futur.  Or,  pour  ce  faire,  la  connaissance  de  deux  données  nous  semble  
traits  (le  volume  n'étant  pas  identique  avec  la   voluminosité  perceptive,   indispensable   :  1°  la  vitesse   du  développement  du  sujet,  et  2°   les  accé-­‐
mais  impliquant  une  coordination  à  trois  dimensions).  Les  opérations   lérations  positive,   négative   ou   nulle,   qui  peuvent   intervenir  en   cours  
physiques  relatives  au  volume  sont  donc  bien  plus  proches  des  opéra-­‐ de   route.  Admettons  d'abord  une  vitesse   constante  du   développement  
tions  formelles,  dont  l'acquisition  s'effectue  normalement   vers  11-­‐12   et  supposons,  à   titre  d'exemple,  qu'un  enfant  de  11  ans   ait  atteint  le  
ans.  Le  débile  n'atteindrait  donc  point  le  niveau  de  la  pensée  formelle.   niveau  de   la   conservation  de   la   substance.  Il  aurait  donc  mis   11   ans  
Etre   débile  signifierait  alors  :  parvenir  à  penser  par  opérations  concrètes   pour  accomplir   une   évolution   qu'un   enfant  normal  fait   en  moyenne  
mais  non   formelles.  Le   débile   se   distingue  ainsi  de   l'imbécile   par  un   en  7   à   8  ans.  Vers   14-­‐15  ans,  ou  à   l'âge  de  la  puberté,   quand   le   déve-­‐
début  de   construction   opératoire,   et   de  l'individu  normal  ou   simple-­‐ loppement  logique   peut   être   considéré   comme   achevé   ou   arrêté,   il  
ment  retardé,   par  l'incapacité   à   achever   cette   construction   par   des   se   trouvera   à   un   niveau   de   9   à   10   ans,   c'est-­‐à-­‐dire   au   niveau   de   la  
raisonnements  formels  ou  hypothético-­‐déductifs. conservation  du  poids  sans  probablement  pouvoir  atteindre  celui  du  
Cette   déQinition   de   la  débilité   en  tant  que  construction   inachevée   volume.   Autrement   dit,   il   devrait   être   traité   en   débile   léger.   Si   par  
parce  que   non  formelle,  en  se   référant  nécessairement  à  la  notion  de   contre,   au  même   âge   de  11  ans,  il   n'a   encore   aucune   notion  de   con-­‐
la   vitesse   du  développement,   nous  permet  maintenant  de   présenter   servation   et   raisonne   par   les   mêmes   schèmes   égocentriques   qu'un  
quelques  observations  au  point  de  vue  pronostic. enfant   de   5-­‐6  ans  environ  (toujours  en  admettant  une   vitesse   de  dé-­‐
Lorsqu'on   est  appelé  à  diagnostiquer   la  débilité  du   raisonnement   veloppement   constante),   il   atteindra   vers   l'âge   de   la   puberté   tout  
chez  un  adulte,  il  s'agit,  en  effet,  d'établir  qu'il  est   à  la  fois  capable  de   juste   le   niveau   de   la   conservation   de   la   substance   (niveau   de   7   ans  
quelque  construction  opératoire  et  Qixé   à   un  niveau  qui  ne  serait  que   environ)  et  il  s'agirait  alors  d'un  débile  à  la  limite  de  l'imbécillité.
transitoire  pour  le  normal,   autrement  dit  s'il  se   trouve  en  état  de  faux   Seulement,  de   tels   pronostics  reposeraient   sur   une   donnée   pure-­‐
équilibre.   Suivant   qu'il  a   atteint  le  niveau  de   la  substance  ou  celui  du   ment  Qictive,   celle   de   la   vitesse   constante   du   développement  opéra-­‐
poids  (le  stade  II  ou  III  des  «  groupements  »  correspondants),  on  juge   toire.  Or,  même   en  cas  de  Q.   I.  constant  avec  l'âge,   rien   ne  prouve  que  
du  degré  de  sa  débilité  à  ce  terme  Qinal  de  son   développement  opéra-­‐ la  vitesse  de  ce  développement  soit  elle-­‐même  uniforme.  De  plus,  en  
toire.   Etant  donné  en  effet  son  âge  adulte,   la   vitesse   de   sa  croissance   réalité,   nous   ne   savons   d'avance   rien   sur   l'allure   de   la   courbe   de  
mentale  et  en  particulier  opératoire  ne  peut  qu'être  nulle   ;  le  pronos-­‐ croissance  psychique  de  nos  débiles.
