Vous êtes sur la page 1sur 32

dossier

de presse
GUTAI,
L’ESPACE ET LE TEMPS

musée Soulages, Rodez


Du 7 juillet au 4 novembre 2018

Commissariat Benoît DECRON, directeur des musées de Rodez agglomération

1 / GUTAI un cri retentissant 2 / Gutai, une typologie


au pas de course 3 / avant-propos 4 / « défi au soleil
de la mi-été » 6 / à propos de shiraga 8 / GUTAI, un
Parcours 10 / le manifeste de l’art gutai 13 / « Gutai
l’a déjà fait ! » 14 / D’encre et de Pierre, le Japon de
Soulages 18 / Notices 22 / Les artistes et œuvres
exposés 25 / Eté 2018, le Japon à Rodez 26 / l’aveyron
27 / le musée soulages et ses partenaires 28 /
informations pratiques
musee-soulages.rodezagglo.fr
ÉTÉ 2018, LE JAPON À RODEZ.

* GRAPHISME : GILLES GARRIGUES

GUTAI L’ESPACE ET LE TEMPS


MUSÉE SOULAGES. RODEZ. 7 JUIL. 4 NOV. 2018
musee-soulages.rodezagglo.fr
Le Japon, sous la forme d’une abstraits américains, ou Fondations, collectionneurs et

Gutai, un cri retentissant


exposition des artistes d’avant- les peintres non figuratifs musées ont adhéré par leurs
garde du groupe Gutai, au européens, les calligraphes, prêts à notre projet ambitieux.
musée Soulages, à partir mais aussi d’accompagner
de l’été 2018, n’est pas un des mouvements plus En 1958, Pierre et Colette
événement ordinaire. En 2015, extrêmes comme les Fluxus, Soulages faisaient leur premier
les conservateurs du musée les actionnistes viennois… En voyage au Japon, suivi d’autres
de Kôbe accompagnaient le France, le critique Michel Tapié séjours qui vont accrocher notre
gouverneur du Hyôgo, vaste lança le mouvement. peintre à la culture nippone. A
préfecture du Japon, jumelée Tôkyô, en octobre 1992, Pierre
depuis des années avec le En 1956 Yoshihara Jirô, après Soulages a eu le Praemium
département de l’Aveyron. Les Shimamoto Shôzô qui inventa Imperiale des mains de
échanges sont fréquents, les le nom Gutai, dans son l’Empereur Akihito lui conférant
solidarités réelles. Après une essence d’art concret, porta la dignité d’un « Trésor vivant ».
visite du musée Soulages, il fut le mouvement sur les fonts L’exposition Gutai, l’espace et le
décidé que nous ébaucherions baptismaux. Il écrivit : « Nous temps coïncide exactement à
une politique suivie d’échange espérons qu’un esprit frais et la notoriété internationale que
d’expositions : Pierre Soulages vif continuera d’irriguer les Pierre Soulages a souhaité pour
au Japon, au Hyôgo au musée expositions de Gutai et que le musée qui porte son nom.
de Kôbe, et une manifestation les nouvelles découvertes
d’envergure nationale a minima de la vie de la matière Cette exposition bénéficie du
à imaginer au musée Soulages s’accompagneront d’un cri label de “Japonismes 2018”.
en 2018. retentissant ». Les dix-neuf C’est la plus importante
artistes exposés à Rodez, manifestation en province.
Le moment est venu et nous expriment un dynamisme Elle est le fruit de l’union
avons choisi les superbes débordant, de la surprise, du déterminée des partenaires du
œuvres du groupe Gutai, un drame et de la joie. On a pu musée consentant des efforts
mouvement d’artistes qui parler pour les manifestations remarquables : aux côtés
vit le jour en grande partie Gutai d’un terrain de jeux. Les de Rodez agglomération, le
autour de Kôbe et au-delà œuvres viennent du théâtre, des ministère de la Culture et de
dans la riche région du fêtes votives et de l’amour de la Communication, le conseil
Kansai. Avec la présentation la Nature. Les Gutai inventent régional Occitanie / Pyrénées
précieuse d’œuvres du indépendamment des traditions Méditerranée et le conseil
musée de Kôbe, des œuvres et habitudes occidentales, un départemental de l’Aveyron.
pratiquement inconnues en art qu’ils veulent totalement Plus que jamais le musée
France, c’est la quintessence neuf. Des peintures, parfois Soulages est non seulement
de cet art imaginatif qui sera monumentales, sont une vitrine mais il est au
révolutionnaire, poussant essentiellement présentées, cœur de l’attractivité de notre
après-guerre des mouvements celles de Kôbe donc, mais territoire.
novateurs et radicaux dans le aussi d’Anvers, de Toulouse, de
monde : les expressionnistes Milan, de Paris, de Marseille.

Une exposition bénéficiant du label « Japonismes 2018 »


Christian Teyssèdre
Président de Rodez agglomération
Maire de Rodez

affiche page de gauche :


© Gilles Garrigues

1
« Pour une fois, c’est l’Ouest qui consacrèrent à une nouvelle Les artistes Gutai peignent avec
Gutai, une typologie au pas de course

va copier, sans le savoir, toutes les pédagogie et accueillirent d’autres outils que les pinceaux.
innovations du lointain Japon »1 aussi les œuvres des malades Ils se méfient. Kanayama
mentaux. Motonoga Sadamasa Akira use d’une voiture
Gutai est un mouvement à ne parlait-il pas « d’école dingue télécommandée pour couvrir le
la fois précis – dans le sens » à propos de Gutai 2 ? Dingue champ de sa peinture de traces
circonscrit dans le temps, comme invention, fantaisie, colorées, des tours et des tours,
historique - et insaisissable. Il est construction, liberté… en écheveau serré de lignes. La
de ces heureuses inventions que part du hasard, l’invention des
beaucoup d’artistes européens Antoni Tàpies, admirateur et outils, c’est un point commun
et américains ont regardé sans propriétaire d’une immense avec Pierre Soulages qui visitera
trop vouloir en étudier l’acte toile de Shiraga Kazuo affirmait le Japon pour la première fois en
de naissance et en éprouver en 1992 à propos de Gutai et 1958, sans, contrairement à Yves
l’onde de choc. Michel Tapié du bouddhisme zen : « Ce sont Klein, croiser les artistes de Gutai.
de Céleyran a vu dès la fin des des sagesses que justement les
années 50 l’importance de Japonais conservent de façon Nous devons à Germain Viatte,
cette aventure, même si il vit privilégiée dans des temples et commissaire général et à Alfred
essentiellement la peinture qui des jardins, des poèmes et des Pacquement, autre commissaire,
était le centre d’intérêt majeur, calligraphies, des céramiques et d’avoir mis en avant ce Japon
avec son concept d’Art Autre. des peintures… Et il est évident des avant-gardes (1910-1970) au
Au moins, avec son expérience que pour cette seule raison leur Centre Georges Pompidou il y a
après-guerre dans les sous-sols culture mériterait toujours qu’on plus de 30 ans. On ne saurait trop
de la galerie René Drouin, avait-il y porte la plus grande attention» 3 regarder l’œuvre de Gutai dans
mesuré avec Jean Dubuffet ce Il soulignait plus loin chez les sa totalité, du noyau aux marges,
qui distinguait les productions Gutai l’absence de mots d’ordre c’est-à-dire dans sa continuité.
singulières des arts culturels. Les esthétiques uniformes. Puisqu’il Savoir si Gutai est vraiment joyeux
cartes étaient rebattues. faut revenir à l’Europe et à la ou dramatique compte peu tant,
Cette présentation de Gutai au France tout particulièrement tant ce fut une menée séminale
pas de course, pour paraphraser avec le groupe Supports/ et collective. Yohihara Jirô voulait
Dubuffet et son autobiographie Surfaces et ses publication que les productions n’aient pas
ultime, n’entend pas se substituer Peinture Cahiers théoriques, nous d’autre titre que Œuvre (Work) Il
aux essais des auteurs et aux pouvons chercher les lignes entendait par là le dépassement
biographies des artistes qui ont convergentes. De 1955 à 1972, de toutes les catégories.
été choisis. C’est une évidence les catalogues et publications Ajoutons que Gutai considérait
que Gutai a marqué l’art Gutai n’ont pas cette même les femmes, assez présentes
occidental, de l’art brut (qui lui rigueur formelle : force est dans le groupe, comme des
aussi vient de loin et est parfois de constater que certaines artistes à égalité des hommes.
difficile à saisir) à l’art minimal. publications collectives de la Parmi elles, Tanaka Atsuko s’est
Il s’agit magnifiquement d’une fin du mouvement tiennent élevée parmi les peintres les plus
avant-garde immergée dans des un peu du bric-à-brac. Avec remarquables. En 1999, Daniel
traditions multiséculaires. Tous Antoni Tàpies, Georges Mathieu, Abadie assurait le commissariat
azimuts, avec peu de contraintes, Jackson Pollock et d’autres, de l’exposition Gutai à la Galerie
malgré la sévérité d’un maître Jean-Jacques Lebel pour de du Jeu de Paume et ce fut une
de cinquante ans Yoshihara Jirô. toutes autres raisons a suivi découverte pour beaucoup
Il doit être signalé par ailleurs Gutai, particulièrement Shiraga d’entre nous.
que certains membres de Gutai Kazuo. Il l’associe étroitement
dont Yukita Yôzô et Yamazaki à la violence du geste, à la Extrait du catalogue Gutai, l’espace et
Tsuruko, peintre présentée à réalisation in situ, à la naissance le temps
Rodez, créèrent une revue pour de la performance dont Lebel
les enfants Kirin (Girafe) : ils se lui-même est un acteur majeur.

BENOÎT DECRON
Directeur des musées de Rodez
agglomération
Commissaire de l’exposition

1. Alfred Pacquement, «Gutai, l’extraordinaire intuition », dans Japon des avant-gardes 1910-1970, éditions du Centre Pompidou, Paris, 1986, pp.
284-291 ; p.289.
2. Pacquement, op cit, p. 286.
3. Antoni Tàpies, « L’art japonais et le culte de l’“imperfection” » dans Gutai, galerie nationale du Jeu de Paume, Paris, 1999 pp. 11-12.

