Vous êtes sur la page 1sur 5

Fiche de synthèse – IAS 17 Contrats de location

DEFINITION ET CLASSIFICATION DES CONTRATS

Un contrat de location est classé en contrat de location-financement s’il a pour effet de transférer
au preneur la quasi-totalité des risques et avantages inhérents à la propriété d’un actif.

Tous les autres contrats de location sont classés en contrats de location simple.

Le classement d’un contrat de location en location-financement ou en location simple dépend


de la réalité de la transaction (substance) plutôt que de la forme juridique du contrat.

Indicateurs de situation permettant la classification d’un contrat en location


financement
Transfert de propriété au terme de la durée du contrat
Option de rachat préférentielle
Période de location pour la majeure partie de la durée de vie économique du bien
Valeur actualisée des paiements minimaux représente la quasi-totalité de la juste valeur du bien
au commencement du contrat (date d’engagement)
Bien tellement spécifique que seul le locataire peut l’utiliser sans modification significative
Si le preneur peut résilier le contrat de location, les pertes subies par le bailleur relatives à la
résiliation sont à la charge du preneur
Les profits ou pertes résultant de la variation de la juste valeur de la valeur résiduelle sont à la
charge du preneur
Le preneur a la faculté de poursuivre la location pour une deuxième période moyennant un loyer
sensiblement inférieur au prix du marché.

Classification des contrats de location portant sur un ensemble immobilier


Principe
Analyse des contrats de location du terrain et de l’immeuble séparément en répartissant entre les
deux éléments les paiements minimaux au prorata de leur juste valeur en début de contrat.
Terrain
Classement en location simple sauf si transfert de propriété probable au preneur à
l’issue de la période de location.
Construction
Classement en location simple ou location financement selon respect ou non des indicateurs
habituels.

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 1/5


Cas particuliers d’analyse au niveau de l’ensemble immobilier
- Transfert de propriété probable des deux éléments à l’issue de la période de location
- Impossibilité de scinder le contrat de location entre terrain et immeuble
- Valeur non significative du terrain
- Immeuble de placement

CONTRATS DE LOCATION FINANCEMENT DANS LES ETATS FINANCIERS


DANS LES ETATS FINANCIERS DU PRENEUR

Comptabilisation à l’actif (immobilisation) et au passif (emprunt) du montant le plus faible


entre la valeur actualisée des paiements minimaux au titre de la location (calculée au taux
d’intérêt implicite du contrat ou sinon au taux d’endettement marginal du preneur) et la juste
valeur de l’actif
La politique d’amortissement de l’actif loué doit être cohérente avec celle applicable aux actifs
amortissables détenus par l’entreprise
Les paiements futurs au titre de la location-financement doivent être ventilés entre la charge
financière et l’amortissement du solde de la dette sur la base d’un taux d’intérêt périodique
constant

CONTRATS DE LOCATION SIMPLE DANS LES ETATS FINANCIERS DU


PRENEUR

Comptabilisation des paiements au titre du contrat de location simple en charges dans le


compte de résultat sur une base linéaire pendant toute la durée du contrat, à moins qu’une autre
base systématique ne soit représentative de l’échelonnement dans le temps des avantages qu’en
retirera le preneur.

CONTRATS DE LOCATION FINANCEMENT DANS LES ETATS FINANCIERS


DU BAILLEUR

Comptabilisation d’une créance pour un montant égal à l’investissement net dans le contrat de
location (Paiements minimaux actualisés + Valeur résiduelle garantie actualisée)
Comptabilisation des revenus financiers sur la base d’une formule traduisant un taux de
rentabilité périodique constant sur l’encours d’investissement net restant du bailleur

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 2/5


CONTRATS DE LOCATION SIMPLE DANS LES ETATS FINANCIERS DU
BAILLEUR

Les actifs faisant l’objet de contrats de location simple doivent être présentés au bilan du
bailleur selon la nature de l’actif
Les revenus locatifs doivent être comptabilisés en produits de façon linéaire sur toute la
durée du contrat de location, à moins qu’une autre base systématique ne soit plus représentative
de l’échelonnement dans le temps de la diminution de l’avantage retiré de l’utilisation de l’actif
loué

Les bailleurs fabricants ou distributeurs doivent constater en plus des produits financiers les profits
ou pertes réalisés sur la vente comme s’il s’agissait d’une vente ferme de l’actif loué au prix de
vente normal, tenant compte d’éventuelles remises ou ristournes commerciales.

