Vous êtes sur la page 1sur 17

N°136 – Ancienne mairie

20 225 Cateri
Tél: 04 95 56 28 89

Objet de la consultation :

Fourniture et pose de lampadaires solaires


d’éclairage public

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES


(CCTP)

1
SOMMAIRE

ARTICLE 1 - STIPULATIONS GENERALES ............................................................ 3


1.1 - PERIMETRE DU MARCHE ..................................................................................... 3
1.2 - DEFINITIONS ................................................................................................. 3
1.3 - DONNEES ..................................................................................................... 3
ARTICLE 2 - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES ........................................................ 6
2.1 - MOYENS TECHNIQUES ....................................................................................... 6
2.1.1 - Qualifications ..................................................................................... 6
2.2 - NORMES LIEES AU DOMAINE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC ................................................... 6
2.3 - AUTRES TEXTES REGLEMENTAIRES......................................................................... 6
2.4 - ENVIRONNEMENT ............................................................................................ 7
2.5 - REGIMES DE FONCTIONNEMENT ............................................................................ 7
2.6 - OBJECTIFS PHOTOMETRIQUES .............................................................................. 8
ARTICLE 3 - PLAN DE MESURES ET DE VERIFICATION ........................................ 9
3.1 - MESURES D’ECLAIREMENT – NIVEAU DE SERVICE........................................................ 9
ARTICLE 4 - DESCRIPTION DES TRAVAUX ........................................................ 10
4.1 - CARACTERISTIQUES DES MATERIELS .....................................................................10
4.1.1 - Luminaire à LEDs ..............................................................................10
4.1.2 - Support ...........................................................................................11
4.1.3 - Massif béton .....................................................................................11
4.1.4 - Détecteur de présence .......................................................................12
4.1.5 - Panneau photovoltaïque .....................................................................12
4.1.6 - Batterie et électronique de gestion ......................................................13
4.1.7 - Garantie ..........................................................................................14
4.1.8 - Documents à produire .......................................................................14
4.1.9 - Dérogations ......................................................................................15
4.2 - ORGANISATION DES TRAVAUX.............................................................................15
4.2.1 - Prescriptions générales ......................................................................15
4.2.2 - Protection de l'environnement ............................................................16
4.2.3 - Signalisation de chantier ....................................................................16
4.2.4 - Réception des rénovations, contrôles et essais ......................................17
4.2.5 - Dossier des Ouvrages Exécutés ...........................................................17

2
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
Article 1 - Stipulations générales

1.1 - Périmètre du marché

Le présent Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) définit les règles
d’exécution pour l’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public.

Il comporte les travaux suivants :

- Terrassement et réalisation de massifs en béton pour candélabres,


- Fourniture et pose d’ensembles solaires comprenant candélabre, panneau
photovoltaïque, batterie et électronique de gestion, luminaire leds et console
décorative suivant type de luminaire.

La description détaillée de l'ensemble de ces prestations et des équipements concernés


sont énumérés dans ce document.

1.2 - Définitions

Un lampadaire solaire est un dispositif d’éclairage public fonctionnant à partir de l’énergie


solaire photovoltaïque. Au sens du présent CCTP, il comprend :

- Un candélabre : c’est l’ensemble constitué du mât et de la crosse et les fixations


(goujons, platine, etc.) ;
- Un luminaire : c’est l’ensemble mécanique, optique et électrique qui comporte le
système d’éclairage à LED. Il permet d’une part de distribuer et contrôler le flux
lumineux, d’autre part de protéger les LED, les dispositifs électriques et
mécaniques contre les intempéries.
- Un ou plusieurs modules photovoltaïques ;
- Une ou plusieurs batteries de stockage intégrées dans un caisson IP66 ;
- Un contrôleur de charge intégré en caisson IP66.

