Vous êtes sur la page 1sur 43

Le Canada surpasse ses Daoust perd la confiance Télévision Le paradoxe de

objectifs à Rio Pages C 4 et C 5 de Couillard et part Page A 3 la surabondance Page E 1


◆ www.ledevoir.com ◆

VO L . C V I I No 1 8 8 LE DEVOIR, LES SAMEDI 20 ET DIMANCHE 21 AOÛT 2016 2 , 8 3 S| + TA X E S = 3 , 2 5 S|

À la loterie Les écoles


des enfants font de bons
en difficulté incubateurs
Les services offerts
varient énormément à radicaux
dans le réseau scolaire Entre 20 et 30 jeunes
Des enfants qui ont de graves retards. Un réseau
scolaire submergé de demandes. Des parents ré-
Québécois ont été
clamant des ser vices à hauts cris… Incursion manipulés par des agents
dans le parcours scolaire déroutant des enfants
handicapés ou en difficulté d’apprentissage.
de radicalisation
MARCO FOR TIER
ISABELLE POR TER
à Québec
L es écoles du Québec représentent un ter-
reau fertile pour la radicalisation d’élèves

L e garçon de Brigitte Dubé cumule les pro-


blèmes : spectre de l’autisme de type Asper-
ger, trouble d’opposition, déficit de l’attention…
en quête de sens. Entre 20 et 30 jeunes Québé-
cois bien éduqués et issus de la classe
moyenne ou supérieure, dont la moitié est des
« Ce sont des enfants qu’on ne sait pas où mettre femmes, se sont rendus en Syrie pour combat-
parce qu’ils ne sont pas dans une case précise. Il tre avec le groupe armé État islamique.
a besoin de plus d’une heure de service par jour La majorité de ces jeunes, et un nombre impor-
mais, en même temps, c’est un enfant intelligent. tant d’autres ayant cherché à se rendre en Syrie,
Il n’a pas de retard d’apprentissage. » ont été manipulés par des « agents de radicalisa-
Après deux semaines en première année, ça tion», qui profitent de la quête identitaire des étu-
dérape. Les problèmes de comportement du diants pour les amener à prôner la violence.
petit sont trop lourds. « Ils étaient complètement De tels agents extérieurs de radicalisation, qui
dépassés. Tu te fais dire qu’ils n’ont plus de classe agissent «le plus souvent aux frontières de la léga-
pour lui », raconte-t-elle en parlant d’une « année lité », ont été à l’œuvre au Collège de Maison-
d’enfer ». Il faudra sept mois avant qu’on lui pro- neuve entre 2013 et 2015, révèle un rapport du
pose quelque chose. Centre de prévention de la radicalisation menant
Finalement, on le place dans une classe spé- à la violence (CPRMV). Cette étude détaillée dé-
ciale TSA (pour les autistes), mais Mme Dubé doit crit les circonstances ayant mené 11 étudiants du
livrer d’autres batailles pour son cadet, qui a un collège à se rendre en Syrie ou à tenter de s’y
déficit de l’attention (TDAH). L’an dernier, dans la rendre pour mener la « guerre sainte » contre le
foulée du mouvement «Je protège mon école pu- régime du dictateur Bachar al-Assad.
blique», elle a créé la Coalition des parents d’en- Les chercheurs du Centre de prévention de
fants à besoins par ticuliers avec deux autres la radicalisation ont examiné le cas du Collège
mères. «On était actives dans des forums portant de Maisonneuve, mais leurs conclusions valent
sur l’autisme depuis quelques années et on voyait pour toutes les maisons d’enseignement du
que ça empirait. C’était de plus en plus fréquent Québec selon eux. Ils affirment que d’autres
que des parents manquent de services à leur école.» établissements sont aux prises avec des élèves
radicalisés, sans vouloir les nommer.
VOIR PAGE A 8 : LOTERIE « La radicalisation en milieu scolaire, c’est un
enjeu au Québec», dit Benjamin Ducol, responsa-
ble de la recherche au CPRMV. La radicalisation,
Notre dossier › c’est d’abord dans les écoles que ça se passe, ex-
plique-t-il. «Il y a très peu de cas d’autoradicalisa-
Les parents à rude école. Obtenir des tion. Ça prend toujours une influence extérieure
services reste un combat quotidien. [pour mener à l’islam radical].»

La maternelle 4 ans, bénéfique? JACQUES NADEAU LE DEVOIR Genèse d’une radicalisation


Pages A 4 et A 5 Maude Marsan, 11 ans, souf fre d’un TDAH, qui nuit à sa concentration. Au Québec, un écolier sur Les experts du CPRMV indiquent que le Col-
cinq entre dans la catégorie des enfants à besoins spécifiques. lège de Maisonneuve a pris les mesures qui s’im-
posent pour ramener la paix sociale entre ses
murs. La direction a cependant échoué durant
deux ans à calmer des tensions qui ont éclaté en-
L IEUX DE POUVOIR tre un groupe d’étudiants radicalisés, influencés
par un ou des prédicateurs, et le reste de la com-
munauté du collège, révèle le rapport.
Le premier ministre, un sans domicile fixe à Québec Le document ne mentionne nulle part le nom
du prédicateur Adil Charkaoui, qui a eu accès à
des locaux au collège avant que l’établissement
mette fin à l’entente, au cours des derniers mois.
Seul Parizeau habitera une véritable résidence officielle… qui lui était prêtée
VOIR PA GE A 8 : RADICAUX
De la « soucoupe volante » du « bunker » jusqu’au
lac à l’Épaule, en passant par l’« aquarium », Le Lire aussi › Le cauchemar des jeunes djiha-
Devoir a parcouru quelques-uns des lieux de distes. Ceux qui reviennent de Syrie font face
à des obstacles de taille. Page A 2
pouvoir où le Québec moderne a été construit.
Quatrième de six textes.

DAVE NOËL
MARCO BÉLAIR-CIRINO

A
vril 1970. Le Parti libéral du Qué-
bec rempor te les deux tiers des
sièges à l’élection générale après
avoir promis « 100 000 jobs » aux
Québécois. L’Union nationale de Plaisirs › Pluie d’étoiles sur
Jean-Jacques Ber trand plie l’échine. Rober t
Bourassa est désormais l’homme politique le un Lyon touristique aux accents
plus puissant du Québec. gastronomiques. Page D 1
L’économiste de 36 ans ne reçoit pas en guise
de récompense la clé d’une résidence officielle.
Avis légaux.................. A 6
M. Bourassa loue plutôt une chambre à 9dollars
Météo............................ C 6
à l’Hôtel Victoria dans le Vieux-Québec. Il y
Décès............................ C 7
passe la nuit, parfois après avoir siroté un verre
Mots croisés............... B 6
RENAUD PHILIPPE LE DEVOIR de gin-soda à la discothèque La Licorne. Petites annonces ...... C 7
Jacques Parizeau réunissait ses conseillers et ses principaux ministres dans la salle à manger de
Sudoku......................... B 6
l’Élysette. Le propriétaire actuel a conser vé la table en acajou, le tapis et les lustres en cristal. VOIR PA GE A 8 : POUVOIR
A 2 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

ACTUALITÉS
Mike Ward porte
sa condamnation Le cauchemar des jeunes djihadistes Ce qu’ils ont dit…
Denis Coderre « On ne peut
en appel Ceux qui veulent revenir de Syrie font face à des obstacles de taille pas juste prendre des actions
du côté de Montréal, ou

A fin que l’autocensure ne


gagne pas la partie au Qué-
MARCO FOR TIER juste du côté du Québec. La
meilleure façon d’assurer

Ward a déposé une procédure P un lavage de cer veau, la


bec, dit-il, l’humoriste Mike our les jeunes qui ont subi que l’on puisse combattre la
radicalisation, c’est la straté-
en Cour d’appel pour tenter de guerre sainte en Syrie devient gie du “vivre-ensemble”. […]
faire annuler le jugement qui le « la seule option possible ». Ils Pour moi, une stratégie na-
condamne à payer 42 000 $ s’engagent dans ce qui de- tionale contre la radicalisa-
pour la façon dont il a parlé sur viendra presque à coup sûr tion au Canada passe par la
scène du jeune Jérémy Gabriel. un cauchemar pour eux et création de centres comme
L’homme a été condamné le leurs proches. celui de Montréal. On pour-
mois dernier par le Tribunal Il est relativement simple de rait en avoir comme celui-là
des droits de la personne à se rendre en Syrie. Le plus dans toutes les grandes villes
payer la somme de 35 000 $ à compliqué est d’en revenir vi- au Canada. »
Jérémy Gabriel à titre de dom- vant. Et même ceux qui réus- Le collège de Maisonneuve
mages moraux et punitifs, et sissent à revenir traînent un « Le rapport témoigne de la
7000 $ à sa mère. fardeau pour le reste de leur complexité du phénomène.
Il a été déterminé que Ward vie : ils seront sans doute […] Il s’agit d’un outil qui
avait porté atteinte au droit à considérés comme une me- s’ajoute aux nombreuses ini-
l’égalité du jeune homme en nace à la sécurité nationale. La tiatives du collège déjà dé-
tenant des propos discrimina- plupar t souf frent aussi de ployées afin de prévenir toute
toires fondés sur son handi- stress post-traumatique. forme de radicalisation. »
cap, qui ont porté atteinte à sa « Il est en souffrance là-bas et La Fédération nationale
dignité, notamment lors d’un manifeste le désir de rentrer. des enseignantes et ensei-
spectacle présenté à 230 re- Mais la société lui of fre deux gnants du Québec (FNEEQ)
prises de 2010 à 2013. perspectives : soit d’être traité de « Le système d’éducation a
Selon le juge Scott Hughes, traître par Daesch et se faire subi de nombreuses compres-
du Tribunal des droits de la tuer, ou c’est la prison qui l’at- sions budgétaires dans les
personne, le litige mettait en tend au Québec. Je ne pense pas dernières années, et c’est le
opposition deux droits fonda- qu’elle soit là, la solution », dit nombre d’intervenants dans
mentaux : la liberté d’expres- le parent d’un jeune par ti en JACQUES NADEAU LE DEVOIR les collèges qui en a souffert.
sion et le droit d’être protégé Syrie, dans le rapport du Cen- Le responsable de la recherche au CPRMV, Benjamin Ducol, et le directeur général du centre, On est pour que les profes-
contre des propos discrimina- tre de prévention de la radica- Herman Deparice-Okomba, en conférence de presse, vendredi à Montréal seurs jouent un plus grand
toires. Or, le Tribunal a conclu lisation menant à la violence. rôle dans la prévention de la
que le second droit devait pré- Selon les témoignages re- manque d’eau potable, Centre de prévention. Par à Internet ou à un téléphone radicalisation, mais ç’a aussi
valoir dans cette affaire. cueillis par les chercheurs du pénurie de médicaments. contre, la condamnation des indi- intelligent, mais il faut aller ses limites. Il faut plus de pro-
Dans la procédure qui vient Centre de prévention, il n’est Pas facile de revenir au Qué- vidus radicalisés ne peut consti- plus loin en aidant les gens ra- fessionnels pour de meilleurs
d’être déposée, obtenue par La pas rare que les jeunes partis bec. Ils risquent de se faire ar- tuer une fin en soi pour une so- dicalisés à revenir sur le droit services aux étudiants. »
Presse canadienne, il est indi- en Syrie ou en Irak vivent une rêter ou exécuter pour « déser- ciété: de fait, toute condamnation chemin, fait valoir le rapport. Frédéric Dejean, chercheur
qué que : « Sans l’intervention grande désillusion une fois là- tion » par leur groupe armé en n’a d’utilité que si elle est accom- Les études récentes confir- au collège de Maisonneuve
de la Cour d’appel, le jugement bas. Plusieurs éprouvent des Syrie. Leurs passepor ts sont pagnée de mesures de réadapta- ment que les gens qui renon- « C’est un rapport très inté-
entraînera nécessairement une remords envers leur famille et souvent confisqués. S’ils réus- tion et de réinsertion sociale.» cent à l’extrémisme violent ressant, on a accès pour la
autocensure chez ceux qui par- leurs amis. sissent à fuir, ils risquent de se Le Centre de prévention in- courent statistiquement moins première fois aux témoi-
ticipent au débat public. » La « réalité br utale de la faire capturer par les forces terpelle les ministères de la Jus- de risques de récidiver que les gnages de Québécois qui sont
L’humoriste avait déjà fait guerre » les rattrape. Ils ressen- kurdes ou d’autres groupes sy- tice du Québec et du Canada contrevenants habituels, selon partis. Si on a vécu une si-
savoir qu’il avait l’intention de tent du « dégoût devant les exac- riens qui les enfermeront, les pour qu’ils élaborent un cadre le rapport. tuation critique au collège de
le contester en appel. À ce mo- tions commises par les groupes tortureront ou les tueront. juridique permettant aux juges Il faut aussi of frir du sou- Maisonneuve il y a deux ans,
ment, Jérémy Gabriel s’était armés sur place, notamment de proposer la prise en charge tien aux pr oches, dont le tout le monde a poussé à la
dit « déçu, mais pas surpris » de contre des populations civiles ». Revenir sur la bonne voie psychosociale des individus ou père et la mère des jeunes roue pour trouver des solu-
cette intention. Ils ont peur. Peur des bombar- « Ces jeunes ont fait un choix de leurs proches dans des si- radicalisés : « Les parents sont tions. Maintenant, les choses
La demande sera présentée dements, peur que le groupe délibéré et, s’ils rentrent au Ca- tuations liées au terrorisme. des victimes » dans de tels sont retombées en place. »
en Cour d’appel le 12 octobre. État islamique subisse une dé- nada, il nous paraît normal Des mesures existent déjà, cas, indique le Centre.
faite militaire. Les conditions qu’ils assument leurs responsa- comme le bracelet électro- Boris Proulx
La Presse canadienne de vie sont infernales : bilités, indique le rappor t du nique ou l’interdiction d’accès Le Devoir
L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 A 3

ACTUALITES
Secte baptiste : le DPJ Le ministre Jacques Daoust démissionne
de Québec s’explique en maintenant son innocence
ISABELLE POR TER scolaire, qui s’inquiétait de l’ab-
à Québec sence d’un jeune de 15 ans à BORIS PROULX
l’école. «On devait alors mesurer

B lâmée par la Commission


des droits de la personne,
le DPJ Québec dit avoir tout
l’impact sur sa vie du fait qu’il ne
fréquentait pas l’école régulière,
mais le garçon était très perfor-
JTransports
acques Daoust quitte son
siège de ministr e des
du Québec, vingt-
fait pour venir en aide aux en- mant à l’école. Donc, on n’avait quatre heures après la révé-
fants maltraités par le pasteur pas de raison de croire que sa si- lation de courriels dans les-
baptiste Claude Guillot. Il re- tuation était compromise.» quels son ex-directeur de ca-
connaît toutefois être mal ou- Le DPJ, insiste-t-elle, igno- binet, Pier re Ouellet, avait
tillé pour intervenir dans le mi- rait que les enfants étaient vio- autorisé d’un simple « OK » la
lieu des sectes. lentés. Ce n’est qu’après un vente des actions d’Investis-
Dans un rapport d’enquête, nouveau signalement, en 2014, sement Québec (IQ) du quin-
la Commission des droits de la que l’un des jeunes, alors âgé caillier Rona à la multinatio-
personne reproche au DPJ de 16 ans, a tout raconté. nale Lowe’s.
d’avoir « lésé les droits » d’un À la suite de ce témoignage, Ce dépar t laisse toutefois
groupe d’enfants parce qu’il le DPJ a porté le dossier devant une question sans réponse, qui
n’avait pas agi de façon adé- le Tribunal de la jeunesse, qui a fait fulminer l’opposition : qui, à
quate pour les protéger. ordonné le retrait des jeunes Québec, était derrière l’appro-
Les cinq enfants avaient été de la maison. En décembre, bation de cette transaction,
confiés par leurs parents au Claude Guillot a été arrêté. d’une valeur de 11 millions
pasteur Claude Guillot de Il a été accusé de voies de de dollars ?
l’église baptiste de Québec-Est fait, de voies de fait avec lé- Dans une déclaration trans-
pour qu’il leur enseigne les sions et de séquestrations. Les mise vendredi après-midi,
préceptes du groupe et sa dis- agressions remontaient à 1983 M. Daoust maintient qu’il n’a
cipline. Pendant des années, et ont touché des enfants âgés rien à se reprocher. « Je tiens
ils ont vécu dans l’isolement le de 4 à 15 ans. dans un premier temps à réité-
plus total dans son sous-sol, si- Aucun membre du personnel rer qu’en tout moment, j’ai tou-
tué à Shannon. En 2015, le du DPJ n’a été blâmé dans cette jours dit la vérité, et mes décla-
DPJ a découvert qu’il les avait affaire. « Tous les intervenants rations dans le dossier de la
violentés, voire torturés. qui ont travaillé dans ces situa- vente des actions de Rona ont
Le pasteur avait notamment tions-là sont des intervenants che- été rigoureusement exactes »,
obligé un jeune à faire « 800 re- vronnés. […] Ça a toujours été écrit-il.
dressements up-and-down au des intervenants de grande expé- « Je n’avais pas été informé
cours d’une seule journée, sans rience qui ont tenté de percer le de l’intention des administra-
boire ni manger ». Un enfant mystère de ce milieu-là», assure teurs de vendre la par ticipa-
aurait aussi dû passer près de Mme Jobin. Elle assure que les tion d’Investissement Québec
41 jours debout face à un mur, erreurs dans les façons de faire dans Rona, je n’ai pas donné
selon des documents du Tri- relevées par la Commission ont d’autorisation à celle-ci et je
bunal de la jeunesse obtenus «déjà» été corrigées. n’avais pas à le faire en rai-
par La Presse l’an dernier. son des règles en vigueur chez JACQUES BOISSINOT LA PRESSE CANADIENNE
Or, le DPJ avait reçu des si- La ministre interpellée Investissement Québec. » Enlisé dans une controverse, le ministre Jacques Daoust a choisi de quitter la vie politique.
gnalements dans ce dossier Par ailleurs, au DPJ comme M. Daoust quitte ses fonc-
dès 2004. Selon la Commission à la Commission des droits de tions de ministre et de député un rappor t rendu public en tière d’économie, d’énergie lard en sait déjà plus qu’il ne le
des droits de la personne, les la personne, on fait valoir que de Verdun, mettant ainsi un juin. « Les membres du conseil et de ressources naturelles, dit. Il ne bernera personne s’il
évaluations dans ce dossier à les inter venants sont mal for- terme à sa carrière politique. d’administration d’IQ ne Alain Therrien. tente de faire de Jacques
cette époque étaient d’une « du- més pour inter venir dans le Plus tôt vendredi, le premier considéraient pas avoir toute Le Par ti québécois accuse Daoust le seul bouc émissaire »,
rée indue » et certaines alléga- milieu des sectes. ministre du Québec, Philippe la latitude pour autoriser la carrément le premier ministre écrit Manon Massé.
tions n’ont jamais été évaluées. La Commission a d’ailleurs Couillard, avait mis en doute vente sans avoir consulté le d’avoir été au courant de la Tous les partis d’opposition
Elle reproche au DPJ d’avoir pressé la ministre responsable sa confiance envers son minis- gouvernement », écrit-elle. transaction controversée. « La ont de hautes attentes à l’égard
fermé le dossier en 2006 « sans de la protection de la jeunesse, tre en indiquant que « des ques- C’est ce qui pourrait expli- commande d’acquérir des ac- de la commission parlemen-
se prononcer à savoir si la sécu- Lucie Charlebois, de «concevoir tions sérieuses » avaient été dé- quer la série de courriels, révé- tions de Rona venait, au dé- taire qui va avoir lieu jeudi,
rité ou le développement des en- un guide des meilleures pratiques posées et qu’elles devaient être lée par TVA, dans laquelle le par t, de la première ministre avec pour mandat d’« étudier
fants étaient compromis ». cliniques » pour inter venir en éclaircies « très rapidement ». vice-président d’Investissement [Pauline Marois]. La com- le processus ayant mené à la
milieu sectaire et de s’assurer Québec demande au cabinet de mande de s’en départir devait, vente des actions de Rona par
Incapables de récolter qu’il soit largement diffusé. Le gouvernement M. Daoust si la vente des ac- aussi, provenir d’en haut », Investissement Québec. »
des preuves Vendredi, la ministre a fait consulté tions de Rona est acceptée par analyse-t-il, ajoutant que son Y seront entendus les ex-
En entrevue, la directrice savoir que le ministère de la Michel Nadeau, directeur le gouvernement. par ti se serait ingéré dans la p.-d.g. d’Investissement Qué-
du DPJ Québec, Dominique Santé et ses par tenair es général de l’Institut sur la « Pourrais-tu nous confirmer décision d’Investissement bec Mario Albert et Yves La-
Jobin, explique que les inter- « planchaient déjà » là-dessus. gouver nance (IGOPP), ex- par retour de courriel que le Québec pour un « investisse- france, les ex-présidents de
venants avaient tenté sans Un tel guide pourra-t-il vrai- plique que le conseil d’admi- MEIE [ministère de l’Écono- ment stratégique », tel Rona. son conseil d’administration
succès d’inter venir en 2004. ment empêcher que ce genre nistration d’Investissement mie, de l’Innovation et des Ex- Le leader parlementaire de Jean-Claude Scraire et Louis
Le pasteur collaborait et leur d’échec se reproduise? Mme Jo- Québec n’est ef fectivement portations] est en accord avec la Coalition avenir Québec Roquet, en plus de la vérifica-
permettait d’interroger les en- bin répond que ça «favoriserait pas contraint par la loi de de- cette vente », contient le mes- (CAQ), François Bonnardel, trice générale du Québec,
fants en son absence, mais les l’uniformisation des pratiques». mander l’accord du gouver- sage daté de novembre 2014 croit aussi que Philippe Couil- Guylaine Leclerc.
enfants ne disaient rien. Elle ajoute qu’il n’y a pas beau- nement pour procéder à de et destiné à l’ex-directeur du lar d était au courant de la Samedi, Philippe Couillard
« Quand le DPJ arrive dans coup de situations sectaires au telles transactions. cabinet du ministre Daoust, vente des actions de la com- procédera « à des ajustements à
des milieux comme les sectes, Québec et que les rares cas sont De plus, « durant tout Pierre Ouellet. pagnie québécoise. « Il y a à la composition du Conseil des
les enfants sont conditionnés à survenus à Montréal et dans les 2014, Investissement Québec Jacques Daoust a toujours peine deux ans, Raymond Ba- ministres », en matinée.
percevoir le DPJ comme des Laurentides plutôt qu’à Québec. a vendu petit à petit beaucoup démenti cette version des faits chand avait utilisé la Caisse de Joint par Le Devoir, le cabi-
personnes méchantes. […] Ils « Ça peut nous donner une d’actions de Rona », met-il en et maintient sa position même dépôt pour empêcher le départ net du premier ministre a re-
ont des réponses formatées à méthodologie. » « Je ne vous dis perspective. Par contr e, il après son départ. L’opposition, de Rona. En deux ans, qu’est- fusé de commenter le départ
l’avance par les personnes en pas qu’on va faire de grands semble qu’au moment de elle, croit que même le pre- ce qui a changé ? » demande-t- du ministre Daoust.
autorité. » Les parents qui miracles et percer tous les mys- vendre ce qui restait des ac- mier ministre était au courant. il. La CAQ aurait, elle, « tout
avaient confié l’éducation de tères. […] Mais au moins, si on tions du quincaillier, IQ ait fait pour sauver le siège social Avec La Presse canadienne
leurs jeunes au pasteur évan- est capables d’être dans les senti le besoin de consulter Couillard doit s’expliquer, québécois », soutient-il. Le Devoir
gélique étaient « tout aussi mé- bonnes pratiques qui reposent le ministre de l’Économie, selon l’opposition Québec solidaire lie égale-
fiants », ajoute-t-elle. sur des recherches, je pense que alors Jacques Daoust. C’est « M. Daoust avait fait beau- ment la décision aux hautes Lire aussi › La responsabilité.
En 2013, le DPJ intervient en- ça va être gagnant. » du moins ce qu’a soutenu la coup d’erreurs. Il a été toléré sphères du pouvoir québé- L’éditorial d’Antoine Robitaille.
core à la suite d’un nouveau si- vérificatrice générale du Qué- longtemps », tranche le porte- cois. « Je crois que M. Couil- Page B 4
gnalement de la commission Le Devoir bec, Guylaine Leclerc, dans parole de l’opposition en ma-

Congédié?

Voyez
François Gendron
avocat
LL.L., M.A., Ph.D.

Vieux Montréal 514-845-5545

OBTENEZ
et
20 % de rabais sur TOUS
nos abat-jour 40% de rabais sur TOUS
nos pieds de lampes
Présentez ce coupon au moment de l’achat. Excluant les commandes.
Aucun ajustement de prix sur les commandes ou achats antérieurs.
Valide du 20 août au 30 novembre 2016.

• Plus de 5,000 abat-jour en magasin.


• Le plus grand choix au Canada.
• Service de recouvrement sur mesure.
• Apportez votre pied de lampe pour un ajustement parfait.

Montréal : 4875, Jean-Talon Ouest · (514) 344-8555 · 1 (866) 747-8555


Laval : 2267, boul. Le Corbusier · (450) 682-8280
www.abatjourillimites.ca
A 4 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 A 5

LES ALEAS DE LA RENTREE


La maternelle 4 ans sous la loupe
Les enfants bénéficient d’une scolarité précoce à condition que la qualité
soit au rendez-vous
AMÉLIE DAOUST-BOISVER T scientifique pourrait aider les parents — et
le gouvernement — à décider si la mater-

Q uand Théo a fait son entrée à la ma- nelle 4 ans est utile.
ternelle 4 ans, les adultes ne le com- Certaines réponses devraient émerger au
prenaient pas lorsqu’il parlait. Même cours de la prochaine année, alors que les
s’il avait un implant cochléaire, Théo, qui est professeures à la Faculté des sciences de
né sourd, favorisait les signes. l’éducation de l’UQAM Christa Japel et
« À la fin de l’année, il avait fait beaucoup France Capuano termineront d’analyser le
de progrès à l’oral. Ç’a fait toute la dif fé- résultat de centaines d’heures d’observation
rence. » Sa maman, Dominique, n’a jamais re- dans des classes de maternelle 4 ans.
gretté le choix de l’envoyer à l’école aussi Elles ont suivi l’évolution de 300 enfants qui
tôt. Aujourd’hui, le garçon de dix ans est à la ont fait leur entrée en maternelle 4 ans, à
veille d’entrer en cinquième année et il inté- temps plein ou à temps partiel, en septem-
grera pour la première fois une classe ordi- bre 2013. Enseignants et parents ont répondu
naire dans son école de quartier. à des questions sur le développement des en-
Théo fréquentait pour tant un excellent fants en début et en fin d’année, et encore
centre de la petite enfance, où il l’année suivante, pendant la mater-
était intégré à un groupe d’en- Deux nelle. Les enfants étaient issus de
fants sourds bénéficiant d’un milieux tant urbains que ruraux ou
soutien par ticulier. « Mais on chercheuses de la banlieue.
nous suggérait fortement de l’en- Les chercheuses et des spé-
voyer à la maternelle 4 ans », ra- privilégient cialistes se sont aussi déplacés
conte sa mère. C’était même dans les écoles, où ils ont ob-
une « opération séduction », se le développement ser vé les enseignantes à l’œu-
souvient-elle. « On nous a fait de l’école hâtive vre pour évaluer la qualité des
visiter deux écoles, on nous a milieux, comme cela a déjà été
montré les super-services qu’on y en milieu fait dans des centres de la petite
aurait. C’était comme un salon enfance.
de l’auto ! » défavorisé, « On veut savoir ce qu’est une
Théo a finalement été intégré à maternelle 4 ans de qualité », ex-
un groupe de maternelle 4 ans
plutôt que son plique Christa Japel. Le dévelop-
ISTOCK dans une petite classe spéciale élargissement pement des enfants au début de
La rentrée, généralement associée à une fébrilité, est plutôt synonyme d’angoisse pour des parents d’enfants en dif ficulté. de huit élèves, à l’école Saint-En- la première année sera comparé
fant-Jésus de Montréal. « L’ensei- à tous les enfants à celui d’enfants qui sont allés à la
gnante était spécialisée. Les ser- maternelle 5 ans seulement.
vices en orthophonie se donnaient à l’école. « Ce ne sont pas des places qu’on doit créer,

Les parents à rude école


On n’avait plus à se déplacer, ç’a beaucoup mais de la qualité, martèle France Capuano.
facilité notre vie et l’évolution de Théo, C’est là que l’impact en milieu défavorisé
constate Dominique. J’ai vu tous les enfants pourrait être le plus grand. »
de la classe cheminer ! »
Sa cadette, qui ne présente pas de handi- Les dangers d’un développement
cap, a ensuite fréquenté la maternelle 4 ans irréfléchi
ordinaire offerte aussi à leur école de quar- Deux dangers guettent un développement
tier, dans Rosemont. « C’est là que j’ai vu irréfléchi de la maternelle 4 ans, selon les
Un combat quotidien pour des services aux enfants ayant des besoins particuliers aussi la différence que ça pouvait faire pour chercheuses. « Il y a le danger d’enseigner de
des enfants issus de milieux défavorisés ou qui manière formelle et structurée, car on est
ont des besoins par ticuliers, relate Domi- dans une culture scolaire, et c’est démontré

1 sur 5
JESSICA NADEAU

« J’ai entendu des témoignages déchirants, des professeurs


nique. J’ai vraiment eu le sentiment que ça que ça mène à des problèmes de compor te-
donnait à tout le monde un meilleur départ ment, relate Mme Capuano. Ensuite, on peut

A
u Québec, un enfant sur cinq at- dans la vie. » avoir seulement du jeu, mais du jeu sans qua-
territ dans la vaste catégorie des lité éducative. Ce qu’on cherche, c’est un équi-
enfants ayant des besoins parti- qui sont désespérés parce qu’ils voudraient aider tous les élèves, Des parents à convaincre libre, et ça veut dire des interventions par le
culiers. Pour les parents de ces Il n’en demeure pas moins que l’idée d’en- jeu, mais aussi du jeu libre. »
ceux en difficulté autant que les autres, mais qui n’y arrivent pas
»
Au Québec, un enfant sur cinq petits, la rentrée, généralement voyer leur enfant aussi tôt à l’école fait hési- Les deux chercheuses déplorent que l’an-
atterrit dans la vaste catégorie associée à une fébrilité, est plutôt ter d’autres parents. C’est notamment le cas nonce d’investissements en mater nelle
des élèves qui ont des besoins synonyme d’angoisse. Est-ce que parce que les classes sont trop débalancées de Lisa-Marie, dont le petit Julien, qua - 4 ans ait été faite dans un contexte de com-
spécifiques. leurs enfants vont recevoir tous les services aux- tre ans, présente un retard de langage. Le pressions dans les centres de la petite en-
quels ils ont droit ? Au bout de cette question lanci- Gérald Boutin, professeur au Département d’éducation de l’UQAM, qui vient de publier un rapport diagnostic est incertain pour l’instant. Au- fance. « Les deux options sont complémen-
nante, l’incertitude plane. sur l’intégration scolaire des élèves en difficulté pour le compte de la Fédération autonome tisme ou simple immaturité ? Seul le temps taires pour rejoindre tous les enfants. J’ai été
Ces jeunes handicapés ou en difficulté d’adapta- de l’enseignement le dira. En attendant, il a la possibilité d’en- attristée que les deux visions s’affrontent », re-
tion ou d’apprentissage (HDAA, voir encadré) sont trer en maternelle 4 ans dans une classe du late Mme Capuano. « On veut attirer en ma-
souvent trimballés d’une classe et même d’une programme TEACCH (Treatment and Edu- ternelle 4 ans des enfants vulnérables qui ne
école à l’autre. D’autres sont intégrés dans des cation of Autistic and Related Communica- sont pas allés en service de garde », ajoute
groupes ordinaires sans que les services spéciali- nées 1980, des recherches ont démontré que ces selon M. Royer. Il faut également intervenir le plus tion Handicapped Children), of fer t à la Mme Japel.
sés dont ils ont besoin les suivent. Des professeurs classes ne représentaient pas la solution idéale tôt possible, par la maternelle 4 ans et le suivi des Commission scolaire de Montréal (CSDM). C’est pourquoi elles privilégient le déve-
dépassés par l’ampleur du défi ont l’impression pour tous. Depuis, dans un souci d’intégration, on jeunes lecteurs en première année. Mais, à moins de deux semaines de la ren- loppement de la maternelle 4 ans en milieu

84 %
Au primaire, en 2014-2015,
d’abandonner certains élèves.
«Pour les parents d’un enfant en difficulté, c’est une
guerre quotidienne qui reprend chaque rentrée sco-
laire, soupire Corinne Payne, présidente de la Fédé-
ration des comités de parents du Québec. Ils se de-
transfère de plus en plus d’enfants en dif ficulté
dans les classes ordinaires. Et le mouvement d’in-
tégration s’est encore accéléré ces dernières an-
nées en raison des compressions.
Au primaire, en 2014-2015, c’est près de 84 % des
« La majorité des jeunes vont bien suivre le par-
cours, mais très rapidement on va en voir qui ont de
la difficulté. Il faut intervenir tout de suite, devenir
quasiment obsessif par rapport à nos lecteurs débu-
tants. Si vous ne savez pas lire à la fin de la 3e an-
trée, la commission scolaire est incapable de défavorisé, plutôt que son élargissement à
dire à la mère quelle école pourrait l’accueillir. tous les enfants.
« La commission scolaire dit qu’elle va re- Dans tout cela, n’oublions pas l’interven-
garder où elle va ouvrir les classes. Mais il est tion au sein même des familles, tient à rap-
minuit moins une ! » s’inquiétait la maman peler Julie Myre-Bisaillon. La professeure
PHOTO FOURNIE
Quand Théo (ici avec sa petite sœur Ève) a fait son entrée à la maternelle 4 ans, les adultes ne le
comprenaient pas lorsqu’il parlait. Même s’il avait un implant cochléaire, Théo favorisait les signes. « À
la fin de l’année, il avait fait beaucoup de progrès à l’oral. Ç’a fait toute la dif férence. » Sa mère,
c’est le pourcentage d’enfants mandent si leur enfant va avoir les services néces- enfants HDAA qui étaient intégrés dans des née, votre probabilité d’obtenir un diplôme baisse de Julien mercredi, toujours en attente en études sur l’adaptation scolaire et sociale Dominique, n’a jamais regretté le choix de l’envoyer à l’école aussi tôt.
handicapés ou en difficulté saires à son développement, s’il y aura un suivi du classes ordinaires. aux environs de 20 %. C’est énorme. Il faut égale- d’une confirmation. à l’Université de Sherbrooke estime que
d’adaptation ou d’apprentis- plan d’intervention de l’année précédente; ils se ques- « On disait qu’il fallait les intégrer sous certaines ment miser sur les nouvelles technologies, un do- C’est qu’avec un autre enfant en garderie, c’est la variable oubliée dans ce débat. « On
sage qui étaient intégrés en tionnent sur la façon dont va se passer l’intégration. conditions. Mais ça, malheureusement, on l’a oublié maine dans lequel on est encore sous-développé au c’est toute l’organisation familiale qui pour- manque un peu notre coup avec l’interven-
classe ordinaire. « C’est encore plus vrai depuis ces dernières an-
nées, avec les compressions dans les services. Quand
on annonce des coupes de professionnels, on sait
qu’il y a de grands risques que notre enfant reçoive
en cours de route, remarque M. Boutin. On les a in-
tégrés de façon massive, certains parlent même d’in-
tégration sauvage. On a donc fermé beaucoup de
classes sans les remplacer par d’autres dispositifs qui
Québec », estime l’expert.
Son confrère Gérald Boutin estime qu’il faut
davantage de souplesse, des classes à mi-che-
min entre la classe ordinaire et la classe spé-
rait être bouleversée selon le lieu de scolari- tion précoce, chez les 0 à 5 ans, si on ne s’inté-
sation de Julien. Sa maman sent aussi resse pas à la famille. On se trompe si on
qu’elle n’en sait pas assez pour prendre une pense qu’on peut tout régler à la maternelle »,
décision. affirme-t-elle. « On manque un peu notre coup avec l’intervention précoce,
chez les 0 à 5 ans, si on ne s’intéresse pas à la famille. On se
»
moins de services. Et ça, c’est vraiment angoissant auraient été, par exemple, d’augmenter le nombre ciale qui permettent des transitions en cours de Combien y aurait-il d’enfants dans la À ce titre, les compressions qu’ont subies
pour les parents. » d’orthopédagogues et de psychologues scolaires. Dans cheminement scolaire, de même que des clas - classe ? Quels ser vices de soutien seraient les organismes communautaires, « des
Mauvaises surprises
ces conditions, les enseignants sont débordés. Cer- ses ressources qui permettent à l’enfant de sor- offerts ? « Je n’ai pas les outils pour décider. agents de première ligne auprès des familles », trompe si on pense qu’on peut tout régler à la maternelle .
tains se retrouvent avec près de la moitié de leur tir de sa classe ordinaire en journée pour aller Je suis dans le néant, déplore-t-elle. Surtout l’inquiètent.
À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), classe en dif ficulté. Ils sont seuls face à des pro- chercher de l’aide spécifique. Mais, sur tout, il que nos allées et venues entre le boulot et la « C’est la famille qui a le plus d’incidence sur Julie Myre-Bisaillon, professeure en études sur l’adaptation scolaire et sociale

45 %
C’est la proportion des jeunes
on a déjà annoncé que plusieurs classes spéciali-
sées seront déménagées dans d’autres écoles cet
automne en raison du manque d’espace. Et si le
pire a été évité en matière de compressions, grâce
au réinvestissement de 109 millions de dollars an-
blèmes très complexes pour lesquels ils ne sont pas
formés. Ça ne va plus du tout. »
La réforme pédagogique des années 2000
En parallèle à cette intégration massive, il faut
faut éviter de tomber dans le piège du « modèle
absolu », prévient-il.
« On a longtemps donné la Finlande comme mo-
dèle, mais on s’est rendu compte que c’était surfait.
On a toujours l’idée d’aller voir ailleurs ce qui se
garderie sont déjà complexes. C’est une déci- l’enfant, rappelle-t-elle. Ce serait donc assez
sion impor tante qui s’ajoute à notre quoti- terrible de ne pas faire d’elle un partenaire. »
dien déjà laborieux. »
Au-delà des anecdotes, la recherche Le Devoir
à l’Université de Sherbrooke

en difficulté qui obtiennent noncé au printemps dernier, on craint encore les aussi compter sur l’explosion du nombre d’élèves passe, mais c’est un risque et une perte de temps.
leur diplôme d’études secon- mauvaises surprises. HDAA. Aujourd’hui, c’est une réalité qui touche près S’inspirer de divers modèles et faire notre propre
daires en sept ans, comparé à « Chaque année, à la rentrée, c’est la même chose. de 20 % des enfants. « Le jour où on dit qu’un enfant substance, ce serait l’idéal. »
une moyenne de 78 % pour C’est là qu’on détecte les problèmes, toutes ces choses sur cinq ne réussit pas à atteindre les objectifs d’ap-
l’ensemble des jeunes qui devraient fonctionner sur papier mais qui ne prentissage liés à l’enseignement ordinaire, c’est on ne Le Devoir
du Québec. marchent pas dans la réalité. C’est là aussi qu’on voit peut plus préoccupant», affirme Égide Royer, profes-
l’effet du roulement de personnel, les spécialistes en- seur en adaptation scolaire à l’Université Laval. Pour la petite histoire
core là en juin mais qui n’y sont plus à cause du bud- Mais ce qui l’inquiète encore plus, c’est que seu-
get adopté pendant l’été. Des parents à qui on avait lement 45 % de ces jeunes obtiennent leur diplôme Les premières classes de maternelle
promis tel ou tel service apprennent que, finalement, d’études secondaires en sept ans, comparative- Les « EHDAA » 4 ans, à temps partiel, font leur appa-
ce ne sera pas possible. C’est triste, mais c’est souvent ment à une moyenne de 78 % pour l’ensemble des rition au Québec dans les années
ça. Et c’est l’enfant qui est pénalisé à la fin », déplore jeunes du Québec. Les « EHDAA », dans le langage du réseau sco- 1970. Puis, au tournant des années
Ève Kirlin, du comité de parents de la CSDM. Il s’inquiète des effets qu’a pu avoir la réforme laire, ce sont les « élèves handicapés ou en diffi- 2000, un moratoire est décrété, car
pédagogique des années 2000. « La recherche est culté d’adaptation ou d’apprentissage ». Dix Québec choisit de mettre l’accent
Intégration « sauvage » ? claire : l’idée d’y aller par la pédagogie de la décou- troubles et déficiences sont reconnus par le mi- sur le développement du réseau des
Il n’y a pas que les parents Il n’y a pas que les parents et les enfants en diffi- verte ou de projet, ça fonctionne pour la majorité nistère de l’Éducation. En 2012-2013, 19 % des centres de la petite enfance.
culté qui souffrent du manque de ressources. Les des jeunes, mais pas pour les élèves en dif ficulté. élèves possédaient un des codes associés à ces En 2013, le gouvernement du Parti
et les enfants en difficulté professeurs et les enfants dits sans besoins parti- Quand vous avez une difficulté en lecture, ça prend conditions, soit près de 189 000 jeunes. québécois donne l’aval à un projet-pi-
culiers écopent eux aussi, constate Gérald Boutin, une intervention, ça prend un enseignement expli- Élèves handicapés: l’expression regroupe tous lote de maternelle 4 ans à temps
qui souffrent du manque professeur au Dépar tement d’éducation de cite. Il faut que je vous montre que la lettre “a” va les handicaps physiques, intellectuels (comme plein en milieu défavorisé, dont
l’UQAM, qui vient de publier un rapport sur l’inté- avec le son “a” et que le “a” se trouve dans le mot les troubles envahissants du développement, l’école Saint-Zotique, dans le sud-
de ressources. Les gration scolaire des élèves en dif ficulté pour le “banane”. C’est pour ça que la réforme a planté avec qui comprennent l’autisme), visuels ou auditifs. ouest de Montréal, sera la pionnière.
professeurs et les enfants compte de la Fédération autonome de l’enseigne- les jeunes en difficulté. » En 2012-2013, 19 % des élèves HDAA étaient À la rentrée 2016, il y aura 100
ment (FAE). Selon lui, il faut changer d’approche : « Faire plus classés dans cette catégorie. classes de plus de maternelle 4 ans à
dits sans besoins « J’ai entendu des témoignages déchirants, des pro- de la même chose, ce n’est pas suffisant. […] Il faut Difficulté d’adaptation ou d’apprentissage: la ca- temps plein, pour un total de 186,
fesseurs qui sont désespérés parce qu’ils voudraient cesser d’improviser et appliquer les pratiques exem- tégorie concerne la majorité, soit près de 80 % toutes en milieu défavorisé.
spécifiques écopent aussi. aider tous les élèves, ceux en difficulté autant que les plaires, faire ce qui est prouvé qui fonctionne. » des EHDAA. Elle regroupe les jeunes présen-
autres, mais qui n’y arrivent pas parce que les tant des problèmes graves de comportement ou
classes sont trop débalancées. » Des solutions encore des difficultés d’apprentissage liées par
Lorsqu’il a commencé à étudier le phénomène, L’une des solutions passe par l’établissement exemple à la dyslexie.

