Vous êtes sur la page 1sur 39

MINISTERE DE REPUBLIQUE TOGOLAISE

L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Travail - Liberté - Partie


ET DE LA RECHERCHE

INSTITUTION DE FORMATION SUPERIEURE EN SCIENCES


TECHNOLOGIQUES, ECONOMIQUES ET ADMINISTRATIVES

Domaine : Sciences et Technologies


Mention : Technologie de Construction et Environnement

N° d’ordre : INS/LP-746/2011

LES PYLONES

Résultat de recherche pour l’exposé de PGC

Option : GENIE CIVIL

Promotion 2017-2018

Présenté par : Sous la direction de :

BAGUILIMA Katiba Dr AMEY K. B.

Ing AMUSSOU K. S

Ing SOUNSAH
LES PYLONES

TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES.......................................................................................2

TABLE DES FIGURES.........................................................................................3

INTRODUCTION..................................................................................................4

CHAPITRE I: LA CONCEPTION DES PYLONES...........................................6

1- LA CONCEPTION DES PYLONES :.........................................................7

1.1.- Principe conduisant au dimensionnement et aux vérifications :................7

1.1.1- Calcul des contraintes :..............................................................................7

1.1.2- Règles de construction :.............................................................................8

1.1.3- Protection contre la corrosion :................................................................12

1.1.4- Fondations :..............................................................................................12

1.2.- les pylones électriques :...........................................................................13

1.1.1- Les types de pylônes électriques :...........................................................13

1.1.2- Les pylônes à treillis :...............................................................................14

1.1.3- La Classification des pylônes :.................................................................15

1.3.- les pylones de telecommunications :.......................................................20

1.2.1- Pylônes autoportant ou auto-stable :.......................................................21

1.2.2- Pylônes haubanés :..................................................................................21

CHAPITRE II: LA MISE EN ŒUVRE DES PYLONES....................................23

2- LA MISE EN ŒUVRE DES PYLONES :..................................................24

2.1- mise en oeuvre des pylones autostable :................................................24

2.1.1- Les composants du pylône :....................................................................24

2.1.2- la fondation des pylônes :........................................................................32

Présenté par BAGUILIMA K. 2 FORMATEC


LES PYLONES

CONCLUSION....................................................................................................32

ANNEXES...........................................................................................................33

TABLE DES FIGURES 

Figure 1-1 : sollicitations prépondérantes..............................................................................13


Figure 1-2 : pylône monopode..............................................................................................16
Figure 1-3 : pylônes auto-stables (treillis)..............................................................................17
Figure 1-4 : pylônes haubanés..............................................................................................18
Figure 2-1 : coupe d’un tronçon du pylône quadripode.........................................................24
Figure 2-2 : schéma d’un boulon...........................................................................................27
Figure 2-3 : schéma de principe d’assemblage entre deux tronçons.....................................29
Figure 2-4 : fonctionnement par obstacle..............................................................................30
Figure 2-5 : mode de fonctionnement adhérence..................................................................30
Figure 2-6 : schéma de principe............................................................................................31
Figure 0-1 : poteau en bois...................................................................................................33
Figure 0-2 : pylône classique................................................................................................33
Figure 0-3 : pylône triangle....................................................................................................34
Figure 0-4 : portiques haubanés avec 2 futs en V.................................................................34
Figure 0-5 : les différentes parties d’un pylône......................................................................35
Figure 0-6 : assemblage de portiques...................................................................................36
Figure 0-7: assemblage de pylône........................................................................................36
Figure 0-8: fouilles en puits pour la fondation des pylônes....................................................36
Figure 0-9: montage de chaînes isolateur et fixation sur câbles............................................36
Figure 0-10: ferraillage achevé d’une semelle.......................................................................36
Figure 0-11: ferraillage d’une semelle de fondation d’un pylône...........................................36
Figure 0-12: décoffrage des semelles...................................................................................37
Figure 0-13: coffrage d’une semelle d’un pylône...................................................................37
Figure 0-14: semelles décoffrées..........................................................................................37
Figure 0-15: remblais autour des semelles...........................................................................37
Figure 0-16: montage du reste de pylône..............................................................................37
Figure 0-17: montage de la base d’un fût de pylône.............................................................37
Figure 0-18: ferraillage et coffrage des semelles d’un portique.............................................38
Figure 0-19: fixation des accessoires du pylône....................................................................38
Figure 0-20: semelles des portiques décoffrées....................................................................38

Présenté par BAGUILIMA K. 3 FORMATEC


LES PYLONES

Figure 0-21: poteau tubulaire................................................................................................38


Figure 0-22: montage par hélicoptère d’un pylône................................................................38

INTRODUCTION

Les pylônes, comme toute autre structure de Génie Civil, sont généralement
stationnaires à cause de leur poids très élevé; ce qui suppose qu’ils doivent
être conçu de manière à leur conférer une stabilité et une sécurité suffisante.

Ils sont composés d'éléments en barres assemblées par boulonnage ou par


soudure en des points appelés «nœuds».

Contrairement aux calculs des éléments en béton armé qui mettent en


exergue les charges permanentes et les charges d’exploitation, pouvant sans
ambigüité négliger le vent, du fait de l’absence des vents violents dans nos
milieux, en construction métallique, outre ces charges permanentes et
d’exploitation, le vent est mis en exergue car c’est un facteur crucial dans le
dimensionnement, compte tenu de la hauteur des ouvrages. De même la
connaissance du poids permanent est importante car elle permet le
dimensionnement de la fondation et la vérification de la stabilité de l’ensemble
de la structure.