1.3 - Données

Le tableau ci-après présente l’ensemble des implantations envisagées (données non


contractuelles) et les caractéristiques du matériel associé :

3
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
Désignation Matériel

N° Commune Nbr Lum. Usage Voie type Style Fonctionnel N° Cas


ALGAJOLA
1 Chemin Cocani 3 Chemin 2 x B

AREGNO
2 Chemin Praoli 1 Entrée sentier 4 x A
3 Chemin Bas Village 2 Sentier 3 x A

CALENZANA
4 Pont Figarella 1 Abri bus 5 x A
5 Pughjolu - Réservoir 1 Sécurisation 5 x A

CALVI
6 Nd de la Serra 2 Cheminement 4 x A

CATERI
7 RD 3 Voirie routière 1 x B

CORBARA
8 Sentier Guido 4 Cheminement piéton 3 x A
9 Couvent 1 Cheminement piéton 3 x A

FELICETU
10 Chemin St Roch 2 Sécurisation 5 x A
4 x A
11 Cimetière 1 5 x A
GALERIA
12 Eglise 1 Cheminement 5 Ambiance B
13 Pont Calca 1 Cheminement 1 Ambiance B

4
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
Désignation Matériel

N° Commune Nbr Lum. Usage Voie type Style Fonctionnel N° Cas


LUMIO
14 Route Cimetière 5 Voirie résidentielle 1 x B

OCCHIATANA
15 RD 71 (Santa Teresa) 1 Sécurisation routière 1 x B
16 Fontaine Canalellu 1 Mise en valeur 5 x A
17 RD 71 (Costa) 1 Sécurisation routière 1 x B

OLMI CAPELLA
18 RD 863 (Croisement) 1 Sécurisation routière 1 x B

PIOGGIOLA
19 Monument aux morts 1 Mise en valeur 5 x A
20 Camping 1 Cheminement piéton 3 x A
SANT ANTONINO
21 Sentier 1 Cheminement piéton 3 x A
22 Cimetière 1 Cheminement piéton 3 x A
23 Croisement CC 1 Sécurisation routière 1 x B
24 PAV 1 Eclairage local 4 x A
25 Croisement RD 1 Sécurisation routière 1 x B
SANTA REPARATA
26 Ld Toro (Auberge L'aghjale) 1 Sécurisation routière 1 x B
27 Occiglioni (Eglise) 1 Entrée sentier 3 x A
28 Curriale (Fontaine) 1 Mise en valeur 5 x A
29 A Crucetta (sentier) 1 Cheminement piéton 3 x A
30 Lotissement Arinella 1 Voirie résidentielle 1 x B

SPELUNCATO
31 Parking Navalella 1 Parking 4 x A
32 Parking Pagliaghjo 1 Parking 4 x A

VILLE DI PARASO
33 Sentier Fontaine 3 Cheminement piéton 3 x A
34 RD accès maison 1 Sécurisation routière 1 x B

34 TOTAL 50 18 31

Pour l’élaboration de leur offre, les candidats disposent du tableau ci-dessus, de


l’ensemble des cartes descriptives et photographies annexées au présent CCTP.

Ces informations, en particulier les sites d’implantation, sont donnés à titre indicatif et ne
sont pas contractuelles.

5
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
Article 2 - Prescriptions techniques

2.1 - Moyens techniques

2.1.1 - Qualifications

Le Titulaire s'engage à constituer une ou plusieurs équipes qui seront habilitées


conformément aux normes en vigueur notamment l’UTE C18-510 et l’ensemble de la
législation du travail.

Le Titulaire disposera également de tous les moyens techniques nécessaires à la parfaite


réalisation des termes du marché.

2.2 - Normes liées au domaine de l’éclairage public

Le Titulaire s’engage à respecter les normes suivantes et à réagir selon les termes de son
marché, de manière à favoriser la mise en conformité des installations.

Les installations d’éclairage public doivent satisfaire aux normes d’installation électrique
suivantes :

- NFC 15-100 : installations électriques à basse tension


- NF C 17-200 : installations d’éclairage public – règles
- Guide UTE C 17-205 : guide pratique – installation d’éclairage public –
détermination des sections des conducteurs et choix des dispositifs de protection.
- UTE C 18-510 : Recueil d’instructions générales de sécurité d’ordre électrique
Les luminaires doivent répondre aux normes européennes harmonisées de la série NF EN
60-598, et en particulier :
- NF EN 60 598-1 : Luminaires : règles générales et généralités sur les essais
- NF en 60 598-2-3 : Luminaires partie 2-3 – Règles particulières – Luminaires
d’éclairage public
- NF EN 60 598-2-5 : Luminaires partie 2-5 – Règles particulières – Projecteurs.
- NF EN 40-1 : Candélabres – Définitions et termes
- NF EN 13201/2/3/4. : éclairage des voies et espaces publics

2.3 - Autres textes réglementaires

Le Titulaire s’engage à respecter les principaux textes réglementaires en vigueur


s’appliquant aux installations d’éclairage public et notamment les suivants :

