Vous êtes sur la page 1sur 68

I. GENERALITES....................................................................................................................................

5
II. DIAGNOSTIC TECHNIQUE DU BAS-FOND..................................................................................5
2.1. PRÉSENTATION DE LA PLAINE................................................................................5
2.2. COMPORTEMENT DE LA NAPPE PHRÉATIQUE............................................5
III. RAPPEL DES OBJECTIFS ET RÉSULTATS..................................................................................5
3.1. OBJECTIFS DE L’ETUDE.............................................................................................5
3.1.1. OBJECTIF GENERAL.............................................................................................5
3.1.2. OBJECTIFS SPECIFIQUES.....................................................................................6
3.2. RESULTATS................................................................................................................6
IV. DONNÉES DE BASE DE LA CONCEPTION ET CHOIX DU TYPE
D’AMÉNAGEMENT........................................................................................................7
4.1. ÉTUDES TOPOGRAPHIQUES......................................................................................7
4.1.1. DONNÉES DISPONIBLES.........................................................................................................7
4.1.2. MÉTHODOLOGIE ADOPTÉE..............................................................................................7
4.1.2.1. RECONNAISSANCE DU TERRAIN...........................................................................7

4.1.2.1. IMPLANTATIONS ET LEVÉS TOPOGRAPHIQUES................................................8


4.1.2.2. RÉSULTATS OBTENUS..............................................................................................9
4.1.3. MOYENS HUMAINS ET MATÉRIELS.............................................................9
4.2. ÉTUDES HYDROLOGIQUES.................................................................................10
4.2.1. COLLECTE DES DONNÉES PLUVIOMÉTRIQUES..........................................10
4.2.2. ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES PLUVIOMÉTRIQUES.............11
4.2.3. ESTIMATION DES CARACTÉRISTIQUES HYDRO MORPHOLOGIQUES
DU BASSIN VERSANT...................................................................................................11
4.2.3.1. CHOIX DE LA MÉTHODE D’ÉVALUATION ET ESTIMATION DE LA CRUE
DU PROJET.............................................................................................................................14

4.2.3.2. CHOIX DE LA MÉTHODE D’ÉVALUATION DES CRUES............................14

4.2.3.3. DESCRIPTION ET FORMULATION DE LA MÉTHODE................................15

4.2.3.4. ESTIMATION DE LA CRUE CENTENNALE OU CRUE DE PROJET............15

4.2.3.5. ÉTUDES DES APPORTS....................................................................................17

4.2.4. ÉVALUATION DES PERTES EN EAU...............................................................18


4.2.4.1. PERTE PAR EVAPORATION..................................................................................18

4.2.4.2. PERTES PAR DÉPÔTS SOLIDES.............................................................................19

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 1


4.3. ÉTUDES PÉDOLOGIQUES ET GÉOTECHNIQUES........................................20
4.3.1.ÉTUDES PÉDOLOGIQUES.................................................................................20
4.3.1.1. ÉVALUATION DE L’APTITUDE DES TERRES.............................................22
4.3.2. ÉTUDES GÉOTECHNIQUES................................................................................30
4.3.2.1. DÉTERMINATION DE LA CONTRAINTE DE RUPTURE (CAPACITE
PORTANTE DU SOL).............................................................................................................30

4.3.2.2. ZONE D’EMPRUNT DES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION............................31

4.4. PROPOSITION D’AMÉNAGEMENT...................................................................36


4.4.1. JUSTIFICATION DE L’AMÉNAGEMENT..........................................................36
4.4.1.2. JUSTIFICATION TECHNIQUE.........................................................................36
4.4.1.3. SCHÉMA D’AMÉNAGEMENT.............................................................................36
4.4.2. CALAGE DU PLAN D’EAU.................................................................................36
4.5. DIMENSIONNEMENT HYDRAULIQUE DES OUVRAGES...................................39
4.5.1. CHOIX DU TYPE D’ÉVACUATEUR DE CRUE................................................39
4.5.2. CONCEPTION DE L’ÉVACUATEUR..................................................................39
4.5.3.DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES DE RACCORDEMENT...................47
4.5.4. DESCRIPTION TECHNIQUE DES OUVRAGES................................................48
4.5.4.1. Seuil déversant.............................................................................................................48

4.5.4.2. Ouvrages de raccordement...........................................................................................50

V. IMPACTS DES OUVRAGES DE FALABA ET DE KOBADALA..............................52


VI. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS...............................................................53
VII. ANNEXES.....................................................................................................................54

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 2


LISTE DES TABLEAUX
TABLEAU 1: CARACTÉRISTIQUES DU BASSIN VERSANT ...........................................................................................14
TABLEAU 2: DÉBIT DÉCENNAL ESTIMÉ PAR LA MÉTHODE ORSTOM.......................................................................15
TABLEAU 3: DÉBIT CENTENNAL..............................................................................................................................17
TABLEAU 4: ÉVALUATION DES APPORTS.................................................................................................................18
TABLEAU 5: ÉVAPORATION MENSUELLE SUR LA RETENUE.....................................................................................19
TABLEAU 5: VALEURS DES APPORTS SOLIDES.........................................................................................................20
TABLEAU 6: RÉSUMÉ DE L'APTITUDE DES SOLS.....................................................................................................28
TABLEAU 7: CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES DU SOL DE FONDATION................................................................30
TABLEAU 8: VALEURS DES FACTEURS DE PORTANCE.............................................................................................31
TABLEAU 9: CONTRAINTE ADMISSIBLE...................................................................................................................31
TABLEAU 10: SUPERFICIE SÉCURISÉE....................................................................................................................37
TABLEAU 11: CARACTÉRISTIQUES DIMENSIONNELLES DU DÉVERSOIR..................................................................40
TABLEAU 12: CARACTÉRISTIQUES DIMENSIONNELLES DU BASSIN AU DROIT DES POINTS PARTICULIERS DE
L’OUVRAGE.....................................................................................................................................................41
TABLEAU 13:CARACTÉRISTIQUES DES OUVRAGES DE RACCORDEMENT.................................................................51
TABLEAU 14: LISTING DES BORNES........................................................................................................................55
tableau 15: profondeur d'ancrage.........................................................................................................................61

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 3


ANNEXE 1 : DONNÉES PLUVIOMÉTRIQUES...........................................................................................................53
ANNEXE 2 : PLAN TOPOGRAPHIQUE ET LISTING DES BORNES.............................................................................54
ANNEXE 3 : PROFIL EN LONG DU COURS D’EAU...................................................................................................56
ANNEXE 4 : PROFIL EN TRAVERS DU SITE.............................................................................................................57
ANNEXE 5 : PLAN D’AMÉNAGEMENT...................................................................................................................58
ANNEXE 6 : PLAN DES BORNES.............................................................................................................................59
ANNEXE 7 : PLAN DES OUVRAGES........................................................................................................................60
ANNEXE 8 : PROFONDEUR D’ANCRAGE AU DROIT DES PROFILS (DÉVERSOIR)......................................................61

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 4


I. GENERALITES

II. DIAGNOSTIC TECHNIQUE DU BAS-FOND

2.1. PRÉSENTATION DE LA PLAINE

La plaine de Finkolo est connue sous le nom de « Plaine de Kokourou ». Elle longe le village
de Finkolo. La zone concernée par l’étude se situe à l’Ouest du village et s’étend du Sud-
Ouest au Nord-Ouest. Elle (zone concernée) est vaste et s’étend de part et d’autre du village
de Finkolo sur une longueur de près de 4km à partir de la piste Finkolo-Nampala à la zone
marécageuse formée à la limite des villages de Tafoloni et de Kokouna. Elle est relativement
dégagée. Les arbustes et les espèces ligneuses forment une touffe qui longe le lit mineur.
Le réseau hydrographique est constitué d’un cours d’eau temporaire alimenté par les eaux de
pluie et présente un caractère très radial.
La plaine est actuellement exploitée dans sa partie basse par les riziculteurs pendant l’hivernage et les
parties hautes sont réservées à la culture du maïs.

2.2. COMPORTEMENT DE LA NAPPE PHRÉATIQUE

Selon les investigations faites sur le terrain, le rabattement de la nappe est fonction du niveau
de rabattement des eaux dans les deux cours d’eau. Dès les premières pluies, la nappe
remonte. Ceci montre une nette relation entre l’hydrologie du bassin versant et le
fonctionnement de la nappe.

III. RAPPEL DES OBJECTIFS ET RÉSULTATS

3.1. OBJECTIFS DE L’ETUDE

3.1.1. OBJECTIF GENERAL

L’objectif général des études dans les deux localités est d’élaborer un projet d’aménagement
et de mise en valeur des sites à même d’optimiser la productivité agricole au niveau du site.,
L’élaboration de ce projet d’aménagement et de mise en valeur sera menée en deux étapes :

 Étape 1 : Élaboration d’une étude d’avant-projet sommaire (APS) décrivant les
options d’aménagements et de mise en valeur; les résultats de cette étude APS seront
discutés avec l’Unité d’Exécution de l’IPROSI afin de retenir un schéma
d’aménagement qui sera approfondi en phase d’avant-projet détaillé (APD) ;
 Etape 2 : Élaboration d’une étude d’avant-projet détaillée (APD) approfondissant
le schéma d’aménagement retenu à l’issue de la phase APS ; les résultats de l’APD

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 5


provisoire feront l’objet d’une revue critique de la part de l’Unité d’Exécution sur la
base de laquelle sera élaborée l’APD définitive.

3.1.2. OBJECTIFS SPECIFIQUES

L’étude confiée au bureau Société d’Études Polytechniques (I-SEPT) vise trois objectifs
spécifiques :
 Élaborer un plan d’aménagement hydro agricole du site de Finkolo en incluant le
dimensionnement des ouvrages et les dispositifs assurant leur protection ;
 Décrire et analyser les caractéristiques socio-économiques des populations ciblées, en
mettant l’accent sur l’organisation des populations en vue de leur participation aux
travaux d’une part et de la mise en valeur du site à aménager d’autre part ;
 Élaborer une stratégie locale de mise en valeur agricole permettant de garantir la
rentabilité de l’aménagement, tout en répondant aux besoins alimentaires et
nutritionnels des populations.

