Vous êtes sur la page 1sur 99

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE de TLEMCEN
Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et Sciences de la Terre et de l’Univers
Laboratoire de physiologie, phytopathologie et biochimie de la nutrition (PpBioNut)

Département de Biologie

MEMOIRE
Présenté par

BELADJEMI Soumia
En vue de l’obtention du

Diplôme de MASTER

En : Génétique

Option : Gestion et Amélioration des Ressources Biologiques

Thème

Étude de quelques caractéristiques biométriques de l'arganier


Argania spinosa (L.) Skeels en Algérie.

Soutenu le 09 /07/2017, devant le jury composé de :

Présidente : Mr. GAOUAR S.B.S MCA Université de Tlemcen


Encadreur : Mr. KECHAIRI Réda MAA Université de Tlemcen
Co-encadreur : Mr. MEHDAD Mustapha Yassine MAA C. Univ. de Naâma
Examinatrice : Mme. BELLATRECHE Amina MAA Université de Tlemcen

Année universitaire 2016 - 2017


Remerciements

Mes remerciements s’adressent à mon DIEU qui m’a donné le courage, la


patience, la volonté pour étudier, rechercher et travailler pour un seul
objectif, la conservation de l’environnement pour notre santé et pour la
génération future.

Je remercie très sincèrement Mr. GAOUAR Suheil Bechir Samir,


responsable de la spécialité.

Ce travail de recherche a été dirigé par Mr. KECHAIRI Réda, enseignant


chercheur à l’université de Tlemcen. Je lui dois beaucoup pour l’intérêt
accordé à cette recherche, son dynamisme scientifique dans le domaine de
l’écologie végétale et ses recherches pendant plusieurs années sur l’arganier
et aussi ses encouragements incessants pour améliorer la qualité de cette
recherche. En le remerciant, je lui dédie cette modeste thèse en amical et
respectueux hommage.

Mes sincères reconnaissances vont aussi au Docteur MAHDAD Mustapha


Yassine du centre universitaire de Naama, d’être mon Co-promoteur. Je
tiens à lui exprimer ma gratitude et le remercier pour ses conseils, ses
corrections et ses orientations.

Mes remerciements s’adressent à Mme BElLETRACHE Amina de


l’université de Tlemcen pour avoir accepté d’être membre de ce jury.

Mes profonds remerciements vont à Mr. SBAA, Responsable de laboratoire


N°°4 de l’université de Tlemcen pour ma donner la permission de réaliser
mes mesures morphométriques. Et je remercie mon collège MADANI
Labbaci qui m’a aidé durant ce travail.

Mes remercie aux directeurs de la conservation des forêts de Mostaganem,


Bechar et Tindouf ainsi les directeurs des instituts nationale des recherches
forestières d’Adrar et l’institut technique moyenne d’agronomie de
Timimoun, et le responsable de la pépinière d’Oggaz Mr BERRAHAL Salah

Je remercie tous les membres de ma famille pour leur encouragement et leur


patience ; mes parents, mes chers frères, m’adorables sœur et ses maries les
petits : Ikhlas et Mohammed.

J’adresse également mes dédicaces à mes enseignants (es) et à mes amis(es) :


Mehdia, Amina, Soumia, Fatima, ma promotion du Master Génétique.

B. Soumia
Liste des figures
Page

Figure 1. Répartition géographique d’Argania spinosa à Tindouf (Kechairi, 2009)……….…… 3


Figure 2. Arganier de la maison forestière de Stidia à Mostaganem (Beladjemi, 2016)……...… 4
Figure 3. Introduction de l’arganier par semis à Stidia (Beladjemi, 2016)………………………
Figure 4. Pépinière de la réserve naturelle d’arganier de Tindouf (Beladjemi, 2016)………......
Figure 5. Arganier à la station INRF d’Adrar (Beladjemi, 2016)……………………………….. 5
Figure 6. Arganier de Timimoun à l’institut d’ITMAS (Beladjemi, 2016)……………...……....
Figure 7. La ramification du tronc, Stidia (Beladjemi, 2016)……………………………........... 6
Figure 8. Tronc entrelacé et l’écorce de l’arganier de Tindouf……………………………..........
Figure 9. Les différentes formes de la cime d’arganier (TWF, 2015)…………………………... 7
Figure 10. Les différentes formes de développement des branches d’arganier (TWF, 2015)…...
Figure 11. Système racinaire d’arganier de Tindouf (Beladjemi, 2016)………………………… 8
Figure 13. Fleur d’Arganier (Kechairi, 2009)………….…...…………………………………...
Figure 15. La formation des boutons floraux d’arganier (Beladjemi, 2016)…………...……….. 9
Figure 16. Nouveau rameau d’arganier (Beladjemi, 2016)……………………………………… 10
Figure 17. Rameau d’arganier (Beladjemi, 2016)………………………………………………..
Figure 18. Les différentes formes des feuilles d’arganier (T.W.F, 2015)………………………..
Figure 19. Les deux cotylédons au début de la germination (Beladjemi, 2016)………………… 11
Figure 20. Quelques photos sur les stades phénologiques de l’arganier (Beladjemi, 2016)……..
Figure 21. L’huile d’argan (Kechairi, 2009)…………………………………………………….. 12
Figure 22. Dénudation des racines sous l’effet de l’érosion hydrique (Beladjemi, 2016)…...….. 15
Figure 23. Surpâturage d’arganier par les caprins (Beladjemi, 2016)………...…………………
Figure 24. Dépérissement de l’arganier (Beladjemi, 2016)……………..……………………… 16
Figure 25. Essai expérimental de germination des graines de Stidia, Mostaganem (Benaouf, 17
2009)………………..……………………………………………………………………………
Figure 26. Situation cartographique des régions d’étude (Beladjemi, 2016)…………………… 21
Figure 27. Situation de régions d’étude dans le climagramme pluviométrique d’Emberger.. 24
Figure 28. Diagrammes ombrothermique de Bagnols et Gaussen pour les stations d’étude
(1998- 2016)……………………………………………………………………………………... 25
Figure 29. Les dimensions mesurées des feuilles…………………………………………...…... 28
Figure 30. Les caractères mesurés pour les fruits………………………………………………..
Figure 31. Les dimensions mesurées des graines………………….…………………………….. 29
Figure 32. Diversité des écotypes sur la variable Longueur des feuilles (FLL) des sujets de
différentes régions étudiées……………………………...………………………………………. 31
Figure 33. Diversité des écotypes sur la variable de la dimension des feuilles (FLD) des sujets
inventoriés de différentes régions d’étude………………………………………...…………….. 32
Figure 34. Diversité des écotypes sur la variable du poids des graines (GP) des six sujets de
différentes régions étudiées…………………………………...………………………………….
Figure 35. Diversité des écotypes sur la variable de la longueur des graines (GL) des 6 sujets
d’arganier de différentes région étudiées………………………………………………………... 33
Figure 36. Diversité des écotypes sur la variable des dimensions des graines (GD) des six
sujets de différentes régions étudiées……………………………………………………….….... 34
Figure 37. Diversité des écotypes sur la variable du poids des fruits (FP) des onze (11) arbres
d’arganier de différentes région d’Algérie…………………………………………...…………..
Figure 39. Diversité des écotypes sur la variable de la longueur des fruits (FL) de Onze (11)
sujets étudiés de différentes régions……………………………………….…………………….. 35
Figure 40. Diversité des écotypes sur la variable de la dimension de fruits (FD) de Onze (11)
arbres d’arganier inventoriés de différentes régions d’étude……………………………...……. 36
Figure 41. Diversité des écotypes sur la variable de la forme des fruits (FF) des Onze (11)
sujets d’arganier de différentes régions d’Algérie…………………………….…………………
Figure 42. Diversité des écotypes sur la variable de la symétrie des fruits (FS) de Onze (11)
arbres d’arganier de différentes régions 37
d’Algérie…………………………………………………………
Figure 43. Diversité des écotypes sur la variable de la position du diamètre transversal 38
maximal des fruits (FPT) de Onze sujets de différentes régions
étudiées…………………………………….
Figure 44. Diversité des écotypes sur la variable de la forme du sommet des fruits (FSM) de
Onze (11) arbres d’arganier de différentes région d’Algérie………………………….………… 39
Figure 45. Diversité des écotypes sur la variable de la forme de la base des fruits (FBA) des
onze (11) arbres d’arganier de differentes région d’Algérie……………………..……………… 40
Figure 46. Diversité des écotypes sur la variable de la présence ou l’absence du mamelon des
fruits (FMAM) de Onze (11) sujets d’arganier de différentes régions étudiées………………… 43
Figure 47. Classification (CAH) des échantillons d’arganier selon la variable de feuilles
étudiées……………….……………………..……………………………… 44
Figure 48. Classification (CAH) des échantillons d’arganier selon la variable de fruit
étudiée………………………………………………………………………….. 45
Figure 49. Classification (CAH) des échantillons d’arganier selon la variable de graines
étudiées……………………………………………...……………………… 46
Figure 50. L’AFC des accessions de d’arganier selon les moyennes des différentes variables
qualitatifs étudiés de fruits…………………...………………………………………………….. 47
Figure 51. L’ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différentes variables
étudiées des feuilles en relation avec des conditions climatiques……………………...………...
Figure 52. L’ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différentes variables
étudiés des fruits en relation avec des conditions climatiques……………………...…………… 48
Figure 53. L’ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différents caractères
étudiés des graines en relation avec des conditions climatiques…………………………………
Liste des tableaux
Page
Tableau 1. Le cortège floristique de l’Arganier de Tindouf (Baumer et Zeraia, 1999 ;
Kechairi, 2009)……………………………………………………………………………….. 13
Tableau 2. Diagnostic écologique de l’Arganeraie de Tindouf (DGF, 2013)…………………. 14
Tableau 3. Intervalle et moyenne de taille des paires et la morphologie des chromosomes
d’Argania spinosa (Majourhat, 2007)………………………………………………….…….. 15
Tableau 4. Coordonnées géographiques des régions d’étude………………………………… 22
Tableau 5. Information climatiques de la zone d’étude………………………………………. 23

Tableau 6. Fiche descriptive des sujets inventoriés………………………………………….... 26


Tableau 7. Moyennes et SD des caractères étudié des feuilles, fruits et graines d’arganier des
différentes 30
régions………………………………………………..………………………………………..
Tableau 8. Indice relatif de diversité des différents caractères des fruits des échantillons 40
d’arganier étudié selon les régions…………………………………………………………….

Tableau 9. Indice relatif de diversité des différents variables mesurées des graines à travers 41
les régions étudié selon les régions…………………………………………………………….

Tableau 10. Indice relatif de diversité des différents caractères des fruits des échantillons 42
d’arganier étudié selon les régions…………………………………………………………….
Annexes

Liste des annexes


Page

Annexe 1.
Tableau 1. Principaux insectes ravageurs des peuplements à Argania spinosa (Rungs, 1950 ;
M’hirite et al, 1998 ; Oueld Safi, 2013)……………………………............................. 56
Annexe 2.
Tableau 1. Quelques techniques de multiplication de l’arganier (Benaouf, 2009)…............... 57
Figure 1. L’élevage des plants en pépinière de Tindouf (Beladjemi, 2016)………................ 58

Figure 2. Essai de multiplication par marcottage (Stidia) Mostaganem (Beladjemi,


2016)…………………………………………………………………………………………..
Figure 3. Aspect des boutures herbacées (A) et vitro-plant (B) d’arganier utilisés lors du
travail (Ziani, 2013)…………………………………………………………………………...
Annexe 3.
Figure 1. Le questionnaire utilisé durant les sorties sur terrain………………………. 59
Annexe 4.
Figure 1. Les fruits, graines et feuilles de Tindouf…………………………………………... 60

Figure 2. Les fruits et les feuilles de Bechar………………………………………………….

Figure 3. Les fruits et les feuilles d’Adrar…………………………………………………….

Figure 4. Les fruits et les feuilles de Mostaganem……………………………………………

Annexe 5.
Tableau 1. Les classes et les indice de diversité des caractères mesuré des feuilles
selon les régions……………………………………………………………………… 62

Annexe 6.
Tableau 1. Les corrélations entre les variables étudiées des feuilles, graines et fruits
d’arganier……………………………………………………………………………………... 75
Figure 1. ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différents caractères
étudiés des feuilles……………………………………………………….................................
Figure 2. ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différents caractères
étudiés des fruits…………………………………………………….………………………...
Figure 3. ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différents caractères
étudiés des graines…………………………………………………………………………….

56
Liste des abréviations

A: Alger.
ADF: insolubles dans les détergents acides
ADN : acide désoxyribonucléique.
ANOVA : analyse de la variance.
B1: Bechar 1.
B2: Bechar 2.
B4: Bechar 4.
B5: Bechar 5.
BFS : Bourgeons de fleurs avec un style émergent.
Ca: calcium.
Cu: cuivre.
DGF: direction général des forêts.
FBA: la forme de la base des fruits.
FD: la dimension des fruits.
Fe : fer.
FE : floraison fleur.
FF: la forme des fruits.
FL: la longueur des fruits.
FLD: la dimension des feuilles.
FLL: la longueur des feuilles.
FMAM: la présence ou l’absence des mamelons des fruits.
FP: le poids des fruits.
FPT: la position du diamètre transversal maximal des fruits.
FS: la symétrie des fruits.
FSM: la forme du sommet des fruits.
gr: gramme.
GD : dimension des graines.
GL : longueur des graines.
GP: poids des grains.
INRA: institut national des recherches agronomiques.
INRA1: institut national des recherches agronomiques 1.
INRA2: institut national des recherches agronomiques 2.
ITMA: institut technique moyenne d’agronomie.
ITMA1: institut technique moyenne d’agronomie 1.
ITMA2: institut technique moyenne d’agronomie 2.
K: potassium.
Kg: kilogramme.
Km² : kilomètre carré.
M1: Mostaganem 1.
M3: Mostaganem 3.
M4: Mostaganem 4.
M5: Mostaganem 5.
Max : maximum.
Mg: magnesium.
Min : minimum.
mm : millimètre.
Mn: manganèse.
Na: sodium.
NaCl : chlorure de sodium.
O1: Oggaz 1
O2: Oggaz 2
O3: Oggaz 3.
OBT : Oued Bouyadhine Tindouf.
OM1: Oued El Ma 1.
OM2: Oued El Ma 2.
OM3: Oued El Ma 3.
OM4: Oued El Ma 4.
P: phosphor.
Pré : précipitation.
PT1: pépinière Tindouf 1.
PT2: pépinière Tindouf 2.
R² : indice de corrélation.
RAPD: random amplified polymorphic DNA.
S.D : erreur standards.
SSR: Soins de Suite et de Réadaptation.
T° : température.
Zn: zinc.
μm: Micromètre.
Table des Matières

Introduction……………………………………………….
Chapitre 1 : Synthèse bibliographique
1. Situation de l’arganier en Algérie……………………….……………………………. 3
1.1.Réparation naturelle………………………………………………………………...
1.2.Introduction par semis en Algérie…………………………………………………..
2. Description botanique……………………………………………………….…………. 5
2.1.Systématique………………………………………………………………………..
2.2.Le tronc…………………………………………………………………………….
2.3.La cime……………………………………………………………………………. 6
2.4.Les rameaux……………………………………………………………………….. 7
2.5.Les racines………………………………………………………………………….
2.6.Le bois……………………………………………………………………………... 8
2.7.Les fleurs…………………………………………………………………………...
2.8.Les feuilles…………………………………………………………………………. 9
2.9.Les fruits…………………………………………………………………………… 11
2.10. Phénologie………………………………………………………………………..
1. L'huile…………………………………………………………………………….
3. Ecologie……………………………………………………………………………….. 12
3.1.Diversité floristique……………………………………………………………….. 13
3.2.Diversité faunistique……………………………………………………………….
4. Maladies……………………………………………………………………………….. 14
5. Multiplication de l’arganier…………………………………………………………… 16
6. Intérêts et usages………………………………………………………………………. 17
7. La génétique de l’Arganier……………………………………………………………. 18

Chapitre 2 : Présentation des régions d’étude


1. Situations géographiques………………………………………………………….. 20
a. Tindouf………………………………………………………………………….
b. Adrar…………………………………………………………………………….
c. Bechar………………………………………………………………………......
d. Alger……………………………………………………………………………. 21
e. Mostaganem……………………………………………………………………..
f. Mascara………………………………………………………………………...
2- Synthèse bioclimatique……………………………………………………………. 22
2.1.Conditions climatiques habituelles de l’arganier………………………………
a. Température………………………………………………………………...
b. Humidité…………………………………………………………………....
c. Pluviométrie…………………………………………………………….….
2.2.Condition climatique de la zone d’étude………………………………………
a. Quotient pluviométrique d’Emberger……………………………………... 23
b. Diagramme ombrothermique de Bagnouls et Gaussen……………………. 24

Chapitre 3 : Matériel et méthode


1. Méthodologie…………………………………………………………………... 26
2. Matériel utilisé…………………………………………………………………
a. Matériel végétal……………………………………………………………..
b. Au Laboratoire……………………………………………………………... 27
c. Traitement statistique……………………………………………………….
2. Mesures biométriques………………………………………………………………. 28
a. Variables Quantitatives……………………………………………………... 29
b. Variables Qualitatives……………………………………………………….