- Décret 95-1081 du 3 octobre 1995 relatif à la sécurité des personnes, des


animaux et des biens lors de l’emploi des matériels électriques destinés à être
employés dans certaines limites de tension (transposition de la directive
européenne 73/23/CEE du 19 février 1973, dite « directive basse tension »,
modifiée par la directive 93/336/CEE du 22 juillet 1993).
- Décret 92-587 du 6 juin 1992 modifié par le décret 95-283 du 13 mars 1995,
relatif à la compatibilité électromagnétique des appareils électriques et
électroniques (transposition en droit français de la directive européenne
89/336/CEE du 3 mai 1989 modifiée par la directive 92/31/CEE du 28 avril 1992).
- Décret 88-1056 du 14 novembre 1988 pris pour l’exécution des dispositions du
livre II du code du travail (titre III : hygiène, sécurité et conditions de travail) en
ce qui concerne la protection des travailleurs dans les établissements qui mettent
en œuvre des courants électriques. Les dispositions de ce décret s’appliquent « du
fait que les installations sont exploitées par les travailleurs ».
- Selon l’article 13 du décret n° 84-74 du 26 janvier 1984 fixant le statut de la
normalisation (JO du 1er février 1984), modifié par le décret n°93-1235 du 15

6
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
novembre 1993 (JO du 17 novembre 1993), la référence aux normes est
obligatoire dans les marchés publics.
- Circulaire DRT n°89-2 du 6 février 1989, modifiée le 29 juillet 1994, relative aux
mesures destinées à assurer la sécurité des travailleurs contre les dangers
d’origine électrique dans les établissements qui mettent en œuvre des courants
électriques. Cette circulaire reprend l’ensemble des commentaires du décret du 14
novembre 1988.
- Les textes réglementaires de 1988 et 1989 sont applicables aux réseaux
d’éclairage public soumis à la législation du travail et appartenant exclusivement à
l'État et aux collectivités locales. Les règles de sécurité à respecter lors de travaux
sur ces réseaux sont donc celles édictées par le décret n° 88-1056 du 14
novembre 1988.

2.4 - Environnement

Le soumissionnaire est tenu de s’informer lui-même des conditions d’environnement qui


existent sur le site où seront installés les équipements.

La fourniture, les accessoires et les fixations devront résister aux conditions ambiantes
climatiques maximales décrites ci-après :

- Température : 0° à +40C
- Hygrométrie / Humidité relative : 50% à 85%
- Vent :
o Vitesse normale : 30 m/s
o Densité de l’air : 1,3 kg/m3

- Précipitations : pluie battante continue

2.5 - Régimes de fonctionnement

Le Maître d’Ouvrage a défini deux régimes de fonctionnement de l’éclairage public selon


l’usage :

- Cas A : Eclairage en pleine puissance les quatre premières heures de la nuit, puis
abaissement (% à préciser par le candidat) avec activation de la pleine puissance
par détection de présence (estimation à faire sur 2h d’éclairage cumulées par nuit
en mode détection).
- Cas B : Eclairage en pleine puissance 10 h par nuit (coupure entre 23h et 05h)

7
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
2.6 - Objectifs photométriques

Les exigences de zones-références à éclairer sont les suivantes :

Profil de voie Hauteur


Interdistance de feu
Eclairement Uniformité N° de Cas
Type Largeur Longueur Position Autonomie minimum
moyen Emin/Emoy énergétique
(m) (m) x ;y (m) (m)

Voie type 1
6 60 20 ≥ 10 lux ≥ 0.40 4 B
= Route

Voie type 2
3 30 10 ≥ 20 lux ≥ 0.30 4 B
= Chemin

Voie type 3 ≥ 4 jours


3 80 20 ≥ 20 lux ≥ 0.30 4 A
= Sentier minimum

Voie type 4 1 point


10 20 ≥ 10 lux Sans objet 4 A
= Parking (x=10;y=0)

Voie type 5 1 point


10 10 ≥ 10 lux ≥ 0.40 4 A
= Sécurité (x=5;y=5)

Le facteur de maintenance à retenir sera de 0,9.