ISTOCK
tous les enfants en dif ficulté étaient dans des d’un plancher minimal de services professionnels
classes spéciales, se rappelle l’expert. Dans les an- avec un ratio d’un professionnel pour 200 élèves,
A 4 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 A 5

LES ALEAS DE LA RENTREE


La maternelle 4 ans sous la loupe
Les enfants bénéficient d’une scolarité précoce à condition que la qualité
soit au rendez-vous
AMÉLIE DAOUST-BOISVER T scientifique pourrait aider les parents — et
le gouvernement — à décider si la mater-

Q uand Théo a fait son entrée à la ma- nelle 4 ans est utile.
ternelle 4 ans, les adultes ne le com- Certaines réponses devraient émerger au
prenaient pas lorsqu’il parlait. Même cours de la prochaine année, alors que les
s’il avait un implant cochléaire, Théo, qui est professeures à la Faculté des sciences de
né sourd, favorisait les signes. l’éducation de l’UQAM Christa Japel et
« À la fin de l’année, il avait fait beaucoup France Capuano termineront d’analyser le
de progrès à l’oral. Ç’a fait toute la dif fé- résultat de centaines d’heures d’observation
rence. » Sa maman, Dominique, n’a jamais re- dans des classes de maternelle 4 ans.
gretté le choix de l’envoyer à l’école aussi Elles ont suivi l’évolution de 300 enfants qui
tôt. Aujourd’hui, le garçon de dix ans est à la ont fait leur entrée en maternelle 4 ans, à
veille d’entrer en cinquième année et il inté- temps plein ou à temps partiel, en septem-
grera pour la première fois une classe ordi- bre 2013. Enseignants et parents ont répondu
naire dans son école de quartier. à des questions sur le développement des en-
Théo fréquentait pour tant un excellent fants en début et en fin d’année, et encore
centre de la petite enfance, où il l’année suivante, pendant la mater-
était intégré à un groupe d’en- Deux nelle. Les enfants étaient issus de
fants sourds bénéficiant d’un milieux tant urbains que ruraux ou
soutien par ticulier. « Mais on chercheuses de la banlieue.
nous suggérait fortement de l’en- Les chercheuses et des spé-
voyer à la maternelle 4 ans », ra- privilégient cialistes se sont aussi déplacés
conte sa mère. C’était même dans les écoles, où ils ont ob-
une « opération séduction », se le développement ser vé les enseignantes à l’œu-
souvient-elle. « On nous a fait de l’école hâtive vre pour évaluer la qualité des
visiter deux écoles, on nous a milieux, comme cela a déjà été
montré les super-services qu’on y en milieu fait dans des centres de la petite
aurait. C’était comme un salon enfance.
de l’auto ! » défavorisé, « On veut savoir ce qu’est une
Théo a finalement été intégré à maternelle 4 ans de qualité », ex-
un groupe de maternelle 4 ans
plutôt que son plique Christa Japel. Le dévelop-
ISTOCK dans une petite classe spéciale élargissement pement des enfants au début de
La rentrée, généralement associée à une fébrilité, est plutôt synonyme d’angoisse pour des parents d’enfants en dif ficulté. de huit élèves, à l’école Saint-En- la première année sera comparé
fant-Jésus de Montréal. « L’ensei- à tous les enfants à celui d’enfants qui sont allés à la
gnante était spécialisée. Les ser- maternelle 5 ans seulement.
vices en orthophonie se donnaient à l’école. « Ce ne sont pas des places qu’on doit créer,

Les parents à rude école


On n’avait plus à se déplacer, ç’a beaucoup mais de la qualité, martèle France Capuano.
facilité notre vie et l’évolution de Théo, C’est là que l’impact en milieu défavorisé
constate Dominique. J’ai vu tous les enfants pourrait être le plus grand. »
de la classe cheminer ! »
Sa cadette, qui ne présente pas de handi- Les dangers d’un développement
cap, a ensuite fréquenté la maternelle 4 ans irréfléchi
ordinaire offerte aussi à leur école de quar- Deux dangers guettent un développement
tier, dans Rosemont. « C’est là que j’ai vu irréfléchi de la maternelle 4 ans, selon les
Un combat quotidien pour des services aux enfants ayant des besoins particuliers aussi la différence que ça pouvait faire pour chercheuses. « Il y a le danger d’enseigner de
des enfants issus de milieux défavorisés ou qui manière formelle et structurée, car on est
ont des besoins par ticuliers, relate Domi- dans une culture scolaire, et c’est démontré

1 sur 5
JESSICA NADEAU

« J’ai entendu des témoignages déchirants, des professeurs


nique. J’ai vraiment eu le sentiment que ça que ça mène à des problèmes de compor te-
donnait à tout le monde un meilleur départ ment, relate Mme Capuano. Ensuite, on peut

A
u Québec, un enfant sur cinq at- dans la vie. » avoir seulement du jeu, mais du jeu sans qua-
territ dans la vaste catégorie des lité éducative. Ce qu’on cherche, c’est un équi-
enfants ayant des besoins parti- qui sont désespérés parce qu’ils voudraient aider tous les élèves, Des parents à convaincre libre, et ça veut dire des interventions par le
culiers. Pour les parents de ces Il n’en demeure pas moins que l’idée d’en- jeu, mais aussi du jeu libre. »
ceux en difficulté autant que les autres, mais qui n’y arrivent pas
»
Au Québec, un enfant sur cinq petits, la rentrée, généralement voyer leur enfant aussi tôt à l’école fait hési- Les deux chercheuses déplorent que l’an-
atterrit dans la vaste catégorie associée à une fébrilité, est plutôt ter d’autres parents. C’est notamment le cas nonce d’investissements en mater nelle
des élèves qui ont des besoins synonyme d’angoisse. Est-ce que parce que les classes sont trop débalancées de Lisa-Marie, dont le petit Julien, qua - 4 ans ait été faite dans un contexte de com-
spécifiques. leurs enfants vont recevoir tous les services aux- tre ans, présente un retard de langage. Le pressions dans les centres de la petite en-
quels ils ont droit ? Au bout de cette question lanci- Gérald Boutin, professeur au Département d’éducation de l’UQAM, qui vient de publier un rapport diagnostic est incertain pour l’instant. Au- fance. « Les deux options sont complémen-
nante, l’incertitude plane. sur l’intégration scolaire des élèves en difficulté pour le compte de la Fédération autonome tisme ou simple immaturité ? Seul le temps taires pour rejoindre tous les enfants. J’ai été
Ces jeunes handicapés ou en difficulté d’adapta- de l’enseignement le dira. En attendant, il a la possibilité d’en- attristée que les deux visions s’affrontent », re-
tion ou d’apprentissage (HDAA, voir encadré) sont trer en maternelle 4 ans dans une classe du late Mme Capuano. « On veut attirer en ma-
souvent trimballés d’une classe et même d’une programme TEACCH (Treatment and Edu- ternelle 4 ans des enfants vulnérables qui ne
école à l’autre. D’autres sont intégrés dans des cation of Autistic and Related Communica- sont pas allés en service de garde », ajoute
groupes ordinaires sans que les services spéciali- nées 1980, des recherches ont démontré que ces selon M. Royer. Il faut également intervenir le plus tion Handicapped Children), of fer t à la Mme Japel.
sés dont ils ont besoin les suivent. Des professeurs classes ne représentaient pas la solution idéale tôt possible, par la maternelle 4 ans et le suivi des Commission scolaire de Montréal (CSDM). C’est pourquoi elles privilégient le déve-
dépassés par l’ampleur du défi ont l’impression pour tous. Depuis, dans un souci d’intégration, on jeunes lecteurs en première année. Mais, à moins de deux semaines de la ren- loppement de la maternelle 4 ans en milieu

84 %
Au primaire, en 2014-2015,
d’abandonner certains élèves.
«Pour les parents d’un enfant en difficulté, c’est une
guerre quotidienne qui reprend chaque rentrée sco-
laire, soupire Corinne Payne, présidente de la Fédé-
ration des comités de parents du Québec. Ils se de-
transfère de plus en plus d’enfants en dif ficulté
dans les classes ordinaires. Et le mouvement d’in-
tégration s’est encore accéléré ces dernières an-
nées en raison des compressions.
Au primaire, en 2014-2015, c’est près de 84 % des
« La majorité des jeunes vont bien suivre le par-
cours, mais très rapidement on va en voir qui ont de
la difficulté. Il faut intervenir tout de suite, devenir
quasiment obsessif par rapport à nos lecteurs débu-
tants. Si vous ne savez pas lire à la fin de la 3e an-
trée, la commission scolaire est incapable de défavorisé, plutôt que son élargissement à
dire à la mère quelle école pourrait l’accueillir. tous les enfants.
« La commission scolaire dit qu’elle va re- Dans tout cela, n’oublions pas l’interven-
garder où elle va ouvrir les classes. Mais il est tion au sein même des familles, tient à rap-
minuit moins une ! » s’inquiétait la maman peler Julie Myre-Bisaillon. La professeure
PHOTO FOURNIE
Quand Théo (ici avec sa petite sœur Ève) a fait son entrée à la maternelle 4 ans, les adultes ne le
comprenaient pas lorsqu’il parlait. Même s’il avait un implant cochléaire, Théo favorisait les signes. « À
la fin de l’année, il avait fait beaucoup de progrès à l’oral. Ç’a fait toute la dif férence. » Sa mère,
c’est le pourcentage d’enfants mandent si leur enfant va avoir les services néces- enfants HDAA qui étaient intégrés dans des née, votre probabilité d’obtenir un diplôme baisse de Julien mercredi, toujours en attente en études sur l’adaptation scolaire et sociale Dominique, n’a jamais regretté le choix de l’envoyer à l’école aussi tôt.
handicapés ou en difficulté saires à son développement, s’il y aura un suivi du classes ordinaires. aux environs de 20 %. C’est énorme. Il faut égale- d’une confirmation. à l’Université de Sherbrooke estime que
d’adaptation ou d’apprentis- plan d’intervention de l’année précédente; ils se ques- « On disait qu’il fallait les intégrer sous certaines ment miser sur les nouvelles technologies, un do- C’est qu’avec un autre enfant en garderie, c’est la variable oubliée dans ce débat. « On
sage qui étaient intégrés en tionnent sur la façon dont va se passer l’intégration. conditions. Mais ça, malheureusement, on l’a oublié maine dans lequel on est encore sous-développé au c’est toute l’organisation familiale qui pour- manque un peu notre coup avec l’interven-
classe ordinaire. « C’est encore plus vrai depuis ces dernières an-
nées, avec les compressions dans les services. Quand
on annonce des coupes de professionnels, on sait
qu’il y a de grands risques que notre enfant reçoive
en cours de route, remarque M. Boutin. On les a in-
tégrés de façon massive, certains parlent même d’in-
tégration sauvage. On a donc fermé beaucoup de
classes sans les remplacer par d’autres dispositifs qui
Québec », estime l’expert.
Son confrère Gérald Boutin estime qu’il faut
davantage de souplesse, des classes à mi-che-
min entre la classe ordinaire et la classe spé-
rait être bouleversée selon le lieu de scolari- tion précoce, chez les 0 à 5 ans, si on ne s’inté-
sation de Julien. Sa maman sent aussi resse pas à la famille. On se trompe si on
qu’elle n’en sait pas assez pour prendre une pense qu’on peut tout régler à la maternelle »,
décision. affirme-t-elle. « On manque un peu notre coup avec l’intervention précoce,
chez les 0 à 5 ans, si on ne s’intéresse pas à la famille. On se
»
moins de services. Et ça, c’est vraiment angoissant auraient été, par exemple, d’augmenter le nombre ciale qui permettent des transitions en cours de Combien y aurait-il d’enfants dans la À ce titre, les compressions qu’ont subies
pour les parents. » d’orthopédagogues et de psychologues scolaires. Dans cheminement scolaire, de même que des clas - classe ? Quels ser vices de soutien seraient les organismes communautaires, « des
Mauvaises surprises
ces conditions, les enseignants sont débordés. Cer- ses ressources qui permettent à l’enfant de sor- offerts ? « Je n’ai pas les outils pour décider. agents de première ligne auprès des familles », trompe si on pense qu’on peut tout régler à la maternelle .
tains se retrouvent avec près de la moitié de leur tir de sa classe ordinaire en journée pour aller Je suis dans le néant, déplore-t-elle. Surtout l’inquiètent.
À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), classe en dif ficulté. Ils sont seuls face à des pro- chercher de l’aide spécifique. Mais, sur tout, il que nos allées et venues entre le boulot et la « C’est la famille qui a le plus d’incidence sur Julie Myre-Bisaillon, professeure en études sur l’adaptation scolaire et sociale

45 %
C’est la proportion des jeunes
on a déjà annoncé que plusieurs classes spéciali-
sées seront déménagées dans d’autres écoles cet
automne en raison du manque d’espace. Et si le
pire a été évité en matière de compressions, grâce
au réinvestissement de 109 millions de dollars an-
blèmes très complexes pour lesquels ils ne sont pas
formés. Ça ne va plus du tout. »
La réforme pédagogique des années 2000
En parallèle à cette intégration massive, il faut
faut éviter de tomber dans le piège du « modèle
absolu », prévient-il.
« On a longtemps donné la Finlande comme mo-
dèle, mais on s’est rendu compte que c’était surfait.
On a toujours l’idée d’aller voir ailleurs ce qui se
garderie sont déjà complexes. C’est une déci- l’enfant, rappelle-t-elle. Ce serait donc assez
sion impor tante qui s’ajoute à notre quoti- terrible de ne pas faire d’elle un partenaire. »
dien déjà laborieux. »
Au-delà des anecdotes, la recherche Le Devoir
à l’Université de Sherbrooke

en difficulté qui obtiennent noncé au printemps dernier, on craint encore les aussi compter sur l’explosion du nombre d’élèves passe, mais c’est un risque et une perte de temps.
leur diplôme d’études secon- mauvaises surprises. HDAA. Aujourd’hui, c’est une réalité qui touche près S’inspirer de divers modèles et faire notre propre
daires en sept ans, comparé à « Chaque année, à la rentrée, c’est la même chose. de 20 % des enfants. « Le jour où on dit qu’un enfant substance, ce serait l’idéal. »
une moyenne de 78 % pour C’est là qu’on détecte les problèmes, toutes ces choses sur cinq ne réussit pas à atteindre les objectifs d’ap-
l’ensemble des jeunes qui devraient fonctionner sur papier mais qui ne prentissage liés à l’enseignement ordinaire, c’est on ne Le Devoir
du Québec. marchent pas dans la réalité. C’est là aussi qu’on voit peut plus préoccupant», affirme Égide Royer, profes-
l’effet du roulement de personnel, les spécialistes en- seur en adaptation scolaire à l’Université Laval. Pour la petite histoire
core là en juin mais qui n’y sont plus à cause du bud- Mais ce qui l’inquiète encore plus, c’est que seu-
get adopté pendant l’été. Des parents à qui on avait lement 45 % de ces jeunes obtiennent leur diplôme Les premières classes de maternelle
promis tel ou tel service apprennent que, finalement, d’études secondaires en sept ans, comparative- Les « EHDAA » 4 ans, à temps partiel, font leur appa-
ce ne sera pas possible. C’est triste, mais c’est souvent ment à une moyenne de 78 % pour l’ensemble des rition au Québec dans les années
ça. Et c’est l’enfant qui est pénalisé à la fin », déplore jeunes du Québec. Les « EHDAA », dans le langage du réseau sco- 1970. Puis, au tournant des années
Ève Kirlin, du comité de parents de la CSDM. Il s’inquiète des effets qu’a pu avoir la réforme laire, ce sont les « élèves handicapés ou en diffi- 2000, un moratoire est décrété, car
pédagogique des années 2000. « La recherche est culté d’adaptation ou d’apprentissage ». Dix Québec choisit de mettre l’accent
Intégration « sauvage » ? claire : l’idée d’y aller par la pédagogie de la décou- troubles et déficiences sont reconnus par le mi- sur le développement du réseau des
Il n’y a pas que les parents Il n’y a pas que les parents et les enfants en diffi- verte ou de projet, ça fonctionne pour la majorité nistère de l’Éducation. En 2012-2013, 19 % des centres de la petite enfance.
culté qui souffrent du manque de ressources. Les des jeunes, mais pas pour les élèves en dif ficulté. élèves possédaient un des codes associés à ces En 2013, le gouvernement du Parti
et les enfants en difficulté professeurs et les enfants dits sans besoins parti- Quand vous avez une difficulté en lecture, ça prend conditions, soit près de 189 000 jeunes. québécois donne l’aval à un projet-pi-
culiers écopent eux aussi, constate Gérald Boutin, une intervention, ça prend un enseignement expli- Élèves handicapés: l’expression regroupe tous lote de maternelle 4 ans à temps
qui souffrent du manque professeur au Dépar tement d’éducation de cite. Il faut que je vous montre que la lettre “a” va les handicaps physiques, intellectuels (comme plein en milieu défavorisé, dont
l’UQAM, qui vient de publier un rapport sur l’inté- avec le son “a” et que le “a” se trouve dans le mot les troubles envahissants du développement, l’école Saint-Zotique, dans le sud-
de ressources. Les gration scolaire des élèves en dif ficulté pour le “banane”. C’est pour ça que la réforme a planté avec qui comprennent l’autisme), visuels ou auditifs. ouest de Montréal, sera la pionnière.
professeurs et les enfants compte de la Fédération autonome de l’enseigne- les jeunes en difficulté. » En 2012-2013, 19 % des élèves HDAA étaient À la rentrée 2016, il y aura 100
ment (FAE). Selon lui, il faut changer d’approche : « Faire plus classés dans cette catégorie. classes de plus de maternelle 4 ans à
dits sans besoins « J’ai entendu des témoignages déchirants, des pro- de la même chose, ce n’est pas suffisant. […] Il faut Difficulté d’adaptation ou d’apprentissage: la ca- temps plein, pour un total de 186,
fesseurs qui sont désespérés parce qu’ils voudraient cesser d’improviser et appliquer les pratiques exem- tégorie concerne la majorité, soit près de 80 % toutes en milieu défavorisé.
spécifiques écopent aussi. aider tous les élèves, ceux en difficulté autant que les plaires, faire ce qui est prouvé qui fonctionne. » des EHDAA. Elle regroupe les jeunes présen-
autres, mais qui n’y arrivent pas parce que les tant des problèmes graves de comportement ou
classes sont trop débalancées. » Des solutions encore des difficultés d’apprentissage liées par
Lorsqu’il a commencé à étudier le phénomène, L’une des solutions passe par l’établissement exemple à la dyslexie.

ISTOCK
tous les enfants en dif ficulté étaient dans des d’un plancher minimal de services professionnels
classes spéciales, se rappelle l’expert. Dans les an- avec un ratio d’un professionnel pour 200 élèves,
A 6 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

ACTUALITÉS
Trudeau nomme la première femme leader Procès de Richard Bain :
parlementaire d’un gouvernement une septième journée
MÉLANIE MARQUIS que la ministre « comprend très
bien le français », qu’elle « est en sans verdict
O ttawa — Les libéraux se
félicitent d’avoir fait écla-
ter un plafond de ver re en
train de prendre des cours » et
qu’« elle va s’améliorer ».
La principale intéressée, qui
SIDHAR TA BANERJEE trouver leur configuration d’ori-
gine lorsqu’ils sont éteints.
nommant pour la première
fois une femme au poste de
leader parlementaire du gou-
dit avoir fréquenté une école
d’immersion française dès la
première année du primaire, a
B ien que le jur y au procès
de Richard Henr y Bain
n’ait pas réussi à s’entendre
L’accès à l’ordinateur sécu-
risé est contrôlé à partir de la
ville de Québec. De surcroît,
vernement en Chambre. pour sa par t plaidé qu’elle sur un verdict, vendredi à la le fonctionnaire qui aurait pu
Le premier ministre Justin n’avait pas encore suffisamment fin d’une septième journée de venir en aide au technicien
Tr udeau a choisi la députée confiance en elle pour discourir délibérations, le juge Guy montréalais est présentement
ontarienne d’origine sikhe dans la langue de Molière. Cournoyer a fait savoir qu’il ne en vacances.
Bardish Chagger pour succé- Bardish Chagger conser ve s’inquiétait pas de la longueur La solution finalement pré-
der à Dominic LeBlanc dans le le ministère de la Petite Entre- de la procédure. sentée au jury pour conserver
cadre d’un mini-remaniement prise et du Tourisme, qu’elle Le juge de la Cour supé- ses notes est bien simple : ne
annoncé vendredi après-midi. détenait avant ce petit jeu de rieure du Québec a souligné jamais éteindre l’ordinateur.
La députée, qui a été élue chaises musicales. que la tâche des sept femmes Richard Henry Bain, âgé de
pour la première fois en octo- et cinq hommes du jury est ar- 65 ans, est accusé de meurtre
bre dernier dans la circonscrip- Recul pour LeBlanc due. M. Cour noyer a fait ce prémédité et de trois chefs de
tion de Waterloo, s’est réjouie Le premier ministre a dû re- commentaire devant les avo- tentative de meurtre. Les accu-
de cette « formidable occasion ». brasser ses cartes au printemps, cats de la Couronne et de la sations sont liées à l’attentat per-
Elle a assuré que malgré son après la démission de son minis- défense réunis alors qu’un pétré à l’extérieur du Métropo-
manque d’expérience en poli- tre des Pêches, des Océans et problème informatique pertur- lis, à Montréal, le soir du 4 sep-
tique fédérale, elle saurait être à de la Garde côtière, Hunter Too- bait les discussions des jurés. tembre 2012. Pauline Marois,
la hauteur du défi qui lui a été too. Il est parti du cabinet et du Une huitième jour née de alors chef du Parti québécois,
confié. « J’ai été impliquée en caucus libéral en raison d’une délibérations s’ouvrira donc prononçait son discours de la
politique pratiquement toute relation «inappropriée» avec un ce samedi. victoire devant des centaines de
ma vie. Je sais ce que devrait membre de son personnel. Des problèmes informatiques partisans réunis dans la salle de
être la démocratie », a fait valoir Le ministre LeBlanc, qui JUSTIN TANG LA PRESSE CANADIENNE ralentissent donc les jurés au spectacle montréalaise.
Mme Chagger en point de presse avait hérité de ce portefeuille, La ministre Bardish Chagger se tient aux côtés du gouverneur procès de l’homme accusé Le technicien de scène De-
dans le foyer des Communes. le conservera de façon perma- général David Johnston après son assermentation comme leader d’être l’auteur de la fusillade sur- nis Blanchette a été tué et
Dans l’entourage du pre- nente. Il « obtiendra également du gouvernement de Justin Trudeau, vendredi à Ottawa. venue au Métropolis le soir des son collègue David Courage
mier ministre, on insistait d’autres responsabilités dans les élections provinciales de 2012. a été grièvement blessé par la
beaucoup sur l’arrivée d’une jours à venir », est-il écrit dans Les membres du jury ont si- même balle durant l’attentat.
première femme dans le rôle un communiqué du bureau du Des chambres pour étudiants gnalé à un représentant du tri- Au pr ocès, la défense a
de leader parlementaire du premier ministre. bunal qu’ils avaient perdu des plaidé que M. Bain souf frait
gouvernement ainsi que sur Pour l’élu du Nouveau-Bruns- Ottawa — Les 30 ministres En janvier dernier, c’est dans notes tapées la veille dans un de troubles de santé mentale
les origines ethniques de l’élue wick, la perte du rôle de leader du gouvernement de Justin une chic station balnéaire du ordinateur fourni par la cour. au moment des faits et qu’il ne
âgée de 36 ans. parlementaire est un recul. Sa Trudeau séjourneront ce Nouveau-Brunswick Le juge Cournoyer a d’abord devrait donc pas être reconnu
Ainsi, Gerald Butts, secré- gestion des affaires du gouver- week-end dans une rési- qu’étaient hébergés les politi- suggéré l’installation d’une criminellement responsable
taire principal de M. Trudeau, nement en Chambre avait été dence pour étudiants. ciens, pour un débours total imprimante dans la salle du de ses actes.
relayait des gazouillis, vendredi, critiquée par les partis d’opposi- Après que les deux dernières de 174 321 $, indique le bu- jur y, mais cette tâche s’est Pour sa part, la Couronne a
où on disait de M me Chagger tion, qui lui avaient reproché retraites du cabinet eurent reau du Conseil privé. avérée colossale. soutenu que l’accusé était sain
qu’elle est, en 149 ans, « la pre- d’abuser des motions limitant coûté près d’un demi-million La première retraite ministé- Les ordinateurs por tables d’esprit et qu’il avait prémédité
mière personne qui n’est pas un les débats parlementaires. de dollars, ce recueillement rielle des libéraux avait en- de la cour sont formatés de cet attentat.
homme blanc à être leader parle- Le leader parlementaire se sera nettement plus modeste. traîné des dépenses de manière à présenter exclusi-
mentaire du gouvernement». doit de négocier avec ses ho- Les ministres libéraux sé- 248 934 $. Cet exercice de co- vement des preuves et à re- La Presse canadienne
Au bureau du premier mi- mologues des partis de l’oppo- journeront pendant deux hésion d’équipe avait été or-
nistre, on semblait cependant sition pour le bon déroulement jours dans les résidences de ganisé dans un établisse-
moins enthousiaste à l’idée
de commenter le fait que
des débats aux Communes. Or,
l’opposition lui reprochait son
l’Université Laurentienne de
Sudbury, en Ontario.
ment de luxe, dans les mon-
tagnes albertaines.
Cégeps : Québec tion. Cette plateforme Web réu-
nit les employeurs, qui y décla-
M me Chagger, qui occupe un
poste crucial au sein du gou-
intransigeance. Les choses ont
véritablement tourné au vinai-
La directrice des communica-
tions de la Chambre des
Le but premier du séjour à
l’Université Laurentienne ne
annonce la création rent leurs besoins en main-
d’œuvre, les ouvriers, qui peu-
vernement, ne maîtrise pas les
deux langues officielles. « C’est
gre en mai, lorsque Dominic
LeBlanc a déposé la motion 6,
communes, Kate Purchase,
souligne que les ministres
serait toutefois pas de réali-
ser des économies, mais
d’un programme de vent y expliquer leurs compé-
tences, et les titulaires de per-
un travail d’équipe », s’est
contenté d’of frir l’attaché de
que l’opposition a qualifiée de
véritable camisole de force.
ont été jumelés de manière à
ce que le tout se déroule
bien d’assurer que les élus
demeurent sur le plancher
mobilité étudiante mis (des associations
syndicales), qui peuvent propo-
presse Cameron Ahmad. dans la bonne entente. des vaches. Saint-Félicien — Des cégeps ser de recommander des candi-
Il a préféré insister sur le fait La Presse canadienne en région auront l’occasion dats. Or, selon Action travail des
d’attirer des étudiants venus femmes, les modalités du nou-
des grands centres. Le gouver- veau Carnet de référence entra-
nement du Québec a annoncé vent la possibilité des femmes

AVIS LÉGAUX ET APPELS D’OFFRES vendredi un investissement de


1,5 million pour la création
d’un programme de mobilité
de rester dans l’industrie.
La Presse canadienne

AVIS DE CLÔTURE
D'INVENTAIRE
étudiante interrégionale. Dix-
neuf collèges situés dans une
MH17 : les résultats
AVIS est par les présentes don-
né par Stéphane Rowan, en sa
qualité de liquidateur de la suc-
région où une baisse de l’effec-
tif étudiant est prévue partici-
de l’enquête révélés
APPEL D’OFFRES
cession de François Chedore,
décédé le 16 mars 2016, né le
peront à la mise en œuvre de
ce projet dès cet automne. Ce
le 28 septembre
17 avril 1948 et domicilié au
Collecte et transport des ordures ménagères SÉANCES ORDINAIRES 3679, Monselet, Montréal, H1H programme avait été demandé La Haye — Les premiers résul-
Numéro : TP-2016-13 2B1, que l'inventaire successoral par la Fédération étudiante col- tats de l’enquête pénale interna-
DU CONSEIL DES COMMISSAIRES a été dressé et qu'il peut être
La Ville de Baie-D’Urfé demande des soumissions
DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL consulté par les intéressés à légiale du Québec en mai 2015. tionale sur les responsabilités
pour la collecte et le transport des ordures l'étude de Liliane Mayrand-Pro- La Presse canadienne de l’écrasement du vol MH17
ménagères du 1er janvier 2017 au 31 décembre Le Conseil des commissaires de la Commission scolaire de Montréal a adopté, pour vencher, notaire, 3714, Ontario
2018 avec deux (2) options d’une année Est, bur. 101, Montréal, H1W
de la Malaysia Airlines, abattu
l’année 2016-2017, le calendrier des séances. Ces rencontres se déroulent à 19 heures
supplémentaire (2019 et 2020).
Les entreprises ou personnes intéressées à
aux endroits mentionnés.
1R9. Femmes dans la en juillet 2014 dans l’est de
l’Ukraine et qui a fait 298 morts,
AVIS DE
soumissionner sont invitées à répondre dans les
délais prescrits aux présentes.
31 août 2016 Salle Laure-Gaudreault 3737, rue Sherbrooke Est CLÔTURE D'INVENTAIRE
Avis est par les présentes donné
construction: Action seront dévoilés le 28 septem-
bre, a annoncé vendredi le mi-
28 septembre 2016 Salle Laure-Gaudreault que suite au décès de Jeanne
Obtention des documents :
Toutes les conditions du présent appel d’offres 26 octobre 2016 École Joseph-Charbonneau 8200, rue Rousselot
DESGRANGES, en son vivant
domiciliée au 14536, rue Notre-
travail des femmes nistère public néerlandais.
«Nous avons informé les proches
sont contenues dans les documents qui sont
disponibles sur le site du SÉAO à compter du 24
août 2016 (www.seao.ca). Les soumissions
23 novembre 2016 Salle Laure-Gaudreault
Dame Est, appartement 108,
Pointe-aux-Trembles, Québec,
H1A 1V8, survenu le 5 avril
dépose une plainte des victimes de la catastrophe du
MH17 qu’une nouvelle réunion
21 décembre 2016 Salle Laure-Gaudreault
seront reçues et ouvertes publiquement selon 2014, un inventaire des biens de Un groupe de défense des d’information aurait lieu le
les détails ci-dessous. la défunte a été déposé et peut
25 janvier 2017 Salle Laure-Gaudreault
être consulté par les intéressés droits des femmes vient de dé- 28 septembre, réunion durant la-
Dépôt (au plus tard): À 10h00, le jeudi 22 au 415, rue Balliol, Toronto (On- poser une plainte à la Commis- quelle les résultats de l’enquête
septembre 2016 22 février 2017 Salle Laure-Gaudreault
tario) M4S 1E1. sion des droits de la personne pénale seront révélés», a déclaré
Ouverture : À 10h05, le jeudi 22 septembre 2016 29 mars 2017 Centre des enseignantes 3705, rue Sherbrooke Est Donné ce 18 août 2016, par
et des enseignants (CEE) Me Khanh Linh Vo Doan, contre le nouveau système de Wim de Bruin, porte-parole du
Endroit : Hôtel de Ville de Baie-D’Urfé
20410 Chemin Lakeshore
notaire. placement de main-d’œuvre de ministère public néerlandais.
Baie-D’Urfé (Québec) H9X 1P7
26 avril 2017 École Baril 3603, rue Adam la Commission de la construc- Une autre enquête internatio-
AVIS DE
Renseignements : 24 mai 2017 Salle Laure-Gaudreault CLÔTURE D'INVENTAIRE tion. Dans sa plainte, Action tra- nale sur les causes de l’écrase-
AVIS est par les présentes donné
Nom : Mme Sarah Mailhot, 21 juin 2017 Salle Laure-Gaudreault que suite du décès de Napoléon vail des femmes allègue que le ment, coordonnée par le Bu-
coordonnatrice environnementale QUERRY, domicilié au 3730 Bel- système de Carnet référence reau néerlandais d’enquête
Téléphone : 514 457-7604 lechasse, Montréal (Québec) construction encourage la dis- pour la sécurité, avait affirmé
Courriel : smailhot@baie-durfe.qc.ca H1X3E5, survenu le 12 février
Donné à Montréal La secrétaire générale 2016, un inventaire des biens du crimination systémique basée l’an dernier que le Boeing 777
La Ville de Baie-D’Urfé ne s’engage à accepter ni
la plus basse ni aucune des soumissions reçues
ce 20e jour d’août 2016 Me France Pedneault défunt, a été fait conformément à sur le sexe. Ce système de réfé- reliant Amsterdam à Kuala
la Loi, par Daniel QUERRY, le li- rence de main-d’œuvre avait été Lumpur avait été abattu le
et n’assumera aucune obligation ni aucun frais
quidateur successoral, ainsi qu'il
d’aucune sorte envers le ou les soumissionnaires. AVIS PUBLIC DE appert du document sous seing instauré en septembre 2013 par 17 juillet 2014 par un missile sol-
Baie-D’Urfé, le 24 août 2016
AVIS LÉGAUX NOTIFICATION
(Art. 136 et 137 C.p.c.)
privé daté du 20 juillet 2016.
Cet inventaire peut être consulté
la Commission de la construc- air de type BUK de fabrication
& APPELS tion après que le gouvernement russe depuis une zone tenue
Greffier, Michael Nguyen
Avis est donné à TORUSO par les intéressés, à l'étude de
CONSTRUCTION INC. de vous du Québec eut mis fin au place- par les séparatistes prorusses.
D’OFFRES
Mireille Fortier, Notaire, sise au
AVIS PUBLIC
présenter au greffe de la Cour
du Québec du district de Mon-
7160, boulevard Pie-IX, en la ment syndical dans la construc- Agence France-Presse
ville de Montréal, province de
HEURES DE TOMBÉE tréal situé au 1 Notre-Dame Est,
Montréal, Qc. dans les 30 jours
Québec, H2A 2G4.
Donné ce 17 août 2016.
afin de recevoir la Demande in- Daniel QUERRY, liquidateur
Les réservations troductive d'instance, Avis d'as-
PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES 2017
PROGRAMME TRIENNAL D’IMMOBILISATIONS
doivent être faites
avant 16h00
signation (Art.145 et suivants
C.p.c.), Pièces P-1 à P-5 ainsi
qu'un Préavis de reprise d'un
Papeterie
Casse - Noisette
2017-2018-2019
pour publication bien meuble (Vente par le créan-
Toutes les personnes intéressées sont priées de noter
que, lors de la séance extraordinaire du conseil d’ar-
deux (2) jours plus tard. cier, art. 1749 C.c.Q, art. 2757 et
ss. Et 2787 et ss. C.c.Q. qui y
rondissement qui se tiendra le 31 août 2016, à 15 h, à Publications ont été laissées à votre atten-
la salle du conseil située au 800, boulevard De Maison-
neuve Est, rez-de-chaussée, elles pourront assister à du lundi: tion.
Vous devez répondre à cette de-
une présentation des prévisions budgétaires pour l’an- Réservations
née 2017 et du Programme triennal d’immobilisations
pour les années 2017, 2018 et 2019.
avant 12 h 00
le vendredi
mande dans le délai indiqué
dans l'avis d'assignation qui l'ac-
compagne, sans quoi un juge-
Nous tenons en inventaire agendas,
Conformément aux exigences de l’article 144.6 de la
Charte de la Ville de Montréal, les délibérations du Publications
ment par défaut pourrait être
rendu contre vous et vous pour-
papiers Lalo, papier St-Gilles,
conseil et la période de questions, lors de cette séance, du mardi: riez devoir payer les frais de jus-
porteront exclusivement sur ces sujets.
Montréal, le 20 août 2016
Réservations tice.Le présent avis est publié à
la demande de Jean Jobin, huis-
cartes, plumes et stylos,
avant 16 h 00
Le Secrétaire d’arrondissement,
Me Domenico Zambito
le vendredi
sier, qui a tenté sans succès de
vous signifier les dites procédu- albums de photos, articles de bureau,
res. Il ne sera pas publié à nou-
Tél.: 514-985-3344
veau, à moins que les circons-
tances ne l'exigent.
sceaux, cires à cacheter .
AVIS À TOUS NOS ANNONCEURS Fax: 514-985-3340 Laval, le 20 août 2016
Jean Jobin
Veuillez, s’il vous plaît, prendre connaissance de Huissier de justice
Sur Internet :
votre annonce et nous signaler immédiatement www.ledevoir.com/services- 445, rue St-Sulpice, Vieux-Montréal Téléphone : 514 845-4980
toute anomalie qui s’y serait glissée. et-annonces/avis-publics
www.ledevoir.com/services-
et-annonces/appels-d-offres
Heures d’ouverture :
En cas d’erreur de l’éditeur, sa responsabilité
se limite au coût de la parution. Courriel :
du lundi au vendredi de 10 h 00 à 18 h 00
avisdev@ledevoir.com les samedis et dimanches de 10 h 00 à 16 h 30
L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 A 7