TRAITEMENT COMPTABLE DES TRANSACTIONS DE CESSION-BAIL

La cession-bail est une opération par laquelle le propriétaire d’un bien le cède à un tiers pour le
reprendre en bail.
Soit la cession bail est suivie d’un contrat de location financement, le profit résultant de
l’opération doit être différé et amorti sur la durée du contrat. La perte quant à elle sera soit
constatée directement en résultat, soit éliminée en constatant la perte de valeur à l’actif par voie
de provision pour dépréciation.
Soit la cession est suivie d’un contrat de location simple, dans ce cas, le traitement du
résultat de la cession-bail chez le vendeur respecte le schéma suivant :

Vente et location aux


Profit ou perte comptabilisés
conditions de marché
immédiatement
(juste valeur)

Prix de vente
Comptabilisation différée
> de l’excédent
Juste valeur

Résultat
Cession-Bail Prix de vente
Comptabilisation immédiate en profit
ou perte (sauf si compensation
< de la perte par des loyers
Juste valeur
futurs < au prix du marché)

Juste valeur
< Comptabilisation immédiate en perte
Valeur comptable

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 3/5


INFORMATIONS A FOURNIR EN ANNEXE

Preneur – Location financement


Valeur comptable pour chaque catégorie d’actif
Rapprochement entre le total des paiements minimaux futurs au titre de la location et leur valeur
actualisée
Loyers conditionnels inclus dans le résultat
Total des futurs paiements minimaux futurs de sous-location à recevoir au titre des contrats de
sous-location non résiliables
Description générale des principales dispositions des contrats de location du preneur

Preneur – Location simple


Montant des paiements minimaux futurs à effectuer :
- En vertu des contrats de location simple non résiliables
- Ventilés par échéance
Montant des paiements minimaux futurs à recevoir au titre des contrats de sous-location non
résiliables
Montants des paiements de location et de sous-location comptabilisés en charges dans le résultat
en indiquant séparément :
- Paiements minimaux
- Loyers conditionnels
- Revenus des sous-locations
Description générale des principales dispositions des contrats de location du preneur

Bailleur – Location Financement


Un rapprochement entre l’investissement brut total dans le contrat de location à la date de clôture
et la valeur actualisée des paiements minimaux à recevoir au titre de la location à la date de
clôture. En outre, l’entreprise doit indiquer, à la date de clôture, l’investissement brut total dans le
contrat de location et la valeur actualisée des paiements minimaux à recevoir au titre de la
location, à chacune des périodes suivantes : à moins d’un an, à plus d’un an mais à moins de 5
ans et à plus de cinq ans
Les produits financiers non acquis
Les valeurs résiduelles non garanties revenant au bailleur
La correction de valeur cumulée des paiements minimaux non recouvrables au titre de la location
Les loyers conditionnels comptabilisés en résultat
Une description générale des principales dispositions des contrats de location du bailleur

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 4/5


Bailleur – Location Simple
Pour chaque catégorie d’actifs, la valeur comptable brute, l’amortissement cumulé et les pertes
de valeur cumulées à la date de clôture, ainsi que l’amortissement comptabilisé dans le résultat
de l’exercice, les pertes de valeurs comptabilisées dans le résultat de l’exercice et les pertes de
valeur reprises au résultat
Le montant des paiements futurs minimaux à recevoir au titre de contrats de location simple non
résiliables en cumul et pour chacune des périodes suivantes : à moins d’un an, à plus d’un an
mais moins de cinq ans, et à plus de cinq ans
Le montant total des loyers conditionnels comptabilisés en résultat, et
Une description générale des principales dispositions des contrats de location du bailleur

© Éd. Francis Lefebvre / PricewaterhouseCoopers 5/5