2
Cette exposition Gutai, l’espace sous le mot d’ordre lancé par la phase intermédiaire, dans

avant-propos
et le temps aujourd’hui Yoshihara : « ne copiez jamais sa conscience accrue de
organisée au musée Soulages personne ! » la picturalité ; mais aussi de
revêt un sens tout à fait profond. la dernière phase, lorsque
C’est à la faveur de la rencontre prédominent les structures
Le groupe Gutai, dont le centre providentielle avec le critique géométriques. À travers ces
névralgique se situait à Ashiya, d’art Michel Tapié qu’en œuvres, c’est toute l’évolution
dans le département de Hyôgo, 1957, les activités du groupe de l’expression Gutai que nous
fut établi en 1954, neuvième s’accélérèrent de soudaine nous attacherons à reconstituer.
année de l’après-guerre. Une manière. Il ne fait aucun doute Yoshihara Jirô admirait les
époque où le Japon défait, que le jugement favorable de œuvres de M. Pierre Soulages,
ayant regagné sa souveraineté, Tapié, non content de fournir dont la première venue au
commençait enfin à sortir de à Gutai un pilier théorique, Japon, en 1958, devait augurer
cet état de confusion qui fut le apporta à ses membres une de nombreux autres séjours
sien aux lendemains du conflit. grande confiance en leur art. dans le pays. Plus encore, il
De pair avec la reconstruction Le groupe étendit bientôt la nourrissait un profond respect
de la société, le champ de l’art portée de ses activités à la pour sa personne. Sans doute
vit éclore un certain nombre France, l’Italie, les États-Unis, leurs manières respectives de
de mouvements tout à fait accédant à la reconnaissance penser la peinture étaient-elles
nouveaux. Parmi ceux-ci, seul internationale. Mais Gutai parvenues à trouver quelque
Gutai continue aujourd’hui attira également l’attention des écho chez l’autre, en dépit de
encore de faire l’objet d’un critiques pour une toute autre leurs origines radicalement
grand intérêt international. raison : ses happenings, qu’Allan différentes.
Dans les pages de la revue Kaprow devait d’ailleurs qualifier C’est donc une immense joie
Gutai, lancée en 1955, le chef de « pionniers » dès le milieu des que de voir ces œuvres Gutai
de file du groupe et son pilier années 1960. Que les activités exposées entre les murs du
spirituel Yoshihara Jirô devait d’un groupe artistique né dans musée Soulages, un bâtiment
présenter en ces termes l’idée l’aire géographique du Hanshin, conçu par Rafael Aranda,
majeure du mouvement : à mi-chemin entre Ôsaka et Carme Pigem et Ramon
« L’art contemporain est un Kôbe, épousassent par miracle Vilalta, les lauréats 2017 du
espace de liberté, et le plus les tendances mondiales de Pritzker, le «prix Nobel de
apte qui soit à délivrer ceux qui l’art ne témoigne pas seulement l’architecture». Cette exposition,
traversent les difficultés de notre du caractère visionnaire de ses qui fut vivement espérée
époque. Il est notre conviction membres, Yoshihara Jirô en tête. par M. Soulages lui-même,
profonde que la créativité On ne saurait nier quel terreau n’aurait pu être réalisée sans
permise par cet espace peut culturel à la fois fertile et tolérant la collaboration du personnel
réellement contribuer au présida à l’épanouissement du musée Soulages, ainsi
développement du genre d’un mouvement artistique aussi que le concours généreux de
humain ». Et de préciser libre que Gutai : le Hanshin lui- Rodez agglomération et des
l’origine du nom choisi pour son même. collectivités partenaires. Que
groupe : « Par cette entreprise, Les dix-huit années d’activité du toutes les personnes ayant
nous voulons concrètement mouvement sont généralement œuvré à sa concrétisation en
[gutaiteki ni] apporter la divisées en trois phases, du soient ici remerciées. J’adresse
preuve de notre liberté d’esprit». milieu des années 1950 au enfin mes plus sincères
Conformément à cette note début des années 1970. Dans un salutations au public français,
d’intention, Gutai allait offrir à souci d’illustrer au mieux toute la en espérant que cet évènement
ses membres un espace de pluralité du groupe, nous avons sera pour lui l’occasion
libre création où furent menées expressément choisi de vous d’approfondir sa compréhension
tambour battant toutes sortes présenter des œuvres issues de de l’itinéraire artistique et de
d’expérimentations aussi l’ensemble de ces périodes : des l’œuvre de Gutai.
novatrices qu’audacieuses, qui créations de la première phase,
renverseraient les conceptions marquées par l’action violente Traduction Claude MICHEL-LESNE
artistiques en vigueur. Le tout, et la matérialité ; d’autres de

MINO YUTAKA
Directeur du Musée d’art
départemental de Hyôgo

3
« défi au soleil de la mi-été »

Passage, 8 novembre 1994 Sous-titre : Traversant les écrans de papier


Bois, papier craft, poudre d’or - AM1995-197 - Murakami Saburo (1925-1996)
© Droits réservés- Localisation : Paris, Centre Pompidou - Musée national d’art moderne - Centre de création
industrielle - Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat

4
« défi au soleil de la mi-été »
Août 1945. Hiroshima : explosion de la première bombe atomique.

27 juillet-5 août 1956 : « Défi au soleil de la mi-été », exposition Gutai en plein


air, Parc d’Ashiya, Japon.

Il y a - au cœur du Gutai - une « météorologie » de la catastrophe et de l’après-catastrophe, de la


réminiscence, de la perpétuation et du dépassement du trauma. Le jour de l’explosion atomique
d’Hiroshima, il faisait beau. Un ciel bleu de plein été. Mishima nota que cet été-là fut particulièrement
chaud. Somptueux et accablant.

En 1956, la première exposition d’un monde, situé dans les papiers disposés par Murakami
en plein air à laquelle participent lendemains de la guerre, qui Saburô : « Le bruit terrifiant de la
les membres du Gutai, se repart, reprend et réinvente. déchirure du papier résonnait
déroule en extérieur et en plein Comme à zéro. - ZÉRO, ce sera au fond de mes tympans, tel
été. Elle s’achève la veille de le nom d’un groupe d’artistes un insupportable roulement
la 11e commémoration de très lié au développement du de tambour. » Il ne s’agit pas
la catastrophe d’Hiroshima. Gutai. Yoshihara Jirô, le fondateur de happenings dans les rues,
Constituée de poteaux de bois du mouvement, s’entoure de soumis aux aléas de l’action
réunis vers le haut, désignant disciples remuants et singuliers. sociale, mais d’un affrontement
ce ciel qui se dessine au Cela va de la violence des qui s’adresse aux cadres et aux
coeur des lignes tracées par oeuvres instinctuelles de habitus de la pensée, ainsi qu’à
les rondins de bois peints en Shiraga Kazuo aux gestes une forme de gestuelle propre
rouge et comme blessés à la éphémères et poétiques de au vivant. Gestuelle conditionnée
hache, l’œuvre de Shiraga Kazuo, Motonaga Sadamasa (nuages par les catégories de l’espace
« Veuillez entrer s’il vous plaît », de fumées ; liquides colorés et du temps. - En 1956, le
fonctionne elle-même sur le en suspension), aux canons «Parc d’Ashiya» est un espace
mode d’un défi au « soleil de lanceurs de projectiles de «ouvert» certes, mais pourvu
la mi-été ». Comme un symbole peinture de Shimamoto Shôzô. de limites externes et aussi de
de cet été japonais qui amène Le Gutai se veut dense. Contenu. l’ossature interne que tout plan
à revivre chaque année - sur le Incandescent. - Il s’agit s’explorer, d’urbanisme impose aux gestes,
mode d’une expérience qu’un d’expérimenter… ce qui n’a aux progressions (« Veuillez
occidental pourrait qualifier pas été encore parcouru. Tous marcher », « Entrez », etc.), à
de dionysiaque - ces fêtes (ou les sens sont convoqués… savoir un ensemble de structures
matsuri), traditionnellement liées jusqu’à l’ouïe. Et aussi les gestes, et de zigzags préexistants
aux moissons, à l’exaltation des l’intellect.… La dimension sonore qui encadrent et surlignent
origines (lunaires et solaires) des oeuvres demeure une secrètement les créations
de la création de la péninsule des grandes découvertes du (chemins, obstacles naturels,
nippone. Fêtes des lanternes, de Gutai. Le jeu de sonnailles de arbres, grands pins tordus, etc.).
la lumière et du feu se succèdent Tanaka Atsuko restera dans les
tout au long de l’été. Un artiste mémoires. Comme le bruit (vécu Extrait du catalogue Gutai, l’espace et
comme Shiraga Kazuo n’a eu de comme effrayant par les témoins le temps
cesse d’y revenir. de l’époque) produit par la
Nous avons affaire à l’enfance déchirure violente des cadres de