ACTUALITÉS
La Grande Bibliothèque
ouverte le vendredi soir
CAROLINE MONTPETIT l’achalandage est en croissance».
Ouverture numérique
L a Grande Bibliothèque sera
désormais ouverte sur qua-
tre étages les vendredis soirs,
« L’entente renouvelée » entre
les trois partenaires permettra
jusqu’à 22 h, et l’espace jeunes aussi d’enrichir la collection
y sera accessible jusqu’à 20 h. numérique de la Grande Bi-
C’est ce qu’ont annoncé bliothèque, entre autres en
conjointement vendredi le mi- permettant d’acheter des li-
nistre de la Culture et des Com- vres qui n’existent qu’en for-
munications du Québec, Luc mat numérique. À l’heure ac-
Fortin, le maire de Montréal, tuelle, la Grande Bibliothèque
Denis Coderre, et la p.-d.g. de met en circulation 16 millions
BAnQ, Christiane Barbe. de documents numériques de
La Ville de Montréal a dé- toutes natures, qui font l’objet
cidé d’ajouter 3 millions de dol- de 13 millions de consultations
lars à l’enveloppe annuelle de par année. Sur les cinq mil-
8,4 millions qu’elle allouait déjà lions d’empr unts par année
à Bibliothèque et Archives na- que gère la Grande Biblio-
tionales du Québec (BAnQ). thèque, quatre millions sont
Le ministère de la Culture et des empr unts de livres phy-
des Communications assumera siques et un million, des em-
le reste des coûts des heures prunts numériques. « Le prêt
d’ouverture prolongées. de livres physiques est stable et
Selon Mme Barbe, le prolon- le prêt de livres numériques est GREMM
gement des heures d’ouverture en croissance », dit Mme Barbe. Son patron de coloration, tacheté noir, le distingue clairement des bélugas, d’un blanc maculé. Et il est doté de la fameuse corne.
du vendredi pourrait générer Par l’entente tripar tite re-
au moins 50 000 entrées de plus conduite vendredi, les par te-
par année. Selon elle, ces esti-
mations sont conser vatrices
puisque la Grande Bibliothèque
accueille déjà quotidiennement
naires « s’engagent à collaborer
étroitement à l’évolution de la
bibliothèque Saint-Sulpice vers
son nouveau statut, à savoir
Un narval dans le Saint-Laurent
de 7000 à 8000 visiteurs. Cette une bibliothèque pour adoles-
prolongation permettra aux cents et un laboratoire d’inno- L’estuaire se trouve à des milliers de kilomètres de son habitat naturel
personnes travaillant au centre- vation et de création ».
ville d’aller se chercher des li- La Grande Bibliothèque en- ALEXANDRE SHIELDS dizaines de bélugas, qui ne parmi un groupe de bélugas. Les bouleversements clima-
vres pour le week-end et ré- registre présentement quelque semblaient pas être perturbés Que fait un narval dans l’es- tiques et les per turbations
pond à une demande, dit-elle.
Selon le maire Coderre, le
succès de la Grande Biblio-
42 000 visites par semaine et
propose 3,5 millions de docu-
ments à emprunter ou à consul-
P hénomène pour le moins
exceptionnel dans l’es-
tuaire du Saint-Laurent : un
par sa présence.
L’animal a ensuite été revu
au large des Escoumins, près
tuaire du Saint-Laurent ? Les
spécialistes des cétacés s’ex-
pliquent mal sa présence dans
liées à l’activité humaine dans
l’Arctique pour raient expli-
quer en par tie les dif ficultés
thèque est contagieux et «rejail- ter sur place. narval, ou « licorne des mers », de la Côte-Nord, une semaine les eaux québécoises. Mais pour l’espèce.
lit sur l’ensemble du réseau des cétacé qui vit habituellement plus tard. Il était, encore une bien que le nar val ne soit pas Une autre espèce de mammi-
bibliothèques municipales, dont Le Devoir autour du cercle arctique, fois, au milieu d’un groupe de une espèce du Saint-Laurent, fère marin de l’Arctique, le
nage dans les eaux de l’es- bélugas, une espèce de cétacé un nar val avait déjà été ob- phoque barbu, a déjà été obser-
tuair e depuis maintenant apparentée au narval. ser vé par un chercheur le vée à quelques reprises dans le
Le Québec et le rôle important qu’ont joué les
peuples québécois et acadiens
plus de trois semaines. Et il y
côtoie des bélugas. Difficultés pour l’espèce
25 août 2003, lors d’un survol
aérien pour le dénombrement
sud du Québec au cours des
dernières années. Un phoque
Nouveau-Brunswick dans la création du Canada.
Cette déclaration engage les
Cette baleine à dents, qui
peut atteindre une longueur
Son patron de coloration,
tacheté noir, le distinguait
de bélugas, réalisé par Pêches
et Océans Canada, en plein
adulte, reconnaissable à ses
grandes moustaches, a même
s’engagent à deux provinces à promouvoir
le français en tant que valeur
de quatre à cinq mètres, vit ha-
bituellement en petits groupes
toutefois clairement des
bélugas d’un blanc maculé.
cœur du parc marin, entre Les
Bergeronnes et Tadoussac.
passé presque une année
complète dans la rivière
défendre la langue identitaire canadienne et à
« poser des gestes concrets vi-
dans les eaux de l’Arctique ca-
nadien, ou encore au large du
Le nar val a aussi été revu
mercredi de cette semaine,
La population mondiale de
nar vals est estimée à environ
Saint-Maurice, en amont de
Trois-Rivières.
française sant à assurer le maintien du
poids démographique des fran-
Groenland. L’estuaire du Saint-
Laurent se trouve donc à des
encore une fois au large de
T rois-Pistoles, et toujours
50 000 individus, mais elle mon-
trerait des signes de déclins. Le Devoir
Edmundston — Le ministre cophones », notamment grâce à milliers de kilomètres de son
québécois de la Francophonie l’immigration, est-il écrit dans habitat naturel.
canadienne, Jean-Marc Four- un communiqué. Ainsi, les mi- Or, l’équipe du Groupe de
nier, a signé, vendredi, une dé- nistres font également la pro- recherche et d’éducation sur
claration sur la langue fran- messe d’« encourager l’offre ac- les mammifères marins
çaise avec son homologue tive de services en français » et (GREMM) a eu la chance d’en
néo-brunswickoise. Ainsi, de renforcer la coopération en- observer un au large de Trois-
M. Fournier et la ministre tre les deux gouvernements. Pistoles à la fin du mois de juil-
Francine Landry souhaitent Le Québec avait déjà signé de let. L’animal, un adulte doté de
unir leurs efforts de promo- tels accords avec l’Ontario, le la fameuse corne caractéris-
tion de la langue française, Manitoba ainsi que le Yukon. tique de l’espèce, nageait alors
soulignant par le fait même le La Presse canadienne parmi un groupe de quelques

Votre nouveau numéro


est en kiosque

Aussi
disponible
en édition
numérique

ABONNEZ-VOUS !
quebecscience.qc.ca/abonnez-vous
A 8 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

ACTUALITÉS
RADICAUX La joie par le djihad
Ces jeunes ont «le goût de l’aventure, de se sen-
tir utiles, de donner un sens à leur vie». Plusieurs
tent les experts du Centre de prévention de la
radicalisation. Ces gourous ciblent les jeunes
les plus vulnérables, qui vivent une crise d’iden-
en 2013 par le gouvernement du Parti québécois,
a créé une énorme frustration au sein de la com-
munauté musulmane. Ce débat est sain en démo-
SUITE DE LA UNE des élèves radicalisés rêvent de devenir médecins tité — l’adolescence est en soi une crise. Ils cratie, mais les musulmans ont été la cible de
ou infirmières, note le document. Plusieurs disent donnent à ces jeunes l’impression d’appartenir commentaires déplacés de la part du public, ex-
Le rapport ne fait pas mention non plus de l’imam aller en Syrie pour faire du travail humanitaire. à un groupe et les incitent à rompre avec leur plique-t-on. De plus, «certains débats [autour de la
Hamza Chaoui, que le maire Denis Coderre a dé- Les djihadistes subissent un choc en débar- famille et leurs amis. charte] ont été instrumentalisés par des agents de
noncé à cause de ses idées extrémistes. quant au Moyen-Orient. Ils découvrent un pays Avant de partir en Syrie, tous les jeunes radica- radicalisation », dit Herman Deparice-Okomba,
Les chercheurs du CPRMV ont établi la genèse en ruines, sans électricité ni eau courante, où lisés ont abandonné leurs études. La seule chose directeur du CPRMV.
de la radicalisation au Collège de Maisonneuve toutes les factions se livrent à des massacres. Au qui compte, c’est le djihad. Se comporter comme Autre source de frustrations au Collège de Mai-
en menant une série d’entrevues avec des élèves Québec, des prédicateurs charismatiques les de «vrais» musulmans. sonneuve : la direction a accordé le droit à un
qui sont allés en Syrie ou qui ont tenté d’y aller, avaient pourtant convaincus qu’ils allaient défen- Les autres, tous ceux qui continuent de vivre groupe d’élèves de prier dans un local qui était
avec leurs parents, leurs amis, des professeurs et dre de pauvres musulmans victimes de l’impéria- hors des préceptes de l’islam radical, deviennent inoccupé. Un autre endroit de méditation, de
des membres de la direction. Ils ont aussi inter- lisme occidental. des «infidèles», des «mécréants». prière et de rencontres religieuses, appelé la
rogé des représentants d’autres maisons d’ensei- «Il y avait un prêcheur qui n’arrêtait pas de dire Source, a été toléré dans une cage d’escalier. Des
gnement, sans nommer lesquelles. que nous étions des hypocrites de rester là sans rien Sources de frustrations membres du personnel et des élèves ont été cho-
Le rapport dresse un portrait des Québécois faire, alors que nos frères et nos sœurs musulmans «Dans bien des cas, ces agents de radicalisation qués par ces entorses à la neutralité religieuse
tentés par l’islam radical : ce sont des jeunes de étaient tués en Syrie. Il ne nous incitait pas directe- ont considérablement participé à attiser la colère, à d’une institution d’enseignement. Le climat s’est
20 ans et moins. Fait à noter, plusieurs couples se ment à partir là-bas, mais c’était comme pour nous “semer la haine”, en insistant sur le rejet collectif envenimé au collège. L’accès aux locaux de prière
convertissent ensemble. Ces gens sont issus de faire sentir coupables de ne rien faire», raconte un des musulmans et de l’islam de la part de la société a été retiré au début de l’année 2015, quand il a
familles peu religieuses et connaissent mal les re- proche de jeunes Québécois partis vers la Syrie, québécoise, ainsi que sur l’impossibilité pour ces été connu que des élèves du collège s’étaient
ligions. Nés au Québec ou arrivés au pays en bas cité dans le rapport. jeunes musulmans d’affirmer leur identité musul- convertis au djihad.
âge, ils ont été élevés dans des familles de la Comme les « gourous d’une secte », ces prédi- mane au Québec», indique le rapport.
classe moyenne ou aisée. cateurs sont des maîtres de la manipulation, no- Le débat sur la charte des valeurs, mis en avant Le Devoir

mer leurs relations avec l’école.

«On peut faire mieux», LOTERIE Michel Labonté est l’exception qui
confirme la règle. Scandalisé par le
SUITE DE LA UNE peu de services offerts à son enfant, il
a lancé en 2015 une poursuite de
admet le ministre Proulx «Ce qu’on voit de plus en plus, c’est
ce qu’on appelle la scolarisation en mi-
journée : les écoles disent aux parents
600 000 $ contre la Commission sco-
laire de la capitale (CSC). Cette der-
nière a privé son fils Thomas « d’un
AMÉLIE maintenant regarder vers l’avant. qu’elles [ne] sont pas en mesure d’offrir développement optimal», plaide-t-il.
DAOUST-BOISVER T Grâce au réinvestissement d’une part, tous les services dont l’enfant a besoin. L’enfant aujourd’hui âgé de 13 ans
affirme-t-il, même si plusieurs acteurs Elles disent qu’une journée, c’est trop est atteint d’un trouble envahissant

L e ministre de l’Éducation, Sébastien du réseau estiment le tout insuffisant


Proulx, reconnaît que des lacunes après des années de vache maigre.
du réseau scolaire nuisent aux élèves Grâce à son style aussi. Il aime consul-
pour l’enfant et qu’il faut qu’il fasse une
partie de la journée à la maison.»
Par contre, les services offerts va-
du développement. Or il a fallu trois
années consécutives de pression
avant qu’il puisse intégrer une
handicapés et à besoins particuliers. ter le milieu. «Je sens un changement de rient énormément dans le réseau, classe spéciale. À moins de faire
Mais il compte bien s’y attaquer, a-t-il ton », soutient celui qui assure visiter note-t-elle. « C’est tellement inégal beaucoup de br uit, impossible
promis en entrevue au Devoir. Au des écoles «presque» chaque semaine. d’une commission scolaire à l’au- d’avoir de l’aide, déplore M. La-
menu: réforme du financement L’autre levier, c’est l’interven- tre ! » Voire d’une classe à l’autre. À bonté. « La commission scolaire va
et inter vention précoce, des tion précoce. Mais il se fait plus tel point que certains parents com- seulement huiler la roue qui grince. »
mesures qui feront l’objet de nuancé aujourd’hui en ce qui parent cela à une loterie. M. Labonté a créé un site Web pour
débats cet automne lors des concerne son intention d’ouvrir Dans le cas d’Isabelle et de sa fille RENAUD PHILIPPE LE DEVOIR soutenir d’autres parents. « C’est un
consultations précédant l’adop- la maternelle 4 ans à tous les Constance, c’est une enseignante Michel Labonté veut tester les limites précurseur», dit son avocat, Christian
tion d’une politique sur la réus- enfants du Québec. «C’est beau qui change tout. Au début du pri- de la loi sur l’instruction publique. Lajoie. En cour, il compte invoquer la
site scolaire. de dire qu’on va en ouvrir par- maire, l’enfant avait des résultats ca- Loi sur l’instruction publique qui sti-
« Quand on regarde le taux tout, mais il faut avoir la capa- tastrophiques en écriture, mais les C’est souvent à cette étape que le pule que les enfants ont droit à l’école,
de diplomation de nos élèves cité financière, les ressources et professeurs lui « donnaient des bât blesse. Les parents disent devoir «aux autres services éducatifs, complé-
avec des besoins particuliers, il Sébastien les immobilisations pour le chances ». Jusqu’à son ar rivée en se battre pour convaincre l’école de mentaires et particuliers». Il veut tes-
faut faire le constat qu’on peut Proulx faire. Le choix qu’on fait pour 4e année. L’enseignante voit tout de commander un diagnostic ou pour ter la loi. «Qu’est-ce que c’est, des «ser-
faire mieux. Que ce n’est pas l’instant, c’est de travailler avec suite que quelque chose cloche. On obtenir des services par la suite. Isa- vices appropriés » ? Ça va prendre un
acceptable », concède-t-il. 45 % obtien- les milieux défavorisés.» offre à l’enfant de l’aide en classe or- belle s’est fait dire que les problèmes jugement pour changer les choses.»
nent un diplôme d’études secondaires. Devant les inquiétudes du milieu de dinaire. L’année suivante, une pro- de sa fille n’étaient pas assez lourds. Depuis que le dossier de M. La-
Sébastien Proulx se dit très «touché» la petite enfance, il semble avoir prêté fesseure « extraordinaire » pense à la « Il y avait beaucoup de services à bonté a été médiatisé, au moins six
par les témoignages des parents qu’il une oreille attentive. Ce serait « très faire travailler avec un ordinateur l’école, mais on me disait qu’il y avait familles ont joint M e Lajoie pour
croise. «Il y a toujours de belles histoires, mal avisé, voire très maladroit », dit-il, pour enfants TDAH et des outils au-dessus de deux ans d’attente avant qu’il inter vienne auprès de leur
mais remplies de défis et de difficultés», de renoncer à l’expertise qui se trouve pour l’aider en orthographe. En un d’avoir un diagnostic parce qu’on don- commission scolaire.
constate-t-il. Il reconnaît que le proces- dans le réseau de la petite enfance. « Je an, sa moyenne passe de 60 % à 90 %. nait la priorité aux enfants qui avaient L’école n’a pas les moyens de ses
sus pour recevoir des services adaptés vois [les deux options] comme une « J’ai été chanceuse », dit Isabelle. 30% et moins dans leurs bulletins. Ma ambitions, note Catherine, maman
peut prendre des mois, voire des an- complémentarité. » fille avait environ 60 %, elle n’était d’un garçon autiste. Elle-même en-
nées. «Tout le processus nous amène à La maternelle 4 ans demeure un pro- Le fameux diagnostic donc pas près d’être aidée.» seignante de maternelle, elle connaît
obtenir un diagnostic quelque part à l’hi- jet nécessaire, selon le ministre. «On se Pour Marie-Ève, il a fallu changer Dans ce contexte, les parents re- les deux côtés de la médaille.
ver ou au printemps, dans le meilleur doit de viser des endroits où les enfants d’école pour que ça change. Dès la courent au privé pour obtenir un « Quand on n’a pas les ressources, ça
des cas. Souvent, il ne reste plus que ne sont pas dans nos services de garde. 2e année, elle s’inquiète des retards diagnostic et des services d’appoint. ne fonctionne pas. »
quelques semaines, même quelques Car dans certains milieux, ce sont ces importants de son aîné en français. Mais encore faut-il pouvoir se le per- L’an dernier, c’était son tour d’avoir
jours, pour que l’enfant bénéficie des me- enfants qui vont payer le prix, qui vont La 2e année passe. Puis la 3e. «La pro- mettre, raconte Pierre, papa d’un gar- un enfant autiste dans son groupe.
sures de soutien dans l’année scolaire.» avoir un retard quand ils vont intégrer fesseure disait que c’était normal.» En çon autiste. « Nous, on avait de l’ar- Malgré son expérience et l’aide d’une
C’est pourquoi il souhaite arriver à l’école. Si on ne travaille pas à éliminer 5e, elle envoie son enfant dans une au- gent, alors on n’avait pas à se poser la éducatrice spécialisée elle était dé-
réformer le financement accordé aux ces retards, ils peuvent devenir des diffi- tre école, à quelques rues de là. Dès question si on avait besoin de traite- couragée après un mois. « Je me di-
EHDAA. Comment ? Ce n’est pas en- cultés d’apprentissage pour toute la vie». la rentrée, l’enseignante la convoque. ments.» Pour les autres, ça peut deve- sais que l’intégration était impossible.»
core clair. «Mais il faut que le finance- Il souhaite que la question soit abor- « Elle se demandait comment il avait nir un cauchemar. «Il faut que tu sois Puis les choses se sont « mises en
ment suive l’enfant directement », ré- dée de front lors des consultations de fait pour se rendre en 5e année…» à l’aise dans le monde administratif place ». « J’ai tellement vu de positif
pond le ministre. cet automne sur la réussite scolaire. Le problème identifié, l’école fait pour être sur la bonne liste…» chez les autres élèves à cause de cet
Le ministre de l’Éducation est le qua- « Je n’en suis pas à une évaluation fi- faire un diagnostic. Elle obtient ainsi élève-là. J’ai vu une empathie se déve-
trième à occuper le poste depuis la der- nancière de la mesure, mais bien à une une « cote » qui lui permet d’obtenir Une poursuite lopper, leur patience se développer.
nière élection. Le réseau a depuis tra- réflexion collective afin d’identifier les une subvention pour offrir des ser- Malgré leurs nombreux griefs, les C’est la première fois en 14 ans que je
versé une véritable tempête entre les leviers qui devront être bougés pour vices à l’enfant. Une place dans une parents jouent de pr udence. Ils vois ça. Quand c’est bien fait et qu’on a
compressions, les négociations syndi- améliorer la diplomation. » classe spéciale ou d’adaptation. Ou en- n’ont pas voulu témoigner en don- les ressources adéquates, il se passe de
cales et les mouvements de parents. core la présence d’un professionnel nant leur nom de famille pour ne super belles choses.»
Sébastien Proulx estime qu’on peut Le Devoir quelques heures par semaine dans pas stigmatiser leurs enfants. Plu-
une classe ordinaire. sieurs craignaient aussi d’enveni- Le Devoir

mobilier de sa suite, a constaté Le Devoir. «Dans Élysette Édifice Price


POUVOIR un hôtel, il y a toujours des rénovations. Les gens
aiment toujours être à la page », indique la direc-
Seul Jacques Parizeau aura habité une vérita-
ble résidence officielle… prêtée par la Chambre
L’âge d’or de l’avenue des Braves n’aura duré
qu’un peu plus d’un an. En 1996, le successeur
SUITE DE LA UNE trice des relations publiques du Fairmont Le de commerce et d’industrie du Québec métropo- de Jacques Parizeau, Lucien Bouchard, établit
Château Frontenac, Marie-Claude Brousseau. litain. La maison de style Tudor est entrée dans ses quartiers dans le «bunker». Le contraste est
« Robert Bourassa, c’était la simplicité incar- la légende sous son sur nom d’« Élysette » : saisissant entre les 17 000 pieds carrés de l’Ély-
née», fait remarquer l’ex-mandarin de l’État qué- Résidence officielle contraction du siège du chef d’État français sette recouverts d’acajou et l’austère «cellule» de
bécois, Claude Morin. Dans la foulée de la crise Sur l’avenue de Bougainville, l’ancienne de- l’« Élysée » et du prénom de la conjointe de l’édifice J. « Nous pensons que ce genre de rési-
d’Octobre, les responsables de sa sécurité le meure de Jean Lesage a, elle aussi, été rénovée M. Parizeau, «Lisette» Lapointe. À l’approche du dence n’est pas un endroit pour élever des enfants
convainquent de déménager ses pénates dans les de fond en comble à l’exception du bureau du ré- rendez-vous référendaire du 30 octobre 1995, la normalement. Et nous voulons élever nos enfants
anciens appartements du président du Conseil lé- volutionnaire tranquille à l’étage. « J’ai eu beau- demeure de l’avenue des Braves devient le théâ- normalement », déclare M. Bouchard, fonçant
gislatif dans l’hôtel du Parlement, puis dans une coup de réunions là, avec lui [M. Lesage], seul ou tre de « discussions cruciales » et de réceptions tête baissée vers le déficit zéro.
chambrette aménagée dans le « bunker » de la encore avec deux ou trois conseillers, se rappelle où l’alcool coule à flots. Le quartier Montcalm Pour recevoir les dignitaires, le premier minis-
Grande Allée. «Des fois, je le rencontrais le soir. Je M. Morin. Je faisais les discours du budget. Il prend alors l’allure d’un Whitehall québécois. tre « amadoue » l’édifice Price, le seul gratte-ciel
lui disais: “Tu n’éteins pas la lumière, on s’en va?” me parlait beaucoup pour me donner les orienta- « On allait très souvent voir M. Parizeau là », du Vieux-Québec. En 2001, les deux derniers
Il répondait: “Non, le monde passe sur la Grande tions du gouvernement », précise celui qui a ren- souligne son ancien conseiller Jean-François Li- étages de la tour Art déco sont transformés par
Allée, puis ils voient que c’est ouvert. Il y a de la lu- contré, dans leur résidence privée, les cinq pre- sée. À l’époque, le premier ministre péquiste ac- la Caisse de dépôt et placement en «appartement
mière; donc je travaille”», confie M. Morin. miers ministres qu’il a servis. «À l’époque, c’était cueille ses proches conseillers dans la salle à de fonction» pour le chef de gouvernement. Ber-
beaucoup moins formel qu’aujourd’hui. C’était un manger au rez-de-chaussée et dans un «petit bu- nard Landr y est le premier occupant de cette
Un châtelain unioniste peu plus à la bonne franquette.» reau » à l’étage — où l’on retrouve toujours les « garçonnière », où logent toujours les premiers
Le premier ministre du Canada a les clés du À quelques mois de sa défaite électorale de Lois du Québec, des recueils des débats de la ministres de passage dans la capitale.
24, promenade Sussex à Ottawa depuis 1951. À la 1966, Jean Lesage milite publiquement pour l’oc- Chambre et même les statuts de la Nouvelle-Zé- La question d’octroyer une résidence officielle
même époque, son homologue québécois, Mau- troi d’une résidence officielle au premier minis- lande laissés sur place par M. Parizeau. est toutefois loin d’être réglée. Que se passera-t-il
rice Duplessis, a ses aises dans la suite 1107 du tre. Pas pour lui, mais pour son successeur. «J’ai M. Lisée se rappelle un « vendredi soir » où le si un jeune premier ministre devait être élu ? À
Château Frontenac. «Tous les soirs, il écoutait ses moi-même ma propriété, la propriété de ma femme, premier ministre devait décider s’il acceptait les l’approche des élections de 2003, Mario Dumont
nombreux disques d’opéra et de musique classique devrais-je dire, sur la rue Bougainville, qui satisfait conditions posées par le chef de l’Action démo- annonçait qu’il ne dormirait pas dans les draps de
en lisant les journaux, qu’il laissait éparpillés au- pleinement à mes besoins », expliquait le chef de cratique du Québec, Mario Dumont, afin de M. Landry. «Je vous mets au défi d’aller voir si la ré-
tour de lui», souligne le biographe de M. Duples- l’équipe du tonnerre. Son adversaire unioniste, prendre part aux travaux des Commissions sur sidence de l’édifice Price convient à une grosse fa-
sis, Conrad Black, précisant au passage qu’« il Daniel Johnson, demeure toutefois au Château l’avenir du Québec. « Il fallait démontrer qu’on mille de trois enfants. Un gouvernement de l’ADQ
était le premier client du coiffeur de l’hôtel ». « Le Frontenac, qui s’est imposé au fil des années pouvait rassembler.» Le «succès de l’opération» en va gouverner à Québec, mais les décisions fami-
cheuf » de l’Union nationale dispose également comme le quartier général de l’Union nationale. dépendait, résume l’ex-conseiller. La soirée se liales de ma femme et de mes trois enfants sont
d’un bureau — une pièce adjacente au restaurant «Il logeait là. Il passait son avant-midi à téléphoner prolonge. «[Puis,] M. Parizeau, qui, dans un pre- prises dans un contexte non politique.»
Le Champlain. Il y convoque ses alliés, ses adver- un peu partout. Il arrivait au bureau à 11 h 15. mier temps, avait un peu résisté, s’était rendu à cet Le Devoir
saires politiques et des «dignitaires». C’était un autre genre de vie que celle de Lesage, argument-là. Je me souviens de le voir en robe de
Les boiseries du bureau de M. Duplessis ont qui arrivait à 8 h moins 10 pile. Enfin, il fallait chambre verte avec la feuille dans les mains en di- Voir › Une carte interactive des anciennes
été préservées. Il ne reste toutefois plus rien du s’adapter», dit Claude Morin à l’autre bout du fil. sant: “Oui, vous avez raison, ça vaut de l’or.”» résidences des PM. ledevoir.com/carte.

La rédaction Avis publics et appels d’offres Abonnements (lundi à vendredi, 7 h 30 à 16 h 30)


Au téléphone 514 985-3333 / 418 643-1541 Au téléphone 514 985-3344 Au téléphone 514 985-3355
Par courriel redaction@ledevoir.com Par courriel avisdev@ledevoir.com Extérieur de Montréal (sans frais) 1 800 463-7559
Le Devoir sur
ledevoir.com Par télécopieur 514 985-3360 Par télécopieur 514 985-3340 Par courriel abonnements@ledevoir.com
Les bureaux du Devoir sont situés
Par télécopieur 514 985-5967
au 2050, rue De Bleury, 9e étage, Publicité Petites annonces
Montréal (Québec), H3A 3M9 Place-des-Arts Au téléphone 514 985-3399 et publicité par regroupement
Ils sont ouverts du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h
sur Facebook Extérieur de Montréal (sans frais) 1 800 363-0305 Au téléphone 514 985-3322 Agenda culturel
Renseignements et administration : 514 985-3333 et sur Twitter Par télécopieur 514 985-3390 Par télécopieur 514 985-3340 Par courriel agenda@ledevoir.com

Le Devoir peut, à l’occasion, mettre la liste d’adresses de ses abonnés à la disposition d’organisations reconnues dont la cause, les produits ou les services peuvent intéresser ses lecteurs. Si vous ne souhaitez pas recevoir de correspondance de ces organisations, veuillez en avertir notre service à la clientèle. Le Devoir est publié du
lundi au samedi par Le Devoir inc. dont le siège social est situé au 2050, rue De Bleury, 9e étage, Montréal (Québec), H3A 3M9. Il est imprimé par Imprimerie Mirabel inc., 12800, rue Brault, Saint-Janvier de Mirabel, division de Québecor Media, 612, rue Saint-Jacques Ouest, Montréal, qui a retenu pour la région de Québec les
services de l’imprimerie du Journal de Québec, 450, avenue Béchard, Québec, qui est la propriété de Corporation Sun Media, 612, rue Saint-Jacques Ouest, Montréal. Envoi de publication — Enregistrement no 0858. Dépôt légal: Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2007.
Jeux olympiques Éloge de
la jeunesse, des prouesses
et du deux-pièces Page B 2

Carnet de voyage Des femmes, des hommes et des icebergs Page B 3

PERSPECTIVES
CAHIER B › L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

Les libertariens
entrevoient
une ouverture
historique
Hillar y Clinton et Donald Trump ne sont pas
les seuls candidats à la Maison-Blanche.
Alors que les candidats des partis qui domi-
nent la vie politique américaine recueillent un
niveau historique d’opinions défavorables,
deux candidats de petits partis attirent des
mécontents de Trump et Clinton : le liberta-
rien Gar y Johnson et Jill Stein, candidate des
verts. Premier de deux articles.
MARIE-CHRISTINE BONZOM
à Washington

L es électeurs républicains Walter Peterson et


Juan Hernandez n’ont pas attendu les der-
nières frasques de Donald Trump pour décider
de ne pas voter pour lui. Excluant l’idée de vo-
ter pour Hillary Clinton, ils réfléchissent depuis
longtemps à l’attitude à tenir lors du scrutin du
8 novembre.
« Je ne peux pas soutenir Trump, qui s’est dis-
ALEXANDRE SHIELDS LE DEVOIR qualifié par sa personnalité, ce n’est pas
L’étendue des permis d’exploration pétrolière et gazière en vigueur au Québec est telle qu’elle recouvre même le territoire de quatre réser ves fauniques, quelqu’un qui peut assumer la responsabilité de
révélait cette semaine Le Devoir. Ici, la réser ve des Chic-Chocs, qui s’étend aux limites du parc national de la Gaspésie. la présidence », indiquait au Devoir dès février
Walter Peterson, conseiller financier à la re-
traite vivant en Virginie.
HYDROCARBURES Aujourd’hui, Walter Peterson « penche vers le
libertarien ». « Au fond, je me définis comme un

Après six ans de débats, une loi


libertarien, je veux un gouvernement au rôle li-
mité, mais je n’aime pas le programme sociétal
du Parti républicain et des évangéliques au sein
du parti, notamment leur combat contre l’avorte-
ment et les homosexuels », explique-t-il, en souli-
Le gouvernement Couillard compte finalement encadrer gnant qu’il a voté pour l’indépendant Ross Pe-
rot en 1992 face à George H. Bush et Bill Clin-
une industrie impopulaire qui lorgne un potentiel toujours hypothétique ton. Walter Peterson veut voter pour un candi-
dat « qui développe un programme de consensus
afin que le gouvernement puisse s’attaquer aux
Après la commission parlementaire sur le permis d’exploration ont été acquis à la même impossibilité d’aller de l’avant avec l’exploitation problèmes ».
projet de loi 106, bouclée en quatre jours époque, dans la foulée du désengagement du de gaz de schiste au Québec, Le Devoir a révélé Pour Juan Hernandez, la décision est prise. Il
cette semaine, le gouvernement Couillard es- gouvernement Charest de la filiale Pétrole et cette semaine que 12 entreprises contrôlent en- votera pour Gar y Johnson et l’annonce même
gaz d’Hydro-Québec, mise sur pied en 2002 par core aujourd’hui 16 000 km2 de permis dans la dans une tribune publiée par le Washington
père sans doute adopter rapidement la pre- le gouvernement péquiste de Bernard Landry. vallée du Saint-Laurent, tapissant ainsi les deux Post. Cet ancien conseiller de la campagne pré-
mière législation censée encadrer les projets Fait à noter, d’anciens employés de cette filiale rives du fleuve entre Montréal et Québec. sidentielle de John McCain en 2008 indique au
pétroliers et gaziers au Québec. Reste que et la défunte Société québécoise d’initiatives pé- Tout le ter ritoire qui pour rait receler un Devoir que son ras-le-bol envers Donald Trump
trolières (SOQUIP) ont aussi fait le saut dans le potentiel pétrolier est lui aussi recouvert de est « venu il y a un an, quand il s’est mis à insul-
l’industrie est loin de faire l’unanimité, en secteur privé, notamment chez les entreprises per mis d’exploration, essentiellement en ter l’épouse mexicaine de Jeb Bush et les femmes
plus d’avoir encore du travail à faire pour dé- qui détiennent encore aujourd’hui des droits Gaspésie et dans le Bas-Saint-Laur ent. en général ».
montrer qu’il existe bel et bien un potentiel d’exploration un peu partout au Québec. L’étendue de permis est telle qu’elle recoupe En juillet, Juan Hernandez eut « deux longs en-
d’exploitation d’hydrocarbures dans le sous- Ces entreprises, les plus connues étant Junex même quatre réser ves fauniques, dont deux tretiens avec Gary en marge des congrès républi-
et Pétrolia, ne font que poursuivre une quête de sont situées aux limites du parc national de cain et démocrate d’investiture auxquels nous as-
sol de la province. gisements d’énergies fossiles entreprise dès la Gaspésie. D’autres permis couvrent, en sistions ». « Et après avoir entendu Trump et Clin-
1860 en Gaspésie. Or, malgré 150 ans milieu marin, la totalité de la baie de ton aux conventions, ma décision fut très facile »,
ALEXANDRE SHIELDS de travaux d’exploration, aucun gise- Au tournant Gaspé et une por tion de la baie des raconte ce Texan qui, tout en se disant toujours
ment pétrolier n’a été découver t au Chaleurs. En réponse à ces informa- républicain, dirige désormais les relations du li-
Québec. Quant au potentiel gazier de de 2010,

C’
était en octobre 2009. Dans un dis- tions divulguées cette semaine par bertarien avec la communauté hispanique.
cours très « pro-industrie » pro- la vallée du Saint-Laurent, son am- Le Devoir, le gouvernement a indi-
noncé lors du premier congrès de pleur reste à démontrer. Pas étonnant,
l’industrie qué qu’il n’entend pas révoquer ces Vote de protestation
l’Association pétrolière et gazière dans ce contexte, qu’aucune entre- des énergies permis. Pas plus qu’il n’entend man- Contrairement à Jill Stein, Gary Johnson, an-
du Québec (APGQ), la ministre prise majeure du secteur ne s’inté- dater le BAPE pour étudier la filière cien gouverneur républicain de l’État démo-
des Ressources naturelles, Nathalie Norman- resse au Québec. fossiles croyait pétrolière. crate du Nouveau-Mexique, semble séduire
deau, promettait déjà aux entreprises du secteur non seulement des indépendants, mais aussi
«une loi plus moderne, plus proactive» pour enca- Industrie vs citoyens fermement en Fonds publics des républicains et des démocrates mécontents
drer l’exploitation du gaz de schiste et du pétrole. Bref, au tournant de 2010, l’indus- ses chances Par ailleurs, même si le ministre de de leurs candidats officiels.
« En fait, ajoutait celle qui était alors vice- trie des énergies fossiles croyait fer- l’Énergie et des Ressources naturelles a Soutenir Gar y Johnson est un vote-refuge
première ministre du gouvernement de Jean mement en ses chances de réussite de réussite dit cette semaine en commission parle- pour de nombreux mécontents de Donald
Charest, on veut mettre de côté la bureaucra- dans la province. En entrevue au De- mentaire que Québec ne ferait jamais la Trump et d’Hillary Clinton. « Voter pour Johnson
tie. On veut faciliter votre vie, parce qu’on est voir, le président de l’APGQ, André dans la « promotion » de l’exploitation des hy- serait un vote de protestation », note ainsi Walter
bien conscients qu’en facilitant votre vie, on Caillé — encore aujourd’hui adminis- drocarbures, le gouvernement injecte Peterson. « Trump et Clinton étant les candidats
va permettre de créer plus de richesse au Qué- trateur de Junex —, avait d’ailleurs province des millions de dollars de fonds publics à la présidence les plus mal aimés de l’histoire
bec. On va vous per mettre de déployer vos affiché une grande confiance de voir dans les entreprises du secteur. C’est le des États-Unis, voter pour un par ti tiers est le
ailes et, dans ce sens, on souhaite une loi qui rapidement un « boom » gazier au Québec. Il cas pour l’entreprise Pétrolia, dont le gouverne- seul choix digne et honorable », obser ve Juan
nous permette d’être plus ef ficaces. » Le pré- évoquait même la possibilité d’exporter du gaz ment est le «premier actionnaire». En plus d’être Hernandez.
jugé favorable envers l’exploitation de gaz de de schiste. le principal bailleur de fonds dans les travaux Mais pour Juan Her nandez, le vote pour
schiste et de pétrole aurait dif ficilement pu Mais pendant que l’industrie avançait vers la d’exploration sur l’île d’Anticosti, Ressources Gar y Johnson est également un vote d’adhé-
être plus évident. production, la très vaste majorité des citoyens Québec a investi 12,3 millions de dollars dans le sion. « Gary of fre le meilleur du Parti républi-
Preuve supplémentaire que le gouver ne- de la province ignoraient jusqu’à l’existence projet gazier Bourque, situé en Gaspésie. cain et le meilleur du Parti démocrate », lance-t-
ment voulait à tout prix « faciliter » la vie aux de cette industrie en sol québécois. Il aura Avec le volet « hydrocarbures » du projet de il. « Gary prône un rôle limité pour le gouverne-
entreprises gazières, le budget 2009-2010 pré- fallu que le dossier se retrouve dans les mé- loi 106 — qui traite également de la mise en ment fédéral, y compris dans la sphère sociétale
voyait un congé de redevances de cinq ans dias nationaux pour que le débat soit véritable- place des mesures de la politique de « transi- et personnelle, explique-t-il. Il est le seul candidat
pour les puits entrés en production avant la fin ment lancé. Cer tains parlent alors du « scan- tion » vers un Québec moins dépendant des à avoir gouverné, c’est un type intéressant qui
de 2010. Heureux hasard, puisqu’un puits de dale » du gaz de schiste. La pression pousse ressources fossiles —, les libéraux comptent veut légaliser la marijuana et qui a gravi l’Eve-
gaz de schiste produit, au mieux, pour une pé- même le ministre de l’Environnement d’alors, par ailleurs mettre en place le cadre législatif rest. Et en plus, il est honnête ! »
riode de cinq ans. L’objectif ? « Augmenter les Pier re Arcand, à mandater le Bureau d’au- promis à l’industrie depuis plus de six ans. En Gary Johnson, un sexagénaire qui vient sur
possibilités d’une mise en production dans un diences publiques sur l’environnement théorie, le discours a changé depuis celui très les plateaux de télévision en chaussures de
avenir rapproché. » (BAPE) pour qu’il étudie ce dossier de plus en « pro-industrie » prononcé par Nathalie Nor- sport et dont le slogan est de « mettre le peuple
plus controversé. mandeau en 2009. Après tout, le premier mi- avant la politique », vise en particulier la majo-
Québec sous permis Sans surprise, le BAPE conclura au manque nistre s’est posé en champion de la lutte contre rité des Américains qui ne se reconnaît pas
Il faut dire qu’à ce moment, des dizaines de d’informations pour bien apprécier les impacts. les changements climatiques depuis le som- dans les grands partis. « Républicains et démo-
milliers de kilomètres carrés de la vallée du Suivront une évaluation environnementale stra- met de Paris de 2015. crates vont vers les extrêmes et, si les gens votent
Saint-Laurent étaient déjà soumis à des permis tégique, puis un autre BAPE sur le sujet. Au fi- Plusieurs ont toutefois déploré cette se- Trump ou Clinton, la polarisation s’aggravera »,
d’exploration gazière. Des permis acquis pour nal, cette succession d’études révèle que les maine, en commission parlementaire, les prévient-il.
la plupart entre 2006 et 2009, à la suite des dé- avantages de cette filière restent à démontrer, droits impor tants consentis aux entreprises La question est de savoir s’il y a de la place
couver tes de gaz de schiste aux États-Unis. tandis que les risques sociaux et environnemen-
Quant au Bas-Saint-Laurent et à la Gaspésie, les taux sont bien réels. Mais, malgré l’apparente VOIR PAGE B 2 : LOI VOIR PAGE B 2 : ÉT A T S-UNIS
B 2 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

PERSPECTIVES

MAR TIN MEISSNER ASSOCIATED PRESS


Les athlètes prenant part à l’heptathlon ont salué la foule à l’issue de la septième et dernière épreuve de la compétition. Au centre, on reconnaît la médaillée d’or Nafissatou Thiam.

