Vous êtes sur la page 1sur 35

Université des Sciences & de la Technologie Houari Boumediene

Faculté de Génie Mécanique & de Génie des Procédés


Département de Génie Chimique et Cryogénie
Option: Génie du Raffinage

Chapitre 4

ISOMERISATION (C5-C6)

1
Introduction

• L’objectif est la valorisation de la coupe paraffinique C5/C6 en essence à


haut indice d’octane par isomérisation.

• Ce processus implique la transformation des paraffines linéaires à faibles


indices d’octane, en leurs homologues branchés d’indices d’octane plus
élevés (tableau 1).

2
Tableau I: Indices d’octanes des hydrocarbures purs

3
4.1 Définition

L’isomérisation est le processus de transformation d’un isomère en un autre.


Lors de ce processus, on distingue les isomérisations de squelette dans lesquels on observe
des modifications de la chaîne hydrocarbonée et des groupes alkyles qu’elle porte, les
isomérisations de cycles dans lesquelles un cycle à n atomes de carbone se transforme en un
cycle substitué à (n-1) atome de carbone.
L’isomérisation des paraffines est la plus intéressante dans l’industrie de raffinage.

4
4.2 Isomérisation des paraffines

L’isomérisation squelettique des paraffines à chaîne linéaire implique la


transformation des paraffines linéaires, en leurs homologues branchés.
Les différentes réactions sont résumées à la figure 4.1

5
Figure 4.1 : Réaction lors de l'isomérisation des paraffines

6
 Les réactions d’isomérisation désirées sont des réactions d’équilibre qui sont
faiblement exothermiques. D’ordre général, l’énergie dégagée par la réaction varie
entre -4 à -20 kJ par mole.
 Les réactions sont favorisées à de faibles températures
 L’isomérisation est une réaction équilibrée, qui s’effectue sans variation du nombre de
moles, n’est donc pas influencé par des variations de pression
 Puisque l’isomérisation est un procédé catalytique, la cinétique de réaction dépend
grandement du catalyseur utilisé.

7
L’isomérisation est la conversion ou le réarrangement de la structure d’un composant
à sa structure plus branchée, à indice d’octane plus élevé. Ces réarrangements sont
décrits par la formule suivante :

8
 Isomérisation du n-pentane

Remarque: Le néopentane ne se forme pratiquement jamais avec les catalyseurs couramment utilisés

9
Isomérisation de l’hexane

Les isomères monobranchés avec un


NO de l’ordre de 75

Les isomères dibranchés avec un


NO supérieur à 90

10
Le RON/MON est augmenté par transformation chimique

L’essence Processus N-paraffines I-paraffines


légère d’isomérisation N-Hexane RON=24.8 2-2DM Butane RON=91.8

L’essence Processus de
reformage
N-Paraffines, Naphtènes Aromatiques
lourde catalytique
MéthylCyclohexane RON = 75 Toluène RON = 120

11
4.3 Implantation de l’isomérisation dans une raffinerie

Figure 4.2 Implantation de l’isomérisation dans une raffinerie


12
4.4 L’alimentation (Charges de l’isomérisation)

Le procédé d’isomérisation traite généralement la coupe des naphtas légers de la colonne à


distiller atmosphérique, ou le réformât léger qui après hydrogénation peut être envoyé seul
ou en mélange avec la coupe C5-C6 de distillation directe du pétrole brut à l’unité
d’isomérisation.

la présence de composés aromatiques dans la charge entraîne des pertes en rendement ou en


indice d’octane de l’isomérisat.

13
les teneurs généralement admises dans les charges d’isomérisation sont :
• 2% pour le benzène ;
• 1 à 2% pour le cyclohexane ;
• < 2% pour les hydrocarbures en C7.

Il est nécessaire que l’alimentation soit exempte de soufre, de métaux lourds, d’azote
organique ainsi que d’eau.
Les spécifications typiques pour les contaminants sont les suivantes : soufre < 0.5 ppm,
azote organique < 0.5 ppm et eau < 1 ppm.

14
4.5 Caractéristiques générales des procédés industriels d’isomérisation

1)- C5 ISOMERISAT. ISO C5

Fraction C5
ISO C5

2)-
C5 et ISO C5
ISOMERISAT.

O. BENHABILES Procédés de raffinage I


15
4.5 Caractéristiques générales des procédés industriels d’isomérisation
1)- C6 ISOMERISAT. ISO C6

ISO C6

la fraction C6 2)- La charge


C6 et ISO C6
ISOMERISAT. C6 isomérisé

ISO C6

3)-

La charge
C6 et ISO C6
ISOMERISAT.
16
4.6 Les catalyseurs
 La fonction recherchée dans le catalyseur de l’isomérisation est une fonction acide
favorisant la formation de carbocations reconnus comme espèces actives
intermédiaires dans la réaction de l’isomérisation.
 Afin d’obtenir une fonction hydrogénante/déshydrogénante, le catalyseur doit
également avoir une fonction métallique typiquement fournie par la présence de
platine. Ainsi, le résultat est un catalyseur bi-fonctionnel sur support de zéolithe.
 Ces catalyseurs fonctionnent sous haute pression d’hydrogène et sont plus actifs
lorsque le support est acide.
 Le catalyseur se verra périodiquement régénéré afin de palier à la formation de coke
et à la perte de la chloration
17
Quatre générations de catalyseurs se sont succédés
1ère génération
- catalyseurs Friedel et Crafts AlCl3
- présentent une activité très élevée à faible température (80-100°C)
- sont difficiles à mettre en œuvre
- sont sensibles aux impuretés dans la charge et sont générateurs de corrosion