FLORENCE DE MÉREDIEU

5
Kazuo Shiraga qui finit par Hokusai, par exemple, cela peut le leur a appris à l’école ou aux
à propos de Shiraga

devenir moine bouddhiste être : tremper les pattes d’un Beaux-Arts. Shiraga, ce faisant,
zen, ce qui ne manque pas de poulet vivant dans de l’encre s’est affranchi du vocabulaire
sel pour un ancien membre et laisser ensuite l’animal courir esthétique des Beaux-Arts, des
d’un groupe avant-gardiste librement, de manière erratique, codes coercitifs et des langages
tel que Gutai, savait bien sur une feuille de papier de riz picturaux du classicisme, tant
sûr que le bouddhisme qu’il trempée d’eau. Cette technique oriental qu’occidental. Il a
pratiquait à Ôsaka était arrivé a donné une très belle peinture rompu avec les langages et
au Japon en provenance faite de chaotiques empreintes codes picturaux traditionnels
du Tibet en passant par la de pattes à l’encre noire du Japon, de la Chine ou de
Chine et la Corée. Or dans la spontanément composée la Corée qui sont de tradition
tradition chinoise, le souffle par l’énergie vitale du poulet bouddhiste, tout en devenant,
vital, que Bachelard appelle gambadant sur le papier. sur le tard, moine bouddhiste.
magnifiquement « l’économie Autrement dit, c’est le «Chi» du Il s’affranchit de l’obligation de
poétique du souffle », est ce qui poulet et non pas l’intellect (?!) signifier quoi que ce soit, via
anime littéralement les êtres du poulet, et encore moins la la méthode idéogrammatique
humains et le règne animal en main de l’artiste qui a encré les ou via la méthode figurative
leur totalité. Ce souffle vital est pattes du poulet, qui en vérité héritée de l’Occident (depuis
signifié par l’idéogramme «Chi». a peint cette œuvre. C’est, bien la Renaissance purement
En quelque sorte, c’est le «Chi» sûr, dans le même ordre d’idées, européenne). Il ne cherche
qui peint par le truchement de son souci de donner libre cour pas à évoquer ni à figurer,
l’action accomplie par l’artiste. au «Chi», qui a amené Shiraga mais, tout simplement, à libérer
Le corps/esprit de l’artiste, à intervenir physiquement le souffle vital, le «Chi» qui
en l’occurrence incarné par avec ses pieds sur et dans la émane de son être-là corporel.
Shiraga, constitue une sorte de peinture en se tenant à une C’est là du nonmental zen,
«pinceau», ou «d’instrument», corde au-dessus de la toile au sens où l’entend Daisetz
par le canal duquel passe placée à plat sur le sol, laissant Teitaro Suzuki : il peint avec ses
le souffle vital incarné par la souvent les traces de ses orteils pieds. Cela dit, il utilise pour
personne de Shiraga. Le «Chi» dans l’épaisseur de la matière ce faire une toile posée sur le
anime la main qui tient le picturale, un peu comme le sol et des sortes de bouses de
pinceau, dans la traditionnelle poulet de Hokusai a laissé peinture à l’huile jetées par
calligraphie idéogrammatique des traces de ses pattes sur le lui brutalement sur la toile, au
à l’encre sur papier des grands papier de riz. hasard, bouses dans lesquelles
scribes nippons, ou bien par Le souci de Shiraga n’était il patauge avec ses pieds nus,
la voie humaine comme dans pas de figurer le processus produisant des mélanges de
le chant aigu des geishas, ou de production pictural, ni couleurs vives et des traces
dans l’opéra, ou par tout autre de représenter les concepts de glissades et d’agressions
moyen d’expression artistique, picturaux tels que des incontrôlées provoquées par
culturel, littéraire, musical, «paysages», des «portraits», ses mouvements pédestres
chorégraphique. Il importe des textes, des lettres, des plus ou moins maîtrisés. C’est
peu que le «Chi», l’énergie sentiments ou bien des idées. de la peinture gestuelle non
vitale, sorte, par la main, par le Il a simplement voulu que pas manuelle, mais pédestre,
pied, par la bouche, par l’anus son souffle vital se manifeste ou plus exactement animale.
ou par quel qu’autre organe directement, sans aucun Il a voulu couper court à
humain ou animal, ou bien une contrôle ni intermédiaire l’esthétisme des Beaux-Arts
combinaison d’organes comme «surmoïque», en tant que pure en produisant autre chose,
en chorégraphie ou dans pulsion informe. En cela, il a autrement.
l’opéra chinois ou japonais. voulu se libérer des gestes
C’est la qualité et l’intensité du appris et de l’habileté technique Entretien entre Jean-Jacques Lebel 
et
souffle vital qui compte et non propre aux artistes qui peignent Benoît Decron, extrait du catalogue
l’organe d’où il procède. Pour pinceau à la main comme on Gutai, l’espace et le temps

6
Shiraga Kazuo
à propos de Shiraga
peignant avec les
pieds, date inconnue,
archives service de
Documentation, les
Abattoirs Musée – Frac
Occitanie Toulouse
© droits réservés

7
Gutai L’espace et le temps se présente œuvres apparaît d’évidence. Notre choix
sous la forme d’une rétrospective se porte essentiellement sur des œuvres
Gutai, un parcours

non exhaustive des artistes du de 1955 à 1972, la période historique de


groupe Gutai. De 1955 à 1972, se sont Gutai, soient 35 œuvres sur l’ensemble
déroulées de nombreuses expositions des prêts: nous avons pris l’initiative de
dans le Kansai, à Ashiya, à Nishiyama, présenter des œuvres des années 90 au
à Ôsaka… jusqu’à Tôkyô. Les artistes nombre de 4 qui sont des témoignages
du groupe Gutai sont nombreux, les d’artistes qui ont perpétué la leçon de
manifestations de plein air ou indoor à Gutai, tels Matsutani et Shiraga.
géométrie variable : il y des entrants et
des sortants, selon les choix personnels Le parcours de l’exposition commence
des artistes, selon qu’ils étaient à un dans la haute salle blanche à gauche
moment ou à un autre plus ou moins en entrant : n’ y sont présentées que
proches des fondements du Manifeste les œuvres historiques de Gutai, donc
de l’art concret de 1956 écrit par de 1955 à 1972, rassemblées de
Yoshihara Jirô. Le rôle de Shimamoto manière chronologique ou thématique.
Shôzô fut aussi prépondérant, car il Notamment quand les artistes ont œuvré
baptisa le groupe du nom Gutai qui de pair. La scénographie déploie des
ramène selon lui à une forme d’art cimaises claires, des espaces de repos,
concret, matière et temps, dans une des kakémonos noir sur blanc et des
vision essentiellement japonaise. Il notices explicatives, un dispositif sinueux
reste difficile de définir Gutai, de le et sonore prêté par un collectionneur
classifier très strictement, car ce sont particulier, le Ring Bells de Tanaka Atsuko
des œuvres qui ramènent à des (1955-1965).
manifestations de plein air, au théâtre,
à la performance et à l’acte physique. On poursuit ensuite le parcours à droite,
Pour les fondateurs, le Gutai doit être derrière un paravent translucide, pour
impérativement novateur, totalement enrichir l’exposition qui va présenter
coupé des sources européennes un film de Philippe Jubard de 2002
et américaines. La Seconde Guerre l’esprit Gutai (52 mn), des documents,
mondiale est passée avec son cortège des photographies d’actions et de
de drames et d’humiliations. C’est ainsi performances et les œuvres les plus
qu’on acquiert et on se réclame de récentes des artistes phares de Gutai.
« l’esprit Gutai ». Chez Gutai, il n’y pas Le lieu de l’exposition est ourlé de
la violence radicale des actionnistes références discrètes et précises au décor
viennois, le dogmatisme du groupe japonais, comme ces motifs Kumiko,
Zéro, ni la dérision grinçante des (asanoha) qui procurent au visiteur un
dadaïstes qu’on redécouvrait alors. dépaysement “comme dans un décor
Sans doute parce que la tradition de maison”.
n’est pas systématiquement rejetée, Des films et captations d’époque seront
celle par exemple de l’éthique Shinto projetés dans la salle de l’auditorium
ou des pratiques de différentes sectes pour revenir sur des moments
bouddhistes. mémorables de la vie artistique des
Gutai. Notamment une évocation en
Nous avons choisi la peinture qui est force, dès 1956, de Murakami Saburô, au
une conséquence de ces actions travers de châssis alignés tendus de kraft
éphémères, une condensation doré.
nécessaire, des toiles de très grande
taille comme le sont la plupart
des œuvres prêtées par le musée
départemental du Hyôgo qui dispose
de pièces majeures. La peinture
quelque soit sa procédure de création
(Shiraga avec ses pieds, Motonaga
BENOIT DECRON
avec de la fumée, des pigments et
Conservateur en chef du
des ballons, Matsutani avec de la
patrimoine, directeur des musées
colle à bois…) a une place centrale.
de Rodez et commissaire de
Nous présentons aussi des documents,
l’exposition
des photographies d’actions, des
vidéogrammes, des livres et des
brochures. Ainsi la genèse de ces

8
Dessins scénographiques et créations 3D de l’exposition Gutai, l’espace et le temps, réalisés par Olivier Arnaudo © Rodez agglomération