Jeunesse, prouesses et deux-pièces


Les athlètes olympiques, hommes et femmes, sont l’objet d’une médiatisation du voyeurisme
STÉPHANE BAILLARGEON dans notre société vieillissante.» gagnantes de médailles de Londres en 2012, avec comment notre monde connaît et reconnaît la réa-
D’accord, mais encore ? La professeure La- leur âge et leurs mensurations. La plus petite et la lité du corps humain. Cet ordre normatif dépend

L e rinçage d’œil a commencé dès la cérémonie


d’ouverture des Jeux, quand le champion de
taekwondo Pita Taufatofua, porteur du drapeau
berge connaît bien les effets pervers de cette ex-
position qui oblige par exemple les joueuses de
volleyball de plage à jouer en minikini. «Ces choix
moins lourde était la gymnaste chinoise Linlin
Deng de 20 ans: 1,46 m et 36 kilos; la plus grande,
la joueuse de basketball américaine Sylvia Fowles,
notamment des biotechnologies, de la marchandi-
sation généralisée et des nouveaux moyens de
communication. La société contemporaine amplifie
de Tonga, est entré dans le stade de Rio vêtu se font au grand dam des féministes. Ils rajoutent atteignait 1,96 m, soit 6 pieds 5 pouces ; la plus la technologisation de la condition corporelle, par
d’un simple pagne, torse nu. Les réseaux sociaux en plus d’autres formes d’exclusion: une fille qui n’a lourde était une haltérophile pesant près de 300li- exemple avec la chirurgie esthétique, le Viagra ou
de la planète ont vite bouillonné de passion de- pas le corps idéalisé est exclue. Et puis, les athlètes vres. Mme Fox cherche à sociofinancer un nou- l’hormonothérapie qui signalent une «naturalisa-
vant cette très belle jeune bête humaine, musclée en nage synchronisée se font bronzer. Beaucoup se veau tableau d’honneur féminin pour Rio. tion de la culture du néocapitalisme». En même
et huilée. Et pas seulement les comptes des maquillent. On est habitué à cette objectivation du « Les athlètes sont des “filles en série”, com- temps, les médias relaient des corps fantasmés et
femmes et des gais, a ensuite fait remarquer un corps féminin. Ce qui est relativement nouveau, mente la professeure Delvaux en utilisant le ti- des contractions corporelles quasi irréelles.
ar ticle de la section « fashion » du New York c’est de voir les hommes pris dans ce tsunami. Ils tre d’un de ses essais, mais ce ne sont pas des « Les Olympiques témoignent d’une volonté très
Times sur la mode du «body watching». potiches, des figures ornementales comme sur
s’épilent, ils se crèment, ils se tatouent et ils se coif- contemporaine de vouloir contrôler le corps, de le
La pratique généralisée vire quasiment au fent de manière très élaborée.» une chorus line, où on montre des filles rendre malléable, dit Mathieu St-Jean, jeune
vice depuis deux semaines. Après tout, le ba- qui semblent dire : nous sommes belles professeur de sociologie au cégep de Lanau-
daud et sa fiancée d’ici et d’ailleurs ne connais- Potiches et machines « Les et toutes semblables, comme des manne- dière à Joliette. L’engouement du sport, du jog-
sent pas grand-chose aux disciplines olym- La féministe Mar tine Delvaux re- quins de mode. Ce fantasme est décliné ging notamment, montre aussi cette volonté de
piques. Disons 7158 points au décathlon, c’est connaît la soumission croissante des Olympiques différemment dans les sports, avec des contrôler son corps et de le rendre le plus perfor-
bon ou pas ? Et courir le 5000 mètres en hommes à certains diktats esthético- nous femmes-machines surpuissantes. Et là, mant possible avec une diète et un régime de vie
15 min 34 s pour une femme ? Et qui peut expli- corporels. Elle n’en pense pas moins ça devient beaucoup plus intéressant. » spécifiques, avec bien sûr la consommation des
quer comment on pare en tierce au fleuret ? que les femmes sont bien davantage permettent bons produits, des bons équipements, mais aussi
Par contre, tout le monde peut admirer les victimes de ce jugement par le look. Le corps comme métaphore la chirurgie ou les drogues. Le critère de beauté
prouesses des dieux et des déesses en speedo. La professeure de littérature de de nous En effet. La manière de concevoir et du corps exige un corps musclé, bien défini et qui
La machine humaine s’avère franchement for- l’UQAM cite les sempiternelles listes de percevoir le corps dans une société paraît en santé. C’est de l’ordre de l’apparence et
midable. Les Olympiques donnent l’occasion des athlètes « les plus hot » et un récent confronter à donnée dépend des idées et des pra- de l’illusion de la perfection. Les athlètes incar-
de zieuter le nec plus ultra des performances article du magazine Cosmopolitan nom- un standard tiques de cette même société. Dans sa nent cet idéal. Les Olympiques nous permettent
d’une grande diversité de corps sélectionnés, mant les « 14 moments les plus sexistes thèse de sociologie La métamorphose de de nous confronter à un standard utopique, inat-
formatés et entraînés pour repousser les li- des Olympiques de 2016 [jusqu’à main- utopique, la représentation sociétale du corps dans teignable pour la grande majorité. »
mites du possible. Les épreuves d’été offrent en tenant] ». On y retrouve des commen- la société occidentale contemporaine Il note alors un paradoxe ultime : la condition
plus un maximum d’hommes ou de femmes taires sur le maquillage des athlètes, inatteignable (UQAM, 2011), Mathieu St-Jean déve- optimale formatée par les techniques du corps,
dans un minimum de vêtements collants. Dafne sur la maternité récente d’une telle ou
Schippers, ça vous dit quelque chose ? les mérites du mari d’une autre dans
pour la grande loppe et actualise cette idée de base que
«le corps humain demeure une allégorie
dans les laboratoires et les universités, s’avère à ce
point partagée que la démarcation des athlètes se
ses succès. « Les médailles aux femmes, majorité » du corps social». Mieux encore, le corps fait maintenant par la préparation psychologique.
Plus haut ? Plus beau ! les éloges aux hommes », résumait Auré- humain reproduit à petite échelle « les Au fond, tous ces corps équivalents, ou presque,
«Ça ne me choque pas du tout qu’on regarde les lie Lanctôt dans Le Devoir vendredi. pouvoirs et les dangers qu’on attribue à se démarquent par les performances de l’esprit.
Olympiques pour regarder de beaux corps », com- «Le jugement porté sur le corps des femmes et ce- la structure sociale», selon la formule de l’anthro- «La condition physique des cinquante meilleurs
mente Suzanne Laberge, professeure titulaire du lui porté sur le corps des hommes diffèrent, dit-elle. pologue britannique Mary Douglas. athlètes dans une discipline comme le tennis peut
Département de kinésiologie, responsable du la- Je veux bien que les gars soient jugés pour leur « Le corps est systématiquement construit, écrit se ressembler. L’attitude par rapport à la perfor-
boratoire de sociologie du sport de l’Université look. Ça ne me rend d’ailleurs pas heureuse : ce Mathieu St-Jean dès l’introduction, et ce, même mance devient donc un enjeu. Le contrôle du corps
de Montréal. « On est face à de l’exceptionnel qui n’est pas parce qu’on objectivise les femmes qu’on si ces caractéristiques morphologiques apparais- devient une marque de commerce et d’identité.»
fascine. C’est un peu comme au cinéma quand on doit le faire aux hommes. En plus, les athlètes fémi- sent au sujet des données relevant de la “Nature”. Tous sont atteints par cette volonté de
va voir un bel acteur ou une belle actrice. Il n’y a nines, elles, sont constamment sexualisées, compa- Au moment où le corps est interpellé dans les contrôle. La professeure Laberge l’obser ve
pas de morale à mêler à ça, rien de mal en tout rées les unes aux autres. Il faudrait aussi étudier pratiques sociales, il devient un objet de manipu- bien autour d’elle, chez ses jeunes étudiants
cas. Plus haut, plus loin, plus vite, à un moment, comment les images des corps sont traitées. Le ta- lation et de représentation, qui manifeste di- performants et « lookés ». « Je suis fascinée par
on s’en tanne. Les résultats aux centièmes de se- lent d’un sportif n’est pas minimisé par la repré- verses conceptions et perceptions de la réalité so- le corps comme marqueur identitaire, dit-elle en
conde aussi. Ces détails n’intéressent que les gens sentation de son corps; une sportive, elle, oui.» ciale et de l’espace des relations intersubjectives. terminant. Une image vaut mille mots, dit-on.
du sport. Par contre, la beauté des corps et leurs Les Olympiques mettent pourtant en scène une Le corps se transforme alors en objet de consom- Moi, je dis qu’un corps en vaut un ou trois mil-
performances exceptionnelles peuvent intéresser grande diversité corporelle. La designer austra- mation, en objet médical, en objet politique, en lions. Le corps dit tout d’un individu, même ce
tout le monde, surtout dans une société vieillis- lienne Wendy Fox a même réalisé une affiche en objet esthétique, en objet artistique, en objet de qu’il ne veut pas dire. »
sante, qui revalorise d’autant plus la jeunesse, une hommage à la multiplicité des corps athlétiques culte, en force productive, en objet libidinal, etc. »
denrée toujours éphémère et de plus en plus rare féminins. On y retrouve des dessins de toutes les Les Jeux olympiques montrent en concentré Le Devoir

confirmer, malgré la contro- Guatemala, au Costa Rica et vote en moyenne, soit près d’autres petits candidats, Hil-
LOI verse, que les opérations de
fracturation seront permises
ÉTATS-UNIS au Panama », remarque Juan
Hernandez.
du double de son score ac-
tuel. Pour atteindre ce seuil,
lary Clinton et Donald Trump
maintiennent qu’un vote pour
SUITE DE LA PAGE B 1 au Québec. Le document ne SUITE DE LA PAGE B 1 il a renforcé sa présence mé- ces prétendants est un «suffrage
mentionne toutefois jamais le Victoire possible ? diatique, multiplié les réu- gaspillé » qui faciliterait la vic-
qui lorgnent le potentiel du mot « fracturation ». Le gouver- dans cette campagne pour un Mais est-il réaliste d’envisa- nions électorales, fait une toire de leur principal rival.
sous-sol québécois. Dans le nement Couillard parle plutôt liber tarien, puisque Donald ger la victoire de Gary Johnson nouvelle collecte de fonds, M. Hernandez rejette l’éti-
monde municipal, on a vive- de « stimulation physique, chi- Tr ump brandit déjà le flam- qui, à 80 jours du scru- intensifié son démar- quette de « trouble-fête » («spoi-
ment dénoncé la préséance mique ou autre ». Sera-t-il possi- beau de la révolte contre l’esta- tin, n’est crédité que chage auprès des ler»). « Gary prend presque au-
des permis d’exploration sur ble de savoir si ces opérations blishment. « En temps normal, d’une moyenne de 8,4 % jeunes et des Hispa- tant de voix à Clinton qu’à
l’aménagement du territoire. auront été menées pour forer je dirais non, mais nous ne des intentions de vote ? niques afin d’élargir Trump. La situation est dif fé-
Même levée de boucliers des puits ? La future législation sommes pas en temps normal », «Rien n’est réaliste dans son électorat vers la rente de celle de Ross Perot, car
contre la possibilité, pour une prévoit que les informations répond Juan Hernandez. cette campagne en folie, gauche, notamment George H. Bush et Bill Clinton
entreprise, d’obtenir une ex- sur les puits seront disponibles Le terrain politique est en donc la victoire de Gary en ouvrant un site In- ne suscitaient pas l’aversion
propriation afin de démarrer seulement deux ans après leur tout cas propice à une candida- est possible cette fois, et ternet en espagnol et que soulèvent Hillar y et Do-
un projet d’exploitation pétro- fermeture définitive. ture indépendante à la Mai- plus que jamais », af- en r ecr utant Juan nald », note-t-il.
lière ou gazière. Malgré le ton Et au final, un Québec actif son-Blanche. La propor tion firme Juan Hernandez. Hernandez. Même s’il n’a pas arrêté son
rassurant du ministre Arcand, dans l’extraction de pétrole et d’Américains inscrits comme M. Hernandez comme Gar y Johnson Gary Johnson a dés- choix, Walter Peterson ne
qui a promis que cela serait de gaz sera-t-il en mesure d’at- indépendants sur les listes Gar y Johnson concè- ormais l’appui de 16 % pense pas que son vote pour
possible uniquement si la teindre ses objectifs de réduc- électorales bat tous les re- dent cependant que la victoire des Latinos, 9 points de plus M. Johnson « changerait quoi
chose est « d’intérêt public », tion de sa consommation d’hy- cords, à 43 %, tandis que les est «hors de question» si le liber- qu’en mai. « Hillary Clinton fait que ce soit au résultat final en-
cer tains y voient un énorme drocarbures et ses cibles en inscrits en tant que démo- tarien n’est pas accepté aux dé- les mêmes promesses de réforme tre Trump et Clinton ». « Je ne
privilège accordé à une indus- matière d’émissions de gaz à crates et républicains sont en bats présidentiels télévisés, de l’immigration qu’Obama n’a m’attends pas à ce que ce scru-
trie qui est loin de faire l’una- ef fet de ser re ? Pour le mo- baisse, à 30 et 26 %. Le succès dont le premier est prévu le pas tenues, mais les Latinos ne tin soit aussi serré qu’en 2000,
nimité. Sur tout que le projet ment, la question demeure en- de Donald Trump et de Ber- 26 septembre. « Il est extrême- sont plus dupes », juge Juan quand cer tains accusaient
de loi ne mentionne jamais la tière. Tout comme il apparaît nie Sanders illustre d’ailleurs ment important que Gary figure Hernandez. Autre signe que Ralph Nader d’avoir aidé à la
question de l’intérêt public. clairement que le débat sur la le rejet des grands partis. aux débats. Le peuple verra alors Gar y Johnson attire des élec- victoire de George W. Bush sur
Le projet de loi 106 « concer- pertinence d’exploiter d’éven- « Il y a un mouvement contre qu’il a trois options, pas deux », teurs de la « coalition Obama » : Al Gore », précise cet électeur
nant la mise en œuvre de la Po- tuels gisements d’énergies fos- le statu quo aux États-Unis et souligne Juan Hernandez. il mène chez les jeunes de 18 à de la Virginie.
litique énergétique 2030 et mo- siles est loin d’être clos. ailleurs ; rien que sur notre Pour participer aux débats, 24 ans.
difiant diverses dispositions lé- continent, des indépendants Gar y Johnson doit être cré- Pour briser l’élan des élec- Collaboratrice
gislatives » doit également Le Devoir ont gagné au Mexique, au dité de 15 % d’intentions de teurs vers Gar y Johnson ou Le Devoir
L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 B 3

PERSPECTIVES
C ARNET DE VOYAGE – S UR LA ROUTE Q UÉBEC -L ABRADOR

Des femmes, des hommes et des icebergs


Sur la Basse-Côte-Nord, on
peut rejoindre Blanc-Sablon
en faisant un énorme arc de
cercle par le Nord québécois
et le Labrador terre-neuvien.
Le Devoir a fait le long péri-
ple et bouclé la boucle de
Baie-Comeau à Baie-Comeau,
une distance de près de
3000 kilomètres, d’abord par
la route, puis en bateau sur
le golfe du Saint-Laurent.
Compte rendu d’un voyage in-
solite et fascinant dans l’im-
mensité sauvage. Septième
de huit articles.

MONIQUE DURAND

O
n y ar rive la plu-
part du temps par
nécessité ou par
hasard. C’est trop
neigeux, trop plu-
vieux, trop tempétueux pour
qu’on continue. Ou tout sim-
plement, on en a marre de la
510 sur laquelle on chemine
cahin-caha depuis Goose Bay,
402 kilomètres sur du gravier
d’un bout à l’autre, il est temps
d’arrêter quelque par t. Et ce
quelque par t, c’est l’hôtel
Alexis à Por t Hope Simpson,
pour tout dire, une petite mer-
veille. Rien de luxueux, des
chambres monacales, mais
alors une salle à manger qui
vaut le détour ! Parce qu’elle
s’ouvre toute grande sur la
magnificence du fleuve Alexis,
on s’y croirait en bateau, et
parce qu’on y mange correcte-
ment. Quelques touristes, sur-
tout européens, viennent sé-
journer là, principalement pour
admirer les aurores boréales.
Qui est-ce que je retrouve
par hasard dans cette salle à
manger ? Les quatre com-
parses motocyclistes de l’Es-
trie qui, en cette fin de jour-
née, célèbrent leur exploit, d’environ 2500, négocient pour
avec le sentiment d’avoir obtenir un territoire et le droit
vaincu l’Himalaya. Ils ont aussi de se gouverner. Les Métis —
parcour u les 402 kilomètres ils sont à peu près 5000 — lut-
sous des cordes de pluie, mais tent pour obtenir le plein statut
eux, vulnérables sur leurs d’autochtone et revendiquent
deux roues, alors que je rou- un territoire qu’ils appellent
lais, moi, dans mon char d’as- NunatuKavut, « notre terre an-
saut. Ils sont ar rivés tout à cienne ». Enfin, les Labrado-
l’heure comme des chats riens de souche européenne,
mouillés, le corps vrombissant qui comptent pour approxima-
encore de leur odyssée. tivement 60 % de la population,
Holà, Lucie, Marc, Stéphane ont toujours revendiqué leur
et Gilles ont mérité leur apéro ! différence et un statut distinct
On ne se connaît pas, mais on dans la province de Ter re-
se retrouve un peu comme Neuve-et-Labrador.
frères et sœurs, membres dés- Un vrai casse-tête pour un
ormais de la même confrérie territoire qui ne compte, en
de la grande boucle routière tout et pour tout, que 28 000
Québec-Labrador. On pénètre habitants. « C’est un défi de gé-
tous, dans cette salle à manger rer tout ça ! » m’avait dit Bert
de l’hôtel Alexis, avec l’impres- Pomeroy, un élu à la Ville de
sion d’avoir évité le pire. Ça Goose Bay. Comment, en ef-
crée des liens. Et à l’unisson, fet, réconcilier toutes ces iden-
on bénit ce vin blanc, servi tié- tités, toutes ces aspirations,
dasse, qui roule dans nos tous ces intérêts, sur fond
verres. On trinque dans la pé- d’histoires souvent tragiques ?
nombre du soir descendu sur Du fond de son isolement, le
le fleuve. Labrador serait-il un concentré
de ce qui se passe un peu par-
Terre de tensions tout dans le reste du monde ? Port Hope
Simpson
Margaret Burden est aussi « Tout ça me rend pessimiste
ar rivée par hasard, celui du pour l’avenir, soupire l’hôte-
destin, dans cet endroit perdu lière, d’autant plus que la
au milieu des rivières et des manne pétrolière s’est arrêtée et
montagnes, quand elle avait que nous assistons au fiasco fi- Fermont Blanc-Sablon
18 ans. Originaire de l’île de nancier du mégaprojet de bar-
Terre-Neuve, de descendance rage sur le Bas-Churchill. Et
anglaise et irlandaise, elle ve- puis, la morue, ici, qui nous a
nait enseigner au Labrador, ne fait vivre pendant des siècles,
sachant pas qu’elle y prendrait c’est fini. Le Labrador était pau- Baie-Comeau

mari, y élèverait neuf enfants vre avant. Il redevient pauvre


et y deviendrait hôtelière. Port aujourd’hui. » Et vous, Marga-
Hope Simpson abrite tout ret ? Et vous dans tout ça ? « Je PHOTOS MONIQUE DURAND
juste 500 habitants, des Métis travaille et je lis. » Petit silence. Sur la photo du haut, un iceberg vu de la route 510, entre Red Bay et L’Anse-au-Clair. En bas, un
à 80 %. Aujourd’hui, à 78 ans, « La vie est une route qui court traîneau abandonné, en attendant le retour de l’hiver, et à droite, Margaret Burden, propriétaire de
celle qui se définit comme une devant soi. On ne peut pas reve- l’hôtel Alexis, avec le fleuve Alexis en arrière-scène. LE DEVOIR
Terre-Neuvienne d’abord jette nir en arrière et juste pleurer. »
un regard doux-amer sur sa Elle est émue. Moi aussi. sur la côte atlantique du La- phandre, ils repartent frais et Le soleil ? On ne se souvient apercevez un petit arc de
vie. « J’avais quelque chose à Nos camarades de moto ont brador — vers le camp où il dispos vers Blanc-Sablon, à même plus de sa couleur ! Les triomphe de blanc, de bleu et de
apporter à cette communauté, terminé leur repas, après s’être travaillera tout l’été. Mais, par
215 kilomètres vers l’ouest. Je paysages se succèdent, plus glace planté là, près du rivage.
raconte Margaret. Je l’ai fait raconté encore et encore les un temps pareil, les avions ne les suivrai de peu, sans plus les impressionnants les uns que Un iceberg, un vrai. Certains tra-
de mon mieux, je me suis impli- hauts faits de la journée. À pré- revoir. Eux prendront les autres. On franchit des versent la terre pour voir ça. Ils
quée dans quantité de comités sent, ils s’en vont dormir du le traversier Apollo fleuves, des pays de mousse, ont raison.
pour améliorer notre sort. Mais sommeil du juste. « Faut être On franchit des fleuves, des pays jusqu’à Terre-Neuve, mouchetés de neige, on gravit Je souris en pensant à cette
je suis toujours restée l’étran- un peu fou, c’est vrai », lance de mousse, mouchetés de neige, on tandis que je voyage- des sommets de lune, sans ar- question que l’on posa un jour
gère. Je n’ai jamais pu faire l’un des quatre, Marc Yergeau. rai sur le Bella Desga- bre aucun, on s’enfonce dans à Marguerite Duras. « Pour-
par tie de la famille labrado- « J’avoue que plusieurs fois au- gravit des sommets de lune, sans gnés vers Natashquan. des cuvettes à la flore mysté- quoi ne portez-vous plus vos lu-
rienne. » Elle fait une pause. jourd’hui, sur la 510, on s’est de- Je quitte mon oasis rieuse. On croise des traî- nettes, Marguerite ? » Réponse :
« Mais ces choses-là jouent tou- mandé ce qu’on faisait là. Mais arbre aucun, on s’enfonce dans des d’un soir avec un brin neaux de couleur vive, aban- « Parce que j’ai assez vu. » J’ai
jours dans les deux sens. » ça fait partie de l’aventure, on de nostalgie. Ça sent donnés sur les versants par assez vu pour aujourd’hui. La
« Le Labrador, poursuit Mar- adore ! » Bientôt, tout l’hôtel cuvettes à la flore mystérieuse la fin de ma grande leur propriétaire. Pas la peine cour est pleine. Rendre mon
garet, est une terre de tensions Alexis s’assoupit dans la nuit boucle routière. Je sa- de les ramener à la maison, téléphone satellite à L’Anse-au-
politiques où chacune des qua- moite de Port Hope Simpson. décollent pas. Comme il n’y lue Margaret et lui dis que je re- l’hiver sera de retour si vite. Clair, dans quelques kilomè-
tre communautés qui l’habitent avait plus de chambres libres viendrai voir Port Hope Simp- Le village de Red Bay, an- tres. Et foncer vers Blanc-Sa-
souhaite acquérir son autono- Dernière étape routière à Car twright, il s’est rabattu son par beau temps. On dit tou- cienne station baleinière basque, blon, en évitant de laisser une
mie. » Les Inuits, au nombre Le jour se lève dans de forts sur l’hôtel Alexis… 200 kilo- jours que l’on reviendra… désignée lieu historique natio- roue dans un nid-de-poule.
d’environ 4500, vivant au Nord, vents et une pluie qui s’ac- mètres plus au sud. Ainsi va la La 510 a tôt fait de me re- nal, est bientôt en vue, avec ses
ont obtenu en 2005 un régime croche. Trace, un guide de vie au Labrador : 200 kilomè- prendre corps et âme dans ses maisons distribuées sur les côtes Collaboratrice
de gouvernement autonome li- pêche, attend fébrilement un tres pour une chambre, al- bras de gravier, devenus plus comme des dés à jouer. Ça n’ar- Le Devoir
mité, dans une région appelée appel qui ne vient pas depuis lons, ce n’est rien ! larges et plus carrossables. On rête plus d’être beau. Le temps
le Nunatsiavut, « notre beau trois jours. Il devait prendre Nos Estriens, eux, décollent. annonce que le soleil sera de s’éclaircit, il a cessé de pleuvoir. La semaine prochaine ›
pays ». Les Innus, au nombre un vol depuis Car twright — Vêtus de leurs habits de sca- retour d’ici quelques heures. Soudain, un éblouissement, vous «Après la terre, la mer»
B 4 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

EDITORIAL
DÉMISSION DE JACQUES DAOUST
FONDÉ PAR HENRI BOURASSA LE 10 JANVIER 1910 › FAIS CE QUE DOIS !

La responsabilité Directeur BRIAN MYLES


Rédactrice en chef LUCE JULIEN
Vice-présidente, développement CHRISTIANNE BENJAMIN
Vice-présidente, ventes publicitaires LISE MILLETTE
Directeur des finances STÉPHANE ROGER
Jacques Daoust se consacrera donc désormais entièrement à Directrice de l’information MARIE-ANDRÉE CHOUINARD
son vignoble. Le départ de la vie politique de cet ancien man- Directeur de l’information numérique FLORENT DAUDENS
Adjoints PAUL CAUCHON, JEAN-FRANÇOIS NADEAU, DOMINIQUE RENY, LOUISE-MAUDE RIOUX SOUCY
darin, qui a tenté de se muer en ministre depuis 2014, n’est
Directeur artistique CHRISTIAN TIFFET
pas en soi surprenant, mais soulève des questions quant aux Directeur de la production CHRISTIAN GOULET
raisons qui l’y ont conduit. Ses tribulations imposent aussi
une réflexion sur l’antique notion de « responsabilité ministé-
rielle », censée être au cœur de notre régime politique.

llustre membre du « trio économique » libéral,

I
Jacques Daoust n’aurait pas toujours été un
joueur d’équipe, volant allègrement les ron-
delles à ses collègues ; de nature désinvolte, il
aurait parfois pris ses fonctions à la légère ; ce
« mononcle » fut dépassé par la technologie
(dans le dossier Uber… et quant au logiciel
Word, dont il ne comprenait rien aux fonctions
de pagination) ; il pouvait être opiniâtre à en
faire rager ses subalternes, etc. Il se dit beau-
coup de choses sur le ministre démissionnaire Jacques Daoust.
Mais ce n’était pas un politicien sans qualités. L’opiniâtreté en
politique peut parfois indiquer des convictions réelles. Chose
certaine, M. Daoust savait s’exprimer clairement, qualité rare
dans notre classe politique.
La controverse ayant débouché sur son dé-
part comporte toutefois plusieurs zones d’om-
bre. On comprend qu’Investissement Québec
(IQ) n’était pas tenu, techniquement, d’obtenir
l’autorisation du gouvernement pour vendre
des blocs d’actions de Rona — acquises en
2012 après une commande politique du gou-
ANTOINE vernement Charest afin de bloquer la vente du
ROBITAILLE fleuron à l’américaine Lowe’s. IQ a donc com-
mencé à s’en délester à par tir de novem-
bre 2013. De décembre 2014 à février 2015, elle vend le dernier
bloc : 10,1 millions d’actions. La vérificatrice générale, Guylaine
Leclerc, écrivait en juin que les membres du conseil « ne considé-
raient pas avoir toute la latitude pour autoriser la vente sans
avoir consulté le gouvernement ». Ce qu’ils firent. Mais
M. Daoust, en juin, était formel : il n’avait jamais autorisé une
telle chose.
Coup de théâtre : des courriels dévoilés par TVA ont prouvé
jeudi que son chef de cabinet de l’époque, Pierre Ouellet, l’a au-
torisé, lui, après consultation. Auprès de qui ? M. Daoust per-
siste et répète jusque dans sa lettre de démission qu’il n’en a ja-
mais été informé. N’est-ce pas étrange ? Sommes-nous devant un
syndrome Gérald-Tremblay ? De deux choses l’une, répètent
plusieurs, M. Daoust était « soit menteur, soit incompétent ». Et si
la réalité était moins dichotomique ? Et si le premier ministre lui- L E T T R E S
même, ou son cabinet — de qui relevait M. Ouellet après tout —
avait donné son accord ? Pour reprendre les termes de Philippe
Couillard : voilà une question sérieuse qui exige une réponse sé-
rieuse. De la part du premier ministre. Le problème avec un meilleur accès continu au transpor t
en commun par tout sur le territoire, il
Quand on veut voir
Le ministre démissionnaire avait au moins un grand défaut. Et
ses réponses, dans les deux dernières crises auxquelles il s’est les transports en commun sera illusoire de s’imaginer attirer une
très grande portion de la population vers
des films en français
heurté — celle de l’opacité du ministère des Transports et celle
des actions de Rona —, l’ont démontré clairement. Il cultivait
Dans les nouvelles, je lis et entends
depuis jeudi que beaucoup d’ef for ts
les transports en commun.
Mettez l’argent sur le produit avant le
au cinéma…
une conception très faible de la responsabilité ministérielle. En- sont déployés pour inciter les citoyens à marketing pour attirer les clients ! Il faudrait bien qu’un jour on se
core vendredi matin, il martelait au micro de Paul Arcand qu’il utiliser le transport en commun à cause Suzanne Moreau l’avoue ! Cer tains nous disent : non, le
ne démissionnerait pas. Son ministère a potentiellement pris des des travaux routiers, par ticulièrement Montréal, le 19 août 2016 français n’est pas en recul, et d’autres ac-
décisions controversées ? « Le ministère, c’est l’administratif, c’est cet automne. cusent le contraire… Eh bien, qu’en est-
pas moi. » Réponse inacceptable, évidemment. Comme sa réac- Je dois me rendre à Longueuil toutes il du cinéma ? Faites votre petite re-
tion dans l’affaire Annie Trudel, du nom de cette analyse, em-
bauchée par Robert Poëti, qui s’était plainte, dans une lettre,
les semaines pour voir ma mère âgée.
Je suis dans le nord de Montréal avec
Quel contrôle cherche. Figurez-vous que vous habitez
l’Ouest-de-l’Île. Trouvez-moi un cinéma
d’avoir fait face à des résistances troublantes, voire illicites. La
lettre ? « Pas vue », avait soutenu M. Daoust. La faute ? Au chef
un mauvais accès aux transpor ts en
commun et aucun stationnement incita-
des présences exercent qui af fiche plus de films en français
qu’en anglais dans les alentours, disons,
de cabinet. Et aussi à la sous-ministre. M. Couillard avait alors
choisi de croire à cette version et avait feint d’ignorer le principe
tif. Plutôt que de prendre ma voiture cli-
matisée avec tous les confor ts et l’inti-
les CPE ? de Dollar-des-Ormeaux ! Trouvez-moi un
cinéma qui af fiche 50 % de ses films en
de responsabilité ministérielle. C’est M. Ouellet et Mme Domi- mité que cela compor te, j’ai sérieuse- À l’instar de plusieurs écoles, les CPE français… ou encore, trouvez-moi des ci-
nique Savoie qui furent sacrifiés. ment envisagé de prendre le transpor t devraient exercer un contrôle des pré- némas qui, tous réunis, vous offrent 30 %
Le site de l’Assemblée nationale propose une définition en commun, pour déchanter en voyant sences. C’est assez simple. Les parents de ses films en français… !
claire de la responsabilité ministérielle : « Les ministres sont que cela me prendrait près d’une heure dont les enfants doivent s’absenter en in- Et quand un film québécois prend l’af-
individuellement responsables de la gestion de leur ministère. (un peu plus qu’avec ma voiture) et que forment leur CPE le matin même. Si le fiche, ce n’est pas pour longtemps, ou en-
[…] Devant l’Assemblée, un ministre doit répondre non seule- je devrais payer sur le ter ritoir e de CPE constate l’absence d’un enfant qui core quand nous voyons des bandes-an-
ment de ses propres actions, mais aussi de celles de ses fonction- Montréal et sur le ter ritoire de Lon- n’a pas été signalée par ses parents, la nonces d’un film à venir, il est si peu dis-
naires. Il pourrait même être forcé de démissionner en raison gueuil un total de près de 12 $ pour un directrice ou quelqu’un d’autre commu- tribué que nous le ratons ! Les jeunes
d’un cas important de mauvaise gestion. » Dans le cas Jacques transpor t sur chauf fé et souvent à nique avec ces derniers pour s’informer d’ici (oui, de l’Ouest-de-l’Île) n’ont prati-
Daoust, on aura attendu un peu trop longtemps avant d’appli- l’étroit ? Encore une fois, vous venez de de la situation. Il serait ainsi quasiment quement que le choix de visionner des
quer le principe. Mais n’est-ce pas une habitude dans ce gou- perdre un client. impossible qu’un enfant soit oublié dans films en anglais. Et je dirais aussi que les
vernement ? Pensons à Lise Thériault, jadis ministre de la Sé- Combien de fois faut-il le répéter ? une auto. Plusieurs écoles, comprenant jeunes du Grand Montréal ont peu de
curité publique, qui avait reproché publiquement à ses fonc- Tant et aussi longtemps que le gouverne- des centaines d’élèves, exercent ce type choix, eux aussi. Ne me dites pas que la
ment du Québec ne s’engagera pas sé- de contrôle. Pour quoi pas les CPE ? France ne produit rien… Pour être
tionnaires de lui avoir menti à la suite de l’évasion héliportée rieusement, en argent et en structures, Quel contrôle des présences les CPE contents, nous devons aller au Beaubien
de 2014 à la prison d’Orsainville. envers le transport en commun et n’har- exercent-ils ? ou au Quartier Latin ! Faites le compte,
Après les deux événements de non-responsabilité ministé- monisera pas les ser vices de transpor t Louis Dion, directeur vous verrez bien !
rielle qui ont ponctué la brève carrière politique de M. Daoust, il en commun de toute la région métropoli- d’établissement scolaire retraité Camille Morin
était temps de dire : « Quand le vin est tiré, il faut le boire. » taine de Montréal et des environs avec Saint-Jérôme, le 19 août 2016 Dorval, le 19 août

L I B R E O P I N I O N

À la défense du mode de scrutin actuel


CHRISTIAN DUFOUR plusieurs milieux pour des raisons souvent vorisant les libéraux. avec le pourcentage de suffrages est la créa-
Avocat, politologue et auteur, l’auteur enseigne liées à la rectitude politique dominante. Jouent Selon cer tains, la propor tionnelle dimi- tion de deux classes de députés, cer tains
à l’ENAP et comparaîtra lundi à Ottawa devant également la survalorisation de la représenta- nuera le désenchantement des citoyens et n’étant plus élus directement.
le Comité spécial sur la réforme électorale. tion des opinions par rappor t à une gouver- augmentera la par ticipation électorale. Les Contrairement enfin à la Nouvelle-Zélande
nance efficace de même que l’oubli des spécifi- études sur le sujet apparaissent très réser- ou à l’Allemagne, auxquelles on le compare