3.2. RESULTATS

A l’issue des études un dossier technique et financier est fourni:


 Dossier technique  contenant :
- Un mémoire technique (APS) explicatif justifiant les paramètres de base, la faisabilité
socio-économique du projet, la conception et les dispositions techniques particulières
retenues;
- Des annexes composées des données pluviométriques et des pièces graphiques.
 Dossier administratif
- Le devis quantitatif et estimatif du projet

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 6


IV. DONNÉES DE BASE DE LA CONCEPTION ET CHOIX DU TYPE
D’AMÉNAGEMENT

4.1. ÉTUDES TOPOGRAPHIQUES

En référence en la note méthodologique s’appuyant sur les termes de référence (TDR), les
travaux topographiques ont porté sur la mise en place d’une polygonale de base ceinturant la
plaine de Finkolo aussi bien que le maillage en 20X20m dans le but de :
 Délimiter et évaluer la superficie du site à aménager ;
 Déterminer les courbes de niveaux et, le cas échéant, l’ampleur des différentes zones
inondables ;
 Réaliser un profil longitudinal du cours d’eau alimentant la plaine ;
 Réaliser des profils transversaux ;
 Identifier et positionner les points de singularité sur la carte ainsi que tous les détails de
terrain : bâtiments, pistes, jardin, verger, bois sacré, cimetières, points d’eau, etc.
Le dossier topographique établi comprend :
 Un plan topographique à l’échelle de 1/2 000 e;
 Un profil en travers du site au 1/1 000 e (longueur) et 1/100 e en hauteur au droit du site ;
 Un profil en long du cours d’eau au 1/1 000 e (longueur) et 1/100 e en hauteur.
Tous les dessins font apparaître le terrain naturel et celui des courbes de niveau,
l’implantation avec bornage suivant le maillage prédéfini dans le TDR, le rattachement des
bornes ; ainsi que les détails se trouvant au niveau du site (marigots ; thalwegs, jardin, en bref
un état des lieux).

4.1.1. DONNÉES DISPONIBLES

Les données topographiques disponibles pour la réalisation des études sont les cartes au 1/200
000 que le Consultant, a pu se procurer auprès de l’IGM (Institut Géographique du Mali) ; et
autre image Google 3D de la plaine.

4.1.2. MÉTHODOLOGIE ADOPTÉE

4.1.2.1. RECONNAISSANCE DU TERRAIN

La reconnaissance préliminaire a permis :


 D’apprécier les contraintes de terrain enfin de mieux organiser les travaux
topographiques, d’une part,

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 7


 Et de rechercher les options d’améliorations des surfaces dus site existant, d’autre
part.

4.1.2.1. IMPLANTATIONS ET LEVÉS TOPOGRAPHIQUES

Les travaux de terrain ont été effectués à l’aide de la station totale « LEICA TS06 ». Le
transfert des données a été effectué à l’aide du logiciel « leica Géo -office ».
a) Implantation et de la polygonation de base

Après la reconnaissance, l’équipe mobilisée a procédé à la mise en place d’une polygonation


de base servant d’ossature aux levés de détails. La polygonale a été observée à la station totale
et au distance mètre à infrarouge. Les angles horizontaux ont été observés deux fois, ainsi
que les distances, l’une << en coup d’avant >>, et l’autre << en coup d’arrière >>. Chaque
angle zénithal est pris quatre fois ; deux fois << coup arrière >> et de la même façon.

Des bornes en béton ont été implantées de part et autre de la polygonale de manière à ce
qu’elles soient bien visibles l’une de l’autre. Elles ont été nivelées en nivellement direct à
l’aide d’un niveau automatique de précision (type NAK2).
Faute d’avoir une borne du réseau de nivellement général dans la zone ; nous avons rattaché à
l’absolu les cotes de nivellement.
L’équipe mobilisée a également procédé au levé de détails ; des semis des points à tous les 20
m à l’intérieur du bas-fond et un bornage de 200X200m.
b) Levé de détails
Il s’agissait de faire un lever exhaustif de tous les thalwegs intérieurs, des profils en long sur
le lit des marigots aussi bien que le site pouvant abriter le micro-barrage.
Ces levés de profils en long ont été effectués à tous les 50 m et travers tous les 50 m pour les
cours d’eau intérieurs.
L’équipe a levé tous les jardins ou autres occupations de la plaine existantes, et matérialisées
sur le fond topographique conformément aux TDR.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 8


c) Précision des levés
 En planimétrie
La position des sommets des cheminements polygonaux et des bornes a été déterminée de
façon à atteindre une tolérance de 20cm ; la précision sera de 1(un) centigrade pour la
planimétrie (polygonale.
 En altimétrie
Les levés étant réalisés sur le site, les points levés sont reportés à trois dimensions et les
bornes sont implantées à la précision de 1 cm/Km sur les côtes.
N’ayant pas trouvé de repères de nivellement aux envions des 5 km ; les levers n’ont pu être
rattachés au Nivellement Général du Mali.

4.1.2.2. RÉSULTATS OBTENUS

Les levés topographiques ont dégagé une surface de l’ordre 125 ha .

Au regard des TDR, l’étude topographique menée sur la plaine Kokourou a permis :

 La mise en place d’une polygonale de base sur laquelle a été réalisée l’ensemble des levés
topographiques ;
 Le report des informations recueillies sur terrain en coordonnées x, y, z (terrain naturel,
bornes de déport, sommets de la polygonale, courbes de niveau, ouvrages existants, le
profil en long de l’axe des cours d’eau existanst) ;
 Le dessin du profil en long du cours existant ;
 La section transversale des sites pouvant abriter le barrage.

4.1.3. MOYENS HUMAINS ET MATÉRIELS

Pour la réalisation des travaux topographiques de terrain, l’équipe mobilisée comprenait : une
brigade de levés tachéométriques , une équipe de piquetage et de chaînage et un croquiseur.
Le personnel et le matériel suivants ont été mobilisés :
a) Personnel
- Un Ingénieur Topographe,
- Un Opérateur de station totale, Chef d’équipe,
- Un Opérateur topographe pour la manipulation de l’appareil « station totale » ou
nivellement direct ;
- Un contrôleur de la qualité des levés ;
- Deux Porteurs de canne ;
- Un Manœuvre.
Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 9
b) Matériel
- Une station totale de marque LEICA, type TS 06 et ses accessoires,
- du petit matériel : piquets, marteaux, chaînes, coupe-coupe, etc.
c) Logistique
- Un véhicule 4x4 tout terrain,
- Un ordinateur portable,
- Un GPS de navigation à 12 canaux.
d) Traitement des données
Le traitement des données a été fait à l’aide du logiciel leica-géo-office. Les plans ont été
générés à l’aide des logiciels COVADIS et, leur habillage a été réalisé à l’aide du logiciel de
dessin AUTO CAD.

4.2. ÉTUDES HYDROLOGIQUES

Elles ont pour objectif d’étudier les conditions de remplissages de la réserve d’une part et
d’estimer la crue contre laquelle il est nécessaire de protéger l’ouvrage d’autre part. L’étude
hydrologique a été menée comme suit :
- Collecte des données pluviométriques ;
- Analyse et traitement des données pluviométriques ;
- Estimation des caractéristiques physiques et morpho- métriques des bassins versants ;
- Estimation de la crue du projet.

4.2.1. COLLECTE DES DONNÉES PLUVIOMÉTRIQUES

Au niveau du village de Finkolo, le nombre d’années des observations pluviométriques ne


permettent pas d’appliquer la méthode d’analyse statistique car, il est inférieur à 30 ans.
Ainsi pour permettre l’application de la méthode, le consultant a collecté auprès de la station
de Sikasso, les donnée relatives à la pluviométrie (annuelle, journalière maximale). La station
de Sikasso couvre, en plus de la ville de Sikasso, les localités environnantes. Le choix de cette
station se justifie par sa proximité de la zone d’études (environ 90 km) (Cf. annexe 1).

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 10


4.2.2. ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES PLUVIOMÉTRIQUES

 Choix du type de loi pour la série des modules pluviométriques annuels


L’analyse fréquentielle repose essentiellement sur le choix du type de loi qui est une méthode
statistique consistant à étudier les évènements passés, caractéristiques d’un processus donné
(hydrologique) afin d’en définir les probabilités d’apparition future. Cette prédiction repose
sur la définition et la mise en œuvre d’un modèle fréquentiel, qui est une description
mathématique du comportement statistique d’une variable aléatoire par le biais de sa fonction
de répartition F(x).

Ainsi, le choix du type de loi susceptible de s’ajuster au mieux aux différentes séries
collectées a été effectué avec la règle de STURGES qui consiste à les découper en plusieurs
classes. La courbe de distribution résultante de ce découpage présente une allure sensiblement
symétrique autour du maximum. Elle ressemble à la courbe en cloche de Gauss.

Par conséquent, la loi qui s’ajuste au mieux à cette série est la loi de Gauss.

 Choix du type de loi pour les données pluviométriques maximales journalières

La démarche utilisée est semblable à celle utilisée pour la loi normale. La loi qui s’ajuste au
mieux aux données pluviométriques maximales journalières est la loi de Gumbel

Les résultats découlant de l’ajustement sont les suivants :

Paramètres Unités Valeurs


Pluie journalière décennale (P10) mm 92.07

4.2.3. ESTIMATION DES CARACTÉRISTIQUES HYDRO MORPHOLOGIQUES


DU BASSIN VERSANT

 Superficie du BV (S)
Le bassin versant en une section droite d'un cours d'eau, est défini comme la totalité de la
surface topographique drainée par ce cours d'eau et ses affluents à l'amont de cette section.

L’approche utilisée pour la délimitation du bassin versant a consisté à :


1. Repérer l'exutoire sur la carte IGN feuille de Banamba (1/200000) ;
2. Repérer le réseau hydrographique ;
3. Repérer les points hauts puis les courbes de niveau autour de ces points hauts ;

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 11


4. Tracer la ligne de partage des eaux en suivant les lignes de crête puis en rejoignant
l'exutoire par une ligne de plus grande pente perpendiculaire aux courbes de niveau.
La superficie du bassin versant délimité par cette approche a été estimée par la technique de
digitalisation.
 Périmètre du BV (P)
Le périmètre stylisé du bassin a été estimé avec la même méthode.
 Indice de compacité de GRAVELIUS
Appelé également coefficient de forme, il correspond au rapport du périmètre du bassin à
celui d’un cercle de même surface. Il est formulé comme suit :
P
Kc  0.28 *
- S

 Longueur (L) du rectangle équivalent


Le bassin versant rectangulaire résulte d’une transformation géométrique du bassin dans
laquelle on conserve la même superficie, le même périmètre (ou le même coefficient de
compacité) et donc par conséquent la même répartition hypsométrique. Les courbes de niveau
deviennent des droites parallèles au petit côté du rectangle. La climatologie, la répartition des
sols, la couverture végétale et la densité de drainage restent inchangées entre les courbes de
niveau. On définit les grandeurs (L) et (l) représentant respectivement la longueur et la largeur
du rectangle équivalent
Kc  S  1.128 2 
L( km)   1  1  ( ) 
- 1.128  Kc 

Kc  S  1.128 2 
l ( km)   1  1  ( ) 
- 1.128  Kc 

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 12


Avec L et I la longueur et la largeur du rectangle, et Kc coefficient de forme et S l'aire du
bassin versant.