Chapitre 4 : Résultats obtenus


1. Analyse et séparation des moyennes………………………………………………... 30
2. L’indice de diversité H’…………………………………………………………….. 40
3. Arbre phylogénique………………………………………………………………... 42
4. Test de corrélation…………………………………………………………………... 45
4.1.AFC (Analyse des Composants factoriel) des caractères qualitatifs…………….
4.2.La relation des variables mesurées avec la température et les précipitations…... 46

Conclusion et recommandations ………………………... 49

Références bibliographiques …………………………….. 51

Annexes .…………………………………..………………. 57
Introduction générale
Introduction générale

La biodiversité floristique dans les régions arides et semi-arides souffre des atteintes néfastes,
quelques soit sous l’effet du changement climatique et la désertification, ou bien la plus
alarmante qu’est sous l’influence anthropique. Parmi de celles-ci, l’Algérie qui soutenu un
patrimoine floristique très varié grâce à l’étendue géographique et, ses différents étages
climatiques. Dans lequel, le plus précieux essence l’arganier Argania spinosa (L.) Skeels, qui
est le seul représentant de la famille des Sapotacées en Afrique Nord Occidentale (Maire, 1950
; Pelier, 1983; Kechairi et Abdoun, 2016). Cet endémique Maroco-Algérien (Peltier, 1983), est
un survivant de la flore tertiaire (Nouaim et al. 1991), son aire était au tertiaire et au quaternaire,
beaucoup plus vaste qu'aujourd'hui et qu'il a été refoulé vers le Sud à l'époque du dernier pluvial
quaternaire (Boudy, 1950), durant les glaciations d’Afrique du Nord (Embrerer, 1938), où il
s’est maintenu et s'étendait au début de notre ère sur plus de 1.500.000ha (Monier, 1965).

L’arganier joue un rôle écologique important dans le domaine forestier, fourrager, et


fruitier. Alors, il est un arbre à multi-usages où chaque partie est utilisable mais malgré tous les
propriétés écologiques et physiologique de l’arganier et aussi les préoccupations croissantes
concernant l’état de conservation de la diversité biologique mondiale qui à l’origine des appels
lancés en faveur de l’extension des aires protégées et de l’identification des domaines
prioritaires pour la conservation (Jiang et Liu, 1993).

En Algérie il n’a y que peu de travaux sur l’espèce (kechairi, 2009), par rapport à
l’avancement l’immense de recherches multidisciplinaires effectuées au Maroc, bien que
Emberger (1925) a indiqué la présence de l’arganier au Sahara Algérien, ensuite Peltier (1983)
a signalé son existence entre le Jebel Ouarkziz et la Hamada de Tindouf. Pour cela, à cause de
l’absence d’une connaissance approfondie sur l'espèce en Algérie, nous encourageons à faire
une recherche sur sa diversité variétale à travers une analyse de quelques mesures
morphométriques des feuilles, graines et fruits, afin de trouver une relation entre l’arganier et
son milieu, soit par l’adaptation éco-typique ou bien des gènes qui semblent responsables de la
différenciation morphologique des sujets observés dans diverses régions du pays.

Cette analyse variétale a pour but de faciliter la sélection des graines pour une
plantation contrôlée selon les méthodes de la génétique de la gestion et l’amélioration des
ressources biologiques à partir des caractères phénotypiques et l’orienté vers la vision
économique en long terme afin de renforcer l’introduction de l’arganier dans les régions
arides (cette problématique fait partie du travail de recherche poursuivi par Mr. Kechairi

1
Introduction générale

Dans ce contexte, notre travail est divisé en 4 chapitres, en premier lieu un chapitre
rassemble des généralités sur l’arganier telle que, la taxinomie, la description botanique, l’aire
naturelle, les façons de multiplication, les maladies et les contraintes de son développement,
ainsi que nous plaçons un plan d’étudier la question de ses caractéristiques génétiques en
Algérie. Le second chapitre traite une présentation cartographiée et une synthèse bioclimatiques
des régions d’étude. Le troisième chapitre consiste sur le matériel utilisé et la méthode adoptée
pour la réalisation de ce travail. Alors que les résultats et les interprétations sont mis dans le
quatrième chapitre, et enfin une conclusion générale porte des recommandations, à suivre des
annexes clôturent ce modeste travail

2
Chapitre 1

Synthèse bibliographique
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

1. Situation de l’arganier en Algérie

1.1.Réparation naturelle

L’arganier se trouve à l’état sauvage au nord-ouest de la région de Tindouf où il est l’espèce


dominante sur la hamada du Drâa, son aire de répartition géographique couvre un territoire
relativement important d’environ 56000 Hectares (Kechairi et Abdoun, 2016). D’après
Kechairi (2009) il se trouve dans les lits des oueds secs suivants, oued El Ma, oued El
Ghahouane, oued Bouyadhine, Oued El-Khebi, oued Merkala et oued Targant. Ainsi, des
pieds coulent vers les petites dépressions entre les gorges Hamadienne du Drâa et les falaises
de K’reb El-hamada, et la dépression du Nord de Tindouf (figure 1).

Figure 1. Répartition géographique d’Argania spinosa à Tindouf (Kechairi, 2009).


1.2.Introduction par semis en Algérie

Grace à son importance et son grande utilité dans les differentes domaines, écologique,
économique, et pharmaceutique…etc. En Algérie, plusieurs essais de plantation ont était faite
durant la période coloniale jusqu’aux nos jours dans différentes régions, tels que, le pieds
d’arganier d’Oggaz (Mascara) et les pieds vigoureux à la maison forestière de Stidia
(Mostaganem) (figure 2, 3). Actuellement l’introduction de l’arganier par semi se fait par tout,
dans différentes pépinières étatiques (INRF, INRA, ITMAS, DGF : Bechar, Adrar, Timimoun,
Alger, Chélif…etc) (figure 4, 5, 6).

3
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Figure 2. Arganier de la maison forestière de Stidia à Mostaganem (Beladjemi, 2016).

Figure 3. Introduction de l’arganier par semis à Stidia (Beladjemi, 2016).

Figure 4. Pépinière de la réserve naturelle d’arganier de Tindouf (Beladjemi, 2016).

4
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Figure 5. Arganier à la station INRF Figure 6. Arganier de Timimoun à l’institut


d’Adrar (Beladjemi, 2016) de ITMAS (Beladjemi, 2016).

2. Description botanique
2.1.Systématique

Sideroxylon spinosum L. du genre Rhamnus (Sapotacée) est la première nomination d’Argania


spinosa (Linné, 1937), puis d’après son nom arabe et berbère « Argan » il a devenu Argania
Sidéroxylon (Roemer et Schultes). Le nom d’espèce a été changé à spinosa (L. Skeels), Alors,
sa classification actuelle est comme suit :
Règne : Végétal
Embranchement : Spermaphytes
Sous embranchement : Angiospermes
Classe : Dicotylédones
Ordre : Ebénale
Famille : Sapotacées
Genre : Argania
Espèce : Argania spinosa L.
Nom vernaculaire : Argan, Erguène ‫أرقان‬,

2.2.Le tronc
Le tronc tortueux pouvant atteindre 8 à 10 m de haut, avec une longévité de 300 à 350 ans
(Boudy, 1950), possédant l’aspect de l’olivier, ils sont souvent sous formes des brins (Figure

5
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

7), ils peuvent être entrelacés et l’écorce des gros troncs prend souvent la forme d’une « peau
de serpent » (Figure 8).

Figure 7. La ramification du tronc, Stidia (Beladjemi, 2016).

Figure 8. Tronc entrelacé et l’écorce de l’arganier de Tindouf.

2.3.La cime
La cime de cet arbre peut trouver généralement sous forme parasol et pleureuse
(tombante), et sen cas des atteintes anthropiques il se trouve sous forme buisson dense.
Cependant l’arbre prendre plusieurs (Figure 9).

6
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Figure 9. Les différentes formes de la cime d’arganier (TWF, 2015).

2.4.Les rameaux
L’arbre de l’arganeraie est caractérisé par la variabilité morphologique des rameaux qui les
peuvent s’exprimer en multiples formes (figure 10).

Figure 10. Les différentes formes de développement des branches d’arganier (TWF, 2015).

2.5.Les racines

La (Figure 11) représente les racines traçantes issues d’une souche d’arbre qui sont du type
pivotant qui peuvent descendre en pénétrant les fissures des roches sous-jacentes jusqu’à une
profondeur inconnue. L’arbre possède un réseau très dense de racines superficielles traçantes
ayant une bonne capacité de renouvellement (M’hirit et al., 1998 ; Faouzi, 2006).

7
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Figure 11. Système racinaire d’arganier de Tindouf (Beladjemi, 2016).


2.6.Le bois
Le bois de l’arganier est utilisé pour le chauffage et après l’étude de son caractère
phytochimique est constaté la présence de nouvelles saponines triterpèniques (Arganine) des
hétérosides de l'acide bayogénine (Oulad-Ali et al., 1995 ; El-Fakhar et al., 2007).

2.7.Les fleurs
Les fleurs d’arganier sont du type gamopétales et de couleur blanche à jaune-verdâtre, elles
sont regroupées en minuscules glomérules de deux (02) à quatre (04) mm, composées de
quinze fleurs et plus, localisées à l’aisselle des feuilles en position axillaire sur les rameaux
(Bani Aameur 2002 ; Ferradous et al., 2010), (Figure 13).

Figure 13. Fleur d’Arganier (Kechairi, 2009).

8
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Chaque fleur d’arganier contient cinq (05) sépales poilus, cinq (05) pétales verdâtres
fortement séparés, autour d’un ovaire velu qui donne à maturité, une année après la
fécondation, une drupe vert-jaunâtre, veiné de rouge à maturité, de la taille d’une grosse olive,
appelée argan (Baumer et Zeraia, 1999 et Faouzi, 2006). Il est une espèce monoïque avec des
fleurs protogynes où le stigmate se mature avant que les anthères ne s’ouvrent, ce qui empêche
l’autogamie (Bellefontaine, 2010). Il y a (02) deux types de floraison pour l’arganier
(Farradous et al., 2010, Bani Aameur, 2002) sont comme suit :
1) Pauciflore, peu abondante, sur les rameaux âgés lignifiés où les fleurs commencent de
s’apparaitre dès la fin du mois de Septembre).
2) Floraison très abondante et plus tardive sur les nouvelles pousses où l’apparition des
fleurs (figure 14) se commence vers le mois de décembre et le pic de cette floraison se situe
en Mars (figure 15).
Il peut être trouvé des arbres avec une floraison qui est continue durant toute la saison
humide avec des nouvelles fleurs après chaque pluie qui nous donne une variabilité de la taille
des fruits sur le même arbre (Bani-Aameur F et al, 1998).

Figure 15. La formation des boutons floraux d’arganier (Beladjemi, 2016).

2.8.Les feuilles
D’après Zahidi (1994) l’arganier est caractérisé par la présence de deux types de feuilles :
1) Les feuilles simples portées par les rameaux jeunes (figure 16), elles sont pérennes
dans une grande proportion et ne tombent que sous l’effet d’une sècheresse prolongée
quand l’arbre se dégarnit complètement.
2) Les feuilles groupées portées par les rameaux âgés (figure 17) sont caduques.

9
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Figure 16. Nouveau rameau d’arganier (Beladjemi, 2016).

Figure 17. Rameau d’arganier (Beladjemi, 2016).


Après les sorties effectués sur terrain nous avons constatés que l’arganier en Algérie
porte des différentes formes de feuilles (figure 18). Alors, au début de la germination de
l’arganier s’apparaissent deux feuilles cotylédonaires qui sont assez grandes et large,
disparaissent juste après un accroissement de la tige (Figure 19).

Figure 18. Les différentes formes des feuilles d’arganier (T.W.F, 2015).

10
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Figure 19. Les deux cotylédons au début de la germination (Beladjemi, 2016).

2.9.Les fruits
Le fruit de l’arganier est une baie (fausse drupe) sessile de différentes formes (ronde, ovale,
apiculée, fusiforme ou intermédiaire) et tailles (T.W.F., 2015).
2.10. Phénologie
le cycle de floraison-fructification s'étale sur une période de 9 à 16 mois selon les arbres) où
on trouve des arbres précoces portent des fruits en mars et d’autre tardif (en Juin), alors que
d'autres arbres peuvent fleurir deux fois (fruits précoces et tardifs sur le même pied) (Bani-
Aameur et al., 1998 ; Benlahbil et Bani-Aameur,1999; Ferradous et al., 2010), avec une maturation
étalée entre le printemps et l'été pour donner à la fin des fruits drupes dont la couleur à maturité
évolue vers le jaune ou le rouge (figure 20) (Bani-Aameur et al., 1999).

Figure 20. Quelques photos sur les stades phénologiques de l’arganier (Beladjemi, 2016).
1. L'huile

11
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

L’arganier est connu par son huile extraite des graines qui est utilisé en plusieurs domaines
alimentaire, cosmétique, médicinale…etc, (figure 21). L’huile d’argan de 20 litres extraite
après 10 heurs de travail à partir de 40 kg être fourni d’environ 800 kg de noix sécher et
concasser reflète sur son prix élevé qui varie entre 7 et 35 euros le litre (Alaoui K, 2009).

Figure 21. L’huile d’argan (Kechairi, 2009).


