Vous êtes sur la page 1sur 36

MINISTERE DE LA SANTE

Direction Générale des Services Communs


Direction des Bâtiments

RAPPORT D’EXPERTISE TECHNIQUE SUR L’ETAT


DU SERVICE D’ORL A L’EPS CHARLES NICOLLE

Photo 1: Entrée consultations et urgences du service ORL à l’E.P.S Charles Nicolle

Photo 2: Façade Principale de l’unité d’Orthophonie du service ORL à l’E.P.S Charles Nicolle

1
Rapport MZ/2018
REPUBLIQUE TUNISIENNE
---***---
MINISTERE
DE LA SANTE PUBLIQUE
---***---
DIRECTION DES BATIMENTS

VISITE SUR LES LIEUX


DU SERVICE D’ORL A L’EPS CHARLES NICOLLE
***//***
Rapport de constatations et de diagnostic technique
--***--

OBJET : Expertise technique sur l’état actuel des bâtiments abritant le service d’ORL à l’EPS
Charles Nicolle.

REFERENCES : - Correspondance n°17563-2018 du 10 Septembre 2018 émanant de la Direction


de l’Hygiène du Milieu et Protection de l’Environnement.
REFERENCES : - Procès verbal de la réunion du 06 septembre 2018 tenue à la DHMPE.

***///***

Photo 3: Vue sur l'entrée de l’unité d’Orthophonie

Suite à la réunion effectuée à la direction de l’Hygiène du Milieu et Protection de


l’Environnement en date du 06 septembre 2018 dont l’objet était la lecture d’un rapport de
prélèvements effectué par les services de l’hygiène sur les locaux abritant le service d’ORL à
l’EPS Charles Nicolle, il a était demandé à la Direction des Bâtiment la mission de diagnostiquer
les locaux au niveau architectural, structurel, branchement aux différents réseaux en vue de se
prononcer sur le respect des normes de sécurité, de fonctionnalité par les locaux du service, de
relever les sources des anomalies et le bien fondé des travaux engagés par la Direction Générale
de l’EPS pour résoudre les soucis exprimés par le personnel du service d’une part et l’aptitude à
recevoir une éventuelle extension.
A cet effet des visites ont été faites en date du 12, 13 et 17/09/2018 et 02-03-04 et
05/10/2018.
2
Photo 4: Vue sur l'implantation du service d’ORL à l’EPS Charles Nicolle

1- Implantation du service :
Le service est implanté dans la partie Nord-Est de l’EPS Charles Nicolle en face du
nouveau service des urgences et à gauche du service d’Orthopédie.
RDJ : Ateliers maintenance
RDC : Consultations ORL

RDJ : Bureau Chef de Service,


Salle de staff, Archives
RDC : Bloc Op, Stérilisation

RDJ : Orthophonie ; Atelier


RDC : Hospitalisation Hommes RDC : Hospitalisation Femmes

Chaufferie NF
Figure 5: Les différentes ailes du service d’ORL
3
2- Conception et description architecturale :
Le bâtiment abritant le service d’ORL est une construction sous la forme "T" composée
d’un Rez de jardin (Sous-sol), un Rez-de-chaussée et un vide sanitaire en surélévation de
l’hospitalisation des femmes.
Le bâtiment a été construit selon un modèle traditionnel défini par une structure porteuse
en murs porteurs/poutres métalliques ou poteaux/poutres en béton armé, les planchers sont en
corps creux ou en voutains en briques pleines supportés par des solives métalliques, la
maçonnerie extérieure est en doubles cloisons ou en moellons et le cloisonnement intérieur est en
briques plâtrières sauf pour l’unité d’Orthophonie et l’hospitalisation femmes où on trouves des
séparations porteuses (en moellons).
Le système de fondation adopté est en semelles sur Gros Béton (Noyau central) et en
soubassement périphérique en pierres naturelles surmonté d’un chainage le cas échéant et cintré
en ses parties hautes par des tirants en profilés métalliques.
Il faut signaler aussi que le bâtiment est a plusieurs joints.
La hauteur libre sous plafond nette varie entre 2.45m et 3.96m.
La création d’un Rez de jardin est due à la morphologie du terrain accidenté (forte pente)
de la parcelle.
Les planchers terrasses sont protégés par un complexe d’étanchéité en monocouche type
SP4 exécutée sur une forme de pente, cette étanchéité est protégée dans les endroits non
accessibles par deux couches de vernis et par des dallettes en béton aux droits d’accès aux
équipements de chauffage et de traitement d’air.
L’aération et l’éclairage zénithal des locaux est assurée par des ouvertures (fenêtres)
latérales ou des Skydômes fixes.