9
Désormais, l’art du passé consacrant à la représentation Quant à la négation de
le manifeste de l’art Gutai
apparaît à nos yeux, sous de la nature. Néanmoins, ces l’abstraction, nous n’en
couvert d’apparences soi- œuvres ne nous émeuvent plus; saisissons pas l’argument
disant signifiantes, comme une elles appartiennent au passé. essentiel; quoi qu’il en soit,
supercherie. l’art abstrait sous une forme
Ce qui est intéressant, c’est déterminée a perdu tout
Finissons-en avec le tas de la beauté contemporaine attrait pour nous et l’une des
simulacres qui encombrent que nous percevons dans les devises de la formation de
les autels, palais, salons et altérations causées par les l’Association pour l’art Gutai, il
magasins de brocanteurs. désastres et les outrages du y a trois ans, consistait à faire
Ce sont tous des fantômes temps sur les objets d’art et un pas en avant par rapport à
trompeurs qui ont pris les les monuments du passé. Bien l’abstraction, et c’est pour nous
apparences d’une autre que cela soit synonyme de en démarquer que nous avons
matière : magie des matériaux beau décadent, ne serait-ce choisi le terme de «concret»;
- pigments, toile, métaux, terre pas là que, subrepticement, mais également et surtout
ou marbre - et rôle insensé se révélerait la beauté de la parce que nous voulions nous
que l’homme leur inflige. Ainsi matière originelle, par-delà les positionner de manière ouverte
occultée par les productions artifices du travestissement? sur l’extérieur, en opposition
spirituelles, la matière Lorsque nous nous laissons avec la démarche centripète
complètement massacrée n’a séduire par les ruines, le de l’abstraction .
pas droit à la parole. dialogue engagé par les
Jetons tous ces cadavres au fissures et les craquelures A ce moment-là, encore
cimetière ! pourrait bien être la forme de maintenant d’ailleurs, nous
revanche qu’ait pris la matière pensions que le legs le plus
L’art Gutai ne transforme pas, pour recouvrer son état premier. important de l’abstraction
ne détourne pas la matière; il Dans ce sens, en ce qui résidait dans le fait qu’elle avait
lui donne vie. Il participe à la concerne l’art contemporain, vraiment ouvert la voie, en ne
réconciliation de l’esprit humain nous respectons Pollock et limitant pas l’art à la simple
et de la matière, qui ne lui est ni Mathieu car leurs œuvres sont représentation, à de nouvelles
assimilée ni soumise et qui, une des cris poussés par la matière possibilités de création d’un
fois révélée en tant que telle se - pigments et vernis. Leur espace autonome, digne du
mettra à parler et même à crier. travail consiste à se confondre nom de création. Nous avions
L’esprit la vivifie pleinement et, avec elle selon un procédé décidé de consacrer notre
réciproquement, l’introduction particulier qui correspond à énergie à la recherche des
de la matière dans le domaine leurs dispositions personnelles. possibilités d’une création
spirituel contribue à l’élévation Plus exactement, ils se mettent artistique pure. Pour concrétiser
de celui-ci. au service de la matière en une cet espace «abstractionniste»,
Bien que l’art soit champ de formidable symbiose. nous avions essayé de créer
création, nous ne trouvons une complicité entre les
dans le passé aucun exemple Nous avons été très intéressés dispositions humaines de
de création de la matière par par les informations que l’artiste et la spécificité de la
l’esprit. A chaque époque, DOMOTO Hisao et TOMINAGA matière. Nous avions en effet
il a donné naissance à une Sôichi nous ont données au été étonnés par la constitution
production artistique qui sujet de Tàpies, Mathieu et les d’un espace inconnu et
cependant ne résiste pas aux activités de l’art informel, et inédit dans le creuset de
changements. Il nous est par sans en connaître les détails, l’automatisme où se fondaient
exemple difficile aujourd’hui nous partageons la même les dispositions propres à
de considérer autrement opinion pour l’essentiel. Il l’artiste et le matériau choisi.
que comme des pièces y a même une étonnante Car l’automatisme transcende
archéologiques les grandes coïncidence avec nos inévitablement l’image du
œuvres de la Renaissance. revendications récentes au créateur. Nous avons donc
sujet de la découverte de consacré tous nos efforts
Tout conservateur que cela formes entièrement neuves et à la recherche de moyens
puisse paraître de nos jours, ce qui ne doivent rien au formes personnels de création spatiale
sont peut-être les arts primitifs préexistantes. L’on ne sait au lieu de compter sur notre
et l’art depuis l’impressionnisme toutefois pas clairement si, seule vision.
qui ont tout juste réussi à garder sur le plan des recherches
une sensation de vie, sans possibles, les composantes Si nous prenons par exemple
heureusement trop trahir la formelles et conceptuelles de KINOSHITA Toshiko, qui est
matière, même triturée; ce sont l’art abstrait - couleur, ligne, membre de notre association,
encore les mouvements comme forme, etc. - sont appréhendées elle n’est que professeur de
le pointillisme ou le fauvisme dans une quelconque relation chimie dans un collège de
qui ne supportaient pas de avec la spécificité de la jeunes filles; en déposant tout
sacrifier la matière, bien que la matière. simplement des substances

10
le manifeste de l’art Gutai
Shimamoto Shôzô créant une peinture en lançant des
bouteilles en verre de peinture contre une toile à la
deuxième exposition d’art Gutai. Ohara Kaikan, Tôkyô.
17 novembre 1956 © Associazione Shôzô Shimamoto

chimiques sur du papier filtre, Sur une immense feuille de et son état psychique.
elle arrive à générer un espace papier, SHIRAGA Kazuo dépose
étrange. La réaction ne se un amas de peinture et l’étale Par rapport à la méthode
faisant pas immédiatement, il violemment avec les pieds. Ce organique de SHIRAGA,
faut attendre le lendemain de procédé entièrement neuf a SHIMAMOTO Shôzô poursuit
la manipulation pour connaître été accueilli par les journalistes depuis quelques années des
le résultat définitif et précis. depuis deux ans comme art manipulations mécaniques.
Il faut signaler que le mérite corporel, mais en fait SHIRAGA Il fracasse un flacon de verre
d’avoir été la première à miser n’a jamais eu l’intention de rempli de vernis sur un support
sur les formes que peut prendre monter en spectacle son et obtient ainsi une peinture
ce matériau bizarre lui revient. étrange ouvrage; il n’a fait que résultant des éclaboussures
Après Pollock, il peut y avoir recueillir, dans des conditions et des projections, ou bien, il
des milliers de Pollock sans spontanées, le moyen de provoque l’explosion par gaz
que cela nuise à son prestige réaliser la synthèse entre le d’acétylène d’un petit canon
car ce qui compte, c’est la matériau, qu’il a choisi en de sa fabrication rempli de
découverte. fonction de son tempérament, couleurs qui se répandent

11
en un instant sur une grande toile ; cette
le manifeste de l’art Gutai expérience est d’une fraîcheur à couper le
souffle. Il y a également les travaux de SUMI
Yasuo, qui utilise un vibrateur électrique et les
œuvres de YOSHIDA Toshio constituées d’un
tas unique de pigments.

Cette quête d’un univers original et inconnu


a donné naissance à de nombreuses autres
oeuvres sous forme d’«objets». Les conditions
imposées lors de l’exposition en plein air qui
avait lieu tous les ans à Ashiya, furent sans
doute très stimulantes. Quant aux travaux
qui combinent différents matériaux, il ne faut
cependant pas les confondre avec les objets
surréalistes car les premiers évitent de mettre
l’accent sur le titre et le sens de l’œuvre,
contrairement à ces derniers. l’objet de l’art
Gutaï - feuille de métal colorée (TANAKA
Atsuko) ou bien forme semblable à une
moustiquaire réalisée dans du vinyle rouge
(YAMAZAKI Tsuruko) - doit être considéré
comme une action intentée à la spécificité
de la matière, couleur et forme. Le fait
d’être une association ne signifie pas qu’il
y ait un quelconque contrôle, car dans la
mesure où elle se veut jusqu’au bout un lieu
de création, elle donne lieu à toutes sortes
d’expériences : art corporel, art du toucher et
musique concrète (depuis plusieurs années
SHIMAMOTO Shôzô a réalisé des œuvres
expérimentales dignes d’intérêt).

L’œuvre de SHIMAMOTO Shôzô qui donne


l’impression de marcher sur un pont effondré;
celle de MURAKAMI Saburô évoquant un
corps entré dans une longue-vue scrutant
le ciel; l’élasticité organique des grands
sacs de vinyle de KANAYAMA Akira ; ou
le Costume fait d’ampoules clignotantes
de TANAKA Atsuko ; ou bien encore les
formes d’eau et de fumée de MOTONAGA
Sadamasa.

L’art Gutaï respecte tous les pas en avant et


toutes les audaces vers l’inconnu. De prime
abord, on nous confond souvent avec Dada,
que nous ne négligeons nullement et dont
nous découvrons à nouveau le mérite. Il
faut dire cependant que nous sommes bien
différents et que notre démarche naît au
contraire de l’aboutissement des recherches
de nouvelles possibilités.

Une spiritualité vivante nourrit toujours les


expositions de Gutai et nous espérons que les
nouvelles découvertes de la vie de la matière UEMAE Chiyu, Work, 1958
produiront toujours un cri retentissant. Huile sur carton, collages, 183,5 x
93,7 cm
Traduction Francette DELALEU Collection of Hyogo Prefectural
Museum of Art
©Chiaki Uemae 2018

YOSHIHARA JIRÔ, 1956

12
Gutai l’a déjà fait !
A l’attention des jeunes artistes, afin qu’ils ne répètent pas
inlassablement ce qui s’est déjà fait !
Tirer à l’arc des flèches de couleur sur une immense toile
Creuser des trous dans la terre et les éclairer
Peindre à l’aide d’un canon bourré de peinture émaillée
S’enfermer dans un sac pendu à un arbre
Traverser des écrans de papier
Lutter de tout son corps dans du béton avant sa prise

En juillet 56 Gutaï l’a déjà fait !

Peindre à l’aide d’un vibreur électrique


Faire une toile de 100m de long qui se perd dans les
arbres
Confectionner un manteau d’ampoules éclairantes
Téléguider un jouet qui inscrit une ligne
Lancer des cerfs-volants en tant que peintures abstraites
Peindre avec les pieds
En juillet 56 Gutaï l’a déjà fait !

Piéger l’air dans du plastique en tant que sculpture


Coller des miroirs dans un tableau
Peindre avec un arrosoir
Créer un cadre de toile pour observer le ciel comme un
tableau
Faire de la peinture-action à l’acide sur du métal
Accumuler des bidons d’huile.

En juillet 56 Gutaï l’a déjà fait !

Exposer un panneau couvert de graffitis


Exposer des draps peints monochromes
Exposer des piquets alignés dans le sol
Exposer des ronds de fumée
Exposer des signaux d’alarme de passage à niveau
Exposer des sculptures rondes gonflées à l’hydrogène

En juillet 56 Gutaï l’a déjà fait !

Michel Batlle

13
La relation de Pierre Soulages au Japon est longue et
d’encre et de pierre, le Japon de Soulages

féconde. En 1951, une première œuvre de l’artiste est


présentée à Tôkyô. Depuis, toiles et gravures essaiment dans
les expositions temporaires et les collections permanentes
du pays. Elles scandent un rapport singulier de l’artiste
au Japon, ce monde lointain dont l’esthétique, à la fois si
proche et si distincte, dialogue avec son œuvre.