tic  est  donc  celui  d'un  arrêt  déQinitif  ou  de  stagnation  mentale. A  priori,   et  en   admettant  par  hypothèse  que  la   courbe  normale  est  
Mais   le   problème   du   pronostic   se   complique   singulièrement   une   exponentielle,  on  peut  distinguer  trois  types  possibles  de  courbes  
lorsque,   au   lieu   d'adultes,  on  a   affaire   à   des  enfants,   car  les  critères   (rappelons  à  cet   égard  la  belle  recherche  de  Vermeylen   1   qui   a   attiré  
indiqués   pour  la   débilité   (construction   possible   mais  inachevée)   ne   l'attention  sur   les  différents   types   de   débiles,   chacun   pouvant  être  
sauraient   suffire.   En  effet,   un  enfant   qui,   par  exemple   à  10   ans,   n'a   caractérisé  par  une  courbe  de  développement)  :  
pas  encore  acquis  la  notion  de  conservation  de  la  substance  ne  peut
1  VERMEYLEN  :  Les  débiles  mentaux  (étude  expérimentale  et  clinique).  Paris,  1923.
276   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   277

De  telles  courbes  restent   naturellement  schématiques  et  ne  repo-­‐


sent  que  sur  une  observation  clinique  tout  à  fait  générale   et  grossière.  
1) Les   types   qui   débutent   nor-­‐ Seulement,  il   sufQirait   de   leur  fournir  une   certaine   précision  en   éta-­‐
malement   mais   s'éloignent   blissant   des   points   de   repère   assez   exacts   dans   le   développement  
toujours   davantage   de   la   normal,  pour  qu'elles  puissent  prendre   un  jour  une  valeur  diagnos-­‐
courbe   normale,   avec   un   pa-­‐ tique   et   pronostique   appréciable.   Mais   cela   suppose   1°   que   l'on  
lier  d'arrêt  puis  un  recul  pro-­‐ établisse   au   préalable   la   dynamique   ou   cinématique   du   développe-­‐
gressif   (ce   qui   s'observe   en   ment   normal,   et   2°   que   l'on   analyse   ensuite   les   mêmes   processus  
gros   chez   certains   débiles   à   chez  le  débile   pour  déterminer  leur  déviation   par  rapport  à  la  courbe  
évolution  démentielle  atteints   normale.  Or  ce   qu'on  sait   actuellement  du  développement  mental   et  
d'épilepsie). du  raisonnement,  est  ou  trop  général  ou  trop  particulier  :  on   connaît  
en  gros  le  développement  opératoire   des  principaux  «  groupements  »  
logico-­‐mathématiques  et  physiques,   mais  il  faudrait  pousser  en  détail  
l'analyse   des  décalages  verticaux  et  horizontaux,   étudier  en  particulier  
les   compositions   intuitives   faisant   transition   entre   les   premiers  
«   groupements   »   sensori-­‐moteurs   et   la   logique   opératoire,   c'est-­‐à-­‐
dire  les  compositions  pratiques  contemporaines  à   l'égocentrisme   du  
1) Une   même   courbe   de   déve-­‐ raisonnement.  Le  jour  où  :  l'on  connaîtrait  les  conditions  d'équilibre  
loppement   que   chez   le   nor-­‐ particulières   de   chacun  des   niveaux   depuis  l'action   sensori-­‐motrice  
mal   mais   avec   simple   retard   jusqu'à   l'opération   hypothético-­‐déductive,   on   aurait   des  points  de  
et   convergence   à   partir   d'un   repère   à  la  fois  assez  rigoureux  et  délicats   pour  situer  les   phénomè-­‐
point   donné   (sujets   retardés   nes  anormaux   de   la   débilité   mentale.   Mais   en  attendant   et  inverse-­‐
mais   non   pas   réellement   dé-­‐ ment,   l'observation   et   l'analyse   opératoire   des  manifestations   de   la  
biles). pensée   débile   peuvent   être  d'un  secours  précieux  pour  la  théorie   du  
développement   même,   et   c'est   là-­‐dessus   qu'il   nous   faut   conclure  
maintenant.

3 .   D É B I L I T É   D U   R A I S O N N E M E N T
E T   T H É O R I E   D U   D É V E L O P P E M E N T
1) Courbe   s'éloignant   progressi-­‐ Comme   point  de  départ  et  Qil  conducteur  de  notre  recherche,  nous  
vement   de   la   normale   mais   nous   sommes   inspirée   de   la   théorie   génétique   de   Piaget,   selon   la-­‐
sans   recul   et   avec   simple   ra-­‐ quelle   le   développement   du   raisonnement   serait  à   concevoir   sur  le  
lentissement   et   arrêt   à   un   modèle   de   l'organisation   progressive   d'un   mécanisme   opératoire.  