3- Constatations lors de la visite :


Lors de la visite sur les lieux le diagnostic général à l’œil nu de la construction a relevé les
anomalies et désordres apparents suivants:

3.1- Le Rez de jardin ou le sous-sol:


Le Rez de Jardin abrite l’unité d’Orthophonie, les archives, le bureau du chef de service,
une salle de réunion, le secrétariat du chef de service, les vestiaires du bloc opératoire et des
sanitaires, des ateliers de maintenance et une chaufferie abandonnée.
3.1.1- L’unité d’Audiométrie et d’Orthophonie :
3.1.1.1- Composition des locaux :
N° Désignation du local Surface utile (m²)
1 Hall d’accueil et attente 51.10
1 Box 1 5.55
2 Box 2 5.60
3 Box 3 11.40
4 Box 4 9.30
5 Box 5 8.50
6 Impédance 19.15
7 Bureau BER 11.00
8 Cabine d’Audiométrie 1 13.16
9 Cabine d’Audiométrie 2 14.80
10 Sanitaire personnel 3.25
Total SU (m²) 152.80

3.1.1.2- Constatations:
- La hauteur sous linteau de la porte d’entrée principale de l’unité est de 1.80 m qui a
causé sur témoignage du personnel de maints accidents pour certains patients.
- La hauteur sous-plafond nette de cette unité est de 2.45 m pour le hall, 2.49 pour les box
d’examen orthophonie et de 2.19 m pour l’audiométrie.

4
- Importante Corrosion des profilés métalliques (solives et poutres) supportant les
voutains en briques servant comme plancher et assise pour l’hospitalisation femmes et
pédiatrie.
- Fissuration, par endroits, des clefs de certains voutains.
- Traces d’infiltration des eaux de vannes provenant des douches de l’hospitalisation
femmes (infiltration récente).
- Traces d’infiltration des eaux provenant d’une remontée capillaire.
- Dégradation et fissuration des enduits intérieurs dans différents locaux.
- Bureau d’impédancemétrie évacué par le personnel suite à des fortes infiltrations d’eau
de terrasses provenant des conduites d’eau de pluie non fonctionnelles (absence des
moignons en plomb).
- Flexion et affaissement du carrelage en mosaïque marbré côté Sud (Box 1 et 2).
- Les box sont aérés et éclairés par des fenêtres dont les dimensions ne dépassent pas les
0.8 m², une surface d’éclairage naturel non proportionnelle à celle du local.
- Une menuiserie en bois dégradé pour les portes ainsi que pour les fenêtres.
- Une salle d’eau pour le personnel dont l’installation est défectueuse (chasse d’eau,
cuvette fissurée, siphon au sol, robinetterie non fonctionnelle, absence d’accessoires
d’hygiène des mains).
- Passage de réseau de chauffage à l’intérieur de l’unité en sous plafond encastré dans une
gaine horizontale en staffe lisse dégageant de mauvaises odeurs.
- Absence des sanitaires pour les patients et les personnes à mobilité réduite.
- Absence d’un local pour les archives (actuellement classées dans des casiers
métalliques).
- Des bureaux exigus dont la hauteur des portes ne dépasse pas 1.85 m.
- Extincteur à poudre pour lutte contre l’incendie dont la date expire le 18/02/2018.
- Réseau d’électricité apparent et sous moulure représentant un danger.
- Passage d’un réseau de chauffage non fonctionnel dans une gaine horizontale réduisant
la hauteur sous plafond.
- Absence d’un réseau de mise à la terre des masses métalliques

Photo 6: Traces de corrosion sur les solives métalliques

Photo 7: Fuite d’eau provenant des sanitaires de l’hospitalisation

5
Photo 8: Hauteur sous plafond réduite (risque de dommage domestique)

Photo 9: Mauvais ensoleillement des box

Photo 10: Traces d’humidité (source remontée capillaire)

6
Photo 11: Flexion du revêtement sur chape non armée (Box)

Photo 12: Flexion du revêtement sur chape non armée (Impédance)

Photo 13: Mur imbibé d’eau de condensation de split (à droite)

Photo 14: Sanitaire personnel en mauvais état (murs, revêtement, appareils sanitaire, chasse à l’eau)
7
Photo 15: Support d’enduit dégradé (remontée capillaire)

3.1.2- Les archives, le bureau du chef de service et ses annexes :


3.1.2.1- Composition des locaux :
N° Désignation du local Surface utile (m²)
1 Attente Chef de service 19.32
2 Bureau du chef de service 63.00
3 Secrétariat 26.26
4 Salle de staff 35.36
5 Sanitaires personnel + Rangement 29.82
6 Bureau admission 14.11
7 Chambre de garde 14.80
8 Bureau BER 08.16
9 Couloir de circulation devant BER 29.00
Archives 1 20.05
Archives 2 18.20
10 Archives 3 11.05
Archives 4 17.73
Archives 5 22.30
11 Vestiaires H 16.80
12 Vestiaires H 16.80
13 Sanitaires 10.40
14 Entrée vers le bloc opératoire 30.00
15 Bureau 23.47
16 Couloir de circulation devant vestiaires 14.40
17 Cage d’escalier -
Total SU (m²) 441.03 ²

3.1.2.2- Constatations :
- Une hauteur sous plafond de 2.48 m ne permettant pas la bonne circulation et
régénération d’aération naturelle.
- Le bureau du chef de service est situé en bas de la salle d’opération septique avec des
ouvertures sur le côté Est de l’hôpital dégageant des odeurs d’humidité.