Parlant de ces pylônes, les plus utilisés dans nos milieux sont ceux à treillis.
En effet, il s’agit d’un type de structure utilisé dans plusieurs domaines en
génie civil d’une façon ou d’une autre. Ce type de structure est reconnu pour
sa grande résistance ainsi qu’un faible poids propre ce qui implique une
utilisation optimale et économique des matériaux. Cet aspect rend son usage
d’autant plus intéressant dans le cas des structures qui doivent être
construites en grande quantité dont nous pouvons donner comme exemple les
pylônes l’électriques.

Dans le domaine électrique et de télécommunication où ces ouvrages sont


plus utilisés, il s’avère que les centres de productions d’énergies ou de

Présenté par BAGUILIMA K. 4 FORMATEC


LES PYLONES

nouvelles sont souvent éloignés des centres de consommation, voir même


d’un continent à un autre. A cet effet, respectivement, la ligne électrique
aérienne à très haute tension et les antennes telles que antennes FH, GSM,
etc… sont des ouvrages adéquats les plus économique pour relier ces deux
secteurs. Que ce soit les pylônes électriques ou les pylônes télécoms, leur
construction suit des normes de génie civil.

Ainsi il est important de souligner l’ensemble des techniques de construction,


des hypothèses ainsi que les paramètres entrant dans le dimensionnement de
ces derniers.

Présenté par BAGUILIMA K. 5 FORMATEC


LES PYLONES

CHAPITRE I:  LA CONCEPTION DES PYLONES

Présenté par BAGUILIMA K. 6 FORMATEC


LES PYLONES

1- LA CONCEPTION DES PYLONES :

De nos jours, la conception des pylônes se fait à l’aide des logiciels comme Robot.
En effet ces logiciels permettent de définir la géométrie et les dimensions des
structures et la simulation.

1.1.- Principe conduisant au dimensionnement et aux vérifications :

1.1.1- Calcul des contraintes :

Le calcul des contraintes auxquelles les pylônes sont soumis est nécessaire à la
conception de ceux-ci. En effet, les contraintes vont déterminer le type de pylône à
utiliser et sa taille. On peut distinguer plusieurs types de contraintes :

 les charges permanentes ;


 les charges d’exploitation ;
 les charges climatiques et ;
 Les charges dues aux secousses sismiques.
 Charges permanentes :

Comme charges permanentes, nous avons :

 Le poids propre de la structure : tous les éléments constitutifs du pylône


doivent être pris en compte ;
 Les équipements du pylône : antennes, câbles, paraboles ainsi que le câblage
d’alimentation et le balisage ;
 Les haubans : il faut tenir également compte des éventuels haubans.
 Charges d’exploitation :

Concernant les charges d’exploitation :

 Sur la structure : on tiendra compte des équipements décrits dans le CCTP et


des interfaces de fixation ;
 Sur les plates-formes : on prendra dans les calculs une charge répartie
déterminée dans le CCTP. Le système d’ancrage devra par ailleurs résister à
une force d’au moins 15 kN.

Présenté par BAGUILIMA K. 7 FORMATEC


LES PYLONES

 Charges climatiques (selon les règles NV 65) :

Là nous avons :

 Les actions dues au vent : pression, action sur la structure, sur


l’équipement (antennes…) et sur les haubans éventuels ;
 Les actions dues au givre : l’épaisseur peut varier de 2 à 6cm (la valeur
exacte sera donnée dans le CCTP) ;
 Les actions dues à la neige : les charges sont données par le règlement N 84
DTU P06-006 ;
 Les actions dues à la température : les actions dues à la dilatation sont à
prendre en compte et le gradient de température doit être connu pour les
pylônes tubulaires.
 Charges sismiques :

En cas d’installation du pylône dans une région à risque sismique, on devra prendre
des dispositions parasismiques selon les règles PS 92.

1.1.2- Règles de construction :

a- Normes et documents de références :

Les pylônes et armements métalliques doivent répondre aux dispositions prévues


dans les documents et références suivants :

 NF A 35-503 : Aciers pour galvanisation par immersion à chaud ;


 NF EN 10025 : Produits laminés à chaud en aciers de construction non alliés -
condition technique de livraison ;
 Publication 652 : Essais mécaniques des structures de lignes aériennes ;
 NF EN 10002-1 : Essai de traction ;
 ISO 6502-1 : Essai de dureté BRINELL ;
 ISO 6508-1 : Essai de dureté ROCKWELL ;
 ISO 6507-1 : Essai de dureté VICKERS ;
 NF EN 10045-1 : Essai de flexion par choc sur éprouvette Charpy ;
 ISO 7438 : Essai de pliage ;

Présenté par BAGUILIMA K. 8 FORMATEC


LES PYLONES

 NF EN 10056-1 : Cornières à ailes égales et inégales en acier de


construction ;
 NF EN 10029 : Tolérances sur les dimensions des tôles en acier laminées à
chaud, d’épaisseurs égales ou supérieures à 3 mm ;
 ISO 7452 : Tolérances sur les dimensions et la forme des tôles en acier de
construction laminées à chaud ;
 ISO 6947 : Soudures; positions de travail; définitions des angles d’inclinaisons
et de rotation ;
 ISO 1461 : Revêtements par galvanisation à chaud sur produits finis ferreux -
Spécifications et méthodes d’essai ;
 NF A91-130 : Lignes directrices pour la protection contre la corrosion du fer et
acier dans les constructions.
 UTE C66-400 : Ferrures pour lignes aériennes - Galvanisation à chaud des
pièces en métaux ferreux ;
 NF X 06-021 : Principes du contrôle statistique de lots.