palier   inférieur   (c'est   ce   mo-­‐ Nous  avons  déjà  exposé   au  chapitre  premier  qu'une  telle   conception  
dèle   qui   caractériserait   pro-­‐ prolonge   la   théorie   classique   des   stades  de   développement,   tout  en  
bablement  le  débile). s'opposant  à  celle  d'une   addition  progressive  de   résultats  acquis  et  à  
celle   d'une   succession   linéaire   et   cumulative   de   structures.   Cette  
théorie  présente  à  notre  avis  le  double  avantage  d'être  à  la  fois  assez
278   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   279

générale   (l'opération  logique   dérive  de  l'action  pratique   et  vécue)   et   l'acte  spéciQique  de  l'intelligence,  et  les  stades  opératoires  constituant  
assez   précise   (les   équilibres   opératoires  se   manifestent  sous   forme   les   niveaux   de   développement,   puisque   les   niveaux   que   nous  attri-­‐
de  «  groupements  «  ou  de  «  groupes  »,   donc  de  systèmes  bien  déter-­‐ buons   aux   débiles  sont   des  stades  opératoires   et  que  leur  incapacité  
minés)  ;   nous  avons  essayé  d'en   tirer  une  méthode  de  diagnostic  du   de  «  groupement  »  total  manifeste  leur  déQicience  intellectuelle  ?  Or,  
raisonnement  en   restreignant  d'emblée   notre   champ  d'investigation   si  réellement   les  faits  observés  témoignent  d'un  tel  cercle,  celui-­‐ci  ne  
aux  débiles  mentaux.  Nous  avons   eu  aussi  le  souci  de  nous   en  tenir  à   repose   pas  sur  l'artiQice   des   déQinitions  adoptées,  mais  sur  l'interdé-­‐
l'application  stricte  de  cette   hypothèse  génétique,   en  nous  pliant  aux   pendance  de  deux   séries  évolutives  synchrones  et  parallèles  :   la  cons-­‐
règles   de   la   vériQication   scientiQique   et   sans  nous  laisser  écarter  de   truction   des  normes  logiques  en   général  et  la   croissance   mentale  de  
notre  chemin  par   le   désir  trop  répandu  des   simpliQications   destinées   chaque  individu.
à   faciliter  la  pratique  des  épreuves  diagnostiques.  Les  quelques  résul-­‐ L'analyse   du   raisonnement   pathologique,   en   particulier   clans   le  
tats  que   nous  avons  cherché  à  établir   à  propos  du  raisonnement   des   domaine  de  la  débilité,  nous   semble   singulièrement  apte  à  mettre  en  
jeunes  débiles  peuvent,  nous  semble-­‐t-­‐il,  contribuer  à   leur  tour  à  pré-­‐ évidence  l'interdépendance  de  ces  deux  processus.
ciser   la   théorie   du   développement  dont  nous   sommes  partie,   en   la   En  effet,   lorsqu'on   étudie  génétiquement  la  pensée  normale   dans  
conQirmant   mais   aussi   en  l'enrichissant   d'un   point  de   vue   nouveau.   le  but   de  déterminer  les  conditions  et  de   dégager  les   structures  de  la  
C'est   donc  en   soulignant  les   interactions  possibles   entre   la   concep-­‐ connaissance   en  général  (comme  Piaget  le  fait   actuellement  pour   les  
tion   théorique   du   développement   et   les   résultats   de   sa   mise   à   notions   de   nombre,  de  quantité,  d'espace,  de  temps   et  de  vitesse),  on  
l'épreuve  dans  le  domaine  du  diagnostic,  que  nous  voudrions  terminer   découvre   que   la   construction   logique   des  notions   et   opérations   va  
cet  ouvrage. toujours   de   pair  avec   le   développement   mental   selon   l'âge,   c'est-­‐à-­‐
Selon   notre   hypothèse   de   travail,   l'analyse   de   certaines   notions   dire   avec   l'évolution   psychologique   générale.   Seulement,   quoiqu'on  
rationnelles  (par   exemple  notions  de  conservation  physique)  permet   découvre   pour  chaque  notion   un   «  groupement  »   progressif  de   rela-­‐
de   déceler  des  structures  opératoires  précises   («  groupements  »)   qui   tions  qui  correspond  en  gros  à  une  certaine  progression  avec   l'âge,  le  
pourraient  être   considérées   comme   points  de   repère  du   développe-­‐ fait   des   décalages  (sur   lesquels  nous   reviendrons)   et   aussi   celui  de  
ment  du   raisonnement  normal  et  pathologique.   En   effet,  cette   hypo-­‐ n'avoir  jamais   affaire   à  des  groupes  d'enfants  parfaitement   homogè-­‐
thèse   s'est   montrée   fertile.   Nous   sommes   même   parvenue   à   cette   nes  au  point  de   vue   de  leur  intelligence,  rendent  difQicile   de  détermi-­‐
conclusion  qui  paraîtra   peut-­‐être  osée,   que   des  épreuves  reposant  sur   ner  dans  le  détail   l'interférence   des  deux  développements  logique   et  
des  «   groupements   »   fournissent  des  signes  cliniques  univoques  de   psychologique.
niveau,  de  sorte  que  le  fait   de   ne   pas  savoir,  après  13-­‐14   ans  (à   l'âge   Certains  seraient   peut-­‐être   alors  tentés   d'étendre   les  recherches  
où   normalement   le   développement   logique   est   achevé),   construire   génétiques  à  un  grand   nombre  de   sujets,  dans  l'espoir  de  préciser  par  
entre  autres  les  »   groupements  »  inhérents  aux  notions   de   conserva-­‐ des  données   statistiques   à   grande  échelle  les  âges   mentaux   moyens  
tion   de  poids  ou  de  volume,  peut  être  interprété  comme   un  indice  de   correspondant   à   l'acquisition   successive   des   notions   rationnelles.  