8
- Traces d’humidité sur la voûte en staffe lisse. Les visites du 1er et 2 octobre ont démontré
une évolution d’activité. Les sont devenues des poches d’eau provenant de l’évacuation
des condensats de l’Armoire de traitement d’air dédiée à la salle 4. Sur le staffe lisse
imbibé d’eau sont nés des moisissures de couleur orange.
- Dégradation d’enduit intérieur suite à des remontées capillaires.
- Un éclairage insuffisant du secrétariat et de la salle de staff assuré par des petites
fenêtres donnant sur une coure anglaise de largeur 0.95 m sur le côté Ouest du service.
- Traces d’humidité sur tout le plancher de la salle de réunion (Staff) de condensation et
provenant des fuites d’eau du réseau d’évacuation des équipements de stérilisation
encastré sous carrelage sans application d’une membrane d’étanchéité et des locaux
humides (salle de rééducation, VNG et wc). Ces infiltration sont devenues une source de
mauvaises odeurs (locaux évacués et difficile d’accès).
- Dégradation de l’enduit sur murs avec naissance de moisissures (champignons) de
couleurs différentes.
- Traces de ruissellement d’eau provenant du vidoir humide installé dans la stérilisation
par absence d’un complexe d’étanchéité.
- Des ouvertures condamnées pour les locaux des archives bloquant le renouvellement de
l’air naturel d’où les mauvaises odeurs.
- Des locaux d’une hauteur sous plafond de 2.48 m ne répondent pas aux normes de
conservation des archives (Les rayonnages à tablettes métalliques pour les dossiers
médicaux atteignent le sous plafond et représentent de ce fait un danger d’incendie et
sont par ailleurs installés d’une manière ne garantissent pas une fluidité de circulation.
- Ces locaux ne répondent pas aux normes de sécurité.
- Des luminaires à grilles, non étanches en contact direct avec les dossiers, représentent un
deuxième danger de déclenchement d’incendie.
- Absence d’un système de lutte contre l’incendie (des extincteurs dont la charge a expirée
depuis février 2018).
- Le bureau BER est dépourvu de toute source d’aération naturelle ou mécanique.
- Affaissement du carrelage horizontal.
- Des masses métalliques non mises à la terre.

Photo 16: Traces d’humidité et infiltration d’eau bureau chef de service (visite du 12/09/2018 à gauche) et leur évolution
(visite du 12/09/2018 à droite)

Photo 17: Etendue des traces d’humidité et infiltration au bureau voisin de celui du CS

9
Photo 18: Infiltration des eaux provenant du réseau d’évacuation des équipements de stérilisation et vidoir humide

Photo 19: Humidité de condensation par manque d’aération et ensoleillement des locaux

Photo 20: Fuites d’eau provenant des locaux humides au dessus de la salle de staff

Photo 21: Coure anglaise de largeur 95 cm pour aération et éclairage !!!!!!!!!

10
Photo 22: Naissance de champignon de couleur rose dans les locaux des archives non aérés

Photo 23: Luminaire non étanche dans des locaux d’archives et rayonnage arrivant jusqu’au plafond

Photo 24: Inondation d'eau de pluie du 01/10/2018

Photo 25: Source des inondations de la photo N°24

11
3.1.3- Les ateliers de maintenance et la chaufferie:
Les locaux abritant les ateliers se localisent en partie sous l’hospitalisation femmes et sous
les consultations, en mitoyenneté, respectivement, de l’orthophonie et du bureau du chef de
service, alors que la chaufferie est localisée en arrière des cabines d’audiométrie.
Les ateliers en bas des consultations sont une continuité du service dont le mode de
construction est une structure en poteaux poutres avec un plancher en corps creux avec des
voiles en BA sur la périphérie.
3.1.3.1- Constatations :
- Une corrosion avancée des armatures des nervures.
- Des hourdis et maçonnerie non enduits et en état dégradé.
- Un débarras de dossiers et déchets de poubelles imbibés d’eau et dégageant de très
mauvaises odeurs.
- Des regards d’évacuation non étanches et bouchées en certains endroits.
- Une chape au sol dégradée et présentant une remontée d’eau.
- Une pompe de relevage des eaux de pluie provenant de la coure anglaise adjacente non
fonctionnelle.
Les ateliers en mitoyenneté de l’unité d’orthophonie sont exploités comme un bureau
pour le personnel de la maintenance (un bureau, deux wc, un douche, ..) montrant un enduit
intérieur dégradé par l’infiltration d’eaux venant des conduites d’eau pluviale, une installation
électrique défectueuse et des profilés métalliques en mauvais état, le manque d’aération naturelle
et d’ensoleillement a provoqué une humidité d’air avancée.
La chaufferie dont les équipements (chaudière et bruleur) ne sont plus fonctionnels et
hors exploitation, son local montre une stagnation des eaux venant de l’espace vert adjacent et
une structure (murs porteurs et profilés) en état de dégradation avancé.