3. Ecologie
L’arganier est un arbre qui a des propriétés écologiques remarquable, telles que, son adaptation
aux milieux et conditions difficiles où le sol est généralement peu profond, alors grâce à son
système racinaire puissant, il contribue à la lutte contre l’érosion et la désertification qui
menace de plus en plus le sud (Nouaim, 1991 ; Kechairi, 2009) où son disposition dans les
bordures des oueds est indispensable pour la stabilisation des cours d’eau des pluies
occasionnelles et la régulation de son écoulement (Challot, 1949 ; Ehrig, 1974 ; Spaak, 1969)
et même la conservation du sol contre les effets des vents violents (Boudy, 1952 ; Errouati,
2005).
Il protège et retient le sol par ses racines et par la strate herbacée qui se développe sous
son couvert (Amouroux, 1978), et aussi contribue à la stabilisation des sols d’apports
(Kechairi, 2009), et à l’enrichir en matière organique avec une richesse en matière organique
provenant de la chute des feuilles mortes et les péricarpes secs des fruits (Boudy, 1952 ;
Errouati, 2005).
Le rôle de l’arganier dans la création des micro-habitats dans les régions arides et
Saharienne et remarquable (Kechairi, 2009). La vapeur récupéré par les feuilles de l’arganier
ensuite récupéré par la végétation herbacée sous forme d’un cycle de condensation

12
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

atmosphérique contribue à la formation d’un flore remarquable par sa diversité et richesse (le
tiers de la flore marocaine s’y trouve représenté) (Peltier, 1973, 1976, 1977, 1982, 1983), ce
qui donne à l’arganier un rôle très importants dans la conservation du patrimoine génétique
tel que les abeilles qui peuvent butiner pendant huit mois de l’année (Errafia, 1975).
L’arganier est une clef dans l’équilibre agro-sylvo-pastoral, qu’il exige prestement une
exploitation rationnelle. Il a une vocation pastorale affirmé : les feuilles, les fleurs, la pulpe
du fruit, et le tourteau sont tous constituent un fourrage très utilisé par les ovins, caprins, et
camelins surtout pendant le période de sècheresse (Charrouf, 1995; Quézel, 2000), alors avec
une estimation de 250 à 300 UF/ha de la production fourragère globale de l’arganeraie (Zitan,
1989) on peut dire que son l’intérêt de cet arbre est d’autant plus évident que l’on s’adresse à
des zones arides et des sols pauvre (Buttoud, 1989).
3.1.Diversité floristique

Des travaux ont été faites par Baumer et Zeraia (1999), Kechairi (2009) nous a permis de
définir les differentes espèces végétaux qui construire le cortège floristique de l’arganier de
Tindouf, lesquelles sont citées dans le tableau (1).
Tableau 1. Le cortège floristique de l’Arganier de Tindouf (Baumer et Zeraia, 1999 ;
Kechairi, 2009).
Espèce Famille Espèce Famille
Argania spinosa Sapotacées Genista saharae Fabacées
Acacia tortilis ssp. Acacia Mimosacées Helianthemum lippii Cistacées
radiana
Anabasis articulata Chenopdiacées Marrubium deserti Lamiacées
Asphodelus sp. Liliacées Nolletia sp. Liliacées
Aristida pungens Graminées Retama monosperma Fabacées
Calotropis procera Asclépiadacées Rhus tripartitus Anacardiacées
Chrysocomoides cassini Composées Zizyphus lotus Rhamnacées
Euphorbia guyoniana Euphorbiacées Zilla spinosa Fabacées
Faidherbia albida Mimosacées

3.2.Diversité faunistique

13
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

D’après une étude faite sur le diagnostic écologique de l’arganier de Tindouf, il est marqué
que la faune de la région est très menacée de la disparition où le tableau (2) les résumé avec
d’autre détail tel que leurs caractères écologiques (DGF, 2013).

Tableau 2. Diagnostic écologique de l’Arganeraie de Tindouf (DGF, 2013).


Espèce Caractères écologiques Situation actuelle Pressions
-Des populations
Les mammifères : -Densité faible Braconnage,
visibles de
-Guépard -Ressources chasse,
l’Ecureuil.
-Ratel alimentaires réduites dérangement par
-Les autres espèces
-Ecureuil -Mode de vie semi la présence des
sont extrêmement
-gazelles. erratique à erratique chiens.
rares dans la région.
Braconnage,
-Outarde.
-Densité très faible Faible dérangement de
-Houbara.
Qualité de l'habitat
-Oiseaux
-Effectifs modestes Bonne Aucune
migrateurs.
-Discrets peu connus
-Reptiles
-Adaptés à la vie Bonne Braconnage
-Amphibiens
xérique.

4. L’état sanitaire
Au temps passé il est connu que l’arganier est caractérisé par l’absence des maladies
cryptogamiques sauf des lichens qui ont la capacité de développement sur le tronc des arbres
proches du littoral (M’hirite et al., 1998), mais un nouveau pathogène est détecté celui de la
Pestalotiopsis clavispora qui nécessite la blessure de la plante hôte pour il se pénètre tel que
le bouturage d’Argania spinosa ou il cause le nécrose des pétioles jaunissement des feuilles et
même une production abondante d’acervules noirs (Bérubé et al, 2011). L’arganier est attaqué
par plusieurs insectes ravageurs (annexe 2, tableau 1).

D’après Oueld Safi, (2013), Oueld Safi et al., (2015) la dégradation de l’Arganeraie
de Tindouf est le résultat de plusieurs facteurs d’ordre biotique et abiotique, tels que :

14
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Dénudation des racines des arbres sous l’effet de l’érosion hydrique (Figure 22). En effet, la
partie de la racine dénudée se dessèche et devient non fonctionnelle, ce qui influe sur son état
de santé (perturbations physiologiques).

Figure 22. Dénudation des racines sous l’effet de l’érosion hydrique (Beladjemi, 2016).
- Concurrence entre rejets prévenants de la même souche (anomalie de croissance des deux
parties, aérienne et souterraine) et vieillissement de l’ensemble de l’Arganeraie où certains
sujets qui deviennent un foyer privilégié de certains agents pathogènes.
- Surpâturage (camelin, ovin et caprin) où la charge de têtes est plus importante que la capacité
de cet écosystème, et le surpâturage des mois d’octobre et de novembre pendant la
ramification de l’arganier est le plus dommageable (Figure 23).

Figure 23. Surpâturage d’arganier par les caprins (Beladjemi, 2016).


- Les nouvelles pousses sont complètement broutées, ce qui rend la croissance très faible,
voire nulle (nanisme) dans certains cas.

15
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

- La sécheresse due à la rareté des précipitations peut engendrer un stress hydrique chez
l’arganier où un des symptômes est le dessèchement et la chute des feuilles suivies d’une
dessiccation des branches et des rameaux (figure 24).

Figure 24. Dépérissement de l’arganier (Beladjemi, 2016)


- Les coupes illicites du bois d’arganier agissent négativement sur l’état de santé des
peuplements où il cause un déséquilibre entre la partie aérienne et le système racinaire des
sujets.
- La pollution chimique : Les métaux lourds tel que le plomb, le cuivre et le mercure viennent
des déchets rejetés dans les lits des Oued se dissolvent sous l’action des cours d’eau et sont
assimilés par les racines ce qui provoque des perturbations physiologiques suivi par la mort
de l’arbre.
- Certains mammifères, notamment l’écureuil de barbarie (Alantoxerus getulus) et le rat du
sable (Psammomys obesus) qui peuvent endommagé les graines et le lièvre sauvage procrée
des dégâts considérables au niveau de l’Arganeraie de Tindouf, surtout sur les jeunes
plantules.
5. Multiplication de l’arganier
Le trempage des graines dans l'eau pendant quelques jours est conseillé pour obtenir
un bon taux de germination (Kechairi et Lakhdari, 2002 ; Benaouf, 2009) (figure 25), il a été
montré, également, que le taux de germination est d'autant plus élevé que les graines sont
grosses et de récolte récente, et qu'une légère désinfection évite les contaminations
responsables des fontes de semis (Nouaim, 1991 ; Chaussod et Nouaim, 1994 ; Nouaim et al.,
1995).

16
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Figure 25. Essai expérimental de germination des graines de Stidia, Mostaganem (Benaouf,
2009).
La multiplication par voie végétative connait, ces dernières années, une avancée
notable. Plusieurs techniques d’obtention de plants d’arganier sont actuellement empruntées
notamment le bouturage herbacé, le greffage et le marcottage aérien (Bellefontaine, 2010).
L’annexe2, tableau 1, et les figures 1, 2, 3 présentent quelques techniques de multiplication
de l’arganier.

6. Intérêts et usages
Compte tenu de caractéristiques botanique, physiologique, écologique de l’arbre d’arganier
et biochimique de son huile d’une part, et son importance socio-économique d’autre part,
l’arganier classé parmi les arbres intéressants à cause de leurs multiples usages (forestier,
fourrager et fruitier) où chaque partie d’elle est utilisable, de ce fait, nous citons quelques
utilités et l’importance de cette l’espèce :

Généralement le fruit, huile et feuilles vertes sont utilisées comme un produit de soin
complet caractérisé par ses propriétés nutritives, protectrices et adoucissantes, régénératrices
de la peau et des cheveux ternes et cassants, et aussi pour soins du cuir chevelu que de la peau
sèche et ridée (Charrouf, 2007) ce qui est confirmé par les caractéristiques technologiques sur
le dessèchement et le vieillissement physiologique de la peau (Boukhobza et Pichon Prum,
1988). L’arganier contribue dans l’alimentation et le bon soin de la santé humaine d’une façon
très importante avec son huile extraite de ses amandes, alors après plusieurs études faites par
multiples chercheurs, l’huile d’argan devenu présenté comme un trésor par ses propriétés
médicinales sous plusieurs manières et pour diffères maladies

17
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

Argania spinosa a une grande importance dans le domaine économique à cause des
differentes produits de luxe où en trouve que même le bois de l’arganier est utilisable pour la
construction des habitations, et aussi la production du charbon avec un rendement élevé
(Alexandre, 1985), pour cela, le produit primordial de l’arganier est l’huile (Sahki, 2004). En
Algérie, ce trésor est mal connu (Kechairi, 2009), et il est délaissé à cause des problèmes
d’ordre techniques et d’origine anthropique comme plusieurs espèces végétales (Benmahioul,
2006 ; Bellefontaine, 2010).

7. La génétique de l’Arganier
Des travaux sont faits afin de définir le caryotype d’Argania spinosa à l’aide des
cellules somatiques, alors que les résultats obtenus (tableau 3) montrent que son nombre
chromosomique est de 2n=2x=20 et son caryotype est composé de 4 pairs sub-métacentriques
(taille moyenne de 1.14 à 1.69 μm) et 6 autres métacentriques (taille moyenne de 0.59 à 1.03
μm), (Majourhat, 2007).
Tableau 3. Intervalle et moyenne de taille des paires et la morphologie des chromosomes
d’Argania spinosa (Majourhat, 2007).
chromosome Intervalle de La taille moyenne des paires Morphologie
(μm)
S.D (μm)
taille ±
1 1,78±0,25 1,69 Sub-métacentrique.

2 1,60±0,24

3 1,49±0,27 1,46 Sub-métacentrique.

4 1,43±0,27

5 1,39±0,38 1,34 Sub-métacentrique.

6 1,30±0,32

7 1,18±0,32 1,14 Sub-métacentrique.

8 1,10±0,34

9 1,06±0,36 1,03 Métacentrique.

10 0,99±0,36

11 0,91±0,34 0,89 Métacentrique.

12 0,87±0,35

18
Chapitre 1 Généralité sur l’espèce.

13 0,82±0,35 0,81 Métacentrique.

14 0,80±0,35

15 0,77±0,34 0,75 Métacentrique.

16 0,73±0,30

17 0,71±0,30 0,69 Métacentrique.

18 0,68±0,27

19 0,60±0,22 0,59 Métacentrique.

20 0,58±0,19

D’autre étude consiste en la caractérisation moléculaire et relation génétique entre les


morphotypes les plus connus tel que la forme des fruits (ovale, sphérique et broche) à l’aide
de marqueurs RAPD (utilisation de la technique d’amplification au hasard de l’ADN) et SSR
(l’analyse des marqueurs microsatellites) montrent une grande variabilité génétique au sein
des accessions d’arganier testé où les marqueurs RAPD présentent un taux de polymorphisme
et une hétérozygotie attendue supérieurs aux SSR.z (Majourhat, 2008).
Autre étude confirme que l’arganier a une grande variabilité entre les individus de a
même famille (demi-frère) ce qui donne la possibilité de sélectionner un matériel de très bonne
état pour la plantation et la régénération où il est possible qu’il être adapté mieux au
changement de milieu surtout après la transplantation (Zahidi, 2014).

19
Chapitre 2

Présentation des régions d’étude


Régions d’étude

1. Situations géographiques

Actuellement, les essais de plantation de l’arganier se font par tout en Algérie, de ce


fait, les régions d’étude considérées dans notre travail (figure 26) n’engendrent pas tous les
sites de la plantation du pays. Le tableau 4 représente les coordonnées géographiques des
régions d’étude. Alors, notre contribution dans ce mémoire de master, qu’il a été limitée dans
le temps, et vu les moyens de travail, nous étions obligés à étudier quelques caractéristiques
morphométriques (feuille, fruits et graines) des sujets échantillonnés de l’arganier pour les
régions mentionnées au-dessous:

a. Tindouf

La wilaya de Tindouf se situe dans la partie Sud-ouest de l’Algérie avec une superficie
de 158.874 km2. Elle est limitée au Nord par le Maroc, au Nord-est par la wilaya de Béchar, à
l’Ouest par le territoire du Sahara Occidental, à l’Est par la wilaya d’Adrar et, au Sud, par la
Mauritanie. L’arganeraie de Tindouf se trouve au Nord-ouest de la wilaya de Tindouf, sur
l’ouest de la Hamada du Drâa entre le djebel d’Ouarkziz et la Hamada de Tindouf, il est bien
localisé essentiellement sur les lits des oueds secs (Oued El Ma, et ces affluents : Oued El-
Gahouene, Oued Bouyadhine, Oued El Khebi, et aussi à Oued Merkala et Oued Targant
(Kechairi, 2009).

b. Adrar

La wilaya d'Adrar est située dans au Sud de l'Algérie. Elle est en superficie la
deuxième plus grande wilaya d'Algérie avec 427.368 km². L’arganier a été introduit par semis
à INRA (Institut National des Recherches Agronomiques). Ainsi, à Timimoun
(ITMAS : Institut de Technologie Moyen Agricole Spécialisé).

c. Bechar

La wilaya est située à l'ouest de l'Algérie en plein désert Saharien avec une superficie
totale de 162.200 km² où elle est limitée au Nord par la wilaya de Naâma, à l'Est par la wilaya
d'El Bayadh, à l'Ouest par le Maroc et au Sud par les wilayas d'Adrar, et au sud-ouest par la
wilaya de Tindouf. La plantation de l’arganier par semis a été faite par la conservation des
forêts, au niveau de la pépinière forestière.

20
Régions d’étude

d. Alger

Elle est située au nord –centre d’Algérie et s'étend sur plus de 1190 Km² et limitée par
la mer Méditerranée au Nord, la wilaya de Blida au Sud, la wilaya de Tipaza à l’Ouest et la
wilaya de Boumerdès à l’Est.

e. Mostaganem

Cette wilaya se trouve au Nord-ouest de l'Algérie sur le littoral Méditerrané par une
superficie de 2269 km² où elle est limitée par la wilaya de Chlef à l’Est, par Relizane au Sud-
est, par Oran à l’ouest et par la wilaya de Mascara au Sud-ouest, dont l’arganier a été planté
par semis au niveau de la maison forestière de Stidia pendant la période coloniale.

f. Mascara

Cette wilaya se trouve au nord-ouest de l’Algérie et s’étend sur une superficie de 5941
Km loin d’Alger au vol d’oiseau de 360km. Elle est limitée à l’Est par les wilayas de Tiaret et
Relizane, à l’Ouest par la wilaya de Sidi Bel Abbès, au Nord par les wilayas d’Oran et
Mostaganem et au Sud par la wilaya de Saida dont il y a un pied d’arganier planté par semi
(graine de Tindouf) au niveau de l’ancienne pépinière de la région d’Oggaz depuis la période
coloniale.

Figure 26. Situation cartographique des régions d’étude (Beladjemi, 2016).

21
Régions d’étude

Tableau 4. Coordonnées géographiques des régions d’étude.