Ces niveaux d’éclairement devront être maintenus lors des périodes les plus
défavorables de l’année et pour les 2 cas suivants :

- Cas A : Eclairage en pleine puissance les quatre premières heures de la nuit, puis
abaissement (% à préciser par le candidat) avec activation de la pleine puissance
par détection de présence (estimation à faire sur 2h d’éclairage cumulées par nuit
en mode détection).
- Cas B : Eclairage en pleine puissance 10h par nuit (coupure entre 23h et 05h)

Pour ces 2 cas l’autonomie sera au minimum de 4 jours (en prenant en compte
qu’il n’y a pas de production d’énergie sur ces 4 jours).

8
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
Article 3 - Plan de mesures et de vérification

3.1 - Mesures d’éclairement – niveau de service

Les opérations de contrôle des niveaux d’éclairement seront réalisées par la Maîtrise
d’œuvre.

Les protocoles de mesures seront conformes aux prescriptions de la norme NF EN 13


201/4. Ces mesures seront réalisées de façon statique (semis de points de référence).

Les mesures d'éclairement seront faites au moyen d'un luxmètre étalonné par un
laboratoire officiel (certificat datant de moins d’un an). Les échelles de graduation seront
spécialement adaptées à des mesures de flux lumineux ayant la répartition spectrale des
sources utilisées, et leur sensibilité sera voisine de celle de l’œil moyen défini par les
spécifications de la CIE.

Les mesures seront comparées aux valeurs référence proposées par l’Entreprise dans la
note photométrique réalisée suivant les objectifs fixés à l’article 2.6 du présent CCTP.

Une variation de -5 % (cinq) et de +15 % (quinze) sur l’éclairement moyen,


indiqué sur chaque panorama établi par le soumissionnaire, sera tolérée.

Si les résultats obtenus sont hors tolérance, le Titulaire devra exécuter, à sa charge
exclusive, sans pouvoir prétendre à une quelconque indemnisation, toutes les
modifications nécessaires pour améliorer l’installation et rester dans les tolérances
admises.

En aucun cas, l’amélioration des caractéristiques de l’éclairage ne devra donner lieu à un


excès d’éblouissement.

* Éclairement moyen.
L’éclairement moyen est calculé à partir de la moyenne arithmétique des valeurs
d’éclairement mesurées en chaque point du semis, dont la répartition sera conforme aux
règles applicables à l’éclairage des voies publiques (canevas de 1 m en transversal par
2.5 m dans le sens longitudinal).

* Uniformité d’éclairement
L’uniformité d’éclairement représente le rapport entre l’éclairement minimal du semis et
l’éclairement moyen.

9
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
Article 4 - Description des travaux

4.1 - Caractéristiques des matériels

4.1.1 - Luminaire à LEDs

Le luminaire devra garantir un rendement élevé sans émission lumineuse au-dessus de


l’horizon. La vasque du luminaire devra, à cet effet, être plate, transparente et de
préférence en position horizontale. Le luminaire intégrera un système de modulation
d’intensité lumineuse afin de réduire la consommation d’énergie durant certaines heures
de la nuit et selon la présence humaine pour préserver l’autonomie de la batterie.

2 types de luminaires seront proposés : un modèle au design fonctionnel et épuré sera


équipé d’un manchon réglable pour une fixation latérale ; un autre modèle au design
traditionnel type 4 faces sera suspendu à une crosse décorative fixée elle-même au mât.
Si plusieurs modèles de crosses sont disponibles sans surcoût, le candidat devra le
préciser dans son offre et en présenter les visuels.

Le luminaire sera thermo laqué de couleur RAL au choix du maître d’ouvrage.

Le luminaire devra assurer un éclairage :

- Cas A : en pleine puissance les 4 premières heures de la nuit, puis un


abaissement sera assuré (% à préciser par le candidat). Pendant cette période
d’abaissement la pleine puissance sera activée par un détecteur de présence
infrarouge (estimation à faire sur 2h d’éclairage cumulé par nuit en mode
détection).
- Cas B : en pleine puissance d’au moins 10 h par nuit. Une coupure aura lieu entre
23h00 et 05h00.

Les calculs devront être présentés explicitement dans la configuration la plus


défavorable de l’année.
Hypothèse : nuit du 21 décembre (solstice d’hiver – nuit de 16 h).

Les luminaires seront de type LED répondant au standard international Zhaga (module
LED remplaçable et interopérable).
Est considéré comme module LED un ensemble composé de diodes électroluminescentes
(LED) intégrée sur une carte électronique, d’un bloc optique et d’élément(s) de
dissipation thermique.