Photo 26: Encombrement du local de maintenance

Photo 27: Etat des éléments structuraux : enrobage des armatures principales éclaté (poutres et poteaux)

12
Photo 28: Mauvaise exploitation du local (débarras pourris sous les consultations)

Photo 29: Stagnation des eaux de ruissellement (moisissures au coin)

Photo 30: Insuffisance d’éclairage et mauvaise aération

Photo 31: Etat des nervures (corrosion des aciers et dégradation des éléments de plancher)
Avec passage non professionnel des conduites d’évacuation

13
Photo 32: Regard de branchement à l’intérieur (source de retour d’eau et d’odeur)

Photo 33: Fuite d’eau pluviale au droit d’une installation électrique dégradée

Photo 34: Tableau électrique protégé en haut contre les fuites d’eau par une plaque en verre

Photo 35: Corrosion des poutres métalliques supportant l’étage posées sur mur dégradé

14
Photo 36: Corrosion avancée des solives métalliques supportant le plancher en voutains

Photo 37: Chaufferie non fonctionnelle avec un local en très mauvais état

Photo 38: Corrosion des profilés métalliques avec un réseau de chauffage non fonctionnel

Photo 39: Corrosion des solives supportant un plancher dont l’intrados des voutains est fissuré

15
3.2- Le Rez de Chaussée:
3.2.1- Les consultations :
Les consultations sont implantées dans le Rez de chaussée donnant sur le côté Nord (en
face de la médecine légale), composées des box de consultation, d’endoscopie et d’une partie
administrative détaillées dans le tableau suivant :
3.2.1.1- Composition des locaux :
N° Désignation du local Surface utile (m²)
1 Accueil, inscription et attente 90.12
2 Archives (abandonné) 09.73
3 Sanitaires malades (H/F) 12.53
4 Salle d’endoscopie 11.50
5 Salle de travail 08.91
Salle de désinfection 12.00
Box de consultation 1 08.00
6 Box de consultation 2 06.15
Box de consultation 3 06.00
Attente (couloir d’attente) 20.75
7 Hall (Patio de passage) 06.30
8 Secrétariat 09.70
9 Bureau médecin 1 15.75
10 Bureau médecin 2 11.60
11 Bureau surveillant 08.00
12 Bureau médecin 4 12.45
13 Sanitaire personnel (H/F) 03.97
14 Couloir de circulation 18.56
15 Hall côté stérilisation 05.00
Total SU (m²) 340.31

3.2.1.2- Constatations :
- Une attente centrale de hauteur sous plafond de 3.96 m entourée des bureaux de
consultation et de la partie administrative.
- Des traces d’infiltration des eaux de pluies par les fenêtres sur la façade Est (salle
d’endoscopie, la salle de stérilisation et la salle de soins).
- Enduit dégradé et décollé de son support.
- Menuiserie en bois en mauvais état.
- Des éléments de radiateurs non fonctionnels en mauvais état.
- Un revêtement fléchis.
- Absence des sanitaires pour les patients et les PMR.
- Espace aéré et éclairé par des souches ouvertes dans le plancher.
- Des boxes de consultations exigus.
- La vitrerie des fenêtres peinte empêche l’entrée des rayons solaires pour l’éclairage.
- Un sanitaire pour le personnel en mauvais état (local et appareils).
- Fenêtres d’aération des bureaux de médecins donnant sur la coure anglaise (0.95 m de
largeur).
- Les masses métalliques non mises à la terre.

16
Photo 40: Bureau d’endoscopie évacué (enduit et menuiserie dégradés, infiltration d’eau, réseau d’électricité apparent au
droit des fuites d’eau, bain d’huile en mauvais état)

Photo 41: Local de désinfection

Photo 42: Bureau de consultation (menuiserie source de fuite d’eau)

Photo 43: Bureau de consultation (infiltration par remontée capillaire)

17
Photo 44: Même source d’infiltration par remontée capillaire pour un autre bureau

Photo 45: Menuiserie en bois en mauvais état avec une vitrerie peinte : manque d’ensoleillement

Photo 46: Canalisation d’eau potable en mauvais état

Photo 47: Etat du réseau d’électricité

18
3.2.2- Le Bloc Opératoire et la stérilisation :
Le point fort de la conception du service d’ORL, objet de la présente expertise, est
l’implantation du bloc opératoire et la stérilisation au niveau du noyau central de la bâtisse (en
liaison avec les consultations à gauche et l’hospitalisation à droite) l’accessibilité de l’extérieur du
bloc pour les cas d’urgence ne gène pas l’activité du service, elle est assurée via une entrée et un
hall.
3.2.2.1- Composition des locaux :
N° Désignation du local Surface utile (m²)
I- Bloc Opératoire
1 Entrée Principale pour bloc 16.88
2 Fichier + Inscription entrée + programme 06.95
3 SAS d’entrée côté Septique côté consultation 18.12
4 Hôpital du Jour et actes d’urgence (03 Lits) 19.16
5 Sanitaires personnel (H/F) 11.70
6 Salle d’exploration VNG 13.68
7 Salle de rééducation 13.68
8 Couloir de circulation 32.87
Côté Septique
5 Vestiaire salle N°4 (Septique) 18.58
6 Préparation chirurgiens + Réveil Septique 11.04
7 Salle d’Opération Septique 29.07
8 Zone de Transfer (Couloir) 10.50
Côté Aseptique
9 Préparation Chirurgien (Sortie de l’escalier) 06.31
10 SAS de Transfer (Salle 1 et 4) 29.19
11 Salle d’Opération N°1 27.12
12 Arsenal stérile/Livraison stérilisation Voir livraison stérilisation
13 Dépôt habillement bloc 05.26
14 Salle d’Opération 2 33.10
15 Salle d’Opération 3 29.00
16 Transfert 2 et 3 22.00
17 Salle de réveil 25.61
18 Passe et préparation malades 08.00
II- Stérilisation
19 Arrivée sale + Vidoir humide + Lavage + 44.87
Osmoseur + conditionnement
20 sortie stérile, stockage et distribution 21.84
Total SU (m²) 382.60