Région d’étude Coordonnées géographiques Altitude (m)


Mostaganem (Stidia) 35°52'17.8"N 0°15'54.2"E 120
Mascara (Oggaz) 35°33.8226'N 000°15.4046°W 590
Tindouf 28°40'10.9"N 8°15'41.6"W 449
Tindouf-ville 28°00'43.8"N 8°15'41.6"W 449
Bechar 31°45'23.7"N 2°14'23.4"W 780
Timimoun 29°33'17.1"N 0°09'18.7"E 281
Adrar-ville 27°51.1489'N 000°18.8027'W 279
Alger (El Harrach) 36°42'03.9"N 3°08'30.9"E 186

2- Synthèse bioclimatique
2.1. Conditions climatiques habituelles de l’arganier
L’arganier est une espèce thermo – xérophile, alors elle est un arbre endémique qui se
chevauche entre les bioclimats aride chaud et tempéré (le long du littoral et dans les plaines),
et semi-aride chaud et tempéré (flancs du Haut Atlas et de l’Anti-Atlas) (Boudy, 1950).
a. Température
L’arganier s’adapte aux périodes de sécheresse prolongées et supporte un intervalle
optimal de température de 3°C à 50°C (Kechairi et Abdoun, 2016).
b. Humidité
L’arganier exige un climat relativement humide (Benaouf, 2009), dont elle se régresse
de plus en plus et disparaitre à partir de 220 km de l’océan Atlantique (Kechairi Reda 2016).
c. Pluviométrie
La précipitation idéal pour l’arganier est de 500 mm/an mais parfois et dans certaines
régions la pluviométrie de 120 mm/an est suffisante (Benaouf, 2009).
2.2. Condition climatique de la zone d’étude

Pour une période de 30 ans de données météorologiques, particulièrement la température et la


précipitation, nous interprétons les situations bioclimatiques de régions d’étude (tableau 5) où
l’arganier se développe après un boisement expérimental réussi, qui indique une bonne
acclimatait de l’espèce dans les régions Sahariennes, arides et semi-aride. Néanmoins, ces

22
Régions d’étude

résultats au-dessous, font partie d’un projet de recherche (en cours) de monsieur Kechairi
(enseignant-chercheur à l’université de Tlemcen).

a. Quotient pluviométrique d’Emberger

Le climagramme d’Emberger permet de déterminer l’étage bioclimatique d’une station


donnée. Il est déterminé à partir de la formule:

Q2 = 2000P/ M2 – m2

• P: précipitation annuelle (mm).


• M: la température maximale du mois le plus chaud en degrés Celsius (°C).
• m: la température minimale du mois le plus froid en degrés Celsius (°C).

Selon Stewart (1968) pour l’Algérie et le Maroc en appliquant la formule suivante,


soit:

Q2 = 3.43 (P/M-m)

• Q: le quotient pluviométrique d’Emberger.


• P: Pluviométrie annuelle moyenne en mm.
• M: Moyenne maximale du mois le plus chaud en degrés kelvins (T°C+ 273,15).
• m: Moyenne minimale du mois le plus froid en degrés kelvins (T°C+ 273,15).

Tableau 5. Information climatiques de la zone d’étude.

Région P (mm) T (°C) Max T (°C) min Q2


Tindouf 60,3 43 7 6,55
Adrar 33,5 49 5 2,61
Mascara 303,2 34 4 34,66
Mostaganem 371,1 35 10 50,91
Alger 557,6 31 9 50,33
Bechar 106,3 40 2 9,59

Le climagramme d’Emberger spécifique à la région méditerranéen, et applicable pour


les régions Sahariennes (Bagnoulis et Gaussen, 1957). Il représente la situation bioclimatique
de chaque région d’étude où l’arganier a été bien acclimaté, de ce fait, les wilayas Tindouf,

23
Régions d’étude

Adrar et Bechar sont situés à l’étude bioclimatique Saharien, alors la région de Mascara est
dans l’étage aride, pour Mostaganem et Alger sont classés dans l’étage bioclimatique semi-
aride (figure 27). Alors, le spectre dressé dans cette figure représente le domaine
bioclimatique de l’arganier en Afrique Nord-Occidentale (Kechairi, 2009).

Figure 27. Situation de régions d’étude dans le climagramme pluviométrique d’Emberger

b. Diagramme ombrothermique de Bagnouls et Gaussen

La figure 28, indique le climat désertique pour la période 1996-2016, il est relatif aux stations
Tindouf, Adrar et Bechar, où la période sèche s’étale toute l’année. Les pluies sont rares et
très faibles. Alors, la période sèche s’étale 6 mois à Mascara et Mostaganem, pour 4 mois à
Alger. Ces derniers, montrent bien l’influence de l’aridité du climat qui menace une grande
partie du pays.

24
Régions d’étude

Figure 28. Diagrammes ombrothermique de Bagnols et Gaussen pour les stations d’étude
(1998-2016).

25
Chapitre 3

Matériel et méthode
Matériel et méthode

1. Méthodologie

L’étude de la différence morphologique des graines, fruits et feuilles de l’arganier


Argania spinosa (L.) Skeels a été réalisée après une période de collecte de données sur terrain
durant la période s’étalant d’octobre 2016 jusqu’au janvier 2017, à travers les différentes
wilayas : Mascara, Mostaganem, Alger, Béchar, Adrar, Tindouf. Cette étude a été commencée
par une enquête sur terrain, en se basant sur un questionnaire (annexe 3, figure 1) qu’a été mis
en place pour repérer les endroits dispersés en Algérie où on peut trouver l’arganier résultait
des plantations par semis. Alors, pour l’arganeraie de Tindouf, une sortie sur terrain a été
effectuée au sein de la réserve naturelle de l’arganier au Nord-ouest de Tindouf. Cependant, ce
travail a été réalisé après avoir un appui technique de nombreuses organisations des différentes
régions d’Algérie (conservations des forêts de : Béchar, Tindouf, Mostaganem, et de Mascara,
ainsi l’Institut National des recherches forestières INRF d’Adrar, l’ITMAS Institut de
Technologie Moyen Agricole Spécialisé de Timimoun et le jardin botanique de l’école
nationale supérieure agronomique d’Alger).

2- Matériel utilisé
1.1. Matériel végétal

Nous avions récolté le matériel végétal d’un total de 21 sujets d’arbres inventoriés par
un échantillonnage subjectif, qui nous a permis de sélectionner les sujets représentatifs de
chaque station d’étude. Toutefois, notre méthode de travail consiste à réaliser une fiche de
description (tableau 6), un prélèvement de feuillage, et une récolte des fruits et graines de
differentes tailles et formes selon les stations (annexe 4, figure 1, 2, 3 et 4) rencontrés durant
la réalisation des sorties sur sites. Donc, le matériel a été conditionné sous moyen de
conservation afin de le garder frais, puis il a été apporté au laboratoire n° 4 de la faculté
‘SNV/STU’ à l’université de Tlemcen où nous avions réalisé les mesures biométrique des
feuilles, fruits et graines.

Tableau 6. Fiche descriptive des sujets inventoriés.

Origine Nbr Nbr de Nbr Nbr de Nbr Nbr de


Age Mesur
Code Région de Etat de caractèr de caractèr de caractèr
(An) e
semis feuille e graine e fruit e

Oued
OBT Tindouf - Tindouf Naturel 30 2 23 3 7 9 192
bouyadhine

26
Matériel et méthode

Oued El Ma
OM1 Tindouf - Tindouf Naturel 30 2 0 0 30 9 330
1
Oued El Ma
OM2 Tindouf - Tindouf Naturel 30 2 31 3 30 9 423
2
Oued El Ma
OM3 Tindouf - Tindouf Naturel 30 2 0 0 29 9 321
3
Oued El Ma
OM4 Tindouf - Tindouf Naturel 30 2 0 0 30 9 330
4
INRA1 INRA1 Adrar 6 Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
INRA2 INRA2 Adrar 6 Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
Bechar1 B1 Bechar 4 Tindouf Plantée 30 2 0 0 30 9 330
Bechar2 B2 Bechar 4 Tindouf Plantée 29 2 0 0 0 0 58
Bechar4 B4 Bechar 4 Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
Bechar5 B5 Bechar 4 Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
Pépinière
PT1 Tindouf 10 Tindouf Plantée 30 2 0 0 24 9 276
Tindouf 1
Pépinière 10
PT2 Tindouf Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
Tindouf 2 ans
ITMA 6
ITMA1 Adrar Tindouf Plantée 30 2 28 3 28 9 396
1 ans
ITMA 10
ITMA2 Adrar Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
2 ans
plus
Mostagane Mostag de
M1 Tindouf Plantée 30 2 30 3 0 0 150
m1 anem 20
ans
Plus
Mostagane Mostag de
M2 Tindouf Planté 30 2 30 3 0 0 150
m2 anem 20
ans
plus
Mostagane Mostag de
M3 Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
m3 anem 20
ans
plus
Mostagene Mostag de
M4 Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
m4 anem 20
ans
plus
Mostagane Mostag de
M5 Tindouf Plantée 30 2 30 3 30 9 420
m5 anem 20
ans
plus
Mascar de
Oggaz 2014 O2 Tindouf Plantée 0 0 30 3 0 0 90
a 20
ans
Oggaz Mascar plus
O1 Tindouf Plantée 0 0 30 3 0 0 90
inconnu a de

27
Matériel et méthode

20
ans
plus
Mascar de
Oggaz 2016 O3 Tindouf Plantée 30 2 30 3 30 9 420
a 20
ans
Alger A Alger - Tindouf Plantée 30 2 0 0 0 0 60
Total 659 262 268 4516

1.2. Au Laboratoire

On a utilisé pendant ce travail un matériel technique sont la règle, le pied à coulisse, et


la balance électronique pour les mesures biométriques Pied-à-collies ; balance électrique,

1.3. Traitement statistique

Dans cette étude des logiciels de traitement statistique ont été utilisés pour l’analyse
statistique des variables mesurées de données :

 Le Genstat Discovery 3 : est un Système statistique intelligible qui permet de résumer,


présenter et analyser des données il est développé par le Comité de Genstat du
Département de Statistique IACR-Rothamsted, Harpenden, Hertfordshire AL5 2JQ, UK, dans
notre étude on a l’utilisé pour réaliser, le test d’analyse de variance (ANOVA) a été réalisé
pour connaitre la signification des résultats à seuil de signification α = 0,05, tandis que la
séparation des moyennes a été réalisé selon le test de Durcan pour une α = 5%.
 Le logiciel R est un système pour le calcul statistique et les graphiques, son noyau est un
langage de programmation interprété qui laisse s'embrancher et faire une boucle aussi bien que
programmer modulaire utilisant des fonctions. La distribution de R contient la é
commencement écrit par Ross Ihaka et Robert Gentleman au département des statistiques de
l'université d'Auckland à Auckland, Nouvelle-Zélande, il nous a permet de réaliser l’ACP
(analyse des composants principales) et de la construction des arbres hiérarchiques ainsi
que l’indice de diversité de Shanone et Weaver.
 Le logiciel Minitab : il propose les tests statistiques et représentations graphiques utiles pour
prendre des décisions éclairées et choisir la bonne solution créée par l’entreprise de Minitab
Statistical Software, il nous a aidés dans la réalisation de l’AFC (analyse des composants
factoriels).
 Le logiciel SPSS aide de rétablir la corrélation et l’indice de corrélation (1 < R² < 0 =
corrélation positive, R² = 0 corrélation nulle, R² < -1 corrélation négative).

28
Matériel et méthode

2. Mesures biométriques

L’étude de la variabilité génétique d’arganier en Algérien à travers les échantillons


inventoriés dans notre travail se représente par les mesures biométriques qui ont été faites sur
les feuilles (figure 29), les fruits (figure 30) et les graines (figure 31). Cependant, un codage
d’ensemble de variables mesurées a été fait en tenant les variables qualitatives et quantitatives
mesurées.

Figure 29. Les dimensions mesurées des feuilles.

Figure 30. Les caractères mesurés pour les fruits.

Figure 31. Les dimensions mesurées des graines.


2.1.Variables Quantitatives

29
Matériel et méthode

• FP : le poids des fruits ;


• FL : la longueur entre la base et le sommet des fruits ;
• FD : la dimension des fruits ;
• FLL : la longueur des feuilles ;
• FLD : la dimension des feuilles ;
• GP : le poids des graines ;
• GL : la longueur des graines ;
• GD : la dimension des graines.
2.2.Variables Qualitatives
• FF : la forme des fruits (1= sphériques, 2= ovoïdes, 3= allongées) ;
• FS : la symétrie des fruits (1= symétriques, 2=légèrement symétriques, 3= asymétriques) ;
• FPT : la position du diamètre transversal maximal des fruits (1=vers la base, 2= centrale,
3=vers le sommet) ;
• FSM : la forme du sommet des fruits (1= pointus, 2= arrondis) ;
• FBA : la forme du base des fruits (1= tronquées, 2= arrondis, 3= pointus) ;
• FMAM : présence ou absences du mamelon dans les fruits (1= absents, 2= présents).

30
Chapitre 4

Résultats obtenus
Chapitre 4 Résultats et discussion

1. Analyse et séparation des moyennes


Le calcule et la séparation des moyennes (tableau 7) nous a permis d’avoir l’intervalle et les
différences entres les caractères mesurés. La moyenne de la longueur des feuilles est
remarquablement plus variée de 1,61cm à 4,98 cm. Alors, le poids de fruits oscillant de 1,55gr
et 9,27gr ce qui représente un écart bien figuré. Pour les autres variables les dimensions
mesurées ne présentent qu’une différentiation non significative. Pour l’analyse des variables
représentées dans les figures 32 à 46, les barres d’erreurs avec des lettres distingues indiquent
des différences significatives entre les moyennes selon le test de séparation des moyennes de
Durcan à un niveau de signification de 0,05. Alors que les barres verticales montrent les
erreurs standards des moyennes. A la base des variables mesurées fruits et graines, feuilles
qui partagent entre eux probablement des gènes qui contrôlent la forme de ou des gènes
d’adaptation à travers les sujets étudiés de différentes régions en Algérie.
Tableau 7. Moyennes et SD des caractères étudié des feuilles, fruits et graines d’arganier des
différentes régions.
Arbre FP FL FD FF FS FPT FSM FBA FMAM Arbre GP GL GD
Sujet FLL FLD
2,31±0,09 0,51±0,02 OM1 1,58±0,09 1,98±0,04 1,27±0,02 2,47±0,09 1,83±0,12 1,47±0,09 1,43±0,09 1,43±0,09 1±0 d O2 4,21±0,19 3,4±0,06 c 1,7±0,02 a
A d a a a b b ab bcde bc abc a

1,61±0,03 0,53±0,01 ITMA1 2,87±0,11 2,22±0,03 1,59±0,02 2,04±0,13 1,89±0,12 2±0 g 1,86±0,07 1,68±0,09 1,57±0,1 a O1 3,84± 3,18±0,04 1,57±0,01
OM4 a ab b b c a ab d cd 0,09 b d a

1,81±0,08 0,59±0,01 PT1 1,76±0,24 1,47±0,08 0,9±0,06 a 1,92±0,12 1,63±0,12 2,13±0,11 1,88±0,07 1,33±0,1 a 1,67±0,1 O3 5,12± 3,71±0,05 1,81±0,02
OM3 ab ab a cde a a g d ab 0,13 c e a

2,99±0,06 0,61±0,02 B1 2,91±0,12 2,38±0,03 1,56±0,02 2,53±0,09 2±0,11 ab 1,47±0,09 1,33±0,09 2±0 d 1,7±0,09 OBT 2,22±0,18 1,79±0,07 1,55±0,05
M4 ef abc b c c bc bcd b ab d b a

2,72±0,06 0,61±0,04 M5 3,3±0,11 1,65±0,02 2,32±0.03 2,07±0,1 a 2,1±0,13 2,07±0,11 1,8±0,07 1,33±0,09 1,83±0,07 OM2 1,07±0,08 1,7±0,06 1,09±0,07
M5 ef ab bc ab f bc g d ab bc e ab b

1,65±0,03 0,65±0,07 O3 9,27±0,32 3,95±0,05 2,2±0,07 e 2,73±0,08 2,1±0,13 1,4±0,09 1,13±0,06 1,43±0,09 1,87±0,06 M5 1,47±0,06 1,58±0,02 1,24±0,02
OBT a bcd e ghi cd bc abc a abc c f a c

2,21±0,08 0,7±0,02 OM3 1,83±0,08 2,01±0,03 1,28±0,02 1,93±0,05 1,69±0,1 a 1,72±0,08 1,48±0,09 1,55±0,09 1,9±0,06 c
PT1 cd cde a a b a bdf bc abc

3,51±0,1 0,73±0,03 OM2 2,17±0,13 2,37±0,05 1,35±0,03 3±0 e 1,87±0,11 1,4±0,09 1,07±0,05 1,63±0,1 1,93±0,05
B2 g def a c b ab abc a acd c

2,97±0,09 0,78±0,02 OM4 1,55±0,09 2,16±0,05 0,89±0,04 2,9±0,06 2,53±0,11 1,7±0,09 1±0 a 1,43±0,11 2±0 c
OM2 ef efg a b a de c bdef abc

3,67±0,1 0,78± M1 5,01±0,18 3,12±0,03 1,82±0,03 2,63±0,09 1,87±0,09 1,4±0,09 1±0 a 1,5±0,09 2±0 c
B1 g
0,03 efg d j d bc ab abc abc

3,69±0,13 0,82±0,02 OBT 4,03±0,63 2,46±0,32 1,86±0,08 1,86±0,14 2±0,31 abc 1,29±0,18 1,71±0,18 1,57±0,2 2±0 c
M3 ab ghi c c d a ab cd abcd

1,96±0,08 0,83±0,02
ITMAS1 bc fgh

2,95±0,12 0,82±0,03
PT2 ef fgh

4,13±0,15 0,86±0,03
O3 h ghi

3,16±0,08 0,89±0,02
ITMAS2 f hi

2,13±0,06 0,93±0,04
OM1 cd ij

2,26±0,05
INRA2 d 1±0,03 j
2,93±0,06 1,02±0,02
INRA1 ef j

4,93±0,15 1,02±0,02
B4 i j

30
Chapitre 4 Résultats et discussion

3,74±0,12 1,02±0,04
M1 g j

4,98±0,19 1,6±0,05
B5 i k

D’après la figure 32, il y a une différence significative (P value : <0,001) entre


l’échantillon des feuilles d’O3 et les autre sujets inventoriés des autres régions, où il y a une
ressemblance entre les feuilles des arbres : B2, B1, M3, M1, M2 et aussi entre les arbres B4
et B5 pour ce qui concerne la longueur des feuilles. On remarque aussi une différence
remarquable dans les moyennes où elle varie de 1,61 cm (OM4) à 4,98 cm (B5). Ces résultats
obtenue nous laissent à suggérer que l’arbre d’O3 a des gènes spécifiques qui contrôlent la
longueur des feuilles où des gènes d’adaptation qui sont différentes des gènes de celles des
autres sujets inventoriés.