Les exigences techniques du module LED sont les suivantes :

• Flux lumineux utile au maximum de la puissance :


o ≥ 2 000 lumens (pertes optiques incluses) pour tous les types de voies;
• Efficacité lumineuse en sortie de luminaire minimal : 105 lumens/W (pertes
optiques incluses)
• Température de couleur : 3000°K ;
• Photométrie : le système optique sera choisi afin de répondre aux exigences
énoncées au paragraphe 2.6 du présent CCTP.
• Durée de vie :
o Définition : La durée de vie des LED est définie comme la durée spécifiée
aux limites correspondant à une perte de 20% du flux initial selon les
normes d’éclairage public (LM80) ;
o Durée de vie attendue : ≥ 80 000 heures ;

10
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
Les spécifications techniques et calculs prouvant que ces exigences sont remplies doivent
être fournis par déclaration écrite et doivent suivre les recommandations de calcul,
exigences techniques, mesure et test des normes correspondantes (EN 13201, CEI
60969, etc.).

4.1.2 - Support

Le candélabre sera en acier galvanisé à chaud thermolaqué de couleur RAL au choix du


maître d’Ouvrage.

La hauteur du point lumineux sera de 4 mètres au-dessus du sol.


Pour des raisons de sécurité liées au risque de vandalisme et de vol de la batterie, le
candélabre sera sans porte de visite et prévu pour supporter en tête dans un caisson
situé sous le panneau photovoltaïque tous les éléments techniques (panneau solaire, la
ou les batterie(s), ainsi que l’électronique de gestion).

La crosse devra garantir une orientation de préférence horizontale du réflecteur et


assurer une bonne répartition du flux lumineux sur la zone de référence susmentionnée.

Le support devra résister aux efforts dus aux vents et aux chocs normaux. Le diamètre
du candélabre sera à préciser par une étude et sera dimensionné de manière à être
conforme à la norme EN 40 selon la zone de vent du site d’installation.

4.1.3 - Massif béton

Le candélabre sera fixé sur un massif en béton qui sera calculé pour répondre à la
norme EN 40.
Il sera fourni les notes de calcul justificatif des dimensions adoptées pour pression de sol
en fonds de fouille de 2 / 1 et 0.5 bars. Les fondations seront en béton banché dosé à
350 kg de ciment par m3.

Le socle en béton devra pouvoir supporter la charge du candélabre complet proposé dans
l’offre, incluant tous les éléments : panneau solaire, luminaire, batterie et électronique de
gestion.

Le massif de béton sera arasé de niveau bien horizontal en tous sens au niveau du sol.

En présence de sol rocheux, la mise en œuvre de scellement chimique pourra être


autorisée à la condition expresse que le titulaire fournisse un calcul de dimensionnement
et une notice de mise en œuvre établie par un bureau d’études spécialisé.

Une semelle souple amortissante (dispositif Peplic de chez SOGEXI ou équivalent) sera
intercalée entre le massif béton et la plaque de fixation du mât. Le couple de serrage des
écrous sera adapté à ce mode de pose.

Les tiges et écrous de fixation des candélabres au massif seront protégés par des
capuchons graissés (dispositif Kaptige de chez SOGEXI ou équivalent).

Le découpage au chalumeau est strictement interdit.

Les joints soudés seront de la classe 4 définie par la norme NF A 89 220. Les soudages
seront exécutés en atelier et soumis au contrôle défini par la norme susvisée. Le maître
d'œuvre se réserve la possibilité d’effectuer des contrôles inopinés par sondages. Il sera
interdit d’exécuter des soudures sur chantier.

11
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
Les assemblages par boulonnage seront exécutés suivant les spécifications de l’article 6.2
des règles de calcul et de conception des charpentes en alliage d’aluminium du D.T.U.
32-2.

Les boulons d’assemblage devront être :


· soit des boulons en acier, galvanisés à chaud
· soit des boulons en acier inoxydable Z6 CN 18-8 ou 18-10 suivant norme NF A 35 572.

Des éléments d'isolation seront interposés au contact de matériaux différents


susceptibles de créer des couples galvaniques.

4.1.4 - Détecteur de présence

De technologie infrarouge le détecteur de présence sera de préférence intégré au


luminaire pour le modèle fonctionnel et déporté sur le mât pour la version de luminaire
traditionnel.

Le détecteur sera pré câblé sur connecteur rapide. Le détecteur sera enrobé de résine de
potting pour une étanchéité maximale.