2e génération
catalyseurs bifonctionnels métal/support et essentiellement Pt/alumine
- voisins des catalyseurs de reformage catalytique
- ils travaillent à haute température (350-550°C), ce qui entraine une limitation
thermodynamique de la conversion par passe.
18
3e génération
- catalyseurs bifonctionnels métal/suppor;,
- une acidité accrue par halogénation du support (alumine), ce qui leur permet de développer une activité
élevée à des températures;
- ils sont très sensibles aux poisons et en particulier à l’eau;
- Ils sont, de plus, difficiles à mettre en œuvre et générateurs de corrosion;
- la corrosion est essentiellement due à l’injection de chlore en continu dans la charge
4e génération
- catalyseurs zéolitiques bifonctionnels
- températures moyennes (250 à 270 °C)
- très faciles à mettre en œuvre
- résistants aux poisons tels que le soufre et l’eau
Remarque
Les catalyseurs de 3e et 4e génération sont, actuellement, les seuls utilisés
industriellement. 19
Unité d’hydrotraitement du naphta léger C5-C6

20
Déisopentaniseur

Naphta
légère
Stockage Stripping
isomérat

Vers
isomérisation

Coupe
C6
HDT

4.7 Unité d’hydrotraitement


H2 du naphta léger
21
4.8 Unité d’isomérisation

Bas indice d’octane: 50-70


 Tr è s b a s s e t e n e u r e n i m p u r e t é s
 Te n e u r e n B e n z è n e : 3 - 4 % p d s

Isomérisation avec DIH + stabilisation

 Haut indice d’octane: 89


 Pas de Benzène

22
4.8 Unité D’isomérisation avec DIH

Naphta Fuel Gas ou


hydrotraité à la torche
Stabilisation
Scrubber
Sécheurs

H2

Réactions Stockage
Déisohexaniseur 23
isomérat
Section Sécheurs Éliminer l’H2O et CO2/CO

Naphta hydrotraité

Hydrotraitée +
Déisohexaniseur

Section
Isomérisation

H2
24
Section Isomérisation

R1: Hydrogénation du benzène + Isomérisation R2: Isomérisation

Section Sécheurs

Section De Stabilisation

Remarque:
Cyclopentane, Cyclohexane et Méthylcyclopentane
25
ont tendance à inhiber les réactions d’isomérisation
Section De Stabilisation GPL, H2 et HCl
Section Scrubber

Section Isomérisation

Section DIH
26
Section Deisohexaniseur (DIH)
Réintroduit
avec la naphta
hydrotraité

1 Recyclage des
métylpentane et n-hexane
1

Section De Stabilisation

Stockage
isomérat
27
Section Scrubber
Fuel Gas ou
Traitement à la soude et lavage à l’eau à la torche

Section De Stabilisation

Soude Chargée

28
4.9 Schémas simplifiés de procédés

A chaque type de catalyseur correspond un schéma de procédé.

1- procédé d’isomérisation sur catalyseur Pt/alumine chlorée (figure I)

2- procédés d’isomérisation sur catalyseur Zéolithique (figure II)

29
Figure I : Schéma simplifié du procédé d’isomérisation sur catalyseur Pt/alumine chlorée

30
Figure II : Schéma simplifié du procédé d’isomérisation sur catalyseur Zéolithique
31
Composition typique d’une charge d’isomérisation

32
4.10 Conditions opératoires

Les conditions opératoires dépendent du type du catalyseur utilisé.

Tableau 2 : Conditions opératoires de l’isomérisation

Pt /alumine chlorée Pt/zéolithe


Température (°C) 120-180 250-270
Pression (bar) 20-30 15-30
VVH (h-1) 1-2 1-2
H2/HC(mol/mol) 0,1-2 2-4
NOR du produit 83-84 78-80

33
4.11 Taux d’isomérisation
Le taux d’isomérisation est défini comme suit :

𝐢𝐬𝐨 𝐩𝐞𝐧𝐭𝐚𝐧𝐞 𝟐 − 𝟐 𝐝𝐢𝐦é𝐭𝐡𝐲𝐥𝐛𝐮𝐭𝐚𝐧𝐞


𝛕= +
𝐩𝐞𝐧𝐭𝐚𝐧𝐞 𝐡𝐞𝐱𝐚𝐧𝐞

Remarque:
Ce taux est généralement déterminé par analyse CPG
de la charge et des effluents du réacteur

34
4.12 Rendement de l’isomérisation
Le rendement du procédé d’isomérisation est déterminé par les données du tableau 3

Tableau 3 : Rendement de l’isomérisation

Composition Rendement (wt%)


C3 0,348
iC4 0,619
nC4 1,770
𝑪+
𝟓 97,261

35