Les textes applicables sont ceux des éditions les plus récentes des normes
précitées. Toutes autres normes reconnues comme assurant une qualité au moins
équivalente sont acceptées comme normes de référence.

b- Préparation des profilés et des tôles

Les aciers destinés à la fabrication des pylônes sont de la nuance E24 et/ou E36 de
qualité 2 se présentant sous les formes suivantes :

 cornières à ailes égales, dont l'épaisseur est de 1/10 de la largeur de l'aile;


 cornières à ailes amincies;
 tôles moyennes et fortes.

Les aciers utilisés doivent être de classe 2 au sens de la norme NF EN 10025.

 Perçage :

Le perçage des trous doit permettre, sans brochage, un montage précis des pylônes
à l'aide de boulons. Le perçage des couvre-joints intérieurs en cornières doit tenir
compte du défaut d'équerrage éventuel des pièces.

Présenté par BAGUILIMA K. 9 FORMATEC


LES PYLONES

Conformément aux normes en vigueur, le diamètre des trous doit être égal au
diamètre nominal des boulons augmenté de :

 1 mm pour d < 10 mm ;


 2 mm pour 12 < d < 22 mm et;
 3 mm pour d > 24 mm.

Les diamètres des trous des rondelles d'épaisseur suivent les mêmes spécifications
que ceux des rondelles de serrage.

 Soudage

Dans le cas où les plans d’exécution prévoient un soudage entre des parties du
pylône métallique, cette opération doit être exécutée conformément aux dispositions
suivantes de la norme de référence, en particulier :

 Il doit être procédé à l’élimination, le cas échéant, du métal brûlé au cours de


la coupe ou des bavures de coupe ou d’usinage;
 Les surfaces à souder et leur voisinage doivent être parfaitement propres,
exemptes de graisse, peinture, calamine, rouille et scories et parfaitement
sèches;
 Les cordons de soudure doivent être de section uniforme sans pliage, ni
bourrelet, ni sillon latéral, leur surface doit être régulière et débarrassée des
scories et du laitier par piquage au marteau à pointes et nettoyage à la
brosse;
 Les soudures doivent être parfaitement étanches.
 Boulons et Rondelles

Les vis, les écrous et les rondelles doivent être conformes aux normes de référence
en vigueur. Quel que soit le procédé de fabrication de la vis, le diamètre extérieur de
la partie filetée ne doit pas être supérieur au diamètre de la partie lisse. La longueur
des boulons doit être telle qu'après serrage, la vis dépasse l'écrou d'au moins deux
filets, compte tenu des surépaisseurs. La longueur de la partie filetée des vis est
donnée par la norme en vigueur. La tolérance sur la longueur de la partie filetée est
de 1,2 pas en moins de zéro et en plus de telle manière que :

Présenté par BAGUILIMA K. 10 FORMATEC


LES PYLONES

Lmax = L – X + 1,2 pas

Lmini = Lmax – 4 pas

Avec :

 Lmax, la longueur maximale de la partie non filetée de la tige


 Lmini, est la longueur minimale de la partie non filetée de la tige
 X, longueur de la partie filetée.
 Marquage :

Toutes les barres et pièces séparées doivent porter un marquage d'identification par
empreinte à froid, comportant :

 le sigle du fabricant;
 le type du pylône;
 le repère propre de la pièce;
 le numéro de la série.

Le marquage par empreinte à froid est effectué de préférence à la presse, en


caractère de taille minimale de 10 mm pour les lettres et les chiffres principaux et de
8 mm pour les indices et astérisques.

Les différents symboles de marquage des vis et des écrous correspondent aux
symboles de désignation des classes de qualité et la marque du fabricant.

Pour les vis, le marquage sera effectué de préférence en relief sur la partie
supérieure de la tête.

Pour les écrous, le marquage s'il est demandé sera effectué en creux sur une des
faces latérales ou l'une des faces d'appui.

Les classes de qualité des vis en acier sont désignées par un symbole composé de
deux nombres séparés par un point, par exemple 6.8. Le premier nombre correspond
sensiblement au 1/10 de la résistance minimale à la traction exprimée en daN/mm²,
la deuxième indique sensiblement 10 fois la valeur du rapport entre la limite minimale
d’élasticité et la résistance minimale à la traction. La multiplication des deux nombres

Présenté par BAGUILIMA K. 11 FORMATEC


LES PYLONES

donne sensiblement en daN, la limite minimale d’élasticité (Classe 6.8 correspond à


48 daN/mm².).

La marque du fabricant du pylône devra figurer sur toutes les pièces constituant le
pylône à l'exception des éléments de fixation (écrous, rondelles, vis et boulons).

1.1.3- Protection contre la corrosion :

Il existe plusieurs possibilités pour lutter contre la corrosion dont :

 La galvanisation : Tous les éléments de la charpente métallique seront


galvanisés à chaud selon la norme NF A 91-121.
 La peinture : les éléments sont préalablement peints en usine avec des
peintures de qualité contrôlée et une couche supplémentaire est apposée sur
le site dans des conditions spécifiques.
 La métallisation au zinc : s’il y a métallisation, l’épaisseur minimale est
80μm.

Dans le cas de pylônes haubanés, les haubans doivent être en acier galvanisés et
goudronnés lors du montage du pylône. Les tendeurs doivent être également
galvanisés à chaud puis goudronnés sur le site.

1.1.4- Fondations :

Préalablement au calcul des fondations, il convient de réaliser une étude des sols
pour déterminer les caractéristiques de ceux-ci. Si le sol est de bonne qualité, les
pylônes reposent généralement sur un massif de fondation superficielle. Ce massif
est habituellement de forme carrée. Si le sol est de mauvaise qualité, les pylônes
reposent sur des fondations profondes. Ses caractéristiques doivent être connues,
notamment sa contrainte admissible. On peut la déterminer à l’aide des essais : le
pressiomètre, le pénétromètre statique.