Inement
l est difficile de porter un jugement sur la
réforme électorale souhaitée par le gouver-
Trudeau, étant donné que l’on ignore
cités canadiennes.
Le mode de scrutin uninominal à un tour a
historiquement assuré aux Canadiens ce qui
vées. Le politicologue André Blais estime que
la propor tionnelle augmenterait peut-être
« très légèrement » la participation électorale et
souvent en ce domaine, le Canada est un
pays-continent immense, où les dif férences
régionales et linguistiques sont profondes de-
celui des nombreux modes de scrutin propor- constitue le cœur de toute démocratie fonc- que, si elle est perçue comme plus équitable, puis toujours. Or la propor tionnelle dimi-
tionnel possibles qui sera proposé. Par ail- tionnelle : le remplacement pacifique régulier les gens n’apparaissent pas globalement plus nuera vraisemblablement l’expression des dif-
leurs, si l’on connaît bien le mode de scrutin des équipes partisanes au pouvoir, par l’entre- satisfaits après sa mise en œuvre. férences régionales aux Communes, la domi-
actuel, les modes proportionnels n’ont jamais mise, entre autres, de ces balayages résultant nation d’une région par un par ti, comme le
été testés au Canada. de la survalorisation du nombre de députés du Gouvernements forts… et congédiables PC dans l’Ouest ou le Bloc québécois au Qué-
Ce qui est clair, c’est la dynamique profon- parti vainqueur. Le désenchantement citoyen existe partout, bec, devenant plus difficile.
dément dif férente entre le mode de scrutin Ce mode de scrutin a récemment permis le quel que soit le mode de scrutin. Par ailleurs, Chose certaine enfin, on ne saurait dépossé-
actuel d’une par t et les dif férents modes de remplacement d’un gouvernement conser va- dans la tourmente de la mondialisation où der les Canadiens d’une institution de nature
scr utin propor tionnel d’autre par t. Dans la teur que plusieurs estimaient imbattable en l’impuissance des démocraties constitue un constitutionnelle dans les faits, au cœur de leur
mesure où l’on adopterait la proportionnelle, raison de la division de l’opposition, par un danger, la propor tionnelle favorise des gou- culture politique depuis 150 ans, sans véritable
les changements seraient str ucturants. En gouvernement libéral majoritaire à la satis- vernements de coalition par définition plus in- consensus. Dans notre régime parlementaire
substance sinon en droit, ils seraient de na- faction des Canadiens. stables que ceux, à la fois for ts et congédia- de type britannique, cela implique le concours
ture constitutionnelle, redéfinissant vraisem- bles, auxquels les Canadiens sont habitués. de l’opposition officielle.
blablement notre culture politique, de même Libéraux favorisés À par tir d’une pluralité de suf frages obte- Faute de cela, les Canadiens devraient être
que la façon dont la démocratie et la gouver- La proportionnelle peut au contraire main- nus par un député dans un lien presque phy- invités par référendum à choisir entre le mode
nance se vivent ici. tenir très longtemps au pouvoir le même sique avec ses commettants, le mode de scru- de scrutin actuel et un mode proportionnel pro-
Si l’on ajoute que ce serait la première fois grand parti, ce dernier rectifiant le tir après tin actuel est facilement compréhensible par posé par le gouvernement. Il ne faudrait pas
depuis 1867 que l’on modifierait le mode de chaque élection par des alliances avec de tous. En comparaison, les modes de scrutin que les citoyens aient l’impression d’un coup de
scr utin, il s’agirait probablement de la ré- plus petites formations. On l’a vu en Italie propor tionnel sont plus complexes, expri- force par des élites massivement opposées au
forme la plus impor tante du gouvernement après 1945, pendant des décennies, avec la mant une vision plus intellectuelle et idéolo- système actuel. Il en va de la légitimité d’une
Trudeau. Démocratie chrétienne, comme on le verrait gique de la politique. Un prix for t à payer réforme dont l’objectif est d’augmenter la légiti-
Le mode de scrutin actuel est décrié dans peut-être ici avec un scrutin préférentiel fa- pour faire correspondre le nombre des élus mité de nos institutions démocratiques.
L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 B 5

IDEES
Transtaïga, la route de la fierté
Les barrages du Nord devraient donner envie aux trentenaires de faire leur marque
JOCELYN CARON
Auteur de Choisir le progrès national (éditions
Druide, 2013)
VINCENT RANGER
Avocat
uit heures du matin. Nos yeux

H
s’ouvrent tranquillement. Ce
n’est certainement pas le bruit
qui nous réveille. Ici, il n’y en a
pas. Seuls quelques indices de
civilisation nous entourent
pour relativiser notre éloigne-
ment. En sor tant de notre
tente, de traces humaines, on
ne voit qu’une route, notre voi-
ture, mais aussi, quelques ouvrages énormes.
Nous sommes à la fois loin et véritablement au
cœur du Québec. Nous sommes au réservoir de
Caniapiscau.
Au cinquième jour de ce voyage, nous avons
atteint le bout de la route. Littéralement. À 1940
kilomètres de Montréal et à près de 750 kilo-
mètres de Radisson, le village le plus proche, la
fin de la route Transtaïga — une route non pa-
vée de 666 kilomètres de long — constitue
l’aboutissement et le lieu d’un repos à partir du-
quel nous poursuivrons ensuite notre périple.
Mais qu’est-ce qui peut pousser quatre trente-
naires à prendre une semaine de vacances pour
s’enfermer dans une voiture pendant 4800 km?
Dans l’histoire nationale québécoise, l’aventure
de la baie James et la construction du complexe
hydroélectrique La Grande occupent une place
significative : il s’agirait de l’une des plus
grandes réalisations du Québec. Tout cela
contraste avec un cer tain oubli dont elle fait
l’objet dans la jeune génération, laquelle pour-
rait trouver surannée l’admiration qu’on lui
porte dans notre panthéon historique.
Se ressourcer PHOTO HUGUES DORÉ-BERGEON
L’idée d’aller constater par nous-mêmes l’im- La centrale Brisay, la dernière du complexe La Grande, a été nommée en mémoire du gouverneur Jacques-René de Brisay.
mensité des ouvrages que nos parents ont
construits ne date pas d’hier. À l’heure d’un constr uction de cathédrales des temps mo- douter qu’on puisse un jour en reconstruire des ingrate: c’est à René Lévesque qu’est revenue la
désabusement ambiant qui semble s’installer à der nes. Les fins analystes en auront pris semblables. Message paradoxal. responsabilité d’inaugurer, en 1978 — six mois en
demeure, se ressourcer auprès des plus conscience : en moins de trois ans, le Québec a avant de l’échéancier prévu —, le lancement de
grandes réalisations du Québec n’est pas vain. lancé un projet qui allait mobiliser des dizaines Se prendre en main LG2… en présence de Robert Bourassa, tout
Dix centrales, réparties sur un bassin versant de milliers de Québécois, a levé — pour la pre- Pourtant, le projet n’est pas tombé du ciel. Mû juste rentré de Belgique.
dépassant les 200 000 km2. Une puissance totale mière phase seulement — 10,5 milliards de dol- par un courage politique dont étaient empreintes Tout au long de cette route plus fonctionnelle
de 17 445 MW, soit plus de deux fois celle de la lars et — fait à ne pas oublier — a signé au pas- de nombreuses élites québécoises, le Québec de que touristique, on n’a d’autre choix que de se
centrale nucléaire la plus grosse du monde. Ce sage l’un des plus importants traités avec des cette époque avait véritablement décidé de se rappeler une détermination passée dont il se-
complexe comprend la plus grande centrale nations autochtones. Un projet qui ne s’est prendre en main. En fait, le projet de la baie rait bien étrange que nous n’ayons pas hérité.
souterraine au monde (LG2) ; le barrage en cer tes pas réalisé sans heur ts, mais qui est James est lié de manière intrinsèque aux deux Le présent nous rappelle que nous bénéficions
remblais probablement le plus long de la pla- sans commune mesure avec ceux qu’on se per- premiers ministres qui ont marqué l’histoire mo- immensément des projets de ceux qui osèrent
nète (LG3) ; des immenses réservoirs : la capa- met d’imaginer de nos jours. derne québécoise. D’abord, Robert Bourassa, voir grand : chaque fois que nous bombons le
cité des trois plus vastes équivaut à neuf fois la Jean-Maxime, le jeune universitaire qui fait qui eut le génie d’imposer l’exploitation de l’hy- torse à propos de nos faibles émissions de gaz à
superficie du lac Saint-Jean. Tout ça pour pro- office de guide pour Hydro-Québec, nous per- droélectricité, au lieu d’opter pour les centrales effets de serre, nous aurions intérêt à nous rap-
duire l’une des électricités les plus vertes qui met de nous en rendre compte. À peine monté nucléaires dont s’était éprise une partie des mi- peler pourquoi il en est ainsi.
soient : l’eau qui part du bout du complexe La dans l’autobus qui roule en direction du bar- lieux politico-économiques. La centrale LG2, la Ces pérégrinations jamésiennes donnent le goût
Grande produira de l’énergie sept fois, soit le rage LG2, il est trop heureux de nous faire ré- plus puissante de toutes celles du Québec, ainsi de rêver. Certes au passé, mais surtout à l’avenir. À
nombre de centrales qu’elle traversera. Diffi- péter en cœur la croyance voulant que depuis que son réservoir ont été renommés en son hon- ce que le Québec serait — et est — capable de
cile de faire mieux. les pyramides d’Égypte, jamais l’humain n’a en- neur. Mais la baie James, on l’oublie trop souvent, faire. Non pas à battre des records d’austérité, ou
Les chiffres s’empilent, mais cela n’est rien à trepris de projets aussi démesurés. Il réplique n’a été possible que parce que René Lévesque d’ambivalence mal placée, ou de fabrications de
comparer à ce qu’on ressent devant l’immen- illico, chiffres à l’appui, que les mer veilles du avait pu compléter, quelques années auparavant, chimères. Mais plutôt à ce que la confiance en soi,
sité de nos barrages. Si ces forces tranquilles Nil feraient bien piètre figure s’il fallait qu’on la nationalisation de l’électricité. Il est en effet par- l’ambition et la détermination pourraient lui per-
surprennent par leur ampleur, elles étourdis- les mette côte à côte avec l’immensité des ticulièrement improbable que des compagnies mettre de réaliser. Pour être certains de susciter le
sent, quand on en connaît l’histoire. Des digues québécoises. L’image frappe. Mais le privées eussent eu les reins assez solides pour dé- désir chez ceux qui nous suivront. À ceux qui, à
hommes et des femmes largués au milieu d’une laïus de notre guide se termine par un regard gager les milliards de dollars nécessaires à ce leur tour, prendront la route et pourraient être fiers
ter re de Caïn avec comme seul objectif la rêveur vers les ouvrages dont l’ampleur lui fait projet titanesque. L’Histoire n’aura donc pas été de ce que nous leur avons laissé.

CIMENT MCINNIS

Un pari risqué pour les épargnants et les contribuables


DONALD TREMBLAY pour remettre le projet sur les rails ». En quoi
Président de l’Association québécoise des cette réorganisation de l’équipe de direction
retraité(e)s des secteurs public et parapublic assurera-t-elle la rentabilité de la cimenterie ?
(AQRP) Avons-nous investi dans le projet sans avoir
évalué la compétence des gestionnaires ? Les
a participation de la Caisse de dépôt épargnants s’attendent, non seulement à ce

L
et placement du Québec (CDPQ) au que la cimenterie soit opérationnelle après y
projet de cimenterie à Por t-Daniel avoir investi autant, mais à ce qu’elle soit ren-
est inquiétante. Les millions affluent, table lorsque la production y débutera.
mais la valeur de notre investisse- Il est difficile d’avoir confiance en ce projet
ment semble décroître. lorsque M. Sabia mentionne qu’il y aura poten-
En effet, la Caisse de dépôt a injecté 125 mil- tiellement un nouveau partenaire stratégique
lions supplémentaires dans le projet de Ciment qui ouvrira des chemins de développement du
McInnis, qui s’élève maintenant à 1,5 milliard projet. Des détails, s’il vous plaît ! Expliquez-
de dollars. Comment ne pas grincer des dents nous en quoi la première équipe de gestion a
lorsqu’on apprend qu’un dépassement de coûts échoué et pourquoi la nouvelle réussira. Il est
de 40 % est assumé en partie par le public ? par ticulièrement impor tant d’être rassurés
Les instigateurs du projet, Beaudier, ne dé- lorsqu’on constate que le rendement de la
bourseront pas un sou de plus, et ce, malgré un Caisse des six derniers mois est de 2 %.
dépassement de coûts majeur. En fin de Le degré de risque du projet nous semble très
compte, Beaudier aura investi uniquement élevé pour pallier une année difficile pour les
150 millions sur 1,5 milliard. épargnants. La diversification des produits d’in-
Revenons à la valeur de notre investisse- vestissement est selon nous une bonne stratégie
ment. Au départ, la CDPQ possédait 45 % de Ci- pour contrer la volatilité des marchés. Cepen-
ment McInnis avec un investissement de dant, lorsqu’on analyse les deux dernières an-
100 millions. Entre-temps, avec l’annonce de nonces d’investissement de la Caisse au Qué-
l’explosion des coûts, la part de la CDPQ a été bec, McInnis et le train électrique à Montréal, on
bonifiée de 40 millions en raison de l’entente est perplexe quant à la rentabilité de ces projets
d’investissement initiale. Au total, l’investisse- à court terme. Est-ce vraiment ainsi que nous
ment de la CDPQ s’élève à 265 millions et nous PHOTO PIERRE LAHOUD irons chercher un taux de croissance du bas de
avons maintenant seulement 55 % de Ciment La cimenterie McInnis, à Port-Daniel laine des Québécois de plus de 10 % ?
McInnis. N’oublions pas que la mission de la Caisse
La valeur de notre investissement a-t-elle avec justesse. Pourquoi notre nombre de rentabilisions notre investissement, il faudrait est de faire fr uctifier les acquis des épar-
fondu sous le soleil d’été ? Pourquoi ne pas at- sièges au conseil d’administration augmente-t-il posséder notre juste part du gâteau, point final. gnants et non d’épauler des projets indus-
tribuer une part égale pour chaque dollar in- alors que proportionnellement chaque dollar Tentant de se faire rassurante, la CDPQ triels risqués. Les preuves restent à faire, car,
jecté dans le projet ? Il est difficile de prévoir la investi vaut maintenant moins ? Est-ce que l’ar- mentionnait la semaine der nière qu’« avec malheureusement, l’histoire récente des in-
rentabilité de l’entreprise, certes, mais il est im- gent des épargnants vaut moins que celui du l’équipe de direction qui est là maintenant, vestissements dans les infrastr uctures au
pératif que notre investissement soit considéré privé ? S’il y avait une chance pour que nous nous avons toute l’exper tise opérationnelle Québec ne nous permet pas d’être rassurés.
L’ÉQUIPE DU DEVOIR
RÉDACTION Véronique Chagnon et Louis Gagné (adjoints à la direction de l’information), Antoine Robitaille et Guy Taillefer (éditorialistes, responsables de la page Idées), Michel Garneau (caricaturiste), Jacques Nadeau (photographe), Olivier Zuida (recherchiste photos);
information générale : Isabelle Paré (chef de division), Lisa-Marie Ger vais (éducation), Alexandre Shields (environnement), Amélie Daoust-Boisvert (santé), Pauline Gravel (sciences), Fabien Deglise (société), Jean Dion (sports), Jessica Nadeau, Philippe Orfali et Karl Rettino-Parazelli
(reporters); information politique : Marco Fortier (chef de division), Michel David(chroniqueur), Hélène Buzzetti et Marie Vastel (correspondantes parlementaires à Ottawa), Marco Bélair-Cirino et Robert Dutrisac (correspondants parlementaires à Québec), Jeanne Corriveau
(af faires municipales, Montréal), Isabelle Porter (af faires municipales, Québec), Guillaume Bourgault-Côté (reporter), Julie Carpentier (pupitre); information culturelle : Catherine Lalonde (reporter culturel), Odile Tremblay (cinéma), Stéphane Baillargeon (médias), François
Lévesque et Caroline Montpetit(reporters), Benoît Munger et Philippe Papineau(pupitre); information économique : Gérard Bérubé (chef de division), François Desjardins et Éric Desrosiers (reporters), Gérald Dallaire (pupitre); information internationale : Sophie Chartier
et Jean-Frédéric Légaré-Tremblay (pupitre); section art de vivre: Diane Précourt (responsable des cahiers Week-end et Plaisirs); Loïc Hamon (cahiers spéciaux); équipe internet: Laurence Clavel, Marie-Pier Frappier et Geneviève Tremblay (pupitre), Martin Blais, Annabelle
Caillou, Justine Daneau, Florence Sara G. Ferraris et Coralie Mensa (assistants) ; correction : Andréanne Bédard, Isabelle Dowd, Christine Dumazet et Michèle Malenfant ; soutien à la rédaction: Amélie Gaudreau (secrétaire), Laura Pelletier et Arnaud Stopa (commis).
DOCUMENTATION Manon Derome (Montréal), Denise Ledoux (Ottawa), Dave Noël (Québec). PUBLICITÉ Cynthia Floccari (adjointe), Marlène Côté, Evelyne De Varennes, Amel Elimam, Caroline Filion, Claire Paquet, Chantal Rainville et Nadia Sebaï (publicitaires), Sylvie
Laporte (avis légaux), Amélie Maltais (coordonnatrice), Laurence Hémond (secrétaire). PRODUCTION Bruno Dubois, China Marsot-Wood, Yannick Morin et Nathalie Zemaitis. INFORMATIQUE Yanick Martel (administrateur web), Jean-François Côté (analyste programmeur),
Osvaldo Casas (technicien informatique). PROMOTION, DISTRIBUTION ET TIRAGE Catherine Gentilcore (coordonnatrice du service à la clientèle), Sébastien Beaupré, Manon Blanchette, Nathalie Filion, Ginette Rouleau et Isabelle Sanchez. ADMINISTRATION Olena
Bilyakova (responsable des services comptables), Mélisande Simard (adjointe administrative et responsable des ressources humaines), Florentina Draghici et Véronique Pagé.
B 6 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

JEUX DE MOTS
Chaque samedi pendant la saison estivale, et pour une huitième année, les lecteurs peuvent mettre leurs connaissances à l’épreuve, et surtout leur patience, en se livrant aux jeux
préparés par notre collaborateur Michel Roy, professeur à la retraite. En règle générale, les amateurs de mots croisés retrouveront aussi leur passe-temps favori dans cette page.

VOYELLES ABSENTES NOMS COMPOSÉS MOTS CROISÉS DU


Mots-croisés SAMEDI
du samedi
Associez un élément (1 à 12, colonne de gauche) à un autre élément 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 1 12
On vous donne 8 mots (colonne de gauche, à la verticale) qui ont tous été amputés (A à L, colonne de droite), de façon à former douze noms composés.
de 4 voyelles différentes. Ces 4 voyelles sont inscrites, en ordre alphabétique, pour I
chacun des mots, dans la 2e colonne. Enfin, les lettres soulignées (colonne de
gauche) sont là pour indiquer qu’elles sont des lettres initiales. À la lumière de ces
1 arrière- A bande II
renseignements, vous devriez découvrir le pot aux roses. III
MOTS AMPUTÉS VOYELLES (EN ORDRE ALPHABÉTIQUE) 2 bas- B côté IV
1 TNN (A, E, O, U) V
3 belle- C cour
VI
2 FRR (A, E, U, Y)
4 coffre- D douce VII
3 SX (E, O, U, Y) VIII
5 franc- E famille IX
4 VRCT (A, E, I, O) X
6 haut- F fils
5 PNTR (A, E, I, O) Horizontalement Verticalement
I. Tourments religieux ou revers 1. Facilite le passage d’un point à
7 libre- G fort et aventures aujourd’hui. II. un autre. 2. Le premier est le Bon.
6 SVNNX (A, E, O, U) Aimerait faire bouger son parti. Bobine qui fait la tête. 3.
III. Contre tout quand il est Permettre de reprendre son
8 petit- H fourneau contre. A mis bas les bas. IV. Fait la souffle. Dans le camion. 4.
7 MTHMN (A, E, O, Y) bombe. Participation personnelle. Marchas avec difficulté. Capucin
V. Protègent de la pluie et du d’Amérique. 5. Dangereux car ils
soleil. Personnel. VI. Rouges et sont invisibles. Grande voie.
8 BRLLR (E, I, O, U) 9 plate- I froid frétillants. Mises à l’abri. VII. Une Assemblée de cardinaux. 6.
fois de plus. Lettres de requête. Evitent de longs discours. 7. Sans
Divin porteur de disque. VIII. ressort. 8. Semblable. Aller voir
10 plein- J penseur Personnel. Permet de suivre et de ailleurs. 9. Chaton à la campagne.
comprendre le spectacle. IX. A ne Poésie. 10. Réponse d’en haut. A la
CONSONNE DOUBLE 11 taille- K maçon
pas laisser passer si elle est bonne.
Patrie d’Abraham. X. Préfèrent
bonne heure. 11. Rencontre au
sommet. Du jaune dans les prés.
Ici, il faut trouver la consonne double (SS, LL, NN, RR, ou autre) qui a été retirée rester en dehors des partis. 12. Font rire après coup.
dans les trois groupes de lettres suivants :
Philippe Dupuis
EXEMPLE : BEE, VIE ET TUE. LA RÉPONSE EST LL, CE QUI DONNE LES TROIS MOTS 12 sang- L temps
BELLE, VILLE ET TULLE Solution du n° 310
Horizontalement Verticalement

POEN = I. Délibération. II. Epépiné. Hure.


III. Mimétisme. Nt. IV. Ica.
1. Demi-tarifs. 2. Epicène. Oe. 3.
Léman. Vair. 4. Ipé. Tees. 5. Bit.
1 TREIIS + = TRIPLE AMPUTATION Epissât. V. Tentâmes. Iso. VI. An.
Electre. VII. Rêvée. Tienne. VIII.
Ales. 6. Enième. Ibo. 7. Respectées.
8. Mistigri. 9. Thés. Rée. 10. Iu.
Assiégé. Eu. IX. Foi. Ber. Fur. X. Sien. Fi. 11. Ornas. Neuf. 12.
AURE = Voici ce qui reste de huit mots dont chacun a été amputé de trois lettres
identiques. Ces lettres sont, par ordre alphabétique : .
Séropositifsππ. Nettoyeurs.

A, E, F, I, N, P, S et U
DEE = Il s’agit de replacer chacune de ces lettres (triples) dans les mots suivants pour en
Philippe Dupuis est également l’auteur
découvrir le sens. MOTS CROISÉS PROBLÈME N° 311
2 SOISE + = des mots-croisés du Monde

Exemple : CSMLGIE. La lettre manquante est ici le «O», qui permet de découvrir
HUE = le mot COSMOLOGIE.
Si la première lettre du mot amputé est soulignée, cela indique que le mot
commence par cette lettre. MOTS CROISÉS
FEE = 1 CRCOLGE
3 IOLER + =
2 AOCE
SOE =
3 CLRIT
TEER =
4 EERONI
4 EANT + =
= 5 AI
AHES
6 VNDCATF
EROI =
7 DOLOREX
5 GAER + =
SILER = 8 EECTI

ACTION DE… SUDOKU


Comment désigne-t-on l’action de:
EXEMPLE : CHANGER = CHANGEMENT

Tondre
1

Vanter
2

Comprimer
3

Venir
4

River
5

Rire
6

Tresser
7
1C, 2B, 3E, 4G, 5K, 6H, 7J, 8F, 9A, 10L, 11D, 12I

4. P : PEPPERONI
6. I : VINDICATIF
2. N : ANNONCE

8. F : EFFECTIF

8. Rudoiement
10. Médisance
2. Vantardise
6. Savonneux

Rudoyer
8. Brouiller
4. Voracité
2. Frayeur

8
4. Venue
6. rire
3. MM: femme, immoler, somme

Mélanger
4. RR: terrer, errant, arrhes
1. LL: pollen, treillis, allure
2. TT: dette, sottise, hutte

9
VOYELLES ABSENTES :

5. effroi, gaffer, siffler


TRIPLE AMPUTATION :
CONSONNE DOUBLE :
SOLUTIONS

7. U : DOULOUREUX
NOMS COMPOSÉS :

1. A : CARACOLAGE

3. Compression
3. E : CÉLÉRITÉ

Médire
7. Mythomane

ACTION DE... :
5. S : ASSIS

5. Rivetage
7. Tressage
1. Tonneau

5. Pianoter

10
9. Mixtion
3. Soyeux

1. Tonte
Mots-croisés du samedi
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 1 12
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Horizontalement Verticalement
I. Tourments religieux ou revers 1. Facilite le passage d’un point à
et aventures aujourd’hui. II. un autre. 2. Le premier est le Bon.
Aimerait faire bouger son parti. Bobine qui fait la tête. 3.
III. Contre tout quand il est Permettre de reprendre son
contre. A mis bas les bas. IV. Fait la souffle. Dans le camion. 4.
bombe. Participation personnelle. Marchas avec difficulté. Capucin
V. Protègent de la pluie et du d’Amérique. 5. Dangereux car ils
soleil. Personnel. VI. Rouges et sont invisibles. Grande voie.
frétillants. Mises à l’abri. VII. Une Assemblée de cardinaux. 6.
fois de plus. Lettres de requête. Evitent de longs discours. 7. Sans
Divin porteur de disque. VIII. ressort. 8. Semblable. Aller voir
Personnel. Permet de suivre et de ailleurs. 9. Chaton à la campagne.
comprendre le spectacle. IX. A ne Poésie. 10. Réponse d’en haut. A la
pas laisser passer si elle est bonne. bonne heure. 11. Rencontre au
Patrie d’Abraham. X. Préfèrent sommet. Du jaune dans les prés.
rester en dehors des partis. 12. Font rire après coup.

Philippe Dupuis

Solution du n° 310
Horizontalement Verticalement
I. Délibération. II. Epépiné. Hure. 1. Demi-tarifs. 2. Epicène. Oe. 3.
III. Mimétisme. Nt. IV. Ica. Léman. Vair. 4. Ipé. Tees. 5. Bit.
Epissât. V. Tentâmes. Iso. VI. An. Ales. 6. Enième. Ibo. 7. Respectées.
Electre. VII. Rêvée. Tienne. VIII. 8. Mistigri. 9. Thés. Rée. 10. Iu.
Assiégé. Eu. IX. Foi. Ber. Fur. X. Sien. Fi. 11. Ornas. Neuf. 12.
Séropositifsππ. Nettoyeurs.

Philippe Dupuis est également l’auteur


MOTS CROISÉS PROBLÈME N° 311 des mots-croisés du Monde
Confusion sur le conseiller, Le Monde Trump perd
la chronique Vos finances son grand stratège,
de Gérard Bérubé Page C 2 Paul Manafort Page C 6

CAHIER
ECONOMIE
C › L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

Bientôt
une réunion
pour le régime
de retraite
à deux vitesses
Un comité consultatif a été
créé cet été et doit tenir sa
première rencontre au mois
de septembre
LIA LÉVESQUE

L a question des régimes de retraite à deux


vitesses se retrouvera bientôt au menu
d’un comité consultatif dont les membres ont
été nommés cet été par Québec. Le comité doit
se réunir pour la première fois au début de
septembre.
Il s’agit d’un phénomène que l’on rencontre
souvent, maintenant, sur le marché du travail,
à savoir le remplacement d’un régime de re-
traite à prestations déterminées par un ré-
gime de retraite à cotisations déterminées
pour les travailleurs qui ont été embauchés DAVID AFRIAT LE DEVOIR
après une date donnée. La direction de la société d’État a annoncé que le déficit de solvabilité du régime de retraite à prestations déterminées a grimpé à 8,1 milliards au
Cette question des régimes 30 juin comparativement à 6,1 milliards au 31 décembre 2015.
La ministre de retraite à deux vitesses
du Travail, est souvent vue comme une
disparité de traitement en-
Dominique

un Comité
vers les jeunes. Il en a en-
core été question, plus tôt
Vien, a formé ce mois-ci, lors du For um
social mondial qui s’est
Postes Canada : les coûts au cœur
les normes
tenu à Montréal et lors du
consultatif sur congrès des jeunes du Parti
libéral du Québec.
Les clauses de disparité
de la réunion annuelle
de traitement sont interdites
du travail, par la loi, pour les salaires, Ottawa presse les parties de ne pas cesser les discussions afin d’éviter un arrêt de travail
depuis 2001. Mais elles sont
qui étudiera encore tolérées pour les ré- FRANÇOIS DESJARDINS trait des finances, perspectives et période de « Le régime de retraite s’accroît plus vite que
cette question gimes de retraite, à la suite questions, la direction de la société d’État a an- Postes Canada. »

des régimes
d’un jugement en ce sens du
tribunal, après que des syn-
dicats eurent contesté en
A lors que le mandat de grève vient à
échéance le 25 août, la direction de Postes
Canada se montre inflexible dans son désir de
noncé que le déficit de solvabilité du régime de
retraite à prestations déterminées a grimpé à
8,1 milliards au 30 juin comparativement à
Le déficit de solvabilité désigne les sommes
qui devraient être déboursées si Postes Canada
fermait ses portes demain matin. Sur une base
de retraite, vain ce double régime. Mais mettre en place un régime de retraite à cotisa- 6,1 milliards au 31 décembre 2015. de continuité, cependant, la société d’État a
depuis plusieurs années, et tions déter minées pour les nouveaux em- « Notre entreprise continuera de faire face à déjà indiqué qu’au 31 décembre 2015, le régime
entre autres par ticulièrement cette an- ployés, un enjeu majeur des négociations. Ot- un régime de retraite dont les obligations sont affichait un excédent de 1,2 milliard.
née, de nombreux syndicats tawa demande aux par ties de poursuivre les dispropor tionnées par rappor t à l’entreprise En 2015, Postes Canada a enregistré un chiffre
en ont fait une priorité et ils se battent contre discussions avec le Syndicat des travailleurs et elle-même et par rapport aux profits et flux de d’affaires de 8 milliards, en très légère hausse et
ces régimes de retraite à deux vitesses. Les en- travailleuses des postes (STTP) et d’éviter un trésorerie que l’entreprise peut générer », a dit le presque identique à 2014, et un bénéfice net de
treprises, de leur côté, font valoir que les ré- arrêt de travail. directeur des finances, Wayne Cheeseman,
gimes de retraite à prestations déterminées Lors de la réunion annuelle combinant por- lors de la présentation des états financiers. VOIR PAGE C 2 : COÛTS
sont devenus trop coûteux.
Or, la ministre du Travail, Dominique Vien,
a formé un Comité consultatif sur les normes BREXIT
du travail, qui étudiera cette question des ré-
gimes de retraite, entre autres. Les 10 mem-
bres de ce comité ont été nommés au cours
de l’été pour un mandat de trois ans. Ils se
réuniront à huis clos, mais pourront inviter
Le mois de juillet fait mentir les économistes
d’autres personnes « pour des fins par ticu-
lières », précise-t-on dans l’arrêté ministériel « Le Royaume-Uni va éviter la récession grâce à une consommation qui résiste »
expliquant leur nomination. Ils représentent
des salariés non syndiqués et syndiqués, des ÉRIC ALBER T sion sur un an à 5,9 %. Cette première donnée tance de l’économie que les indicateurs avancés
employeurs de la grande entreprise, de la pe- s’ajoute à un autre indicateur, publié mercredi ne suggéraient pas, estime Elizabeth Martins,
tite et moyenne entreprises, le milieu coopé-
ratif, ainsi que des représentants des femmes, J usqu’ici, tout va bien… L’économie britan-
nique est-elle comme l’homme qui a sauté
17 août : le nombre de demandeurs d’alloca-
tions-chômage a baissé, en juillet, de 8600 per-
économiste chez HSBC. Savoir combien de
temps cela va durer est une autre question, mais,
des familles, des jeunes et des communautés d’un immeuble dans le film La haine de Ma- sonnes. Il ne s’agit que d’une donnée partielle, jusqu’à présent, les chiffres confirment notre pré-
culturelles. thieu Kassovitz, en 1995, ne sachant pas encore sachant que le taux de chômage ne sera connu vision : le Royaume-Uni va éviter la récession
Le comité doit tenir sa première rencontre au qu’il va s’écraser ? Ou se révèle-t-elle que le mois prochain, mais cela in- grâce à une consommation qui résiste. »
début du mois de septembre. Le cabinet de la plus solide que prévu ? Les premières dique qu’il n’y a visiblement pas eu De fait, cette apparente robustesse ne contre-
ministre Vien a déjà exprimé sa volonté « de statistiques économiques publiées d’ef fondrement soudain au lende- dit pas vraiment les prévisions les plus pessi-
donner un mandat de regarder ce qu’il est possi- depuis le Brexit — le référendum main du référendum. mistes. Il n’y a, en effet, pas de raison que les
ble de faire concernant ce dossier » des régimes s’est tenu le 23 juin — indiquent une Ces statistiques ont pris les écono- Britanniques se mettent soudain à aller moins
de retraite à deux vitesses. robustesse inattendue. « Il est encore mistes à contre-pied. Depuis le vote, dans les magasins à cause du résultat du réfé-
La question sera de toute façon débattue lors trop tôt pour tirer des conclusions, ceux-ci ne disposaient que d’indica- rendum. Le danger pour l’économie ne vient
du futur grand « rendez-vous » sur l’emploi qui mais, pour l’instant, ça va », reconnaît teurs avancés, c’est-à-dire des son- pas de là, mais des entreprises, qui pourraient
doit se tenir en novembre prochain et qui réu- John Hawkswor th, économiste en chef chez dages réalisés auprès des entreprises, des in- geler leurs investissements face au climat d’in-
nira les acteurs intéressés — syndicats, patro- PricewaterhouseCoopers. vestisseurs et des consommateurs, pour tenter certitude créé par le Brexit.
nat, travailleurs non syndiqués et autres. Il doit Jeudi, le Bureau britannique des statistiques d’évaluer leur moral. Tous étaient en chute li- La période de transition avant la sortie effec-
également y avoir des rencontres préparatoires a publié le très attendu premier chiffre écono- bre pour le mois de juillet et ont par fois re- tive de l’Union européenne (UE) doit s’étendre
avant ce sommet. mique qui concer ne le mois de juillet. Les trouvé leur niveau de 2009, quand le Royaume- au moins jusqu’en 2019. D’ici là, personne ne
ventes au détail étaient en hausse en volume de Uni était en pleine récession.
La Presse canadienne 1,4 % par rapport à juin. Cela porte la progres- « Les nouvelles statistiques indiquent une résis- VOIR PAGE C 2 : BREXIT

Ordinateur HUV`YhhY 5ddUfY]`acV]`Y


 Enseignants et enseignantes,
enseignantes, jusq
jusqu’au
u’au 15
15 septembre,
septembre,
abonnez gratuitement
g atuitement v
gr vos
os étudiants aau
u De
Devoir
voir
o
numérique
numérique pour
pour une dur
durée
ée de 115
5 semaine
semainess
Le Devoir ˜˜:c cfai`Yj]fhiY``YYhjYfg]cbD8:
fai`Yj]fhiY``YYhjYfg]cbD8:
˜˜vX]h]cbhUV`YhhYW\UeiY^cif
X]h]cbhUV`YhhYW\UeiY^cif

numérique ˜˜5WWW‚g{%$$XiWcbhYbiXig]hYKYV
˜˜&)
W‚g{%$$XiWcbhYbiXig]hYKYV
)Ufh]W`Yg[fUhi]hgdUfac]gXUbg`YgUfW\]jYg
Ufh]W`Yg[fUhi]hgdUfac]gXUbg`YgUfW\]jYg

en classe ==bgWf]jYn!jcigX‚gaU]bhYbUbhUiledevoir.com/classe
bgWf]jYn!jcigX‚gaU]bhYbUbhUiledevoirr.com//classe
c
C 2 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

ÉCONOMIE
VOS FINANCES

Confusion sur le conseiller


intéressantes et plus abordables, y compris le ro- tisseurs utilisant les services d’investissement cuns frais pour leurs placements ou pour les ser-
bot conseiller. En outre, avec la mise en applica- basés sur les conseils des institutions finan- vices de leur conseiller », ajoutait l’institution,
tion des exigences de divulgation des coûts des cières. L’indice repose sur sept facteurs accor- également sans autre distinction quant au sta-
GÉRARD BÉRUBÉ conseils […] de nombreux investisseurs pourront, dant au conseiller financier une pondération de tut du conseiller.
pour la première fois, savoir exactement ce pour 34 %, le reste se ventilant entre les informations On pouvait tout de même lire dans ce son-
quoi ils ont payé. Les conseillers qui n’apportent sur le compte, le rendement des placements, dage que 67 % des investisseurs avaient recours
pas de valeur ajoutée à leurs clients au-delà de la l’offre de produits, les commissions et coûts, le à un conseiller financier, que 94 % d’entre eux
répartition des actifs pourront avoir de véritables site Web et la résolution de problème. « Les se disaient « très satisfaits » ou « relativement sa-
est bien connu, l’investisseur aime ennuis ». Sans autre distinction entre les principaux prestataires indépendants de services tisfaits » des ser vices reçus. Tangerine a de-

C’ s’attribuer ses succès et blâmer


son conseiller pour ses revers.
Ainsi, casser du sucre sur le dos des conseillers
conseillers financiers indépendants et ceux œu-
vrant au sein d’institutions financières.
Car cette distinction a été ravivée sous l’ini-
de gestion du patrimoine inclus dans l’étude
continuent de surpasser les grandes banques », a
mesuré J. D. Power.
mandé aux répondants s’ils étaient prêts à se
débrouiller seuls et à acheter des placements,
tels les fonds communs de placement, directe-
financiers est devenu familier. De récents son- tiative réglementaire du Modèle de relation Edward Jones, Raymond James, Patrimoine ment (en ligne) plutôt que par l’entremise d’un
dages en rajoutent, affichant « des résultats peu client-conseiller, amorcée en 2011 et pleine- Hollis et Gestion de patrimoine Assante occu- conseiller afin de payer moins de frais. Seule-
éloquents pour l’ensemble de l’industrie ». Mais ment en vigueur depuis le 15 juillet. Elle a pour pent quatre des cinq premières positions au ment 34 % ont répondu par l’affirmative.
en lisant plus loin les conclusions, les subtilités objectif de présenter une information détaillée, classement, avec une note supérieure à la Chez les 33 % ayant indiqué ne pas recourir
et nuances apparaissent. dans un langage clair, relative aux coûts, à la ré- moyenne, la cinquième étant RBC Valeurs mo- à un conseiller financier, la moitié af firment
Dernière étude en date, celle du groupe de munération des intermédiaires et au rende- bilières. Ces institutions sont également les avoir confiance en leur capacité de gérer eux-
recherche-marketing J. D. Power dont les ré- ment du fonds d’investissement. Ces modifica- seules à recevoir la mention « Parmi les meil- mêmes leurs placements. Aussi, 34 % évo-
sultats ont été publiés jeudi. « L’étude identifie tions réglementaires ont été précédées de leures » et « Meilleure que la plupart ». quent les commissions trop élevées et 24 % dé-
trois grandes étapes d’investissement basées sur consultations publiques qui n’ont pas été sans Cet été, Fonds d’investissement Tangerine plor ent le « manque de transparence des
les objectifs : l’établissement d’objectifs person- exacerber un vieux clivage dans l’industrie. Les publiait un sondage accompagnant l’entrée en conseillers financiers » ou disent manquer de
nels, la mise en œuvre d’une stratégie pour at- conseillers craignent la confusion autour du vigueur du changement réglementaire en met- confiance envers eux.
teindre ces objectifs, et le suivi des progrès ac- modèle de rémunération, les comptes à com- tant en exergue la méconnaissance des inves- J. D. Power documente cet aspect. Ainsi, 42 %
complis. Seulement un peu plus de la moitié mission étant plus susceptibles d’être davan- tisseurs relative aux frais payés. « Même si la des investisseurs de la génération du millénaire
(54 %) des investisseurs indiquent que leur tage sensibles à la relation rémunération-rende- majorité des investisseurs sondés (89 %) se décri- veulent jouer un rôle plus actif dans la gestion
conseiller les a aidés à fixer des objectifs et a dis- ment que ceux à honoraires. vent comme “très bien renseignés” ou “assez bien de leur patrimoine, en comparaison avec les gé-
cuté des risques. À peine un tiers (34 %) déclare renseignés” en ce qui concerne leurs placements, nérations précédentes. Ils veulent prendre
que leur conseiller a efficacement couvert toutes Confusion plusieurs d’entre eux ne connaissent pas les frais leurs propres décisions, tout en ayant accès à
ces trois étapes. » La confusion persiste. Pourtant, l’étude de connexes : 36 % affirment ne payer aucuns frais un conseiller qui agira comme un accompagna-
Le cabinet ajoute : « ces résultats sont peu élo- J. D. Power propose un classement des sociétés et 11 % ne savent pas s’ils en paient ou non. » teur dans la réflexion. Les générations plus
quents pour l’ensemble de l’industrie ». Et il rap- de placement et des institutions financières à Anciennement ING Direct, Tangerine est une âgées, telles que les baby-boomers, sont plus
pelle que « les investisseurs ont à leur disposition service complet selon un indice de satisfaction banque en ligne propriété de la Scotia. « Trop enclines à déléguer et à s’en remettre aux juge-
certaines des alternatives les plus récentes, plus construit à partir des réponses de 14 938 inves- de Canadiens croient encore qu’ils ne paient au- ments et décisions de leurs conseillers.

