Vous êtes sur la page 1sur 31

Tutoriel commenté d’initiation à

Fluent: profil NACA 4412


UE Fluides et énergie
FLEtc2: méthodes expérimentales et numériques

30/10/2009 (J. Boudet) 1


Introduction
• Fluent est un logiciel de simulation numérique en mécanique
des fluides (CFD: computational fluid dynamics).
• La résolution de l’écoulement sur un domaine nécessite la
mise en place d’un problème aux limites bien posé.
• En mécanique des fluides, le problème aux limites est
constitué :
– d’équations aux dérivées partielles, généralement non linéaires ;
– d’équations de fermeture (lois de comportement, équation d’état…) ;
– de conditions aux limites ;
– de conditions initiales pour les problèmes instationnaires.
• Afin de permettre sa résolution informatique, le problème aux
limite est discrétisé: les équations aux dérivées partielles
sont approchées par des équations élémentaires entre les
nœuds d’un maillage. Fluent utilise une discrétisation par
volumes finis. 2
• La mise en œuvre d’une simulation CFD nécessite :
– la définition du domaine de calcul, délimité par les frontières
extérieures et les structures immergées ; ceci peut se faire à partir
d’un outil de CAO (ex: DesignModeler, Catia) ;
– la génération du maillage (ex: Gambit, Ansys Meshing, ICEM CFD) ;
– la simulation (ex: Fluent) ;
– la visualisation des résultats ou post-traitement (ex: Fluent Post).
• Les maillages utilisés pour cette formation et pour les
travaux pratiques FLE sont disponibles sur la plateforme
pédagogique (FLETC2 – Fluides et Energie – Méthodes
expérimentales et numériques > Documents et liens > Fluent). Dans
cette formation ne seront présentées que la simulation et la
visualisation des résultats avec Fluent.

3
Description du cas-test
• A titre d’illustration, on considère l’écoulement d’air autour
d’un profil d’aile NACA 4412 de corde c=0.1m, pour une
vitesse amont U∞=18m/s et un angle d’attaque =6deg.

α = 6 deg

U ∞ = 18m / s c = 0.1m

→ nombre de Reynolds: Rec ≈ 1.2x105. Malgré la faible valeur


de Rec, on suppose l’écoulement entièrement turbulent
(influence des gradients de pression générés sur l’extrados…).
→ nombre de Mach: Ma ≈ 0.05. On considère l’écoulement
incompressible.

Remarque : cette configuration pourra être étudiée en soufflerie


dans le cadre des travaux pratiques FLE3. 4
Vocabulaire :

bord extrados
d’attaque
bord de
fuite
intrados

corde

Important : dans la suite de ce document, les options à utiliser


pour ce cas-test seront identifiées par un soulignage. 5
Lancer Fluent
Fluent est disponible sous Windows
depuis le menu démarrer > Tous les
programmes > Ansys 12.0 > Fluid
Dynamics > Fluent
→ Choisir la dimension 2D/3D.
→ L’option Double Precision est inutile
pour ce cas test.

← La fenêtre principale
présente :
- les paramètres du calcul (1)
- la console des messages (2)
(3)
- le fenêtre graphique (3)

(1) (2) 6
Lecture du maillage
• File > Read > Mesh : « NACA4412.msh »
• Le maillage apparait en vert dans la zone graphique.
Manipulation: clic gauche pour translater, clic milieu (ou clic
molette) pour dessiner un cadre permettant de
resserrer/élargir la vue (tirer le cadre vers le bas à droite
pour resserrer, et vers le haut à gauche pour élargir).
• Le domaine s’étend loin du
profil, pour réduire le confinement
artificiel de l’écoulement par les
conditions aux limites.

les couleurs des images sont ici


modifiées par rapport à l’interface par
défaut, afin d’améliorer la visibilité 7
• Problem Setup > General > Scale permet de connaître les
bornes du maillage, et de le redimensionner. Le maillage fourni
a été conçu pour une corde de 1m, il faut donc appliquer un
facteur 0.1 selon x et y (Specify Scaling Factors).