Dans le dimensionnement de la semelle, on tient compte des sollicitations induites


par la structure. Les efforts d’ensemble en pied de la structure et appliqués à la
fondation sont :

 Une charge verticale de compression due au poids propre de la structure et


aux charges d’équipements,

Présenté par BAGUILIMA K. 12 FORMATEC


LES PYLONES

 Un moment de renversement dû au vent qui agit sur la structure,


 Un effort horizontal également dû au vent.

Lorsque la structure est multipode, les efforts transmis à chaque poteau métallique
sont :

 Un effort vertical de compression, voire de soulèvement,


 Un effort horizontal dû au vent.

Figure 1-1 : sollicitations prépondérantes

1.2.- les pylones électriques :


1.1.1- Les types de pylônes électriques :
Les pylônes électriques sont des supports permettant de maintenir les conducteurs
d'une ligne aérienne par l'intermédiaire d'isolateurs. Nous pouvons classer les
différents types de supports des lignes électriques en trois catégories :

 Les poteaux de faible hauteur monopode à fût unique qui peuvent être
jumelés ou disposés en portique. Ces poteaux sont, soit des poteaux bois ou

Présenté par BAGUILIMA K. 13 FORMATEC


LES PYLONES

des poteaux béton, soit des poteaux métalliques en tôle pliée de section
hexagonale. Ils sont utilisés pour des lignes basse et moyenne tension.
 Les poteaux de grande hauteur de 26 à 40 mètres à fût unique ou
constitués de plusieurs tronçons. Ces pylônes monopodes peuvent être
disposés en portique. Ils sont soit en bois (Sapins), en béton précontraint de 2
à 3 éléments, soit métallique en tôle pliée de section hexagonale en plusieurs
éléments emboitables. Ils sont utilisés pour les lignes hautes et très haute
tension.
 Les pylônes métalliques en treillis qui sont constitués d’éléments
assemblés à l’aide de boulons. La majorité de ces supports sont tétrapodes
de section carrée ou rectangulaire et sont reliés au sol par 4 massifs de
fondation en béton armé ou non armé. Ces supports peuvent être aussi des
portiques haubanés avec un fût unique ou deux fûts en «V». Ces pylônes sont
utilisés pour les lignes hautes et très haute tension.

1.1.2- Les pylônes à treillis :


Les pylônes à treillis sont constitués de deux principaux ensembles dont la tête et le
fût :

 La tête :

La tête d’un pylône à treillis est une structure métallique qui supporte les câbles de
garde et les conducteurs de la ligne électrique. Elle est développée et calculée pour
répondre à la fois :

 à des conditions de résistance basée sur les hypothèses de calcul de


l’ouvrage
 à des contraintes électriques dues à la tension de la ligne et aux distances
minimales à respecter entre les câbles
 à des contraintes géométriques dues à la configuration des câbles de
garde et des conducteurs et aux distances à la masse à respecter dans les
différentes hypothèses.
 le fût :

Présenté par BAGUILIMA K. 14 FORMATEC


LES PYLONES

Le fût du pylône a pour but essentiel de maintenir la tête et les câbles à une certaine
distance du sol pour respecter les hauteurs réglementaires et à transmettre au sol,
par l’intermédiaire des fondations, les efforts dus aux charges horizontales et
verticales appliquées sur les câbles et le pylône.

Habituellement, pour les pylônes tétrapodes, le fût a la forme d’un tronc de pyramide
de section rectangulaire ou carré et se rapproche d’un solide d’égale résistance. Ce
fût peut aussi être constitué :

 d’un mât croisillon de section carré haubané par quatre haubans.


 d’un portique constitué de deux mâts haubanés ou non.
 d’un portique en « V » constitué de deux mâts de section carré (Figure 7)

1.1.3- La Classification des pylônes :


Les pylônes ne sont tous pas identiques, si bien qu’il en existe plusieurs sortes
selon les contraintes engendrés, selon leurs formes et selon les matériaux
constitutifs.

Selon les matériaux, on distingue trois catégories de pylônes :

 les pylônes métalliques ;


 les pylônes en béton et ;
 les pylônes en bois.

Les pylônes peuvent être de même subdivisés en trois grandes catégories selon
les contraintes engendrées :

 les pylônes monopodes ;


 les pylônes tétrapodes (autoportants) et ;
 haubanés.
 Pylônes monopodes

Les pylônes monopodes qui appliquent des efforts horizontaux et des moments de
renversement sur la fondation, sont généralement de forme cylindrique en béton, ce
qui permet de les construire selon le procédé des coffrages glissants. Ils présentent
de nombreux avantages selon lesquels:

Présenté par BAGUILIMA K. 15 FORMATEC


LES PYLONES

 Ils nécessitent un entretien beaucoup moins important que les pylônes


métalliques ;
 Ils procurent un accès facile aux antennes ;
 L’intérieur peut abriter des équipements radioélectriques.

Malheureusement ces tours en béton sont onéreuses, environ 3 fois plus que le prix
d’un pylône autoporteur (métallique).

Figure 1-2 : pylône monopode

 Pylônes métalliques autoportant (pylône en treillis)

Ils conduisent souvent à des efforts d’arrachement sur certains appuis et de


compression sur d’autres; des efforts horizontaux souvent modestes sont également
à prendre en compte.