débilité   mentale   ;   celle-­‐ci   serait   donc   caractérisée   par   un   état   de   Seulement,  de  cette  façon   on  risque   d'atténuer  simplement  les   diffé-­‐
«   faux  équilibre   »  (capacité   de  constructions  logiques  mais  incapacité   rences   individuelles  dans   le   déroulement   génétique   des   opérations  
de  les  achever),  tandis  qu'une  intelligence  normalement  développée   se   (différences   dans   la   vitesse   de   développement,   etc.),   sans   pouvoir  
reconnaîtrait  justement  au  fait  de   pouvoir   atteindre  l'équilibre   ration-­‐ déterminer  si  la   possibilité  ou  l'existence  de  tel  ou  tel  «  groupement  »  
nel  assuré  par  le  «  groupement  »  de  toutes  les  données  perceptives  et   est  réellement  l'indice  d'un   degré  précis  de   maturation  intellectuelle.  
intuitives  en  jeu. L'éventualité  subsisterait,  que  l'apparition  de  tel  mécanisme   de  raison-­‐
Ces  faits  ainsi  recueillis  apportent-­‐ils  une  véritable  conQirmation  à   nement,  de  telle   notion,  soit   due   de   près  ou   de   loin  à  l'inQluence  sco-­‐
notre   hypothèse   de   départ,   ou   risquons-­‐nous  simplement  de   nous   laire  ou,  en  général,  à  des  facteurs  extra-­‐intellectuels  qui  n'ont  rien  à  
enfermer  dans  un  cercle  vicieux,  le  «  groupement  »  étant  par  définition voir  avec  la  qualité  opératoire  de  l'intelligence.
280   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   281

Par   contre,   lorsqu'on   procède   par   une   méthode   qu'on   pourrait   coexistence   de  certaines  structures  ou  manifestations  des  différentes  
appeler   de  «   corrélation   négative   »   —   cherchant  à  établir  les  signes   fonctions  mentales   ?  Situer  par  exemple   la   mémoire   d'un   débile   au  
révélateurs   d'une   intelligence   normale   par   l'étude   des   échecs   et   même   niveau   que   son   langage   et   son   raisonnement   n'est   possible  
insufQisances  relatifs  chez  des  individus  qui  ont  été   diagnostiqués  par   qu'en   fonction  d'une  hypothèse  qui  repose  elle-­‐même  en   dernier  res-­‐
d'autres  méthodes  comme   anormaux  et  atteints  d'oligophrénie   légère   sort   sur   l'observation   et   l'évaluation   du   développement  normal.   Si-­‐
—  on  parvient,  nous  paraît-­‐il,  à  saisir  plus   concrètement  et   plus  réel-­‐ non,   et  à   défaut   de  déterminations  neurologiques  concomitantes,   ce  
lement  l'interdépendance  et  l'unité   profonde  du  développement  opé-­‐ n'est  que  par  une  véritable  pétition  de   principe  que  l'on   pourra   con-­‐
ratoire   et  mental.   Or,  le  fait   d'avoir  trouvé  chez  des  sujets  atteints  de   sidérer  l'arrêt   des   diverses   fonctions  à   un   niveau   débile   déterminé  
toutes  sortes  de   troubles  de   l'intelligence  et  de   la   conduite   différant   comme  la   preuve  d'un  synchronisme   entre  les  stades  respectivement  
les  uns  des  autres  par  leur  comportement  général,   l'existence  d'une   atteints  par  chacune  de  ces  fonctions.
commune   construction   opératoire,   soumise   aux   mêmes   lois   d'inté-­‐ Bien   qu'il   soit   impossible   de   faire   dériver  la   détermination   des  
gration,   nous   fait  toucher  de   près  l'unité   profonde   du   logique   et   du   stades  de   la   seule   observation   pathologique,   il  y  a   pourtant  dans  le  
psychologique.   Cette   construction,   parce   que   débile,   ne   pouvant   ja-­‐ domaine   des  stades   logico-­‐psychologiques   un   fait   frappant  à   l'appui  
mais   atteindre   son   équilibre   déQinitif,   parait   mettre   en   évidence   ce   de   la   conception   précédente   :  tous  ceux   qui  ont  utilisé   la   méthode  
fait   que   l'achèvement  des  «  groupements  »   est  synonyme  de  l'équili-­‐ clinique  et  cherché  à  établir  des  stades  dans  l'élaboration  des  notions  
bre   intellectuel   propre   à   l'âge   mental   de   12-­‐13   ans,   qui   précède   la   ou  opérations  chez  l'enfant  normal   savent  combien   il  est  parfois  déli-­‐
puberté.   Le   débile,   en   somme,   participerait  ainsi,   bien   que   d'une   cat  de   circonscrire  ces  stades  à   un  âge   ou  à  une  période  déterminés.  