→ Après mise à l’échelle,


les bornes du maillages
sont : − 0.6 m ≤ x ≤ 1.2 m
− 1m ≤ y ≤ 1m

← En resserrant la vue au centre


du domaine on observe le profil.
Noter la densification du maillage
pour capturer les couches limites et
le proche sillage. 8
Paramétrage du calcul
• Problem Setup > General : les principales
options sont ici :
– la description temporelle: Steady (= stationnaire)
ou Transient (=instationnaire) ;
– en 2D : le choix entre Planar (=plan),
Axisymmetric (=axisymétrique), et Axisymmetric
Swirl (=axisymétrique avec vitesse azimutale).
• Problem Setup > Models : un double clic (ou
Edit) sur les différentes options permet de les
modifier. On notera particulièrement:
- Energy On/Off : l’équation d’énergie est nécessaire
pour les problèmes thermiques ou compressibles ;
- Viscous : choix entre Inviscid (=non-visqueux), Laminar
(=laminaire) et différents modèles de turbulence
(Spalart-Allmaras, k-epsilon, k-omega…). Pour le tutoriel
utiliser le modèle k-epsilon avec les paramètres et
coefficients par défaut. 9
Aparté : modélisation de la turbulence
La représentation directe des structures turbulentes est très
couteuse en calculs => il est intéressant de ne simuler que le
champ moyen (RANS: Reynolds averaged Navier-Stokes), ce
qui est fait ici.
Mais la non-linéarité des équations implique une influence des
fluctuations turbulentes sur le champ moyen (tensions de
Reynolds…), qu’il faut modéliser pour fermer les équations
moyennes. C’est le rôle du modèle de turbulence.
Aux équations moyennes, le modèle k- ajoute deux équations:
une équation sur l’énergie cinétique de la turbulence (k) et une
équation sur son taux de dissipation ( ). Ces deux variables
turbulentes permettent le calcul d’une viscosité turbulente,
utilisée pour la fermeture des équations moyennes.
Pour plus de détails, se référer au chapitre 5 du cours, et aux
modules optionnels en turbulence et méthodes numériques.
10
• Problem Setup > Materials : un double clic
sur le fluide (ici: air par défaut) permet de:
– changer de fluide (choix disponible dans FLUENT
Database) ;
– ajuster ses propriétés : masse volumique
(Density), viscosité… Pour le cas-test considéré
ici, conserver les valeurs par défaut ( =1.225
kg/m3, =1.7894x10-5kg/m-s). Pour effectuer un
calcul compressible dans l’air, on spécifierait
l’utilisation de la loi des gaz parfaits (Ideal gas)
dans la rubrique Density.

11
• Problem Setup > Cell Zone Conditions :
– un double clic (ou Edit) sur la/les zones permet
de vérifier que le bon fluide (Material Name) est
associé à la zone considérée (pour le cas-test :
air);
– Operating Conditions permet d’ajuster la
pression (Operating Pressure) par rapport à
laquelle sont données les pressions dans
l’écoulement, en relatif. On pourra utiliser la
pression ambiante en incompressible (cas test:
101325 Pa), alors qu’on utilisera 0 Pa en
compressible.

12
• Problem Setup > Boundary Conditions : c’est
une phase essentielle. Dans le cas du profil, elle
fixe par exemple la vitesse et l’angle d’attaque,
la pression atmosphérique…
Les Zones frontières sont identifiées lors de la
génération du maillage, et le menu Type permet
d’y associer la condition voulue dans Fluent. On
notera en particulier :
– La condition de paroi (wall) impose l’adhérence au solide (i.e. vitesse
donnée), et une température ou un flux thermique si l’équation d’énergie
est utilisée.
– Les conditions d’entrée/sortie fluides sont multiples: pressure-far-field
(entrée ou sortie, nécessite d’utiliser la loi des gaz parfaits dans
Problem Setup / Materials), velocity inlet (entrée avec vitesse imposée),
pressure inlet (entrée avec pression totale et direction imposées),
pressure outlet (sortie avec pression statique imposée). D’autres
variables sont également imposées par ces conditions en fonction du
problème traité (modélisation de la turbulence, compressibilité…).
13
Remarque: par défaut, Fluent associe une condition interior à
l’intérieur du domaine fluide (ce n’est pas une condition limite
au sens mathématique) ;