Les pylônes auto-stables sont des structures métalliques rigides fixées au sol par
des fondations en béton. Ils sont encore appelés les polypodes. Utilisés pour la
transmission, ils peuvent supporter plusieurs antennes de grande surface,
fonctionnant à des fréquences très élevées.

Leur section est en général carrée et parfois triangulaire. De forme pyramidale, la


partie inférieure peut, suivant la hauteur, se poursuivre par une charpente de section
constante ou progressivement décroissante. La largeur à la base, de l’ordre de 5m

Présenté par BAGUILIMA K. 16 FORMATEC


LES PYLONES

pour une hauteur de 50m est fonction croissante de la hauteur. Le plus souvent
l’ensemble est démontable et assemblé par boulonnage.

Concernant leur structure, les pylônes sont souvent munis d’une échelle intérieure.
Les membrures du pylône sont réalisées en fer cornière laminé à chaud ou en
sections de tube convenablement protégées par galvanisation à chaud.

Les pylônes sont prévus pour supporter :

 Un vent de fonctionnement de l’ordre de 160 km/h


 Un vent de survie, de vitesse plus élevée et dépendante des conditions
climatiques locales, par exemple 200km/h, sans déformations permanentes.

Figure 1-3 : pylônes auto-stables (treillis)

 Pylônes haubanés

Ces derniers doivent résister à des efforts obliques d’arrachement. Les pylônes
haubanés sont plus légers, ils sont en général de sections triangulaire constante
tout au long de la structure. Les membrures et treillis sont en cornières à 90° ou
60°, ou en tube galvanisé. Les haubans sont en câble d’acier galvanisé. Ils sont fixés
au pylône tous les 15 à 30m. L’ancrage des haubans peut être assuré par massif en

Présenté par BAGUILIMA K. 17 FORMATEC


LES PYLONES

béton enterré ou par remblai fixant la semelle du dispositif d’ancrage. Pour des
hauteurs importantes, des dispositifs anti-torsion doivent être adoptés à hauteur des
antennes : déport de fixation des haubans sur le pylône par bras horizontaux.
L’installation des haubans nécessite l’acquisition d’un terrain de plus grande
étendue que pour un pylône auto-stable, ce qui augmente évidemment le coût et
peut entraîner des retards dans les procédures.

Ces pylônes comportent comme dans les autres types de pylônes une protection
contre la foudre avec paratonnerre Franklin en acier inoxydable.

Figure 1-4 : pylônes haubanés

La classification des pylônes peut se faire sous autres formes. Selon EDF (Electricité
De France), on peut classer les pylônes :

 en familles :

Une famille de pylône est constituée par un ensemble de supports ayant des
silhouettes voisines mais présentant des résistances mécaniques différentes. Ce
choix est cohérent avec la notion de catalogue due à la standardisation des matériels
qui représentent des avantages indéniables aussi bien pour le concepteur et
l’exploitant que pour le maître d’œuvre et le client. La normalisation des études, de la

Présenté par BAGUILIMA K. 18 FORMATEC


LES PYLONES

fabrication, de la construction et de la maintenance sont d’un intérêt considérable


sans oublier l’impact sur l’environnement. Les pylônes normalisés qui sont utilisés
sur un réseau national doivent être en nombre suffisant pour répondre aux besoins
des différentes lignes. Les types suivants sont généralement requis pour une famille
normalisée :

 Pylône d’alignement ;
 Pylône d’angle faible ;
 Pylône d’angle fort.

Il est toutefois très important de noter que, si le nombre de pylônes dans une famille
peut être bénéfique et réduire le poids total des ouvrages, l’augmentation du nombre
de pylônes pour une famille augmente les frais fixes qui comprennent :

 La conception du prototype et des essais ;


 La fabrication, l’assemblage et le montage ;
 Le stockage pour la maintenance.

Aussi pour un projet de ligne en appel d’offres international, il est primordial, pour sa
rentabilité, de déterminer en premier, le nombre de pylônes à étudier en fonction des
considérations climatiques, du profil en long, de la longueur de la ligne et de ses
difficultés. Le nombre optimal est de cinq.

Compte tenu de l’homogénéité du relief rencontré de part et d’autre de notre pays le


Togo, trois types de supports sont suffisants pour répondre économiquement à
pratiquement toutes les conditions d’utilisation. Les fonctions et les conditions
d’utilisation de chacun de ces types sont définies ci-après :

 Type A - Pylône d’alignement :

Equipé de chaînes d’isolateurs de suspension et pouvant aussi être utilisé, si


nécessaire, comme support d’angle faible (0 à 2 degrés maximum) sous réserve
de portée vent inférieure à 300 m.

 Type B - Pylône d’angle faible (0°- 30°):

Equipé de chaînes d’isolateurs d’ancrage, il est utilisé :

Présenté par BAGUILIMA K. 19 FORMATEC


LES PYLONES

 comme support d’angle pouvant atteindre 30 degrés (cas de charge


normal); il sera capable de supporter une différence de tension
longitudinale de 10 à 15 % en cas de paramètres différents dans les
cantons adjacents ;
 comme support anti-cascade destiné à limiter la longueur d'un
canton à 10 km (sécurité renforcée).
 Type C - Pylône d’angle fort (30°- 60°):

Equipé de chaînes d’isolateurs d’ancrage, il est utilisé :

 comme support d’angle fort, entre 30 et 60° maximal (cas de charge


normal) ; il sera capable de supporter une différence de tension
longitudinale de 10 à 15 % en cas de paramètres différents dans des
cantons adjacents ;
 comme support d’ancrage pour l’arrêt de la ligne (supports
terminaux) complète (Conducteurs et câbles de garde), d’un seul côté
en l’absence de tous les câbles sur le côté opposé dans l’hypothèse
météorologique A ; l’existence de la portée à tension réduite de
raccordement au poste ne sera pas prise en compte.
 Selon l’armement ; c’est-à-dire la disposition géométrique des
conducteurs et des câbles de garde :