Le rayon de détection sera d’environ 7 m sur les côtés et 6 m en face.

Option n°1 (Valorisation obligatoire) – Les détecteurs de présence proposeront une


fonction de communication sans fil fiable et sécurisée (protocole Zigbee ou LoRa)
permettant un allumage instantané de plusieurs candélabres en même temps (chemin de
lumière).

4.1.5 - Panneau photovoltaïque

Les exigences techniques du panneau photovoltaïque sont les suivantes :

• Caractéristiques par panneau :


o Type : mono ou poly-cristallin
o Position : incliné en top de mât (angle à préciser)
o Puissance de crête préconisée : ≥ 150 Wc
o Durée de vie panneau solaire attendue : 20 ans à 80% de la puissance
initiale
o Degré de protection IP65 selon la norme CEI 60529

Les panneaux photovoltaïques auront été testés selon les normes énoncées plus haut.
Ils devront être fixés sur le support de manière sécurisée pour empêcher le vol et de
manière à éviter tout risque de corrosion par couple électrolytique entre les modules
photovoltaïques et les structures porteuses.

Les calculs du dimensionnement du système proposé seront détaillés dans une étude à
mener qui déterminera le type, la puissance, la superficie du panneau, son inclinaison et
le nombre de cellules photovoltaïques. Un graphique de simulation de production devra
être présenté.

Il devra montrer une production d’énergie mensuelle au moins 20 % supérieure à la


consommation d’énergie mensuelle du luminaire afin d’absorber une partie de la perte
d’efficacité du panneau par l’encrassement (poussière) et l’usure standard du panneau
(perte de puissance d’environ 0.8% par an).

Ce point devra être vérifié au mois de l’année le plus défavorable (c’est-à-dire


au mois de décembre où la production solaire est la plus faible).

12
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
4.1.6 - Batterie et électronique de gestion

La ou les batteries devront restituer un courant stable pendant de longues périodes tout
en conservant leur aptitude à la recharge. Elles devront avoir les caractéristiques
générales suivantes :

- Type : Lithium (aucune autre technologie de batterie ne sera autorisée)


Technologie préconisée : Phosphate de Fer
- Capacité minimale préconisée : ≥ 800 Wh ;
- Autonomie ≥ 4 jours ;
- Nombre de cycles charge/décharge à 25°±5°C 30% de profondeur de décharge :
≥ 8000 cycles;
- Durée de vie de fonctionnement attendue : ≥ 20 ans ;
- Rendement attendue : 95%

Les performances de la batterie auront été testées selon les méthodes d’essais décrites
dans la norme NF EN 61427 relative aux accumulateurs pour les systèmes
photovoltaïques (SPV).

Par ailleurs, la batterie et l’électronique de gestion du système sera logée dans un


caisson IP66 en fonderie d’aluminium ou acier galvanisé installé en haut du mât et
verrouillé par une vis anti-vandalisme. La connectique doit être étanche et rapide sans
nécessité d’outils.

L’électronique de gestion aura pour fonctions principales la protection électrique des


équipements, la maximisation de la durée de vie de la batterie et du rendement du
système, ainsi que la commande d’allumage, d’extinction et de réglage du flux lumineux.

L’allumage, l’extinction et le flux lumineux devra être assuré par la détection de la


luminosité effective et non par minuterie.

L’électronique de gestion doit permettre d’assurer un fonctionnement toute la nuit avec


une réduction du flux lumineux, une programmation de plage horaire et une gestion de la
détection de présence.

Elle devra avoir les caractéristiques générales suivantes :

o Ajustement de l’éclairage selon la nécessité et selon l’état de charge de la


batterie :
o Possibilité de gérer un détecteur de présence
o Détection automatique jour/nuit (avec temporisations réglables)
o Mémorisation des évènements
o Compteur de temps de fonctionnement
o Calcul de l’état de charge batterie
o Protections : Décharge profonde / Surcharge / Température / Court-circuit
/ Inversions de polarité panneau solaire et batterie.

Durée de vie attendue de l’électronique de gestion : 20 ans ;

13
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
4.1.7 - Garantie

L’ensemble du matériel sera garanti 5 ans minimum (luminaire, détecteur, panneau,


batterie(s), carte électronique de gestion et structure mécanique).