FLL
6
i i
5
h
4 ab g g
g
ef ef f
ef ef
3 e
cd cd d d
ab bc
2 a a

Figure 32. Diversité des écotypes sur la variable Longueur des feuilles (FLL) des sujets de
différentes régions étudiées.

D’après la figure 33, montre qu’il a une différence significative (P value : <.001) entre
l’échantillon des feuilles de l’arbre B5 et les divers sujets des autres régions dont on remarque
aussi qu’il y a une ressemblance entre les feuilles des arbres : INRA1, INRA2, B4, et M1 pour
ce qui concerne la longueur des feuilles avec des moyennes varie entre 0,51 cm (A) et 1,60
cm (B5). Les résultats obtenue nous a permis à suggérer que l’arbre B5 a des gènes spécifiques
qui contrôlent les dimensions de la feuille.

31
Chapitre 4 Résultats et discussion

FLD
1,8
k
1,6
1,4
1,2 j j j
j
1 ij hi fgh
ghi fgh ghi
efg def efg
0,8 bcd cde
ab a ab abc
0,6 a
0,4
0,2
0
O3

OM1
OM2
OM3
OM4

B5
B4
B2
B1
ITMA2
ITMA1

A
M5
M4
M3
M1
PT1
PT2
OBT

INRA2
INRA1
Figure 33. Diversité des écotypes sur la variable de la dimension des feuilles (FLD) des
sujets inventoriés de différentes régions d’étude.

La figure 34, représente les résultats de la variable du poids qu’il a une différence
significative (P value : <0,001) entre tous les échantillons des graines des arbres O1, O2, O3,
OBT, OM2, M5 pour ce qui concerne la longueur des feuilles avec une variation importantes
des moyennes entre 1,07 g (OM2) et 5,12 g (O3).

GP
6
c
5
a
b
4

3
d
2 f
e
1

0
O2 O1 O3 OBT OM2 M5

Figure 34. Diversité des écotypes sur la variable du poids des graines (GP) des six sujets de
différentes régions étudiées.

La figure 35, représente les résultats de la variable de la longueur qu’il a une différence
significative (P value : <.001) entre les 3 échantillons des graines d’Oggaz (O1, O2, et O3) et

32
Chapitre 4 Résultats et discussion

les autre arbres des autres arbres OBT, OM2 et M5 pour ce qui concerne la longueur des
graines avec une variation du moyenne de 1,58 cm (M5) à 3,71 cm (O3). De ce fait, les sujets
O1, O2, O3 apparaissent possédant sensiblement des gènes spécifiques qui contrôlent la
longueur de la graine où bien c’est un critère d’écotype.

GL
4 e
c
3,5 d
3

2,5

2 b ab
a
1,5

0,5

0
O2 O1 O3 OBT OM2 M5

Figure 35. Diversité des écotypes sur la variable de la longueur des graines (GL) des 6 sujets
d’arganier de différentes région étudiées.

La figure 36, représente les résultats de la variable de la dimension qu’il a une différence
significative (P value : <.001) entre les 2 échantillons des graines OM2 et M5 et les autre
arbres des autres arbres ce qui concerne les dimensions des graines dont les moyennes varie
entre 1,09 cm (M5) et 1,81 cm (O3). Alors, ces résultats nous a encouragé à suggérer que les
arbres OM2 et M5 ont des gènes spécifiques qui contrôlent la longueur de la graine.

33
Chapitre 4 Résultats et discussion

GD
2
a
1,8 a
a a
1,6
1,4 c
1,2 b
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
O2 O1 O3 OBT OM2 M5

Figure 36. Diversité des écotypes sur la variable des dimensions des graines (GD) des six
sujets de différentes régions étudiées.

La figure 37, représente les résultats de la variable de la dimension qu’il a une différence
significative (P value : <0,001) entre les 2 échantillons des fruits M1 et O3 et les autre arbres
des autres arbres ce qui concerne le poids des fruits dont la différence entre les moyennes est
importante où elle varie de 1,55gr (OM4) à 9,27gr (O3). Les résultats obtenue nous laissent à
suggérer que les arbres M1 et O3 ont des gènes spécifiques qui contrôlent le poids des fruits
ou des gènes d’adaptation différentes des gènes celles des autres arbres inventoriés.

FP
12

10 d

6 e
c
4 bc
b b
a a
a a a
2

0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 37. Diversité des écotypes sur la variable du poids des fruits (FP) des onze (11)
arbres d’arganier de différentes région d’Algérie.

34
Chapitre 4 Résultats et discussion

La figure 38, représente les résultats de la variable de la longueur qu’il a une différence
significative (P value : <.001) entre les 4 échantillons des fruits PT1, M5, M1 et O3 et les
autre sujets de diverses régions pour la variable de la longueur des fruits avec des moyennes
qui varies entre 1,47 cm (PT1) et 3,95 cm (O3). De ce fait les variables de PT1, M5, M1 et
O3 semble ont des gènes spécifiques qui contrôlent le poids des fruits ou des gènes
d’adaptation différentes des gènes celle des autres arbres.

FL
4,5
d
4
3,5 g
3
c c c
2,5 b b
a a
2 f
e
1,5
1
0,5
0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 39. Diversité des écotypes sur la variable de la longueur des fruits (FL) de Onze (11)
sujets étudiés de différentes régions.

La figure 40, représente les résultats de la variable de la dimension qu’il a une différence
significative (P value : <0,001) entre l’échantillon des fruits M5 et les autre arbres des autres
arbres ce qui concerne la dimension des fruits avec une variation du moyenne de 0,89 cm
(PT1) à 2,91 cm (M5). D’après les résultats on remarque aussi que les arbres OM1, OM2 et
OM3 partagent entre eux les gènes qui contrôle la dimension des fruits ou les gènes
d’adaptation, aussi que OM4 avec PT1 et ITMAS1 avec B1. Ce résultat obtenu pour M5 est
peut-être du de gènes spécifiques qui contrôlent la dimension des fruits ou des gènes
d’adaptation.

35
Chapitre 4 Résultats et discussion

FD
2,5 f
e

2 d d
c c
1,5 b b
b

1 a a

0,5

0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 40. Diversité des écotypes sur la variable de la dimension de fruits (FD) de Onze (11)
arbres d’arganier inventoriés de différentes régions d’étude.

La figure 41, représente les résultats de la variable de la forme qu’il a une différence
significative (P value : <0,001) entre l’échantillon des fruits mais n’est pas spécifique à un
arbre pour ce qui concerne la symétrie des fruits. D’après les résultats on peut distinguer de
groupe le premier avec une moyenne d’expression de la forme varié de 1,86 (OBT) à 2,07
(M5) dont le deuxième est de 2,47 (OM1) à 3 (OM2).

FF
3,5
e de
3 cd bc bc
b
2,5
a a
a a a
2

1,5

0,5

0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 41. Diversité des écotypes sur la variable de la forme des fruits (FF) des Onze (11)
sujets d’arganier de différentes régions d’Algérie.

36
Chapitre 4 Résultats et discussion

La figure 42, représente les résultats de la variable de la symétrie qu’il a une différence
significative (P value : <0,001) entre l’échantillon des fruits mais n’est pas spécifique à un
arbre pour ce qui concerne la symétrie des fruits. D’après les résultats on remarque aussi que
la moyenne la plus élevé d’expression de ce variable est de 2,53 pour l’OM4 dans elle varie
pour le reste des arbres de 1,63 (PT1) à 2,10 (OM3).

FS
3
c
2,5
bc bc
abc ab
2 ab ab ab ab
a a
1,5

0,5

0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 42. Diversité des écotypes sur la variable de la symétrie des fruits (FS) de Onze (11)
arbres d’arganier de différentes régions d’Algérie.

La figure 43, représente les résultats de la variable de la position du diamètre transversal


maximal qu’il a une différence significative (P value : <.001) entre l’échantillon des fruits
mais n’est pas spécifique à un arbre pour ce qui concerne la position du diamètre transversal
maximal des fruits. D’après les résultats on remarque aussi que la moyenne d’expression de
ce variable pour les arbres PT1, M5 et ITMAS1 est varié de 2,00 à 2,13 dont son intervalle
maximal d’expression est de 1,17 (M2) à 2,13 (PT1).

37
Chapitre 4 Résultats et discussion

FPT
2,5
g g g
2
bdf bdef

abc bcde abc abc bcd


1,5 ab

0,5

0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 43. Diversité des écotypes sur la variable de la position du diamètre transversal
maximal des fruits (FPT) de Onze sujets de différentes régions étudiées.

La figure 44, représente les résultats de la variable de la forme du sommet qu’il a une
différence significative (P value : <0,001) entre l’échantillon des fruits mais n’est pas
spécifique à un arbre pour ce qui concerne la forme du sommet des fruits. D’après les résultats
on remarque aussi que les arbres O3, OM2, OM4 et M1 ont une moyenne d’expression de la
forme du sommet de 1,00 (M1) à 1,13 (O3), de 1,43 (OM1) à 1,48 (OM3) et de 1,80 (M5) à
1,88 (PT1).

FSM
2,5

2 d d
d
cd
bc bc
1,5 b
a a a a
1

0,5

0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 44. Diversité des écotypes sur la variable de la forme du sommet des fruits (FSM) de
Onze (11) arbres d’arganier de différentes région d’Algérie.

38
Chapitre 4 Résultats et discussion

La figure 45, représente les résultats de la variable de la forme de la base qu’il a une
différence significative (P value : <0,001) entre l’échantillon des fruits mais n’est pas
spécifique à un arbre pour ce qui concerne la forme de la base des fruits dont on remarque une
différence de cette forme des fruits du même arbre. D’après les résultats on remarque aussi
que les arbres O3, OM1, OM3, OM4, et M1 ont presque la même moyenne d’expression de
la forme de la base qui est varié de 1,43 (O3, OM1, OM4) à 1,50 (M1) dont l’intervalle
maximal d’expression est de 1,33 (M5) vers 2 (B1).

FBA
2,5

d
2
acd cd
abcd abc abc
abc abc abc
1,5 a ab

0,5

0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 45. Diversité des écotypes sur la variable de la forme de la base des fruits (FBA) des
onze (11) arbres d’arganier de differentes région d’Algérie.

La figure 46, représente les résultats de la variable de la présence ou l’absence du mamelon


qu’il a une différence significative (P value : <.001) entre l’échantillon des fruits mais n’est
pas spécifique à un arbre pour ce qui concerne la présence ou l’absence des mamelons des
fruits avec une probabilité de la présence de 0% à 100%. D’après les résultats on remarque
aussi que les arbres O3, OBT, OM2, OM3, OM4cet M1 ont presque la même probabilité de
la présence ou l’absence des mamelons des fruits au contraire que celle de l’arbre OM1 qui a
totalement des fruits sans mamelons.

39
Chapitre 4 Résultats et discussion

FMAM
2,5

c c c c
2 c c bc
ab ab
a
1,5

d
1

0,5

0
O3 OBT OM1 OM2 OM3 OM4 PT1 M5 M1 ITMA1 B1

Figure 46. Diversité des écotypes sur la variable de la présence ou l’absence du mamelon
des fruits (FMAM) de Onze (11) sujets d’arganier de différentes régions étudiées.

2- L’indice de diversité H’
L’indice de la diversité des feuilles d’arganier des sujets d’arbres étudiés ( annexe 5, tableau
1) est varié de 0,23 dans les régions de Bechar et Tindouf (arganeraie) à 0,33 dans la région
d’Oggaz (Mascara) dont l’indice de diversité de la longueur des feuilles est varié entre 0,19
(Alger) et 0,40 (Tindouf Pépinière) et celui de la longeur varie entre 0,16 (Tindouf Pépinière)
et 0,32 (Alger, Mostaganem) (Tableau 8).
On remarque aussi que le critère de dimension des feuilles est en relation avec le climat
où elle augmente dans les régions qui ont un hiver tempéré et diminue dans celle qui ont un
hiver chaud dont la variable de la longueur des feuille est mieux exprimée dans les climats
semi-aride (figure 27).

Tableau 8. Indice relatif de diversité des différents caractères des fruits des échantillons
d’arganier étudié selon les régions.

H' FLD H' FLL Moy.


Bechar 0,27 0,19 0,23
Adrar 0,28 0,29 0,28
Mostaganem 0,26 0,32 0,29
Tindouf hamada 0,29 0,17 0,23
Mascara 0,39 0,26 0,33

40
Chapitre 4 Résultats et discussion

Tindouf Pépinière 0,40 0,16 0,28


Alger 0,19 0,32 0,25
Moyenne 0,30 0,24 0,27

L’indice H’ de diversité de Shanon et Weaver selon l’etude de quelque caracteres des graines
varie entre 0,41 pour la region de Tindouf hamada et 0,53 pour celle de Mostaganem. Alors
qu’elle est de 0,39 à 0,57 pour le caractere de la dimention des graines et de 0,44 à 0,52 pour
la longueur des graines quand celle du poids des graines est variée entre 0,41 et 0,52 (tableau
9). Alors on remarque que la dimension et la longeur se diversifier remarquablement dans le
climat semi-aride.

Tableau 9. Indice relatif de diversité des différents variables mesurées des graines à travers
les régions étudié selon les régions.

Régions H' GD H' GL H' GP moy.


Mostaganem 0,57 0,52 0,50 0,53
Tindouf hamada 0,39 0,44 0,41 0,41
Mascara 0,52 0,46 0,52 0,50
Moyenne 0,49 0,47 0,48 0,48

L’indice de diversité représenté dans le tableau (10) est varié entre 0,22 pour
l’echatiollon O3 d’Oggaz et M2 du Mosataganem et 0,35 pour l’échantillon OM1 d’Oued El
Ma Tindouf dont elle varie entre 0 et 0,47 pour la dimention des fruits de 0 et 0,72 pour la
longueur des fruits et de 0 à 0,49 concernant le poids des fruits dont l’indic de diversité des
caracteres qualitative est aussi tres varié mais très varié pour les caracteres qualitatives ouu
elle varie de 0 et 0,54 pour la forme des fruits, de 0 à 0,35 pour la forme des bases et de 0 à
0,66 pour la forme des mamelins.
On remarque aussi que l’indice de diversité est en son valeur maximal dans les regions
caractérisés par une climat Saharienne à hiver tempéré pour touts les caracteres des fruits
etudié sauf celle de la FSM (forme du sommet) qui a besoin mieux une climat Saharienne à
hiver frais.