L’armement est la disposition géométrique des conducteurs et accessoirement des


câbles de garde. Parmi les armements utilisés, on distingue deux grandes classes :

 Le système à phases étagées dans lequel les conducteurs sont


disposés à des étages différents : Pylônes triangle, drapeau, Danube,
double drapeau, double triangles (Figure 8).
 Le système dans lequel les conducteurs sont disposés au même
niveau ou à des niveaux peu différents : Pylône ou portique nappe
horizontale, pylône « chat » simple ou double ternes, pylône
«chaînette» (Figure 9)

1.3.- les pylones de telecommunications :


Il existe deux types de pylônes télécoms. Il s’agit :

Présenté par BAGUILIMA K. 20 FORMATEC


LES PYLONES

 des pylônes auto stable ou autoportant et ;


 des pylônes haubanés.

Dans le choix des pylônes comme supports de paratonnerre, on préférera les


pylônes de type "Autoportant". Ce choix doit tenir compte des paramètres comme :

 Le lieu exact d’installation afin de déterminer la région de vent (département et


canton) : de région 1 à région 5.
 La qualification du site : Normal ou exposé.

Si le site est exposé, on choisira la région de vent supérieure.

 La force exercée sur les aériens (effort total auquel le pylône sera soumis).

Tous les pylônes sont constitués d’une embase à sceller, d’un élément conique, d’un
élément droit, et d’une tête de serrage. Seules les têtes de serrage sont différentes.
Le raccordement des tronçons s‘effectue par platines boulonnées. Tous les tronçons,
y compris le scellement, sont galvanisés à chaud. La visserie est en acier
inoxydable.

1.2.1- Pylônes autoportant ou auto-stable :


Ils sont réalisés en acier et les tubes sont galvanisés à chaud à l’intérieur et à
l’extérieur, ce qui offre une protection supplémentaire contre toute forme de
corrosion. Ils respectent les critères suivant :

 Ils peuvent éventuellement être métallisés ou peints dans n’importe quelle


couleur.
 Toutes les options sont exécutées conformément aux normes en vigueur.
 Tous les mâts peuvent être pourvus, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, de
plates-formes, d’échelles (avec ou sans sécurité) ou de nacelles motorisées.

1.2.2- Pylônes haubanés :


Les mats de certains pylônes sont en tuyaux galvanisé double face de 15x15. La
hauteur conseillée pour ces pylônes est de de 4 à 16 mètres.

Ils respectent les critères suivant :

Présenté par BAGUILIMA K. 21 FORMATEC


LES PYLONES

 Les mâts à haubaner en 15 cm sont fournis avec des manchons pour le


raccordement entre éléments ;
 Les éléments hauts se terminent par un tube de diamètre 50mm pouvant
recevoir des flèches allant de 25 à 42 mm ;
 Les éléments bas se terminent par un tube de diamètre 35mm.

D’autres mats sont en tuyaux galvanisé double face 30 x 30. Là la hauteur conseillée
est de 6 à 42 mètres.

Ils respectent les critères suivants :

 Les mâts à haubaner en 30 cm se composent d’éléments de 3m pouvant être


boulonnés entre eux par 3 vis de 12mm ;
 La base peut être fournie en pied pointe ou en pied plaque pour pose en
terrasse ou au sol ;
 L’élément haut peut recevoir des flèches de 35mm à 50mm ;
 Ce mât ne nécessite qu’un haubanage tous les 6m.

Il y en a de même des mâts en tuyaux galvanisé double face 45 x 45 dont la hauteur


conseillée peut aller jusqu’à 60 mètres. Ces derniers respectent les critères suivant :

 Les mâts à haubaner en 45 cm se composent d’éléments intermédiaires de


3m. ils sont galvanisés à chaud suivant les normes NF A 91121et 91112.
 Epaisseur minimale du revêtement: 50 à 70 microns.
 Etudes réalisées sur logiciel pour des hauteurs de 50 à 60 mètres, surface au
vent: 3m².
 Région 3(site normal) ou région 2 (site exposé) : pdb=90dan/m2 altitude
inférieure ou égale à 200m.

Présenté par BAGUILIMA K. 22 FORMATEC


LES PYLONES

CHAPITRE II: LA MISE EN ŒUVRE DES PYLONES

Présenté par BAGUILIMA K. 23 FORMATEC


LES PYLONES

2- LA MISE EN ŒUVRE DES PYLONES :

2.1- mise en oeuvre des pylones autostable :

2.1.1- Les composants du pylône :

 Les membrures (figure 2-1) :

La membrure est la première structure porteuse du pylône. Elles assurent la


transmission des charges venant du haut. Ces membrures sont des tubes évidées à
section circulaire, de dimension constante et égale à 6m du 1er au 11eme tronçon et
est égale à 4m pour le dernier tronçon. Elle est constituée du matériau acier. Elles
changent de sections à chaque tronçon à cause de la forme pyramidale du pylône.

Diagonale

Membrure

Traverse Raidisseur diagonale

Raidisseur

Figure  : coupe d’un tronçon du pylône


quadripode

 Les traverses (figure 2-1)

Les traverses sont des éléments raidisseurs dans les treillis. Ils assurent la stabilité
de la structure. Ils sont de diverses dimensions. Ils diminuent de sections et de

Présenté par BAGUILIMA K. 24 FORMATEC


LES PYLONES

longueur au fur et à mesure qu’on monte d’un tronçon à un autre.il est formé du
matériau acier. Ils sont constitués des tubes évidés et des cornières.