Pour le cas-test, imposer les conditions :


- wall sur l’intrados et l’extrados (Edit : conserver l’option Stationary Wall, on
se place dans le référentiel du profil).
- velocity inlet pour la zone entrée (Edit : pour Velocity Specification Method
choisir Magnitude and Direction, renseigner la vitesse (18m/s) et le vecteur
direction unitaire (0.994522 ; 0.104528), pour Turbulence / Specification
Method choisir Intensity and Viscosity Ratio et indiquer un taux de
turbulence de 5% et un ratio des viscosités turbulente et moléculaire de 10).
- pressure outlet pour la zone sortie (Edit : pour Gauge Pressure, indiquer
0Pa, soit une pression absolue de 101325Pa, et imposer des
caractéristiques turbulentes identiques à l’entrée, elles ne seront utilisées
qu’en cas de recirculation).

14
• Problem Setup > Reference Values : cette
page sert à renseigner les grandeurs de
référence, utilisées notamment pour le
calcul des coefficients adimensionnés.
L’utilisation de Compute from : entrée permet
de renseigner automatiquement ces
grandeurs à partir de la condition limite
amont. Reste à préciser Length= 0.1m (i.e.
la corde), Depth= 0.3m (envergure utilisée
en soufflerie) et Area= 0.03m2.

15
Méthodes numériques
• Solution > Solution Methods : permet de
préciser les méthodes numériques utilisées
pour la résolution.
– On conservera le couplage pression-vitesse
par défaut, Pressure-Velocity Coupling:
SIMPLE. En compressible, on préfèrerait un
couplage fort des équations (Coupled).
– La section Spatial Discretization concerne les
méthodes de discrétisation utilisées pour
approcher le problème continu. On conservera
les options par défaut, avec des méthodes
numériques au premier ordre.

16
• Solution > Monitors : permet de définir les
paramètres de suivi du calcul.
– Résidus (Residuals) : mesurent la correction
appliquée à l’écoulement entre deux itérations
successives. Fluent fournit une norme du résidu
pour chaque équation, adimensionnée par une
valeur de référence. Dans le cas du profil, les
équations sont: continuité (incompressibilité),
QDMx, QDMy, et les deux équations du modèle
de turbulence k- . On considère avoir atteint la
solution stationnaire lorsque les résidus ont atteint
un plateau à un niveau suffisamment bas
(typiquement, en dessous 10-3).

← Edit permet de modifier les options pour


les résidus. Désélectionner l’option Check
Convergence pour toutes les équations (5
ici), pour laisser l’utilisateur évaluer l’atteinte
de la convergence et arrêter le calcul. Print
to Console et Plot contrôlent l’écriture et le
suivi graphique des résidus. 17
– Traînée (Drag), portance (Lift) et moment
(Moment) : on peut évaluer également la
convergence en suivant l’évolution des forces
et moments, au cours des itérations. C’est une
option intéressante dans le cas du profil.
→Pour la portance, spécifier : Print to Console
(ne pas sélectionner Plot, afin de ne conserver
que les résidus dans la fenêtre graphique), les
parois utilisées pour le calcul (Wall zones :
intrados et extrados), et le vecteur directeur de
la force (Force Vector):
(-0.104528; 0.994522).

– Enfin, il est également possible de définir


d’autres critères intégraux (débit…) via Surface
Monitors et Volume Monitors.

