Vous êtes sur la page 1sur 3

Exercices ANCS2

Discrétisation de dérivées partielles


1. Construire une approximation de la dérivée première décentrée à droite du seconde ordre en utilisant
un dl en x + δx et x + 2δx.

2. Construire une approximation de la dérivée première à l’ordre 2 en utilisant un développement limité


en x + aδx et x + bδx, a ∈ R et b ∈ R.

3. Construire une approximation de la dérivée seconde au troisième ordre en utilisant des développements
limités à préciser.

Diffusion
1. Donner le système matriciel pour les problèmes suivant :

d2 T dT
(a) + p(x) = 0 sur x ∈] − 1; +1[ avec T (−1) = 0 et − = Bi × T (x = 1). On utilisera une
dx2

dx x=1
discrétisation avec 4 mailles régulières (3 noeuds par directions). La fonction p(x) est connue.

∂ 2T ∂ 2T 2 dT
(b) + + p(x, y) = 0 sur (x, y) ∈] − 1; +1[ avec T (−1, y) = 0, − = Bi × T (x = 1, y),
∂x2 ∂y 2

dx x=1,y

dT dT
= 0 et = q0 (x) avec q0 (x) et p(x, y) deux fonctions connues. On utilisera une
dy x,y=−1 dy x,y=+1
discrétisation avec 4 mailles carrées régulières (3 noeuds par directions).
!
d dT dT
(c) k + p(x) = 0 sur x ∈] − 1; +1[ avec T (−1) = 0 et −k = Bi × T (x = 1). On
dx dx dx x=1
utilisera une discrétisation avec 4 mailles régulières. Les fonctions p(x) et k(x) sont connues, k(x)
d2 T dT dk
dérivable. Refaire ces questions avec l’équation k 2 + + p(x) = 0. Que pensez-vous ?
dx dx dx
∂T ∂ 2T
2. On considère le problème suivant : = α 2 avec α ∈ R?+ un paramètre. Faire l’analyse de Von
∂t ∂x
Neumann du

(a) schéma d’Euler explicite d’ordre 1.


(b) schéma d’Euler implicite d’ordre 1.
 
β∆x
1 − 2σ sin2 2 α∆t
(c) schéma de Crank-Nicolson en montrant que g = 
2 β∆x
 avec σ = (∆x)2
.
1 + 2σ sin 2
 
β∆x
1 − 4σ(1 − θ) sin2 2 α∆t
(d) θ-schéma en montrant que g = 
2 β∆x
 avec σ = (∆x)2
. En déduire la condition
1+ 4σθ sin 2
1
σ< si 0 ≤ θ < 1/2 et que le schéma est toujours stable si 1/2 ≤ θ ≤ 1.
2(1 − 2θ)

1
∂ 2T ∂ 2T
!
∂T
3. On considère le problème suivant : =α + avec α ∈ R?+ un paramètre. Faire l’analyse
∂t ∂x2 ∂y 2
!−1
1 1 1
de Von Neumann du schéma d’Euler explicite d’ordre 1 et montrer que ∆t ≤ 2
+
2α (∆x) (∆y)2
4. Vérifier la consistance du θ-schéma pour l’équation de la chaleur 1D. Montrer qu’il est possible de choisir
θ pour être du second ordre en temps et du quatrième ordre en espace.

Transport linéaire
1. Donner l’ordre spatial et l’ordre temporel du schéma saute-mouton.
(n+1) (n−1)
uj − uj c (n) (n)
=− (u − uj−1 ) (1)
2∆t 2∆x j+1

2. Montrer que le schéma implicite d’ordre 2

(n+1) (n) c∆t  (n+1) (n+1)



uj − uj =− uj+1 − uj−1 . (2)
2∆x
1
est inconditionnellement stable avec kGk = q .
1 + σ 2 sin2 (β∆x)

3. Montrer que le schéma implicite d’ordre 1

(n+1) (n) c∆t  (n+1) (n+1)



uj − uj =− uj − uj−1 . (3)
∆x
est inconditionnellement stable.

4. Montrer que le coefficient d’amplification pour le schéma de Lax-Friedrichs


(n) (n)
(n+1) uj−1 + uj+1 c∆t (n) (n)
uj − =− (u − uj−1 ). (4)
2 2∆x j+1
s’écrit G = cos(β∆x) − iσ sin(β∆x) et que la condition de stabilité est donnée par la condition CFL
|σ| ≤ 1.

5. Montrer que le coefficient d’amplification pour le schéma de Lax-Wendroff


(n) (n) (n) (n) (n)
(n+1) (n) uj+1 − uj−1 u − 2uj + uj−1
uj − uj = −σ + σ 2 j+1 (5)
2 2
!
2 2 2 4 β∆x
s’écrit kGk = 1 + 4σ (σ − 1) sin et que la condition de stabilité est donnée par la condition
2
CFL |σ| ≤ 1.
(n+1) (n)
6. Monotonie (stabilité L∞ ). Pour les exercices suivant, écrire les schémas sous la forme uj = α1 uj−1 +
3
(n) (n) X
α2 uj + α3 uj+1 . Vérifier que αi = 1. Dans quel cas la stabilité du maximum L∞ est-elle vérifiée,
k=1
c.a.d chercher les conditions pour lesquelles la combinaison linéaire est convexe (∀i, αi ≥ 0).

2
(a) Schéma centré explicite
(n+1) (n) c∆t  (n) (n)

uj − uj =− uj+1 − uj−1 (6)
2∆x
(b) Montrer que pour le schéma décentré
(n+1) (n) c∆t  (n) (n)

uj − uj =− uj − uj−1 (7)
∆x
c∆t
la condition est vérifiée ssi 0 ≤≤ 1.
∆x
(c) Montrer que pour le schéma de Lax-Friedrichs
(n) (n)
(n+1) u + uj+1 c∆t (n) (n)
uj − j−1 =− (uj+1 − uj−1 ). (8)
2 2∆x
|c|∆t
la condition est vérifiée ssi≤ 1.
∆x
(d) Montrer que pour le schéma de Lax-Wendroff
(n) (n) (n) (n) (n)
(n+1) (n) uj+1 − uj−1 u − 2uj + uj−1
uj − uj = −σ + σ 2 j+1 (9)
2 2
c∆t
la condition est vérifiée ssi = ±1.
∆x
7. Montrer que l’équation modifiée, correspondant au schéma explicite du premier ordre
(n+1) (n) c∆t  (n) (n)

uj − uj = − uj − uj−1 (10)
∆x
∆x
fait apparaı̂tre une viscosité νart = c (1 − σ).
2
8. En utilisant les développements
x3
+ O(x5 )
sin(x) = x −
6
x2
cos(x) = 1 − + O(x4 )
2
1
= 1 + x + x2 + O(x3 )
1−x
x3
arctan(x) = x − + O(x5 )
3
montrer que l’erreur de phase du schéma décentré amont admet de développement limité (grandes
longueurs d’ondes adimensionnels) :
1
θ − kσ∆x = − σ(1 − σ)(1 − 2σ)(k∆x)3 + O((k∆x)5 )
6
Remarques.
9. Montrer que l’erreur de phase du schéma de Lax-Wendroff
(n) (n) (n) (n) (n)
(n+1) u − uj−1
(n) u − 2uj + uj−1

uj = −σ j+1
uj + σ 2 j+1 (11)
2 2
admet de développement limité (grandes longueurs d’ondes adimensionnels) :
σ2
!
1
θ − kσ∆x = − 1+ (k∆x)3 + O((k∆x)5 )
6 2
Remarques.