3.2.2.2- Constatation :
- Des traces de fuites d’eau provenant de l’évacuation des condensats de l’ATA installée à
l’intérieur de la salle septique.
- Une stérilisation qui ne respecte pas le principe de la marche en avant (un espace très
réduit commun pour le vidoir humide, l’arrivée sale, prélavage, lavage, désinfection,
conditionnement, osmoseur d’eau, …).
- Absence de vestiaires pour le personnel de la stérilisation (partie sale et partie propre).
- Locaux de stérilisation (conditionnement et stockage stérile) non couverts par le
traitement d’air. (ces locaux doivent respecter au minimum les caractéristiques de la
classe 8 des normes en vigueur).
- Les guillotines destinées pour la sortie sale des salles 4 et 3 donnent directement sur les
stérilisateurs (croisement sale/conditionné).
- Un vidoir humide à l’intérieur de la stérilisation.
- Absence d’un laveur désinfecteur (des bacs en inox et un lave-mains sont dédiés pour le
prélavage, le lavage et la désinfection).
19
- Le conditionnement du linge propre provenant de la buanderie et conditionnement des
instruments s’effectue dans un croisement avec le sale.
- Des parois non étanches séparent l’espace de stérilisation et la sortie stérile (pont
d’infiltration d’air contaminé vers les locaux propres).
- Absence du local de stockage du stérile.
- Des portes des salles d’opération non étanches limitant leur surpression par rapport à
l’extérieur.
- Les vestiaires du bloc ne sont pas au même niveau que les salles d’opération.
- Absence de toute indication des mailles antistatiques pour les salles d’opération.
- Les masses métalliques ne sont pas mises à la terre.
- Des grilles de soufflage et d’extraction bouchées par la peinture et de la poussière noire.
- Des traces d’infiltration d’eau de terrasse au niveau de la stérilisation.
- Des détecteurs de fumée non fonctionnels et non asservis à une CDI.

Photo 48: Vidoir humide à côté du bac de lavage, sel d’osmoseur d’eau en bas du bac, évacuation non étanche, …

Photo 49: Traces d’infiltration d’eau de terrasse.

Photo 50: Guillotines pour le départ sale des salles d’op 1 et 2 ouvrent sur la porte de l’autoclave
20
Photo 51: Guillotines pour le départ sale des salles d’op 1 et 2 ouverts sur le vestiaire

Photo 52: Local de sortie stérile, stockage et distribution (non traité) exploité comme dépôt de matériel

Photo 53: Sortie des vestiaires du bloc (RDJ) et accès au bloc opératoire via l’escalier (local à droite avec fenêtre à
l’extérieur)

Photo 54: Décollement des couches de peintures appliquées sur support imbibé d’eau (action récente engagée par
l’administration)
21
Photo 55: Traces de fuites d’eau provenant de l’ATA installée dans la salle d’Op N°4

Photo 56: Mur dégradé par fuite d’eau provenant du circuit de condensation de l’ATA

Photo 57: Angles vifs, revêtement avec plinthe à l’intérieur des salles d’Op

Photo 58: Portes d’entrée chirurgiens non étanches (surpression non garantie)

22
3.2.3- L’Hospitalisation :
3.2.3.1- Composition des locaux :
N° Désignation du local Surface utile (m²)
I- Locaux communs
1 Entrée principale 26.00
2 Hall d’entrée 12.77
3 Bureau de surveillant 07.35
4 Salle de soins 15.10
5 Salle d’électro 07.25
II- Hospitalisation Hommes
6 Vestiaire y c wc (1.01×2.5) 10.10
7 Kitchenette 06.63
8 Chambre VIP1 (01 lit) 06.00
9 Chambre VIP2 (01 lit) 08.65
10 Chambre VIP3 (01 lit) 09.44
11 Sanitaire commune pour VIP2 et VIP3 02.54
12 Chambre 1 (03 lits) 22.70
13 Chambre 2 (03 lits) 22.93
14 Sanitaire commune pour chambres 1 et 2 02.03
15 Chambre 3 (03 lits) 24.18
16 Chambre 4 (03 lits) 22.77
17 Sanitaire commune pour chambres 3 et 4 01.95
18 Chambre 5 (03 lits) 23.43
19 Chambre 6 (03 lits) 23.04
20 Sanitaire commune pour chambres 5 et 6 02.06
21 Douche 02.03
22 Couloir de circulation 33.85
III- Hospitalisation Femmes
23 Chambre 1 malade fatigué (02 lits) 14.00
24 Chambre 2 d’isolement (02 lits) 12.45
25 Chambre 3 à 02 lits (actuellement Garde médecin) 12.48
26 Chambre 4 VIP1 (actuellement Garde anesthésiste) 06.60
27 Chambre 5 VIP2 06.60
28 Chambre 6 (03 lits) (Vestiaire) 15.95
29 Chambre 7 (06 lits) 29.65
30 Chambre 8 (06 lits) 30.75
31 Chambre 9 (03 lits) 18.87
32 Chambre 10 (06 lits) 31.45
33 Sanitaires personnel (H/F) 04.00
34 Sanitaires malades + douche 08.73
35 Dépôt linge 09.35
36 Pharmacie interne 07.72
37 Magasin 19.65
38 Couloir de circulation 62.93
Total SU (m²) 583.98