41
Chapitre 4 Résultats et discussion

Tableau 10. Indice relatif de diversité des différents caractères des fruits des échantillons
d’arganier étudié selon les régions.

H' H' H' H' H' H' H' H' H' Mo


FD FL FP FF FS FPT FSM FBA FMAM y
Bechar 0,31 0,25 0,39 0,19 0,24 0,20 0,41 0,00 0,48 0,27
Adrar 0,33 0,46 0,40 0,54 0,30 0,00 0,27 0,31 0,54 0,35
Mostaganem 0,19 0,15 0,24 0,37 0,30 0,28 0,14 0,34 0,12 0,24
Mascara 0,20 0,00 0,00 0,31 0,27 0,38 0,25 0,34 0,31 0,23
Tindouf hamada 0,38 0,38 0,36 0,21 0,28 0,35 0,29 0,34 0,09 0,29
Tindouf 0,23 0,29 0,48 0,46 0,36 0,16 0,24 0,32 0,66
pépinière 0,36
Moyenne 0,27 0,25 0,31 0,34 0,29 0,23 0,27 0,28 0,37 0,29

3- Arbre phylogénique

D’après figure 47, le dendrogramme qui résulte de l’étude des feuilles d’arganier montre la
relation entre les differentes échantillons collectés qui se divise en trois (3) grands groupes.
Le premier comprend les arbres (Oued El Ma3, Oued El Ma4, Oued Bouyadhine, Pépinière
Tindouf1, Alger, ITMAS1, Oued El Ma 1, INRA2), et le deuxième groupe contient 2 arbres
qui sont Bechar 4 et Bechar 5 dont le troisième groupe contient 2 sous-groupes où le premier
regroupe les arbres : INRA1, ITMAS2, Stidia Mostaganem4, Stidia Mostaganem5, Pépinière
Tindouf2, Oued El Ma2, et le deuxième sous-groupe regroupe les sujets Oggaz2016, Stidia
(Mostaganem1), Stidia (Mostaganem2), Bechar2, Bechar1, Stidia (Mostaganem3).

42
Chapitre 4 Résultats et discussion

Figure 47. Classification (CAH) des échantillons d’arganier selon la variable de feuilles
étudiées.

L’étude qu’elle a été faite sur quelques caractères des fruits d’arganier résulte un
dendrogramme figure (48) qui se devise 3 grands groupes, le premier contient l’arbre Stidia
Mostaganem 2, Oggaz 2016, et le deuxième groupe regroupe les six arbres de Bechar 1, Oued
El Ma4, Oued El Ma 2, Oued El Ma 1, Pépinière Tindouf1, Oued El Ma3, où le troisième
groupe comprend 4 arbres sont : Stidia Mostaganem1, Oued Bouyadhine, ITMAS1, et celle
de Stidia (Mostaganem5). Donc on peut conclure d’après ce CAH des fruits qui regroupe les
échantillons collectés en 3 groupes différents que la question de la différenciation écotypique
de l’espèce est bien apposée.

43
Chapitre 4 Résultats et discussion

Figure 48. Classification (CAH) des échantillons d’arganier selon la variable de fruit
étudiée.

D’après l’arbre phylogénique (figure 49) résulte de l’analyse des graines d’arganier
collectées, il y a 4 groupes, un contient l’arbre oued Bouyadhine, le deuxième regroupe les
deux arbres Oued El Ma 2 et Stidia Mostaganem 5, le 3ème groupe comprend l’arbre d’Oggaz
2016 et les arbres Oggaz 2014 et Oggaz inconnu appartiennent au quatrième groupe. Alors,
selon les résultats nous ne pouvons pas confirmés que les groupes résultent des variétés mais
on constate que les graines d’Oggaz (3 années) sont différentes qui peuvent être due à cause
de l’effet du milieu.

44
Chapitre 4 Résultats et discussion

Figure 49. Classification (CAH) des échantillons d’arganier selon la variable de graines
étudiées.

4- Test de corrélation :

Les corrélations entre les variables étudiées des feuilles, graines et fruits d’arganier
(Annexe 6 : tableau 1, figure 1, 2, 3) indique des corrélations importante permet le choix des
arbres qui ont des grand fruits et graines selon la taille des feuilles tel que les corrélations
(FLL-GD, FLL-GL, et FLL-FP) qui corrèlent positivement entre eux.

4.1.AFC (Analyse des Composants factoriel) des caractères qualitatifs:


L’analyse des corrélations entre les variables qualitatifs par l’AFC (figure 50) montre les
corrélations positives suivantes : FSM-FPT, FBA-FF, FF-FMAM, et FF-FS dont les
corrélations négatives sont : FSM-FBA, FBA-FMAM, et FBA-FS.

45
Chapitre 4 Résultats et discussion

Figure 50. L’AFC des accessions de d’arganier selon les moyennes des différentes
variables qualitatifs étudiés de fruits.

4.2.La relation des variables mesurées avec la température et la précipitation

D’après l’étude de l’effet de la température et la précipitation sur l’expression des variables


étudiées des feuilles, des graines et fruits (figure 51, 52, 53) nous remarquons que la
précipitation (Pré) semble corrèlent positivement avec la longueur des feuilles (FLL), le poids,
la longueur, la dimension des fruits (FP FL FD) et aussi le poids, la longueur et la dimension
des graines (GP GL GD) quand elle corrèlent négativement avec la dimension des feuilles
(FLD). D’autre part on remarque que la température (T°) corrèle négativement avec tous les
caractères quantitatifs étudiés. Alors on peut dire que le meilleur moyen pour obtenir des
grandes feuilles, fruits et graines d’arganier est de la planté dans des régions avec une
précipitation annuelle élever ou avec l’irrigation continuel des arbres au même temps avec
une T° un peu basse.

46
Chapitre 4 Résultats et discussion

Figure 51. L’ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différentes variables
étudiées des feuilles en relation avec des conditions climatiques.

Figure 52. L’ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différentes variables
étudiés des fruits en relation avec des conditions climatiques.

47
Chapitre 4 Résultats et discussion

Figure 53. L’ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différents caractères
étudiés des graines en relation avec des conditions climatiques.

48
Conclusion générale
Conclusion générale

Entre l’utilisation des ressources génétiques et la protection du patrimoine floristique vulnérable


en Algérie suscite une procuration major de renforcer le choix de la sécurité alimentaire
autonome sous la nécessité d’un développement durable. Où le besoin de ces ressources est
accroît, en tenant l’augmentation alarmante des baies socioéconomiques aux dernières années.
On en cherchant à exploiter le maximum des composantes floristiques d’écosystème fragilisé,
sans penser à établir une gestion environnementale qui va diriger à une exploitation raisonnable
de ces potentialités génétiques et les seuils écologiques de renouvellement pour les générations
d’aujourd’hui et au futur.

Alors, la gestion nouvelle de diversifier nos ressources génétiques pour une utilité
agronomique efficace pour satisfaire les besoins actuels de la population et d’enrichir notre
patrimoine floristique ayant une importance remarquable à l’économie et l’écologie, nous
traitons ici la question des taxons rares possédant une valeur précieuse, en particulier l’arganier,
avec ces intérêts et son usage multiple fourrager, fruitier et forestier.

Il est donc une source intéressante des revenus en économie, mais il est délaissé dans
notre Sahara Algérien, jusqu'aux les dernières années, où nous remarquons le sérieux pouvoir
étatique d’investir par l’introduction de cette espèce partout en Algérie, ce qu'il est
concrètement mis en place les essais de plantations dans les différentes régions du pays (Alger,
Mostaganem, Mascara, Adrar, Béchar, Tindouf-ville) et même par des gens tels que l’essai de
plantation de 5 pieds d’arganier au niveau de Zenâta (Tlemcen) ce qui nous encourager à faire
ce travail afin d’enrichir la connaissance sur cette espèce.

Dans notre pays, vu sa surface importante, il est caractérisé par une diversité des étages
climatiques où nous remarquons l’acclimatation de l’arganier aux sites expérimentaux à travers
les étages bioclimatiques des régions arides et semi-arides. Cependant, la région de
Mostaganem et Alger, Mascara sont situées dans l’étage bioclimatique aride. De ceux, à l’étage
Saharien qui rejoint Béchar, Adrar et Tindouf. Cette diversité bioclimatique fournit un espace
de créer des espaces nouveaux de la plantation à grand échelle de l’arganier en Algérie.

Les résultats obtenus dans notre travail montrent une différenciation significative dans
la même espèce, qui ouvre un axe de recherche sur le comportement physiologique au niveau
de ces diverses régions par rapport leurs caractéristiques génétiques. Les résultats enregistrés
les plus intéressants sont résumés dans les points suivants :

49
Conclusion générale

- Le calcule et la séparation des moyennes permettre d’avoir l’intervalle et les différences entre
les caractères mesurés selon les arbres où on remarque que la moyenne de la longueur des
feuilles est moyennement variée de 1,61 à 4,98 et très variée pour le poids des fruits où on le
trouve entre 1,55 et 9,27 dont elle est presque constante pour les autres caractères dont il y a un
chevauchement remarquable de ressemblances d’expression des caractères entre les
échantillons

- L’analyse de l’indice de diversité (H’) des feuilles, fruits et graines d’arganier désigne qu’il
n’y a pas une grande différence ce qui peut être expliqué par la source commune des graines
plantées (Tindouf) selon les informations collecté d’après le questionnaire.

- La comparaison entre les indices (H’) des régions entre eux, les corrélations positive entre la
précipitation (Pré) avec tous les caractères quantitatifs étudiés sauf celle de la dimension des
feuilles montre une différence remarquable peut se traduire par les différences entre les zones
d’échantillonnage et surtout le climat de la région.

- L’arbre phylogénique des graines sépare les graines d’Oggaz en 2 groupes à cause du
changement climatique au cours des 3 années et même pour les arbres phylogéniques des
feuilles et fruits qui présentent 3 groupes dirigés par des 3 étages climatiques différents des
zones d’échantillonnage.

Alors ces résultats nous permettre d’expliquer la faible variabilité dans les enchantions
de Tindouf hamada par les effets de la domestication et le changement des conditions
climatiques et environnementales qui par foie conduits à l’expression des mutations et alors
l’augmentation de la variabilité. D’autre part l’étude de la corrélation entre les caractères
quantitatifs montre des corrélations qui aide à faciliter le choix des pieds d’arganier à améliorer
avant sa maturation telle que la longueur des feuilles (FLL) qui corrèlent positivement avec la
dimension et la longueur des graines (GD et GL) et aussi avec le poids des fruits (FP).

L’ensemble des résultats obtenus montre qu’il y a une possibilité très élever d’améliorer
et augmenter l’exploitation de l’arganeraie et la richesse bioclimatique d’Algérie encouragent
ce projet ainsi des recherches et études sur cette espèce.

50
Références bibliographiques
Références Bibliographiques

Alaoui K, 2009. L’arganier ou la richesse d’un patrimoine, Phytothérapie, 7(3), 150-156.


Alexandre S, 1985. La forêt circumméditerranéenne et ses problèmes, techniques agricole et
production méditerranéennes, G.P. Maisonneuve & Larose (Ed).
Amouroux J.M, 1978. Influence actuelle de la végétation sur trois substrats de la forêt d’Amine
(Vallé du Sous, Maroc). Thèse de Doctorat, Université Aix-Marseille III, Francia.
B.E.N.D.R, 2002. Etude de la préservation et de la valorisation de l’espèce cameline au niveau
de la wilaya de Tindouf, Phase 2. Analyse de la situation actuelle de l’élevage camelin, Rapport
provisoire. D.S.A. Tindouf.
Bamouh A, 2002. Bulletin réalisé à l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassen II, Programme
National de Transfert de Technologie en Agriculture (PNTTA). B.P:6446- Instituts, Rabat,
Maroc.
Bani Aameur F, 2002. Argania spinosa (.L) Skeels flowering phenology, Genetic Resources
and Crop Evolution, 49(1), 11-19.
Bani-Aameur F et Benlahbil S, 1999. Flowering and fruiting periods of argan (Argania spinosa
(L. Skeels)). Conférence on Plant Taxonomy, Lisbon 16-19 September 1999: 25.
Bani-Aameur F, 2000, Phenological phases of Argania spinosa (L. Skeels) flower. Forest
Genetics, 7(4), 333-338.
Bani-Aameur F, Ferradous A, Dupuis P, 1999. Typology of Argania spinosa (Sapotaceae)
fruits and stones. Forest Genetics 6 (1), 213-219.
Bani-Aameur F; Louali L et Dupuis P, 1998. Maturation et chute des fruits de l’arganier. Actes
inst. Agron.Vétér. Hassan II, 18, 136-144.
Battino, 1929. Recherches sur l’huile et sur quelques autres produits de l’arganier. Librairie le
Français, Paris.
Baumer M et Zeraïa L, 1999. La plus continentale des stations de l'arganier en Afrique du nord.
Revue Forestière Française, 51(3), 446-452.
Baumer M. et Zeraia L. 1999. La plus continentale des stations de l’arganier en Afrique du
nord, Rev. For. Fr. LI- 3 : 446-452.
Bellefontaine R, Ferradous A, Alifriqui M, Monteuuis O. 2010. Multiplication végétative de
l’arganier Argania spinosa, au Maroc : le projet John Goelet. Bois et Forêts de Tropique, 304(2),
47-59.
Benaouf Z, 2009. Essais de germination : Etude physiologique et comportementale des plantules
d’arganier (Argania spinosa (L.) Skeels) soumis à un stress hydrique dans l'étage semi-aride
Ouest Algérien. Mémoire de magistère. Faculté des sciences biologiques. Université des sciences
et de la technologie Houari Boumediene, Bab Ezzouar, Alger..
Benchekroun F et Buttoud G., 1989. L’arganeraie dans l’économie rurale du sud-ouest
marocain. Forêt méditerranéenne, T(XI), n° 2 : 127-136.
Benkheira A, 2009. L’arganeraie algérienne. Bulletin d’information, conservation de la
biodiversité et gestion durable des ressources naturelles, publication du projet ALG/ G35.