18
• Solution > Solution Initialization : permet
de définir le champ initial pour la résolution
itérative.
On peut le construire automatiquement à
partir des variables sur une frontière, via
Compute from. Dans le cas du profil, utiliser
la frontière entrée. Noter ainsi que la vitesse
est bien initialisée à Vx=18cos(6°) m/s et
Vy=18sin(6°) m/s.
Ne pas oublier de cliquer sur Initialize pour
déployer l’initialisation.

19
Calcul
• Solution > Run Calculation : contrôle la
résolution itérative.
– Indiquer le nombre d’itérations voulues
dans Number of Iterations. Dans le cas du
profil, demander 5000 itérations. Une fois
lancé, le calcul pourra facilement être
interrompu et relancé.
– Avant de lancer le calcul, faire une
sauvegarde: menu File / Write / Case &
Data. Les fichiers .cas contiennent les
paramètres du calcul, et les fichiers .dat
contiennent le champ courant (à cet
instant, le champ initial artificiel généré à
partir de la frontière entrée).
– Calculate pour lancer le calcul.

20
En 600 itérations, les résidus atteignent tous un plateau, situé
en dessous 10-4 pour chaque équation. La convergence est
atteinte et le calcul peut être interrompu (Calculating the
solution… > Cancel).
Faire une sauvegarde (case & data), en écrasant les fichiers
précédents, pour ne conserver que le champ stationnaire
convergé. 21
↓ La console fournit les valeurs numériques des résidus et de
CL. Le coefficient de portance s’est bien stabilisé, à ≈0.877.
iter continuity x-velocity y-velocity k epsilon cl time/iter
595 3.2640e-05 4.9695e-08 8.3523e-09 4.3050e-08 9.1251e-08 8.7673e-01 0:11:13 4405
596 3.2334e-05 5.1302e-08 9.3346e-09 4.3534e-08 9.0665e-08 8.7673e-01 0:08:58 4404
597 3.3591e-05 5.2671e-08 9.2125e-09 4.1975e-08 9.1374e-08 8.7673e-01 0:07:11 4403
598 3.1325e-05 5.1713e-08 8.7500e-09 4.0875e-08 8.8142e-08 8.7673e-01 0:05:44 4402
599 3.2061e-05 5.0462e-08 8.7160e-09 4.2572e-08 9.4656e-08 8.7673e-01 0:04:35 4401
600 3.2289e-05 5.1173e-08 8.5231e-09 4.1553e-08 8.9980e-08 8.7673e-01 0:03:40 4400

22
Post-traitement
L’exploitation du calcul peut se faire par différents outils,
regroupé dans la rubrique Results.

• Graphics and Animations > Contours permet de tracer des


lignes de niveaux.
La fenêtre associée permet de choisir
la variable à tracer, via un menu
double (choisir Pressure et Static
Pressure).
L’option Filled colore l’espace entre
les lignes de niveaux.

En 2D, si aucune surface n’est


sélectionnée, la visualisation portera
sur tout le domaine. 23
Cliquer sur Display.
→ Observer la surpression au
bord d’attaque et sur l’intrados,
et la dépression sur l’extrados
↓ Les tendances sont
opposées pour la vitesse
(Contours of: Velocity… /
Velocity Magnitude), en dehors
de la couche limite.
← Noter les couches limites,
caractérisées par une vitesse
couche limite
réduite en proche paroi, et qui
se prolongent par le sillage.

sillage

24
• Graphics and Animations > Vectors:
pour le tracé de vecteurs.
Tracer les vecteurs vitesse (Velocity).
Ajuster la taille des vecteurs (Scale) pour
une meilleure visibilité.
Pour un meilleur contraste, choisir une
couleur uniforme des vecteurs (Vector
Options… > Color : foreground).
Cliquer sur Display.

← On peut ainsi observer le profil


de vitesse dans la couche limite
sur l’extrados.

25
• Surface (barre de menu du haut): permet de créer des points,
lignes et plans, utilisés pour la visualisation.