3.2.3.2- Constatations :

- Des sanitaires en mauvais état.


- Des sanitaires insuffisants pour les malades (hospitalisation femmes).
- Pas de sanitaires pour le personnel.
- Des douches non fonctionnelles pour les malades.

23
- Des traces d’humidité de différentes origines (remontée capillaire, fuite d’eau de
terrasses, support en pierres imbibé d’eau) sont apparues dans tous les locaux (chambres
et autres).
- Un réseau d’électricité apparent représente un danger pour les malades.
- Une chambre pour les malades infectés ne répond pas aux normes des chambres
d’isolement (pression dégressive).
- Une menuiserie dégradée.
- Absence des sanitaires pour les PMR.
- Une hospitalisation pour pédiatrie intégrée dans celle des femmes.
- Le nombre de prises des fluides médicaux ne correspond pas à celui des lits.

Photo 59: Traces de fuites d’eau de l’installation (salle de soins), boite électrique non étanche

Photo 60: Installation en cuivre dégradée et mise à la terre

Photo 61: Traces d’humidité par RC et flexion du revêtement côté hospitalisation hommes

24
Photo 62: Mauvais état de la menuiserie en bois et non coïncidence du nombre des prises des FM avec celui des lits

Photo 63: Fissuration des murs porteurs et plancher en voutains (hospitalisation femmes)

Photo 64: Fuite d’eau de terrasse sur mur porteur

Photo 65: Fissuration de mur porteur

25
Photo 66: Installation électrique en mauvais état

Photo 67: Affaissement du revêtement au droit des voutains fissurés

Photo 68: Mur porteur intérieur


3/ Le vide Sanitaire:
Un vide sanitaire (galerie) en dessus de l’hospitalisation des femmes de hauteur moyenne de 1.50
m a été construit pour le passage du réseau de désenfumage de ces locaux.
La structure de cette galerie est en état dégradé et mal entretenue (des murs porteurs fissurés et
une structure métallique corrodée.
Le plancher voute de cette galerie est une succession de voutains reposant sur des solives
métalliques.

26
Photo 69: Vue extérieure sur vide sanitaire en dessus de l’hospitalisation femmes

Photo 70: Hauteur du vide sanitaire

Photo 71: Vue intérieur sur l’état du vide sanitaire

Photo 72: Poutres métalliques supportant le plancher du vide s

27
Photo 73: Plancher hospitalisation femmes sous forme de voute suspendu par une poutre métallique
3/ A l’extérieur:
- Des murs en pierres fissurés et tassés.
- Un enduit extérieur sur les murs en pierres vieillis et dégradé.
- Stagnation des eaux pluviales sur la terrasse.
- Une protection de l’étanchéité par du vernis non renouvelée.
- Une évacuation des eaux des terrasses ne répondant pas aux normes et source de
grandes fuites des eaux.
- Des trottoirs de protection pour l’unité d’orthophonie et le côté Est de l’hospitalisation
hommes exécutés en pierres sont affaissés et décollés des murs présentant ainsi une
source d’infiltration sous bâtisses.
- Des conduites d’eau usées et eau vannes branchées à des regards non siphoïdes
induisant un retour d’odeur.
- Des coures anglaises de largeur très étroites pour l’aération et l’éclairage des locaux au
Rez de Jardin.
- Des pompes de relevage des eaux de pluies et des eaux usées non fonctionnelles.
- Des regards non bétonnées maçonnées en briques ou pierres non étanches, fissurés et
colmatées.
- Des arbres adjacents aux locaux limitant l’ensoleillement et dégradant les trottoirs.

Photo 74: Enduite extérieur dégradé

Photo 75: Conduite d’eau pluviale non étanche (absence d’un moignon, PVC non fixé..)