50
Références Bibliographiques

Benlahbil S, Bani-Aameur F, 1999a. La pollinisation de l'arganier est surtout entomophile. In :


F. Bani-Aameur (éd.). Colloque international sur les ressources végétales : L'arganier et les
plantes des zones arides et semi-arides. Faculté des Sciences d'Agadir 23-25 avril 1998: 119-120.
Benlahbil S, Bani-Aameur F, 1999b. Réceptivité du stigmate de la fleur d'arganier. In : F. Bani-
Aameur (éd.). Colloque international sur les ressources végétales : L'arganier et les plantes des
zones arides et semi-arides. Faculté des Sciences d'Agadir 23-25 avril 1998 : 117-118.
Benmahioul B, Hamiani M, Belaroug I, Zerhouni S, 2006. Inductions morphogénétiques en
culture 'in vitro' de l'arganier : Argania spinosa I. Journal Algérien des Régions Arides, n°5 - juin
2006. 1112-3273.
Boudy P, 1950. Economie forestière nord-africaine (Monographies et traitements des essences
forestières), Tome II (1), Larose (Ed.). : 382-416.
Boudy P, 1952. Guide forestier en Afrique de Nord, Edition Maison Rustique (Paris).
Boughanem K, 1998. Contribution à la biosystématique de l’arganier de Tindouf (Argania
spinosa L. Skeels) à travers l’étude des caractéristiques des graines et des amandes. Mémoire
d’Ingénieur d’état en Agronomie, Institue d’Agronomie. Université de Tizi Ouzou.
Boukhobza M et Pichon P, 1988. L’Arganier, ressource économique et médicinales pour le
Maroc. Phytothérapie 27:21-26.
Challot, 1949. L’arganier. Revue de bois.
Charrouf Z, Pioch. D. 2009. "Valorisation du fruit d'arganier, huile d'argan: qualité,
diversification", PROJET UE/MEDA/ADS.
Charrouf M, 1984. Contribution a l’étude chimique de l’huile d’Argania spinosa (L.)
(Sapotaceae). Thèse Doctorat en sciences Ph., Université de Perpignan.
Charrouf Z et Guillaume D, 2007. « Huile d’argan une production devenue adulte », Les
technologies de laboratoire, N°6, sept-oct. 2007.
Charrouf Z, 1995. Valorisation des feuilles d’arganier, In: colloque international la forêt face à
la désertification, cas de l'arganeraie d'Agadir (Maroc) 26-29 Octobre 1995.
Chaussod Z et Nouaim, 1994. Avantages et inconvénients des différents modes de
multiplication de l’arganier. In : « arbre et développement » Deuxièmes Journées de l’arbre,
Univ. Caddi Ayyad Marrakech, 14-15/04/94, 148-150.
Chimi H, 1988. Préservation de la qualité de l’huile d’argan par les composés phénoliques. In :
Journées d’étude sur l’arganier. Essaouira (Maroc). 23-24 juin 1988.
Collier A et Lemaire B, 1974. Carotenoids of argan oil. Cah Nutr Die, 9: 300-301.
DGF (Direction Générale des Forêts), 2013. Diagnostic écologique de l’arganeraie de Tindouf et
proposition de classement en aire protégée, diagnostic écologique, phase III,
Dupin, 1949, Argan survivor tertiary flora, providence of southern Morocco, crops and livestock,
28p.
Ehrig F.R, 1974. Die arganie charakter, okologie und wirtschaftliche bedeuntung eines
tertiarreliktes in Morokko. Ptermanns geographistche Mitteilungen, 118 (2), 117-125.
El Fakhar N, Charrouf Z, Coddeville B, Leroy Y, Michalski JC, Guillaume D. 2007. New
triterpenoids saponins from Argania spinosa. Journal of Nat. Med., 61(4):375-380.

51
Références Bibliographiques

Emberger L, 1925. The natural domain of the argan tree. Bull. Soc. Overview on the vegetation
of Morocco. Bot. Fr., 72, 770-74.
Emberger L, 1955. Une Classification Biogéographique des Climats. Rec. trau. lab. bot. geol.
ZOO~F.a c. SC. Montpellier, Série Bot., n°7. 3-43.
Errouati A, 2005. Problématique de la régénération assistée et des reboisements à base
d’Argania spinosa dans la région du massif forestier d’Amsitten (Province d’Essaouira).
Mémoire de 3ème Cycle, ENFI, Salé, Maroc.
Espinosa, J.G, Briceno E.X,. 2008. Canker and twig dieback of Blueberry caused by
Pestalotiopsis spp. and Truncatella sp. in Chile. Plant Dis. 92 (10), 1407-1414.
Faouzi H, 2006. L’arganier, caractéristiques botaniques et phénologie. Espaces Marocains,
Mars-avril. 1-11.
Farines M, Soulier J, Charrouf M, Soulier R, 1984. Etude de l'huile des graines d'Argania
spinosa (L), Sapotaceae. II-sterols, alcools triterpeniques et methylsterols de l'huile d'argan.
Revue francaise des corps gras, 31(11), 443-448.
Fellat Zarrouk 1987, Etude de la pulpe du fruit de l’arganier (Argania spinosa L. Skeels) du
Maroc. Matière grasse et latex. Acts Inst. Agro. Vét. Rabat.
Ferradous A, 1 995. Diversité génétique de quelques caractères morphologiques du fruit et du
noyau de l'arganier (Argania spinosa (L) Skeels). Thèse de Diplôme des études supérieures de 3e
cycle (DES), faculté des Sciences, université Ibn Zohr. Agadir.
Ferradous A, 1996. Climat stationnel, phénologie et fructification de l'arganier (Argania spinosa
L. Skeels), Actes de l'Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, 17, 51-60.
Ferradous A, Bani-Aameur F et Dupuis P, 1997. Diversité génétique du fruit et de la graine de
l'arganier. P. 310-324 In Ressources phytogénétiques et développement durable, Birouk A. &
Rajdali M. (Eds.). Actes Editions, Rabat, 372p.
Ferradous A, Bani-Aameur F, Dupuis P. 2010. Climat stationnel, phénologie et fructification
de l'arganier (Argania spinosa L. Skeels). Revue Marocaine des Sciences Agronomiques et
Vétérinaires, 17(1), 51-60.
Ferradous A, Bani-Aameur F, Dupuis P, 1997. Diversité génétique du fruit et de la graine de
l’arganier. Dans Birouk A., Rejdali M. (éd.). Actes du séminaire sur les ressources
phytogénétiques et le développement durable organisé à Rabat par le Comité national des
ressources phytogénétiques. Rabat, Maroc, Actes Éditions, 319-324.
Gentil L, 1906. Dans le Bled Es-Siba .Exploration au Maroc. Masson Ed. (Paris). 341-354.
Hopkins W.G, 2003. Physiologie végétale. 2éme édition. De Boeck, Bruscelles:476p.
JIANG Y. et LIU S., 1993. Some problems About conservation research of regional
biodiversity, Journal of Natural Resource. N° 8 (4). Pp : 289-298.
Kechairi R et Abdoun F, 2016. État des lieux cartographiques de l’arganier Argania spinosa
(L.) Skeels (Sapotaceae) en Afrique Nord-Occidentale (Algérie et Sahara Occidental).
International Journal of Environmental Studies, 73(2), 286-293.
Kechairi R et Lakhdari I, 2002. Contribution à l'étude de l'Arganier (Argania spinosa L.
Skeels). Mémoire d'ingénieur d'état en Biologie. Institut de Biologie. Université Mustapha
Stambouli de Mascara, 44p.

52
Références Bibliographiques

Kechairi R, 2009. Contribution à l’étude écologique de l’Arganier Argania spinosa (L.) Skeels,
dans la région de Tindouf (Algérie). Mémoire de Magister, Université des sciences et de la
technologie Houari Boumediene, USTHB, Bab Ezzouar, Alger.
M’hirit O, 1989. L’arganier; une espèce fruitière forestière à usage multiple. Formation
forestière continue, thème « l’arganier».station de recherche forestières, Rabat .13-17 Mars. Pp :
31-58.
M’hirit O, El Yousfi S M, Benzyane M, Benchekroun F et Bendaanoun M, 1998. L’arganier:
une espèce fruitière forestière à usage multiple. Mardaga (Ed.). 145p.
Mahjourat K, Jabbar Y, Araneda L, Zeinalabedini M, Hafidi A et Martínez-Gómez P,
2007. South African Journal of Botany, 73, 661–663.
Majourhat K, Jabbar Y, Hafidi A et Martínez G.P, 2008. Molecular characterization and
genetic relationships among most common identified morphotypes of critically endangered rare
Moroccan species Argania spinosa (Sapotaceae) using RAPD and SSR markers. Annals of
Forest Sciences, 65, 790-795.
Mazih A et Debouzie D, 1996. Infestation rate of argan fruit (Argania spinosa) by the
Mediterranean fruit fly (Ceratitis capitata) in relation to phenology and maturation of the fruit.
Entomologia Experimentalis et Applicata 81, 31-38.
Mazih A, 1992. Recherche sur l'écologie de la mouche méditerranéenne des fruits, Ceratitis
capitata (Diptera : Tephritidae), dans l'arganeraie de la plaine du Souss (Maroc). Thèse doctorat
d'Etat ès-Sciences Agronomiques, IAV Hassan II, 159 p.
Mazih A, 1992. Recherches sur l’écologie de la mouche méditerranéenne du fruit Ceratitis
capitata Wiedemann (Diptera, Tephritidae), dans l’arganeraie de la plaine du Souss (Maroc).
Doctorat, Ibn Zehor, Agadir.
Mhirit O et Blerot P. 1999. Le grand livre de la forêt Marocaine. Wavre, Belgique Mardaga
(Ed.).
M'hirit O., Benzyane M., Benchakroune F., El Yousfi S.M et Bendaanoun M. ,1998.
L'arganier une espèce fruitière- forestière à usage multiple.Margada, (Sprimont) Belgique, 150p.
Mokhtari M, 2002. Production rapide de plants d’arganier Aptes à la transplantation.
Laboratoire d’écophysiologie végétale; Institut agronomique et vétérinaire Hassan II. Agadir.
Bull. d’information et de liaison du PNTTA, n° 95. 1-3.
Monier Y, 1965. Les problèmes actuels de l’arganeraie marocaine. Revue Forestière Française,
17, 750-767.
Nouaim R et Chaussod R. ,1993. L’arganier (Argania spinosa (L) Skeels). Le flamboyant
bulletin de liaison des membres du réseau arbres tropicaux n° 27. Septembre1993, 50-64.
Nouaim R, 1994. Biologie de l'arganier: Exemple de programme scientifique à vocation
appliquée. Laboratoire "Agroforesterie" Faculté des Sciences, Université Ibnou Zohr, Agadir,
Maroc,
Nouaim R, Mangin G, Mussillon P et Chaussod R, 1995. Multiplication de l'Arganier
(Argania spinosa L. Skeel) par semis de graines, bouturage et culture in-vitro, soumis à Annales
des Sciences Forestières, 15-24.

53
Références Bibliographiques

Nouaim R, Piltier. J.P, El Aboudi A, Schnabel C et Chaussod R, 1991. L’arganier: Essai de


connaissances sur cet arbre. In: Physiologie des arbres et des arbustes en zones arides et semi-
arides, Groupe d’étude de l’arbre Paris, 389-403.
Oueld Safi M, 2013, caractérisation et état sanitaire de l’arganeraie de Tindouf, Thèse de
Magister, dép. Sci. Agronomie et des forets, SNV/STU. Univ. de Tlemcen.
Oueld Safi M, Kechairi R et Benmahioul B, 2015. Situation sanitaire de l’arganeraie de
Tindouf (Algérie) : Rôle des termites et champignons associé. Dossier spécial : "Innovation en
forêt méditerranéenne", Forêt Méditerranéenne, 36, 311-318.
Oukarroum A, 1999. Contribution à l'étude de la productivité de l'arganier (Argania spinosa (L.)
Skeels) dans trois environnements différents. Mémoire de Desa Sciences de l'eau et de
l'environnement : Milieu marin et continental. Faculté des Sciences, Univ. Ibn Zohr. Agadir 49 p.
Peltier J.P, 1976. La végétation du Haut Souss (de la cuvette d’Aouzioua au jbel N’Bougzoul).
Bull. Inst. sci. (Rabat), 1, 119-145.
Peltier J.P, 1977. La végétation du massif du Kerdous (Anti Atlas occidental). Bull. Inst. Sci.
(Rabat), 2, 5-32.
Peltier J.P, 1982. Climax de végétation dans le bassin versant de l’Oued Souss (Maroc). Feddes
Repertorium Band 95 Heft 1-2 , Seite 89-96.
Peltier J.P, 1983. Les Séries de l’arganeraie steppique dans le Sous (Maroc). Ecologia
mediterranea, vol. 9, n° 1, 77-88.
Prisco J.T et O'leary J.W, 1970. Osmotic and toxic effects of salinity on germination of
Phaseo/us vulgaris L. seeds. Turriabfa, 20, 174-184.
Prisco J.T; Filho J.E. et Filho G.E, 1981. Effect of NaCI salinity on cotyledon starch
mobilization during germination of Vigna unguiculata Walp. Seed, Rev. Brazil Bot., 4, 63-71.
Quezel P, 2000. Réflexion sur l’évolution de la flore et de la végétation au Maghreb
méditerranéen. Univ. D’Aix-Marseille III. Paris. Ibis Press. 117p.
Radi N, 2003. L’Arganier arbre du sud-ouest marocain, en péril à protéger. Thèse de Doctorat en
pharmacie, université de Nantes, faculté de pharmacie.
Rahmani M, 1989. Contribution à la croissance de l’huile d’argan. Mémoire Doctorat, 3ème
cycle. Institue agronomique et vétérinaire, Rabat.
Rungs C, 1950. Sur l'extension spontanée au Maroc du Rhyzobius (Lindorus) lophanthaeBlaisd.
(Coleoptera: Coccinellidae). Bulletin de la Société Entomologique de France, 55(1), 9–11.
Rungs C.H, 1950. Descriptions et notes critiques. - Bulletin de la Société des Sciences naturelles
du Maroc, 33,142–166
Sahki A, Rabéa-Sahki B, 2004. Le Hoggar. Promenade Botanique, Alger, 1-279.
Spaak J.P, 1969. Aspects forestiers de la province d 'Agadir, Bulletin des Ingénieurs Forestiers
du Maroc, n° 1.
Stewart, R.W, 1968: Radiative terms in the thermal conduction equation for planetary
atmospheres. J. Atmos. Sci., 25, 744-749,
Twf, 2015. International Union For The Protection of New Varieties of Plants Geneva Technical
Working Party For Fruit Crops Forty-Sixth Session Mpumalanga, South Africa.

54
Références Bibliographiques

Zahidi A, 1997. Phénologie, typologie et variabilité génétique des caractères de la ramification et


de la foliation de l’arganier (Argania spinosa (L.) Skeels).D.E.S. Université Ibnou Zohr, Agadir.
Zahidi A, Bani-Aameur F, El Mousadik, 2014. Morphological Variability in Argan Seedlings
(Argania Spinosa (L.) Skeels) and Its Implications for Selecting Superior Planting Material in
Arid Environments. International Journal of Agriculture and Forestry. 4(6), 419-434.
Zahidi, 1994. Variabilité du Rameau et de la feuille de l’arganier. Thèse de CEA
Environnement. Faculté des sciences, Université Ibnou Zohr Agadir.
Ziani C, 2013. Caractérisation sanitaire et sylvicole d’un jeune peuplement artificiel de
chêneliège en vue d’une utilisation durable de son liège : cas de la forêt de M’sila. Mémoire de
Magistère en Foresterie, Université de Tlemcen.
Zitan A, 1989. Eléments de réflexion sur l’agroforesterie au Maroc, In: La forêt marocaine,
droit, économie, écologie. Acte des journées d’étude SOMADE, 15-16 Avril 1988, Casablanca.
Afrique Orient, 49-75.

55
Annexes
Annexes
Annexe 1.
Tableau 1. Principaux insectes ravageurs des peuplements à Argania spinosa (Rungs, 1950 ;
M’hirite et al, 1998 ; Oueld Safi, 2013).
Insecte ravageur Dégâts engendrés.
Le criet : Schitocera gregaria Forsk. Dégradation de jeunes pousses.
Sinoxylon ceratoniae L. Xylophage dégradant le bois coupé.
Xylomedes coronata Mars. Xylophage dégradant les troncs fraichement
coupé.
Pinechora fasciatata Steph. Xylophage dégradant le bois mort.
Bolivarta oculata Esc. Xylophage dégradant les différents types de bois.
La mouche des fruits d’Arganier S’attaque aux fruits.
Les cochenilles. Dégradation du feuillage.
Le criquet pèlerin (Schistocera -Un déflateur potentiel.
gregaria).
Les acariens. -Entraînent des dommages très graves sur le
feuillage de l’arganier.
Les termites. -La rupture et la dégradation du tronc
La cochenille blanche. -Les dégâts ont été constatés surtout sur les fruits
de l’arganier (les parties charnues)

56
Annexes

Annexe 2.
Tableau 1. Quelques techniques de multiplication de l’arganier (Benaouf, 2009).
Technique Informations
Par semis -La méthode la plus utilisée (annexe 2, figure 1) avec
un pouvoir germinatif des graines vari suivant les
arbres et les dates de récoltes.
-Il faut laisser tremper les graines 48h dans l'eau puis
les semer en les recouvrant à peine de terre ou de
tourbe, maintenir chaleur et humidité pendant un mois
(Nouaim, 1994).
Par marcottage Pour le marcottage (annexe 2, figure2) de l'arganier,
beaucoup de questions restent posées sur le pourquoi
de ce dessèchement rapide des marcottes incisées
complètement.
-Le Marcottage n'exige ni serres, ni nébulisation, ni
substrat spécial, mais le problème de dessèchement
rapide des marcottes mérite des recherches efficaces à
fin de parvenir à l'enracinement d'un grand
pourcentage de marcottes (sont longues et solides)
(Bamouh, 2002).
Par bouturage -La disposition de matériel végétal jeune ou rajeuni
(annexe 2, figure 3) et le placer dans des conditions
d'hygrométrie et de température élevées (humidité
supérieure à 70% et température aux alentours de
30°C) sont nécessaires pour maintenir les boutures
vivantes jusqu'à l'émission des racines (Bamouh,
2002).
Par greffage -Il est beaucoup mieux à cause de sa faisabilité pour
conserver les clones sélectionnés et de garder les
avantages du semis.