 Les diagonales (figure 2-1)

Tout comme les traverses, les diagonales sont des éléments raidisseurs dans les
treillis. Ils permettent de garder la stabilité et l’équidistance entre les membrures d’un
même tronçon. Ils sont constitués des tubes évidés à sections circulaires variables.

 Les boulons

Ces boulons sont destinés à une mise en œuvre simple, sans serrage contrôlé, par
opposition au boulon de haute résistance qui sont des boulons possédant des
caractéristiques mécaniques supérieures à celles du boulon ordinaire et
généralement mis en place avec un serrage contrôlé à l'aide d'une clé
dynamométrique. Dans un assemblage réalisé avec ce type de boulons, les efforts
sont transmis par le frottement des pièces mobilisés par leur serrage.
Les boulons utilisés sont des boulons ordinaires de diamètre allant de 16mm à
24mm de classe 8.8.

 Les accessoires

Les accessoires sont composés des plates-formes, des supports d'antennes, des
dispositifs de sécurité, des kits de balisage, un kit de protection contre la foudre et
autres utilisés sont des antennes, et les relais

 Les brides

Les brides décrites ici sont des brides filetées portée de joint et peuvent être livrées
avec un tractage.

 La soudure

Pour la soudure, les matériaux utilisés sont des matériaux non dégradables par le
cycle thermique de soudage. Les matériaux concernés sont des aciers
préalablement durcis par écrouissage ou par traitement thermique (trempe
martensitique + revenu ou mise en solution + hypertrempe + précipitation), alliages
d’aluminium préalablement durcis par écrouissage ou par traitement thermique (mise

Présenté par BAGUILIMA K. 25 FORMATEC


LES PYLONES

en solution + hypertrempe + précipitation), alliages soudables seulement de façon


hétérogène à l’aide d’un produit d’apport conduisant à une zone fondue possédant
des caractéristiques mécaniques de résistance plus faibles que celles du métal de
base éventuellement adouci (cas des aciers à 3,5 % et 9 % de Ni et cas général des
alliages d’aluminium durcis par traitement thermique).
 Les différents modes d’assemblage

L’assemblage des pièces en construction métallique se fait de cinq manières à


savoir :

 L’assemblage par rivetage,


 L’assemblage par boulonnage,
 L’assemblage par soudage,
 L’assemblage par collage et,
 L’assemblage par attache.

L’assemblage et l’installation requièrent un certain nombre de matériels. On cite


entre autres :

 Corde en nylon de longueur 10 m et Ø10 mm ;


 Corde en nylon de longueur 15 m et Ø10 mm ;
 Collier mobile référence DYA055 (avec anneaux) ;
 Câble flexible de 15 m pour le passage des câbles dans le pylône ;
 Crochet de connexion (K2) 250 kg WLL ;
 Piton à vis avec œillet de fixation en acier M8 (J1) ;
 Piton à vis de levage M16 (A2) ;
 2 clés CHC (BTR, Allen) polygonales 13 mm ;
 2 clés CHC 19 mm ;
 Clés CHC 24 mm ;
 Clés CHC 30 mm ;
 Echelle d’au moins 3 m, échafaudage ;
 Personnes, etc…

Présenté par BAGUILIMA K. 26 FORMATEC


LES PYLONES

 Assemblage par boulonnage


 Principes

Les boulons sont composés d’une vis et d’un écrou. Ils sont utilisés lorsqu’on désire
démonter ultérieurement les pièces ou que les autres types d’assemblages
mécaniques ne correspondent pas aux performances souhaités. Le perçage des
trous doit permettre, sans brochage, un montage précis des pylônes l'aide de
boulons.

Le perçage des couvre-joints intérieurs en cornières doit tenir compte du défaut


d'équerrage éventuel des pièces.
Conformément aux normes en vigueur, le diamètre des trous doit être égal au
Diamètre minimal des boulons augmenté de :
 1 mm pour d < 10 mm
 2 mm pour 12 < d < 22 mm
 3 mm pour d > 24 mm
Les diamètres des trous des rondelles d'épaisseur suivent les mêmes spécifications
que ceux des rondelles de serrage.
 Différentes parties d’un boulon

La figure ci-dessous illustre les différents composants du boulon ordinaire

Partie filetée

Ecrou

Partie lisse
Rondelle

Tête

Figure 2-5 : schéma d’un boulon

Présenté par BAGUILIMA K. 27 FORMATEC


LES PYLONES

 Assemblage par boulons ordinaires

C’est un procédé d’assemblage réalisé au moyen de boulons ordinaires posés dans


les trous préalablement pratiqués dans les pièces à assembler. Une rondelle peut
être interposée sous les écrous.

 Assemblage par boulons à haute résistance

L’assemblage par boulons à haute adhérence consiste à solidariser des pièces ayant
une limite élastique élevée de façon à amener par serrage énergétique une liaison
interne des pièces à assembler supprimant toutes éventualités de déplacement.

 Assemblage par soudure

C’est une opération qui consiste à exécuter le plus souvent un cordon de métal fondu
liant deux ou plusieurs pièces de formes diverses à assembler. Le résultat de cette
opération est un joint soudé ou une soudure qui assure une continuité de la matière
entre les parties.