28
Photo 76: 2ème Conduite d’eau pluviale non étanche (absence d’un moignon, PVC non fixé..)

Photo 77: Non évacuation des eaux pluviales (conduite bouchée)

Photo 78: Mal évacuation des eaux de terrasse (source d’humidité)

29
Photo 79: Conduite d’évacuation en mauvais état (entre hospitalisation femmes et hospitalisation hommes)

Photo 80: Fuites d’eau de pluie (service ortho et hospitalisation hommes ORL)

Photo 81: Conduite d’eau pluviale en mauvais état et porte source d’inondation des locaux archives

Photo 82: Trottoir de protection fléchis en pierres avec regard bouché

30
Photo 83: Trottoir en affaissement (traces de stagnation d’eau et évacuation sous unité orthophonie) : source de remontée
capillaire

Photo 84: Regard de branchement maçonné (non étanche) fissuré et trottoir décollé : eau de pluie évacuée sous bâtiment

Photo 85: Zoom sur el regard : ruissellement des eaux de pluie et de vannes et usées sous l’unité d’orthophonie et retour
d’odeur (regard non siphoïdes)

Photo 86: Soutènement des terres végétales en mauvais état


31
Photo 87: Réseau d’évacuation des eaux usées et de vannes hospitalisation hommes via des regards maçonnées et non
siphoïdes

Photo 88: Versement des eaux de surface sous les bâtisses

4/ Traitement d’air du bloc opératoire :


Le traitement d’air du bloc opératoire est assuré par :
1- Une armoire de traitement (STERIBLOC) de la marque UNITAIR ASP type V (à soufflage
vertical) avec régulateur numérique préconfiguré destiné au contrôle et à la régulation
d’installation de chauffage, de ventilation et de climatisation, installée dans la salle N°4
(septique), d’après le personnel les filtres de cette armoire n’ont pas été entretenus depuis
des années. L’évacuation des bacs de condensats et des batteries chaud/froid encastrée
sous carrelage et dans les murs est la source d’une fuite d’eau qui a causé des dégâts dans
les séparations et au niveau du plancher haut du bureau du chef de service. Cette
évacuation devra être l’objet des travaux de remise en état à court terme.
N.B : Il est à signaler à ce niveau que l’activité de la salle N°4 ne se limite pas aux actes
septiques mais s’étend aux actes aseptiques () par manque de traitement dans les autres
salles.
2- Deux centrales de traitement d’air sur terrasse pour les salles 1, 2 et 3. Ces centrales sont
de la marque AERMEC.
3- La production calorifique (eau glacée et eau chaude) pour le fonctionnement des CTA en
modes climatisation et chauffage se fera respectivement par un groupe d’eau glacée de la
marque CARRIER (type 30RA120 B0809 PEE) de puissance frigorifique 62 kW et une
chaudière de la marque (pompe à chaleur) avec deux centrales de traitement d’air à la
terrasse pour les salles 1, 2 et 3.
4- Le soufflage d’air est assuré par des diffuseurs ou des ventilo-convecteurs et l’extraction
par des caissons.
Les visites ont dégagé que :
Les manchettes souples des gaines de reprise d’air sont usées et trouées ne garantissant
pas ainsi l’extraction de la quantité réelle de l’air intérieur et ainsi la quantité d’air traitée n’est
plus conforme aux normes.
Des fuites d’eau provenant de la batterie du groupe d’eau glacée.
32
Les centrales de traitement d’air fonctionnement en mode ventilation seulement, le
personnel du bloc confirment que l’activité des salles aseptiques (1, 2 et 3) est interrompue depuis
des mois, seule la salle N°4 est exploitée même pour des actes aseptiques.
Les locaux classés de la stérilisation (conditionnement, stérilisation, stockage et livraison)
ne sont pas couvert par le traitement.
Selon le témoignage du personnel du bloc opératoire, le système de traitement d’air des
salles et leurs annexes ne prouve pas une bonne performance.

Photo 89: Réseau aéraulique en mauvais état (à gauche) et intervention par l’équipe de maintenance (à droite)

5/ Le chauffage central :
Le service d’ORL n’est pas doté du système de chauffage central, en quelques locaux sont
installés des bains d’huile en mauvais état.
Il est à noter que les éléments de radiateur et les nappes en acier noir présents dans le service
sont non fonctionnels.

Photo 90: Radiateur non fonctionnel

Photo 91: Bain d’huile en mauvais état dans un local humide

33
Photo 92: Gaine horizontale pour le réseau de chauffage non fonctionnel

7/ Le réseau d’électricité :
Lors des visites il a été constaté que pour les locaux d’orthophonie, des consultations et
d’hospitalisation, le réseau d’électricité représente un danger pour les patents et pour le
personnel (un réseau apparent ou sous moulure, des prise et boites étanches adjacents à des
fuites d’eau, des luminaires non fixés)

8/ Lutte contre l’incendie et désenfumage:


Les locaux d’ORL sont dotés d’un réseau RIA et des extincteurs à poudre.
Sont installés des détecteurs de fumée, les essais réalisés par des cigarettes lors des visites ont
dégagés la non fonctionnalité de ces éléments non asservis à des Centrales de détection incendie.
Les normes exigent pour les locaux de sommeil (hospitalisation) un système de
désenfumage naturel ou mécanique, les hospitalisations du service ORL sont dépourvues de ce
système. Pour l’hospitalisation femmes le réseau de désenfumage passant dans le vide sanitaire
est non fonctionnel (les tourelles sont désinstallées).
Les locaux ne sont pas compartimentés par des portes pare flammes ou coupe feu.