MARCHÉS BOURSIERS COÛTS


l’absence d’explication au sujet du calcul me-
nant à son estimation d’un milliard pour les de-
mandes syndicales. « Selon vous, combien va
coûter l’équité salariale pour les employés ruraux
TORONTO New York PÉTROLE
48,52
SUITE DE LA PAGE C 1 et suburbains ? » a-t-il demandé. « Nous ne
S&P TSX S&P 500 +0,30 $US croyons pas qu’il y a un problème d’équité sala-
▲ 99 millions, deux fois moins que l’année précé- riale », a répondu Jacques Côté, président de
14 687,46 ▼
+0,6%
2183,87 ▼
-8,22 -3,15
-0,1% dente. La société est aux prises avec une chute groupe pour le réseau de livraison physique et
-0,1% OR du volume de lettres, mais connaît une crois- chef intérimaire des activités commerciales.
1346,20 sance du nombre de colis en raison du com- « Et pour notre estimation d’un milliard, nous
-11,00 $US
NASDAQ merce électronique. sommes certains de ce chiffre. »
-0,8% ▼ Lorsqu’une employée a af firmé que le ré-
5238,38 ▼ -1,77 DOLLAR CANADIEN
-0,0%
gime affiche un excédent sur une base conti-
nue, la direction de Postes Canada a répondu
Ottawa veut éviter un conflit
Le gouver nement fédéral a demandé à
77,78
-0,55 $US qu’elle « comprend que le régime est important Postes Canada et au syndicat de ses travailleurs
DOW JONES
-0,7% ▼ pour les employés », mais qu’il est devenu trop vendredi matin d’en venir à une entente de
1$US = 1,2857 gros. La société a instauré un régime à cotisa- convention collective qui ne serait pas précédée
18 552,57 ▼ -45,13
-0,2% 68,65
tions déterminées pour ses cadres en 2010 et a
fait la même chose avec les membres de l’Al-
par un arrêt de travail.
Dans un bref communiqué, le président du
-0,27 EURO
liance canadienne de la fonction publique, a in- Conseil du trésor, Scott Brison, a dit avoir ren-
1 EURO = 1,4566 diqué la direction en réponse à une question. contré les dirigeants de la société d’État et du
Titre Symbole Fermeture Variation Volume Titre Symbole Fermeture Variation Volume
($) (%) (000) ($) (%) (000) La mention des coûts de retraite a semblé ir- STTP pour les « encourager à demeurer à la ta-
riter le président national du STTP, Mike Pale- ble de négociation ».
LES INDICES DE LA BOURSE DE TORONTO SERVICES PUBLICS cek. « Vous avez dit que la réunion annuelle ne « Je leur ai rappelé que des médiateurs fédé-
S&P TSX SPTT14687.46 -8.22 -0.06 134940 Fortis FTS 42.95 -0.06 -0.14 759 serait pas le lieu indiqué pour poser des questions raux sont disponibles pour les aider et continuent
S&P TX20 TX20 661.28 -5.26 -0.79 62765 TransAlta TA 5.73 0.01 0.17 265 liées aux négociations, mais ça ne vous a pas em- de les appuyer dans leurs négociations », a dit
S&P TX60 TX60 853.72 0.11 0.01 64985
S&P TX60 Cap. TX6C 944.04 0.12 0.01 64985 TECHNOLOGIE pêché d’aborder des sujets de négociation, comme M. Brison. Indisponible pour des raisons per-
Cons. de base TTCS 535.99 -2.79 -0.52 3086 BlackBerry BB 10.32 -0.09 -0.86 591 la retraite et les coûts des avantages sociaux, a-t-il sonnelles vendredi, la ministre du Travail, Ma-
Cons. discré. TTCD 175.11 1.26 0.72 5352 CGI GIB.A 62.93 0.29 0.46 231 dit au micro. M. Cheeseman a omis de dire que r yAnn Mihychuk, « continue à surveiller la si-
Énergie TTEN 201.44 -0.90 -0.44 29771 TÉLÉCOMMUNICATIONS
Finance TTFS 247.97 1.13 0.46 15505
les coûts de main-d’œuvre sont en baisse et que tuation de près », a-t-il ajouté.
Aurifère TTGD 264.53 -3.87 -1.44 47293 BCE BCE 61.66 -0.02 -0.03 794 les revenus totaux sont à la hausse. »
Santé TTHC 84.48 -0.53 -0.62 3749 Manitoba Telecom MBT 38.22 -0.15 -0.39 88 M. Palecek a ensuite reproché à la direction Le Devoir
Tech. de l’info TTTK 54.82 0.24 0.44 3486 Rogers RCI.B 56.95 0.17 0.30 596
Industrie TTIN 191.75 1.20 0.63 6875 Telus T 43.15 0.04 0.09 444
Matériaux TTMT 262.24 -3.95 -1.48 52113 FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE
Immobilier TTRE 299.14 -0.14 -0.05 3880
Télécoms
Sev. collect.
Métaux/minerals
TTTS 156.24
TTUT 242.87
TTMN 670.38
0.01
-0.84
0.00
0.01 1923
-0.34 3651
0.00 0
iShares DEX
iShares MSCI
iShares MSCI EMU
iShares S&P 500
XBB
XEM
EZU
XSP
32.40
27.25
33.12
25.01
-0.05
0.05
0.00
-0.03
-0.15
0.18
0.00
-0.12
33
9
0
120
BREXIT
TSX CROISSANCE iShares S&P/TSX XIC 23.32 -0.01 -0.04 25
SUITE DE LA PAGE C 1
TSX Venture JX 833.11 -4.47 -0.53 66186 LES PLUS ACTIFS DE LA BOURSE DE TORONTO
ENTREPRISES DE CONSOMMATION DISCRÉTIONNAIRE HB NYMEX CL BULL HOU 8.89 0.05 0.57 4591 sait quelles seront les futures relations com-
Alim. Couche-Tard ATD.B 62.15 -0.02 -0.03 586 KINROSS GOLD CORP K 6.32 -0.11 -1.71 4391
YAMANA RES INC YRI 6.75 -0.25 -3.57 4035 merciales entre Londres et Br uxelles. Le
Canadian-Tire CTC.A 138.93 -0.27 -0.19 157
Cogeco CCA 62.69 0.24 0.38 51 ENCANA CORP ECA 13.03 0.08 0.62 3762 Royaume-Uni restera-t-il dans le marché
Corus CJR.B 12.85 -0.02 -0.16 263 TECK COMINCO CL B TCK.B 20.32 -0.77 -3.65 3663 unique ? Des droits de douane seront-ils en vi-
BAYTEX ENERGY CORP BTE 7.05 -0.13 -1.81 3470
Groupe TVA TVA.B 3.99 0.04 1.01 8
MANULIFE FINANCIAL MFC 17.36 0.36 2.12 3138
gueur ? Sur les biens comme sur les services ?
Jean Coutu PJC.A 19.10 0.14 0.74 179
Loblaw L 71.10 -0.50 -0.70 863 IAMGOLD CORP IMG 6.06 -0.10 -1.62 2830 Dans ces conditions, un patron peut hésiter
Magna MG 52.08 0.57 1.11 729 BARRICK GOLD CORP ABX 26.48 -0.40 -1.49 2642 avant de se lancer dans un grand investisse-
Metro MRU 44.73 -0.35 -0.78 595 NEW GOLD INC NGD 7.29 -0.09 -1.22 2546 ment. Ce gel des dépenses des entreprises
Quebecor QBR.B 40.28 0.00 0.00 121 LES GAGNANTS EN % peut, dans un second temps, avoir une inci-
Uni Select UNS 30.34 -0.06 -0.20 108
Saputo SAP 42.90 -0.05 -0.12 164 HB NYMEX NG BEAR HND 15.30 1.12 7.90 548 dence sur l’emploi, les salaires et la consom-
Shaw SJR.B 26.11 0.05 0.19 451 SHOPIFY IINC SH 55.40 4.04 7.87 337 mation des ménages. Mais l’effet ne sera pas
Dollarama DOL 97.30 1.37 1.43 251 POLARIS PIF 11.61 0.82 7.60 370 immédiat. Carlos Ghosn, le patron de Renault
Restaurant Brands QSR 61.52 0.18 0.29 306 DOMINION DIAMOND DDC 12.42 0.75 6.43 240
Transat A.T. TRZ 6.50 -0.03 -0.46 17 BRP INC DOO 23.62 1.07 4.75 115 et Nissan, l’illustre en évoquant son usine à
Yellow Media Y 18.58 0.28 1.53 9 AMAYA INC AYA 20.95 0.84 4.18 287 Sunderland (nord-est de l’Angleterre), qui ex-
ÉNERGIE HORIZONS BETA HGD 7.33 0.20 2.81 782 porte majoritairement en Europe. « Nos futures
HUDSONS BAY CO HBC 18.27 0.47 2.64 238
Cameco CCO 12.15 -0.04 -0.33 1013 DHX MEDIA LTD DHX.B 7.83 0.20 2.62 208 décisions d’investissement vont dépendre des
Canadian Natural CNQ 41.77 -0.18 -0.43 1475 KELT EXPLORATIONS KEL 5.22 0.12 2.35 1867 nouvelles relations entre l’UE et le Royaume-
Hydro One H 25.77 -0.08 -0.31 226
Enbridge ENB 53.52 -0.50 -0.93 867 LES PERDANTS EN % Uni, confiait-il à la BBC, début août. Nous al- TIM IRELAND ASSOCIATED PRESS

EnCana ECA 13.03 0.08 0.62 3762 HB NYMEX NG BULL HNU 9.71 -0.80 -7.61 2070
lons connaître une période où la plupart des en- L’apparente bonne santé économique post-Brexit
Enerplus ERF 9.87 -0.10 -1.00 1149 FIRST MAJESTIC FR 19.42 -1.43 -6.86 1354 treprises vont attendre de voir ce que sera cette s’explique aussi par le fait qu’il a fait beau en
Pengrowth Energy PGF 2.17 0.03 1.40 1360 RICHMONT MINES INC RIC 12.05 -0.72 -5.64 323 nouvelle relation. » juillet. Le soleil a pu pousser les Britanniques à
Pétrolière Impériale IMO 40.51 -0.06 -0.15 349 NOVAGOLD RESOURCES NG 7.79 -0.39 -4.77 350
Suncor Energy SU 36.55 -0.09 -0.25 1524 consommer davantage.
AMALCO CL A AGI 11.10 -0.51 -4.39 538
Cenovus Energy CVE 19.84 -0.12 -0.60 965 ABSOLUTE SOFTWARE ABT 7.89 -0.36 -4.36 199
Baisse du pouvoir d’achat
TransCanada TRP 61.21 0.15 0.25 796 MCEWEN MINING INC MUX 5.88 -0.24 -3.92 505 Dans ces conditions, les statistiques des in- planche à billets. « Nous nous attendons à ce
Valener VNR 21.85 0.00 0.00 34 SILVER WHEATON SLW 37.61 -1.48 -3.79 2266 vestissements des entreprises seront bien que l’économie ne croisse que faiblement pen-
FINANCIÈRES TECK COMINCO CL B TCK.B 20.32 -0.77 -3.65 3663
plus significatives que celles des ventes au dé- dant les prochains trimestres », notait son gou-
B. CIBC CM 100.15 0.46 0.46 697 ENDEAVOR SILVER EDR 7.16 -0.27 -3.63 377
B. de Montréal BMO 84.05 0.39 0.47 767 LES GAGNANTS EN $ tail, mais elles ne seront pas connues avant fin verneur, Mark Carney. Selon lui, une récession
B. Laurentienne LB 48.17 -0.13 -0.27 170 septembre. Il faudra attendre de longs mois devrait être évitée, mais l’économie britan-
B. Nationale NA 46.02 0.28 0.61 900 SHOPIFY IINC SH 55.40 4.04 7.87 337
avant que ne se dessine une image claire de la nique entre dans une période de quasi-stagna-
B. Royale RY 80.96 0.82 1.02 2019 CANADIAN PACIFIC CP 196.10 2.00 1.03 278
tendance économique post-Brexit. Comme le tion pour un an.
B. Scotia BNS 66.42 -0.08 -0.12 895 DOLLARAMA INC DOL 97.30 1.37 1.43 251
B. TD TD 56.78 0.04 0.07 1243 HB NYMEX NG BEAR HND 15.30 1.12 7.90 548 dit non sans ironie Danny Blanchflower, éco- La baisse de la livre sterling va aussi renché-
Brookfield Asset BAM.A 43.97 -0.08 -0.18 484 BRP INC DOO 23.62 1.07 4.75 115 nomiste et ancien membre du comité de poli- rir les importations et risque de nourrir l’infla-
Cominar Real CUF.UN 16.76 0.01 0.06 212 AMAYA INC AYA 20.95 0.84 4.18 287
tique monétaire de la Banque d’Angleterre, tion, qui pourrait atteindre environ 2,5 % d’ici à
Corp. Fin. Power PWF 29.48 0.01 0.03 249 ROYAL BANK of RY 80.96 0.82 1.02 2019
Fin. Manuvie MFC 17.36 0.36 2.12 3138 POLARIS PIF 11.61 0.82 7.60 370 « les Britanniques devraient avoir une bonne un an (contre 0,6 % actuellement), selon la
Fin. Sun Life SLF 41.51 0.55 1.34 1094 GILDAN ACTIVEWEAR GIL 38.92 0.79 2.07 307 idée de la croissance du troisième trimestre… Banque d’Angleterre. Cela réduirait le pouvoir
Great-West Lifeco GWO 31.23 0.22 0.71 316 DOMINION DIAMOND DDC 12.42 0.75 6.43 240
d’ici deux ans ». d’achat des Britanniques, dont les salaires pro-
Industrielle All. IAG 44.91 0.37 0.83 209 LES PERDANTS EN $
Power Corporation POW 27.24 0.15 0.55 411 AGNICO EAGLE MINES
D’autant que l’apparente bonne santé éco- gressent encore lentement. « La croissance des
TMX X 60.17 -1.16 -1.89 30 SILVER WHEATON
AEM 72.21 -1.55 -2.10 544 nomique post-Brexit s’explique aussi par des dépenses des ménages devrait ralentir d’ici à la
SLW 37.61 -1.48 -3.79 2266
INDUSTRIELLES FIRST MAJESTIC FR 19.42 -1.43 -6.86 1354 facteurs techniques qui pourraient ne pas du- fin de l’année et en 2017 », estime Sam Alder-
Air Canada AC 9.01 0.07 0.78 733 DETOUR GOLD CORP DGC 31.86 -1.08 -3.28 782 rer. Il a fait beau en juillet, après un mois de son, économiste au Centre for Economics and
Bombardier BBD.B 1.96 -0.02 -1.01 1646 MAPLE LEAF FOODS MFI 28.78 -0.88 -2.97 167 juin très pluvieux. Le soleil a pu pousser les Business Research.
CAE CAE 18.35 0.10 0.55 533 FRACO-NEVADA CORP FNV 99.80 -0.87 -0.86 410
Britanniques à consommer davantage. De Ces indications contradictoires semblent
Canadien Pacifique CP 196.10 2.00 1.03 278 S&P TSX GLOBAL HGU 29.46 -0.85 -2.80 472
Chemin de fer CN CNR 83.34 0.73 0.88 915 HB NYMEX NG BULL HNU 9.71 -0.80 -7.61 2070 plus, la dépréciation de la livre sterling de confor ter les prévisions des économistes
SNC-Lavalin SNC 56.00 -0.08 -0.14 239 TECK COMINCO CL B TCK.B 20.32 -0.77 -3.65 3663 plus de 10 % depuis le référendum attire les avant le vote. Dans leur immense majorité, ils
Transcontinental TCL.A 18.70 0.12 0.65 61 BROOKFIELD BIP.UN 63.19 -0.72 -1.13 177 touristes. Les dépenses dans les grands ma- prévoyaient un ralentissement de la crois-
TransForce TFI 26.55 0.42 1.61 179 gasins, très fréquentés par les visiteurs étran- sance en cas de Brexit. Mais peu envisa-
Consultez toutes les cotes boursières
ENTREPRISES DE MATÉRIAUX sur www.decisionplus.com gers (John Lewis, Harrods…), sont en for te geaient une récession, dans la mesure où
Agrium AGU 116.49 0.31 0.27 165 hausse. l’économie britannique arrivait à ce référen-
Barrick Gold ABX 26.48 -0.40 -1.49 2642
CENTRE D’ANALYSE Reste que les économistes ne pensent pas dum dans une position de force. Les pre-
Goldcorp G 23.56 -0.29 -1.22 1983 INDICES QUÉBÉCOIS
Kinross Gold K 6.32 -0.11 -1.71 4391
ET DE SUIVI DE
L’INDICE QUÉBEC que cette forme olympique va continuer. La mières statistiques confirment ce scénario : le
Mines Agnico-Eagle AEM 72.21 -1.55 -2.10 544 L’indice Québec est une initiative
du Département de finance de l’Université
de Sherbrooke et
Indice Fermeture var. pts var. % Banque d’Angleterre, très inquiète, a présenté Brexit représenterait une blessure « auto-infli-
Potash POT 20.80 0.24 1.17 1384 de l’Institut de recherche en
économie contemporaine IQ30 2308,62 9,08 0,39 un plan de soutien à l’économie dès le 4 août, gée », mais pas un coup mortel.
Teck Resources TCK.B 20.32 -0.77 -3.65 3663
IQ120 2365,84 8,70 0,37 en abaissant son taux d’intérêt directeur d’un
quar t de point, à 0,25 %, et en relançant la Le Monde
L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 C 3

ECONOMIE
L’inflation a progressé de 1,3 %
en juillet, selon Statistique Canada
Les plus fortes hausses ont été observées dans le logement et l’alimentation
ANDY BLATCHFORD
à Ottawa
MICHAËL MONNIER LE DEVOIR
La société d’État a dévoilé vendredi un bénéfice net de 308 millions,
en hausse de 3,1 % par rapport à il y a un an. L’ inflation annuelle a pro-
gressé de 1,3 % en juillet,
période au cours de laquelle
les Canadiens ont payé davan-

Loto-Québec tage pour se loger et se nour-


rir, mais moins pour remplir le
réservoir de leur véhicule.
La progression de l’indice
voit ses profits des prix à la consommation
(IPC) dévoilé vendredi par
Statistique Canada pour juillet

et revenus grimper s’est avérée inférieure à celle


de 1,5 % enregistrée en juin.
Pour la période de 12 mois
terminée en juillet, les prix ont
La société d’État a noté une hausse grimpé dans six des huit catégo-
ries principales. Les augmenta-
de l’achalandage de 4,2 %, ou 88 000 visiteurs tions les plus marquées ont été MICHAËL MONNIER LE DEVOIR
de plus, dans ses casinos observées du côté du logement Les Canadiens ont payé 9,8 % plus cher pour acheter des pommes de terre le mois dernier par
ainsi que du prix des aliments. rapport à juillet 2015 et 15,6 % de plus pour se procurer des pommes.
JULIEN ARSENAULT orientée sur le divertissement. Par exemple, les Canadiens ont
Du côté des loteries, le chif- payé 9,8% plus cher pour ache- miste en chef à la Banque ché une légère baisse de 0,1 % juin en raison de la baisse du

L oto-Québec a vu ses profits


et revenus croître au pre-
mier trimestre, période au
fre d’affaires a fléchi de 1,1 %, à
428,8 millions, alors que les
profits sont demeurés relative-
ter des pommes de terre le mois
dernier par rapport à juillet 2015
et 15,6% de plus afin de se pro-
Royale Dawn Desjardins écrit
qu’elle s’attend à ce que l’infla-
tion se rapproche de 2% — soit
en juin pour s’établir à
44,1 milliards. D’après les don-
nées révisées de Statistique
volume des ventes, il est im-
portant de rappeler que l’éco-
nomie est en voie de repren-
cours de laquelle les recettes ment stables, à 112,7 millions. curer des pommes. En ce qui a la cible idéale de la Banque du Canada, les ventes au détail dre du poil de la bête, ajoutent
de ses casinos ont compensé Selon Loto-Québec, il s’agit trait aux dépenses pour le loge- Canada. Mme Desjardins a ajouté étaient demeurées stables en les deux économistes. Ils esti-
les reculs constatés du côté d’un retour à la normale pour ment, les prix de l’électricité ont que selon la banque centrale, mai après une augmentation ment que le secteur des sables
des loteries et des établisse- ce secteur, où il y a eu moins de été supérieurs de 5,4% en juillet. l’inflation est actuellement infé- de 0,8 % en avril. bitumineux de l’Alberta, consi-
ments de jeux. gros lots offerts par la société Toutefois, le prix de l’essence a rieure à 2 % en raison de fac- Certains analystes ont été dé- dérablement ralenti par le gi-
La société d’État a dévoilé d’État. Par exemple, il y a eu chuté de 14%, tout comme celui teurs comme la faiblesse persis- çus de la per formance des gantesque incendie de forêt à
vendredi un bénéfice net de quatre gros lots de 50 millions du mazout, en recul de 13,4%, et tante des prix de l’énergie. ventes au détail, sans toutefois Fort McMurray, pourrait être
308 millions, en hausse de offerts au cours du trimestre, du gaz naturel, qui a fléchi de Au Québec, l’IPC a pro- être surpris des données de à l’origine du regain.
3,1 % par rapport à il y a un an, soit deux fois moins comparati- 10,3%. gressé de 0,2 % d’une année à l’agence fédérale. « Nous nous De plus, les chèques en-
alors que son chiffre d’affaires vement à il y a un an. De plus, il L’inflation de base de la l’autre en juillet, après avoir attendions à une période de re- voyés le mois der nier à de
a légèrement progressé de n’y a eu aucun gros lot de plus Banque du Canada, dont le augmenté de 0,6 % en juin. lâche et nous en avons eu une en nombreuses familles par Ot-
0,4 %, à 863,9 millions. Au de 30 millions au Lotto 6/49, calcul exclut les produits dont juin », ont souligné les écono- tawa dans le cadre de son nou-
cours du trimestre terminé le alors qu’il y en avait eu un de les prix sont plus volatils, s’est Ventes au détail en baisse mistes chez BMO Marchés des veau programme d’allocation
27 juin, qui comptait deux 35 millions lors du premier tri- établie à 2,1 % juillet par rap- L’agence fédérale a égale- capitaux Robert Davcic et Ben- pour enfant devraient venir sti-
jours de moins, Loto-Québec a mestre l’an dernier. «Les ventes port à l’an dernier. ment dévoilé ses plus récentes jamin Reitzes dans une note. muler les ventes au détail.
également réduit ses charges de billets de loterie augmentent Dans une note de recherche données en ce qui a trait aux Même si la croissance éco-
totales de 6,6 millions, ou significativement lorsque les gros envoyée à ses clients, l’écono- ventes au détail, qui ont af fi- nomique peut être affectée en La Presse canadienne
2,8 %, grâce à son contrôle lots en jeu sont très élevés», sou-
serré des dépenses. ligne Loto-Québec, dans son
rapport trimestriel.
Casinos
Les casinos ont dégagé des
revenus de 201 millions, en
Pour les établissements de
jeux, le trimestre plus cour t
s’est traduit par un manque à
La télévision IP pourrait freiner le débranchement
hausse de 5,4 %, en plus de gagner de 5,9 millions, qui ex-
voir leurs profits bondir de plique en grande par tie la Ce système, à la fois de télévision en direct, de vidéo et de jeu à la demande, aiderait
17 %, à 51,2 millions. Si les casi- baisse de 0,7 % des revenus, les cablôdistributeurs à reconquérir des clients perdus au profit de diffuseurs en ligne
nos de Montréal et du Lac- qui ont été de 240 millions.
Leamy ont été capables d’ac- Néanmoins, le secteur a été en ALEKSANDRA SAGAN phénomène du débranche- en mesure d’accroître son leur for fait de câblodistribu-
croître leur chiffre d’affaires, mesure de dégager un profit à Toronto ment pourrait finir par s’inver- nombre d’abonnés en boni- tion s’accroisse de façon signi-
les recettes ont été en baisse à de 144,2 millions, en hausse ser. « Je crois qu’il y a un lien fiant son of fre, notamment ficative. La tendance pourrait
Charlevoix ainsi qu’à Mont-
Tremblant. Loto-Québec a tou-
tefois noté une hausse de
de 1,4 %.
Finalement, le site de jeu en
ligne de la société d’État a vu
L es câblodistributeurs ont
peut-être une chance de
reconquérir les clients qui se
entre la télévision IP et l’expé-
rience des consommateurs », a
affirmé M. Heger.
grâce à la télévision IP.
M. Heger a également souli-
gné que la performance des câ-
même finir par s’estomper
alors que de plus en plus d’en-
treprises se tournent vers la
l’achalandage de 4,2 %, ou ses recettes croître de 21,6 % sont débranchés au profit de blodistributeurs au deuxième télévision IP, croit l’analyste.
88 000 visiteurs de plus, dans pour s’établir à 17,2 millions. dif fuseurs en ligne comme Conséquences trimestre était souvent influen- Au deuxième trimestre, Bell
ses casinos, ce que la société Netflix en tentant de les sé- Le phénomène du débran- cée par les vacances d’été, où, a perdu 33 154 clients satel-
d’État attribue à sa stratégie La Presse canadienne duire en misant sur la soi-di- chement a eu de lourdes par exemple, de nombreux étu- lite, ce qui a été contrebalancé
sant télévision IP. conséquences pour les entre- diants universitaires mettent par l’ajout de 35 255 nouveaux
Pour l’analyste principal prises canadiennes du secteur fin à leur abonnement avant de clients de télévision IP. Pour
chez Edward Jones Dave He- des télécommunications, qui retourner à la maison. sa par t, Rogers prévoit dé-
CONSTRUCTION ger, la multidiffusion — qui re- ont vu des dizaines de milliers Pour sa par t, Brahm Eiley, ployer ce ser vice plus tard
groupe notamment la télévi- de clients mettre fin à leur fondatrice du Convergence cette année. Son chef de la di-

L’APCHQ souhaite sion en direct ainsi que la vi-


déo sur demande — pourrait
venir à la rescousse de ces en-
treprises. Aux États-Unis, le
abonnement. Rogers Commu-
nications, Québecor et Telus
ont déjà dévoilé leurs résultats
du deuxième trimestre.
Research Group — qui évalue
à quel point les consomma-
teurs délaissent les câblodistri-
buteurs —, estime que le phé-
rection, Guy Laurence, a tou-
tefois prévenu que le lance-
ment pourrait être retardé au
besoin. Au cours de la confé-
la prolongation géant Comcast a pu limiter les
dégâts au chapitre des abon-
nés à son service de télévision
Ainsi, Rogers a per du
23 000 clients — soit un peu
moins par rapport aux trimes-
nomène du débranchement
devrait poursuivre sa progres-
sion. La firme fondée en 1996
rence téléphonique visant à
discuter des résultats du
deuxième trimestre, M. Lau-

de RénoVert après avoir commencé à offrir


la télévision IP, note M. Heger.
Pour l’exercice 2015, l’entre-
tres précédents — alors que
chez V ideotr on, filiale de
Québecor, l’ensemble des
s’attend à ce que 190 000 abon-
nements soient annulés cette
année ainsi que l’an prochain.
rence avait dit qu’il ne serait
pas surpris que ce nouveau
service puisse inciter certains
prise avait vu son nombre de ser vices de télédistribution a M. Heger ne croit toutefois clients à revenir chez Rogers.
Le programme est un excellent moyen de clients chuter de 36 000. Tou- chuté de 39 400 abonnés. Te- pas que le nombre de clients
stimuler l’efficacité énergétique des maisons tefois, au deuxième trimestre lus, de son côté, a ajouté qui décident de mettre fin à La Presse canadienne
ter miné le 30 juin, la per te 13 000 clients, tandis que
FRANÇOIS DESJARDINS 2017. S’exprimant lors de la s’est limitée à 4000 abonnés, chez BCE, la hausse a été de
commission parlementaire soit la meilleure performance 2101. Le por te-parole de Te-

L e gouvernement Couillard
aurait intérêt à prolonger
étudiant le projet de loi 106 sur
la transition énergétique, la di-
pour cette période en une dé-
cennie. Cela suggère que le
lus, Richard Gilhooley, a af-
firmé que l’entreprise a été
le programme RénoVert car il
constitue un excellent moyen
de stimuler l’efficacité énergé-
tique des maisons, plaide l’As-
rection de l’APCHQ a suggéré
au gouvernement de songer à
étendre la mesure au parc lo-
catif, car seulement 60 % des
GOLF EN RÉGI N
sociation des professionnels Québécois sont présentement
de la construction et de l’habi- propriétaires occupants. Au MONTRÉAL
tation du Québec (APCHQ). moment d’annoncer RénoVert
Applicable aux travaux de ré- dans le budget de mars 2016,
novation « écoresponsables », le ministre Carlos Leitão avait
comme l’isolation et la conser- indiqué que Québec était prêt
vation de l’eau, le crédit d’im- à renoncer à 175 millions en
pôt de 20 % sur toute dépense recettes fiscales, car la mesure
de 2500 $ et plus vise des visait 100 000 ménages.
contrats signés entre le
17 mars 2016 et le 1 e r avril Le Devoir
MD

SERVICES OFFERTS PROBLÈMES RÉCURRENTS


• Massage suédois • Migraines
• Massage clinique de • Tendinites
l’abdomen
• Thérapie sacro-crânienne
• Mal de dos
• Stress et tension générale
Terrain de Pratique
intégrée ou spécifique Parcours de Golf
• Problèmes de sciatique Académie
*** Reçus d’assurances disponibles ***
À quelques minutes du
Carlos Otero | Massothérapeute Agréé FQM centre-ville de Montréal
Centre Médical Westmount | Métro Vendôme |
514.503.7726 
 

Pour annoncer dans ce regroupement, communiquez avec


514 861-0469 | ymavocatsmtl.com Evelyne De Varennes au 514.985.3454 ou edevarennes@ledevoir.com
Pour annoncer dans ce regroupement, contactez Caroline Filion
au 514 985-3444 ou cfilion@ledevoir.com
C 4 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 C 5

LES JEUX OLYMPIQUES DE RIO 2016 HORS JEUX


TABLEAU DES
MÉDAILLES Le nageur menteur Ryan Lochte est dénoncé Pour la postérité
pour son « arrogance »
3 X 100 m, 3 X 200 m, 3 X 4x100 m
Une commission disciplinaire du Comité international olympique a été saisie du cas JEAN DION
de la vraie-fausse agression subie par M. Lochte et trois autres nageurs américains TRIPLE TRIPLE
mot associant «mess» («désastre») et sain Bolt n’a jamais fait preuve de

U
SÉBASTIEN BLANC
monstre du Loch Ness. Le New York fausse modestie et il l’a dit, il veut que

E n inventant avec ses amis na- Post a de son côté affiché à sa «une» la postérité le place parmi les grands
BR T
ZE
N
ON
GE

geurs une fausse agression po- la photo de Lochte, posant comme d’entre les grands, aux côtés de monstres sa-
OR
AR

licière à Rio, le champion améri- un mannequin, légendée par crés comme Muhammad Ali et Pelé, de ceux
1 ÉTATS-UNIS 38 35 32 105
cain de natation Ryan Lochte s’est contraste « L’horrible Américain ». dont la seule évocation de leur sport fait qu’on
2 G.-BRETAGNE 24 22 14 60 précipité du podium de l’Olympe «Ryan Lochte incarne tout ce que le songe immédiatement à eux. De la même ma-
3 CHINE 22 18 25 65 jusqu’aux profondeurs insondables monde déteste à propos des Améri- nière qu’en athlétisme, on a statufié Paavo
de la déchéance. cains», estime ce dernier quotidien, Nurmi dans les années 1920 et Carl Lewis dans
4 ALLEMAGNE 14 8 13 35 De ce plongeon dans le bassin en citant «le sentiment que tout lui est les années 1980 et 1990.
5 RUSSIE 13 16 19 48 de l’opprobre, alourdi par ses 6 dû» et le «complexe de supériorité». À l’occasion de son ultime tour de piste olym-
6 JAPON 12 8 21 41 médailles d’or, 3 d’argent et 3 de Le cas Lochte a même été com- pique, Bolt tentait vendredi soir de rejoindre
bronze, le nageur de 32 ans en res- paré au « dégoût » qu’a inspiré l’an Nurmi et Lewis au sommet de tous les temps
7 FRANCE 9 14 14 37 sor tira sali durablement, malgré dernier Walter Palmer, le fortuné avec une 9e médaille d’or. Il l’a fait, mais pour ce
8 AUSTRALIE 8 11 10 29 ses regrets en demi-teinte ven- dentiste américain qui avait chassé qui est de la postérité, on savait que la cause
9 ITALIE 8 11 6 25 dredi. « Je souhaite m’excuser pour et tué Cecil, célèbre lion à crinière était déjà entendue et que peu importait le résul-
mon comportement le week-end der- noire du Zimbabwe. tat. Le relais engage de toute manière une
10 PAYS-BAS 8 6 4 18 nier, pour ne pas avoir fait plus at- Dénoncés pour leur « arro- équipe, dont aucun des membres ne peut abat-
19 CANADA 4 3 14 21 tention et ne pas avoir été plus franc gance », Lochte et ses compagnons tre le boulot seul, et l’épreuve est hautement
dans la manière dont j’ai raconté Le Daily News et le New York Post ont respectivement titré en première d’entraînement, qui sont chacun aléatoire : la possibilité est toujours présente de
CIO les événements qui se sont produits
tôt ce matin-là », a-t-il écrit sur les
page « Le monstre du Lochte Mess » et « L’horrible Américain ». montés sur la plus haute marche
du podium à Rio, se voient notam-
marcher sur une ligne ou d’échapper le témoin.
Si les Jamaïcains avaient échoué à conser ver
réseaux sociaux. ment reprocher d’avoir plongé les leur titre, la légende aurait vécu quand même.