Figure 1: Bassin versant

 Indice global de pente


Indice caractérisant le relief d’un bassin, il est défini par la formule :
H 5%  H 95%
Ig (m / km) 
- L

Le bassin est vaste (environ 103,85km²) et les courbes de niveau existent au niveau du bassin
versant. Ce qui fait que la méthode préconisée par le CIEH pour l’estimation de l’indice
global de pente n’est plus valable. Ainsi, pour estimer l’Indice global de pente, le Consultant a
établi en premier lieu la courbe hypsométrique sur laquelle il a déterminé la différence
d’altitude entre les pourcentages de surface de 5% et 95%. Par ailleurs, une courbe
hypsométrique donne une vue synthétique de la pente du bassin et elle représente la
répartition de la surface du bassin versant en fonction de son altitude.

 Temps de base

Conformément à la méthode ORSTOM révisée 1993, le temps de base décennal est estimé à partir des
abaques.
Les résultats obtenus à travers l’utilisation des différentes formules ci-dessus citées sont
consignés dans le tableau 1 :

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 13


Tableau 1: Caractéristiques du bassin versant

Paramètres Valeurs Unités


Surface du BV (S) 103,85 km2
Indice de compacité ( Kc) 1,36
Périmètre (P) 49,5 km
Longueur du rectangle équivalent (L) 19,15 km
Largeur du rectangle équivalent (l) 5,42 km
Indice global de pente (Ig) 3,84 m/km
Temps de base 48 141,1137 s
Classe de relief R3
Classe de perméabilité P3
Coéfficient de ruissellement(Kr10) 13,062 %

NB : Le réseau hydrographique présente un caractère très radial. Selon les recommandations
de la check liste (cf. Document « Prédétermination des Crues de Fréquence décennale dans les
régions Sahéliennes et Tropicales. Méthode ORSTOM révisée 1993), le temps de base est à
réduire de 30-55%. Le taux de réduction a été pris égal à 42,5%. Le temps de base
initialement estimé à 83723,676 s a été ramené à 48 141,1137 s.

Entre outre, l’écoulement est perturbé par la piste Finkolo-


Nampala et elle recoupe le bassin versant. Sous la piste, il existe
trois (03) buses de diamètre 90mm (cf.photo ci-contre) par
lesquelles transitent une partie du débit maximum et le reste
submerge temporairement la piste .Vu la consistance du radier la
piste arrête freine l’écoulement.

4.2.3.1. CHOIX DE LA MÉTHODE D’ÉVALUATION ET ESTIMATION DE LA


CRUE DU PROJET

La crue décennale est définie comme étant une crue fictive dont les principales
caractéristiques ont une période de retour 10 ans. Plus précisément, c’est la crue provoquée
par une pluie journalière de hauteur décennale.

4.2.3.2. CHOIX DE LA MÉTHODE D’ÉVALUATION DES CRUES

Plusieurs méthodes d’évaluation de la crue décennale existent parmi celles-ci le Consultant a


retenu la méthode ORSTOM révisée 1993 à cause de son domaine de validité (quelques
hectares à 1500km2) qui convient bien à la présente étude et parce qu’elle (méthode
ORSTOM révisée) prend mieux en compte les spécificités du bassin, contrairement à la

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 14


méthode CIEH qui est une méthode statistique basée sur les renseignements des débits de crue
de 162 bassins situés en Afrique Sub-Sahélienne. ;

4.2.3.3. DESCRIPTION ET FORMULATION DE LA MÉTHODE

L’approche de la méthode est celle d’un modèle global « pluie-débit » fondée sur la théorie
de l’hydrogramme unitaire. Le débit de pointe correspondant au ruissellement de la crue
décennale est défini par la relation :
Q10  1000 * A * S * P10 * 10 * Kr10 / Tb10
Avec
Q10 : débit décennal (m3/s)
A : Coefficient d’abattement
S : superficie du bassin versant (km2)
P10 : Pluie journalière décennale (mm)
10  : Coefficient
Kr10  : Coefficient de ruissellement décennal (%). Il a été calculé par interpolation à partir

de deux coefficients Kr70 et Kr100 correspondant à des précipitations de 70mm et 100mm.


Le coefficient Kr10 s’écrit donc :

Tb10  : Temps de base décennal (s)

Les résultats obtenus lors de l’application de la formule sont consignés dans le tableau 2.

Tableau 2: Débit décennal estimé par la Méthode ORSTOM

Paramètre Tb10 S P10 Kr10 Classe de Classe Q10


A 10
s (s) (km2) (mm) (%) relief perméabilité (m3/s)

48141,1137 103,85 0,77 92,07 13,062 2,6 R3 P3 52,14

4.2.3.4. ESTIMATION DE LA CRUE CENTENNALE OU CRUE DE PROJET

La plupart des études concernant le passage de la crue décennale à la crue de projet proposent
une simple relation linéaire du type

Q100 = C. Q10
Dans laquelle C est un coefficient majorateur supérieur à 1.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 15


La méthode qui conduit aux estimations les plus fortes (sécurité maximale) en Afrique de
l’Ouest, utilisée pour calculer le coefficient C de passage à la crue centennale est la méthode
dite du Gradex.
Le principe sur lequel se fonde la méthode consiste à supposer qu'au-delà d'une certaine
période de retour, tout ce qui tombe ruisselle. La période de 10 ans, correspondant à la
précipitation ayant engendré la crue décennale, est utilisée comme seuil. Ceci revient à dire
que le volume ruisselé d'une crue de fréquence plus rare que la crue décennale peut être
obtenue par la sommation des deux termes suivants:
• le volume de la crue décennale;
• le volume correspondant au supplément de précipitation entre l'averse décennale et
l'averse centennale.
Ainsi, la connaissance des précipitations permet d'améliorer l'estimation des débits vers des
périodes de retour plus importantes.
Le coefficient C est fonction des précipitations de même temps de retour pour le temps de
base caractéristique du bassin versant est donné par l'expression suivante

où,
P10 est la précipitation journalière correspondant à une période de retour de 10 ans
P100 est la précipitation journalière correspondant à une période de retour de 100 ans
Tb est le temps de base en heures
Kr10 est le coefficient de ruissellement de la crue décennale (exprimé en fraction et non pas en
pourcentage).
En première approximation, les valeurs suivantes pour le rapport entre précipitations de
fréquence centennale et décennale sont prises égale à :
(P100-P10)/P10 = 0,45 en zone sahélienne
0,38 en zone tropicale.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 16


Tableau 3: Débit centennal

Q10 (retenu) C Qp
52,14 2 104,28

4.2.3.5. ÉTUDES DES APPORTS

Aucune donnée hydrométrique n’est disponible sur le cours d’eau. Pour mener à bien cette
étude, le consultant a opté pour des formules théoriques permettant d’évaluer l’écoulement
moyen annuel à partir des données climatiques générales.
Le principe de la méthode d’évaluation consiste à estimer le déficit moyen annuel et à
considérer que, globalement l’eau non consommé par évaporation contribue à l’écoulement au
niveau du bassin versant. Cela revient à négliger en particulier les pertes par infiltration
profonde qui percolent au-delà du bassin versant. La formule la plus courante est celle de
TURC qui donne le déficit d’écoulement moyen annuel D exprimé en millimètre (mm).

P= Pluviométrie moyenne annuelle (mm)

est la température moyenne annuelle (°C)

Le coefficient d’écoulement est défini par 

Ce résultat est un résultat moyen, mais on doit s’assurer que la retenue se remplit aussi en
année quinquennale sèche et en année décennale sèche .Il existe une corrélation qui permet
de déterminer les coefficients d’écoulement correspondants :

Selon les littératures, pour un cours d’eau non jaugé, les apports s’estiment avec la formule
suivante :
V ( m3)  1000  Le ( mm)  S ( km2)

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 17


Tableau 4: Évaluation des apports
Volume de la retenue
Volume (m3)
(m3)

Apport en année décennale


4 293 692,98
sèche

Apport en année quinquennale


6 555 431,15 287 950
sèche

Apport en année moyenne 10 849 192,74

Conclusion : Les apports sont nettement supérieurs au volume de la retenue. Ce qui signifie
que la retenue se remplira quel que soit l’année.

4.2.4. ÉVALUATION DES PERTES EN EAU


Elles sont au nombre de trois (03) types : évaporation et infiltration et dépôts solides.

4.2.4.1. PERTE PAR EVAPORATION


Elle est la plus importante et dépend de plusieurs facteurs qui sont entre autres :
 La durée de l’ensoleillement ;
 L’exposition au vent ;
 La végétation ;
 La profondeur de la retenue dans une moindre mesure.

Le paramètre climatique (ETP) a été collecté au niveau de la station de Sikasso ville du fait
qu’elle est plus proche de la zone d’études.
  Janv Fev Mars Av Mai Juin Juillet Août Sept Octe Nov Dec
Eto (mm/j) 4,6 5,44 6,13 6,01 5,86 4,76 4,07 3,63 3,71 4,31 4,25 4,34

Il a été constaté après plusieurs expériences que l’évaporation au bac diffère sensiblement de
celle de la surface d’un réservoir essentiellement du fait de plus grandes fluctuations de
température sur une masse beaucoup plus réduite. C’est ainsi qu’on estime la valeur de
l’évaporation des nappes d’eau libres en multipliant les valeurs « bac » par un coefficient
compris entre 0,6 et 0,8. La valeur habituellement considérée pour un Bac « classe A » est 0,7
Le tableau5 récapitule mensuellement l’évaporation sur la retenue.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 18


Tableau 5: Évaporation mensuelle sur la retenue

  Janv Fev Mars Av Mai Juin Juillet Août Sept Oct Nov Dec
Eto (mm/j) 4,6 5,44 6,13 6,01 5,86 4,76 4,07 3,63 3,71 4,31 4,25 4,34
Etret
(mm/j) 3,22 3,81 4,29 4,21 4,10 3,33 2,85 2,54 2,60 3,02 2,98 3,04

4.2.4.2. PERTES PAR DÉPÔTS SOLIDES

Compte tenu de l’agressivité climatique qui caractérise la zone d’études, la concentration des
précipitations se traduit par une forte érosion du bassin versant (ravinement) et des lits des
cours d’eau (sapement des berges). Les apports solides qui résultent sont importants car ils
conditionnent la durée de vie de l’ouvrage notamment dans le cas d’une retenue. Le volume
d’apports solides est fonction de la taille du bassin versant.