AUX RIVAGES DU JAPON Imai, Hisao Domoto et son Soulages visite le musée d’art
(…) La guerre achevée, ce sont épouse Mami Môri représentent moderne Bridgestone fondé par
les rives de Seine que gagnent une avant-garde que le critique Shôjirô Ishibashi. Une réception
Pierre Soulages et son épouse d’art Michel Tapié classe dans est offerte en son honneur par
Colette Llaurens, rencontrée l’art informel. Il les expose à la cette institution privée qui, à
à l’Ecole des Beaux-Arts de galerie Stadler que Soulages ce jour, possède le plus grand
Montpellier. Pour le jeune fréquente sans appartenir nombre de ses œuvres au
peintre, les premières expositions au courant de l’abstraction Japon. Le peintre est aussi mis
collectives parisiennes lyrique. Celui qu’on surnomme en contact avec Soichirô Ôhara,
s’enchaînent en 1947-1949, déjà « le peintre du noir » était fils du créateur du musée Ôhara
quelques-unes au palais de « inclassable et unique, sans de Kurashiki, ville à l’ouest du
Tôkyô. Un lieu annonciateur de égal parmi sa génération » pays. Un établissement qui abrite
l’édition nippone du Salon de témoigne l’historien d’art Toru la plus ancienne collection
mai organisée en 1951 dans la Haga. Ce dernier l’a connu dans d’art occidental des XIXe et
capitale japonaise. Soulages le Paris des années 1950 où il XXe siècles exposée de façon
y expose sa première oeuvre : était étudiant avec son alter permanente depuis 1930,
Peinture, 200x150 cm, 14 avril ego Shûji Takashina, autre futur dont le premier Nymphéa de
1950. Au Japon comme en grand nom de l’histoire de l’art. Monet. Désormais, une œuvre
Europe, le néo-fauvisme domine Soulages est également l’ami de Soulages de 1959, acquise
alors parmi les artistes modernes. d’Itsuji Yoshikawa, professeur la même année, poursuit
Le style de Soulages tranche à l’université de Tôkyô et la tradition de la modernité
avec celui de ses contemporains spécialiste reconnu de l’art française dans l’archipel. À
: gamme chromatique limitée, roman. Une passion que ce Tôkyô, les Soulages visitent
formes hiératiques, larges lignes dernier partage avec l’artiste l’école d’Ikebana Sogetsu
noires et signes impénétrables. dont la vocation créatrice fondé par Sôfu Teshigahara. Ce
Ces derniers attirent l’attention s’est révélée sous les voutes maître de l’arrangement floral
de calligraphes japonais de l’abbatiale de Conques en est également sculpteur. Ses
d’avant-garde du groupe Aveyron. Soulages, par ses liens oeuvres s’inspirent notamment
Bokujin, «les hommes de l’encre». privilégiés avec des artistes et des arbres que Soulages voit
Ils présentent une œuvre du des intellectuels japonais, par en hiver semblables à des
peintre français dans l’exposition ses lectures et ses réflexions, a sculptures modernes. À certains
« La beauté du noir et du déjà l’archipel dans son horizon. interlocuteurs, Soulages présente
blanc » à la galerie tokyoïte des lithographies récentes. Au
Bokubi en 1953. Parallèlement, VOYAGE DANS L’EMPIRE DES pays de l’estampe, elles attirent
l’International Art Exhibition, SIGNES l’attention de beaucoup, dont
biennale itinérante au Japon, À la fin de 1957, Pierre et Colette celle, à nouveau, des « hommes
sélectionne quatre peintures de Soulages débutent un voyage de l’encre ».
Soulages entre 1953 et 1959. À circa terrae. Ils se rendent aux
la biennale de 1957, le Grand États-Unis avant de gagner le DES CALLIGRAPHES D’AVANT-
prix lui est attribué pour Peinture, Japon aux premiers jours de GARDE
195x130cm, 20 juillet 1956. janvier 1958. Le peintre chinois Shiryû Morita, fondateur de
Zao Wou-Ki se joint à eux. À la société Bokujin est connu
LE PARIS JAPONAIS Tôkyô, le couple descend dans pour avoir révolutionné la
Ce Japon qui s’ouvre à l’art le mythique Imperial Hotel calligraphie traditionnelle en la
abstrait - et le consacre - n’est construit par Franck Llyod Wright. faisant évoluer vers l’abstraction.
pas inconnu de Soulages. À Les rencontres s’enchaînent, Selon Michel Ragon qui l’a
Paris, ses amis peintres Toshimitsu facilitées par le journal Mainichi. rencontré en 1957, « cette

14
d’encre et de pierre, le Japon de Soulages
calligraphie abstraite est née sont sollicités. Dans ce cénacle dans la relation entre ces quatre
au Japon après les expositions et lors d’entretiens ultérieurs, éléments. » Un ensemble très
d’artistes abstraits de l’Ecole Soulages clarifie la supposée éloigné du processus créatif du
de Paris : Hartung, Soulages, influence calligraphique sur sa Français. (…)
Schneider, Atlan, etc. » Morita, s’il peinture. « Mes images n’ont
reconnaît une part d’influence rien à voir avec la calligraphie. L’EMPRISE DES SIGNES
occidentale, renverse le Laissez-moi vous expliquer. En Pour une partie du public
paradigme. Profitant de la calligraphie orientale, le sens occidental, les grands signes
présence de Soulages et de du signe vient en premier, je à l’encre de Chine ou au brou
Zao Wou-Ki au Japon, il organise pense. Parce que vous écrivez de noix de Soulages restent
une table ronde consacrée «fleur», cela signifie que l’objet cependant associés à la
à « l’intérêt que prennent les est une «fleur». Puis vient la calligraphie extrême-orientale.
artistes de Paris à la calligraphie structure du signe. Ensuite, le Quand bien même l’artiste
japonaise. » Trois historiens son qui accompagne la lettre, revendique-t-il l’héritage de
d’art, Itsuji Yoshikawa, Tsutomu la fleur est prononcée «hana». l’esthétique romane. (…) Pour
Ijima et Hiroshi Muramatsu La calligraphie semble consister Soulages, la similarité entre sa

© Pierre Soulages et Toshimitsu Imaï lors du vernissage de l’exposition Imaï, galerie


Stadler, novembre 1958, archives galerie Rodolphe Stadler, service de
Documentation, les Abattoirs Musée – Frac Occitanie Toulouse

15
d’encre et de pierre, le Japon de Soulages

Le premier tableau de Pierre Soulages


exposé au Japon : Peinture, 200 x 150 cm, 14 avril
1950 © ADAGP 2018 musée Soulages, Rodez

16
peinture et la calligraphie reste humain à tout appréhender,

d’encre et de pierre, le Japon de Soulages


« un hasard. » Pour le critique apprécie Soulages, qui sent
Hubert Juin « il y a, non pas que l’homme est appelé ici à
influence, mais rencontre » s’élever du quotidien. Il aime ce
tandis que Toru Haga parle de rectangle parcouru de sillons
« parenté. » De là peut-être un de fin gravier, cet espace né de
intérêt chez Soulages pour les l’agencement des pierres. «C’est
notions de vide et de plein, un de l’art» résume-t-il évoquant son
goût pour l’esthétique de la «émotion infinie. Je ne veux pas
calligraphie qu’il apprécie en dire pour autant que je sais tout
tant qu’œuvre abstraite sans du Ryôan-ji ou de l’esprit zen,
avoir besoin d’en comprendre mais je garde précieusement
le sens : « J’ai vu de nombreux dans ma mémoire ce que
exemples anciens et nouveaux m’a raconté le jardin sec.»
de calligraphie au Japon et Cet homme qui a grandi entre
j’ai été profondément touché «l’église de Conques, les menhirs
par la beauté du pinceau et de dans les champs et les arbres
l’encre». Les sumi-e, ces images nus de l’hiver» a retrouvé là un
à l’eau et à l’encre, lui rappelle peu de son Aveyron : « Quand
les lavis de sa jeunesse. (…) j’ai vu Ryoanji et Kinkakuji à
En 1958, Soulages reviendra Kyôto, cela m’a rappelé mes
à Paris chargé de pinceaux souvenirs d’enfance ». Et de
et d’exemplaires de la revue conclure que « l’art véritable n’a
Bokubi à laquelle Shiryû Morita ni frontière, ni temporalité. »
l’abonnera. L’occasion rare de
continuer à être informé des
travaux des calligraphes de
l’avant-garde artistique nippone.
Dans cette galaxie Soulages
n’a pas eu de contacts directs
avec Gutai, mouvement à Extrait du catalogue « Gutai,
l’expressionnisme abstrait l’espace et le temps »,
radical, mais il a pu voir des texte de MATTHIEU SÉGUÉLA
peintures de Jirô Yoshihara, le
fondateur, et de Kazuo Shiraga à
Paris entre 1952 et 1962.

AUX SANCTUAIRES DE L’ART, LE


DIALOGUE DES PIERRES
Janvier 1958. Après Tôkyô, les
révélations esthétiques se
succèdent pour le couple
Soulages à Nara et à Kyôto:
temples, jardins, palais
mais aussi scènes de la vie
quotidienne. (…) Mais ce
qu’est venu voir Soulages, ce
sont les jardins japonais. Dans
l’enceinte du Kinkaku-ji, son
regard est surtout attiré par
l’étang qui borde le Pavillon
d’or. La disposition des pierres
et le rapport qu’elles dessinent
à l’espace le séduisent. De
même que le fameux jardin
sec du Ryan-ji voisin. Sur un
vaste terrain plat, des rochers
ont été positionnés de telle
sorte qu’il soit impossible de
voir les quinze à la fois. Symbole
de l’incapacité pour l’esprit