Dans le cas où les plans d’exécution prévoient un soudage entre des parties du
pylône métallique, cette opération doit être exécutée conformément aux dispositions
suivantes de la norme de référence, en particulier :
 Il doit être procédé à l’élimination, le cas échéant, du métal brûlé au cours de
la coupe ou des bavures de coupe ou d’usinage;
 Les surfaces à souder et leur voisinage doivent être parfaitement propres,
exemptes de graisse, peinture, calamine, rouille et scories et parfaitement
sèches;
 Les cordons de soudure doivent être de section uniforme sans pliage, ni
bourrelet, ni sillon latéral, leur surface doit être régulière et débarrassée des
scories et du laitier par piquage au marteau à pointes et nettoyage à la
brosse;
 Les soudures doivent être parfaitement étanches

Présenté par BAGUILIMA K. 28 FORMATEC


LES PYLONES

Membrure supérieure

Epaisseur du cordon

Epaisseur de la bride

Diamètre de la bride

Membrure inférieure

Figure 2-6 : schéma de principe d’assemblage entre deux tronçons

 Avantages

Comme avantages, nous avons :

 une continuité assurée des matières et de ce fait garantit une bonne


transmission des charges ;
 il dispense des pièces secondaires ;
 il est moins encombrant et plus esthétique que le boulonnage.

 Rôle des assemblages

Présenté par BAGUILIMA K. 29 FORMATEC


LES PYLONES

Un assemblage est un dispositif qui permet de réunir et de solidariser plusieurs


pièces entre elles en assurant la transmission et la répartition des diverses
sollicitations entre pièces.

 Fonctionnement des assemblages

Les assemblages fonctionnent de trois façons distinctes. Le fonctionnement par


obstacle, le fonctionnement par adhérence et le fonctionnement mixte.

 Le fonctionnement par obstacle

Ce type de fonctionnement est propre aux boulons ordinaires et aux attaches. Ce


fonctionnement survient lorsque les boulons non précontraints reprennent les efforts
et sont sollicités en cisaillement.

Plan de cisaillement Plan des obstacles

Figure 2-7 : fonctionnement par obstacle

 Le fonctionnement par adhérence

La transmission des charges se fait par adhérence au niveau des surfaces de


contacte. C’est le cas de la soudure, du collage et du boulonnage.

Plan d’adhérence

Présenté par BAGUILIMA K. 30 FORMATEC


LES PYLONES

Figure 2-8 : mode de fonctionnement adhérence

 Le fonctionnement mixte

C’est le cas du rivetage, des attaches, et le cas extrême du boulonnage à haute


adhérence. La transmission des efforts se fait jusqu'à une certaine limite. Lorsque
cette limite est dépassée, le fonctionnement par obstacle intervient.

 Dispositions constructives

Les pylônes et armements métalliques doivent être rigoureusement conformes aux


plans d’exécution, dans la limite des tolérances précisées.
Les aciers destinés à la fabrication des pylônes sont de la nuance E24 et de qualité.
Les composants du pylône sont assemblés en des nœuds. Pour cela, il faut
s’assurer que les axes neutres des membrures, des diagonales et des traverses aux
nœuds des treillis dans les systèmes articulés. Ce type d’assemblage est propre aux
pylônes tubulaires. Ceci n’est pas le cas pour les treillis réalisés en cornière du fait
du non superposition des axes neutres et des axes de bouquinage. On prend donc
en compte la malformation des contraintes engendrées par les moments
secondaires.

Traverse

Diagonale

Membrure

Présenté par BAGUILIMA K. 31 FORMATEC


LES PYLONES

Figure 2-9 : schéma de principe

2.1.2- la fondation des pylônes :


Il existe trois types de fondations qui varient en fonction du sol et du poids du pylône
considéré. Il faut également considérer le risque de basculement du pylône. On a
donc :

 fondation superficielle (semelle) ;


 fondation semi-profonde et ;
 fondation profonde.

CONCLUSION
Malgré l’enfouissement de plus en plus généralisés des lignes, les pylônes restent
tout de même un moyen économique de supporter les lignes électriques et moyen
efficace de diffuser les ondes hertziennes.

L’implantation d’un pylône implique de nombreuses contraintes. En effet, il faut non


seulement le concevoir, mais également définir un mode de mise en place, tenir
compte des règles de sécurité, des aspects environnementaux et législatifs.

Présenté par BAGUILIMA K. 32 FORMATEC


LES PYLONES

ANNEXES

Figure 0-10 : poteau en bois

Figure 0-11 : pylône classique


Présenté par BAGUILIMA K. 33 FORMATEC
LES PYLONES

Figure 0-12 : pylône triangle

Présenté par BAGUILIMA K. 34 FORMATEC


Figure 0-13 : portiques haubanés avec 2
futs en V
LES PYLONES

Figure 0-14 : les différentes parties d’un pylône

Présenté par BAGUILIMA K. 35 FORMATEC


LES PYLONES

Figure 0-15: assemblage de pylône Figure 0-16 : assemblage de portiques

Figure 0-18: montage de chaînes Figure 0-17: fouilles en puits pour la


isolateur et fixation sur câbles fondation des pylônes

Présenté par BAGUILIMA K. 36 FORMATEC


LES PYLONES

Figure 0-22: coffrage d’une semelle Figure 0-21: décoffrage des semelles
d’un pylône

Figure 0-24: semelles décoffrées Figure 0-23: remblais autour des


semelles

Présenté par BAGUILIMA K. 37 FORMATEC

Figure 0-25: montage de la base d’un


Figure 0-26: montage du reste de
fût de pylône
LES PYLONES

Figure 0-28: fixation des accessoires du Figure 0-27: ferraillage et coffrage des
pylône semelles d’un portique

Figure 0-29: semelles des portiques


décoffrées

Présenté par BAGUILIMA K. 38 FORMATEC


LES PYLONES

Présenté par BAGUILIMA K. 39 FORMATEC

Vous aimerez peut-être aussi