57
Annexes
- Les portes greffes peuvent être soit un sujet adulte,
soit un sujet issu de semis (de 6 à 8 mois), mis dans un
conteneur ou sachet (Bamouh, 2002).

Figure 1. L’élevage des plants en pépinière de Tindouf (Beladjemi, 2016).

Figure 2. Essai de multiplication par marcottage (Stidia) Mostaganem (Beladjemi, 2016).

Figure 3. Aspect des boutures herbacées (A) et vitro-plant (B) d’arganier utilisés lors du travail
(Ziani, 2013).

58
Annexes
Annexe 3.

Figure1. Le questionnaire utilisé durant les sorties sur terrain.

59
Annexes
Annexe 4.

Figure 1. Les fruits, graines et feuilles de Tindouf.

Figure 2. Les fruits et les feuilles de Bechar.

60
Annexes

Figure 3. Les fruits et les feuilles d’Adrar

Figure 4. Les fruits et les feuilles de Mostaganem

61
régions.
Annexe 5.

Bechar 2 Bechar 1
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 classe FLD
13 5 4 11 12 3 n FLD
29 29 30 30 30 30 N FLD
0,45 0,17 0,13 0,37 0,40 0,10 Pi FLD
-0,80 -1,76 -2,01 -1,00 -0,92 -2,30 lnpi FLD
-0,36 -0,30 -0,27 -0,37 -0,37 -0,23 pi*lnpi FLD
1,28 1,23 H FLD
2,92 2,92 Hmax FLD
0,44 0,42 H' FLD
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 classe FLL
2 0 17 13 0 0 n FLL
29 29 30 30 30 30 N FLL
0,07 0,00 0,57 0,43 0,00 0,00 Pi FLL
-2,67 -0,57 -0,84 lnpi FLL
-0,18 -0,32 -0,36 pi*lnpi FLL
0,88 0,68 H FLL
2,75 2,75 Hmax FLL
Tableau 1. Les classes et les indice de diversité des caractères mesuré des feuilles selon les
Annexes

62
Bechar 5 Bechar 4
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
0 0 24 4 2 0 4 7
30 30 30 30 30 30 29 29
0,00 0,00 0,80 0,13 0,07 0,00 0,14 0,24
-0,22 -2,01 -2,71 -1,98 -1,42
-0,18 -0,27 -0,18 -0,27 -0,34
0,00 0,63
2,92 2,92
0,00 0,22
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
0 0 30 0 0 0 11 16
30 30 30 30 30 30 29 29
0,00 0,00 1,00 0,00 0,00 0,00 0,38 0,55
0,00 -0,97 -0,59
0,00 -0,37 -0,33
0,50 0,00
2,75 2,75
Annexes

63
INRA 2 INRA 1
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
1 0 22 8 0 0 30 0
30 30 30 30 30 30 30 30
0,03 0,00 0,73 0,27 0,00 0,00 1,00 0,00
-3,40 -0,31 -1,32 0,00
-0,11 -0,23 -0,35 0,00
0,81 0,58
2,92 2,92
0,28 0,20
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
18 10 1 16 13 0 24 6
30 30 24 24 24 24 30 30
0,60 0,33 0,04 0,67 0,54 0,00 0,80 0,20
-0,51 -1,10 -3,18 -0,41 -0,61 -0,22 -1,61
-0,31 -0,37 -0,13 -0,27 -0,33 -0,18 -0,32
0,85 0,73
2,75 2,75
Annexes

64
ITMA 2 ITMA 1
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
4 0 3 18 9 0 16 13
30 30 30 30 30 30 30 30
0,13 0,00 0,10 0,60 0,30 0,00 0,53 0,43
-2,01 -2,30 -0,51 -1,20 -0,63 -0,84
-0,27 -0,23 -0,31 -0,36 -0,34 -0,36
0,95 0,90
2,92 2,92
0,33 0,31
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
8 1 0 0 10 20 0 2
30 30 30 30 30 30 30 30
0,27 0,03 0,00 0,00 0,33 0,67 0,00 0,07
-1,32 -3,40 -1,10 -0,41 -2,71
-0,35 -0,11 -0,37 -0,27 -0,18
0,94 0,64
2,75 2,75
Annexes

65
Stidia Mostaganem 2 Stidia Mostaganem 1
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
10 20 22 6 1 1 9 17
30 30 30 30 30 30 30 30
0,33 0,67 0,73 0,20 0,03 0,03 0,30 0,57
-1,10 -0,41 -0,31 -1,61 -3,40 -3,40 -1,20 -0,57
-0,37 -0,27 -0,23 -0,32 -0,11 -0,11 -0,36 -0,32
0,64 0,66
2,92 2,92
0,22 0,23
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
1 0 16 12 1 1 2 19
30 30 30 30 30 30 30 30
0,03 0,00 0,53 0,40 0,03 0,03 0,07 0,63
-3,40 -0,63 -0,92 -3,40 -3,40 -2,71 -0,46
-0,11 -0,34 -0,37 -0,11 -0,11 -0,18 -0,29
0,79 0,93
2,75 2,75
Annexes

66
Stidia Mostaganem 4 Stidia Mostaganem 3
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
13 16 4 16 9 1 0 0
30 30 30 30 30 30 30 30
0,43 0,53 0,13 0,53 0,30 0,03 0,00 0,00
-0,84 -0,63 -2,01 -0,63 -1,20 -3,40
-0,36 -0,34 -0,27 -0,34 -0,36 -0,11
0,81 1,08
2,92 2,92
0,28 0,37
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
11 0 16 11 2 1 18 11
30 30 30 30 30 30 30 30
0,37 0,00 0,53 0,37 0,07 0,03 0,60 0,37
-1,00 -0,63 -1,00 -2,71 -3,40 -0,51 -1,00
-0,37 -0,34 -0,37 -0,18 -0,11 -0,31 -0,37
0,79 1,00
2,75 2,75
Annexes

67
Oued Bouyadhine Stidia Mostaganem 5
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
7 19 2 3 3 22 0 1
30 30 30 30 30 30 30 30
0,23 0,63 0,07 0,10 0,10 0,73 0,00 0,03
-1,46 -0,46 -2,71 -2,30 -2,30 -0,31 -3,40
-0,34 -0,29 -0,18 -0,23 -0,23 -0,23 -0,11
1,01 0,64
2,92 2,92
0,35 0,22
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
0 0 0 9 19 2 1 18
30 30 30 30 30 30 30 30
0,00 0,00 0,00 0,30 0,63 0,07 0,03 0,60
-1,20 -0,46 -2,71 -3,40 -0,51
-0,36 -0,29 -0,18 -0,11 -0,31
0,00 0,83
2,75 2,75
Annexes

68
Oued El Ma 1 Oggaz 2016
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
6 2 7 15 7 1 1 4
30 30 30 30 30 30 30 30
0,20 0,07 0,23 0,50 0,23 0,03 0,03 0,13
-1,61 -2,71 -1,46 -0,69 -1,46 -3,40 -3,40 -2,01
-0,32 -0,18 -0,34 -0,35 -0,34 -0,11 -0,11 -0,27
1,24 1,14
2,92 2,92
0,42 0,39
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
14 16 21 8 1 0 30 0
30 30 30 30 30 30 30 30
0,47 0,53 0,70 0,27 0,03 0,00 1,00 0,00
-0,76 -0,63 -0,36 -1,32 -3,40 0,00
-0,36 -0,34 -0,25 -0,35 -0,11 0,00
0,69 0,72
2,75 2,75
Annexes

69
Oued El Ma 3 Oued El Ma 2
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
22 8 1 15 12 2 12 10
30 30 30 30 30 30 30 30
0,73 0,27 0,03 0,50 0,40 0,07 0,40 0,33
-0,31 -1,32 -3,40 -0,69 -0,92 -2,71 -0,92 -1,10
-0,23 -0,35 -0,11 -0,35 -0,37 -0,18 -0,37 -0,37
0,58 1,01
2,92 2,92
0,20 0,35
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
3 26 4 13 12 1 0 0
30 30 30 30 30 30 30 30
0,10 0,87 0,13 0,43 0,40 0,03 0,00 0,00
-2,30 -0,14 -2,01 -0,84 -0,92 -3,40
-0,23 -0,12 -0,27 -0,36 -0,37 -0,11
0,47 1,11
2,75 2,75
Annexes

70
Pépinière Tindouf 1 Oued El Ma 4
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
13 8 0 0 4 26 0 0
30 30 30 30 30 30 30 30
0,43 0,27 0,00 0,00 0,13 0,87 0,00 0,00
-0,84 -1,32 -2,01 -0,14
-0,36 -0,35 -0,27 -0,12
1,18 0,39
2,92 2,92
0,40 0,13
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
13 15 0 0 0 30 0 1
30 30 30 30 30 30 30 30
0,43 0,50 0,00 0,00 0,00 1,00 0,00 0,03
-0,84 -0,69 0,00 -3,40
-0,36 -0,35 0,00 -0,11
0,89 0,00
2,75 2,75
Annexes

71
Oggaz 2014 Pépinière Tindouf 2
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
6 12 11 1 1 8
30 30 30 30 30 30
0,20 0,40 0,37 0,03 0,03 0,27
-1,61 -0,92 -1,00 -3,40 -3,40 -1,32
-0,32 -0,37 -0,37 -0,11 -0,11 -0,35
1,17
2,92
0,40
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
7 7 13 3 0 2
30 30 30 30 30 30
0,23 0,23 0,43 0,10 0,00 0,07
-1,46 -1,46 -0,84 -2,30 -2,71
-0,34 -0,34 -0,36 -0,23 -0,18
1,27
2,75
Annexes

72
Alger Oggaz inconnu
0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600 0,6000:0,7800 0,2800:0,6000 0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
7 23
30 30
0,23 0,77
-1,46 -0,27
-0,34 -0,20
0,54
2,92
0,19
2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610 2,190:2,910 0,650:2,190 3,610:6,980 2,910:3,610
19 8
30 30
0,63 0,27
-0,46 -1,32
-0,29 -0,35
0,87
2,75
Annexes

73
0,9600:2,6800 0,7800:0,9600
0 0
30 30
0,00 0,00

3,610:6,980 2,910:3,610
0 3
30 30
0,00 0,10
-2,30
-0,23
Annexes

74
Annexes
Annexe 6.

Tableau 1. Les corrélations entre les variables étudiées des feuilles, graines et fruits d’arganier.

R² F pr
GP-FL 0,88 0,00
GD-FD 0,35 0,00
GD-FL 0,65 0,00
GD-FP 0,70 0,00
GP-FD 0,37 0,00
GP-FL 0,83 0,00
GP-FP 0,87 0,00
GL-FD 0,29 0,00
GP-GD 0,80 0,00
GP-GL 0,92 0,00
GL-FP 0,88 0,00
FLD-GD 0,14 0,14
FLD-GL 0,26 0,01
FLD-GP 0,21 0,03
FLD-FL 0,00 0,98
FLD-FP -0,02 0,68
FLL-FLD 0,01 0,72
FLL-FD 0,40 0,00
FLL-FL 0,46 0,00
FLL-FP 0,46 0,00
FLL-GD 0,32 0,00
FLL-GL 0,70 0,00
FLL-GP 0,54 0,00
FP-FD 0,74 0,00
FL-FD 0,56 0,00
FP-FL 0,86 0,00

75
Annexes

Figure 1. ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différents caractères étudiés
des feuilles.

Figure 2. ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différents caractères étudiés
des fruits.

Figure 3. ACP des accessions de d’arganier selon les moyennes des différents caractères étudiés
des graines.
76
:‫ملخص‬

‫ فواكه و بذور شجره االركان و التي تم انجازها بعد فتره جمع المعلومات في‬،‫دراسه العالقه بين مختلف القياسات التي اخذت من اوراق‬
‫ كان الهدف من هذه الدراسه تحديد االنواع‬.‫ تندوف‬،‫ ادرار‬،‫ بشار‬،‫ الجزائر العاصمه‬،‫ مستغانم‬،‫ معسكر‬:‫الميدان في مختلف واليات الوطن‬
)‫حسب االختالفات المرفومتريه بين العينات المأخوذه حيث سمحت ايضا بوضع نظريه حول مدى التنوع في شجره االركان في الجزائر‬
،‫ الفواكه‬،‫ و عينات من نفس المجموعه يمتاز بأشكال و احجام مختلفه لألوراق‬،‫ عينتين من نفس المجموعه يمتازان بنسبه نمو مختلفه‬:‫مثال‬
‫ في حين ان دراسه العالقه بين نسبه تفعيل ظهور القياس‬.‫و البذور( حيث ان دراسه جينيه مستقبليه ستقام من أجل تأكيد هذه الدراسه‬
‫ هذا‬،‫المدروس و التنوع المالحظ بين العينات يؤكد الدور المهم للمحيط في الغنى الكبير و التنوع المالحظ في شجره االركان في الجزائر‬
.‫ما يشجع عمليه التشجير و الرفع من استغالل هذه الشجره‬
.‫ الجزائر‬،‫ ثروة التنوع‬،‫ قياسات‬،‫ اركان‬:‫الكلمات المفتاحيه‬

Résumé

L’étude de la différence morphologique des graines, fruits et feuilles de l’arganier Argania spinosa (L.)
Skeels a été réalisée après une période de collecte de données sur terrain à travers les différentes wilayas :
Mascara, Mostaganem, Alger, Béchar, Adrar, Tindouf. L’objectif étant une identification variétale de la
différence biométrique entre les échantillons. Les mesures morphométrie sont permis d’établir une
hypothèse sur la richesse variétale de l’arganier en Algérie, (par exemple : 2 individus de la même
population en un taux de croissance très diffèrent, et d’autres individus de la même région ont une forme et
diamètre des feuilles très différents, etc.). Cependant, une analyse de la génétique des feuilles et des fruits
aura été effectuée pour soutenir notre étude de la diversité biométrique de l’espèce en Algérie. Cependant
l’étude de la relation entre le taux d’expression des caractères étudiés et la diversité observée entre les
échantillons confirme que l’environnement joue un rôle très important dans la richesse variétale de
l’arganier en Algérie, ce qui encourage la plantation de cette espèce dans les régions arides et semi-arides.
Mots-clés : Arganier, morphométrie, richesse variétale, Algérie.

Summary

The study of the morphological difference of seeds, fruits and sheets of the argan Argania spinosa (L.)
Skeels was carried out after one period of data collection on ground through different the wilaya: Mascara,
Mostaganem, Algiers, Bechar, Adrar, and Tindouf. The objective being a varietal identification of the
biometric difference between the samples. Morphometric measurements are allowed to establish an
assumption on the varietal wealth of the argan in Algeria, (for example: 2 individuals of the same population
in a growth rate very differ, and other individuals of the same area have a form and diameter of the sheets
very different, etc). However, an analysis of the genetics of the sheets and fruits will have been carried out
to support our study of the biometric diversity of the species in Algeria. However the study of the relation
between the rate of expression of the studied characters and the diversity observed between the samples
confirms that the environment plays a very important part in the varietal wealth of the Argan tree in Algeria,
Which encourages the planting of this species in arid and semi-arid regions.

Keywords: Argan, morphometric, varietal wealth, Algeria.