Ainsi, plusieurs formules approximatives ont été mises au point afin d’évaluer annuellement
le volume d’apport solide. Parmi elles, la formule de GOTTSCHLAK et celle de l’EIER-
CIEH (Grésillon).

Formule de GOTTSCHALK

S (Km2) : surface du bassin versant ;


D (m3/km2/an) : dégradation spécifique annuelle
V  D*S

Formule de l’EIER-CIEH (Grésillon).


2 , 2
 P 
D  700 *   S  0 .1
 500 
P : pluviométrie moyenne annuelle en mm ;
S (Km2) : surface du bassin versant ;
D (m3/km2/an) : dégradation spécifique annuelle
V  D * S  ; V : volume des débits solides annuels (m3/an)

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 19


Tableau 6: Valeurs des apports solides
Volume
Pluie Dégradation Volume de Durée
Surface S des débits
annuelle spécifique (D) la retenue d'envasement
(km2) solides
(mm) (m³/km2/an) (m3) (an)
(m3/an)
Formule de
GOTTSCHALK 103,85 1107 163,43 16 972,24 287 950 17

Formule EIER-
103,85 1107 76,57 7951,94 287 950 36
CIEH (Grésillon).

Conclusion : La durée d’envasement suivant les deux méthodes est supérieure à 10 ans. Ce
qui signifie la retenue prendra du temps à se combler à cause du fiable dépôt de sédiments
(environ 2cm/an au niveau de la retenue).

4.3. ÉTUDES PÉDOLOGIQUES ET GÉOTECHNIQUES

4.3.1.ÉTUDES PÉDOLOGIQUES
La plaine est située dans le haut bassin de la vallée du Fleuve Niger.
La surface de la plaine est cultivée en riz par submersion non contrôlée, dont les rendements
sont aléatoires et faibles.
Les unités cartographiques établies figurent d’une part, l’étendue dans l’espace des modelés
définis par sa forme, son matériau, son régime hydrologique, les sols, d’autre part, l’étendue
dans l’espace d’un ensemble de facteurs limitant la mise en valeur des terres et liés à la fois aux
caractères et à la dynamique de l’unité.
C’est de ce point de vue que la carte dressée dont l’établissement, demande une démarche
interdisciplinaire présente le plus d’intérêt pour la mise en valeur des terres et de
l’aménagement.
Le but de l’étude des sols étant essentiellement pratique, les caractéristiques des sols présentées
ici sont surtout liées à la mise en valeur des terres en l'irrigation.
Les sols recensés sont formés dans des alluvions récentes des différents cours d’eau du site
concernés formant la plaine. Ces alluvions contiennent une nappe phréatique alluviale, quasi
permanente. On distingue les unités de sols de la dépression, de la bordure de la dépression,
des levées moyennes et du bas versant.
La plupart de ces sols sont caractérisés par une hydromorphie temporaire.
La texture va du limon-argileux à argileux. Les taux de matière organique et les teneurs en
azote sont généralement faibles. La capacité d’échange cationique est vraisemblablement
faible et elle atteint 4 à 12 méq/100 g de terre.
Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 20
Les caractéristiques physiques (capacité de rétention en eau) sont favorables. La quantité en
eau disponible est élevée, due à leur texture fine et peut atteindre 18% (volume). Dans le cas
des cultures irriguées, 6-7% d’eau disponible représente le seuil minimum afin d’obtenir un
rendement satisfaisant. La densité apparente des sols oscille entre 1.4 et 1.6 g/cm3.
Cependant, les sols restent toutefois acides à très acides (4.8 < pH < 5.2, dénaturés, de même
la fertilité naturelle étant faible avec une carence éventuellement en phosphore et en
potassium. Par ailleurs les valeurs d’aluminium échangeable sont élevées dans les sols et
peuvent être toxiques pour certaines cultures telles que tabac, arachide ou cotonnier.
Les teneurs sur les taux d’infiltration sont essentielles dans l’évaluation des problèmes de
submersion. Des mesures d’infiltration ont été effectuées en employant la méthode à double
anneau (à charge variable, après 6 heures). Ces mesures d’infiltration ont montré d’une
manière générale une forte variabilité dans les matériaux de profondeur notamment dans les
ferrugineux tropicaux lessivés hydromorphes à taches et concrétions de la plaine inondable,
ceci malgré la présence des taches d’hydromorphie.

 Caractères propres des diverses unités cartographiques :


 Dépressions argileuses 
Les dépressions argileuses périphériques de la plaine et du bas fond (D-A, D-M) sont
composés de sols lourds à drainage externe et interne réduits (drainage imparfait à pauvre), la
texture fine.
Le relief est peu développé ne demandant pas de gros investissements pour réaliser un bon
nivellement. Les parties basses restent plus longtemps inondées et constituent des mares.
Les sols sont des hydromorphes peu humifères à gley d'ensemble. La vitesse d'infiltration est
en moyenne de 0.6 cm/h.
La réserve en eau est en relation avec leur texture et est en moyenne de 20% pour une
profondeur de 60 cm. La texture de ces sols est fine (30 à 35% d'argile) et dans ce cas, la
riziculture seule semble possible et le terrain est classé en classe S2 D.
En effet, ce sont des sols dont les propriétés hydrologiques (drainage pauvre) ne sont pas
favorables à d’autres cultures que du riz, car cela nécessiterait des travaux de drainage onéreux.
Ces sols sont à vocation rizicole par excellence.
 Sols des levées moyennes et arasée passant à de la carapace en profondeur 
Ce sont des étendues ayant un modelé régulier. Dans l’ensemble la granulométrie est dominée
par une proportion relativement élevée en limons fins.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 21


Le régime hydrologique est dominé à la fois par l'inondation ou l'engorgement saisonnier plus
ou moins important et par une nappe phréatique peu profonde avec un fort battement de nappe
réglé par les crues (moins de 3 mètres à l'étiage).
Tous les sols qui les composent, dans une grande mesure présentent une morphologie similaire
avec quelques variantes liées à la fois à l’épaisseur des matériaux d’épandage, de la
granulométrie et l’existence de la carapace, limono-argileuse, (porosité importante). Les sols
sont Ferrugineux Tropicaux lessivés hydromorphes à taches et concrétions.
Ils sont irrigables et dotés de bonnes qualités physiques pour la mise en valeur des terres et sont
aptes à l'aménagement à condition de respecter une couche de 45 cm de profondeur au moment
du nivellement
 Classe d’aptitude S2d.
Ils conviennent parfaitement bien à la riziculture.
 Sols des bas du versant ou glacis d’érosion (unité G-s)

Ces sols sont peu profonds sur de la cuirasse à partir de 50 cm. Ils sont caractérisés par le taux
élevé en gravillons (50 à 70 %) en surface avec une texture limono-sableuse (terre fine). Ce
sont des sols peu évolués d’érosion.
Ces sols ne sont pas à l’irrigation, d’autre part, les matériaux latéritiques peuvent servir à la
confection des digues.

4.3.1.1. ÉVALUATION DE L’APTITUDE DES TERRES 

L’évaluation de l’aptitude des terres à la culture irriguée (submersion contrôlée) a été


effectuée dans le but spécifique de déterminer les surfaces disponibles ainsi que le degré
d’aptitude des terres à une agriculture intensifiée.
Les aptitudes culturales potentielles pour les différentes spéculations agricoles (la riziculture
irriguée, le sorgho, le maïs et les cultures maraîchères) tiennent compte du régime hydrique
actuel de la zone. Il est clair qu’avec une maîtrise complète des eaux beaucoup de terres
actuellement peu ou marginalement aptes pourraient devenir plus intéressantes dans le cadre
d’un développement rural de la région.
En fonction du nombre et du type de contraintes (par rapport aux conditions optimales)
enregistrées pour chaque unité cartographique la classification d'aptitudes culturales suivante
a été proposée pour le riz, pour le maraîchage et autres spéculations.
Les unités pédologiques sont regroupées en classes, se rapportant au potentiel et aux limites
de production.
Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 22
.Les classes ainsi déterminées sont symbolisées.
Selon les résultats des estimations, les types de sols cartographiés se rangent dans les classes
suivantes d’aptitudes à l’irrigation.
- Classe S2 à aptitude moyenne.
- Classe S3 à aptitude marginale.
Les symboles suivants ont été employés :
(s) limitation due à la texture grossière
(d) drainage modéré, temporairement excès d’eau dans le sol, démontré par
l’apparition de taches d’hydromorphie
(D) : Drainage déficient ; gleyfication dans le bas du profil à cause de la nappe,
drainage difficile.
 Classe S2 Irrigable 

Elle comprend l’ensemble des surfaces agricoles potentielles, irrigables, avec une bonne
aptitude culturale. Les conditions physiques et hydrologiques sont favorables, mais les
réserves limitées en éléments nutritifs ne peuvent assurer un bon rendement que grâce à des
amendements en engrais adéquats contenant des éléments calciques et potassiques.
. On y distingue 2 sous classes :
 Sous classe S2d

Elle regroupe les sols profonds de qualité moyenne pour les cultures irriguées présentant des
défauts de fertilité et de drainage, susceptibles d’être facilement corrigés.
Les sols se caractérisent par des textures moyennes à fines, une structure le plus souvent
faiblement développée en surface. Ils sont acides à très acides et renferment une quantité
faible de matière organique. Les réserves nutritives sont faibles à moyennes et ils sont
carencés en N, P et K. Leur capacité de rétention est assez bonne, le drainage modéré. Ils sont
soumis en à un engorgement d’ensemble saisonnier du fait de leur position topographique, de
leur nature et de la remontée de la nappe phréatique. Ils possèdent une perméabilité faible à
moyenne.
Ces sols appartiennent aux unités pédologiques L-M.
 Aptitudes culturales

Les sols de cette sous classe conviennent bien à la culture du riz. Ils sont aptes aux cultures
céréalières en irrigation (maïs, sorgho), aux cultures légumières types tomate, oignon, gombo,
concombre, poivron, aubergine et aux cultures fourragères etc.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 23


 Sous classe S2D

La sous classe S2D est composé de sols ne permettant que quelques cultures irriguées sous
réserve d’implantation d’un système de drainage efficace.
Ils sont profonds et caractérisés par une texture moyenne à fine, des pH très acides et des
réserves nutritives moyennes à bonnes. La matière organique y est assez fournie. Ils sont
carencés en P  et K. Leur capacité de rétention en eau est bonne, et le drainage est très pauvre
à pauvre et drainabilité très réduite. Ils présentent aussi certaines contraintes limitant leurs
utilisations agricoles dues :
- à la présence, à faible profondeur d’un horizon très cohérent
- aux caractères vertiques.
Ces sols appartiennent aux unités pédologiques D-A D-M.
 Aptitudes culturales

Les sols conviennent bien à la culture du riz, à la culture du sorgho si le drainage est contrôlé.