Hickey Lochte et ses coéquipiers Gun-


nar Bentz, Jack Conger et James
Feigen avaient prétendu avoir été
braqués par des faux policiers di-
« C’est traumatisant d’être dehors
tard avec des amis dans un pays
étranger, avec la barrière de la
langue, et d’avoir un étranger qui
«Au-delà du comportement de qui
que ce soit d’autre cette nuit-là, j’au-
rais dû être plus responsable dans la
manière dont je me suis comporté.
États-Unis dans l’embarras.
On les accuse aussi d’avoir affiché
un mépris coupable pour la police
brésilienne — comme si elle n’aurait OLIVIER MORIN AGENCE FRANCE-PRESSE
Modestie ? « J’ai prouvé au monde que je suis
le plus grand, a dit Bolt. J’ai prouvé au monde
qu’on peut le faire proprement, avec du travail
et de la détermination. J’ai rendu le sport exci-

jeté en
manche à l’aube, alors qu’ils ren- vous pointe dessus un pistolet en Pour cela, je m’excuse auprès de pas été capable de découvrir leur su- tant, j’ai donné envie à des gens de le regarder,
traient en taxi au Village olym- vous demandant de l’argent pour mes coéquipiers, de mes admirateurs, percherie — et d’avoir surexploité j’ai mis l’athlétisme sur un piédestal. Je ne peux

prison
pique après une longue nuit arro-
sée au Club France, dans un quar-
tier huppé de Rio.
En réalité, ils ont été filmés dans
une station-service où ils sont accusés
vous laisser partir », a tenté de faire
valoir le sextuple champion olym-
pique, dans ses excuses publiques.
Ryan Lochte, qui avait teint ses
cheveux en vert argenté pour Rio,
des autres concurrents, de mes com-
manditaires et des organisateurs de
ce grand événement», a-t-il ajouté.
Image publique écornée
en cliché la difficile réputation de
Rio en matière de criminalité.
« C’en est fini de Lochte comme
personnage public. Ce qui n’est que
justice pour quelqu’un qui appa-
Bolt fait ses adieux couvert d’or rien prouver de plus. »
Mais il n’a pas à être humble, et de notre
côté, nous devons nous réjouir d’être ses
contemporains et d’avoir pu assister en direct
à tout cela.
d’avoir uriné sur les murs et vandalisé
l’intérieur des toilettes. Les gardiens
a précisé avoir attendu quelques
jours avant de faire cette déclara-
Mais le mal est fait, en tout cas
pour son image publique, gravement
remment est prêt à tout pour capter
l’attention », en a conclu Sally Jen- Les coureurs canadiens ont accédé à la troisième marche du podium ◆ ◆ ◆

L’ Irlandais Patrick Hickey,


membre du CIO arrêté à
Rio dans le cadre d’une enquête
présents leur auraient demandé de
rembourser les dommages, l’un d’en-
tre eux dégainant son arme tandis
tion, le temps que l’affaire soit ré-
glée légalement et que ses trois
coéquipiers puissent rentrer serei-
écornée, et sa réputation, désormais
taillée en pièces par les tabloïdes. Le
Daily News a titré en première page
kins, une éditorialiste du ser vice
des sports du Washington Post. à la suite de la disqualification de leurs adversaires américains S’il y a une entrée « possibilité de rédemp-
tion » dans le grand dictionnaire des clichés
spor tifs — un ouvrage assez volumineux
sur un réseau de vente illégale que Lochte refusait de coopérer. nement aux États-Unis. « The Lochte Mess Monster », jeu de Agence France-Presse merci —, on doit retrouver juste à côté une
de billets pour les JO de 2016, a KARL RETTINO-PARAZELLI autres athlètes ont réussi à marche du podium. Le quatuor quatuor jamaïcain (41,36 s) et bri- photo du match de foot masculin de samedi
été écroué dans une prison de JONATHAN ALLARD accomplir. était composé d’Andre De Grasse, tannique (41,77 s). mettant aux prises le Brésil et l’Allemagne
haute sécurité, a indiqué ven- Une épée de Damoclès pend Akeem Haynes, Brendon Rodney Il s’agit d’une fin particulièrement pour la médaille d’or.
A THLÉTISME
dredi la police brésilienne.
Patrick Hickey est sor ti O uvrez les livres d’histoire :
Usain Bolt est passé, selon
toutefois au-dessus de la tête du
champion. Il pourrait devoir re-
et Aaron Brown.
Cette médaille canadienne au re-
heureuse pour cette équipe tout
étoile qui croyait avoir vu ses
On raconte qu’au pays hôte des Jeux de la
XXXI e Olympiade d’été, les humeurs ont

Caster Semenya, des épaules solides aux JO


jeudi après-midi de l’hôpital où ses propres mots, au rang des mettre la médaille d’or acquise au lais masculin met un baume sur le chances de médaille s’envoler lors connu un parcours mouvementé ces derniers
il était soigné depuis sa mise « immor tels » en par venant à si- relais 4X100 mètres lors des Jeux résultat crève-cœur des Jeux de des qualifications, lorsque Allyson jours. Alors que l’équipe féminine emmenée
en détention. Ses avocats ont gner vendredi soir un « triple tri- de Pékin, en raison du contrôle Londres. Le Canada s’était alors Felix a échappé le témoin à la suite par Mar ta connaissait un dépar t canon avec
fait une demande de remise en ple » au terme du relais 4X100 mè- positif d’un de ses coéquipiers de classé troisième, mais avait été dis- d’un accrochage avec une Brési- des victoir es de 3-0 et 5-1, les hommes
liberté pendant la période de tres, qui a couronné une Jamaïque l’époque, Nesta Carter, lors d’une qualifié : dans le dernier virage, Ja- lienne. Le jury a finalement permis conduits par Neymar devaient se contenter
l’enquête, mais les magistrats hégémonique. Et l’équipe cana- réanalyse d’échantillons. red Connaughton avait mis le pied aux Américaines de courir à nou- de deux matchs nuls de 0-0, leur domination
ont refusé, selon un communi-
qué de la Police des grands
À la frontière des genres, dienne, auteure d’un record cana-
dien, a profité de la disqualifica- Coup de théâtre
sur la ligne blanche.
Déjà gagnant du bronze au 100
veau et cette deuxième chance leur a
permis d’obtenir leur billet pour la fi-
n’arrivant pas à se traduire en buts. Et ça ja-
sait fort dans une nation qui est synonyme de
événements envoyé à l’AFP.
Accusé d’être impliqué dans
l’athlète sud-africaine sait que tion des Américains pour mettre la
main sur le bronze.
En remportant la victoire, la Ja-
maïque (37,27 s) a défendu avec
mètres et de l’argent au 200 mè-
tres, l’Ontarien Andre De Grasse a
nale de vendredi. On connaît la suite.
L’équipe canadienne, qui avait si-
jeu à l’empor te-pièce, mais qui n’a jamais
remporté de médaille d’or olympique.
un réseau de vente illégale de En franchissant la ligne d’arri- succès son titre acquis à Londres en ainsi ajouté une troisième médaille gné le huitième temps lors des Puis, retournement de situation. Trois nulles
billets pour les Jeux, Patrick son cas va à nouveau faire vée à bonne distance de 2012. Elle a devancé dans à son palmarès. qualifications, a terminé en sep- au score vierge pour les femmes, la deuxième
Hickey, 71 ans, l’un des plus «Si ce n’était de ma ses poursuivants, l’ordre le Japon (37,60 s), La jeune sensation rentre par ail- tième position (43,15 s). remportée aux tirs au but et la dernière perdue
hauts dirigeants du CIO, a été
arrêté mercredi dans son hô-
polémique aux Olympiades famille, j’aurais l’« éclair » a mis un
point final à une domi-
que personne n’avait vu
venir, et les États-Unis
leurs au pays avec un record cana-
dien de 19,80 secondes au 200 mè- Le Devoir
dans les mêmes circonstances, ce qui a relégué
la formation au match pour le bronze vendredi.
tel de Barra, non loin du Parc nation olympique sans (37,62 s), qui espéraient tres. Il est aussi le premier Cana- Avec une défaite de 2-1 contre le Canada ven-
olympique de Rio. brésiliennes. Mais cette fois, voulu mourir. Je me précédent dans le mieux. L’équipe du Ca- dien à mettre les pieds deux fois dredi, le podium lui échappe.
Il avait dans un premier
temps tenté de se cacher. « Un
peu sous le choc », selon la po-
lice, il avait ensuite été conduit
à l’hôpital le plus proche, à la
elle est armée.
LAURENT FAVRE
sentais bafouée et
humiliée»
– Caster Semenya
monde de l’athlétisme :
il est désormais triple
champion sur 100 mètres, 200
mètres et 4X100 mètres, après
avoir rempor té les grands hon-
nada (37,64 s), qui a battu
le record canadien établi
en 1996 aux Jeux d’Atlanta (37,69 s),
a quant à elle franchi la ligne d’arri-
vée en quatrième place.
sur le podium olympique d’une
épreuve de sprint individuelle de-
puis 1928.
Relais féminin :
37,27 s
La Jamaïque a défendu
Quant aux hommes, ils sont passés à la vi-
tesse supérieure, et pas à peu près, et les cri-
tiques se sont tus : 4-0, 2-0 et 6-0, de telle sorte
qu’au stade Maracanã en cet avant-dernier jour
des Jeux, ils joueront pour l’or, qu’ils ont
demande d’un médecin. neurs sur les trois distances aux La déception des représentants domination américaine avec succès son titre olym- échappé face au Mexique à Londres en 2012.

D
M. Hickey a démissionné ans les comics ou au cinéma, Jeux de Pékin (2008), Londres de l’unifolié a été de courte durée, Du côté féminin, l’équipe améri- pique. Elle a devancé dans Et comme toute est dans toute, ce sera
«temporairement» de toutes ses les superhéros sont des (2012) et maintenant Rio. puisque l’annonce de la disqualifi- caine, championne olympique en l’ordre le Japon (37,60), que contre l’Allemagne. Oui, la même Allemagne
fonctions dans le mouvement gens tristes, af fligés par Usain Bolt s’est du même coup cation de l’équipe américaine — titre, est par venue à monter une personne n’avait vu venir, et qui a ser vi à la Seleção un camouflet de 7-1
olympique, notamment de la pré- leurs capacités hors normes. hissé au firmament de son sport pour un relais ef fectué à l’exté- fois de plus sur la plus haute le Canada (37,64). en demi-finales de la Coupe du monde de
sidence du Comité olympique ir- Aux Jeux olympiques, les en remportant 9 médailles olym- rieur de la zone permise — leur a marche du podium en arrêtant le 2014 à Belo Horizonte, une gifle sans bon
landais et de celle des Comités athlètes hors normes sont piques, un exploit que seuls deux of fer t une place sur la troisième chrono à 41,01 s. Elle a devancé le sens dont on n’a pas l’habitude.
olympiques européens. des gens joyeux que les re- Et si le sélectionneur brésilien, Rogerio Mi-
Plusieurs autres arrestations gards af fligés qu’on leur cale, a tenu à souligner que les deux situations
ont été effectuées et d’autres
mandats d’arrêt lancés. Au to-
tal, la police avait saisi 781 bil-
porte indiffèrent. À Rio, Caster Semenya a le
sourire. Victorieuse de sa série du 800 m mer-
credi matin, la Sud-Africaine poursuit son rêve
Le Canada obtient trois autres médailles de bronze et n’ont rien de rien en commun — un seul
joueur des deux équipes olympiques était en
uniforme ce jour-là, le défenseur allemand
lets qui étaient revendus à des
prix très élevés. Ceux pour la
cérémonie d’ouverture étaient
vendus 8000 $, alors que le prix
de devenir championne olympique.
En coulisse, les visages se crispent. La finale,
samedi, pourrait voir Semenya s’imposer de-
vant la Kenyane Margaret Wampui et la Burun-
FABRICE COFFRINI AGENCE FRANCE-PRESSE
La finale du 800 m, samedi, pourrait voir la Sud-Africaine Caster Semenya (ci-dessus) s’imposer devant
se fait priver d’une quatrième Matthias Ginter, et il n’a pas vu une seule se-
conde d’action —, tout le monde sait que le
match sera enrobé d’un parfum de revanche.
Il va y avoir du sport.
of ficiel le plus élevé était de
1300 $.
Le trafic a généré une re-
daise Francine Niyonsaba. Trois femmes au
physique androgyne. Des « garçons manqués »,
comme on disait dans le temps ; des « athlètes
la Kenyane Margaret Wampui et la Burundaise Francine Niyonsaba : trois femmes au physique androgyne.

n’ai jamais pu fêter ma victoire », souligne-t-elle coach, Jean Verster. Dans la rue, les regards
L e Canada a continué de bonifier sa récolte
au tableau des médailles aux Jeux olym-
piques de Rio… même s’il en a perdu une en
◆ ◆ ◆
Il arrive que cer tains athlètes en accusent
cette « d’au moins 10 millions intersexuées », selon la terminologie moderne. aujourd’hui. Le jour même, elle est entendue, des gens sont bienveillants. « Je crois qu’ils cours de route dans des circonstances pour le d’autres d’être dopés. Il est plus rare qu’un
de réaux ». « La valeur faciale Leur corps produit naturellement un taux de puis testée. En quelques heures, elle devient m’acceptent comme je suis parce qu’ils compren- moins étranges. athlète en accuse un autre de l’avoir dopé.
des tickets saisis est de 626 000 testostérone estimé à trois fois la valeur une curiosité, un phénomène de foire. Une nou- nent qui je suis. Je ne suis pas un fake. Je suis 50 km marche Evan Dunfee, de la Colombie- C’est pourtant le cas de l’haltérophile Izzat
réaux, mais ils étaient revendus moyenne. velle Vénus hottentote. naturelle. Je suis juste Caster et je ne veux pas Britannique, est passé par toute la gamme des Artykov, du Kirghizistan, qui a terminé 3e dans
jusqu’à 30 fois leur prix », a in- « Si ce scénario se produit, l’athlétisme mon- Il faut imaginer la violence que peut repré- être quelqu’un que je ne suis pas. Je ne veux pas émotions à l’issue du 50 km marche. Premier la catégorie des 69 kg le 9 août, mais dont la
diqué mercredi Ricardo Bar- dial et le CIO auront un sérieux problème », pré- senter pour une jeune fille de 19 ans la mise à être ce que les gens voudraient que je sois. Je veux de l’éprouvante compétition avec 15 km à négo- disqualification pour un contrôle positif à la
bosa, de l’unité antifraude de vient le scientifique du sport allemand Helmut plat, et au grand jour, de ses détails anato- juste être moi. Je suis née comme ça et je ne veux cier, Dunfee a finalement dû se contenter du str ychnine a été annoncée jeudi, la première
la police de Rio. Digel dans le Blick. Le chef médical du CIO, le miques, avec en titre cette question : « Est-elle pas changer. » 4e rang, en 3 heures 41,38 minutes. Mais envi- exclusion d’un médaillé à Rio. Immédiatement
Britannique Richard Budgett, en a pleinement une femme ? » Des femmes, et non des moin- ron une heure plus tard, il apprenait qu’il deve- après l’épreuve, le Français Bernardin Kingue
Agence France-Presse conscience. « C’est un sujet très délicat, très com- dres, répondent que non. Durant onze mois, Cher payé nait titulaire de la médaille de bronze à la suite Matam, qui avait pris le 8e rang, avait dit « atten-
pliqué, a-t-il expliqué à Rio. Nous ne savons pas l’IAAF va enquêter. « Si ce n’était de ma famille, Chez elle, Caster Semenya met sa notoriété d’une réclamation par Athlétisme Canada, qui dre les résultats des tests antidopage » avant de
si nous pourrons arriver à établir des règles pour j’aurais voulu mourir. Je me sentais bafouée et au service d’une fondation qui œuvre en faveur soutenait que le Japonais Hirooki Arai l’avait MIGUEL SCHINCARIOL AGENCE FRANCE-PRESSE commenter sa prestation, se disant convaincu

450 000 l’admissibilité aux épreuves féminines. »


Dopage à l’envers
En juillet 2015, le Tribunal arbitral du sport
(TAS) a retoqué le règlement de l’IAAF qui
humiliée », admet-elle aujourd’hui.
Elle en parle aujourd’hui avec recul et déta-
chement. Feint-elle l’indifférence, elle qui dut
aller consulter un psy pour survivre à tout cela ?
des enfants sud-africains défavorisés. « Avec
tous ces problèmes de drogue, de grossesses pré-
coces, il vaut mieux occuper les enfants après
l’école avec le sport. » Elle voudrait qu’ils fassent
du sport. Même s’il le lui a fait payer cher, le
bousculé vers la fin de l’épreuve. Arai, qui avait
devancé Dunfee par 14 secondes, a été disqua-
lifié… avant d’être réintégré à la troisième
place à la suite d’un autre protêt, celui-là des
instances japonaises. Plusieurs heures après le
Les médailles de bronze de l’équipe canadienne de soccer féminin

der au podium du soccer féminin à Londres et


à Rio, le Canada s’était forgé une avance de 2-
0 grâce aux buts de la jeune Deanne Rose, à la
les Jeux d’Atlanta, en 1996, que la délégation
canadienne franchit le plateau des 20 mé-
dailles aux Jeux d’été. Le Canada en avait
qu’il allait monter au classement parce que « les
cinq premiers ne sont pas propres ».
Or, voici qu’Artykov, qui nie s’être dopé et
af firme avoir toujours concour u honnête-
ment, pointe Matam comme source de ses
obligeait les athlètes intersexuées à faire bais- Mariage lesbien sport lui a tout donné. Et peut-être bientôt une dénouement final, Dunfee en voulait davan- 25 e minute, et de l’expérimentée Christine alors amassé 22. malheurs. « Je soupçonne l’haltérophile fran-
ser artificiellement leur taux de testostérone « Toute cette expérience m’a beaucoup fait mû- médaille d’or. tage… à lui-même qu’à son rival ou au destin. Sinclair, à la 52e minute. Kayak La délégation canadienne s’est placée çais d’avoir ajouté des produits dopants à ma
dans des valeurs « féminines ». Du dopage à l’en- rir », dit-elle de sa voix grave. Elle a changé La victoire, la gloire, des critiques, le grand « Je crois que le Japonais et moi nous sommes ac- Équitation De son côté, Lamaze et sa jument en position pour ajouter des médailles au bas- boisson ou ma nourriture, a-t-il dit. Tout ce ta-
vers… « Nous avons estimé que ce règlement d’entraîneur, quittant son idole, Maria Mutola cirque va recommencer. L’ancienne maratho- crochés. Mais ce qui me brise, c’est le fait que avaient été parfaits lors des deux manches de sin Lagoa, samedi, bien que Mark De Jonge ne page a commencé avec ses déclarations et ses
était pour le moment inadapté, explique Mat- (une autre ex-athlète qualifiée de très mascu- nienne anglaise Paula Radcliffe a déjà estimé j’ai laissé cette situation me déranger. Et une la finale, tout comme cinq autres rivaux. Lors l’ait pas eu facile. De Jonge, double champion doutes sur ma victoire. »
thieu Reeb, le secrétaire général du TAS. En at- line à l’époque), pour le moins médiatique, que « la course était faussée » et que ce n’était fois que j’eus perdu cette concentration, de la ronde de barrage, le Britannique Nick du monde en titre, a failli rater la finale du K-1 Se disant « sous le choc », Artykov a fait savoir
LEON NEAL AGENCE FRANCE-PRESSE tendant, les athlètes concernées peuvent courir. » mais plus disponible, Jean Verster. C’est lui qui « plus du sport ». « Si des concurrentes me font des mes jambes sont devenues aussi molles que du Skelton et le Suédois Peder Fredricson n’ont 200 mètres, terminant quatrième de sa demi-fi- qu’il interjettera appel devant le Tribunal arbitral
Les 450 000 préservatifs Ce qu’exprimait le TAS était l’idée que le pro- l’a convaincue de déménager à Potchefstroom, remarques, je n’en ai que faire, c’est leur pro- Jell-O. » pas commis de faute. Dernier en piste, Lamaze nale, en 34,775 secondes. S’il avait été plus lent du sport. On ne sait par ailleurs pas s’il s’est en-
prévus en libre accès pour blème était bien trop intime et lourd de consé- petite ville tranquille du Transvaal à 1400 m blème, pas le mien, je suis là pour courir, et pour Ce rocambolesque dénouement a relégué devait battre le chrono de 42,82 secondes de de quatre millièmes de seconde, il aurait été gagé à mieux surveiller son assiette à l’avenir.
les 10 500 athlètes du Vil- quences pour être traité à la va-vite. d’altitude. Comme il y a là une université, elle a y arriver, il faut travailler dur, c’est tout. » au second plan les médailles de bronze de Skelton pour gagner l’or. Toutefois, Fine Lady 5 éliminé. Ce fut plus facile pour le quatuor cana-
Le monde du spor t n’avait pas eu ces pu- décidé de reprendre les études en sciences des L’une de ses adversaires, la Suissesse Selina l’équipe canadienne de soccer féminin et du a commis une faute, sa première des Jeux, relé- dien du K-4 sur 500 mètres. Émilie Fournel, ◆ ◆ ◆
lage olympique ont eu du
succès. À tel point, selon le deurs en 2009 lorsqu’il découvrit Caster Seme- sports. Fan de football (Manchester United) et Büchel, a rappelé que Caster Semenya ne vio- cavalier ontarien Eric Lamaze, sur Fine Lady guant le Canada au troisième rang. KC Fraser, Andréanne Langlois et Geneviève Une question surgit en appréciant un petit
site du groupe médiatique nya aux Mondiaux d’athlétisme. À Berlin, l’ado- de Formule 1, elle s’est aussi mariée en début lait aucune règle et s’est surtout déclarée « heu- 5, à la suite d’un barrage à six compétiteurs. En fin de soirée vendredi, le Canada comp- Orton ont mérité leur billet pour la finale grâce 50 kilomètr es : comment diable les mar-
O Globo, qu’ils ont failli bou- lescente de 19 ans avait marqué les esprits en d’année, avec l’ancienne athlète Violet Rase- reuse de ne pas avoir à trancher ». Soccer La troupe de John Her tzman a ré- tait 21 médailles, provisoirement trois de à un chrono de 1 h 36,254 en demi-finale. cheurs font-ils pour résister à la tentation
cher le système des égouts. remportant le 800 mètres en 1 min 55 s 45 et boya. « Caster est une personne humble, chaleu- sisté aux attaques répétées du Brésil en fin de plus qu’aux Jeux de Londres il y a quatre bien humaine de par tir à courir comme
près de 20 mètres d’avance sur ses rivales. « Je reuse, toujours de bonne humeur », souligne son Le Temps match pour l’emporter 2-1. Seul pays à accé- ans. C’est par ailleurs la première fois depuis La Presse canadienne des maudits malades ?
C 4 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 C 5

LES JEUX OLYMPIQUES DE RIO 2016 HORS JEUX


TABLEAU DES
MÉDAILLES Le nageur menteur Ryan Lochte est dénoncé Pour la postérité
pour son « arrogance »
3 X 100 m, 3 X 200 m, 3 X 4x100 m
Une commission disciplinaire du Comité international olympique a été saisie du cas JEAN DION
de la vraie-fausse agression subie par M. Lochte et trois autres nageurs américains TRIPLE TRIPLE
mot associant «mess» («désastre») et sain Bolt n’a jamais fait preuve de

U
SÉBASTIEN BLANC
monstre du Loch Ness. Le New York fausse modestie et il l’a dit, il veut que

E n inventant avec ses amis na- Post a de son côté affiché à sa «une» la postérité le place parmi les grands
BR T
ZE
N
ON
GE

geurs une fausse agression po- la photo de Lochte, posant comme d’entre les grands, aux côtés de monstres sa-
OR
AR

licière à Rio, le champion améri- un mannequin, légendée par crés comme Muhammad Ali et Pelé, de ceux
1 ÉTATS-UNIS 38 35 32 105
cain de natation Ryan Lochte s’est contraste « L’horrible Américain ». dont la seule évocation de leur sport fait qu’on
2 G.-BRETAGNE 24 22 14 60 précipité du podium de l’Olympe «Ryan Lochte incarne tout ce que le songe immédiatement à eux. De la même ma-
3 CHINE 22 18 25 65 jusqu’aux profondeurs insondables monde déteste à propos des Améri- nière qu’en athlétisme, on a statufié Paavo
de la déchéance. cains», estime ce dernier quotidien, Nurmi dans les années 1920 et Carl Lewis dans
4 ALLEMAGNE 14 8 13 35 De ce plongeon dans le bassin en citant «le sentiment que tout lui est les années 1980 et 1990.
5 RUSSIE 13 16 19 48 de l’opprobre, alourdi par ses 6 dû» et le «complexe de supériorité». À l’occasion de son ultime tour de piste olym-
6 JAPON 12 8 21 41 médailles d’or, 3 d’argent et 3 de Le cas Lochte a même été com- pique, Bolt tentait vendredi soir de rejoindre
bronze, le nageur de 32 ans en res- paré au « dégoût » qu’a inspiré l’an Nurmi et Lewis au sommet de tous les temps
7 FRANCE 9 14 14 37 sor tira sali durablement, malgré dernier Walter Palmer, le fortuné avec une 9e médaille d’or. Il l’a fait, mais pour ce
8 AUSTRALIE 8 11 10 29 ses regrets en demi-teinte ven- dentiste américain qui avait chassé qui est de la postérité, on savait que la cause
9 ITALIE 8 11 6 25 dredi. « Je souhaite m’excuser pour et tué Cecil, célèbre lion à crinière était déjà entendue et que peu importait le résul-
mon comportement le week-end der- noire du Zimbabwe. tat. Le relais engage de toute manière une
10 PAYS-BAS 8 6 4 18 nier, pour ne pas avoir fait plus at- Dénoncés pour leur « arro- équipe, dont aucun des membres ne peut abat-
19 CANADA 4 3 14 21 tention et ne pas avoir été plus franc gance », Lochte et ses compagnons tre le boulot seul, et l’épreuve est hautement
dans la manière dont j’ai raconté Le Daily News et le New York Post ont respectivement titré en première d’entraînement, qui sont chacun aléatoire : la possibilité est toujours présente de
CIO les événements qui se sont produits
tôt ce matin-là », a-t-il écrit sur les
page « Le monstre du Lochte Mess » et « L’horrible Américain ». montés sur la plus haute marche
du podium à Rio, se voient notam-
marcher sur une ligne ou d’échapper le témoin.
Si les Jamaïcains avaient échoué à conser ver
réseaux sociaux. ment reprocher d’avoir plongé les leur titre, la légende aurait vécu quand même.

Hickey Lochte et ses coéquipiers Gun-


nar Bentz, Jack Conger et James
Feigen avaient prétendu avoir été
braqués par des faux policiers di-
« C’est traumatisant d’être dehors
tard avec des amis dans un pays
étranger, avec la barrière de la
langue, et d’avoir un étranger qui
«Au-delà du comportement de qui
que ce soit d’autre cette nuit-là, j’au-
rais dû être plus responsable dans la
manière dont je me suis comporté.
États-Unis dans l’embarras.
On les accuse aussi d’avoir affiché
un mépris coupable pour la police
brésilienne — comme si elle n’aurait OLIVIER MORIN AGENCE FRANCE-PRESSE
Modestie ? « J’ai prouvé au monde que je suis
le plus grand, a dit Bolt. J’ai prouvé au monde
qu’on peut le faire proprement, avec du travail
et de la détermination. J’ai rendu le sport exci-

jeté en
manche à l’aube, alors qu’ils ren- vous pointe dessus un pistolet en Pour cela, je m’excuse auprès de pas été capable de découvrir leur su- tant, j’ai donné envie à des gens de le regarder,
traient en taxi au Village olym- vous demandant de l’argent pour mes coéquipiers, de mes admirateurs, percherie — et d’avoir surexploité j’ai mis l’athlétisme sur un piédestal. Je ne peux

prison
pique après une longue nuit arro-
sée au Club France, dans un quar-
tier huppé de Rio.
En réalité, ils ont été filmés dans
une station-service où ils sont accusés
vous laisser partir », a tenté de faire
valoir le sextuple champion olym-
pique, dans ses excuses publiques.
Ryan Lochte, qui avait teint ses
cheveux en vert argenté pour Rio,
des autres concurrents, de mes com-
manditaires et des organisateurs de
ce grand événement», a-t-il ajouté.
Image publique écornée
en cliché la difficile réputation de
Rio en matière de criminalité.
« C’en est fini de Lochte comme
personnage public. Ce qui n’est que
justice pour quelqu’un qui appa-
Bolt fait ses adieux couvert d’or rien prouver de plus. »
Mais il n’a pas à être humble, et de notre
côté, nous devons nous réjouir d’être ses
contemporains et d’avoir pu assister en direct
à tout cela.
d’avoir uriné sur les murs et vandalisé
l’intérieur des toilettes. Les gardiens
a précisé avoir attendu quelques
jours avant de faire cette déclara-
Mais le mal est fait, en tout cas
pour son image publique, gravement
remment est prêt à tout pour capter
l’attention », en a conclu Sally Jen- Les coureurs canadiens ont accédé à la troisième marche du podium ◆ ◆ ◆

L’ Irlandais Patrick Hickey,


membre du CIO arrêté à
Rio dans le cadre d’une enquête
présents leur auraient demandé de
rembourser les dommages, l’un d’en-
tre eux dégainant son arme tandis
tion, le temps que l’affaire soit ré-
glée légalement et que ses trois
coéquipiers puissent rentrer serei-
écornée, et sa réputation, désormais
taillée en pièces par les tabloïdes. Le
Daily News a titré en première page
kins, une éditorialiste du ser vice
des sports du Washington Post. à la suite de la disqualification de leurs adversaires américains S’il y a une entrée « possibilité de rédemp-
tion » dans le grand dictionnaire des clichés
spor tifs — un ouvrage assez volumineux
sur un réseau de vente illégale que Lochte refusait de coopérer. nement aux États-Unis. « The Lochte Mess Monster », jeu de Agence France-Presse merci —, on doit retrouver juste à côté une
de billets pour les JO de 2016, a KARL RETTINO-PARAZELLI autres athlètes ont réussi à marche du podium. Le quatuor quatuor jamaïcain (41,36 s) et bri- photo du match de foot masculin de samedi
été écroué dans une prison de JONATHAN ALLARD accomplir. était composé d’Andre De Grasse, tannique (41,77 s). mettant aux prises le Brésil et l’Allemagne
haute sécurité, a indiqué ven- Une épée de Damoclès pend Akeem Haynes, Brendon Rodney Il s’agit d’une fin particulièrement pour la médaille d’or.
A THLÉTISME
dredi la police brésilienne.
Patrick Hickey est sor ti O uvrez les livres d’histoire :
Usain Bolt est passé, selon
toutefois au-dessus de la tête du
champion. Il pourrait devoir re-
et Aaron Brown.
Cette médaille canadienne au re-
heureuse pour cette équipe tout
étoile qui croyait avoir vu ses
On raconte qu’au pays hôte des Jeux de la
XXXI e Olympiade d’été, les humeurs ont

Caster Semenya, des épaules solides aux JO


jeudi après-midi de l’hôpital où ses propres mots, au rang des mettre la médaille d’or acquise au lais masculin met un baume sur le chances de médaille s’envoler lors connu un parcours mouvementé ces derniers
il était soigné depuis sa mise « immor tels » en par venant à si- relais 4X100 mètres lors des Jeux résultat crève-cœur des Jeux de des qualifications, lorsque Allyson jours. Alors que l’équipe féminine emmenée
en détention. Ses avocats ont gner vendredi soir un « triple tri- de Pékin, en raison du contrôle Londres. Le Canada s’était alors Felix a échappé le témoin à la suite par Mar ta connaissait un dépar t canon avec
fait une demande de remise en ple » au terme du relais 4X100 mè- positif d’un de ses coéquipiers de classé troisième, mais avait été dis- d’un accrochage avec une Brési- des victoir es de 3-0 et 5-1, les hommes
liberté pendant la période de tres, qui a couronné une Jamaïque l’époque, Nesta Carter, lors d’une qualifié : dans le dernier virage, Ja- lienne. Le jury a finalement permis conduits par Neymar devaient se contenter
l’enquête, mais les magistrats hégémonique. Et l’équipe cana- réanalyse d’échantillons. red Connaughton avait mis le pied aux Américaines de courir à nou- de deux matchs nuls de 0-0, leur domination
ont refusé, selon un communi-
qué de la Police des grands
À la frontière des genres, dienne, auteure d’un record cana-
dien, a profité de la disqualifica- Coup de théâtre
sur la ligne blanche.
Déjà gagnant du bronze au 100
veau et cette deuxième chance leur a
permis d’obtenir leur billet pour la fi-
n’arrivant pas à se traduire en buts. Et ça ja-
sait fort dans une nation qui est synonyme de
événements envoyé à l’AFP.
Accusé d’être impliqué dans
l’athlète sud-africaine sait que tion des Américains pour mettre la
main sur le bronze.
En remportant la victoire, la Ja-
maïque (37,27 s) a défendu avec
mètres et de l’argent au 200 mè-
tres, l’Ontarien Andre De Grasse a
nale de vendredi. On connaît la suite.
L’équipe canadienne, qui avait si-
jeu à l’empor te-pièce, mais qui n’a jamais
remporté de médaille d’or olympique.
un réseau de vente illégale de En franchissant la ligne d’arri- succès son titre acquis à Londres en ainsi ajouté une troisième médaille gné le huitième temps lors des Puis, retournement de situation. Trois nulles
billets pour les Jeux, Patrick son cas va à nouveau faire vée à bonne distance de 2012. Elle a devancé dans à son palmarès. qualifications, a terminé en sep- au score vierge pour les femmes, la deuxième
Hickey, 71 ans, l’un des plus «Si ce n’était de ma ses poursuivants, l’ordre le Japon (37,60 s), La jeune sensation rentre par ail- tième position (43,15 s). remportée aux tirs au but et la dernière perdue
hauts dirigeants du CIO, a été
arrêté mercredi dans son hô-
polémique aux Olympiades famille, j’aurais l’« éclair » a mis un
point final à une domi-
que personne n’avait vu
venir, et les États-Unis
leurs au pays avec un record cana-
dien de 19,80 secondes au 200 mè- Le Devoir
dans les mêmes circonstances, ce qui a relégué
la formation au match pour le bronze vendredi.
tel de Barra, non loin du Parc nation olympique sans (37,62 s), qui espéraient tres. Il est aussi le premier Cana- Avec une défaite de 2-1 contre le Canada ven-
olympique de Rio. brésiliennes. Mais cette fois, voulu mourir. Je me précédent dans le mieux. L’équipe du Ca- dien à mettre les pieds deux fois dredi, le podium lui échappe.
Il avait dans un premier
temps tenté de se cacher. « Un
peu sous le choc », selon la po-
lice, il avait ensuite été conduit
à l’hôpital le plus proche, à la
elle est armée.
LAURENT FAVRE
sentais bafouée et
humiliée»
– Caster Semenya
monde de l’athlétisme :
il est désormais triple
champion sur 100 mètres, 200
mètres et 4X100 mètres, après
avoir rempor té les grands hon-
nada (37,64 s), qui a battu
le record canadien établi
en 1996 aux Jeux d’Atlanta (37,69 s),
a quant à elle franchi la ligne d’arri-
vée en quatrième place.
sur le podium olympique d’une
épreuve de sprint individuelle de-
puis 1928.
Relais féminin :
37,27 s
La Jamaïque a défendu
Quant aux hommes, ils sont passés à la vi-
tesse supérieure, et pas à peu près, et les cri-
tiques se sont tus : 4-0, 2-0 et 6-0, de telle sorte
qu’au stade Maracanã en cet avant-dernier jour
des Jeux, ils joueront pour l’or, qu’ils ont
demande d’un médecin. neurs sur les trois distances aux La déception des représentants domination américaine avec succès son titre olym- échappé face au Mexique à Londres en 2012.

D
M. Hickey a démissionné ans les comics ou au cinéma, Jeux de Pékin (2008), Londres de l’unifolié a été de courte durée, Du côté féminin, l’équipe améri- pique. Elle a devancé dans Et comme toute est dans toute, ce sera
«temporairement» de toutes ses les superhéros sont des (2012) et maintenant Rio. puisque l’annonce de la disqualifi- caine, championne olympique en l’ordre le Japon (37,60), que contre l’Allemagne. Oui, la même Allemagne
fonctions dans le mouvement gens tristes, af fligés par Usain Bolt s’est du même coup cation de l’équipe américaine — titre, est par venue à monter une personne n’avait vu venir, et qui a ser vi à la Seleção un camouflet de 7-1
olympique, notamment de la pré- leurs capacités hors normes. hissé au firmament de son sport pour un relais ef fectué à l’exté- fois de plus sur la plus haute le Canada (37,64). en demi-finales de la Coupe du monde de
sidence du Comité olympique ir- Aux Jeux olympiques, les en remportant 9 médailles olym- rieur de la zone permise — leur a marche du podium en arrêtant le 2014 à Belo Horizonte, une gifle sans bon
landais et de celle des Comités athlètes hors normes sont piques, un exploit que seuls deux of fer t une place sur la troisième chrono à 41,01 s. Elle a devancé le sens dont on n’a pas l’habitude.
olympiques européens. des gens joyeux que les re- Et si le sélectionneur brésilien, Rogerio Mi-
Plusieurs autres arrestations gards af fligés qu’on leur cale, a tenu à souligner que les deux situations
ont été effectuées et d’autres
mandats d’arrêt lancés. Au to-
tal, la police avait saisi 781 bil-
porte indiffèrent. À Rio, Caster Semenya a le
sourire. Victorieuse de sa série du 800 m mer-
credi matin, la Sud-Africaine poursuit son rêve
Le Canada obtient trois autres médailles de bronze et n’ont rien de rien en commun — un seul
joueur des deux équipes olympiques était en
uniforme ce jour-là, le défenseur allemand
lets qui étaient revendus à des
prix très élevés. Ceux pour la
cérémonie d’ouverture étaient
vendus 8000 $, alors que le prix
de devenir championne olympique.
En coulisse, les visages se crispent. La finale,
samedi, pourrait voir Semenya s’imposer de-
vant la Kenyane Margaret Wampui et la Burun-
FABRICE COFFRINI AGENCE FRANCE-PRESSE
La finale du 800 m, samedi, pourrait voir la Sud-Africaine Caster Semenya (ci-dessus) s’imposer devant
se fait priver d’une quatrième Matthias Ginter, et il n’a pas vu une seule se-
conde d’action —, tout le monde sait que le
match sera enrobé d’un parfum de revanche.
Il va y avoir du sport.
of ficiel le plus élevé était de
1300 $.
Le trafic a généré une re-
daise Francine Niyonsaba. Trois femmes au
physique androgyne. Des « garçons manqués »,
comme on disait dans le temps ; des « athlètes
la Kenyane Margaret Wampui et la Burundaise Francine Niyonsaba : trois femmes au physique androgyne.

n’ai jamais pu fêter ma victoire », souligne-t-elle coach, Jean Verster. Dans la rue, les regards
L e Canada a continué de bonifier sa récolte
au tableau des médailles aux Jeux olym-
piques de Rio… même s’il en a perdu une en
◆ ◆ ◆
Il arrive que cer tains athlètes en accusent
cette « d’au moins 10 millions intersexuées », selon la terminologie moderne. aujourd’hui. Le jour même, elle est entendue, des gens sont bienveillants. « Je crois qu’ils cours de route dans des circonstances pour le d’autres d’être dopés. Il est plus rare qu’un
de réaux ». « La valeur faciale Leur corps produit naturellement un taux de puis testée. En quelques heures, elle devient m’acceptent comme je suis parce qu’ils compren- moins étranges. athlète en accuse un autre de l’avoir dopé.
des tickets saisis est de 626 000 testostérone estimé à trois fois la valeur une curiosité, un phénomène de foire. Une nou- nent qui je suis. Je ne suis pas un fake. Je suis 50 km marche Evan Dunfee, de la Colombie- C’est pourtant le cas de l’haltérophile Izzat
réaux, mais ils étaient revendus moyenne. velle Vénus hottentote. naturelle. Je suis juste Caster et je ne veux pas Britannique, est passé par toute la gamme des Artykov, du Kirghizistan, qui a terminé 3e dans
jusqu’à 30 fois leur prix », a in- « Si ce scénario se produit, l’athlétisme mon- Il faut imaginer la violence que peut repré- être quelqu’un que je ne suis pas. Je ne veux pas émotions à l’issue du 50 km marche. Premier la catégorie des 69 kg le 9 août, mais dont la
diqué mercredi Ricardo Bar- dial et le CIO auront un sérieux problème », pré- senter pour une jeune fille de 19 ans la mise à être ce que les gens voudraient que je sois. Je veux de l’éprouvante compétition avec 15 km à négo- disqualification pour un contrôle positif à la
bosa, de l’unité antifraude de vient le scientifique du sport allemand Helmut plat, et au grand jour, de ses détails anato- juste être moi. Je suis née comme ça et je ne veux cier, Dunfee a finalement dû se contenter du str ychnine a été annoncée jeudi, la première
la police de Rio. Digel dans le Blick. Le chef médical du CIO, le miques, avec en titre cette question : « Est-elle pas changer. » 4e rang, en 3 heures 41,38 minutes. Mais envi- exclusion d’un médaillé à Rio. Immédiatement
Britannique Richard Budgett, en a pleinement une femme ? » Des femmes, et non des moin- ron une heure plus tard, il apprenait qu’il deve- après l’épreuve, le Français Bernardin Kingue
Agence France-Presse conscience. « C’est un sujet très délicat, très com- dres, répondent que non. Durant onze mois, Cher payé nait titulaire de la médaille de bronze à la suite Matam, qui avait pris le 8e rang, avait dit « atten-
pliqué, a-t-il expliqué à Rio. Nous ne savons pas l’IAAF va enquêter. « Si ce n’était de ma famille, Chez elle, Caster Semenya met sa notoriété d’une réclamation par Athlétisme Canada, qui dre les résultats des tests antidopage » avant de
si nous pourrons arriver à établir des règles pour j’aurais voulu mourir. Je me sentais bafouée et au service d’une fondation qui œuvre en faveur soutenait que le Japonais Hirooki Arai l’avait MIGUEL SCHINCARIOL AGENCE FRANCE-PRESSE commenter sa prestation, se disant convaincu

450 000 l’admissibilité aux épreuves féminines. »


