Vous êtes sur la page 1sur 8

Travaux Pratiques :

Réactions
Consécutives

Etudiants du Groupe B0201 :

-RBAH Wassim

-SEDQI Narjisse

-MASROUR Ilham
I. But :

Le but de cette manipulation est d’étudier l’influence des paramètres agissants


sur la vitesse d’une réaction dans les différents cas après avoir analysé les
programmes.

II. Principe :

A l’aide de MATLAB , on va tracer les variations des concentrations dans les


réactions consécutives A→B→C.

III. Définitions :

Les réactions consécutives correspondent au schéma général suivant :


A→B→C→…→

MATLAB : C’est un langage de développement informatique particulièrement


dédié aux applications scientifiques, il est utilisé pour développer des solutions
nécessitant une très grande puissance de calcul.

IV. Modélisation :
1- Création des deux fichiers main.m et rates.m :
main.m
time = linspace(0,tfin,npts)';
tol = sqrt(eps);
opts = odeset ('AbsTol',tol,'RelTol',tol);
[tout,x] = ode15s(@rates,time,x0,opts);
plot(tout,x)
table1 = [tout,x];
save abc.dat table1;

rates.m
function dcdt =rates(t,x)
global k1 k2
ca = x(1); cb = x(2); cc = x(3);
r1 = k1*ca; r2 = k2*cb;
dcdt = [-r1;r1-r2;r2];
2- On étudie les cas k1>>k2 , k2<<k1 et k1=k2:

-Réactions consécutives :
A k1→B k2→C
d[A]/dt = − k1 [A]
d[B]/dt = k1 [A] − k2 [B]
d[C]/dt = k2 [B]

Conditions initiales :
[A] =α , [B] = [C]=0
[A]+ [B]+ [C]= α
[A] = α e−k1t
[B] = α k1 (e−k1t − e−k2t ) / (k2 − k1)
[C] = α [ 1 + (k2 e−k1t − k1 e−k2t ) / (k1 – k2) ]
Premier cas :k1>>k2
On a : exp(-k2t)<exp(-k1t) et donc
[C] = α [ 1 + (k1 e−k2t ) / (k1 – k2) ] = α (1 – e−k2t )
1

0.9

0.8
[C]
0.7

0.6

0.5

0.4

0.3

0.2

0.1

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5
Deuxième cas :k1<<k2
La réaction la plus lente régule la formation du produit C.
On a : exp(-k1t)<exp(-k2t) et donc
[C] = α [ 1 + (k2 e−k1t ) / (k1 – k2) ] = α (1 – e−k1t )

0.9

0.8

0.7

0.6

0.5

0.4

0.3

0.2 [A]
0.1

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5

k1=k2

0.9

0.8

0.7

0.6

0.5

0.4
[B]
0.3

0.2

0.1

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5
3- On étudie l’influence des paramètres de la réaction :
A. Création des deux fichiers main.m et rates.m :

main.m

%solve full model A+B->C


%
%
%
global k1
k1 = 10;

x0 = [0.01;0.005;0];
npts = 150;
tfin = 5;
time = linspace(0,tfin,npts)';

tol = sqrt(eps);
opts = odeset ('AbsTol',tol,'RelTol',tol);

[tout,x] = ode15s(@rates,time,x0,opts);

plot(tout,x)

table1 = [tout,x];
save abc.dat table1;

rates.m

function dcdt =rates(t,x)


global k1
ca = x(1); cb = x(2); cc = x(3);
r1 = k1*ca*cb;
dcdt = [-r1;-r1;r1];

Première figure : Ca=0.01M et Cb=0.005M


Deuxième figure : Ca=0.1M et Cb=0.05M

Troisième figure : Ca=1M et Cb=0.5M


D’après la comparaison entre les 3 figures (figures 1, 2,3) on observe que quand
on augmente la concentration des réactifs (A et B), les concentrations de A et de
B diminuent rapidement en fonction du temps c'est-à-dire que la vitesse de la
réaction augmente.

Alors que dans le cas des courbes représentant la variation de la concentration


du produit (C) en fonction du temps atteint au maximum plus rapidement.

La concentration des réactifs est un facteur cinétique, Donc plus la concentration


des réactifs est grande, plus la réaction est rapide.

4- L’influence de la température sur la réaction :


A. Création des deux fichiers main.m et rates.m :

main.m

%solve full model A+B->C


%
%
%
global k1 E T R A
A = exp(20);
E = 5000;
R = 8.3144;
T = 373;
k1= A*exp((-E)/(R*T));

x0 = [0.01;0.005;0];
npts = 150;
tfin = 5;
time = linspace(0,tfin,npts)';

tol = sqrt(eps);
opts = odeset ('AbsTol',tol,'RelTol',tol);

[tout,x] = ode15s(@rates2,time,x0,opts);

plot(tout,x)

table1 = [tout,x];
save abc.dat table1;

rates.m

function dcdt =rates2(t,x)


global k1
ca = x(1); cb = x(2); cc = x(3);
r1 = k1*ca*cb;
dcdt = [-r1;-r1;r1];
Première figure : T=373°K

Deuxième figure : T=298°K

D’après la comparaison entre les 2 figures (figures 1 , 2) on constate que :

Les courbes représentant la variation de la concentration des réactifs (A et B)


en fonction du temps atteint au minimum plus rapidement quand la température
augmente.

Les courbes représentant la variation de la concentration du produit (C) en


fonction du temps atteint au maximum plus rapidement quand la température
augmente.

La température est un facteur cinétique, Donc plus la température d’un mélange


réactionnel est grande, plus la réaction est rapide.

Vous aimerez peut-être aussi