 Classe S3 Moyennement irrigable

Cette classe comprend les sols à aptitude moyenne à la culture irriguée. Les propriétés
physiques et chimiques sont peu favorables (texture grossière, lessivage) et la fertilité
naturelle est déficiente.
Le rendement moyen, en cas d’apport d’engrais compensatoire, est suffisant. On distingue la
sous classes.
 Sous classe S3s 

La sous classe S3s regroupe des terres de qualité faible pour les cultures irriguées accusant un
déficit hydrique remarquablement élevé surtout en saison sèche. Ce sont des sols de texture
moyenne, à structure faiblement développée, généralement moyennement profonds ayant des
pH acides à très acides, des réserves nutritives faibles à moyennes, une capacité de rétention
en eau moyenne, une faible disponibilité en eau utile et présentant une perméabilité faible à
élevée et un drainage modéré. Ils sont carencés en N, P et K.
Les principales contraintes leurs utilisations se rapportent surtout à leurs propriétés
hydrodynamiques (perméabilité, capacité de rétention en eau) et à la topographie.
Ces sols appartiennent aux unités G-S.
 Aptitudes culturales :

Ces sols sont pratiquement inaptes à l’irrigation pour les glacis d’épandage suite au drainage
excessif, à la texture trop grossière et à la fertilité naturelle très faible.
Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 24
Dans le cadre de la diversification des cultures, ces sols pourraient être réservés à la culture du
mil et ils sont aptes au maraîchage et à l’arboriculture.

Figure 2: Carte pédologique

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 25


Figure 3: Carte d'aptitude des sols

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 26


Tableau 7: Résumé de l'Aptitude des sols

Classe Unités Aptitudes à la culture irriguée


d’aptitudes morphologiquement Contraintes Potentialités Superficie (ha)
Symboles
Texture grossière en surface Marginalement irrigable.
Classe S3s G–S Culture vivrière, fruitières 22 .88

Inondation temporaire, peu Irrigation cultures vivrières riz en


L-M profond. saison pluviale et maraîchage en
Classe S2d contre saison 66.59
Submersion et drainage mal Irrigable
assurés. Drainage déficient. - Riz inondé 53.84
Classe S2D D-A et D-M - maraîchage en contre saison
- cultures de décrues

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 27


LES PROFILS REPRESENTATIFS FINKOLO
COORDONNEES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES
PROFIL X Y PROFONDEUR STRUCTURE TACHES CARAPACE CONCRETIONSPLASTICITE TEXTURES
20 polyedrique Pas Pas Pas plastique collant
Limono-Argileuse
1 803700 1343470 50 polyedrique quelques Pas Pas plastique collant
Argileuse ˃50 nappe
20 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
40 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
2 803600 1243220 55 polyedrique Nombreuses Pas Concretions peu plastique collant
Argileuse ˃55 nappe
20 polyedrique Pas Pas Pas plastique collant
Limono-Argileuse
40 polyedrique quelques Pas Pas plastique collant
Argileuse
3 802270 1243230 50 polyedrique Taches Pas Nombreuses plastique collant
Argileuse ˃50 nappe
20 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
40 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Argileuse
4 802210 1243170 60 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Argileuse ˃60 nappe
30 polyedrique Pas Pas Pas plastique collant
Limono-Argileuse
60 polyedrique quelques Pas Pas plastique collant
Argileuse
5 802460 1243050 70 polyedrique Taches Pas Concretions plastique collant
Argileuse ˃70 nappe
20 polyedrique Nombreuses Pas Pas plastique collant
Limono-Argileuse
50 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
6 803420 1242950 95 polyedrique Nombreuses carapace Concretions peu plastique collant
Argileuse ˃95 nappe
20 polyedrique Pas Pas Pas plastique collant
Limono-Argileuse
40 polyedrique quelques Pas Pas plastique collant
Argileuse
7 803380 1243100 60 polyedrique Taches carapace Concretions plastique collant Argileuse ˃60 nappe
20 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
40 polyedrique Nombreuses Pas Concretions peu plastique collant
Argileuse
8 803590 1243400 80 polyedrique Nombreuses Pas Nombreuses peu plastique collant
Argileuse ˃80 nappe
30 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
60 polyedrique Nombreuses Pas Concretions peu plastique collant
Argileuse
9 802880 1243070 90 polyedrique Nombreuses Pas Nombreuses peu plastique collant
Argileuse ˃90 nappe
20 polyedrique Nombreuses Pas Pas plastique collant
Limono-Argileuse
50 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
10 804750 1242280 95 polyedrique Nombreuses carapace Concretions peu plastique collant
Argileuse ˃90 nappe
20 polyedrique Pas Pas Pas plastique collant
Limono-Argileuse
40 polyedrique quelques Pas Pas plastique collant
Argileuse
11 804450 1242400 90 polyedrique Taches carapace Concretions plastique collant Argileuse
20 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
40 polyedrique Nombreuses Pas Concretions peu plastique collant
Argileuse ˃80 nappe
12 804200 1242600 80 polyedrique Nombreuses Pas Nombreuses peu plastique collant
Argileuse
30 polyedrique Nombreuses Pas Pas peu plastique collant
Limono-Argileuse
60 polyedrique Nombreuses Pas Concretions peu plastique collant
Argileuse
13 803850 1242990 70 polyedrique Nombreuses Pas Nombreuses peu plastique collant
Argileuse ˃70 nappe
20 polyedrique Nombreuses Pas Concretions peu plastique collant
Limono-Sableuse
14 802460 1243270 55 polyedrique Nombreuses carapace Nombreuses peu plastique collant
Limono-Argilo-Sableuse ˃55roche

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 28


4.3.2. ÉTUDES GÉOTECHNIQUES
La reconnaissance géotechnique a consisté en l’exécution sur l’axe du site d’ouvrage des
sondages par puits manuels. Le Consultant a ensuite procédé aux prélèvements d’échantillons
pour des essais au laboratoire. Ces essais ont permis de déterminer les caractéristiques
géotechniques ci-dessous indiquées :
 la teneur en eau naturelle
 la densité apparente
 la cohésion C (daN/cm2)
 l’angle de frottement interne φ (°)
Le résultat des essais est consigné dans le tableau 7.
Tableau 8: Caractéristiques mécaniques du sol de fondation

Densité Densité Teneur Angle de


Axe Sondage Prof. Cohésion
Humide Sèche en eau Frottement
n° n° (m) C (t/m²) Nature
γh (t/m3) γd (t/m3) W (%) φ(°)
Limon
1 2 1,5 1,47 1,52 22 2,6
argileux
1
2 1,5 1,64 1,61 2,04 20 2,7 Argile

4.3.2.1. DÉTERMINATION DE LA CONTRAINTE DE RUPTURE (CAPACITE


PORTANTE DU SOL)
Conformément au DTU n° 13.12 mars 1988 «Règles pour le calcul des fondations
superficielles », la valeur ultime qadm a été calculée à partir des résultats d’essais
géotechniques du sol de fondation.
En général, les essais de laboratoire conduisent à la connaissance de 3 paramètres suivants :
 C : cohésion
  : angle de frottement interne
  : masse volumique
Pour l’évaluation de la contrainte de rupture, le Consultant a utilisé la méthode de
superposition de TERZAGHI qui consiste à additionner trois termes :

 Le premier terme est le terme de surface (ou de pesanteur), car

il est fonction de la largeur de la fondation B et du poids volumique ɣ du sol sous la


fondation ;

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 29


 Le deuxième terme ( ) est le terme de cohésion. C’est la charge limite pour

un sol frottant et cohérent, mais non pesant ;

 Le troisième terme ( est le terme de surcharge de profondeur.

Ainsi, la contrainte de rupture sera égale à :


,
Où :
- D est la profondeur d’ancrage du déversoir dans la fondation (0,5m) ;

- est le poids volumique du sol (1,64t/m²) ;

- est la cohésion du sol (20t/m²) ;

- sont des facteurs de capacité portante appelés terme de surface, terme de

profondeur et terme de cohésion.

Les valeurs de ci-après sont celles fournies par le DTU 13.12.

Tableau 9: Valeurs des facteurs de portance

20 3,50 6,40 14,80

La contrainte admissible qadm estimée est renseignée dans le tableau 9


Tableau 10: Contrainte admissible

D(m) C(t/m²) Qadm


(t/m²)
3,50 6,40 14,80 0,5 20 1,64 43,03

4.3.2.2. ZONE D’EMPRUNT DES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION


Sable : La zone est située au sud-ouest et à 32,400Km de la plaine.
Gravier: La zone est située à l’ouest et à 50m de la plaine.
Moellon+gravier : La zone est située au sud-ouest et à 400m de la plaine.
Latérite: La zone est située à 150m et au sud-est de la plaine.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 30


Figure 4: Carte d'indication des zones d'emprunt de sable et de gravier

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 31


Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 32
Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 33
Figure 5: Carte d'indication de la latérite

4.4. PROPOSITION D’AMÉNAGEMENT

4.4.1. JUSTIFICATION DE L’AMÉNAGEMENT


 Adhésion et cohésion de la population autour des aménagements;
Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 34
 Pas de conflit foncier par rapport au site ;
 Pas de conflit entre agriculteurs et éleveurs ;
 Bon niveau d’organisation et mobilisation pour l’exécution des travaux
communautaires.

4.4.1.2. JUSTIFICATION TECHNIQUE

- Morphologie du bas fond favorable à la réalisation des seuils en cascade


- Aptitudes des sols aux cultures sèches et au maraîchage,
- Sécurisation de 120 hectares en culture inondée.
- Retrait précoce des eaux de surface des zones favorables au maraîchage empêchant
ainsi les cultures de boucler leur cycle végétatif.

4.4.1.3. SCHÉMA D’AMÉNAGEMENT

Sur la base des recommandations formulées lors de l’atelier de restitution du rapport d’APS,
le schéma retenu pour l’aménagement de la plaine de Kokourou est l’érection d’un ouvrage.
Il comportera un évacuateur de crues prolongé par des digues en pierres jointoyées avec la
latérite gravillonnaire.