→ Pour le cas-test considéré ici, créer


un segment (Surface > Line/Rake…)
entre les points (-0.1, -0.1, 0) et (-0.1,
0.1, 0), et le nommer ligne1 (dans New
Surface Name). Il servira de source aux
lignes de courant lors de la prochaine
étape…

En 3D, Surface > Plane… sera utilisé pour créer des


plans de coupe permettant la visualisation 2D de lignes de
niveaux, vecteurs… 26
• Graphics and Animations > Pathlines: pour tracer des lignes
de courant.
→ Dans la rubrique Release from Surfaces, choisir ligne1.
Choisir Color by: Particle Variables… / Surface ID.
La longueur des lignes peut être ajustée dans la case Steps, qui
définit le nombre de pas de calcul des lignes. Conserver la
valeur par défaut (500).
Cliquer sur Display.

27
• Plots > XY Plot : graphiques.
On va ici tracer le coefficient de
pression : Cp = P − P∞
1 / 2 ρU ∞2
(où ∞ désigne les grandeurs de référence).

- Choisir dans le menu Y Axis Function:


Pressure… / Pressure Coefficient.
- Surfaces: sélectionner intrados et
extrados.
- Cliquer sur Plot.

Noter à nouveau la surpression au


bord d’attaque et sur l’intrados, et la
dépression sur l’extrados.
L’option Write to File fait apparaître le bouton Write (à la place
de Plot), qui permet d’écrire ces résultats dans un fichier ASCII.
Ceci est utile pour un tracé avec l’expérience par exemple. 28
• Reports > Forces : intégration des forces.
Pour la portance, il suffit de renseigner le
vecteur directeur (-0.104528, 0.994522, 0),
et les surfaces d’intégration (Wall Zones):
intrados et extrados, puis cliquer sur Print.

Dans la console, les forces et coefficients associés sont


affichés, avec les contributions de chaque surface (en lignes),
ainsi que de la pression et des effets visqueux (en colonnes).
Les résultats sont donnés en vectoriel, puis dans la direction
voulue. Pour la portance, on obtient ici :
Forces - Direction Vector (-0.104528 0.99452198 0)
Forces (n) Coefficients
Zone Pressure Viscous Total Pressure Viscous Total
extrados 4.0551946 0.0061586443 4.0613532 0.68114434 0.0010344573 0.68217879
intrados 1.164131 -0.0058787178 1.1582523 0.19553717 -0.00098743852 0.19454973
-------------------------------------------------------------------------------------------
Net 5.2193256 0.00027992651 5.2196055 0.8766815 4.7018794e-05 0.87672852

Pour la portance, la contribution des effets On retrouve la


visqueux est négligeable devant la pression. valeur de CL. 29
Pour la traînée, de vecteur directeur
(0.994522 , 0.104528, 0), le coefficient
est CD=0.0615, avec une contribution
non négligeable des effets visqueux.

Forces - Direction Vector (0.99452198 0.104528 0)


Forces (n) Coefficients
Zone Pressure Viscous Total Pressure Viscous Total
extrados 0.0064834718 0.070874185 0.077357657 0.0010890181 0.01190462 0.012993638
intrados 0.23101123 0.057748611 0.28875984 0.038802575 0.0096999388 0.048502513
-----------------------------------------------------------------------------------------
Net 0.2374947 0.1286228 0.3661175 0.039891593 0.021604559 0.061496151

30
Fin du tutoriel
Pour plus d’informations :
• L’aide Fluent renseigne sur l’utilisation du logiciel, avec des
éléments sur les méthodes numériques et la physique. Des
rubriques pertinentes sont accessibles depuis les
différentes fenêtres du logiciel. Des tutoriels
complémentaires sont également proposés.
• Module ouvert Simulation numérique des écoulements (3A)
et module spécifique Simulations en aérodynamique (option
3A Aéronautique, filière Propulsion).
• Bibliographie succincte :
– H.K. Versteegh and W. Malalasekera, An introduction to
computational fluid dynamics, Longman, 1995.
– C. Hirsch, Numerical computation of internal and external flows
(Volumes 1 et 2), John Wiley and Sons, 1988.
31

Vous aimerez peut-être aussi