17
KANAYAMA Akira plaque blanche (présenté en 1955 lors de
notices
l’«exposition expérimentale d’art moderne en
Né en 1924, à Amagasaki ; mort en 2006, à plein air : défi au soleil de la mi-été»), puis des
Kawagoe traces de chaussures à la peinture noire sur la
longueur d’une bâche vinyle. Cette installation,
Après avoir interrompu ses études à l’École intitulée Empreintes de pas [Ashiato], figurera
Tama des Arts et Métiers (actuelle Université des dans l’«Exposition Gutai en plein air» de 1956.
Beaux-Arts Tama), Kanayama Akira effectue L’année suivante, Kanayama présente des
l’essentiel de son apprentissage artistique oeuvres bidimensionnelles élaborées au moyen
auprès de l’Institut municipal des Arts d’Ôsaka, d’une voiture-jouet de sa conception : l’engin,
un établissement affilié au Musée municipal à moteur électrique, se déplace de manière
des Beaux-Arts d’Ôsaka. En 1952, il fonde autonome sur la toile, où il déverse la peinture
avec Shiraga Kazuo et Murakami Saburô la dont il a préalablement été rempli. Après
Société Zéro. Deux ans plus tard, il présente avoir quitté le groupe Gutai en 1965, l’artiste
plusieurs tableaux inspirés par l’abstraction s’abstient pendant longtemps de rendre ses
pure de Piet Mondrian, qu’il s’ingénie à simplifier créations publiques. Il lui faut attendre 1992
d’un degré supplémentaire. Kanayama met pour connaître les honneurs d’une première
cependant un terme à l’expérience de la exposition individuelle, l’occasion pour lui
Société Zéro en 1955, rejoignant le mouvement de recommencer à présenter ses oeuvres. Il
Gutai en compagnie de Shiraga, Murakami poursuivra jusqu’à la fin de sa vie cette nouvelle
et Tanaka Atsuko. Il commence par soumettre création inspirée par la musique, les corps
au groupe des toiles parfaitement vierges, célestes et l’espace — entre lointain invisible et
créations cependant refusées par Yoshihara rupture avec le quotidien.
Jirô. Kanayama se tourne alors vers des oeuvres
essentiellement tridimensionnelles : un grand Traduction Claude MICHEL-LESNE
ballon rouge suspendu au-dessus d’une

KANAYAMA Akira, Work, 1957


Technique mixte sur vinyl, 180 x 278,5 cm
Collection of Hyogo Prefectural Museum of Art
©Kanayama Akira and Tanaka Atsuko
Association

18
MURAKAMI Saburô démonstration en se jetant de tout son poids

notices
contre des écrans de papier kraft tendus sur
Né en 1928, à Kôbe ; mort en 1996, à châssis : cette performance, plus connue sous
Nishinomiya le nom de « déchirure du papier » (kami-yaburi),
allait s’imposer comme une oeuvre pionnière
Étudiant en esthétique au cours supérieur de de l’art action. Celle-ci traduit les aspirations
l’université Kwansei Gakuin, Murakami rencontre conceptuelles de Murakami, entre destruction
Shiraga Kazuo et Kanayama Akira lors d’une matérielle et ébranlement des conceptions
exposition de l’Association Shinseisaku, où il artistiques établies. Au cours des années 1960,
présente ses envois depuis 1949. En 1952, il il s’attèle à des peintures par multiplication
décide de former avec eux la Société Zéro, de coups de pinceau agressifs, ainsi que des
se donnant pour mission de découvrir par collages de petits morceaux de bois sur toile.
l’expérimentation de nouvelles modalités Une exposition individuelle lui est consacrée
d’expression picturale. Murakami dévoile à la Pinacothèque Gutai en 1963. Après avoir
en 1954 sa Peinture par jet de balle [Tôkyû décidé de quitter le groupe en 1971, Murakami
Kaiga], une toile maculée de l’empreinte d’une poursuivit son étude de la composition picturale
balle enduite d’encre de Chine, puis lancée d’un point de vue à la fois spatial et temporel.
contre sa surface. La même année, il fait la
connaissance de Yoshihara Jirô, et se joint à Traduction Claude MICHEL-LESNE
Gutai dès 1955. Lors de la 1e Exposition Gutai
de 1956, l’artiste se livre à une audacieuse

MURAKAMI Saburo,
Work, 1960
Huile sur toile,
contreplaqué, 183,2
x 139,7 cm
Collection of
Hyogo Prefectural
Museum of Art
(The Yamamura
Collection)
©Tomohiko
Murakami, Courtesy
of the Estate of
Saburo Murakami
and ARTCOURT
Gallery

19
TANAKA Atsuko Robe électrique [Denkifuku], toute de câbles et
notices

d’ampoules électriques clignotantes. Tanaka


Née en 1932, à Ôsaka ; morte en 2005, à Nara. revêtira elle-même cette tenue pour les besoins
d’une performance durant l’«Exposition Gutai
Tanaka Atsuko quitte en 1951 l’Université des sur scène» de 1957. À la même période, elle
Arts de Kyôto pour rejoindre l’Institut municipal décide de développer le schéma de câblage
des Arts d’Ôsaka, un établissement affilié au de son vêtement électrique pour en faire
Musée municipal des Beaux-Arts d’Ôsaka. des tableaux. Ces réseaux de cercles et de
Elle y fait la rencontre de Kanayama Akira, et lignes seront présentés à Paris en 1962, lors
découvre par son intermédiaire la Société Zéro de l’exposition «Structures de répétition» de
que celui-ci avait formé avec Shiraga Kazuo et la galerie Stadler, puis aux États-Unis en 1965,
Murakami Saburô. Tanaka Atsuko les rejoint en dans le cadre de la manifestation itinérante
1954, produisant quelques tableaux constitués The New Japanese Painting and Sculpture. Si
de chiffres. L’année suivante, elle intègre le Tanaka quitta cette même année le mouvement
mouvement Gutai en compagnie des trois Gutai avec Kanayama Akira, elle continua
hommes. La 1e Exposition Gutai lui permet de néanmoins à exposer longtemps ses travaux,
présenter son installation Sonnettes [Beru], un lors d’expositions en grande partie individuelles.
dispositif de sonnettes placées à équidistance
le long d’une galerie ; lors de la 2e édition de Traduction Claude MICHEL-LESNE
l’évènement, en 1956, elle dévoile cette fois sa

TANAKA Atsuko,
Work, 1961
Laque sur toile,
162 x 130 cm
Collection of
Hyogo Prefectural
Museum of Art
(The Yamamura
Collection)
©Kanayama Akira
and Tanaka Atsuko
Association

20
SHIRAGA Kazuo sa marque de fabrique pendant un demi-siècle

notices
évolue d’un style austère (de courtes lignes
Né en 1924, à Amagasaki ; mort en 2008, dans la monochromatiques sur de petites surfaces) vers
même ville un nouveau modus operandi : l’artiste, suspendu
à une corde fixée au plafond de l’atelier, évolue
Shiraga Kazuo suivit un cursus de peinture désormais librement au-dessus de la toile ou de
japonaise à l’École municipale supérieure la pièce de papier étalée sur le sol. Les oeuvres
d’art de Kyôto (actuelle Université municipale sont bariolées de long en large ; il en émerge
des Arts de Kyôto), établissement dont il sortit un chaos, une explosion d’énergie dénotant
diplômé en 1948. Très vite, cependant, il se l’intense effort physique de l’artiste. En 1962, son
tourna vers la peinture de style occidental. En travail fait l’objet d’une exposition individuelle
1952, il fonde la Société Zéro en compagnie à la Pinacothèque Gutai. Nourrissant un intérêt
de Murakami Saburô et Kanayama Akira, personnel pour le bouddhisme ésotérique,
lesquels se dédiaient jusqu’alors à l’Association Shiraga se retire dans un monastère de la
Shinseisaku. Aux alentours de 1954, après secte bouddhique Tendai en 1971. Les oeuvres
quelques essais d’expression abstraite aux de la période 1972-1977, où s’empilent sur ses
doigts ou à la spatule, Shiraga met au point une peintures au pied des couches homogènes de
technique très personnelle en commençant à matière étalée à la planche, pourraient traduire
peindre avec ses pieds. C’est à l’invitation de de façon symbolique la substance de sa pensée
Yoshihara Jirô qu’il se joint en 1955 au groupe ésotérique et mystérieuse.
Gutai, dont il demeurera lui aussi membre
jusqu’en 1972. Après son intégration au Traduction Claude MICHEL-LESNE
mouvement, la peinture au pied qui constituera

SHIRAGA Kazuo, Tenkansei Nyuunryu, 1962


Huile sur toile, 182,2 x 272,6 cm
© droits réservés - Collection of Hyogo Prefectural Museum of Art (The
Yamamura Collection)

21
Les artistes exposés
les artistes et œuvres exposés

HORIO Sadaharu, IMAI Norio, KANAYAMA Akira, MASANOBU Masatoshi, MATSUTANI Takesada, MOTONAGA Sadamasa, MUKAI Shûji,
MURAKAMI Saburô, NASAKA Yûko, ÔHARA Kimiko, SHIMAMOTO Shôzô, SHIRAGA Kazuo, SUMI Yasuo, TANAKA Atsuko, TSUBOUCHI Teruyuki,
UEMAE Chiyû, YAMAZAKI Tsuruko, YOSHIDA Toshio, YOSHIHARA Jirô.