4.4.2. CALAGE DU PLAN D’EAU

Le calage du plan d’eau normal ou côte de déversement d’un ouvrage de retenue est à la fois
économique et topographique. En effet un plan d’eau calé très haut peut entrainer un ouvrage
très coûteux dépassant les moyens financiers disponibles. À l’inverse, les besoins en eau
peuvent nécessiter un ouvrage plus important que ce qui est techniquement réalisable au plan
topographique ou hydrologique.
Caler un plan d’eau revient à fixer le NNE (Niveau d’eau normal). Ainsi, le Consultant a fixé
le niveau d’eau normal (NNE) de l’ouvrage à 321,50 pour :
- Éviter la submersion de la piste « Finkolo-Nampala » pendant plusieurs mois ;
- Éviter que les ouvrages qui sont situés en amont ne fonctionnent en régime noyé.
En outre, il permet de sécuriser au mieux les zones favorables aux cultures (cf. carte
d’aptitude pédologique).
Tableau 11: Superficie sécurisée
Niveau d’eau normal Superficie (ha) Superficie (ha)
brute sécurisée avec la retenue brute sécurisée par effet
(NNE) nappe

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 35


321,50 73,39 51,61

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 36


322,5

322

321,5

321
Côte (m)

320,5

320

319,5

319
- 50 000 100 000 150 000 200 000 250 000 300 000 350 000 400 000 450 000 500 000
Volume (m³)
Figure 6: Courbe Hauteur-Volume

Figure 7: Courbe Hauteur-Surface

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 37


4.5. DIMENSIONNEMENT HYDRAULIQUE DES OUVRAGES

4.5.1. CHOIX DU TYPE D’ÉVACUATEUR DE CRUE

Placé dans le corps d’un barrage, un évacuateur de crue est un dispositif de sécurité qui
permet d’assurer convenablement l’évacuation des trop-pleins et leur restitution adéquate
dans le thalweg en aval. Il est constitué dans le cadre de cette étude de deux organes :
 Un organe de contrôle du débit (déversoir, vanne) ;
 Un dissipateur d’énergie installé au pied du déversoir.
Il existe plusieurs types d’évacuateurs de crue d’hydraulicité différente (central et latéral),
parmi lesquels l’évacuateur de surface à entonnement frontal. Ce type d’évacuateur a été
choisi à cause de  sa sécurité de fonctionnement, son facilité d’entretien et de la topographie
du site. En outre, parce qu’il restitue directement le débit dans le lit mineur via un bassin de
dissipation partiellement intégré dans le profil du barrage.
Il (évacuateur de type frontal) fonctionne en régime dénoyé avec un bon coefficient de débit.
Contrairement à l’évacuateur de type frontal, le fonctionnement de l’évacuateur de type latéral
est moins efficace (possibilité de régime noyé) et il se pose le problème de restitution des
eaux au point bas du thalweg. En outre, l’évacuateur de type latéral nécessite également les
organes suivantes : un canal à fond plat, un canal à forte pente ou coursier. Ce qui fait qu’il
n’a pas été retenu et en plus le site ne s’y prête pas pour l’édification de cette nature.’

H1 Variable Lame déversante Talus aval 


H1 Variable 1
Mur étanche

TN TN

Enrochement
Bêche d’ancrage

Bassin de dissipation Drain horizontal

Tranchée
étanche

Figure 8 : Profils en travers type du seuil

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 38


4.5.2. CONCEPTION DE L’ÉVACUATEUR

Pour un débit donné, le Consultant a le choix entre un déversoir très long entrainant une
charge hydraulique très faible et un déversoir très court avec une charge hydraulique
importante.
Le choix du Consultant s’est porté sur un déversoir très long au lieu d’un déversoir très court.
Parce qu’il réduit d’une part la charge de déversement sur le déversoir et d’autre part le coût
de l’investissement. À contrario, le déversoir très court exige des ouvrages de renforcement ce
qui augmente le coût de l’investissement.
Dimensionner un évacuateur de crues consiste à :
- Déterminer la longueur déversante ;
- Calculer la profondeur, la longueur et la largeur du bassin de dissipation ;
- Calculer les ouvrages annexes.
Calculer les ouvrages annexes.
-

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 39


 DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR DÉVERSANTE
Le Consultant a fait en premier lieu une hypothèse de longueur déversante puis il a calculé la charge
sur le seuil sans tenir compte de l’effet de laminage à cause de la surface du plan d’eau (très faible)
qui ne permet pas de bénéficier d’un bon laminage. À l’issue de plusieurs itérations, les résultats
obtenus sont consignés dans le tableau 11
Tableau 12: Caractéristiques dimensionnelles du déversoir
Qp
Charge d’eau au-dessus du seuil (m) Longueur du déversoir (m)
(m3/s)
0,35 284,24

 PROFONDEUR, LONGUEUR ET LARGEUR DU BASSIN DE DISSIPATION

Faisant suite au versant aval du déversoir, le bassin de dissipation a pour rôle de dissiper l’énergie
cinétique issue du déversement. Le bassin permet la transition entre l’écoulement rapide de l’eau
(écoulement torrentiel) et un écoulement tranquille (écoulement fluvial). Il se crée à la jonction de
ces deux écoulements un ressaut hydraulique. Le ressaut se manifeste par une brusque surélévation
(discontinuité) de niveau d’eau sur une très courte distance. En plus, il est accompagné par des
mouvements très turbulents avec des instabilités à la surface (ondulation et entrainement d’air)
Le dimensionnement du bassin de dissipation se résume à :
Caler la côte du fond du bassin de dissipation ;
-

Déterminer la longueur du ressaut ;


-

Déterminer la revanche.
-

L’enfoncement a été pris égal à 30cm ceci afin de réduire les travaux de terrassement.
La longueur du ressaut est par définition la distance entre sa face amont et la zone atteinte lorsque
toute l’énergie est pratiquement dissipée et ne provoque plus d’érosion que l’écoulement fluvial,
plusieurs formules ont été proposées pour sa détermination. Parmi toutes celles-ci, le Consultant a
retenue celle proposée par SINNIGER et HAGER et elle formulée comme suit :

valable au-delà de F1=3

Pour déterminer la position du ressaut, le Consultant a appliqué la méthode dite de ≪


conjugaison ≫. Cette méthode repose en effet sur l’équation de conjugaison.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 40


Cette équation fournit les hauteurs de part et d’autre du ressaut, Y2 (hauteur aval) et Y1
(hauteur amont).

La revanche du bassin de dissipation a été calculée par application de la formule suivante :

Ainsi, les caractéristiques dimensionnelles résultantes du dimensionnement sont récapitulées


dans le tableau 12

TABLEAU 13: CARACTÉRISTIQUES DIMENSIONNELLES DU BASSIN AU DROIT


DES POINTS PARTICULIERS DE L’OUVRAGE
N° profils Hauteur du
Épaisseur du Largeur
Enfoncement Revanche seuil
bassin de du bassin
(m) (m) terminal
dissipation (m) (m)
(m)
P41 au droit des pertuis
0,3 0,20 3,07 0,82 0,3
(point le plus bas)
P12a au droit de l’ouvrage
de raccordement (rive 0,3 0,2 2,95 0,54 0,3
gauche)
P69 au droit de l’ouvrage
de raccordement (rive 0,3 0,2 3,04 0,69 0,3
droite)

 LONGUEUR DE PROTECTION APRÈS LE BASSIN DE DISSIPATION


L’approche utilisée est de dissiper l’énergie résiduelle après le ressaut dans un volume d’eau de
3CV/m³ . La puissance résiduelle à dissiper peut être évaluée par :

: Efficience du ressaut

Pr : puissance résiduelle en (CV) ;

Q : Débit (m³/s)

He : hauteur d’énergie (m)

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 41


Le volume nécessaire à la dissipation de Pr est :

La longueur de protection a été calculée par application de la formule suivante :

Y2 : profondeur d’eau après le ressaut

Ld : longueur de déversement (m)

Efficience Q He Pr V (m³) Y2(m) Ld Lp


du ressaut (m³/s) (m) (Cv) (m) (m)
(E2/E1)

0,24 104,28 0,90 2,2 1 892,11 297,37 0,50 284,24 2,50

 INFILTRATIONS SOUS L’OUVRAGE


La circulation d’eau sous l’ouvrage peut avoir comme conséquence l’entrainement des particules
solides et l’affouillement des fondations de l’ouvrage pouvant entrainer sa destruction. Il existe une
règle empirique pour dimensionner les tranchées d’ancrage et la fondation des ouvrages appelée Règle
de LANE. La règle de LANE s’exprime comme suit :

Lv Lh C H

P41 au droit des 7,4 8,545 2 (argile 1,9


pertuis (point le moyenne)
plus bas)

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 42


Figure 9 : Bassin de dissipation

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 43


ÉTUDES DE STABILITÉ

 DONNEES DE BASE
Contrainte admissible du sol de fondation
43,03t/m²
Poids volumique du béton cyclopéen 2,3t/m³
Coefficient de frottement béton/terrain 0,35
Poids volumique de l’eau 1t/m³

 BILAN DES SOLLICITATIONS

 Poids de l’ouvrage
Le poids exercé par l’ouvrage sur la fondation et est égal au produit des volumes des matériaux
utilisés par leurs masses volumiques respectives.
Volume Vi
Éléments Surfaces Si (m) (m3) Xgi Si * Xgi
1 1,32 1,32 2,55 3,366
2 2,475 2,475 1,5 3,7125
3 0,57 0,57 1,425 0,81225
  4,365 4,365   7,89075
Position du centre de gravité

=1,81m

1
H
1
W1
W2
D

W3 e

Origine

Figure 10 : Schéma d’inventaire des forces

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 44


H : Hauteur de l’ouvrage 1,90 m ;
D  : Enfoncement 0.30 m ;
E : Epaisseur de l’ouvrage 0.60 m ;
e : Epaisseur du bassin de dissipation 0.20 m ;
Wi : Poids élémentaires de l’ouvrage en tonne t.