Dopage à l’envers
En juillet 2015, le Tribunal arbitral du sport
(TAS) a retoqué le règlement de l’IAAF qui
humiliée », admet-elle aujourd’hui.
Elle en parle aujourd’hui avec recul et déta-
chement. Feint-elle l’indifférence, elle qui dut
aller consulter un psy pour survivre à tout cela ?
des enfants sud-africains défavorisés. « Avec
tous ces problèmes de drogue, de grossesses pré-
coces, il vaut mieux occuper les enfants après
l’école avec le sport. » Elle voudrait qu’ils fassent
du sport. Même s’il le lui a fait payer cher, le
bousculé vers la fin de l’épreuve. Arai, qui avait
devancé Dunfee par 14 secondes, a été disqua-
lifié… avant d’être réintégré à la troisième
place à la suite d’un autre protêt, celui-là des
instances japonaises. Plusieurs heures après le
Les médailles de bronze de l’équipe canadienne de soccer féminin

der au podium du soccer féminin à Londres et


à Rio, le Canada s’était forgé une avance de 2-
0 grâce aux buts de la jeune Deanne Rose, à la
les Jeux d’Atlanta, en 1996, que la délégation
canadienne franchit le plateau des 20 mé-
dailles aux Jeux d’été. Le Canada en avait
qu’il allait monter au classement parce que « les
cinq premiers ne sont pas propres ».
Or, voici qu’Artykov, qui nie s’être dopé et
af firme avoir toujours concour u honnête-
ment, pointe Matam comme source de ses
obligeait les athlètes intersexuées à faire bais- Mariage lesbien sport lui a tout donné. Et peut-être bientôt une dénouement final, Dunfee en voulait davan- 25 e minute, et de l’expérimentée Christine alors amassé 22. malheurs. « Je soupçonne l’haltérophile fran-
ser artificiellement leur taux de testostérone « Toute cette expérience m’a beaucoup fait mû- médaille d’or. tage… à lui-même qu’à son rival ou au destin. Sinclair, à la 52e minute. Kayak La délégation canadienne s’est placée çais d’avoir ajouté des produits dopants à ma
dans des valeurs « féminines ». Du dopage à l’en- rir », dit-elle de sa voix grave. Elle a changé La victoire, la gloire, des critiques, le grand « Je crois que le Japonais et moi nous sommes ac- Équitation De son côté, Lamaze et sa jument en position pour ajouter des médailles au bas- boisson ou ma nourriture, a-t-il dit. Tout ce ta-
vers… « Nous avons estimé que ce règlement d’entraîneur, quittant son idole, Maria Mutola cirque va recommencer. L’ancienne maratho- crochés. Mais ce qui me brise, c’est le fait que avaient été parfaits lors des deux manches de sin Lagoa, samedi, bien que Mark De Jonge ne page a commencé avec ses déclarations et ses
était pour le moment inadapté, explique Mat- (une autre ex-athlète qualifiée de très mascu- nienne anglaise Paula Radcliffe a déjà estimé j’ai laissé cette situation me déranger. Et une la finale, tout comme cinq autres rivaux. Lors l’ait pas eu facile. De Jonge, double champion doutes sur ma victoire. »
thieu Reeb, le secrétaire général du TAS. En at- line à l’époque), pour le moins médiatique, que « la course était faussée » et que ce n’était fois que j’eus perdu cette concentration, de la ronde de barrage, le Britannique Nick du monde en titre, a failli rater la finale du K-1 Se disant « sous le choc », Artykov a fait savoir
LEON NEAL AGENCE FRANCE-PRESSE tendant, les athlètes concernées peuvent courir. » mais plus disponible, Jean Verster. C’est lui qui « plus du sport ». « Si des concurrentes me font des mes jambes sont devenues aussi molles que du Skelton et le Suédois Peder Fredricson n’ont 200 mètres, terminant quatrième de sa demi-fi- qu’il interjettera appel devant le Tribunal arbitral
Les 450 000 préservatifs Ce qu’exprimait le TAS était l’idée que le pro- l’a convaincue de déménager à Potchefstroom, remarques, je n’en ai que faire, c’est leur pro- Jell-O. » pas commis de faute. Dernier en piste, Lamaze nale, en 34,775 secondes. S’il avait été plus lent du sport. On ne sait par ailleurs pas s’il s’est en-
prévus en libre accès pour blème était bien trop intime et lourd de consé- petite ville tranquille du Transvaal à 1400 m blème, pas le mien, je suis là pour courir, et pour Ce rocambolesque dénouement a relégué devait battre le chrono de 42,82 secondes de de quatre millièmes de seconde, il aurait été gagé à mieux surveiller son assiette à l’avenir.
les 10 500 athlètes du Vil- quences pour être traité à la va-vite. d’altitude. Comme il y a là une université, elle a y arriver, il faut travailler dur, c’est tout. » au second plan les médailles de bronze de Skelton pour gagner l’or. Toutefois, Fine Lady 5 éliminé. Ce fut plus facile pour le quatuor cana-
Le monde du spor t n’avait pas eu ces pu- décidé de reprendre les études en sciences des L’une de ses adversaires, la Suissesse Selina l’équipe canadienne de soccer féminin et du a commis une faute, sa première des Jeux, relé- dien du K-4 sur 500 mètres. Émilie Fournel, ◆ ◆ ◆
lage olympique ont eu du
succès. À tel point, selon le deurs en 2009 lorsqu’il découvrit Caster Seme- sports. Fan de football (Manchester United) et Büchel, a rappelé que Caster Semenya ne vio- cavalier ontarien Eric Lamaze, sur Fine Lady guant le Canada au troisième rang. KC Fraser, Andréanne Langlois et Geneviève Une question surgit en appréciant un petit
site du groupe médiatique nya aux Mondiaux d’athlétisme. À Berlin, l’ado- de Formule 1, elle s’est aussi mariée en début lait aucune règle et s’est surtout déclarée « heu- 5, à la suite d’un barrage à six compétiteurs. En fin de soirée vendredi, le Canada comp- Orton ont mérité leur billet pour la finale grâce 50 kilomètr es : comment diable les mar-
O Globo, qu’ils ont failli bou- lescente de 19 ans avait marqué les esprits en d’année, avec l’ancienne athlète Violet Rase- reuse de ne pas avoir à trancher ». Soccer La troupe de John Her tzman a ré- tait 21 médailles, provisoirement trois de à un chrono de 1 h 36,254 en demi-finale. cheurs font-ils pour résister à la tentation
cher le système des égouts. remportant le 800 mètres en 1 min 55 s 45 et boya. « Caster est une personne humble, chaleu- sisté aux attaques répétées du Brésil en fin de plus qu’aux Jeux de Londres il y a quatre bien humaine de par tir à courir comme
près de 20 mètres d’avance sur ses rivales. « Je reuse, toujours de bonne humeur », souligne son Le Temps match pour l’emporter 2-1. Seul pays à accé- ans. C’est par ailleurs la première fois depuis La Presse canadienne des maudits malades ?
C 6 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

LE MONDE
Trump perd son
chef de campagne,
Paul Manafort
BRIGITTE DUSSEAU d’informations conservateur po-
à New York lémique Breitbart News, qui a
fait son entrée dans la campagne

L’ ex-homme fort de Donald


Trump, Paul Manafort, a dé-
missionné vendredi, 48 heures
comme directeur général.
Corruption en Ukraine
après avoir été marginalisé lors La situation de Paul Mana-
d’une réorganisation de sa fort semblait d’autant plus inte-
campagne visant à remonter la nable qu’il a été montré du
pente face à Hillar y Clinton, doigt dans une enquête de cor-
après plusieurs semaines de ruption en Ukraine, soupçonné
turbulences. d’avoir touché des millions de
« Ce matin Paul Manafort a dollars en liquide entre 2007
offert, et j’ai accepté, sa démis- et 2012, quand il était consul-
sion de la campagne. Je suis très tant pour l’ex-président ukrai-
reconnaissant de son excellent nien pro-russe Viktor Ianouko-
travail pour nous aider à être là vitch et son Parti des régions.
où nous sommes aujourd’hui, a Selon le Bureau ukrainien an-
déclaré le candidat républicain à ticorruption, il figure dans des
la Maison-Blanche dans un livres de comptes occultes,
communiqué. Paul est comme destinataire de
un vrai professionnel et versements d’un total
je lui souhaite le plus de 12,7 millions de dol-
grand succès.» lars, sans que l’on sache
Paul Manafort, 67 ans, avec certitude s’il a tou- ABD DOUMANY AGENCE FRANCE-PRESSE
récemment montré du ché cet argent. Un jeune garçon reçoit des soins dans une clinique de fortune après un raid aérien jeudi à Douma, près de Damas, la capitale syrienne.
doigt dans une en- Manafort, qui a pen-
quête de cor r uption dant des années conseillé
en Ukraine, était en dictateurs et seigneurs SYRIE
charge de la stratégie Paul Manafort de guerre, a réfuté tout
de la campagne paiement illégal, et dé-
Trump, depuis qu’avait été re- noncé des accusations « infon-
mercié en juin son premier di- dées et stupides ».
recteur de campagne Corey
Les enfants, pris dans les feux de la guerre
Transformation
Lewandowski.
Ce stratège républicain, Son départ coïncide avec une B eyrouth — Les enfants sy-
riens, dont le petit Omrane
tre eux, qu’ils soient en Syrie
ou exilés, selon l’Unicef.
critiquant le régime du prési-
dent Bachar al-Assad. Il est
ayant travaillé dans les an- nouvelle transformation de Do-
nées 1970 et 1980 pour les cam- nald Trump, qui a créé la sur-
pagnes de Gerald Ford et de prise jeudi soir, en affirmant re-
Ronald Reagan, puis pour gretter certaines paroles bles-
celles de George Bush père en santes prononcées durant la
blessé dans un raid à Alep, ap-
paraissent comme les victimes
symboles des horreurs d’une
guerre qui ravage leur pays de-
puis plus de cinq ans.
Selon l’Obser vatoire syrien
des droits de l’Homme, plus
de 14 700 enfants ont été tués
depuis 2011 (bilan au 8 août
2016), la grande majorité suite
mort en prison.
Privés d’école
En mars, l’Unicef estimait à
2,1 millions le nombre d’en-
1 sur 3
Les enfants syriens nés
1988 et de Bob Dole en 1996, campagne, lors d’un discours en Les images d’un enfant aux bombardements. Des di- fants non scolarisés à l’inté- depuis le début du conflit,
s’était efforcé de canaliser l’im- Caroline du Nord. « Par fois, blessé mercredi dans un bom- zaines sont morts de faim ou rieur de la Syrie. le 15 mars 2011
pétueux milliardaire de 70 ans dans le feu de l’action dans un bardement à Alep ont suscité par manque de médicaments Dans les pays voisins, plus
pour le rendre plus présiden- débat, ou en s’exprimant sur de
tiel, sans pour autant réussir à multiples sujets, on ne choisit pas
éviter une succession de déra- les bons mots ou on dit la mau-
pages ces dernières semaines : vaise chose. Cela m’est arrivé», a-
confrontation de Trump avec t-il déclaré. « Et vous n’êtes pas
une grande émotion à travers
le monde. Elles montrent ce
petit garçon de 4 ans, Omrane,
assis dans une ambulance, le
visage recouvert de poussière
dans les régions assiégées.
D’autres ont péri dans des at-
taques au gaz.
Selon l’ONG Save the Chil-
dren, les enfants représentent
de 700 000 enfants syriens
n’ont pas accès à l’éducation,
en par ticulier en Turquie et
au Liban où les écoles sont
surpeuplées et manquent de
14 700
Les enfants qui ont péri au
les parents d’un jeune musul- obligés de me croire, mais je le re- et de sang, étourdi par le souf- « 35 % des victimes à Alep ». Et moyens. Dans ce pays, une cours de la même période
man mor t en Irak, appel de grette», a-t-il ajouté, dans un rare fle de l’explosion causée par selon l’Unicef, la moitié des grande partie des enfants est
Trump à la Russie pour qu’elle moment d’humilité. un raid sur Alep, dans le nord 600 000 personnes soumises obligée de travailler ou de
retrouve les courriels effacés Le dépar t de Manafor t n’a de la Syrie. au siège sont des enfants. En mendier et la majorité est pri- sur les routes des millions de
d’Hillary Clinton, insinuations guère surpris dans les cercles Déjà, en septembre 2015, la mars, l’agence af firmait que vée d’enseignement. personnes.
sur une résistance armée à son républicains. « On pouvait s’y photo d’un enfant syrien de par mi les enfants pris au La guer re a fait plus de
adversaire démocrate… attendre avec les derniers évé- trois ans sans vie, Aylan, gisant piège dans des localités assié- 290 000 morts au total et jeté Agence France-Presse
Trump, qui a glissé dans les nements dans la campagne et sur une plage turque, avait fait gées, certains étaient réduits
sondages depuis la convention l’arrivée de Bannon et Kel- le tour du monde. Abondam- à manger de la nour riture
républicaine de juillet, à 41,2 % lyanne, a déclaré Michael ment relayée par la presse et pour animaux ou des feuilles Les avions américains s’interposent
des intentions de vote contre Steele, ancien président du les réseaux sociaux, elle est pour survivre.
47,2 % pour Mme Clinton selon Comité national républicain devenue emblématique du D’après Human Rights Watch, Hassake — Washington est intervenu pour la première fois
une moyenne du site Real Clear (RNC) sur MSNBC. Paul Ma- drame des réfugiés syriens. en cinq ans et demi de guerre, directement contre le régime syrien en envoyant dans le
Politics, n’aimait guère être nafort avait clairement perdu au moins 1433 enfants ont été nord-est de la Syrie des avions pour protéger ses forces spé-
bridé. la bataille quand Kellyanne et Chiffres emprisonnés, mais seuls 436 ciales qui conseillent des combattants kurdes, visés vendredi
Il a annoncé mercredi la pro- Bannon sont arrivés. Et cela Quelque 3,7 millions d’en- ont été libérés. Et parmi les pour le deuxième jour consécutif par des bombardements du
motion de Kellyanne Conway, enlève du dos de la campagne fants, soit un jeune Syrien sur milliers de détenus tor turés pouvoir. « Cela a été fait pour protéger les forces de la coali-
une sondeuse républicaine de- l’histoire russe, qui commençait trois, sont nés depuis que le photographiés par « César », tion » antidjihadiste, a précisé vendredi le capitaine Jeff Davis,
venue sa directrice de cam- à prendre de l’importance. » conflit a débuté, le 15 mars un photographe syrien ano- porte-parole du Pentagone, à propos de l’envoi jeudi des
pagne, et de Steve Bannon, out- 2011, et ont grandi dans un nyme réfugié à l’étranger avec avions qui marque une nouvelle escalade dans le conflit sy-
sider populiste, patron du site Agence France-Presse contexte « de violence, de peur ses clichés, une centaine rien. « Nous avons clairement montré que les appareils améri-
et de déracinement », selon un étaient des garçons de moins cains défendraient les troupes au sol si elles étaient menacées »,
rapport de l’Unicef publié en de 18 ans. a ajouté M. Davis. Il n’y a toutefois pas eu d’affrontements di-
mars, intitulé Pas de place pour C’était le cas d’Ahmed al- rects, puisque le temps que les avions américains arrivent
les enfants. Musalmani, âgé de 14 ans, ar- dans la zone près de la ville de Hassaké, les appareils syriens
Au total, le conflit affecte au- rêté en 2012 quand des soldats étaient déjà partis. Les avions de la coalition mènent à pré-
jourd’hui 8,4 millions d’enfants syriens ont trouvé sur son télé- sent davantage de patrouilles dans cette région.
syriens, soit plus de 80 % d’en- phone por table une chanson

CHOLÉRA EN HAÏTI Poutine en Crimée


Moscou — Le président Vladi-
L’ONU promet d’aider les victimes mir Poutine a réuni vendredi en
Crimée le Conseil de sécurité
russe après le récent regain de

N ations unies — L’ONU va


accorder une « aide maté-
rielle » directe aux victimes de
éradiquer l’épidémie, amélio-
rer les traitements et dévelop-
per les infrastr uctures sani-
Ce même porte-parole avait
reconnu jeudi une « implica-
tion de l’ONU dans le foyer ini-
tension entre Moscou et Kiev
au sujet de cette péninsule
ukrainienne annexée, a an-
l’épidémie de choléra en Haïti taires et de santé en Haïti. tial » de l’épidémie, déclen- noncé le Kremlin. La durée de
et à leurs familles, a indiqué Ces efforts « sont gravement chée selon des exper ts indé- la visite du chef de l’État russe
vendredi son secrétaire géné- sous-financés », estime M. Ban pendants par des déjections en Crimée, la cinquième depuis
ral qui estime que les Nations qui appelle les donateurs inter- provenant d’une base de son annexion en 2014, jugée il-
unies ont « une responsabilité nationaux à « démontrer leur so- Casques bleus népalais de la légale par les Occidentaux, n’a
morale » en la matière. lidarité » envers Haïti en aug- Minustah (Mission de l’ONU pas été précisée. «Ce n’est pas
Cité par son por te-parole, mentant leurs contributions. en Haïti). par hasard si nous sommes réu-
Ban Ki-moon fait en même M. Ban « regrette profondé- nis aujourd’hui en Crimée», a
temps référence à une déci- ment les souf frances terribles » Position juridique lancé M. Poutine, au début de
sion prise jeudi par une Cour endurées par les Haïtiens à Mais il avait réaffirmé que la la réunion destinée selon lui à
d’appel américaine « qui sou- cause de l’épidémie de choléra. position juridique de l’ONU discuter de «mesures supplé-
tient l’immunité vis-à-vis de Les Nations unies, conclut n’avait pas changé. mentaires pour assurer la sécu-
poursuites judiciaires » dont se le communiqué, « ont une res- Les multiples demandes rité de la péninsule», la Russie
prévaut depuis toujours l’ONU ponsabilité morale quant aux d’indemnisation introduites de- accusant l’Ukraine de vouloir
dans cette affaire. victimes de l’épidémie et se doi- puis 2011 par les familles de déstabiliser cette presqu’île et
M. Ban dit « étudier active- victimes à New York, d’y avoir préparé des «actes ter-
ment un ensemble de mesures L’ONU a « une responsabilité où se trouve le siège roristes». «Selon toute vraisem-
qui fourniraient une aide maté- des Nations unies, blance, nos partenaires à Kiev
rielle et un soutien aux Haïtiens morale quant aux victimes ont été rejetées par la ont pris la décision d’envenimer
les plus directement touchés par de l’épidémie », dit Ban Ki-moon justice américaine en la situation. Il est clair qu’ils
le choléra ». Cette aide doit se raison de l’immunité agissent ainsi parce qu’ils ne
concentrer sur « les victimes du vent d’aider Haïti à surmonter conférée à toutes les missions veulent pas ou ne peuvent pas
choléra et leurs familles ». l’épidémie et à construire des onusiennes. respecter les accords de Minsk»
C’est la première fois que systèmes sanitaire et de santé La nouvelle position de l’ONU — censés régler le conflit avec
l’ONU évoque une éventuelle solides » dans le pays. a cependant été saluée comme les séparatistes prorusses dans
aide financière directe aux vic- Interrogé sur les mesures en- un premier pas par les organisa- l’est de l’Ukraine —, a déclaré
times de l’épidémie, en plus des visagées, le porte-parole adjoint tions de défense des victimes. M. Poutine. J’espère que cette si-
programmes de lutte contre le de l’ONU, Farhan Haq, n’a pas L’épidémie a fait des milliers tuation ne sera pas le choix final
choléra ou d’assainissement donné de détails, disant qu’elles de mor ts et ne donne pas de de nos partenaires et que le bon
que les Nations unies ont lancés « étaient en train d’être définies signe d’affaiblissement, selon sens finira par l’emporter. […]
avec le gouvernement haïtien. au plus haut niveau ». Elles de- des experts. Nous n’allons pas mettre complè-
L’ONU veut aussi redoubler vraient être dévoilées dans les tement fin à nos relations.»
d’efforts pour circonscrire et deux mois qui viennent. Agence France-Presse Agence France-Presse
L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6 C 7

CULTURE
DRAME ÉPIQUE
Chiens de guerre : presque vrai
BEN-HUR CHIENS DE GUERRE
Timur (V.F. DE DOGS OF WAR)
Bekmambetov ★★ 1/2
États-Unis, 2016, Drame de Todd Phillips.
141 minutes Avec Miles Teller, Jonah Hill,
Ana de Armas, Bradley Cooper,
Kevin Pollack. États-Unis,
2016, 114 minutes.

À moins d’être un fer vent catholique ou d’avoir envie de FRANÇOIS LÉVESQUE


se faire évangéliser à grands coups de paroles de Jésus
(Rodrigo Santoro, placide) enfoncées dans la gorge, il y
a de for tes chances que cette sixième adaptation de ce
récit de vengeance et de rédemption de Lee Wallace
L e 16 mars 2011, le magazine
Rolling Stone publiait un ar-
ticle relatant comment deux
vous agace au plus haut point. Malgré la réalisation agi- jeunes fêtards étaient parvenus
tée de Timur Bekmambetov (Night Watch, Wanted) et à décrocher un des plus impor- WARNER BROS
les peu remarquables ef fets 3D, ce Ben-Hur compor te tants contrats d’armement de Miles Teller et Jonah Hill en trafiquants d’armes
cependant des scènes qui valent le détour. Ainsi, les l’histoire des États-Unis. Avant
scènes de galère, où est injustement envoyé le pacifique d’être condamnés pour fraude vente d’armes en ligne. Or, système, par hypocrisie, en- vée. Mal fichu, le troisième
prince juif Judah Ben-Hur (fade Jack Huston), s’avèrent et complot, Efraim Diveroli, Efraim a de grandes ambitions gendre lui-même des person- acte traîne, exacerbant toutes
saisissantes. Quant à la fameuse course de chars oppo- 23 ans, et David Packouz, pour lui et pour son vieux pote. nages sans scrupule comme les failles du scénario, qu’il
sant Judah, commandité par le cheikh Iderim (Morgan 26 ans, ont réussi à se hisser — Son plan : profiter de ce que, David et Efraim. s’agisse de l’issue prévisible
Freeman, irréprochable) et son frère romain adoptif brièvement — au sommet du sous le gouvernement Bush fils, « On est là pour faire des af- de la relation entre les deux
Messala Severus (ridicule Toby Kebbell), protégé de très lucratif marché de la vente tous les contrats d’armement faires avec des types louches avec par tenaires, des clichés qui
Ponce Pilate (Pilou Asbaek, peu convaincant), elle en d’armes. Inspiré par ledit arti- font l’objet d’appels d’offres pu- qui le Pentagone ne peut pas émaillent la vie personnelle de
scotchera plus d’un sur son siège. Hélas ! Ce qui s’annon- cle, Chiens de guerre propose blics. Les gros joueurs rempor- traiter directement », résume David, ou encore de la nature
çait comme un péplum sur volté prend très tôt l’allure un portrait un peu beaucoup fic- tent les gros contrats, mais Efraim, un Jonah Hill d’une inutilement explicative de la
d’un lourd mélo, nappé de musique pompière, qui se ré- tif des deux larrons. comme le relève Efraim, même belle fatuité. Miles Teller est narration de ce dernier.
vèle au final un insuppor table film de propagande chré- David, un massothérapeute les miettes valent des millions. plus ef facé, mais juste néan- Le film y perd, pour demeu-
tienne. Pas surprenant qu’on retrouve le nom de Roma sans le sou, vient d’apprendre moins dans le rôle de David. rer dans les images canines,
Downey, Vierge botoxée et l’une des productrices de qu’il sera papa. Reparaît alors Failles exacerbées La démonstration est assez son mordant.
l’imbuvable Son of God, parmi les producteurs. Efraim, un ami d’enfance perdu Chiens de guerre souhaite fascinante. Le récit l’est moins,
Manon Dumais de vue qui traficote dans la re- sur tout révéler comment le malgré une réalisation enle- Le Devoir

Téléphone : 514 985-3322 Courriel :


Télécopieur : 514 985-3340 LES PETITES ANNONCES petitesannonces@ledevoir.com AVIS DE DÉCÈS
165 165
PROPRIÉTÉS À LOUER PROPRIÉTÉS À LOUER

564 564 564


DÉCORATION INTÉRIEURE DÉCORATION INTÉRIEURE DÉCORATION INTÉRIEURE

BAIN EN BOIS
100 % QUÉBEC
ARTECO INC
arteco.ca
438.397.1560
arteco.inc@gmail.com

PARCE QUE VOUS


ÊTES UNIQUE

101 170
515
HORS FRONTIÈRES EUROPE
PROPRIÉTÉS À VENDRE À LOUER INFORMATIQUE ET BUREAUTIQUE
NOTRE-DAME-DU-PORTAGE À PARIS Petit bijou d'appart Votre PME paie trop cher ses
Bord du fleuve - magnifique rési- sur la Butte Montmartre, au coeur télécommunications?
dence, 3 ch., 3 sdb, gar., solarium, de Paris. Paisible, ensoleillé, Me Julien Valois-Francoeur
grand stat. Voir Kijiji#1191618527 514-667-4860
ascenseur. 514-489-5955
POUR INFOS : 418-261-0289
appartement-montmartre.com
103
CONDOMINIUMS PARIS VII - XV Champ-de-Mars
ET COPROPRIÉTÉS Site exceptionnel - 2 1/2 rénové 08
Tt équipé, très ensoleillé. Sur jardin
RIVE-SUD - PRÈS MÉTRO Sem/mois 514 272-1803
Vaste condo fenestré 3 côtés,
pièces de vie en aire ouverte,
PROVENCE
2 CAC, 2 SDB, grands range-
Vallée du Rhône
ments, 2 stats. 450-646-2017
Maison de village dans le
160 quartier médiéval de Nyons.
APPARTEMENTS ET 2 c.c. 2 s. de b. Toute équipée.
LOGEMENTS À LOUER Terrasse ensoleillée. Internet.
www.bonnevisite.ca/nyons
DISCRIMINATION mariehalarie@gmail.com
INTERDITE
307
La Commission des droits de la
personne du Québec rappelle que LIVRES ET DISQUES
lorsqu'un logement est offert en lo-
cation (ou sous-location), toute per- *Librairie Bonheur d'Occasion*
sonne disposée à payer le loyer et achète à domicile livres de qualité
à respecter le bail doit être traitée
en tout genre. 514 914-2142
en pleine égalité, sans distinction,
1317, ave du Mont-Royal Est
exclusion ou préférence fondée sur
la race, la couleur, le sexe, la gros- 415
sesse, l'orientation sexuelle, l'état SECTEUR INFORMATIQUE
civil, l'âge du locataire ou de ses
enfants, la religion, les convictions
politiques, la langue, l'origine ethni- Personne demandée pour travail
que ou nationale, la condition so- et recherche informatique.
ciale, le handicap ou l'utilisation 1 an expérience. Bilingue,
d'un moyen pour pallier ce handi- 3e langue un atout. Envoyez CV :
cap. groupelllgbse88@gmail.com

599 599
MESSAGES MESSAGES

Promotion spéciale
Petites annonces
Pour les annonces textes de 5 lignes et moins

7 jours de parution :
100 $
Pour les encadrés

À l’achat
de deux obtenez le
troisième gratuitement
Pour information
Téléphone : 514 985-3322
Courriel : petitesannonces@ledevoir.com
C 8 L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

LES PETITES ANNONCES

P RESTIGE
CHARME &
514.985.3322 1 800 363.0305 petitesannonces@ledevoir.com

VISITE LIBRE
DIM. – 14 À 16H

NOUVEAUTÉ
OUTREMONT OUTREMONT OUTREMONT OUTREMONT
JAMES MORRIS
28 KELVIN – 1 249 000 $ 258 OUTREMONT – 1 849 000 $ 553 DAVAAR - 1 239 000 $ 517 DAVAAR - 1 695 000 $ Courtier immobilier,
Propriété cossue située entre 2 parcs et au coin d’une rue en Remarquable propriété (1911) détachée située près du parc Outre- Lumineuse propriété, fenestration abondante et pleine largeur des Remarquable propriété (détachée avec 2 entrées) de par son archi- groupe sutton-immobilia inc.
cul-de-sac. Maison en pierre, grandes pièces + bureau au RDC. mont avec solarium, terrasse et jardin côté ouest. 10 pièces dont 4+1 pièces. Grand hall combiné au salon, s/manger et boudoir. Idéal pour tecture et sa luminosité, sans vis-à-vis avec et arrières. Abondante
Cuisine rénovée, grande terrasse et jardin. 4 CAC et 2 SDB à CAC, 2 520 p.c. + s/sol, magnifiques boiseries, vitraux récents, fenes- réceptions. Cuisine avec coin repas. 5 CAC. Balcon pouvant être fenestration côté ouest. 10 pièces, 2802 p.c. + s/sol, 4+2 ch., 3+1 Depuis 1999,
l’étage. Puits de lumière. Garage int. et stat. ext. 2490 PC. tration abondante. Garage dble et 3 stat. Une rareté sur le marché. agrandi en terrasse. Plafonds cathédrales dans toutes les cac. s/bains, s/familiale. Grand jardin aménagé, Gar. int. +1 stat. ext.. ma priorité c’est VOUS
MLS # 17931152 MLS # 20008361 MLS # 11125312 MLS # 25332576
514·702·1110

COWANSVILLE KAMOURASKA
VISITE LIBRE
DIMANCHE 21 AOÛT 14H À 16H

LÉVIS
Très belle propriété avec vue sur le fleuve et ses couchers de soleil. 4 chambres, 2 salles de bains. Entièrement rénovée, 918 rue du Meunier
terrain paysagé, arbres fruitiers. Un véritable havre de paix avec chemin privé dʼaccès au fleuve vous attend. Magnifique propriété à prix abordable. Deux étages, 4 côtés
BEAU GRAND CONDO, 3 chambres, 2 s. de bains, à proximité brique, Garage intégré, entrée inter-blocs. Foyer au bois.
de l’hôpital BMP et des services. Ce condo sur 2 étages a une 3 CAC, 2 s/bains. Grande cour arrière plein sud de 14,000 p2.
bonne fenestration et orientation, avec une vue exceptionnelle 328 000 $ – CENTRIS # 12146295
Planchers en bois franc et céramique. Sous l’évaluation.
sur le lac Davignon. Garage et entreposage on boni. 239 000 $
JEAN-MARC DIONNE 418-894-5970 $ 390,000 - DuProprio #611956
SUTTON Courtier immobilier agréé, Royal LePage Kamouraska-LʼIslet

SAINT-SULPICE – FACE AU FLEUVE


OBTENEZ L’INSCRIPTION DE VOS
VISIT
DIMANC E LIBRE
VISITES LIBRES DANS NOTRE
HE – 14 À
16H RUBRIQUE DU VENDREDI.
COMMUNIQUEZ AU
514 982-3322

TERRAIN de 3,9 acres pour se construire dans un mini-développe-


ment de seulement 11 terrains, non loin du village et du centre de
ski. Aussi compris le droit d’explorer un terrain adjacent de 105 acres
359, RUE NOTRE-DAME
Cette belle dʼautrefois a fait la page couverture du recueil Maison Anciennes du Québec et de Décor chez Soi. Érigée face au fleuve avec
en partie en conservation. Prix escompté à seulement 109 000 $
terrain et accès à l'eau, cette propriété est unique avec son intérieur fidèle à son époque, son superbe terrain paysager (31 000 pc) et ses
belles dépendances, le tout remarquablement bien conservé. À 30 min. de Montréal.
LOIS HARDACKER 450 242-2000 479 000 $ - CENTRIS # 16771787
www.loishardacker.com LISE D. FERLAND 450-585-9500
Ctr. imm. Agréé. Royal LePage Action, Agence Immobilière
Courtier agréé, Re/max-Unis Inc., agence Immo

ST-ANTOINE-SUR-RICHELIEU BROMONT LE PLUS BEL EMPLACEMENT DE MONTRÉAL!!! NDG


Secteur de choix !
Avenue Marcil, superbe
duplex, 2 x 5 1/2 plus
bachelor.
Double occupation

686 500 $
CENTRIS # 21606504

HOCHELAGA
SARA
Près métro Honoré-
DE GRADY Beaugrand, Joli 4 1/2,
450-521-8811 FACE AU PARC LAFONTAINE, PRÈS MÉTROS ET SERVICES 2 CAC, dernier étage,
Domaine/fermette de 33 acres situé en bordure de la Domaine/fermette de 113 acres, maison d'époque bigé- stationnement.
Courtier immobilier,
propriétés agricoles Rivière Richelieu, maison d'époque entièrement rénovée nération située loin de la route, grande prairie, boisé Les Dauphins sur-le-Parc figurent parmi le nec plus ultra du
avec boiseries abondantes, grange/écurie, garage et d'érables, lac privé, vue à couper le souffle sur les mon- patrimoine montréalais. Qualité de vie en plein cœur du Plateau,
Groupe Sutton
Avantage Plus, agc. remise, enclos extérieurs, terre agricole cultivable et plus. tagnes environnantes, site privé et intime. prestige, vue spectaculaire, piscine, gym, saunas... Seulement 186 000 $
Choix de condos 3 ½, 4 ½, 5 ½. À vendre ou possibilité de location. CENTRIS # 19974872
699 000 $ - MLS # 24086152 749 000 $ - MLS # 28197723
WWW.IMMOBILIER-AGRICOLE.COM LUCIE RICARD COURTIER AGRÉÉ
RE/MAX ALLIANCE, AGENCE IMMOBILIÈRE 514 386-9804 VOIR MES PROPRIÉTÉS
LUCIE RICARD RE/MAX QUÉBEC

SAINT-HENRI AHUNTSIC

À LOUER

760 rue Agnès Domaine Grasset – 8592 rue René-Labelle


Maison de ville sur 3 étages + sous-sol. Construction 1988 très bien entretenue. Rue tranquille, tout près dʼun beau parc avec fontaine. IMPECCABLE - UNITÉ de coin - Vaste condo de 3 ch. et 2 SDB - Pièces spacieuses et très éclairées - Cuisine avec îlot - coin dinette
À 2 coins de rue du métro Place St-Henri. 3 chambres à coucher, 2 salles de bains, une salle dʼeau, foyer. Toit neuf élastomère, attenant à la terrasse privée avec vue sur les jardins, garage privé avec rangement. Près métro Crémazie, BUS, Cégep AHUNTSIC,
thermopompe, cour arrière avec terrasse, garage, 2e stationnement si besoin. CENTRE CLAUDE-ROBILLARD, COLLÈGE GRASSET, etc.
599 000 $ - CENTRIS # 21547184 1 800 $ /mois – CENTRIS # 10225372

514-220-2454
www.estherleblanc.com

C O N D O S B O R D D E L’ E A U – L a c M a s s a w i p p i / L a c M e m p h r é m a g o g

Daniel Leblanc
Courtier immobilier agréé

819-868-6000
www.century21estrie.com
PHARE MASSAWIPPI MAGOG, CENTRE-VILLE MAGOG, CENTRE-VILLE ÉMERAUDE SUR LE LAC
Haut de gamme, 2 CC, ascenseur, vue superbe. Sur 2 étage, 2 CC, vue sur l’eau, le mont Orford Spacieux condo au rez-de-jardin, 3 CC, Bord du lac Memphrémagog, vue sur l’eau,
Quai et piscine. 295 000 $ et les couchers de soleil, quai inclus. 369 000 $ 2 stationnements et quai inclus. 395 000 $ 2 CC. Avec quai. 539 000 $

RÉGION DE MONT-TREMBLANT MONT-TREMBLANT RÉGION DE MONT-TREMBLANT


257 Crystal Falls – 1 995 000 $ 141 Ch. des Eaux Vives – 1 395 000 $ Projet de Micro-Lofts en nature – 219 000 $
Domaine exceptionnel de 83 acres, village dʼArundel Magnifique propriété de 4 CAC, terrain double de près Unique, fabuleux et accessible $$$, 7 KM de Tremblant,
en bordure de la rivière Rouge, à seulement 15 min. de 10 000 PC, bordant la rivière du Diable... est un accès privé Rivière Rouge et pistes de randonnée.
de Tremblant. vrai petit bijou en pleine nature
MLS # 21652782 MLS # 12487899 MLS # 17240752
À table L’affaire est dans Premières Nations Au
le bol... de poké, un plat musée chez les Abénakis
qui se mange cru Page D 2 Page D 4

CAHIER D › L E D E V O I R , L E S S A M E D I 2 0 E T D I M A N C H E 2 1 A O Û T 2 0 1 6

JEAN GILL ISTOCK


Un panorama typiquement lyonnais

T OURISME F RANCE

Une pluie d’étoiles sur Lyon


Dans la vieille ville comme dans les nouveaux quartiers,
le plaisir de vivre transpire de partout
C’est tout un monde gastronomique qui s’ou-
vre à nous grâce à la nouvelle accessibilité de
Lyon en direct de Montréal, même en hiver,
au temps béni de la truffe.

LOUISE GABOURY
à Lyon

L
e charme de la ville dont le cœur est
inscrit sur la Liste du patrimoine de
l’humanité de l’UNESCO depuis 1998
nous étreint à chaque coin de r ue.
Ruines romaines, traboules, vestiges
du Moyen Âge et de la Renaissance, histoires
de soie, colline pieuse et colline laborieuse, ber-
ceau du cinéma…
Malgré son riche passé, elle n’en demeure
pas moins résolument tournée vers l’avenir. De
grands chantiers urbains, la Cité internationale
signée Renzo Piano et le Quar tier des con -
fluences où loge le nouveau Musée des PHOTOS LOUISE GABOURY
confluences, l’ont propulsée au XXIe siècle. Dos de grosse truite Margat, titan de courgettes, caviar d’aubergines et perles du Japon, du chef Patrick Henriroux au restaurant La Pyramide. À droite :
Dans le Vieux-L yon comme dans les nou- une sculpture de Michael Elmberg et Ingar Dragset, The Wright of the Self. Ci-dessous : œuf poché, légumes du Sud, velouté de courgette et tapenade.
veaux quar tiers, ce qui étonne et ravit, c’est
le plaisir de vivre qui transpire de par tout.
Des terrasses animées, des foules dans les tian Lassausaie, doublement étoilé, propose à
r ues et la présence de l’eau, presque tou- la Brasserie des Confluences, voisine du Mu-
jours. L’eau qui bouge, qui rappelle le rôle de sée éponyme, une cuisine plus abordable La Cité internationale
carrefour de la ville au confluent de diverses qu’au restaurant qui porte son nom. Si le prix
influences. est plus doux, la qualité n’en est pas moins au de la gastronomie
L yon chérit sa réputation de ville gastrono- rendez-vous.
mique développée par les « Mères lyonnaises » Et d’autre part, les bouchons lyonnais bril- Ultime hommage à l’art culinaire, la Cité in-
dès le XVIIe siècle, par la tradition revisitée des lent aussi au firmament de la cuisine française. ternationale de la gastronomie ouvrira ses
bouchons et par son icône, Paul Bocuse, pape Désormais regroupés sous un label officiel, ils portes à la fin de 2018.
de la cuisine française qui a célébré les 50 ans poursuivent la tradition culinaire des fameuses Elle sera aménagée dans le Grand Hôtel-
de ses 3 étoiles Michelin. mères (lesbouchonslyonnais.org). Dieu de Lyon, un monument historique en
Capitale de la gastr