Art (The Yamamura Collection)


Les oeuvres exposées Centre Pompidou
YOSHIHARA Jirô, Work (Fine White Circle
Musée de la Préfecture du HyÔgo on Black), s.d. Murakami Saburô, Passage, 8 novembre
Huile sur toile, 90,8 x 72,7 cm 1994 (Traversant les écrans de papier),
MOTONAGA Sadamasa, Work (Red, Black), Collection of Hyôgo Prefectural Museum 1994 Bois, papier kraft, poudre d’or
1970 of Art 240 x 240 cm
Huile sur toile, 91,8 x 116,8 cm
Collection of Hyôgo Prefectural Museum TSUBOUCHI Teruyuki , Work, 1965
of Art Crayons de couleurs, acrylique, résine Musée Cantini, Marseille
synthétique, émail sur toile,
UEMAE Chiyû, Work, 1958 162,1 x 130,3 cm SHIMAMOTO Shôzô, sans titre, 1965
Huile sur carton, collages, 183,5 x 93,7 cm Collection of Hyôgo Prefectural Museum 90 x 72 cm
Collection of Hyôgo Prefectural Museum of Art
of Art Murakami Saburô, sans titre, 1965
MOTONAGA Sadamasa, Work, 1962 90 x 72 cm
KANAYAMA Akira, Work, 1957 Acrylique sur toile, carton, 136,6 x 182 cm
Technique mixte sur vinyl, 180 x 278,5 cm Collection of Hyôgo Prefectural Museum of
Collection of Hyôgo Prefectural Museum Art (The Yamamura Collection) Axel & MAY Vervoordt FOUNDATION
of Art
SHIRAGA Kazuo, East Joruri World, 1972 ÔHARA Kimiko, Untitled, 1958
SHIRAGA Kazuo, Tenkansei Nyuunryu, 1962 Huile sur toile, 182,1 x 227,4 cm Huile sur toile, 158 x 104,5 cm
Huile sur toile, 182,2 x 272,6 cm Collection of Hyôgo Prefectural Museum
Collection of Hyôgo Prefectural Museum of of Art HORIO Sadaharu, Kado-Kuro (Angle Noir),
Art (The Yamamura Collection) 1964
Toile, contre-plaqué, tissu, déchets,
TANAKA Atsuko, Work, 1961 Collection les Abattoirs – Frac peinture, 25 x 25 x 37 cm
Laque sur toile, 162 x 130 cm Occitanie Toulouse
Collection of Hyôgo Prefectural Museum of YOSHIHARA Jirô, Untitled, 1968
Art (The Yamamura Collection) MATSUTANI Takesada, Horizontale 92, 7 Aquarelle sur papier marouflé sur toile,
décembre 1992 79 x 109 cm
MASANOBU Masatoshi, Work, 1961 Relief vinylique et graphite sur papier
Huile sur toile, 162 x 130,2 cm marouflé sur toile, 41 x 33 cm SHIMAMOTO Shôzô, Untitled, 1960
Collection of Hyôgo Prefectural Museum Plâtre et huile sur toile, 185 x 126 cm
of Art MATSUTANI Takesada, Ecriture, 8 juin 1990
Bois, relief vinylique et graphite sur papier IMAI Norio, Work - Circle B, 1964
MATSUTANI Takesada, Work, 1965 marouflé sur bois, 41 x 32,5 cm Acrylique, tissu en coton, métal, moule,
Vinyl, acrylique et huile sur toile et carton, ongles, 160 x 9 cm
182,2 x 142,6 cm SHIRAGA Kazuo, Peinture n°29, 1962
Collection of Hyôgo Prefectural Museum Huile sur toile, 130 x 97 cm NASAKA Yûko, Work, 1968
of Art Peinture synthétique, plâtre et colle sur
SHIRAGA Kazuo, Genten, 1990 coton, monté sur panneau bois,
MUKAI Shûji, Work, 1964 Huile sur toile, 218 x 291 cm 60 x 60 cm
Huile, technique mixte sur carton, 184 x
184,5 cm TANAKA Atsuko, 87 D, s.d.
Collection of Hyôgo Prefectural Museum Huile sur toile, 80 x 65 cm Axel Vervoordt GALLERY
of Art
UEMAE Chiyû, Peinture, 1957 SHIRAGA Kazuo, Zanka, 1959
MURAKAMI Saburô, Work, 1960 Acrylique sur toile, 162 x 131 cm Huile sur toile, 117 x 91 cm
Huile sur toile, contreplaqué, 183,2 x Collection Anthony et Célia Denney, dépôt
139,7 cm aux Abattoirs en 1995 SHIMAMOTO Shôzô, Sakuhin (Work), 1955
Collection of Hyôgo Prefectural Museum of Remake 1992
Art (The Yamamura Collection) YOSHIHARA Jirô, Peinture, 1959 Acier galvanisé, 129 x 244 cm
Huile sur toile, 92 x 73 cm
MOTONAGA Sadamasa, The Source, 1959 Collection Anthony et Célia Denney, dépôt
Acrylique sur toile, 150 x 140,5 cm aux Abattoirs en 1995 Collection particulière
Collection of Hyôgo Prefectural Museum
of Art SUMI Yasuo, Painting, 1960 MATSUTANI Takesada, Work 64-3, 1964
Huile sur papier marouflé sur toile, Colle vinylique, acrylique, huile sur toile,
YAMAZAKI Tsuruko, Work, 1960 155 x 118,2 cm 40,9 x 31,8 cm
Acrylique, huile sur toile, 162,3 x 137,5 cm Collection Anthony et Célia Denney, dépôt
Collection of Hyôgo Prefectural Museum aux Abattoirs en 1995
of Art Collection privée milan
YOSHIDA Toshio, Peinture, 1960 TANAKA Atsuko, Sakuhin Beru (Work Rongs
YOSHIHARA Jirô, Work, 1961 Huile sur toile, 73 x 91 cm Bells), 1955 (1985)
Huile sur toile, 162,3 x 130,9 cm Collection Anthony et Célia Denney, dépôt 20 sonnettes électriques, fil, commutateur
Collection of Hyôgo Prefectural Museum of aux Abattoirs en 1995 et console
Dimensions variables

22
le catalogue de l’exposition
GUTAI, L’ESPACE ET LE TEMPS

L’ESPACE ET LE TEMPS

MOTONAGA Sadamasa
Work (Red, Black)
1970
Huile sur toile
91,8 x 116,8 cm
Hyōgo Prefectural Museum of Art

Catalogue Gutai, l’espace et le temps

160 pages ; traduction en anglais


Directeur de la publication, Benoît Decron
Design, Julien Boitias
29 €, Editions musée Soulages

Sommaire

Avant-propos Yutaka Mino, directeur du musée d’art D’encre et de pierre, le Japon de Soulages, Matthieu
départemental du Hyôgo, Kôbe, commissaire de l’exposition Séguéla, docteur en histoire (Institut d’études politiques de
Paris), Tôkyô.
Gutai une typologie au pas de course, Benoît Decron,
conservateur en chef du patrimoine, commissaire de Manifeste de l’art Gutai, 1956, Yohihara Jirô, artiste et
l’exposition fondateur du mouvement

Une histoire de la collection Gutai du musée départemental À propos de Shôzô Shimamoto, 1962, Yoshihara Jirô
du Hyôgo, Yoshiko Suzuki, conservatrice du musée d’art
départemental du Hyôgo, Kôbe À propos de Shiraga, Jean-Jacques Lebel, artiste et écrivain,
entretien avec Benoît Decron
Michel Tapié, L’invité de Gutai, Juliette Evezard docteur en
histoire de l’art Gutai l’a déjà fait, Michel Batlle, artiste

Défi au soleil de la mi-été, Florence de Méredieu, écrivain et Carnet de voyage au Japon 1984, (dans les ateliers des
historienne de l’art, maître de conférences honoraire (Paris gutai), Germain Viatte, conservateur général et historien d’art
I – Panthéon La Sorbonne)
19 biographies de peintres rédigées par l’équipe scientifique
La valeur de Gutai, Michael Lucken, directeur du Centre du musée d’art départemental du Hyôgo de Kôbe.
d’études japonaises, professeur d’histoire, art et histoire de
l’art du Japon à l’INALCO

23
24
LES VISITES DE L’EXPOSITION
Les dimanches en famille

été 2018, le Japon à Rodez


Pause déjeuner au musée Ateliers du dimanche de 14h30 à 17h30
Une visite flash de l’exposition Gutai, l’espace et le 08/07, création d’un furin, mobile traditionnel japonais
temps de 12h30 à 13h30 les 20/07, 17/08, 27/08, 31/08, 12/08, mini lanterne à personnaliser
07/08. En accès libre sur présentation le billet d’entrée 16/09: atelier à l’occasion des journées européennes
du musée. Limité aux 25 premiers visiteurs. du patrimoine.
Ouvert à tous, pour les enfants à partir de 5 ans
Visite au cœur de l’exposition accompagnés d’au moins un adulte afin de partager
Une visite d’une heure de l’exposition Gutai, l’espace et les découvertes.
le temps
Les mercredis du 11 juillet au 26 septembre à 15h30 L’atelier des tout petits (3/5 ans)
(sauf les 18/07 et 1/09) 14/08 et 28/08 de 10h30 à 11h30
Les samedis du 14 juillet 29 septembre à 16h (sauf les Ateliers ludiques basés sur la découverte d’une
8/09 et 15/09) exposition et d’une technique, l’association de la
Sur réservation-Billetterie en ligne www.musee-soulages. création graphique et de la musique.
rodezagglo.fr
Ces ateliers sont proposés et animés par le service des
Visite guidée du musée Soulages publics du musée.
Une visite guidée pour découvrir les œuvres de Pierre Pour les ateliers destinés aux enfants :
Soulages, peintures de l’après-guerre, Brous de noix, Réservation obligatoire : ateliers.soulages@rodezagglo.fr
gouaches et encres, estampes, travaux préparatoires 2.5€ (atelier 1h) et 5€ (à partir de 2h)
aux vitraux de Conques, bronzes, ainsi qu’un ensemble
de peintures Outrenoir (après 1979).
A partir du 7 juillet, cette visite propose également une AUTRES EXPOSITIONS À DÉCOUVRIR
introduction et un accès libre à l’exposition temporaire
Gutai, l’espace et le temps.
Dates, tarifs et inscriptions : www.tourisme.myrodez.fr ou
MUSÉE FENAILLE
05 65 75 76 76
L’île de Pâques, l’ombre
des dieux
LES ATELIERS du 30 juin au 4 novembre 2018
Une œuvre, un atelier Informations, visites, rendez-vous et
Pour les 5/7 ans de 10h30 à 11h30 et à partir de 8 ans ateliers :
de 14h à 16h musee-fenaille.rodezagglo.fr
- 10/07 et 07/08 : peindre avec les pieds iledepaquesexpo.fr
- 17/07 : peindre en faisant rouler ballons, balles et
compagnie…
- 24 /07 : peindre en faisant rouler différents jouets
- 31/07 : peindre au pulvérisateur (prévoir des tenues
adaptées à la peinture en action).