4.1.8 - Documents à produire

• Une note de calcul précise présentant les courbes mensuelles de production


d’énergie via les panneaux solaires et de consommation d’énergie des luminaires
dans les cas énergétiques A et B.
Ces courbes devront montrer que la production solaire sera supérieure à la
consommation des luminaires tout au long de l’année et surtout au mois le plus
défavorable (décembre) en présentant une surproduction à cette période d’au
moins 20% (afin d’absorber la perte de production annuelle et l’encrassement des
panneaux).

• Une étude d’éclairement pour chaque profil de voie à équiper présentant au


minimum les niveaux d’éclairement mini, moyen et maximum ainsi que
l’uniformité globale (voir paragraphe 2.6).

• L’autonomie minimum de 4 jours sera vérifiée par le calcul ci-dessous :

Capacité énergétique batteries (Wh) / Consommation quotidienne (Wh) ≥ 4 jours

Avec

Capacité énergétique batteries (Wh) = tension batterie (V) x capacités batteries (Ah)
Consommation quotidienne (Wh) = Pnom luminaire (W) * Xh à 100% + Pnom luminaire
(W) * Y% veille * Zh

• Une documentation « catalogue d’origine ou fiche technique » complète sur les


ensembles d’éclairage (mât, crosse, luminaire, panneau, batterie et détecteur)

• Un certificat d’origine du luminaire, de la crosse et du mât

• Une présentation du luminaire d’éclairage public et de sa vasque en verre plat

• Une note de calcul du fabricant approuvée par un bureau d’étude justifiant le


choix des candélabres dans les conditions d’installation de zone de vent 4 (30m/s)
et les charges prévisionnelles selon les normes norme EN40-2.

• Le certificat CE selon la norme EN40 du fabricant des candélabres

• Une attestation de garantie du fabricant

• Le bordereau descriptif du matériel (BDM) joint au présent CCTP et renseigné par


le candidat

14
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
4.1.9 - Dérogations

Pour l’article 103 du BPU « luminaire d’ambiance » :

• Hauteur de feu : 3 m

• Esthétique luminaire : circulaire

• Puissance lumineuse : 1 500 lumens minimum

• Efficacité lumineuse : 100 lm/W minimum

• Caractéristiques panneau :
o Type : mono ou poly-cristallin
o Position : à plat au dessus du luminaire
o Puissance de crête préconisée : ≥ 30 Wc
o Degré de protection IP65 selon la norme CEI 60529

• Caractéristiques batterie :

- Type : Lithium (aucune autre technologie de batterie ne sera autorisée)


- Capacité minimale préconisée : ≥ 100 Wh ;
- Autonomie ≥ 1 jour ;
- Nombre de cycles charge/décharge à 25°±5°C 30% de profondeur de décharge :
≥ 1000 cycles;

L’ensemble du matériel sera garanti 2 ans minimum (luminaire, panneau, batterie(s),


carte électronique de gestion et structure mécanique).

4.2 - Organisation des travaux

4.2.1 - Prescriptions générales

Les opérations d'organisation du chantier devront respecter les impératifs suivants :

L’entrepreneur prendra à ses frais, risques et périls, les mesures nécessaires pour réduire
dans toute la mesure du possible la gêne imposée aux usagers des voies ainsi qu'aux
riverains notamment par les difficultés d'accès et le bruit des engins.

Il prendra également toutes les mesures utiles pour éviter ou réduire au minimum la
formation des poussières.

L’entrepreneur devra, au fur et à mesure de l'avancement des travaux, procéder à ses


frais au dégagement et au nettoiement du chantier, ainsi qu'à la remise en état des
emplacements mis à sa disposition pour l'exécution des travaux.

L’entrepreneur devra soutenir et conserver en état de service et de fonctionnement tous


les ouvrages, voies ou canalisations de toutes natures, à la rencontre et au voisinage
immédiat des installations. Il devra prévenir en temps utile les compagnies
concessionnaires ou les propriétaires intéressés.

L’entrepreneur aura à sa charge tous les travaux de consolidation de terrain ou d'ouvrage


d'épuisement ou d'assèchement, de quelque origine, nature ou importance qu'ils soient,
nécessités pour la bonne marche des travaux.
Il devra prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter les accidents corporels ou
matériels du fait de son activité.

15
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
4.2.2 - Protection de l'environnement

Maîtrise des nuisances sonores

Il revient à l’Entrepreneur de prendre les mesures adéquates pour limiter les nuisances
sonores dues au chantier, en particulier au niveau de ce qui concerne :

· Le choix des engins et matériels (conforme aux normes associées),


· Le capotage des engins,
· L’organisation du chantier (horaires des travaux, plans de circulation…),
· Les relations avec les riverains.