 Poussée de l’eau
Elle s’exerce perpendiculairement au parement amont. Elle est donnée par l’expression
suivante :
 SANS DÉVERSEMENT DE L’EAU

Le diagramme des pressions a la forme d’un triangle. La poussée s’exerce au centre de


gravité du triangle

1
H
F 1

W L

D P

B
Origine

Figure 11 : Diagramme des forces sans déversement

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 45


 AVEC DÉVERSEMENT DE L’EAU

Où désigne le poids volumique de l´eau qui vaut : 10kN/m3 pour une eau pure

11 à 13 KN/m3 pour des eaux chargées et 16 à 19 KN/m3 pour des vases ou boues.
Le diagramme des pressions a la forme d’un trapèze. La poussée s’exerce au centre de
gravité du trapèze

E
h

1
H
F 1

W L
P
D h
e

B
Origine

Figure 12 : Diagramme des forces avec déversement

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 46


 Sous-pressions 
Quelle que soit la qualité du sol de fondation, l’eau y pénètre progressivement, cela est dû à la
porosité du sol de fondation .Ces interstices dans le sol de fondation sont remplies d’eau qui
exerce une pression sur les parois ; cette pression joue un rôle particulièrement important
dans la stabilité de l’ouvrage à la surface de contact de l’ouvrage et son sol de fondation.

Pour l’évaluation de la sous-pression, le Consultant a fait les hypothèses suivantes :


Les sous-pressions sous l’ouvrage sont reparties sous la forme d’un diagramme
-
trapézoïdal ;
La maximale de la sous-pression au pied amont décroit linéairement jusqu’à une valeur
-
égale au niveau d’eau au pied aval ;
Le tapis filtrant sous l’ouvrage est efficace à 40%.
-

 Stabilité au renversement 
S’il y a renversement, il a eu lieu par rapport à l’axe matérialisé par le pied aval de l’ouvrage et que la
somme algébrique des forces horizontales ( Pe ) est suffisamment plus grande que celle des forces
verticales (W-U) pour que la résultante des forces appliquées sur l’ouvrage ( R ) sorte des limites de
la surface de la base (b ).
Mr désigne le moment résultant des forces appliquées à l’ouvrage par rapport au centre de gravité de
la base G ;
Mr le moment résultant des forces tendant à renverser l’ouvrage ;
Ms le moment résultant des forces tendant à stabiliser l’ouvrage
Et si e désigne l’excentricité de la résultante par rapport à G et F un coefficient de sécurité au
glissement variant de 1 à 2,5 .
Ici on prend F égal à 1, compte tenu des dimensions de l’ouvrage.
M sb
La stabilité au renversement est assurée si F
M rb

 Sans déversement
STABILITÉ AU RENVERSEMENT  
Moments stabilisants 18,15 tm
Moments Renversants 7,19 tm
Coefficient de sécurité (F) 2,52>1,5 (vérifié)

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 47


 Avec déversement
STABILITE AU RENVERSEMENT  
Moments stabilisants 18,15 tm
Moments Renversants 9,57 tm
Coefficient de sécurité (F) 1,89>1,5 (vérifié)
Conclusion : La stabilité au renversement est assurée pour les deux cas de figure

 Stabilité au glissement 

Vérifier la stabilité au glissement revient à comparer les forces tangentielles T avec la


résistance R´ au glissement du terrain de fondation.
Si T représente la somme algébrique des forces horizontales appliquées à l’ouvrage et N celle
des forces verticales.
R '  C * b  N * tg  Pb

Où Pb est un terme qui correspond à la mobilisation de la butée en pied d’ouvrage pris ici
nul car l’ouvrage sera conçu de sorte qu’il soit immobile. C désigne la cohésion et  l’angle
de frottement interne du terrain.
Le sol de fondation étant argileux, d’où C peut être différent de zéro ou égal à zéro suivant
qu’il soit saturé ou pas.
Pour tenir compte du degré d’incertitude dans la détermination de C et  du terrain de
fondation, un coefficient de sécurité de 1,3 a été appliqué sur le frottement et 2 sur la cohésion
ce qui nous donne
b tg
R'  C * N*
2 1.3
Pour qu’il n’ait pas de glissement la somme des forces horizontales (Pe) entraînant le
glissement doit être inférieure à R´ d’où
(W  U ) * tg
F
T

 (W  U )  tg 1
D’où  Pe
 Sans déversement
STABILITE AU GLISSEMENT
Forces stabilisatrices (W-U) 8,415 t
Forces de renversement (P) 1,805 t
Valeur de
0,35
Coefficient au glissement 1,63>1 (vérifié)
 Avec déversement

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 48


STABILITE AU GLISSEMENT
Forces stabilisatrices (W-U) 7,688 t
Forces de renversement (P) 2,47 t
Valeur de
0,35
Coefficient au glissement 1,09 >1 (vérifié)
Conclusion : La stabilité au glissement est assurée pour les deux cas de figure

 Vérification de la règle du tiers central


Cette règle permet de vérifier globalement qu’il n’y a pas d’efforts de traction risquant
d’endommager le béton cyclopéen. Pour cela, la résultante des forces doit passer par le tiers
central de la base de l’ouvrage

On doit avoir

Avec

 Sans déversement
e= (Σ M/ ΣFv –B/2) 0,12

B/6 0,475

‌| e | < B/6 OK la base de l'ouvrage est comprimée donc la stabilité est assurée

B 2,85m

 Avec déversement
e= (Σ M/ ΣFv –B/2) 0,31

B/6 0,475

‌| e | < B/6 OK la base de l'ouvrage est comprimée donc la stabilité est assurée

B 2,85m

 Stabilité au poinçonnement
Il n’y a poinçonnement quand la contrainte de référence est inférieure à la contrainte
admissible du sol q adm . Pour donc vérifier cette stabilité nous devons prouver que :
 ref  q adm

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 49


N 6.e
 ref  (1  )
Avec b b si 0 <e< b/6
2.N
 ref 
b
3(  e)
2 Si b/6<e<b/2

 Sans déversement
STABILITÉ AU POINÇONNEMENT  
contrainte maximale
3,72 t/m²<43,03 t/m² (vérifié)
contrainte minimale
2,19 t/m²
Contrainte admissible du sol 43,03 t/m²

 Avec déversement
STABILITÉ AU POINÇONNEMENT  
contrainte maximale 4,45 t/m²²<43,03 t/m² (vérifié)
contrainte minimale 0,94 t/m²
Contrainte admissible du sol 43,03 t/m²

La contrainte maximale est inférieure à la contrainte admissible de sol de fondation (argile)


alors la stabilité au poinçonnement est assurée

4.5.3.DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES DE RACCORDEMENT


Puisqu’ils seront en digue de pierres, leur dimensionnement consistera à :
Déterminer la largeur en crête ;
-

Adopter des profils de pente qui donneront la stabilité à l’ouvrage sans que celles-ci ne glissent
-
vers le bas du talus ;
Déterminer la revanche.
-

 REVANCHE
Elle (revanche) est la différence de côte entre le PHE (Plus hautes eaux correspondant à la crue de
projet) et la crête pour éviter la submersion des ouvrages de raccordement par les vagues, il existe
plusieurs formules basées notamment sur la vitesse du vent (V) et la longueur du plan d’eau (ou fetch)
F qui permettent d’abord de calculer la hauteur des vagues (h). Parmi les formules empiriques, celle
de MALLET et PACQUANT a permis au Consultant d’évaluer la hauteur des vagues à partir du
fetch (F) :

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 50


La vitesse de propagation des vagues a été évaluée avec la formule de GAILLARD

Où h est la hauteur des vagues

La valeur de la revanche est généralement calculée par la formule suivante :

F (fetch) (km) Hauteur h(m) V(m/s) R (m)

2,479 1,02 3,54 1,40

Pour minimiser le coût de l’investissement, le Consultant a retenu comme revanche la valeur de


0,60m.

 LARGEUR EN CRÊTE

Le consultant a utilisé la formule empirique de KNAPPEN pour la déterminer :

avec H (m) la hauteur du barrage

Ainsi :

Côte terrain naturel (CTN) Côte projet (CP) (m) H (m Largeur (m)
(m)

Rive gauche 321,40 322,50 1,10 2,00

Rive droite 320,56 322,50 1,94 2,00

 PENTES DES TALUS

La pente des talus résulte de l’analyse des conditions de stabilité mécanique du massif et de ses
fondations. En l’absence d’étude fine, le Consultant a adopté une 1/2 pour les talus amont et aval.
L’adoption de ce profil de pente nous parait optimale compte tenu de la nature des matériaux
et en plus il donne la stabilité d’autant plus que les hauteurs des ouvrages de raccordement
sont toutes inférieures à 3m.

4.5.4. DESCRIPTION TECHNIQUE DES OUVRAGES


L’ouvrage sera constitué :

- D’un seuil déversant muni d’un pertuis à trois (03) passes ;


Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 51
- Deux (02) ouvrages de raccordements.

4.5.4.1. Seuil déversant


Il aura un profil trapézoïdal et sera du type « seuil épais ». Le seuil déversant sera
constitué :
 En amont par un mur vertical d’épaisseur 0,60m et de hauteur variable suivant le profil du
terrain naturel. Il sera réalisé en béton cyclopéen dosé à 350 kg/m3 et recevra un enduit
d’étanchéité dosé à 400 kg/m3. Le mur sera ancré dans le sol. L’approche suivante a été
utilisée par le Consultant pour fixer les profondeurs.

Les différentes profondeurs d’ancrage au droit de chaque profil sont récapitulées dans le
tableau 15 (annexe 7) ;

 Le mur d’ancrage sera réalisé comme le mur aérien avec du béton cyclopéen dosé à
350kg/m3.
 En aval du mur vertical, par un massif aval de fruit 1/1 dosé à 350 kg/m3 reposant sur
un tapis filtrant de sable et de gravier d’épaisseur 0,20m soutenu par une bêche. Le
massif aval recevra comme le mur vertical un enduit dosé à 400kg/m3.
 Pour éviter la formation des fissures dans le corps du seuil déversant, des joints de
dilatation assortis de dispositifs anti-infiltrations (water-stop) seront aménagés tous les
10mètres. Chaque joint de dilatation débute dans la fondation et se terminera au niveau de
la crête de l’ouvrage par un joint de caoutchouc.
Le déversoir est prolongé en aval par un bassin de dissipation de fond horizontal et est muni
d’un seuil terminal qui permet d’éviter le déplacement du ressaut à l’aval. Vu l’épaisseur de la
lame déversante, le bassin aura une épaisseur de 0,20m et il sera réalisé en béton cyclopéen à
300 kg/m3. En vue de dissiper l’énergie résiduelle de l’eau après le ressaut, l’aval du bassin
sera protégé par un enrochement libre soutenu par une bêche et qui reposera sur un tapis
filtrant de sable et de gravier d’épaisseur 0,20m.
Les caractéristiques dimensionnelles du bassin de dissipation sont les suivantes :

Enfoncement Épaisseur du bassin Largeur (m) Longueur


(m) (m) (m)

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 52


0,3 0,2 Variable suivant la 284,24
hauteur de chute
Le déversoir sera muni d’ouvrage régulateur constitué de/d’
Trois (03) passes de largeur 1m ;
-