Après-midi autour de Gutai


A partir de 8 ans, de 14h à 17h
MUSÉE DENYS-PUECH
affiche-galerie-tactileDEF.pdf 1 12/03/2018 14:45:50

Chaque stage débutera par la visite de l’exposition


“Gutai” suivi d’un atelier comme un lieu d’expression L’art et la matière
personnelle. jusqu’au 31 décembre 2018
- 12/07 : installation in situ, sur la paroi vitrée de l’atelier Informations, visites, rendez-vous et
- 19/07 et 02/08 : création avec des bandes de plâtre ateliers :
- 26/07 et 09/08 : expériences autour du cadavre musee-denys-puech.rodezagglo.fr
exquis
C

CM

MJ

CJ

Pause déjeuner au musée 12h30 – 13h30


CMJ

- 13/07 : atelier d’expérimentation, peindre avec les


pieds
- 27/07 : atelier d’expérimentation, peindre avec des
ballons et balles
Ouvert à tous, accès libre avec le billet d’entrée du
musée, point de départ à 12h30 à l’accueil du musée. denys-
puech
musée

Limité aux 25 premiers visiteurs.

Rencontre autour de Gutai


Ateliers proposés par Nicolas Lacombe, plasticien-
illustrateur (cargocollective.com/kurenai)
Le dessin au scotch
- 16/08, de 10h à 12h pour les 6/8 ans et de 14h à 16h,
à partir de 8 ans
- 17/08, de 10h à 12h, reprise à 14h jusqu’à 16h, à partir
de 10 ans

25
DOSSIER DE PRESSE 2018 | AGENCE DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE DE L’AVEYRON

L'AVEYRON

NATURE "GRAND ANGLE" C’est une terre d’histoire aux nombreux témoignages d’un passé riche
et prestigieux. Les pélerins du chemin de St Jacques de Compostelle aux
Formé par de grandes régions naturelles, l’Aveyron se caractérise par Plus Beaux Villages de France, sans oublier les Templiers et Hospitaliers,
une géographie exceptionnelle qui offre un harmonieux mélange de les hommes ont su préserver et valoriser un patrimoine riche, racine de
paysages dont la beauté et la variété étonnent. Pour le plus grand plaisir leur existence. Avec une réelle volonté de respecter l’environnement
des amateurs de découvertes, une myriade de destinations se côtoie : la et les traditions, cette terre et ses hommes se tournent toujours vers
magie des Grands Causses, les somptueuses Gorges du Tarn, de l’Avey- l’avenir à l’image du Viaduc de Millau.
ron, l’Aubrac, le Carladez et les Gorges de la Truyère, Conques, le Vallon
de Marcillac, la Vallée du Lot et les Monts et lacs du Lévézou invitent
au voyage. Les lumières évoluent à chaque saison, ces lieux changent UN VÉRITABLE ART DE VIVRE
de couleurs et de parfums ; autant de contrastes qui habillent ce pays.
C’est un territoire de passion qui n’est jamais resté dans l’oubli et qui
a toujours su se démarquer à la fois par sa gastronomie (le Roquefort,
LES ACTIVITÉS VRAIES Michel Bras…) ou ses savoir-faire (couteau de Laguiole, les ganteries
DE PLEINE NATURE de Millau…). Au sud du Massif Central et ouvert sur la Méditerranée en
bénéficiant de son ensoleillement, ce territoire se nourrit de toutes les
Terre de prédilection pour les amateurs d’activités sportives, destina- influences sans jamais renier son passé.
tion de tourisme vert par excellence, l’Aveyron est le lieu idéal pour les
séjours d’activités pleine nature, autour de thématiques telles que la
randonnée, le cyclotourisme, la pêche, la découverte des milieux natu- VENEZ PARTAGER LA VIE VRAIE
rels, étonnants par leur variété.
L’Aveyron porte une histoire, des valeurs et un modernisme, une au-
thenticité et un caractère de bâtisseur, préservé mais ouvert aux autres.
C’est une terre de partage, où l’accueil et le plaisir de recevoir sont une

www.tourisme-aveyron.com véritable culture. C’est un territoire dynamique, rythmé par des événe-
ments à chaque saison.
Salle presse Aveyron :
http://presse.tourisme-aveyron.com
L'HISTOIRE VRAIE
26
Réalisation de Rodez agglomération, le musée Soulages a bénéficié du soutien de
l’Etat, ministère de la Culture, de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, du conseil

le musée Soulages et ses partenaires


départemental de l’Aveyron et de la Ville de Rodez.

Les grandes dates présence du Président de la


République. Décembre 2012 – 2nd donation
24 décembre 1919 - 14 peintures sur toile (tableaux de
Naissance de Pierre Soulages, Les donations et dépôts 1946 à 1948)
à Rodez. - des œuvres importantes de 1964
Donations de Pierre et Colette et 1967
13 septembre 2005 Soulages. 500 pièces au total dont - 1 Outrenoir de 1986, un
Signature de la donation dans la 250 œuvres. polyptique de 324 x 362 cm
maison de l’artiste à Sète. Le fonds du musée constitue le
plus important ensemble de Pierre Mai 2014 - Les dépôts
13 décembre 2005 Soulages au monde, représentatif Pierre et Colette Soulages vont
Acceptation officielle de des trente premières années de susciter pour le musée de Rodez
la donation par le Conseil création. le dépôt de plusieurs œuvres
de communauté de Rodez d’envergure.
agglomération. Septembre 2005 – 1ere donation
L’une des plus importantes Les chiffres clés
20 décembre 2005 accordées en France par un
Attribution au musée Soulages de artiste vivant : - 720 000 visiteurs depuis le 30 mai
l’appellation « musée de France » - 100 peintures sur papier 2014
par le Haut Conseil des Musées. - la totalité de l’œuvre gravé (plus - Superficie du musée : 6 000 m2
de 100 pièces) (espaces muséographiques pour
20 octobre 2010 - 21 peintures sur toile les collections : 1 700 m2 , salle
Pose de la première pierre. - 3 bronzes d’expositions temporaires :
- 2 peintures incluses dans le verre 505 m2)
juin 2011 - printemps 2014 - la totalité des travaux - Jardin : 3 hectares
Chantier - Actions et activités de préparatoires des vitraux de - Financement des travaux :
sensibilisation à l’art contemporain Conques 21 460 000 € HT dont Rodez
à destination du grand public. - les plaques de cuivre matrices agglomération (9,5 M€), Etat
des eaux-fortes (4M€), Région Midi-Pyrénées (4M€)
30 mai 2014 - un fonds documentaire : photos, et conseil départemental de
Inauguration du musée en archives, ouvrages et films l’Aveyron (2M€).

LES PARTENAIRES DE L’EXPOSITION


Gutai, l’espace et le temps est une exposition produite et portée par Rodez agglomération. Elle est organisée en
partenariat avec le musée d’art départemental du Hyôgo, Kôbe. Elle bénéficie aussi de prêts exceptionnels du musée
des Abattoirs, Toulouse, de la Fondation Axel & May Vervoordt, Anvers, du musée Cantini, Marseille, du musée national
d’art moderne - Centre Pompidou. Elle bénéficie du label Japonismes 2018, du soutien de l’Etat - Direction régionale des
affaires culturelles, de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée et du département de l’Aveyron.

CERCLE ENTREPRISES MUSEE SOULAGES


En 2017, le musée a lancé un cercle d’entreprises dont la vocation est de réunir des
entreprises autour d’un projet fédérateur de soutien aux expositions temporaires d’envergure
internationale.
Les membres du CERCLE ENTREPRISES MUSÉE SOULAGES :
- C12 AUTOMOBILE - MAUREL AVEYRON
- CRÉDIT AGRICOLE NORD MIDI-PYRÉNÉES - ORANGE
- GRDF - ROBERT BOSCH France
- GROUPE INFORSUD - VAL 12 GROUP
- GROUPE FABRE - RENAULT - GROUPE MARTY

27
informations
pratiques

Les horaires d’ouverture Les tarifs


juin et septembre PASS 3 MUSEES (collections permanentes et expositions
Du mardi au dimanche de 11h à 19h temporaires)
Normal 11 € / Réduit 7 €
juillet et août Billet unique (valable 28 jours), donnant accès aux trois
Lundi de 14h à 19h musées : Soulages, Fenaille et Denys- Puech
Du mardi au dimanche de 10h à 19h Gratuit pour les moins de 18 ans, étudiants, demandeurs
d’emploi, allocataires du RSA, titulaires du minimum
à partir du 30 octobre vieillesse, accompagnateur groupe, titulaires d’une carte
Du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h de presse, de la carte Ambassadeur de l’Aveyron, de la
carte Icom, Icomos, personnel des musées de France,
Billeterie et réservations en ligne : artistes membres de la Maison des artistes, donateurs
musee-soulages.rodezagglo.fr Abonnement annuel 20 € (accès illimité aux 3 musées)

Les musées de Rodez agglomération sont partenaires


des musées Toulouse-Lautrec, Fabre, Trésor de Conques,
Lodève, Quai Branly-Jacques Chirac et accordent un
tarif réduit aux détenteurs de billets dans ces musées
partenaires.

Accès : Avion :
Dans le département de l’Aveyron en Aéroport de Rodez-Aveyron,
Midi-Pyrénées, Rodez est situé au cœur à 20 minutes du musée Soulages.
du triangle Clermont-Ferrand, Liaison aérienne Paris-Rodez assurée
Toulouse et Montpellier. par la compagnie Eastern Airways.
Jusqu’à trois départs quotidiens en
Voiture : semaine de Paris Orly Sud vers Rodez
A75 puis RN88. ainsi qu’un départ le samedi et deux le
dimanche. Horaires de vols permettant
Train : de voyager aller-retour dans la journée.
Paris-Rodez www.easternairways.fr;
ou Paris-Toulouse Deux rotations hebdomadaires vers
Dublin, Charleroi et Southampton.

28
Contacts presse :

Agence Observatoire
Aurélie CADOT
+33 (0)6 80 61 04 17
+33 (0)1 43 54 87 71
aureliecadot@observatoire.fr
68, rue Pernety - 75014 Paris
http://www.observatoire.fr

RODEZ AGGLOMÉRATION
Valérie Campo
directrice de la communication

Nadia Galibert
responsable des relations presse
+ 33 (0)5 65 73 83 26
nadia.galibert@rodezagglo.fr
communication@rodezagglo.fr

Textes ou visuels presse à télécharger


http://musee-soulages.rodezagglo.fr/acces-presse
mot de passe : estampe