A la demande de la collectivité, il pourra être demandé expressément d’éviter certains


créneaux horaires.

4.2.3 - Signalisation de chantier

Conformément aux dispositions de l’article 31.6 du CCAG – Travaux, la fourniture et la


mise en place des panneaux et des dispositifs de signalisation, sont à la charge de
l’entreprise.

La signalisation des chantiers devra être conforme à la réglementation en vigueur


signalisation temporaire des chantiers, et répondre aux exigences des autorisations de
voirie délivrées par les services de la commune (les demandes doivent être formulées 10
jours avant l’exécution du chantier).

Toutes les mesures de signalisation adéquates au chantier devront être prises par
l’entreprise. Elle sera seule responsable des accidents qui pourraient résulter du non-
respect des règles de signalisation et de sécurité de son chantier.
Sauf dispositions contraires, la signalisation complète des chantiers, la fourniture du
matériel nécessaire, le maintien en place des panneaux, le remplacement des panneaux
accidentés ou disparus, la surveillance diurne ou nocturne des chantiers incomberont à
l'opérateur économique.

Elle devra assurer de jour comme de nuit sous sa responsabilité et à ses frais, la
signalisation de ses chantiers et les déviations de la circulation qui seront nécessaires.
Lorsque les travaux intéressent la circulation publique, la signalisation doit être conforme
aux instructions réglementaires en la matière. Elle est réalisée sous le contrôle des
services compétents par l’entreprise. En cas de carence de celle-ci, les autorités
compétentes ou le Maître d'œuvre peuvent prendre, les mesures nécessaires après une
mise en demeure restée sans effet. Les frais encourus seront récupérables sur le
montant du marché.

Les principes généraux de la signalisation temporaire s’appliquent en zone urbaine.


La signalisation de la voirie urbaine devra être semblable à celles des routes ordinaires, à
celles des rues, avenues ou boulevards de grande largeur, à celles des routes
importantes, et à celles des voies rapides.

Cependant l’environnement général pourra conduire soit à des allègements, soit à des
compléments, soit encore à des dispositions spécifiques.
Il est rappelé que la nuit, il est particulièrement important dans les zones urbaines,
généralement dotées d’un éclairage public dense, que toutes les dispositions soient prises
pour assurer la visibilité des panneaux et du balisage frontal, ainsi que le guidage optique
général du conducteur, pour tenir compte du niveau élevé de l’ambiance lumineuse locale
si elle est maintenue.

La signalisation devra toujours être maintenue en parfait état au frais de l’entreprise.

16
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne
A la fin du chantier, l’entrepreneur remettra en place, sous sa responsabilité, la
signalisation routière réglementaire.

En outre l’entreprise devra prévoir des panneaux d'information sur lesquels figureront sa
dénomination et celle du Maître d'Ouvrage, l'objet des travaux entrepris, la durée de ces
travaux, ainsi que leur date de démarrage. Ils devront être mis en place avant tout début
des travaux aux deux extrémités du chantier.

4.2.4 - Réception des rénovations, contrôles et essais

D'une manière générale, tout au long du marché, il sera procédé au contrôle de


l'ensemble des matériels installés tant sur le plan de leur mise en œuvre que sur le plan
fonctionnel. Tous les essais définis ci-après concernent les équipements mis en œuvre
lors des travaux d’implantation.

Essais

Sont notamment effectués les essais suivants :

· Contrôle du bon fonctionnement de l'ensemble du matériel.

Mesures d’éclairement

A l’issue de la rénovation, le maitre d’œuvre pourra procéder à des mesures de


vérification du niveau de service conformément aux prescriptions et aux protocoles
énoncés au chapitre 3.1.

4.2.5 - Dossier des Ouvrages Exécutés

Le dossier des ouvrages exécutés (Relevé du matériel : luminaires, mâts, sources avec
indication des marques, caractéristiques dimensionnelles, entraxe au diamètre de
montage, matière, puissance, notices d’entretien) sera remis au maître d’œuvre au plus
tard un mois après la fin des travaux, et ce en 2 exemplaires papier et numérique.

Le A

Mention « lu et approuvé »
Signature du candidat

17
CCTP – Travaux d’implantation de lampadaires solaires d’éclairage public – PETR du pays de Balagne