façon   incomplète   et  partielle,  aux  processus  communs  à  toute  élabo-­‐ Ce  qu'on   observe  en  réalité,  c'est   un  Qlux   continu   de   transformations  
ration  rationnelle.   Ce  qu'il  y  a   de  plus  général  dans  le   développement   de   la   pensée,   et   c'est   par   un  découpage   en   partie   artiQiciel   que   l'on  
de  la  connaissance  :  l'élaboration  de  ses  normes  logiques,  et  ce  qu'il  y  a   parvient  à   constituer  des   stades  :   ceux-­‐ci  ne   sont  rien   autre   que   des  
de   plus  différencié  :  le  développement  de  chaque  individu  par  rapport   points  de  repère  nécessaires  à  la   comparaison  de  structures  logiques.  
à  son  groupe,  se  rejoindraient  ainsi  dans  le  développement  opératoire. S'il  est  difQicile  d'assigner  aux  différents  stades  des  niveaux  d'âge  bien  
Mais  si  l'étude  du  raisonnement  pathologique  peut  ainsi  contribuer   déterminés,  c'est  parce  que  l'ordre  du  déroulement  restant  le   même,  
à  la  vériQication  de   l'hypothèse  du   parallélisme  de  l'évolution  logique   la   vitesse   de   l'évolution  peut  cependant  varier   d'un   enfant  à   l'autre  
et  de  l'évolution  psychologique,  peut-­‐on  aller  plus  loin  et  dire,  comme   car  elle   dépend   des  inQluences  du  milieu   intellectuel,  lesquelles  peu-­‐
on  l'a  soutenu,  que   «  l'enfant  normal   se  découvre   dans  l'enfant  patho-­‐ vent  stimuler  ou  inhiber  la  maturation  du  sujet.
logique  »  ?  Quant   aux  stades,  on   se  rappelle  ce   que  Wallon   a   observé   Les  stades  ne   sont  donc   nullement  des  niveaux   statiques  ou  les  
dans  ses  études  cliniques  de  psycho-­‐motricité.   Chez  l'enfant  anormal,   paliers  successifs  d'un  mouvement  évolutif   discontinu,  et  la  meilleure  
les  fonctions  étant  toutes  arrêtées  approximativement  au  même   point,   preuve   en   est  l'existence   des   nombreux   cas   intermédiaires,   c'est-­‐à-­‐
il   serait  possible  de   Qixer  les  moments  de  leur  apparition.  Si  une  telle   dire  de  sujets  qui  construisent  leurs   notions  au  cours  de   l'examen  et  
conception  se   vériQie   certes  lorsqu'il  s'agit  des  niveaux  élémentaires   en   contact  avec   l'expérience   même.   Nous  nous   souvenons  d'enfants  
de  la  vie  mentale,  où   les  stades  se  succèdent  avec  rapidité  et  en  étroite   particulièrement  vifs  d'intelligence,  qui  avec  une  souplesse  de   pensée  
dépendance   de   l'intégration   des   centres   nerveux   concomitants,   elle   étonnante   progressent   au   cours   de   la   conversation   et   dépassent  la  
rencontre   de   sérieuses   difficultés   lorsqu'on   passe   aux   niveaux   supé-­‐ moyenne   de   leurs  camarades  d'âge.   Or,  lorsqu'on  passe   du  normal  à  
rieurs   et   en   particulier  à   celui   du   raisonnement.   Comment   sera-­‐t-­‐il   l'arriéré,   et   notamment  au   débile,   les  choses   se   simpliQient   singuliè-­‐
possible  d'affirmer  en  ce   domaine  que  chez  l'anormal  toutes  les  fonctions   rement  :  les  cas  intermédiaires   progressant  entre  deux  niveaux  opéra-­‐
sont  arrêtées  approximativement  au   même   point,   et   d'attribuer  à   toires  deviennent  rares,  et  comme  nous  l'avons  montré  au  chapitre  IV,  
ce  synchronisme  le  caractère  d'un  stade  évolutif,  sinon   par  référence   ce   sont  ceux   qui  se  rapprochent   le   plus  de   l'enfant   normal.   A   part  
au  développement  mental  normal,  où  l'on  a  observé  préalablement  la les  cas  à  oscillations,  qui  représentent  à  peine  un  dixième  de  l'en-­‐
282   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   283

semble  des  sujets   examinés  jusqu'ici  et  marquent  des   troubles  parti-­‐ intégrations  que  dans  deux  domaines,  celui  de  la  physiologie  et  celui  
culiers  de   l'équilibre   opératoire,   les  manifestations  du  raisonnement   de  l'intelligence  logique  ;  ailleurs  les  mécanismes  d'évolution  mentale  
chez  le  débile  sont  en  général  plus  homogènes  que  chez  le  normal  et   nous   échappent   encore.   Pour   dire   les   choses   concrètement,   on  