Deux (02) piliers d’épaisseur 0,50 m muni en amont d’un avant bec de forme curviligne ;
-

Deux (02) murs latéraux d’épaisseur 0,50m qui font office de murs bajoyers ;
-

Un seuil de hauteur 0,40m sur lequel reposeront les batardeaux ;


-

Une dalle en béton cyclopéen dosée à 300kg/m3 d’épaisseur 0,2m terminé par un seuil
-
protégé par un enrochement libre soutenu par une bêche.
Une (01) dalle de circulation en béton armé dosé à 350kg/m3 de 0,25m d’épaisseur de
-
largeur 0,60 et de longueur 4,5m ;
Trois jeux de batardeaux métalliques.
-

Les caractéristiques dimensionnelles de l’ouvrage régulateur sont les suivantes :

Côte radier Côte projet Largeur Hauteur d’un Longueur d’un


(Cr) (Cp) d’une passe élément de élément de
batardeaux (m) batardeaux (m)
320,00 321,50 1,00 0,25 1,16

Les passes seront équipées de batardeaux métalliques constitués d’éléments de 0,25m réalisés
avec un cadre en profilés métalliques U100 soutenus par des raidisseurs, d’une tôle plate
d’épaisseur 10/10è soudée sur les cadres. Les batardeaux métalliques seront manœuvrés
manuellement. Les tôles seront en acier doux. Ils recevront 2 couches de peintures. Les
rainures en U120 sur lesquelles coulisseront les batardeaux seront ancrées de 20cm pour les
passes d’extrémités dans le mur bajoyer et le pilier.

4.5.4.2. Ouvrages de raccordement


 Mur de jonction

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 53


D’épaisseur 0,6m, le mur de jonction sera réalisé en béton cyclopéen dosé à 350kg/m³ et sera
muni d’un écran anti-renard pour éviter qu’une ligne de fuite ne se crée. Ces caractéristiques
sont les suivantes :
Largeur en crête  : 2m ;
-

Largeur à la base (rive gauche)  : 5,00 m


-

Largeur à la base (rive droite)  : 8,36 m


-

Fruit de talus amont  :1/2


-

Fruit du talus aval :1/2


-

 Digue en remblai de pierres


Les digues de fermeture seront en enrochement libre jointoyé à la latérite gravillonnaire. Les
talus amont et aval auront une pente de 2(H) /1 (V). Au droit du mur de jonction et sur une
longueur de 5m, l’empierrement de cette portion sera maçonné avec du mortier dosé à
350kg/m³. Sous les digues , la profondeur de la tranchée d’ancrage a été prise égale à 1,00m.
Les caractéristiques des digues sont récapitulées dans le tableau
Tableau 14:Caractéristiques des ouvrages de raccordement

Largeur en crête 2,00m


Pente des talus ½
Longueur rive droite 57,50 m
Longueur rive gauche 83,37m

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 54


V. IMPACTS DES OUVRAGES DE FALABA ET DE KOBADALA
Les impacts sont multiples. Entre autres :

 l’écrêtement des crues hivernales qui jouent un rôle important vis-à-vis de l’hydrogéologie
(recharge des nappes) ;
 Le piégeage des sédiments transférés par le bassin versant dans la retenue. Ces sédiments
fins ont tendance à s’accumuler derrière l’ouvrage de retenue.

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 55


VI. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS
Il ressort de cette étude :
 Il n’existe aucun litige foncier sur le site du projet.  ;
 L’aménagement permettra l’emploi direct de plusieurs jeunes et l’amélioration du cadre
de vie.

Afin d’assurer efficacement la gestion et l’entretien des ouvrages, il est recommandé de :
 Procéder dès le début à la mise en place d’un comité villageois qui jouera le rôle
d’interface entre les différents intervenants sur le projet et les bénéficiaires ;
 Veiller à la participation de la population à la réalisation de l’ouvrage;
 Procéder à la mise en place d’un comité de gestion des ouvrages composés en
majorité des éléments du comité villageois et d’un représentant des services
techniques qui jouera essentiellement le rôle de conseiller en cas de problème ;
 Procéder à la formation de ce comité sur l’ensemble des techniques d’entretien et de
gestion des ouvrages à savoir :
- la réparation des fissures dans le corps des seuils et du bassin de dissipation ;
- l’arrangement et le remplacement des pierres du bassin de protection après
chaque campagne ;
- le nettoyage et le graissage des batardeaux ou vannes ;
 Élaborer des guides de gestion et d’entretien dans les langues locales qu’on mettra à la
disposition du comité. Le guide comprendra les points ci – après :
- présentation de l’aménagement avec un schéma détaillé ;
- explication des principes de fonctionnement des différentes parties de
l’aménagement et leur complémentarité l’un à l’autre ;
- explication des principes de réparation des fissures au niveau du corps du
barrage et du bassin de dissipation ;
- explication du principe de nettoyage et de graissage des vannes ;
- explication du principe d’utilisation des vannes (quand et comment il faut
fermer ou ouvrir un pertuis) ;
 Veiller à la formation continue du comité en leur organisant de temps en temps des
visites d’échanges d’expériences

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 56


VII. ANNEXES

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 57


ANNEXE 1 : DONNÉES PLUVIOMÉTRIQUES

Pan (mm) annuel


Années (mm) Pj (mm)
1981 1220,7 74,4
1982 1045,5 47,0
1983 754,7 44,2
1984 917,5 60,1
1985 1042,2 72,8
1986 1125,5 79,8
1987 957,6 54,1
1988 985,5 87,1
1989 974,9 47,3
1990 979,9 40,6
1991 1371,9 62,8
1992 1381,7 119,6
1993 1148,5 72,7
1994 1268,9 69,7
1995 1014,1 50,1
1996 882,3 78,5
1997 1103,3 75,1
1998 1422,8 66,9
1999 1053,6 66,3
2000 1092,2 69,9
2001 1106,5 70,0
2002 778,6 36,6
2003 1239,5 58,6
2004 1224,7 81,3
2005 1084,9 66,1
2006 1146,7 67,0
2007 1333,8 66,8
2008 911,7 95,2
2009 1104,5 57,1
2010 1227,5 75,0
2011 1009,0 60,0
2012 1513,0 52,0
Source : Direction Nationale de la Météorologie

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 58


ANNEXE 2 : PLAN TOPOGRAPHIQUE ET LISTING DES BORNES
TABLEAU 15: LISTING DES BORNES

BORNE _ FINKOLO
   
N° X Y Z
B1 802268 1243329.96 320.5
BB2 802255.47 1243123.22 320.4
B2 802515.77 1243083.5 320.38
B3 802563.99 1243061.22 320.45
B4 802813.46 1242979.07 320.92
B5 802979.61 1242963.9 320.94
B6 803210.42 1242897.33 321.75
B7 803400.12 1242849.66 321.33
B8 803564.07 1242720.29 322.21
B9 803842.69 1242613.61 322.24
B10 804057.18 1242461.04 322.41
B11 804264.55 1242272.12 323.04
B12 804472.44 1242164.04 323.21
B13 804660.49 1242091.92 323.4
B14 804865.36 1242061.62 323.87
B15 804862.09 1242171.98 323.77
B16 805112.77 1242125.03 324.26
B17 805053.51 1242119.61 324.06
B18 805046.7 1242189.54 324.08
B19 802475.43 1243310.89 321.73
BBS2 802325.59 1243056.94 321.37
BS2 802304.86 1243331.79 320.75
B19 802836.45 1243373.54 321.71
B20 802681.49 1243213.57 320.91
B21 803114.1 1243165.53 321.67
B22 802948.97 1243179.33 321.02
B23 803412.13 1243247.03 321.56
B24 803695.38 1243648.39 321.75
B25 803655.63 1243925.75 322.38
B26 803704.5 1243960.59 322.14
B27 803795.66 1243492.08 322.12
B28 803869.51 1243361.66 321.92
B29 804010.19 1243306.36 322.37
B30 804020.25 1243053.13 322.15
B31 804208.66 1242843.84 322.91
B32 804366.43 1242709.47 323.51

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 59


B33 804528.21 1242599.22 323.7
B34 804711.5 1242512.69 323.96
B35 804922.83 1242472.23 324.44
B36 805084.61 1242435.02 324.47
GR9 803678.37 1243819.06 321.98

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 60


ANNEXE 3 : PROFIL EN LONG DU COURS D’EAU

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 61


ANNEXE 4 : PROFIL EN TRAVERS DU SITE

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 62


ANNEXE 5 : PLAN D’AMÉNAGEMENT

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 63


ANNEXE 6 : PLAN DES BORNES

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 64


ANNEXE 7 : PLAN DES OUVRAGES

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 65


ANNEXE 8 : PROFONDEUR D’ANCRAGE AU DROIT DES PROFILS
(DÉVERSOIR)
Tableau 16: Profondeur d'ancrage
N° des profils Côte terrain Profondeur d'ancrage au
naturel (CTN) droit du déversoir (m)

12a 321,4 1,0

13 321,4 1,0

14 321,38 1,0

15 321,37 1,0

16 321,32 1,0

17 321,21 1,0

18 321,09 1,0

19 321 1,0

20 320,94 1,0

21 320,89 1,0

22 320,86 1,0

23 320,83 1,0

24 320,79 1,0

25 320,63 1,0

26 320,47 1,0

27 320,33 1,0

28 320,19 1,1

29 320,14 1,2

30 320,1 1,2

31 320,05 1,3

32 320,04 1,3

33 319,98 1,3

34 319,95 1,3

35 319,93 1,4

36 319,92 1,4

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 66


37 319,91 1,4

38 319,88 1,4

39 319,84 1,4

40 319,65 1,4

41 319,6 1,6

42 319,67 1,6

43 319,85 1,4

44 319,9 1,4

45 319,96 1,4

46 319,89 1,4

47 319,87 1,4

48 319,94 1,4

49 319,91 1,4

50 319,85 1,4

51 319,87 1,4

52 319,88 1,4

53 319,86 1,4

54 319,84 1,4

55 319,8 1,5

56 319,84 1,4

57 319,89 1,4

58 319,97 1,4

59 320,04 1,3

60 320,11 1,3

320,11 1,3
61
320,09 1,3
62
320,13 1,2
63
320,17 1,2
64
65 320,2 1,2
Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 67
320,26 1,2
66
320,35 1,1
67
320,45 1,0
68
320,56 1,0
69

Etude d’aménagement de la plaine « Kokourou » de Finkolo Page 68

Vous aimerez peut-être aussi