Photo 93: Extincteur à poudre non rechargé depuis 02/2018

9/ Appel infirmière:
Les locaux du service d’ORL à l’EPS Charles Nicolle en particulier les hospitalisations ne
sont pas dotées d’un système d’appel infirmière.
10/ Téléphonie et réseau informatique :
Seuls les box d’enregistrement des consultations sont branchés au réseau
informatique.

34
CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

Les bâtiments occupés par le service d’ORL sont construit sur un terrain accidenté
et sur des différentes étapes et de différents modes, ils présentent dans leur état actuel
des dégradations des enduits, de la menuiserie et de la structure porteuse, des
infiltrations et fuites de différents types des eaux, des fissures de la maçonnerie et des
planchers, des flexions et affaissement des revêtements, des endommagement des
réseaux extérieurs.
Les travaux engagés par la direction de l’EPS concerne la reprise de l’enduit et de
la peinture intérieurs, une telle action s’avère insuffisante pour remédier à une telle situation
(reprendre la peinture sans mettre le support hors eau et stopper sa source de fuite), le remède aux
désordres nécessite une réflexion approfondie pour remédier et pallier aux désordres
constatés.
Ainsi il est recommandé :
A l’immédiat :
Inviter l’entreprise titulaire du contrat de maintenance pour la recharge des
extincteurs.
Engager une expertise approfondie sur le système de traitement d’air pour se
prononcer sur sa performance.
En gager des travaux de nettoyage et dégagement des débris pourris des locaux de
maintenance en bas des consultations et des travaux de réfection et remise en état du
réseau intérieur, de la chape (cuvelage de préférence), de l’installation électrique (filerie
et disjoncteur), de remise en fonctionnement de la pompe de relevage, des travaux
d’enduit de protection des éléments structuraux et de la maçonnerie en ces locaux.
Engager des travaux d’étanchéité sous carrelage pour tous les locaux humides se
situant au RDC en guise d’éliminer les fuites d’eau provenant des points d’eau.
Engager des travaux de remise en état du réseau extérieur d’évacuation et assurer
son étanchéité (conduites et regards en BA au lieu de ceux maçonnés) avec la reprise des
trottoirs de protection exécutés actuellement en pierres en vue de réduire la remontée
capillaire des eaux extérieures.
Engager des travaux de nettoyage et réfection du local de la chaufferie
abandonnée en vue de dévier les eaux de ruissellement qui s’infiltrent sous les bâtisses.
Engager des travaux de remise en état dans les règles de l’art des conduites
d’évacuation des eaux de terrasses.
Engager des travaux de rénovation de la menuiserie extérieure en bois et son
remplacement par une en aluminium en vue d’éliminer les infiltrations des eaux de pluie
et améliorer l’éclairage et l’ensoleillement.
Engager des travaux d’abattage des arbres et arbustes en juxtaposition avec les
édifices.
Engager des travaux de reprise du réseau intérieur d’électricité.
Engager des travaux de reprise de l’enduit extérieur vieillis et dégradé sur
maçonnerie en pierres.
Engager des travaux d’entretien du réseau d’évacuation des condensats de l’ATA
installée dans la salle 4 ou bien déplacer toute l’ATA.
Engager des travaux de remise en état du réseau aéraulique en ses parties
endommagée avec entretien des CTA et remplacement des filtres et filtres terminaux.
Engager des travaux de remplacement des dalles carrées pour l’éclairage des
archives par des luminaires étanches dédiés à ces locaux.
Engager des travaux de traitement contre l’oxydation et la corrosion des éléments
de structure en béton armé ou en profilés métalliques.

35
A court terme :
Engager des travaux de déplacement du vidoir humide et de réaménagement de
la stérilisation en guise de créer des espaces et circuits séparés propices à l’activité
conformément aux normes de sécurité en vigueur.
Engager une équipe de concepteurs pour présenter une étude de réaménagement
des ailes d’hospitalisation et l’unité d’Orthophonie et inscrire un projet dans ce but.

Une extension en étage sur l’hospitalisation femmes, l’hospitalisation Hommes et


les consultations est irréalisable vue l’incapacité de supporter une charge supplémentaire
par les murs porteurs en pierres avec des terrasses en voutains surmontés d’un vide
sanitaire et le mode de construction des consultations (des souches pour un éclairage et
aération verticales).
Une extension en construction légère du noyau central en surélévation du bloc
opératoire et la stérilisation est envisageable mais couteuse vue la nécessité de déplacer
tous le réseau aéraulique et hydraulique avec les équipements de production des calories
et le renforcement de la structure touchée par la corrosion (une compagne au scléromètre
pour se prononcer sur la qualité du béton est nécessaire).
L’élargissement dans les limites possibles de la coure anglaise de largeur 0.90 m
est conseillée en vue d’améliorer la régénération naturelle de l’air et l’ensoleillement des
locaux du RDJ.

Une estimation prévisionnelle détaillée des travaux à réaliser sera transmise en cas de besoins.

Rapport établi par

L’Ingénieur Principal L’Ingénieur en Chef, Chef de Service


JAIDI Hosni ZOUABI Mondher

36

Vous aimerez peut-être aussi