pour   ainsi   dire   cristallisées   autour   du   noyau   commun,   que   celui-­‐ci   admettra  sans  doute  qu'un  réflexe  conditionné   (comme   le  fameux  
soit  caractérisé   par  l'égocentrisme   ou  par  des   «  groupements  »   par-­‐ réflexe   salivaire   lié  au   son   d'une   cloche)  suppose   des  mécanismes  
tiels.   On  a   l'impression   que   les  stades   opératoires   marquent   ici   une   réQlexes  plus  simples,  c'est-­‐à-­‐dire   les  réQlexes  absolus  qu'il  s'est  inté-­‐
réalité   psychologique   naturelle.   (Ce   qui   ne   signiQie   pas,   répétons-­‐le,   grés   en   les  généralisant.   De   même,   on   comprend   d'emblée   que   par  
que  l'on  puisse   étendre   cette   observation  à   l'ensemble  des   fonctions   exemple  les  nombres  fractionnaires  impliquent  la   construction  préala-­‐
autres  que  le  raisonnement.) ble   des  nombres  entiers,  c'est-­‐à-­‐dire  qu'une  opération   dérivée  implique  
D'ailleurs,   la   plus   grande   homogénéité   des   stades  chez   le   débile   les  opérations   élémentaires  qu'elle  a  développées  en  se   les  intégrant  
est  aisée  à   expliquer  par  la  moindre  vitesse  de  leur  développement  et   (implication  logique).
par  les  Qixations,   déQinitives  ou   avant  terme,   de  celui-­‐ci.   Se   dévelop-­‐ Mais   entre   ces   deux   pôles   de   la   vie   mentale,   l'intégration   des  
pant  plus  lentement,  le  débile  reste  plus  longtemps  à  un   niveau  donné,   réQlexes  d'une  part  et  le  déroulement  de  la  logique  opératoire  d'autre  
et   de   ce   fait  on  a   des  chances  de  trouver  plus  souvent   des  structures   part,  il  est  encore  fort   difQicile  de   discerner  comment  un  stade   supé-­‐
arrêtées  de  raisonnement  que   des  moments  de  transition.  Mais  il  y  a   rieur  dérive   du  précédent.  En  attendant  de  pouvoir  préciser  le  détail  
plus  :  tandis  que  tout  enfant  normal,   intéressé   par  l'épreuve,  cherche   de  l'évolution  mentale,  on  est  obligé  de  s'en   tenir   aux  lois  générales  
à   résoudre   et   à   assimiler   les   données   de   l'expérience   en   fonction   telles  que  la   soumission   progressive  à   l'expérience,  la   relativité  et  la  
d'hypothèses   nouvelles,   le  débile  se   cantonne,   au  contraire,   plus  vo-­‐ réversibilité  graduelles,  c'est-­‐à-­‐dire   la  tendance  à  atteindre  un  équili-­‐
lontiers   dans   l'acquis.   Sa   pensée   étant   moins   mobile,   son   intérêt   bre   immanent   déQini   par  les   «   groupements   »   et   leurs  normes   qui  
moins  vif,   son   besoin   de  savoir  fortement  réduit  ou   dirigé  exclusive-­‐ semblent  ainsi  diriger  le  développement  mental.
ment  vers  des  buts  pratiques,  il  proQite   moins  des   stimulations  offer-­‐ Toutefois,   même   dans   le   domaine   privilégié   du   raisonnement   où  
tes  par  l'expérimentation   et  la   conversation   clinique.   Et   plus  l'écart   l'implication   logique   se   confond  avec   l'intégration   psychologique   et  
de   son  niveau   actuel   de   raisonnement  avec   son  âge   réel  s'accentue,   où  l'on  observe   une   correspondance   réelle  entre  les  stades  opératoi-­‐
plus  il   y  a  Qixation  au  stade  atteint,  celui-­‐ci  prenant  alors  la   signiQica-­‐ res  et  les  niveaux  mentaux,  il  subsiste   certaines  difQicultés  à   traduire  
tion  d'un  niveau  psychologique  durable. les  premiers  dans  le   langage  des  seconds  et  à  Qixer  un  âge  précis  pour  
De  tels  faits  montrent  l'avantage  des  études  de   psycho-­‐pathologie   l'accession  à  tel  ou  tel  «  groupement  »  opératoire.  Ces  difQicultés  tien-­‐
du  raisonnement  pour  éclairer  la   détermination   des   stades  chez   les   nent  essentiellement   à  ce   que   Piaget   a  appelé   les  décalages  et   dont  
normaux.  Bien   plus,  lorsqu'en  pathologie   on   veut  établir  si  tel  stade   nous   avons   relevé  l'existence  à  plusieurs   reprises  déjà.  En  effet,   lors-­‐
est  supérieur  ou  inférieur  à  tel  autre,  on  ne  peut  plus  se  référer  à  une   qu'un  sujet  ayant  fait  la  preuve  de  sa  capacité  à  effectuer  une  certaine  
succession  empirique  fondée   sur  la   statistique  des  âges  moyens  :  on   construction   logique   dans  une   situation  donnée   (ce   qui   lui   vaudrait  
ne  peut  décider  qu'en  fonction  d'une  réelle  intégration  dont  la  connais-­‐ l'attribution   d'un   niveau   de   développement   mental   correspondant)  
sance  sera  utile  à   la   psychologie   du  développement  normal.  En  effet,   se   trouve   en   face   d'autres   problèmes,   soit   d'un   contenu   intuitif   et  
deux   conditions   doivent   être   remplies   pour   que   l'on   soit   certain   perceptif  différent,  soit  d'une  structure  logique  «   analogue   »,  on  n'est  
d'avoir   affaire   à   une   manifestation   psychologique   caractéristique   jamais   absolument   certain   qu'il   raisonne   d'une   manière   identique,  
d'un  stade  déterminé.   Il  faut  :  1)  que  l'apparition  de  celui-­‐ci  soit  pré-­‐ c'est-­‐à-­‐dire   qu'il  éprouve  le   même  degré  de  facilité   ou  de  difQiculté  à  
parée  par  les   conduites  du   stade   antérieur,   2)  que  celles-­‐ci  se  retrou-­‐ le   structurer  logiquement.   L'impossibilité   de   généraliser  a   priori   la  
vent  dans  le   stade   supérieur  (autrement  dit  que  le  nouveau  implique   structure  opératoire  à  n'importe  quel  contenu  intuitif  a  souvent  quel-­‐
l'ancien).  Il  faut  donc  être  en  présence  d'une  réelle  intégration. que  chose  de   déconcertant   lorsqu'on  cherche  à  établir  des  stades  gé-­‐
Or,  dans  l'état  actuel  des  connaissances,  on  ne  connaît  de  telles néraux  du  raisonnement.
284   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT   CONCLUSIONS   285

Mais  quand,   averti   de   l'enseignement   que   fournissent   les   divers   discontinus   que   chez   le   normal   et  témoignent   d'une   moins   grande  
décalages,  on  passe   du   domaine  génétique  à  celui  du  diagnostic  mental   mobilité  opératoire,  on  peut  se  demander  —  et  il  nous  plaît  de  termi-­‐
(à  condition  de  ne  jamais  se  borner  à  une  seule  épreuve  ni  d'attribuer   ner  cette   étude   en   soulevant   un  nouveau  problème   —  si   l'équilibre  
une  valeur  trop   absolue   aux   résultats  obtenus),  les  choses  se  simpli-­‐ inachevé   («   faux   équilibre   »)  auquel  s'arrête   le   débile   n'est   pas   l'in-­‐
Qient   heureusement   un   peu.   En   effet,   à   l'intérieur   de   notre   champ   dice   d'une   situation  intermédiaire  entre  la  réversibilité   opératoire   et  
d'investigations  (nos  trois  expériences  :   boulettes,   sucre,  barres),   les   les  «   régulations   »   caractéristiques  de   la   perception  et   de   la   pensée  
décalages   sont   restés   l'exception,   et   l'homogénéité   des   réactions   intuitive.   Selon   Piaget,   les   régulations  sont   en   effet   caractéristiques  
d'une  épreuve  à  l'autre  est  bien  la  règle  générale.   Comme  unique  cas   de   l'équilibre   perceptif   ou   intuitif,   par   opposition   à   la   réversibilité  
de   décalage  notable,  on  se   souvient  du  sujet   Hop.  (obs.  60)  qui,   ayant   propre  à  l'équilibre   strictement  opératoire,  et  elles  se  manifestent  par  
construit  progressivement  les  notions  de   conservation  à   propos   des   des   compensations   entre   forces   contraires   1.   Ces   compensations  
déformations  de   la   boulette   d'argile,   restait  accroché   à   un   niveau   donnent   souvent   l'illusion  de  la  réversibilité,  comme  c'est  le  cas  dans  
intermédiaire   lors   de   la   dissolution   du   sucre.   Mais   ce   même   sujet   les   questions  de   «   bonne   forme   »   2,   etc.   Or,   on   peut   supposer   que,  
présentait  des   troubles   graves  de  l'équilibre  intellectuel  et   affectif,  de   dans   l'équilibre   inachevé   ou   faux  équilibre,  propre   au  raisonnement  
sorte   qu'on   pouvait   mettre   en   doute   le   diagnostic   de   débilité   ;   ce   des  débiles,  il   intervient  quelquefois  un  facteur  de  ce   genre  qui  expli-­‐
décalage   ne   semble   que   conQirmer   par   son   caractère   exceptionnel   que  précisément  pourquoi   l'opération,  n'étant  pas  encore  absolument  
l'attribution   de   niveaux   homogènes   au   raisonnement   des   débiles   pure,   est   à   la   fois  soutenue   et   limitée   par   des  éléments  perceptifs.  
mentaux.   En   fait,   ce   cas   mis   à   part,   nous  n'avons   rencontré   aucun   Ces   éléments   soutiendraient   d'une   part   l'opération   en   facilitant   sa  
raisonnement  débile   qui   fût   nettement  à   un  stade   plus   avancé   pour   compréhension,  mais  la  retiendraient  d'autre   part  dans  son  dévelop-­‐
une   épreuve   que   pour   une   autre.   Par   contre,   chaque   fois   qu'il   y  a   pement  en  jouant  alors  le   rôle  de   ce  que  nous  appelions  plus  haut  les  
décalage  léger,  celui-­‐ci   pose  un  problème  de  diagnostic,   qui,   précisé-­‐ frottements  ou  la  «  viscosité  génétique  ».
ment  parce  qu'il  n'est  pas  conforme  à   la  règle,   est  à  résoudre  par  une   On   peut   citer  trois   exemples   en   faveur  de   cette   hypothèse   d'un  
analyse  qualitative  nuancée.  Rappelons  toutefois  que  l'expérience   des   état   restant  intermédiaire   entre   la  régulation   perceptive  ou   intuitive  
barres   ne   peut   être   pratiquée   et   interprétée   qu'avec   précaution   ;  le   et  la   réversibilité  opératoire.   En  premier  lieu,   il  arrive  fréquemment  
débile,  étant  par  sa  mentalité  même,  d'une  part  facilement  sujet  à   des   dans   les   interrogatoires   qu'après   une   ou   deux   constatations   de   la  
persévérations   et   d'autre   part   légèrement   moins   sensible   aux   illu-­‐ conservation,  le   sujet  débile  réfléchisse  moins  aux  questions  ultérieures  
sions  de  poids,  semble   souvent  résoudre  plus  facilement  une  épreuve   qu'on  lui  posera,  mais  applique   le   schème   de   la  conservation  comme  
de  composition  logique   que   lorsqu'il   est  appelé  à   raisonner  en   fonc-­‐ une   sorte   de   forme   perceptive   ou   représentative.   En   deuxième   lieu,  
tion   de   données   expérimentales   plus   complexes   (boulettes,   sucre,   l'expérience   des  barres  est  certainement   plus  difQicile   à   utiliser  dans  
etc.).   Mais  une   fois  discernés  ces  facteurs  non  opératoires  des  méca-­‐ le   cas   des  débiles  parce   qu'ils   généralisent   l'égalité   plus  vite   que   le  
nismes   de   la   pensée,  on  ne   peut  qu'être  frappé  de  l'homogénéité   des   normal,  et  cela  non  pas  à  cause   d'une  plus  forte  logique,  mais  au   con-­‐
réactions  chez   les  débiles   ;   la   rareté   des   décalages   témoigne   de   la   traire  pour  des  raisons  de  persévération  d'ordre  perceptif   ou  verbal.  
discontinuité   relative   des   processus   du   développement   et   permet   Ces   deux   premiers   exemples   rappellent,   on   le   voit,   des   régulations  
ainsi  de  déceler  mieux  que   sur  le  normal   (chez  lequel   la  continuité  se   qui   interviennent   dans  les   phénomènes   d'  «   Einstellung   »   dans  le  
manifeste  par   de  nombreux  décalages),  l'existence   de   stades  comme   domaine   perceptif   et   intuitif.   En   troisième   lieu,   on   peut   trouver  
étapes   naturelles   de   la   construction   opératoire   et   mentale.   A   cet   dans  cette  hypothèse  l'explication  des  oscillations  elles-­‐mêmes.  On
égard,   le   phénomène   des   «   faux   équilibres   »   peut   être   d'une   utilité   1  J.  PIAGET  :   Recherches   sur  le   développement   des   perceptions  chez   l'enfant  et  l'ana-­
réelle  dans  l'étude  des  équilibres  successifs  qui  caractérisent  le   déve-­‐ lyse   d'une  illusion  relative  à  la  perception  visuelle   de   cercles  concentriques   (Delbœuf).  
loppement  normal. Archives  de  psychologie,  t.  XXVIII,  N°  113,  1942.
Mais  si    les  stades  constituent  ainsi  chez  l'anormal  des  paliers  plus 2  Gestalt.
286   LE  DIAGNOSTIC  DU  RAISONNEMENT  

se  rappelle  la   parenté   de   ces  oscillations   avec  le  mécanisme  du  faux  
équilibre.   Or,   du   point  de   vue   auquel   nous   les   considérons   mainte-­‐
nant,  les  oscillations  pourraient  être  comparées  aux  Qluctuations  de  la  
perception   dans   le   cas   des   images   réciproques   (escalier   en   relief,  
cube  en  perspective,  etc.)  où  la  perception   oscille  sans  Qin   entre   deux  
systèmes  également  stables,   sans   se   décider  déQinitivement  pour  au-­‐
cun  des  deux.